Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Gellainville ou comment jeter des peintures murales ?

Sabine Groetembril

Résumé

À travers l’exemple d’enduits peints découverts dans une cave à Gellainville près de Chartres, nous développerons les choix méthodologiques adaptés à un contexte où les enduits sont jugés non prélevables en raison de leur mauvais état de conservation. Après avoir posé le diagnostic, l’objectif est d’enregistrer scrupuleusement toutes les informations qu’il est possible d’observer lors de la fouille, par des relevés graphiques et photographiques : décor, indices architecturaux et techniques, empreintes…

Texte intégral

1« Méthodologie d’enregistrement des informations archéologiques dans un contexte où les enduits peints sont jugés non prélevables » aurait été un titre moins provocateur.

2Depuis de nombreuses années, les spécialistes en peintures murales se battent pour que les archéologues prélèvent ces gravats encombrants et ne les jettent pas. Notre objectif n’est pas, bien entendu, de revenir sur le sujet. Nous souhaitons attirer l’attention sur le fait que, dans certains contextes, la situation est délicate en raison de l’état de conservation des enduits qui ne permet aucune manipulation. Pourtant, les observations iconographiques et architecturales doivent être réalisées.

3C’est le cas que nous avons rencontré à Gellainville (Chartres).

4Dans le cadre de l’extension de la zone industrielle de la commune de Gellainville, le service Archéologie de la ville de Chartres a mené une opération de fouilles préventives sur une surface de trois hectares et demi, d’avril à août 2009. Les premiers résultats de la fouille montrent une occupation du site dès le iiie siècle av. J.-C. La phase d’abandon est située dans le courant du iie siècle ap. J.-C.

  • 1 CEPMR-APPA, Soissons.

5Les archéologues ont mis au jour une cave comblée par de nombreuses plaques d’enduits peints (fig. 1). Le contexte extrêmement humide du terrain avait altéré considérablement ces enduits, si bien qu’il n’était plus possible de les prélever par simple manipulation. C’est pourquoi R. Huchin, en accord avec le responsable de l’opération, D. Wavelet, a contacté le Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines1 afin de programmer une intervention de spécialistes face à cette situation délicate.

Fig. 1. Vue générale de la cave et du contexte.

Diagnostic et choix méthodologique

6Nous l’avons dit, l’état de conservation des enduits ne permettait pas un prélèvement par simple manipulation. En effet, le mortier servant de support à la fresque, composé de sable et de chaux, était très dégradé par l’humidité stagnante ; ayant perdu sa charge en chaux, il était pulvérulent et sableux et il n’avait plus aucune cohésion. La couche de surface des enduits (celle qui a reçu le décor peint), composée par définition d’une part plus importante de chaux, était un peu mieux conservée mais elle était cependant gorgée d’humidité, molle et collante ; les pigments n’étaient, de ce fait, plus fixés au support.

7Ces conditions de prélèvement difficiles étaient renforcées par un climat pluvieux.

8Des enduits dans un tel état de conservation peuvent néanmoins être prélevés, en ayant recours à des moyens techniques importants et coûteux (abri permanent, système de chauffage pour assécher et temps d’intervention très long). C’est le caractère exceptionnel des vestiges qui justifie l’intérêt de débloquer de tels moyens.

9L’examen attentif du décor, visible sur les premières plaques dégagées, nous a permis de constater qu’il s’agissait d’un décor de composition simple sans motif ornemental particulier.

10Bien que modestes, ces enduits sont précieux en tant que témoin archéologique pour la compréhension du site. En effet, la cave était le seul vestige architectural du site, plus aucune trace du bâtiment de surface ni de ses fondations n’étant visible. Les peintures murales, épiderme de l’architecture disparue, sont les seuls éléments qui permettaient de caractériser ce bâtiment.

11Face à ce contexte, nous avons décidé, en concertation avec les responsables du site, de sauvegarder l’information archéologique : nous avons relevé et photographié chaque plaque qui se présentait par la face en la localisant suivant le carroyage prédéfini, mais nous ne les avons pas prélevées.

12Rappelons que les enregistrements photographique et graphique sont complémentaires et indissociables : la photo témoigne de l’état de conservation et de la polychromie tandis que le dessin aide à la lisibilité des motifs altérés (fig. 2). En effet, l’œil humain, sensible au léger relief, arrive à observer, sur l’objet, les éléments disparus du décor, encore présents en négatif, alors qu’il ne discerne plus rien sur une photo.

Fig. 2. Relevés graphique et photographique de la plaque 55 K.

13Pour chaque plaque, nous étions attentifs afin d’observer les éléments clés permettant de comprendre l’organisation du décor : plinthe mouchetée, panneau rouge et inter-panneau noir, filet d’encadrement intérieur. Nous avons également scruté les indices architecturaux. En dégageant certaines plaques qui se présentaient par le revers, nous avons pu observer des traces d’accrochage en chevrons caractéristiques d’une élévation en torchis. Un angle de pièce a également été localisé.

14À proximité du niveau de sol, quelques plaques se présentant par le revers semblaient plus « solides ». Nous les avons désépaissies pour prélever la couche picturale par encollage après l’avoir asséchée. La couche picturale était mieux conservée et témoignait de l’état originel des couleurs de ce décor (fig. 3).

15Au final, 58 plaques ont été inventoriées ; parmi celles-ci, 16 ont été encollées et conservées comme témoin. Suite à ce travail d’enregistrement, une restitution du décor, à partir des plaques effondrées dans les carrés « L-K-J », a pu être proposée.

Description du décor

16Le décor comprend deux zones : une zone inférieure et une zone médiane (fig. 4).

17La zone inférieure est composée d’une plinthe blanche mouchetée de jaune, de rouge et de noir, surmontée d’une triple bande de séparation ocre jaune, noire et verte, bordée d’un filet blanc rosé. Ces trois bandes, d’environ 4 cm chacune, assurent la transition avec la zone médiane. La plinthe est conservée sur une hauteur minimale de 40 cm. Sur aucune plaque, le raccord avec le sol n’a été observé.

18La zone médiane présente une alternance de panneaux rouge ocre et d’inter-panneaux noirs. Les panneaux sont encadrés d’un simple filet blanc et ornés d’un filet d’encadrement intérieur ocre jaune, placé à environ 9 cm du bord. Les inter-panneaux sont bordés de filets intérieurs ocre jaune, à 3 ou 4 cm du bord.

19Ce décor a pu être compris à partir des observations faites sur les plaques 31, 32, 37, 54 et 55. Les largeurs des panneaux et inter-panneaux n’ont pas pu être précisées. Toutes les plaques dégagées lors de la fouille appartenaient à la moitié inférieure du mur.

Fig. 3. Plaque 56, prélevée par encollage.

20La disposition, la quantité et l’homogénéité ornementale des plaques indiquaient sans ambiguïté que ces vestiges étaient effondrés en place et ornaient la salle située au-dessus de la cave. Le décor appartenait à une habitation secondaire à vocation agricole dont la connaissance est moins bien illustrée que celle des villae majestueuses.

21Ce décor de composition simple et sobre pouvait orner une salle de service d’une riche demeure (villa ou domus) ou la salle principale d’une habitation modeste. Répondant à un schéma de base très répandu en Gaule, il ne présente pas de caractéristique stylistique particulière et fait partie des décors bien attestés du milieu du ier à la fin du iie siècle de notre ère.

22Cette intervention sur le terrain a permis de sauver l’information archéologique et de conserver quelques plaques témoins.

Fig. 4. Proposition de restitution du décor à partir des plaques provenant des carrés I, J, K, G (DAO : S. Groetembril, CEPMR-APPA).

Notes

1 CEPMR-APPA, Soissons.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue générale de la cave et du contexte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Légende Fig. 2. Relevés graphique et photographique de la plaque 55 K.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 3. Plaque 56, prélevée par encollage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Fig. 4. Proposition de restitution du décor à partir des plaques provenant des carrés I, J, K, G (DAO : S. Groetembril, CEPMR-APPA).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 405k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search