Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Les peintures murales du site « du Cinéma » à Chartres (Eure-et-Loir)

Les décors des caves 301 et 303

Raphaël Huchin

Résumé

La fouille du site « du Cinéma » à Chartres a mis au jour, dans les comblements de deux caves contiguës, les vestiges d’un décor à fond blanc composé d’une partie basse en imitation d’opus sectile et d’une zone médiane organisée autour d’édicules à entablement supportant des représentations figurées. Ce décor est attribuable à la fin du iie siècle ap. J.-C. Il présente d’importantes similitudes stylistiques avec d’autres décors découverts à Chartres, notamment place des Épars (fouille de 1986). Quelques éléments d’autres décors, notamment des enduits de terre recouverts d’un badigeon de chaux peint, sont issus des mêmes contextes de découverte. L’enregistrement méthodique de ces fragments d’enduits peints lors de la fouille a permis, grâce à une analyse spatiale, de mieux cerner l’histoire de ces décors sans qu’il soit toutefois possible de restituer leur origine précise.

Texte intégral

  • 1 Site Pasteur, Vieux-Capucins, Châteaudun, 033.28.085.0219 - C219, responsable d’opération : Dominiq (...)

1D’avril 2005 à juillet 2006, le service Archéologie de la ville de Chartres a fouillé intégralement un vaste quartier de la ville antique d’Autricum. Ce site est localisé le long de l’actuel boulevard Chasles, en face de la place Pasteur1. Il correspond à la périphérie sud de l’urbanisation connue pour le Haut-Empire. Les vestiges découverts s’échelonnent de la fin de La Tène au ive siècle ap. J.-C. La surface de fouille, plus de 4 700 m ², s’organise autour de quatre voies qui structurent l’espace en différentes insulae. Les vestiges de deux domus ont été identifiés dans l’îlot central (secteurs 2 et 4). Les autres îlots (secteurs 1, 3 et 5) ont révélé des habitations de petites tailles ou des bâtiments artisanaux (Acheré et alii, 2008).

Une importante concentration d’enduits peints

2L’ensemble des enduits peints découvert sur le site « du Cinéma » représente une surface d’environ 10,90 m ². La plus forte concentration de ce matériel provient du nord-est du secteur 3 (fig. 1). La fouille de cette zone a révélé une succession de trois caves longeant la voie 1 et construites à partir de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. Les caves 303 et 304 étaient maçonnées tandis que la structure de la cave 301 était en bois. La céramique indique un abandon conjoint de ces structures au début du iiie siècle ap. J.-C.

3Le secteur des caves 301 et 303 a livré, à lui seul, une surface d’environ 3,20 m ² d’enduits peints. L’essentiel de ce matériel a été découvert partiellement en connexion dans le comblement supérieur de la cave 303 (US 3019 et 3064). Le comblement de la cave 301 (US 3500) a également livré un petit lot de fragments d’enduits peints sans connexions visibles. Lors du décapage, d’autres concentrations, sans organisation apparente, ont été repérées à l’angle sud de la cave 303 (US 3135 et 3174) et entre les caves 301 et 303 (US 3027).

  • 2 Cf. localisation des différentes passes de prélèvement, fig. 9.
  • 3 La fouille et la dépose de ces enduits ont été réalisées sous la direction de David Wavelet (respon (...)

4La fouille de la moitié sud-est du comblement supérieur de la cave 303 a permis de mettre au jour d’importantes plaques d’enduits peints, apparues principalement de revers (cf. photographie de la fig. 1). L’existence de connexions visibles entre les éléments d’un décor à fond blanc présentant une riche palette de couleur a conduit à la mise en place d’une méthodologie spécifique pour la collecte de ces enduits. Un carroyage de 0,50 m ² a été implanté pour faciliter leur dépose qui s’est déroulée en dix passes successives2. Des relevés précis à l’échelle 1/1 et 1/10e ont été réalisés ainsi qu’une importante couverture photographique. Chaque fragment a été localisé sur les relevés, prélevé et numéroté individuellement3.

  • 4 L’étude de ces enduits a été entamée par Odile Bouet qui reconstitua le décor central dès 2006. Nou (...)

5L’étude attentive de cet ensemble d’enduits peints4 a révélé une similitude de motifs, ainsi que des collages, entre des fragments provenant d’unités stratigraphiques différentes (3019, 3027, 3064, 3174, 3500). Les enduits découverts dans les caves 301 et 303 forment donc un ensemble cohérent. Leur présence conjointe dans les comblements des caves 301 et 303, et aux alentours de ces structures, correspond probablement à une phase de nivellement général de ce secteur du site au début du iiie siècle ap. J.-C. Toutefois, si ces fragments forment un ensemble cohérent, ils ne proviennent pas d’une seule et unique composition décorative puisque trois décors différents ont pu être déterminés avec certitude.

Trois décors différents

6Des fragments de deux décors distincts, à fond blanc et réalisés sur un mortier de sable et de chaux similaire, ont été reconnus dans les comblements des caves 301 et 303 et dans les unités stratigraphiques environnantes. Il s’agit des décors 31 et 32. Un troisième décor (no 33) présente la particularité d’avoir été peint sur un enduit de terre recouvert d’un badigeon de chaux.

Le décor 31

Description et reconstitution

7L’essentiel des éléments attribuables au décor 31 a été découvert dans le comblement de la cave 303 sous la forme de plaques d’enduit partiellement en connexion et apparaissant généralement à l’envers. Des fragments de ce décor proviennent aussi du comblement de la cave 301 et des US 3027 et 3135. Ils se caractérisent par un mortier de sable et de chaux composé de deux couches de préparation. Au revers sont visibles des stries d’accrochage en chevron, de section triangulaire.

8Le décor est à fond blanc. La palette de couleur est relativement importante (différentes nuances de rouge, jaune, bleu, vert, violet, rose, gris...) (fig. 2). Le lissage de la paroi est inégal et parfois de qualité très médiocre (partie haute de la plaque 3064.3401 et plaque 3064.3404 notamment). Divers types de tracés préparatoires ont été observés : à la cordelette, incisés, peints en jaune ou rouge.

9Les fragments du décor 31 permettent de reconstituer de manière relativement fiable la partie supérieure droite d’une composition qui s’organise en panneaux centrés sur des édicules à entablement. Ceux-ci soutiennent des représentations figurées (fig. 3).

Fig. 1. Localisation du site « du Cinéma » (C219) à Chartres, et des principales découvertes d’enduits peints du secteur 3 (caves 301 et 303) (DAO : C. Ben Kaddour, R. Huchin, A. Louis, D. Joly).

Fig. 2. Plaques remarquables des décors 31, 32 et 33 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (clichés et DAO : R. Huchin).

10La zone de couronnement (plaques 3064.3401, 3064.3402 et 3064.3403, fig. 2 et 3) se compose d’un filet horizontal noir accolé à un bandeau vert qui marque probablement la jonction de la paroi avec le plafond. En dessous se situe une corniche fictive traitée en différents filets beiges. Sous la corniche se développe une bande verte horizontale encadrée de filets gris et beige. Cette bande se retrouve également sur la bordure verticale droite du décor et devait encadrer l’intégralité de la partie médiane de celui-ci. Sur la plaque 3064.3403, un cartouche rouge souligne la jonction entre le bandeau d’encadrement vert horizontal et la bordure verticale verte.

11La partie supérieure de la zone médiane présente un entablement traité en une succession de bandes rouges et kaki donnant l’illusion d’une mouluration. Sur cet entablement apparaît une représentation figurée. Sur le panneau de droite, il s’agit d’une figure féminine dénudée, allongée, et vue de dos (fig. 4). Ses jambes sont recouvertes d’un vêtement drapé de couleur jaune et son coude droit repose vraisemblablement sur un amas rocheux. La chevelure comporte, semble-t-il, des éléments végétaux (couronne ?). La qualité du traitement de surface de l’enduit est très mauvaise à cet endroit de la paroi. La couche picturale est très érodée et écaillée au niveau du visage, rendant l’identification du personnage difficile. Il pourrait s’agir d’une nymphe ou d’une déesse. Des positions semblables sont connues pour des représentations d’Ariane, d’Hermaphrodite ou de ménade (Reinach, 1922, fig. 8 p. 98, fig. 3 p. 99, fig. 3 p. 112). De part et d’autre de cette figure, des épis violets schématiques, éléments architecturaux latéraux vus en perspective, donnent un effet de profondeur à la scène.

  • 5 L’existence de masques suspendus repose sur la présence d’une partie supérieure de chevelure sur le (...)

12Sous l’entablement, en position centrale, est accolé un cartouche vert sous lequel se développent des filets d’encadrements rouges de forme rectangulaire. Au centre de ces encadrements, des masques ou des formes géométriques5 sont suspendus, accrochés par des filets à nœuds en boucle double (plaque 3064.3401, fig. 2 et 3).

13L’entablement sur lequel repose le personnage est soutenu par des colonnettes cannelées traitées en nuances de bleu (plaques 3064.3401, 3064.3407, 3064.3408, 3064.3409). De part et d’autre des colonnettes de l’édicule central se développent des demi-entablements latéraux composés de bandes marron et kaki et se terminant par des volutes soutenues par des filets rouges verticaux. Sous ces entablements latéraux sont accolés des cartouches rouges ou bleus (plaques 3064.3407, 3064.3410, 3064.3411).

14Le même schéma décoratif peut être reconstitué pour un second panneau. Celui-ci est attesté par la présence d’un second cartouche vert accolé à un entablement rouge et kaki (plaque 3064.3406) et de la moitié supérieure droite d’un autre épis d’encadrement violet (plaque 3064.3404).

15Le décor 31 se compose donc, au minimum, de deux champs de 1,80 m de large, séparés par une colonne cannelée verticale traitée en une succession de filets de différentes nuances de rouge, jaune et vert (plaques 3064.3411 et 3064.3412).

16L’existence d’une alternance des couleurs au sein du décor semble être révélée par le cartouche bleu de la plaque 3064.3418. Il est, en effet, accolé à un entablement marron et kaki ; ses dimensions sont d’ailleurs identiques à celles des cartouches rouges accolés aux demi-entablements du panneau droit de la paroi (plaques 3064.3407, 3064.3410 et 3064.3411). La présence d’une telle alternance des couleurs, sur cette paroi, reste toutefois incertaine bien que nous l’ayons intégrée dans nos hypothèses de restitution.

  • 6 Nos remerciements vont à Morgane Thorel (Paris IV) qui nous a fait bénéficier de ses recherches et (...)

17L’organisation de la zone inférieure n’est connue que par la plaque 3064.3420 et par quelques petits fragments (plaques 3019.3461, 3019.3462, 3019.3463 et 3027.3481) qui indiquent l’existence d’imitation d’opus sectile6. Il s’agit apparemment d’une alternance de grandes plaques de marbre blanc (marbre de Skyros ?) encadrées par du marbre jaune veiné de marron rouge (Chemtou), et de panneaux de marbre rose. La zone inférieure est séparée de la zone médiane par une corniche fictive (traitée en succession de filets beiges) probablement accolée au bandeau d’encadrement vert de la zone médiane. Aucun fragment de plinthe n’a été identifié.

18Malgré les nombreux tracés préparatoires et le principe de la symétrie qui régit ce décor (avec comme axe principal la colonne cannelée des plaques 3064.3411 et 3064.3412), de nombreuses imperfections et erreurs sont perceptibles. Les cartouches verts des plaques 3064.3401 et 3064.3406 sont de dimensions légèrement différentes. De même, la plaque 3064.3411 révèle que le peintre n’a pas respecté les mêmes intervalles, sur les deux panneaux, entre les filets rouges verticaux et les bordures de la colonne centrale. Notons également des erreurs de proportions lors de la réalisation de la figure humaine, sa main gauche étant légèrement disproportionnée par rapport au reste du corps. En revanche, le rendu des imitations de marbre est d’un grand réalisme avec une volonté illusionniste dans le fondu des veines.

Fig. 3. Reconstitution du décor 31 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (relevé et DAO : R. Huchin).

Fig. 4. Détail de la plaque C219.3064.3401 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (relevé et DAO : R. Huchin).

Fig. 5. Hypothèses de restitution du décor 31 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres

Hypothèses de restitution

19La largeur du décor 31 est, au minimum, de 3,60 m (deux panneaux de 1,80 m). Sa hauteur peut être estimée à plus de 3 m. Le manque d’éléments concrets rend la reconstitution de la zone inférieure et de la zone médiane basse très hypothétique. C’est pourquoi deux restitutions peuvent être envisagées, avec des variantes pour le bas de la composition.

20Dans la première, il s’agirait d’une zone inférieure (plinthe, faux marbre et corniche) assez basse. Nous la proposons, sur notre schéma, à environ 1 m (fig. 5, Hypothèse de restitution 1). L’imitation d’opus sectile se compose de rectangles couchés de marbre blanc et encadrés de marbre jaune veiné de rouge, alternant avec de petits panneaux verticaux à dominante rose. Cette restitution est construite sur le modèle des imitations d’opus sectile découvertes dans la cave 4 de la rue de l’Abbé-de-l’Épée à Paris (Robin et alii, 2007, p. 83, fig. 121).

21Dans la seconde hypothèse, nous pourrions avoir une partie inférieure plus importante, à l’image des décors de Lisieux (Allag, Batrel, 1985), Boult-sur-Suippe (Allag et alii, 1988), Charleville-Mézières (Barbet, 2008, p. 283, fig. 439) ou Genainville (Barbet, 2008, p. 204, fig. 305). Nous aurions alors une succession de grands panneaux carrés de marbre blanc encadrés de Chemtou et de petites plaques verticales de marbre rose (fig. 5, Hypothèse de restitution 2), composition très similaire au décor découvert dans la galerie nord du temple des Vaux-de-la-Celle à Genainville. Dans cette seconde restitution nous avons estimé la partie inférieure du décor à 1,30 m de haut, mais rien n’exclut qu’elle ait été plus élevée.

Éléments de comparaison et datation

22Une composition assez proche de la représentation figurée du décor 31 a été découverte à Auxerre, boulevard Vaulabelle (Allag, Nunes Pedroso, 2003). Il s’agit d’une nymphe allongée, vue de face et couronnée de feuillage et d’épis. Ses jambes sont repliées et couvertes d’une draperie rouge. Sa main droite est levée en direction de roseaux et son coude gauche repose sur une urne d’où s’échappe de l’eau. Cette scène mesure approximativement le double des dimensions de la représentation de Chartres. La nature du décor est toutefois différente puisque la nymphe icaunaise appartient à un panneau d’un soubassement d’une zone inférieure de paroi (Barbet, 2008, p. 215). La datation proposée pour ce décor est le milieu du iie siècle ap. J.-C. La découverte a eu lieu dans un quartier d’habitations détruit au iiie siècle ap. J.-C. Ces éléments chronologiques sont donc proches du contexte de découverte des enduits des caves 301 et 303.

23Une posture similaire est également connue à Famars (lieu-dit Jardin-à-Pois) pour la représentation d’une statue en acrotère. Il s’agit d’un dieu fleuve allongé sur un édicule en trompe-l’œil (Barbet, 2008, p. 281, fig. 436). La datation est similaire à celle d’Auxerre et de Chartres.

  • 7 Nous remercions Raymond Sabrié de nous avoir transmis ces informations.

24Enfin, le décor de la voûte de la salle K de la maison à Portiques du Clos de la Lombarde, à Narbonne, dispose de deux représentations de personnage allongé ou semi-allongé (Sabrié et alii, 1987, fig. 214 et 215)7. Là aussi l’identification d’une nymphe ou d’Hermaphrodite est proposée pour l’une des figures. Ce décor est daté du début du iiie siècle ap. J.-C.

25L’organisation du décor 31, avec sa partie basse en imitation d’opus sectile, ses représentations figurées et ses édicules à entablement sur fond blanc, peut être rapprochée du décor du quartier de Montcy-Saint-Pierre à Charleville-Mézières, daté de la fin iie – début iiie siècle ap. J.-C. (Barbet, 2008, p. 283, fig. 439). Toutefois, à Charleville-Mézières, la partie basse en imitation d’opus sectile est beaucoup plus complexe que dans le décor 31 et la composition s’organise autour d’une importante scène mythologique (Hylas et les nymphes). Ce n’est pas le cas à Chartres, où la représentation figurée n’est pas l’élément central du décor.

26La présence d’entablements latéraux est attestée sur des décors des deux premiers siècles ap. J.-C. à Eu-Bois-l’Abbé, sur l’ensemble 6 du petit temple (Barbet, 2008, p. 243, fig. 379) ou à Vienne, place Saint-Pierre (Barbet, 2008, p. 63-65). Ce décor architectural est courant, en Campanie, dans les compositions complexes du Quatrième style pompéien (Eristov, 1994).

27Des entablements à épis saillants sont connus dans la pièce 5 de la villa de Sainte-Radegonde à Bon-Encontre (Barbet, 2008, p. 235, fig. 366) et à Famars (Jardin-à-Pois) sur des décors attribuables au iie siècle ap. J.-C. Il en va de même pour les masques suspendus par des nœuds de ruban à Eu-Bois-l’Abbé (ensemble 6 du petit temple) et Lisieux (Barbet, 2008, p. 270, fig. 421).

28Un autre élément remarquable du décor 31 est la présence probable de grands panneaux de marbre blanc veiné. Cet élément décoratif est déjà connu à Chartres, place des Épars (Allag, Joly, 1995). Des imitations de grands panneaux blancs sont également répertoriées à Amiens (Îlot Saint-Germain) et à Périgueux (domus de Vésone).

29Si l’organisation iconographique du décor 31 est peu originale (corniches fictives, encadrement par une bande verte de la partie médiane, édicules à entablement, imitation d’opus sectile), ce décor propose aussi des éléments décoratifs moins documentés pour la Gaule romaine : grand panneau de marbre blanc, personnages sur entablement, entablements latéraux... L’essentiel des éléments de comparaison stylistique présenté précédemment indique une datation comprise entre le iie et le début du iiie siècle ap. J.-C. Cette fourchette chronologique est en adéquation avec la datation du contexte de découverte des enduits présents dans le comblement des caves 301 et 303. L’étude de la céramique indique un comblement postérieur à 210 ap. J.-C. Le décor 31, détruit au début du iiie siècle ap. J.-C., a donc probablement été réalisé durant le iie siècle ap. J.-C. Stylistiquement il s’intègre d’ailleurs parfaitement au processus d’évolution de la peinture murale gallo-romaine durant la seconde moitié du iie siècle ap. J.-C. : amplification des décors à fond blanc, apparition de compositions complexes d’opus sectile en partie basse et renaissance des grandes architectures en trompe-l’œil avec recherche d’effet de perspective.

Le décor 32

30Les fragments attribuables au décor 32 sont principalement issus du comblement de l’angle sud de la cave 303 (fig. 1). Certains fragments proviennent également du comblement de la cave 301 et des US 3027 et 3135.

31Le décor 32 possède des caractéristiques techniques similaires au décor 31. Il s’agit également d’un décor à fond blanc réalisé sur un mortier de sable et de chaux composé de deux couches de mortier de préparation. La seule différence technique entre les décors 31 et 32 concerne la forme des stries d’accrochage en chevrons visibles au revers. Sur le décor 32, leur section est en forme de bourrelet arrondi.

32La qualité de lissage est irrégulière. Des traces de pontata sont visibles sur les plaques 3064.3435 et 3064.3436 (fig. 6, Ensemble 1). Aucun tracé préparatoire n’a été repéré.

33L’étude de ces fragments n’a pas permis d’établir une reconstitution générale de la paroi d’origine. Seuls trois sous-ensembles du décor ont été reconstitués de manière partielle (fig. 6).

34L’ensemble 1 se compose d’un double encadrement de filets rouges, pointés dans les angles. Au-dessus, des filets gris et noir appartiennent probablement à une corniche fictive. Cette hypothèse est soutenue par le fait que les plaques 3064.3435 et 3064.3436 présentent de fortes irrégularités de lissage caractéristiques d’une pontata.

35L’ensemble 2 révèle l’existence d’une ouverture dans la paroi (fenêtre, porte, lucarne ?) dont la bordure de l’ouverture est marquée par un bandeau rouge souligné d’un filet gris. La présence d’un encadrement intérieur, probablement en bois, est bien visible sur le mortier des plaques 3064.3424, 3064.3428 et 3135.3503. Les dimensions de cette ouverture et sa localisation sur la paroi n’ont pas pu être déterminées.

36L’ensemble 3 démontre la présence, dans ce décor, de guirlandes végétales suspendues à des rubans noués. Les guirlandes sont traitées en dégradé de rouge et de vert. L’ensemble 3 pourrait s’intégrer au centre du double encadrement de l’ensemble 1, se rapprochant ainsi du schéma décoratif du décor 31.

Le décor 33

  • 8 Des échantillons de ces enduits sont en cours d’analyse par Anne-Claire Hauduroy au Laboratoire de (...)
  • 9 Traitement et stabilisation de ces enduits réalisés par Marjorie Maqueda-Rolland (restaurateur – co (...)

37Localisés exclusivement dans le comblement supérieur de l’angle sud de la cave 303 (fig. 1), les fragments du décor 33 sont des enduits de terre recouverts par un badigeon de chaux peint8. Lors de la fouille, ils sont apparus sous la forme d’une couche uniforme d’aspect sableux et de couleur orangée. La composition très friable de ces fragments, ainsi que le fort taux d’humidité lors de la fouille, n’ont pas permis un prélèvement exhaustif de ces enduits. Seule une quarantaine de fragments a été prélevée et en partie stabilisée9.

38L’utilisation de mortier de terre peint est surtout connue en Gaule méridionale pour les iiie, iie, et ier siècles av. J.-C. : Narbonne, Lattes, Nîmes, Les Baux-de-Provence (Chazelle, 1995, p. 37). Cette technique est toutefois attestée pour le Haut-Empire à Narbonne (maison III) et à Nîmes (Villa Roma, domus 8) (Sabrié, Sabrié, 1996, p. 186). À Chartres, rue aux Ormes, des enduits constitués d’une mince couche de chaux sur un support argileux ont été découverts en 1978 dans une domus du iie siècle ap. J.-C. (Allag, Joly, 1995, p. 169).

39Bien que peu nombreux et très fragmentés, les éléments du décor 33 ont révélé une riche palette de couleur : rouge, jaune, bleu, rose, gris et blanc. Divers types de décors sont présents (fig. 7) : filet rouge sur fond jaune ou blanc, filet jaune sur fond rouge, champs bleu et vert séparés par un filet blanc (plaque 3019.3466, fig. 2), camaïeu de rouge, jaune et rose. Les quelques échantillons préservés ne permettent pas de déterminer le, ou les décors, dont sont issus ces fragments.

  • 10 Portique du temple à Ribemont-sur-Ancre, boulevard Jean Jaurès à Nîmes (Boislève et alii, 2011, p.  (...)

40Généralement, les enduits de terre avec badigeon de chaux peint, découverts dans des contextes gallo-romains et souvent à fond bleu égyptien10, sont interprétés comme étant des vestiges de décoration de plafond (Coutelas dir., 2009, p. 111). Sur les fragments du décor 33, la diversité et le style des décors impliquent plus sûrement l’appartenance à un décor de paroi. Peut-être s’agit-il de fragments liés à la réparation rapide d’une partie endommagée d’un décor réalisé en mortier de sable et de chaux, ou tout simplement d’un décor réalisé directement sur une structure légère en pisé.

Fig. 6. Reconstitution des ensembles 1, 2 et 3 du décor 32 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (relevé et DAO : R. Huchin).

Fig. 7. Quelques plaques d’enduit de terre avec badigeon de chaux peint (décor 33) découvertes sur le site « du Cinéma » (C219) à Chartres (clichés et DAO : R. Huchin).

Fig. 8. Reconstitution du décor 31 avec numéros de prélèvements, site « du Cinéma » (C219) à Chartres (DAO : R. Huchin).

41La faible valeur représentative de cet échantillon et les rares exemples de comparaison ne permettent pas, à l’heure actuelle, de déterminer avec précision le rôle et l’origine des fragments du décor 33.

Une origine inconnue

42Quelle est l’origine des enduits peints découverts dans le secteur des caves 301 et 302 ? Les données de la fouille ne permettent pas de répondre précisément à cette question car le site a livré très peu de vestiges attribuables à la fin du iie siècle ou au début du iiie siècle ap. J.-C.

43La similitude technique entre les mortiers des décors 31 et 32 laisse à penser que ceux-ci pourraient appartenir au décor de deux murs d’une même pièce ou à deux décors différents appartenant à un même bâtiment et réalisés lors d’une même phase décorative.

44Les dimensions restituées, importantes, du décor 31, la présence d’une riche palette de couleur et notamment de différentes nuances de vert et de bleu, ainsi que le style du décor, démontrent qu’il s’agit probablement d’enduits peints provenant de la pièce de réception d’un habitat dont le propriétaire devait être relativement aisé. Le fond blanc n’indique pas nécessairement une pièce secondaire. Ce style décoratif est connu dans des pièces d’habitation de toutes tailles et de toutes natures (Eristov, Groetembril, 2006, p. 61).

45Les vestiges du secteur 3 du site C219 sont attribuables essentiellement à des occupations artisanales et à des habitats modestes. Les structures porteuses des décors 31, 32 et 33 sont donc à rechercher hors du secteur 3. Par ailleurs, les dimensions de la paroi restituée pour le décor 31 ne correspondent à aucun vestige localisé à proximité de la cave 303.

46L’hypothèse de l’effondrement d’une paroi provenant des structures supérieures de la cave 303 a été réfutée suite à l’étude attentive du positionnement des fragments d’enduits peints des US 3019 et 3064. Les fragments des décors 31 et 32 ont été retrouvés disposés en une succession de plaques bien individualisées mais sans vraie cohérence dans leur positionnement les unes par rapport aux autres. Ainsi, les plaques 3064.3402 et 3064.3407 ont été découvertes à proximité immédiate alors qu’elles appartiennent à deux parties bien distinctes du décor 31 (fig. 8). Il en est de même pour les plaques 3064.3412 et 3064.3420. La répartition des plaques démontre que l’organisation horizontale originelle du décor n’a pas été conservée.

  • 11 La première passe de prélèvement correspond aux enduits peints de l’US 3019. Il s’agit des fragment (...)

47La disposition des plaques indique pourtant une certaine logique par rapport à l’organisation verticale du décor. Les premiers enduits apparus lors de la fouille (2ème à 6ème passe)11 correspondent généralement aux parties basse et médiane du décor 31 (plaques 3064.3414, 3064.3420, partie inférieure de la plaque 3064.3401). À l’inverse, les dernières passes de prélèvements (7ème à 10ème passe) coïncident avec la partie haute du décor (plaques 3064.3402, 3064.3404, 3064.3403, partie supérieure de la plaque 3064.3401) (fig. 8 et 9).

48L’absence d’une grande partie du décor 31, et notamment de la quasi-totalité de la partie basse, vient également contredire l’hypothèse de l’effondrement d’une paroi appartenant aux structures supérieures de la cave 303.

49Les trois décors, que nous avons déterminés durant l’étude selon des critères techniques et iconographiques imperceptibles à la fouille, sont également différenciés spatialement dans le comblement de la cave 303. Chacun d’eux correspond à une zone spécifique de l’amas d’enduits de la cave 303 (fig. 1). Les éléments de ces décors ne sont pas mélangés. Le décor 32 se retrouve uniquement dans l’angle sud de la cave, avec les passes de prélèvement II, III et IV ; le décor 31 avec les passes V à X, plus à l’est (fig. 9).

50Le processus de dépôt de ces plaques d’enduits résulte donc d’une action volontaire et non de l’effondrement d’une des parois supérieures de la cave, comme nous l’avions imaginé lors de la fouille. Ces enduits ont été utilisés comme remblai, tout comme les restes d’un soupirail ou des déchets de tabletterie, lors du comblement définitif de la cave 303. Plusieurs ensembles de plaques d’enduits furent apportés successivement pour combler la cave 303. Ces fragments sont probablement issus de la destruction d’une ou de plusieurs parois originellement localisées à proximité des caves 301 et 303.

51Nous pouvons donc suggérer que ces enduits proviennent de la destruction de décors appartenant à des domus localisées à l’intérieur ou à la périphérie du site « du Cinéma ». Il pourrait s’agir de décors appartenant à la domus du secteur 2. Cependant, les rares enduits découverts dans ce secteur ne présentent pas de similitudes avec ceux des caves 301 et 303. L’origine de ces décors est donc probablement à rechercher à la périphérie ouest du site C219.

Un style proche de celui de la place des Epars

  • 12 Site 033.28.085.0034 - C66 (1986), responsable d’opération : Dominique Joly.

52Nous avons déjà évoqué précédemment quelques éléments de comparaison propres au décor 31. Ceux-ci sont issus de différents sites de la Gaule romaine. C’est toutefois à Chartres que l’on trouve les comparaisons les plus pertinentes pour ce décor, notamment sur les enduits peints découverts 10-12 place des Épars12 à 600 m au nord-ouest du site C219 (Allag, 1993 ; Allag, Joly, 1995) (fig. 10). Ce site, fouillé en 1986, a révélé une grande domus à péristyle, d’époque sévérienne. La fouille a livré plusieurs décors peints présentant de fortes similitudes avec les décors 31 et 32.

Fig. 9. Localisation et altimétrie des différentes passes de prélèvements des enduits peints de la cave 303 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (DAO : R. Huchin).

Fig. 10. Localisation des principales découvertes de peintures murales antiques à Chartres (DAO : R. Huchin, D. Joly).

  • 13 Nous remercions Claudine Allag de nous avoir fait part de ces informations avant leur publication.

53Plusieurs éléments de décor à fond blanc comportent des bandes d’encadrement de couleur rouge. Certaines bandes obliques, repérées sur ces fragments, ont longtemps été considérées comme la trace d’une rampe d’escalier. Cette hypothèse a été remise en cause dernièrement. Il s’agirait, en fait, de bandes marquant les arêtes d’un appui ébrasé (Allag, 2011, p. 572-573)13. Le traitement du contour de cette fenêtre haute est donc très similaire de celui de l’ouverture du décor 32 (ensemble 2).

Fig. 11. Imitation de grands panneaux de marbre blanc veiné de rose et encadrés de pilastres de Chemtou. Péristyle de la domus de la place des Épars (C66), Chartres (cliché : D. Joly).

  • 14 Site 033.28.085.0010 - C28 (1978), responsable d’opération : Dominique Joly.
  • 15 Site 033.28.085.0079 - C79 (1990-1991), responsable d’opération : Olivier Ruffier.
  • 16 Site 033.28.085.0093 - C93 (1992), responsable d’opération : Dominique Joly.

54D’autres décors à fond blanc sont connus à Chartres (Rue aux Ormes14 ; 28, Rue du Faubourg Guillaume15 ; 10, Boulevard Chasles16).

55Un second décor, issu du péristyle de la domus de la place des Épars, se compose d’imitation de marbre. Comme pour le décor 31 du site C219, il s’agit de grands panneaux de marbre blanc veiné de rose, encadrés de pilastres en imitation de Chemtou (fig. 11). Ce décor comprend également les éléments d’une corniche fictive traitée en différentes nuances de gris.

56Enfin, dans la pièce 7, la fouille a mis au jour les vestiges d’un décor à fond blanc constitué d’une succession d’édicules schématiques. La composition des entablements y est similaire à celle des entablements du décor 31 : succession de bandes rouge, marron rouge et kaki simulant une mouluration (fig. 12). Des filets d’encadrements rouges présentent également des points diagonaux aux angles. Le décor est aussi encadré par une bande verte.

57Ces nombreuses similitudes stylistiques et techniques entre le décor de la pièce 7 du site de la place des Épars et le décor 31 du site « du Cinéma » incitent à penser qu’il pourrait s’agir de deux réalisations d’un même artisan ou d’un même atelier.

Fig. 12. Entablement composé d’une succession de bandes rouge, marron rouge et kaki simulant une mouluration. Pièce 7 de la domus de la place des Épars (C66), Chartres (cliché : D. Joly).

58La découverte des enduits peints des caves 301 et 303 du site « du cinéma » (c219) à chartres complète le corpus déjà important des peintures murales d’Autricum. Des similitudes importantes avec les anciennes découvertes de la place des épars révèlent l’existence possible d’un style décoratif propre à un peintre ou à un atelier local.

59La présence d’enduit de terre avec badigeon peint apporte également de nouvelles informations sur ce type de décor rarement conservé et peu étudié.

60La méthode d’enregistrement et de dépose des enduits des caves 301 et 303 a permis une véritable analyse spatiale des ensembles mis au jour. Ces données ont conduit à remettre en cause les interprétations émises lors de la fouille et à mieux appréhender le processus de dépose et l’origine des enduits peints découverts dans la cave 303. Les décors 31, 32 et 33 s’intégreront prochainement à une analyse complète de l’ensemble des enduits peints découverts sur le site (Huchin, Lagagneux, à paraître).

61La publication des résultats des nombreuses fouilles récentes réalisées dans le centre-ville actuel de chartres apportera certainement beaucoup d’éléments de décors inédits qui permettront, peut-être, de faire le lien entre les découvertes de la place des épars et du site « du cinéma ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Acheré V., Astruc J., Bazin B., Coulon L., Delhoofs H., Fissette S., Joly D., Wavelet D., 2008, « Contribution à l’étude de la gestion de l’eau dans l’espace public durant l’Antiquité : l’apport de la fouille du site du Cinéma à Chartres », in : Ballet P., Dieudonné-Glad N., Saliou C. dir., La rue dans l’Antiquité : définition, aménagement et devenir de l’Orient méditerranéen à la Gaule, Actes du colloque de Poitiers, 7-9 sept. 2006, Rennes, Presses Univ. de Rennes, p. 309-312 (Coll. Archéologie & Culture).

Allag Cl., 1993, « La peinture à l’époque sévérienne : signification du décor d’une domus à Chartres », in : Functionnal and spatial analysis of wall painting, Proceeding of the Fifth international congress on ancient wall painting, Amsterdam, 8-12 Sept. 1992, Leiden, Eric M. Moormann, p. 111-114 et 271.

Allag Cl., 2011, « Ouvertures, embrasures », in : Balmelle C., Eristov H., Monier F. dir., Décors et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Actes du colloque international, Univ. de Toulouse II-Le Mirail, 9-12 oct. 2008, Bordeaux, p. 567-577 (20ème suppl. à Aquitania).

Allag Cl., Batrel M., 1985, « Les peintures murales de Lisieux », in : Barbet A. dir., La peinture murale antique : restitution et iconographie, Actes du IXe séminaire de l’Association française pour la peinture murale, Paris, 27-28 avril 1985, Paris, éd. de la M.S.H., p. 29-38 (Documents d’Archéologie Française, 10).

Allag Cl., Joly D., 1995, « Les peintures murales romaines de Chartres (Eure-et-Loir) : étude de quelques ensembles homogènes », in : Actes des séminaires de l’Association française de peintures murales antiques, 1990-1991-1993 (Aix-en-Provence, Narbonne et Chartres), Châlons-sur-Marne, p. 169-187 et 235-236 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial 10).

Allag Cl., Nunes Pedroso R., 2003, « Les peintures murales romaines de Vaulabelle à Auxerre et leur représentation au musée Saint-Germain », in : Allag Cl. dir., Peinture antique en Bourgogne, Actes du XVIe séminaire de l’Association française pour la peinture murale antique, Auxerre, 24-25 oct. 1997, Dijon, p. 17-34 (21ème suppl. à la R.A.E.).

Allag Cl., Bardoux B., Chossenot D., 1988, « La mort d’Adonis : une peinture murale gallo-romaine à Boultsur-Suippe (Marne) », Bull. de la société archéologique champenoise, 2, 81, p. 93-110.

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard, 392 p., 565 fig.

Boislève J., Breuil J.-Y., Houix B., Vauxion O., 2011, « Mosaïques et peintures d’un quartier de Nemausus : la fouille du parking Jean-Jaurès à Nîmes (Gard) », in : Balmelle C., Eristov H., Monier Fl. dir., Décors et espace architectural en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Actes du colloque international, Univ. de Toulouse II-Le Mirail, 9-12 oct. 2008, p. 33-48 (20ème suppl. à Aquitania).

Chazelles Cl.-A. de, 1995, « La maison préromaine et son décor en Gaule méridionale », in : Actes des séminaires de l’Association française de peintures murales antiques, 1990-1991-1993 (Aix-en-Provence, Narbonne et Chartres), Châlons-sur-Marne, p. 35-40 (Revue archéologique de Picardie, no spécial 10).

Coutelas A. dir., 2009, Le mortier de chaux, Paris, éd. Errance, 159 p., 78 fig. (Coll. Archéologiques).

Eristov H., 1994, Les éléments architecturaux dans la peinture campanienne du quatrième style, Rome, École Française de Rome, 255 p. (Coll. de l’École Française de Rome, 187).

Eristov H., Groetembril S., 2006, « Murs blancs en Gaule, entre économie et raffinement », Dossier d’Archéologie, no 318, Dijon, éd. Faton, p. 58-61.

Fuchs M., Monier F., 2010, « Peindre les murs en Gaule et en Germanie », Archéologia, no 475, Dijon, éd. Faton, p. 28-35.

Huchin R., Legagneux M., à paraître, « Les peintures murales du site ‘du Cinéma’ à Chartres (Eure-et-Loir) : les décors des secteurs 1, 2, 3 et 5 », in : Actes du XXIVe séminaire de l’AFPMA, Narbonne, nov. 2010.

Reinach S., 1922, Répertoire de peintures grecques et romaines, Paris, E. Leroux, 418 p.

Robin S., Benoit P., Eristov H., Gély J.-P., Vire M., 2007, Construire à Lutèce : crypte archéologique du parvis de Notre-Dame, Catalogue d’exposition, 11 avril 2007-25 mai 2008, Paris, Paris Musées, 95 p.

Sabrié M., Sabrié R., 1996, « Le décor peint de la maison », in : La maison urbaine d’époque romaine en Gaule Narbonnaise et dans les provinces voisines, Actes du colloque d’Avignon, 11-13 nov. 1994, Avignon, Service d’Archéologie du Conseil Général du Vaucluse, p. 185-194 (Documents d’archéologie vauclusienne, 6-1).

Sabrié M., Sabrié R., Solier Y., 1987, La maison à Portiques du Clos de la Lombarde à Narbonne et sa décoration murale : fouilles 1975-1983, Paris, éd. du CNRS, 370 p. (16ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Thorel M., 2005, Le rôle des imitations de marbres dans la peinture murale gallo-romaine, Mémoire de Maîtrise, Univ. Paris IV Sorbonne.

Notes

1 Site Pasteur, Vieux-Capucins, Châteaudun, 033.28.085.0219 - C219, responsable d’opération : Dominique Joly. L’appellation officielle du site correspond aux noms de la place et des rues qui l’entourent : place pasteur, rue des Vieux-Capucins et rue de Châteaudun. Toutefois, il est généralement appelé site « du Cinema ».

2 Cf. localisation des différentes passes de prélèvement, fig. 9.

3 La fouille et la dépose de ces enduits ont été réalisées sous la direction de David Wavelet (responsable du secteur 3, Service Archéologie – Ville de Chartres) et de Nathalie Herbert (restaurateur – conservateur, Service Archéologie – Ville de Chartres). Chaque fragment a reçu un numéro propre composé de trois éléments : le numéro de la passe de prélèvement, la référence du carré d’origine, un numéro de 1 à n (exemple : VIIIe A2 no 7). La qualité de ce travail a facilité la phase ultérieure de remontage et d’étude. Des hypothèses sur le processus d’effondrement ou de dépôt ont pu être proposées, venant ainsi nuancer celles émises lors de la fouille.

4 L’étude de ces enduits a été entamée par Odile Bouet qui reconstitua le décor central dès 2006. Nous la remercions de nous avoir incité à réaliser un stage d’apprentissage au CEPMR de Soissons. À partir de l’été 2007, nous avons repris seul la fin de cette étude (remontage, relevé, DAO et analyse).

5 L’existence de masques suspendus repose sur la présence d’une partie supérieure de chevelure sur les plaques 3064.3414 et 3064.3415. Les formes géométriques sont hypothétiques. Leur restitution s’appuie sur deux petites plaques (3027.3488 et 3027.3489) qui présentent un décor de disque bleu clair dont la périphérie est soulignée d’un filet bleu foncé. Ces deux plaques appartiennent très probablement au décor 31, mais une appartenance au décor 32 ne peut pas être totalement exclue.

6 Nos remerciements vont à Morgane Thorel (Paris IV) qui nous a fait bénéficier de ses recherches et de ses réflexions sur les imitations d’opus sectile en Gaule romaine (Thorel, 2005).

7 Nous remercions Raymond Sabrié de nous avoir transmis ces informations.

8 Des échantillons de ces enduits sont en cours d’analyse par Anne-Claire Hauduroy au Laboratoire de recherche des Monuments Historiques, dans le cadre d’un mémoire de master 2 ‘Recherche patrimoine et conservation-restauration’, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

9 Traitement et stabilisation de ces enduits réalisés par Marjorie Maqueda-Rolland (restaurateur – conservateur, Service Archéologie – Ville de Chartres).

10 Portique du temple à Ribemont-sur-Ancre, boulevard Jean Jaurès à Nîmes (Boislève et alii, 2011, p. 46-47), RHI Saint-Florent à Orange, rue Paul Deviolaine à Soissons. Information : Sabine Groetembril (CEPMR - Soissons).

11 La première passe de prélèvement correspond aux enduits peints de l’US 3019. Il s’agit des fragments ramassés lors du décapage au sommet de la concentration d’enduits de l’US 3064.

12 Site 033.28.085.0034 - C66 (1986), responsable d’opération : Dominique Joly.

13 Nous remercions Claudine Allag de nous avoir fait part de ces informations avant leur publication.

14 Site 033.28.085.0010 - C28 (1978), responsable d’opération : Dominique Joly.

15 Site 033.28.085.0079 - C79 (1990-1991), responsable d’opération : Olivier Ruffier.

16 Site 033.28.085.0093 - C93 (1992), responsable d’opération : Dominique Joly.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site « du Cinéma » (C219) à Chartres, et des principales découvertes d’enduits peints du secteur 3 (caves 301 et 303) (DAO : C. Ben Kaddour, R. Huchin, A. Louis, D. Joly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 2. Plaques remarquables des décors 31, 32 et 33 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (clichés et DAO : R. Huchin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 3. Reconstitution du décor 31 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (relevé et DAO : R. Huchin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 4. Détail de la plaque C219.3064.3401 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (relevé et DAO : R. Huchin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 5. Hypothèses de restitution du décor 31 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 6. Reconstitution des ensembles 1, 2 et 3 du décor 32 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (relevé et DAO : R. Huchin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 7. Quelques plaques d’enduit de terre avec badigeon de chaux peint (décor 33) découvertes sur le site « du Cinéma » (C219) à Chartres (clichés et DAO : R. Huchin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 8. Reconstitution du décor 31 avec numéros de prélèvements, site « du Cinéma » (C219) à Chartres (DAO : R. Huchin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9. Localisation et altimétrie des différentes passes de prélèvements des enduits peints de la cave 303 du site « du Cinéma » (C219) à Chartres (DAO : R. Huchin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 10. Localisation des principales découvertes de peintures murales antiques à Chartres (DAO : R. Huchin, D. Joly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 11. Imitation de grands panneaux de marbre blanc veiné de rose et encadrés de pilastres de Chemtou. Péristyle de la domus de la place des Épars (C66), Chartres (cliché : D. Joly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 12. Entablement composé d’une succession de bandes rouge, marron rouge et kaki simulant une mouluration. Pièce 7 de la domus de la place des Épars (C66), Chartres (cliché : D. Joly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7500/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Service Archéologie - Ville de Chartres. 35, rue Saint-Michel, 28000 Chartres. Chercheur associé UMR 8546. Courriel : raphael. huchin@ville-chartres.fr

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search