Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Une enquête sur Sanxay (Vienne) : vieux papiers et fragments oubliés

Claudine Allag

Résumé

Le site gallo-romain de Sanxay, l’un des plus spectaculaires du Poitou, offre encore aujourd’hui un vaste théâtre, des thermes imposants, un sanctuaire au plan en forme de croix grecque. Les sondages récents n’ont révélé que peu de vestiges des revêtements peints ou stuqués. Mais dans les années 1880, les travaux du père Camille de La Croix en avaient fourni un certain nombre, en place ou fragmentaires. L’exploitation des archives (dessins et notes), des publications anciennes et de vestiges peu connus dans les réserves du musée Sainte-Croix à Poitiers nous a permis d’avancer un peu l’enquête : la décoration de quelques salles thermales nous est mieux connue, et le décor à réseau d’une voûte a pu être restitué.

Texte intégral

Le site

1Le site d’Herbord, sur la commune de Sanxay, au bord de la Vonne entre Poitiers et Niort, est l’un des plus importants des régions de l’Ouest. Les structures antiques sont restées partiellement visibles au cours des âges, donnant lieu à quelques légendes de trésors cachés, et servant de carrières. Au xixe siècle, des fours à chaux sont installés à proximité pour être alimentés par les pierres disponibles tout autour.

2C’est à la fin de ce siècle que se situe l’intervention du père Camille de La Croix (1831-1911), jésuite érudit qui a ouvert la voie à l’archéologie poitevine : c’est lui qui découvrit les principaux monuments antiques de Poitiers – temples, thermes, hypogée des Dunes –, d’autres dans la Vienne (Jazeneuil, Antigny) ; c’est lui aussi qui lança des recherches sur le théâtre des Bouchauds à Saint-Cybardeaux (Charente) ou à Saintes (Charente-Maritime). Il a effectué des fouilles à Sanxay de 1881 à 1883 et laissé de nombreuses notes enrichies de croquis et partiellement publiées. Une grande partie du matériel inventorié est malheureusement perdue ; quelques pièces cependant ont été déposées au musée Sainte-Croix à Poitiers.

Fig. 1. Sanxay. Ruines d’Herbord. Plan du site à l’issue des fouilles (P. de La Croix).

3Le plan (fig. 1) établi à la suite de ses travaux révèle de nombreux bâtiments, dont peu semblent être des habitats. Aujourd’hui, seuls les trois principaux monuments – théâtre, temple et thermes – sont restés visibles. Le théâtre, adossé à la petite éminence qui borde la rivière sur sa rive droite, comportait entre six mille et sept mille places. Le temple, qui pourrait avoir été dédié à Apollon et à Mercure d’après une inscription très fragmentaire, a un plan tout à fait particulier : la cella octogonale, qui recouvre une source, est entourée d’une galerie cruciforme ; la présence d’un souterrain dont la fonction technique semble exclue, entre la cella et l’angle du péribole, avec un regard au pied de la cella, laisse supposer plutôt quelques mises en scène théâtrales. Ce sanctuaire est en outre précédé d’une vaste esplanade avec une tholos centrale.

  • 1 Selon P. Aupert (Aupert, 1988 ; id., 2008), un sanctuaire aurait précédé l’établissement thermal ; (...)

4Enfin, les thermes : leur disposition est atypique, bien éloignée du schéma habituel avec frigidarum, tepidarium et caldarium. On y voit deux séries de bains chauffés, répartis de part et d’autre d’une salle qui a pu être interprétée comme une salle de culte1. Selon une hypothèse, les piscines auraient été destinées à des cures hydrothérapiques, sous l’égide d’une divinité guérisseuse ; soulignons d’ailleurs que les eaux locales n’ont aucune propriété curative.

5Rien ici n’évoque une agglomération, comme le confirment, après les photographies aériennes des années soixante, des prospections géophysiques plus récentes. Pas de forum, pas de voirie, pas d’insulae, aucun plan d’urbanisme, mais des bâtiments dispersés. La fonction du complexe reste inconnue : le lieu de réunion est peu probable, un lieu de pélerinage et de soins l’est davantage.

6En l’état actuel des recherches, la chronologie est imprécise. Une implantation au ier siècle ap. J.-C. est vraisemblable, les bâtiments connus semblent avoir pris leur forme actuelle au iie et le complexe avoir été abandonné au début du ive siècle.

Les enduits dans les fouilles récentes

7On s’interroge évidemment sur les décors muraux. Qu’a fourni ce site en matière de peintures et de stucs ? On ne doute pas qu’il y en ait eu, comme partout, d’autant plus que des placages, qui auraient fourni une alternative possible, ne sont signalés que dans les thermes : « Quant aux lambris des salles et au revêtement des piscines, ils étaient presque partout en place ; c’est avec du marbre blanc ou des pierres froides se rapprochant du marbre qu’étaient faits plinthes, lambris et cimaises. » (Formigé, 1944, p. 81).

8Nous avons commencé notre enquête par les résultats de sondages récents.

  • 2 Un grand merci à nos collègues qui, répondant à une demande précise, se sont mis en quête de leurs (...)

9François Jeangène note « de très rares fragments d’enduits peints » dans la grande salle ouest des thermes (Jeangène, 1976). Anne-Marie Fourteau a pratiqué des sondages, en 1985, sur l’emplacement d’un bâtiment proche des thermes (no 4 sur le plan) sur lequel nous reviendrons ; elle ne mentionne que des fragments blancs, quelques-uns ornés d’une bande rouge (Fourteau-Bardaji, 1985). Dans la fouille de la galerie est du temple en 1990, un seul fragment d’enduit noir est répertorié par Pierre Aupert. François Blanchet qui a pris sa suite a bien voulu nous communiquer le dessin qu’il a fait des quelques petits fragments trouvés à l’extérieur de la galerie sud – des fonds rouges ou verdâtres traversés d’un trait blanc ; il a relevé également à l’angle sud-ouest de la cour intérieure, en place sur le mur sud, un faux appareil dessiné en rouge sur fond blanc2.

10Il n’y a rien au dépôt archéologique du SRA Poitou-Charentes à Poitiers.

11Pour un site d’une telle importance, le matériel est bien mince et les données plutôt décevantes.

12Nous avons alors orienté nos recherches vers les archives et le matériel du xixe siècle éventuellement conservé ou documenté.

Décors en place et plan coté

  • 3 AD 86. Archives du Père de La Croix, fonds BSAO (Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest (...)

13Les dossiers du P. de La Croix sont déposés aux Archives départementales de la Vienne où ils sont par conséquent facilement consultables3. Nombreuses notes manuscrites, croquis et plans soigneusement cotés et commentés, la plupart au crayon et quelques-uns repris à la plume : le travail de l’archéologue est sérieux, précis, méticuleux même. Mais les enduits peints ne font l’objet que de mentions plutôt évasives. Citons par exemple un commentaire sur le temple, qu’il reprendra dans sa présentation du site (La Croix, 1883, p. 16) : « le marbre n’aurait semble-t-il été employé que comme moulures de cimaises, et seulement dans la cella, et les peintures n’auraient, pensons-nous, décoré que certains murs du temple et ceux du fond des galeries du peribolos », et un autre sur le bâtiment à l’est du temple : « débris de vases, d’enduits et divers objets... » (ibid., p. 52). Rien, on le voit, qui puisse nous éclairer sur la nature des décors qui pouvaient subsister dans ces édifices.

  • 4 Ibid. grand carton IX.

14Nettement plus intéressants sont deux croquis aquarellés, datés du 2 septembre 18814. Ce sont des relevés de peintures trouvées en place.

15Le premier (fig. 2) représente l’extrémité droite d’un mur. La mention « 0,01 pour 1,00 » nous permet de calculer facilement les dimensions de la zone représentée. L’angle et le mur en retour, suggéré en coupe, sont bien nets ; à 38 cm de l’angle est indiquée une porte. Entre les deux subsistait la zone basse du revêtement peint : un fond blanc moucheté de rouge, haut de 45 cm et surmonté d’une bande rouge (env. 6 cm) bordée de deux traits noirs. L’amorce du champ blanc médian est visible. La légende porte « Salle no 12. Porte Nord Est. Jambage intérieur de gauche, un peu à droite ».

Fig. 2. P. de La Croix. Dessin aquarellé d’une peinture en place (AD 86. Arch. du P. de La Croix, fonds BSAO. Dossier Sanxay, grand carton IX).

Fig. 3. P. de La Croix. Autre peinture en place (AD 86, ibidem).

16Le second (fig. 3) est ainsi annoté : « Salle 14. Tout le tour de cette salle était encore peint. Le stylobate était le même tout le tour. Et de nombreux morceaux de peinture sont conservés et provenaient de la décoration supérieure au stylobate. Cette salle semble être celle dont la décoration avait été la plus soignée ». Un schéma rapide précise la situation du relevé sur un plan partiel, mais orienté, de la pièce en question. L’aquarelle représente un autre angle de paroi avec mur en retour à droite. Cette fois le décor mural est conservé sur une longueur de 0,90 m environ et une hauteur de 55 cm. On voit de bas en haut une plinthe bleue (env. 6 cm), une bande rouge bordeaux (7 cm), une bande blanche (2 cm) encore bordée d’un filet rouge. Au-dessus, le fond bleu est séparé en deux panneaux par un trait vertical, également blanc bordé de rouge.

17Nous inclinons à penser que le bleu indiqué par le père de La Croix est à l’origine un noir, dont l’altération peut donner un gris bleuté qui est souvent mal interprété. Nous aurions donc une zone inférieure monochrome noire où le compartimentage paraît assez fin, autant qu’on puisse en juger. Si l’enduit précédent, avec son mouchetis rapide sur un fond laissé blanc, constitue le décor le plus sommaire qui soit, cette zone basse évoque au contraire la peinture d’une pièce que l’on a voulu soigner. Elle pourrait s’apparenter à celle récemment restituée sur le site tout proche de Béruges (Allag, 2008, fig. 121) ; mais à Béruges une datation assez haute (première moitié du ier siècle ap. J.-C.) a pu être proposée grâce aux motifs caractéristiques de la zone principale, ce qui n’est évidemment pas le cas ici.

18Ces deux croquis – les seuls témoignant de peintures en place sur le site – étaient à la fois intéressants et frustrants : comment les situer ? À quoi correspondaient ces numéros de salles ? Aux thermes peut-être, ou à l’un des bâtiments à la fonction incertaine, aujourd’hui recouverts ? Mais dans les quatre cartons du dossier « Sanxay » aucun des plans d’édifices, pourtant nombreux et précis, ne comportait de numérotation des pièces. Il fallait nous résigner à cette information tronquée.

Fig. 4. P. de La Croix. Plan coté (AD 85. Arch. du P. de La Croix, fonds BSAO. Dossier Poitiers, grand carton XII).

  • 5 AD 85. Archives du Père de La Croix, fonds BSAO. Dossier Poitiers, grand carton XII.
    Cet îlot ayant (...)
  • 6 Le plan du bâtiment connu jusqu’à présent (ibid. Dossier Sanxay, carton A 30), utilisé en particul (...)

19La recherche a parfois des rebondissements inattendus : quelques mois plus tard, nous travaillions sur un autre dossier du P. de La Croix, celui des Cordeliers à Poitiers5. À l’intérieur du carton d’archives, quelques relevés étaient regroupés dans une chemise de classement notée « Poitiers » de la main de l’archéologue. Or cette chemise – un vieux papier inutilisé – portait au revers le brouillon d’un plan (fig. 4) qui, d’emblée, est apparu comme celui du bâtiment près des thermes à Sanxay (no 4 sur le plan du site en fig. 1). Et ce schéma au crayon, très soigné, portait clairement des numéros de salles, en même temps que l’indication de présence de peinture6. La salle 12 est un simple passage ouest-est ; le « jambage intérieur au nord-est » y est aisément localisé. La salle 14 – celle qui avait gardé la peinture tout autour – est une petite pièce adossée au mur ouest à laquelle on accède, à partir du couloir central nord-sud, par un premier espace, portant le numéro 13, qui paraît tenir lieu d’antichambre. C’est précisément dans cet espace qu’Anne-Marie Fourteau a ouvert un de ses sondages (sondage 6), à l’aplomb du mur qui le sépare du couloir ; et c’est là qu’elle a noté quelques vestiges d’enduits blancs en place sur les deux faces du mur, ainsi que de nombreux fragments, blancs ou blancs à bande rouge. On est en mesure, dès lors, de se faire une idée un peu plus précise de l’intérieur de ce bâtiment : ce couloir nord-sud, qui prolonge à angle droit le couloir 12, aurait comme lui été recouvert d’un simple fond blanc à bandes rouges. Dans la pièce 14 (chambre ?), on aurait choisi un décor peut-être polychrome, ou tout au moins des couleurs foncées à compartimentage contrasté, souvent privilégiées dans les parties habitables. L’enduit blanc de la pièce intermédiaire, peu différent peut-être de celui du couloir, confirmerait alors son rôle d’accès ou d’antichambre.

Fig. 5. Fragments de stuc. Planche de J. C. Formigé, détail.

20Voilà donc repérés et bien situés nos deux relevés de revêtement peint en place. Il reste à ajouter une remarque anecdotique : le P. de La Croix aurait découvert des peintures licencieuses, précisément dans ce bâtiment qui en a gardé l’appellation habituelle de lupanar, alors qu’il s’agit plus probablement d’une hôtellerie proche des thermes. Passons sur les périphrases qui émaillent les prudes articles de l’époque, mais ce sont bien les seules mentions de décors peints qui existent. En particulier, une communication faite à la Société des Antiquaires de l’Ouest par M. de La Marsonnière et publiée ensuite (La Marsonnière, 1881, p. 341), évoque cet édifice qui ressemblait à « une construction de Pompéi dont la destination n’est pas douteuse » et affirme que les peintures qualifiées de « témoin non contestable de la fragilité des mœurs romaines » ont été relevées sur velin. Aucune trace ne subsiste aujourd’hui, ni des peintures incriminées, ni de leurs dessins. Ce plan coté et commenté, ces deux relevés d’anodines zones basses, constituent alors les documents les plus précis que l’on ait sur la décoration murale intérieure de l’édifice.

Les fragments existants

21Si, on l’a vu, le P. de La Croix n’a pratiquement rien écrit sur les fragments de revêtement peint ou stuqué, une synthèse plus tardive y fait heureusement allusion en indiquant, à propos des thermes : « Les façades primitives et les salles devaient être très décorées, car on y a recueilli une grande quantité de chapiteaux corinthiens et composites d’un bon style, des enduits peints à fresque de couleur rouge, jaune, verte et noire, des moulures ornées, constituées en mortier, sur lequel on avait appliqué un moule à empreintes de rais-de-cœur, d’oves et d’autres ornements. La masse de mortier à orner, sur laquelle on agissait par empreintes, était retenue au mur par de gros clous forgés, carrés. » (Formigé, 1944, p. 81).

  • 7 Conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

22L’auteur de l’article avait évidemment connaissance, sinon des vestiges eux-mêmes, au moins des deux planches dessinées par son père, l’architecte Jean Camille Formigé7, en 1884 (fig. 5 et 8).

23Ces remarques sont complétées par une « liste des objets recueillis à Sanxay par le R. P. de La Croix » (Eygun, 1944, p. 118). On y trouve bien, en no 93 : « Fragments de frises ou moulurations en stuc (fig. 28) portant des oves et des motifs en forme de tulipe épanouie » et en no 94 : « Fragments d’enduits rouges, noir ou grenat, avec ou sans filets jaunes et blancs. D’autres portent des rinceaux grenat sur fond blanc. Deux portent des feuillages vert amande sur fond rose avec pastilles blanches groupées par trois ». Ces deux articles qui concernent sans aucun doute les vestiges cités précédemment, figurent sous le sous-titre : « Provenances diverses ou sans provenance ».

24Il restait à les retrouver.

Fig. 6. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments de corniche. Restitution et profil (Cl. Allag).

Fig. 7. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments de corniche à profil lisse (Cl. Allag).

  • 8 Mme Simon-Hiernard s’est prêtée de bonne grâce à cette enquête. Qu’elle en soit vivement remerciée
  • 9 Ces fragments sont mentionnés dans le catalogue de M. Frizot (Frizot, 1977, no 164).

25Le matériel ancien, ou du moins le peu qu’il en reste, ayant été déposé au musée Sainte-Croix à Poitiers, sa conservatrice Dominique Simon-Hiérnard a bien voulu nous en ouvrir les réserves8. Deux lots ont été repérés : l’un d’eux – un ensemble de fragments de stuc –, était clairement répertorié « Sanxay »9 ; il a déjà été exposé au public et doit l’être à nouveau. L’autre consistait en deux tiroirs d’enduits peints non étiquetés, supposés provenir de Sanxay sans qu’une notice quelconque puisse le confirmer.

Les stucs

26Quelques fragments ont pu être assemblés. On reconnaît les oves et les rais-de-cœur de la planche (les « tulipes » de Fr. Eygun) ; il est probable qu’il s’agisse d’une même moulure, le listel sous les oves étant semblable à celui qui couronne les rais-de-cœur – mais le raccord effectif n’a pu être trouvé. On aurait alors la superposition rais-de-cœur, listel, oves et bandeau, qui n’est pas rare sur les corniches (fig. 6). Un profil presque identique est répertorié en particulier à Autun (Frizot, 1977, no 43). La trace d’un champ rouge est visible au-dessus du bandeau supérieur.

27On note en outre deux modèles de profils lisses (fig. 7), dont l’un (fig. 7b) est sûrement un linteau puisqu’une interruption perpendiculaire et soignée est bien visible. Au revers, les empreintes de chevilles en bois témoignent du mode de fixation de ces reliefs. Les traces ligneuses ne laissent aucun doute : il ne s’agissait pas de clous comme l’écrivait Fr. Eygun, mais bien de chevilles.

Les enduits peints

28La provenance des fragments de peinture devait être confirmée. Pour l’un des deux tiroirs, une simple comparaison avec la planche de Formigé (fig. 8) nous a convaincue d’emblée qu’il s’agissait bien des fragments anciennement répertoriés : un fragment isolé avec une touffe végétale (fig. 9a), un autre avec le biseau caractéristique d’une embrasure, quelques bandes rouge et jaune sont incontestablement les mêmes. Malheureusement, on ne peut guère apporter de commentaires sur ces échantillons dispersés. On note tout de même plusieurs éléments d’un fond rouge (un seul avait été dessiné) : une mince bordure en feuillages verts à tigelles jaunes, très « pointilliste », pourrait appartenir à un décor assez fin, peut-être plus précoce que les autres (fig. 9b). On reconnaît d’autre part un noir moucheté, une imitation de marbre jaune, et plusieurs bandes marquant des angles de paroi : une bande verte bordant un champ rouge, une jaune limitant un panneau noir.

Fig. 8. Fragments d’enduit peint. Planche de J. C. Formigé, détail.

Fig. 9. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments d’enduits peints (Cl. Allag).

29Le répertoire décoratif est donc banal et correspond à ce que l’on trouve habituellement aux ier et iie siècles.

30Le second tiroir était plus problématique, avec une certaine quantité de fonds blancs à bandes colorées qui ne correspondaient ni au descriptif publié, ni au dessin de Formigé. Un fragment par chance a pu être identifié : le rinceau brun avait été bizarrement interprété par le dessinateur (on croyait voir une patte d’animal), mais son tracé ne laisse aucun doute. De ce fait, l’ensemble des fragments méritait une étude plus poussée. Leur mortier semblable indiquait qu’il s’agissait bien d’un même groupe ; un nettoyage rapide a été effectué avant une recherche d’assemblages assez fructueuse.

31Le support est constitué d’une couche de préparation, toujours incomplète et conservée au maximum sur 25 mm, beige rosé assez foncé, avec des graviers noirs. Deux couches de transition ont permis de régulariser le revêtement : une première (12 à 14 mm) est gris pâle chargée de sable finement tamisé ; dans la seconde, de même couleur, on discerne de fins graviers et des nodules de chaux. La couche de surface est d’une extrême minceur. Presque tous les fragments présentent une surface concave.

32Le lissage de la surface est bien visible et nous a servi à orienter les fragments dans le même sens, horizontal sur nos clichés et schémas. Une bande rouge constitue la base de la composition. De part et d’autre, une autre bande, tantôt jaune, tantôt verte, lui est parallèle ; selon les fragments, les couleurs sont alors identiques ou alternées. À l’intérieur des secteurs ainsi délimités, un motif de végétaux schématiques bruns est encadré d’un trait intérieur de même couleur, marqué de points aux angles.

33Deux types de tracé préparatoire apparaissent : ligne incisée ou ligne peinte en jaune. Dans les deux cas, elle est dans le sens du lissage ; elle traverse le fond blanc ou bien est recouverte par la bande rouge. Aucun repère n’est visible dans l’autre sens.

34Le dessin comporte deux types d’angles : l’un, droit, est toujours traversé en diagonale par le tracé préparatoire ; l’autre est obtus (environ 148°).

35Ces différentes observations aboutissent à une seule restitution possible (fig. 10) : une voûte à réseau d’hexagones oblongs. La hauteur de chaque hexagone est connue grâce à la plaque qui donne deux angles consécutifs : 18 cm entre l’axe d’un compartiment et l’angle du suivant, soit une distance de 36 cm entre deux bandes rouges parallèles. La longueur en revanche reste incertaine : elle est hypothétique sur notre schéma, calculée a minima en fonction du déroulement des rinceaux centraux, dont nous n’avons qu’une idée approximative. Si nous organisons les couleurs des bandes intérieures selon des rangées obliques, nous obtenons bien les différentes combinaisons observées sur les vestiges.

Fig. 10. Réseau d’hexagones. Restitution d’un décor de voûte. En noir : tracé préparatoire incisé ; en jaune : tracé préparatoire peint (clichés et restitution Cl. Allag. Infographie Thomas Crognier).

36Le tracé incisé, sans doute le premier posé sur l’enduit encore frais, a donné la largeur d’une première série d’hexagones ; le tracé peint a probablement été ajouté ensuite pour donner, à partir de leur axe longitudinal, la bordure de la deuxième série intercalée. L’absence de tracé perpendiculaire est habituelle sur les voûtes.

37La largeur des bandes n’est pas toujours constante, et leurs espacements sont inégaux. Ces faiblesses de réalisation ne sont pas rares sur les plafonds, où l’inconfort du geste et la lassitude d’un motif géométrique répétitif justifient bien des relâchements. Et dans la vision d’ensemble l’impression de régularité dominait.

38Seuls trois fragments (fig. 11) – en particulier le rinceau en volute repéré initialement – de technique et de style parfaitement identiques, ne rentrent pas dans ce schéma et ont une surface plate : l’hypothèse la plus logique est de restituer une frise horizontale en retombée de la voûte, en raccord par conséquent avec la paroi.

Fig. 11. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments associés à la voûte (Cl. Allag).

39Les décors à réseau constituent un type de remplissage connu. Sans doute parce qu’ils sont inspirés des caissons architecturaux, ils sont souvent choisis pour les plafonds. On connaît beaucoup de compositions, plus ou moins complexes, d’hexagones et de carrés (Barbet et alii, 1997, p. 37). Les hexagones seuls ne sont guère répertoriés jusqu’ici. Seul un plafond à « nid-d’abeilles » (ibid., no 30b) s’en rapproche, quoiqu’il s’agisse d’hexagones réguliers ; mais son origine (un tombeau à Palmyre) ne peut justifier une analogie directe ; tout au plus atteste-t-il que toutes les variantes autour d’une forme sont possibles.

40Rien ne permet de dire de quel édifice proviennent ces fragments – aussi bien les témoins divers que cet ensemble plus complet et plus évocateur. Fr. Eygun donne bien les thermes comme la seule source de trouvailles de fragments peints : l’assertion est peu crédible. J. Formigé les mentionne plus prudemment comme de provenance inconnue.

41Les fragments polychromes, très hétérogènes, ont pu être recueillis en divers endroits du site.

42Le décor à réseau, plus cohérent, pourrait bien, lui, provenir des thermes : l’une de leurs salles, dont les murs par ailleurs pouvaient être revêtus de placage, était certes propice à recevoir un tel décor à réseau sur sa couverture voûtée ; mais cette hypothèse séduisante ne peut être confirmée.

43Les indications multiples de la présence de peintures sur le plan légendé, dans le bâtiment proche, laissent planer un doute : quelques fragments ont pu en être gardés. Et rien n’exclut non plus tout autre gisement, dont nous n’aurions là qu’un bien dérisoire échantillonnage.

44Puisse la suite de l’enquête sur les décors de Sanxay réserver d’autres surprises.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allag Cl., 2008, « Les enduits peints du site de la propriété Bourdin », in : Bertrand I., Chabanne J.-P., Vidonne-Lebrun S., 30 ans de découvertes archéologiques à Béruges (86) : de la Protohistoire au début du Moyen Âge, Chauvigny, 237 p., 156 fig. (Cahier de l’Ass. des publ. chauvinoises, 36).

Aupert P., 1988, « Un nouveau sanctuaire picton aux ‘thermes’ de Sanxay », Aquitania, 6, p. 61-79.

Aupert P., 2008, avec la coll. de Hiernard J., Fincker M., Sanxay antique, Paris, éd. du Patrimoine, 110 p., ill. (Guides archéologiques de la France, 43).

Barbet A., Douaud R., Laniepce V., Ory Fr., 1997, Imitations d’opus sectile et décors à réseau : essai de terminologie, Paris, ENS, 46 p., 35 fig., 2 pl. (Bull. de liaison du CEPMR, no 12).

Eygun Fr., 1944, « Liste des objets recueillis à Sanxay par le R. P. de La Croix », Gallia, t. II, p. 98-120.

Formigé J., 1944, « Le sanctuaire de Sanxay », Gallia, t. II, p. 43-97.

Fourteau-Bardaji A.-M., 1985, Rapport de fouilles.

Frizot M., 1977, Stucs de Gaule et des provinces romaines : motifs et techniques, Dijon, 217 p., ill. (Publ. du Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, 7).

Jeangène Fr., 1976, « Sanxay, Herbord, sondage, site gallo-romain », Bull. de liaison de la Direction régionale des Antiquités historiques Poitou-Charentes, no 6, avril 1976, p. 44-45.

La Croix P. C. de, 1883, Mémoire archéologique sur les découvertes d’Herbord dites de Sanxay, lu à la Sorbonne, dans la réunion des Sociétés savantes de Paris et des départements, le jeudi 29 mars 1883, Niort, Clouzot, 78 p., 5 plans h.t.

La Marsonnière M. de, 1881, « Rapport fait à la Société des antiquaires de l’Ouest (séance du 17 novembre 1881) sur les fouilles du R. P. de La Croix à Sanxay », Bull. de la Société des Antiquaires de l’Ouest, tome deuxième (2e série), 2e trim., p. 336-346.

Pour en savoir plus sur Sanxay

Aupert P., 1993, Rapport sur la fouille du temple octogone de Sanxay, 24 p.

Barthélémy A. de, 1884, « Monnaies trouvées dans les ruines de Sanxay », Revue de Numismatique, 3e série, 2, p. 495-501.

Berthelé J., 1882, Considérations sur les théories émises dans la presse au sujet des monuments de Sanxay, Poitiers, impr. de Oudin, 34 p.

Berthelé J., 1883, Quelques notes sur les fouilles du P. de La Croix à Sanxay (Vienne), Niort, Clouzot, 36 p.

Chauvet G., 1923, « Temple romain de Sanxay et culte des empereurs », Bull. de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. 6 (3ème série), 3ème trim., p. 381-428.

Delaunay F.-H., 1882, Guide des visiteurs : antiquités de Sanxay, Niort, Clouzot, 36 p.

Dumuys L., 1882, Les fouilles de Sanxay (Vienne) : documents inédits, suivis de la bibliographie du R. P. de La Croix, Orléans, impr. E. Colas, 30 p.

Espérandieu E., 1889, « Une visite à Sanxay », Revue poitevine et saintongeaise, no 6, p. 406-409.

Fincker M., 1989, « Le théâtre rural de Sanxay : une redécouverte », Aquitania, 7, p. 183-194.

Héron de Villefosse A. M., 1885, « Inscriptions romaines de Sanxay », Revue poitevine et saintongeaise, 1ère année, no 11, p. 341-344.

Hild J.-A., 1883, Les fouilles de Sanxay, à propos du mémoire archéologique sur les découvertes d’Herbord, dites de Sanxay, par le R. P. Camille de La Croix, Poitiers, Blanchier, 16 p.

Lièvre A.-F., 1892, Sanxay, Poitiers, Blanchier, 23 p.

Pillard G.,1980, « Histoire des idées sur Sanxay », Bull. de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, t. XIII, no 2-3, 2ème et 3ème trim. 1980, p. 265-284.

Pillard G., 1982, Les ruines d’Herbord, commune de Sanxay, Niort, éd. du Terroir, 253 p., ill.

Vachon M., 1883, Les ruines de Sanxay découvertes en 1882, Paris, L. Baschet, 39 p.

Notes

1 Selon P. Aupert (Aupert, 1988 ; id., 2008), un sanctuaire aurait précédé l’établissement thermal ; l’hypothèse est contestée par d’autres spécialistes.

2 Un grand merci à nos collègues qui, répondant à une demande précise, se sont mis en quête de leurs enduits peints.

3 AD 86. Archives du Père de La Croix, fonds BSAO (Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest). Dossier Sanxay : cartons A 28, A 29, A 30 et grand carton IX.

4 Ibid. grand carton IX.

5 AD 85. Archives du Père de La Croix, fonds BSAO. Dossier Poitiers, grand carton XII.
Cet îlot ayant fait l’objet d’une fouille préventive (mai-décembre 1998) sous la responsabilité d’Anne-Marie Jouquand (SRA Poitou-Charentes), la publication est en cours. Le P. de La Croix y avait fait en son temps (juillet 1880) un beau relevé d’une peinture en place. De nombreux fragments ont été recueillis lors des travaux récents.

6 Le plan du bâtiment connu jusqu’à présent (ibid. Dossier Sanxay, carton A 30), utilisé en particulier par A.-M. Fourteau, signale la présence de “Enduits”, “Peinture”, “Béton”, sans numérotation des pièces.

7 Conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

8 Mme Simon-Hiernard s’est prêtée de bonne grâce à cette enquête. Qu’elle en soit vivement remerciée.

9 Ces fragments sont mentionnés dans le catalogue de M. Frizot (Frizot, 1977, no 164).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Sanxay. Ruines d’Herbord. Plan du site à l’issue des fouilles (P. de La Croix).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 2. P. de La Croix. Dessin aquarellé d’une peinture en place (AD 86. Arch. du P. de La Croix, fonds BSAO. Dossier Sanxay, grand carton IX).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 3. P. de La Croix. Autre peinture en place (AD 86, ibidem).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. P. de La Croix. Plan coté (AD 85. Arch. du P. de La Croix, fonds BSAO. Dossier Poitiers, grand carton XII).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 5. Fragments de stuc. Planche de J. C. Formigé, détail.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Fig. 6. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments de corniche. Restitution et profil (Cl. Allag).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 7. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments de corniche à profil lisse (Cl. Allag).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 8. Fragments d’enduit peint. Planche de J. C. Formigé, détail.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Fig. 9. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments d’enduits peints (Cl. Allag).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 10. Réseau d’hexagones. Restitution d’un décor de voûte. En noir : tracé préparatoire incisé ; en jaune : tracé préparatoire peint (clichés et restitution Cl. Allag. Infographie Thomas Crognier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 11. Poitiers, musée Sainte-Croix (réserves). Fragments associés à la voûte (Cl. Allag).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7281/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search