Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

La découverte d’un nouvel ensemble peint au Quiou, dans la villa gallo-romaine de la Gare

Côtes-d’Armor, France

Françoise Labaune-Jean et Audrey Le Merrer

Résumé

Depuis 2001, la fouille de cette grande villa antique a permis de découvrir plusieurs ensembles de décor mural peint. Trouvé en comblement d’une fosse dépotoir, le dernier en date, présenté ici, montre un agencement sobre à base de motifs géométriques sur un fond blanc. Ce type semble très prisé dans la région à partir du iie siècle ap. J.-C.

Texte intégral

  • 1 Le terrain concerné a été acquis par le Conseil général des Côtes-d’Armor, qui en finance la fouill (...)
  • 2 La dernière carrière d’extraction était encore en exploitation jusqu’en 2006.

1Située dans les Côtes-d’Armor, sur la commune du Quiou, au lieu-dit la Gare, cette grande villa antique connue depuis le xixe siècle a fait l’objet d’une prospection aérienne en 1989 par L. Langouët et d’une fouille programmée depuis 20011 (Fig. 1). Elle est située au cœur de la mer de faluns qui s’est formée dans une importante dépression durant l’ère tertiaire. Les différentes phases de construction montrent que ce sédiment est employé largement pour les maçonneries (pierres de jauge) et la fabrication de la chaux. Il est même vraisemblable que les différents propriétaires du domaine ont vécu de l’exploitation de ces faluns et de leur vente sur un large secteur géographique2.

  • 3 Soit une emprise totale d’environ 20 000 m2.

2Il s’agit d’une villa rurale d’un hectare et demi. Installé sur un léger plateau dominant la vallée de la Rance, le bâtiment principal (40 m de large sur 56 m de long) se compose de salles disposées sur trois ailes autour d’une grande cour scindée en deux et fermée à l’est par une double galerie de desserte. Au nord-est, la galerie se prolonge pour donner accès à l’espace des thermes de 280 m2, alors qu’au sud-est, se développe un bâtiment de service3 (Fig. 2). En avant de ce dernier, la fouille a permis de reconnaître un espace de verger et de culture de la vigne. Enfin, les prospections complémentaires menées depuis plusieurs années sur les parcelles voisines ont permis de repérer les bâtiments annexes de la pars rustica. Située sur une légère pente, l’aile de réception de la villa disposait aussi, vers l’ouest, d’une vue sur un aménagement paysager menant à la Rance, 800 m plus loin.

Fig. 1. Localisation du Quiou (infographie : S. Jean/Inrap).

  • 4 Pour le moment, le secteur résidentiel autour de la seconde cour ouest n’a pas encore été fouillé ; (...)

3Les différents espaces abordés à ce jour4 nous ont permis de découvrir des ensembles d’enduits peints correspondant aux différentes rénovations de cet habitat construit à partir du début du ier siècle de notre ère et qui continue d’être en usage durant le haut Moyen Âge. Cet agencement comporte plusieurs étapes d’aménagements ou de reconstructions importantes au milieu du ier siècle de notre ère ou à la transition entre la fin du ier et le début du iie siècle ap. J.-C. Ces transformations s’accompagnent de la modification des décors, et donc du rejet des anciens dans les remblais.

Les différents répertoires décoratifs

  • 5 Cette synthèse des décors peints s’intégrera dans l’étude globale du site de la villa du Quiou, env (...)
  • 6 Cette estimation, destinée à une simple quantification des lots, se fait de manière classique à par (...)

4Les enduits découverts à ce jour sur l’ensemble des secteurs abordés présentent des états de conservation très variables, du fait du fort arasement des bâtiments de la villa. Ils nous livrent des informations inégales, mais cependant importantes pour pouvoir envisager de restituer l’évolution du répertoire décoratif d’une bonne partie des espaces reconnus5, entre le début du ier siècle de notre ère et les iiie-ive siècles ap. J.-C. Pour le moment, cette remarque ne concerne que l’espace thermal dont la fouille est terminée. Au total, ce sont 89 lots en contexte daté par le mobilier associé, soit près de 420 kg de fragments peints mis au jour pour une surface décorative estimée à un peu plus de 36 m carrés6. Parmi la multitude des points de découverte d’enduits peints, apparaissent au minimum neuf ensembles décoratifs dont se dégagent trois décors principaux.

5Nous ne reviendrons pas sur le plus complet, découvert dans le natatio, fonctionnant avec le premier état des thermes de la villa, dans la première moitié du ier siècle ap. J.-C. (Labaune-Jean, 2008). Pour rappel, ce décor à cadres géométriques se compose de panneaux à fond rouge vermillon et filets ocre jaune et blanc, alternant avec des inter-panneaux noirs à candélabres végétalisés. Il est bien daté tant par son style que par le mobilier céramique associé, les murs ayant fait l’objet d’une démolition systématique pour en récupérer les matériaux de construction, emprisonnant ainsi dans les remblais des récipients, témoins du repas de ces démolisseurs (Fig. 3).

6Le second ensemble porte sur les éléments découverts dans la galerie reliant la villa aux thermes. Les lots les mieux conservés sont issus de la section est de cette galerie. Effondrés sur le sol, les morceaux à fond blanc correspondent principalement à des entourages moulurés de portes et à un décor géométrique alternant des panneaux à filets rouge et brun et des aménagements végétalisés de type hampes en inter-panneaux (Fig. 4 et 5). Ils se rattachent à l’occupation de la première moitié du iie siècle ap. J.-C.

Fig. 2. Plan général de la villa du Quiou, avec localisation des principaux ensembles d’enduits (infographie : Ch. Requi et F. Labaune-Jean / Inrap).

Fig. 3. Agencement de quelques plaques issues du décor de la première piscine (lot 1) (clichés : F. Labaune-Jean et infographie : F. Labaune-Jean et S. Jean / Inrap).

7Le troisième ensemble est issu de remblais fonctionnant avec une piscine du second état des thermes. Seule la partie basse de ce décor a pu être reconnue. Découverte en partie sous forme de petites plaques encore en connexion dans le niveau de remblai, elle présente un fond rouge bordeaux uni sur lequel se développe un décor peint rendu souvent difficilement lisible par une forte usure de la couche picturale. Cependant, les éléments recueillis permettent de reconnaître un motif à base de grandes touffes de feuillages partant au niveau du sol pour s’ouvrir en bouquet à base de longues feuilles en ruban alternant les nuances de teinte vert turquoise et vert plus sombre, motif courant en décor de paroi basse. Une partie de ces fragments présente en outre la particularité, en partie médiane, d’avoir été reprise au niveau du fond. L’amorce visible des panneaux supérieurs montre en effet un premier fond à base de bleu d’Égypte, changé au profit d’un fond uniforme rouge bordeaux en accord avec celui de la partie basse végétale. Cet ensemble est daté de la seconde moitié du iie siècle ap. J.-c. (Fig. 6).

Fig. 4. Vue d’une petite plaque à décor de filet et bande rouge de la galerie des thermes (lot 2) (clichés : F. Labaune-Jean).

Fig. 5. Décor végétal de la galerie avec proposition de restitution du motif (infographie : F. Labaune-Jean/Inrap).

Fig. 6. Plaque du décor 3 de la seconde piscine (infographie : F. Labaune-Jean / Inrap).

Fig. 7. Vue du fragment à incrustation de coques et tesselle en verre bleu cobalt (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).

  • 7 Coquillages déterminés par c. du pont, malacologue à l’université de rennes 1.
  • 8 Cet élément s’intègre à un travail collectif en cours, qui fera l’objet d’une prochaine communicati (...)

8Mentionnons encore deux morceaux anecdotiques mais stylistiquement intéressants. Trouvé hors contexte, le premier est un morceau d’enduit réalisé sur mortier hydraulique, présentant en surface des incrustations en quinconce de coquillages (de type Acanthocardia tuberculata7) (Fig. 7). Le second fragment montre des alignements superposés de coquilles de Nassarius reticulatus (Fig. 8). Le choix d’un mortier hydraulique indique que ces éléments sont à mettre en association avec un milieu humide, vraisemblablement de type niche ou aménagement de fontaine8. Seules la poursuite des fouilles et les prochaines découvertes sur la villa permettront peut-être d’en préciser l’origine.

Le décor mis au jour en 2007-2008 (Lot 4).

9Au sud du bâtiment principal de la villa se développe une construction autonome (bâtiment iii) dont la fonction reste difficile à appréhender. La présence d’une salle chauffée et la possibilité de passage d’une petite charrette par l’entrée permettent d’envisager une fonction d’habitation de type villicus ou mansio, ou encore de magasins recevant les productions de la villa (Fig. 9).

10Dans la même période, on voit la mise en place de la fosse 564 (7 m d’est en ouest et 5,80 m du nord au sud). Sa fouille a mis en évidence un remplissage en quatre temps : tout d’abord un remblai hétérogène, charbonneux avec des éléments de construction, un remblai homogène de faluns et de sablons, des couches successives de remblai charbonneux et de matériaux de construction, enfin un remblai à base d’argile contenant de nombreux fragments d’enduits peints. Il s’agirait d’une fosse d’extraction de matériaux en relation avec la construction du bâtiment iii. Un trou de poteau découvert à l’ouest de la fosse pourrait correspondre au vestige d’un engin de levage. Dans un second temps, elle fait office de dépotoir comme le montre le remblai constitué de fragments d’enduits peints et de mobilier datable du second siècle de notre ère (Fig. 10 et 11).

Fig. 8. Vue d’un fragment à incrustation de coquillages sur mortier hydraulique (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).

11Le nombre total de fragments recueillis lors des campagnes de fouille 2007 et 2008 s’élève à 6 725 morceaux d’enduits, soit une surface estimée de 12,50 m2. Ils sont tous réalisés sur fond blanc ; seuls 1395 fragments d’enduits montrent des traces de couleurs et ont été retenus comme représentatifs des espaces décoratifs spécifiques, soit huit groupes appartenant à un même programme décoratif et individualisés par une lettre.

Décor A

12Ce premier lot de fragments présente un décor de bande de teinte rouge bordeaux (clair-moyen). La bande n’est que très rarement conservée dans sa largeur complète (4,5 cm). Les traces de pinceau observées montrent une disposition à l’horizontale.

13Les deux rebords de cette bande sont délimités par un filet vert de 0,4 cm de largeur en moyenne. Il est intéressant de remarquer que ce filet ne vient pas s’accoler à la bande rouge bordeaux, mais qu’il la chevauche (Fig. 12 et 13).

Fig. 9. Plan de localisation de la fosse 564 (lot 4) (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).

Fig. 10. Vue de la fosse en cours de fouille (cliché : Ch. Requi / Inrap).

Fig. 11.Relevés des remplissages de la fosse, avec en grisé, la couche ayant livré le lot principal d’enduits (infographie : Ch. Requi / Inrap).

Décor B

14Ce motif est constitué d’un filet de teinte rouge bordeaux (clair-moyen) de largeur assez constante (autour de 0,3 cm). L’observation des traces de pinceau indique une application horizontale sur la paroi (fig. 14 et 15).

Décor C

15Le lot est constitué d’un décor à base de filets de teinte ocre jaune de largeur variable (de 0,2 cm à 1 cm selon la conservation). Contrairement aux décors précédents, son agencement par rapport à la paroi n’est pas clair. Les données obtenues ne permettent pas une identification du système décoratif mis en place, mais les fragments laissent supposer la présence d’un décor végétal ou de rubans en aménagement de candélabre sur une zone d’inter-panneau (fig. 16).

Fig. 12. Fragment d’enduit du type A (cliché : A. Le Merrer).

Décor D

16Les fragments présentent un filet de teinte verte de 0,35/0, 4 cm de largeur. Les traces de pinceau observées indiquent que ce décor participe à la partition des deux registres de cloisonnement géométrique (horizontal et vertical) (fig. 17).

Décor E

17Ici, les fragments sont ornés de quatre filets juxtaposés pour former une même bande d’une largeur totale d’environ 3 cm. Le premier filet est de teinte rouge bordeaux, le second violet, le troisième rose foncé et le quatrième rose clair. La largeur des filets est assez variable (de 0,45 à 0,9 cm). Il est à noter que les différents filets se chevauchent afin de ne laisser aucun espace entre eux (fig. 18 à 20). Les traces de pinceaux indiquent que ce décor est disposé de manière horizontale sur les murs, dans une volonté de donner un effet de relief par l’usage de dégradés, technique fréquente pour imiter les corniches architecturales.

Fig.13. Relevé des principaux fragments du décor A (infographie : A. Le Merrer).

Décor H

18Ce lot est orné d’une bande de teinte grise dont la largeur totale nous échappe. La dimension maximale observée est de 10,4 cm. Juxtaposé à cette bande, se trouve un filet de teinte noire, large de 1 cm (fig. 21 et 22). Un fragment ne comportant qu’un aplat de teinte grise semble mettre en évidence la présence d’un motif particulier représentant vraisemblablement l’ombre portée d’un candélabre. Ce décor est placé horizontalement sur les murs (fig. 23).

Décor I

19Directement associé aux lots précédents, ce groupe, composé seulement de deux fragments, présente des points alignés de teinte rouge bordeaux de 0,5 cm de diamètre, associés à un filet vert (0,3 cm de large) ainsi qu’à un filet rouge bordeaux (0,25 cm de large) selon une disposition verticale (fig. 24 à 26). Il faut y voir les restes d’une retombée de guirlande ou de ruban fonctionnant avec un motif de candélabre très stylisé.

Autres décors

20Ce dernier ensemble d’enduits peints regroupe les éléments incertains et ceux représentés à un ou quelques exemplaires. Ils peuvent être considérés comme anecdotiques et sont difficiles à rattacher aux autres décors. parmi eux, cinq fragments présentent des points de teinte rouge bordeaux très usés. Quatre autres mettent en évidence la présence de points de teinte noire, sans autre motif. Un fragment isolé présente deux filets juxtaposés : le premier, de 0,7 cm de largeur, est de teinte rouge bordeaux (clair) ; le second, de 0,6 cm de largeur, est d’une teinte violette. L’observation des traces du pinceau indique un positionnement vertical du fragment sur le mur. On notera la présence de graffitis difficiles à interpréter. Positionné de façon verticale sur la paroi, un autre assemblage révèle une bande vert foncé de 1,5 cm de large juxtaposée à un filet vert pâle de 0,5 cm. Un dernier fragment laisse penser à la présence de peintures dites « mouchetées » dont le but est d’imiter le marbre. Ce type de décor se retrouve souvent en bas des murs en guise de plinthes.

Fig. 14. Fragment d’enduit avec motif du type B (cliché : A. Le Merrer/Inrap).

Fig.15. Relevé des principaux fragments du décor B (infographie : A. Le Merrer).

Fig. 16. Fragment d’enduit du type C (ornement végétal de candélabre ?) (cliché : A. Le Merrer).

Fig. 17. Petite plaque d’enduit du type D (cliché : A. Le Merrer).

Fig. 18. Fragment d’enduit du type E (cliché : A. Le Merrer).

21D’un point de vue technique, les mortiers observés sur les fragments étudiés sont très homogènes et à base de chaux. La préparation du support s’est déroulée en plusieurs étapes, avec un respect plus ou moins suivi des normes établies par Vitruve (Vitruve, De Architectura, livre VII, 3). Les enduits de la villa du Quiou sont composés d’un mortier de chaux homogène comportant une première couche d’accrochage d’une épaisseur moyenne de 0,85 cm et de 1,1 cm quand les chevrons d’accrochage arrière sont encore présents. La deuxième couche intermédiaire, toujours composée de mortier de chaux et sable, est d’une épaisseur de 0,73 cm en moyenne. Enfin, l’épiderme est exclusivement composé de chaux, de 0,1 cm d’épaisseur, supportant le décor pictural. Cinq fragments comportent une couche de mortier supplémentaire dont l’épaisseur est comprise entre 0,8 et 1,8 cm (fig. 27 et 28). L’étude technique des mortiers nous livre des indications sur le système d’accrochage au mur car les traces sont encore visibles sur la face arrière du mortier sous forme de chevrons en relief (fig. 29). Ce type d’indication suppose un positionnement sur des parois en matériaux périssables.

Fig. 19. Fragment d’enduit du type E (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).

Fig. 20. Relevé des principaux fragments du décor E (infographie : A. LeMerrer).

Fig.21. Fragment d’enduit du type H (cliché : A. LeMerrer).

Fig. 22.Relevé des principaux fragments du décor H (infographie : A. Le Merrer).

Fig.23. Relevé des principaux fragments du décor H (infographie : A. Le Merrer).

Fig. 24. Fragment d’enduit du type I (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).

Fig. 25. Fragment d’enduit du type I (cliché : F. Labaune-Jean/Inrap).

Fig. 26. Relevé des fragments du décor I (infographie : A. Le Merrer).

22Plusieurs fragments mettent en évidence des marques de mise en œuvre de décor pour en faciliter le traçage et assurer la régularité des lignes droites. La surface de certains morceaux montre ainsi l’empreinte laissée par une corde plaquée sur la paroi encore humide, suivie ensuite par le pinceau de l’artiste (fig. 30). Certains fragments montrent plusieurs traces de corde successives indiquant que l’artisan a dû s’y reprendre à plusieurs reprises pour faire son traçage (fig. 31).

23D’autres fragments donnent des indications architecturales sur les ouvertures, l’ornementation des angles de murs ou encore les aménagements particuliers (courbure de colonne en briques). Ces éléments sont essentiellement blancs. Ceux ornés de peinture noire montrent des traces d’arrachage caractéristiques des angles droits, selon une technique de mise en valeur fréquente dans la peinture murale antique.

24Enfin, la « vie du mur » est illustrée par l’usure des pigments mais aussi par des fragments spécifiques. Un fragment sans décor possède une forme originale, circulaire et bombé sur l’arrière, dans laquelle il faut peut-être voir une reprise ou une réparation ponctuelle du mur à un endroit où la peinture devait être abîmée : une sorte de rustine en somme (fig. 32). Enfin, des graffitis ont été gravés sur une centaine de fragments. Les essais de remontage se sont révélés infructueux dans la tentative de compréhension de ces traces.

Fig. 27. Vue des différentes couches de mortier (cliché : A. Le Merrer).

Fig. 28. Relevé d’un fragment à profil courbe avec ses différentes couches de mortier (cliché : A. Le Merrer).

Fig. 29. Vue des marques d’accrochage à l’arrière du mortier (cliché : A. Le Merrer).

Fig. 30. Détail montrant l’empreinte laissée par la ficelle appliquée dans le mortier frais (cliché : A. Le Merrer).

Fig. 31. Détail montrant trois empreintes superposées de ficelle (cliché : A. Le Merrer).

25Malgré ce contexte de remblai, l’étude de ce décor a permis de mettre en évidence la destruction d’un répertoire décoratif issu d’une même pièce à base de murs blancs sur lesquels se développaient des décors de panneaux géométriques (rectangulaires) définis par différentes bandes colorées. Le décor rouge bordeaux comprenait les groupes A, B, e, h et i. Les angles de murs étaient soulignés par des bandeaux noirs. Ce dispositif était sans doute complété par des décors « mouchetés » en zone basse, pour imiter des plinthes en marbre. Rien ne permet de savoir si ce décor se développait à l’origine dans une pièce fermée ou en espace extérieur.

Fig. 32. Fragment d’enduit circulaire correspondant sans doute à une réparation du mur (cliché : A. Le Merrer).

26D’un point de vue chronologique, les indications fournies par le mobilier confirment l’usage de ce type de décor qui, d’une manière générale, semble répandu dans la décoration des édifices gallo-romains au cours des iie et iiie siècles de notre ère. Les céramiques découvertes en lien direct avec les enduits (us 4090) ont été datées du milieu du iie siècle de notre ère (Arramond et alii, 2008). Ce type de décoration ne se démarque donc pas de ceux en usage dans les autres édifices de la région. Il faut sans doute envisager l’hypothèse d’un travail issu d’un « atelier » local en charge des réalisations de ce secteur géographique, avec des motifs qui se retrouvent aussi bien dans des pièces d’usage que dans des espaces de circulation. De plus, ce décor semble révéler une volonté du commanditaire de suivre la mode décorative de l’époque, en accord avec les nombreux autres exemples de ce type sur le territoire des Gaules (Barbet, 2008).

27Si l’on reprend l’ensemble des décors reconnus sur les différents espaces fouillés actuellement dans l’emprise de cette villa, en fonction des chronologies attribuées par le style et le mobilier associé, on remarque que les 89 lots datés se répartissent de la manière suivante :

  • un quart d’entre eux participe de la décoration de l’espace thermal dans son premier état (courant ier siècle ap. J.-C.).

  • 20 % correspondent aux contextes de transition de la in du ier siècle-début du iie siècle ap. J.-C.

  • 27 % du total se rencontrent en rejet dans des contextes de la seconde moitié du iie siècle ap. J.-C. cette situation permet d’envisager l’hypothèse d’une vaste campagne de changement de la décoration.

  • Enfin, les éléments restants sont issus des remblais correspondant à l’occupation partielle de la villa durant la période allant de l’Antiquité tardive à l’époque carolingienne.

28La découverte de ce nouvel ensemble nous permet de compléter notre connaissance des modes décoratives en usage du ier au ive siècle ap. J.-C. tant à l’échelle du site qu’à celui de la région, puisque le choix du fond blanc à motifs décoratifs géométriques simples et sobres semble particulièrement prisé dans les demeures de la Bretagne romaine. Un inventaire récent effectué dans le cadre d’une première synthèse sur le décor en Bretagne romaine montre que ce type correspond à plus de la moitié des découvertes actuelles, pour les contextes datés à partir du iie siècle (Labaune, Le Cloirec, 2011).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arramond J.-C., Labaune-Jean F., Requi c., 2008, Le Quiou Côtes-d’Armor (22) : la villa gallo-romaine de la Gare, rapport intermédiaire de fouilles archéologiques programmées, septième année, été 2008, toulouse, 150 p., inédit.

Arramond J.-C., Requi ch., Labaune-Jean F., 2010, « La villa gallo-romaine de la gare au Quiou (côtes-d’Armor) », L’archéologue, no 106, Langres, p. 34-35.

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, paris, Picard, 392 p., 565 fig.

Labaune-Jean F., 2008, « Les enduits peints en Bretagne gallo-romaine : état des dernières découvertes », Aremorica, no 2, Brest, p. 9-42.

Labaune-Jean F., Le Cloirec g., 2011, « L’environnement décoratif de la Bretagne », in : Balmelle c., Eristov h., Monier F. dir., Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Actes du colloque international de Toulouse, 9-12 oct. 2008, Bordeaux, Aquitania, p. 435-449 (20ème suppl. à Aquitania).

Vitruve, De Architectura, livre VII, 3.

Notes

1 Le terrain concerné a été acquis par le Conseil général des Côtes-d’Armor, qui en finance la fouille conjointement avec le Ministère de la culture et le Conseil régional de Bretagne, en vue d’une mise en valeur. La fouille est menée par une équipe de bénévoles sous la co-direction de Jean-Charles Arramond et Christophe Requi, Inrap Grand Sud-Ouest. Nous tenons à les remercier ici pour nous avoir confié l’étude de ces ensembles.

2 La dernière carrière d’extraction était encore en exploitation jusqu’en 2006.

3 Soit une emprise totale d’environ 20 000 m2.

4 Pour le moment, le secteur résidentiel autour de la seconde cour ouest n’a pas encore été fouillé ; son plan est connu par les photographies aériennes.

5 Cette synthèse des décors peints s’intégrera dans l’étude globale du site de la villa du Quiou, envisagée dans les années qui viennent, à la fin de la fouille.

6 Cette estimation, destinée à une simple quantification des lots, se fait de manière classique à partir du volume des cagettes de conditionnement, soit 98 caisses.

7 Coquillages déterminés par c. du pont, malacologue à l’université de rennes 1.

8 Cet élément s’intègre à un travail collectif en cours, qui fera l’objet d’une prochaine communication.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du Quiou (infographie : S. Jean/Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 2. Plan général de la villa du Quiou, avec localisation des principaux ensembles d’enduits (infographie : Ch. Requi et F. Labaune-Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 3. Agencement de quelques plaques issues du décor de la première piscine (lot 1) (clichés : F. Labaune-Jean et infographie : F. Labaune-Jean et S. Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 4. Vue d’une petite plaque à décor de filet et bande rouge de la galerie des thermes (lot 2) (clichés : F. Labaune-Jean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 5. Décor végétal de la galerie avec proposition de restitution du motif (infographie : F. Labaune-Jean/Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 6. Plaque du décor 3 de la seconde piscine (infographie : F. Labaune-Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 7. Vue du fragment à incrustation de coques et tesselle en verre bleu cobalt (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 8. Vue d’un fragment à incrustation de coquillages sur mortier hydraulique (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 9. Plan de localisation de la fosse 564 (lot 4) (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 10. Vue de la fosse en cours de fouille (cliché : Ch. Requi / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 11.Relevés des remplissages de la fosse, avec en grisé, la couche ayant livré le lot principal d’enduits (infographie : Ch. Requi / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 12. Fragment d’enduit du type A (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig.13. Relevé des principaux fragments du décor A (infographie : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 14. Fragment d’enduit avec motif du type B (cliché : A. Le Merrer/Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig.15. Relevé des principaux fragments du décor B (infographie : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 16. Fragment d’enduit du type C (ornement végétal de candélabre ?) (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 17. Petite plaque d’enduit du type D (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 18. Fragment d’enduit du type E (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 19. Fragment d’enduit du type E (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 20. Relevé des principaux fragments du décor E (infographie : A. LeMerrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig.21. Fragment d’enduit du type H (cliché : A. LeMerrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 22.Relevé des principaux fragments du décor H (infographie : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig.23. Relevé des principaux fragments du décor H (infographie : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 24. Fragment d’enduit du type I (cliché : F. Labaune-Jean / Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 25. Fragment d’enduit du type I (cliché : F. Labaune-Jean/Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 26. Relevé des fragments du décor I (infographie : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 27. Vue des différentes couches de mortier (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 28. Relevé d’un fragment à profil courbe avec ses différentes couches de mortier (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 29. Vue des marques d’accrochage à l’arrière du mortier (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 30. Détail montrant l’empreinte laissée par la ficelle appliquée dans le mortier frais (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 31. Détail montrant trois empreintes superposées de ficelle (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 32. Fragment d’enduit circulaire correspondant sans doute à une réparation du mur (cliché : A. Le Merrer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7470/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

Auteurs

Étudiante (travail réalisé dans le cadre d’un stage de formation pour le Master Pro de l’université de Nantes)

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search