Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Les apports des graffiti sur enduits peints

Quelques exemples provenant de Vesunna/Périgueux

Jean-Pierre Bost et Georges Fabre

Résumé

Quelques exemples tirés du riche fond documentaire de Vesunna/Périgueux montrent l’intérêt des graffiti sur enduits peints et l’importance des informations qu’ils fournissent pour la connaissance des faits de culture dans la Gaule du Haut-Empire romain.

Texte intégral

  • 1 Ainsi les fragments de registres de comptes, ou encore tel vase de Périgueux qui porte un graffito (...)
  • 2 Comme ce graffito de Périgueux en vers de mirliton évoquant quelque concours de beaux esprits : MVS (...)
  • 3 On prendra aisément connaissance de la chose en parcourant les pages du catalogue de la récente exp (...)

1Les graffiti sur enduits peints sont, pour l’épigraphiste et l’historien, une source documentaire particulièrement riche. Certes, d’autres supports, des murs et colonnes de pierre jusqu’à la vaisselle de métal, ont inspiré les graffeurs et conduit jusqu’à nous des informations qui, à l’occasion, se révèlent de grand intérêt ; c’est notamment le cas de la terre cuite dont on tire à la fois des listes onomastiques précieuses (par les graffiti de propriété entre autres) et des renseignements touchant les sujets les plus divers1 et parfois les plus inattendus2. Mais ce que livrent les peintures murales dépasse de beaucoup, au moins en quantité et en variété, les apports de la céramique. La raison en est simple : hier comme aujourd’hui, la verve des graffeurs a été irrésistiblement attirée par les murs enduits, parce qu’il y a là un support meuble que l’on attaque et que l’on travaille facilement avec un stylet, et un support qui offre, sur une hauteur appréciable, un espace quasiment illimité permettant à l’imagination et à l’inspiration du moment de se donner libre cours. Les enduits peints sont donc presque toujours couverts de textes, dessins et autres signes plus ou moins distincts, qui sont une invitation à explorer cette richesse foisonnante3.

2L’entreprise, pourtant, n’est pas aisée. D’abord, les supports nous parviennent très souvent en mauvais état (fragmentés et usés), souvent aussi griffonnés, surchargés ou même raturés, et il faut essayer d’isoler, dans le désordre qui caractérise spécialement ce type de document, chacune des différentes interventions qui ont produit le résultat définitif. Ensuite, il faut pouvoir déchiffrer ce qui est inscrit, opération toujours ardue, même en laissant de côté signes et dessins indéterminés. En effet, si nombre d’auteurs utilisent plus ou moins adroitement la capitale majuscule, les plus au fait s’expriment fréquemment en écriture cursive, déformation de commodité de la précédente qui était familière aux gens de l’Antiquité, mais dont le dessin varie en fonction de la plus ou moins grande maîtrise de ceux qui prenaient le stylet. Il y avait ceux qui écrivaient bien et ceux qui écrivaient mal, et les maladresses de certains, ajoutées à l’état souvent dégradé des supports, compliquent singulièrement la tâche du lecteur moderne qui doit passer beaucoup de temps et s’armer de beaucoup de patience pour des résultats incertains. Et pourtant, il est indéniable que ces documents apportent nombre d’informations précieuses sur la société, la culture, la langue, l’écriture et bien d’autres choses encore presque inaccessibles par les sources traditionnelles. Ce sont ces atouts que nous voulons maintenant illustrer par quelques exemples tirés du riche fond du musée gallo-romain Vesunna de Périgueux.

Fig. 1. Plaque à fond blanc de la rue Font-Laurière ; cliché A. Barbet.

  • 4 Tous les exemples utilisés dans cette présentation proviennent des fonds du musée gallo-romain Vesu (...)

3Commençons par un exemple (fig. 1) qui donnera une idée de la complexité de la tâche4. Le support est une plaque à fond blanc en 23 fragments provenant de la rue Font-Laurière à Périgueux. D’un fouillis à première vue inintelligible émergent quatre « lignes » d’inscription et, en bas, deux représentations d’oiseaux :

  • Ligne 1, dans la partie gauche : CAIVS

    • 5 L’Onomasticon, s. v., ne connaît pas TOTIALVS/IS ou TVTIALVS/IS mais signale diverses formes de nom (...)

    Ligne 2 (même partie) : LOVPA TOTIALI ou TVTIALI5 ou TVTIATI ou TVTTATI suivi peut-être d’un point à ailettes imitant le ciseau du texte sur pierre. Ensuite, IO[---] ou IC[---] : le début vraisemblable d’un nom féminin (celui de la lupa).

  • Ligne 3 : lettres et signes (LVCI ?)

  • Ligne 4 : dans les fragments de la partie gauche : à gauche, dans la courbe d’une mince et longue tige végétale courbée vers la gauche : CO, suivi d’une lettre ou d’un signe indistinct recoupé postérieurement par la gravure, à droite, d’un autre texte écrit par une autre main, avec des lettres de grande taille : SIA.

4Dans les fragments de la partie droite : deux groupes de lettres que leur effacement inégal oblige à lire séparément : à gauche : IVL, lettres penchées de gauche à droite ; un peu au-dessous, à droite (caractères assez effacés) : XC.

5Au-dessous de IVL : N.

6En bas, dans la partie gauche : gros oiseau (paon ?) marchant à droite (le cou est traversé par la haste droite du a de SIA) ; sur sa droite, petit échassier debout à gauche. Par-dessous : X en trait plus effacé.

7Commentaire. Il n’y a évidemment pas la moindre cohérence entre les différentes gravures qui se sont succédé, gestes dictés par l’inspiration à des moments plus ou moins éloignés dans le temps, mais dont la raison nous échappe. On doit donc s’en tenir à ce qui est identifiable. D’abord, les allusions aux relations sexuelles. Ici, il est question d’amours mercenaires avec une prostituée (lupa), probablement la protégée d’un personnage au nom incertain. Le reste fournit des noms (Caius, Lucius, Iulius), prénoms, noms de famille ou surnoms, au caractère très latin, attendu dans une maison noble de Vesunna.

8Avec ce premier document sont posés les jalons de l’enquête : désordre et incohérence apparente des signes, mais c’est bien sûr parce que nous échappe le contexte, c’est-à-dire les jeux, discussions, conversations et échanges à bâtons rompus qui ont tout à coup suscité chez l’un ou l’autre des participants le besoin irrépressible d’en graver quelque élément marquant pour en conserver le souvenir. Ensuite, les types de référence : l’amour et le sexe, courants sur les graffiti, qui en exploitent, comme on peut s’y attendre, tous les registres ; occasionnellement, les animaux, chassés ou apprivoisés, et puis, des noms, toujours nombreux, pas toujours faciles à identifier, mais qui constituent pour les historiens des listes précieuses. Dans le cas présent, on peut supposer qu’il s’agit d’allusions à des personnages connus de la vie locale, membres de familles de notables ou dépendants de ces familles.

9Précisément, les documents suivants invitent à ne pas quitter ce domaine. Ce n’est pas un choix fait par hasard, mais c’est parce que ces documents ont du sens pour nous aujourd’hui, comme ils en avaient au moment où ils ont été gravés sur une paroi peinte. Nous avons voulu illustrer trois sujets qui nous semblent caractéristiques : la famille Pompeia, la passion pour les jeux de l’amphithéâtre et deux instantanés de vie quotidienne.

La gloire d’une grande famille pétrucore

Graffito provenant de la domus des Bouquets6

  • 6 Cette domus se situe immédiatement à l’ouest de la « tour de Vésone ». Restaurée et remarquablement (...)

10Fresque de la « corne à boire », fond rouge ; quatre lettres en capitale : pomp (fig. 2).

  • 7 Il sufirait presque de dire que sur les onze noms d’évergètes connus, sept sont des Pompei.
  • 8 ILA Pétrucores, 27 : dédicace de l’amphithéâtre par un A. Pompeius ; ILA Pétrucores, 19-21 : A. Pom (...)

11Ce graffito confirme à lui seul l’importance considérable à Vésone de la famille. On sait déjà, par l’épigraphie sur pierre, que, entre le ier et le iiie siècle, celle-ci a donné à la cité ses plus marquants bienfaiteurs7. Les Pompeii ont en effet porté, et le plus souvent seuls, au moins apparemment, la charge de plusieurs chantiers urbains, et parmi les plus grands : travaux de construction, d’embellissement ou de restauration8 à l’amphithéâtre, au temple de la tutelle (c’est-à-dire à la tour de Vésone), au moins deux fois, et à des thermes publics, peut-être les thermes « de Godofre », au bord de l’Isle.

Fig. 2. Fresque de la « corne à boire » ; cliché A. Barbet.

12L’apparition renouvelée du nom des Pompei semble confirmer aussi que la domus des Bouquets appartenait bien à cette famille. Dès lors, on comprend facilement comment, vers la fin du ier siècle ap. J.-C., un certain aulus pompeius antiquus a pu donner, en partageant son propre terrain, les quelque 15 000 m2 nécessaires à la construction du grand sanctuaire de la tutelle des pétrucores (ILA Pétrucores, 19).

Graffito sur deux fragments jointifs à fond noir9 (fig. 3)

  • 9 Aujourd’hui au musée gallo-romain (inv. 99.1.491). Fragment a : 6 x 6,5 cm ; en capitales majuscule (...)
  • 10 Boulevard Bertran-de-Born, HLM, 4, fouilles 1957-1959.
  • 11 Plutôt du côté des Cai Pompei si l’on se réfère à l’attraction exercée par le modèle de la gens Jul (...)

13Le texte provient de la maison de la Fresque au cerf10, autre domus de la ville antique. S’ajoutant à ce que l’on connaît par l’épigraphie lapidaire, il montre que la famille Pompeia était divisée en plusieurs branches dont deux sont les mieux connues, celle des Auli Pompei, d’origine indigène, et celle des Cai Pompei, probablement immigrée de Narbonnaise, voire d’Italie du Nord. Le fait que les deux prénoms, dont le premier est extrêmement rare sous l’Empire, soient associés sur ce fragment, nous semble devoir renvoyer aux Pompei et confirmer que l’une et l’autre étaient étroitement liées et que les deux maisons de la rue des Bouquets et de l’avenue Bertran-de-Born avaient à voir avec elles. Un troisième graffito récemment découvert à la domus des Bouquets fait connaître une autre branche de la famille, celle des Luci Pompei, peut-être une branche cadette des Cai Pompei11. L’histoire des Pompei s’enrichit donc ainsi de deux informations nouvelles relatives à ses membres et aux résidences de ces derniers.

Fig. 3. Graffito de la Maison de la fresque au cerf ; cliché A. Barbet.

La passion de l’amphithéâtre

  • 12 Voir la reconstitution et les commentaires d’Alix Barbet dans Barbet, Monnier dir., 2004, p. 163-17 (...)
  • 13 Trimalcion, le héros grotesque du Satiricon a fait peindre sur les murs de son mausolée les combats (...)

14Une hypothèse récente a proposé que la domus des Bouquets ait été une maison d’association, une schola, comme on dit, bien que, au sens de construction, ce terme recouvre des réalités variées. Les arguments avancés pour cette identification sont la taille de la maison, l’importance des parties destinées à la réception, l’existence d’une cuisine et (surtout ?) une mégalographie peinte sur un des murs de la maison12. Ces arguments n’emportent pas totalement la conviction, même celui de la mégalographie13. Il est clair, en revanche, que, dans cette maison, vivaient ou se réunissaient des aficionados, des amateurs passionnés de spectacles d’amphithéâtre, car les murs du péristyle et d’autres salles sont couverts de dessins évocateurs de gladiature et de chasses (Barbet, Fuchs, p. 78-85 et 97-105), occasionnellement accompagnés de textes dont nous ne produirons ici que deux exemples.

Graffito sur enduit peint

15Provenant de la domus des Bouquets, découvert dans des remblais de surélévation antérieurs à 150. Ligne unique : IISSII VI (fig. 4), soit : ESSE(darius/a), VI, c’est-à-dire : [X---], essedarius/a (a vaincu – ou seulement combattu) six fois.

16L’intérêt de ce petit fragment est de mettre en scène un essedarius (ou une essedaria, puisque des femmes pratiquaient aussi ce sport dangereux), gladiateurs combattant sur un char, pratique désignée comme celtique (notamment de la Bretagne insulaire). Les dimensions de l’arène de l’amphithéâtre de Périgueux (65 m x 41 m) – et des amphithéâtres en général – donnent à croire que ces acteurs devaient faire preuve d’une certaine adresse dans la conduite de leur équipage, ou alors il faut supposer qu’ils se produisaient dans d’autres lieux, du type campus.

Fig. 4. Graffito de la domus des Bouquets ; dessin de Cl. Barrière.

Fig. 5. Un munus à Vesunna ; dessin de Cl. Barrière.

Un munus à Vesunna (fig. 5)

  • 14 Panneau 2 du portique no 6. Hauteur totale actuelle des lignes conservées : environ 16 cm ; hauteur (...)
  • 15 La publication de Cl. Barrière et M. Sarradet (1996, p. 19, fig. 15) montre que, au moment de la dé (...)

17Ce graffito d’au moins huit lignes14, incisé sur un enduit noir, n’est malheureusement plus que partiellement lisible15 aujourd’hui. La disposition du texte (deux parties séparées par un vacat), la gravure, à la pointe sèche fine, et la forme des lettres laissent imaginer l’intervention de deux personnages, d’ailleurs tous les deux également experts dans l’art d’écrire en cursive (cursive ancienne). Même si cette aisance s’accompagne de quelques incertitudes orthographiques et d’omissions de lettres. Mais ces accidents sont communs dans ce genre d’épigraphie.

18- Ligne 1 : des signes indistincts relevés par Barrière/Sarradet, on ne distingue plus qu’un R, à peu près au milieu du fragment d’enduit.

19- Ligne 2 : on lit MVRMILO, un petit espace, puis N (séparation qui est peut-être à mettre au compte d’une cassure de l’enduit déjà existante au moment de la gravure), c’est-à-dire : MVRMIL<l> ON[---]

20- Ligne 3 : COMV ++ S, et un peu plus loin, I. S’il s’agit d’un nom de personne, COM<m> UNIS, peut convenir.

21- VACAT

22- Ligne 4 : MVRMI + ou ++ ONII (II pour E) S (IIS donné par Barrière-Sarradet). On lit : MVRMI<ll> ONES

23- Ligne 5 : CONC X

24- Ligne 6 : PVR ?

25- Ligne 7 : SC<r> IBII (II pour E) TIS ? [d]OMN[um] (d, um : Barrière/Sarradet) = SCRIBETIS : « vous écrirez » ? DOM<i> NUM désigne probablement l’éditeur du spectacle.

26- Ligne 8 : SII (II pour E) ? ORO VM[tum vini] (tum vini : Barrière/Sarradet), soit EMPTUM VINI : achat de vin.

27Si la lecture et la compréhension de certains mots sont rien moins qu’incertaines, l’interprétation générale est néanmoins claire : il s’agit d’un spectacle – donné ou à venir – à l’amphithéâtre.

28Les trois premières lignes concernent un combat de mirmillons dont, peut-être, l’un d’eux se nommait Communis. Les lignes suivantes se rapportent aussi à des mirmillons, les mêmes ou une autre partie du spectacle. La ligne 5 indiquerait le nombre des tués (?) : CONC (iderunt ?) : 10.

29Les lignes 7 et 8 sont une invitation (aux compagnons du graveur ?) pour qu’ils adressent par écrit (?) (= des placards amenés au spectacle ?) au dominus, sans doute l’éditeur des jeux, une demande, que le graveur fait sienne (?) : (ORO ?), celle d’acheter du vin (pour l’offrir) (aux compagnons du graveur ?), pratique dont diverses inscriptions montrent qu’elle était commune dans les actes évergétiques.

Deux tranches de vie prises sur le vif

Exercice scolaire16 (fig. 6)

  • 16 Maison de la Fresque au cerf. Enduits rouges, puis blancs. On en possède un dessin (Barrière, 1990, (...)

30: Deux grandes lettres appartenant à un texte plus ancien : AC

31: autre main : IO COS

32: autre main : INA CVS

33: POROTV ; (autre main) : IIRVCA

34: QVI QVI (deux mains)

35: A (autre main ?)

36: autre main : PORTV SIC IIDICO ; plus loin, autre main, écriture moins assurée : AMARANTVS. Au-dessus, sur la ligne, graffito antérieur : R D D

37: sur la bande blanche : ALPINV suivi d’un numéral surmonté d’un tilde : II (autre main).

  • 17 Peut-être seulement, car les caractères très petits et l’usure plus marquée du fragment peuvent dés (...)

38L’objet des lignes concernées a eu peut-être17 pour témoin un lecteur attentif qui l’a qualifié de iocus, soit pour s’y associer (« amusons-nous ! »), soit pour prendre ses distances (« balivernes ! »).

39Le jeu tourne autour d’une question d’orthographe qui se déroule sur la partie gauche de la scène et qui occupe divers protagonistes (les différentes mains reconnues). Maîtrisant remarquablement la technique de l’écriture, ces derniers ont aussi été capables de composer une série d’affirmations et de critiques où chacun prend en compte le texte de son / de ses prédécesseur(s).

  • 18 Pour Inachos. Ce roi légendaire d’Argos, Père du Péloponnèse, est surtout connu par Io, sa fille. L (...)
  • 19 Le S final n’est pas rétabli, ce qui prouve bien le caractère très général de cette perte dans la p (...)

40Le premier nom, nom propre, INACVS, peut désigner l’auteur du POROTV (pour PORTV[S]), mais il peut désigner tout aussi bien le héros légendaire lui-même18. Au-dessous se lisent la répétition du QVI de la ligne 5, puis l’intervention d’un puriste, qui corrige avec force et solennité la faute antérieure : POROTV est incorrect, la bonne orthographe est PORTV19, correction ponctuée par une sentence sans appel et à effet burlesque empruntée au vocabulaire institutionnel (c’est le magistrat qui édicte) : SIC EDICO (« j’ai dit »).

  • 20 Le nom, grec, est inconnu dans l’épigraphie lapidaire d’Aquitaine, mais il est attesté sous la form (...)

41Sur la partie droite apparaissent trois noms : ERVCA, AMARANTVS20 (gravé – sans H – par une autre main) et ALPINVS. Si rien n’interdit d’y voir des partenaires du jeu, rien ne le prouve non plus.

  • 21 On rangera dans cette catégorie le graffito au nom de L. Pompeius Cassianos ou Cassianus, signalé p (...)

42Au total, on suit là une petite scène pleine d’intérêt où se relèvent à la fois la qualité de l’écriture et celle de la mise en page (lignes 3-5). À cela s’ajoute, même si le sujet est banal, l’intérêt de l’enjeu intellectuel. Il est clair que l’on se trouve devant un double exercice : un exercice de langue, langue écrite, langue parlée, éventuellement de phonétique (portus et non porotus, cf. les plostra et plaustra de Suétone, Vespasien, 22.3), et exercice d’écriture que signale en particulier la répétition de QVI par deux mains différentes. Nous y voyons en effet – comme on peut aussi le déduire de la présence fréquente sur les parois peintes d’alphabets, de fragments d’alphabets et de répétitions de copies de lettres (majuscules), de noms21, de mots, voire de chiffres –, des signes assez sûrs d’apprentissages de la lecture et de l’écriture, au moins de l’écriture « basique », celle des litterae quadratae du cave canem du Satiricon (29.1) et de Pompéi. Il est sûr que, en dehors de l’école ou en plus de l’école, les maisons nobles ont été des foyers d’alphabétisation. Pour qui ? Sans doute à la fois pour les propriétaires et au moins certains des dépendants. C’est ce que nous avons ici sans pouvoir décider à qui l’on a affaire. Les noms d’Alpinus, Eruca, Amarantus, éventuellement Inacus, paraissent renvoyer plutôt aux seconds, c’est-à-dire au monde des esclaves urbains, tout particulièrement le milieu des esclaves lettrés d’une maison aristocratique. Les noms grecs dont certains sont affublés ne doivent pas faire illusion : dans la société de Vesunna, ils sont probablement le résultat du snobisme culturel des maîtres et ont servi à baptiser des domestiques dont le patronyme originel, local, ne faisait sans doute pas très reluisant. Dans ce cas, ce petit divertissement culturel exprimerait aussi à quel point certains esclaves issus du milieu indigène possédaient une pratique remarquable du latin. Si leur statut était inférieur, ils étaient eux aussi le produit de la même culture urbaine que les élites.

Fig. 6. Exercice scolaire ; cliché B. Dupuy.

La grue de Primus22 (fig. 7)

  • 22 Maison des Bouquets. Peinture de la « corne à boire », de provenance précise inconnue, en bas d’un (...)

43L’un des intérêts de cette séquence est d’offrir, comme nos BD modernes, du texte et de l’image. On distingue deux animaux d’échelle différente. À droite, un quadrupède, âne ou autre animal de bât. À gauche, beaucoup plus grand (29 cm de haut pour 15 cm de large), un gros oiseau identifié par le graffito qui l’accompagne (devant la tête, à droite) : « PRIMI GRV[s] : la grue de primus », sans doute capturée et apprivoisée par le personnage qui s’en dit le propriétaire, un certain primus : événement futile qui déclenche toute une mise en scène et une mise en page.

44Parmi les autres textes que portent ces fragments, on s’arrêtera sur deux lignes incisées en petites lettres (cursive) entre les cuisses de l’oiseau : SABINA[m] ANCILLA[m] QV<a> ESIVI et au-dessous, d’une autre main : ARVGI DIARI{N}A SI<im>PIIR, dialogue involontaire entre un amoureux transi : « j’ai cherché Sabina, la servante », et un partenaire moqueur : « [c’est] le lot quotidien d’Arugus » (que de chercher vainement Sabina).

45Dans la partie droite des fragments, au-dessus de la lacune, les mots « CVBICVLO GAIAE », peut-être une allusion aux mystères du boudoir de quelque belle.

Conclusion

46Ce ne sont que quelques exemples mais qui montrent bien à quel point les graffiti sur enduits peints offrent un éventail de productions et de suggestions que ne fournit aucun autre support. Les sujets y sont sans doute frivoles, mais il y a beaucoup à en tirer pour l’étude de la société, ici, la société provinciale d’une petite ville gallo-romaine et, dans ce cas précis, la bonne société, qu’elle soit celle des aristocrates locaux ou celle de leurs dépendants urbains car beaucoup de ces derniers partageaient la même culture – une culture latine et une culture écrite – que leurs maîtres ou patrons.

47Retenons aussi que ce fonds documentaire, qui est d’une exceptionnelle richesse – et pas seulement à périgueux –, est d’autant plus appréciable que cette richesse est celle du spontané et de l’aléatoire et qu’elle livre des sortes de photographies par lesquelles on accède tout d’un coup à des tranches de vie prises sur le vif : ainsi pour l’arrivée d’un personnage avec sa grue apprivoisée qui engendre aussitôt le dessin et sa légende. Des tranches de vie bien utiles quand on mesure l’étendue de notre ignorance dans ce qui touche (entre autres) l’histoire des sociétés provinciales au temps du haut-empire romain. C’est ce qu’a voulu montrer l’exposition de Lausanne avec ses prolongements divers en France à Sarrebourg, Périgueux et Le Mans.

Fig. 7. La grue de Primus ; cliché Musée gallo-romain Vesunna, Périgueux.

48Avant de terminer, nous ne pouvons pas oublier que nous devons ces informations à la collaboration active des spécialistes de la peinture murale et au travail de fourmi que représente souvent la reconstitution du moindre panneau. C’est donc en les remerciant à nouveau de leur aide précieuse que nous conclurons cette petite présentation.

Bibliographie

Bibliographie

Barbet A., Fuchs M. dir., 2008, Les murs murmurent : des graffitis sur les murs en Gaule romaine, catalogue d’exposition, musée romain de Lausanne-Vidy, juin-oct. 2008, 202 p., 165 fig.

Barbet A., Monier F. dir., 2004, « Peintures de Périgueux : édifice de la rue des Bouquets ou la Domus de Vésone. II. Les peintures fragmentaires », Aquitania, XX, p. 149-219.

Barrière Cl., 1990, « Vesunna Civitas Petrucoriorum : nouvelles recherches 1957-1960 (suite) », Documents d’archéologie et d’histoire périgourdines, 5, p. 83-106.

Barrière Cl., Sarradet M., 1996, ‘domus Pompeia’ : fouilles de la rue des Bouquets à Périgueux (Dordogne), Périgueux, ADRAHP, 162 p. (2ème suppl. aux Documents d’archéologie et d’histoire périgourdines).

Bost J.-P., Fabre G., 2001, Inscriptions Latines d’Aquitaine (ILA), normes PETRAE. Pétrucores, Bordeaux, éd. Ausonius, = ILA Pétrucores, 301 p.

Evans D. E., 1967, Gaulish Personal Names : a Study of some Continental Celtic Formations, oxford clarendon Press, XXIV-492 p.

Gallia, XVII, 1959 = « informations archéologiques – circonscription de Bordeaux : Périgueux », Gallia, t. XVII, fasc. 2, p. 387-390.

Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum : vol. I, ABA – BYSANUS, par B. Lörincz et F. Redö, Budapest, 1994 ; vol. II, CABALICIVS-IXVS, par B. Lörincz, Vienne, 1999 ; vol. III, CABAREVS-PYTHEA, par B. Lörincz, Vienne, 2000 ; vol. IV, QVADRATIA - ZVRES, par B. Lörincz, Vienne, 2002.

Solin h., 1982, Die griechischen Personennamen in Rom : ein Namenbuch, Berlin-new York, de Gruyter, 3 vol. (Corpus inscriptionum latinarum. Auctarium).

Notes

1 Ainsi les fragments de registres de comptes, ou encore tel vase de Périgueux qui porte un graffito à la gloire – ou la mémoire ? – d’un gladiateur nommé VICTOR, apparemment célèbre.

2 Comme ce graffito de Périgueux en vers de mirliton évoquant quelque concours de beaux esprits : MVSARVM LEGES NODENT LVPINOS X DABOUNT (ILA Pétrucores, no 152).

3 On prendra aisément connaissance de la chose en parcourant les pages du catalogue de la récente exposition Les murs murmurent (Barbet, Fuchs dir., 2008) organisée par les fondateurs de l’association DUCTUS, dédiée à l’étude des « inscriptions mineures », dont relèvent les graffiti.

4 Tous les exemples utilisés dans cette présentation proviennent des fonds du musée gallo-romain Vesunna de Périgueux et certains figurent au catalogue de l’exposition Les murs murmurent (Barbet, Fuchs dir., 2008). Merci à É. Pénisson, sa directrice, qui veille à assurer à l’épigraphie une bonne place dans les études consacrées à Périgueux antique.

5 L’Onomasticon, s. v., ne connaît pas TOTIALVS/IS ou TVTIALVS/IS mais signale diverses formes de noms tirées de TOTIVS/TVTIVS, latinisation du gaulois TOVTO (cf. Evans, 1967, p. 118).

6 Cette domus se situe immédiatement à l’ouest de la « tour de Vésone ». Restaurée et remarquablement aménagée, elle abrite aujourd’hui le beau musée gallo-romain Vesunna.

7 Il sufirait presque de dire que sur les onze noms d’évergètes connus, sept sont des Pompei.

8 ILA Pétrucores, 27 : dédicace de l’amphithéâtre par un A. Pompeius ; ILA Pétrucores, 19-21 : A. Pompeius Antiquus a donné le terrain pour élever le sanctuaire de la tutelle, mais il est très probable que le [---] Bassus qui a fait construire les portiques et les deux « basiliques » du temple était aussi un Pompeius ; ILA Pétrucores, 16 : restauration du temple de la tutelle et des thermes par M. Pompeius Libo, ils de C. Pompeius Sanctus, tous deux prêtres à l’autel de Lyon. peut-être aussi faut-il ajouter à la liste ILA Pétrucores, 18 (autres grands travaux effectués sur le temple et les portiques de la cour).

9 Aujourd’hui au musée gallo-romain (inv. 99.1.491). Fragment a : 6 x 6,5 cm ; en capitales majuscules : AVLVS (ligature AV) ; lettres de 12 à 18 mm (S final) ; fragment b : 3,8 x 3,2 cm ; en capitales majuscules : GAI [---], lettres incomplètes en bas (G = 1,3 cm).

10 Boulevard Bertran-de-Born, HLM, 4, fouilles 1957-1959.

11 Plutôt du côté des Cai Pompei si l’on se réfère à l’attraction exercée par le modèle de la gens Julia, dans laquelle les prénoms normalement portés sont Caius et Lucius.

12 Voir la reconstitution et les commentaires d’Alix Barbet dans Barbet, Monnier dir., 2004, p. 163-177 et 213.

13 Trimalcion, le héros grotesque du Satiricon a fait peindre sur les murs de son mausolée les combats de Petraites (71.6), dont on ne sait dire s’il fut un gladiateur fameux en son temps ou un simple héros de roman. Mais les allusions à la gladiature, à l’amphithéâtre et aux gladiateurs reviennent souvent dans l’ouvrage : 34.4 ; 36.6 (essedarius) ; 45.4-8 (annonce d’un prochain munus de trois jours en ville ; il y a même une essedaria, 45.7) ; 45.11-13 (rappel d’un munus raté) ; 52.3 (coupes illustrant les combats d’Hermeros et de Petraites) ; 72.7 (peintures représentant l’Iliade et l’Odyssée « ainsi que les jeux de gladiateurs donnés par Laenas ») ; 75.4 (le mignon de Trimalcion s’est acheté un costume de Thrace) ; plus loin, en 117.5, Encolpe et Giton prêtent à Eumolpe le serment des gladiateurs.

14 Panneau 2 du portique no 6. Hauteur totale actuelle des lignes conservées : environ 16 cm ; hauteur moyenne des lettres : environ 1,2/1,3 cm. Entre les lignes 1 et 4, un trait légèrement oblique, sur la gauche, forme une espèce de marge sur laquelle s’appuie le texte.

15 La publication de Cl. Barrière et M. Sarradet (1996, p. 19, fig. 15) montre que, au moment de la découverte, le texte était plus long que ce que l’on en voit aujourd’hui. Il est probable que les produits passés sur les peintures au moment de la restauration ont fait disparaître certains traits dans toute la partie droite du texte, et sur toute la hauteur de celui-ci.

16 Maison de la Fresque au cerf. Enduits rouges, puis blancs. On en possède un dessin (Barrière, 1990, p. 99, fig. 31 ; cf. Gallia, XVII, 1959, p. 390, fig. 20). Malgré le grand soin qui a été mis à le réaliser, la comparaison avec le fragment authentique (aujourd’hui au musée gallo-romain, inv. 99.1.49) montre bien les limites de la confiance qu’on peut lui porter.

17 Peut-être seulement, car les caractères très petits et l’usure plus marquée du fragment peuvent désigner une déclaration sans rapport avec la saynète qui suit.

18 Pour Inachos. Ce roi légendaire d’Argos, Père du Péloponnèse, est surtout connu par Io, sa fille. Le nom apparaît dans quelques exemples d’Italie, de Narbonnaise et de péninsule Ibérique (Onomasticon, s.v.) et signale l’appartenance au monde servile ou affranchi (Solin, 1982, p. 641-642).

19 Le S final n’est pas rétabli, ce qui prouve bien le caractère très général de cette perte dans la prononciation locale.

20 Le nom, grec, est inconnu dans l’épigraphie lapidaire d’Aquitaine, mais il est attesté sous la forme Amaranthus /Amarantus. Voir Solin, 1982, p. 1071.

21 On rangera dans cette catégorie le graffito au nom de L. Pompeius Cassianos ou Cassianus, signalé plus haut, répété onze fois par des mains différentes en entier ou en abrégé.

22 Maison des Bouquets. Peinture de la « corne à boire », de provenance précise inconnue, en bas d’un panneau rouge ocre de la zone moyenne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plaque à fond blanc de la rue Font-Laurière ; cliché A. Barbet.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 2. Fresque de la « corne à boire » ; cliché A. Barbet.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 3. Graffito de la Maison de la fresque au cerf ; cliché A. Barbet.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4. Graffito de la domus des Bouquets ; dessin de Cl. Barrière.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5. Un munus à Vesunna ; dessin de Cl. Barrière.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 6. Exercice scolaire ; cliché B. Dupuy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Fig. 7. La grue de Primus ; cliché Musée gallo-romain Vesunna, Périgueux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7248/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 933k

Auteurs

Professeur émérite, université de Pau et des Pays de l’Adour, IRSAM, avenue de l’Université, BP 576, 64012 Pau univ. cedex. Nous remercions très vivement l’équipe de l’AFPMA, qui associe depuis longtemps les épigraphistes à ses travaux, et Florence Monier qui nous a aimablement conviés à parler de graffiti dans cette réunion.

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search