Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Postface. Les acquis et les questions en suspens

Par les organisateurs de la table ronde

Texte intégral

1Le travail interdisciplinaire mené sur ces fosses jusqu’ici énigmatiques, croisé avec les nombreuses discussions interrégionales suscitées avant, pendant et depuis cette table ronde, a permis d’asseoir d’ores et déjà des faits que la communauté scientifique considère comme acquis. Bien entendu, « acquis » ne signifie pas, dans notre discipline, que la vérité a éclaté au grand jour mais, plus dans l’esprit du monde judiciaire, que le dossier sur tel aspect d’une question est constitué des pièces nécessaires et suffisantes pour accréditer une hypothèse et fonder un acte, en l’absence du prévenu et de ses aveux. En archéologie, les faits ne parlent pas d’eux-mêmes, les vestiges et les objets restent muets.

2D’autres questions n’ont toujours pas été résolues ; de plus, en progressant, le travail a soulevé de nouvelles interrogations, qui s’ajoutent aux précédentes, voire les compliquent.

3Au titre des acquis, on peut lister les dix faits suivants, valables a minima pour la région Champagne-Ardenne, mais également, sur plusieurs points, pour d’autres régions d’Europe :

  1. Il existe un type de structure anthropique qui présente cependant une variabilité morphologique (à l’image de tous les autres types de vestiges en creux). La fosse en « fente », en V-Y, peut être petite ou grande mais respecte une idée commune. La question des fosses doubles de morphologie identique (« W ») reste encore en discussion bien que le cas existe aussi en Norvège en coexistence avec les précédentes.
  2. Aucune relation particulière entre le type de substrat local et la présence de fosse n’a été observée ; les fosses sont rencontrées dans la plupart des types de substrats sédimentaires (craie secondaire, sable, gravier, limons) ou de substrats rocheux d’origine métamorphique/magmatique (Bretagne, Norvège).
  3. Leur localisation géographique semble éviter les zones humides ou à nappe phréatique proche de la surface (fonds de vallées, zones inondables) pour privilégier les hautes terrasses et principalement les « plateaux » et les versants, à distance respectable des vallées.
  4. Lorsque les fenêtres d’observation le permettent, on observe de fréquents phénomènes de regroupements sous diverses formes (linéaire, arc-de-cercle, amas). D’épineuses questions apparaissent cependant lors des tentatives de datation de ces groupes (cf. questions en suspens).
  5. Dans la très grande majorité des découvertes, il n’existe aucun lien chronologique et/ou fonctionnel avec les installations humaines mises au jour sur les mêmes fenêtres spatiales. L’argument traditionnel qui voulait que ces structures fassent partie du cortège des installations néolithiques rubanées n’est pas confirmé.
  6. Leur répartition spatiale, très vaste, s’étend de la pointe occidentale de l’Europe à la plaine danubienne hongroise, des basses terres hollandaises à la plaine du Pô ; en Europe du Nord, au cœur du massif montagneux scandinave comme dans les basses terres du golfe de Botnie.
  7. Leur chronologie d’usage n’est pas réductible à une seule période et, en raison de leur extension géographique, n’est pas réductible à une seule aire culturelle propriétaire du type. Il ne semble pas y avoir de phénomène de diffusion à partir d’un centre originel. En Europe continentale, la chronologie court du Néolithique ancien à l’Âge du Fer avec un maximum de probabilité entre le Néolithique moyen et la fin de l’Âge du Bronze.
  8. Leur stratigraphie est complexe et distingue une partie basse comblée de lits de sédiments peu anthropisés, avant la stabilisation du profil, d’une partie haute comblée pendant une durée très variable (décennies à plusieurs siècles), puisque dépendante de l’environnement naturel et humain.
  9. Le comblement de ces fosses contient un signal anthropique très faible (écofacts et artefacts) qui rend délicates leur attribution chronologique et leur association spatiale avec d’autres vestiges. Parce qu’il provient, dans l’écrasante majorité des cas, du comblement final, le mobilier archéologique ne peut être utilisé pour dater précisément ces fosses.
  10. Le seul véritable signal matériel réside dans l’existence des dépôts d’herbivores sauvages entiers ou partiels mais dont la répétition, selon une fréquence faible mais non résiduelle (5 % des fosses), indique encore un environnement peu anthropisé. Après filtrage complexe de l’information, il semble qu’on puisse utiliser ce fait comme une clef fiable pour accéder au nœud du problème. À noter l’absence de restes de carnivore sauvage.

4Au rang des questions laissées en suspens et des nouvelles questions émergentes à résoudre, on trouve, parmi les plus saillantes, les sept suivantes :

  1. Certaines fosses de formes proches ont été comparées et parfois assimilées par erreur au type en V-Y ; le cas est net, par exemple, pour les fosses circulaires profondes à profil en entonnoir qui présentent certains caractères communs et d’autres divergents. La collecte et l’analyse de ces données parallèles devront s’attacher à comprendre s’il s’agit d’une variable du même type ou d’autres types.
  2. La découverte de séries de fosses sur les grands diagnostics de dizaines d’hectares et sur les grands décapages se fait sous la forme d’« amas » de fosses, d’alignements ou d’arcs-de-cercle. La recherche de leur organisation spatiale doit tenter de comprendre le lien éventuel avec la topographie locale, leur agencement entre elles et la chronologie interne aux « amas ». La question de l’éventualité de fosses « isolées » fait partie également de cette réflexion. L’apport de la photographie aérienne doit être envisagé sérieusement et rapidement couplé aux opérations de diagnostics.
  3. Le défaut de certaines analyses environnementales sur l’échantillon de fosses analysées ne permet pas de comparer tous les résultats entre eux et d’obtenir un référentiel stable pour chacune des sous-disciplines. Il est nécessaire de revoir cela et d’instaurer une batterie complète d’analyses pour les futures fosses sélectionnées.
  4. Le référentiel chronologique passe nécessairement par l’établissement de courbes de datations radiocarbone régionales ou locales (échantillon pris dans le fond, dans le cuvelage si existant, sur les squelettes animaux, etc.). Les échantillons doivent être analysés en nombre suffisant pour valider ou effacer les effets de pic qui apparaissent lors de toute étude démarrant sur un corpus de site réduit. Une centaine de dates par région semble être le minimum statistique. D’autres courbes sont en cours en Alsace, en Normandie et à un degré moindre en Île-de-France. La comparaison de ces courbes s’annonce très fructueuse.
  5. La cartographie du phénomène est loin d’être complète à l’échelle du territoire français, plus encore à l’échelle de l’Europe. La question reste posée de l’extension maximale exacte de ces fosses ainsi que de la cartographie des zones à plus forte densité que d’autres.
  6. S’agissant de l’analyse précise de la dynamique de comblement, la question du cuvelage/blindage des parois ne semble pas parfaitement réglée et fait l’objet de discussions sur les quelques cas observés.
  7. Le faible nombre de dépôts d’animaux sauvages connus ne permet pas de comprendre la logique cachée derrière les dépôts entiers et ceux qui sont partiels, et la relation éventuelle entre certaines formes de fosse et l’espèce animale retrouvée. Une grande attention doit être portée à la fouille et l’analyse de ces dépôts. La basse fréquence de découverte de ces dépôts nécessite la fouille systématique, intégrale et vigilante de toutes les fosses découvertes en diagnostic comme en fouille.

5À un niveau d’interprétation supérieur dépendant de l’ensemble des questions et réponses précédentes, la fonction envisagée pour ces fosses fait encore l’objet de trop de discussions pour pouvoir être prise comme acquise par tous. Toutefois, parmi les fonctions primaires évoquées à titre d’hypothèses, certaines sont désormais disqualifiées, comme le tannage des peaux, d’autres ne sont pas aptes à rendre compte de tous les faits précités et ont été élaborées pour des exemples marginaux non représentatifs de l’ensemble (rouissage, stockage alimentaire, culte). L’hypothèse de fonction primaire encore en lice, susceptible de rendre compte de l’usage de la plus grande part de ces fosses, bien qu’invérifiable pour l’Europe continentale à l’heure actuelle, est celle du piège à grands herbivores sauvages ; la chasse aux carnivores nécessite d’autres installations ou des fosses de morphologie différente.

6La discussion portant sur la fonction initiale ne doit pas occulter non plus celle sur l’histoire de ces vestiges au fil du temps. Les cas sont peu nombreux, mais suffisamment répétés en divers points de la carte d’Europe pour être notés, de réutilisation et/ou d’installation secondaire dans les parties supérieures : tombes à inhumation, fours, dépotoirs. Rappelons enfin que, tout simplement, la profondeur de ces fosses permet la conservation, pour ces périodes anciennes et souvent érodées, de vestiges utiles à la connaissance globale des cultures du Néolithique ou de l’Âge du Bronze.

Et si ces fosses étaient bien des pièges ?

7Ces faits posés, et pour ouvrir une nouvelle étape dans la discussion sans la clore, il a semblé important à l’équipe de ce projet de lancer une nouvelle vague de propositions, partant du postulat que l’hypothèse cynégétique était finalement la bonne. Insistons sur le fait qu’il ne s’agit nullement de forcer le passage et d’aller trop vite en besogne, moins encore d’imposer une idée et de breveter un concept, émis par d’autres bien avant l’archéologie préventive.

8Ici, la démarche est inverse, elle consiste à poser un modèle et tester ses implications, chronologiques, culturelles, environnementales pour traquer au plus loin les zones d’ombre qu’elles posent et les outils qui doivent être mis en place pour les éclairer. Ce faisant, l’activité scientifique générée autour du sujet apporte dans le même temps des retombées toujours utiles pour l’étude des périodes en question.

9Le modèle proposé est le suivant :

10À la fin du Néolithique ancien, les occupations humaines successives ont ouvert la forêt atlantique sur une large bande autour des vallées principales et secondaires, ainsi que sur les premiers rebords de plateaux. Cette zone, en pleine régénération végétale, constitue un terrain particulièrement favorable pour les grands herbivores, qui y trouvent une nourriture infiniment plus abondante que dans la forêt. Conséquence de cette amélioration de leur biotope, leur population augmente sensiblement, ce qui n’est pas sans poser des problèmes pour les champs et les pâtures exploités par l’homme, et ce qui contribue également à ralentir le reboisement naturel des terrains défrichés.

11Un système de fosse-piège, qui existait peut-être déjà avant, devient ainsi courant pendant le 4e millénaire. Ce piège est efficace pour capturer les grands herbivores (aurochs, cerf, daim, chevreuil), principale source de viande sauvage, mais est inapte à attraper les carnivores, animaux plus méfiants et plus souples. Ainsi, le loup, qui peut bondir sur plusieurs mètres de haut, ne peut être pris avec de telles fosses.

12Ces fosses sont naturellement installées à distance des maisons et villages, et ne font pas l’objet d’une surveillance quotidienne. L’animal doit être piégé, tout en survivant à sa chute. D’où un profil de fosse avec un rétrécissement très progressif, qui est adapté aux largeurs des herbivores. L’animal, en tombant dans la fosse et glissant le long des parois, restera coincé entre ces parois, à une hauteur dépendant de sa taille. Plus l’animal se débattra pour se libérer, plus il s’enfoncera dans la fosse tout en étant comprimé dans l’espace étroit, les pattes restant ballantes au-dessus du fond de la structure. La hauteur des parois resserrées du Y doit être grande par défaut, pour servir à la capture des grands animaux comme des petits, en veillant à ce qu’ils n’aient pas d’appui sur le fond de la fosse. Une couverture légère en feuillage camoufle la fosse au niveau de la surface et interdit l’accès aux petits animaux. Afin que la fosse ne se dégrade pas rapidement et que l’animal soit bloqué le long des parois sans pouvoir les abîmer lorsqu’il se débat, ces fosses sont souvent tapissées d’un coffrage en bois.

13Près des champs et des pâturages, des fosses isolées ou en petits groupes sont implantées sur les passages qu’empruntent les herbivores pour aller aux points d’eau. Mais dans des zones trop humides, où la nappe phréatique est trop haute, de telles fosses ne peuvent être creusées, à cause des problèmes de stabilité mais surtout parce que les animaux ressentent un trou rempli d’eau, même bien camouflé. L’implantation précise et l’orientation de ces fosses sont choisies selon les points de passages habituels des animaux. Certains artifices, comme le tressage de jeunes pousses d’arbres pour former de fausses haies, permettent de créer des entonnoirs naturels guidant les animaux vers le piège.

14En général, lorsque les chasseurs arrivent, l’animal est encore vivant, ou est décédé très récemment. Il est découpé sur place ou à côté. Certaines parties de l’animal, abandonnées ou consommés sur place, peuvent être rejetées dans la fosse. Chiens, loups ou charognards ne sont jamais loin et parfois déplacent des restes d’une fosse à une autre. Des ossements peuvent aussi provenir d’autres pièges nettoyés. Plus rarement, quand les chasseurs sont partis pour une traque de plusieurs jours avec leurs provisions, des restes d’animaux domestiques peuvent être aussi abandonnés dans ces fosses.

15Aussi longtemps que le coffrage des fosses reste hermétique, peu de terre tombe dans la fosse. Mais dès lors que le bois du coffrage se dégrade aux endroits les plus sensibles aux variations de température et d’humidité, le sédiment de l’encaissant coule dans la fosse, au travers du coffrage. L’apport d’humus reste limité, si les bords de la fosse ont été nettoyés. Ces apports successifs et lents créent ainsi une stratification fine. Le comblement plus massif n’intervient qu’après pourrissement plus général du bois et crée ainsi le profil d’équilibre. Ce n’est que beaucoup plus tard, parfois plusieurs siècles après dans les secteurs les plus déserts, que la cuvette restante est comblée, du fait de la mise en valeur volontaire de ces terrains.

16Ces pièges ont été creusés pendant au moins trois millénaires jusqu’à la fin de l’Âge du Bronze. La croissance démographique de la fin de l’Âge du Bronze et l’extension du système agro-pastoral qui la sous-tend auront eu raison de cette pratique de chasse abandonnée parce qu’inadaptée à la demande en nourriture, parce qu’obsolète eu égard à l’état de la population déclinante des grands herbivores (et de l’aurochs en particulier).

17Le modèle prend en compte l’extrême variabilité possible dans l’usage et la conception de ces pièges durant trois millénaires. Sur le principe, il est évident que les us et coutumes comme l’investissement de chaque culture ou groupe humain dans l’activité cynégétique n’ont pas été équivalents sur le long terme, ni d’une région à une autre. L’impact de facteurs externes tels que les modifications climatiques intervenant sur le monde végétal dont dépendent les herbivores ou tels que les accidents affectant les populations animales (épizooties, mutations) ont dû jouer un rôle important dans l’évolution de cette chasse. Pour la période néolithique, on peut s’interroger sur le pic d’utilisation de ces fosses à la fin du Néolithique moyen et au Néolithique récent et final dans certaines régions et émettre l’idée d’un écho aux crises alimentaires des années 3700-3600 av. J.-C., observées dans certaines régions d’Europe occidentale et centrale à travers les spectres fauniques des habitats. Jusqu’à quel point la courbe de cette autre facette du système d’approvisionnement alimentaire répond-t-elle finement aux oscillations multiples du climat dans l’hémisphère nord et surtout aux phases répétées d’humidification repérées entre 3700-3250 (Piora II), 2900-2850, 2600-2450, 2200-2000 av. J.-C. ? Pour l’Âge du Bronze, en particulier la fin de l’Âge du Bronze, ce dernier pic, qui précède la disparition des fosses, reflète-t-il un épisode de surchasse pour répondre à des besoins alimentaires croissants et inassouvis par l’agriculture, ou marque-t-il simplement l’ultime traque des grands groupes d’herbivores, dans les derniers grands massifs forestiers grignotés par la pression agricole ?

18En effet, à terme, tout l’intérêt d’une étude globale et systématique de ces vestiges est d’apporter des informations fiables et nouvelles sur l’environnement ancien et son évolution. En particulier, de faire progresser nos connaissances sur l’adaptation des différents systèmes agraires aux multiples paysages européens (horticulture forestière, agriculture sur brûlis, apparition de la jachère, intensification agricole) et sur l’évolution du paysage végétal et animal ancien sous l’impact humain (problème de régénération des forêts, modification des biotopes, gestion du cheptel sauvage, rapports domestique/sauvage, extinctions d’espèces).

Que faire ?

19Pour pouvoir répondre à certaines questions en suspens et vérifier la validité du modèle proposé, un des préalables est de renforcer le nombre des données régionales pour accéder à des corpus de dépôts animaux satisfaisants les exigences statistiques. À raison d’un dépôt pour vingt fosses, il faut contrôler plus de mille fosses pour atteindre la cinquantaine de dépôts. Il faudra ensuite que ce corpus soit encore quadruplé pour permettre une bonne corrélation statistique entre espèce, type de fosses, chronologie, position, organisation, comblement, etc. L’objectif n’est pas utopique mais implique une politique volontariste et pragmatique, quitte à ce qu’elle soit développée à une échelle interrégionale.

20Seulement à ce stade, il sera possible de développer un modèle spatial d’implantation et d’organisation de ces fosses, tenant compte du développement chronologique. Ce modèle sera un reflet de la structuration de l’espace à ces époques, selon qu’il y ait ou pas ces fosses. Ces fosses, rares ou nombreuses, sont un indicateur des zones habitées ou désertes, des secteurs proches des cultures à protéger, des zones de passage de gibier, éventuellement en limite de la forêt, et des autres zones plus lointaines, massifs forestiers ou steppes, non utilisées pour la chasse-piège.

21Concrètement, cela passe par la reconnaissance de leur existence ou de leur inexistence dans les secteurs et régions dépourvues d’information. Différentes mesures peuvent être proposées pour tenir compte de l’économie générale des diagnostics, nécessairement limités en moyens, et des budgets de fouille, pour lesquels les priorités sont multiples. Toutefois, l’objectif de ces mesures est de hisser ces fosses au rang de véritables vestiges archéologiques, les sortant du purgatoire scientifique où elles stagnent actuellement.

22D’une manière générale, ces fosses doivent être détectées et contrôlées mécaniquement, avec trois objectifs prioritaires : définir le type morphologique, contrôler la présence d’ossements ou d’autres vestiges dans le comblement inférieur et sélectionner un ou des échantillons dans le comblement inférieur. La présence d’ossements dans le comblement inférieur nécessite bien évidemment une fouille fine avec l’intervention de spécialistes sur ce niveau. Comprendre l’organisation spatiale de ces fosses, à une échelle qui dépasse souvent celui de l’opération, nécessite également d’assurer une continuité spatiale dans les diagnostics, donc un suivi des aménagements sur la longue durée, en particulier dans les zones péri-urbaines. Le repérage d’une ou plusieurs fosses recouvertes d’un paléosol mérite une attention particulière, pour l’association éventuelle avec du mobilier trouvé en surface de ce paléosol et avec de possibles traces fugaces. Mais leur intégration au rang de véritables vestiges archéologiques ne sera effective que lorsqu’elles feront l’objet de fouilles spécifiques, pour elles-mêmes ou dans le cadre d’occupations multipériodes.

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search