Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Pavement et enduits peints du Haut-Empire, rue É. Herriot à Narbonne

Raymond Sabrié

Résumé

Dans la périphérie nord-est de la ville antique de Narbonne, un sondage limité a permis la découverte d’une mosaïque et de quelques enduits peints. Le pavement appartenant à un premier état antérieur au milieu du ier siècle est partiellement conservé. Il représente un damier noir et blanc, les cases blanches étant chargées d’un carré noir inscrit. Quelques enduits peints très fragmentaires, qu’on peut rattacher à un deuxième état, ont été prélevés dans la couche de destruction. Les éléments de décor à fond blanc, guirlandes, compartiments, ornent la zone supérieure d’une paroi. Une petite construction avec des éléments de clôture constitue une originalité. Les décors réalisés à la fin du iie siècle ont été détruits lors de l’abandon du quartier dans le courant du iiie siècle.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 La fouille et la dépose de la mosaïque ont été réalisées par le Groupe de Recherches archéologique (...)

1Un sondage effectué en 1999 avant la construction d’une villa rue É. Herriot à Narbonne a permis la découverte de vestiges d’un habitat (fig. 1)1. Le terrain, de petite dimension, est situé non loin du Clos de la Lombarde dans le secteur périphérique est de la ville où de nombreuses domus ont été mises au jour. C’était, dans l’Antiquité, un quartier qu’on peut qualifier de résidentiel, bien que ce mot n’ait pas tout à fait la même signification que celle que nous lui attribuons de nos jours.

État 1 : le pavement

2On a découvert à une faible profondeur le sol d’une pièce qui n’a pu être dégagée dans son intégralité. Trois côtés de la salle ont été reconnus, le quatrième, situé au_delà des limites de l’intervention dans la direction du nord-ouest, n’a pas été atteint. Sa largeur est de 5,30 m et sa longueur reconnue de 5,96 m. Le sol est dallé d’une mosaïque posée sur un radier de béton percé de deux trous de plantation. La partie conservée sur une surface d’environ 10 m2 se situe dans l’angle sud. Elle a été déposée mais n’est pas restaurée à ce jour.

Fig. 1. Dessin de la mosaïque et du support de pavement dégagé (M. et R. Sabrié).

3Les tesselles noires et blanches mesurent en moyenne 12 mm de côté. À partir de l’extérieur, on trouve une bande de raccord d’une largeur de 0,75 m qui se compose de rangs de tesselles noires disposés en oblique. Vient ensuite une bordure dont les rangs de tesselles sont parallèles aux murs et qui comprend cinq bandes d’inégale largeur :

  • une bande noire de trois rangs de tesselles
  • une bande blanche de six rangs,
  • une bande noire de six rangs,
  • une bande blanche de six rangs,
  • une bande de deux rangs avec tesselles noires et blanches disposées en damier.

4Le tapis est composé d’un damier noir et blanc, les cases blanches étant chargées d’un carré noir inscrit sur la pointe. Les carrés mesurent en moyenne 22,5 cm de côté (de 21,5 cm à 23 cm). Ils sont au nombre de quinze dans la largeur du tapis (3,31 m). Cette mosaïque au décor sévère s’inscrit dans la lignée des pavements de type italien en noir et blanc des ier et iie siècles de notre ère. Plusieurs ont été découverts à Narbonne, comme ceux exhumés sous les rues Jacquard, Béranger, Descartes ou encore au Clos de la Lombarde.

5Le décor correspond au type 120c de l’ouvrage Le décor géométrique de la mosaïque romaine (Balmelle et alii, 1985, p. 183). L’exemple qui sert de modèle vient d’Ampurias (Ripoll Perelló, 1982, pl. XXI).

6Il n’a pas été possible de faire un sondage sous le sol pour trouver des éléments de datation. La disposition en oblique des tesselles de la bordure peut être un indice pour situer ce pavement dans la première moitié du ier siècle de notre ère.

7La fonction de cette salle est difficile à déterminer compte tenu du fait que nous ne connaissons pas l’ensemble de la domus. Vu la dimension reconnue de la pièce, ce pourrait être une salle d’apparat : oecus, triclinium…

8Une ouverture permettait d’accéder à l’est à une autre pièce dont le seuil surélevé de 8 cm était bordé de deux fragments de marbre blanc. Les tesselles de la mosaïque noire en prolongement étaient disposées en oblique comme dans la bande de raccord de la salle précédente. Ce seuil n’a pu être dégagé que sur une dizaine de centimètres.

État 2 : vestiges de murs et enduits peints

9Les enduits peints correspondant à l’état de la mosaïque ne sont pas connus.

Les nouvelles structures

10Cet espace a fait l’objet de quelques transformations dans l’état suivant. Le pavement antérieur est conservé.

11Au sud-est de la mosaïque, un nouveau mur, MR6, est construit sur la bande de raccord, parallèlement au mur limitant le sol du premier état. Il est conservé sur une longueur de 1 m et sur une hauteur de 20 cm maximum. Le mur MR7 lui est perpendiculaire. À 1,76 m de MR6 dans la direction du nord-ouest, il reste les vestiges d’une cloison de terre, MR9, d’une largeur de 0,20 m pour une longueur de 2,25 m et une hauteur maximum de 45 cm (fig. 1). Ces vestiges de murs et de cloison sont trop peu importants pour qu’on puisse rétablir la nouvelle distribution de l’espace. La plupart des enduits peints trouvés en remblai peuvent provenir de ces structures.

12Deux tessons de céramique commune africaine du type Hayes 197 donnent comme terminus post quem le dernier quart du iie siècle de notre ère pour la construction de MR6.

Les enduits peints

Les enduits en place

13Les enduits peints provenant de cette pièce ne sont pas très importants quantitativement et ne sont pas contemporains de la création du pavement. On renouvelle plus fréquemment le décor mural que celui du sol. Seuls quelques vestiges de la plinthe sont encore en place sur le mur MR7, noirs sur la face ouest et rouges sur la face est. Des restes de peinture noire subsistent sur la face nord-ouest de MR9.

Les enduits effondrés

14Les enduits effondrés se présentent sous la forme de petits fragments minces, entre 1 cm et 1,5 cm d’épaisseur, avec souvent une couche picturale altérée. D’après leur décor, nous les diviserons en cinq groupes. Les quelques observations que nous pourrons faire suivront directement la description du décor.

Fig. 2. Arcatures polychromes sur un trait incisé (R. Sabrié).

Fig. 3. a. Angle de compartiment dessiné avec deux bandes beige parallèles et une bande oblique ; b. angle de compartiment beige interrompu par un fleuron rouge (R. Sabrié).

15Groupe 1. Un décor à fond blanc comprend des arcs de cercle rouges et des palmettes vertes surmontées d’un point polychrome (fig. 2). Les demi-cercles mesurent une dizaine de centimètres. Leur centre est orné d’un gros point bleu entouré de points rouges et orange. Les arcs reposent sur une feuille rouge à trois lobes, soulignée de trois points verts. Ces arcatures rappellent les bordures ajourées de la fin du ier siècle ou du début du iie siècle, dans lesquelles la polychromie est largement utilisée, contrairement aux exemples de haute époque. C’est particulièrement vrai pour notre décor avec l’utilisation de pas moins de quatre couleurs. On peut y voir un certain provincialisme. Nous avons des exemples de ce type de bordure dans les pièces G et H de la maison à Portiques du Clos de la Lombarde (Sabrié et alii, 1987, p. 180, fig. 131 ; p. 194, 196, fig. 157-158). Les arcatures peuvent être utilisées comme bande de passage dans la zone supérieure. Un motif voisin se trouve dans la pièce 28b de la maison IX du Clos de la Lombarde (à paraître). Elles sont comparables à celles qui ont été découvertes dans la maison II de l’Enclos des Chartreux à Aix-en-Provence (Barbet, 1990, p. 39, fig. 54).

16Groupe 2. Sur un fond blanc, deux bandes gris beige délimitent un compartiment, une troisième part en oblique de l’extérieur de l’angle (fig. 3a). Sur la figure 3b, une bande beige est interrompue par un cercle rouge incomplet chargé d’un fleuron avec différentes nuances de même couleur et surmonté de deux points également rouges et de cœurs verts. Les bandes beiges de compartiments quadrangulaires disposés horizontalement ou verticalement seraient interrompues par des cercles ou des disques.

17Le disque bleu de la figure 4a est entouré de deux cercles rouges bordés de feuilles vertes. Il peut provenir d’une bande de cercles tangents ou d’un décor à réseau comme celui de la zone supérieure de la pièce B de la maison de la maison au Grand Triclinium (Sabrié, Sabrié, 1995, fig. 34-35).

18Les fragments (fig. 4b) montrent les volutes de deux rubans rouges reposant sur une ligne incisée. Entre elles, un motif bleu-vert incomplet servait de base à une guirlande verticale. On en trouve plusieurs exemples au Clos de la Lombarde dans la maison citée ci-dessus, ou dans la paroi B de la salle V des Voûtes peintes à Ostie (Felletti-Maj, 1961, fasc. I-II, pl. IV). Les fleurons (fig. 4c) pouvaient orner le centre d’un cercle.

19La guirlande de la figure 5a est restituée à l’aide de nombreux petits fragments. Elle est représentée par une série de tirets grenat alternant avec des coups de pinceau perpendiculaires de même couleur sommairement dessinés sur un axe incisé. Deux points verts sont situés de part et d’autre du trait vertical grenat. De nombreux exemples voisins sont connus au Clos de la Lombarde (Sabrié, 2004, pl. VII, fig. 3, 4, 5).

20La guirlande de la figure 5b a été peinte sur un trait incisé dessinant une courbe. De courts traits rouges sont interrompus par deux points de même couleur.

Fig. 4. a. Disque bleu entouré de deux cercles rouges ; b. base d’une guirlande avec rubans rouges en volutes ; c. leurons (R. Sabrié).

Fig. 5. a. Guirlande de leurs restituée à partir de fragments ; b. guirlande de traits et points restituée à partir de fragments (R. Sabrié).

Fig. 6. Fleuron marron avec feuilles lancéolées et feuilles triples (R. Sabrié).

21Le fleuron de la figure 6, composé de plusieurs fragments, est formé d’un cercle ou arc de cercle marron entouré de motifs composés de trois feuilles, celle du centre étant plus allongée. Là encore, le dessin est rapide. Un fleuron très semblable a été découvert à la in du xixe siècle dans une villa de Greetwell en angleterre (Davey, Ling, 1982, p. 218, fig. CVII). On peut aussi rapprocher ce décor de fleurons appartenant à des interpanneaux d’une zone moyenne du passage 17 de la maison III de l’enclos des chartreux à aix-en-provence (Barbet, 1990, p. 48, fig. 77).

22Tous les motifs du groupe 2 semblent provenir d’une zone supérieure. Les guirlandes légères ou chaînes de leurs, réalisées avec des taches de couleurs, sont très nombreuses dans les décors modestes des maisons d’Ostie. Citons celles de la pièce 18 du Casegggiato del Sole (Falzone, 2004, fig. 80, 81) ou celles de la pièce C de la maison IV, II, 5 (Falzone, 2004, fig. 65, 66). Dans notre exemple, le filet qui sert d’axe à la guirlande est absent et remplacé par un trait incisé.

Fig. 7. Vestige de candélabre sur le fond rouge d’un inter-panneau (R. Sabrié).

23La meilleure comparaison pour ces deux groupes de peintures peut être trouvée dans la zone supérieure de la pièce c de la maison au Grand triclinium du clos de la Lombarde, datée de la in du iie siècle (Sabrié, Sabrié, 1995, fig. 44, 45). Nous y voyons les compartiments à bande beige avec ligne oblique extérieure, le disque bleu, les fleurons avec point central et pétales oranges tout autour, les guirlandes simplifiées. Cette peinture est datée de la in du iie siècle.

24Groupe 3. Sur la figure 7, un élément de candélabre blanc se détache sur une bande ocre rouge. N’est conservée qu’une leur blanche à trois pétales soulignés d’une ombre grenat. La bande rouge mesure 18 cm de largeur et, à 1 cm de celle-ci, on trouve de part et d’autre un ilet rouge sur fond blanc. Ce décor pourrait appartenir à un inter-panneau de la zone moyenne.

Fig. 8. Bande verte ou inter-panneau avec fleurons rouges et blancs (R. Sabrié).

25La bande verte mal conservée de 17 cm de largeur de la figure 8 est bordée de deux bandes étroites de 1 cm de couleur noire délavée. Un ilet rouge sur le champ blanc d’un des côtés longe la bande verte. Dans l’axe de la bande bleu-vert était peinte une série de motifs mal conservés. Le plus visible est formé d’un petit disque rouge vif cerné de points blancs. d’autres motifs comprenaient de petites feuilles blanches peu visibles. Ce décor est plus difficile à situer sur une paroi, c’est peut-être un inter-panneau, bien que le ilet qui le borde à gauche n’ait pas de symétrique.

26Groupe 4. Une maisonnette partiellement conservée se détache sur un fond bleu clair (fig. 9a). Les murs sont ocre jaune. Sur le fronton un trait marron dessine un triangle. En bas de la partie conservée, un champ de couleur mauve incomplet peut correspondre à l’emplacement de la porte ou à son chambranle. Un disque jaune tient lieu d’acrotère. Le toit est débordant et de couleur marron avec des rehauts orangés difficiles à interpréter. Le rampant gauche est rosé. Deux petits ensembles représentent des croisillons marron sur fond jaune et bleu vert (fig. 9b). Ils sont sommairement dessinés d’un trait rapide. Sur le premier ensemble à gauche, ces croisillons sont bien visibles en bas. On en voit des traces en haut mais sur un fond bleu sur le deuxième ensemble à droite. Le mauvais état de la peinture ne permet pas de donner une interprétation aux autres motifs. Cette barrière pourrait clôturer un espace dans lequel se trouverait la petite bâtisse. Les teintes sont très voisines mais on n’a pu établir aucun contact sûr entre les deux décors.

27Le petit édifice peut faire partie d’un paysage idyllique et sacré, d’un paysage agreste ou même maritime. Notre ensemble est trop incomplet pour être certain qu’il appartient à l’un ou à l’autre, les détails qui pourraient préciser sa fonction manquent. Aucun vestige de plante, de présence humaine ou animale n’est visible. Ces paysages avec édifice sont souvent reproduits en vignette au milieu des panneaux de la zone moyenne mais aussi au plafond. Ils sont représentés également en mosaïque, comme sur la mosaïque de la maison d’orphée à Leptis magna (Bianchi Bandinelli, 1970, fig. 239). Il ne semble pas qu’on puisse y voir un petit temple car, dans ce cas, la fonction de l’édifice ne manquerait pas d’être suggérée par la présence de quelques colonnettes sur la façade ou par un acrotère particulier comme des bois de cerf. Ce pourrait être un élément de paysage bucolique semblable aux maisonnettes du cryptoportique de la villa de dar Buc ammera à Zliten (Croisille, 2005, fig. 323) qui peut être daté du iie siècle (Salvadori, 2002, p. 338, 340). Les croisillons, très sobrement représentés, évoquent un espace fermé. Les enclos sacrés sont généralement suggérés par un mur avec ouvertures comme dans un paysage décorant un caisson de plafond dans la pièce a de la maison au Grand triclinium (Sabrié, Sabrié, 2011, pl. XXX, fig. 6).

Fig. 9. a. Élément de maisonnette sur un fond bleu ; b. élément de clôture sur un fond jaune et bleu (R. Sabrié).

Fig. 10. Angle d’entablement horizontal et oblique (R. Sabrié).

28Groupe 5. La figure 10 représente un entablement horizontal puis oblique. Au-dessous, l’ombre marron est séparée d’un champ noir par une ligne oblique bleue. Au-dessus, sont conservés un champ bleu et un champ blanc séparés verticalement. La frise est de couleur rosée avec deux bandes rouge-brun d’inégale largeur. La lumière est suggérée par de larges traits verticaux de couleur blanche. Cet élément d’architecture soigné dans sa réalisation devait être supporté par une colonne, non conservée. Il ressemble beaucoup aux architectures de la salle K de la maison à portiques du clos de la Lombarde : même dessin, mêmes nuances de couleur. Il tranche nettement sur les autres peintures et n’appartient certainement pas au même décor. Il pouvait orner une salle d’apparat. Cette peinture est stylistiquement contemporaine des autres décors.

Chronologie

  • 2 Renseignements fournis par G. Fédière que nous remercions.

29La chronologie repose sur le mobilier céramique qui a été découvert en fouille et sur les rapprochements stylistiques. La mosaïque est manifestement plus ancienne que les décors muraux et peut se situer avant le milieu du ier siècle de notre ère. Le mobilier céramique est représenté essentiellement par de la céramique culinaire africaine et de la sigillée claire a, importées dans le courant du iie siècle. La peinture murale est chronologiquement homogène. elle est comparativement très proche de certains décors du clos de la Lombarde aussi bien par le dessin, le choix des motifs que par les coloris, qui sont datés de la in du iie siècle ou du début du iiie siècle. Une tuile marquée T. FADI LICINI vient d’un atelier de tuilier en activité au ier siècle2. Un tesson de dérivée de sigillée paléochrétienne peut venir d’un épandage ou du passage des récupérateurs dans la deuxième moitié du ive siècle.

Conclusion

30Cette découverte confirme l’existence d’un quartier résidentiel dans le secteur périphérique nord-est de la ville antique. L’implantation d’un habitat au ier siècle et la rénovation du décor à la fin du iie siècle ont eu lieu parallèlement à celles des domus du clos de la Lombarde, qui se trouve à une faible distance. Les peintures, peu importantes en quantité, sont inégales en qualité mais contemporaines. Elles sont si proches par certains détails, dessin ou couleur, du site voisin qu’on peut se demander si elles n’ont pas été réalisées par le même atelier de peintres. Le secteur est abandonné dans les premières décennies du iiie siècle, ce qui est un témoignage supplémentaire de la récession de la ville au début de l’antiquité tardive.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baldassare I., Pontrandolfo A., Rouveret A., Salvadori M., 2002, Pittura romana : dall’ellenismo al tardo-antica, Milan, éd. F. Motta, 399 p.

Balmelle C., Blanchard-Lemée M., Christophe J., Darmon P., Guimier-Sorbets A.-M., Lavagne H., Prudhomme H., Stern H., 1985, Le décor géométrique de la mosaïque romaine : répertoire graphique et descriptif des compositions linéaires et isotropes, Paris, éd. Picard, 431 p.

Barbet A., 1990, « Les peintures murales de la domus I, pièce 1 », in : Bérard G., Luca B. de, Landuré C., Les fouilles de l’Enclos des Chartreux : de l’Antiquité au xviie siècle, p. 24-29 (Documents d’Archéologie aixoise, 5).

Barbet A. dir., 2001, La peinture funéraire antique : ive siècle av. J.-C. -ive siècle ap. J.-C., Actes du VIIème colloque de l’Association internationale pour la peinture murale antique, AIPMA, Saint-Romain-en-Gal - Vienne, 6-10 oct. 1998, Paris, éd. Errance, 400 p.

Bianchi Bandinelli R., 1970, Rome, la fin de l’Art antique, Paris, éd. Gallimard, 463 p. (Coll. Univers des formes).

Croisille J.-M., 2005, La peinture romaine, Paris, éd. Picard, 375 p. (Coll. Les manuels d’art et d’archéologie antiques).

Davey N., Ling R., 1982, Wall-painting in Roman Britain, London, Society for the promotion of Roman studies, 231 p. (Britannia monograph series, 3).

Falzone S., 2001, « Insula delle Ierodule ad Ostia », in : Barbet A. dir., 2001, La peinture funéraire antique : ive siècle av. J.-C.- ive siècle ap. J.-C., Actes du VIIème colloque de l’Association internationale pour la peinture murale antique, AIPMA, Saint-Romain-en-Gal - Vienne, 6-10 oct. 1998, Paris, éd. Errance, p. 267-271.

Falzone S. dir., 2004, Le pitture delle ‘Insulae’, 180-250 circa d. C., Roma, Istituto poligrafico e Zecca dello Stato, Libreria dello Stato, 218 p. (Scavi di Ostia, 14).

Felletti-Maj B. M., 1961, Monumenti della pittura antica scoperti in Italia: Ostia. Fasc. I-II, Le pitture delle case delle Volte dipinte e delle Pareti gialle, Rome, 55 p., 14 pl.

Ripoll Perelló E., 1982, Ampurias: description des ruines et musée monographique, Barcelone, Istituto de Prehistoria y Arqueologia, 81 p.

Sabrié M., Sabrié R., 1995, « Le Clos de la Lombarde à Narbonne : peintures murales de la maison III », Revue Archéologique de Narbonnaise, 27-28, p. 191-251.

Sabrié M., Sabrié R., 2004, Le Clos de la Lombarde à Narbonne : espaces publics et privés du secteur nord-est, Montagnac, éd. Mergoil, 327 p. (Coll. Archéologie et histoire romaine).

Sabrié M., Sabrié R. dir., 2011, La maison au Grand Triclinium du Clos de la Lombarde à Narbonne, Montagnac, éd. M. Mergoil, 396 p. (Archéologie et histoire romaine, 19).

Sabrié R., Sabrié M., Solier Y., 1987, La maison à portiques du Clos de la Lombarde à Narbonne et sa décoration murale, Paris, éd. du CNRS, 369 p.

Salvadori M., 2002, «Eclettismo nelle pitture dell’Italia e delle province», in: Baldassare et alii, 2002, Pittura romana: dall’ellenismo al tardo-antica, Milan, éd. F. Motta, p. 322-343.

Notes

1 La fouille et la dépose de la mosaïque ont été réalisées par le Groupe de Recherches archéologiques du Narbonnais.

2 Renseignements fournis par G. Fédière que nous remercions.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Dessin de la mosaïque et du support de pavement dégagé (M. et R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 2. Arcatures polychromes sur un trait incisé (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 3. a. Angle de compartiment dessiné avec deux bandes beige parallèles et une bande oblique ; b. angle de compartiment beige interrompu par un fleuron rouge (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4. a. Disque bleu entouré de deux cercles rouges ; b. base d’une guirlande avec rubans rouges en volutes ; c. leurons (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 5. a. Guirlande de leurs restituée à partir de fragments ; b. guirlande de traits et points restituée à partir de fragments (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Légende Fig. 6. Fleuron marron avec feuilles lancéolées et feuilles triples (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 7. Vestige de candélabre sur le fond rouge d’un inter-panneau (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Légende Fig. 8. Bande verte ou inter-panneau avec fleurons rouges et blancs (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9. a. Élément de maisonnette sur un fond bleu ; b. élément de clôture sur un fond jaune et bleu (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Légende Fig. 10. Angle d’entablement horizontal et oblique (R. Sabrié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6978/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 515k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search