Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Les Schlitzgruben associées aux enceintes rubanées de Remicourt et Voroux-Goreux (province de Liège, Belgique)

Une fonction votive ?

Dominique Bosquet, Claire Goffioul et Alexandre Chevalier

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

I. Cadre général

1Le Rubané de Moyenne Belgique, intégré au Rubané récent du Nord-Ouest, a été identifié à la fin du xixe siècle, mais n’est bien documenté que depuis les années 1960, époque des premières fouilles extensives sur le site de Rosmeer (Roosens, 1961). Elles seront suivies dans les années 1980-1990 par une série de campagnes menées principalement en Hesbaye (Cahen et alii, 1990), en Brabant flamand (Lodewijckx, 1990) et en Hainaut Occidental (Constantin, Demarez, 1984). Le corpus de sites s’est enrichi ensuite entre 1993 et 1999, notamment lors de l’opération archéologique entreprise par le Service public de Wallonie en collaboration avec l’Institut royal des Sciences naturelles sur la ligne à grande vitesse entre la frontière française et Liège (Bosquet, Livingstone Smith, 1996 ; Bosquet et alii, 2004) ainsi qu’à l’occasion d’une reprise des fouilles programmées sur le site de Waremme « Longchamps » par l’University of Illinois (Chicago, USA) et l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (Keeley et alii, 2005).

2Une étude de l’ensemble du matériel recueilli sur les six sites fouillés durant l’opération TGV, soit trente maisons et deux enceintes, a été entreprise dès 2004 par le Service public de Wallonie, en collaboration avec l’IrScnB. Ces travaux renouvellent nettement notre vision du phénomène rubané en Hesbaye (fig. 1), notamment par la mise en évidence d’une phase pionnière dans le peuplement régional, jusqu’ici ignorée (Bosquet et alii, 2008, 2010 ; Salavert, 2008, 2010 ; Martin, 2007 ; Golitko et alii, 2009).

3Quant aux Schlitzgruben, elles sont connues sur plusieurs sites danubiens, entres autres en Allemagne (Boelicke et alii, 1988, p. 64), en Autriche (Lenneis, 2001), mais aussi en France (Jeunesse, Sainty, 1992, p. 96, fig. 6, 7) et même en Belgique, à Darion (Cahen, 1985, p. 13, fig. 5) et Remicourt « Fond de Momalle » III (Fock et alii, 1998). Les Schlitzgruben sont parfois associées à des interruptions des fossés d’enceinte (Cahen, 1985), mais on en trouve également à l’intérieur des villages. Sur le site de Hienheim (Bavière), P. Van de Velde (1973) les a interprétées comme des fosses de tannage des peaux, d’où l’appellation assez répandue de tan pits ; il cite également diverses autres interprétations glanées dans la littérature (p. 56-57) : pièges à gibier, dépôt d’arc et de flèches, extraction d’argile, fonction « magico-religieuse »,… D. Gronenborn (1989) propose quant à lui d’y voir des fosses dans lesquelles pendaient les poids d’un métier à tisser et W. Struck (1984) pense à une utilisation comme glacières.

Fig. 1. Carte de localisation des sites de Remicourt et Fexhe-le-Haut-Clocher/Voroux-Goreux en Hesbaye.

4Quoiqu’il en soit, si ces interprétations peuvent éventuellement convenir pour les cas précis étudiés par ces auteurs, il semble que, bien souvent, la fonction des Schlitzgruben reste assez énigmatique et ce, quelle que soit leur position au sein des villages. En effet, en plus d’une morphologie caractéristique, ces structures partagent pour la plupart un même type de remplissage, quasiment dépourvu de matériel archéologique ou de tout autre élément matériel permettant d’en interpréter aisément la fonction (trace de poteau, objets particuliers…). La morphologie et l’agencement stratigraphique des couches plaident le plus souvent pour un remblaiement rapide, mais il est difficile, sur cette seule base, de conclure en faveur de l’une ou l’autre utilisation ; tout au plus peut-on en exclure un certain nombre. C’est pourquoi, le seul élément concret permettant au moins d’espérer approcher la fonction reste l’analyse des échantillons prélevés au sein des Schlitzgruben, dont certaines contiennent des couches à forte charge organique (Eckmeier et alii, 2008). On verra cependant que les résultats obtenus, que ce soit sur les deux cas présentés ici ou sur d’autres exemples (ibid.), s’avèrent malheureusement assez limités du point de vue de l’interprétation fonctionnelle et que, finalement c’est l’évidence de leur lien spatial avec les fossés et la présence dans ces derniers de dépôts de fondation qui permettent de proposer une fonction probablement votive des Schlitzgruben de Remicourt et Voroux, sans plus de certitude.

II. Fossés et Schlitzgruben : méthodes de fouille et données de terrain

5Pour les deux sites seront décrits, en plus des Schlitzgruben, les tronçons de fossé auxquels elles sont étroitement associées, dont le comblement présente des particularités qui appuient l’hypothèse d’une éventuelle fonction votive de ces fosses.

II. 1. Méthode de fouille

6Les sites ont tout deux été découverts lors d’opérations de diagnostic systématique couvrant 10 % de la surface totale de l’emprise TGV. Le village de Remicourt (fig. 2) a ensuite fait l’objet de deux campagnes de fouille (Bosquet et alii, 1997 ; Bosquet, Preud’homme, 1998), dans des conditions proches d’une fouille programmée, tandis que le site de Voroux (fig. 3), au contraire, a été fouillé dans des conditions de sauvetage alors que le chantier TGV avait débuté. En revanche, sur cet habitat il a été possible de suivre le tracé du fossé hors des limites de l’emprise, ce qui n’a pas été le cas à Remicourt.

7Sinon, la méthode de fouille a été sensiblement la même pour les deux sites. Après un décapage extensif limité à l’emprise, un relevé en plan a été effectué au 1/50e et les fosses ont été fouillées manuellement en quadrants par passes arbitraires de 10 cm. Les fossés ont été ouverts à la pelle mécanique par décapages successifs de quelques centimètres, également en quadrants. Le matériel archéologique a été étiqueté et emballé au fur et à mesure. Une fois atteint le fond de la structure, les coupes ont été soigneusement nettoyées et photographiées. Les couches de remplissage ont ensuite été soulignées d’un trait de truelle et l’ensemble a fait l’objet d’un relevé graphique au 1/10e. Une fois les prélèvements effectués, les carrés opposés ont été vidés de la même manière, sauf pour les fossés, par manque de temps.

8Les couches à échantillonner ont été sélectionnées en fonction de divers critères, le plus souvent en collaboration avec les spécialistes du paléoenvironnement, et prélevées dans des sacs plastiques et des boites en zinc. Chaque prélèvement a été photographié et/ou indiqué sur les relevés de terrain au 1/10e.

9Cette méthode a permis une fouille à la fois rapide – critère fondamental en contexte de sauvetage – et présentant un degré de précision suffisant lorsqu’il a fallu situer les objets et les prélèvements dans la stratigraphie, travail qui s’est fait a posteriori en laboratoire.

Fig. 2. Remicourt « En Bia Flo » II. Plan des fouilles (infographie A. Van Driessche).

Fig. 3. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Plan des fouilles (infographie F. Cornélusse).

II. 2. F exhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux

10Seule une partie du village a été explorée (fig. 3), comprenant 48 structures néolithiques dont une portion de fossé doublée d’une palissade et comprenant une entrée divisé en deux par la Schlitzgrube, ainsi que des fosses et quatre trous de poteau correspondant à une maison qui n’a pas été entièrement dégagée (Goffioul et alii, 1999). L’ensemble est attribué au Rubané récent à final sur base de la typologie céramique qui comprend notamment des décors au peigne (ibid., p. 105).

II. 2.1. Le fossé 23

11Le fossé a été dégagé sur 60 m ; sa largeur est de 2,50 m pour une profondeur comprise entre 1,40 m et 1,70 m. Il présente toutes les caractéristiques classiques des fossés rubanés de Hesbaye, soit un profil en « V » régulier, un fond très étroit plat ou légèrement concave et un remplissage en trois unités : dépôts d’averses au fond, surmontés de dépôts lenticulaires plus épais, eux-mêmes colmatés par une couche homogène évoquant un remblai final rapide (Goffioul et alii, 1999, p. 102).

12Une particularité a cependant été observée de part et d’autre de l’entrée matérialisée par l’interruption du fossé de 3,50 m de largeur au milieu de laquelle se trouve la Schlitzgrube. Il s’agit d’un dépôt de matière organique mélangée à de très petites boulettes de limon sur lequel étaient déposés les tessons d’une jarre complète écrasée en place (fig. 4). Le fait qu’aucun tesson ne manque au récipient, fait exceptionnel dans ce type de contexte, de même que la présence, sur la panse, d’un décor appliqué qui ne se rencontre qu’assez exceptionnellement sur les vases grossiers, sont autant d’éléments qui plaident en faveur d’un dépôt votif, tels qu’ils existent d’ailleurs sous diverses formes dans le monde rubané (Graefe et alii, 2009), notamment dans une position similaire dans le fossé de Remicourt (voir chap. II. 3).

II. 2.2. La Schlitzgrube 38bis

13Deux niveaux de décapage sont à distinguer pour cette fosse (fig. 5).

14Un premier niveau (fig. 5, décapage niveau 0) est commun au fossé et à la partie supérieure de la Schlitzgrube. La structure présente à ce niveau un contour assez diffus et irrégulier. Elle mesure 2,50 m de longueur, pour une largeur maximum de 1,25 m. Le remplissage est marbré beige-jaune-gris foncé, avec des traces longilignes d’oxyde de fer.

15L’ouverture d’un premier carré jusqu’à 0,40 m sous le niveau 0 et l’examen de la coupe réalisée à cette occasion montre que la trace délimitée en plan correspond probablement à un effondrement de la partie supérieure de la fosse, comprenant aussi de nombreuses bioturbations : terriers, racines et chablis, l’ensemble perturbant fortement la lecture planimétrique et stratigraphique de la partie supérieure de la fosse. À - 0,40 m par contre (fig. 5, décapage niveau - 0,40 m), le fond de la Schlitzgrube se marque de façon très nette et il apparaît que l’axe de coupe longitudinal ayant été placé en fonction de la forme délimitée au niveau 0 du décapage, il se trouve décalé par rapport à l’axe réel de la structure. Une autre section longitudinale a ainsi été réalisée en posant un nouvel axe de façon à obtenir une coupe aussi complète que possible de la partie non perturbée de la fosse (fig. 6).

Fig. 4. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Dépôt de fondation du fossé 23 (a) et jarre reconstituée (b) (Photos C. Goffioul et G. Hardy, infographie D. Bosquet).

Fig. 5. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Plan de l’entrée nord illustrant les deux niveaux de décapage (infographie D. Bosquet).

Fig. 6. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Coupes longitudinale et transversale de la Schlitzgrube 38bis reprenant l’emplacement des prélèvements pédologiques (KF) et palynologiques (P) (infographie D. Bosquet).

16Cette nouvelle section permet d’identifier deux couches de remblais principales. Le fond, qui n’a été atteint que sur les coupes A/D et C/D (fig. 6), est comblé par un dépôt marron foncé à noir mais exempt de restes carbonisés, identique à celui qui couvre le fond du fossé 23, tessons de céramique exceptés. La partie supérieure du remplissage est constituée d’une alternance de couches et de fragments décimétriques clairs et foncés, vestiges probables des horizons Bt, A1 et E et de l’époque, ces deux derniers étant totalement érodés aujourd’hui. La présence de ces fragments indiquerait que la structure a été rebouchée rapidement après le creusement, car si l’amas de déblais était resté exposé un tant soit peu aux intempéries, les fragments clairs et foncés se seraient mélangés, formant une masse plus homogène.

17Plusieurs prélèvements ont été effectués (fig. 6), destinés aux analyses pédologique, palynologique et de phytolithes.

18Deux hypothèses fonctionnelles préliminaires ont été proposées : soit tranchée de fondation de palissade, en dépit de l’absence totale de trace de poteau mais eu égard à l’emplacement de la fosse au milieu de l’entrée, soit une fosse « votive », étant donné la présence sur le fond de la fosse d’une couche foncée similaire à celle du dépôt de fondation occupant le fond du fossé 23, sans exclure la possibilité que cette couche puisse aussi provenir d’un simple rejet détritique ou du pourrissement de plantes ayant naturellement poussé sur le fond et la paroi de la fosse juste avant le remblaiement.

II. 3. Remicourt « En Bia Flo » II

19Le site de Remicourt (fig. 2) rassemble 235 structures réparties sur deux secteurs (Bosquet et alii, 2004) : un village comprenant une enceinte palissadée, intégrant quatre maisons avec, comme à Voroux, une entrée sur la portion est du fossé, divisée en deux par la Schlitzgrube, et un deuxième secteur situé à 130 m du village, face à l’entrée, et qui comprend la maison pionnière (Bosquet et alii, 2008 ; Salavert, 2008).

20La similitude des dispositifs d’entrée des deux villages est particulièrement frappante et rappelle que plusieurs enceintes rubanées ont été construites suivant un schéma bien établi et basé sur un système de proportions permettant de reproduire la forme irrégulière caractéristique, sorte d’ovoïde, à diverses échelles (Van Berg, 1989 ; Bosquet et alii, 2007, p. 18, fig. 13).

21Concernant la chronologie, la phase moyenne (Ib-Id, modderman, 1970) est représentée par quelques individus associés à la maison pionnière ; la phase récente (Id-IId) domine à la fois dans cette habitation et dans le village et la phase finale (IId+) n’est présente qu’à l’intérieur de l’enceinte (Bosquet et alii, 2010, p. 47-48, fig. 8-9). En l’absence d’une chronologie plus fine propre à la Belgique, il n’est pas possible, à l’heure actuelle, d’assurer que les deux occupations ont été, un temps au moins, contemporaines, mais ce cas de figure semble pour le moins assez probable.

II. 3.1. Le fossé 36-193

22Le fossé 36-193, creusé à la rupture de pente entre les deux parties du versant, a été suivi sur 50 m de longueur et mesure 3,50 m de largeur en moyenne. En section, l’ouvrage, dont la profondeur est comprise entre 1,45 m et 2,35 m, présente toutes les caractéristiques observées à Voroux : profil en « V » avec des parois très régulières et fond plat à légèrement oblique de 10 à 15 cm de largeur, dépôts d’averses comblant le tiers inférieur, surmontés de dépôts lenticulaires plus épais, recouverts d’un remblai uniforme qui colmate la structure jusqu’au sommet.

23L’existence d’un dépôt de fondation dans le fossé de Remicourt peut aussi être proposée, bien que celui-ci soit de nature différente et plus discret que celui de Voroux. En effet, il s’agit ici simplement de deux molettes posées de part et d’autre de l’entrée au fond de la structure (fig. 7), selon une disposition qui semble difficile à attribuer au hasard inhérent aux simples rejets détritiques, par ailleurs présents çà et là dans le fossé, mais uniquement dans les couches supérieures. Notons qu’à Oleye, autre site rubané proche, un dépôt de meules est également attesté sur le fond du fossé à hauteur de l’entrée (Jadin, 2003, p. 229). Par ailleurs, quoique assez rares, les dépôts de meules en fosse sont rencontrés de temps à autre sur les sites rubanés, notamment en Belgique (Cahen, 1985, p. 80 ; Jadin, 2003, p. 457-463) et dans la vallée de l’Aisne (Hamon, 2005). Leur interprétation reste cependant délicate, en particulier lorsqu’il s’agit de comprendre la motivation d’un tel geste : simple mise en dépôt en vue d’une utilisation future ou ensemble fermé à caractère symbolique (Graefe et alii, 2009, p. 88).

II. 3.2. La Schlitzgrube 194

24Au décapage (fig. 8), la fosse, qui mesure 1,85 m de longueur pour 0,39 m de largeur maximum, présente un contour net et régulier. Le remplissage est beige-gris avec des mouchetures d’oxyde de fer.

25Les coupes (fig. 9) révèlent un profil transversal en « V » et longitudinal en « U » ; les parois sont verticales. Contrairement à la fosse de Voroux, pas de couche organique ici. L’entièreté du comblement est constituée d’une unité comparable à l’unité supérieure de Voroux, soit un amoncellent de blocs et de couches de limon de type Bt, de limon foncé à charge organique et de limon lessivé, interprétés ici aussi comme des fragments des horizons de surface de l’époque ayant été rejetés dans la fosse peu de temps après son ouverture (Bosquet et alii, 2007, p. 11).

Fig. 7. Remicourt « En Bia Flo » II. Dépôt de meule dans les tronçons de fossé 36 (a) et 193 (b), à hauteur de l’entrée est du village (photos et infographie D. Bosquet).

Fig. 8. Remicourt « En Bia Flo » II. Plan de l’entrée est (infographie D. Bosquet).

26Une fois encore, malgré l’absence d’évidences convaincantes, deux hypothèses fonctionnelles ont été évoquées : tranchée de fondation de palissade qui aurait été démontée – d’où l’absence de traces de poteau – (Bosquet, Preud’homme, 1998, p. 119 ; Bosquet et alii, 2007, p. 11) ou siège d’activités artisanales (Fechner et alii, 2006, p. 51).

III. Les données analytiques

27Les Schlitzgruben de Remicourt et Voroux ont fait l’objet de deux séries d’analyses.

28Une première étude pédoarchéologique (Fechner et alii, 2006) a permis de tester les phosphates, le pH et le taux d’oxydo-réduction, tandis que plus récemment ont été analysés les phytolithes (Chevalier, Bosquet, 2010). L’étude palynologique n’a pas été réalisée à ce jour.

29Si on s’en réfère à la littérature et quelle que soit la période – donc a fortiori pour le Néolithique ancien – les Schlitzgruben n’ont pas souvent fait l’objet de telles recherches. À ce jour une seule référence a été trouvée, qui ne concerne qu’en partie ce type de structure (Eckmeier et alii, 2008). Il s’agit d’analyses réalisées sur des couches noires échantillonnées dans différents types de fosses, dont cinq Schlitzgruben, et dans le sol en place autour de ces fosses. Les teneurs en carbone, en phosphore organique et inorganique et en azote ont été mesurées et comparées, mais aucun résultat ne permet de caractériser de façon nette les Schlitzgruben par rapport aux autres contextes (ibid., p. 101).

III. 1. Phosphates – Ph - oxydoréduction

30Aucune des deux fosses étudiées ne montre un taux d’oxydo-réduction, de phosphates ou un ph compatible avec des activités artisanales polluantes ou acidifiantes incluant la dégradation de grande quantité de matières organiques, telles que le tannage des peaux ou le rouissage (Fechner et alii, 2006, p. 51). Il n’y a pas non plus de traces d’hydromorphie, ce qui indique que ces fosses n’ont pas été remplies d’eau de façon prolongée. La faible oxydo-réduction associée à la couche noire de Voroux indiquerait, en outre, qu’au moment de sa mise en place dans le fond de la fosse il s’agissait de matière organique déjà décomposée, d’où l’idée que cela pourrait éventuellement être l’humus de surface tombé dans la structure et non de la matière fraîche qui se serait dégradée par la suite (Fechner et alii, 2006, p. 52). Enfin, on note aussi des traces ténues d’activité biologique au-dessus de la couche noire, qui indiqueraient que la fosse est restée ouverte suffisamment de temps pour que ces indices se développent, fait que confirme l’analyse des phytolithes.

III. 2. Phytolithes

31Faute d’avoir retrouvé des macrorestes carbonisés dans certaines couches présentes sur tous les sites et dont la couleur noire était très probablement d’origine organique, et donc sans témoin direct qui permette de caractériser leur nature (simple rebut de détritus liés à la consommation alimentaire, fabrication de torchis, stockage, rouissage, dépôts votifs) et de préciser les activités liées à ces rejets, il nous a semblé nécessaire de recourir à des analyses phytolithaires afin d’identifier, tout d’abord, la source organique de ces dépôts et donc de contrôler la présence de végétaux et, ensuite d’identifier le cas échéant les plantes présentes, dans l’espoir d’un apport de connaissance complémentaire aux acquis issus des autres sciences environnementales (Chevalier, Bosquet, 2010).

Fig. 9. Remicourt « En Bia Flo » II. Coupes longitudinale et transversales de la Schlitzgrube 194, reprenant l’emplacement des prélèvements pédologiques (KF) et palynologiques (P) (infographie D. Bosquet).

32Pour la méthodologie, les limites spécifiques à ces analyses et pour les résultats complets, le lecteur est invité à consulter la publication (ibid.) et pour un état de la question, Piperno (2006) et Piperno et Pearsall (1993).

III. 2.1. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux

33Pour ce site ont été analysés les échantillons prélevés dans le dépôt de fondation du fossé 23 et dans la couche noire de la Schlitzgrube.

34Leur composition phytolithaire respective est sensiblement identique. Les deux dépôts comportent des proportions importantes de phytolithes de graminées non diagnostiques d’une sous-famille ou d’un genre, que l’on retrouve essentiellement dans les tiges et les feuilles, ce qui peut suggérer la possibilité de dépôts de paille et non d’épis, à moins qu’il ne s’agisse de dépôts de graminées provenant uniquement de Panicoideae et de Pooideae non cultivées.

35Toutefois, certaines différences sont relevées. Dans le fossé 23 les graminées dominent nettement : les phytolithes diagnostiques de ce niveau taxonomique représentent presque 40 % de l’assemblage ; les phytolithes attribuables aux Panicoideae comptent pour un quart de la composition, suivis par les morphologies caractéristiques des Pooideae, dont une présence ténue du type Triticum. Dans la Schlitzgrube 38bis, il faut relever la présence de phytolithes attribuables à des taxons arborés et à la sous-famille des Chloridoideae, en l’occurrence sous nos latitudes Cynodon dactylon (L.) Pers., ou chiendent, dont la présence dans un dépôt de fondation est surprenante, sauf dans le cas où le dépôt initial n’a pas été recouvert immédiatement – possibilité déjà évoquée à l’issue de l’étude pédoarchéologique (cf. chap. III. 1) – et que cette Chloridoideae rudérale y ait élu domicile.

III. 2.2. Remicourt « En Bia Flo » II

36Ici, c’est une couche interprétée comme un vestige de l’horizon A1 néolithique, soit un humus forestier, qui a été analysée.

37Or, il semble assez clair, notamment au regard du nombre important de phytolithes caractéristiques des dicotylédones et d’arbres (les premiers pouvant également provenir d’arbres), par rapport aux autres échantillons qui en contiennent, que l’hypothèse formulée initialement se vérifie : l’échantillon phy-24 de la Schlitzgrube 194 provient bien d’un horizon A1 néolithique.

Conclusion

38Les Schlitzgruben de Remicourt et de Voroux occupent le milieu d’une entrée du village matérialisée par une interruption du fossé d’enceinte. Leurs dimensions sont similaires, de même que leurs profils tant longitudinal que transversal, même si à Voroux la forme initiale, fortement perturbée, n’apparaît que partiellement. Dans aucune des deux fosses n’ont été trouvés d’objets en silex ou en céramique ou de macro-restes, de même qu’aucune trace de poteau. Enfin, il semble que les deux structures aient été, pour l’essentiel, rebouchées rapidement après l’ouverture à Remicourt, quelque temps après à Voroux. En effet sur ce site, la présence d’une couche organique noire sur le fond de la fosse, élément qui n’apparaît pas à Remicourt, permet d’envisager deux possibilités : soit un rejet de matière organique similaire à celui qui a été réalisé dans le fossé, mais composé de plantes en partie différentes, soit la décomposition de plantes ayant commencé à croître sur le fond.

39Cette unique différence entre les deux Schlitzgruben n’est cependant pas un argument suffisant pour leur attribuer une fonction nettement distincte. Tout au plus faut-il admettre que les gestes ayant présidé à leur condamnation n’ont pas été exactement les mêmes ou ne se sont pas fait au même rythme.

40Quoi qu’il en soit, on peut dire avec un degré de certitude suffisant qu’il ne s’agit pas de fosses à vocation artisanale, ce qui par ailleurs n’est pas étonnant, étant donné leur emplacement au milieu d’une entrée de village d’à peine 3 à 4 m de large. L’absence de toute trace de poteau ainsi que de tout élément stratigraphique permettant de conclure à un arrachage de ceux-ci, indique qu’il ne s’agit pas non plus de tranchées de fondation.

41Finalement, l’élément qui demeure le plus évident est le lien étroit qui existe entre ces structures et les entrées des deux villages. Notons que ce type de dispositif existe aussi sur l’enceinte de Darion, où une Schlitzgrube se trouve face à l’entrée ouest du village et une autre est intégrée au dispositif qui aménage l’entrée sud (Cahen, 1985, p. 9, fig. 2, p. 13, p. 14, fig. 5). Ces fosses sont en tous points comparables à celles mises au jour à Voroux et Remicourt : morphologie, remplissage, quasi-absence de matériel archéologique…

42La présence, sur les deux sites, de dépôts de fondation associés aux entrées illustre quant à elle l’importance que revêtait la construction de ces enceintes pour les néolithiques qui en célébraient probablement l’achèvement. Par conséquent, il est tentant d’associer le creusement des Schlitzgruben à cet événement : elles ont pu être aménagées afin de servir de réceptacle à un dépôt en matière organique dont il ne subsiste aucune trace aujourd’hui. Dans la mesure ou aucune matière organique ne se conserve dans ce contexte pédologique à moins d’avoir été carbonisée, l’éventail des possibilités reste très large : tous types d’objets manufacturés en matière végétale ou animale (outils, récipients, parures,…) ou même végétaux ou animaux déposés tels quels au fond de la fosse, sorte d’offrande dans le but de sacraliser l’ouvrage défensif et/ou le passage de l’extérieur vers l’intérieur de l’aire villageoise protégée par l’enceinte.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Boelicke U., Von Brandt D., Lüning J., Stehli P., Zimmerman A., 1988, « Der Bandkeramische Siedlunplatz Langweiler 8 », Rheinische Ausgrabungen, 28, p. 395-427.

Bosquet D., Livingstone Smith A., 1996, « Ath/Ormeignies (Ht) : un habitat au lieu-dit ‘Le Pilori’ », in : Remy H., Soumoy M. dir., Sur la voie de l’histoire : archéologie et TGV, Namur, Min. de la Région wallonne, p. 115-120 (études et documents - Fouilles, 2).

Bosquet D., Preud’homme D., 1998, « Dernière campagne de fouille sur le village rubané de Remicourt-En Bia Flo II (TGV oriental) », Notae Praehistoricae, 18, p. 119-122.

Bosquet D., Preud’homme D., Fock H., Goffioul C., 1997, « Découverte d’un village rubané fossoyé à Remicourt au lieu-dit En Bia Flo », Notae Praehistoricae, 17, p. 103-110.

Bosquet D., Fock H., Goffioul C., Preud’homme D., Marchal J.-P., 2004, « La néolithisation en Hesbaye (Belgique) : apport des fouilles récentes (1996-1999) sur le tracé du TGV oriental et le domaine militaire d’Alleur », in : Néolithique et âge du cuivre, Actes du XIVème congrès UISPP, Liège, 2-8 sept. 2001, Section 9 et 10, Sessions générales et Posters, Oxford, Archaeopress, p. 81-94 (BAR, Intern. series, 1303).

Bosquet D., Goffioul C., Fock H., Preud’homme D., 2007, « Les enceintes rubanées de Belgique : apport des fouilles récentes », in : Agogué O., Leroy D., Verjux Ch. dir., Camps, enceintes et structures d’habitat néolithiques en France septentrionale, Actes du XXIVème colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans 19-21 nov. 1999, p. 5-20 (27ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Bosquet D., Golitko M., Salavert A., avec la coll. de Beugnier V., Deligne F., Jadin I., Martin F., Quick R. S., 2008, « Une phase pionnière à l’origine du peuplement rubané de la Hesbaye liégeoise (Belgique) », in : Burnez-Lanotte L. dir., Fin des traditions danubiennes dans le Néolithique du Bassin parisien et de la Belgique (5100-4700 BC) : autour des recherches de Claude Constantin, Actes du colloque de Namur, 24-25 nov. 2006, Paris, p. 301-315 (Mémoires de la Société préhistorique française, XLIV).

Bosquet D., Salavert A., Golitko M., 2010, « Signification chronologique des assemblages détritiques rubanés : apports des données anthracologiques, typologiques et stratigraphiques sur trois sites de Hesbaye (province de Liège, Belgique) », in : Théry-Parisot I., Chabal L., Costamagno S. dir., Taphononomie des résidus organiques brûlés et des structures de combustion en milieu archéologique, Actes de la table ronde de Valbonne, 27-29 mai 2008, p. 39-58 (P@lethnologie, 2).

Cahen D., 1985, « Interprétations nouvelles du site de Darion », Bull. de la Société royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire, 96, p. 76-86.

Cahen D., Keeley L. H., Jadin, I., Van Berg P.-L., 1990, « Trois villages fortifiés du Rubané récent en Hesbaye liégeoise », in : Cahen D., Otte M. dir., Rubané et Cardial, Actes du colloque de Liège, nov. 1988, Liège, Univ. de Liège, p. 125-146 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liège, 39).

Chevalier A., Bosquet D., avec la coll. de Fock H., Goffioul C., 2010, « Apports de l’analyse des phytolithes en contexte détritique rubané : résultats obtenus sur cinq sites de Hesbaye liégeoise (Belgique) », in : Théry- Parisot I., Delhon C., Thiébault S. dir., Des hommes et des plantes : exploitation du milieu et des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXXèmes rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, 22-24 oct. 2009, Antibes, éd. APCDA, p. 31-66.

Constantin C., Demarez L., 1984, « Cinq années de fouilles dans le groupe de Blicquy (Belgique) », Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 73-86.

Eckmeier E., Gerlach R., Tegtmeier U., Schmidt M. W., 2008, « Charred organic matter and phosphorus in black soils in the Lower Rhine Basin (Northwest Germany) indicate prehistoric agricultural burning », in : Girolamo F., Magri D. éd., Charcoals from the Past : cultural and paleoenvironmental implications, Proceedings of the third international meeting of Anthracology, Cavallino – Lecce (Italy), june 28th-July 1st 2004, Oxford, p. 93-103 (BAR, Inter. series, 1807).

Fechner K., Bosquet D., Blancquaert G., 2006, « Indices pédologiques liés au (re)creusement et à l’utilisation des fosses : les cas exemplaires de Remicourt (Néolithique ancien, Wallonie, Belgique) et Dourges (La Tène, Pas-de-Calais, France) », in : Frère-Sautot M.-C. dir., Des trous… Structures en creux pré-et protohistoriques, Actes du colloque de Dijon et Beaume-les-Messieurs, 24-26 mars 2006, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 47-74 (Préhistoire, 12).

Fock H., Goffioul C., Cornélusse F., 1998, « Un habitat rubané à Remicourt, au lieu-dit ‘Fond de Momalle’, secteur III », Notae Praehistoricae, 18, p. 123-129.

Goffioul C., Fock H., Cornélusse F., Bosquet D., Preud’homme D., 1999, « Découverte d’un village rubané fossoyé à Voroux-Goreux (comm. de Fexhele-Haut-Clocher) sur le tracé oriental du TGV », Notae Praehistoricae, 19, p. 101-106.

Golitko M., Bosquet D., Keeley L. H., Jadin I., Goemaere E., 2009, « Chemical analyse of Linienbandkeramik Ceramics and clay samples from the Hesbaye region of Belgium by LA-ICP-MS », Poster presented at the 74nd annual meeting of the Society for American Archeologist, April 22-26, Atlanta, Georgia, Chicago, University of Illinois.

Graefe J., Hamon C., Lidström-Holmberg C., Tsoraki Ch., Watts S., 2009, « Subsistance, social and ritual practices : quern deposits in the neolithic societies of Europe », in : Bonardin S., Hamon C., Lauwers M., Quilliec B. dir., Du matériel au spirituel : réalités archéologiques et historiques des ‘dépôts’ de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIXèmes rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, 22-24 oct. 2009, Antibes, éd. APCDA, p. 87-96.

Gronenborn D., 1989, « Neue Überlegungen zur Funktion von Schlitzgruben », Archäologisches Korrespondenzblatt, 19, no 4, p. 339-342.

Hamon C., 2005, « Quelle signification archéologique pour les dépôts de meules néolithiques dans la vallée de l’Aisne ? », in : Malrain F., Auxiette G. dir., Hommages à Claudine Pommepuy, Amiens, p. 39-48 (Revue archéologique de Picardie, no spécial, 22).

Jadin I., 2003, Trois petits tours et puis s’en vont… : la fin de la présence danubienne en Moyenne Belgique, Liège, Univ. de Liège, 726 p. (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liège, 109).

Jeunesse Ch., Sainty J., 1992, « L’habitat néolithique ancien du site d’Hensisheim ‘Ratfeld’ (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 8, Zimmersheim, p. 95-146.

Keeley L. H., Bosquet D., Quick R. S., Jadin I., Golitko M., 2005, « Nouvelles fouilles sur le site rubané de Waremme-Longchamps : rapport de la campagne 2005 », Notae Praehistoricae, 25, p. 153-161.

Lenneis E., 2001, « The beginning of the Neolithic in Austria : a report about recent and current investigations », Documenta Praehistorica, XXVIII, p. 99-116.

Lodewijckx M., 1990, « Les deux sites rubanés de Wange et Overhespen (Belgique, prov. Brabant) », in : Cahen D., Otte M. dir., Rubané et Cardial, Actes du colloque de Liège, nov. 1988, Liège, Univ. de Liège, p. 105-116 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liège, 39).

Martin F., 2007, L’industrie lithique du site rubané de Waremme ‘Longchamps’, Mémoire de licence, Bruxelles, Univ. Libre de Bruxelles.

Modderman P. J. R., 1970, Linearbandkeramik aus Elsloo und Stein, Leiden, 2 vol. : 218 p., 18 fig., 232 pl. (Analecta praehistorica leidensia, 3).

Piperno D., 2006, Phytoliths : a comprehensive guide for archaeologists and paleoecologists, Lanham, Altamira press, 238 p.

Piperno D., Pearsall D., 1993, « The nature and status of phytolith analysis », in : Pearsall D., Piperno D. éd., Current research in phytolith analysis : applications in archaeology and paleoecology, Philadelphia, p. 9-20 (MASCA Research papers in Science and Archaeology, 10).

Roosens H., 1961, « Rosmeer : Bandkeramische nederzetting », Archéologie, 1, p. 519-520.

Salavert A., 2008, « Une phase pionnière à l’origine du peuplement rubané de la Hesbaye liégeoise (Belgique) », in : Burnez-Lanotte L. dir., Fin des traditions danubiennes dans le Néolithique du Bassin parisien et de la Belgique (5100-4700 BC) : autour des recherches de Claude Constantin, Actes du colloque de Namur, 24-25 nov. 2006, Namur/Paris, p. 317-326 (Mémoires de la Société préhistorique française, 44).

Salavert A., 2010, Apport de l’archéobotanique à la compréhension des sociétés néolithiques : analyses anthracologiques et carpologiques de neuf sites rubanés de Moyenne Belgique, Thèse de doctorat, Paris, Univ. de Paris I – Panthéon-Sorbonne.

Struck W., 1984, « Schlitzgräbchen im Kaiserstuhl Gebiet », Archäologische Informationen, 7, Bonn, p. 13-17.

Van Berg P.-L., 1989, « Architecture et géométrie de quelques villages Rubané récent du Nord-Ouest », Helinium, XXIX, p. 13-41.

Van de Velde P., 1973, « Rituals, Skins and Homer : the danubian ‘tan pits’ », Analecta praehistorica leidensia, VI, p. 35-50.

Vrydaghs L., Devos Y., Fechner K., Degraeve A., 2007, « Phytolith analysis of ploughed land thin sections : contribution to the early medieval town development of Brussels (Treurenberg site, Belgium) », in : Madella M., Zurro D. éd., Plant, people and places : recent studies in phytolitic studies, 4th international meeting on Phytolith research : new perspectives in Phytolith research : climate, environment and archaeology, McDonald Institute for Archaeological Research, University of Cambridge, 28-31 August 2002, London, Oxbow Books, p. 13-28.

Annexes

THE SLOT PITS ASSOCIATED WITH THE LINEAR POTTERY ENCLOSURES OF REMICOURT AND VOROUX-GOREUX (PROVINCE OF LIÈGE, BELGIUM): A VOTIVE FUNCTION?

Dominique Bosquet, Claire Goffioul, Alexandre Chevalier

Abstract

In Belgium, the body of Linear Pottery sites increased between 1993 and 1999 during archaeological investigations conducted by the Service public of Wallonia in collaboration with the Royal Belgian Institute of Natural Sciences along the high speed railway line between the French border and Liège as well as at the occasion of the resumption of an excavation program at the site of Waremme “Longchamps” by the University of Illinois (Chicago, USA).

The study of the complete material recovered from the six sites excavated during the high speed railway operation, i.e. 30 house plans and two enclosures, has been undertaken by the “Public Service of Wallonia”, in collaboration with the Royal Belgian Institute of Natural Sciences from 2004 on. These studies clearly renew our understanding of the Linear Pottery phenomenon in Hesbaye, more particularly through the evidence of a previously unknown pioneer stage within the regional settlement process.

At two sites, slot pits have been discovered, dividing the entrances of the villages into two halves, which was realized by an interruption of the ditch. This pit type is known from a series of Linear Pottery sites in north-western Europe, where it is associated with interruptions of the enclosure ditches, however, most often in the inner area of the villages. A series of functional interpretations is reported from the literature: tanning pits, game pits, deposit of bows and arrows, clay extraction, “magic and religious” function, pits receiving the loom weights, cooling pits,… However, though all these interpretations may be taken into consideration, the function of the slot pits very often remains rather enigmatic.

As a matter of fact, besides typical morphology, most of these features share the same type of filling virtually void of archaeological material or of any other element allowing easy interpretation of their function (for example traces of skin, particular items, etc.). The morphology and the stratigraphic position of the layers are often arguments put forward in favour of rapid filling, but it is difficult to give priority to one or the other usage based on merely these grounds, at least a certain number may be excluded. For this reason, the only concrete approach to investigate the function remains the analysis of the samples stemming from the inner part of the slot pits of which some contain layers with high organic content. However, the obtained results seem to be rather limited for a functional interpretation.

The two sites presented hereafter have been uncovered during systematic survey covering 10% of the total surface concerned by the construction of the high speed railway line. At Voroux-Goreux, only one part of the village has been investigated, containing 48 Neolithic features including a ditch section reinforced by a palisade and an entrance divided into two halves by the slot pit, as well as pits and four post-holes corresponding to a house plan. This assemblage has been assigned to the Late/Final stage of the Linear Pottery Culture, based on diagnostic elements of the pottery, notably comb decoration. A foundation deposit comprised of a huge jar, laid down on a layer composed by a high amount of organic matter, can be identified in the ditch at the height of the entrance and a similar organic layer at bottom of the slot pit.

The site of Remicourt contained 235 features distributed across two areas: a village with a palisade/fenced enclosure including four buildings and, as at Voroux, an entrance in the eastern section of the ditch, divided into two halves by the slot pit. The second area is located at 130 m from the village facing the entrance and is composed by the pioneer building. From the chronological point of view, the middle stage of the Linear Pottery Culture (Ib-Id, Modderman , 1970) is represented by the pioneer building, the later stage (Id-IId) is dominating in both this habitation unit and the village and the final stage (IId+) is only present in the inner part of the enclosure. A foundation deposit has been observed in the ditch, laid down on either side of the entrance and composed by two hand stones.

The similarities between the entrance features of the two villages is particularly striking and recalls the fact that several linear pottery enclosures have been constructed according to a well-established plan and were based on a system of proportions allowing the reproduction of a characteristic irregular shape, a kind of ovoid at various scales.

The slot pits of Remicourt and Voroux have been subject to two series of analyses. A pedoarchaeological study has allowed to determine the phosphate, pH and oxydoreduction values whilst phytoliths have been analysed more recently.

None of the two investigated pits shows oxydoreduction, phosphate or pH values indicating polluting or acidifying craft industries including the decomposition of large amounts of organic matter such as tanning or retting. Equally, there are no traces of waterlogging which may indicate that these pits have remained water-filled during a longer time span. Moreover, the low oxydoreduction values associated with the black layer of Voroux may indicate that this organic matter was already decomposed at the moment when it arrived at the bottom of the pit. It may be humus soil collapsed in the feature and not fresh material decomposed later. Finally, rare traces of biological activity can be observed above the black layer. This may indicate that the pit remained open during a time span that was sufficiently long to develop these traces, a fact confirmed by the analysis of the phytoliths.

At Voroux, the analysis of phytoliths was conducted on samples stemming from the foundation deposit of ditch 23 and from the black layer of the slot pit. In ditch 23, grasses clearly dominate: diagnostic phytoliths of this taxon represent about 40% of the assemblage; phytoliths attributed to Panicoideae represent about 25% of the composition, followed by the characteristic morphologies of Pooideae with a discrete presence of the Triticum type. In the slot pit 38bis, characteristic morphologies of tree taxa are proportionally more numerous than in pit 23. Moreover, the presence of morphologies that can be attributed to Chloridoideae should be noted. Otherwise, the phytolithic composition is nearly identical to the one of the foundation deposit. Thus, both deposits contain important parts of grasses which are not diagnostic of a sub-family or an order. They are essentially found in stalks/haulms and leaves, which may suggest the possibility of straw deposits and not the one of ears. Or these are deposits of grasses stemming exclusively from non cultivated Panicoideae and Pooideae. But on the other hand, if they are both part of the foundation deposit related to the enclosure of Voroux we have to state that they are not comprised of exactly the same plants. Thus, in the slot pit tree taxa and plants of the Chloridoideae sub-family, here probably Cynodon dactylon (L.) have been added to the common assemblage. The presence of the latter within a foundation deposit is striking except in the case of initial deposit not being immediately covered – a possibility that has already been taken into account at the end of the pedoarchaeological study and that this ruderal Chloridoideae has colonized there.

At Remicourt “En Bia Flo” II, this concerns a layer interpreted as a remnant of the neolithic A1 horizon, i.e. forest humus, that has been analysed. However, it seems obvious, notably when considering the important number of phytoliths characteristic of dicots and trees (the former may also stem from the epidermis of tree leaves), compared to other samples that contained phytoliths, that the hypotheses we put forward initially is confirmed: the sample phy-24 of slot pit194 clearly stems from a Neolithic A1 horizon.

In conclusion, the slot pits of Remicourt and Voroux are located at the centre of an entrance to the village shown by an interruption of the ditched enclosure. Their dimensions are similar, as well as their sections - both longitudinal and transversal. None of the two pits has produced flint or pottery artefacts, macrorests, or even traces of posts. Finally, it seems that the two features have been backfilled at once for the major part, rapidly after its digging at Remicourt, some time later at Voroux. This unique difference between the two slot pits, however, is not an argument strong enough for attributing a clearly distinct function to these features. At least we have to admit that the manners of their backfilling have not been exactly the same, nor did they occur through the same path. Nonetheless, it can be stated with sufficient certainty that these were not pits used for crafts, which in addition is not amazing given their location in the centre of the village entrance, less than 3-4 m wide. The absence of any trace of posts as well as stratigraphical elements permitting to conclude to the extraction of the latter, indicate that we do not deal with foundation ditches.

Finally, the most obvious element is the close link that exists between these structures and the entrances of the two villages. It can be noted that this type of feature exists also in the nearby enclosure of Darion, where a slot pit was found placed facing the western entrance of the village and another incorporated into the construction that equipped the southern entrance. These pits are fully comparable to the ones uncovered at Voroux and Remicourt: morphology, filling, virtual absence of archaeological material… The presence in the two presented sites of foundation deposits associated with entrances illustrates the importance of the construction of these enclosures for the neolithic men who apparently celebrated the achievement. As a consequence, it seems natural to associate the digging of the slot pits with this event: they may have been dug in order to serve as container for the deposit of organic matter of which no trace is actually preserved, a kind of offering aiming at the sacralisation of the defensive construction and/or the passage from the exterior to the interior of the village area protected by the enclosure.

DIE MIT DEN BANDKERAMISCHEN GRABENWERKEN VON REMICOURT UND VOROUX-GOREUX ASSOZIIERTEN SCHLITZGRUBEN (PROVINZ LÜTTICH, BELGIEN): EINE VOTIVFUNKTION?

Dominique Bosquet, Claire Goffioul, Alexandre Chevalier

Zusammenfassung

Anlässlich der vom Öffentlichen Dienst der Wallonie in Zusammenarbeit mit dem Königlich-Belgischen Institut für Naturwissenschaften (IrScnB) von 1993 bis 1999 entlang der Hochgeschwindigkeitslinie zwischen der französischen Grenze und Lüttich durchgeführten Rettungsgrabungen, sowie anlässlich der Wiederaufnahme des Grabungsprogramms an der Fundstelle Waremme «Longchamps» durch die Universität von Illinois (Chicago, USA) konnte der Korpus der bandkeramischen Fundstellen in Belgien erweitert werden. Die Auswertung aller Befunde, die aus den sechs, während der TGV Voruntersuchungen ergrabenen Fundstellen stammen, d.h. dreissig Häuser und zwei Grabenwerke, erfolgte ab 2004 durch den Öffentlichen Dienst der Wallonie, in Zusammenarbeit mit dem Königlich-Belgischen Institut für Naturwissenschaften (IrScnB). Diese Untersuchungen geben einen neuen Einblick in das Phänomen der Bandkeramik im Hespengau, insbesondere durch die Identifizierung einer bislang unbekannten Pionierphase innerhalb der regionalen Besiedlungsgeschichte.

An zwei Fundstellen wurden Schlitzgruben entdeckt, die die Dorfeingänge in zwei Hälften teilten. Dies geht aus der Unterbrechung des Grabens hervor. Dieser Grubentyp ist aus mehreren linearbandkeramischen Fundstellen in Nordwesteuropa bekannt und stets mit Unterbrechungen der Erdwerksgräben assoziiert, meistens jedoch innerhalb der Dorfanlagen. Verschiedene Interpretationen zur Funktion werden in der Literatur erwähnt: Gruben zum Gerben von Tierhäuten, Jagdfallen, Depot von Pfeil und Bogen, Lehmentnahme, Kühlgruben… Auch wenn diese Interpretationen plausibel sind, so bleibt die Funktion der Schlitzgruben oft rätselhaft.

Tatsächlich ist neben einer charakteristischen Form in den meisten dieser Strukturen derselbe Typ von Verfüllung vorhanden. Sie enthielten so gut wie kein archäologisches Fundmaterial, aber auch keine anderen Materialien, die es erleichtern würden, ihre Funktion zu interpretieren (Pfostenspur, besondere Gegenstände,…). Die Form und die stratigraphische Anordnung der Schichten sprechen in den meisten Fällen für eine schnelle Verfüllung. Auf dieser Grundlage ist es jedoch schwierig, sich für die eine oder andere Nutzung zu entscheiden; zumindest kann eine bestimmte Anzahl ausgeschlossen werden. Daher blieb die Analyse der in den Schlitzgruben entnommenen Proben, von denen manche Schichtmaterial enthielten, das einen hohen organischen Anteil aufwies, die einzige Möglichkeit, um zumindest deren Funktion zu bestimmen. Die erzielten Ergebnisse erwiesen sich jedoch in Bezug auf eine funktionale Interpretation als unzulänglich.

Die beiden hier vorgestellten Fundstellen wurden bei systematischen Voruntersuchungen entdeckt, die 10% der von der TGV-Trasse betroffenen Fläche abdecken. In Voroux-Goreux wurde nur ein Teil der Dorfanalage erforscht. Dieser umfasste 48 neolithische Strukturen, darunter ein Grabenabschnitt mit vorgelagerter Palisade und einem durch eine Schlitzgrube in zwei Hälften geteilten Eingang, sowie Gruben und vier Pfostenlöcher, die zu einem Hausgrundriss verbunden werden konnten. Das Ensemble wurde insbesondere aufgrund der Kammverzierungen der Keramik typologisch in die jüngere bis jüngste Linearbandkeramik eingestuft. Im Graben fand sich auf der Höhe des Eingangs ein Gründungsdepot. Dieses bestand aus einem vollständigen Vorratsgefäß, das auf einer Schicht mit hohem organischem Anteil lag. Eine organische Schicht ähnlicher Ausprägung war auf dem Boden der Schlitzgrube vorhanden.

Die Fundstelle Remicourt enthielt 235, auf zwei Bereiche verteilte Strukturen: eine Dorfanlage mit einem Grabenwerk, umgeben von einer Palisade, vier Hausgrundrissen und wie in Voroux einem Eingang an der Ostseite des Grabens, der durch die Schlitzgrube zweigeteilt wurde. Ein zweiter Siedlungsbereich befindet sich in 130 m Entfernung gegenüber dem Eingang und besteht aus einem Hausgrundriss der Pionierphase. In Bezug auf die Chronologie ist die ältere Linearbandkeramik (Ib-Id, Modderman , 1970) durch den Hausgrundriss der Pionierphase vertreten, die mittlere Phase (Id-IId) ist vorwiegend in dieser Wohneinheit und in der Dorfanlage vertreten und die jüngere Phase (IId+) ist nur innerhalb der Dorfanlage vertreten. Das Vorhandensein eines Gründungsdepots im Graben, wurde auf beiden Seiten des Eingangs beobachtet und besteht aus zwei Läufern.

Die Ähnlichkeiten der Eingangskonstruktion der beiden Dorfanlagen sind besonders auffällig. Es sei daran erinnert, dass die bandkeramischen Grabenwerke oft nach einem festgelegten Schema erbaut wurden. Ausgehend von einem Proportionssystem war es ermöglich, die charakteristische unregelmäßige Form, eine Art Oval, in verschiedenen Maßstäben zu reproduzieren.

Zwei Probenserien aus den Schlitzgruben von Remicourt und Voroux wurden analysiert. Anhand bodenkundlicher Untersuchungen wurden die Phosphat- und pH-Werte, sowie der Oxydoreduktionsanteil bestimmt. Zusätzlich erfolgte vor kurzem auch eine Phytolithenanalyse.

Die beiden untersuchten Gruben weisen keine Oxydoreduktionsanteile, sowie Phosphat- und pH-Werte auf, die mit handwerklichen Tätigkeiten vereinbar wären, die den Boden verunreinigen oder versäuern, darunter auch die Zersetzung von großen Mengen organischen Materials, wie das Gerben von Häuten oder das Rotten. Es lassen sich auch keine Vernässungsspuren nachweisen. Dies zeigt, dass die Gruben nicht über einen längeren Zeitraum hinweg mit Wasser gefüllt waren. Der schwache Oxydoreduktionsanteil, der mit der schwarzen Schicht von Voroux assoziiert ist, würde außerdem darauf hinweisen, dass das am Boden der Grube deponierte organische Material zu diesem Zeitpunkt bereits zersetzt war, daher die Hypothese, dass es sich eventuell um Humus handeln könnte, der von der Oberfläche in die Grube gefallen war und nicht um frisches Material, das sich erst in der Grube zersetzt hätte. Schließlich lassen sich auch schwache Spuren biologischer Prozesse oberhalb der schwarzen Schicht beobachten, die anzeigen, dass die Grube so lange offen stand, dass sich diese Anzeiger entwickeln konnten. Dies wird durch die Phytolithenanalyse bestätigt.

In Voroux wurde die Phytolithenanalyse an Proben vorgenommen, die aus dem Gründungsdepot des Grabens 23, sowie aus der schwarzen Schicht der Schlitzgrube stammen. In Graben 23 dominieren deutlich die Gräser: typische Phytolithen dieser Arten stellen fast 40 % des Gesamtensembles; davon sind ein Viertel Phytolithen, die den Panicoideae zugeordnet werden können, gefolgt von charakteristischen Formen der Pooideae darunter ein Vertreter vom Typ Triticum. In der Schlitzgrube 38bis sind die für Baumarten charakteristischen Formen im Verhältnis zu Graben 23 zahlreicher. Darüber hinaus sind Formen, die den Chloridoideae zugeordnet werden können, vorhanden. Die Zusammensetzung der Phytolithen gleicht größtenteils derjenigen des Gründungsdepots. So enthalten beide Depots große Mengen von Gräserphytolithen, die jedoch nicht für eine Unterfamilie oder eine Art bezeichnend sind und die sich hauptsächlich in Halmen und Blättern finden. Es könnte sich dabei um Depots von Stroh und nicht von Ähren handeln, es sei denn, dass die Gräserdepots ausschließlich aus nicht kultivierten Panicoideae und Pooideae bestehen. Obwohl beide Depots im Zusammenhang mit der Gründung des Grabenwerkes von Voroux stehen, enthalten sie offenbar nicht genau die gleichen Pflanzen. Zu den Pflanzenarten in den beiden Depots kommen in der Schlitzgrube Baumarten und Pflanzenarten der Unterfamilie der Chloridoideae vor, im vorliegenden Fall möglicherweise Cynodon dactylon (L.), dessen Vorkommen im Gründungsdepot überraschend ist, es sei denn, dass das erste Depot nicht sofort abgedeckt wurde, so dass an dieser Stelle Ruderalpflanzen wachsen konnten. Diese Möglichkeit wurde bereits im Anschluss an die bodenkundliche Untersuchung in Erwägung gezogen.

In Remicourt „En Bia Flo“ II, wurden Reste des neolithischen A1-Horizonts, d.h. Waldhumus, analysiert. Angesichts der hohen Anzahl charakteristischer Phytolithen von Dikotylen und Bäumen (erstere könnten auch vom Epidermium der Baumblätter stammen) im Vergleich zu anderen Proben, die solche enthalten, kann die eingangs formulierte Hypothese bestätigt werden: die Probe phy-24 der Schlitzgrube 194 stammt tatsächlich aus einem neolithischen A1-Horizont.

Die Schlitzgruben von Remicourt und Voroux befinden sich in der Mitte des Dorfeingangs, der durch eine Unterbrechung des Grabens angedeutet wird. Ihre Abmessungen sind ähnlich, ebenso wie ihr Längs-und Querschnitt. In keiner der beiden Gruben fanden sich Silexartefakte, Keramik oder Makroreste, ebenso wenig Pfostenspuren. Beide Strukturen wurden schließlich größtenteils in einem Zuge verfüllt, kurz nach der Anlage in Rémicourt, einige Zeit später in Voroux. Dieser einzige Unterschied zwischen den zwei Schlitzgruben ist jedoch kein ausreichendes Argument, um ihnen eine bestimmte Funktion zuzuweisen. Es kann höchstens vermutet werden, dass die Verfüllungsprozesse nicht genau die gleichen waren oder nicht im gleichen Moment stattfanden. Wie dem auch sei, es kann mit ausreichender Sicherheit behauptet werden, dass es sich nicht um Handwerksgruben handelt. Dies ist übrigens nicht erstaunlich, wenn man ihre Lage in der Mitte des höchstens 3-4 m breiten Dorfeingangs in Betracht zieht. Es handelt sich auch nicht um Fundamentgruben, da Pfostenspuren fehlen und auch keine stratigraphischen Beobachtungen vorliegen, die darauf hinweisen, dass Pfosten gezogen wurden.

Zu guter Letzt bleibt die enge Beziehung, die zwischen diesen Strukturen und den Eingängen der beiden Dorfanalagen besteht, das Hauptelement. Es sei bemerkt, dass dieser Konstruktionstyp auch in dem nahegelegenen Grabenwerk von Darion anzutreffen ist. Dort befand sich eine Schlitzgrube gegenüber dem Westeingang des Dorfes und eine weitere war in die Konstruktion des Südeingangs eingebunden. Diese Gruben sind in allen Punkten mit denjenigen, die in Voroux und Rémicourt ausgegraben wurden, vergleichbar: Form, Verfüllung, das fast vollständige Fehlen von archäologischem Fundmaterial… An beiden Fundstellen zeigt das Vorhandensein von Gründungsdepots, die mit den Eingängen assoziiert sind, dass die Errichtung dieser Grabenwerke für die Neolithiker große Bedeutung besaß. Offenbar gab ihre Fertigstellung Anlass zu einer Zeremonie. Daher ist man versucht, die Anlage der Schlitzgruben mit einem solchen Ereignis in Zusammenhang zu bringen. Diese Gruben wurden als Behälter für organisches Material angelegt, von dem heute keine Spur erhalten ist. Es handelt sich um eine Art Opfergabe mit der Absicht, das Verteidigungswerk und/oder den Zugang von außen in die durch das Grabenwerk geschützte Dorfanlage zu weihen.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de localisation des sites de Remicourt et Fexhe-le-Haut-Clocher/Voroux-Goreux en Hesbaye.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Fig. 2. Remicourt « En Bia Flo » II. Plan des fouilles (infographie A. Van Driessche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 3. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Plan des fouilles (infographie F. Cornélusse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Fig. 4. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Dépôt de fondation du fossé 23 (a) et jarre reconstituée (b) (Photos C. Goffioul et G. Hardy, infographie D. Bosquet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 5. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Plan de l’entrée nord illustrant les deux niveaux de décapage (infographie D. Bosquet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 6. Fexhe-le-Haut-Clocher / Voroux-Goreux. Coupes longitudinale et transversale de la Schlitzgrube 38bis reprenant l’emplacement des prélèvements pédologiques (KF) et palynologiques (P) (infographie D. Bosquet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 7. Remicourt « En Bia Flo » II. Dépôt de meule dans les tronçons de fossé 36 (a) et 193 (b), à hauteur de l’entrée est du village (photos et infographie D. Bosquet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Légende Fig. 8. Remicourt « En Bia Flo » II. Plan de l’entrée est (infographie D. Bosquet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 9. Remicourt « En Bia Flo » II. Coupes longitudinale et transversales de la Schlitzgrube 194, reprenant l’emplacement des prélèvements pédologiques (KF) et palynologiques (P) (infographie D. Bosquet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6640/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search