Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Avant-propos

Texte intégral

1Le dépôt de Blanot a pu être sauvé, étudié et présenté au public d’une part grâce à la sagacité et à l’esprit civique de ses inventeurs, Guy Desplantes et ses parents, Mme et M. Roger Desplantes, agriculteurs à Jonchères, qui ont eu conscience de l’intérêt de leur découverte, d’autre part grâce à la perspicacité et aux connaissances archéologiques de Mme et M. Christian Garandeau, notaire à Liernais, qui ont averti la Direction des Antiquités préhistoriques après avoir été informés de la trouvaille et avoir pu juger de sa nature et de son importance. Je tiens ici à leur rendre tout spécialement hommage.

2Je suis en outre particulièrement reconnaissant à Guy et à Mme et M. Desplantes de leur participation active à la collecte des observations faites au moment de l’exhumation des objets, et à Pierre Buvot, technicien de la Direction des Antiquités, de son esprit d’initiative et de sa collaboration décisive dans la conduite des recherches de terrain et dans la réalisation pratique des illustrations de ce volume. La plupart des photographies d’objets sont à mettre à son crédit, les autres étant de Jean-Luc Duthu, photographe à l’Inventaire des richesses artistiques de Bourgogne. Les planches en couleur sont dues, sauf indication contraire, au talent de M. Gilbert Labainville, photographe à Dijon.

3Le présent travail s’est enrichi des contributions de spécialistes qui ont exercé leur compétence soit dans le traitement, soit dans l’analyse, soit dans la reproduction expérimentale des objets du dépôt : Marie-Emmanuelle Meyohas, restauratrice agréée par l’Inspection générale des Musées classés et contrôlés (Versailles), Sylvia de La Baume, restauratrice, Unité de traitement et d’information en conservation archéologique (Saint-Denis), Claire Chahine, ingénieur, responsable du Service « Cuir et parchemin » au Centre de recherches sur la conservation des documents graphiques (Paris), Jean-Roger Bourhis, ingénieur C.N.R.S., U.P.R. 403, Laboratoire d’Anthropologie (Rennes), Michel Pernot, directeur de recherches au C.N.R.S., U.R.A. 34, Laboratoire de recherche des Musées de France (Paris), Aimé Thouvenin, physicien, précédemment attaché au Laboratoire d’archéologie des métaux (Nancy). Je leur sais gré d’avoir porté autant d’intérêt à l’étude du dépôt.

4Je suis redevable aux nombreuses personnes dont les noms suivent de m’avoir fourni des renseignements, procuré des ouvrages, ouvert des collections, fait des observations techniques, apporté les résultats d’analyses ou bien encore relu. Que soient assurés de ma très vive gratitude F. Audouze (Paris), P. Ayrolles (Mâcon), L. Bonnamour (Chalon-sur-Saône), J. Bonvalot (Dijon), M. Bordreuil (Alès), Ch. Bouvet (Colmar), J. Briard (Rennes), B. Chaume (Bissey-la-Côte), J. Clottes (Foix), J.-C. Colson (Dijon), J. Combier (Romanèche-Thorins), J.-L. Coudrot (Metz), J. Despriée (Orléans), G. Elophe (Järfälla, Suède), C. Eluère (Paris), M. Gedl (Cracovie), J.-P. Giraud (Toulouse), B. Grimmer-Dehn (Freiburg), J.-P. Guillaumet (Autun), A. Jockenhövel (Münster), B. Jungbert (Székesfehérvár, Hongrie), M. Juras (Dijon), T. Kemenczei (Budapest), T. Kovács (Budapest), W. Kubach et I. Kubach-Richter (Frankfurt am Main), O. Kytlicová † (Prague), J.-P. Larpin (Dijon), M. Lorblanchet (Cabrerets), J. Martinek (Prague), C. Meyer (Darmstadt), J.-P. Millotte (Port-Lesné), J.-P. Mohen (Saint-Germain-en-Laye), C. Mordant (Besançon), A. Mozsolics (Budapest), J.-W. Neugebauer (Vienne, Autriche), J.-P. Nicolardot (Paris), P. Patay (Budapest), C. Petit (Dijon), E. Petres (Székesfehérvár), P. Pétrequin (Gray), abbé P. Peyre (Mende), J.-F. Piningre (Besançon), C. Rolley (Dijon), C. Rouquet (Troyes), V. Rychner (Neuchâtel), B. Schnitlzer (Strasbourg), M. Szabó (Budapest), A. Thévenin (Besançon), G. Verron (Caen), G. Vicherd (Lyon), E. Warmembol (Antwerpen, Belgique), J.-J. Wolf (Habsheim).

5Je remercie enfin d’une part Jacques Gauthey, technicien au C.N.R.S., qui a mis au propre une grande partie de mes dessins, réalisés, souvent à deux ou quatre fois la grandeur nature, avec l’aide de photographies voire de moulages de P. Buvot, d’autre part Philippe Camin, aujourd’hui conservateur des musées des Landes, et Claire Touzel, dessinatrice archéologique, qui ont su, en ombrant mes épures, leur ajouter un caractère esthétique.

6J’ai une obligation spéciale envers M. Pierre Chevillot, professeur à Beaune, sans lequel je n’aurais pas eu un accès aussi facile aux articles en langue allemande. Le résumé en allemand qui clôt ce volume a été traduit par ses soins et le résumé en anglais par ceux de Mme Marie-Aimée Vial, professeur à Dijon.

7Le dépôt de Blanot, acquis par la Ville de Dijon avec le concours du Conseil Régional de Bourgogne, a reçu toutes les attentions de Mmes Micheline Jeanlin et Monique Jannet, conservateurs successifs du Musée archéologique de Dijon, qui se sont préoccupées de la restauration des objets, aujourd’hui présentés dans les vitrines permanentes du musée. Je les remercie avec gratitude de leur très obligeante coopération.

8Le dépôt a été exposé au Musée de Saulieu en septembre 1988 et au Grand Palais à Paris, d’octobre à novembre 1989, à l’occasion de l’année de l’Archéologie. Il a fait l’objet d’une description préliminaire au 109e Congrès national des Sociétés savantes qui s’est tenu à Dijon en 1984. La présente étude a pu être publiée grâce aux financements conjoints de la Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, de la Ville de Dijon et du Ministère de la Culture et de la Communication (Direction régionale des Affaires culturelles de Bourgogne).

9Saint-Gilles, août 1990

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search