Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

L’habitat campaniforme (pyrénaïque) du Travers des Fourches, Veyrac (Villeveyrac - Hérault) dans le cadre de la chronologie campaniforme

Raymond Montjardin

Texte intégral

SITUATION DES SONDAGES

1Le gisement est établi sur un plateau de garrigue jurassique, plus ou moins recouvert par une nappe de graviers et galets pliocènes à la limite des communes de Loupian et Villeveyrac (Hérault) (fig. 1).

2Il a été révélé par une série de coupe-feux tracés au travers d’une végétation dense de chênes verts, chênes kermès et autres plantes méditerranéennes (fig. 2).

3Les engins ont gratté le sol peu épais, rejetant de part et d’autre la terre et surtout les très nombreuses pierres parsemant le sol. Selon les aspérités rocheuses rencontrées, il est resté des poches rarement profondes, le sol pierreux étant ailleurs bousculé ou tassé.

4À la base subsistent généralement les galets de la terrasse pliocène. Ce sont ces galets qui semblent avoir attiré les premiers occupants du site : les Ferrières. Ceux-ci ont visiblement recherché et taillé les galets de silex (noir, foncé et rubané) présents afin d’aménager de courtes lames à retouches périphériques abruptes ou semi-abruptes déjà connues dans d’autres sites (Raffègues, St-Paul (Mèze), Montjardin et alii, 1989). Nous savons maintenant d’où elles peuvent provenir.

5Après exploitation partielle du coupe-feux (sondages 1 et 2) et d’un chemin de terre adjacent (sondage 3), nous sommes arrivés à la conclusion que l’occupation Ferrières concernait la presque totalité du site, non seulement dans les parties rocheuses, pierreuses et boisées, mais également dans une partie située sur la commune de Loupian, autrefois cultivée et plantée en amandiers (fig. 3 et 4).

  • 1 Les figures 2 et 4 pourraient laisser supposer que les Campaniformes du sondage 2 ont pu être amené (...)

6Le site a été ensuite intensément fréquenté par les Campaniformes pyrénaïques qui ont laissé des preuves de leurs activités de potiers et de métallurgistes. Cette occupation, retrouvée dans les trois sondages, paraît être très localisée et sans doute issue de fonds de cabanes se situant en amont (au Nord) du coupe-feux1. Les tessons campaniformes sont très généralement fragmentés et souvent usés, ce qui est un peu moins le cas des tessons Ferrières. On peut l’expliquer par l’occupation du site au Bronze final II qui a laissé de rares, mais très significatifs vestiges dans deux points limités du sondage 1.

7Le gisement a été ensuite fréquenté par les Gallo-Romains (amphore Dressel 1 - fragment de Campanienne) qui se sont toutefois établis 200 m plus au Sud.

8Enfin la partie cultivée atteste par des céramiques de type St-Jean-de-Fos ou plus récentes, une exploitation au moins jusqu’à la guerre 1914-1918. Cette exploitation a remisé ( ?) sur les bords du champ d’amandiers une série de gros blocs dont nous souhaitons voir la disposition et, si possible, situer l’origine. Une structure (?), plus ou moins absidée, de blocs dressés existe également une centaine de mètres au Sud-Est, mais n’est liée à aucun vestige. Il reste donc une série de questions qui ne pourront être résolues que par des fouilles extensives, mais très difficiles, compte tenu de l’état du terrain.

Fig. 1. — L’occupation du Serre de Poussan - Villeveyrac (Hérault).

9Quoi qu’il en soit, si l’on excepte Embusco III, situé sur la commune d’Aigne (Hérault), mais généralement attribué à l’Aude, le Travers des Fourches-Veyrac est à ce jour le plus grand site campaniforme pyrénaïque de l’Hérault avec cent vingt tessons décorés recueillis en deux secteurs restreints (fig. 3 et 4).

10Dans l’état actuel des choses, il est difficile de savoir si les Campaniformes succèdent directement aux Ferrières. Mais c’est une possibilité en fonction de ce que nous avons pu observer. Dans les sondages 1 et 3, le Campaniforme se superpose, généralement (pas toujours) aux Ferrières. Malgré les difficultés du terrain très caillouteux (blocs et plaquettes), il est possible de retenir une certaine stratigraphie. Dans le sondage 2 les zones Ferrières et Campaniformes ne se recouvrent pas totalement. Par contre, il est délicat de séparer les Campaniformes du sondage 2 de quelques vestiges qui paraissent appartenir au Chalcolithique régional de type St-Paul ou Puech Badieu (Mèze) c’est-à-dire à céramique surtout décorée de cordons et de pastillages (Montjardin, Groupe de Thau, 1987 et 1989 ; Rouquette, Montjardin, 1990).

Fig. 2. — Implantation des sondages du Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac) à la limite de Loupian et Villeveyrac.

Fig. 3. — Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac). Répartition des tessons campaniformes du Sondage 1.

LES STRUCTURES

11Les structures d’habitat ne sont pas absentes, mais posent problème.

  • Les nombreuses plaquettes du sondage 1 paraissent provenir du substrat immédiat. Elles sont surtout liées aux Ferrières présents dans le gravier qui colmate les creux. La présence de Bronze final II en deux points de part et d’autre du coupe-feux complique les choses. Seule la localisation précise des vestiges campaniformes sur un espace restreint donne une indication sur un possible fond de cabane campaniforme (fig. 3).

  • Le sondage 2 est notablement différent avec un gravier plus abondant pris, dans la partie occidentale, sous un amas de blocs et parfois de plaquettes. Le Campaniforme est présent dans ce gravier sur ou au niveau de larges plaquettes de calcaire. Ces plaquettes recouvrent, en un point, quelques vestiges paraissant appartenir au Chalcolithique indigène. De même un vase, écrasé sur place dans l’amas de blocs, (sa base encore en place dans le gravier) paraît relever du Chalcolithique indigène plutôt que des Campaniformes. Enfin une fosse, totalement creusée dans le gravier, semble pouvoir être attribuée aux Ferrières, mais a été comblée de pierrailles et tessons au moment de l’occupation chalcolithique (fig. 4).

12Nous ne sommes donc pas certains que la répartition des vestiges corresponde à un seul fond de cabane associant ces diverses structures et venant buter contre les remontées rocheuses et l’amas de blocs du secteur occidental. La répartition des campaniformes vers l’amont suggèrerait plutôt un apport secondaire. La question se complique d’ailleurs par suite de l’existence dans l’amas de blocs, outre de quelques tessons, dont des Campaniformes, d’un abondant torchis non structuré, biface, provenant manifestement d’un four à sole perforée. Il est difficile cependant de savoir si l’on peut associer ce four visiblement détruit, mais peu éloigné, aux Campaniformes ou si l’on doit plutôt le rapporter au Bronze final II représenté dans le sondage 1, mais pas dans le sondage 2.

LE MATÉRIEL CÉRAMIQUE

13Le matériel céramique du Travers des Fourches est particulièrement morcelé et usé. Il est néanmoins suffisamment abondant pour permettre une approche valable du Campaniforme pyrénaïque du secteur Thau-Gardiole.

14On peut y reconnaître les motifs, combinés de façon variée, rencontrés à Embusco III, et depuis à Médor (Guilaine et alii, 1989) (fig. 5) :

  • portées de lignes horizontales ;

  • lignes de points (en lignes ou en quinconce), parmi lesquelles de fins pointillés ;

  • empreintes diverses de type fermeture-éclair, ou déterminant des motifs en dents de loup intermédiaires. L’empreinte n’est jamais vraiment triangulaire, mais s’en rapproche parfois ;

  • triangles hachurés horizontalement, obliquement, verticalement ou encore à hachures convergentes ;

  • échelles horizontales, parfois en damier ;

  • croisillons et lignes brisées ;

  • empreintes à la tige creuse (petit chaume) avec un seul tesson.

15Les techniques ne semblent pas s’éloigner beaucoup de celles d’Embusco 2 et 3, les pourcentages étant les suivants :

16Sondage 1 :

- incision seule : 44 %

Impression seule : 10 %

- peigne seul : 24 %

Impression-Incision : 16 %

- peigne-impression : 5 %

17Sondage 2 et 3 :

- incision seule : 55 %

Impression seule : 4 %

- peigne seul : 17 %

Impression-Incision : 24 %

- peigne-impression : 1 %

18Le pourcentage du décor au peigne du sondage 1 est sensiblement le même que celui d’Embusco 2 (8 vases sur 30) et d’Embusco 3 (21 vases sur 84) (25 % en gros), mais avec une statistique nettement moins sûre.

19Il est également intéressant de noter la concentration des vestiges (entre 40 et 50 vases décorés ? pour les trois sondages) sur un espace restreint. Rappelons qu’à Embusco III les documents, très abondants (126 vases dont 84 décorés), se répartissaient sur 6,40 m2 (fig. 6).

Fig. 4. — Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac).
Répartition des tessons campaniformes du sondage 2. Noter le vase en place et les éléments du four détruit.

Fig. 5. — Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac). Tessons campaniformes décorés.

Fig. 6. — Tessons campaniformes décorés d’Embusco III (Aigne. Hérault) d’après O. et J. Taffanel, 1957.

20Nous restons surpris de l’absence de la céramique dite d’accompagnement, du moins de celle étroitement associée d’Embusco III (grandes jarres décorées d’un cordon parallèle au bord, avec le plus souvent une file de perforations traversières entre le bord et le cordon, mais aussi un bol à perforations et un décor mixte peigne ( ?) cannelures (fig. 7).

  • 2 La présence à Embusco III, comme au Bois Sacré (Gard), de vases à perforations entre la lèvre et un (...)

21Les jarres à perforation ont une très vaste répartition internationale (Roudil et alii, 1974 ; Montjardin, Groupe de Thau, 1987). Elles sont également présentes à Fontjuvénal, Médor (Guilaine et alii, 1989), Muret - La Peyrère (Jolibert, 1989) et au Bois Sacré en Vaunage (Gard). Ce qui permet une certaine corrélation chronologique, une partie seulement des formes du Bois Sacré étant présentes ici ou là2.

22Nous restons en revanche réservés sur les formes ubiquistes (bols évasés, coupes à bord rentrant, ou plus encore vases à panse élargie décorés d’un unique cordon qui peuvent appartenir à bien d’autres groupes régionaux). De même J. Grimai aux Mourguettes (Portiragnes-Hérault) ne voit guère d’autres associations possibles que celle du Vérazien. Ces formes ubiquistes sont présentes au Travers des Fourches-Veyrac, mais sous forme de quelques tessons. Seuls quelques bords rougeâtres ou foncés, grumeleux, l’un d’eux avec cordon épais pré-oral peuvent appartenir au Campaniforme. Nous nous efforçons actuellement d’en établir les associations, les fonds plats étant rarissimes.

LA MÉTALLURGIE

  • 3 Au compte de la métallurgie il faut ajouter le tas de chaudronnier (hache polie dont le tranchant a (...)

23L’alène à section carrée que nous avons recueillie est en bronze au plomb et attribuée au Bronze final par J. R. Bourhis (cf. annexe II). Par contre, trois fragments décorés du sondage I témoignent de la métallurgie campaniforme. Ils présentent une concrétion interne (scorie poreuse) dans laquelle se voient des traces vert-de-gris analysées par J. R. Bourhis. Celui-ci y a reconnu un fragment de minerai, probablement de la malachite, et une preuve de la pratique métallurgique (Montjardin, 1990) concernant un minerai régional (fig. 5, S1, nos 52, 59, 62)3.

  • 4 Dans son ouvrage, W. Waldren (1982) positionne 21 sites campaniformes dans l’île de Majorque, ce qu (...)
  • 5 Les damiers - ou bandes finement hachurées verticalement - réalisées sur vases fins, carénés, sont (...)

24La métallurgie campaniforme est bien attestée, pas très loin de chez nous, mais au-delà de la mer, à l’abri Son Matge à Majorque où des gouttes de fusion sont présentes sur un bol décoré de damiers et où soixante alènes, dont l’une encore dans son moule d’argile, ont été recueillies par W. Waldren (1982) (Harrison, 1986)4. À diverses reprises, nous avons d’ailleurs attiré l’attention sur les analogies céramiques (damiers, écuelles à fond plat décorées d’un cordon, mamelons superposés), lithiques (outils sur plaquettes) existant aux Baléares et dans le Languedoc occidental5. Régionalement nous avons des preuves de la pratique métallurgique par les Chalcolithiques « indigènes » dans la « cabane du fondeur » du Gravas à St-Mathieu de Tréviers (Arnal et alii, 1967 ; Ambert et alii, 1990).

  • 6 En ce qui concerne les pointes de Palmella, parfois associées aux Campaniformes, rappelons que seul (...)

25Nous en avons observé pareillement en Ardèche dans le site stratifié de Beaussement (Chauzon) (gouttes de fusion, creuset à manche perforé, godet épais, objets en cuivre et plomb (Montjardin, 1962 à 1990). A.C. Gros (1976) en a retrouvé des témoignages très probants au Serre de Boidon et ultérieurement au Rochas de St-Alban (creuset avec traces cuivreuses, tuyères, scories)6.

Fig. 7. — En haut et à gauche : formes et décors d’Embusco III (Aigne. Hérault) (Taffanel, 1957). En bas à droite, motifs du Travers des Fourches pour comparaison.

Fig. 8. — A : Dolmen de Frontignan ; B : Serre de Jolen (idem au Puech Monier à Loupian) ; C : Creux de Canet ; D : Grotte de la Madeleine (Villeneuve-lès-Maguelonne) ; E : Les Peyrals (Villeveyrac) ; F : Les Carreiroux (Florensac) ; G : Aumes (Montagnac) ; H : Mas d’Andos (Villeneuve-lès-Maguelonne) ; I : L’eau Périe (Villeneuve-lès-Maguelonne) ; J : Grotte de la Mosson (Fabrègues).

Fig. 9. — Carte de répartition des Campaniformes de l’Hérault (Montjardin, 1991).
La position des points est la plus exacte possible. Un point peut représenter plusieurs sites. Les gros points correspondent, de gauche à droite, à : Embusco III, La Livinière (Parignolles), Mourguettes, Veyrac, Creux de Miège, La Madeleine, Le Rocher des Causses (Claret). Dans le Gard, La Vaunage.

26De ce nouveau site pyrénaïque peuvent être tirer les conclusions suivantes.

271° Tout d’abord, comme O. et J. Taffanel à propos d’Embusco et des dolmens de Boun Marcou et de Jappeloup, nous sommes frappés par les analogies de décors céramiques existant dans les dolmens du secteur Thau-Gardiole (fig. 8) :

  • coffre-dolmen, nouvellemment découvert du Puech Monier (Loupian) avec un ou deux vases à décor d’échelles et lignes incisées ;

  • dolmen de Cantegal (Villeveyrac) avec un tesson usé portant des empreintes plus ou moins triangulaires déterminant des dents de loup intermédiaires ;

  • serre de Jolen (Loupian) grotte sépulcrale ayant livré des boutons en os hémisphériques perforés en V (Barge, 1982) ;

  • dolmen de Frontignan, avec un décor incisé de type échelle et un autre voisin de celui de Cantegal (Munier, 1872-1875).

  • 7 La situation est donc différente de celle du Gard (Gutherz, 1988) où sur 200 dolmens recensés, deux (...)

28J. Guilaine (1967) avait noté cette présence pyrénaïque dans les dolmens voisins de l’Aude, présence confirmée depuis par P. Ambert. G.B. Arnal et le Groupe Archéologique Lodèvois (1961) l’avaient signalée beaucoup plus loin dans les dolmens du Lodèvois et des Causses, la progression étant visible depuis la Grotte de Nizas dans la vallée moyenne de l’Hérault. J. Arnal (1963) l’avait étendue à quelques sites de l’Hérault oriental. Les découvertes du Creux de Miège à Mireval (Soulier, 1970 ; Roudil et alii, 1974), des Mourguettes (Grimal, 1989), du Travers des Fourches et la réévaluation de l’importance campaniforme de la Grotte de la Madeleine (Ambert, 1990) confirment cette importance des Campaniformes pyrénaïques dans l’Hérault7.

29La carte de répartition montre une large pénétration à partir de la côte le long de l’Aude, de l’Hérault, et des ruisseaux côtiers, le Vidourle paraissant marquer une frontière (fig. 9). Les Campaniformes pyrénaïques viennent très largement en tête parmi les quatre-vingt sites campaniformes au minimum signalés à ce jour dans le département. Dans un inventaire, en cours, nous disposons seulement de trois sites à Campaniformes cordés (8), d’une quinzaine de sites à Campaniformes maritimes ou mixtes (CZM), de quelques sites épicampaniformes parmi lesquels Parignoles (La Livinière), Montloubat (Cers), Montredon (St-Pons de Mauchiens), St-Paul-le-Haut (Mèze), Puech Argentié (Villeveyrac), Richemont (Montpellier), Le Rocher du Causse (Claret). Souvent les Campaniformes pyrénaïques sont présents avec les maritimes ou mixtes (CZM) ou les Épicampaniformes dans les mêmes sites. Ce qui ne signifie pas nécessairement une contemporanéité, mais témoigne du moins en faveur d’une succession assez rapide (grotte de Nizas) (fig. 10).

Fig. 10. — A : Grotte du Claux (Gorniès), d’après J.-L. Roudil ; B : Rec de Balmes (Félines), d’après J. Guilaine ; C : Dolmen de la Cigalière (Minerve), d’après P. Ambert ; D : L’Hortus (Valflaunès), d’après J.-L. Roudil ; E : St-Apolis de Fontenille, d’après J. Arnal et J. Grimai ; F : Montredon (Florensac), d’après J. Grimai ; H : Cirque de Mourèze, d’après J. Bill ; I : Le Lébous (St-Mathieu de Tréviers), d’après J. Amal ;J : Grotte de Nizas (Fontès), d’après J. Audibert.

  • 8 Une découverte récente de L. Jallot à l’Espace Richter à Montpellier et un tesson cordé supplémenta (...)

30Il paraît évident que l’influence ibérique se confronte dans l’Hérault aux Campaniformes internationaux venus par la vallée du Rhône, les Cordés vrais paraissant se limiter à l’arrière-pays8. Elle paraît stoppée à partir du Vidourle par les Campaniformes rhodano-provençaux (Vaunage), eux aussi en pleine expansion. Encore que la découverte du site ardéchois des Trémoulèdes (Cros de Géorand) permette de se poser des questions sur le Groupe avec lequel il semble avoir le plus d’analogies (Chomette, 1987 ; Roudil, 1990).

312° Les découvertes en habitats de plein air du Secteur Thau-Gardiole (La Donne II, Font-Mars, Farnet, St-Paul, Puech Badieu, Plesca, Caramus, Vic-la-Gardiole, Creux de Miège, Creux de Canet, Madeleine, Eau Périe, Chicane, etc.) conduisent, tout comme les sites en dolmen signalés ci-dessus, à supposer une certaine osmose entre Campaniformes et indigènes chalcolithiques (fig. 11 et 12). La densité des sites campaniformes de la Vallée du ruisseau de Pallas (Mèze, Loupian, Villeveyrac ; au-delà St-Pargoire, Le Pouget, St Bauzile-de-laSylve (Collection Bernard Pauzes) permet d’ailleurs d’envisager un cheminement vers la vallée moyenne de l’Hérault et les mines chalcolithiques de Cabrières. Il n’est pas absurde de voir une liaison entre les gisements de cuivre du Lodévois et la densité des sites de la vallée de l’Hérault, entre ceux des Cévennes et les sites de Vaunage et du Gardon.

323° Les Campaniformes ont dû jouer un rôle important dans la diffusion de la métallurgie chalcolithique. Le problème qui se pose est celui de situer la place exacte de leur apport. C’est ici que les céramiques dites d’accompagnement peuvent nous éclairer. Un double apport semble se dessiner : d’un côté, un possible apport ibérique, terrestre et maritime, sensible à Médor ou aux Peyrères, d’un autre côté un apport d’origine alpine incluant tout à la fois la Suisse et l’Italie du Nord par la Vallée du Rhône et le delta rhodanien. Du fait de la présence des jarres à perforations préorales dans l’Aude et le Toulousain, très loin de leur origine alpine probable, il faut supposer un plus grand dynamisme de cet apport, au moins dans un deuxième temps précédant l’Épicampaniforme et le Bronze ancien. Car il est permis également de se demander si une première phase pyrénaïque n’a pas été plus ou moins contemporaine des Campaniformes internationaux et capable dans un deuxième temps d’arrêter la progression vers l’Ouest du groupe rhodano-provençal.

33Il reste aussi la possibilité de contacts, voire de mariages inter-groupes, pour expliquer les différenciations locales apparentes ici ou là. L’explication « territoriale » de l’expansion campaniforme que nous avons avancée voici plus de vingt ans (Montjardin, 1970), nous paraît être la meilleure. La chronologie doit en tenir compte.

Fig. 11. — A à D : St-Paul-le-Haut (Mèze) (groupe de Thau) ; E : Font Mars (Mèze) (groupe de Thau) ; F : Raffègues (Mèze) (groupe de Thau) ; G : Puech Badieu (Mèze) (groupe de Thau) ; H et N : La Rouviège (Plaissan), collection B. Pauzes ; I : Le Crès, d’après J. Audibert ; J : Creux de Miège (Mireval), d’après Audibert ; K : Le Plesca (Laupian) ; L : La Donne (Pomerols) (Cordé probable, groupe de Thau) ; M : L’Olivet II (Villeveyrac) (groupe de Thau).

Fig. 12. — Campaniformes et Bronze ancien en dolmens du Lodèvois (d’après Arnal et Groupe archéologique lodevois, 1961).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ambert et alii, 1984 = Ambert (P.), Barge (H.), Bourhis (J.-R.), Esperou (J.-L.), « Mines préhistoriques de cuivre de Cabrières : premiers résultats », BSPF, t. 81, C.R.S.M, no 3 p. 83-89.

Ambert et alii, 1986 = Ambert (P.), Bourhis (R.), Houles (N.), « Une pointe de Palmela près des mines de Cabrières (Hérault) », BSPF, t. 83-4, p. 125-128.

Voir également la bibliographie citée dans : « CabrièresHérault, le plus vieux centre minier métallurgique de France (2.500 av. J.-C.) », Archéologie en Languedoc, 1990 (3), p. 1-32 qui reprend et complète plusieurs articles.

Arnal, 1963 = Arnal (J.), Les dolmens du département de l’Hérault, Paris, PUF.

Arnal et alii, 1967 = Arnal (J.), Burnez (C.), Roussot-Laroque (J.), « Sauvetage de la station fontbuxienne du Gravas, Saint-Mathieu de Tréviers (Hérault) », BSPF, t. 60-4, p. 527-583.

Voir aussi : Ambert (P.), Bourhis (J.-R.), Landes (C.) 1991 : « Le Gravas, une cabane de « forgeron » chalcolithique à Saint-Mathieu de Tréviers (Hérault) », Archéologie en Languedoc ; Actes du colloque de Saint-Mathieu de Tréviers, 1990, en hommage à J. Arnal, p. 77-84.

Arnal, Groupe archéologique lodevois, 1961 = Arnal (G.B.), Groupe archéologique lodevois, « Les mégalithes du Lodèvois », Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, t. 10, p. 111-121.

Audibert, 1958 = Audibert (J.), Quelques vases caliciformes de la France méridionale, BSPF, t. 55, p. 87-93.

Audibert, 1957 = Audibert (J.), « Préhistoire de la Gardiole », Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 6, p. 73-111.

Barge, 1982 = Barge (H.), Les parures du Néolithique ancien au début de l’Âge des Métaux en Languedoc, Marseille, éd. du CNRS.

Barge, Arnal, 1984-1985 = Barge (H.), Arnal (J.), « Les boutons perforés en V en France : leur contexte européen », Bull. Mus. Anthr. Préhist. Monaco, 28, p. 63-99.

Chomette, 1988 = Chomette (D.), « Céramique campaniforme sur le Haut Plateau ardéchois », Rencontres Néolithiques Rhône-Alpes, p. 33-35 (Arenera, 5).

Voir sur les Campaniformes en Ardèche l’article de J.-L. Roudil dans Ardèche Archéologie, 6, 1990 et notre article « Le Chalcolithique en Ardèche », 1990, cité ci-dessous.

Esperou, 1981 = Esperou (J.-L.), La structure minière de Roquefenestre (Cabrières, Hérault), Rapport de DEA, Université de Provence (Pr. Camps).

Grimal, 1989 = Grimal (J.), « L’enclos chalcolithique des Mourguettes, Portiragnes Hérault », Enceintes, habitats ceinturés, sites perchés du Néolithique au Bronze ancien dans le Sud de la France et les régions voisines, Montpellier, p. 93-98 (Mém. de la Soc. Languedocienne de Préhistoire, 2).

Groupe De Thau, 1987 = Groupe de Thau, Les Campaniformes du secteur Thau-Gardiole, Mèze, 52 p. Ronéotées.

Guilaine, 1967 = Guilaine (J.), La civilisation du vase campaniforme dans les Pyrénées Françaises, Gabelle, Carcassonne, 240 p.

Guilaine, 1974 = Guilaine (J.) « La civilisation des gobelets campaniformes dans la France méridionale », L’Âge du Cuivre européen, éd. du CNRS, p. 175-186.

Guilaine et alii, 1989 = Guilaine (J.), Vaquer (J.), Coularou (J.), Treinen-Claustre (F.), Médor/Ornaisons, archéologie et écologie d’un site de l’Âge du Cuivre, de l’Age du Bronze final et de l’Antiquité tardive, Toulouse, Carcassonne, 314 p.

Gutherz, 1988 = Gutherz (X.), « Le Campaniforme du Languedoc Oriental : état de la question », in : Le Campaniforme ; Rencontres Néolithiques Rhône-Alpes, p. 64-77 (Arenera, 5).

Jolibert, 1988 = Jolibert (B.), Le gisement campaniforme de Muret, Archives d’Écologie Préhistorique, Ecole Hautes Etudes en Sciences sociales, Toulouse, 138 p.

Montjardin, 1987 = Montjardin (R.), « Questions diverses à propos des Campaniformes », in : Les Campaniformes du Secteur Thau-Gardiole, Groupe de Thau, p. 39-52.

Montjardin et alii, 1989 = Montjardin (R.), Rouquette (D.), Groupe de Thau, « État actuel de la question campaniforme dans la Micro-Région Thau-Gardiole (Hérault) », in : Le Campaniforme ; Rencontres Néolithiques Rhône-Alpes, p. 110-113 (Arenera, 5).

Montjardin, Groupe de Thau, 1987-1990 = Montjardin (R.), Groupe de Thau, « Du Néolithique final au Bronze ancien dans le Secteur Thau-Gardiole (d’Agde à Montpellier) : essai de Synthèse », Rencontres Néolithiques Rhône-Alpes, Orgnac, (Arenera, 7).

Montjardin, Groupe de Thau, 1990 = Montjardin (R.), Groupe de Thau, « Du nouveau dans le Campaniforme du Secteur Thau-Gardiole (d’Agde à Montpellier) », Rencontres Néolithiques Rhône-Alpes, Lyon, décembre 1990 (Arenera, 7).

Montjardin, 1990 = Montjardin (R.), « Le Chalcolithique dans l’Ardèche », à paraître dans : Archéologie en Languedoc ; Colloque de Saint-Mathieu de Tréviers en hommage à J. Arnal, 1990, p. 227-244) (Liste des sites campaniformes).

Munier, 1872-1875 = Munier (A.), « Découvertes préhistoriques faites dans la chaîne de montagne de la Gardéole », Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section Sciences, t.7, p. 89-96 et 341-345.

Roger, 1988 = Roger (J.-M.), « Le Campaniforme en Vaunage : vestiges diffus et structures évidentes », in : Le Campaniforme ; Rencontres Néolithiques Rhône-Alpes, p. 80-109 (Arenera, 5).

Roger, 1990 = Roger (J.-M.), « La transition Chalcolithique-Bronze ancien en Languedoc Oriental : Campaniformes et Épicampaniformes en Vaunage », Archéologie en Languedoc, hommages à H. Prades, 1989,4, p. 73-86.

Ces deux articles mentionnent toute la bibliographie campaniforme de la Vaunage.

Roudil et alii, 1974 = Roudil (J.-L.), Bazile (F.), Soulier (M.), « L’habitat campaniforme de Saint-Côme et Maruéjols (Gard) », Gallia Préhistoire, t. 17, 1, p. 181-217.

Rouquette, Montjardin, 1990 = Rouquette (D.), Montjardin (R.), « Le Chalcolitique dans le secteur Thau-Gardiole », à paraître dans : Archéologie en Languedoc ; Colloque de St-Muthieu de Tréviers en hommage à J. Arnal, 1990, p. 259-276.

Roux, Escalon, 1990 = Roux (J.-C.), Escalon (G.), « L’éperon barré chalcolithique du Rocher du Causse : bilan des Recherches 1986-1989 », Archéologie en Languedoc ; Colloque de Saint-Mathieu de Tréviers en hommages à Jean Arnal, 1990, p. 141-148).

À noter la stratigraphie Fontbuxien/Épicampaniforme-Bronze ancien de ce site.

Soulier, 1970 = Soulier (M.), « La Préhistoire dans la Commune de Vic la Gardiole », Bull. Soc. Étud. Scientif. Sète et sa région, 2, p. 58-72.

Taffanel, 1957 = Taffanel (O.J.), « La Station Préhistorique d’Embusco à Mailhac - Aude », Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 6, p. 53-72.

À noter qu’Embusco III est situé sur la commune d’Aigne (Hérault).

Waldren, 1982 = Waldren (W.), Early Préhistoric Seulement in the Balearic islands, Deya Archeological Museum and Research Centre (Damarc, 13).

Annexes

ANNEXE I

Les dates du Campaniforme pyrénaïque

Ladern-Ribos de Bila : 4.200 ± 100 BP (MC 570).

Conques sur Orbiel-Font Juvénal C2b : 4.190 ± 90 BP (MC 567).

Conques sur Orbiel-Font Juvénal C2base : 4.160 ± 90 BP (MC 568).

Muret-Moulin de la Garonne : 4.080 ± 100 BP (Gif 5970).

Dates à rapprocher de celles obtenues par W. Waldren (1982) pour les Campaniformes de Son Matge et San Ferrandel Oleza (Majorque) de 2.070 à 1.620 B.C.

Nous nous en tenons aux dates B.P. Les marges d’incertitude sont suffisamment grandes pour qu’il soit utile d’en rajouter avec la calibration.

Sur des gisements peu fournis, faut-il étaler les rares documents rencontrés sur plusieurs siècles ? Cela ne paraît guère avoir de sens. Sur les gisements « homogènes » et un espace restreint comme à Embusco III, faut-il envisager que les Campaniformes ont rejeté leurs vases, pratiquement sans autres documents, pendant des siècles ou envisager une plage temporelle réduite dans un large espace de temps ? Cela correspondrait sans doute mieux à la réalité. Mais alors que signifie la présence des documents épars ici ou là ? Faut-il admettre une pérégrination ayant duré plusieurs siècles ? La densité des sites majeurs retrouvés plaide en faveur d’une présence contemporaine dans le tissu social indigène. Nous n’envisageons pas une étape chronologique autonome des Pyrénaïques.

Par contre, une succession plus ou moins directe entre Pyrénaïques et Épicampaniformes/Bronze ancien peut être envisagée comme J.-M. Roger (1991) l’a suggéré pour la Vaunage.

Plusieurs constatations peuvent être faites à son appui :

– tout d’abord la présence fréquente dans les dolmens du Minervois, du Lodévois, et du secteur Thau Gardiole (Puech Monier), ayant livré des tessons ou documents campaniformes (boutons hémisphériques en os), de documents Bronze ancien et notamment d’alènes losangiques9 ;

– la persistance de l’utilisation des mégalithes à des fins sépulcrales, même si l’on doit admettre qu’il s’agit d’une réutilisation ou d’un type de coffre-dolmen enterré en lapiaz, tout à fait différent des mégalithes languedociens, comme celui du Puech Monier (Loupian) ;

– enfin la présence à St-Paul-le-Haut (Mèze), parmi des Campaniformes-Épicampaniformes remaniés, de l’un des rares anneaux-disques plan-convexes en os retrouvés dans le Midi.

Mais il ne nous semble pas qu’il s’agisse seulement d’une succession Campaniforme-Épicampaniforme strictement locale ou même extra-régionale (rhodanienne). Les choses sont probablement plus compliquées. Du fait de sa présence bien attestée aux environs de l’Aude (Parignoles-La Livinière, Hérault), il nous paraît difficile d’admettre que l’Épicampaniforme a pris naissance dans le seul delta rhodanien. Il faudra attendre de meilleures sériations stylistiques que celles proposées à ce jour pour mieux évaluer Révolution. Il reste sans doute d’autres jalons à retrouver, même s’ils se raréfient par suite des destructions ou parcellisations privatives interdisant l’accès tout autant que par les découvertes déjà réalisées10.

ANNEXE II

Analyse de métaux

Analyses effectuées par J.-R. Bourhis, ingénieur au C.N.R.S., URA 403 Laboratoire d’Anthropologie, Université de Rennes sur deux objets métalliques du « Travers des Fourches - Sud Veyrac » - p. 1074 (Villeveyrac) (en date du 1er février 1991)

(xxx : élément principal non décelé)

Le spectre sur le nodule (1) a montré les raies caractéristiques du cuivre. Il s’agit vraisemblablement d’un petit résidu de minerai (malachite ?) noyé dans de la scorie poreuse collée sur la face interne du creuset. Cet échantillon est un indice de métallurgie du cuivre, la présence d’une trace notable d’argent semblerait indiquer l’origine locale du minerai.

Le fragment d’alène (2) est en bronze au plomb. C’est la composition d’un objet daté du Bronze final.

ANNEXE III

Inventaire des sites campaniformes-épicampaniformes de l’Hérault

0- Aigne :

Station d’Embusco III (Taffanel, 1957). On oublie souvent que la plus grande station campanifonne découverte par O. et J. Taffanel (Embusco III) se situe dans la commune d’Aigne (Hérault) et qu’elle est séparée seulement par un chemin de terre d’Embusco II. Cette station reste à ce jour la plus grande station campanifonne de l’Hérault et la seule permettant de situer la céramique d’accompagnement du « pyrénaïque ».

1 – Félines-Minervois :

Grotte du Rec de las Balmes (Guilaine, 1959 et 1967). Grande Grotte du Rec de las Balmes (Guilaine, 1967).

2 – La Livinière :

Village de Parignoles (Ambert, in : Gallia Préhistoire, 1975/2, p. 558-559).

3 – Siran :

Dolmen de Fournès 1 (Boutons hémisphériques en os perforés en V (Guilaine, 1967 ; Arnal, Taffanel, Jeanjean, 1946 ; Arnal, 1963).

Dolmen 1 de Lauriole (Ambert, Barge, 1982, p. 303 +

1 bouton en os dans un dolmen inconnu (p. 304).

Il se pose en outre une question à propos du Dolmen de Fournès 2 indiqué sur Cesseras (Voir no 4) par Ambert, Gallia Préhistoire, 1976/2, p. 557.

4 – Cesseras :

Dolmen de Fauzan (Coll. Chabbert, Guilaine, 1967).

5 – Minerve :

Dolmen de la Cigalière (Guilaine, 1967, pl. 28, fig. 5 à 7).

Dolmen des Lacs (Guilaine, 1967, pl. 28, fig. 8, 9).

6 – Pardailhan :

Grotte de Coulouma (Lauriol, 1962 ; Guilaine, 1967).

7 – Villespassans :

Dolmen de Lauze couverte (Ambert, Gatorze, 1981,

p. 120-121)

Dans cet article, les auteurs mentionnent également les sites de grotte des Fournials et de plein air (Le Viala et Aumet) en les situant dans le St-Chinianais sans autre précision.

8 – Quarante :

Dolmen de Pech Menel (Guilaine, 1967 ; Ambert, Gatorze, 1982-83, p. 6 et sv).

9 – Puisserguier :

Campanifonne cordé selon Gutherz et Hugues. 1980, p. 20.

10 – Cessenon ? :

Grotte A1 du Roc (Coll. Gatorze, Barge, 1982, p. 281).

11 – Ferrières-Poussarou :

Grotte de Camprafaud (Rodriguez, 1970, 1985).

12 – Le Caylar :

Grotte de Limonesque (Coll. Bessières, Musée de Lodève).

13 – Sorbs :

Dolmen du Pas de l’Arquet (Arnal, Groupe archéologique lodevois, 1961 ; Treinen, 1970).

14 – La Vacquerie-St-Martin de Castres :

Dolmen de Ferrussac-Esquirol (10 boutons hémisphériques en os à perforations en V - 1 bouton en tortue (Combarnous, 1958 ; Barge, 1982).

15 – St-Guiraud :

Dolmen de St-Guiraud ou de la Vigne de Madame (Arnal, 1961).

16 – Montpeyroux :

Dolmen de la Croix de Yeuse ou Dolmen 4 de la Font de Griffe (Audibert, Arnal et Martin, Club Speleo, 1953, p. 63-74 ; Barge, 1982, p. 292).

Dolmen V de la Font de Griffe (Barge, 1982, p. 292 ; Arnal, 1979).

17 – Gorniès :

Grotte du Claux (Roudil, Gallia Préhistoire, 1980/2, p. 454 ; Roudil, 1988).

18 – Argeliers :

Dolmen 1 (1 tesson campanifonne) (Arnal, 1953-54 ; Audibert, 1957, p. 157 ; Arnal, 1963 ; Barge, 1982, p. 277).

19- Murles :

Dolmen du Mas de Perry (Arnal, 1953-54 ; Treinen, 1970 ; Barge, 1982, p. 292).

20- Vailhauquès :

Station de Vailhauquès (Arnal, 1963 - Roudil et alii, 1974).

21 – Montarnaud :

Information orale (à vérifier).

22 – Claret :

Habitat du Rocher des Causses (Roux, 1989).

23 – Valflaunès :

Grotte de l’Hortus (Roudil, in : de Lumley, 1972). Grotte de l’Anis II (tesson à décor mixte cordé) Musée Longchamp de Marseille (Treinen, 1970 ; Roudil et alii, 1974).

Nous ne savons pas s’il s’agit de deux grottes différentes.

24 – St-Mathieu de Tréviers :

Château du Lébous (Arnal, Sangmeister, 1973).

25 – Buzignargues :

Station du Pont de Buzignargues (Arnal, 1963).

26 – Grabels :

Station de la Paillade (Audibert, 1958).

27 – Le Crès :

Station 1 des Faysses (Roudil et alii, 1974).

28 – Station du Mas Reinhardt (Mestre, Lorblanchet, 1966).

29 – Château Juvénal (Mestre, Lorblanchet, 1966).

30 – Montpellier-Richemont (Thomas, Bastard-Lebossard, inédit).

31 – St-Jean de Védas :

Grotte de la Mosson (Audibert, 1957).

32 – Villeneuve-lès-Maguelonne :

L’Eau Périe (Albagnac, Pellecuer, Montjardin, 1974-75).

33 – Grotte de la Madeleine (Arnal, 1956-1963 - Roudil et alii, 1974 ; Ambert, Coll. 1990).

34 – Madeleine-Andos (Thau, 1987).

35 – Fabrègues :

Station de la Chicane (Albagnac, inédit ; Montjardin, 1989).

36 – St-Paul et Valmalle :

Grotte de l’Iouzière (Nous figurons ce site en raison du poignard à languette qui paraît plus attribuable aux Campaniformes qu’au Fontbouïsse) (Gutherz, 1975).

37 – Mireval :

Station du Creux de Canet (Albagnac, Thau, 1987).

38 – Station du Creux de Miège (Audibert, 1957 ; Roudil et alii, 1974 ; Soulier, inédit).

39 – Vic-la-Gardiole :

Station III de la Roubine de Vic (Soulier, 1972).

41 – Frontignan :

Dolmen de la Coste (Munier, 1875 ; Audibert, 1957 ; Thau, 1987).

42 – Tesson trés usé du site en partie submergé de Caramus (inédit).

43 – Mèze :

Station de Font Mars 2 (Rouquette, Thau, 1987).

44 – Station de St-Paul-le-Haut (Rouquette, Thau, 1987).

45 – Station de Raffègues (Rouquette, Thau, 1987).

46 – Station de Farlet (Arnal, 1963 ; Barge, 1982).

47 – Station du Pioch Badieu (Montjardin, Thau, 1987).

48 – Loupian :

Station du Plesca (Montjardin, Thau, 1987).

49 – Grotte du Serre de Jolen (Gennevaux, 1913 ; Barge, 1982).

50 – Dolmen du Puech Monier (Rouquette, Thau, 1991).

51 – Villeveyrac :

Station du Serre des Fourches Sud-Veyrac (Montjardin, 1990).

52 – Dolmen de Cantegal (Fichou, inédit).

53 – Station du Puech Argentié (Rouquette, Thau, 1990).

54 – Station des Peyrals (Cablat et alii., 1972 ; Thau, 1987).

55 – St-Pargoire :

Dolmen de la Rouquette (Musée Sam, Montpellier ; Roudil et alii., 1974) + Coll. Ferrand (St-Pargoire).

56 – Gignac :

Station de Pioch Courbi (Pauzes, 1974).

57 – Station de Trés Vents (Pauzes-Pauzes, Grimal, 1974).

58 – Le Pouget :

Station des Crozes (Pauzes).

59 – Plaissan :

Station de Rouviège (Pauzes, Grimal, 1974).

60 – St-Bauzile de la Sylve :

Station de la Vigne Plantier (Pauzes).

61 – St-Pons de Mauchiens :

Station de Montredon (Grimal, in : Roudil 1984).

62 – Station de Roquemengarde (Guilaine et alii, 1987).

63 – Aumes :

Oppidum du Puech Balat ou du Télégraphe (Monteil, 1983 ; Thau, 1987).

64 – St-Thibéry :

Grotte citée dubitativement par Roudil et alii, 1974.

65 – Florensac :

Station de St-Apolis-de-Fontenille (Arnal et Grimal, 1966).

66 – Marseillan :

Site submergé de l’Étang de Thau (Fonquerle et Musée Agde).

67 – Mourèze :

Station de Mourèze (Rouquette, Bill, 1974).

68 – Cabrières :

Site ancien de Cabrières (Vasseur, 1941).

69 – Abri Rotschild (Ambert, in : Gallia Préhistoire, 1980/2, p. 449).

Il est aussi peut-être permis de citer ici la pointe de Palmela découverte par N. Houlès (Ambert et alii, 1986).

70 – Fontès :

La Grotte de Nizas (Vasseur, 1941 ; Audibert, 1958).

71 – Alignan du Vent :

Sépulture du Chemin de la Peyne (Esperou, Ambert, Gallia Préhistoire, 1982/2).

72 – Tourbes :

Station de la Mère des Fontaines citée dubitativement par Roudil et alii, 1974.

73 – Cers :

Station de Montloubat (Grimal ; Roudil et alii, 1974).

74 – Portiragnes :

Station de Roque haute (Grimal ; Roudil et alii, 1974).

75 – Station l’Habitarelle (Grimal ; Roudil et alii, 1974).

76 – Site Vérazien à fossé des Mourguettes (Grimal, 1989).

77 – Site inédit de Puech Arras (Mém. Maîtrise T. Janin).

78 – Espondeilhan - La Croix de Fer (Esperou, 1988).

79 – Pomerols :

La Donne II (Découverte site D. Rouquette, 1991). Prospections Groupe de Thau : 2 tessons (Montjardin) et (Rouquette) dont 1 cordé.

80 – Port Marianne - Montpellier - Tessons de campaniformes cordés dans fosse Fontbuxienne (Fouille et information L. Jallot).

Notes

1 Les figures 2 et 4 pourraient laisser supposer que les Campaniformes du sondage 2 ont pu être amenés là par les engins ouvrant le coupe-feux. Il n’en est rien. Leur provenance se situe en amont du coupe-feux où des fouilles étendues devraient le confirmer.

2 La présence à Embusco III, comme au Bois Sacré (Gard), de vases à perforations entre la lèvre et un cordon préoral témoigne en faveur d’une certaine contemporanéité des deux types de Campaniformes pyrénaïque et rhodano-languedocien. Nous rappelons que deux bords de ce type étaient présents dans la stratigraphie Ferrières, Chalcolithique ardéchois, Bronze ancien de Beaussement à Chauzon (Ardèche), où leur position paraît légèrement postérieure au Chalcolithique, daté de 2.025 b.c, mais avec 200 ans de marge. Si la date du Bois Sacré est basse (1.940 b.c, avec une marge de 140 ans), les dates audoises de Font Juvénal (Conques) (2.200 b.c, environ), où ces vases sont représentés, posent la question de leur âge exact ou de leur perduration. Notons toutefois leur absence (provisoire ?), comme celle des fonds plats et anses au Travers des Fourches. Cette absence se retrouve aussi, mais avec des fonds plats et des anses dans l’Épicampaniforme du Camp de Laure (Gignac, Bouches-du-Rhône) manifestement Bronze ancien.

3 Au compte de la métallurgie il faut ajouter le tas de chaudronnier (hache polie dont le tranchant a été volontairement émoussé) rencontré dans le sondage 2.

4 Dans son ouvrage, W. Waldren (1982) positionne 21 sites campaniformes dans l’île de Majorque, ce qui correspond à une forte densité, particulièrement sur la côte nord.

5 Les damiers - ou bandes finement hachurées verticalement - réalisées sur vases fins, carénés, sont présents dans les sites chalcolithiques de St-Paul et Raffègues (alène en cuivre) (Mèze) et des Peyrals (perle en cuivre) (Villeveyrac) (Rouquette, Montjardin, 1990-1991)

6 En ce qui concerne les pointes de Palmella, parfois associées aux Campaniformes, rappelons que seule la pointe de Cabrières (Ambert et alii, 1986) présente une morphologie à soie fine. Comme l’a indiqué X. Gutherz (1988), les pointes en cuivre arsénié de la Baume-St-Vérédème (Vigneron, 1981) et de la station de Jérusalem (toutes deux sur Sanilhac, Gard) ont une forme notablement différente à soie large. Quant à la (ou peut-être les) Palmella française de la Grotte du Col de Gigean à Frontignan (Groupe de Thau, 1987 ; Montjardin, Groupe de Thau, 1990), à soie fine, l’analyse de J.R. Bourhis a montré qu’elle était en cuivre antimoine-argent et relevait du Chalcolithique régional ayant exploité les mines de Cabrières.

7 La situation est donc différente de celle du Gard (Gutherz, 1988) où sur 200 dolmens recensés, deux seulement ont livré du Campaniforme. Doit-on en tirer une indication d’antériorité des Campaniformes pyrénaïques dans l’Hérault ou seulement une plus longue perduration du Mégalithisme ?

8 Une découverte récente de L. Jallot à l’Espace Richter à Montpellier et un tesson cordé supplémentaire à la Donne II sont à ajouter.

9 En ce qui concerne les alènes losangiques (en bronze) notre inventaire en cours (Rouquette, Montjardin) fait état d’un minimum de 28 alênes en 26 sites pour l’Hérault et de 31 alênes en 24 sites pour le Gard. La quasi-totalité de ces alênes provient de dolmens. Deux concentrations apparaissent dans le Minervois et le Lodèvois.

10 Grâce à Bernard Pauzes nous avons pu ajouter divers sites à notre liste campaniforme dans un secteur de la Vallée de l’Hérault qui jouxte immédiatement Villeveyrac au Nord de notre secteur. Le Pyrénaïque y est présent ainsi que l’Epicampaniforme.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — L’occupation du Serre de Poussan - Villeveyrac (Hérault).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende Fig. 2. — Implantation des sondages du Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac) à la limite de Loupian et Villeveyrac.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3. — Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac). Répartition des tessons campaniformes du Sondage 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 4. — Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac).Répartition des tessons campaniformes du sondage 2. Noter le vase en place et les éléments du four détruit.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 5. — Travers des Fourches-Veyrac (Villeveyrac). Tessons campaniformes décorés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 6. — Tessons campaniformes décorés d’Embusco III (Aigne. Hérault) d’après O. et J. Taffanel, 1957.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 7. — En haut et à gauche : formes et décors d’Embusco III (Aigne. Hérault) (Taffanel, 1957). En bas à droite, motifs du Travers des Fourches pour comparaison.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 8. — A : Dolmen de Frontignan ; B : Serre de Jolen (idem au Puech Monier à Loupian) ; C : Creux de Canet ; D : Grotte de la Madeleine (Villeneuve-lès-Maguelonne) ; E : Les Peyrals (Villeveyrac) ; F : Les Carreiroux (Florensac) ; G : Aumes (Montagnac) ; H : Mas d’Andos (Villeneuve-lès-Maguelonne) ; I : L’eau Périe (Villeneuve-lès-Maguelonne) ; J : Grotte de la Mosson (Fabrègues).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 9. — Carte de répartition des Campaniformes de l’Hérault (Montjardin, 1991).La position des points est la plus exacte possible. Un point peut représenter plusieurs sites. Les gros points correspondent, de gauche à droite, à : Embusco III, La Livinière (Parignolles), Mourguettes, Veyrac, Creux de Miège, La Madeleine, Le Rocher des Causses (Claret). Dans le Gard, La Vaunage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 10. — A : Grotte du Claux (Gorniès), d’après J.-L. Roudil ; B : Rec de Balmes (Félines), d’après J. Guilaine ; C : Dolmen de la Cigalière (Minerve), d’après P. Ambert ; D : L’Hortus (Valflaunès), d’après J.-L. Roudil ; E : St-Apolis de Fontenille, d’après J. Arnal et J. Grimai ; F : Montredon (Florensac), d’après J. Grimai ; H : Cirque de Mourèze, d’après J. Bill ; I : Le Lébous (St-Mathieu de Tréviers), d’après J. Amal ;J : Grotte de Nizas (Fontès), d’après J. Audibert.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 11. — A à D : St-Paul-le-Haut (Mèze) (groupe de Thau) ; E : Font Mars (Mèze) (groupe de Thau) ; F : Raffègues (Mèze) (groupe de Thau) ; G : Puech Badieu (Mèze) (groupe de Thau) ; H et N : La Rouviège (Plaissan), collection B. Pauzes ; I : Le Crès, d’après J. Audibert ; J : Creux de Miège (Mireval), d’après Audibert ; K : Le Plesca (Laupian) ; L : La Donne (Pomerols) (Cordé probable, groupe de Thau) ; M : L’Olivet II (Villeveyrac) (groupe de Thau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 12. — Campaniformes et Bronze ancien en dolmens du Lodèvois (d’après Arnal et Groupe archéologique lodevois, 1961).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/703/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Bât. R, résidence Le Vallon, 34200 Sète.

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search