Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Au carrefour de diverses influences : les menhirs ornés de Bourgogne du Sud

Louis Lagrost et Pierre Buvot

Texte intégral

GÉNÉRALITÉS

1Aborder la problématique des menhirs ne va pas sans risques. Il faut avouer l’indigence de nos connaissances sur ces monuments énigmatiques. Deux siècles d’une celtomanie délirante, d’élucubrations en tous genres où les extraterrestres ne sont point absents, de publications ésotériques extravagantes, entretiennent la confusion et ne sont pas de nature à clarifier les choses dans l’esprit du grand public. Cet état de fait n’incite guère les archéologues à s’aventurer sur un terrain aussi délicat et très peu gratifiant.

2Nous sommes parfaitement conscients que traiter des menhirs de Bourgogne du Sud, c’est également évoquer, de manière sous-jacente et parallèle, les nombreuses interrogations posées par l’ensemble des pierres dressées.

3Cependant si le problème est posé sans a priori ni idées préconçues, il se réduit à trois questions primordiales auxquelles il faut s’efforcer d’apporter des réponses :

  1. Qu’est-ce qu’un menhir ?

  2. De quand date-t-il ?

  3. Pourquoi a-t-il été dressé ?

4Définition, datation, signification doivent servir d’axes aux recherches si l’on veut, objectivement, en savoir plus sur ces pierres énigmatiques.

5L’étude des menhirs doit être critique. Il s’avère évident qu’ils peuvent livrer des indications précieuses, notamment sur leur position au sein de terroirs organisés, ainsi que des documents archéologiques tout aussi « parlants » que ceux trouvés en grotte ou dans des sépultures mégalithiques.

6En s’appuyant sur des cas concrets, dans le cadre du thème de ce colloque : « La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? », nous débattrons donc de la place importante qu’occupèrent, au Néolithique, les menhirs de la Bourgogne méridionale. Auparavant, il est peut-être nécessaire de les replacer dans leur contexte géographique et géologique.

7Les événements qui marquèrent la géologie régionale demeurent parfaitement visibles dans les paysages. Plusieurs millions d’années triturèrent, façonnèrent, modelèrent les terrains pour en faire des zones de passages naturels dont les hommes de toutes les époques surent largement profiter pour se déplacer et s’installer. Les outils acheuléens d’Azé, le matériel abondant laissé par l’homme de Néandertal, les sites éponymes de Solutré et de Chassey en témoignent.

8Le soulèvement alpin a comprimé, contre le vieux socle granitique du Morvan et du Charolais, les dépôts du Jurassique moyen et supérieur en faisant émerger par endroits des grès du Trias. Sous l’effet de l’énorme poussée, des fractures généralement orientées Nord-Sud se formèrent. Elles guidèrent les cours d’eaux qui, par moments, furent contraints de prendre une direction diamétralement opposée à leur sens initial. De part et d’autre du massif originel deux profondes dépressions se creusèrent : la Bresse et le Bourbonnais où coulent respectivement la Saône et la Loire.

9Ces quelques considérations géomorphologiques très simplifiées, contribuent à nous faire mieux comprendre le rôle de carrefour, de lieu de passage obligé qu’a toujours eu la Bourgogne du Sud. Ce pays fait communiquer le sillon rhodanien avec le Bassin parisien. Il favorise les échanges et les passages entre le Jura, le Massif Central et la vallée de la Loire.

10Le Néolithique régional s’inscrit sur ce schéma de géographie provinciale. Dans ses phases très anciennes, il semblerait que l’on se trouve à la limite des influences danubiennes rubanées et cardiales méditerranéennes (Bailloud, 1985). Pierre Pétrequin parle d’effets-frontière (Pétrequin, 1989). Par contre, au Néolithique moyen, les Chasséens s’implantent et, si l’on peut dire, nivellent les cultures indigènes. Vers-3500 ans, une évolution apparaît. Il s’agirait plutôt de sortes de repliements localisés, caractérisés par une céramique plus fruste et sans décor dont, entre autres, serait issu le Néolithique Moyen Bourguignon (Thevenot, Pétrequin, 1981). L’industrie lithique délaisse les beaux débitages laminaires pour des outils souvent atypiques façonnés sur éclats. C’est apparemment dans ce contexte que sont apparus les premiers menhirs de Bourgogne du Sud.

11Le simple examen d’une carte montrant la répartition des menhirs et dolmens de Saône-et-Loire, révèle un isolat mégalithique remarquable, propice à une étude centrée sur un secteur ainsi bien délimité (fig. 1).

12Au Nord, dominées par le Mont de Sène (Les Trois Croix), se trouvent quelques sépultures mégalithiques. Elles sont à rattacher aux grands coffres du Sud de la Côte-d’Or (Joly, 1965). Le matériel récupéré dans ces tombes lors de fouilles anciennes (Longuy, 1883) et récentes, semble indiquer une origine chalcolithique et campaniforme. Pour l’instant, on ne peut établir aucun lien avec les menhirs dont la position géographique est totalement indépendante (Lagrost, 1988).

Fig. 1. — Carte de répartition des mégalithes de Saône-et-Loire.

13À première vue, on serait tenté de distinguer deux groupements de menhirs séparés par une longue dorsale constituée des Monts du Charolais, du massif du Mont-Saint-Vincent, des arêtes granitiques où culminent Chatel-Moron et des chaumes calcaires à l’extrémité desquelles on trouve le camp de Chassey. Un groupe intéresserait les vallées de l’Arroux, du Mesvrin, de la Somme et le Plateau d’Antully. L’autre serait dans les abords de la longue boucle que forment la Guye et la Grosne avec les menhirs de Boyer qui, eux, se trouvent dans le Val de Saône. Liée à la géomorphologie régionale, cette coupure est fictive. Elle ne correspond nullement à une rupture « idéologique » ni même économique. Tout un réseau de vieilles sentes empruntant les hautes vallées secondaires permettaient le franchissement des crêtes et assuraient des cheminements relativement aisés.

CONTRIBUTION À LA DÉFINITION D’UN MENHIR

14On a souvent tendance à considérer un menhir comme une entité se suffisant en elle-même. Pourtant il s’agit seulement de la partie visible d’un gigantesque iceberg. Son érection demanda beaucoup de savoir-faire et monopolisa un certain nombre d’énergies. Il se trouve dressé par la volonté de toute une communauté dont les comportements socio-culturels devaient être en harmonie avec des concepts dépassant largement les limites d’un territoire et du simple cadre de vie. Pour mettre ces grandes pierres debout, il fallait que les forces vives du groupe soient motivées, coopèrent et se soumettent aux directives de quelques individus qualifiés, capables de concevoir, de galvaniser, de diriger l’énorme tâche. On peut parler de coteries, de chefferies, qu’importe, en lui-même il y a là un phénomène social déjà intéressant à retenir. Il montre avec d’autres aspects de la néolithisation que, si l’on s’intéresse aux mégalithes, une approche ethno-archéologique est nécessaire. L’environnement, au sens très large du terme, demande à être soigneusement étudié.

15En Saône-et-Loire, l’examen des sites possédant des pierres debout montre des constantes, mais aussi des anomalies flagrantes. Par exemple le Morvan (Joly, 1976) et le Charolais (Lagrost, 1988) sont dépourvus de monuments mégalithiques vrais. Sur place se rencontre pourtant tout ce qu’il faut pour en dresser (Joly, 1976). Cette carence pourrait s’expliquer par le fait que ces contrées froides, trop rocailleuses et pentues, aux terres aréneuses peu fertiles, ne convenaient pas à l’installation de paléoagriculteurs. L’industrie lithique ramassée dans ces deux massifs correspond à des occupations datables du Néolithique final (Lagrost, 1988). Un autre cas de figure est intéressant : la Bresse, vierge de toute pierre levée. Les gisements préhistoriques y sont rares et correspondent aux tracés de quelques cours d’eaux comme le Doubs, la Seille et la rive gauche de la Saône. Il est probable, qu’encore au Néolithique, derniers vestiges des grands lacs qui au Miocène noyaient cette région, des marécages occupaient une bonne partie de la dépression.

16Les menhirs authentiques implantés en Bourgogne du Sud possèdent entre eux une dizaine de caractères communs :

  1. Il s’agit de pierres isolées ou groupées manifestement amenées.

  2. La nature de la roche employée est différente du substrat environnant.

  3. Les menhirs occupent toujours un rebord de plateau ou des terrasses alluviales.

    • 1 Sans paraître en tirer des relations de cause à effet, dans leurs études respectives, J.G. Bulliot (...)

    Des voies anciennes (pistes gauloises, voies romaines etc.) sont invariablement dans les parages1.

    • 2 P.R. Giot (Menhirs et Dolmens, 1982, p. 4), J.-P. Mohen (Le Monde des Mégalithes, 1989, p. 121) fon (...)

    Jamais situé sur un sommet, l’emplacement du ou des monuments est privilégié dans le paysage2.

  4. Des cours d’eaux, des sources existent dans la proximité.

    • 3 C. Renfrew, R. Joussaume, J.-P. Mohen, C.T. Le Roux, P.R. Giot et beaucoup d’autres chercheurs expr (...)

    Le cadre naturel entourant les mégalithes exprime une très nette notion de territorialité3.

  5. L’environnement archéologique immédiat montre des gisements néolithiques suggérant une organisation spatiale autour des monuments.

  6. Plusieurs monolithes portent des gravures parfaitement reconnaissables.

  7. Les documents archéologiques mis au jour ont fourni des éléments chronologiques déterminants.

17L’exploitation de ces critères, en quelque sorte sélectifs, induit des idées de présence permanente, d’organisation de l’espace collectif, de rapports d’interdépendance entre les communautés fondés sur une même culture ancestrale. Cependant il faut être prudent en ce qui concerne l’interprétation. De ce point de vue les pierres levées du Clunysois, considérées sans preuves archéologiques formelles comme étant des menhirs, constituent un exemple intéressant.

18Entre elles existent de nombreux traits comparables. Mais elles ne possèdent pas les caractères reconnus pour les « pierres dressées néolithiques ». Ce sont des blocs bruts ou à peine équarris fichés en terre. Tous se trouvent à la croisée de chemins et ont été surmontés d’une croix dont souvent seul le scellement au plomb subsiste. Aucun de ces petits monolithes n’a subi de tentative de destruction. De notre avis leur ancienneté ne remonterait pas au-delà du xviie ou du xviiie siècle (Lagrost, 1989). Le façonnage de quelques croix subsistantes tend à le confirmer.

  • 4 Le Docteur Jean Amal a donné une définition claire et sans ambiguïté concernant les sépultures méga (...)

19Les difficultés rencontrées dans l’authentification d’un menhir sont multiples. La dénomination souffre d’ailleurs d’une grande ambiguïté. Pour beaucoup, elle désigne les pierres levées en général dont l’origine est certes ancienne, mais incertaine. Indéniablement il faut une définition, même imparfaite, du terme menhir. Elle seule peut servir de base à un travail scientifique4.

20Qu’est-ce qu’un menhir ? Que de fois avons-nous posé cette question. Faute de connaissances suffisantes, aucun manuel, aucun inventaire de mégalithes n’apporte une réponse pertinente. Tout au plus laisse-t-on entendre qu’il s’agit de monuments cultuels peut-être élevés dès le Néolithique. Pour savoir clairement ce dont on parle et en débattre, il est nécessaire de donner un sens précis au mot menhir : même si à tout instant il peut être remis en cause. À défaut d’autres propositions, en faisant référence à nos remarques sur le terrain et à des travaux récents, nous suggérons ceci :

21« On peut définir les menhirs comme étant des pierres dressées néolithiques. Isolées ou à plusieurs, elles font partie d’un espace organisé et forment parfois des ensembles d’une très grande complexité. En exprimant une notion d’enracinement au terroir, elles assuraient la pérennité des communautés qui les ont érigées et marquaient le centre des activités socio-culturelles. »

22De plus :

23L’authenticité de ces monuments doit être confirmée par :

  • des documents datables dans le calage ;

  • des figurations de gravures reconnaissables ;

  • l’environnement archéologique immédiat.

24Chacun est libre d’adhérer ou non à cette sorte de convention. Toutefois, et c’est l’essentiel, le mot « menhir », tout en étant conservé parce que couramment utilisé, prend une valeur restrictive. Il désigne les pierres mises debout au Néolithique : à charge pour les chercheurs de le prouver.

LE MÉGALITHE DE MONTHELON ET LA CHRONOLOGIE DES MENHIRS DE BOURGOGNE DU SUD

25Compte tenu de ce qui précède, il semblait intéressant de tester la récurrence des similitudes rencontrées dans l’implantation des menhirs de Saône-et-Loire. Retrouver un mégalithe connu seulement à partir de textes anciens, découlait de la simple logique. Recherchée depuis un siècle, « la pierre près de laquelle les Seigneurs de Mesvres rendaient la justice en 1530 » (Berthier, 1913 ; Lagrost, 1985) offrait cette opportunité.

26La cartographie, la toponymie, les vérifications sur le terrain entraînant l’élimination de plusieurs endroits incompatibles avec une implantation normale, nous ont incité à juger comme probable la présence d’un monolithe près de la ferme de Chevannes située sur la commune de Monthelon.

  • 5 Ce toponyme. « La Grande Corvée » ou « Les Corvées », peut indiquer l’emplacement d’anciennes struc (...)

27Le 20 février 1988, au lieu-dit « la Grande Corvée »5, nous découvrions une grosse pierre isolée, couchée au milieu d’une prairie.

28À environ 5 km à l’Ouest d’Autun et à 600 m au Sud de la N 81 qui, approximativement, suit le tracé de l’ancienne voie romaine allant vers Luzy et Bourbon-Lancy, le mégalithe occupait une position remarquable.

29Hors des crues, il était planté sur une sorte de replat dominant l’Arroux. À cet endroit la rivière forme une très large boucle. Deux gués proches permettent un franchissement aisé vers la rive opposée. Toute cette zone est un carrefour où aboutissaient d’antiques pistes venant du cœur de la Montagne morvandelle (Olivier, 1983). Les reliefs environnants, la proximité d’affluents de l’Arroux suggèrent un lieu choisi pour ses caractéristiques géographiques où le monolithe occupait une place déterminée. La découverte d’une station de surface, éloignée tout au plus d’une centaine de mètres vers le Nord et installée sur un petit plateau en légère surélévation dont les limites demeurent parfaitement inscrites dans le parcellaire actuel, pourrait le confirmer. Du matériel néolithique a été ramassé et des anomalies circulaires décelées par photographies aériennes pourraient faire penser à un habitat (fig. 2).

30Avec ses 2,30 m de longueur pour 1,80 m de largeur, ce petit bloc de granit n’a rien de spectaculaire. Cependant, autrefois ses dimensions étaient plus importantes. Orienté Nord-Sud, il repose incliné sur une masse terreuse d’où émergent quelques pierres. Au Nord, la partie sommitale porte les traces d’une importante tentative de destruction.

31La stratigraphie résultant de la fouille est éloquente (fig. 3 et 4). Elle atteste une occupation permanente allant du Néolithique à l’époque galloromaine. Vers le xve ou le xvie siècle des aménagements complémentaires sont apparus. Plus tard, vraisemblablement à la fin du siècle dernier, le mégalithe a été abattu et on a essayé de le détruire.

32En surface une couche arable, d’environ une quinzaine de centimètres, contenait quelques rares éclats de silex et d’infimes tessons indéterminables. Dessous un lit de cailloutis de très faible épaisseur nous a passablement intrigué. Pêle-mêle des silex, un talon de hache polie en roche verte, divers fragments de céramique lui étaient incorporés. Ce ne pouvaient pas être les effets d’une crue de la rivière (fig. 5). Cette terre a toujours été hors d’eau. Construit depuis très longtemps, on peut encore voir le talus d’un système d’irrigation qui, autrefois en saison sèche, amenait de l’eau dans cet endroit pourtant très proche de la rivière. L’hypothèse d’une couche de fonds de labours ayant, par densité, rassemblé tous ces éléments disparates serait séduisante. Seulement cette pâture n’a pas été retournée depuis des décennies. Seules les vues prises d’avion révélèrent des traces de billons. L’ouvrage récent : « Pour une Archéologie agraire » dirigé par Jean Guilaine nous procure quelques lumières. Dans sa contribution (page 311), Jacques-Elie Brochier explique clairement le travail des lombrics dans des terres laissées longtemps sans cultures : « ... Au fil des années vont se différencier, dans cette couche superficielle, deux horizons : à la base une couche caillouteuse plus ou moins continue, au sommet une couche fine qui a, en totalité, passé par le tube digestif des vers. Les constituants du sol ont été triés. Des objets d’âges très différents peuvent ainsi se trouver réunis dans ces lignes de pierres... ».

Fig. 2. — Monthelon. Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du mégalithe. 1 et 2. grattoirs ; 3 et 9. burins ; 4. grattoir en bout de lame ; 5 et 6. éclats retouchés ; 7 et 8. pièces à encoche.

33Au midi, marquées par le soc des charrues, deux pierres dépassaient légèrement de cette zone de petits cailloux. Elles appartenaient à une structure plus complexe que nous avons entièrement dégagée. Devant le menhir encore debout (des pierres épousant sa forme étaient toujours en place) a été aménagé un petit terre-plein arrondi maintenu par de la pierraille mise sur chant et disposée en arc de cercle. Il domine une fosse quadrangulaire pouvant avoir contenu une grosse pièce de bois maintenue en place par un solide blocage.

Fig. 3. — Monthelon. Coupe nord-sud de la fouille du menhir (relevé L. Lagrost).

34Tout cet ensemble adventice est fait de déblais provenant d’une construction gallo-romaine sans doute très proche. De gros morceaux de tuiles, des clous de charpente, un morceau de meule en roche volcanique, les innombrables débris de poteries le démontrent. Çà et là, de multiples traces de charbons de bois très ténues, laissent à penser que le bâtiment a été incendié.

35Compte tenu de ces données la thèse d’une pierre de justice, devant laquelle se dressait peut-être un gibet, ne doit pas être écartée.

36Sous cet agencement pierreux destiné finalement à niveler le sol en très faible déclivité, se trouve le paléosol en place et le dispositif de calage très sommairement fait d’une excavation où le mégalithe était peu enterré. Les matériaux provenant de l’affouillement suffisaient à le maintenir debout. Rendu très compact par la masse supportée, le fond de la fosse est la réplique exacte, mais en négatif, de la base du menhir.

37Au Nord, le terrain est indéchiffrable, complètement bouleversé par les terrassements qui ont mis à bas le monolithe.

  • 6 C’est l’occasion de revenir sur les cérémonies de fondation et les bris rituels lors de l’érection (...)

38C’est dans la proximité méridionale de la lèvre du calage et dans celui-ci qu’ont été découverts des tessons appartenant à un même récipient. L’un d’entre eux possède une perforation sous-cutanée. Des petits éléments raccordables étaient incrustés dans la paroi du trou, coincés contre le menhir quand il était debout. D’autres se trouvaient au fond de la fosse sur le sol damé, dont un fragment de panse disposé verticalement, sans doute amenés là par un effet de succion au moment de la chute du mégalithe. En tout cas, leur position écarte l’éventualité d’un bris rituel : ils auraient été pulvérisés sous l’énorme poids6.

39Ce vase a vraisemblablement été brisé au moment de l’érection du menhir et des débris se sont trouvés mêlés au calage. Nous avons pu reconstituer la forme de ce récipient. Il est en tous points semblable à certains découverts à Montceau-et-Echamant (21) et Mavilly-Mandelot (21) (Thevenot, 1984), localités distantes d’une cinquantaine de kilomètres au Nord-Est. On peut donc sans hésitation attribuer le vase de Monthelon au Néolithique Moyen Bourguignon (N.M.B.) (fig. 6).

40C’est la première fois en Bourgogne que l’on rencontre un indice chronologique aussi déterminant à mettre en relation avec un menhir. Il apporte également beaucoup pour la connaissance des processus de néolithisation en haute Vallée d’Arroux.

41Indépendamment du mégalithe de Monthelon qui, en dépit de sa modeste apparence, a fourni de nombreux enseignements, d’autres éléments totalement séparés viennent conforter cette datation. Des fouilles, des redressements, l’analyse des gravures relevées sur certains monuments, l’étude des « environnements à mégalithes » permettent désormais d’inscrire les menhirs de Bourgogne du Sud dans une chronologie cohérente, rendant plus que probable leur érection dès le Néolithique moyen.

Fig. 4. — Monthelon. Plan de la fouille du menhir (relevé L. Lagrost).

Fig. 5. — Monthelon. Matériel provenant de la fouille. 1. armature tranchante ; 2 et 3. burins : 4, 7 et 8. grattoirs ; 5. pièce à encoche ; 6. perçoir ; 9. talon de hache en roche verte.

Fig. 6. — En haut : vase mis au jour dans le calage du menhir de Monthelon. En bas, à gauche : vase de Montceau-Écharnant, à droite : vase de Mavilly-Mandelot.

  • 7 Elle est actuellement déposée au Musée Rolin à Autun.

42En 1984, lors des travaux de dégagement précédant la ré-érection des menhirs d’Époigny (Couches), à notre connaissance, des silex ont été exhumés ainsi que des éléments céramiques dont nous ne pouvons rien dire puisque nous n’avons pas eu l’heur de les examiner. Par contre, sous le menhir numéro 2 se trouvait en position secondaire une urne cinéraire datée du Bronze final III7. Manifestement ce dépôt funéraire est postérieur à la chute du mégalithe. De même, à la limite de la Saône-et-Loire et de la Nièvre, M. Arnoux, chargé de la fouille avant redressement du menhir de Tazilly (58), a découvert sous l’endroit où gisait autrefois le sommet du monolithe, une fosse à incinération recelant une bague en bronze. Il a aussi retrouvé le trou d’implantation se dessinant parfaitement dans les couches en place. Des éclats de quartz, un fragment de meule à broyer et une hache brisée en schiste poli étaient incorporés aux pierres du calage (Lagrost, 1988). Ces deux cas montrent que les monolithes gisaient déjà sur le sol à l’Age du Bronze et nous verrons plus loin, lorsque nous aborderons l’art mégalithique bourguignon, qu’un horizon Néolithique moyen peut leur être également attribué.

43Le menhir de La Chapelle-sous-Brancion a été redressé en 1958. L’endroit où la pierre était plantée, a révélé des tessons d’une poterie noirâtre épaisse ainsi que des silex. D’après Jean Combier ils pourraient être d’origine chalcolithique (Combier, 1959). Nos remarques et travaux in situ nous autorisent à penser que cette pierre levée est bien plus ancienne.

44Les travaux exemplaires de Jean Duriaud sur le deuxième menhir de Boyer ont mis au jour des armatures tranchantes et des tessons qui intègrent ces monolithes dans un contexte au plus Néolithique final (Duriaud, 1991).

45Sans qu’il soit besoin d’un examen approfondi, les gravures reconnues apportent aussi des indications. Par exemple ne figure aucun des attributs typiques de l’Âge du Bronze ou même du Chalcolithique, tels que des poignards, des pendentifs en double spirale, des rouelles etc. Ceux que l’on peut voir sont manifestement bien plus anciens (Lagrost, 1988).

  • 8 « ... Le Chasséen est de toutes les cultures du Néolithique français celle qui a la plus grande ext (...)

46Indépendamment des données qui seront traitées plus loin lors de l’étude des signes et des sites, ces premiers repères chronologiques permettent d’inscrire la plupart des pierres dressées néolithiques Sud-bourguignonnes dans un contexte Néolithique moyen. La possibilité d’une sorte de « choc en retour » de l’expansion chasséenne est sérieusement à envisager8.

L’ART MÉGALITHIQUE BOURGUIGNON (fig. 7)

47Avec, pour l’instant, huit menhirs ornés, la Saône-et-Loire est peut-être l’un des département où l’on en rencontre le plus. Il n’y a pas lieu d’en tirer vanité. Ailleurs il en existe certainement d’autres, mais leur a-t-on suffisamment prêté attention ?

Fig. 7. — Les gravures découvertes en 1990 sur le menhir de Broyé : une hache d’inspiration atlantique côtoie un anthropomorphe transalpin (dessin L. Lagrost).

48Nombre des gravures sur pierres levées sont à peine discernables. Elles ont subi les injures du temps et parfois des hommes. En Bourgogne, il a fallu utiliser des techniques de détections nocturnes par lumières rasantes, suivies de relevés intégraux sur calques millimétrés à l’échelle 1, pour arriver à discerner et analyser beaucoup d’entre elles (Lagrost, 1986).

49Bien qu’exécutées de manières différentes, soit par simple piquetage, soit par l’utilisation de la technique du faux relief, la plupart des représentations sont parfaitement reconnaissables. L’ensemble forme une unité stylistique permettant de qualifier un art mégalithique régionalisé. Cependant les motifs représentés semblent être la combinaison d’éléments divers provenant de directions diamétralement opposées. On a une impression d’amalgame, de fusion, d’assimilation de cultures différentes. Cela n’est pas surprenant. La Bourgogne méridionale montre là encore son rôle de carrefour. Il n’est donc pas incompatible de rencontrer des thèmes venant selon toute vraisemblance de la façade atlantique : haches à talon pointu, serpentiformes, idoliformes, crosses, cupules etc. Les représentations anthropomorphes : orants, tridents, et autres stylisations humaines et les coupelles en faux relief s’identifient à la fois à des dessins du Bassin Méditerranéen et à des gravures du Val Camonica – phases 1 et 2 – (Anati, 1979) dont on retrouve des prolongements jusque dans le Valais suisse, notamment à Sion et à Saint-Léonard. En tout cas toutes ces figurations sont réputées très anciennes et leur origine remonteraient au milieu du quatrième millénaire.

  • 9 Catherine Masserey rattache l’ensemble mégalithique de Lutry au Néolithique final. Compte tenu de n (...)

50La question de « l’objet » est moins claire. Jusqu’à présent, on avait pris l’habitude de le rencontrer sur les statues-menhirs du midi de la France chronologiquement plus récentes (Arnal, 1984 et 1986) et voilà qu’on en découvre en Suisse à Lutry (Masserey, 1985) et en Bourgogne à Couches, Saint-Micaud, Saint-Clément-sur-Guye (Lagrost, 1988). Une fois de plus le problème de « l’objet » se complique, d’autant que dans ces derniers cas, il est isolé, en dehors de sa statuaire habituelle9.

51On ne peut s’empêcher de lui trouver une grande analogie avec la pendeloque en os ayant la forme d’une spatule faisant partie du mobilier funéraire de l’un des monuments de la nécropole du site des Réaudins à Balloy (Seine-et-Marne). Les inhumations correspondantes datent du Néolithique moyen et appartiennent au groupe Cerny-Barbuise (Mordant, 1988). Les objets également en os et en forme de « tour Eiffel », découverts dans la nécropole monumentale de Passy (Yonne), s’apparentent beaucoup à des pendeloques connues sur des statues-menhirs de l’Aveyron (Saint-Sernin, Mas Capelier, Les Montels). Il n’y a pas d’incompatibilité chronologique entre le groupe de Cerny, le N.M.B. et le Cortaillod. Les contacts entre ces différentes cultures sont évidents. Cependant la chronologie des statues menhirs, telle qu’elle est actuellement établie, ne descend guère au-dessous du Néolithique final. Bien que très conjecturales ces ressemblances permettraient de placer « l’objet » dans un cadre où il y aurait de grandes chances de résoudre les problèmes de datation, de diffusion et d’évolution liés à cet élément de parure et de prestige. Et puis, ne pourrait-on pas l’appeler pendentif : le mot qui désigne le mieux ce qu’il est en réalité ? (fig. 8).

52Malgré tout, l’art mégalithique bourguignon est en quelque sorte la synthèse de l’art mégalithique en général. Jean-Louis Voruz écrit d’ailleurs à ce propos : « ... Ils (les menhirs de Bourgogne) portent en effet des gravures rassemblant presque tous les principaux thèmes de l’art mégalithique breton..., mais aussi un orant de type alpin et deux « objets » de type languedocien. Les contacts avec la Bretagne sont du reste déjà démontrés par une grande hache à talon pointu de type carnacéen datable du Ve millénaire trouvée à Zermatt (Valais) près d’un abri déjà occupé à cette époque. » (Voruz, 1989).

53Par ailleurs, il se pourrait que certaines peintures de Provence, à caractères anthropomorphes, datent du Chalcolithique provençal de tradition chasséenne (Hameau, 1989).

54Un inventaire des principaux décors peut se répartir ainsi (fig. 9) :

55Antropomorphes :

  • orant : Saint-Micaud ;

  • trident : La Chapelle-sous-Brancion, Saint-Micaud ;

  • autres : Couches, Broyé, Saint-Clément-sur-Guye.

56Haches :

  • emmanchée : Couches et peut-être Saint-Clément-sur-Guye ;

  • seule : Broyé.

57Idoles :

  • à « chevelure » : Massy ;

  • à crochets et excroissances latérales : Saint-Micaud.

58« Objets » :

  • gravé : Saint-Micaud ;

  • faux-relief : Couches, Saint-Clément-sur-Guye.

59Coupelles en faux relief :

60Couches, Saint-Clément-sur-Guye.

61Cupules :

62Couches.

63Jougs :

64Saint-Micaud.

65Crosses :

66Massy, Saint-Micaud, Saint-Clément.

67Autres :

68Massy, Saint-Micaud, Couches.

69En 1981, au 8e colloque interrégional du Puy, dans leur rapport préliminaire concernant : « Les influences méridionales dans la France de l’Est et du Centre-Est au Néolithique moyen et final », Jean-Paul Thevenot et Pierre Pétrequin constataient : « ... Le Chasséen représente à lui seul l’essentiel des influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique moyen. C’est la civilisation la plus dynamique de toute cette période. Elle donne un exemple de progression, par migration, de populations s’installant dans un milieu peu ou pas occupé... ou affermissant son influence par contacts répétés... ». Plus loin ils écrivent encore : « Le repli des civilisations du Néolithique moyen sur elles-mêmes est général et paraît s’accentuer vers le milieu du IIIe millénaire, ce qui correspond à un changement d’état d’esprit dont on ne saisit pas encore les causes ».

Fig. 8. — Pendeloques en os. 1. Balloy (77), « Les Réaudins » (d’après Mordant, 1988) ; 2. Passy (89), découverte fortuite D. Peretto.

70Pour notre part et sans doute sommes nous bien hardis, il semblerait qu’il s’agisse, à propos de l’art mégalithique bourguignon, d’un phénomène bien connu des ethnologues et des historiens, valable à toutes les époques et sous toutes les latitudes. Après un « envahissement », qu’il soit physique ou seulement culturel, dans un premier temps les occupants imposent leur mode de vie. Ils tentent d’inculquer leurs idées, parfois avec contraintes. Puis au fil du temps et des événements les mœurs nouvelles se diluent ; elles sont adaptées ou purement et simplement rejetées en fonction des nécessités et des concepts locaux.

71Justement, évoquant l’expansion chasséenne, le célèbre historien Fernand Braudel explique : « Ce qui ne veut pas dire qu’elle ait effacé toutes les différences locales, mais qu’elle a marqué de son sceau reconnaissable l’ensemble des cultures régionales. Sous cette vive impulsion, celles-ci ont évolué et fabriqué chacune, finalement, leur propre version de la culture mère, avec de fortes différenciations »... (Braudel, 1986). Cela pourrait se confirmer en Bourgogne avec le Néolithique Moyen Bourguignon qui voit, apparemment vers la même période, l’érection de grandes pierres décorées. Le substrat chasséen a, en dépit des adaptations locales, le mérite de maintenir les contacts et les échanges notamment, pour ce qui nous concerne, entre le N.M.B. et les civilisations de Cortaillod et Lagozza.

72Tout en présentant une certaine unité stylistique, les figurations ornant les mégalithes bourguignons sont donc tributaires d’influences diverses.

73Examiné séparément, chaque monument présente cependant des différences notables. L’ornementation peut-être exécutée de différentes manières, revêtir une extrême simplicité (La Chapelle-sous-Brancion) ou, au contraire, se montrer presque exubérante (Saint-Clément-sur-Guye). Généralement une seule face est ornée, mais l’on ne peut pas dire si elle avait une orientation préférentielle. En Saône-et-Loire, seule la « pierre fiche » de Boyer a conservé son implantation initiale. Les autres menhirs sont tombés d’eux-mêmes ou, le plus souvent, ont été victimes de la bêtise des hommes qui les ont cassés et enterrés. À Saint-Micaud en 1911, lors du redressement, certaines personnes âgées, qui avaient vu le mégalithe en place, gardaient le souvenir de gravures orientées au levant (Berthier, Déchelette, 1911 ; Lagrost, 1986). Il est impossible de garantir la contemporanéité de toutes les pierres dressées néolithiques de Bourgogne du Sud, d’autant que Monthelon est dans un contexte Néolithique Moyen Bourguignon alors qu’à Boyer les menhirs paraissent plutôt s’inscrire dans les débuts du Néolithique final (Duriaud, 1992). Cependant, au moins pour les menhirs ornés, il est raisonnable de les attribuer chronologiquement au Néolithique moyen puisque tous les signes reconnus font partie des phases anciennes de l’art mégalithique en général.

Fig. 9. — Tableau synthétique de l’art mégalithique bourguignon.

MENHIRS ET TERROIRS

74Sans revenir sur la définition d’un menhir ni sur la brève étude du mégalithe de Monthelon. on aura compris que chaque pierre dressée néolithique de Bourgogne du Sud laisse une impression d’emplacement soigneusement sélectionné au sein d’une aire naturellement délimitée. Cette observation nécessite un maximum de précisions. Des investigations sur le terrain, très poussées, sont capables de fournir un certain nombre d’éléments déterminants.

75Il est souhaitable, pour mieux comprendre, d’étudier deux cas précis particulièrement représentatifs, mais tout en sachant que les données retenues sont parfaitement transposables aux autres monuments.

76Saint-Micaud est l’un de ces sites de hautes vallées secondaires commun à bien des menhirs de la région. Le Brennon, petit affluent de la Guye, coupe en son milieu un cirque naturel irrégulier bien délimité par les reliefs environnants. Cette dépression mesure à peu près 3,5 km d’Est en Ouest pour approximativement 4 km du Nord au Sud. La longue ligne de crête qui la protège des vents occidentaux dominants fait partie de la grande dorsale dont il a été fait mention plus haut. Au niveau de la localité du Puley, le Brennon se glisse entre les grès du Bois de Chaleutre (ces derniers font partie du Massif du Mont-Saint-Vincent) et les calcaires à silex de Bois Rougeon qui marquent la limite orientale.

77Les « pierres aux fées » se dressaient sur un promontoire occupant pratiquement le centre de la cuvette. Le choix du lieu d’implantation est manifestement délibéré (fig. 10).

  • 10 Nous rejoignons J. Briard lorsqu’il écrit à propos des lieux d’habitat de l’Homme protohistorique d (...)

78En envisageant que les premières installations néolithiques auraient pu être « à vue » des menhirs, toute la dépression a été prospectée en cercles concentriques à partir de ceux-ci. La concentration d’un important matériel lithique sur des points précis et bien circonscrits confirmèrent la justesse de ce postulat (fig. 11 et 12). Le vallon du Brennon est aussi une importante station moustérienne et l’on comprendra que cet aspect n’ait point été négligé. Cependant les principaux gisements néolithiques se trouvent sur des endroits pas forcément en concordance avec les campements de l’homme de Neandertal. Il est délicat de parler d’habitats, l’acidité des sols granitiques, le passage répété des charrues ont rendu difficile la découverte de tessons ou d’ossements que l’on pourrait authentifier avec certitude. Certaines pâtes à gros dégraissant attestent au moins une origine protohistorique et un fragment porte un mamelon. Toutefois il serait bien étrange que les haches, les armatures tranchantes et perçantes, les grattoirs, les perçoirs et autres outils, les nucléus, les éclats, les percuteurs, parfois ramassés sur seulement quelques dizaines de mètres carrés, soient très éloignés des habitations10. En tout état de cause ce matériel montre que les menhirs étaient au centre d’intenses activités. Sur ce sujet une dernière remarque s’impose : si l’on trouve des traces du Paléolithique moyen, pour l’instant le Mésolithique semble absent. De même un hiatus paraît exister entre le Néolithique et l’époque gallo-romaine qui, elle, se manifeste beaucoup plus abondamment qu’on ne l’avait soupçonné jusqu’ici.

  • 11 Cette occupation progressive de petites vallées secondaires a pu se faire par la Grosne et la Guye (...)

79Ce qui précède incite à regarder la vallée du Brennon comme une niche écologique privilégiée où les chasseurs moustériens attendaient à certaines époques de l’année, bien à l’abri des vents dominants, le passage des animaux. Indéniablement il se dégage de ce fait une notion de cheminements existants depuis des temps immémoriaux. Des milliers d’années plus tard, venus par les mêmes chemins, les paléoagriculteurs bénéficiant de biotopes toujours favorables et de terres alluviales très fertiles s’y sont installés11.

80Encore à l’abri des remembrements, le parcellaire actuel reflète assez bien les passages obligés, notamment l’existence d’une ancienne piste qui, à partir du Col du Porthus (Mont-Saint-Vincent), traversait toute la vallée du Sud-Est au Nord-Ouest. Une autre vieille sente passe au Sud près du prieuré du Puley et se dirige vers le Nord en suivant en partie la rive gauche du Brennon.

81Le deuxième cas que l’on peut examiner est celui de La Chapelle-sous-Brancion. Cette fois les Néolithiques se sont installés dans la partie haute de la vallée du Grison, l’un des affluents de la Grosne (fig. 13). Le menhir, implanté sous les parties calcaires dominées par le village médiéval des seigneurs de Brancion, est constitué d’un grès provenant d’un affleurement très proche. On rencontre pratiquement les mêmes caractéristiques d’occupation qu’à Saint-Micaud du Paléolithique à l’invasion Romaine. Apparemment les premiers paysans ont exploité les riches terres en faible pente menant à la rivière. Tout le fond de la vallée est inondable lors des crues de la Grosne. Les gisements néolithiques se situent hors d’eau sur les terrasses alluviales. Tout comme à Saint-Micaud, les points de trouvailles sont très concentrés et le matériel lithique assez semblable (fig. 14 et 15).

Fig. 10. — Carte de l’environnement géologique et archéologique du menhir de Saint-Micaud.

Fig. 11. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de Saint-Micaud. 1 à 3. Armatures tranchantes et perçantes ; 4 à 12. grattoirs.

Fig. 12. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de Saint-Micaud. 13. Burin ; 14 à 18. pièces à encoche ; 19 à 20. perçoirs ; 21. : élément de faucille avec lustré ; 22. hache en silex polie ; 23. talon de hache polie en serpentine.

  • 12 Renseignement inédit fourni par J. Duriaud.

82La « pierre levée » occupe un endroit privilégié dans le paysage. Elle se dresse au-dessus des champs. Comme adossée à la pente devenue beaucoup plus forte, elle semble les protéger. Cette disposition est, rappelons le, commune à la plupart des menhirs de Saône-et-Loire (ex : Saint-Clément-sur-Guye, Saint-Martin-du-Tartre, Massy, Broyé, Tazilly, etc.). De plus ce mégalithe est dans la proximité de nombreuses voies anciennes dont une vieille piste jalonnée de stations néolithiques12.

83Dans l’industrie lithique associable aux « pierres dressées néolithiques » de Bourgogne du Sud, il est constant de trouver des outils façonnés sur éclats. Les lames sont rares. Bien que l’on ait beaucoup utilisé le silex local, la matière première a de multiples provenances. Il faut noter que le matériel dont il est fait mention ici, provient uniquement de la recherche actuelle. En pratiquant des ramassages exhaustifs et soigneusement localisés sur le terrain l’archéologie de surface produit un échantillonnage statistiquement plus fiable qu’une fouille ou un sondage réduit à quelques mètres carrés. Les musées régionaux, certaines collections particulières possèdent des pièces provenant des secteurs concernés, mais il s’agit toujours de spécimens exceptionnels distraits de leur contexte archéologique. Ils ne permettent pas de prendre en compte et d’étudier la matière première débitée, d’établir des proportions entre les nucléus, les éclats rejetés, ceux qui sont aménagés et enfin les outils finis. À notre avis, sans entrer dans les détails (on peut se référer au planches jointes), cette industrie où prédominent les grattoirs s’intégre tout à fait à celle connue au Néolithique moyen régional (N.M.B.) et dans le Cortaillod. À ce sujet, les séries étudiées par Mme Philibert dans son étude sur les industries lithiques de la vallée de l’Arroux (Philibert, 1974 et 1981), semblent s’inscrire davantage dans ce contexte que provenir directement de l’expansion chasséenne. Il est difficile, en l’absence de céramique, de se baser uniquement sur le lithique. Pour le Chasséen pur, nous avons pris comme base de référence la présence de belles lames fines façonnées dans un silex au grain très fin d’excellente qualité. Personnellement nous en avons ramassé un très beau fragment à Saint-Pantaléon et une lame complète dans une terre peu éloignée du menhir de La Chapelle-sous-Brancion.

Fig. 13. Carte de l’environnement géologique et archéologique du menhir de La Chapelle-sous-Brancion.

Fig. 14. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de La Chapelle-sous-Brancion. I et 2. Armatures perçantes ; 3 à 5. armatures tranchantes ; 6. burin ; 7. lame chasséenne ; 8. ébauche de hache en roche noire ; 9. tranchet en silex, avec lustré (Néolithique moyen régional).

Fig. 15. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de La Chapelle-sous-Brancion. 10 à 17. Grattoirs.

84Il ne fait guère de doute que les premiers paysans sud-bourguignons se sont installés plutôt dans les hautes vallées secondaires. Peut-être s’agissait-il de populations autochtones issues du Mésolithique qui, au contact des Chasséens, ont acquis des connaissances technologiques supplémentaires et se sont laissées imprégner « d’idéologies » nouvelles. En tout cas, au Néolithique moyen, ils avaient, déjà, un sens aigu de la propriété foncière sinon personnelle, du moins collective.

85Cette préoccupation aboutissait à la nécessité de marquer de manière pérenne les terres exploitées en commun. Plus subjectivement devaient s’ajouter des considérations d’ordre religieux, tribales, cosmogoniques, empreintes d’immortalité qu’il ne sera pas possible de démontrer. Parmi d’autres moyens (tertres, monuments mégalithiques et pourquoi pas naturels, etc.), de grandes pierres dressées étaient aptes à remplir cet office.

  • 13 Les aires disponibles autour de chaque menhir sont de l’ordre de 2 à 3 km de diamètre. Il s’agissai (...)

86On ne peut guère discuter du type de sociétés qui occupaient notre région au Néolithique moyen. Cependant compte tenu des superficies disponibles13 apparemment utilisées et des schémas dressés par plusieurs chercheurs, notamment C. Renfrew et J.-P. Mohen, il est possible d’envisager que tout au plus une soixantaine de personnes occupait ces sites à chaque génération (Mohen, 1989). Contrairement à ce que l’on peut penser, déplacer des pierres d’une vingtaine de tonnes avec des effectifs aussi réduit n’est pas insurmontable (M. Gruet, discussion table ronde CNRS, Les Sables-d’Olonne, 1987).

87La dureté de la roche utilisée, son inaltérabilité apparente symbolisaient une volonté de durer. Chaque pierre plantée remémorait ceux qui l’avait dressée (les ancêtres disparus). Chaque membre de la communauté y trouvait sa propre part d’éternité avec le désir logique pour des agriculteurs-éleveurs trouvant des « modèles » dans les cycles saisonniers, les mystères de la germination et de la gestation, de mieux vivre, à défaut de s’en affranchir, les séquences immuables naissance/vie/mort.

88La position des « pierres dressées Néolithique » de Bourgogne du Sud paraît confirmer cette hypothèse. Elles font partie de l’organisation spatiale des terroirs néolithiques. Elles dominent, protègent les hommes et leurs biens.

89Si l’on accepte cette façon de voir les choses, alors s’expliquent mieux ces bouchardages soignés, ces gravures faites et disposées selon des normes prédéterminées qui en faisaient de magnifiques stèles individualisées auprès desquelles des rites à jamais perdus devaient s’accomplir. À tout le moins elles pouvaient être un lieu de réunion où se discutaient les décisions importantes régissant la vie communautaire.

90Vus sous cet angle, les menhirs de Bourgogne du Sud paraissent évoquer le totémisme et montrent qu’ils étaient le centre des activités collectives, élevés à l’usage des vivants.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abelanet, 1986 = Abelanet (J.), Signes sans paroles : cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale, Paris, Hachette-Littérature, coll. « La Mémoire du Temps ».

Actes des journées d’étude des statues-menhirs, 1987 = Actes des journées d’étude des statues-menhirs, Saint-Pons-de-Thomières, mai 1984, édité par la Fédération des Associations et usagers du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, Musée de Saint-Pons, 129 p.

Anati, 1979 = Anati (E.), La Préhistoire des Alpes, Milan, Jaca Books, p. 139-185.

Arnal, 1956 = Arnal (J.), « Petit Lexique du Mégalithisme », BSPF, p. 518-531.

Arnal, 1976 = Arnal (J.), Les statues-menhirs, hommes et dieux, Paris, éd. des Hespérides.

Arnal, 1984 = Arnal (J.), « La Chronologie des statues-menhirs en Europe », in : Actes des Journées d’Étude des satues-menhirs, Saint-Pons-de-Thomière, mai 1984, p. 11-13.

Arnal, 1986 = Arnal (J.), « Les Campaniformes face aux statues-menhirs », Le Néolithique de la France (voir : Demoule), p. 419-430.

Berthier, 1913 = Berthier (V.), « Une gravure rupestre dans l’Autunois », Soc. d’Histoire Naturelle d’Autun, t. 26, p. 86-94.

Berthier, Déchelette, 1911 = Berthier (V.), Déchelette (J.), Le Menhir de Saint-Micaud, Soc. d’Histoire Naturelle d’Autun, 24, Autun, Dejussieu et Demasy, Paris, Masson éditeur.

Braudel. 1986 = Braudel (F.), L’identité de la France : les hommes et les choses, Paris, Arthaud, p. 15 - 37.

Brézillon, 1980 = Brézillon (M.), Dictionnaire de la Préhistoire, Dictionnaires de l’Homme du xxe siècle, Larousse.

Briard, 1986 = Briard (J.), « Paléoenvironnement de l’homme protohistorique de l’Ouest Armoricain », in : Poitiers, Préhistoire de Poitou-Charentes : problèmes actuels ; Actes du 3e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 226 (Nouveaux Sites d’Habitats).

Briard, 1987 = Briard (J.), Mythes et symboles de l’Europe Préceltique, éd. Errance.

Bulliot, 1856 = Bulliot (J.-G.), « Le système défensif des Romains dans le pays éduen », Publ. de la Soc. Éduenne, p. 68 et 70.

Chantre, Savoie, 1902 = Chantre (E.), Savoie (C.), « Répertoire paléoethnologique de Saône-et-Loire », Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, session de Montauban, p. 798, Ref. B.N. : Lj 6 523 ; in 8°.

Combier, 1959 = Combier (J.), Informations Archéologiques, Gallia Préhistoire, tome II, p. 129-130.

Déchelette, 1928 = Déchelette (J.), Manuel d’Archéologie Préhistorique et Celtique, Paris, éd. Picard.

Démoulé, Guilaine, 1986 = Démoulé (J.-P.), Guilaine (J.), dir., Le Néolithique de la France : hommage à G. Bailloud, Paris, éd. Picard.

Duriaud, 1990 = Duriaud (J.), « 20 ans d’Archéologie en Tournugeois », Schenck Toumus, La Préhistoire, p. 2-3.

Duriaud, 1991 = Duriaud (J.), « Néolithique en Tournugeois : évolution des industries lithiques », in : 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, octobre 1991, Résumés des communications, p. 25.

Duriaud, 1991 = Duriaud (J.), « Dynamique évolutive des industries lithiques néolithiques en Tournugeois », Recherches récentes sur le Néolithique en Bourgogne ; Catalogue d’exposition ; 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, octobre 1991, p. 12-14.

Gagnière, 1959 = Gagnière (S.), Informations Archéologiques, Gallia Préhistoire, 2, Olmeta du Cap-Corse, La Grotte Scritta, p. 252.

Giot, 1982 = Giot (P.-R.), « Menhirs et dolmens », Monuments mégalithiques de Bretagne, Jos le Doare, p. 2-10.

Giot, L’helgouac’h, Monnier, 1979 = Giot (P.-R.), L’helgouac’h (J.), Monnier (J.-L.), Préhistoire de la Bretagne, Ouest France Université, p. 383-482.

Guilaine, 1991 = Guilaine (J.), dir., Pour une Archéologie agraire, Paris, Armand Colin, p. 311-313.

Hameau, 1989 = Hameau (P.), Les peintures postglaciaires en Provence, 124 p., (DAF, 22).

Joly, 1956 = Joly (J.), « Les mégalithes du Châtillonnais », Soc. Archéologique du Châtillonnais, Troisième Série, no 8, p. 196.

Joly, 1965 = Joly (J.), « Les tombes mégalithiques du département de la Côte-d’Or », RAE, 16. p. 57-74.

Joly, 1976 = Joly (J.), « Le Morvan dans la haute Antiquité (Préhistoire et Protohistoire) », RAE, 27, p. 17.

Joly, Olivier, 1972 = Joly (J.), Olivier (L.), « Un socle de granit parsemé de silex, vestiges et perspectives antiques en Morvan », Connaissance du Morvan, no 1, p. 8-13.

Joussaume, 1990 = Joussaume (R.), dir., Mégalithisme et Société ; Table ronde CNRS des Sables-d’Olonne (Vendée), UPR 40 du CNRS, Laboratoire d’Anthropologie de l’Université Rennes I, Groupe Vendéen d’Études Préhistoriques, La Roche-sur-Yon.

Lagrost, 1985 = Lagrost (L.), « La Pierre de la Dame à Mesvres, son site, sa légende, son pétroglyphe », Images de Saône-et-Loire, Groupe 71 Mâcon, no 63.

Lagrost, 1986 = Lagrost (L.), « Le menhir de Saint-Micaud à la lumière des projecteurs », Images de Saône-et-Loire, Groupe 71 Mâcon, no 66 et no 67.

Lagrost, 1988 = Lagrost (L.), « Dolmens et menhirs en Bourgogne, l’art mégalithique bourguignon », Archeologia, 238, p. 52-59.

Lagrost, 1988 = Lagrost (L.), « Réflexions sur le menhir de Tazilly », Images de Saône-et-Loire, Groupe 71 Mâcon, no 74.

Lagrost, 1989 = Lagrost (L.), « Notes sur le menhir de Massy », Images de Saône-et-Loire, Groupe 71 Mâcon, no 77.

Lagrost, 1991 = Lagrost (L.), « Des menhirs pour les vivants ou menhirs et environnements et le menhir de Monthelon », Recherches récentes sur le Néolithique en Bourgogne ; Catalogue exposition 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, p. 6-8.

Landau, 1977 = Landau (J.), Les représentations anthropomorphes mégalithiques de la région méditerranéenne (3e au 1er millénaire), Paris, C.N.R.S., Publication de l’U.R.A., 7.

Le Roux, 1985 = Le Roux (C.T.), « Gavrinis et les îles du Morbihan », Les mégalithes du golfe, Ministère de la Culture, Imprimerie Nationale, p. 19-20.

Leroi-Gourhan, 1988 = Leroi-Gourhan (A.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, PUF

Lichardus, et alii. 1985 = Lichardus (J.), Lichardusitten (M.), Bailloud (G.), Cauvin (J.), La Protohistoire de l’Europe, le Néolithique et le Chalcolithique en France, Paris, PUF, Nouvelle Clio.

Longuy, 1883 = Longuy (H. de), « Notice Archéologique sur Santenay », Mém. Soc. Éduenne, Nelle Série, Tome Douzième, p. 146-152.

Masserey, 1985 = Masserey (C.), « Alignements de menhirs et stèle gravée, Lutry-La Possession : résultats préliminaires », in : Actes du 12e colloque interrégional sur le Néolithique, Lons-le-Saunier, octobre 1985, p. 201-203.

Mohen, 1989 = Mohen (J.-P.), Le Monde des mégalithes. Paris, Casterman. Archives du temps.

Monnier, 1873 = Monnier « Période celtique, monuments lapidaires », Annuaire de Saône-et-Loire, p. 13-100.

Mordant, 1988 = Mordant (D.), « Le site des Réaudins à Balloy (Seine-et-Marne) : premiers résultats », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, p. 33-43.

Olivier, 1983 = Olivier (L.), Le Haut Morvan Romain, voies et sites, 4e suppl. à la RAE.

Pétrequin, 1989 = Pétrequin (P.), « Le Néolithique Ancien et Moyen dans l’Est de la France », in : Mohen (J.-P.), dir., Le Temps de la Préhistoire, Tome 1, Soc. Préhistorique Française, éd. Archéologia, p. 380-382.

Philibert, 1974 = Philibert (M.), « Préhistoire de la Vallée de l’Arroux », Bull. de la Soc. d’Histoire Naturelle d’Autun, 70, p. 17-30.

Philibert, 1981 = Philibert (M.), « Le rôle du Bassin de la Loire dans la diffusion du Chasséen méridional vers le Nord de la France », in : Actes du 8e colloque interrégional, Le Puy, octobre 1981, p. 221-228.

Renfrew, 1983 = Renfrew (C.), Les Origines de l’Europe, « Vers une Archéologie Sociale », Paris, Flammarion, coll. Nouvelle Bibliothèque Scientifique, p. 125-288.

Rigaud, 1989 = Rigaud (J.P.), dir., Les Hauts lieux de la Préhistoire en France, Paris, Bordas.

Thevenot, 1969 = Thevenot (E.), « Les Voies Romaines de la Cité des Éduens », Bruxelles, Latomus, p. 77, 78, 154, 181 et 183.

Thevenot, 1984 = Thevenot (J.-P.), « Le Néolithique moyen bourguignon de Bourgogne orientale », Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2, Genève, p. 73-83 et 185-190.

Thevenot, et alii, 1976 = Thevenot (J.-P.), « La civilisation Saône-Rhône », RAE, 27, Fasc. 3 et 4, p. 400-405.

Thevenot, Pétrequin, 1981 = Thevenot (J.-P.), Pétrequin (P.), « Genèse et évolution des civilisations du Néolithique moyen et du Néolithique final », in : Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 151-155.

Voruz, 1989 = Voruz (J.-L.), « Litholâtrie néolithique : les statues-menhirs de Suisse Romande », in : Mégalithisme et Sociétés ; Table ronde CNRS, Les Sables-d’Olonne (Voir : Joussaume), p. 187-207.

Annexes

ANNEXE

Les pierres dressées néolithiques de Bourgogne du Sud

Lieux

Nombre

Incertains14

AUTUN
(Saint-Pantaléon)
AUTUN
(Pierrefrite ou Pierrefitte)
AUXY
BOYER
BROYE
CHALMOUX
CHAPAIZE
COUCHES
CHAPELLE-/s-BRANCION
MALTAT
MASSY
MONTHELON
St-CLÉMENT-s/-GUYE
St-FIRMIN
St-MARTIN-du-TARTRE
St-MICAUD
St-PIERRE-de-VARENNES
SAILLY
TAZILLY

30 (23 E)
1 (D)
1 (D)
215
1
1 (D)
6
1
2 (1C)
1
1
2
1
2 (D/E ?)
2 (1D)
1
1

1 (C)
116
1
2

TOTAL : 19 sites

56 menhirs

5

Ce tableau est la situation en Octobre 1991, des modifications ultérieures peuvent intervenir. (C) = Cassé ; (D) = Détruit ; (E) = Enfoui.

Notes

1 Sans paraître en tirer des relations de cause à effet, dans leurs études respectives, J.G. Bulliot et E. Thevenot citent plusieurs menhirs se trouvant relativement proches des voies romaines ou anciennes (Ex : Auxy, Couches, Tazilly, Pierrefitte, la « Pierre Pointe » de Sussey, etc.). D’autres auteurs : G. Jeanton (La Chapelle-sous-Brancion et Chapaize), H. Parriat (St-Clément-sur-Guye), sans commentaire, signalent des mégalithes se trouvant près de vieilles voies.

2 P.R. Giot (Menhirs et Dolmens, 1982, p. 4), J.-P. Mohen (Le Monde des Mégalithes, 1989, p. 121) font des observations similaires.

3 C. Renfrew, R. Joussaume, J.-P. Mohen, C.T. Le Roux, P.R. Giot et beaucoup d’autres chercheurs expriment la même notion, mais à propos des sépultures mégalithiques.

4 Le Docteur Jean Amal a donné une définition claire et sans ambiguïté concernant les sépultures mégalithiques (BSPF, Septembre 1956, p. 518). À la suite de Joseph Déchelette, les spécialistes s’accordent en général pour reconnaître dans les menhirs des pierres dressées au Néolithique, mais pas de manière implicite. J. Joly, ancien Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bourgogne, traitant des mégalithes du Châtillonnais, écrivait : « ... Il n’y a pas de caractères aussi nets pour définir un menhir ; quand on emploie ce terme la pensée se tourne invinciblement vers les pierres dressées de la Bretagne dont un bon nombre ont été érigées par les constructeurs de dolmens ou leurs successeurs immédiats ; par conséquent pour ne pas égarer les esprits, il convient de réserver le terme menhir aux pierres qui ont été dressées vers le début du IIe millénaire... ». (Société Archéologique du Chatillonnais, no 8-1956, p. 196). De son côté P.R. Giot parle de « menhirs néolithiques » (Préhistoire de la Bretagne, 1979, p. 400). On peut aussi consulter les dictionnaires de la Préhistoire d’André Leroi-Gourhan ou de Michel Brézillon, mais il s’agit toujours d’explications et non de définition.

5 Ce toponyme. « La Grande Corvée » ou « Les Corvées », peut indiquer l’emplacement d’anciennes structures médiévales.

6 C’est l’occasion de revenir sur les cérémonies de fondation et les bris rituels lors de l’érection des menhirs. Il faut dire que toutes les références sur ce sujet proviennent de fouilles anciennes. Rien ne prouve que les objets signalés ont été mis au moment où le monolithe fut érigé. Il n’est guère possible d’admettre un dépôt volontaire d’autant que l’environnement des pierres dressées néolithiques est riche en vestiges de toutes sortes (nous en apportons les preuves). D’autre part, au moment du levage, de nombreuses personnes étaient présentes. Elles ont pu perdre, casser et piétiner différentes choses qui se sont trouvées occasionnellement mêlées aux matériaux nécessaires au maintien des monolithes. En Bourgogne du Sud, où plusieurs emplacements de menhirs ont été fouillés, aucune trace de rubéfaction ou de mise intentionnelle d’objet dans les fosses d’implantation n’a pu être enregistrée. Ceci n’exclut pas des rites dont nous ne saurons probablement jamais rien.

7 Elle est actuellement déposée au Musée Rolin à Autun.

8 « ... Le Chasséen est de toutes les cultures du Néolithique français celle qui a la plus grande extension, en même temps qu’une très longue durée, de l’ordre d’un millénaire...... Comment expliquer la genèse et le dynamisme exceptionnel du Chasséen ? Il s’élabore dans le Sud-Est de la France et le Massif central, par suite d’apports italiques évidents mais limités agissant sur un fond indigène... ». (G. Bailloud : La Protohistoire de l’Europe, p. 548 et 551).

9 Catherine Masserey rattache l’ensemble mégalithique de Lutry au Néolithique final. Compte tenu de nos observations découlant de l’art mégalithique bourguignon, il est probable que la stèle de Lutry soit plus ancienne.

10 Nous rejoignons J. Briard lorsqu’il écrit à propos des lieux d’habitat de l’Homme protohistorique de l’Ouest Armoricain : « ... Par sites d’habitats diffus, nous entendons des parcelles en culture où l’on recueille de nombreux témoins de la vie domestique, fragments de poteries, industrie lithique, meules, broyeurs, lissoirs etc ». (Briard, 1986, Préhistoire de Poitou-Charentes ; Actes du 3e Congrès national des Sociétés savantes, p. 226).

11 Cette occupation progressive de petites vallées secondaires a pu se faire par la Grosne et la Guye à l’Est, l’Arroux à l’Ouest.

12 Renseignement inédit fourni par J. Duriaud.

13 Les aires disponibles autour de chaque menhir sont de l’ordre de 2 à 3 km de diamètre. Il s’agissait sans doute de populations plus orientées vers l’élevage et la chasse tout en pratiquant des cultures que l’on pourrait qualifier de première nécessité. Pour le N.M.B., G. Bailloud indique : « ... L’implantation des sites laisse présager que l’élevage était une occupation plus importante que l’agriculture... » (Protohistoire de l’Europe, p. 553). Dans la synthèse clôturant les travaux de la table ronde du CNRS. Mégalithisme et Sociétés qui s’est tenue aux Sables-d’Olonne, le Professeur Giot déclare entre autres : « ... On a beaucoup parlé de l’environnement au sens topologique, géographique ou géologique. On n’a peut-être pas autant parlé de l’environnement naturel, surtout biologique, qui est tellement éclairant aussi. Ces civilisations se contentaient peut-être de peu, mais elles choisissaient les terrains les plus rentables, même si elles ne cultivaient que des jardinets... ». (Joussaume R., sous la direction de GIOT, 1987, page 219). Les sites à menhirs de Bourgogne du Sud sont conformes au Modèle no 1 des civilisations Néolithiques schématisées par J.-P. Mohen (Le Monde des Mégalithes, 1989. p. 205).

14 Ne remplissant pas toutes les conditions pour affirmer qu’il s’agit bien de pierres dressées au Néolithique.

15 À Boyer existe un ensemble de 8 monuments (menhirs ou sépultures) dont 6 sont encore à exhumer.

16 Près du hameau de Montorge existe un mégalithe que nous avons fouillé sans pouvoir affirmer qu’il s’agit d’un menhir. Il est probable que ce bloc provienne d’Époigny.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte de répartition des mégalithes de Saône-et-Loire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2. — Monthelon. Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du mégalithe. 1 et 2. grattoirs ; 3 et 9. burins ; 4. grattoir en bout de lame ; 5 et 6. éclats retouchés ; 7 et 8. pièces à encoche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3. — Monthelon. Coupe nord-sud de la fouille du menhir (relevé L. Lagrost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 4. — Monthelon. Plan de la fouille du menhir (relevé L. Lagrost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 5. — Monthelon. Matériel provenant de la fouille. 1. armature tranchante ; 2 et 3. burins : 4, 7 et 8. grattoirs ; 5. pièce à encoche ; 6. perçoir ; 9. talon de hache en roche verte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6. — En haut : vase mis au jour dans le calage du menhir de Monthelon. En bas, à gauche : vase de Montceau-Écharnant, à droite : vase de Mavilly-Mandelot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 7. — Les gravures découvertes en 1990 sur le menhir de Broyé : une hache d’inspiration atlantique côtoie un anthropomorphe transalpin (dessin L. Lagrost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 8. — Pendeloques en os. 1. Balloy (77), « Les Réaudins » (d’après Mordant, 1988) ; 2. Passy (89), découverte fortuite D. Peretto.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 9. — Tableau synthétique de l’art mégalithique bourguignon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 10. — Carte de l’environnement géologique et archéologique du menhir de Saint-Micaud.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 11. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de Saint-Micaud. 1 à 3. Armatures tranchantes et perçantes ; 4 à 12. grattoirs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 12. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de Saint-Micaud. 13. Burin ; 14 à 18. pièces à encoche ; 19 à 20. perçoirs ; 21. : élément de faucille avec lustré ; 22. hache en silex polie ; 23. talon de hache polie en serpentine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 13. Carte de l’environnement géologique et archéologique du menhir de La Chapelle-sous-Brancion.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 14. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de La Chapelle-sous-Brancion. I et 2. Armatures perçantes ; 3 à 5. armatures tranchantes ; 6. burin ; 7. lame chasséenne ; 8. ébauche de hache en roche noire ; 9. tranchet en silex, avec lustré (Néolithique moyen régional).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 15. — Industrie lithique néolithique provenant de l’environnement du menhir de La Chapelle-sous-Brancion. 10 à 17. Grattoirs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/670/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

Auteurs

14 rue des Grandes Raies, 71670 Le Breuil.

Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne, 39 rue Vannerie, 21000 Dijon.

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search