Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Les apports des graffiti sur enduits peints

Quelques exemples provenant de Vesunna/Périgueux

Jean-Pierre Bost et Georges Fabre

Résumé

Quelques exemples tirés du riche fond documentaire de Vesunna/Périgueux montrent l’intérêt des graffiti sur enduits peints et l’importance des informations qu’ils fournissent pour la connaissance des faits de culture dans la Gaule du Haut-Empire romain.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les graffiti sur enduits peints sont, pour l’épigraphiste et l’historien, une source documentaire particulièrement riche. Certes, d’autres supports, des murs et colonnes de pierre jusqu’à la vaisselle de métal, ont inspiré les graffeurs et conduit jusqu’à nous des informations qui, à l’occasion, se révèlent de grand intérêt ; c’est notamment le cas de la terre cuite dont on tire à la fois des listes onomastiques précieuses (par les graffiti de propriété entre autres) et des renseignements touchant les sujets les plus divers1 et parfois les plus inattendus2. Mais ce que livrent les peintures murales dépasse de beaucoup, au moins en quantité et en variété, les apports de la céramique. La raison en est simple : hier comme aujourd’hui, la verve des graffeurs a été irrésistiblement attirée par les murs enduits, parce qu’il y a là un support meuble que l’on attaque et que l’on travaille facilement avec un stylet, et un support qui offre, sur une hauteur appréciable, un espace quasiment il...

Auteurs

Professeur émérite, université de Pau et des Pays de l’Adour, IRSAM, avenue de l’Université, BP 576, 64012 Pau univ. cedex. Nous remercions très vivement l’équipe de l’AFPMA, qui associe depuis longtemps les épigraphistes à ses travaux, et Florence Monier qui nous a aimablement conviés à parler de graffiti dans cette réunion.

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search