Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Un décor de troisième style quai d’Alsace à Narbonne

Fanny Dao, Raymond Sabrié et Lucile Tissot-Jordan

Résumé

Les fouilles du quai d’Alsace à Narbonne en 2007 ont livré un ensemble de peintures murales typique du troisième style pompéien avec triples filets. Stylistiquement, il peut être daté de la première moitié du ier siècle ap. J.-C. La simplicité de sa composition tout comme sa facture soignée nous permettent de le situer dans la pièce principale d’une maison modeste.

Texte intégral

1La fouille du 19/20 quai d’Alsace à Narbonne a été menée en préalable à la construction de logements avec parking souterrain en 2007. La parcelle étudiée est située dans un secteur relativement méconnu à l’ouest de la ville antique, en bordure du Canal de la Robine. Cette opération a révélé les vestiges assez mal conservés de quatre phases principales d’occupation.

2Deux axes de circulation orientés nord-sud sont mis en place à l’époque augustéenne. Au milieu du ier siècle, les premiers édifices sont construits entre ces deux axes et à l’est de la rue orientale. Ils sont associés à un important réseau hydraulique évacuant les eaux de quatre bassins. Le seul bâtiment dont le plan a pu être reconstitué de manière satisfaisante se développe du nord au sud et s’ouvre sur le portique de la rue orientale. Il est constitué de pièces rectangulaires aux dimensions identiques, à l’exception de la pièce méridionale, d’une taille plus importante. Ce sont les peintures du mur ouest de cette pièce qui sont présentées ici. Le mobilier récolté (amphores en grande quantité notamment), comme le plan, nous incitent à y voir un édifice à vocation commerciale, sans doute associé à un habitat modeste et à des installations artisanales mal déterminées. Les autres fresques correspondent à un bâtiment localisé plus au nord mais dont l’état de conservation est trop lacunaire pour déterminer son plan et a fortiori sa destination.

  • 1 Texte rédigé par Julien Ollivier, Hadès.

3Suite à la destruction de ces édifices, de nouveaux bâtiments sont édifiés dans la seconde moitié du iie siècle mais les axes de circulation sont encore utilisés. Les derniers vestiges datent du iiie siècle. Pour ces dernières phases, les vestiges sont trop lacunaires pour reconstituer l’aspect général du quartier comme les formes que revêt son occupation1.

Le prélèvement

4Les différents fragments de peinture murale constituant un ensemble issu d’une domus située quai d’Alsace à Narbonne ont été principalement prélevés par plaques. Celles-ci ont été encollées sur gaze médicale, à la colle blanche lorsqu’elles étaient tombées avec la peinture face contre terre, et au Paraloïd B72 quand elles étaient posées sur le revers. À ces plaques s’ajoutent également des fragments épars prélevés simplement à la main. L’essentiel de ces peintures vient d’un seul mur. Leur emplacement dans la pièce nous est indiqué sommairement par un système d’axe xy prenant en compte la distance le long du mur et la position des plaques par rapport à ce dernier, ce qui nous a permis de reconstituer un décor dont les grandes lignes sont assurées.

Les observations techniques

5L’enduit comporte deux couches, mesurant en partant du support vers la surface : 10 à 30 mm pour la première et 2 à 4 mm pour la seconde. Les fragments provenant de la zone basse ont une plus grande épaisseur. La première couche, qui adhérait à la paroi, est un mortier composé d’un sable de rivière très fin. On remarque l’inclusion de petits nodules de chaux et l’empreinte de paille. Au revers apparaissent les habituels reliefs en chevrons correspondant aux incisions pratiquées dans le mur de terre.

6La simplicité du décor n’exclut pas une grande minutie apportée à la réalisation de cette fresque. En effet, la surface des panneaux est si bien lissée qu’aucune trace d’outil n’est visible. De plus, le triple filet a été consciencieusement tracé à la règle.

7Le rouge est dans l’ensemble bien conservé tandis que le noir a pris par endroits une teinte grisâtre. Les rehauts du triple filet sont bien visibles sur le rouge tandis que, sur le noir, ils ont presque disparu, en particulier sur le panneau de droite. Le vert, appliqué sur un fond beige, est très usé. Aucun fragment n’a conservé l’éclat qu’il devait avoir à l’origine.

La description et l’organisation du décor

8La plupart des enduits proviennent de la zone médiane. La zone basse n’est représentée que par une plaque de mouchetis noirs, verts et rouges sur fond blanc (fig. 1). Sa hauteur ne nous est pas connue. Une bande verte d’au moins 3 cm longée d’un double filet bordeaux et blanc est utilisée comme élément séparateur entre la zone médiane et la zone basse (fig. 2). Il est fort probable qu’une partie du décor manque à cet endroit, mais aucun collage n’a permis de préciser cette zone de transition.

9La même bande apparaît en limite supérieure de la zone médiane et se double d’un bandeau noir. À cet endroit, le mortier s’amincit, ce qui laisse supposer que nous sommes proches du plafond et qu’il n’y a donc pas de zone supérieure.

10La composition de la zone médiane est des plus habituelles : des inter-panneaux vert délavé s’intercalent entre un panneau rouge central et deux panneaux latéraux noirs. Ceux-ci sont encadrés d’un filet blanc doublé, sur trois côtés au moins, d’un filet bordeaux.

11Les collages n’ont pas permis de déterminer la dimension des panneaux. Leur largeur minimale atteint 78 cm. Si l’on se base sur les mesures romaines, il est fort possible qu’ils aient eu une largeur de 3 pieds ou 3,5 pieds, soit 90 cm ou 105 cm. Les proportions entre largeur et hauteur des panneaux médians pouvant être d’environ 2/3, nous avons choisi, pour nos restitutions une hauteur de 5 pieds et demi, soit 163 cm (fig. 5, fig. 6, infra).

12Chacun de ces panneaux est pourvu d’un encadrement intérieur formé d’un triple filet blanc-bordeaux-blanc de 1,5 cm se croisant dans les angles et se prolongeant contre la bande bicolore d’encadrement extérieur des panneaux (fig. 3). La dimension de chacun des trois filets oscille entre 3 mm et 5 mm.

13De larges bandeaux vert délavé de 17 cm servent d’inter-panneaux aux trois compartiments médians (fig. 4). Les bords latéraux de la paroi sont aussi constitués d’un bandeau de même couleur mais d’une largeur de 10 cm (fig. 2).

14Les inter-panneaux semblent monochromes. Cependant, le mauvais état de conservation n’exclut pas la présence d’éléments décoratifs à l’origine.

L’étude du décor

15La restitution idéale (fig. 5 et 6) permet d’appréhender un décor extrêmement sobre et sans ornementation, le peintre étant allé à l’essentiel dans sa réalisation. Cette peinture présente une caractéristique appartenant au répertoire ornemental des décors du troisième style pompéien : il s’agit du triple filet d’encadrement intérieur des panneaux. Les parallèles sont nombreux à Pompéi, en Gaule et en particulier dans la Province de Narbonnaise.

16Il serait inutile de passer en revue tous les ensembles qui présentent ces triples filets. Nous nous limiterons donc aux rapprochements les plus significatifs pour l’étude de notre ensemble.

17Ce motif peut prendre plusieurs variantes ; cependant on remarque une certaine constance dans son exécution : un filet de couleur foncée au centre bordé de deux filets clairs, disposés ainsi pour créer un effet d’ombre et de lumière. Mariette de Vos n’en répertorie pas moins de vingt-six sur les parois de troisième style dans l’antique cité de pompéi (Bastet, De Vos, 1979, p. 135).

Fig. 1. Narbonne, quai d’Alsace, domus. La plaque de mouchetis provenant de la zone basse (photo : R. Sabrié).

Fig. 2. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Zone médiane. Vue du panneau médian gauche de couleur noire (photo : R. Sabrié).

Fig. 3. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Angle supérieur du panneau noir de droite. On distingue parfaitement le triple filet (photo : R. Sabrié).

Fig. 4. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Partie inférieure du panneau médian rouge (photo : R. Sabrié).

18Prenons comme exemple l’atrium de la maison de Lucretius Fronto, où le triple filet apparaît avec le même jeu de couleur qu’à Narbonne (Bastet, De Vos, 1979, p. 64-67, pl. XXVIII ; Peters, Moormann, 1993, p. 118-119, fig. 133) : filet bordeaux bordé de part et d’autre de filets blancs. Le schéma diffère quelque peu de notre exemple narbonnais, car les filets ne s’entrecoupent pas dans les angles, mais forment un angle droit (fig. 7).

19On trouve ce motif dans la salle IV du complexe d’habitat de la rue Paul-Deviolaine à Soissons datant du milieu du ier siècle ap. J.-C. (Defente, 1987, p. 176, fig. 5-8 ; Barbet, 2008, p. 97, fig. 122). Dans la maison de Muranus à Reims, un triple filet aux mêmes teintes est encore à répertorier (fig. 8). Ce dernier est daté de 30 ap. J.-C. (Allag et alii, 2003, p. 50, fig. 39 ; Barbet, 2008, p. 100, fig. 127). L’exemple de la maison B2 à Lyon, rue des Farges présente également plusieurs triples filets se coupant dans les angles comme ceux de Narbonne (Barbet, 2008, p. 54-55, fig. 46-47). Ils proviennent d’un ensemble daté de 10 av. J.-C. des triples filets similaires composés des mêmes pigments se retrouvent encore à Vaison-la-Romaine sur une paroi de la maison située au nord de la cathédrale (ibid., p. 68, fig. 65-66).

20Plus près de Narbonne, à Ruscino, ce jeu de trois filets apparaît dans l’encadrement intérieur des panneaux rouges et noirs d’une peinture du troisième style (Sabrié et alii, 1993, p. 46, no 39) datée de la première moitié du ier siècle ap. J.-C.

21

Fig. 5. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Restitution idéale de la paroi de troisième style (restitution graphique : L. Tissot-Jordan).

Fig. 6. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Restitution de la paroi de troisième style avec intégration des plaques photographiées (photos : R. Sabrié, F. Dao ; restitution graphique : L. Tissot-Jordan).

Fig. 7. Pompéi, V 4,11, maison de Lucretius Fronto, atrium b, détail de la paroi nord à fond noir (photo : R. Sabrié).

Fig. 8. Reims, 58-68 rue Chanzy, maison de Muranus. Le triple filet est utilisé pour compartimenter une zone basse (d’après une illustration de S. G. parue dans : Barbet, 2008).

22Notre décor est aussi caractérisé par la large utilisation du pigment vert. En effet, la couleur verte choisie pour les inter-panneaux et les bandeaux latéraux est plutôt inhabituelle ou du moins assez rare. Le vert est en effet le plus souvent limité à des motifs ou à des bandes et des bandeaux. On le retrouve notamment souvent en encadrement de paroi ou en séparation de zones.

23Nous présenterons pour terminer un dernier parallèle significatif de Narbonnaise : celui de la peinture découverte in situ à Vié-Cioutat (Gard), sur la paroi ouest de la salle d de la maison 3 de l’insula 1 (Sabrié, Sabrié, 1984, p. 149-154, fig. 2-3) (fig. 9-10). La ressemblance avec notre décor est frappante : on trouve la même zone basse avec mouchetis sur fond blanc, le bandeau vert séparant la zone médiane de la partie basse flanquée du double filet bordeaux et blanc, les panneaux médians noirs et rouges, de même que les inter-panneaux de couleur verte ainsi que les triples filets. De plus, un large filet noir sépare l’inter-panneau du bandeau vert comme dans notre décor. La jonction entre zone basse et zone médiane est claire dans le cas de Vié-Cioutat : une succession de bandes et de filets. Elle pourrait constituer un indice pour la restitution de notre peinture du quai d’alsace. Cette peinture est très proche stylistiquement, mais diffère dans sa finition. En effet, la peinture de Vié-Cioutat est considérée comme modeste tant par sa simplicité stylistique que par sa réalisation technique. Au contraire, au quai d’Alsace, la peinture aux triples filets est très sobre, mais la finition est soignée !

Fig. 9. Vié-Cioutat (Gard), insula 1, maison 3, pièce D. Peinture murale in situ (photo : R. Sabrié).

Fig. 10. Vié-Cioutat (Gard), insula 1, maison 3, pièce D. Détail du triple filet (photo : R. Sabrié).

24La fonction de la pièce pourrait peut-être nous apporter quelques précisions. À Vié-Cioutat, les pièces de la maison 3 sont toutes différenciées. La pièce d avec sol en terrazzo est interprétée comme une salle de séjour. C’est la pièce la plus grande de l’habitation, donc certainement la salle de réception. Ce qui laisse penser qu’elle possédait un standing supérieur aux autres pièces dont les sols sont plus modestes.

25La datation de notre décor peut être proposée grâce aux triples filets et à la sobriété de la composition, deux traits caractéristiques d’un troisième style sévère. Elle a pu ainsi être réalisée dans la première moitié du ier siècle ap. J.-C.

Conclusion

26L’étude de ce décor, quoique très simple au premier abord, a permis de relever des caractéristiques typiques du troisième style. L’absence de figures et d’autres éléments ornementaux nous a contraints à nous concentrer sur les caractéristiques techniques et stylistiques. Cette peinture a priori simple et modeste n’appartient pas forcément à une pièce secondaire. Elle peut tout à fait, comme à Vié-Cioutat, provenir d’une pièce principale d’une maison modeste.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allag Cl., Allonsius Cl., Groetembril S., 2003, Études des peintures de différentes maisons, in : Balmelle A., Neiss R., Les maisons de l’élite à Durocortorum, Reims, Marne, Reims, p. 20, 22-26, 47-53, 69 et 77-81 (Bull. de la Société archéologique champenoise, 96, no 4 - Archéologie urbaine à Reims, 5).

Barbet A., 1983, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule, deuxième partie », Gallia, 41, Paris, éd. du CNRS, p. 111-163.

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard, 392 p., 564 fig.

Bastet F.L., De Vos M., 1979, Proposta per une classificazione del terzo stile pompeiano, Gravenhage, 237 p., LXIV pl. (Archeologische Studiën van het Nederlands Instituut te Roms, IV).

Defente D., 1987, « Peintures murales romaines de Soissons », in : Pictores per provincias, Actes du IIIe colloque de l’AIPMA, Avenches, Bibliothèque historique vaudoise, p. 167-180.

Desbat A. et alii, 1994, La maison des dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), Paris, éd. du CNRS, 276 p. (55ème suppl. à Gallia).

Peters W. J. Th., Moormann E. M., 1993, « Le decorazioni parietali di IIIe stile », in : Peters W. J. Th., La casa di Marcus Lucretius Fronto a Pompei e le sue pitture, Amsterdam, éd. Thesis, 429 p.

Sabrié R. et alii, 1993, Peintures romaines en Narbonnaise, Catalogue de l’exposition, Paris, Réunion des musées nationaux, 71 p.

Sabrié M., Sabrié R., Dedet B., 1984, « Une peinture murale romaine sur l’oppidum de Vié-Cioutat à Mons-Monteils (Gard) », Documents d’archéologie méridionale, 7, p. 149-154.

Notes

1 Texte rédigé par Julien Ollivier, Hadès.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Narbonne, quai d’Alsace, domus. La plaque de mouchetis provenant de la zone basse (photo : R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Zone médiane. Vue du panneau médian gauche de couleur noire (photo : R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 3. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Angle supérieur du panneau noir de droite. On distingue parfaitement le triple filet (photo : R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 4. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Partie inférieure du panneau médian rouge (photo : R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 5. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Restitution idéale de la paroi de troisième style (restitution graphique : L. Tissot-Jordan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 6. Narbonne, quai d’Alsace, domus. Restitution de la paroi de troisième style avec intégration des plaques photographiées (photos : R. Sabrié, F. Dao ; restitution graphique : L. Tissot-Jordan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 7. Pompéi, V 4,11, maison de Lucretius Fronto, atrium b, détail de la paroi nord à fond noir (photo : R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 8. Reims, 58-68 rue Chanzy, maison de Muranus. Le triple filet est utilisé pour compartimenter une zone basse (d’après une illustration de S. G. parue dans : Barbet, 2008).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 9. Vié-Cioutat (Gard), insula 1, maison 3, pièce D. Peinture murale in situ (photo : R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 10. Vié-Cioutat (Gard), insula 1, maison 3, pièce D. Détail du triple filet (photo : R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7002/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search