Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Le décor d’un édifice mis au jour au sein de l’antique Cassinomagus (Chassenon, Charente)

Jean-Charles Méaudre, Sophie Bujard, Arnaud Coutelas, Floréal Daniel, Gabriel Rocque et Myriam Tessariol

Résumé

En 2007, un bâtiment accolé au parement nord du pont-aqueduc a été mis au jour. Outre sa position singulière au sein de l’ensemble monumental de Cassinomagus, cet édifice a permis de réaliser une étude novatrice pour le site. En effet, bien que grandement arasé, celui-ci a livré les vestiges d’une peinture murale, restes composés de plaques de soubassement retrouvées in situ et d’enduits fragmentaires. Les plaques du soubassement encore en place contre les murs présentent des motifs végétaux, tandis que les fragments épars révèlent quelques éléments peu distincts à rattacher à la zone médiane et un décor à réseau, attribué au plafond.

Texte intégral

Le contexte

1Située à l’extrémité est du département de la Charente, au sommet d’un plateau peu élevé (210 m d’altitude), la commune de Chassenon est limitée au nord par la Vienne et au sud par l’un de ses affluents, la Graine. Si le modelé diffère peu des plateaux environnants du Haut-Limousin et de la Charente limousine, le socle géologique est, lui, constitué de roches métamorphiques (impactite), formées à la suite de l’impact d’une météorite, il y a environ 214 millions d’années (Lambert, 1974, p. 153-164).

2Implantée aux confins occidentaux du territoire des Lémovices (Limoges), l’antique Cassinomagus était une agglomération secondaire traversée par les voies Lyon-Saintes (aussi nommée voie d’Agrippa), Aulnay-Limoges et l’axe routier Poitiers-Périgueux qui empruntait un pont enjambant la Vienne au lieu-dit le Pilas. Le nom Cassinomagus proviendrait des termes celtes cassano et mago et signifierait « le marché aux chênes » (Vernou, 1993, p. 99 & 79). On a pu repérer les vestiges de l’agglomération sur près de 130 hectares – étendue sur laquelle l’occupation n’est cependant ni continue, ni uniforme.

Fig. 1. L’ensemble monumental de Chassenon et les quatre bâtiments découverts en 2007 (infographie G. Rocque).

3Si l’agglomération antique est encore mal connue, un ensemble monumental qui s’étend sur près de 25 hectares au sud-est du bourg actuel a conservé d’importants vestiges (fig. 1). Cet ensemble se développait autour du triptyque temple– thermes– théâtre : le sanctuaire dit de Montélu, les thermes dits de Longeas (thermes doubles de type « impérial ») et le théâtre. À ce triptyque s’ajoutent deux fana situés à l’est de l’ensemble monumental (Vernou, 1993, p. 80-93).

Le bâtiment EA 42, dit « l’édifice aux rosettes » (fig. 2)

  • 1 Campagne dirigée par Gabriel Rocque, archéologue départemental.

4En 2007, lors de la campagne de fouille menée sur un tronçon principal de l’aqueduc de l’ensemble monumental de l’antique Cassinomagus, un édifice accolé au parement nord du pont-aqueduc a été mis au jour1.

5Bien que grandement arasé, cet édifice est intéressant à plusieurs titres. Il se singularise en premier lieu par son emplacement : il est accolé à l’aqueduc, ce qui va à l’encontre de la législation citée par Frontin, prohibant toute construction à moins de quinze pieds d’un aqueduc aérien (Grimal, 1944, § 127). Cet édifice est situé à l’intérieur de l’ensemble monumental, là où jusqu’à présent seuls des bâtiments à caractère public ont été mis en évidence. Il est localisé à proximité de l’accès à l’esplanade des thermes, entrée marquée par sept voies à ornières et une chaussée piétonne traversant les arches du pont-aqueduc.

6D’un point de vue architectural, cet édifice qui mesure, de l’ouest vers le nord, 17,10 x 7,15 x 17,80 x 7,06 m (dimensions externes) pour 16,04 x 5,86 x 16,77 x 5,96 m en dimensions internes, révèle un ensemble d’éléments originaux. Il est de forme trapézoïdale et son mur sud n’est pas chaîné avec le mur ouest (4 cm les séparent), alors que ce dernier est ancré dans l’aqueduc (2 cm).

Fig. 2. Plan de l’édifice EA 42 (infographie C. Driard et G. Rocque).

7Ce bâtiment ne conservait en élévation que son extrémité sud et l’étude stratigraphique n’a pas permis d’apporter d’éléments de réponses quant à sa fonction et à sa datation. Le sol en béton, conservé sur 2,50 m de largeur seulement, était quant à lui recouvert par les niveaux de destruction de l’édifice. Aucun effondrement en place n’y a été observé. Les couches de destruction présentaient un mélange de fragments de tuiles, de mortiers détritiques divers, de moellons d’impactite, de poches de différents sédiments et d’enduits peints très fragmentaires.

8Néanmoins, comme évoqué supra, le mur ouest déborde sur une pile de l’aqueduc et, tandis que les fondations de l’aqueduc sont posées sur la roche à environ 1,80 m de profondeur, celles du bâtiment EA 42 ne sont profondes que de 0,90 m et reposent sur les niveaux d’argile. Ces remarques architecturales attestent que l’aqueduc a été édifié avant le bâtiment EA 42. La date de construction du pont-aqueduc est aujourd’hui estimée à la fin du ier ou plus vraisemblablement au tout début du iie siècle. L’édification du bâtiment EA 42 est donc postérieure à cette date.

Le décor

  • 2 Caisses Allibert© standard : 56,7 x 36,4 x 7 cm (dimensions intérieures).

9L’intérieur de l’édifice contenait les vestiges d’un décor peint à fond blanc, composés de plaques d’enduits retrouvées in situ auxquelles sont venues s’ajouter douze caisses2 de fragments recueillis sur le sol. Ces fragments étaient éparpillés en vrac le long du mur sud. En raison des travaux de drainage contemporains, les enduits avaient été préservés sur une bande d’un mètre de large seulement le long de ce mur et non sur la totalité du sol en béton.

10Le parement interne du mur sud mesurait 5,96 m. L’enduit du mur ouest était conservé sur 35 cm de longueur, tandis que le mur est ne présentait plus que quelques plaques fortement perturbées.

Technique du revêtement mural

11Les observations menées après la dépose des plaques in situ ont fourni un aperçu de la technique du revêtement mural. Le bas des murs est et ouest a d’abord été couvert de petits fragments d’imbrices liés avec de la terre grasse sur une hauteur pouvant atteindre jusqu’à une assise de moellons pour le mur est et deux assises pour le mur ouest, soit environ 10 et 20 cm. Le mur sud ne comportait qu’un simple ressaut formé par la première assise de moellons. Est ensuite venu le support proprement dit de la peinture, en mortier de chaux, avec une couche de préparation. Le béton de sol a alors été posé, l’intonaco n’étant réalisé qu’une fois le sol établi (Coutelas, 2007, p. 65-66).

12Il est légitime de s’interroger sur l’absence de ces fragments d’imbrices à la base du mur sud. Si nous partons du postulat que ces fragments de TCA avaient pour fonction de lutter contre les remontées capillaires, la réponse réside peut-être dans la protection apportée par le pont-aqueduc adjacent au mur sud, les deux autres murs nécessitant une protection renforcée.

13L’ensemble des fragments présente une surface plane ; le support est constitué de trois couches de mortier – voire quatre pour certains fragments du soubassement situés au-dessus du ressaut. Le matériel était extrêmement fragmentaire et son support de mortier relativement pulvérulent, au point qu’aucune empreinte de moellons ni d’un quelconque système d’accrochage n’a pu être observée au revers.

14La comparaison des mortiers a permis de répartir ces enduits fragmentaires en trois groupes. Le premier, ne réunissant que quelques fragments, a pu être associé aux plaques de soubassement retrouvées in situ. Cet ensemble possède une couche (d) jaune ocre qui paraît appartenir au mortier de maçonnerie. Sa couche d’accrochage, nommée couche (c), possède une teinte crème et semble chargée en argile. Cette présence de matière argileuse peut s’expliquer par une volonté d’économie de sable de bonne qualité (ou du moins une absence de « purification » de celui-ci). La couche intermédiaire, ou couche (b), est grisâtre légèrement crème et l’épaisseur de l’intonaco varie de 0,1 à 0,25 cm.

15Le deuxième groupe, qui ne représente qu’une demi-caisse, comporte une couche (c) et une couche (b) grisâtre légèrement crème. Les granulats sont constitués de sable siliceux. L’intonaco, extrêmement fin, est un mortier blanc à sable siliceux (Tessariol, Daniel, 2007, p. 163). Cet épiderme ne forme sur la majorité des fragments qu’une simple pellicule, si fine que les granulats de la couche intermédiaire sont perceptibles à sa surface.

16Le troisième groupe constitue de loin la majorité du matériel pictural avec onze caisses de fragments. Ces derniers présentent « une couche (c) et une couche (b) au ton grisâtre légèrement crème constituées de sable fin à moyen émoussé, incolore à orangé, siliceux, contenant de plus des quartz et des feldspaths ». Leur intonaco, dont l’épaisseur varie entre 0,1 et 0,3 cm, est « un mortier blanc à sable fin émoussé, incolore à laiteux, siliceux » (Coutelas, 2007, p. 65 ; Tessariol, Daniel, 2007, p. 164).

17L’étude de ces trois ensembles montre une similitude dans la mise en œuvre des couches (c) et (b). Une couche à granulométrie élevée, composée de chaux avec une forte proportion de sable, a tout d’abord été posée, puis une couche (b) composée d’un mortier plus fin à base de chaux et de sable (en quantité moins importante) ; le tout étant recouvert par un intonaco à sable fin émoussé et forte proportion de chaux (Tessariol, Daniel, 2007, p. 164). Notons enfin l’absence de charge de fibres végétales ou animales.

Le soubassement (fig. 3 et 4)

18Les caractéristiques du premier groupe d’enduits fragmentaires concordent avec celles des plaques de soubassement retrouvées in situ.

19Ce soubassement présente un décor à fond blanc. Les extrémités des parois sont soulignées de bandes verticales rouge ocre de 4 cm de large. La plinthe du mur sud, lissée très grossièrement, est revêtue d’une première couche rouge ocre, puis d’une seconde rouge bordeaux tirant vers le brun. Les plaques de la moitié gauche de ce mur ayant glissé, il est impossible de donner avec certitude leur niveau d’origine. Néanmoins, une hauteur maximale de plinthe de 25 cm a été observée. Le mortier des plaques du compartiment droit étant encore en connexion avec les moellons, la hauteur de la plinthe observée, soit environ 12,5 cm, peut donc être considérée comme assurée. La situation des plaques présentes sur les murs est (fortement perturbées) et ouest (en connexion avec les moellons) corrobore ces deux hauteurs distinctes.

20Nous ne nous expliquons pas ce décalage de hauteur de plinthe. Le fort arasement de l’édifice rendant impossible la restitution de l’organisation interne, la question demeure ouverte.

21Au-dessus de la plinthe s’épanouissent deux touffes de feuillages, encadrées chacune par deux paires de traits verticaux rouge ocre. Seuls trois de ces traits, larges de 0,28 cm et espacés d’environ 11 cm, étaient visibles sur les plaques retrouvées in situ. Les quatre paires ont donc été restituées par symétrie.

22Les touffes de feuillages sont peintes en quatre nuances de vert. Leur originalité repose sur le détachement du retour de leurs feuilles. Il est aussi à noter que la base de ces plantes déborde largement sur la plinthe, comme c’est par exemple le cas dans les cryptoportiques de la villa rustica de Bösingen (Fribourg, Suisse) datés de la fin iie -début iiie siècle p.C. (Garnerie-Peyrollaz, 2006, p. 196-215, fig. 3, 6, 14, 20 et 23 – plinthe à fond blanc – et Fuchs, 2006, p. 48, 52 et 53) et de la villa de Buchs (Zurich, Suisse), paroi nord, réalisé dans le premier quart du iie siècle p.C. (Fuchs, 1989, p. 54, fig. 16a – plinthe blanche) ou encore dans la pièce [L46] de la villa de Vallon (Fribourg, Suisse), début iiie siècle p.C. (Fuchs, 2006, p. 53-54 – plinthe mouchetée).

L’élévation de la paroi (fig. 5)

23Le second groupe de fragments a été attribué au reste de l’élévation. Celui-ci ne représentant qu’une demi-caisse, seuls quelques éléments épars ont pu être restitués.

24Des tiges tout d’abord, qui se séparent en deux feuilles longues et fines légèrement courbes (fig. 5-A). Le fait, bien qu’il soit relatif, que ces fragments aient été ramassés à proximité des angles de la pièce et que l’un d’eux montre une connexion avec une bande rouge verticale, permettrait de les replacer dans d’éventuels inter-panneaux gauche et droit. Ces éléments semblent associés à une palmette ainsi qu’à une paire de petites feuilles (fig. 5-B), le tout traité en une seule teinte verte, hormis le témoignage d’une tigelle rouge bordeaux au départ d’une de ces tiges végétales.

Fig. 3. Compartiment droit du mur MR 30606 (cl. C. Driard).

Fig. 4. Restitution du soubassement du mur MR 30606 (infographie J.-Ch. Méaudre).

Fig. 5. Hypothèse de restitution de détails de l’élévation du mur MR 30606 (infographie J.-Ch. Méaudre).

25Plusieurs fragments montrent une association de coloris saumon, rouge ocre et rouge bordeaux. Deux d’entre eux présentent un départ d’angle concave souligné d’une bande rouge ocre. Partant du postulat que les tracés à la cordelette ont été utilisés pour la mise en place des bandes rouges horizontales, nous avons replacé le premier, qui n’en comportait pas, contre l’extrémité gauche de la paroi et, après l’avoir associé à un autre fragment présentant la même combinaison de coloris, nous avons restitué un demi-ruban flottant (fig. 5-C). Le second, qui comportait l’empreinte d’une cordelette torsadée, a été replacé en sommet de paroi et interprété comme un clipeus de 12 cm de diamètre (fig. 5-E), à l’image de celui présent sur un décor découvert à Amiens (Somme), rue de l’Oratoire (Barbet, 2008, p. 236-237 et fig. 368). La mise en relation de deux autres fragments aux coloris similaires a permis de restituer un ruban flottant entier (fig. 5-D). Malgré l’absence de vestiges, nous ne pouvons occulter la possible présence d’objets supplémentaires qui seraient venus se suspendre à ces rubans (clipeus, oscillum, etc.), comme en témoignent de nombreux décors.

26Il semble ici intéressant d’effectuer deux parallèles. Un premier, au travers de rubans traités en trois coloris, blanc, saumon et rouge ocre, présents au bas d’un panneau de la salle [II] d’un habitat découvert à Soissons (Aisne), rue Paul-Deviolaine, réalisé entre le milieu des ier et iie siècles p.C. (Barbet, 2008, p. 95-96, fig. 121 & www.archeo.ens.fr, base de données Décors antiques, « SOIS. 00090 » ; N. B. : la datation diffère de celle fournie dans Barbet, 2008). Le second, avec un galon brodé flottant rouge ocre présent au bord d’une baie de la pièce à double mosaïque mise au jour à Bordeaux (Gironde), allées de Tourny, datée du milieu du iie siècle p.C. (Barbet dir., 1985, p. 97, fig. 10.7 & www.archeo.ens.fr, base de données Décors antiques, « BORD.00026 » ; N. B. : la datation fournie est plus large que celle proposée dans Barbet, 1985).

27Le postulat émis sur cette question des tracés préparatoires est relatif. Nous pourrions ainsi effectuer une rotation de 90° antihoraire sur le fragment attribué au clipeus et l’interpréter comme appartenant lui aussi à un demi-ruban. Il serait alors envisageable de le replacer au sein d’une frise présente au-dessus du soubassement.

  • 3 Nous remercions Sophie Bujard pour cette remarque.

28Des réserves ont été émises quant à l’interprétation de cette dernière série de fragments. L’idée de leur appartenance à des corolles qui auraient fonctionné en association avec les éléments végétaux présents sur l’élévation de la paroi a ainsi été avancée3. Nous avons tenu à en présenter une possible restitution (fig. 5-F).

Le plafond (fig. 6 à 8)

29Le remontage effectué sur le groupe le plus important a permis de reconstituer un décor à réseau sur fond blanc, formé d’une alternance de cercles et de carrés sur la pointe tangents. Les premiers sont rouge ocre, les seconds verts. Des carrés sur la pointe marron sont inscrits dans les cercles. Les différents modules, d’une emprise moyenne de 84 cm chacun (soit quasiment 60 cm de côté pour les carrés sur la pointe), forment ainsi un quadrillage orthogonal oblique. Le décor a été attribué au plafond, qui était plat, comme l’atteste l’ensemble des fragments. Cette attribution est fondée sur la taille importante des modules, symptomatique des voûtes et plafonds (Méaudre, 2007, p. 79-80), et renforcée par le caractère aléatoire des sens de lissage (fig. 7).

30Les carrés sur la pointe marron sont eux-mêmes occupés par des cercles marron, rouge ocre ou bruns, dont le diamètre est légèrement supérieur à 50 cm. Huit séries de pyramides de points viennent s’insérer entre ces deux formes géométriques (rouge ocre, brunes, noires ou vertes).

31Les carrés sur la pointe verts sont quant à eux occupés par des cercles marron, eux aussi d’un diamètre légèrement supérieur à 50 cm.

  • 4 Concernant l’exécution des tracés préparatoires, se référer à Barbet, Allag, 1972, p. 983-1016 ; J (...)

32Aucune bande verte complète n’a pu être reconstituée. L’emprise moyenne des cercles à bande étant de 84 cm, soit une subdivision de la largeur du bâtiment (84 cm x 7 + 4 cm x 2 = 596 cm) et ne possédant pour ce motif que des témoignages de modules entiers ou de demi-modules, il nous est seulement permis d’envisager l’existence de carrés sur la pointe verts comme une subdivision de ces 84 cm. Des carrés sur la pointe verts de 42 cm d’emprise conduiraient à restituer, pour la largeur du plafond, un demi-module de cercle à bande, quatre cercles complets et cinq carrés sur la pointe verts (42 cm x 1 + 84 cm x 4 + 42 cm x 5 + 4 cm x 2 = 596 cm). Des carrés sur la pointe verts de 63 cm d’emprise aboutiraient à une largeur de plafond présentant huit cercles à bande et un nombre identique de carrés sur la pointe (84 cm x 4 + 63 cm x 4 + 4 cm x 2 = 596 cm). Le fragment présentant la jonction entre une bande verte et un cercle marron élimine la possibilité de l’existence de carrés sur la pointe de 42 cm d’emprise. Une restitution réalisée avec cet élément aboutit en effet à un chevauchement de ce fragment avec un cercle à bande. Reste à songer à des carrés verts de 63 cm d’emprise. Deux éléments s’y opposent. Comme évoqué supra, les fragments ne témoignent que de l’existence de cercles à bande entiers ou de demi-cercles, alors que la réalisation d’un décor avec des carrés sur la pointe, d’emprise inférieure à celle des cercles à bande, engendrerait une disposition en quinconce et l’existence de modules inférieurs au demi-cercle à bande, éléments dont aucun témoignage matériel n’existe. De plus, ce type de trame entraînerait une complexification des tracés préparatoires qui ne concorderait pas avec leur relative simplicité. Ces derniers semblent en effet basés sur des droites parallèles distantes d’environ 42 cm et non sur un quadrillage orthogonal (cf. infra)4.

Fig. 6. Hypothèse de restitution du plafond de l’édifice EA 42 (infographie J.-Ch. Méaudre).

Fig. 7. Détail des sens de lissage du plafond de l’édifice EA 42 (cl. et infographie J.-Ch. Méaudre).

  • 5 Rectangles à deux côtés opposés concaves.

33Les interstices entre les modules de ce quadrillage, c’est-à-dire les bobines5, sont comblés par des lignes de points rouge ocre, bruns, noirs ou verts. Ces lignes, que nous pouvons qualifier de croix de points, peuvent être comparées dans leur rendu à celles présentes sur les plates-bandes de la galerie E/K de la villa de Mané-Véchen-en-Plouhinec (Morbihan) datées de la fin du iie siècle p.C. (Boislève et alii, 2005, fig. 2).

  • 6 Il est intéressant de noter la proximité stylistique de ces rosettes avec celles mises au jour dan (...)

34Deux autres éléments ont été remontés. Il s’agit, en premier lieu, de deux séries de fleurons à quatre pétales non contigus, à l’extrémité desquels ont été peints des boutons à mouvement giratoire, de gauche à droite. Ces pétales sont des trifols, mais la rapidité d’exécution de ce décor a donné à certains l’apparence de bifols. De même, les boutons présents à leur extrémité se limitent parfois à de simples points dénués d’effet tournoyant. Ces rosettes sont rouge ocre ou vertes, chacune étant traitée en deux tons et inscrite dans des cercles de 28 cm de diamètre environ. Les rosettes rouges sont insérées dans des cercles de même teinte et les vertes dans des cercles noirs. Le second élément reconstitué est un cercle marron de 18 cm de diamètre6.

35La restitution propose d’associer les fleurons aux cercles à bande et les cercles marron aux carrés sur la pointe verts. Ce choix ne se base pas sur un élément matériel mais sur un constat simple : les cercles à bande, de par leur taille et leurs motifs de remplissage attestés, sont les éléments privilégiés de ce décor. Il nous paraît donc « naturel » qu’ils reçoivent les rosettes.

36Un fragment semble attester l’existence de fleurons monochromes de quelques centimètres d’envergure, dont l’emplacement demeure inconnu.

37Le rythme de notre décor est fondé sur le fait que six fragments montrent la bande d’encadrement rouge en connexion avec des éléments de demi-modules. Étant donné la taille relativement importante des modules de ce décor, il nous paraît difficilement concevable que ces demi-modules aient été positionnés en sommet de paroi (Méaudre, 2007, p. 79-80). Cependant, seuls deux d’entre eux présentent un tracé à la cordelette, ce qui nous a amené à les placer sur les bords des longs côtés du plafond. Deux départs de cercles, tangents à la bordure d’encadrement, attestent quant à eux l’existence de modules entiers, modules qui ont été disposés à l’extrémité du plafond.

38L’ensemble des éléments géométriques a été peint en deux passages. Leur épaisseur et leur opacité évoluent constamment. L’épaisseur des cercles à bande oscille entre 1,65 et 1,8 cm, avec une exception de 1,4 cm. Celle des bandes vertes varie pour sa part de 1,5 à 1,88 cm. La majorité des traits présents sur cet ensemble, qu’ils soient rectilignes ou curvilignes, oscille entre 0,35 et 0,5 cm, avec quelques cas d’épaisseur inférieure (0,12 cm) ou supérieure (0,7 cm).

39La superposition des différents pigments permet d’affirmer que les cercles à bande ont été réalisés dans un premier temps, suivis des deux familles de carrés sur la pointe. Quant aux pyramides de points, elles débordent sur les cercles inscrits dans les carrés sur la pointe marron et un fragment appartenant aux croix de points empiète sur une bande verte.

  • 7 Compas improvisé avec un bâtonnet, une cordelette et un pinceau (ou un stylet) pour réaliser des c (...)

40La totalité des cœurs des rosettes présente un renfoncement circulaire de quelques millimètres de diamètre et de profondeur. Ceci, allié au grand diamètre des cercles, permet d’envisager l’utilisation d’un simbleau7 pour les dessiner.

41Ces mêmes cœurs sont traversés par un seul tracé à la cordelette. En outre, un fragment, sur lequel la jonction d’un cercle à bande et d’un carré sur la pointe vert est visible, présente lui aussi un tracé à la cordelette. Ces deux éléments nous autorisent à envisager l’existence d’un tracé préparatoire basé sur des droites parallèles distantes de 42 cm environ (fig. 8), droites qui auraient ensuite été étalonnées de façon à permettre le positionnement de la pointe de simbleau et la réalisation des cercles à bande. La primauté de l’exécution des carrés sur la pointe vis-à-vis des différentes familles de cercles à trait ne peut quant à elle être déterminée. Néanmoins, un fragment présentant un demi-cœur de fleuron avec son empreinte de simbleau porte un départ de tracé à la cordelette perpendiculaire à la bande d’encadrement du plafond, ce qui prouve le caractère hautement hypothétique de cette tentative de compréhension du mode opératoire.

Fig. 8. Hypothèse de restitution des tracés préparatoires du plafond de l’édifice EA 42 (infographie J.-Ch. Méaudre).

Les pigments

  • 8 L’ensemble des échantillons comporte des grains noirs, probablement liés au mauvais nettoyage des (...)

42Une étude archéométrique a pu être menée sur les pigments de ce décor (Tessariol, Daniel, 2007, p. 132-167). Les noirs sont des noirs de carbone. Les tons rouge ocre sont constitués d’hématite (Fe2O3) et d’argile (Al, Si, K, Mg et Fe). Les nuances rose saumon ont été obtenues par addition de calcite (carbonate de calcium, CaCO3) au rouge ocre. Les nuances plus foncées, comme le rouge bordeaux, le marron et le brun, ont bénéficié d’un ajout de noir de carbone. Les verts sont constitués de terres vertes, plus précisément de glauconies (silicate complexe d’aluminium et de potassium contenant du fer). Les nuances claires ou foncées ont été obtenues, comme dans le cas des rouges, par addition de calcite ou de noir de carbone. Le pigment vert utilisé pour la réalisation des éléments végétaux de la zone médiane de la paroi, de même que celui utilisé pour l’élaboration du décor à réseaux (bandeaux et fleurons), a bénéficié de l’adjonction de bleu égyptien (silicate double de cuivre et de calcium, CaCuS4O10)8.

43Ces pigments sont tout à fait caractéristiques de la peinture murale gallo-romaine. Ils ne sont pas le signe d’un décor luxueux, mais concordent avec la relative simplicité et la qualité d’exécution moyenne du décor de cet édifice.

44En outre, cette étude a permis semble-t-il de démontrer que ce décor était une fresque. Aucun liant organique n’a en effet été décelé (absence à relativiser du fait de la dégradation importante des éléments organiques utilisés en peinture murale). À l’inverse, la totalité des échantillons analysés montre la présence de calcite, et ceci même dans le cas des nuances foncées, preuve du phénomène de carbonatation. Néanmoins, seule une coupe stratigraphique de la couche picturale permettrait de statuer définitivement sur cette question en dévoilant ou non la présence d’un voile de calcin à sa surface.

Datation et interprétation (fig. 9)

45Le fort arasement du bâtiment a exclu toute possibilité de datation relative par lecture stratigraphique. Une datation absolue par étude du mobilier est quant à elle rendue inenvisageable par la maigreur du corpus.

Fig. 9. Restitution du pont-aqueduc et de l’édifice EA 42 (infographie G. Rocque, C. Driard et J.-Ch. Méaudre).

46Du point de vue stylistique, même si le décor à fond blanc tend à se généraliser au iie siècle, il n’est guère possible d’en faire ici un marqueur chronologique (Eristov, Groetembril, 2006, p. 58-61).

47Les deux plantes présentes en soubassement ne peuvent elles non plus conduire à une datation précise tant elles constituent un couvrement banal de la zone inférieure depuis le troisième style pompéien, même s’il est vrai qu’elles ne sont plus ici cantonnées aux inter-compartiments (Barbet, 2008, p. 191). Le détachement du retour de feuille paraît néanmoins être l’indice d’une datation basse. Nous pouvons par exemple citer le cas d’une cave du site de la Sablière Paicheur à Mandeure (Doubs), datée de la fin du ier siècle ou du iie siècle p.C. (Barbet, 2008, p. 253-254, fig. 399), de même que la pièce [P5] des Hauts de Saint-Just à Lyon (Rhône), édifiée au début du iie siècle p.C. (ibid., p. 219-221, fig. 339), l’ensemble 6 du petit temple d’Eu-Bois-l’Abbé (Seine-Maritime), réalisé au iie siècle p.C. (ibid., p. 243, fig. 379), la pièce [L46] de la villa de Vallon (Fribourg, Suisse), début du iiie siècle p.C. (Fuchs, 2006, p. 53-54), ou encore le cryptoportique de la villa rustica de Bösingen (Fribourg, Suisse), fin iie -début iiie siècle p.C. (Garnerie-Peyrollaz, 2006, p. 196-215, fig. 6, 13, 14, 20 et 23 ; Fuchs, 2006, p. 48, 52 et 53).

48Le jeu d’opposition rouge-vert visible sur ce plafond semble, pour sa part, être symptomatique de la peinture du iie siècle p.C.

  • 9 Nous remercions Myriam Tessariol et les intervenants de la table ronde qui s’est tenue le 4 et 5 j (...)

49Du point de vue technique, l’avivage des glauconies à l’aide de bleu égyptien paraît se maintenir jusqu’au début du ive siècle et ne s’oppose donc pas au terminus ante quem établi grâce au fragment du décor retrouvé dans la cave de l’édifice EA 21 (cf. infra)9.

50Le schéma du plafond est inédit en peinture murale, de même, semble-t-il, qu’en stuc. Cette trame semble cependant trouver un écho en mosaïque, au travers de quadrillages orthogonaux obliques principalement.

51Mentionné sous le vocable de « südgallische Gruppe » (Gonzenbach, 1961, p. 50), de « répertoire décoratif des mosaïstes viennois » ou « des ateliers rhodaniens » (Lancha, 1981, p. 168 et 82), ce schéma a été largement exploité par les ateliers de Vienne et de Lyon entre la première moitié du iie siècle et le milieu du iiie siècle p.C., ainsi qu’au ive et ve siècles, voire ultérieurement.

52Toutefois, là où notre décor ne présente qu’un simple remplissage à l’aide de croix de points, ces mosaïques possèdent toute une variété de formes géométriques inscrites dans les bobines (losanges, carrés, fuseaux). Une mosaïque mise au jour dans une villa à Anse (Rhône), au lieu-dit La-Grange-du-Bief, et datée de l’époque sévérienne (Stern, Blanchard-Lemée, 1975, p. 37-40, pl. VIII et X), n’est quant à elle plus déterminée comme une composition de cercles et de carrés sur la pointe tangents mais comme un quadrillage de bandes à carré d’intersection débordant, avec losanges inscrits dans les rectangles et cercles inscrits dans les intervalles. En vérité, seule la mosaïque de Souzy-la-Briche (Essonne), découverte au lieu-dit de la Cave Sarrazine, conserve le cercle et le carré sur la pointe tangents comme module de base, mais cette dernière est datée du ive siècle p. C., voire relève d’une exécution plus tardive (Darmon, Lavagne, 1977, p. 117-119, pl. LXXXIV, LXXXVIII et LXXXIX), et elle est dénuée de motifs de remplissage. Ce rapprochement est en vérité caduc, en raison du terminus ante quem apporté par la destruction de l’édifice EA21 (cf. infra).

53Nous nous limiterons donc à établir la construction de l’aqueduc auquel notre édifice est accolé comme terminus post quem, soit fin ier -début iie siècle, et la ruine de l’édifice EA 21, présent de l’autre côté de l’aqueduc, comme terminus ante quem, c’est-à-dire début troisième quart du iiie siècle. Un fragment que nous avons attribué à l’élévation de notre paroi a en effet été retrouvé au fond de la cave ce bâtiment (Méaudre, 2008, p. 15-18). L’abandon de l’aqueduc est daté de la même période, et sa récupération intervient dans le courant du ive siècle.

54Les données à notre disposition pour comprendre « l’édifice aux rosettes » sont donc extrêmement fragmentaires, ce qui rend toute entreprise d’interprétation très délicate. Quelques pistes de réflexion peuvent cependant être avancées.

55Si l’édifice semble fonctionner en autonomie au début de sa construction, un lien pourrait l’unir au bâtiment EA 21 (situé au sud de l’aqueduc) entre la fin du iie siècle et le milieu du iiie siècle. En effet, une série d’aménagements relie les deux bâtiments autour d’un même espace.

56Une hypothèse quant à la fonction de ce bâtiment EA 42 peut être avancée grâce à sa localisation. À ce jour, c’est le seul bâtiment connu situé à l’intérieur du complexe public qui n’ait pas un caractère monumental. Sa localisation en bordure des voies permettant l’accès vers les thermes n’est certainement pas anodine.

  • 10 Nous remercions Monique Jannet, conservatrice du musée et du site archéologiques de Nice-Cimiez, p (...)

57Enfin, il est accolé au parement nord de l’aqueduc. À notre connaissance, il existe en Gaule très peu de bâtiments qui ne respectent pas la servitude de 15 pieds de part et d’autre d’un aqueduc aérien. À Fréjus (Var), à l’entrée de la ville, le canal est porté au sommet de la courtine du rempart (Gébara, Michel dir., 2002, p. 82-86). À Cimiez (Nice, Alpes-Maritimes), l’amphithéâtre enjambe l’aqueduc de Mouraille et un second aqueduc semble être accolé à un édifice thermal10. Dans les deux premiers cas, les aqueducs sont de façon certaine associés à un bâtiment public et ils sont certainement accolés pour des problèmes de densification urbaine.

58« L’édifice aux rosettes » pourrait donc avoir une fonction publique, liée à la gestion de l’eau et/ou de l’entrée vers les thermes. Il pourrait avoir été construit dans le courant du iie siècle p.C., être abandonné dans le troisième quart du iiie siècle p.C. et détruit dans le courant du ive siècle p.C.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balmelle C., Blanchard-Lemée M., Christophe J., Darmon J.-P., Guimier-Sorbets A.-M., Lavagne H., Prudhomme R., Stern H., 1985, Le décor géométrique de la mosaïque romaine. I. Répertoire graphique et descriptif des compositions linéaires et isotropes, Paris, éd. Picard, 431 p., 254 pl.

Barbet A. dir., 1985, Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires AFPMA 1982-1983, 1er et 2 mai 1982 à Lisieux – 21-22 mai 1983 à Bordeaux, Oxford, B.A.R., 165 p. (B.A.R., International series, 240).

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, éd. Picard, 392 p., 565 fig.

Barbet A., Allag Cl., 1972, « Techniques de préparation des parois dans la peinture murale romaine », Mélanges de l’École Française de Rome (MEFRA), 84-2, Rome, p. 935-1069.

Boislève J., Groetembril S., Vibert-guigue Cl., 2007, « Les peintures de la villa de Mané-Véchen (France) », in : Guiral Pelegrin C. dir., Circulación de temas y sistemas decorativos en la pintura mural antigua, Actas del IX congreso internacional de l’AIPMA, Zaragoza-Catalayud, 21-25 septiembre 2004, Catalayud, Universidad Nacional de Educacion a distancia, p. 433-438.

Coutelas A., 2007, « Les matériaux de construction », in : Rocque et alii, 2007, p. 65-66.

Coutelas A. dir., 2009, Le mortier de chaux, Paris, éd. Errance, 159 p., 78 fig. (Coll. Archéologiques).

Darmon J. -P., Lavagne H., 1977, Recueil général des mosaïques de la Gaule. II, Lyonnaise, 3, Partie centrale, Paris, éd. CNRS, 202 p., CXXXVII pl.

Denis J., Peyne N., 2007, Longeas-2, Chassenon (16) : fouille préventive à proximité de l’ancien aqueduc. Vol. 1 : Résultats scientifiques, D.F.S., S.R.A. Poitou-Charentes, 101 p.

Eristov H., Groetembril S., 2006, « Murs blancs en Gaule : entre économie et raffinement », in : La peinture antique, Dijon, éd. Faton, p. 58-61 (Dossiers d’Archéologie, 318, nov.-déc. 2006).

Fuchs M., 1989, Peintures romaines dans les collections suisses, Paris et Soissons, éd. CEPMR/Avenches, éd. Musée romain, 116 p., 29 fig.

Fuchs M., 2006, « Peintures régionales en Suisse romaine », in : La peinture antique, Dijon, éd. Faton, p. 48-55 (Dossiers d’Archéologie, 318, nov.-déc. 2006).

Garnerie-Peyrollaz S. avec la coll. de Fuchs M., 2006, « Balade dans la pergola peinte de Bösingen », Cahiers d’archéologie fribourgeoise, 8, p. 196-215.

Gébara C., Michel J.-M. dir., 2002, L’aqueduc romain de Fréjus : sa description, son histoire et son environnement, Montpellier, éd. Ass. de la R.A.N., 319 p. (33ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Gonzenbach V. Von, 1961, Die römischen Mosaïken der Schweiz, Bâle, Birkhaüser Verlag, 377 p., 108 fig., 88 pl. (Monographien zur Ur-und Frühgeschichte der Schweiz, 13).

Grimal P., 1944 = Frontin : les aqueducs de la ville de Rome/De aquaeductibus urbis Romae, Texte établi, traduit et commenté par P. Grimal, Paris, Les Belles-Lettres, 114 p.

Hourcade D., Bujard S., Coutelas A., Morin Th., Santallier D., 2007, Thermes de Longeas : matériaux, technique, architecture et histoire des Thermes, D.F.S., S.R.A. Poitou-Charentes, 125 p.

Janietz B., 2003, « Bemalter Verputz aus der Augster Insula 3 : ein Altfund des Jahres 1917 aus der Grabung in der ehemaligen Kiesgrube auf Kastelen (1917.51) », Jahresberichte aus Augst und Kaiseraugst, 24, p. 225-258.

Lambert P., 1974, « Étude géologique de la structure impactitique de Rochechouart (Limousin, France) et son contexte », B.R.G.M., 2, I, 3, p. 153-164.

Lancha J., 1981, Recueil général des mosaïques de la Gaule. III, Narbonnaise, 2, Vienne, Paris, éd. du CNRS, 317 p., CLXXXII pl.

Méaudre J.-Ch., 2007, Organisation et mise en image des décors à réseaux en peinture murale dans les Trois Gaules et les Deux Germanies ( ierive siècle p.C.). Incluse l’étude du décor de l’édifice EA42 mis au jour à Chassenon, antique Cassinomagus (Charente), Mémoire de Master I, Univ. Paris-Sorbonne, 167 p., 40 fig., XXXII pl. (dépôt au S.R.A. Poitou-Charentes et à la Base archéologique de Chassenon).

Méaudre J.-Ch., 2008, Étude des enduits fragmentaires mis au jour dans l’édifice EA21 (Z30) à Chassenon, antique Cassinomagus (16), 31 p., IX pl. (dépôt à la Base archéologique de Chassenon).

Rocque G., Belingard C., Coelho B., Coutelas A., Driard C., Krizman G., Méaudre J.-Ch., Philippe E., Soulas S., Villaverde L., 2007, Rapport de fouille programmée : aqueduc principal de Chassenon et ses abords, D. F. S., S. R. A. Poitou-Charentes, 104 p., 51 fig. et annexes (110 p.).

Stern H., Blanchard-Lemée M., 1975, Recueil général des mosaïques de la Gaule. II, Lyonnaise, 2, Partie Sud-Est, Paris, éd. du CNRS, 152 p., LXXXIV pl.

Tessariol M., Daniel F. dir., 2007, « Étude des enduits peints du site antique de Chassenon, IRAMAT-CRP2A », in : Méaudre, 2007, p. 132-167.

Vernou Ch., 1993, La Charente, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 253 p., 138 fig., II pl. (Carte archéologique de la Gaule, 16).

www.archeo.ens.fr, base de données Décors antiques.

Notes

1 Campagne dirigée par Gabriel Rocque, archéologue départemental.

2 Caisses Allibert© standard : 56,7 x 36,4 x 7 cm (dimensions intérieures).

3 Nous remercions Sophie Bujard pour cette remarque.

4 Concernant l’exécution des tracés préparatoires, se référer à Barbet, Allag, 1972, p. 983-1016 ; Janietz, 2003, p. 244-252

5 Rectangles à deux côtés opposés concaves.

6 Il est intéressant de noter la proximité stylistique de ces rosettes avec celles mises au jour dans le Gymnase P3 des thermes de Chassenon. Ces dernières sont constituées d’« un point donnant naissance à quatre trifols pointés séparés par quatre bâtonnets (?) rectilignes, l’ensemble étant inscrit dans une guirlande de petites feuilles. Ces motifs, verts à l’origine, ont viré au jaune suite à l’incendie survenu dans l’édifice vers 275-280 p.C. » (Hourcade et alii, 2007, p. 67).

7 Compas improvisé avec un bâtonnet, une cordelette et un pinceau (ou un stylet) pour réaliser des cercles de grandes dimensions.

8 L’ensemble des échantillons comporte des grains noirs, probablement liés au mauvais nettoyage des pinceaux.

9 Nous remercions Myriam Tessariol et les intervenants de la table ronde qui s’est tenue le 4 et 5 juin 2010 au CEM d’Auxerre pour leurs remarques.

10 Nous remercions Monique Jannet, conservatrice du musée et du site archéologiques de Nice-Cimiez, pour ses remarques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’ensemble monumental de Chassenon et les quatre bâtiments découverts en 2007 (infographie G. Rocque).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Fig. 2. Plan de l’édifice EA 42 (infographie C. Driard et G. Rocque).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. Compartiment droit du mur MR 30606 (cl. C. Driard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende Fig. 4. Restitution du soubassement du mur MR 30606 (infographie J.-Ch. Méaudre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 5. Hypothèse de restitution de détails de l’élévation du mur MR 30606 (infographie J.-Ch. Méaudre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 6. Hypothèse de restitution du plafond de l’édifice EA 42 (infographie J.-Ch. Méaudre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Légende Fig. 7. Détail des sens de lissage du plafond de l’édifice EA 42 (cl. et infographie J.-Ch. Méaudre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 8. Hypothèse de restitution des tracés préparatoires du plafond de l’édifice EA 42 (infographie J.-Ch. Méaudre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Légende Fig. 9. Restitution du pont-aqueduc et de l’édifice EA 42 (infographie G. Rocque, C. Driard et J.-Ch. Méaudre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7329/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

Auteurs

Assistant de conservation temporaire au CG16, étudiant en Master II Archéologie – Histoire de l’Art à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

S. Bujard (CG16), A. Coutelas (ArkeMine, chercheur associé à l’UMR 6298 ARTeHIS), F. Daniel (IRAMAT-CRP2A), G. Rocque (archéologue départemental), M. Tessariol (CG16).

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search