Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Les enduits peints de la villa gallo-romaine des Châteliers à Paizay-Naudouin-Embourie (Charente)

Imma Carrión i Masgrau

Résumé

Cet article présente l’ensemble des enduits peints de la villa gallo-romaine des Châteliers à Paizay-Naudouin-Embourie en Charente. Il s’agit de 400 m2 d’enduits peints, dont la plupart proviennent d’un remblai de comblement, de 140 m2 sur 1 m de profondeur, correspondant à la mise à niveau de quatre pièces du secteur nord du site. Ces enduits sont datés des années 30-40 aux années 50-70 ap. J.-C. D’autres ensembles, trouvés in situ ou en remblai, présentent des datations qui s’étalent de la première moitié du ier siècle jusqu’au ive siècle.

Texte intégral

1Ce site est connu dès le début du xxe siècle et fouillé depuis 1968 jusqu’à 2003. Les campagnes archéologiques se sont déroulées sous différents statuts : des sondages et des sauvetages réalisés par M. Gagnère et, à partir de 1980 et pendant dix ans, des fouilles programmées dirigées par Y. Vincendeau. Il est classé Monument Historique depuis 1983.

2Deux opérations de fouilles préventives ont eu lieu en 1996 et 1998, sous la responsabilité de I. Carrión i Masgrau, pour terminer la fouille du remblai d’enduits peints. De 2001 à 2003, toujours sous sa conduite et celle de F. Chiron, débute un programme de recherche pour l’étude du matériel et du site, avec une fouille programmée qui s’achève par des sondages ponctuels en 2004. Actuellement, un PCR coordonné par I. Carrión i Masgrau et F. Chiron-Champagne vise à publier une monographie en 2013.

Le site des Châteliers

3Il s’agit d’une partie de la pars urbana d’une villa gallo-romaine qui s’étend sur deux hectares dans la commune de Paizay-Naudouin-Embourie en Charente. Elle se situe en territoire picton, à 70 km au sud de Limonum (Poitiers), capitale de la cité et à proximité de la frontière avec la cité des Santons.

4La villa, implantée sur le versant ouest d’une petite vallée sèche dite du « Puits Saint-Genis », est à l’écart des voies antiques connues, la plus proche étant la voie Rom-Montignac-Charente, qui passe par Condac, à 13 km à l’est du site. Celui-ci a été occupé dès le Néolithique et jusqu’au ve siècle ap. J.-C. L’occupation romaine se développe en quatre phases :

  • une première implantation gallo-romaine précoce, antérieure aux années 30 de notre ère, se caractérise par des bâtiments en matériaux légers, bois et torchis, sur poutre sablière, et par la présence de tuiles ;

  • une deuxième construction, dans les années 30-40, remplace la précédente détruite par un violent incendie. Les bâtiments seraient reconstruits sur solins de pierre et poutres sablières. Des aménagements – bassin, collecteur d’eaux usées – apportent un confort supplémentaire ;

  • au cours de la deuxième moitié du ier siècle, un projet d’envergure voit le jour. La première villa est détruite volontairement et reconstruite à la fin du ier siècle, selon un plan légèrement différent et des techniques de construction en dur, avec des fondations en pierre. Cette villa perdure jusqu’au iiie ou ive siècle, mais la fin de cette occupation est marquée par un hiatus chronologique ;

  • la dernière occupation, à caractère domestique, agricole et artisanal, s’est prolongée jusqu’à la fin du ive siècle ou le début du ve, en particulier sur la partie nord du site actuel. Les espaces sont réorganisés et réaménagés – installation de foyers, de structures légères à l’intérieur des salles, construction d’une petite canalisation d’évacuation des eaux. Cette phase est scellée par un incendie survenu dans la première moitié du ve siècle.

Historique

5Depuis la campagne de fouilles menée en 1983 par Y. Vincendeau dans les pièces B et C du secteur nord, la présence massive d’enduits peints est attestée sur le site. Auparavant, seul un ensemble d’enduits peints fut mis au jour dans le dépotoir du secteur sud en 1974, sous la responsabilité de M. Gagnère. Néanmoins, nous avons la certitude, d’après les cahiers de fouilles, de la présence sur tout le site de fragments de peinture murale romaine épars, qui n’ont jamais été retrouvés.

6En effet, depuis 1983 et pendant cinq campagnes de fouilles, un comblement de 140 m ² sur 1 m de profondeur a été fouillé dans les pièces A, B, C et D du secteur nord. Le remblai était essentiellement composé de 400 m2 d’enduits peints environ, quelques céramiques, des clous et des os. Il est apparu au-dessous des sols du ive siècle et sur une phase d’occupation établie au-dessus des structures datées archéologiquement des années 30 ap. J.-C. Le remblai aurait été versé à l’occasion d’une phase de transformations architecturales au cours desquelles un nouveau plan de la villa a été établi. Pendant cette phase qui a été identifiée sur toute la partie fouillée du site, les constructions auraient été arasées et remblayées lors d’une mise à niveau du gisement, datée de la fin du ier siècle ap. J.-C. ou du début du iie siècle.

7En 1984, le responsable de la fouille a décidé d’effectuer le tri entre les fragments monochromes et polychromes, en raison du manque de place pour étudier les ensembles et de l’impossibilité de classer les différents fonds unis en ensembles distincts.

8Postérieurement, lors des trois dernières campagnes archéologiques (2001, 2002, 2003), d’autres ensembles d’importance quantitative moindre, et dont la fourchette chronologique est très large, sont apparus in situ ou en remblai.

Les ensembles

9Nous pouvons considérer que le site des Châteliers a livré, jusqu’à présent, trois grands ensembles de peintures :

  • l’ensemble provenant du remblai des pièces du secteur nord (1983/1998), daté de 30-70 ap. J.-C.

  • des peintures trouvées in situ (1989, 1996-1998 et 2002), datées d’avant 30 ap. J.-C. et du ive siècle.

  • l’ensemble trouvé en remblai lors des campagnes de 1974, 2001, 2002 et 2003.

Ensemble provenant du remblai des pièces du secteur nord (1983-1998). 30-70 ap. J.-C.

10Dans l’état actuel de nos recherches, nous avons consigné les décors d’au moins quatorze pièces puisque nous avons trouvé onze ensembles à décors distincts, quatorze zones inférieures différentes, cinq bandes de séparation diverses et onze motifs décoratifs différents de panneaux et inter-panneaux.

11Nous ne connaissons pas la provenance de ces enduits, mais ils décoraient certainement les bâtiments de la pars urbana, dans la deuxième phase de la villa (30-70 ap. J.-C.), comme le prouvent les collages entre les enduits du remblai et la plinthe in situ du mur 47.

12Ensemble à fond noir et décor aux masques (A1)

13Il surmonte une zone inférieure à fond rouge bordeaux qui repose sur une plinthe ocre jaune mouchetée de vert. Cette zone est décorée d’une alternance de losanges et carrés blancs, délimités par un filet rouge bordeaux et ornés de fleurs à pétales ronds rouge bordeaux. Des fleurs à huit pétales blancs parent des carrés encadrés d’une bande verte imbriquée dans une bande ocre jaune. Ces figures géométriques sont reliées par un galon brodé blanc et rouge bordeaux (fig. 1).

14La partie médiane de cet ensemble présente une alternance de grands panneaux noirs, décorés de carrés verts et blancs dans chaque angle, et d’inter-panneaux également à fond noir. Les carrés sont ornés soit par des masques de théâtre, soit par des fleurons et quatre demi-lunes, blanc et ocre jaune. À leur tour, les inter-panneaux contiennent des candélabres métallisés aux fûts grêles décorés d’ombelles et d’œnochoés. Le pied du candélabre repose sur la corniche inférieure verte et ocre jaune. Son sommet est couronné d’un fleuron supportant un vase doré. La corniche supérieure est ocre jaune et verte (fig. 2).

Fig. 1. Ensemble A1. Zone inférieure.

Fig. 2. Ensemble A1. Partie médiane. Fond noir, inter-panneau à candélabre avec oenochoés et vase sommital, corniche ocre jaune.

15Ensemble à fond rouge-ocre à feuilles vertes lancéolées et galons brodés à cœurs bleus (A3)

16Il s’agit d’un ensemble à fond rouge ocre dont nous ne connaissons que la partie médiane. Des filets blancs de 1 cm de largeur encadrent les panneaux qui présentent un décor végétalisant de feuilles vertes lancéolées et de galons brodés blancs à petits cœurs bleus.

17Une bordure ajourée à fond blanc, décorée de leurs à quatre pétales bleus et de grenades encadrées par des triangles marron et ocre, fait office de bande de séparation.

18Ensemble à fond noir et inter-panneaux rouge ocre, décorés de candélabres métallisés (A6)

19Cet ensemble, dont la zone basse est inconnue, est caractérisé par une alternance de panneaux à fond noir et d’inter-panneaux rouge ocre. L’intérieur de ceux-ci est orné d’un candélabre métallisé dont le pied repose sur trois roulettes ; le sommet se termine par une vasque d’où jaillissent des jets d’eau ou des rubans de cire (fig. 3). Les panneaux sont encadrés par un filet ocre jaune orné de perles blanches et des pirouettes vertes sur les angles avec quatre points à la diagonale. Sur la partie supérieure de l’encadrement, des coussinets verts délimités par des filets blancs et ocre jaune imitent un fronton très stylisé. Toutes les limites horizontales, inférieures et supérieures sont surlignées par un filet bleu. La corniche supérieure est ocre jaune, décorée de filets rouge ocre, blancs et noirs (fig. 4 et 5).

Fig. 3. Ensemble A6. Fond rouge ocre, candélabre avec vasque et jets d’eau.

20Ensemble à fond noir et décor de thyrses et candélabres dorés (A7)

21Cet ensemble présente, sur un fond noir, un décor de thyrses et candélabres jaunes, imitant l’or. La corniche supérieure est une large bande verte, ocre et blanche (fig. 6).

22Ensemble à fond rouge avec des jardinières et des inter-panneaux vert-bleu égyptien (A8)

23Seules les parties médianes et supérieures sont connues. La zone médiane porte de grands panneaux à fond rouge presque bordeaux, ornés à l’intérieur par des sortes de jardinières métalliques d’où émergent des feuilles de lierre enrichies de guirlandes de perles et pirouettes bleues, ocre jaune et blanches. Les inter-panneaux, à fond vert-bleu égyptien, sont occupés par des candélabres torses jaunes, imitant l’or, agrémentés de cornes d’abondance et d’oiseaux. La corniche supérieure à fond blanc est décorée de fleurs de lotus schématisées (fig. 7).

24Ensemble à fond rouge ocre avec candélabres aux perroquets blanc et vert (A9)

25Le décor conservé correspond à la partie médiane du mur. Il est à fond uni rouge ocre avec une alternance de grands panneaux et d’inter-panneaux ornés de candélabres blanc et vert et portant des oiseaux qui ressemblent à des perroquets.

Fig. 4. Ensemble A6. Partie supérieure du panneau à fond noir ; cadre jaune surmonté de coussinets verts, corniche jaune.

Fig. 5. Ensemble A6. Restitution hypothétique. Aquarelle par J.-M. Cousset.

Fig. 6. Ensemble A7. Fond noir. Thyrses et candélabres jaunes, imitant l’or ; corniche supérieure verte, ocre et blanche.

Fig. 7. Ensemble A8. Panneaux rouges à feuilles de lierre et inter-panneau bleu égyptien, décoré de candélabres torses jaunes, imitant l’or, avec cornes d’abondance et oiseaux.

26Ensemble à fond rouge ocre avec frise animalière et corniche verte et blanche (A9)

27Cet ensemble correspond à une partie supérieure à fond uni rouge ocre. La frise est décorée par des animaux, des sphinx, des vases. La corniche est verte et blanche.

28Ensemble à fond rouge-ocre avec filets jaunes (A9)

29Il présente une partie médiane du mur à fond uni rouge ocre. Les panneaux sont encadrés par de minces filets jaunes, ornés de petits losanges et de perles vertes et bleues. L’intérieur des panneaux est décoré de petits objets jaunes : cymbales, vases, têtes lunaires.

30Il est possible que ces trois derniers ensembles puissent être mis en relation, mais aucun fragment-clé n’a été trouvé jusqu’à présent.

31Zone inférieure marbrée sur fond vert (A13)

32Il s’agit d’une zone inférieure à fond vert à marbrures rouge ocre.

33Ensemble à fond ocre jaune à marbrures violettes (A17)

34C’est une zone basse ocre jaune à marbrures violettes et rouge ocre (chemtou). Les panneaux sont délimités par des filets noirs de 1 cm de largeur. La bande de séparation est verte.

35Zone inférieure aux échassiers (A20)

36Il s’agit d’une zone à fond rouge ocre, où des échassiers alternent avec des touffes de feuillage à fleurs ocre jaune, le tout surmontant une plinthe ocre jaune (fig. 8).

37Zone inférieure rose mouchetée et bande de séparation ocre jaune à filets noirs et rouges (A23)

38Cet ensemble présente un champ rose clair moucheté de 42 cm de hauteur. Il se développe sur une plinthe de la même couleur, de 5 cm de hauteur, limitée par un filet horizontal noir de 1 cm de largeur. Il est composé de panneaux verticaux de 22,5 cm de hauteur dont la largeur est inconnue, séparés par un filet noir de 1 cm de largeur.

39Une bande de séparation large de 10 cm, qui imite une moulure, fait le raccord avec la partie médiane de couleur noire. Cette bande de séparation est composée d’une bande noire de 5,5 cm de largeur, qui matérialiserait l’ombre de la bande ocre jaune large de 5 cm qui se développe au-dessus d’elle. Celle-ci présente trois filets : un noir et deux rouge ocre, imitant les concavités et convexités de la moulure. Le noir de 0,5 cm de largeur est à 0,5 cm de la bande noire. À 2,1 cm, est dessiné le premier filet rouge ocre de 0,5 cm de largeur, et à 0,5 cm se développe le dernier filet rouge-ocre large de 0,5 cm situé à 0,5 cm du champ noir de la partie médiane.

40Deux ensembles de corniches à fond blanc avec des filets dégradés de couleur lie de vin (A41)

41Ensemble de bordures ajourées à fond blanc et dents de loup (A44)

42Ensemble à éléments architecturaux (A55)

43Cet ensemble est composé de différentes formes et éléments d’architecture : linteaux, cadres, angles de portes et fenêtres, profils d’escaliers, raccords de plafond, pilastres, etc. Ils sont peints en ocre jaune avec un filet blanc, en rouge ocre, en noir ou en blanc (fig. 9).

Fig. 8. Ensemble A20. Plinthe ocre jaune et zone inférieure rouge ocre ; alternance d’échassiers, de touffes de feuillage et de leurs ocre jaune.

Fig. 9. Ensemble A55. Élément architectural peint en ocre jaune avec bande verte et filets blancs.

44En somme, pour ce premier ensemble provenant du remblai du secteur nord, nous pouvons parler du décor de seize pièces de la première villa gallo-romaine. Nous ne pouvons pas savoir, pour l’instant, si ces peintures ont été toutes réalisées au moment de la construction de la villa ou si nous sommes face à des réfections postérieures. En tout cas, dans une grande majorité, elles ont dû être réalisées vers les années 30-40, au moment de la construction de la villa. La provenance des ensembles par rapport aux pièces décorées nous est, à ce jour, inconnue.

45D’un point de vue stylistique, elles sembleraient être d’un troisième style tardif ou de deuxième génération (barbet, 2008, p. 95), même si plusieurs motifs décoratifs nous font penser au Quatrième style provincial.

Ensembles in situ 1989, 1996-1998 et 2002

46En ce qui concerne les enduits trouvés dans d’autres unités stratigraphiques, ils représentent quarante-deux ensembles différents et une surface de 48,90 m2. En général, il s’agit d’ensembles monochromes : blanc, noir, rouge, de très mauvaise facture et de datation impossible à cerner à partir du décor seul.

47Ensemble in situ à fond blanc encadré de bandes noires. Pièce PH - Secteur II. Époque claudienne (B1)

48Cet ensemble (B15 et B17) a été trouvé lors des campagnes de fouilles de 1987, 1989, 1996 et 1998, et 2001, immédiatement au-dessous du remblai d’enduits peints des pièces B et a. il décorait la pièce ph, qui s’étend sous ces deux pièces.

49De très mauvaise facture mais avec un mortier en bon état, il est peint en blanc et ne présente que des bandes noires à filets verts pour marquer la séparation entre le plafond et la surface des murs. Des empreintes d’accrochage, en très bon état, dans le revers des fragments prouvent que l’élévation des murs était en torchis.

50Ensemble à fond blanc encadré par des bandes noires. Pièce PO - Secteur III. Époque claudienne (B2)

51Il s’agit d’un ensemble de gros fragments, au mortier très épais, à fond blanc, encadré par des bandes noires. Il a été découvert lors de la campagne de 2002. Faisant probablement partie d’un remblai, les enduits se trouvaient dans une couche datable de l’époque claudienne. La facture rappelle celle de l’ensemble B1.

52Plinthe in situ décorant le mur 46 et 47 sur sol 72. Pièce FID (B3)

53Cet ensemble est apparu in situ sur le mur 46, pendant la campagne de fouilles de 1996, à l’intérieur de la pièce FID ; il s’agit d’une zone basse, contre le sol 17 (B41 et B42), déposée en 1998. Des fragments polychromes, appartenant au même ensemble, révèlent la présence d’enduits épars dans la couche de remblai.

54Deux compartiments, un large, rouge, et un étroit, vert, imitent un opus sectile sur fond noir, encadré par un filet blanc. Des fragments rouges, verts et ocre jaune ont été trouvés (200 cm x 15 cm de h. approx.). Le décor était présent aussi sur le mur 47, très fragile car il était en torchis et reposait sur une empreinte de poutre sablière. Le sol semble avoir été construit postérieurement à la peinture – il s’agirait donc d’une réfection. Le panneau ne présentait pas de plinthe.

55Ensemble de plinthe à fond blanc moucheté (B19)

56Cette plinthe était in situ et décorait le mur 40a sur le sol 3. Il s’agit d’un fond blanc moucheté. Elle a été déposée en 1989. La dernière occupation de ce sol est du ive siècle.

Ensembles trouvés en remblai lors des campagnes de 1974, 2001, 2002 et 2003

57Le troisième ensemble mis au jour avant 1979 dans la partie sud du site a été trouvé à l’intérieur des constructions que le contexte archéologique date du iie siècle.

58Ensemble provenant du dépotoir. 1974 (C1/B2) Ensemble aux touffes de feuillage

59Il est constitué par un petit nombre de fragments de zone basse à fond blanc avec des touffes de feuillage vertes ou des veines de marbre, sur une plinthe rouge bordeaux. Il a été trouvé dans un dépotoir daté de la in du iie-début iiie siècle.

60Ensemble du sondage I. 2003 (C4/B2)

61Il s’agit d’un ensemble issu du sondage réalisé lors de la campagne 2003 dans le secteur I (us 518) ; il a été trouvé en remblai à l’intérieur de la structure demi-circulaire (pièce V). On y voit un décor végétal – buissons et plantes – et une biche (fig. 10). Il semblerait que le remblai soit daté du début du iiie siècle.

62Ces deux derniers ensembles pourraient faire partie du même décor car le mortier, riche en chaux, est le même. D’autres ensembles monochromes et surtout à fond blanc ont été trouvés aussi dans des couches des ive et ve siècles.

Fig. 10. Ensemble C4/B2. Décor végétal et biche.

Conclusion

63Les restes picturaux d’Embourie témoignent d’une adoption des méthodes constructives et décoratives romaines, qui dateraient des années 30 de notre ère.

64Le décor des murs était réalisé à fresque tandis que la détrempe était utilisée pour les retouches et les motifs décoratifs. La palette de couleurs à Embourie est très complète ; elle comporte, outre les couleurs obtenues à partir d’oxydes de fer, le noir, le blanc, le vert, le violet et le bleu égyptien. Seul le rouge cinabre est absent de cette riche palette chromatique.

65Les différents ensembles s’étalent chronologiquement des années 30 jusqu’au troisième quart du ier siècle ap. J.-C. pour ceux qui ont été trouvés dans le remblai. Ces décors ornaient au moins seize pièces de la première villa gallo-romaine. Nous connaissons certainement une grande partie du programme décoratif de la pars urbana de cette première villa, mais de nombreuses questions sont encore à résoudre sur ces ensembles. Pour la plupart de ces décors, la date de réalisation doit se situer autour des années 30-40, au moment de la construction de la villa. Cependant, des réfections ou des nouveaux décors ont pu être réalisés pendant la durée de cette occupation.

66Dans le secteur sud, l’existence des peintures qui auraient décoré la deuxième villa est attestée jusqu’au ive siècle. Remarquons que nous n’avons pas relevé la présence d’ensembles datant du iiie siècle ; seul le décor de la biche (C4/B2) est apparu dans un contexte archéologique du début du iiie siècle, ce qui nous fait supposer qu’il a été réalisé pendant le iie siècle, ou même avant.

67Le large éventail de modèles et de schémas de compositions nous permet de constater, surtout pour les ensembles les plus anciens, leur réalisation par des officinae soumises à l’influence des modes décoratives italiennes ou peut-être lyonnaises. Ultérieurement, comme dans toute la Gaule, ces ateliers seront à vocation locale ou même régionale.

68En somme, ces ensembles de peinture murale font preuve d’un niveau de vie très confortable, luxueux et raffiné des habitants de la villa d’Embourie. Ils témoignent ainsi des relations commerciales et artistiques de la région avec la métropole, d’abord, et les provinces gauloises ensuite.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard, 392 p., 564 fig.

Carrión i Masgrau I., 2004, Les Châteliers : bilan du traitement des enduits peints et rapport de stage de nettoyage, S.R.A. de Poitou-Charentes, 25 p.

Carrión i Masgrau I., Chiron F., Duquenoy D., 1998, Le site des Châteliers à Embourie-Paizay-Naudouin (16), D.F.S. de fouilles préventives, S.R.A. de Poitou-Charentes, 44 p.

Carrión i Masgrau I., Chiron F., Duquenoy D., 2004, Le site des Châteliers à Embourie-Paizay-Naudouin (16), D.F.S. de fouille programmée annuelle, juillet 2003 et août 2004, S.R.A. de Poitou-Charentes, 49 p.

Chiron-Champagne F., Carrión i Masgrau I, 2009, La villa des Châteliers à Embourie (16), P.C.R., Rapport d’activité 2009, S.R.A. de Poitou-Charentes, 150 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Ensemble A1. Zone inférieure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 2. Ensemble A1. Partie médiane. Fond noir, inter-panneau à candélabre avec oenochoés et vase sommital, corniche ocre jaune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 3. Ensemble A6. Fond rouge ocre, candélabre avec vasque et jets d’eau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 4. Ensemble A6. Partie supérieure du panneau à fond noir ; cadre jaune surmonté de coussinets verts, corniche jaune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 5. Ensemble A6. Restitution hypothétique. Aquarelle par J.-M. Cousset.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 6. Ensemble A7. Fond noir. Thyrses et candélabres jaunes, imitant l’or ; corniche supérieure verte, ocre et blanche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 7. Ensemble A8. Panneaux rouges à feuilles de lierre et inter-panneau bleu égyptien, décoré de candélabres torses jaunes, imitant l’or, avec cornes d’abondance et oiseaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 8. Ensemble A20. Plinthe ocre jaune et zone inférieure rouge ocre ; alternance d’échassiers, de touffes de feuillage et de leurs ocre jaune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 9. Ensemble A55. Élément architectural peint en ocre jaune avec bande verte et filets blancs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 10. Ensemble C4/B2. Décor végétal et biche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7398/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 667k

Auteur

Professeur certifiée et chargée de cours à l’Université de Perpignan Via Domitia. Archéologue-spécialiste en peinture murale romaine. cm.imma@gmail.com

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search