Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Un ensemble de peinture du début du ier siècle ap. J.-C. : Le site du Garon et la Maison aux Peintures à Saint-Romain-en-Gal (Rhône)

Odile Leblanc

Résumé

Exhumées lors de deux interventions distinctes de sauvetage, les peintures ont été découvertes en place dans deux maisons mitoyennes. Sur les quatre décors du site du Garon, trois étaient conservés in situ. Les sept autres décors conservés sur les murs de la Maison aux Peintures forment un programme décoratif cohérent. Les vestiges, qui appartiennent à la phase d’urbanisme d’époque augustéenne connue sur le site, perdurent à la période tibérienne, comme le montrent les peintures. Ils sont détruits par l’installation du portique monumental daté par ailleurs du milieu du ier siècle ap. J. -C. Les peintures d’un troisième style précoce présentent les caractères de la peinture augustéenne : bandeau imitant des corniches de podium et candélabre sur fond monochrome. Les mortiers de celles de la Maison aux Peintures présentent des critères qui ne peuvent être antérieurs au début du ier siècle.

Texte intégral

Historique des découvertes (fig. 1)

  • 1 CNR : Compagnie nationale du Rhône, qui a assuré, suite aux travaux sur le fleuve, la mise hors d’e (...)
  • 2 F. Bertholon, M.-J. Bodolec, H. Harremboure, D. Meyrand et B. Vidal, membres du Groupe d’archéologi (...)

1En novembre 1978, la fouille de sauvetage effectuée à l’occasion de la pose d’un drain par la CNR1 sur le terrain Garon, situé entre le site archéologique au nord, la route départementale 502 au sud et le Rhône à l’est, a révélé des vestiges de murs avec des peintures en place ainsi que des fragments d’enduits en remblais. A. Canal a suivi les travaux avec la collaboration des membres de Touring Club lyonnais2 qui ont assuré les relevés, les déposes et le prélèvement des enduits en remblais. Les peintures sont mentionnées dans le rapport de fouilles (Haremboure, Meyrand, 1978) qui est complété par un rapport d’étude des peintures (Bodolec, 1982). La construction de la galerie technique sous le bâtiment d’accueil du musée a nécessité une nouvelle tranchée à cet emplacement. Le suivi archéologique, réalisé au printemps 1991 par l’équipe archéologique sous la direction d’H. Savay-Guerraz, a permis de reprendre et de compléter les données de l’intervention de 1978.

  • 3 Elles ont été déposées et restaurées par l’atelier de restauration de mosaïques et de peinture de S (...)

2En 1993, les travaux de construction du musée ont révélé, près de la culée du pont moderne, des vestiges qui ont nécessité une intervention de sauvetage d’urgence menée par J. -L. Prisset et l’équipe archéologique. Les murs, qui subsistent en élévation sur plus d’un mètre, avaient conservé des peintures qui constituent le décor de sept des neuf pièces dégagées d’une maison3 (Prisset, Leblanc, 1994).

Le site du Garon

Les vestiges (fig. 2)

  • 4 H. = hauteur, l. = largeur, L. = longueur.
  • 5 Seul un relevé en plan à l’échelle 1/50e et une stratigraphie partielle entre les murs du portique (...)

3Une tranchée est-ouest (H. ~ 2 m, l. 4 m, L. 40 m4) est ouverte en façade du bâtiment de la société Garon situé au N-E de la rue de la Chantrerie5. Une première série de murs nord-sud et est-ouest, dont certains ont conservé leurs enduits, et des sols de mortier blanc correspondent aux vestiges d’un premier habitat. À l’ouest, les murs M3, M5 et M6 datent assurément de la première phase de cette maison. Une reprise de l’élévation du mur M6 (cf. décor 2) est contemporaine de la construction du mur M2, à l’ouest, qui appartient à une seconde phase de la maison (cf. décor 1). Nous n’avons aucune preuve de la persistance du mur M5 dans cette seconde phase car il est recoupé par la large tranchée de fondation du mur M4. À l’est, les murs M10, M11 et M12, qui appartiennent à cette maison, n’ont été dégagés qu’en surface. Le mobilier recueilli dans cette tranchée présente un faciès identique à l’Horizon 3 de la maison des Dieux Océan daté des premières décennies du ier siècle ap. J.-C. (Desbat et alii, 1994, p. 76). Les premières importations de sigillée de la Gaule du Sud reconnues dans cet ensemble qui renferme de nombreuses céramiques du ier siècle av. J.-C. (sigillée et paroi fine italique, céramique culinaire non tournée de tradition indigène), permettent de placer la fin de la période d’occupation de ce site sous Tibère, au plus tôt. Ces vestiges sont occultés par l’installation du portique monumental, daté par ailleurs du milieu du ier siècle ap. J.-C. (Desbat et alii, 1994, p. 82). Les larges tranchées de fondation creusées pour la construction des murs M1, M4 et M9 ont fortement perturbé les niveaux antérieurs mais n’ont pas fourni de mobilier qui permette de confirmer la date de son installation.

Fig. 1. Saint-Romain-en-Gal. Situation des vestiges du ier siècle. 1. Le Garon ; 2. la Maison aux Peintures sur fond de plan des vestiges au iiie siècle ; A. branche est du Portique monumental ; B. thermes des Lutteurs ; C. Maison au Lion (O. Leblanc, J.-L. Prisset ; DAO O. Leblanc).

Les peintures

Décor XI-1, aux Candélabres schématiques (fig. 3A et 9C)

  • 6 Sur 1,60 m de longueur et sur 1,20 m de hauteur ; la peinture de ce mur a été déposée et restaurée.

4Ce décor a été trouvé en place sur les murs nord M3 (L. 4,15 m, H. 1,40 m) et ouest M2 (L. 3,20 m, H. 1,20 m)6 d’une pièce dont nous ignorons les limites. Le mur M2 est construit en appui contre l’enduit conservé sur le mur nord, qui se poursuit à l’ouest. Deux mètres carrés et demi de fragments trouvés en remblais au pied de M2 (secteur 2) proviennent de cette peinture.

  • 7 La documentation qui nous est parvenue ne permet pas de trancher cette question.

5En zone basse, un fond noir (H. 40 cm) est surmonté d’un bandeau (H. 10 cm) qui tend à reproduire une corniche moulurée. Il est composé d’une succession de bandes et de filets : blanc, rosé, blanc, noir, blanc, noir, vert, blanc, vert, blanc, rosé, blanc et noir. La zone médiane est un champ rouge bordeaux décoré de frêles candélabres dans les tons vert clair et foncé. Leur pied (l. 21 cm, H. 6 cm), très stylisé, est rendu par l’accolade de deux volutes renversées de couleur claire qui délimite un cœur vert. Les inventeurs de la peinture notent dans leur rapport une différence dans le traitement des pieds entre le mur nord (M3), où il se résume à de simples petites feuilles, et le mur ouest précédemment décrit. Cette différence peut s’expliquer par l’état de conservation médiocre de la peinture7. Le fût du candélabre est réalisé par un trait de peinture verte (2 cm) rehaussé d’un trait blanc qui l’éclaire. Lisse, il ne présente aucun ornement sur la soixantaine de centimètres de hauteur conservée. Les quatre candélabres, deux sur chaque mur, sont posés sur le bandeau. Ils sont situés à 1,20 m de part et d’autre de l’angle de la pièce et ensuite espacés de 1,15 m. Un troisième candélabre, qui ne figure pas dans la documentation, peut être restitué sur la longueur conservée du mur nord. Le rehaut blanc sur le fût des candélabres du mur ouest indique une source de lumière sur la gauche. Cet éclairage n’est pas retranscrit sur les pieds qui sont traités, de façon convenue, d’un simple trait de pinceau.

Fig. 2. Plan des vestiges de la fouille du Garon (O. Leblanc d’après relevé A. Canal ; DAO O. Leblanc).

6Les enduits déposés et les fragments recueillis ont des couches de mortier d’épaisseur et de composition similaires. Sous la couche picturale composée d’un film de chaux de l’ordre de 2 mm, deux couches grises (1 cm et 1,5 cm) sont un mélange de chaux et de sable de rivière de fine granulométrie (de 1 à 3 mm). Les revers présentent des empreintes de moellons et certains fragments recueillis en remblais montrent des négatifs en arêtes de poisson, notamment ceux qui sont situés à la hauteur du bandeau. La peinture couvrant des murs en petit appareil, l’hypothèse des fouilleurs est l’application ponctuelle d’un enduit de terre sur le mur en moellons. Il n’est toutefois pas exclu que nous ayons là les vestiges d’une peinture sur un mur en terre disparu. Il pouvait constituer la limite est de la pièce et avoir été détruit lors de la construction des maçonneries du portique monumental,, ou correspondre à une première cloison située à l’emplacement de M2, ce dernier étant une reconstruction en petit appareil. Une peinture de composition, de couleurs et de motifs (candélabre et imitation de moulure) analogues à ceux du mur nord, est réalisée sur le mur de refend (que ce soit une réfection ou une création) afin de préserver le décor de la pièce.

Décor XI-2 au Candélabre à pattes d’oiseau (fig. 3B)

  • 8 La plinthe est déposée dans son ensemble mais seule la partie sud est mise sur un support synthétiq (...)

7La partie basse du décor était conservée sur le parement ouest du mur M5 (L. 2,70 m, H. 0,65 m). Des fragments d’enduits peints en connexion (1,60 m2), qui correspondent au décor des zones basse et médiane8, proviennent de remblais au pied de ce mur.

8En partie basse, une plinthe noire surlignée d’un filet blanc (H. 19 cm) est surmontée d’un faux marbre veiné (H. 0,65 m) rendu par des traînées évanescentes de couleur ocre jaune et rouge réalisées au chiffon sur un fond gris clair. Des doubles filets noir et blanc découpent cette zone en compartiments réguliers (l. 0,50 m). Le bandeau (H. 8 cm) peut être comparé à un couronnement de podium et assure la transition entre le plan de la zone inférieure, situé à 3 cm en retrait, et celui de la zone médiane. Il est composé de deux filets noir et blanc qui participent à l’encadrement des compartiments de la zone basse et d’une large bande verte surlignée d’un filet noir qui accueille le chanfrein permettant le changement de plan. L’angle ainsi formé est souligné par deux filets noir et blanc situés à la base du plan supérieur. La zone médiane rouge est décorée de candélabres grêles de couleur ocre. Leur pied (l. 10 cm) beige est peint sur la bande verte au-dessus du chanfrein (fig. 9B). Il est composé de trois pattes d’oiseau qui supportent une coupelle au bord cloisonné et un manchon godronné rendus par des traits ocre jaune. Des rehauts de peinture blanche sur la coupelle et les pattes d’oiseau, ainsi que les ombres noires de ces dernières peintes sur la bande verte indiquent un éclairage par la droite. La tige métallique ombrée de couleur beige du fût du candélabre s’affine de 2 à 1 cm vers le haut. Elle est ornée d’une douille qui retient deux tiges de feuilles lancéolées beiges, terminées par une fleurette blanche de trois ou quatre pétales représentés par de simples points de couleur blanche. Des rehauts blancs sur la douille et son ombre portée sur le fût à gauche indiquent un éclairage qui provient du haut à droite. Une bobèche en forme de calice largement évasé peint dans les tons de beige couronne ce candélabre (fig. 9A). Les taches de couleur blanche, sur la droite du calice et sous le bord replié à gauche, indiquent toujours un éclairage par la droite, mais la source lumineuse est située en contrebas. La zone supérieure se résume à une bande verte soulignée de filets noirs (4 cm), surmontée d’une bande blanche (2 cm) rehaussée d’un filet gris qui représente une corniche fictive.

Fig. 3. Les peintures du Garon. A. Décor XI-1, aux Candélabres schématiques ; B. décor XI-2, au Candélabre à pattes d’oiseau ; C. décor XI-3 (O. Leblanc d’après M.-J. Bodolec ; DAO O. Leblanc).

  • 9 La hauteur d’une sablière basse.

9La peinture en place et les fragments en remblais présentent une fine couche picturale de chaux (3 mm) sur deux couches de mortier de support composées de chaux et de sable de rivière de granulométrie fine avec quelques éléments plus grossiers de 4 à 5 mm. L’épaisseur des mortiers, de 4 cm en partie basse, est de 2 cm en zone médiane ; la première couche, gris clair, varie de 0,5 à 1 cm et celle de la seconde, plus foncée, de 1,5 cm à 2,5 cm. La partie haute, trouvée en remblais, présente des empreintes en arête de poisson qui signalent une élévation en terre alors que la partie basse est un mur construit en petit appareil de moellons. Le revers d’un collage, qui se situe à environ 0,80 m du sol, soit une dizaine de centimètres sous le bandeau de la zone basse9, montre des reliefs en arête de poisson. Ces différents indices, qui indiquent une élévation en terre au-dessus d’un mur en pierre, permettent de comprendre les deux plans du décor liés à un rétrécissement de la paroi au niveau de l’élévation en terre. La hauteur inhabituelle de la partie basse semble due à l’utilisation d’un mur antérieur, arasé à une soixantaine de centimètres du sol, surmonté d’une sablière pour asseoir le mur en terre. L’antériorité de la partie basse du mur est confirmée par des éclaboussures de peinture, sur le fond noir de la plinthe, qui indiquent qu’elle a été peinte avant la finition des parties supérieures. La courbure convexe d’un enduit qui est décoré du bandeau de plinthe signale l’existence d’une porte dont nous ignorons la situation sur la paroi.

  • 10 Le bouquet est placé dans le tiers supérieur de la zone médiane pour les mêmes raisons.
  • 11 L’hypothèse d’un candélabre au-dessus de chaque compartiment de la partie basse est exclue, car un (...)

10La hauteur de ce décor peut être estimée à 3 m : 0,90 m pour la zone basse, environ 2 m pour la zone médiane en tenant compte des fragments du candélabre conservé et de l’amincissement de son fût10, et 10 cm pour la zone supérieure que l’on suppose située sous le plafond. Les candélabres centrés sur les panneaux de la partie basse sont espacés d’au moins 1 m11 mais plus certainement de 1,50 m à 2 m selon les dimensions habituelles des peintures augustéennes.

Décor XI-3 (fig. 3C)

11À l’est de la tranchée, le mur en terre M10, qui n’est dégagé qu’en surface, présente sur chacune de ses parois des enduits peints conservés sur 2,50 m de long. À proximité (fig. 2, secteur 8), ont été prélevées des plaques de fragments en connexion qui correspondent à trois ensembles distincts. Seul un ensemble d’une surface de 0,60 m2 appartient à ce décor, les autres fragments étant des portions de bandeaux sur mortier de composition différente.

12En zone basse, un fond gris avec de fines mouchetures noires, rouges et jaunes est conservé sur 32 cm de hauteur. Le bandeau (H. 13,6 cm) est composé d’une succession de bandes et de filets : noir, ocre rouge foncé, jaune, ocre rouge, noir, jaune, ocre rouge clair et foncé, jaune, ocre, jaune, blanc et jaune. La zone médiane se résume à un champ monochrome noir conservé sur une quinzaine de centimètres de hauteur.

13Le mortier, sous la couche picturale, compte une seule couche de support composée d’un mélange de chaux et de sable de rivière de granulométrie fine (2 à 3 mm). La plaque de 1,5 à 2 cm d’épaisseur montre sur son revers des reliefs en arête de poisson. La transposition de ces négatifs sur le fragment indique que les lignes d’accrochage en arête de poisson sont incisées horizontalement sur le mur de terre.

Décor XI-4

14Un enduit peint est dégagé sur le parement ouest du mur M2 (fig. 2). Il est simplement décrit comme une plinthe (partie basse) gris moucheté surmontée d’un fond blanc. Le mortier de support de cette peinture n’est pas connu, mais les inventeurs notent la présence d’un enduit de terre entre celui-ci et le mur en moellons lié au mortier.

15De nombreux enduits à fond blanc sont associés à ce décor du seul fait de leur facture et de leur lieu de découverte. Une série de fragments à fond blanc présente des filets noirs et ocre rouge qui font penser à des encadrements de panneaux sans qu’il soit possible de préciser la composition du décor. Leur mortier de faible épaisseur est constitué d’une couche de support grise, de l’ordre de 1 cm d’épaisseur, composée d’un mélange de chaux et de sable de rivière de granulométrie fine. Ces fragments portent sur leur revers des négatifs en arête de poisson qui impliquent une élévation en terre ou pour le moins un enduit de terre.

16Le mur M2, apparemment détruit par la tranchée de construction de M4, est conservé sur une trentaine de centimètres de hauteur qui ne peut correspondre qu’au décor d’une zone basse. L’association avec une zone médiane blanche proposée par les inventeurs est improbable, les fragments blancs doivent donc provenir d’un autre décor.

Éléments de synthèse

17L’étude de ces peintures apporte des informations pour la compréhension de cette fouille rapidement menée. Elles permettent d’affirmer des aménagements d’une première maison, d’époque augustéenne d’après le mobilier céramique, qui n’excéderaient pas le premier quart du ier siècle ap. J.-C. si on se réfère aux mortiers et au style des peintures. Par ailleurs, si elle nous éclaire sur des méthodes de construction originales (cf. décor 2), nous nous interrogeons sur la chronologie relative. En effet, la peinture du candélabre à pattes d’oiseaux renvoie à un décor de salle d’apparat plutôt qu’à celui du couloir auquel il est associé (pièce de 2 m de large) dans l’état actuel de l’interprétation. On est donc amené à s’interroger sur la contemporanéité de la reprise du mur M6 et le mur M5 et, par conséquent, à envisager que les décors in situ 1 et 2 les mieux conservés ornaient deux pièces contiguës.

La Maison aux Peintures

Les vestiges (fig. 4)

18Le mur est du portique monumental M9 sépare en deux espaces les vestiges d’une maison antérieure. Le centre de cette demeure, qui se situerait au sud, a été détruit par la construction de la culée du pont moderne. À l’est, deux pièces sont reconnues, l’une (pièce 8) a un sol en béton et un enduit grossièrement taloché sur ses murs, l’autre (pièce 9) un sol en terre battue. À l’ouest sept pièces, toutes décorées de peintures, couvrent une superficie d’environ 100 m2. La limite nord M109 serait un mur mitoyen qui séparerait cette maison de celle du site du Garon.

19Au sud, deux pièces (1 et 7), partiellement dégagées, ont un sol en béton. Elles communiquent par un seuil dont il ne reste qu’un support en calcaire M103 conservé au niveau du sol et le négatif du piédroit sur M101 entre les décors 6 et 11 (infra, fig. 5). Ce mur M101 est conservé en élévation sur plus de 2 m de longueur. La pièce 7 ouvre au nord sur les pièces 5 et 6 par deux baies. À l’ouest de M102, deux larges fosses, de part et d’autre du mortier du seuil qui relie les terrazzo des pièces 7 et 5, correspondent à la récupération des piédroits jusqu’aux fondations, laissant ainsi à nu les parements des murs construits avec des moellons calcaires jointoyés au mortier gris sur 0,60 m. À l’est du seuil, une maçonnerie liée avec un mortier beige (H. 0,60 m) est construite sur la base en calcaire du mur M101. Elle présente des reprises grossières sur ses deux parements (ragréage à la chaux blanche au sud et terre cuite liée au mortier gris au nord) destinées à redonner l’aplomb au mur avant la réalisation des enduits peints. Le seuil à l’est de M102 est matérialisé par un bloc dans le sol au pied du mur.

Fig. 4. Plan des vestiges de la Maison aux Peintures (J.-L. Prisset, O. Leblanc ; DAO O. Leblanc).

20Au centre, la chambre 4 communique avec son anti-chambre 5 par une porte dont le seuil et le chambranle ont été arrachés. Les piédroits présentent également une reprise au-dessus d’une élévation en bloc de calcaire de 0,60 m. La pièce 4 mesure 3,50 m sur 5,50 m. Un affaissement du sol a désolidarisé le terrazzo blanc avec des inclusions noires de la base de la peinture, mettant ainsi en évidence des traces de peintures noires sur le sol. La pièce 5, de 3,50 m sur 1,50 m, est un lieu de circulation, un troisième seuil à l’est permettant en effet de rejoindre la pièce 6. Deux blocs avec trous de crapaudine affleurent au niveau des sols de part et d’autre d’une reprise de mortier qui raccorde les terrazzo des deux pièces. L’arrachement des piédroits laisse apparaître le parement de M107 qui, curieusement, a une fondation de 0,25 m sous l’élévation en moellons calcaires jointoyés au mortier gris, au nord, et le parement de M102 entre les décors 10 et 11, au sud (infra, fig. 8). À l’est, la pièce 6, de 8 m de longueur, n’est conservée que sur 1 m de largeur, la tranchée de fondation du M9 ayant détruit le sol de mortier. À l’ouest, deux pièces, dégagées sur une longueur de 2,30 m, sont séparées par une cloison conservée sur 2,30 m de longueur en fondation et seulement sur 0,40 m en élévation contre M108. Installée sur un mur antérieur plus large (mortier blanc), sa partie inférieure (mortier jaune) est liée à M108, alors que sa partie supérieure est appuyée contre le parement de ce mur. La pièce 2 au sud (l. 3 m) a un sol de béton blanc avec des inclusions de pierres noires. Le niveau du sol en terre battue de la pièce 3 (l. 4,50 m) correspond au ressaut de fondation de la cloison sur lequel repose la peinture.

21Les reconstructions des murs et les traces de peinture sur les sols assurent l’appartenance des enduits à la seconde phase d’une maison dont l’abandon semble programmé. La forte récupération des matériaux (piédroit et seuil), l’arasement des murs entre 1 m et 1,20 m, le remblayage avec des matériaux ne participant pas directement de sa destruction permettent d’envisager une démolition volontaire suivie d’une préparation du terrain avant des aménagements d’envergure. La construction du portique monumental entraînera alors le creusement des tranchées de fondation dans ces remblais.

22La chronologie relative et les peintures sont les seuls indices pour dater ces vestiges.

Les peintures

23Elles présentent des caractères techniques et de mise en œuvre communs. La similitude des mortiers de support indique clairement un même chantier pour leur réalisation. Une première couche de mortier gris, composée de sable de rivière de granulométrie variant entre 1 et 3 mm et de chaux, est appliquée sur le mur (3 cm d’épaisseur en moyenne). Elle est recouverte d’un mortier ocre, dur et compact, de l’ordre du centimètre d’épaisseur, qui supporte le lit de chaux de la couche picturale. Les quelques particularités observées sur les mortiers (cf. décor XI-6) sont dues aux réfections des murs (cf. supra).

24La solution de continuité des enduits dans les angles des pièces (cf. décors 5, 9, 10, 11) est liée aux mouvements tectoniques des vestiges qui ont également provoqué les affaissements des sols. La lecture des tranches des enduits, visibles grâce à ces ruptures dans les angles, permet l’analyse de la chronologie relative de la pose de ces mortiers et d’en conclure l’ordre de réalisation des peintures sur les murs de la pièce.

25Leur réalisation est postérieure à la construction des sols, à l’exception du décor 8 de la pièce 3 dont le sol en terre battue était peut-être en attente d’un revêtement.

Pièce 1, Décor XI-5 à Panneaux noirs et encadrements rouges (fig. 5)

26L’enduit peint est conservé sur 2,20 m de longueur et 1,20 m de hauteur. La partie basse (H. 0,50 m) gris moucheté est divisée en compartiments (l. 1,54 m) par un filet noir. La zone médiane est composée de panneaux noirs (l. 1,45 m) encadrés d’une bande rouge surlignée d’un filet blanc.

27À l’ouest du décor, le mortier gris déborde d’une dizaine de centimètres sur le parement de M101 et la couche supérieure ocre se termine nettement à l’aplomb de la peinture. Au-delà de cette limite, les traces de mortier ocre, visibles sur le mortier gris, sont les indices d’un retour de la peinture du mur ouest qui a disparu avec le piédroit du seuil. Sa réalisation précède celle de M101 car un joint aussi net implique la mise en place de la dernière couche de mortier sur un enduit déjà sec.

Pièce 7, Décor XI-6 à Plinthe mouchetée et fond noir (fig. 5)

28L’enduit est conservé sur 0,20 m de longueur et 1,05 m de hauteur sur M101 à l’est du seuil M103 et sur 1,85 m de longueur et 0,85 m de hauteur entre les deux embrasures de M102.

  • 12 Le sol présente une pente de l’ordre de 3 % (cote NGF à l’est 150,42 et à l’ouest 150,33). L’inclin (...)

29Le fond gris moucheté de la partie basse (H. 0,55 m à gauche et 0,60 m à droite de la paroi), est limité par un bandeau (H. 17 cm) composé de bandes et de filets : noir, jaune, noir, jaune, noir, jaune, blanc, jaune, ocre jaune et ocre rouge. Le tracé horizontal du bandeau, qui ne suit pas la pente du sol12, a provoqué la différence de hauteur du champ gris (5 cm). Cette volonté d’orthogonalité du décor prouve que la peinture correspond à un aménagement de la maison postérieur aux sols déjà affaissés et non refaits. La zone médiane est un champ noir souligné d’une bande verte sur les côtés de la paroi. La composition du bandeau de la zone inférieure, qui imite une corniche de couronnement d’un podium, induit un décor de candélabre en zone médiane. Toutefois, ce pan de mur situé entre deux ouvertures peut rester vierge de tout décor. Les bandes verticales noires qui bordent la bande verte de la zone médiane et le bandeau à l’ouest, ainsi que la zone basse grise de part et d’autre de l’ouverture et les restes d’enduits biseautés sur ses bords, soulignent une embrasure peinte en noir ; les dés de fondation ne devaient supporter qu’un chambranle.

Fig. 5. La Maison aux Peintures. Paroi nord des pièces 1 (décor XI-5) et 7 (décor XI-6) ; paroi nord de la pièce 7 (décor XI-6) (J.-L. Prisset, L. Brissaud, O. Leblanc ; DAO O. Leblanc).

30La déchirure de l’enduit dans l’angle de la pièce indique l’existence de la peinture sur M103 et sa réalisation en un seul jet entre les deux ouvertures.

Pièce 2, Décor XI-7 aux Candélabres à boules sur fond rouge (fig. 6)

31Les peintures conservées jusqu’à 1,20 m de hauteur ont 3 m de longueur à l’est sur M108 et 2,30 m au sud sur M101, alors que celle du mur M104, au nord, n’a que 0,35 m de longueur et 0,40 m de hauteur.

  • 13 Interprétation d’A. Barbet, 2008, p. 347.
  • 14 Elle permet de voir la virole décorée de volutes qui enserre le fût.

32Le fond noir de la partie basse (H. 0,50 m) est découpé par des filets jaunes en compartiments dont la longueur est adaptée aux dimensions des murs ; les compartiments mesurent 0,80 m et 0,15 m sur M108 et 1,05 m et 0,20 m sur M104. Dans les angles de la pièce, la distribution des filets sur chaque paroi dessine un petit panneau. Un filet gris, qui court sous le bandeau de la partie basse, s’interrompt au passage des filets verticaux jaunes. Le bandeau (H. 10,5 cm) est une succession de filets et de bandes : jaune, violet foncé, verte, blanc, et noir. La zone médiane à fond rouge est encadrée par une bande verte soulignée d’un filet blanc. Des candélabres grêles, posés sur la partie supérieure de la bande verte au-dessus du filet blanc et devant le filet noir, sont centrés sur les compartiments étroits de la zone inférieure. Ils rythment la paroi à intervalles réguliers : 1 m sur M108, 1,30 m sur M101. Leur base est traitée dans différents tons de vert cerné de traits noirs avec des rehauts blancs qui définissent l’éclairage. Elle est composée d’un manchon dans une bobèche qui repose sur trois pieds en forme de roulettes sur le mur sud et des sabots d’un animal sur le mur est13 (fig. 9F). Leur fût (l. 2,5 cm) est une succession de filets verticaux vert moyen, vert clair, blanc, vert clair, vert moyen et vert foncé qui rendent le volume. La différence des pieds, suivant les représentations des murs et un meilleur état de conservation de la peinture14 sur le mur sud, sont les indices d’une reprise du décor sur ce dernier. La distribution des couleurs claires sur les candélabres indique un éclairage provenant de la gauche sur la paroi est et de face sur la paroi sud.

33L’enduit à la base du mur, visible grâce à l’affaissement du terrazzo, présente une coupe franche qui indique que le mortier a été posé après le sol.

Pièce 3, Décor XI-8 aux Candélabres à décor cloisonné (fig. 6)

34Le décor est conservé dans l’angle sud-est de la pièce : L. 2,30 m et H. 1,15 m sur M108, L. 0,35 m et H. 0,40 m sur M104. Un fragment trouvé en remblais, qui présente une partie de base de candélabre sur une corniche moulurée, est associé à ce décor.

35La partie basse (H. 0,48 m) est composée de compartiments gris moucheté (l. 1,30 m) séparés par des bandes noires (l. 0,20 m), qui sont réduites de moitié aux extrémités de la paroi afin de constituer un panneau de 0,20 m dans l’angle de la pièce. Le bandeau (H. 17 cm) est composé d’une succession de bandes et de filets : noir, blanc, marron, blanc, marron, blanc, dégradé de trois filets ocre jaune, blanc, vert, blanc, vert. Un candélabre situé à 1,60 m du bord de la paroi orne le fond noir de la zone médiane, qui est encadré d’une bande ocre foncé (l. 7 cm) soulignée d’un filet blanc. Il est peint dans les tons de vert souligné de brun avec des rehauts blancs, sur la partie supérieure de la bande verte du bandeau, dans l’axe d’une bande noire de la partie basse (fig. 9E). Sa base est composée d’une bobèche sans pied, qui présente un bord imitant un métal à décor cloisonné, et d’un manchon qui tient le fût du candélabre (l. 2 cm).

36Les enduits montrent la contemporanéité des peintures de chaque mur qui sont postérieures à la reprise de M104. Les enduits de la cloison sud reposent sur le ressaut de fondation qui touche le sol de terre battue situé au même niveau. Le non-recouvrement de la semelle par un sol de médiocre qualité laisse à penser que ce dernier est en attente d’un revêtement.

Pièce 4, Décor XI-9 aux Candélabres à volutes (fig. 7)

37Le décor est visible sur les trois murs conservés de la pièce (H. 1,15 m à 1,30 m à l’ouest et 0,80 m à l’est). Leur longueur est de 3,65 m sur M108, de 1,70 m sur M107 ainsi que de 0,92 m à droite et 0,85 m à gauche du seuil sur M105.

  • 15 Le premier candélabre, qui fait face à celui du mur est, est trop effacé pour le comparer avec les (...)

38Le fond noir (H. 0,49 m) de la zone inférieure est limité par un bandeau (H. 16 cm) composé d’une succession de bandes et de filets : jaune, blanc, marron, blanc, dégradé d’ocre rouge du plus clair au plus foncé, blanc, noir, vert, blanc, vert, noir. La zone médiane rouge est encadrée d’une bande verte bordée d’un filet généralement noir, mais blanc sur M107. Des candélabres grêles beiges, peints sur le bandeau, rythment le décor des longues parois. Ils sont situés à 1,20 m à l’est et 1,15 m à l’ouest de l’angle de la pièce ; le second candélabre conservé sur ce mur se situe à 1,20 m du premier. Leur base est composée d’une bobèche avec un manchon à bord évasé d’où sort le fût du candélabre gainé de deux feuilles. Elle est peinte dans des tons clairs avec un rehaut blanc sur M107 mais est cernée de sombre avec une ombre portée noire sur M10815 (fig. 9D). Le dégradé de couleurs qui marque l’ombre portée sur leur fût indique un éclairage venant de la porte au sud.

Fig. 6. La Maison aux Peintures. Parois est, nord et sud de la pièce 2 (décor XI-7) ; parois est et sud de la pièce 3 (décor XI-8) (L. Brissaud ; DAO O. Leblanc).

Fig. 7. La Maison aux Peintures. Parois sud, est et ouest de la pièce 4 (décor XI-9) (L. Brissaud ; DAO O. Leblanc).

  • 16 La pose d’un mortier contre un support rigide comme une fresque laisse une empreinte nette et régul (...)

39La lecture des ruptures de mortier dans les angles de la pièce16 permet de déterminer l’ordre de réalisation de la peinture : successivement les parois est, sud et ouest. Cette organisation du chantier explique la différence de largeur des bandes d’encadrement vertes des zones médianes, leur largeur initiale de 13 cm dans la composition de la paroi est réduite à 7 cm par le recouvrement de la peinture de la paroi suivante sur M107 et M105 à droite.

40La terminaison rectiligne de l’enduit sur M105 de part et d’autre de l’ouverture, qui est en retrait de 5 cm à l’est et à l’aplomb du parement à l’ouest, et les empreintes laissées dans le mortier, indiquent la présence d’une huisserie en bois. Son montant, qui portait les gonds, devait être fixé sur le parement à gauche de la porte et son dormant s’appuyer contre le parement à droite.

41Les traces de peinture noire sur le pourtour de la pièce et les restes de mortier blanc, qui correspondent à l’arrachement des enduits muraux, au pied du mur confirment l’antériorité du sol sur la peinture.

Pièce 5, Décor 10 à Encadrement jaune (fig. 8)

42Le décor est conservé sur tous les murs de la pièce, mais la récupération des matériaux des seuils et des jambages a provoqué l’arrachement des peintures. À l’ouest, la peinture couvre le mur M108 (L. 1,50 m, H. 1,30 m). Au nord, de part et d’autre de la porte de M105 (L. 0,90 m, H. 1,30 m à gauche et L. 0,90 m, H. 0,80 m à droite), les enduits sont détruits à l’aplomb des embrasures. À l’est, la peinture ne couvre que la portion de M107 au nord du seuil M106 (L. 0,22 cm, H. 0,70 m), elle est altérée vers le seuil mais la base de l’enduit conservé se poursuit sur quelques centimètres au-delà du parement. Au sud et à droite de l’ouverture, la peinture (L. 0,20 m, H. 0,60 m) est cassée sur une dizaine de centimètres du parement nord de M101, alors qu’à gauche sur M102 (L. 0,35 m, H. 0,70 m), elle présente une cassure vers l’ouverture et une finition rectiligne à la hauteur de M106, le parement du mur étant visible entre ce décor et le décor 11 de la pièce 6.

43Le dessus du fond gris moucheté de la zone basse (H. 0,55 m) et les angles de la paroi sont soulignés d’une bande noire (l. 3,5 cm). La zone médiane est un champ noir encadré d’une bande jaune (l. 6,5 à 8 cm) surlignée vers l’intérieur d’un filet blanc.

44Le profil des enduits dans les angles de la pièce permet d’affirmer que les mortiers des peintures des murs M101, M108 et M105 ouest sont liés ainsi que ceux de M105 est et M107 ; on peut en conclure une réalisation rapide de la peinture. La finition de l’enduit de M102 montre qu’il a été posé contre un support dur fixé sur le parement, piédroit ou tableau, et ne semble pas se poursuivre sur le côté est de la pièce.

Pièce 7, Décor XI-11 à Fond blanc (fig. 8)

45Les deux pans de mur ont conservé des enduits en place : à l’ouest sur M107 (L. 2,40 m, H. 0,80 m), au sud sur M102 (L. 1,10 m, H. 0,95 m).

46La paroi monochrome blanche est encadrée par une bande noire (l. 1,5 cm) conservée dans l’angle sud-ouest de la pièce. Un filet noir sépare la zone basse (H. 0,70 m) de la zone médiane découpée en un large panneau selon le filet vertical noir (0,50 cm) situé à 1,90 m de l’embrasure dans le mur ouest. Selon ce schéma, le filet horizontal noir (0,5 cm) situé à 6 cm au-dessus de la limite de la zone basse, visible sur la paroi sud, peut être interprété comme un encadrement de panneau.

47Au sud du seuil M106, la peinture amorce un retour peint en noir sur le mur ouest disparu et, au nord du seuil, le profil lisse et droit du mortier s’interrompt à quelques centimètres avant l’embrasure pour former une feuillure.

Éléments de synthèse

  • 17 Sa longueur nord-sud est de 8 m et sa largeur peut être estimée à environ 5 m si un mur est restitu (...)

48Cette maison offre une série de décors de composition très proche avec une palette de couleur restreinte. Malgré la disparition de leur partie haute, on peut supposer une organisation bipartite de la paroi, composée d’une zone basse sans plinthe et d’une zone médiane simplement limitée par une imitation de corniche, sans développement supérieur comme dans le décor XI-2 (cf. supra) et les exemples de la maison des Dieux Océan (Desbats et alii, 1994). Les zones basses, dont les hauteurs varient entre 55 et 75 cm, présentent toutes un fond coloré (noir ou gris moucheté) d’une hauteur constante de 50 cm. Elles sont, à l’exception du décor 9, découpées en compartiments larges et étroits dont les dimensions et le rythme sont adaptés à la longueur des parois. Un simple filet noir qui participe à l’encadrement des compartiments marque leur limite supérieure dans les décors 5 et 10 ; la bande colorée supérieure, rouge ou jaune, appartient à l’organisation de la zone médiane (encadrement de paroi pour les décors monochromes ou de panneaux). Les décors 6, 7, 8 et 9 ont un bandeau plus ou moins complexe dont la hauteur varie entre 10 et 16 cm. Ils sont comparables à une corniche de couronnement de podium sur laquelle reposent les candélabres. La zone médiane noire ou rouge est cernée d’une bande colorée, souvent verte, exceptionnellement ocre foncé dans le décor 8. Le fût lisse des candélabres ne porte aucun ornement sur son tiers inférieur et leur base, composée d’une bobèche et d’un manchon, ne repose sur des pieds à roulettes ou à sabots d’animal (Barbet, 2008, p. 347) que dans le décor 7. Le décor monochrome blanc de la pièce 7 est surprenant par sa sobriété et par la partie basse continue dont la hauteur est supérieure d’une dizaine de centimètres à celle des autres décors. On ne peut l’interpréter comme une pièce secondaire, car son mortier est de même qualité que les autres et sa finition soignée ; par ailleurs la pièce, spacieuse17, a un sol en mortier.

Fig. 8. La Maison aux Peintures. Parois ouest, nord et nord-est de la pièce 5 (décor XI-10) ; parois sud de la pièce 6 (décor XI-11) et de la pièce 5 (décor XI-10) ; paroi ouest de la pièce 6 (décor XI-11) (J.-L. Prisset, O. Leblanc ; DAO O. Leblanc).

Fig. 9. La Maison aux Peintures, détails de candélabres. A. Partie supérieure ; B. pied du candélabre à pattes d’oiseau, décor XI-2 ; C. base des candélabres schématiques, décor XI-1 ; D. pied des candélabres à volutes, décor XI-9 ; E. pied de candélabre à décor cloisonné, décor XI-8 ; F. pieds de candélabre à sabots d’animal et à roulettes, décor XI-7 (clichés P. Veysseyre ; DAO O. Leblanc).

49Sans plus entrer dans les détails, plusieurs indices évoqués dans la description des décors permettent d’envisager la finition des embrasures ainsi que leur système de fermeture. Dans la pièce 5 une porte située sur le parement nord de m105 ouvre sur la pièce 9, et la peinture du décor 5 de la pièce devait se poursuivre sur les tableaux de la porte. À l’est, le seuil m106 laisserait supposer l’existence d’une large baie, mais l’étroite bande de mortier entre les deux dés et la présence de crapaudines indiquent une fermeture plus restreinte. La prolongation au n-O et le retour au s-e des peintures le long du seuil témoignent de la disparition de l’aménagement d’une huisserie ancrée sur le parement sud de m107 d’après la feuillure observée. Les enduits biseautés et l’encadrement noir autour de l’embrasure entre les pièces 7 et 5 permettent de restituer une ouverture plus large que la bande de mortier conservée entre les deux supports récupérés.

Conclusions

  • 18 La recherche de ce type de base de candélabre dans le mobilier métallique est restée vaine.
  • 19 Pompéi, maison du Labyrinthe, voûte pièce 2. Information A. Barbet.

50Ces peintures, qui proviennent de deux maisons contemporaines, sont représentatives d’un troisième style précoce bien connu régionalement (Le Bot, Bodolec, 1984, p. 35-40). L’échantillon de la maison sud doit sa cohérence à la réalisation des décors dans un temps court alors que les peintures de la maison nord montrent une chronologie relative qui peut partiellement expliquer les différences de compositions. Les parties basses présentent des imitations de marbre traitées classiquement avec des mouchetures sur fond gris, comme sur les exemples augustéens régionaux, ou de façon plus originale par un faux marbre veiné, ainsi que des fonds unis colorés plus courants au début du ier siècle ap. J.-C. Les bandeaux qui assurent la transition entre les zones basses et médianes représentent des couronnements de podium. Ils présentent parfois une imitation de corniche moulurée rendue par des ilets colorés sur la bande blanche (fig. 9 C, D, E) et une tablette supérieure représentée par une bande verte rehaussée d’un filet blanc. Les candélabres sont posés sur le dessus de la tablette, au-delà de l’arête blanche qui marque son côté. Seuls ornements de la zone médiane, ils organisent le décor selon le même rythme que les séquences de la zone basse en rapport avec la longueur des parois. Cette zone médiane est encadrée par une bande colorée, souvent en relation avec la couleur dominante du bandeau inférieur. Les candélabres sont des représentations réalistes des modèles métalliques romains (fig. 9). Le type à coupelle reposant sur des pieds zoomorphes, particulièrement le candélabre à pattes d’oiseau avec son couronnement composé d’un canthare, est comparable au type classique (Testa, 1989, type I et II). Le modèle qui repose sur des boules interprétées comme des roulettes n’offre pas de parallèles18 dans les lampadaires ; par contre la représentation en stuc d’une Victoire posée sur un piédestal monté sur des roulettes19 permet d’envisager un objet mobile qui serait particulier au monde gaulois. Le candélabre à simple bobèche du décor 9 peut participer de ce même courant, à moins que le peintre ait omis de réaliser les pieds. Le pied des candélabres du décor 1, traité de façon schématique, a perdu son aspect naturaliste.

51Les compositions rappellent les décors augustéens malgré quelques aspects singuliers comme les fonds noirs en zone basse. Les mortiers diffèrent selon les sites, ceux de la maison aux Peintures présentant cette couche ocre caractéristique qui n’apparaît sur le site viennois qu’à l’époque tibérienne alors que les autres ressemblent à nos échantillons du ier siècle av. J.-C. Les peintures qui décorent un aménagement de la maison sud sont datées des premières décennies du ier siècle ap. J.-C., mais il est impossible d’affirmer une datation aussi basse pour les décors de la maison nord, faute d’indices techniques. Les informations chronologiques fournies par les céramiques recueillies sur le site du Garon, qui évoquent une occupation du ier siècle av. J.-C. jusqu’au premier quart du ier siècle, fournissent un terminus ante quem bien antérieur à celui donné par l’installation du portique du Rhône dans la seconde moitié du ier siècle, mais apparemment plus en accord avec les données stylistiques des peintures.

52Cet ensemble, assez exceptionnel, devait appartenir à des aménagements de maisons augustéennes qui ont été abandonnées et volontairement détruites dans le courant de la première moitié du ier siècle pour assainir les terrains avant l’édification d’un portique, partie d’un vaste programme d’aménagement monumental du quartier.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Picard, Paris, 392 p., 564 fig.

Bodolec M.-J., 1982, Étude des peintures murales du CNR Garon, Rapport dactylographié, archives du site, 13 p.

Desbat A., Leblanc O., Prisset J.-L., Savay-Guerraz H., Tavernier D., avec la coll. de Le Bot-Helly A. et Bodolec M.-J., 1994, La maison des Dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), Paris, éd. du CNRS, 276 p. (55ème suppl. à Gallia).

Haremboure H., Meyrand D., 1978, Peintures murales : fouilles de sauvetage terrain ‘ CNR-Garon’St-Romain-en-Gal, Rapport de fouilles. Archives du site, en part. chapitre II.

Le Bot A., Bodolec M.-J., 1984, « Rhône-Alpes : vers une typologie régionale », in : La peinture romaine : le métier du peintre – l’évolution des styles, Dijon, éd. Faton, p. 35-40 (Les dossiers d’histoire et d’archéologie, no 89, déc. 1984).

Prisset J.-L., Leblanc O., 1994, « L’angle nord-est de l’ensemble monumental, Saint-Romain-en-Gal, Rhône, La Plaine », in : Savay-Guerraz H. dir., Rapport de synthèse de la fouille programmée H1 no 82, 1991-1993, Conseil Général du Rhône, équipe archéologique de Saint-Romainen-Gal, p. 121-123, 124-127.

Testa A., 1989, Candelabri e thymiateria, Rome, L’Erma di Bretschneider, 280 p. (Cataloghi - Museo Gregoriano Etrusco, 2).

Notes

1 CNR : Compagnie nationale du Rhône, qui a assuré, suite aux travaux sur le fleuve, la mise hors d’eau du site archéologique de Saint-Romain-en-Gal.

2 F. Bertholon, M.-J. Bodolec, H. Harremboure, D. Meyrand et B. Vidal, membres du Groupe d’archéologie antique du Touring Club de France (équipe de Lyon) sont intervenues comme bénévoles sur le site jusqu’au début des années 1980.

3 Elles ont été déposées et restaurées par l’atelier de restauration de mosaïques et de peinture de Saint-Romain-en-Gal.

4 H. = hauteur, l. = largeur, L. = longueur.

5 Seul un relevé en plan à l’échelle 1/50e et une stratigraphie partielle entre les murs du portique au 1/20e nous sont parvenus.

6 Sur 1,60 m de longueur et sur 1,20 m de hauteur ; la peinture de ce mur a été déposée et restaurée.

7 La documentation qui nous est parvenue ne permet pas de trancher cette question.

8 La plinthe est déposée dans son ensemble mais seule la partie sud est mise sur un support synthétique. Les éléments recomposés de décor de la zone médiane sont mis sur panneaux et présentés au public.

9 La hauteur d’une sablière basse.

10 Le bouquet est placé dans le tiers supérieur de la zone médiane pour les mêmes raisons.

11 L’hypothèse d’un candélabre au-dessus de chaque compartiment de la partie basse est exclue, car un entraxe de 50 cm aurait dû laisser des traces sur les fragments conservés.

12 Le sol présente une pente de l’ordre de 3 % (cote NGF à l’est 150,42 et à l’ouest 150,33). L’inclinaison du bandeau, qui est de l’ordre de 1 %(cote NGF à l’est 150,98 et à l’ouest 150,94), peut correspondre à un tassement postérieur des vestiges.

13 Interprétation d’A. Barbet, 2008, p. 347.

14 Elle permet de voir la virole décorée de volutes qui enserre le fût.

15 Le premier candélabre, qui fait face à celui du mur est, est trop effacé pour le comparer avec les autres.

16 La pose d’un mortier contre un support rigide comme une fresque laisse une empreinte nette et régulière qui permet de déduire la chronologie relative de la peinture des différentes parois.

17 Sa longueur nord-sud est de 8 m et sa largeur peut être estimée à environ 5 m si un mur est restitué à l’emplacement du mur de portique postérieur, ou à 10 m si l’on considère que la pièce 8 à l’est du portique est la continuité de cette pièce 6.

18 La recherche de ce type de base de candélabre dans le mobilier métallique est restée vaine.

19 Pompéi, maison du Labyrinthe, voûte pièce 2. Information A. Barbet.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Saint-Romain-en-Gal. Situation des vestiges du ier siècle. 1. Le Garon ; 2. la Maison aux Peintures sur fond de plan des vestiges au iiie siècle ; A. branche est du Portique monumental ; B. thermes des Lutteurs ; C. Maison au Lion (O. Leblanc, J.-L. Prisset ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 2. Plan des vestiges de la fouille du Garon (O. Leblanc d’après relevé A. Canal ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3. Les peintures du Garon. A. Décor XI-1, aux Candélabres schématiques ; B. décor XI-2, au Candélabre à pattes d’oiseau ; C. décor XI-3 (O. Leblanc d’après M.-J. Bodolec ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 4. Plan des vestiges de la Maison aux Peintures (J.-L. Prisset, O. Leblanc ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 5. La Maison aux Peintures. Paroi nord des pièces 1 (décor XI-5) et 7 (décor XI-6) ; paroi nord de la pièce 7 (décor XI-6) (J.-L. Prisset, L. Brissaud, O. Leblanc ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 6. La Maison aux Peintures. Parois est, nord et sud de la pièce 2 (décor XI-7) ; parois est et sud de la pièce 3 (décor XI-8) (L. Brissaud ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 7. La Maison aux Peintures. Parois sud, est et ouest de la pièce 4 (décor XI-9) (L. Brissaud ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 8. La Maison aux Peintures. Parois ouest, nord et nord-est de la pièce 5 (décor XI-10) ; parois sud de la pièce 6 (décor XI-11) et de la pièce 5 (décor XI-10) ; paroi ouest de la pièce 6 (décor XI-11) (J.-L. Prisset, O. Leblanc ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 9. La Maison aux Peintures, détails de candélabres. A. Partie supérieure ; B. pied du candélabre à pattes d’oiseau, décor XI-2 ; C. base des candélabres schématiques, décor XI-1 ; D. pied des candélabres à volutes, décor XI-9 ; E. pied de candélabre à décor cloisonné, décor XI-8 ; F. pieds de candélabre à sabots d’animal et à roulettes, décor XI-7 (clichés P. Veysseyre ; DAO O. Leblanc).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7110/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 709k

Auteur

Attaché de conservation du patrimoine, Archéologie-Rhône, le Département, site de Saint-Romain-en-Gal.

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search