Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Enduits peints et graffitis gallo-romains de Saint-Pierre-de-Nazac (Tarn-et-Garonne)

Caroline Zielinski

Résumé

Le site de Saint-Pierre-de-Nazac (Tarn-et-Garonne) a livré, parmi des vestiges antiques, trois ensembles d’enduits peints conservés dans des niveaux de remblais. Ils décoraient trois espaces distincts d’une villa fouillée entre 1985 et 1988 : le premier ensemble est rattaché à un plafond ; le second présente des revêtements de colonnes couverts de graffitis tandis que le troisième ensemble, une guirlande perlée, provient essentiellement d’une zone basse de paroi. Ils sont stylistiquement rattachés au début du ier siècle ap. J.-C., dans la tradition du troisième style pompéien.

Texte intégral

1Le site de Saint-Pierre-de-Nazac, commune de Miramont de Quercy, se trouve dans la vallée de la Barguelonne, à 40 km au nord-ouest de Montauban (fig. 1), à la frontière des territoires Nitiobroge, à l’ouest, et Cadurque, à l’est. Le site, établi sur un éperon, est connu dès le xixe siècle par la découverte d’un important matériel.

2Une fouille de sauvetage, réalisée entre 1985 et 1988 sous la direction d’Edmée Ladier, en préalable au projet d’extension du cimetière communal vers l’est, a mis en évidence deux phases d’occupation. La première phase concerne un secteur antique qui a pu être occupé par un lieu de culte ou une villa, bien que les dimensions des substructions paraissent disproportionnées pour un établissement privé (Ladier dir., 2008, p. 81-84). L’installation au ier siècle av. J.-C. est probable, mais la durée de son existence est plus problématique. La seconde phase d’implantation, datée du haut Moyen Âge, a livré l’emprise partielle d’un cimetière contenant une quarantaine de sépultures.

3La fouille des niveaux antiques a révélé des vestiges concentrés au nord. Les murs et les canalisations ne permettent toutefois pas de distinguer un ensemble de pièces cohérent. En limite méridionale du site, dans l’angle d’un bâtiment aux fondations imposantes (1 m de largeur) dont la fonction reste inconnue (fig. 2), un remblai de 2,50 à 3 m d’épaisseur, entièrement constitué de débris de constructions antiques, a livré deux couches successives d’enduits peints. La couche inférieure était essentiellement constituée de mortier de maçonnerie et de fragments à fond blanc ornés de filets rouges ; la couche supérieure, épaisse d’une vingtaine de centimètres, contenait une plus grande variété d’enduits regroupés en tas encore visibles, correspondant à des apports successifs de déblais ; elle conservait notamment un décor mural de zone basse et des enduits de colonnes striés de graffitis.

Fig. 1. Localisation du site (DAO C. Zielinski).

Fig. 2. Plan des vestiges (DAO C. Zielinski, d’après informatisation par P. Pisani des plans d’E. Ladier).

Fig. 3. Restitution des cercles en caissons (DAO C. Zielinski).

  • 1 Je remercie Madame Edmée Ladier, conservatrice du Museum d’Histoire naturelle de Montauban, de m’av (...)

4En 2008, la préparation à Montauban d’une exposition sur les découvertes archéologiques des trente dernières années dans le département a donné l’occasion de s’intéresser à ces fragments inédits, provenant de trois ensembles, afin de les présenter au public1.

L’enduit mural et le décor de plafond

5Ce premier ensemble, mal conservé, a été mis au jour dans le plus ancien niveau de déblais et bien qu’il soit très fragmentaire, une ébauche de restitution peut être proposée.

6Les deux types d’enduits peints à fond blanc composant cet ensemble ont été rattachés à la même unité de décor, grâce à leurs mortiers. Le premier type, au lissage grossier, ne garde aucune trace de décor.

7Le second porte des motifs monochromes rouge ocre de mauvaise qualité, au pigment instable. Ce décor simple, composé de cercles et de filets d’encadrement, fait songer à un décor de plafond. Les cercles, d’environ 27 cm de diamètre ont été préalablement tracés à l’aide d’un compas à pointe sèche par incisions larges et profondes, puis dessinés par des bandes de 2,3 à 3,7 cm de largeur. Les filets, tous du même rouge, sont de différentes largeurs (0,4-0,5 cm, 0,7-0,8 cm et 1-1,2 cm). Des reprises épaisses de couleur, des bavures et des traces de poils de pinceaux, débordant de part et d’autre, trahissent une réalisation peu soignée. Quelques fragments montrent la rencontre perpendiculaire de filets ainsi que la proximité d’une bordure de cercle et d’un filet. L’espacement différent dans les deux exemples conservés (3,5 cm et 1,5 cm) atteste une fois de plus un travail relâché.

8La proximité de cercles et de traits implique probablement la présence de cercles inscrits dans des carrés (fig. 3). On pense d’emblée au type de décor en réseau inspiré des caissons architecturaux (Barbet et alii, 1997, p. 22 : type 16, caissons). Malheureusement, nous n’avons aucun croisement de filets qui nous permette de restituer une surface totalement couverte ; il pourrait s’agir d’une seule ligne de caissons, ou d’un plafond avec plates-bandes comme dans la galerie de la villa de Mané-Véchen (Morbihan) au décor plus complexe (Boislève, 2005).

9D’autres éléments d’un enduit blanc, sans décor, présentent l’arrachement caractéristique des angles intérieurs de murs ainsi que des angles saillants à 90°. Trop nombreux – par rapport à la surface conservée de cet ensemble – pour correspondre aux angles de la pièce et à ses ouvertures, ils incitent à envisager une paroi percée de plusieurs niches, ou exèdres. Quelques-uns prouvent la proximité, dans certains cas, d’un angle saillant et d’un angle rentrant, alors que d’autres gardent une sorte de listel légèrement saillant. Il est probable que ce groupe provient d’une structure architecturale complexe difficile à restituer. Uniquement grâce à la composition similaire de leurs mortiers, il a pu être établi que ces enduits muraux appartenaient à la même pièce que le décor de plafond.

10La médiocre qualité d’exécution de ces décors (des tracés préparatoires trop larges et profonds, la pose de peinture sur un mortier trop sec, les arcs de cercles de largeurs irrégulières), ainsi que le modèle simple et répétitif, font pencher en faveur d’un espace de circulation ou d’une pièce de service.

Le décor de colonnes et les graffitis

  • 2 Comme exemple de fût partiellement peint en noir, citons, en Gaule, les colonnes engagées de l’atri (...)

11Cet ensemble est composé de revêtements blancs de colonnes dont le tiers inférieur a reçu le traitement habituel rouge ocre. Cependant, parmi ces fragments convexes, ont été retrouvés quelques vestiges de colonnes dont une partie du fût, peint en noir, constitue un décor moins fréquent2. Tous ces enduits portent de nombreux graffitis.

Le support et les enduits peints

12À la place des traces de briques arrondies que l’on s’attend généralement à trouver en structure de colonnes, nous avons ici une technique totalement inédite : le revers des mortiers laisse clairement apparaître des empreintes de planchettes ou de lattes en bois, larges d’environ 6 à 7 cm, assemblées verticalement en coffrage (fig. 4).

13L’épaisseur du revêtement tourne sensiblement autour de 2,5-3,5 cm et le diamètre extérieur des colonnes varie entre 30 et 40 cm. Cette différence peut correspondre à deux modules différents ou bien, sur la même colonne, à un amincissement progressif du fût. Cependant, aucun fragment n’est assez grand pour que l’on puisse trancher en faveur de cette dernière hypothèse.

Fig. 4. Traces de lattes en bois au revers d’un enduit de colonne (cl. C. Zielinski).

14Le décor des colonnes consiste en un aplat rouge ou noir qui en couvrait sûrement le tiers inférieur ; le pigment, dont on ignore le liant et la technique d’application, est intense et bien conservé, mais il est très instable, ayant été appliqué sur un mortier trop sec.

15En zone haute, nous pouvons replacer l’amorce de deux éléments de moulures (fig. 5) façonnés, semble‑t‑il, en chaux pure. Ces moulures sont composées d’une petite bande à deux tores avec, sur l’un des fragments, l’amorce d’un autre tore qui apparaît 4,5 cm au-dessus de la mouluration précédente. Nous pourrions bien avoir là la base du chapiteau, d’autant que le mortier s’amincit au-delà du tore.

16Les indices livrés par le support en coffrage et le diamètre des colonnes impliquent soit une faible élévation des éléments, car la capacité de soutien est limitée, soit des colonnes plus élancées, mais à but uniquement ornemental. Ils ne conviennent pas à un ensemble monumental. De plus, la finesse du mortier, la qualité des enduits polychromes et l’extrême fragilité des moulures donnent au décor un aspect délicat et corroborent l’idée que ces colonnes, appartenant à une même unité de décor, se trouvaient dans un lieu abrité et peu fréquenté.

Fig. 5. Éléments de moulures de colonnes (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).

Les graffitis

17Les graffitis ont été essentiellement retrouvés sur des fragments de revêtement de colonnes blanc ; d’autres provenaient d’enduits muraux, à champs rouge ou blanc, mais en quantité si négligeable qu’ils sont inexploitables. Au total, plus de 160 fragments portent des traces, parmi lesquelles on peut distinguer des formes géométriques (fig. 6) ou figuratives, mais également des traces d’écriture cursive.

18Parmi les graffitis les mieux conservés, on peut lire sur un fragment le nombre 40 (XXXX), suivi plus bas du nom MAXIMUS (fig. 7), bien que les M, X et A soient gravés de manière similaire. Sur un autre élément, dont la cassure nous prive des premières lettres, R. Rebuffat lit « …(U)LENTAS » (fig. 8) et nous oriente vers LUCULENTAS (à l’accusatif pluriel), signifiant « brillant, somptueux ».

  • 3 Barbet, Fuchs dir., 2008, no 63, p. 140, fig. 122, p. 149 ; sur les graffitis érotiques, p. 139-151

19Cependant, l’élément le plus remarquable de la série est un petit phallus de 5,5 cm gravé sur un enduit blanc3 (fig. 9). Il est précédé – sans que l’on puisse l’y rattacher avec certitude – d’une inscription que les épigraphistes J.-P. Bost et G. Fabre déchiffrent comme (MA)XIMUS QUINT(US), tandis que R. Rebuffat propose (MA)XIMUS SUINI, dont suini, le génitif de suinus, renvoie au cochon. Les avis restent partagés chez les épigraphistes quant à l’interprétation de l’inscription et il n’est pas non plus certain que dessin et texte soient en rapport. En effet, ils ne semblent pas réalisés par la même main, les incisions du dessin étant plutôt sèches alors que les lettres sont très souples.

20Les graffitis épigraphiques sur enduit n’ont malheureusement pas pu être rattachés à d’autres fragments et complétés, ils restent donc isolés et fragmentaires.

21Les inscriptions érotiques sont nombreuses dans le monde romain, notamment à Pompéi. Cependant, les représentations phalliques sont plus rares ; en effet, en dehors du phallus de Saint-Pierre-de-Nazac, le seul autre exemple gravé sur enduit peint actuellement connu a été découvert dans le péristyle de la villa d’Yvonand-Mordagne (Barbet, Fuchs dir., 2008, no 66, p. 138-139, fig. 121 A, B, p. 150-151).

Le décor à couronne perlée

22Ce décor est très inégalement conservé, puisque seule la zone basse offre une lecture claire, le reste ne permettant que des hypothèses de restitution.

23Au ras du sol court une plinthe marron-rose unie mesurant 15 cm de hauteur minimum ; comme toujours à cet emplacement, le traitement est très sommaire. Une bande blanche horizontale, large de 1,8 cm, la sépare d’un champ noir d’environ 41 cm de hauteur. Cette zone comporte un décor relativement bien conservé et assez complet pour en saisir les détails : à mi-hauteur, une ligne horizontale de perles rouges s’interrompt sur une couronne grêle composée de perles et de différents motifs à pétales verts rehaussés d’une touche rose (fig. 10 et 11).

24Aux extrémités de son diamètre horizontal, la rencontre avec la ligne de perles est marquée par deux gros fleurons à quatre pétales, dont le cœur est un point jaune avec des touches blanches et rouges (fig. 12). À l’opposé, l’axe vertical est marqué, en haut et en bas, par un point semblable encadré de deux pétales. Les diagonales sont aussi soulignées par un petit motif composé de cinq points d’où partent à nouveau les mêmes pétales. La ligne de perles entre chaque motif a une couleur alternée, jaune en haut et en bas, rouge à gauche et à droite. Il est également possible qu’un fleuron ait marqué le centre de la composition et le milieu de la ligne horizontale.

Fig. 6. Incisions à motifs géométriques sur élément de colonne (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).

Fig. 7. Graffitis avec inscriptions “XXXX” et “Maximus” (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).

Fig. 8. Inscription partielle sur enduit de colonne (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).

Fig. 9. Phallus et inscription sur enduit de colonne (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).

25Ce décor a été préparé par un schéma géométrique incisé. Les lignes droites ont été faites à main levée et le cercle, de 36 cm de diamètre, a été tracé au compas mais, pour les unes comme pour l’autre, on voit des irrégularités et des reprises montrant un tracé rapide et approximatif dans son ensemble.

26Ce compartiment noir est suivi à droite d’un champ rouge précédé d’une triple bande jaune, marron, vert, large de 4 cm, et surmonté d’une double bande, noire en bas et de couleur indéterminée au-dessus (grisâtre). Il est probable que nous ayons l’alternance habituelle entre compartiments larges, noirs en l’occurrence, et compartiments étroits, rouges. Cette zone inférieure est couronnée d’une mouluration fictive constituée de bandes en dégradés de rose sur fond blanc, d’une hauteur de 7 cm (fig. 13).

27De rares fragments montrent l’enchaînement entre cette corniche fictive et la zone médiane de la paroi, indiquant des champs rouge et jaune avec une touche bleu-gris. Dans l’ensemble, les fragments appartenant à la zone médiane sont beaucoup plus dispersés que pour la zone inférieure et il n’y a pratiquement pas d’assemblage entre eux ; cependant, si l’on en juge par la proportion des couleurs conservées, elle devait être majoritairement couverte de rouge ocre.

Fig. 10. Décor à couronne perlée (cl. C. Zielinski).

Fig. 11. Restitution du décor de la zone basse (DAO C. Zielinski).

Fig. 12. Fleuron, détail de la zone basse (cl. C. Zielinski).

  • 4 Ce type de motif, caractéristique du troisième style, est bien répertorié en Gaule : une douzaine d (...)
  • 5 Sur les vases métalliques et leur traitement en peinture, voir Barbet, 2008, p. 350-352 ; en partic (...)

28Ces panneaux rouges sont limités verticalement par une fine bande beige à décor de cœurs schématiques superposés4. Ce galon se retrouve d’ailleurs de manière constante le long des divers champs colorés qui nous sont parvenus, mais en quantité moindre : rouge ocre plus clair, jaune et vert (fig. 14). Il est certain, en outre, qu’une bande verte de 4,2 cm de large marquait l’arête du mur après le galon de bordure de chaque panneau. Quelques rares fragments figurés indiquent qu’une vignette décorait probablement le centre des panneaux rouges : l’un avec l’embouchure d’un vase ou d’une corne à boire peint en camaïeu de gris à rehauts blancs, sans doute pour imiter l’argent5 (ig. 15), d’autres avec des motifs végétaux ou indéterminés.

Fig. 13. Couronne perlée, détail de la plinthe (cl. C. Zielinski).

Fig. 14. Restitution de décor à rais-de-cœur schématiques (DAO E. Henrion).

Fig. 15. Vignette de vase ou de corne (cl. E. Henrion).

Fig. 16. Éléments de frise égyptisante (cl. E. Henrion).

Fig. 17. Éléments de corniche fictive (cl. E. Henrion).

29Ici, les certitudes laissent la place aux hypothèses puisque les indices sont trop minces pour être affirmatifs.

30En alternance avec les panneaux rouges, il devait y avoir d’autres champs colorés de surface plus réduite, si l’on en juge par le pourcentage de fragments conservés ; il s’agit des champs rouges plus clair, jaunes et verts dont on vient de signaler la présence à côté du galon de bordure à cœurs.

31Des fragments d’enduits peints et de stuc attestant la présence d’une corniche saillante à profil lisse sont impossibles à placer. Ils sont néanmoins à rapprocher de ce décor, qui aurait alors une composition assez complexe, à compartiments multiples, ou de décors voisins réalisés au même moment et par le même atelier. En effet, ces fragments appartiennent au même vocabulaire décoratif et leur mortier de support est identique. Nous trouvons notamment deux petits éléments avec une leur de lotus schématique verte et marron sur fond beige, appartenant à une frise égyptisante (fig. 16). Une bande verte rythmée par des traits marron laisse également à penser que l’on a voulu représenter une ligne de denticules (fig. 17). Cette ligne est limitée, d’un côté par une bande marron traversée de fines lignes brunes puis par un champ rouge et de l’autre par un double trait marron et blanc.

32Ce décor, bien que très fragmentaire, a tout de même l’avantage de présenter toutes les caractéristiques d’un courant ornemental bien daté, qui permet des références stylistiques avec des décors pompéiens et gallo-romains mieux conservés.

  • 6 PPM, vol. VII, 1997, p. 52-54, fig. 17-18 : paroi est (dessins de W. Zahn).
  • 7 PPM, vol. VII, 1997, p. 689, fig. 6 : paroi est (dessin de G. Abbate).
  • 8 PPM, vol. V, 1994, p. 298-307 ; pour le détail des motifs, fig. 63 et 64.

33La zone inférieure compartimentée par des bandes verticales et horizontales se rejoignant en un motif central est un poncif des décors de troisième style à pompéi (Bastet, De Vos, 1979) : un bon exemple se trouve dans la maison du Grand duc (Vii, 4, 56), tablinum 11, où la zone inférieure est découpée horizontalement et verticalement par des bandes dont les intersections sont ornées de losanges alternant avec des cercles6. Autre exemple, dans la maison Vii, 14, 9, sur le soubassement du triclinium 7, où les grands panneaux sont décorés de cercles ou de losanges que de fines guirlandes de perles horizontales ornent de part et d’autre7. Ces décors de zone basse appartiennent au troisième style, et les exemples sont encore nombreux : dans la maison d’Orphée (VI, 14, 20), cubiculum r, nous trouvons le même type de décor inférieur à alternance de losanges, carrés et cercles au centre des panneaux découpés par des bandes et, détail intéressant, en zone médiane, les inter-panneaux à candélabres sont bordés de bandes verticales blanches ornées de cœurs schématiques et surmontés de frises égyptisantes8.

34Les motifs gallo-romains proches de notre décor sont également bien connus, notamment dans la domus de Vésone à Périgueux, où quelques éléments rappellent ceux de Saint-Pierre : la corniche fictive du podium, bien que plus large et chargée en couleurs, est composée d’une succession de bandes roses, blanches, mauves et violettes qui s’achève dans des tons bleu-vert. Dans les panneaux rouges de la zone médiane, une guirlande est attachée aux angles de l’encadrement intérieur par un filet blanc ; un tracé préparatoire incisé semi-circulaire est visible sous la guirlande constituée de petites perles blanches rehaussées de bleu ou de jaune et ornée de feuilles et de cabochons à rubans (Barbet, 2008, p. 147-153).

35À Bordeaux, de la salle XXXXI, place Saint-Christoly, provient un décor très incomplet : entre un champ rouge et le bas d’un panneau de même couleur, une large bande horizontale noire porte une guirlande de perles, en arc de cercle, qui délimite un champ vert ; la guirlande de perles, nouée et agrémentée de feuilles et de fleurs, a une fonction ornementale mais sert aussi à séparer les deux champs de couleur (Barbet, 1987, p. 19, fig. 15). À Roquelaure, villa de la Sioutat, datée du 4ème quart du ier siècle av. J.-C., nous retrouvons une ligne de cœurs et points schématiques qui orne ici la moulure centrale des pilastres (Barbet, 1987, p. 23, fig. 18 ; Barbet, 2008, p. 91, fig. 113).

36Ainsi, ce décor très fragmentaire à couronne perlée et frises à rais de cœurs schématiques peut sans difficulté être attribué à la période dite de troisième style, grâce à des comparaisons stylistiques avec des ensembles romains et gallo-romains bien datés. Il a très probablement été réalisé au début du ier siècle de notre ère, ce que la stratigraphie et les données archéologiques ne contredisent pas.

Conclusion

37Les enduits peints, mis au jour dans des couches de remblais, appartiennent à trois ensembles distincts, caractérisés par la qualité de leurs mortiers et de leurs décors.

38La médiocrité du décor rouge, le mauvais lissage du mortier de surface, les incisions de préparation grossières du premier ensemble nous font penser à un décor de pièce de service ou de couloir, dont les seuls fragments peints semblent provenir du plafond.

39Les revêtements de colonnes sont des indices révélateurs des structures en élévation qu’ils recouvraient. La finesse de la couche de mortier par endroits, les empreintes de lattes de bois au revers, la fragilité des stucs et des pigments rouge et noir pourtant bien conservés suggèrent que ces colonnes étaient à l’abri des intempéries et avaient probablement une fonction ornementale. Si cet ensemble ne présente pas de décor polychrome, au mieux un badigeon monochrome rouge ou noir, il est ici enrichi de nombreux graffitis qui nous font découvrir avec plaisir des gestes et des pensées émancipés des conventions.

40Le dernier ensemble offre le décor le plus intéressant bien que le moins complet. La zone inférieure noire reste la zone la mieux déchiffrable, avec sa couronne grêle à fleurons et sa moulure fictive de podium ; nous pouvons reconnaître, en zone médiane, de grands champs monochromes rouges séparés par des bandes vertes et jaune ocre encadrées de galons à cœurs schématisés ; le centre de ces panneaux rouges était probablement orné de vignettes. Ce décor, le plus fragmentaire de la série, est finalement le mieux connu grâce aux nombreux exemples gallo-romains et romains.

41L’étude de ces décors peints très incomplets et retrouvés dans des couches de remblais ne permet pas de répondre à toutes nos interrogations, notamment sur la taille et la fonction des espaces. Toutefois, elle apporte un nouvel éclairage sur des aspects du site que nous n’aurions pas pu appréhender autrement. Le champ d’étude reste limité mais les enduits, même épars, témoignent encore d’espaces de vie et de circulation aujourd’hui disparus, par leur qualité d’exécution, leur type de représentation et quelques indices stylistiques.

42Ainsi, les peintures attribuées à un décor de plafond et les enduits de colonnes couverts de graffitis nous renseignent sur des élévations qui n’existent plus, tandis que la couronne perlée du soubassement noir, grâce à des comparaisons stylistiques, rattache ce décor au troisième style pompéien et permet de proposer pour ces décors une datation du début du ier siècle de notre ère.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barbet A., 1982, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule : première partie », Gallia, Paris, éd. du CNRS, t. 40, fasc. 1, p. 53-66.

Barbet A., 1983, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule : deuxième partie », Gallia, Paris, éd. du CNRS, t. 40, fasc. 1, p. 111-165.

Barbet A., 1987, « La diffusion des Ier, IIème et IIIème styles pompéiens en Gaule », in : Bögli H., Fuchs M. dir., Pictores per Provincias, Avenches, p. 7-27 (Cahiers d’archéologie romande, 43).

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, 392 p., 564 fig.

Barbet A., Fuchs M. dir., 2008, Les murs murmurent : graffitis gallo-romains, Catalogue de l’exposition, Musée romain de Lausanne-Vidy, 6 juin-26 oct. 2008, Gollion, Infolio, 202 p., 162 fig.

Barbet A., Douaud R., Laniepce V., 1997, Imitations d’opus sectile et décors à réseau : essai de terminologie, Paris, 46 p., ill. (Bull. de liaison du CEPMR, no 12).

Barbet A., Becq G., Monier F., Rebuffat R., 2000, La peinture romaine : fresques de jardin et autres décors de Fréjus, Fréjus, 36 p.

Barbet A., Girardy-Caillat C., Dagand P., Bost J.-P., 2003, « Peintures de Périgueux : édifice de la rue des Bouquets ou la Domus de Vésone », Aquitania, XIX, p. 81-126.

Bastet F. L., De Vos M., 1979, « Il terzo stile pompeiano : proposta per una classificazione », Archäologische Studien van het Nederlands Instituut te Rome, Rome, 238 p., 16 fig., LXIV pl.

Boislève J., 2005, « Les peintures murales de la villa du Mané-Véchen », Bull. de la Société archéologique de Corseul-la-Romaine, no XIX, p. 13-17.

Ladier E., 1989, « Miramont-de-Quercy : cimetière du hameau de Saint-Pierre-de-Nazac », Gallia Informations, 1, p. 165.

Ladier E. dir., 2008, Enquête en sous-sol, en quête du passé : archéologie en Tarn-et-Garonne, Catalogue d’exposition, ville de Montauban, 11 janv-31 mars 2008, 136 p., ill.

Loustaud J.-P., Barbet A., Monier F., « Les peintures murales de la maison des Nones de Mars à Limoges », Aquitania 11, p. 63-111.

PPM = Pompei. Pitture e mosaici (dir. G. Pugliese Carra telli), 11 vol., 1990-2003.

Zielinski c., avec la coll. de Henrion E., 2007, Les peintures murales de Saint-Pierre-de-Nazac : étude de trois ensembles inédits, Rapport d’étude, janvier 2007, 35 p.

Zielinski C., 2008, « Les peintures murales de Saint-Pierre-de-Nazac, Miramont-de-Quercy », in : Ladier dir., 2008, p. 85-88.

Notes

1 Je remercie Madame Edmée Ladier, conservatrice du Museum d’Histoire naturelle de Montauban, de m’avoir confié l’étude de ce matériel et communiqué toutes les informations dont elle disposait sur cette fouille.

2 Comme exemple de fût partiellement peint en noir, citons, en Gaule, les colonnes engagées de l’atrium, dans la domus de la place Formigé à Fréjus : Barbet et alii, 2000, p. 9, fig. 6. À Limoges, dans la salle 52 de la maison des Nones de Mars, des fragments convexes attestent la présence de colonnes noires à décor végétal animé d’oiseaux : Loustaud et alii, 1993, p. 106-108, fig. 34. Dans ce dernier cas, les empreintes au revers des fragments attestent un fût construit en briques en quarts-de-rond. Le diamètre restitué de ces colonnes est estimé à 40-45 cm.

3 Barbet, Fuchs dir., 2008, no 63, p. 140, fig. 122, p. 149 ; sur les graffitis érotiques, p. 139-151.

4 Ce type de motif, caractéristique du troisième style, est bien répertorié en Gaule : une douzaine de « galons de cœurs et points », d’après Barbet, 2008, p. 63.

5 Sur les vases métalliques et leur traitement en peinture, voir Barbet, 2008, p. 350-352 ; en particulier les vases en vignette sur fond rouge : Les Bolards, « salle aux peintures » (fig. 524) ; Metz, rue Marchant, pièce 2 (fig. 529).

6 PPM, vol. VII, 1997, p. 52-54, fig. 17-18 : paroi est (dessins de W. Zahn).

7 PPM, vol. VII, 1997, p. 689, fig. 6 : paroi est (dessin de G. Abbate).

8 PPM, vol. V, 1994, p. 298-307 ; pour le détail des motifs, fig. 63 et 64.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site (DAO C. Zielinski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 2. Plan des vestiges (DAO C. Zielinski, d’après informatisation par P. Pisani des plans d’E. Ladier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 3. Restitution des cercles en caissons (DAO C. Zielinski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Traces de lattes en bois au revers d’un enduit de colonne (cl. C. Zielinski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 5. Éléments de moulures de colonnes (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 6. Incisions à motifs géométriques sur élément de colonne (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 7. Graffitis avec inscriptions “XXXX” et “Maximus” (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 8. Inscription partielle sur enduit de colonne (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 9. Phallus et inscription sur enduit de colonne (cl. C. Zielinski ; DAO E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 10. Décor à couronne perlée (cl. C. Zielinski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 11. Restitution du décor de la zone basse (DAO C. Zielinski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 12. Fleuron, détail de la zone basse (cl. C. Zielinski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 13. Couronne perlée, détail de la plinthe (cl. C. Zielinski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 14. Restitution de décor à rais-de-cœur schématiques (DAO E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 15. Vignette de vase ou de corne (cl. E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 16. Éléments de frise égyptisante (cl. E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 17. Éléments de corniche fictive (cl. E. Henrion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7194/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

Auteur

Archéologue à la Direction archéologique de la ville d’Aix-en-Provence.

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search