Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Détecter, identifier, fouiller et interpréter les vestiges non datés et/ou non caractérisés : une priorité méconnue dans l’histoire de la recherche archéologique

Quelques agnotologies archéologiques

Jan Vanmoerkerke

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1L’histoire de la recherche archéologique est souvent présentée comme une succession de découvertes, qualifiées bien souvent de majeures, chacune apportant sa pierre à un renouvellement incessant des connaissances. Les politiques menées et les choix effectués aujourd’hui sont alors présentés comme les seuls possibles, comme découlant de soi. Cette belle histoire de l’archéologie cherche à « célébrer » les progrès de cette discipline, en attribuant le mérite à un archéologue ou à un institut, ainsi glorifiés.

2En dehors du fait que les progrès réalisés ne relèvent que très rarement d’une personne ou d’un organisme, le principal défaut de cette approche est de passer à côté de l’essentiel. En effet, depuis la naissance de l’archéologie, cette histoire est bien plus complexe et les périodes de stagnation scientifiques, voire de recul, sont bien plus longues que les courts moments d’avancée. La force des nombreux blocages intellectuels, idéologiques, institutionnels, techniques ou financiers, qui entravent, voire paralysent la recherche pendant des décennies, est largement sous-estimée. La question principale, dont nous allons débattre dans cet article, est le fonctionnement de cette inertie et comment la prévenir. Nous chercherons à mettre en évidence les contextes ou les situations, plutôt que les personnes, qui sont à l’origine de tels retards.

3Ce constat plutôt négatif s’applique à presque tous les vestiges archéologiques, mais il est particulièrement patent pour les vestiges dont la reconnaissance ou l’interprétation ne découle pas de soi. Il s’agit notamment des vestiges sans mobilier, et/ou isolés, ou en groupe restreint, sans lien évident avec d’autres types de vestiges ou de sites déjà bien identifiés.

4Notre approche essentiellement historique puisera dans l’histoire régionale mais s’élargira souvent à l’Europe occidentale et centrale. Elle se concentrera sur le dernier siècle, depuis l’annonce des premiers « Schlitzgruben » au début du vingtième siècle.

5Dans une première partie, on traitera de l’époque antérieure à l’archéologie préventive. À travers quelques exemples, on tentera de décrire comment et pourquoi la reconnaissance et l’interprétation des vestiges peuvent se heurter, parfois pendant plusieurs générations, à différentes oppositions et blocages.

6Dans une deuxième partie sera analysée la situation des premières décennies de l’archéologie préventive. Les mécanismes qui peuvent freiner, voire bloquer la reconnaissance et l’interprétation de nouveaux types de vestiges sont alors beaucoup plus complexes et le facteur personnel devient moins prégnant.

7Dans une troisième partie, on verra qu’actuellement ces mécanismes sont toujours à l’œuvre, et fort probablement, ils le seront encore dans le futur…

8Ce travail portera, bien entendu, sur l’analyse des fosses en Y, mais cette problématique va bien au-delà. En effet, ces structures ne sont qu’un exemple parmi une multitude de phénomènes archéologiques pour lesquels les forces de renouvellement ne font pas le poids face à l’inertie de la recherche.

I. Avant l’archéologie préventive

9La deuxième moitié du xixe siècle voit la mise en place des prémices d’une nouvelle science, l’archéologie, et plus particulièrement de la préhistoire. Une réelle interdisciplinarité, une ouverture d’esprit et une volonté certaine de tout expliquer font que cette période de la recherche n’est pas seulement riche en découvertes, mais aussi et surtout en nouvelles datations, interprétations, hypothèses, notamment pour les périodes les plus anciennes (Hurel, 2007). Des obstructions idéologiques existent évidemment mais cela ne pèse pas très lourd par rapport au renouvellement général. Quoiqu’il en soit, leur effet négatif reste marginal en regard de l’effort effectué et du résultat obtenu. On peut même se demander si, au final, ces obstacles n’ont pas eu un effet positif. Ainsi les longues controverses sur le développement des industries du Paléolithique supérieur et la position de l’Aurignacien ont bien bloqué le progrès de la recherche mais ont aussi obligé à faire la démonstration de la succession chronotypologique en fouillant plus finement (et en posant les bases de l’étude stratigraphique).

10Au début du xxe siècle, ce fort dynamisme de la recherche s’est complètement éteint, au moment où les premiers Schiltzgruben sont décrites et interprétées, alors qu’elles étaient probablement connues depuis un certain temps déjà. La recherche archéologique est dans une phase peu productive et à l’échelle de l’Europe occidentale et centrale, les innovations dans les méthodes de fouilles et dans les interprétations sont rares. On assiste même à de véritables reculs qui ne seront rattrapés, dans certaines régions, que dans les années cinquante ou soixante.

11On illustrera ces propos par quatre cas présentés deux par deux et choisis dans une très longue liste. On fera d’abord une comparaison édifiante entre l’évolution de l’interprétation des Viereckschanzen et celle des Schlitzgruben. Le dénouement récent de ces deux histoires, en plein développement de l’archéologie préventive, sera repris dans la deuxième partie.

12Ensuite, on traitera un autre (double) blocage, centenaire lui aussi, qui, pour sa part, a été réglé, avant l’avènement de l’archéologie préventive, celui des trous de poteau et des fonds de cabane.

I.1. Viereckschanzen

13Au début du xxe siècle, en 1910, peu après le signalement des Schlitzgruben, Reinecke définit les Viereckschanze, qui, après les interprétations les plus diverses, sont présentées comme des fermes « fortifiées ». Il attribue ces structures, longtemps considérées comme gallo-romaines, à la fin de l’Âge du Fer. De nombreuses fouilles avaient déjà été effectuées au xixe siècle et se poursuivront tout au long du xxe siècle. Mais entre les deux guerres et malgré les résultats de ces fouilles, l’interprétation glisse vers une fonction cultuelle qui finit par s’imposer, jusqu’au début du xxie siècle, allant à l’encontre de tous les faits et analyses livrés par les fouilles successives (Wieland dir., 1999).

14Expliquer la longévité d’un tel postulat est un exercice délicat. En ordre chronologique et d’importance, quatre explications peuvent être avancées. Le contexte sociétal, en pleine crise, est clairement à l’origine de l’explication cultuelle qui apparaît entre les deux guerres (formalisée en 1930) et qui se maintient après la deuxième guerre mondiale. À partir des années cinquante, c’est le côté fortement hiérarchisé et autoritaire de la recherche allemande, interdisant toute contradiction, qui est le facteur essentiel de la persistance de cette interprétation. Cette pression incroyable, quoique affaiblie, s’est maintenue jusqu’il y a peu de temps, obligeant certains auteurs à utiliser au xixe siècle les notes de bas de page pour dire ce qu’ils pensent réellement.

15Le troisième facteur est celui de la superficie fouillée. Même si l’échelle des fouilles allemandes dépassait largement celle des fouilles françaises, elles se limitaient néanmoins aux fossés et/ou à la surface interne des enclos, empêchant ainsi de s’apercevoir qu’ils appartenaient à des systèmes plus étendus et diachroniques.

16Le quatrième facteur est lié à la méthode et au raisonnement archéologique lui-même. Pendant longtemps, les études et analyses que l’archéologue fait réaliser sur ses fouilles ne constituent qu’une façade permettant de se donner bonne conscience et n’entrent pas réellement en compte dans l’argumentation développée. Au mieux, quelques éléments sont sortis de leur contexte, pour faire valoir une interprétation pré-établie.

17En France, de tels sites étaient connus avant la deuxième guerre mondiale (Buchsenschutz, 1984), mais ce n’est qu’après qu’on y fait référence en tant que Viereckschanze, puis l’interprétation cultuelle s’impose par comparaison avec les sites allemands. Mais dans cette France de l’après-guerre, ces interprétations cultuelles s’imposent à tort et à travers pour tous types de vestiges de nature indéterminée.

I.2. Schlitzgruben

18En ce qui concerne l’histoire de l’interprétation des fosses en Y, les parallèles qui peuvent être faits avec celles des Viereckschanzen sont surprenants.

19Dans une première publication de 1907, une interprétation comme fosse à vocation cynégétique est proposée ; quelques autres articles proposent d’autres lectures variées qui seront vite oubliées : fosses cultuelles (encore !), de tannage, etc. Dans les années trente, Buttler propose une interprétation artisanale (cf. Achard-Corompt et alii dans cet ouvrage). L’étude et la publication du site-phare de Köln-Lindenthal, fouille encore considérée aujourd’hui comme de grande surface, est la référence par excellence de la recherche allemande sur le Néolithique. Le prestige de Buttler, tombé au début de la guerre, fait que cette interprétation, sans argument véritable, sera défendue avec véhémence par ses anciens collègues, puis par ses successeurs, et perdurera jusqu’à aujourd’hui. De cette façon, bien que les Schlitzgruben ne soient finalement qu’un détail dans cette publication, la référence est devenue intouchable.

20Buttler faisant partie de la même école que celle qui prônait une interprétation cultuelle pour des Viereckschanzen, on peut se demander pourquoi cette hypothèse n’a pas également été privilégiée pour les Schlitzgruben. Pour une raison simple : aucun « objet » particulier (comme des dépôts singuliers : crâne d’aurochs, objet spécifique, etc.) n’a été trouvé dans la structure. Par ailleurs, une interprétation artisanale s’intégrait bien dans le modèle économique des premiers agriculteurs que l’archéologie allemande cherchait alors à développer.

21Les deux arguments qui ont empêché toute évolution dans l’interprétation de ces fosses sont exactement les mêmes que pour les Viereckschanzen. D’une part, les décapages resserrés autour des habitats rubanés empêchaient de voir que les Schlitzgruben n’étaient pas forcément associées à ces habitats, et d’autre part, les raisonnements archéologiques ne tenaient pas réellement compte des données archéologiques (recoupements, mobilier résiduel, analyses,…).

22En France, peu d’archéologues connaissaient les Schlitzgruben et il ne semble pas que le lien ait été fait, hors sites rubanés, entre des structures similaires découvertes en France. En Champagne, J. Scapula (1975) fouille dès 1940 une telle structure, mais ne la publiera qu’en 1975. Quelques éléments du remplissage, peu significatifs, la nature du comblement et la présence d’une tortue, attribut de Mercure, lui permettent d’attribuer cette fosse à l’Antiquité et de lui assigner une fonction cultuelle. Cette datation et l’interprétation sont pour le moins orientées et constituent par ailleurs un parfait raisonnement circulaire. En effet, la structure n’a pas livré d’éléments datants et le contexte cultuel du site, démontré pour l’époque médiévale, est projeté vers l’occupation antérieure ; la datation et l’interprétation sont arrangées dans ce sens. En France, ce type d’interprétation régressive, empruntée aux historiens, est généralisé au milieu du vingtième siècle et fait encore des ravages en archéologie aujourd’hui, bien que délaissée de plus en plus par les historiens. Pourtant, dans la même publication, une autre fosse (vraisemblablement un puits), est interprétée comme une fosse-piège, montrant bien que J. Scapula connaissait ce phénomène.

23À Aulnay-aux-Planches (Marne, actuelle commune de Val-des-Marais) (Brisson, Hatt, 1953), peu après la guerre, une fosse en Y dans un enclos ovale (Langgraben) est présentée comme une fosse rituelle ou de « sacrifice ». L’argumentation, très tendancieuse, se fonde sur la nature et la taille du monument, l’absence de tombe centrale et la présence d’un bucrane dans cette fosse « rituelle ». Pourtant il semble qu’il y ait eu de nombreuses autres fosses similaires sur ce site mais elles ne sont pas décrites. À l’époque, ce qui pèse sans doute le plus, c’est que J.-J. Hatt est au centre d’un débat sur les monuments cultuels, défendant une haute origine « gauloise » ou « celtique » des fana gallo-romains, voire des églises médiévales. L’enclos ovale lui semble être l’exemple parfait dans une telle démonstration. Que cette fosse ne présente pas le même remplissage que l’enclos et que son profil soit très particulier sont des éléments qui ne sont tout simplement pas pris en compte. De même, il ne tient pas compte du fait que dans de nombreux autres sites à enclos, les tombes centrales ne sont pas forcément conservées, ni du fait que de semblables fosses ovales « rituelles » se trouvaient à plusieurs endroits du site.

24En 1960, B. Chertier, qui connaît parfaitement les travaux allemands, notamment sur le Néolithique, fouille une fosse en Y à l’extrémité nord de la nécropole du « Pralat » à Broussy-le-Grand (lieu-dit « Le Limousin ») (fig. 1 et 2), située à proximité de quelques tombes plates. Le seul élément trouvé dans cette fosse est une côte d’aurochs, qui est alors interprétée comme un sacrifice alimentaire pour les inhumés des tombes plates. À aucun moment une autre interprétation n’est envisagée dans le rapport de fouille (Chertier, 1960).

25En 1969, B. Chertier découvre une autre fosse, de même type, à l’intérieur d’un enclos ovale, qui n’a pas livré de tombe (fig. 3, 4, 5 et 6) (Broussy-le-Grand « le Pralat » ; Chertier, 1969). Il la décrit et l’interprète de la façon suivante :

Fig. 1. Broussy-le-Grand « Le Limousin », fouille 1960. Vue en profil latéral et longitudinal de la fosse. Documentation SRA.

26« Dans l’angle nord-ouest de l’aire (de l’enclos) se trouvait une grande fosse ovale, orientée nord-est sud-ouest, profonde de 3,10 m. Ses dimensions à la base sont de 1,55 m dans l’axe sud-ouest nord-est et de 0,90 m dans l’axe nord-ouest sud-est. À l’exception du tiers supérieur qui se composait de terre noire, tout le reste du remplissage de cette fosse comprenait une importante masse de craie éboulée.

27Il est donc certain que ce trou est resté ouvert très longtemps.

28Si l’on excepte cinq petits tessons, trouvés dans les niveaux supérieurs à une profondeur variant entre 25 et 30 cm, la terre noire de la fosse ne contenait aucun tesson de poterie. Hormis deux morceaux de limonite, les 9 pierres provenant de cette fosse se situent toutes en sommet du remplissage.

29Par contre, d’assez nombreux morceaux de charbon de bois étaient dispersés à tous les niveaux et certains furent trouvés en contact avec le fond. Un de ces charbons, très mince, sans doute un fragment de petite branche, mesurait environ 11 cm de long (profondeur 126 cm).

30Notons enfin la présence d’un petit ossement à une profondeur de 2,20 m et celle d’assez petits morceaux de craie brûlée.

Fig. 2. Broussy-le-Grand « Le Limousin », fouille 1960. La fosse vidée. Documentation SRA.

31Tous ces faits nous permettent de penser que nous sommes en présence d’une »fosse rituelle » et il est possible que celle-ci ait été volontairement placée dans l’angle nord-ouest de l’enclos afin de libérer la plus grande surface possible de l’aire.

32Il est en effet très important de noter qu’il y a nettement moins de pierres dans le secteur du fossé qui longe la partie ouest et nord-ouest de l’aire, face à la fosse.

33On peut donc supposer que l’enclos H comportait deux parties bien distinctes, correspondant sans doute à deux fonctions peut-être parallèles, mais sensiblement différentes.

341) Dans l’angle nord-ouest se trouvait une fosse profonde aux abords de laquelle devaient se pratiquer certaines cérémonies en relation avec les rites funéraires.

352) Dans la moitié est se dressait un tertre limité par de nombreuses pierres qui, d’une part, servaient à empêcher la terre de glisser dans le fossé et, d’autre part, avaient une signification rituelle dons le sens exact nous échappe » (…) « l’enclos H n’était pas une sépulture mais un édifice religieux où certains rites funéraires devaient être pratiqués » (…) « La « fosse rituelle » se comble rapidement à la suite des gels et dégels successsifs, tandis que le… ».

Fig. 3. Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue aérienne de l’enclos ovale avec la fosse. Documentation SRA.

Fig. 4. Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue de la fosse dans l’enclos ovale. Documentation SRA.

Fig. 5.Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue de la fosse dans l’enclos ovale. Documentation SRA.

Fig. 6. Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue de la fosse au décapage. Documentation SRA.

  • 1 Dans les années soixante, un puits protohistorique avait une connotation cultuelle évidente.

36Pendant la fouille, comme en témoigne le marquage des échantillons pris à différents niveaux de la fosse, l’excavation était considérée comme un puits1, confirmant le pré-supposé rituel du fouilleur.

37Ces deux découvertes se caractérisent par des fouilles très détaillées, techniquement parfaites, d’une qualité probablement jamais dépassée depuis, et d’un premier niveau d’analyse et d’interprétation du creusement et du comblement particulièrement perspicace. Mais dès qu’il s’agit de dépasser ce premier niveau de lecture des données, le poids du contexte de l’époque pèse bien plus que les données archéologiques elles-mêmes, pourtant bien constituées. Le lien entre les deux fosses n’est pas mentionné, et pour cause, il convient surtout de prouver l’identification comme « sanctuaire » de l’enclos ovale.

38Quelques années plus tard, G. Leblanc, qui fait pourtant partie de la même école mais qui est moins au fait de ces théories, découvre une structure apparemment similaire dans un enclos à Linthelles (Leblanc, 1985), dans le même secteur. Il cherche une interprétation plus pragmatique et propose celle de chablis.

39En 1976, dans sa publication des nécropoles des Marais de Saint-Gond, B. Chertier (1976) retourne sa veste pour des raisons qu’on n’a pas encore entièrement comprises. Il critique l’interprétation cultuelle de la fosse « rituelle » d’Aulnay-aux-Planches. C’est lui qui souligne insidieusement qu’il existe bien de multiples autres fosses similaires sur ce site (ce qui a été éludé dans l’article original), hors enclos, mais qui en même temps passe sous silence les deux fosses qu’il avait lui-même fouillées et interprétées de la même façon en 1960 et 1969 à Broussy-le-Grand. On assiste alors clairement à un tournant dans l’interprétation de ces fosses mais à notre connaissance, Chertier, qui a dû se rendre compte de la similitude entre ces fosses et les Schlitzgruben, ne s’est plus jamais exprimé sur le sujet.

I.3. Le trou de poteau et le fond de cabane

40D’après la littérature et la documentation, l’existence même des trous de poteau, et consécutivement des constructions sur poteaux plantés, était déjà connue de certains largement avant la première guerre mondiale. Ces pionniers avaient bien communiqué sur ce type de structure mais sans aucun effet notable sur la communauté archéologique. Entre les deux guerres, cette connaissance devient plus courante en Allemagne, mais reste marginale en France.

41Pourtant, la plupart des fouilleurs, notamment français, avaient participé à des campagnes militaires dans des pays proches ou lointains ou avaient servi dans les colonies : les constructions en bois, sur poteaux plantés, ne leur étaient donc pas étrangères.

42En outre, les fosses d’extraction de matériaux, réutilisées comme fosses à déchets, étaient considérées comme des fonds de cabane, équivalant de fait à des maisons. Ces fosses contenant un abondant mobilier sur lequel toute l’attention des fouilleurs était focalisée, était la vraie raison d’être de ces fouilles. Tout élément, même le plus futile, était utilisé pour la démonstration de la fonction d’habitation. Les trous de poteau passent alors à la trappe et il aura fallu des décennies de travail de conviction, pour faire accepter que ces fosses ne soient que des poubelles et que les maisons se trouvaient à côté.

43Cette réticence semble avoir pour origine deux préjugés. D’abord celui de la vision de l’homme préhistorique misérable qui joue encore aujourd’hui un rôle notoire. À l’époque, pour la plupart des archéologues, consciemment ou pas, l’idée que l’homme vivait dans de telles maisons, finalement pas si différentes des leurs, n’était sans doute pas envisageable. Mais surtout, cela impliquait un changement radical de méthode de fouille, qu’ils n’étaient pas prêts à assumer. De plus, déplacer des volumes de terre conséquents, sans récompense proportionnelle en volume de mobilier, leur enlevait leur principale motivation.

44L’échelle des fouilles, trop souvent limitée à la surface de la fosse, empêchait toute vision élargie et donc toute avancée dans la compréhension de ces vestiges, tandis que l’absence de tout raisonnement véritablement archéologique (comme la position des déchets dans les couches supérieures) était évident. Les acteurs concernés (notamment Brisson) avaient tellement investi de leur personne dans cette voie qu’il n’était plus envisageable de reculer et il aura fallu attendre le changement de génération pour permettre la rupture. Ici, ce n’est pas le poids de l’autorité « supérieure » et institutionnelle, qui empêchait le changement, comme en Allemagne, mais celui de l’autorité des principaux acteurs locaux.

45En France, le changement définitif viendra seulement dans les années soixante-dix (Villes, 1982), grâce à des raisonnements plus « archéologiques » et au premier changement d’échelle de travail avec des décapages plus vastes que ceux d’avant, même s’ils restent bien moins importants que ceux d’aujourd’hui. Notons aussi que les progrès réalisés à l’étranger, parfois 50 ans plus tôt, n’ont que peu pesé dans le changement des interprétations en vigueur à l’époque à l’échelle nationale.

II. L’époque de l’archéologie préventive

46Avec l’avènement de l’archéologie préventive, les blocages intellectuels n’ont pas disparu. On observe en fait un glissement méthodologique vers des mécanismes plus complexes, avec de multiples freins successifs. Leur impact paraît moins grave parce que ces entraves sont moins flagrantes mais probablement aussi parce qu’on a moins de recul. Mais il n’en reste pas moins que l’enjeu est devenu beaucoup plus important. En effet, comme le budget de l’archéologie a crû exponentiellement, le coût occasionné par ces blocages a augmenté de la même façon.

47De nombreuses pratiques changent mais les méthodes et interprétations sont bien héritées de l’époque précédente. L’imprudence ou les mauvaises connaissances épistémologiques de la nouvelle génération de chercheurs, issus pour la plupart de l’archéologie préventive, font que certaines pratiques « anciennes », que ce soit en matière de méthodes, de techniques ou d’interprétations, ont encore cours sans regard critique. Cette méconnaissance de l’histoire de la discipline n’a toutefois pas eu que des conséquences néfastes, puisqu’à titre d’exemple, on pourrait longtemps débattre pour savoir si la méconnaissance des « fosses à sacrifice » a plutôt favorisé ou au contraire ralenti la reconnaissance des fosses à vocation cynégétique. Le bilan global reste à faire mais il nous semble que cette méconnaissance toute relative a plus accéléré que freiné la mise en place des nouvelles pratiques.

48À travers le couple Viereckschanze-Schlitzgrube, on décrira la fin de quelques vieux blocages, puis des obstacles qui perdurent et finalement l’apparition des nouveaux freins, qui eux s’intègrent dans des mécanismes beaucoup plus complexes.

II.1. Viereckschanzen

49En France, dès la fin des années quatre-vingts et dans les années quatre-vingt-dix, les surfaces décapées autour des enclos rectangulaires de la fin de l’Âge du fer « explosent » et l’interprétation comme « ferme indigène » s’impose. Petit à petit, l’idée que ces Viereckschanzen sont la même chose que les fermes indigènes fait son chemin. En même temps, en Allemagne, les surfaces décapées augmentent aussi, certes beaucoup moins qu’en France mais cela permet toutefois de décaper largement autour de quelques Viereckschanzen. Quelques Allemands, toujours sous haut contrôle et sans l’exprimer trop clairement, arrivent aux mêmes conclusions et font le lien avec les fermes indigènes reconnues en France. Il semble donc que l’archéologie allemande aurait bien fini par modifier elle-même cette interprétation, sans le « forcing » français, mais avec quelques décennies de retard par rapport à la France.

50Ce changement fondamental dans l’interprétation de ces structures ne s’explique cependant pas exclusivement par l’augmentation des surfaces des fouilles. Des améliorations dans le raisonnement, à la fois plus progressives et plus subtiles, y ont également contribué. Les questions du mobilier et de la position stratigraphique, les recoupements, les interrogations sur le mode de dépôt du mobilier, les analyses, etc., commencent à être pris en compte et permettent d’argumenter de façon scientifique de nouvelles interprétations.

51Le dernier frein du raisonnement archéologique, très traditionnel et sensible, est celui de l’idée-fixe de la pérennité de la fonction, notamment cultuelle, sur un même endroit. Ainsi la présence de quelques indices cultuels postérieurs, en l’occurrence gallo-romains, sur ces sites, est devenue l’argument d’arrière-garde, le seul restant, pour l’interprétation cultuelle de ces Viereckschanzen. Ces quelques sites, représentant une fraction infime du corpus, ont ainsi continué à être utilisés pour mettre en doute la nouvelle interprétation. C’est d’ailleurs en France, paradoxe de l’histoire, qu’il reste aujourd’hui le plus d’opposants à la nouvelle interprétation, par le poids de la méthode régressive et l’idée fixe de la pérennité de la fonction, toujours utilisée à tort et à travers.

52Un autre élément, indirect, est venu de l’accumulation des données en tout genre, qui rendent désormais anodine la découverte de certaines structures ou mobiliers, considérés jusque-là comme exceptionnels ou spécifiques et liés à une certaine fonction. L’exemple le plus flagrant est celui des puits, qui pendant longtemps étaient forcément cultuels et caractérisaient ces Viereckschanzen, et qui depuis se sont avérés présents sur tous les types de sites.

II.2. Schlitzgruben

53Pour la reconnaissance de ces fosses, l’histoire est similaire dans ses grandes lignes, mais d’autres facteurs, plus subtils, interviennent.

54L’agrandissement des surfaces décapées reste le facteur technique déterminant mais il s’accompagne d’un changement du point de vue théorique, qui est le passage de l’analyse du site à celui de l’espace. Traditionnellement la notion d’opération et de site se confondent, comme on le constate encore assez bizarrement aujourd’hui. C’est pourtant cette distinction entre les deux notions qui a permis de comprendre, d’une part, l’absence de lien entre les fosses en Y et les autres vestiges décapés, et d’autre part, surtout d’appréhender l’organisation et la fréquence de ces fosses par rapport à un espace plus large, non lié à un site.

55L’évolution du raisonnement (archéologique), qui se fonde de plus en plus sur les données archéologiques, est un autre facteur important. La prise en compte des remplissages, du mobilier et de sa position, des recoupements, etc., autant de facteurs qui paraissent bien élémentaires, est cruciale dans cette nouvelle interprétation. L’attitude plus ouverte face aux analyses spécialisées a également contribué à ce changement.

56Deux changements coïncident avec la découverte, puis l’identification des fosses en Y et jouent aujourd’hui un rôle important : la mécanisation des fouilles et l’utilisation fréquente des datations radiocarbone. Ces méthodes tendent d’ailleurs encore à se développer et toutes leurs conséquences ne peuvent donc être encore exposées.

57Les conséquences directes du passage de la fouille manuelle à la fouille mécanique sont faciles à comprendre : investiguer un nombre plus important de vestiges et fouiller intégralement des structures volumineuses et d’en déborder largement des limites supposées, ce qui en permet une meilleure lecture. Mais les conséquences indirectes sont plus complexes et difficiles à digérer pour ceux qui ont pratiqué la fouille manuelle. Il s’avère que les limites des structures fouillées manuellement correspondent souvent au comblement final ou à un niveau humifère, relativisant l’interprétation qui a pu être faite de la structure.

58Les fosses en Y ont profité de ces avancées méthodologiques. De configurations peu intéressantes au premier abord et souvent dénuées de mobilier, il semblait souvent vain d’en lancer une fouille manuelle minutieuse pour un potentiel informatif faible. Le volume, la profondeur et l’étroitesse de la structure rendaient ce travail particulièrement ingrat et difficile. Pourtant, si la fosse n’est pas entièrement dégagée, elle ne peut que difficilement être interprétée et être reconnue comme appartenant à la famille des Schlitzgruben. Ce n’est ainsi pas un hasard si, parmi les très rares fosses en Y fouillées entièrement à la main, figurent celles des nécropoles d’Aulnay-aux-Planches et de Broussy-le-Grand (Brisson, Hatt, 1953 ; Chertier, 1960, 1969). Ce n’est qu’en pleine nécropole, voire à l’intérieur d’un enclos, que les fouilleurs motivés par l’éventualité d’une découverte spectaculaire dans ces fosses « sacrificielles » en lançaient la fouille. Mais chaque année, plusieurs dizaines d’autres fosses n’ont pas été reconnues comme telles, en l’absence de motivation et/ou de moyens pour les étudier intégralement.

59Depuis quelques années, la mécanisation des fouilles révèle des fosses en Y, avec une fréquence complètement inattendue et toujours croissante. Signalons par ailleurs que les dernières fois où de telles structures ne semblent pas avoir été reconnues, et pourtant relevées et fouillées en surface, c’est justement par des équipes peu entraînées à la fouille mécanique et ne pratiquant pas systématiquement les coupes stratigraphiques (largement) débordantes.

  • 2 Il n’est aucunement dans notre propos de défendre la datation radiocarbone comme méthode de datatio (...)

60Le deuxième changement est celui de la datation radiocarbone2 qui permet de dépasser trois arguments ou pré-supposés fallacieux et qui va bouleverser toute l’archéologie pré-et protohistorique dans les années à venir. Traditionnellement, la datation se fait par proximité entre faits archéologiques (la datation d’un fait archéologique est projetée sur un autre fait non daté, mais proche), un argument qui ne peut être retenu s’il n’y a pas de lien démontré par ailleurs. La datation absolue met donc fin à la datation par proximité, premier changement fondamental. Le deuxième changement, tout aussi important, est celui de ne plus utiliser les (seuls) objets du remplissage supérieur, qui eux aussi conduisent à des datations décalées de quelques siècles, voire de millénaires. Le troisième est plus complexe. En archéologie, il est difficile d’admettre qu’une activité humaine ne laisse que peu de traces et que celles-ci ne peuvent pas être classées dans un groupe chronoculturel (sur la base du mobilier), afin d’être prises en compte dans les synthèses. La datation radiocarbone permet de sortir de cette impasse en donnant une probable attribution chronoculturelle à ces traces.

  • 3 L’absence de dates, avant l’archéologie préventive, est souvent justifiée, a posteriori, par un pro (...)

61Existant avant l’archéologie préventive, l’introduction de cette technique de datation3 s’est heurtée aux conservatismes locaux et ce n’est que dans le cadre de l’archéologie préventive que la pratique de la datation pour les contextes qui n’ont pas livré de mobilier caractéristique est devenue courante dans les régions du Nord-Est de la France. Comme on le verra ci-dessous, l’apport de cette pratique s’est révélé décisif pour la reconnaissance d’autres types de vestiges.

62Deux autres freins sont très inattendus, nouveaux et propres à l’archéologie préventive. Mettant en cause des fonctionnements directement liés aux institutions et à la réglementation, l’analyse de ses obstacles est particulièrement délicate, même si la responsabilité incombe clairement au système et non aux chercheurs.

II.3. Instruction, expertise, prescription

63Ces fosses en Y, découvertes régulièrement en diagnostic, comme tant d’autres, sont peu spectaculaires et en l’absence de mobilier, leur fonction et leur datation étaient, jusqu’il y a peu, extrêmement vagues et hasardeuses.

64Ainsi, dans le système de l’archéologie préventive telle qu’elle est actuellement pratiquée, de tels cas de figure ne sont pas prévus. Une (prescription de) fouille est motivée par une problématique, impliquant dans la pratique que l’on sache ce que l’on va fouiller : époque, fonction, etc. La tendance à privilégier ce que l’on connaît déjà dans les manuels domine consciemment ou non. Pour de nombreux experts, agents des SRA et responsables d’opération, étudier ce qui est mal identifié, qui ne s’intègre pas dans les catégories traditionnelles (habitat, nécropole, etc.) et ne correspond pas aux modèles en vigueur ne se fait tout simplement pas. Cela ne peut se faire qu’au détour de la fouille d’un autre site, proche de ces vestiges « inconnus ». Sur le fond, l’instruction et l’expertise archéologique devraient être des exercices impliquant une certaine prise de risque, comme dans toute autre science. Or trop souvent les décisions sont motivées par l’évitement d’une prise de risque.

65Cette pratique plus que discutable est la conséquence d’une traduction administrative pour le moins contestable des textes légaux.

II.4. Les « spécialismes »

66Le deuxième nouveau frein, tout aussi inattendu, est celui du poids qu’ont pris les spécialistes, notamment ceux travaillant sur une époque assez restreinte ou un thème très limité. Pour être pris en compte, et donc être fouillés, les vestiges doivent pouvoir être intégrés dans les découpages classiques, intéressant un des spécialistes. Pour les vestiges non datés ou multi-époques, cette spécialisation de plus en plus forte est clairement néfaste. Il n’y a qu’à regarder dans quelles régions il y a une reconnaissance de ces fosses en Y ; ce sont précisément celles où des personnes travaillent sur plusieurs époques, dans une logique diachronique.

67Les spécialistes « chronologiques » ayant plutôt freiné, inconsciemment ou non, ces nouvelles interprétations, ils sont peu enclins à les intégrer dans leur champ d’étude et leur absence lors de la table ronde était de la plus haute signification, n’augurant rien de bon pour l’intégration des conclusions de cet ouvrage dans les synthèses du Néolithique et de l’Âge du Bronze.

68De plus, pour un « spécialiste » d’une époque donnée, consciemment ou non, l’intérêt se mesure malheureusement à la quantité de mobilier (caractéristique). Dans leurs synthèses, ils sont toujours les premiers à déplorer l’absence de connaissances sur tel ou tel aspect de leur époque ou culture mais ne se rendent pas compte qu’ils sont aussi les premiers à en limiter, volontairement ou non, les recherches au profit de sites dont la nature est mieux reconnue et ne dérogent aux modèles interprétatifs courants.

III. La situation actuelle et future : au-delà des fosses en Y

69Comprendre les blocages et les freins qui ont empêché la reconnaissance et l’interprétation des fosses en Y est certes intéressant, mais il est aujourd’hui plus important d’anticiper les nouveaux (dé-)blocages pour les autres types de vestiges ou de sites. Parmi une longue liste, qui, fort heureusement se renouvelle, quatre exemples récents, très différents, marquants et dont les interprétations ne sont pas encore acquises définitivement, sont décrits.

70On ne reviendra pas sur les deux freins déjà exposés précédemment dans cet article. Celui de la distinction entre site et opération, d’une part, et le changement de l’objet de l’étude, qui passe du site à l’espace, d’autre part. Ils sont toutefois fondamentaux et sous-tendent ces découvertes.

III.1. Les fosses-silos mésolithiques

71Leur reconnaissance récente est liée à une bonne connaissance du terrain, à un raisonnement critique en lien avec les observations de terrain, à la mécanisation et à la datation radiocarbone systématique sur les structures sans mobilier caractéristique (Laurelut, 2007). À cause de leur différence d’aspect par rapport à d’autres structures néolithiques et protohistoriques, ces fosses-silos ont judicieusement été considérées comme appartenant probablement à une autre époque, éventuellement antérieure. La datation radiocarbone est venue confirmer leur ancienneté et en quelques années, ce phénomène complètement nouveau a été reconnu sur cinq sites. Il n’en reste pas moins que les mêmes « anomalies » qu’à Chouilly sont observées un peu partout mais ne sont même pas testées, en partie par négligence et parce que c’est un travail ingrat, mais surtout par un a priori sur l’inexistence de structures excavées dans les sociétés de chasseurs cueilleurs.

III.2. Les grandes maisons du Néolithique final

72La reconnaissance de l’architecture du Néolithique final a été tellement tardive que des idées sur des cabanes plus au moins misérables sont toujours, inconsciemment ou non, présentes. À l’échelle de l’Europe, il y a pourtant bien longtemps que l’existence des maisons longues, souvent à deux nefs, a été démontrée. Mais il a fallu, d’abord pays par pays, puis région par région, démontrer que ces constructions imposantes sont omniprésentes. Rappelons ainsi l’histoire assez invraisemblable d’Antran, en Poitou-Charentes, où un tel bâtiment a été daté de l’Âge du Fer, malgré une impossibilité stratigraphique évidente.

73À l’échelle de la Champagne-Ardenne, la situation est assez similaire. Le bâtiment d’Isle-sur-Marne, connu par photo aérienne depuis les années soixante-dix, est parfaitement lisible et présente toutes les caractéristiques d’un bâtiment du Néolithique final mais a été classé avec les bâtiments rubanés, où sa taille imposante est moins gênante.

74À Condé-sur-Marne (Verbrugghe, 2003), des alignements de gros poteaux étaient interprétés comme une clôture gallo-romaine. Quatre dates radiocarbone démontrant que ces poteaux appartiennent à une grande maison néolithique ont finalement été réalisées. Ce cas est faussement considéré comme exceptionnel, comme le démontre encore la découverte d’un nouveau site près de Rethel (Lambot, 2011).

75Sur cette question, il est incontestable que deux ou trois décennies ont été perdues. En revanche, les freins à l’origine de ce retard sont très complexes et non encore entièrement compris. Le mécanisme mental qui amène à vouloir trouver à tout prix une construction dans un groupe de piquets informe, tout en fermant (inconsciemment) les yeux sur d’immenses constructions, soit en refusant de les voir, soit en les attribuant, malgré la stratigraphie ou d’autres données, à d’autres époques, est bien le principal responsable, mais comment l’expliquer ? À part la vision misérabiliste de la Préhistoire déjà évoquée, il me semble que certaines notions mal comprises de taphonomie jouent aussi un rôle. Pour cette époque, les études de mobilier sont faites sur des sols bien particuliers, généralement en zone humide, où un mobilier abondant s’est accumulé, tandis que ces grandes constructions se trouvent plutôt sur des plateaux ou sur d’autres positions topographiques soumises à l’érosion, ne livrant que quelques menus tessons. Cette absence de mobilier est souvent l’argument, exprimé ou non, pour se désintéresser de telles constructions.

76La spécialisation y est évidemment aussi pour quelque chose. Le spécialiste du Néolithique final est généralement obnubilé par le mobilier (seul pourvoyeur d’informations !) et ne voit pas pourquoi il s’intéresserait à des structures supposées d’autres époques.

77La tendance « naturelle » à proposer des datations « basses », pour tout ce qui est assez imposant, rectiligne, etc. joue bien évidemment aussi.

78Quant aux datations absolues, elles sont bien sûr déterminantes mais rappelons toutefois que dans certaines régions, ces maisons ne sont toujours pas datées, sous prétexte de moyens, pendant qu’on continue à y dater par radiocarbone des vestiges (os, charbons, etc.) en lien avec des corpus mobiliers datés, ce qui bien souvent n’apporte rien, voire aboutit à des impasses inhérentes aux limites de la méthode elle-même.

III.3. Les faux poteaux courbes

79Autre vestiges, les faux poteaux, dont on doit l’identification à Roger Langohr, sont en réalité des branches d’arbre, assez imposantes, enfoncées dans des sols assez humides et/ou plastiques par le poids de l’arbre déraciné. Elles sont légèrement courbes, de par la forme même de la branche et par le poids exercé. Elles sont aussi plus au moins inclinées, en fonction de la position de la branche sur l’arbre et des forces exercées. Leur couleur légèrement plus brune que le bois du tronc est liée à la teneur en tanin, qui est plus élevée dans les branches que dans le tronc.

80Ici aussi c’est l’observation archéologique, la mécanisation des fouilles et la datation absolue (radiocarbone et dendrochronologique), qui ont permis de reconnaître ce phénomène, omniprésent dans certains secteurs et encore inconnu de la plupart des archéologues. Son potentiel informatif est complètement sous-estimé, non seulement parce qu’il permet d’éliminer des faux poteaux, mais surtout parce qu’il est la seule source d’informations sur une végétation très particulière à un moment donné.

81Quand le bois n’est pas conservé, l’identification de ces structures est encore plus délicate mais cela n’empêche pas que cette identification n’est pas sérieusement prise en compte sur de nombreux sites où la majeure partie des « poteaux » sont des simples branches enfoncées dans le sol.

III.4. Les installations en zone (très) humide du haut Moyen Âge

82Derniers exemples, de très petites installations, caractérisées par quelques pièces de bois – poteau(x) ou bois horizonta(l)(ux) – et dont la nature exacte nous échappe encore, ont été découvertes grâce à la mécanisation des fouilles et à la datation systématique par dendrochronologie. Elles s’avèrent assez courantes et leur fonction est une question non encore résolue. Ici, c’est le système même de l’instruction et de l’expertise ainsi que celui de la spécialisation qui constituent le frein principal. En effet, ces éléments, qui ne livrent pas de mobilier, datent parfois du haut Moyen Âge, mais l’on connaît aussi quelques cas similaires vers 3000 avant notre ère. Mais comment motiver la fouille (et la datation), si personne n’est intéressé par un phénomène qu’il ne sait ni expliquer, ni dater au stade du diagnostic ?

Conclusion

83L’histoire de la reconnaissance et de l’interprétation des vestiges de type nouveau et de nature inconnue est essentiellement une histoire de freins et de blocages, liés aux contextes sociétaux, à l’organisation plus au moins autoritaire de la recherche, à l’échelle des fouilles et à la faiblesse des véritables raisonnements archéologiques.

  • 4 Lors de la correction de cet article, j’ai pris connaissance d’un ouvrage récent faisant le point s (...)

84Depuis l’archéologie préventive, certains freins ont perdu en importance mais d’autres apparaissent et relèvent de mécanismes plus complexes. La mécanisation des fouilles et la datation absolue ont apporté des solutions dans certaines régions, tandis que l’instruction et l’expertise ainsi que la spécialisation peuvent avoir un rôle néfaste, particulièrement pour les types de vestiges mal identifiés et mal datés4.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bollacher C., 2009, Die keltische Viereckschanze ‘Auf der Klinge’ bei Riedlingen, Stuttgart, K. Theiss, 391 p. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 88).

Brisson A., Hatt J. J., 1953, « Les nécropoles hallstattiennes d’Aulnay-aux-Planches (Marne) », R.A.E., t. IV, fasc. 3, p. 193-233.

Buchsenschutz O., 1984, Structures d’habitats et fortifications de l’Âge du Fer en France septentrionale, Paris, 247 p. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 18).

Chertier B., 1960, Pièce jointe II. Broussy-le-Grand. Fosse rituelle no 1, lieu-dit ‘Le Limousin’, Rapport de fouille, Châlons-sur-Marne, Direction des Antiquités Préhistoriques.

Chertier B., 1969, Pièce jointe I. Broussy-le-Grand. ‘Le Pralat’, enclos H, lieu-dit ‘Le Limousin’, Rapport de fouille, Châlons-sur-Marne, Direction des Antiquités Préhistoriques.

Chertier B., 1976, Les nécropoles de la civilisation des Champs d’Urnes dans la région des Marais de Saint-Gond (Marne), Paris, éd. du CNRS, 180 p. (VIIIème suppl. à Gallia Préhistoire).

Hurel A., 2007, La France préhistorienne de 1789 à 1941, Paris, CNRS éd., 281 p.

Lambot B., 2011, « Un habitat du Néolithique final découvert par avion à Biermes (Ardennes) », Bull. de la Société archéologique Champenoise, 102, 4, oct-déc. 2009, p. 8-14.

Laurelut Ch., 2007, Chouilly ‘la Haute Borne’, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Châlons-en-Champagne, SRA.

Leblanc G., 1985, Fouille d’un enclos funéraire à fosse circulaire de la fin de l’Âge du Bronze, lieu-dit ‘Les Vallées’, Rapport de fouille, Châlons-sur-Marne, Direction des Antiquités Préhistoriques.

Scapula J., 1975-1976, Un haut lieu archéologique de la haute vallée de la Seine : la Butte d’Isle-Aumont en Champagne. Vol. 1 : Du Néolithique au Carolingien. Vol. 2 : Isle-Aumont historique du xe siècle à nos jours, Isle-Aumont, J. Scapula.

Verbrugghe G., 2003, Condé-sur-Marne (Marne) ‘Le Brabant’, Rapport d’une fouille préventive réalisée du 5 au 20 novembre 2001, Afan/Châlons-en-Champagne, SRA.

Villes A., 1982, « Le mythe des fonds de cabane en Champagne : histoire et contenu d’une idée préconçue », Bull. de la Société archéologique Champenoise, 75, 2, p. 3-114.

Wieland G. dir., 1999, Keltische Viereckschanzen : einem Rätsel auf dem Spur, Stuttgart, K. Theiss, 221 p.

Annexes

DETECTING, RECOGNIZING, EXCAVATING AND INTERPRETING UNDATED AND/OR NOT IDENTIFIED FEATURES: AN UNDERESTIMATED PRIORITY WITHIN THE HISTORY OF ARCHAEOLOGICAL RESEARCH: some agnotologies in archaeology

Jan Vanmoerkerke

Abstract

The history of archaeological research is often presented as a fabulous succession of discoveries resulting from steady renewal of knowledge. However, the reality is much less glorious, it is rather an endless succession of barriers and mental blocks, hindering over one or several generations of scholars progress inresearch.

These barriers and mental blocks occur for all types of features but more particularly for those of which the detection, recognition, excavation, dating and interpretation are difficult. In this paper we will first attempt to describe these barriers and mental blocks, from the first discoveries of slot pits (Schlitzgruben) at the beginning of the 20th century, up to the development of rescue archaeology. In a second part, the more complex mechanisms at work in rescue archaeology will be analyzed. In the third part we will pursue the reflection in analyzing the actual and coming development of these barriers.

A comparison of the history of recognition and interpretation of the slot pits and the square ditched enclosures, furthermore of house ground plans and post holes allows to comprehend one part of the mechanisms behind these hundred-year-old mental blocks. The highly variable discrepancies between French and German archaeology are particularly enlightening. In Germany, the authoritarian and hierarchical organization of research hinders the challenging of hypothesis established by prestigious predecessors. The narrowness of the uncovered surfaces is particularly characteristic in France but it is also important in Germany. The influence of regressive interpretations, borrowed from historians and postulating the continuity of functions, is present in both countries but it persists up until today in France.

Disregarding field observations and reasoning, generalized at the beginning of the 20th century will decrease much more rapidly in Germany. Analyses (palaeo-environmental, etc.) are implemented earlier in Germany but they only served to confirm pre-established interpretations.

More recently, at the time of rescue archaeology, it is the passage from the study of the site to the one of the environment as well as the distinction between operation notions and site notions that is confronted to barriers. On the other hand, mechanization, enabling the complete excavation of all vestigial remains, as well as absolute dating of features without diagnostic elements has delivered from a series of barriers. In addition, the absolute dating completely challenges dating based on mutual proximity of the features, a generalized practice generating many misinterpretations.

Concerning the actual and coming situation, two new, rather unexpected barriers have been brought into effect. On one side, the administrative application of the system of instruction and expertise presses for risk avoiding and does not encourage the study of badly defined and undated features. On the other side, specialization has become an important barrier. The specialists are not interested in badly defined and undated features, even if they are the first to be concerned by them.

NICHT DATIERTE UND/ODER NICHT IDENTIFIZIERTE BEFUNDE ERKENNEN, VERSTEHEN, AUSGRABEN UND INTERPRETIEREN: EINE VON DER ARCHÄOLOGISCHEN FORSCHUNGSGESCHICHTE VERKANNTE PRIORITÄT: Beispiele für Agnotologie in der Archäologie

Jan Vanmoerkerke

Zusammenfassung

Die Forschungsgeschichte der Archäologie wird oft als ein grandioses Aufeinanderfolgen von Entdeckungen präsentiert, als ein stetiger Fortschritt des Wissens. Die Realität ist jedoch weit weniger glorreich, denn es handelt sich eher um eine unendliche Folge von Schranken und Denkblockaden, die während einer oder mehreren Forschergenerationen die Weiterentwicklung der Forschung behindert haben.

Diese Schranken und Denkblockaden treten bei allen Befundtypen auf, besonders jedoch bei denjenigen, die schwer zu erkennen, zu verstehen und auszugraben sind und deren Datierung sowie Interpretation Probleme bereiten. In diesem Beitrag möchten wir versuchen, zunächst diese Schranken und Denkblockaden von den ersten Entdeckungen der Schlitzgruben, zu Beginn des 20. Jahrhunderts, bis hin zur präventiven Archäologie zu beschreiben. In einem zweiten Teil sollen die eher komplexen Mechanismen, die bei der präventiven Archäologie zum Zuge kommen, analysiert werden. Im dritten Teil soll diese Überlegung fortgesetzt werden und die derzeitige, sowie zukünftige Entwicklung dieser Schranken untersucht werden.

Ein Vergleich der Erkennungs-und Interpretationsgeschichte zunächst der Schlitzgruben und der Viereckschanzen, sodann der Hüttengrundrisse und Pfostenlöcher, erlaubt es, einen Teil der Mechanismen, die sich hinter diesen hundert Jahre alten Schranken verbergen, zu verstehen. Die signifikanten Unterschiede zwischen der französischen und der deutschen Archäologie sind dabei besonders aufschlussreich. In Deutschland verhindert es die autoritäre und hierarchische Struktur der Forschung, die von angesehenen Vorgängern aufgestellten Hypothesen in Frage zu stellen. Demgegenüber sind in Frankreich kleinflächige Ausgrabungen besonders charakteristisch, spielen aber auch in Deutschland eine Rolle. Der Einfluss rückläufiger, der Geschichtswissenschaft entlehnter Interpretationen, die die Kontinuität von Funktionen postulieren, ist in beiden Ländern vorhanden, dauert in Frankreich aber bis heute an.

Das Nicht-Beachten von auf der Ausgrabung gemachten Beobachtungen und angestellten Überlegungen, zu Beginn des 20. Jahrhunderts noch weit verbreitet, wurde in Deutschland schneller aufgegeben. Die naturwissenschaftlichen Analysen (Paläoumwelt, etc.) kamen in Deutschland zwar früher zum Einsatz, dienten aber vorrangig dazu, eingangs formulierte Interpretationen zu bestätigen.

In der heutigen Zeit der präventiven Archäologie sind es der Übergang von der Untersuchung der Fundstelle zur Untersuchung ihrer Umgebung, sowie die Unterscheidung von Grabungsbegriffen und Fundstelle, die solche Schranken bilden. Demgegenüber haben die Mechanisierung, die zur vollständigen Ausgrabung aller Befunde führt und die absolute Datierung von Hinterlassenschaften ohne charakteristische Merkmale dazu beigetragen, zahlreiche Schranken zu beseitigen. Darüber hinaus stellt die absolute Datierung die Gleichzeitigkeit benachbarter Befunde, eine allgemein übliche Datierungsmethode, die zu zahlreichen Fehlinterpretationen führte, in Frage.

In Bezug auf die derzeitige und zukünftige Situation, kommen zwei neue, recht unerwartete Schranken ins Spiel. Einerseits führt die verwaltungstechnische Anwendung eines Instruktions- und Expertisen systems dazu, Risiko auszuschalten und regt nicht dazu an, schlecht definierte und undatierte Befunde näher zu untersuchen. Andererseits wirkt sich die Spezialisierung lähmend auf die Forschung aus. Spezialisten interessieren sich nicht für schlecht definierte und undatierte Befunde auch wenn deren Untersuchung vorrangig in ihrem Aufgabenbereich liegt.

Notes

1 Dans les années soixante, un puits protohistorique avait une connotation cultuelle évidente.

2 Il n’est aucunement dans notre propos de défendre la datation radiocarbone comme méthode de datation fine, permettant de se substituer à la datation typochronologique, mais au contraire comme une méthode qui permet, de façon indépendante, de donner une datation assez large à des vestiges exempts de mobilier caractéristique. La précision affichée de ces dates est complètement illusoire. À la marge d’erreur « physique », correspondant à l’imprécision des appareils, exprimée en 1 ou 2 sigma, il faut rajouter une autre série, non encore définitive, de marges : les différences entre laboratoires, généralement de quelques décennies mais pouvant être beaucoup plus importantes, les différences fortes selon les matériaux datés, des différences liées à des problèmes non encore entièrement maîtrisées comme l’effet « poisson », l’effet « annuel », l’effet « calcaire », etc., puis une dernière marge, non des moindres, liée à d’inévitables erreurs de manipulation, qui sont estimés à 5 %, mais qu’il faut cumuler pour chaque manipulation, de la mise en sac et la numérotation sur le terrain, en passant par le lavage, le tamisage, le reconditionnement (un ou plusieurs) et les différentes étapes en laboratoire. Certains rétorqueront que ces problèmes de manipulation se posent aussi pour le mobilier ; cela est vrai mais est souvent évident, voire rattrapable, par la documentation constituée et par les différences flagrantes des matériaux. La marge d’erreur actuellement indiquée est de 1 à 2 % mais en cumulant l’ensemble, elle doit atteindre 5 à 10 %, enlevant toute crédibilité aux datations fines à l’intérieur d’une culture archéologique.

3 L’absence de dates, avant l’archéologie préventive, est souvent justifiée, a posteriori, par un problème de moyens. Pourtant à cette époque, plusieurs laboratoires faisaient les dates gratuitement…

4 Lors de la correction de cet article, j’ai pris connaissance d’un ouvrage récent faisant le point sur l’histoire de l’interprétation des Viereckschanze (Bollacher, 2009). L’argument de l’autorité comme frein principal à tout changement y est largement souligné.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Broussy-le-Grand « Le Limousin », fouille 1960. Vue en profil latéral et longitudinal de la fosse. Documentation SRA.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 2. Broussy-le-Grand « Le Limousin », fouille 1960. La fosse vidée. Documentation SRA.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 3. Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue aérienne de l’enclos ovale avec la fosse. Documentation SRA.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue de la fosse dans l’enclos ovale. Documentation SRA.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 5.Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue de la fosse dans l’enclos ovale. Documentation SRA.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 6. Broussy-le-Grand « Le Pralat », fouille 1969. Vue de la fosse au décapage. Documentation SRA.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search