Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Découvertes récentes en Aquitaine et Midi-Pyrénées : les décors des sites de Bordeaux et de Cahors

Myriam Tessariol

Résumé

La fouille préventive du site de l’Auditorium de Bordeaux (Gironde) a permis de mettre au jour un quartier urbain antique. Quatre décors ont été découverts : ceux aux motifs géométriques et aux galons brodés, contemporains et probablement réalisés par un même atelier d’artisans, le décor aux candélabres grêles et ombelles dont le caractère répétitif se prête à un lieu de circulation, et le décor aux fonds aquatiques au style simplement ébauché.
Le site de Cahors (Lot), localisé sur les Allées Fénelon, a délivré une quantité importante d’enduits peints fragmentaires, retrouvés dans un remblai daté de la deuxième moitié du
ier siècle ap. J.-C. Deux décors ont été identifiés : le premier se compose d’une alternance de panneaux rouges et d’inter-panneaux noirs agrémentés de candélabres à ombelles et colonnes végétalisées ; le deuxième se caractérise par un fragment isolé sur lequel figure un personnage.

Texte intégral

Le site de l’Auditorium de Bordeaux

1Le site de l’Auditorium de Bordeaux, en Gironde, a été fouillé en 2007 sous la direction de Kristell Chuniaud, responsable d’opérations Inrap. Il s’agit d’un quartier urbain antique comprenant une rue bordée par des maisons (fig. 1). Ces dernières s’organisent à partir d’un axe sud-ouest – nord-est matérialisé par une voie. Une zone dotée de fours de verriers a également été identifiée à proximité. De nombreux fragments d’enduits peints ont été retrouvés et ramassés systématiquement au cours de cette fouille. Ainsi, quatre décors principaux ont pu être mis en évidence lors d’un travail d’inventaire approfondi.

Fig. 1. Plan du site de l’Auditorium de Bordeaux. Document Inrap.

2Le premier décor, dit aux motifs géométriques, a été découvert dans des niveaux de remblais situés en dessous du sol correspondant à l’état de construction de la maison MSN 4. Il proviendrait de bâtiments non localisés dont l’occupation se situerait entre le changement d’ère et les années 40 ap. J.-C. Le décor (fig. 2) se compose de rectangles ou carrés violets soulignés d’un triple filet (blanc au centre et deux filets ocre jaune latéraux), le tout sur un fond noir. Le centre de ces compartiments était agrémenté de fleurons. Un fragment met en évidence un champ rouge qui se développe au-dessus de ces compartiments violets. il est bordé par une bande verte verticale. D’après les éléments conservés, nous pouvons supposer qu’il s’agit de fragments provenant de la zone inférieure d’une paroi. Le revers est également intéressant et montre des empreintes en forme de chevrons attestant certainement une cloison de terre comme support de ces peintures.

3Cet ensemble fragmentaire présente un décor de zone inférieure de paroi avec des motifs géométriques qui pourraient trouver une comparaison avec la domus de la rue des Bouquets à périgueux, plus précisément la pièce 1 (mur du fond) qui montre un compartiment à losange couché et fleurons avec palmettes, décor daté des années 50-60 au plus tard (Barbet, 2008, p. 151).

4Le deuxième décor, dit aux galons brodés, est issu du même contexte que le précédent. Les fragments conservés montrent un fond rouge séparé d’un fond noir par des filets d’encadrement de type galon brodé de cœurs et de points (fig. 3). Les fonds rouges présentent des éléments de feuillages verts ainsi que des motifs jaunes pour l’instant indéterminés. Les fragments noirs sont agrémentés d’un filet bleu, certainement d’encadrement. Dans les angles, ce filet bleu est surligné d’une équerre d’angle jaune, doté d’un point de la même couleur dans la diagonale (détail retrouvé d’ailleurs dans le décor précédent). Ces éléments de décor pourraient appartenir au registre médian d’une paroi. De la même manière, nous pouvons imaginer une alternance de panneaux et inter-panneaux mais en l’absence d’une étude plus approfondie, ces réflexions demeurent hypothétiques. Ce décor pourrait être daté jusqu’au milieu du ier siècle de notre ère en raison de la durée d’utilisation du galon brodé de cœurs et de points. Ce motif est effectivement bien connu et étudié dans le cadre des décors concernant la diffusion d’une mode typique de la fin du troisième style pompéien dans les années 30-40. Nous trouvons des exemples similaires dans la domus de la rue des Bouquets à périgueux ou encore à Fréjus, place Formigé.

Fig. 2. Croquis de la zone inférieure du décor aux motifs géométriques.

Fig. 3. Motif du galon brodé de cœurs et de points.

Fig. 4. Motif de candélabre et ombelle.

5Le troisième décor, dit aux candélabres, a été retrouvé dans des niveaux ayant servi de remblais avant la mise en place du sol de la galerie GAL 13 située à proximité de la maison MSN 4. Un fond rouge est agrémenté de fins candélabres jaunes avec des ombelles à festons (fig. 4) desquelles se déploient de part et d’autre des rubans bleus formant un nœud et retombant en pendentif. Ces candélabres étaient encadrés de filets blancs, formant ainsi une sorte d’inter-panneau au sein des panneaux rouges eux-mêmes soulignés de filets d’encadrement bleus avec, dans les angles, un point de la même couleur peint dans la diagonale. Ces éléments appartiennent généralement au décor de la zone médiane d’une paroi.

6Cet ensemble à fond rouge avec des motifs répétitifs tels que des candélabres, ainsi que la présence de nombreux graffitis (fig. 5), pourrait bien s’accorder avec ce type de bâtiment tout en longueur et voué au passage et à la circulation. Ce décor ayant servi de remblai, nous pouvons envisager qu’il provient d’un état antérieur de cet édifice. En l’absence de remontage, il nous est difficile de dire si les graffitis sont de simples formes géométriques, des inscriptions, ou si des figures sont représentées. Malgré cela, ils sont relativement nombreux et cette quantité importante pourrait s’expliquer également par la fonction de passage de ce lieu, public, et par sa fréquentation par la population.

7Pourtant, ces enduits peints n’ayant pas été retrouvés en place, nous ne pouvons pas exclure qu’ils aient servi à orner un bâtiment doté de murs en terre à proximité, comme par exemple l’intérieur de la maison MSN 4 que borde la galerie GAL 13.

8Un rapprochement stylistique peut tout de même être fait avec le décor aux candélabres grêles de la pièce 8 de la domus (ou villa) aux xenia de Vaise, un quartier de Lyon antique. Ces peintures sont manifestement datées du début du ier siècle ap. J.-C. nous avons également le décor XXVII des dieux océan à saint-romain-en-Gal, daté de la seconde moitié du ier siècle de notre ère (Barbet, 2008, p. 129). Une étude plus approfondie s’impose.

Fig. 6. Personnage masculin. Décor aux fonds aquatiques.

9Le quatrième décor, dit aux fonds aquatiques, est issu d’un remblai localisé au nord du bâtiment BAT 49 ; il sera cependant difficile de connaître sa provenance exacte. Ce niveau a délivré de la céramique sigillée résiduelle ainsi que trois monnaies du iiie siècle de notre ère.

10Les fragments découverts mettent en évidence un décor figuré peint sur un fond vert très sombre. Trois personnages ont ainsi été observés : un premier visage aux contours et traits simplement esquissés, puis le torse et une partie du visage d’un personnage masculin (fig. 6) ; enfin, un autre personnage, probablement féminin en raison de sa poitrine marquée, qui semble être assis sur une sorte de trône ou de fauteuil. Les traits de son visage sont flous. Au-dessus de cette figure, on distingue deux formes allongées de la même couleur que la chair des personnages précédemment décrits. Il pourrait s’agir de poissons (ou queues de poissons), ou bien des jambes d’un personnage marin.

11Cet ensemble s’apparente à une représentation de fonds marins ou fluviaux, en raison des couleurs sombres, en particulier les différentes nuances de vert, employées pour rappeler l’environnement des eaux profondes. Ces dernières sont obtenues par l’application de fins traits bleus qui suggèrent le mouvement permanent de ce contexte. Il convient également de mentionner le traitement flou des visages et des personnages peints pratiquement à la façon moderne des impressionnistes, c’est-à-dire par petites touches.

12Ce décor n’est pas sans rappeler les scènes idyllico-sacrées. Les paysages y sont rarement complets et les personnages sont souvent réduits à de simples silhouettes. Notons qu’elles sont relativement rares en Gaule et généralement présentes dans des petits tableaux au centre de parois aux décors raffinés. Il s’agirait donc, dans ce cas précis, d’une catégorie de peintures murales plus luxueuse.

13Un exemple comparable, d’un point de vue stylistique, provient du site des Allées de Tourny à Bordeaux. C’est une représentation d’une scène de sacrifice dans un sanctuaire, appartenant au troisième style pompéien. Les personnages du décor aux fonds aquatiques pourraient donc être éventuellement des divinités, mais il serait préférable d’approfondir cette étude avant de pouvoir l’affirmer.

14Ces résultats ont un caractère provisoire. Rappelons que l’objectif de ce travail était de réaliser un inventaire approfondi. Celui-ci nous a permis de mettre en évidence quatre décors particulièrement intéressants.

15Une étude complète de ces quatre ensembles est programmée pour l’année 2012. Une recherche d’assemblages permettrait en effet de mieux comprendre la composition et l’organisation de chaque décor. Ceci dans un but de proposer des restitutions idéales de ces peintures murales, grâce à des relevés (dessins de l’état archéologique) et à des photographies des plaques recomposées telles qu’elles étaient à l’origine.

16Les comparaisons proposées pour chacun des décors sont avant tout des pistes de recherches et pourront être affinées et approfondies lors d’une étude complète. Elles permettent d’avoir des précisions sur les datations par le biais de rapprochements stylistiques notamment grâce aux décors déjà connus.

Fig. 7. Localisation du site des Allées Fénelon à Cahors. Document Inrap.

17Ces décors sont proches de ceux que nous trouvons sur les autres sites de l’aquitaine romaine et en Gaule. Les décors aux motifs géométriques et aux galons brodés seraient contemporains, plus précisément de la première moitié du ier siècle de notre ère, et auraient été réalisés par un même atelier d’artisans. Le décor aux candélabres grêles et ombelles aurait très bien pu orner les parois de la galerie en raison de son caractère répétitif qui se prête bien à ce type de lieu de circulation. Quant au décor aux fonds aquatiques, il revêt un caractère tout à fait exceptionnel par la présence de figures ainsi que par son style, comme simplement ébauché, qui s’oppose aux représentations classiques.

Le site de Cahors, Allées Fénelon

18Le site de cahors, dans le département du Lot, est localisé sur les allées Fénelon, en plein centre-ville actuel. Le chantier s’est déroulé en 2007 sous la direction de Didier Rigal, responsable d’opérations Inrap.

19Cette ville est dotée de thermes publics, d’un théâtre et d’un temple circulaire précédemment découverts (fig. 7). La fouille a permis de montrer l’organisation urbaine de ce quartier à l’époque romaine en mettant au jour une rue orientée nord-sud et bordée d’un égout, qui correspond à l’axe principal de la ville, le cardo maximus. Un monument public de type basilique a été découvert, ainsi que les vestiges d’un amphithéâtre dont sont conservés un arc de cercle de plan elliptique sur 45 m et des vomitoires.

Fig. 8. Candélabre torsadé.

20Des enduits peints fragmentaires ont été retrouvés en grande quantité dans un contexte de remblai daté de la deuxième moitié du ier siècle ap. J.-C. ils n’ont pas fait l’objet d’un ramassage systématique et ont été mis au jour en grande partie au moyen d’une pelle mécanique. De plus, les peintures ont été triées sur le terrain et la plupart des fragments monochromes n’ont pas été conservés. Le manque de temps certain, lié au cadre de la fouille préventive ainsi qu’au contexte de découverte en remblai, a contribué à ce genre de choix.

21À partir des quelques éléments qui ont pu être récupérés et conservés, nous pouvons dire que le décor provient essentiellement d’une zone médiane de paroi. Il se compose de panneaux rouges séparés par des inter-panneaux noirs agrémentés de candélabres. Les fragments montrent des motifs qui sont bien connus, mais il manque les raccords entre les différentes zones.

22Deux types de candélabres ont été identifiés, dont la couleur s’apparente à un camaïeu de beige, orangé et rose peint sur un fond noir. Le premier montre une hampe torsadée ou plus précisément deux tiges qui s’entrecroisent, chacune d’entre elles dotée de coupelle et de gaine de feuilles (fig. 8). L’autre exemple se compose d’une lourde hampe avec des tiges annexes. Il s’apparente à une colonne végétalisée ornée, selon les fragments, d’une ombelle à festons (fig. 9). Ces ombelles pouvaient servir de support à des figures telles que des cygnes. Dans le cas de la zone médiane, les ombelles sont comparables à celles du Château-Roussillon à Ruscino (Barbet, 2008, p. 121), datées du troisième quart du ier siècle ap. J.-C., et le traitement du camaïeu des candélabres et des colonnettes rappelle celui de Périgueux dans la domus des Bouquets (Barbet et alii, 2004, p. 149-219) ou encore de Clermont-Ferrand (Barbet, 2008, p. 156).

Fig. 9. Croquis de l’inter-panneau.

23Notons que le candélabre à entrelacs était peut-être aussi doté d’ombelles mais nous n’en avons pas la preuve. Nous pouvons par contre imaginer que certaines ombelles pouvaient éventuellement servir de support à des figures telles que des cygnes. Nous avons trouvé une comparaison de cygnes et d’ombelles avec le site de Martizay, dont la datation se situe au milieu du ier siècle ap. J.-C. (ibid., p. 92).

24Ce motif de candélabre à deux tiges croisées se retrouve dans deux exemples de la deuxième moitié du ier siècle de notre ère à Soissons, rue Paul Deviolaine, salle I (Barbet, 2008, p. 168) ; ou encore à Metz, rue Marchant, pièce 2, mur nord-est (ibid., p. 182). À La Croisille-sur-Briance, la villa du Liégeaud montre un exemple du iie siècle ap. J.-C. (ibid., p. 232).

25Les panneaux rouges étaient vraisemblablement unis. Ils sont encadrés de filets intérieurs jaunes et flanqués de bandes vertes ou bleues soulignées de filets blancs. À noter que l’emploi de points dans la diagonale entre la bande d’encadrement et le filet intérieur est tout à fait caractéristique du ier siècle ap. J.-C. (Maigret, 1990, p. 133) ; ceci se vérifie avec l’exemple de Soissons, rue Paul Deviolaine (Groetembril, Lefèvre, inédit).

26L’agencement des panneaux rouges et des inter-panneaux plus étroits noirs ressemble à celui de la villa Roma (maison 9, pièce 11) de Nîmes (Barbet, 2008, p. 113), daté de la deuxième moitié du ier siècle ap. J.-C, et à l’organisation du décor de Soissons, rue Paul Deviolaine (Groetembril, Lefèvre, op. cit.). Cet exemple de Nîmes montre d’ailleurs une plinthe ou sous-plinthe mouchetée en zone basse du mur. Nous pouvons envisager ce type de décor, relativement répandu à cette période, dans le cas de Cahors, mais nous n’avons retrouvé aucun fragment recouvert de mouchetis ou de projections de peintures.

27De manière plus précise, en ce qui concerne la zone inférieure de la paroi, nous sommes en possession de quelques éléments de décor pouvant lui appartenir.

28Il s’agit des thyrses obliques croisés jaunes et agrémentés de segments semi-circulaires, ici de couleur ocre rouge, comme au Bois l’Abbé à Eu (Frésard, 2004). Ceux-ci étaient décorés de tiges végétales ou de branches de feuillages qui s’enroulaient autour des thyrses ; leur style se rapproche des feuillages de Bordeaux, place Camille Jullian (Garry, 1990), et de ceux de Périgueux (Barbet, 2008, p. 147), boulevard Bertran-de-Born, La Gendarmerie, maison aux Satyres, HLM 1.

29Quant à la question de la datation, notons que les décors à candélabres sont attestés dans les provinces occidentales de l’Empire dès le début du ier siècle ap. J.-C. Le décor du site de Cahors présente incontestablement des caractéristiques des peintures gallo-romaines de la deuxième moitié du ier siècle de notre ère, telles que la succession de panneaux rouges et d’inter-panneaux noirs séparés par des bandes et filets d’encadrement. De plus, la grande majorité des comparaisons que nous avons effectuées se rapporte à la même période ; ceci est également confirmé par la chronologie proposée du remblai de démolition. Ce décor appartient à un bâtiment non localisé aux murs probablement de terre.

30Un fragment issu du même contexte de remblai semble cependant appartenir à un décor différent. Les avant-bras d’un personnage sont représentés sur un fond rouge (fig. 10). La main gauche tient l’anse d’une petite situle et la main droite une sorte de branche ou palme bleue. Ce fragment demeure malheureusement isolé. Le personnage est traité de manière très fine et avec beaucoup de soin apporté aux détails, ce qui le différencie de l’aspect lourd et imposant du décor précédent. Le traitement des ombres du personnage est soigné. Nous pouvons imaginer cette figure en position centrale d’un large panneau rouge de la zone médiane de la paroi, ceci à la manière de la figure volante ou génie ailé avec vase ou situle métallique et palme de Vaison-la-Romaine, maison au nord de la cathédrale, figure datée du ier siècle de notre ère.

31Ces deux décors ont été vraisemblablement réalisés durant la deuxième moitié du ier siècle ap. J.-C., plus précisément vers le milieu du ier siècle (aux environs de 50-70 de notre ère). Ils proviennent d’un bâtiment non localisé, construit probablement avec des murs de terre.

32Malgré les mortiers de préparation différents de ces enduits peints, nous pouvons supposer qu’ils sont issus du même bâtiment mais certainement de pièces (ou de parois) distinctes. La technique d’accrochage au support semble être identique pour ces décors. Il s’agit de préparer la paroi en créant des reliefs permettant une meilleure adhérence de la première couche de mortier dans le cas des murs en terre.

33De nombreuses comparaisons ont pu être effectuées avec des ensembles étudiés en Aquitaine romaine, tels que Périgueux, Bordeaux ou encore Clermont-Ferrand. Ceci met bien en évidence et confirme l’existence de ressemblances stylistiques au sein d’une même région.

34Cet exemple de Cahors permet de montrer et de rappeler qu’il est important de ne pas négliger les peintures murales issues de remblais. L’étude de ces décors peints fragmentaires, même découverts hors contexte, apporte des informations importantes d’un point de vue stylistique mais également sur les architectures disparues. En effet, un ramassage plus minutieux aurait permis de comprendre l’organisation de la paroi et de compléter ces quelques éléments de décor.

Fig. 10. Personnage tenant une situle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, 391 p., 565 fig.

Barbet A., Monier F., Bost J.-P., Sternberg M., et coll., 2004, « Peintures de Périgueux : édifice de la rue des Bouquets ou la Domus de Vésone. II. Les peintures fragmentaires », Aquitania, T. 20, p. 149-219.

Frésard N., 2004, Eu, Bois l’Abbé (Seine Maritime), Rapport d’étude, CEPMR-APPA, inédit.

Garry O. (avec la coll. de Allag Cl. et Monier F., sous la direction scientifique d’A. Barbet), 1990, Enduits peints de la place Camille Jullian, Bordeaux, Rapport d’étude, CEPMR-APPA, inédit.

Groetembril S., Lefèvre J.-F., Soissons, Rue Paul Deviolaine : étude des peintures murales, Salle XIII (suite), ensembles C à H, Rapport CEPMR-APPA, inédit.

Maigret C., 1990, « Le décor peint des pièces d’entrée des thermes sud », in : Fixot M. dir., Le site de Notre-Dame d’Avinionet à Mandelieu, Paris, éd. du CNRS, p. 105-141 (Monographie du CRA, 3).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan du site de l’Auditorium de Bordeaux. Document Inrap.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Fig. 2. Croquis de la zone inférieure du décor aux motifs géométriques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 3. Motif du galon brodé de cœurs et de points.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4. Motif de candélabre et ombelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 5. Grafiti.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 6. Personnage masculin. Décor aux fonds aquatiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 7. Localisation du site des Allées Fénelon à Cahors. Document Inrap.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 8. Candélabre torsadé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 9. Croquis de l’inter-panneau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 10. Personnage tenant une situle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7152/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

Auteur

Archéologue spécialiste, APPA-CEPMR, Doctorante TRACES, UMR 5608, Université Toulouse le Mirail - APPA-CEPMR, Abbaye Saint-Jean-des-Vignes, 02200 Soissons. tessariolmyriam@yahoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search