Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Construction et destruction d’un dolmen à Changé, Saint-Piat (Eure-et-Loir)

Dominique Jagu

Texte intégral

1Le site mégalithique de Changé situé près de Saint-Piat en Eure-et-Loir est composé de trois dolmens et d’un menhir alignés sur une légère levée de terre de 250 m de long. Les deux monuments centraux sont le dolmen Petit (du nom de son inventeur en 1924), et le dolmen adjacent du Berceau (célèbre pour ses gravures). Ce site a été présenté au colloque de Rennes en 1990, mais de récentes découvertes en font modifier très sensiblement l’interprétation.

2Des prospections par photographies aériennes, microtopographie, électricité et par radio-magnétotellurie réalisées sur les 17 hectares du site, ont permis de retrouver l’environnement naturel, et donc le choix des lieux pour l’édification des dolmens : les Néolithiques de Changé avaient installé leurs monuments sur un site isolé, près de l’eau, sur une presqu’île de confluence comprise entre l’Eure et un ancien ruisseau (fig. 1).

3Le dolmen Petit est érigé sur un substratum de graves sableuses de la basse vallée de l’Eure, localement dénommé ballast ; il est construit à l’aide de blocs de grès trouvés sur place pour les orthostates, ou avec des matériaux provenant de bancs situés à 3 km du site pour les dalles de couverture. La chambre a une forme de polygone irrégulier, qui n’est pas sans rappeler un « D » majuscule, et le dolmen adjacent (le Berceau) présente une symétrie troublante (fig. 2). Un bouchon en grès est encore en place à l’Ouest. En direction du Nord-Est, une paroi non mégalithique constituée de blocs de calcaire empilés fait penser aux restes d’un couloir d’accès, et donc à un dolmen en « P ». Néanmoins la position stratigraphique de cette structure serait plutôt en faveur d’un aménagement post-funéraire.

Fig. 1. — 1. Le But de Gargantua ; 2. Le Dolmen Petit ; 3. Le Dolmen du Berceau ; 4. Le Dolmen de la Grenouille ; 5. L’Allée des Martyrs.

4Des observations effectuées sur les faces internes des orthostates en grès du dolmen Petit révèlent l’existence de dépôts carbonatés. Cette présence de sédiment dur, blanchâtre est remarquable à plus d’un titre :

  • sur les faces internes des orthostates, tous en grès de Fontainebleau de couleur ocrée, la limite inférieure de cette calcite est constante (fig. 3), subhorizontale ; elle correspond, en l’état actuel, c’est-à-dire 65 ans après le « vidage » de la chambre par son inventeur, au niveau probable du dallage de plaquettes de calcaire que décrit le fouilleur Léon Petit, et sur lequel reposait une douzaine d’individus. Ce dallage est lui-même disposé sur du sable rapporté d’une trentaine de centimètres d’épaisseur sur le sol en place. Cette calcite se retrouve également sur un orthostate basculé à l’extérieur :
  • les limites supérieures sont plus irrégulières ; elles n’atteignent jamais le sommet des orthostates, sauf les plus débités ;
  • dans les intervalles entre les orthostates, la surface de ces derniers est le plus souvent enduite de calcite ;
  • les faces externes sont presque indemnes de ce dépôt calcité, sauf en de rares endroits où les plaques de calcite sont de petites dimensions ;
  • une grande dalle de grès blanc, retrouvée à plat à 8 m au Sud-Ouest du dolmen Petit et redressée en 1924, présente un dépôt calcité sur une seule face ;
  • un autre bloc de grès, en position oblique, au Nord et à l’extérieur de la chambre dans le tumulus de condamnation, dont les dimensions rappellent un orthostate, est également recouvert de calcite sur une face ;

Fig. 2. — Plan directeur des fouilles en 1991 autour des dolmens Petit et du Berceau. (Relevés et dessins de Jean-Luc Renaud).

5L’analyse micromorphologique des prélèvements (par Brigitte Van Vliet-Lanoe) montre que cet enduit est la conséquence d’une activité biologique et que ces précipitations carbonatées sont de deux types :

6premier type de calcite : sur les faces internes des orthostates et entre les orthostates, il s’agit de précipitations spongieuses liées à l’activité de mycélium et d’algues (cyanophycées) dans la frange de remontée capillaire de la nappe phréatique. Outre la présence de calcaire dans les alluvions, le phénomène a été accentué par l’existence du dallage de plaquettes calcaires. Ceci implique :

  • un vide ;
  • peu ou très peu d’éclairage (« comme dans une cave ») ;
  • une hygrométrie assez constante sans ruissellement (cave couverte) et une homothermie relative (peu de gel).

7Second type de calcite : sur la grande dalle retrouvée à 8 m de la chambre, existe un orifice naturel sans enduit carbonaté dans un rayon de 30 cm environ. Latéralement on observe des précipitations carbonatées minces de type stalagtitiques d’origine stromatholitiques (algues bleues) sur une seule face. Ceci suggère :

  • que c’était bien une dalle de couverture ;
  • qu’elle a été recouverte par une masse calcaire dont le lavage par les intempéries a permis la percolation de bicarbonate à une certaine distance du trou, là où le débit ruisselé devient insuffisant pour permettre la dissolution des figures de précipitations ;
  • que ces précipitations n’ont pu se faire après déménagement de la dalle, ce type n’apparaissant que dans des cavités.

Quelles conclusions peut-on tirer de ces informations ?

81) Les dalles et blocs de grès « extérieurs » à la chambre faisaient bien partie du dolmen : c’étaient des éléments de couverture ou de paroi. Leurs déplacements à une époque ancienne, dont nous avons pu montrer qu’elle était néolithique, confirme bien la mutilation du caveau, et sa destruction partielle. Dans cet esprit, la fracture de la grande dalle du Berceau correspond à cette même volonté.

92) La présence des précipitations carbonatées sur les faces internes des orthostates résulte donc d’un banal phénomène biologique que l’on retrouve dans un caveau avec cependant plusieurs critères obligatoires à sa formation :

  1. Le caveau doit être assez étanche, tant du point de vue de la luminosité que du point de vue thermique. Ceci implique une fermeture des espaces inter-orthostatiques. À cet effet, nous avons retrouvé des lambeaux de murets composés de blocs de calcaire, identiques aux calages d’orthostates, obturant les espaces entre les piliers.
  2. La présence de petites traces de calcite sur les faces externes suggère un micro-phénomène de cave. Hypothèse plausible : il y avait un muret de pierres sèches sur la face externe, de même type que celui trouvé entre les orthostates, en quelque sorte sa continuité. Avantage supplémentaire, cela augmente la stabilité hygrométrique et homothermique de la chambre proprement dite. Le grès est un matériau peu isolant. Ce parement externe a un rôle de fermeture des espaces, de protection et de mise hors d’eau du caveau (pas de lumière et pas d’eau ruisselée sur la face externe des orthostates). Ce mur externe ne peut être constitué que de gros blocs empilés pour créer des « poches » répondant aux même critères que pour le caveau : homothermie, hygrométrie et peu de lumière. Les blocs de calcaire que l’on a retrouvé disposés en cercle à 2,80 m-3 m des orthostates, servant de murette de soutien au tumulus de ballast, proviendraient de ce mur en blocs de calcaire après qu’il eût été démonté. Ils sont similaires à ceux que nous avons pris pour des calages d’orthostates, et qui ne seraient en fait que la base de cette double paroi, et à ceux fermant les espaces entre les piliers. Cette murette aurait pu être créée par récupération de matériaux pris directement sur le dolmen : le couloir « d’accès » au dolmen, long de 3 m est formé lui-même de parois non mégalithiques. Des blocs de calcaire s’y empilent encore aujourd’hui en quatre ou cinq rangées sur 60 à 80 cm de hauteur. Nous pensons que ce couloir est lui aussi post-funéraire, réalisé lui aussi avec des matériaux de récupération provenant de la double paroi calcaire, en regard d’un orthostate arraché et déplacé. En effet l’équilibre de ces matériaux suppose la présence du tumulus de ballast, nécessairement tardif, comme je l’ai montré à Rennes.
  3. En ce qui concerne la masse carbonatée présente sur la dalle de couverture, il devait s’agir là encore de blocs de calcaire, c’est-à-dire d’une construction très filtrante, car lors de fortes pluies, les eaux se sont peu enrichies en bicarbonates, ce que suggère le halo de non-précipitation autour de l’orifice naturel de la grande dalle aujourd’hui relevée. Signalons simplement que nous avons trouvé en 1990 au pied et à l’extérieur des orthostates sud du Berceau, une quantité importante de petits blocs de calcaire. Ce ne sont pas des gros blocs, ce ne sont pas non plus des plaquettes de dallage. Ils sont disposés en vrac sans organisation particulière. L’on peut imaginer qu’ils sont tombés, ou qu’on les a fait tomber du dessus de la dalle de couverture au moment de la fracture volontaire de celle-ci à l’aide de boîtes de débitage.

Fig. 3. — Dépôts de calcite sur les orthostates et la dalle de couverture du dolmen Petit (Relevé et dessin J.-L. Renaud).

10En conclusion sur la construction du ou des monuments, les traces de calcite de type stalactitique, sur une face de la grande dalle de grès découverte à 8 m du dolmen Petit, impliquent pour elle un rôle comme dalle de couverture déplacée postérieurement. La présence importante d’autre calcite sur la paroi interne des orthostates, et de quelques traces sur la face externe, permet de reconstituer les monuments antérieurement à leur condamnation : leur ossature, ou leur « charpente » constituée de blocs de grès : orthostates, dalles de couverture. Bien qu’il soit difficile d’extrapoler, il semble que quelques dizaines d’années (entre 100 et 200 ans, tel qu’on l’observe sur des ouvrages d’art récents) soient nécessaires pour obtenir un enduit de 2 à 3 mm d’épaisseur : c’est la durée d’utilisation du caveau.

11Cette structure mégalithique était recouverte à l’extérieur par un revêtement, une sorte de double paroi, constitué de blocs de calcaire empilés (fig. 4, A). Sur la dalle de couverture étaient également présents d’autres blocs de calcaire. C’est peut-être l’équivalent des cairns primaires que l’on retrouve sur les monuments armoricains. Ainsi la chambre funéraire proprement dite était rendue étanche et cet habillage externe donne l’impression d’être un monument plus élaboré, un peu plus monumental et peut-être plus esthétique. A ce sujet, soulignons que la couleur des matériaux a pu jouer un rôle dans la construction du monument : les orthostates sont en grès oxydés, ferrugineux, ocrés ; par contre la dalle est en grès blanc, et donc sa tranche particulièrement visible est de même couleur que le parement externe et la masse en calcaire sur le toit. Si la chambre évoque la nuit et la mort, l’extérieur paraît moins triste.

12L’aspect originel du monument, édifié par les Néolithiques de Changé, n’a donc presque rien à voir avec ce qui nous apparaît aujourd’hui, et cette transformation, par une destruction partielle, fut effectuée à une époque ancienne : au Néolithique. C’est la condamnation du monument.

13En effet, nos fouilles ont montré que le monument funéraire avait subi, après le dernier dépôt d’inhumations (datation calibrée centrée sur des restes osseux récupérés en fond de couche, entre-4336 et-3770 ans av. J.-C, - Gif TAN 91091), un traitement destiné à fermer, à condamner le caveau, mais que ce processus s’était étendu à sa périphérie immédiate, en reliant peut-être les quatre dolmens du site entre eux. Cette période post-funéraire se décompose en plusieurs phases, qui se sont vraisemblablement succédé rapidement.

Fig. 4. — A, construction et utilisation sépulcrale du dolmen Petit. B, condamnation du monument.

14Comme nous venons de le voir avec l’étude de la calcite, le revêtement en blocs de calcaire est d’abord démonté. Les blocs récupérés servent à construire une murette circulaire à 3 m de la chambre, et vraisemblablement un couloir « d’accès » au Nord-Est. Puis il y a enlèvement d’une ou de plusieurs dalles de couverture, dont l’une a été déplacée à 8 m et mise en position verticale (comme un menhir « indicateur ») (fig. 4, B). Cette opération est suivie du renversement et/ou du débitage de la plupart des orthostates. Le tout, dont le couloir non-mégalithique, est alors enfoui sous un tumulus de ballast (couche IV), dont la murette lui sert de parement périphérique. Ce couloir est symbolique : c’est une issue ou un passage virtuel entre l’intérieur et l’extérieur de la sépulture.

15Un pavage de gros silex (III-2) est ensuite aménagé sur 7 m de large au-delà de la base du tumulus du dolmen Petit, en entourant également le dolmen du Berceau. Cette structure soigneusement disposée recouvre un fossé (V), large de 3 m, profond de 0,60 m, rempli d’argile et de charbons de bois (datation calibrée centrée entre – 4 350 et 2 600 ans av. J.-C - GIF 7864). Si les limites de ce fossé nous sont actuellement inconnues, il semble néanmoins tourner en partie autour du dolmen Petit. Chronologiquement il est antérieur au déplacement de la dalle de couverture, car cette dernière est érigée dessus, au prix d’un léger aménagement à sa base.

16Enfin, après un certain laps de temps marqué par la présence de tessons de poteries typiquement chasséennes, un large blocage (III-1) de petits silex concassés, très étendu (11m au-delà de la chambre du dolmen Petit), et très épais (jusqu’à 0,60 m), est déposé sur ces deux premières couches de condamnation, et même au-delà, en dissimulant l’ensemble (fig. 5).

17L’aspect final de cette condamnation est donc le résultat d’une transformation par superposition de matériaux différents, correspondant chacun à une surface déterminée, surfaces qui pouvaient avoir un rôle significatif lors du fonctionnement funéraire. Auparavant les monuments avaient subi une mutilation importante, mais pas une destruction définitive.

18Il semble donc que nous soyons en présence d’une volonté délibérée de la part des Néolithiques de Changé de modifier les lieux, en isolant ainsi de façon durable et monumentale le monde des morts de celui des vivants (et/ou réciproquement). Cette période, post-sépulcrale, dite de condamnation, est importante et soigneusement organisée : le dolmen, naguère sous un simple habillage de pierres calcaires, est partiellement détruit, mutilé, son contenu obturé et ses abords aménagés. Une « levée de terre » à la stratigraphie complexe recouvre le sépulcre, en s’étendant peut-être aux autres dolmens. Elle prendrait ici la forme d’un long tumulus aplati. L’aspect imposant évoque un changement de fonction : le site funéraire laisse la place à un site cultuel ; il devient un monument aux morts.

Fig. 5. — Coupe stratigraphique à l’Ouest du dolmen Petit.
1. Ballast rapporté (tumulus IV) ; 2. Limon avec charbons de bois (fossé V) ; 3. Blocage de moellons de silex (III-2) ; 4. Blocage de silex concassés (III-l). (Relevé et dessins de Jean-Luc Renaud).

19NOTE. Depuis la rédaction de cet article, en 1991, la fouille du site de Changé s’est poursuivie. De nouvelles observations complètent de façon-significative nos premières hypothèses. Le lecteur qui désire en savoir plus pourra se référer à la bibliographie récemment parue.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Jagu et alii, 1993 = Jagu (D.), Hollier-Larousse (A.), Kermorvant (A.), Mourain (J.-M.), Renaud (J.-L.), « Méthodes de prospections appliquées sur le site mégalithique de Changé à Saint-Piat (Eure-et-Loir) », Revue Archéologie du Centre, t. 32, p. 7-23.

Jagu, 1990 = Jagu (D.), « Processus de condamnation sur le site mégalithique de Changé à Saint-Piat (Eure-et-Loir) », Journée archéologique de Bretagne et journée décentralisée de la SPF, Rennes, 27 octobre 1990, p. 13-16, 2 plans.

Jagu, 1991 = Jagu (D.) « Le site mégalithique de Changé à Saint-Piat (Eure-et-Loir) : état des recherches en 1990 et mise en évidence d’un processus de condamnation », Revue Archéologique du Centre, t. 30, p. 227-228.

Jagu, Renaud, 1991 = Jagu (D.), Renaud (J.-L.), « Le site mégalithique de Changé : quinze années de recherches archéologiques en Eure-et-Loir », Comité Archéologique d’Eure-et-Loir, p. 77-85.

Jagu, van Vliet-Lanoe, 1991 = Jagu (D.), van Vlietlanoe (B.) « Intérêts des dépôts calcifiés : l’exemple des dolmens de Changé à Saint-Piat (Eure-et-Loir) », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du CNRS ; Compte rendu de la table ronde de Saintes, mai 1991, p. 57-62.

Jagu, 1994 = Jagu (D.), « Les mégalithes de Changé à Saint-Piat : des dolmens pour les morts, mais aussi pour les vivants », Maintenon, Comité Archéologique d’Eure-et-Loir, p. 25-32.

Jagu, 1995 = Jagu (D.), « Deux dolmens et un menhir, ou l’espace monumental post-funéraire de Changé à Saint-Piat (Eure-et-Loir), in : Monumentalisme et sépultures collectives ; Pré-actes du colloque de Cergy-Pontoise, 13-15 juin 1995, p. 50-53.

Jagu, Longuépée, 1995 = Jagu (D.), Longuépée (R.), « Vers une nouvelle lecture du site mégalithique de Changé à Saint-Piat (Eure-et-Loir) », Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique, Evreux, 1993, p. 99-101 (Supplément à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Jagu, Mourain, 1995 = Jagu (D.), Mourain (J.-M.), « Saint-Piat, Changé (Eure-et-Loir) : allées couvertes et autres monuments funéraires du Néolithique dans la France du Nord-Ouest », Allées sans retour, éd. Errance, p. 210-212.

Renaud, Jagu, 1994 = Renaud (J.-L.), Jagu (D.), « Une datation concernant le site de Changé à Saint-Piat obtenue grâce aux collections du Muséum de Chartres », Bull. des Amis du Muséum de Chartres et des Naturalistes d’Eure-et-Loir, 14, p. 2-4.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — 1. Le But de Gargantua ; 2. Le Dolmen Petit ; 3. Le Dolmen du Berceau ; 4. Le Dolmen de la Grenouille ; 5. L’Allée des Martyrs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 2. — Plan directeur des fouilles en 1991 autour des dolmens Petit et du Berceau. (Relevés et dessins de Jean-Luc Renaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 3. — Dépôts de calcite sur les orthostates et la dalle de couverture du dolmen Petit (Relevé et dessin J.-L. Renaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 4. — A, construction et utilisation sépulcrale du dolmen Petit. B, condamnation du monument.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/694/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 5. — Coupe stratigraphique à l’Ouest du dolmen Petit.1. Ballast rapporté (tumulus IV) ; 2. Limon avec charbons de bois (fossé V) ; 3. Blocage de moellons de silex (III-2) ; 4. Blocage de silex concassés (III-l). (Relevé et dessins de Jean-Luc Renaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/694/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

15, rue Saint-Pierre, 28130 Maintenon, GDR 742 du CNRS.

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search