Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Étude paléoenvironnementale des remplissages de puits de la minière néolithique de Serbonnes (Yonne)

Nicole Limondin et Chantal Leroyer

Texte intégral

1Les analyses, palynologique et malacologique, réalisées sur les sédiments de comblement de trois puits néolithiques de la minière de Serbonnes, permettent de présenter un premier bilan des potentialités de reconstitutions environnementales contemporaines et postérieures à l’exploitation du site. Les trois structures analysées sont les puits 54, 56 et 144. Le diagnostic palynologique n’intéresse que le deuxième de ces trois creusements.

CONTEXTE STRATIGRAPHIQUE ET SÉDIMENTAIRE

2Les échantillons prélevés concernent les quatre phases de comblement déterminées par les études archéologiques et stratigraphiques.

3La phase 1, ou phase d’exploitation, désigne les rejets de creusements néolithiques, essentiellement composés de craie.

4La phase 2, ou phase de comblement anthropique, correspond aux « bouchons » des structures, mis en place par les mineurs. Ils sont constitués de niveaux limoneux ou argileux, souvent mêlés à des granules crayeuses.

5La phase 3, ou phase d’accumulation naturelle, se compose de sédiments limoneux qui se sont infiltrés le long des parois des puits, dans leur partie supérieure, après la fermeture des structures.

6La phase 4 enfin, se rapporte aux colluvions qui scellent l’ensemble des structures archéologiques et supportent le sol actuel.

APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE DES ANALYSES PALÉOENVIRONNEMENTALES SUR CE TYPE DE STRUCTURE ET DE SÉDIMENTS

7Dans un contexte aussi particulier, il a paru important de s’interroger sur la qualité de l’échantillonnage. Quatre critères principaux ont été retenus pour évaluer la fiabilité des cortèges végétaux et animaux observés (fig. 2).

8a - Présence de restes : les palynofaciès des sept échantillons analysés indiquent la présence de microdébris végétaux et de microcharbons. Tous les sédiments sont pollenifères à une exception près (prél. 10, phase 2).

9Sur les seize prélèvements malacologiques étudiés, un seul s’est révélé totalement stérile en coquilles (prél. 1, str. 144, phase 1).

10b - Conservation : elle varie de bonne à médiocre pour le matériel sporopollinique ; quelques grains restent même indéterminables (prél. 16, phase 3 ; prél. 11, phase 4). De plus, des processus de conservation différentielle ont été observés sur un même taxon, dans les échantillons de la phase de comblement anthropique (phase 2, prél. 5) et de la phase de comblement naturel (phase 3, prél. 16). Ceci est significatif de mélanges de cortèges floristiques d’époques différentes. Ainsi des pollutions par des stocks polliniques antéquaternaires peuvent se produire ; les pollens de Carpinus et de Tilia sont suspects.

11La conservation des coquilles de mollusques est bonne. Les ornementations sont très lisibles et n’ont posé aucun problème particulier quant à la détermination spécifique.

12c - Concentration : pour les pollens, les concentrations ne sont jamais très élevées, mais restent correctes. Un seul échantillon (prél. 16, phase 3) présente toutefois une forte concentration, la présence d’étamines de tilleul fausse la représentativité de ce cortège.

13Les quantités de mollusques recueillis sont variables. Pour les phases d’exploitation (phase 1) et de colluvions (phase 4), les associations sont pauvres et n’offrent qu’un reflet partiel des conditions environnementales. En revanche, les assemblages des phases de comblement anthropique (phase 2) et d’accumulation naturelle (phase 3), sont assez riches pour permettre le calcul de pourcentages fiables (en moyenne 153 individus).

14d - Diversité taxonomique : du point de vue palynologique, la diversité, variable selon les échantillons (de faible à correcte), est sans relation avec le nombre de pollens et spores décomptés. L’échantillon de la phase de colluvions (prél. 11, phase 4) est le plus diversifié. La liste floristique globale des sept échantillons présente un total de trente-huit taxons individualisés, dont quinze taxons arboréens, dix-huit herbacées et cinq fougères.

15La diversité moyenne n’est pas très différente entre les associations malacologiques pauvres et les échantillons plus représentatifs. Elle reste cependant faible pour des assemblages de phase tempérée qui comptent habituellement entre vingt et vingt-cinq espèces, contre une moyenne de quatorze seulement à Serbonnes.

ORGANISATION DES SPECTRES

16Pour chacune des phases précédemment citées, des bilans malacologiques et palynologiques ont été établis à partir des divers échantillons considérés (fig. 1 et 2).

17Dans les spectres palynologiques, les herbacées sont toujours prédominantes devant les arbres, sauf dans l’échantillon pollué de la phase d’accumulation naturelle (phase 3). Les poacées (graminées) sont généralement majoritaires devant les liguliflores (cichoriées) sauf dans deux échantillons (phases 1 et 4). Malgré la difficulté à intégrer les taxons polliniques dans une seule formation floristique, par les problèmes de détermination non spécifique et du caractère ubiquiste de nombre d’espèces, certains groupements peuvent être individualisés. Pour les taxons arboréens, on observe :

  • une série de bord des eaux ou ripisylve ;
  • une formation héliophile composée d’arbustes de lieux ouverts ;
  • la présence du pin, fort pollinisateur qui se trouve mieux représenté lorsque le paysage est ouvert ;
  • un groupement forestier.

18Les herbacées sont réparties en deux ensembles principaux :

  • un cortège de prairies regroupant poacées (graminées) et liguliflores (cichoriées) ;
  • un cortège plus directement lié à l’anthropisation comprenant les rudérales et les céréales.

19Sur les spectres malacologiques, quatre grands ensembles apparaissent particulièrement significatifs :

  • les taxons strictement forestiers, ceux dont la valence écologique est la plus étroite et dont la présence est donc significative de la proximité de la couverture forestière ;
  • les mollusques semi-forestiers, dont le développement est à tempérer dans la mesure où il est surtout dû à la présence de Pomatias elegans, taxon particulièrement calcicole souvent lié à l’anthropisation des milieux ;
  • les espèces steppiques et les mollusques de terrain découvert, dont le développement indique l’ouverture du paysage ;
  • les gastéropodes hygrophiles, qui témoignent de l’humidité du milieu et accompagnent généralement le cortège strictement forestier.

SIGNIFICATION DES SPECTRES

20Dans tous les échantillons, les spectres polliniques indiquent la dominance des espaces ouverts : faible taux de pollens arboréens, prédominance du noisetier ou du pin parmi les arbres et des cortèges de prairies parmi les herbacées. Cependant, une ripisylve est très nettement présente, de même qu’un groupement forestier semble persister. Par ailleurs, l’anthropisation du paysage est nette : elle se traduit par le développement des rudérales.

21Aucune évolution significative ne se dégage entre les deux premières phases. De plus, l’échantillon pris dans les sédiments accumulés naturellement n’est pas représentatif car pollué par des étamines de tilleul. La phase 4 des colluvions s’individualise par une plus forte proportion de pin et de liguliflores (cichoriées), cependant la faible validité de l’échantillon vient limiter l’interprétation.

22En ce qui concerne les trois premières phases, on constate une forte similitude des réponses malacologiques. D’une façon générale, le paysage traduit par les malacofaunes est une zone ouverte parsemée de bosquets ou taillis offrant des possibilités de refuges aux espèces les plus exigeantes. Une légère variation s’observe quant à la proportion des taxons hygrophiles. La dernière phase livre une association malacologique différente, marquée par le développement des steppiques et la disparition des hygrophiles et des forestiers. Le paysage est plus ouvert, plus sec.

Fig. 1. - Bilan des analyses paléoenvironnementales réalisées à Serbonnes-Minière. Le cercle qui figure en haut à gauche de chaque case est un rappel de la qualité de l’échantillonnage, il est noirci en fonction de la bonne représentativité des associations considérées.

Mollusques

Pollens

Présence de restes

oui

oui

Conservation

bonne

moyenne à bonne conservation différentielle

Concentration

variable

variable

Diversité taxonomique

moyenne

variable

Fig. 2.— Étude paléoenvironnementale de Serbonnes-Minière : qualité de l’échantillonnage malacologique et palynologique.

23L’interprétation malacologique rejoint celle de l’analyse palynologique, tant sur l’image environnementale que sur la qualité médiocre de l’échantillonnage.

24Tous les spectres polliniques et malacologiques sont significatifs d’un paysage anthropisé et ouvert avec à proximité une ripisylve et la persistance de massifs forestiers. De plus, sur la dernière phase, malacologie et palynologie permettent de reconnaitre une nette ouverture du paysage et l’assèchement général du milieu.

25Il semble toutefois important de poser le problème de la légitimité de l’interprétation de ces données en termes d’environnement, en raison de la qualité souvent médiocre des échantillons, imputable à une mauvaise conservation. Il convient de rester prudents et n’accorder à ces interprétations que le statut d’hypothèses. Cependant, il faut souligner que la convergence des résultats obtenus à partir des deux types d’enregistreurs est encourageante.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. - Bilan des analyses paléoenvironnementales réalisées à Serbonnes-Minière. Le cercle qui figure en haut à gauche de chaque case est un rappel de la qualité de l’échantillonnage, il est noirci en fonction de la bonne représentativité des associations considérées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search