Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Conditions géologiques de l’extraction de silex de la minière de Serbonnes « Le Revers de Brossard » (Yonne)

Vincent Krier

Texte intégral

1Cette étude a pour objectif de replacer l’exploitation néolithique du silex de la minière de Serbonnes « Le Revers de Brassard », dans le contexte géologique des craies de la région sénonaise (Mendoza y Almeda, Hascoet, 1990), le long de la rive droite de l’Yonne entre Montereau-Fault-Yonne et Michery.

2L’étude des conditions d’exploitation de la matière première siliceuse nécessite d’établir la gîtologie de cette matière première. Il faut donc pouvoir comparer les caractéristiques des gîtes siliceux des substrats crayeux de la région avec ceux de la mine afin de discerner de la part des mineurs néolithiques une démarche gîtologique, un choix d’implantation, d’après des facteurs géologiques, mais aussi géographiques (proximité, accessibilité), topographiques et culturels (notion de limite de terroir, implantation des sites d’habitats, des zones de culture et de la répartition de la végétation). Les facteurs étudiés ici seront de deux ordres : géologiques et topographiques.

3L’approche gîtologique de la matière première siliceuse réalisée pour l’opération de sauvetage de l’autoroute A5 est construite à la fois sur une étude générale du contexte géologique des formations crayeuses du Campanien au Cénomanien entre Montereau-Fault-Yonne et Troyes et sur une étude ponctuelle de la répartition du silex, site par site.

4Pour l’étude des assises crayeuses, nous avons utilisé les indications des cartes géologiques du BRGM au 1/50 000e de Montereau-Fault-Yonne, Sergines, et Sens (Bouiller et alii, 1973a ; Bouiller et alii, 1971 ; Bouiller et alii, 1973b), celles des sondages géotechniques de l’autoroute A5 et du sondage profond de la Grande Paroisse réalisé en 1966 (Bouiller et alii, 1973 a).

5Par ailleurs, il a été nécessaire de réaliser des sondages profonds à la pelle mécanique afin de prélever des blocs de silex en place, d’observer l’organisation des silifications dans la masse crayeuse. Trente-sept sondages ont ainsi été réalisés entre Misy, où commence à affleurer la craie sous les alluvions de l’Yonne, et Michery sur 15,3 km de parcours (fig. 1 et 2).

LES DONNÉES SUR LA MATIÈRE SILICEUSE OBTENUES À PARTIR DES CARTES GÉOLOGIQUES AU 1/50 000e DE MONTEREAU-FAULT-YONNE, SERGINES ET SENS

6Les formations crayeuses du Secondaire affleurent, au fur et à mesure du parcours en allant du Nord-Est au Sud-Ouest, des plus récentes (Campanien supérieur) aux plus anciennes (Santonien). En effet, les assises ont un pendage prononcé vers le centre du Bassin parisien.

Fig. 1. — Répartition des bancs de silex exploitables dans la région de Sens.
En blanc, dépôts alluviaux ; en pointillés, Tertiaire ; en hachures larges, Campanien ; en hachures serrées, Santonien et Coniacien. Les zones exploitables sont limitées par un trait plein dans le Campanien, par un trait mixte dans le Santonien et par un pointillé dans le Coniacien.

7Du point de vue de la matière siliceuse, les données des cartes géologiques présentent le Campanien supérieur (C4-6 k-j-i) dans sa partie supérieure comme une craie sans silex puis avec quelques lits de silex ou du silex disséminé, de couleur gris-blond.

8Le Campanien inférieur se divise en h (partie supérieure) et g (partie inférieure). La zone h présente des cordons, espacés de 1 m, de silex branchus épais de 30-40 cm et de couleur châtain. Dans la zone g, les silex sont disséminés, relativement peu abondants et de couleur châtain.

9Le Santonien (C4-6 f-e) apparaît aux flancs de la vallée de l’Oreuse entre Gisy-les-Nobles et la Chapelle-sur-Oreuse, sous le Campanien et réaffleure plus largement sur les flancs de la vallée de la Mauvotte, de la Gaillarde et de la Vanne, mais toujours surmonté du Campanien jusqu’à la vallée de l’Alain. À partir de cette vallée et jusqu’entre Bagneaux, Planty et Palis, le Santonien affleure pratiquement seul. Ensuite, il fait place au Coniacien. La minière de Serbonnes est implantée sur la zone supérieure du Campanien inférieur C4-6 h. Elle correspond à une matière siliceuse constituée de silex branchus, épais, bruns, abondants à nombreux, en lit ou cordon. Ces conditions globales géologiques peuvent se retrouver en partie dans la partie inférieure du Santonien (C4-6 e-d) et dans la partie inférieure du Coniacien (C4-6 a-b).

10Il semble évident au vu de la qualité calcaro-siliceuse des silex du Turonien et du Cénomanien, que ceux-ci étaient inaptes à une exploitation systématique de la matière première. Nous pouvons remarquer que les minières de Villemaur-sur-Vanne, repérées sur le tracé, se situent toutes au contact du Coniacien inférieur et du Coniacien supérieur ou sur le Coniacien inférieur (fig. 2).

Fig. 2. — Liste des sites avec leurs numéros no, l’altitude N.G.F. des sondages, la distance kilométrique de l’autoroute (Pk), les fréquences des bancs par mètre (FREQ), les sections moyennes des blocs de silex par sondage, les formes, et les communes.

LES DONNÉES SUR LA MATIÈRE SILICEUSE OBTENUES À PARTIR DES SONDAGES GÉOLOGIQUES DE L’OPÉRATION DE SAUVETAGE DE L’AUTOROUTE A5

11Tous les sondages ont été implantés sur les assises du Campanien supérieur et inférieur (C4-6 j-i-h-g). De Montereau à Misy, la craie apparaît au pied de la cuesta d’Ile-de-France sur la rive droite de la Seine. Sur la rive gauche, la craie ne réaffleure qu’au niveau de la commune de Misy, cachée par les dépôts alluviaux récents et anciens de l’Yonne et de la Seine. Les sondages réalisés sur le Campanien entre Misy et Michery permettent de mieux situer la mine de Serbonnes dans les lithofaciès particuliers de la craie du Campanien. Associées aux données générales, les informations recueillies lors des sondages permettent de définir des territoires d’exploitation possible de la matière première au niveau régional.

12Les assises crayeuses du Campanien ont été étudiées en détail à l’aide de sondages qui ont fait l’objet de relevés de coupes, de photographies et de prélèvements de rognons de silex en place.

13Les relevés et les photographies ont permis de repérer :

  • la présence ou non de silex ;
  • la répartition de celui-ci dans la masse de craie, soit disséminé, soit en lit ou cordon ;
  • Le nombre de lits ou cordons de silex par mètre de coupe observée (fréquence).

14Ces éléments permettent de calculer la fréquence de la matière siliceuse à partir du nombre de mètres séparant un cordon ou un lit de silex d’un autre pour chaque sondage : 1 banc de silex tous les 2 m donnant une fréquence de 1 b/2m = 0,5 (les silex disséminés étant égaux à 0 et la non-présence de silex étant notée – 0,1).

15Les prélèvements de rognons de silex ont permis de réaliser des mesures sur ceux-ci :

16– la section (largeur-épaisseur) du plus grand volume occupé par le rognon ;

17– la forme des rognons à l’aide d’un code :

181 = plaquette

192 = très involué

203 = branchu à digitations peu développées

214 = branchu

225 = sub-rectangulaire massif Il a alors été possible de comparer les caractéristiques du gisement des minières de Serbonnes avec celles des autres assises régionales.

23Les diagrammes montrent les variations :

  • des valeurs moyennes des sections de rognon (fig. 3) ;
  • de l’épaisseur de craie entre deux bancs de silex le long du tracé de l’autoroute A5 entre Misy et Michery (PK) (fig. 4) ;
  • de la forme des rognons (fig. 5).

24Le Campanien supérieur C4-6j (de Misy à Vinneuf), globalement, se caractérise par la présence de craie sans silex. Mais les assises crayeuses ne sont pas homogènes sur tout ce secteur. En effet, certains sondages ont révélé la présence de bancs de silex dans la craie sur la commune de Misy au lieu dit « La Plaine des Avaux » dont la fréquence varie de 0,25 à 1,45 ; les sections des blocs prélevés varient de 36 à 60 cm2 ; les formes (2-3) sont branchues et à nombreuses involutions. La craie C4-6j présente aussi des rognons de silex dispersés dans la masse crayeuse sur la commune de Vinneuf entre « Valérien » et « Les Hauts Prieurs », à section moyenne de 43 cm2 et de forme branchue avec ou sans digitation.

25Le Campanien supérieur C4-6i se répartit sur la commune de Courlon. Le silex se trouve en banc dont la fréquence varie entre 0,24 et 0,62, branchu avec ou sans digitation, de section très variable de 19,58 à 111,75 cm2. Un sondage donne une fréquence assez élevée de bancs : 1,3 dans le vallon de la « Croix Saint-André ». Un autre sondage donne des rognons de silex dispersés dans la masse crayeuse dans la « Vallée des Barres » et au « Merisier » ; il se présente en plaquette fine.

26Le Campanien inférieur C4-6h se répartit sur les communes de Serbonnes et Misy. La partie supérieure au contact avec le Campanien supérieur C4-6i présente une craie à banc de silex à fréquence très élevée de 0,7 à 1,6, à section de rognon variant entre 30 et 107 cm2, à silex très involué ou branchu avec digitation et quelquefois assez massif. Le faciès s’étend de « Merisier » à la minière de Serbonnes. Le C4-6h passe plus à l’Est à une craie à banc peu fréquent, de 0,7 à 0,36, et quelquefois à rognons de silex dispersés dans la masse. Les silex sont branchus, avec ou sans digitation, quelquefois très involués et certains en plaquette fine à « Champ Rabaut ».

27Les silex peuvent présenter un caractère massif sur le secteur situé sur Michery « Le Ravillon ». Les sections des rognons varient alors entre 27 et 130 cm2.

28Le Campanien inférieur C4-6g affleure sur la commune de Michery sur les flancs de la Vallée des Tournantes. La fréquence des bancs est faible, 0,2 à 0,3. Les rognons sont branchus avec ou sans digitation, parfois très involués ou massifs.

29D’un point de vue général, la moyenne des fréquences des assises analysées est de 0,71. Ces fréquences se répartissent en trois groupes : un autour de la fréquence 0,3 regroupant 43 % des relevés, l’autre autour de la fréquence 0,7 regroupant 21,7 % des relevés et enfin un troisième autour de la fréquence 1,1 regroupant 34,8 % des relevés.

30Les 2/3 des assises crayeuses présentant des rognons de silex en banc ont donc moins d’un lit de silex tous les 1,28 m (fréquence 0,8). Seules les assises crayeuses de la partie supérieure du Campanien inférieur C4-6h présentent des fréquences permettant de rencontrer un banc de silex par mètre ou plus.

31Ces assises correspondent à celles des minières du « Revers de Brossard » et au lieu dit « Merisier », « Croix Saint-Fiacre », « les L’Huots » de Serbonnes. Deux autres sites présentent très ponctuellement des chiffres équivalents : à Courlon au fond de la vallée de la « Croix Saint-André » et à Misy en contrebas de la « Plaine des Avaux ».

32Les sections des rognons de silex présentent une moyenne générale autour de 72 cm2. On peut là aussi distinguer trois ensembles : les rognons à forte section autour de 120 cm2 regroupant 1/4 des échantillons, les moyens entre 60 et 80 cm2 regroupant 30 % des échantillons et les petits autour de 40 cm2 regroupant 46 % des échantillons. Ces variations ne recoupent pas une répartition par chronozone des assises crayeuses ni une répartition régionale.

Fig. 3. — Variation de la section moyenne (Cm2) des rognons bruts de silex extraits des sondages le long du tracé autoroutier (Km) et selon les assises de la craie. Étoile noire : C4-6j ; étoile blanche : C4-6i ; étoile blanche sur fond noir : C4-6h (Serbonnes) ; rond noir : C4-6h ; petit rond noir : C4-6g. Les numéros sont ceux des sondages et la ligne pointillée, la moyenne générale.

Fig. 4. — Variation d’épaisseur en mètre (M) entre deux bancs de silex selon le tracé autoroutier (Km) et les assises de la craie. Étoile noire : C4-6j ; étoile blanche : C4-6i ; étoile blanche sur fond noir : C4-6h (Serbonnes) ; rond noir : C4-6h ; petit rond noir : C4-6g. Les numéros sont ceux des sondages et la ligne pointillée, la moyenne générale.

Fig. 5. — Analyse des rognons bruts de silex extrait des sondages en fonction de leurs formes (F) et de leurs sections moyennes (cm2). Étoile blanche sur fond noir : minière de Serbonnes ; trait pointillé : limite d’exploitabilité définie à partir des données des mines de Serbonnes. Forme des rognons de silex : 1. plaquette ; 2. involué ; 3. branchu à têtons ; 4. branchu ; 5. massif.

33Les formes les plus fréquentes sont les rognons branchus à digitations (46 % des échantillons), sans digitation (21 %), très involués (17,3 %) sans discrimination géologique ou régionale. Les formes massives (11,5 %) se trouvent plutôt dans le Campanien inférieur (4-6 h-g). Les deux locus à plaquettes fines (4 % des échantillons) se situent l’un (C4-6i/C4-6h) à Serbonnes au « Merisier » et l’autre dans la partie inférieure du C4-6h à Serbonnes à « Champ Rabault ».

34Les deux tiers des échantillons du silex du Campanien se présentent en bancs, de fréquence faible, moins d’un banc par mètre, de forme branchue à digitations ou sans digitation ou involué, de section entre 20 et 80 cm2.

35Dans ce contexte général, le substrat de la minière se révèle par certains côtés assez particulier. Il se trouve être le substrat crayeux où les bancs de silex sont très fréquents, (un banc tous les mètres voire 60 cm) et possèdent une grande variété de forme et de section. Ils présentent entre autre des faciès massifs (5) et des sections de rognons importantes (> 120 cm2). Seuls deux locus présentent des fréquences aussi élevées : à Misy et à Courlon. Mais ces faciès sont très localisés géographiquement et seul le locus de Courlon présente des similitudes avec celui de la minère de Serbonnes : existence de rognons à forte section, mais sans silex massif.

L’ANALYSE DES RÉSIDUS D’EXTRACTION ET DE TAILLE DE QUELQUES STRUCTURES DE PUITS DE MINE, ST. 37-44, ET DE QUELQUES PIÈCES FAÇONNÉES DU SITE MINIER DE SERBONNES (fig. 6)

36Le matériel siliceux des couches du fond du puits de la structure 37 est considéré comme un rejet de matériel extrait, mais non retenu pour la taille. La structure 44 est un atelier de débitage, qui comporte des rognons de silex extraits, mais qui n’ont pas fait l’objet d’extraction de lames, des fragments de rognon bruts de type digitation, des blocs ayant servi de nucléus, des ébauches de pièces façonnées et beaucoup d’éclats de taille. Un ensemble de pièces façonnées (haches et pics) a été aussi étudié. Afin de permettre la comparaison entre les études des rognons bruts des assises crayeuses de la région et le matériel extrait, les mêmes critères ont été retenus : largeur, épaisseur, section et forme des rognons. En tout, soixante-quinze pièces ont été analysées.

37L’analyse cherche à mettre en évidence un choix on non des rognons extraits en vue de leur façonnage.

38Les rognons de silex rejetés au fond du puits, mais qui ont été sélectionnés dans un premier temps par les Néolithiques, sont constitués essentiellement (à 55 %) de blocs très involués de section très faible, plutôt inférieure à 40 cm2 (entre 10 et 50 cm2). Mais on trouve aussi quelques blocs branchus à digitations de section moyenne autour de 60 cm2 et massifs.

39Les blocs non utilisés dans l’atelier de taille, mais qui avaient donc été tout de même sélectionnés sont uniquement des rognons aux formes très involuées (2), de section très variable (de très faible : 12 cm2 à très élevée : 168 cm2) mais à section plutôt faible autour de la moyenne générale de 40 cm2. Les digitations correspondent à l’étêtage des blocs très involués (2) ou branchus à digitations (3). Ils sont de section faible, entre 12 et 37 cm2, couvrant ainsi les sections des blocs rejetés en fond de puits. Ces éléments montrent qu’il y a eu tentative de travail même sur les blocs très involués et même si ceux-ci ont fait en grande partie l’objet d’un rejet. Les nucléus présents sur l’atelier sont tous issus d’une forme très involuée, leur section variant de 30 à 110 cm2.

Fig. 6. — Analyse des résidus d’extraction des puits de mines St 37 et St 44 et des pièces façonnées selon leurs formes (F) et leurs sections (cm2). Forme des rognons de silex : 1. plaquette ; 2. involué ; 3. branchu à tétons ; 4. branchu ; 5. massif. Astérisque : blocs naturels ; rond blanc : rejet de fond de puits (St 37) ; petit rond blanc : blocs percutés et rejetés ; petit rond noir : éclats à tétons ; étoile blanche sur fond noir : pièces façonnées ; étoile noire : ébauches ; étoile blanche : nucléus.

40Les pièces façonnées ou les ébauches de pièces ont des sections concentrées entre 5 et 60 cm2. Il semble donc que les rognons et nucléus de forme branchue ou massive et de section importante, supérieure à 100-120 cm2, et même moyenne, entre 80 et 100 cm2, ont été enlevés du site et gardés comme matière première exportée. L’essentiel du matériel utilisé sur place pour des tâches immédiates correspond à des blocs très involués ou branchus à digitations de section faible à moyenne. Les autres blocs de forme très involuée et de faible section (< 70 cm2), bien qu’extraits, ont été rejetés. Quelques pièces peuvent bien sûr échapper à cette règle. Il semble donc que l’on puisse entrevoir une double démarche vis-à-vis de la matière première, avec d’une part un produit réalisé pour l’exportation, forme massive ou branchue ou branchue à digitations brisées, de section importante (supérieure à la moyenne de 70-80 cm2), et d’autre part un produit servant sur place à l’extraction correspondant aux blocs très involués à section moyenne à faible (30 à 80 cm2). Le reste de l’extraction, bloc très involué à section très faible (< 30 cm2) a été rejeté après essais.

41Nous possédons donc les critères d’exploitabilité de la matière siliceuse dans la craie du Campanien de Serbonnes :

  • présence de silex en banc ;
  • fréquence des bancs de plus de 1 banc par mètre (F > 1) ;
  • présence suffisante de rognons branchus avec ou sans digitation et massif de section supérieure ou égale à la moyenne de 70 cm2 ;
  • possibilité d’exploiter un sous-produit médiocre pour l’extraction elle-même : rognons très involués à section faible à moyenne.

LES CONDITIONS GÉOTECHNIQUES D’EXTRACTION DU SILEX DE LA MINE DE SERBONNES

42Afin d’établir les conditions d’extraction des silex de la craie sur le site minier de Serbonnes, nous avons analysé la structure des assises crayeuses le long d’une coupe traversant les assises de bas en haut du versant du vallon, afin de quantifier la fissuration de la craie et particulièrement l’épaisseur des blocs du fractionnement horizontal. Des relevés photographiques orthonormés, à fort grossissement, nous ont permis de suivre les linéaments horizontaux des fractures de craie et leur évolution en profondeur. Une moyenne de l’épaisseur des plaquettes de craie a été définie entre deux linéaments parallèles horizontaux tous les 10 cm depuis la surface jusqu’à la base du creusement de la tranchée.

43Cinq colonnes ont été étudiées. Elles montrent non seulement que l’épaisseur des plaquettes de craie évolue selon la profondeur vis-à-vis de la surface, mais aussi entre le haut et le bas du versant. Les plaquettes de craie tendent à être de plus en plus épaisses en profondeur. Cette variation de l’épaisseur correspond à la diminution de l’impact du gel et du nombre de cycles gel/dégel subi par les assises crayeuses. Mais cette variation n’est pas uniforme. Il s’avère qu’autour des bancs de silex, l’épaisseur des plaquettes augmente systématiquement, révélant une structure plus compacte résistant mieux au cycle gel/dégel. Ce phénomène est d’autant plus net dans la partie haute du flanc du vallon, là où la couverture limoneuse est la plus faible. On constate en effet que l’épaisseur des formations de versant augmente du haut vers le bas du versant, entre un sol actuel Ap de 20 à 30 cm d’épaisseur de limon brun rouge, à des limons bruns en poche de géliturbation d’1 à 2 m de diamètre. Plus la couverture superficielle est importante, plus l’amenuisement des blocs est important. Ainsi est mis en évidence le rôle des formations fines dans l’amenuisement de la craie. En effet, l’impact des cycles gel/dégel est d’autant plus important sur les blocs de craie que l’alimentation en eau des assises est mieux entretenue. La craie, pratiquement dénudée sur le haut des interfluves de vallon, laisse échapper par la surface et en profondeur l’eau des précipitations. Par contre, les formations fines servent d’aquifère et de protection à l’évaporation.

44On constate donc que les assises crayeuses les plus amenuisées et donc les plus faciles à extraire se trouvent en bas du versant et les plus compactes, au sommet de la colline. Par contre, l’épaisseur des formations superficielles augmente, aussi, vers le bas du vallon ; l’accessibilité aux bancs de silex est plus laborieuse. L’exploitation des bancs de silex est donc fonction de l’ensemble de ces critères. L’extraction de la craie peut se faire soit par déchaussement là où les assises crayeuses ont un niveau d’amenuisement important, soit par percussion là où l’amenuisement a été moins important. La tenue des creusements des puits de mine doit être aussi fonction de la structure des assises crayeuses. Ainsi, les puits de mine devraient être concentrés entre le bas du sommet de la colline et la partie médiane du flanc de vallon.

45Quels sont maintenant les faciès du Campanien pouvant rassembler en dehors de Serbonnes des critères proches de la minière du « Revers de Brassard » ?

46Seul le locus sur la commune de Courlon peut entrer dans cette catégorie (Vallée de la Croix-Saint-André), silex, en banc, à fréquence 1,43, forme branchue avec ou sans digitation, section de 111,7 cm2.

47En admettant une fréquence supérieure ou égale à 0,8, seul le locus de Michery près du « Château d’eau » peut en extrême limite entrer dans ces critères : silex, en banc, à fréquence 0,78, forme branchue à digitations, section moyenne 100.

48Il semble donc que le faciès de la partie supérieure du Campanien inférieur C4-6h au contact avec le Campanien supérieur C4-6i soit le plus adapté à l’exploitation de la matière siliceuse.

49Ce seul constat ne peut constituer un élément d’interprétation du comportement néolithique vis-à-vis de la matière première. Pour qu’il induise de la part des populations néolithiques une démarche gîtologique de recherche des meilleures conditions d’exploitation du silex, il faudrait constater la présence de puits-tests sur les autres affleurements. Cette information nous manque d’autant plus que ces puits-tests sont forcément moins fréquents que les puits des complexes miniers, donc plus difficiles à repérer.

50A priori, le faciès de Serbonnes couvre un territoire allant de Courlon à Voisines, le long de la vallée de l’Yonne et le long des rivières adjacentes, le Fond des Alouettes, la Vallée de la Croix-Saint-Fiacre, la Vallée des Tournantes, la vallée de l’Oreuse et le haut de la Vallée de la Mauvotte. Le silex a pu approvisionner les sites de fond de vallée de Marolles jusqu’à Cuy, le Campanien supérieur étant pauvre en silex.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bouiller et alii, 1971 = Bouiller (R.), Fleury (R.), Neau (G.), Weecksteen (G.), Scolari (G.), Vincent (P.-L.), Carte Géologique au 1/50 000° de Sens XXVI-18, Orléans, éd. B.R.G.M.

Bouiller et alii, 1973a = Bouiller (R.), Fleury (R.), Vincent (P.-L.), Clozier (L.), Turland (M.), Villalard (P.), Terrien (J.), Neau (G.), Weecksteen (G.), Carte Géologique au 1/50 000° de Montereau-Fault-Yonne XXV-17, Orléans, éd. B.R.G.M.

Bouiller et alii, 1973b = Bouiller (R.), Motti (E.), Clozier (L.), Neau (G.), Vincent (P.-L.), Carte Géologique au 1/50 000° de Sergines XXVI-18, Orléans, éd. B.R.G.M.

Mendoza y Almeda, Hascoet, 1990 = Mendoza Y Almeda (M.), Hascoet (J.), Serbonnes « Le Revers de Brossard » minière néolithique, Rapport de Sauvetage Programmé Autoroute A5, du 01/10/90, D.R.A.C. de Bourgogne S.R.A., 225 p. (non publié).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Répartition des bancs de silex exploitables dans la région de Sens.En blanc, dépôts alluviaux ; en pointillés, Tertiaire ; en hachures larges, Campanien ; en hachures serrées, Santonien et Coniacien. Les zones exploitables sont limitées par un trait plein dans le Campanien, par un trait mixte dans le Santonien et par un pointillé dans le Coniacien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Légende Fig. 2. — Liste des sites avec leurs numéros no, l’altitude N.G.F. des sondages, la distance kilométrique de l’autoroute (Pk), les fréquences des bancs par mètre (FREQ), les sections moyennes des blocs de silex par sondage, les formes, et les communes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende Fig. 3. — Variation de la section moyenne (Cm2) des rognons bruts de silex extraits des sondages le long du tracé autoroutier (Km) et selon les assises de la craie. Étoile noire : C4-6j ; étoile blanche : C4-6i ; étoile blanche sur fond noir : C4-6h (Serbonnes) ; rond noir : C4-6h ; petit rond noir : C4-6g. Les numéros sont ceux des sondages et la ligne pointillée, la moyenne générale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 4. — Variation d’épaisseur en mètre (M) entre deux bancs de silex selon le tracé autoroutier (Km) et les assises de la craie. Étoile noire : C4-6j ; étoile blanche : C4-6i ; étoile blanche sur fond noir : C4-6h (Serbonnes) ; rond noir : C4-6h ; petit rond noir : C4-6g. Les numéros sont ceux des sondages et la ligne pointillée, la moyenne générale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 5. — Analyse des rognons bruts de silex extrait des sondages en fonction de leurs formes (F) et de leurs sections moyennes (cm2). Étoile blanche sur fond noir : minière de Serbonnes ; trait pointillé : limite d’exploitabilité définie à partir des données des mines de Serbonnes. Forme des rognons de silex : 1. plaquette ; 2. involué ; 3. branchu à têtons ; 4. branchu ; 5. massif.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 6. — Analyse des résidus d’extraction des puits de mines St 37 et St 44 et des pièces façonnées selon leurs formes (F) et leurs sections (cm2). Forme des rognons de silex : 1. plaquette ; 2. involué ; 3. branchu à tétons ; 4. branchu ; 5. massif. Astérisque : blocs naturels ; rond blanc : rejet de fond de puits (St 37) ; petit rond blanc : blocs percutés et rejetés ; petit rond noir : éclats à tétons ; étoile blanche sur fond noir : pièces façonnées ; étoile noire : ébauches ; étoile blanche : nucléus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search