Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Les fosses-pièges du site de Tama New Town au Japon : une approche du « Jōmon des forêts »

Laurent Nespoulous

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1La reconstitution de l’économie de subsistance des sociétés qui peuplèrent l’archipel japonais de la fin du Tardiglaciaire à l’implantation de la riziculture – intervalle de près de 10 000 ans désigné du terme de « période Jōmon » – est une problématique centrale de l’archéologie japonaise depuis une bonne trentaine d’années. Cette période doit son nom au décor « cordé » de sa poterie (jōmon signifiant en japonais « décor – en impression – de corde »). À ce jour, elle est définie comme le cadre d’une société de chasseurs-cueilleurs ayant atteint un stade semi-sédentaire à sédentaire, exerçant, des îles principales de l’archipel des Ryūkyū (Okinawa) jusqu’au nord extrême de l’archipel japonais, une prédation contrôlée sur son milieu, doublée de préoccupations soulignant une volonté d’amélioration du potentiel des niches écologiques au sein desquelles elle effectue ses prélèvements.

Jōmon : enjeu de définition d’une période archéologique

  • 1 Sahara Makoto (1932-2002) est un archéologue qui, dans le courant des années 1960 et 1970, travaill (...)

2Malgré cette image assez nette et uniforme, la période Jōmon, et la culture censée y correspondre, sont en réalité assez difficiles à saisir, et la question de leur définition n’est d’ailleurs pas récente, déjà vieille d’au moins un demi-siècle au Japon. Pendant longtemps (le dernier quart du xixe et la première moitié du xxe siècle) et pour de nombreux chercheurs, il a pu s’agir d’une culture proche du Paléolithique, avec l’image parfois assez négative d’une culture « arriérée ». Plus récemment et pour d’autres, à l’autre extrémité du spectre interprétatif et avec l’amélioration tant quantitative que qualitative des données archéologiques, il a pu s’agir d’un Néolithique. Certains, plus rarement, comme Sahara Makoto1, ont également envisagé des possibilités plus nuancées, comme celle d’un Mésolithique. Enfin, beaucoup se sont accommodés d’un statu quo, dans lequel la démarche de définition n’est pas primordiale.

3Finalement, même si la « catégorie » mésolithique est généralement peu ou pas utilisée au Japon, cette situation n’est pas sans faire penser à l’opposition farouche décrite par André Thévenin, dans son introduction à l’ouvrage collectif Mésolithique et néolithisation en France et dans les régions limitrophes, alors qu’il commence par relever un désaccord central entre les chercheurs : « – les Mésolithiques ne peuvent être que des chasseurs ! – les Mésolithiques sont sur la voie de la néolithisation ! » (C.T.H.S., 1991, p. 4). Comment de telles divergences d’interprétation peuvent-elles survenir ?

Dix mille ans de sociétés préhistoriques

4Dans le cas du Japon, une première hypothèse reposerait sur la constatation de la durée de la « période » elle-même : sur près de dix mille années, que jalonnent les différentes phases de cette période, il est bien normal que les sociétés de l’archipel aient évolué d’elles-mêmes, non seulement au fil du temps, mais aussi en interaction avec des données plus concrètes de leur environnement. De fait, il est très difficile de voir dans le Jōmon une quelconque unité d’espace ou de temps : cette culture, si elle présente un fond « technologique » commun global, connaît de grandes disparités en fonction de ses moments, de ses régions, ainsi que d’une combinaison de ces deux facteurs (fig. 1).

5Par exemple, le très riche et complexe site de San.nai Maruyama, dans le département d’Aomori, représente un état de la culture Jōmon à un moment donné, principalement la phase ancienne et le début de la phase moyenne, il y a entre 5 500 et 4 500 ans, et dans une région donnée, celle du nord de Honshū. Il est donc difficile de le prendre pour représentatif de la période ou de la Culture Jōmon dans son entier.

6De même, les stades les plus anciens de la culture Jōmon, selon les régions, peuvent être dépourvus de la céramique censée la caractériser, comme à Okinawa, où cette dernière n’est justement pas dans le style en « impression de corde » de la plus proche région voisine de Kyūshū.

7La disparité régionale est un facteur générateur d’interprétations différentes. Passé le Vème millénaire avant notre ère, les régions de grande intensité dans l’activité humaine durant la période Jōmon sont essentiellement regroupées dans le centre-est, l’est et le nord-est de l’archipel. Comparativement, tout l’ouest de l’archipel offre une image bien plus terne, qui ne laisse percevoir ni les (relativement) grands regroupements de population observables à San.nai Maruyama et ses environs, ni la densité de sites remarquable du département de Nagano. La période Jōmon présente donc, en fonction des régions, de ses phases et des observateurs, des caractéristiques qui pourront sembler tantôt proches de celles des sociétés d’un Paléolithique final, tantôt de celles des premières sociétés « néolithiques ». À n’en pas douter, la Culture Jōmon, concernant près de dix mille ans d’« histoire » et couvrant une étendue géographique, du sud-ouest au nord-est, de plusieurs milliers de kilomètres de long, ne peut offrir un seul et même visage.

Phases du Jōmon

Datation

Jōmon initial

Du XIème à la fin du IXème millénaire

Jōmon archaïque

De la fin du VIIIème à la fin du Vème millénaire

Jōmon ancien

IVème millénaire

Jōmon moyen

IIIème millénaire

Jōmon récent

IIème millénaire

Jōmon final

Première moitié du Ier millénaire

Fig. 1. Chronologie de la période Jōmon.

  • 2 Jean-Paul Demoule parle de Mésolithique aquatique. cf. Demoule, 2005.

8Vu d’Europe, le Jōmon se présente comme un long Mésolithique, dont la dimension aquatique est marquante2. Il est vrai que ce faciès se laisse facilement saisir. Ses amas coquilliers, avec quelques fois des tombes bien conservées en leur sein, ses habitats bien documentés des côtes ou des fonds de baie : des contextes qui gardent bien leurs gisements, et que la dernière grande régression marine du IIème millénaire aura parfois isolés efficacement des secteurs de grand dynamisme du futur.

Le Jōmon des forêts

9La « culture Jōmon » est ainsi surtout connue du grand public pour sa poterie et ses amas coquilliers, faisant oublier qu’au visage d’une « économie côtière » des groupes humains sur les rives de l’archipel, correspondait, plus à l’intérieur des terres, un autre visage, bien davantage « forestier ». C’est à ce niveau que se pose un problème, qui touche à la véritable représentativité de l’image que l’on se fait de la période, et qui oblige les modélisations des sociétés de l’archipel à être particulièrement prudentes, ou à préciser qu’elles traitent de cas exceptionnellement bien documentés : le milieu dans lequel les sites du Jōmon sont les plus denses (mais pas forcément les plus complexes socialement parlant), c’est ce milieu de l’arrière-pays forestier. On peut en reconstituer les habitats, dire qualitativement de quoi se composait la diète des groupes qui peuplaient cet environnement et arriver à en discerner la sédentarité, mais il devient plus difficile de reconstruire les gestes de l’économie quotidienne, surtout, donc, par rapport aux grands sites plus « aquatiques » généralement pris en exemple. Parmi les secteurs où se rencontre la plus forte densité archéologique en sites du Jōmon, on note ceux des régions de Nagano ou de l’arrière du Kantō (région de Tōkyō), où l’environnement immédiat est déterminé par une couverture forestière et un relief qui constituent des niches écologiques bien distinctes des bords de mer et fonds de baie du Japon de ces temps anciens de l’Holocène. Dans ces régions, pas de gisements, comme les amas coquilliers, susceptibles de rendre toujours bien compte, avec une haute définition, de l’activité de prédation des groupes humains.

10C’est dans ce contexte que le gisement de Tama prend une grande importance, dans la mesure où il présente, en dehors des habitats connus du Jōmon, des vestiges témoins de l’activité de prédation forestière : des fosses considérées comme des pièges. Les plus de 10 000 fosses recensées à Tama permettent – et c’est la caractéristique unique de ce gisement – de se faire, en outre, une idée de l’organisation de cette activité de prédation, ou du moins de développer une réflexion sur la base d’une documentation étoffée. C’est donc avec l’idée de présenter un des aspects des stratégies de subsistance variées des groupes du Jōmon que nous nous emploierons à synthétiser ce qui peut être dit de ce gisement qui, donc, « ferait système ». Il existe un nombre relativement limité de travaux sur cet aspect de l’économie Jōmon. Satō Hiroyuki est le principal ambassadeur au Japon de l’interprétation de ces dispositifs ; c’est à partir de ses travaux (que l’on peut lire en anglais : Satō, 2005) qu’est réalisée cette synthèse.

Le cas d’un site à la richesse rare

11« Tama New Town » (T. N. T), désignée ainsi en japonais, est une de ces nouvelles villes, comme il en fut édifiées au Japon à partir des années 1960-1970, au moment ou le pays embrayait sur sa période de haute croissance. De nouveaux centres urbains se sont ainsi formés, dans des zones où l’homme n’avait pas vécu densément depuis des millénaires, depuis l’apparition de l’agriculture surtout (seconde moitié du Ier millénaire avant notre ère). C’est donc dans le cadre d’opérations de sauvetage que s’est déroulée la découverte archéologique du lieu.

12Tama (fig. 2) est un gisement situé à l’ouest de l’actuelle Tōkyō qui tire son nom du cours d’eau principal le plus proche. La ville couvre environ 3 000 hectares, soit 14 km est-ouest et 2 à 4 km nord-sud. Le terme de « gisement » renvoie au bon millier de sites qui couvrent un peu moins de 450 hectares sur la surface totale du projet d’urbanisation. Les fouilles permanentes se sont arrêtées en 1987, au bout d’une période de 30 ans, mais des opérations ponctuelles ont toujours lieu. Les rapports de fouilles, de gros fascicules régulièrement publiés à l’époque et accompagnés de cinq gros volumes annexes, couvrent les 460 sites fouillés intégralement jusqu’en 1987. Sur 243 (secteur de Matsugi – fig. 3) de ces 460 sites, la présence de 5 900 « trap-pits » a pu être vérifiée, et, bien sûr, le décompte continue (fig. 4). C’est surtout sur la base de ces derniers que des tentatives pour comprendre la prédation des sociétés Jōmon ont été faites.

Fig. 2. Localisation du gisement de Tama New Town (T. N. T) (Satō, 2005, p. 106).

13Dans cet ensemble, Satō Hiroyuki a considéré les sites investigués sur une surface de plus de 1 000 m2, qu’ils contiennent des fosses ou pas, sur lesquels il a effectué une moyenne de densité afin d’éviter des déformations liées à des surfaces fouillées trop réduites. Deux constatations deviennent alors possibles (fig. 5) : une densité moyenne d’une fosse tous les 205 m2, sur une aire fouillée de 840 000 m2, concernant 134 sites (Satō, 2005) ; et une répartition géographique intéressante laissant voir deux tendances – une tendance où les fosses se concentrent sur les terrasses ouest des trois rivières se jetant dans la Tama plus à l’est, et une où les fosses se regroupent sur les hauteurs et les pentes des vallées les plus étroites du secteur. Nous y reviendrons.

Éléments de classification

14Une typologie de ces dispositifs a été établie. Quatre types de fosses semblent avoir existé tout au long du Jōmon (fig. 6 et fig. 7).

  • 3 Les archéologues japonais n’envisagent pas la présence d’un épieu dans la mesure où les traces du d (...)

15Le Type I, le plus fréquent sur le gisement, présente en son fond la trace d’un dispositif considéré3 comme ayant servi à fixer un rabat entravant la fuite du gibier une fois tombé dans le piège. Ce type est encore subdivisé en deux – malgré sa forte variabilité de plan –, un avec fosse de plan carré à rectangulaire et un avec fosse à plan plus allongé et ovoïde. Ce type est également le plus précoce puisqu’il est généralement daté de la seconde moitié de la phase archaïque (9000-6000 BP) jusqu’au début de la phase ancienne (6000-5000 BP) du Jōmon.

Fig. 3. Secteur de Matsugi et son utilisation (Satō, 2005, p. 110).

16Le Type II présente en son fond non pas une, mais deux traces de dispositif de fermeture. De plan plus allongé et moins varié que le Type I, le Type II est pour l’essentiel daté de la phase ancienne du Jōmon, et semble se retrouver particulièrement sur les hauteurs du site, par opposition aux secteurs en terrasse.

17Le Type III ne présente aucun vestige de dispositif en son fond et ne montre pas de variabilité dans son plan rectangulaire. Il est subdivisé en deux sous-types : un avec une fosse de dimensions plutôt importantes par rapport aux autres types, appartenant à la seconde moitié de la phase ancienne et à la première moitié de la phase moyenne du Jōmon (5000-4000 BP) ; et un avec une fosse de taille moyenne, que l’on rencontre dans un intervalle débutant avec le Jōmon moyen et continuant jusqu’au… ixe siècle de notre ère.

18Enfin, il existe un Type IV, qualifié également du terme de « T-Pit », de plan bien plus étroit et allongé, faisant davantage penser à un fossé qu’à une fosse, et qui peut présenter en son fond les traces d’un rabat, mais sans que cela soit systématique. Ce cas de figure est peu représenté sur le gisement de Tama, mais est bien attesté dans le secteur alentour, où il a pour terrain privilégié les plateaux et les terrasses disponibles. Ce type est surtout représentatif du Jōmon du nord-est de l’archipel et de Hokkaidō, entre les phases moyenne (5000-4000 BP) et récente (4000-3000 BP).

Fig. 4. Distribution des sites à fosses (Satō, 2005, p.107).

Fig. 5. Densité en fosses (sites fouillés de plus de 1 000 m2) (Satō, 2005, p. 108).

Fig. 6. Éléments de classification des fosses (Satō, 2005, p. 109).

Fig. 7. Évolution et dimensions des fosses (allongement, élargissement ; Satō, 2005, p. 109).

Distribution et déchiffrage

19Satō Hiroyuki fait une lecture de la distribution des fosses reposant sur leur situation topographique (Satō, 2005, p. 109).

20Un premier type de distribution, dit « Type en terrasse », est caractérisé par une très forte densité de fosses arrangées en séries de quatre et plus, sur les nervures du relief qui constituent la limite entre terrasse et côte. Ces séries (fig. 8, secteur no 426, terrasses du cours d’eau le plus au sud, l’Okuri), regroupant parfois près de dix fosses parallèlement alignées aux courbes de niveau, laissent envisager la synchronie d’utilisation des unités qui les composent. Ces arrangements sont faits de fosses de Type I, II et III, avec un Type I présent surtout dans les parties les plus hautes, et le Type III dans les secteurs les plus bas.

21Un deuxième type, dit « Type de hauteur », est caractérisé par une forte concentration de fosses sur les pentes et les épaulements des collines du relief. Là, des groupes de deux à trois fosses sont disposés sans que l’on puisse dire que ces dernières constituent des alignements.

22Compte tenu de l’espace limité (couloirs étroits montant vers le haut du relief, débouchés) dans lequel ces fosses sont installées, elles se recoupent fréquemment, offrant une situation inextricable pour le déchiffrage d’un éventuel ordonnancement en groupes cohérents. Toutes les fosses sont du Type I et du Type II, et c’est surtout selon ce type de distribution qu’est organisé le gisement de Tama (fig. 2 et fig. 6).

Fig. 8. Disposition des fosses en séries, site 426 (Satō, 2005, p. 112).

23Ces différences de distribution trouveraient leur explication dans une évolution des modalités de recours à la fosse dans l’activité de chasse, caractérisée par deux grandes étapes.

24Dans un premier temps, compris entre le Jōmon archaïque et le Jōmon moyen, de relativement petites fosses de Type I et II sont massivement utilisées, creusées inlassablement les unes après les autres, sans relation directe entre elles, et essentiellement situées dans les débouchés en amont des pentes du relief, comme à la fin d’un cheminement contraint par la nature – et par l’homme –, toujours vers le haut.

25Un deuxième temps, qui commence avec le Jōmon ancien et prendra fin à une date historique plus récente, est caractérisé par l’emploi de fosses plus grandes, systématiquement organisées en rangées sur les terrains plus plats des terrasses.

  • 4 Sans surprise, ce sont les grands travaux portant sur l’Europe du Nord (notamment les travaux de Ba (...)

26Le passage d’une étape à l’autre semble avoir été progressif, dans la mesure où l’on voit se croiser l’utilisation des zones les plus basses des côtes avec celles des parties les plus hautes des terrasses. La question qui se pose alors est celle des évolutions socio-économiques que pourraient révéler ces changements de distribution. Ici, comme ailleurs, la documentation ethnographique devient alors centrale afin de former une approche ethnoarchéologique4.

27Dans ses travaux, Satō Hiroyuki propose deux grands modèles de fonctionnement sur la base des observations faites à Tama. Le premier temps de la pratique de la chasse avec fosses est décrit comme « négatif », dans le sens où l’utilisation de celles-ci est largement déterminée par les conditions naturelles : des fosses à des endroits de passage contraints qui permettent à un petit groupe, sans une trop importante concertation, de piéger à tout moment de l’année un gibier de nature relativement variable (sanglier, cerf). Mais la chasse va connaître une évolution et se déplacer vers des zones moins contraignantes : les terrasses. On parlera alors d’un modèle fonctionnel décrit comme « positif » : il faudra à des groupes bien organisés une certaine force de travail pour structurer davantage la disposition des fosses, dont les dimensions augmentent. De même, on peut imaginer que pour canaliser le passage des bêtes en terrain plat, il faudra mobiliser un nombre plus important de chasseurs. La proie de prédilection deviendrait le cerf, à des moments bien précis de l’année (impossibilité de tenir sur le pied de guerre permanent de gros effectifs de chasseurs ?). On voit bien que ce modèle renvoie à des modes différents d’organisation de la société, puisqu’à une pratique « opportuniste » de la chasse, on passe à une pratique ayant une tendance toujours plus dirigée. Cette transition progressive, observable à Tama, est également perceptible ailleurs dans l’archipel, mais souvent avec une définition moins élevée en raison d’un maillage plus lâche des fouilles.

Pour conclure : quelles conséquences sur la lecture du Jōmon ?

  • 5 Nous avons déjà abordé d’autres aspects de ce rapport, notamment en relation avec la question de la (...)

28Nous avons déjà expliqué en quoi se pencher sur le cas des fosses-pièges de Tama pouvait apporter un éclairage sur un aspect de l’économie forestière des groupes occupant l’archipel sur une durée de presque 10 000 ans. Ce n’est vraiment que dans l’optique d’apporter un peu plus de densité à l’image que nous nous faisons du Jōmon et de son rapport à la subsistance que nous avons abordé le cas de ce gisement de la région du Kantō5.

  • 6 Loin de n’être que « coquilliers », les rejets permettent de documenter une « activité » constante.

29Toutefois, comme chaque fois qu’il s’agit du très long Jōmon, la lecture de la situation et sa validité sont toujours soumises aux incertitudes de la chronologie et de la datation. Les subdivisions du Jōmon s’appuient surtout sur la typochronologie céramique, laquelle n’a pas systématiquement d’équivalent en chronologie absolue. En outre, les fosses, en tant que telles, ne présentent guère de fossiles directeurs marquants. Leur calage chronologique est opéré sur la base de recoupements entre, d’une part, la nature des sols du fond originel des fosses et, d’autre part, celle des sols de la séquence stratigraphique de sites mieux documentés et datés (par exemple de l’habitat) de la très proche région. Il faut donc saisir la chronologie des fosses comme étant relative avant tout (même s’il peut y avoir des exceptions), ce qui pose fatalement la question de l’épaisseur temporelle dans laquelle il faut saisir ces dispositifs pour chaque phase de la chronologie classique, sans écarter, donc, la possibilité d’une dilution ou d’une concentration de la pratique de ce genre de chasse. Il y a donc, quoi qu’on dise, une difficulté à saisir l’intensité du recours aux fosses, particulièrement celles de type I, mais également de type II. Malgré ces limites, ces données sur la pratique de la chasse au cours des phases archaïque et ancienne demeurent précieuses, au moins à deux égards. En premier lieu, elles viennent confirmer les logiques d’adaptation des groupes humains de l’archipel au nouvel environnement de l’Holocène, en l’occurrence la formation de la forêt tempérée. De la même manière qu’un outillage adapté à la transformation des glands et des marrons (meules), on voit ainsi apparaître des techniques de chasse permettant d’exploiter un vivier désormais riche en cerfs et en sangliers. En deuxième lieu, l’interprétation consistant à voir dans ces fosses-pièges un recours opportuniste à la prédation, sans pouvoir déterminer un moment précis du cycle saisonnier en particulier, s’accorde bien avec ce que l’on peut observer dans les amas coquilliers de l’archipel. En effet, ces derniers présentant un fonctionnement sur toute la durée de l’année6, conduisent à déduire, pour les phases archaïque et ancienne, une économie de subsistance fixée dans un cadre très local, proche ou équivalent à ce que l’on attendrait de sociétés sédentarisées ou en passe de l’être. Jōmon des forêts ou du milieu aquatique, la dynamique convergerait donc.

30Les difficultés liées à l’ancrage chronologique des fosses demeurent les mêmes pour les phases suivantes et le type III, à une différence près : les alignements ordonnés que l’on fait de ces dernières traduisent une planification plus poussée de la chasse qu’auparavant. De ce point de vue, les nouvelles modalités d’installation et d’utilisation des fosses, dégagées par Satō Hiroyuki, pour la fin de la phase ancienne et la suite du Jōmon, viendraient assez bien recouper ce que l’on peut percevoir de l’activité des groupes humains dans l’est de l’archipel. Avec la fin de la phase ancienne, c’est en effet un « deuxième Jōmon » qui commence, lequel se caractérise par des habitats groupés à densité importante (comme San. nai Maruyama), l’apparition de nécropoles autour de certains de ces habitats, ou encore une transformation de la couverture forestière du fait de l’activité humaine. Le fonctionnement des sociétés semble s’articuler de plus en plus dans une dimension collective dont l’échelle – à en juger par exemple par certaines réalisations architecturales dans le nord-est – devient importante.

31Ce qui semble indubitable, c’est que ces modifications dans l’organisation de la chasse – de la trappe –, quelles que soient les interprétations que l’on puisse en tenter, viennent en écho à d’autres modifications survenues avec la fin du Tardiglaciaire et l’avènement du Jōmon, puis de sa complexification économique ; modifications dont la densification démographique, et avec elle une systématisation toujours plus poussée des logiques de prédation sur le milieu (pêche, collecte, traitement et stockage), n’est pas des moindres.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Aomori-ken kyōiku i. in-kai (Comité éducatif départemental d’Aomori) 1973-2006, San. nai Maruyama-iseki (Le site de San.nai Maruyama), 33 vol.

Aomori-shi kyōiku i. in-kai (Comité éducatif municipal d’Aomori) 1988-1994, San. nai Maruyama-iseki (Le site de San. nai Maruyama), 5 vol.

Barth E.K. 1982, « Ancient methods for trapping wild reindeer in south Norway », in : Hultkranz Å., Vorren Ø. dir., The Hunters : their culture and way of life, Troms, Universitetsforlaget, p. 21-46.

C.T.H.S., 1991 = Mésolithique et néolithisation en France et dans les régions limitrophes, Actes du 113ème congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 5-9 avril 1988, Paris, éd. du C.T.H.S., 490 p.

Demoule J.-P., 2005, « Aux marges de l’Eurasie : le Japon préhistorique et le paradoxe Jōmon », in : Guilaine J. dir., Aux marges des grands foyers du Néolithique : périphéries débitrices ou créatrices ?, Paris, éd. Errance, p. 175-202 (Coll. des Hespérides).

Nespoulous L., 2007, « De l’agriculture dans les sociétés préagraires : actualité et place de l’agriculture dans les sociétés de l’archipel japonais durant la période Jōmon du Vème au Ier millénaire », in : Une histoire de la Protohistoire japonaise : de la genèse de l’agriculture à la formation des sociétés archaïques complexes, du Vème millénaire avant notre ère au VIIème siècle de notre ère, Thèse de doctorat, Inalco, Paris, p. 25-107.

Nespoulous L., 2010, « Le contre-exemple Jōmon au Japon », in : Demoule J.-P. dir., La Révolution néolithique dans le monde, Paris, CNRS Éd./Inrap, p. 19-32.

Satō H., 1989, « Otoshi-ana gari to Jōmon jidai no shuryō shakai / La Chasse à la fosse-piège et les sociétés de chasseurs de l’époque Jōmon », in : Kōkogaku to minzoku-shi (Archéologie et ethnographie), ouvrage commémoratif dédié au professeur Watanabe Hitoshi, Rokkō shuppan, Tōkyō, p. 38-59.

Satō H., 1992, « Wana-ryō ni okeru yūdōsaku shiyōrei to sono minzoku kōkogaku-teki kanōsei / De l’utilisation de barrières dans la trappe et de ses possibilités pour l’ethnoarchéologie », in : Hōsei kōkogaku (Archéologie [de l’Université] Hōsei), no 20, Tōkyō, p. 23-42.

Satō H., 2000, Hoppō shuryō-min no minzoku kōkogaku / Ethnoarchéologie des peuples chasseurs des territoires du nord, Hokkaidō Sapporo Shuppan Sentā, 247 p.

Satō H., 2005, « Socio-ecological Research of the Trap-pit Hunting in Jōmon Period », présenté dans le cadre de From Jōmon to Star-Carr : Hunter-Gatherers of East and West Temperate Asia, University of Durham, du 4 au 8 sept. 1995, et publié en 2005 in : Tōkyō Daigaku kōkogaku kenkyūshitsu kiyō (Bull. du laboratoire d’archéologie de l’Univ. de Tōkyō), no 19, p. 105-124.

Tama nyū taun iseki (Rapport des fouilles sur le site de Tama New Town) 1984 à 1995, Centre départemental de Tōkyō pour le patrimoine enfoui, 5 vol. Annexes contenant de nombreuses contributions de référence de Satō Hiroyuki.

Annexes

THE TRAP PITS OF THE SITE OF TAMA NEW TOWN IN JAPAN: AN APPROACH TO THE FOREST ECONOMY OF THE “JŌMONCULTURE”

Laurent Nespoulous

Abstract

The reconstruction of an economy of subsistence of the societies that settled the Japanese archipelago, from the end of the late-glacial period up until the establishment of rice culture (a time span of nearly 10000 years termed as “Jōmon” period), has been a central issue of Japanese archaeology over the last twenty-years.

In the wider public, the “Jōmon Culture” (from 10000 BC to the mid-first millennium before the Current Era), is primarily known through its pottery and shell middens, forgetting that to the label “marine economy” of the human groups on the shores of the archipelago corresponded a “forest economy”, characterizing in reality most of the sites dated to this period. As a matter of fact, amongst the sectors where the highest density of Jōmon sites can be encountered, are the regions of Nagano or the hinterland of Kantō (Tōkyō region), where the immediate environment is determined by forest cover and altitudes that provide ecological niches quite distinct from the marine shores and the bay-bottoms of Japan during these early Holocene periods. In these regions, no shell middens exist, that may provide information about the foraging activity of the human groups.

In this context, the site of Tama is of importance in that it contained remains outside the known Jōmon settlements that testify to foraging activity in the forest: pits considered as trap systems are well-studied as a result from thirty years of consecutive rescue excavations. The nearly 10000 pits registered at Tama allow, and this is particular in this site, to have an idea of the organization of this foraging activity over several thousands of years. Aiming at the presentation of one aspect referring to the various subsistence strategies of the Jōmon groups, we will describe here, based on Japanese ethno archaeological studies, this site that mirrors an exceptional density of hunting activities assigned to prehistoric times.

There as well as in the case of a large number of elements defining the strategies of the societies of the archipelago during their «long mesolithic» Jōmon period, it can be stated that the hunting methods concerning forest fauna establish in parallel to the general development of the Jōmon-Culture in co-evolution with its natural environment.

DIE FALLGRUBEN DER FUNDSTELLE TAMA NEW TOWN IN JAPAN: EINE UNTERSUCHUNG ZUR WALDWIRTSCHAFT DER „JŌMON-ZEIT“

Laurent Nespoulous

Zusammenfassung

Seit nunmehr zwanzig Jahren ist die Rekonstruktion der Subsistenzwirtschaft der Bevölkerungsgruppen, die das japanische Archipel vom Ende der Späteiszeit bis zur Einführung des Reisanbaus (eine Zeitspanne von nahezu 10 000 Jahren, die mit dem Begriff „Jōmon-Zeit“ belegt ist) besiedelten, eine zentrale Fragestellung der japanischen Archäologie.

Die „Jōmon-Kultur“ (von-10 000 bis zur Mitte des ersten vorchristlichen Jahrtausends), ist beim breiteren Publikum vor allem durch ihre Keramik und ihre Muschelhaufen bekannt, wobei vergessen wird, dass die Wirtschaftsweise der an den Küsten des Archipels siedelnden Menschengruppen auf Meeresressourcen ausgerichtet war. Demgegenüber kennzeichnet Waldwirtschaft den größten Teil der in diese Zeitperiode datierten Fundstellen im Landesinneren. Tatsächlich liegen die Bereiche mit der höchsten Konzentration an Jōmon-Fundstellen in den durch Wald-und Berglandschaften gekennzeichneten Regionen von Nagano oder im Hinterland von Kantō (in der Umgebung von Tōkyō), die im Vergleich zur Meeresküste und den tiefen Buchten Japans in diesen frühen Phasen des Holozäns recht abweichende ökologische Nischen darstellen. In diesen Regionen gibt es keine Fundstellen wie beispielsweise die Muschelhaufen, die sich besonders dazu eignen, die Jagd-und Sammeltätigkeiten der Menschengruppen zu untersuchen.

In diesem Zusammenhang kommt der Fundstelle von Tama eine große Bedeutung zu, da sie, neben den bekannten Jōmon-Siedlungen Befunde aufweist, die Jagd-und Sammeltätigkeiten im Wald bezeugen: die als Fallgruben interpretierten Strukturen, die heute, nach dreißig Jahren kontinuierlichen Rettungsgrabungen gut untersucht sind.

Die etwa 10000 in Tama dokumentierten Gruben erlauben es, und dies macht die Besonderheit dieser Fundstelle aus, sich eine Vorstellung von der Organisation dieser Jagd-und Sammeltätigkeit über mehrere Jahrtausende hinweg zu machen. Im Hinblick darauf, einen Aspekt der breitgefächerten Subsistenzstrategien der Jōmon-Gruppen vorzustellen, soll diese Fundstelle, an der eine einzigartige Konzentration von prähistorischen Jagdaktivitäten belegt ist, hier ausgehend von den japanischen ethnoarchäologischen Arbeiten beschrieben werden.

In diesem Fall ebenso wie in Bezug auf andere Elemente, die die Strategien der Gesellschaften des Archipels während der langen „mesolithischen“ Jōmon-Zeit charakterisieren, wird man feststellen können, dass die auf die Waldfauna gerichteten Jagdpraktiken sich parallel zur allgemeinen Entwicklung der Jōmon-Kultur im Rahmen ihrer Koevolution mit dem Milieu herausbilden.

Notes

1 Sahara Makoto (1932-2002) est un archéologue qui, dans le courant des années 1960 et 1970, travaille afin de donner un sens historique à la « période archéologique » que représente le Yayoi (qui fait suite à Jōmon), en insistant sur le phénomène d’apparition des premiers paysans de l’archipel, plus que sur tout le reste.

2 Jean-Paul Demoule parle de Mésolithique aquatique. cf. Demoule, 2005.

3 Les archéologues japonais n’envisagent pas la présence d’un épieu dans la mesure où les traces du dispositif paraissent trop légères pour que celui-ci ait pu soutenir un choc important.

4 Sans surprise, ce sont les grands travaux portant sur l’Europe du Nord (notamment les travaux de Barth, 1982), mais également de la documentation portant sur les populations de l’Asie du Nord-Est, comme les Ainous avant que leur acculturation soit consommée.

5 Nous avons déjà abordé d’autres aspects de ce rapport, notamment en relation avec la question de la néolithisation dans de précédents travaux (cf. Nespoulous, 2007).

6 Loin de n’être que « coquilliers », les rejets permettent de documenter une « activité » constante.

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Localisation du gisement de Tama New Town (T. N. T) (Satō, 2005, p. 106).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3. Secteur de Matsugi et son utilisation (Satō, 2005, p. 110).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 4. Distribution des sites à fosses (Satō, 2005, p.107).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 5. Densité en fosses (sites fouillés de plus de 1 000 m2) (Satō, 2005, p. 108).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 6. Éléments de classification des fosses (Satō, 2005, p. 109).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 7. Évolution et dimensions des fosses (allongement, élargissement ; Satō, 2005, p. 109).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6742/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 8. Disposition des fosses en séries, site 426 (Satō, 2005, p. 112).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6742/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search