Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Martizay : nouvelle lecture et nouvelle présentation

Clotilde Allonsius et Claudine Allag

Résumé

Le site de Saint-Romain près de Martizay (Indre) a livré au cours des campagnes de fouilles successives (de 1947 à 1971) un certain nombre d’enduits peints fragmentaires. L’étude des deux ensembles principaux a abouti à la restitution partielle de deux parois d’origine : un monochrome rouge où les panneaux sont encadrés de délicats motifs de masques, de vases et d’oiseaux, et où les candélabres appuyés sur des rapaces ou des éléments architecturaux supportent des tableautins, d’une part ; et d’autre part, un décor à fond blanc enrichi de thyrses croisés, de bouquets de feuilles et de guirlandes. Dans le nouveau musée archéologique créé en 2009, une part importante est faite à la présentation des peintures murales, les fragments originaux étant exposés face à des fac-similés.

Entrées d'index

Schlüsselwörter :

Martizay, Malerei, Reproduktionen

Texte intégral

1Sur la rive de la Claise et aux abords du bourg de Martizay, à une vingtaine de kilomètres au nord du Blanc (Indre), le site de Saint-Romain est connu depuis le xixe siècle : il recèle des traces d’occupation néolithique, des vestiges gallo-romains et une nécropole mérovingienne.

2Des fouilles archéologiques y ont été ouvertes dès 1947 par Charles Gomendy. Mais ce sont les campagnes successives menées de 1961 à 1971, sous la direction de Jean-Louis Soubrier, qui ont fourni les enduits peints fragmentaires dont l’étude suit. Ils proviennent d’un secteur d’habitation identifié à une villa, qui a connu des remaniements successifs.

  • 1 Initiée par l’Association des Amis du Vieux Martizay. La muséographie a été assurée par Hélène Guil (...)
  • 2 Étude : Claudine Allag (CEPMR, CNRS-ENS-UMR 8546), Clotilde Allonsius, Sabine Groetembril et Jean-F (...)

3Une première étude rapide a abouti à une publication en 1981 (Barbet, 1981). Quelques fragments ont alors été présentés au musée aménagé dans une ancienne maison de la bourgade. La création d’un nouveau musée archéologique à Martizay en 20091 a entraîné la mise en valeur des collections locales. Dans cette optique, une analyse plus approfondie des peintures était indispensable. La reprise de l’étude et du traitement des deux décors principaux a alors été confiée au Centre d’étude des peintures murales romaines à Soissons2.

Décor à fond rouge

4Cet ensemble provient du secteur appelé « terrain Barnier », fouillé de 1969 à 1971 par J.-L. Soubrier et P. Blanchet. Parfaitement homogène, il appartient à un style décoratif bien datable. En effet, si les critères stratigraphiques ne donnent qu’un terminus ante quem peu utilisable – l’enfouissement est postérieur à 70 de n.è. – les comparaisons stylistiques renvoient à un courant du troisième style bien daté des années 30-40, dont il faut sans doute envisager un prolongement provincial un peu plus tardif.

5Ce sont malheureusement des fragments isolés, qui ne peuvent être assemblés en plaques spectaculaires. Ils présentent cependant de nombreux éléments clés de la composition qui permettent d’appréhender le type de décor.

6La composition s’organise sur un champ monochrome rouge quelle que soit la zone, mais le découpage nous apparaît clairement et nous le décrirons de bas en haut.

Description

La zone inférieure

7Un champ vert très foncé, presque noir, servait de plinthe ; il est souligné, au contact du sol, d’une bande rouge. Au-dessus, on observe le départ de longues feuilles vertes qui permettent de restituer une zone inférieure occupée par de grosses touffes végétales, décor des plus courants.

8La transition horizontale habituelle entre les zones inférieure et médiane est assurée par une double bande verte, présente sur un seul fragment.

La zone médiane

9Le classique découpage en panneaux et inter-panneaux est matérialisé par de minces traits jaunes supportant différents motifs, qui entourent les grands panneaux rectangulaires.

Fig. 1. Décor à fond rouge, masque feuillu (APPA-CEPMR).

Fig. 2. Décor à fond rouge, filet d’encadrement du panneau. Masque et ombelle sur tigelles (APPA-CEPMR).

10Sur les traits horizontaux, de petits masques roses, pourvus d’une chevelure végétale verte, sont posés sur deux feuilles vertes s’écartant symétriquement (fig. 1). L’éclairage de leur chevelure et de leur face indique qu’ils sont vus de trois-quarts. Ils sont parfois remplacés – on ignore à quel rythme, mais la simple alternance est probable – par des petits vases d’un type proche du canthare, dont la couleur jaune de différentes nuances évoque le métal doré. Des masques comme des vases partent symétriquement deux tiges courbes, jaune foncé au départ, jaune clair ensuite (fig. 2) ; le point de rencontre de ces deux tigelles supporte à chaque fois une minuscule ombelle à festons, qui sert de perchoir à un oiseau de profil, tête ronde pourvue d’une huppe, ailes éployées, traité en blanc bleuté (fig. 3). Tournés tantôt à droite, tantôt à gauche, ces oiseaux étaient probablement représentés affrontés.

Fig. 3. Décor à fond rouge, oiseau (APPA-CEPMR).

Fig. 4. Décor à fond rouge, candélabre ornant le panneau (APPA-CEPMR).

Fig. 5. Décor à fond rouge, hampe de candélabre et ombelles (APPA-CEPMR).

11Sur les traits verticaux, on retrouve les mêmes petits masques pour lesquels deux simples touches jaunes, sur le filet, servent d’appui en bas, de calage en haut. Ils alternent peut-être avec de fins motifs cordiformes verts cernés de jaune.

12À l’intérieur de ce panneau prend place un candélabre dont la conception rappelle fortement celle du trait d’encadrement : même filet jaune, mêmes oiseaux perchés sur des ombelles qui, ici, ne sont plus tenues que par une seule tigelle issue du trait central (fig. 4). Un motif cordiforme vert termine peut-être la hampe ; il peut y en avoir d’autres répartis sur sa hauteur.

13Les inter-panneaux sont ornés d’un candélabre dont quelques éléments ont été précisément identifiés. À hampe épaisse traitée en mauve, rehaussée de gris pour la partie ombrée et de blanc pour la lumière, il est enrichi d’éléments végétaux – bulbes, couronnes de feuilles – et d’ombelles (fig. 5). Sa base est constituée par un entablement schématique, jaune, sur lequel sont esquissées en mauve une corniche et des consoles. Du support proprement dit de cet entablement, nous connaissons au moins deux variantes. Dans le premier cas, c’est un oiseau dressé, de face, ailes éployées ; les deux pattes de rapace posées sur la bande verte de transition conservée sur un fragment, et sur d’autres les ailes venant effleurer l’architecture, ne laissent guère de doute. Dans l’autre cas, l’entablement identique est soutenu par un motif que nous comprenons mal. La bande verte courbe, bordée de perles et pirouettes blanches, aurait pu être l’encadrement d’un médaillon, quoique peu probable à cet emplacement, si elle ne s’amincissait sur un secteur : alors, forme en croissant ? Anneau en perspective ? Il faut admettre que nous restons dans l’ignorance. Sur le fragment le plus complet, l’entablement soutient trois tympanons posés debout, représentés de trois-quarts ; celui du centre, plus grand que les deux latéraux, sert de support à une grande ombelle en gris mauve, départ très probable de la hampe de même couleur (fig. 6).

Fig. 6. Décor à fond rouge, base de candélabre (APPA-CEPMR).

Fig. 7. Décor à fond mauve, pinax (APPA-CEPMR).

14Là encore, nous avons au moins une variante attestée : sur d’autres fragments, deux ilets blancs montent des extrémités de la petite architecture. On en rapprochera différents masques pendus à un trait blanc vertical de même type, sans pouvoir restituer plus précisément l’organisation d’ensemble de ce type de candélabre.

  • 3 Le vocabulaire est emprunté à Barbier, Blanc et alii, 1999.

15Par ailleurs, un autre motif est bien identifié : c’est un pinax à fond mauve, encadré d’un double trait noir et blanc. On y distingue une corbeille en vannerie, dont les deux rangs de croisé apparaissent nettement3 (fig. 7). Les fruits qu’elles contenaient sont décelables juste au bord de la cassure : ce sont des formes arrondies brunes, trop incomplètes pour être identifiées, encore que leur couleur foncée soit en faveur de figues, souvent représentées. On reconnaît le thème des xenia, aussi fréquemment traité en peinture qu’en mosaïque romaines.

16Ce pinax repose sur un masque, peu lisible mais visiblement distinct de ceux des panneaux, ne serait-ce que par un éclairage différent, venant de gauche, marquant une vue de face, et non de trois-quarts. Du sommet du crâne partent deux formes allongées (des cornes ?) qui servent latéralement de consoles. Où placer ce tableautin ? Sur une paroi de ce type, il est envisageable en plusieurs endroits : en milieu de panneau – et il serait alors accroché au candélabre médian ; posé sur sa bordure supérieure, au centre ; ou en ornement de l’inter-panneau. On trouve dans la peinture campanienne de multiples exemples de ces différentes positions, également attestées en Gaule romaine.

17Ici, le masque, très différent de ceux qui figurent sur les traits verticaux, son éclairage qui leur est également contraire, conforme en revanche à celui du candélabre, sont des arguments qui inclinent à le placer dans l’interpanneau. Par ailleurs, un fragment de bande sommitale de paroi (cf. infra) garde la trace d’un nœud de ruban blanc, attestant qu’un objet y était suspendu. C’est donc à l’extrémité supérieure du candélabre que l’on propose de placer ce petit tableau.

18D’un autre pinax il nous reste un fond vert, pourvu d’une bordure analogue. À l’extérieur du cadre apparaît un motif mauve, certainement un pan de ruban, qui confirme le mode d’accrochage de ces objets – la couleur pouvant naturellement varier de l’un à l’autre.

La zone supérieure

19Elle est sans doute réduite, comme très souvent en Gaule, quoique nous ne connaissions pas la distance entre les ornements du trait d’encadrement supérieur et la bande sommitale.

20Cette bande est verte, rappelant celle qui court au-dessus de la zone inférieure. Au-dessus, une bande blanche traversée de traits mauves en nuances dégradées évoque une corniche en relief ; l’illusionnisme est assez poussé pour qu’on y reconnaisse un tore et trois fasces. La représentation de modillons renforce encore le souci de réalisme. C’est sous la bande verte qu’apparaît un motif gris-blanc, très altéré, que nous avons identifié comme un nœud à double coque auquel seraient accrochés les tableautins déjà décrits.

Dimensions

21C’est bien sûr la grande inconnue, comme à chaque fois que les fragments ne donnent lieu à aucun remontage de secteur complet.

22Nous avons la distance entre deux motifs des bordures horizontales (oiseaux sur ombelle) – environ 25 cm d’une ombelle à l’autre. Mais si la largeur du panneau en est obligatoirement un multiple, l’incertitude subsiste quant au nombre des séquences. Nous en suggérons deux de part et d’autre de l’axe, ce qui n’est qu’une éventualité vraisemblable.

23Un des seuls éléments déterminants est donné par la longueur de la base du candélabre, soit le petit entablement, facile à évaluer d’après le gros fragment qui en est conservé. Elle peut être estimée à 38 cm environ. Compte tenu de la marge nécessaire de part et d’autre, dont un fragment nous donne une dimension minimale, l’inter-panneau doit être large de près de 60 cm.

Style

24Le principe d’une paroi monochrome, le découpage en traits minces, le candélabre axial dans les panneaux, voire les bordures très chargées, sont bien spécifiques de la mode importée d’Italie dans le deuxième quart du ier siècle de notre ère (voir par ex. Bastet, De Vos, 1979, pl. XVI, 30 ; pl. XXI, 41) et qui se répand largement dans les décennies suivantes (Barbet, 2008, en part. fig. 173-174). S’y ajoutent des détails ornementaux non moins caractéristiques : les motifs cordiformes et leur remplissage en vert, le traitement analogue des petits vases et de leurs anses en volutes, les ombelles miniaturisées avec le détail de leurs bords dentelés. Quoique moins fréquents, les entablements servant de supports aux candélabres sont déjà répertoriés à Vienne (Isère) (Barbet, 2008, fig. 61-62) ou à Poitiers (Vienne) (Allag, 2000, fig. 6). On trouve également des exemples provinciaux de pinakes accrochés aux candélabres à Commugny en Suisse (Barbet, 2008, fig. 83), à Saint-Ulrich (Moselle) (Heckenbenner, 1983, fig. 8-7) ou à Clermont-Ferrand (Dufour, 1987, fig. 1).

25Mais d’autres caractères s’écartent de ce style encore très italien et évoquent plutôt les compositions de la deuxième moitié du ier siècle en Gaule romaine ; ce sont en particulier l’encadrement vert de la zone médiane et la double bande de transition dont les deux tons superposés rappellent de manière lointaine les podiums en perspective des peintures plus précoces.

26On connaît en province des parois composées selon cette même inspiration ; les touffes de feuillages en plinthe, les candélabres à ombelles ne se comptent plus. Il reste que, avec ses larges festons et la préférence accordée aux masques et aux oiseaux, ce décor présente une forte originalité.

27Le choix du fond uniformément rouge ocre, qui est le pigment minéral le plus abondamment utilisé dans la peinture murale antique, pourrait dénoter une grande simplicité. En réalité, l’usage pour les motifs de tons diversifiés et de nuances en dégradés subtils, le contraste entre ces couleurs claires et l’opacité du fond trahissent une recherche aboutie dont l’effet décoratif est encore frappant. Les touches d’une extrême finesse des motifs miniaturisés, l’élégance des ailes d’oiseaux confirment la maîtrise du décorateur. L’apparente sobriété de la composition ne fait que mettre en valeur le raffinement des détails.

Décor à fond blanc

28Ce lot a été recueilli dans un autre secteur, le « terrain Carcaud », fouillé de 1961 à 1968.

Description

29Comme pour le décor à fond rouge, nous avons plusieurs motifs répertoriés, mais peu de liens entre eux, ce qui ne nous permet de déterminer que quelques séquences du décor. La restitution de 1981 était présentée comme hypothétique et, en effet, de nombreuses réinterprétations ont été effectuées. Les quelques enchaînements que nous avons pu observer ont été obtenus en plaçant les différents motifs selon le brossage, régulier, de la couche picturale.

30Des éléments de filets rouges agrémentés de petites boules de même couleur sont présents, parallèles ou obliques au brossage du fond : il s’agit vraisemblablement de thyrses croisés, séparés de part et d’autre de filets bouletés verticaux ; ce type de motif est bien attesté en zone inférieure. Fréquent en Campanie au ier siècle, il perdure au moins jusqu’au milieu du siècle suivant, comme à la villa du Liégeaud à La Croisille-sur-Briance, en Haute-Vienne (Dumasy-Mathieu, 1991, fig. 75 et pl. I).

31Une large bande noire semble servir de bande de transition entre les zones inférieure et médiane. D’autres bandes noires plus étroites structurent la zone médiane verticalement, créant probablement des panneaux et inter-panneaux (fig. 8). Les bouquets de feuilles identifiés lors de la première étude sont associés à un filet rouge dont une volute forme la base. Les bouquets sont composés de six feuilles rouges et deux jaunes, et agrémentés de tigelles finissant en vrilles. D’autres petites touches jaunes ornent ce filet rouge, qui sert d’encadrement aux panneaux de zone médiane. Des guirlandes de plusieurs types sont accrochées au filet rouge : l’une, assez grossière, est composée d’un filet rouge rehaussé de petites touches de même couleur et semble ne former qu’une très légère courbure. La seconde est plus élaborée : elle est accrochée, à son extrémité, au filet d’encadrement supérieur des panneaux par un fin ruban rouge près de l’angle, tandis qu’un autre ruban la soutient et s’enroule autour du filet d’encadrement (fig. 9). Des touches rouges rehaussées de jaune forment une courbe bien marquée. La présence de guirlandes dans les panneaux est assez courante. Des exemples précoces italiens sont connus mais le thème se perpétue et la mode est répandue en Gaule : Mandeure-Mathay, Champs des Îles (Billerey, Mazimann, 1998), Villards d’Héria, Pont des Arches (Lerat, 1998).

32Le traitement des bouquets de feuilles ornant le filet d’encadrement des panneaux est ici plutôt inhabituel : peints en aplats monochromes, ils sont de même couleur que le filet, alors qu’on s’attendrait à un traitement plus réaliste, comme par exemple à Reims, rue Clovis (Allonsius, 2007) où les feuilles, vertes, rehaussées d’une base noire et agrémentées de tigelles en vrille, sont placées sur des filets bruns.

33En ce qui concerne les inter-panneaux, nous ne savons que peu de choses : les bandes noires doivent en cerner les espaces, mais nous ignorons si elles encadrent complètement les panneaux, ou si elles ferment l’espace des inter-panneaux en partie haute. De plus, nous n’avons pas déterminé de motif de candélabre, caractéristique de l’ornementation des inter-panneaux.

Fig. 8. Décor à fond blanc, bande noire d’encadrement de panneau et bouquet de feuilles sur filet intérieur (APPA-CEPMR).

Fig. 9. Décor à fond blanc, partie sommitale de panneau. Guirlande (APPA-CEPMR).

Observations techniques

34De nombreux tracés préparatoires sont visibles sur la surface de cet ensemble. Des tracés profonds sont incisés le long des bandes noires ainsi que du filet d’encadrement des panneaux. Malgré la multiplicité de ces tracés, des débordements de couleurs sont observés, ce qui semble indiquer une réalisation rapide, sans trop de soin.

35La plupart des fragments présentent les empreintes de moellons au revers. La taille de ces moellons est variable, on a pu en estimer certains à 15 x 9 cm, tandis que d’autres sont plus carrés. Quelques-uns dénotent une application sur une peinture antérieure, comme ceux déjà observés lors de la première étude : un premier enduit a été piqueté de façon à obtenir une surface incisée de longues saignées entrecroisées, creux qui ont ensuite été comblés par le mortier du deuxième décor. Ces deux supports successifs ont parfois tendance à se déliter, ce qui en favorise l’observation. On ne sait pas grand-chose du premier état : sur fond blanc se détachent des motifs jaunes et rouges. Ainsi, les fragments correspondant à la guirlande la plus complexe présentent ces traces au revers, de même que quelques fragments de la bande noire et des thyrses rouges. Comment expliquer alors la coexistence, pour un même décor, de deux types de support, l’un qui indique une réalisation primaire (empreintes des moellons du mur), l’autre secondaire (application sur un enduit antérieur piqueté) ? Pour appliquer un décor sur un autre, l’artisan peut piqueter ce dernier, nous l’avons déjà expliqué, mais peut aussi en ôter complètement le support, jusqu’à revenir au mur nu. Nous pouvons supposer qu’une ouverture présente dans un premier état a pu être fermée ensuite par des moellons et que l’ensemble du décor de la pièce a été refait ; ou qu’une grande pièce a été ensuite, dans un deuxième état, divisée en deux par un mur en moellons et redécorée ; ou encore qu’une réfection a été nécessaire suite à un accident qu’on ne peut connaître…

Style

36Ce type de peinture à fond brossé est typique de la fin du iie – début du iiie siècle. Nous aurions donc une réalisation postérieure à celle du décor à fond rouge et qui proviendrait des phases d’occupations tardives repérées lors des fouilles.

37Par manque d’éléments de datation archéologique, A. Barbet avait proposé de dater stylistiquement, mais avec une grande prudence, cet ensemble du dernier tiers du ier siècle av. J.-C. Or, à la lueur de découvertes plus récentes, nous avons constaté que les fonds grossièrement striés ne sont pas liés à de la négligence de mise en œuvre, mais à une mode apparue à la fin du iie siècle, répandue au iiie, qui traduit une volonté d’accrocher la lumière en travaillant la matière. Cette façon de faire apparaît en opposition au goût antérieur des murs parfaitement lissés, à effet de miroir. Ce second décor à fond blanc, brossé verticalement, illustre parfaitement cette tendance sévérienne.

Traitement des enduits peints

38Le fixatif utilisé anciennement (Paraloïd B 72 dilué dans du chlorothène) avait mal vieilli et provoqué des craquelures. Il a été enlevé à l’acétone.

39D’autre part, un certain nombre de fragments avaient été collés par la tranche avec une colle vinylique, et ces assemblages se trouvaient déformés. La colle ancienne a également été diluée à l’acétone, et les tranches nettoyées.

40La consolidation et la réalisation de galettes pour les plaques principales étaient donc la troisième étape de traitement des enduits. Chacune des plaques a été retournée sur une table de verre, face contre le verre, et fixée à l’aide de plastiline. Les revers ont été ensuite consolidés au Primal E330-S dilué à 5 % dans l’eau, puis recouverts d’une galette de mortier, composée de sable et de Mowilith D50. Une fois les galettes sèches, les plaques peuvent être manipulées et placées dans les vitrines du musée.

Fig. 10. Vue des fac-similés dans le musée (Les Amis du Vieux-Martizay).

Fig. 11.Vitrine avec les fragments clés des décors (Les Amis du Vieux Martizay).

Choix de la présentation (fig. 10 et 11)

41La difficulté résidait dans un double impératif : présenter les vestiges originaux et concrétiser le résultat de l’étude.

  • 4 Peinture acrylique sur medium (H : 2,80 m, L : 3,45 m).

42La réalisation d’un fac-similé4 du décor à fond rouge, occupant toute une paroi de la salle d’exposition, donne l’atmosphère de la pièce peinte, l’intensité de la couleur et l’aspect initial des motifs. La surface disponible et notre ignorance des dimensions d’origine de la pièce n’autorisaient que la restitution d’un secteur : nous avons opté pour deux panneaux et un inter-panneau.

43Les dimensions évaluées à l’étude ont été évidemment respectées ; mais la hauteur des panneaux est hypothétique ; elle est vraisemblable en fonction des analogies avec d’autres décors connus.

44La conception d’ensemble et la situation relative des principaux motifs sont assurées, mais c’est une restitution a minima. Il est probable en effet que les candélabres du décor à fond rouge étaient plus richement ornés et la zone supérieure pourvue d’autres objets suspendus. Les fragments-clés originaux sont présentés dans une vitrine plate face à la restitution. Un éclairage ponctuel, déclenché à volonté par le visiteur, permet de relier chaque motif conservé à sa remise en situation dans la composition générale.

  • 5 H : 2,73 m, L : 3,60 m.

45Une mise en scène identique, plus petite, permet la compréhension du décor à fond blanc5. Plus incertaine, la restitution proposée, soumise aux contraintes muséographiques d’espace et de dimensions, ne constitue qu’une évocation de l’ambiance créée par un décor à fond blanc de ce type.

46Dans la même salle, l’écorché d’une paroi, avec les couches successives de mortier préalables à la surface décorée, explique clairement les étapes de la réalisation d’une peinture murale gallo-romaine ; à proximité, le bac à chaux récupéré sur le site retrouve naturellement sa place.

47Une autre vitrine accompagnée d’un poster complète ces notions pratiques avec, en particulier, une série de pigments semblables aux matériaux antiques.

48Pour qui veut en savoir plus, un écran présente des commentaires précis sur les méthodes d’étude et de conservation des peintures fragmentaires.

En conclusion

49Les décors principaux découverts sur le site de Saint-Romain témoignent de deux styles bien distincts. Le décor à fond rouge, parfaitement lissé, aux motifs soigneusement détaillés et aux nombreux rehauts de couleur, est caractéristique de la première moitié du ier siècle, alors que le décor à fond blanc, brossé, illustre une mode bien plus tardive qui rompait volontairement avec les fonds polis du ier siècle.

50La reprise de cette étude a permis de mieux définir ces styles, et le long travail de traitement des consolidations anciennes a pu aboutir à la présentation des éléments principaux de chacun des décors, stabilisés et débarrassés des « vernis » qui altéraient leurs couleurs originelles. Restent cependant des incertitudes quant à la restitution des décors : les différents motifs sont parfois sans lien entre eux, et les dimensions demeurent inconnues.

51Les fac-similés proposés pour la nouvelle salle d’exposition donnent une idée de l’ambiance de deux salles d’époques différentes, alors que l’exposition des fragments et la documentation associée permettent au visiteur d’appréhender nos connaissances des techniques picturales antiques et la démarche de recherche des archéologues.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allag Cl., 2000, « Peintures romaines à Poitiers : les fouilles de la chambre de commerce », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. XIV, p. 33-48, 7 fig. XIV pl.

Allag Cl., 2008, « Les enduits peints du site de la ‘propriété Bourdin’ (parcelle D 484) », in : Chabanne J.-P., Vidonne-Lebrun S., Bertrand I. coord., 2008, 30 ans de découvertes archéologiques à Béruges (86), Chauvigny, Ass. des publ. chauvinoises, p. 124-129 (Ass. Les Amis de Béruges, cahier no 36).

Allonsius C., 2007, Reims, 15 rue Clovis, Rapport interne du CEPMR.

Barbet A., 1981, Les peintures romaines de Martizay (site archéologique de Saint-Romain), Paris, impr. Étienne-Julien, 43 p. (Cahiers historiques de Martizay, 9).

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard, 392 p., 565 fig.

Barbier G., Blanc N. et alii, 1999, La vannerie à l’époque gallo-romaine, Catalogue d’exposition, musée d’Argentomagus, du 26 juin au 28 nov. 1999, 63 p., 49 fig.

Bastet F.L., De Vos M., 1979, M., Il terzo stile pompeiano, Gravenhage, 237 p., 16 fig., LXIV pl. (Archeologische Studien van het Nederlands historisch Instituut te Rome, IV).

Billerey R., Mazimann J.-P., 1998, « La peinture murale antique à Mandeure », Bull. de la Société d’Émulation de Montbéliard no 121, p. 23-83.

Dufour M., 1987, « Un exemple de restitution graphique : Clermont-Ferrand », in : Barbet A. dir., La peinture murale antique : restitution et iconographie, Actes du IXe séminaire de l’AFPMA, Paris, 27-28 avril 1985, Paris, éd. de la MSH, p. 9-15.

Dumasy-Mathieu Fr., 1991, La villa du Liégeaud et ses peintures : La Croisille-sur-Briance (Haute-Vienne), Paris, éd. de la MSH, 192 p., 124 fig., VIII pl. (Documents d’archéologie française, 31).

Eristov H., 1987, « Les peintures murales provinciales d’époque flavienne », in : Pictores per provincias, Avenches, Ass. Pro Aventico, p. 45-56 (Cahiers d’archéologie romande, 43 – Aventicum, 5).

Heckenbenner H., 1983, « Peintures murales en Lorraine, essai de classification », in : Barbet A. dir.., 1983, La peinture murale dans les provinces de l’Empire, Journées d’étude de Paris, 23-25 sept. 1982, Oxford, p. 157-176 (BAR International Series, 165).

Lerat L., 1998, Les Villards d’Héria (Jura) : recherches archéologiques sur le site gallo-romain des Villars-d’Héria, Jura, 1958-1982, Besançon/Paris, vol. II, pl. XLV (Annales litt. de l’Univ. de Franche-Comté Archéologie, 44).

Notes

1 Initiée par l’Association des Amis du Vieux Martizay. La muséographie a été assurée par Hélène Guillemot, directrice de l’écomusée de la Brenne et Jean-Claude Marquet, conservateur du musée.

2 Étude : Claudine Allag (CEPMR, CNRS-ENS-UMR 8546), Clotilde Allonsius, Sabine Groetembril et Jean-François Lefèvre (APPA-CEPMR). Restauration : Béatrice Amadei (APPA-CEPMR). Réalisation des fac-similés : Jean-François Lefèvre (APPA-CEPMR).

3 Le vocabulaire est emprunté à Barbier, Blanc et alii, 1999.

4 Peinture acrylique sur medium (H : 2,80 m, L : 3,45 m).

5 H : 2,73 m, L : 3,60 m.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Décor à fond rouge, masque feuillu (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 2. Décor à fond rouge, filet d’encadrement du panneau. Masque et ombelle sur tigelles (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3. Décor à fond rouge, oiseau (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 4. Décor à fond rouge, candélabre ornant le panneau (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5. Décor à fond rouge, hampe de candélabre et ombelles (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 6. Décor à fond rouge, base de candélabre (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 7. Décor à fond mauve, pinax (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 8. Décor à fond blanc, bande noire d’encadrement de panneau et bouquet de feuilles sur filet intérieur (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 9. Décor à fond blanc, partie sommitale de panneau. Guirlande (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 10. Vue des fac-similés dans le musée (Les Amis du Vieux-Martizay).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 11.Vitrine avec les fragments clés des décors (Les Amis du Vieux Martizay).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7437/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search