Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Le Néolithique moyen de la grotte de la Molle-Pierre, à Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or) : un ensemble N.M.B.

Anne Dufay-Galan

Texte intégral

1Située dans les plateaux calcaires des Hautes-Côtes de Bourgogne, à une vingtaine de km au Nord du site de Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire), la grotte de la Molle-Pierre (commune de Mavilly-Mandelot, Côte-d’Or) (fig. 1) offre un refuge exigu et précaire. Une petite salle de 12 m2, profonde, située à plus de 10 m de l’entrée, ainsi qu’une galerie adjacente, dans une obscurité totale, ont été occupées au cours du Néolithique. Plusieurs foyers, centres de vie et d’activités artisanales (industrie de l’os, peausserie...), une zone dépotoir, des niches naturelles... ont livré un mobilier archéologique abondant et varié. Près de deux cents vases, cent cinquante outils en os, des éléments de parure, des silex taillés, des haches polies, des ossements humains et d’animaux domestiques et sauvages, des macro-restes végétaux... forment un ensemble archéologique attribué au N.M.B.

LES FOYERS ET LEURS DATATIONS

2Les niveaux néolithiques de la grotte de la Molle-Pierre sont caractérisés par une série de foyers installés dans la salle au cours des occupations successives du site.

3Cette salle a fait l’objet d’un aménagement lors des premières fréquentations ; son sol initial, qui devait être très cahotique, a été nettoyé de certaines pierres empilées le long de la paroi (cet empilement est scellé par le manteau stalagmitique) ou partiellement aplani comme le suggère un lit horizontal de dalles plates posées entre des blocs de la brèche initiale ; de gros blocs « menaçants », en apparent déséquilibre, ont été laissés en place ; en effet, certains foyers viennent s’y appuyer ; d’autres ont dû s’ébouler postérieurement à certaines occupations humaines. Les phénomènes de sédimentation postérieure ne sont pas parvenus à niveler la surface de circulation sur laquelle ont été installés plusieurs foyers datés du Néolithique moyen.

4La disposition stratigraphique (fig. 2) des foyers, installés successivement, est complexe ; ils s’imbriquent les uns dans les autres ou se recoupent (fig. 3) ; leur empilement et leur recoupement qui avaient été pressentis par la fouille fine dans les conditions difficiles de la recherche en grotte, ont été confirmés par l’étude micromorphologique des cendres (études de D. Sordoillet). Toutefois, il a été possible d’individualiser une quinzaine de zones de combustion. Elles se répartissent sur une couche plus ou moins continue de 30 cm d’épaisseur environ, et sur presque toute la surface de la salle (10 m2). Certains foyers sont situés contre les parois ; d’autres ont, peut-être, été installés plus en avant dans des zones laissées libres par les occupations antérieures.

Fig. 1. — Plan de la grotte de la Molle-Pierre.

5La plupart des foyers reposent sans réel aménagement sur les sédiments, pierres plates, argile de décalcification, sols d’occupations antérieures... Ils ne forment pas de structures nettes ; quelques blocs ou pierres sont parfois disposés en arc-de-cercle à la périphérie de certains d’entre-eux, mais aucune bordure bien continue n’a été observée. Les aires d’épandage de cendres ou de charbons, qui les matérialisent, ont des diamètres variant de 30 cm à 1,50 m et leur épaisseur est comprise entre 5 et 10 cm environ ; la sole d’un seul foyer est rubéfiée ; sous les autres, des altérations dues à la chaleur sont plus ténues ; certaines pierres dans ou à proximité, sont également rubéfiées. Les charbons sont bien conservés ; ils sont de petites tailles ; ils ne forment jamais de couches très épaisses ni continues. Les couches de cendres sont beaucoup plus denses, bien conservées, parfois stratifiées, témoignant des différentes phases d’allumage, d’alimentation et d’extinction ; le combustible utilisé semble fait d’herbes et feuilles sèches pour l’allumage, de bois pour l’entretien du feu (D. Sordoillet) de branches ou de brindilles, rarement de grosses bûches. L’étude anthracologique est en cours.

6Le contenu archéologique des différents foyers offre des ensembles mobiliers différents traduisant aussi bien des fonctions différentes (éclairage, chauffage, centres d’activités culinaires, centres d’activités artisanales ou techniques) que des évolutions chronologiques. Tout le mobilier (céramique, industrie lithique, industrie osseuse, macro-restes végétaux, faune...) peut être attribué sur des critères typologiques au Néolithique Moyen Bourguignon (N.M.B.), groupe culturel dont on ne connaît pas, dans l’état actuel des connaissances, les différentes phases typochronologiques.

Fig. 2. — Coupe stratigraphique A - B.
1. sédiments limoneux ; 2. sédiments argileux gris + charbons de bois ; 2’. sédiments grumeleux, charbons, petits cailloutis ; 3. sédiments argilo-limoneux cendreux ; 4. cendres + charbons de bois (N.M.B.) ; 5. sédiments argileux gris + charbons ; 6. argile grumeleuse (Néolithique final) ; 6’. sédiments argilo-limoneux gris ; pierres rubéfiées ; 7. argiles compactes brunes, plaquettes calcaires, (stérile) ; 8. niveaux remaniés (gallo-romain, moyen-âge) ; 8’. niveaux remaniés, (relevé J.-P. Thevenot et P. Buvot).

Fig. 3. — Plan des foyers du Néolithique Moyen Bourguignon (numérotés du plus récent F1 au plus ancien F16). 1. zone de combustion, cendres et charbons de bois ; 2. sol argileux ; 3. blocs et parois de la cavité ; 4. bloc en surplomb.

7Le diachronisme des foyers et les différences dans la composition du mobilier invitent à essayer de proposer une évolution de ce mobilier archéologique.

8Quatre datations carbone 14 ont été effectuées sur les charbons de différents foyers :

9Ly 5406 : 4760 ± 60 B.P. (3679 à 3385) av. J.-C.)

10Ly 4823 : 4750 ± 100 B.P. (3754 à 3212 av. J.-C.)

11Ly 5407 : 5045 ± 60 B.P. (3973 à 3716 av. J.-C.)

12Ly 5405 : 5235 ± 160 B.P. (4385 à 3726 av. J.-C.)

13Une datation a été faite sur des charbons de la zone dépotoir :

14Ly 5408 : 5240 ± 120 B.P. (4329 à 3799 av. J.-C.)

15Alors que le principe de stratigraphie verticale semble difficilement applicable a priori dans ce milieu de grotte très cahotique, ces datations font des niveaux les plus profonds les structures les plus anciennes (fig. 4). Les différentes occupations néolithiques du site s’étalent sur une très longue période d’où des aires de combustions distinctes, comme oubliées d’une phase à l’autre, la grotte ne servant peut-être que très épisodiquement d’abri ou d’habitat ; cette hypothèse n’excluant pas plusieurs fréquentations par un même groupe comme le prouvent, par exemple, les réutilisations successives d’un des foyers dans un court intervalle de temps.

16Ces datations se placent dans la large période retenue comme cadre chronologique du N.M.B : le IVe millénaire av. J.-C. (fig. 5). L’intervalle qu’elles définissent se situe postérieurement au Chasséen ; il est contemporain. Les groupes Michelsberg d’Alsace et des pays rhénans, Cortaillod de Suisse et Rhône-Alpes, des groupes du Bassin parisien de Noyen, Gravon, Balloy du groupe plus méridional de Ferrières et de celui plus occidental de Bruère-Allichamps (Cher).

17L’étude du mobilier devrait permettre de dégager les affinités et les relations qui sont suceptibles d’exister entre celui de la Molle-Pierre et celui des autres courants culturels contemporains.

Fig. 4. — Datations C14 de la Molle-Pierre.

Fig. 5. — Datations C14 non calibrées des principaux groupes proches du N.M.B. et de la Molle-Pierre.

DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES

LA CÉRAMIQUE

18L’ensemble des formes céramiques (soixante-quinze sont entièrement reconstituées : le corpus global approche le nombre de deux cents) est composé (fig. 6) :

19de récipients fermés :

  • 20 % de jarres à profil en S à panse ovoïde, col individualisé, fond arrondi ; la plupart de ces formes portent des mamelons ou barrettes allongées regroupés par deux sur le haut de la panse ; le volume de ces récipients varie de 21 environ à plus de 121 ;

  • 12 % de bouteilles à col individualisé, droit ou légèrement évasé, avec boutons de préhension à perforation horizontale soit sur le haut de la panse, soit près de la base ; leur volume est supérieur à 1 I ;

  • 16 % de marmites à col marqué ou légèrement évasé, à panse sphérique, à fond rond ; certaines portent des boutons de préhension à perforation horizontale sur l’épaulement, ou une paire de barrettes allongées sur le haut de la panse ; leur volume est compris entre 11 et 51 ;

Fig. 6. — Quelques formes céramiques N.M.B. de la grotte de la Molle-Pierre.

20de récipients ouverts :

  • 6,6 % de gobelets (0,25 à 0,51) à fond rond ;

  • 16 % de jattes tulipiformes à fond rond ou légèrement aplati, sans bouton de préhension ; leur volume varie de 0,51 à plus de 51 ;

  • 10,6 % de jattes ou écuelles carénées (la carène est en position basse ou haute), avec ou sans bouton de préhension à perforation horizontale ; certaines portent, sur la carène une paire de mamelons ; leur volume est compris entre 11 et 51 ;

  • 2,6 % de bols hémisphériques à fond rond (0,25 à 0,75) ;

21Les formes très ouvertes (plats à pain, assiettes, plats...) ne sont pas représentées ; les vases à puiser, les cuillères sont également absents.

22Aucun de ces récipients n’est décoré ; certains sont agrémentés de mamelons ou barrettes allongées groupés par deux sur l’épaulement ou sur la carène ; les fonds sont ronds ou très légèrement aplatis ; le dégraissant presque toujours visible est abondant, fin, carbonaté (calcite pilée ou coquiller) ; la pâte est de très bonne qualité, dure, bien cuite malgré une cuisson à des températures inférieures au point de dégradation de la calcite ; les parois sont relativement minces (6 mm) et bien façonnées ; les surfaces sont bien lissées ou lustrées ; les bords sont arrondis ; les éléments de préhension sont des boutons à perforation horizontale, quelques-uns sont ensellés ; la couleur varie du gris foncé au beige rose ou au jaune.

23De ce mobilier, riche, provenant des différents foyers bien différenciés, des ensembles de formes se dégagent (fig. 7). Bien que les activités domestiques et artisanales aient pu être un peu différentes lors de chacune des occupations de la grotte, et bien que ces récipients aient pu faire l’objet d’une sélection particulière ces ensembles, dans ce contexte permettent d’envisager une approche de l’évolution interne du N.M.B.

24Au stade actuel de l’étude il semble que :

  • les barrettes et les mamelons, éléments considérés comme « marqueur » du N.M.B., très présents (35 %) dans les deux niveaux inférieurs, disparaissent dans les foyers supérieurs ;

  • les jattes sont carénées dans les niveaux les plus profonds ; dans les niveaux supérieurs évasés, tulipiformes ;

  • les fonds très légèrement aplatis présents dans les niveaux bas, sont absents dans les plus hauts ;

  • les formes globuleuses « à suspendre » munies de boutons à perforation horizontale ne sont présentes que dans un des foyers en position médiane.

25Ce mobilier céramique présente comme les autres ensembles rattachés actuellement au N.M.B, des similitudes stylistiques avec deux grands courants culturels :

  • l’un de tradition méridionale, perceptible dans les jattes carénées, dans certaines écuelles à boutons perforés, dans certains bols hémisphériques, formes qui semblent inspirées du Chasséen méridional classique ;

  • l’autre d’affinité nord-orientale ; les bouteilles et les vases à panse ovoïde comportant des boutons de suspension très bas sur la panse sont des formes Michelsberg ; on les retrouve aussi dans le groupe de Noyen.

Fig. 7. — Répartition spatiale schématique du mobilier céramique des différents foyers de la Molle-Pierre.

26Il est difficile d’évaluer le poids de la tradition et celui de l’apport des influences extérieures ; toutefois, la plupart des vases et notamment les petites marmites sphériques conservent dans leur technologie (argiles enrichies de dégraissants carbonatés fins et bien calibrés, cuisson de très bonne qualité, mais inférieure à 600°C environ) et leur style de façonnage (parois fines, surfaces lustrées) le savoir-faire du Chasséen bourguignon, ce qui donne à penser que l’évolution du N.M.B. se fait progressivement dans la tradition sans pour cela exclure des relations avec des groupes culturels extérieurs.

L’INDUSTRIE LITHIQUE

27L’industrie lithique taillée forme un ensemble de soixante pièces constitué de racloirs (25 %), de grattoirs (23 %), de quelques pointes de flèches foliacées, de lames, d’éclats (étude d’A. Augereau). La forte proportion de racloirs et de grattoirs est en relation avec les activités artisanales pratiquées dans la grotte (façonnage d’outils sur matières dures animales et peausserie).

28La matière première de cet outillage lithique – des silex blonds, bruns ou gris – n’a pas une origine géologique locale ; la chaille grise des calcaires du Jurassique moyen bourguignon n’a pas été exploitée ; les pièces sur silex blond sont plus nombreuses dans les niveaux les plus profonds. Le silex gris est la matière première des outils retrouvés dans les foyers et les couches supérieurs. Le silex blond est la matière première classiquement utilisée dans le Chasséen méridional ; faut-il voir une tradition d’approvisionnement qui perdurerait depuis l’époque chasséenne dans les phases anciennes du N.M.B. de la Molle-Pierre et qui disparaîtrait par la suite avec l’utilisation du silex gris ?

29L’outillage en pierre polie est également d’origine allochtone. Deux haches polies sont en aphanite d’origine vosgienne ; la Molle-Pierre est le gisement situé le plus au Sud-Ouest et le plus éloigné des sites d’extraction (carrières de Plancher-les-Mines, P. Pétrequin) ; quatre autres (une forme de bottier, un ciseau, un percuteur, une boucharde) sont en roche verte (amphibolite à grenats) d’origine alpine. De petits galets en roche métamorphique d’origine indéterminée, ont été utilisés comme polissoirs.

30Cette industrie lithique souligne la réalité des échanges interrégionaux et sans doute interculturels au cours du Néolithique Moyen en Bourgogne.

L’INDUSTRIE SUR MATIÈRE DURE ANIMALE

31La série d’objets de la Molle-Pierre façonnée sur matière dure animale est numériquement une des plus importantes attribuées au N.M.B. Elle est composée de plus de cent cinquante outils à percer, à lisser, de ciseaux, percuteurs, gaines et emmanchements :

  • poinçons à poulie et stylets (78 %) ;

  • ciseaux (6 %) ;

  • baguettes et lissoirs (3 %) ;

  • percuteur (1 %) ;

  • gaines ou emmanchements (1 %) ;

  • autres (pointe double, pointe à encoche, tête de flèche à oiseau) (1 %) ;

32à cette liste s’ajoutent plusieurs os en cours de débitage et des outils en cours de fabrication.

33Les pointes sont façonnées essentiellement sur demi-métapodes de petits ruminants (38,15 %), de caprinés (26,31 %), de cerf (29,60 %) et chevreuil (4,60 %), de bœuf (1,31 %) ; les stylets et les ciseaux sont taillés dans des os de cerf ; les gaines d’emmanchements à double douille et les lissoirs sont taillés dans des bois de cerf, segments de merrains ou andouillers (détermination A. Tresset).

34Les courbes de fréquence d’utilisation des os des différentes espèces animales (fig. 8) montrent que les métapodes de caprinés sont préférés à l’os de cerf dans les niveaux les plus profonds ; cette tendance s’inverse par la suite, mais dans les niveaux supérieurs la courbe de fréquence d’utilisation de l’os de cerf décroît à nouveau, au profit de l’os de capriné. Le parallélisme des courbes d’objets sur bois et sur os de cerf est significatif des différences d’importance du rôle du cerf par rapport aux os de caprinés à certaines phases ; l’interprétation de la chute brutale de l’utilisation des os de caprinés à certaines phases, qui traduit vraisemblablement un problème dans la gestion du cheptel ou une modification des traditions cynégétiques, ne sera possible que lorsque l’étude complète de la faune sera terminée.

Fig. 8. — Courbes de fréquence d’utilisation d’os de caprinés (rond noir), de cerf (étoile noire), de chevreuil (étoile blanche) et de bœuf (rond blanc) pour la fabrication d’outils, en fonction de la profondeur.

35L’os de bœuf n’est qu’exceptionnellement utilisé, les métapodes de chevreuil semblent également peu employés.

36Cette industrie remarquablement soignée, vraisemblablement liée à une activité artisanale spécialisée est comparable à celle des autres sites rattachés au N.M.B.

LA PARURE

37Une trentaine de dents percées (six incisives de suidés, une de bœuf, treize canines de canidés, quinze indéterminées) ainsi que cinq pendeloques uniforées sur plaquettes osseuses forment la parure retrouvée à la Molle-Pierre. Ces parures sont comparables à celles connues dans le Néolithique moyen du Jura. Une des pendeloques « en virgule » présente des ressemblances avec des formes reconnues dans le Sud (type Ferrières).

DONNÉES ENVIRONNEMENTALES

LA FAUNE

38Les ossements (plusieurs milliers) d’animaux domestiques (caprinés, suidés, bovidés), d’animaux sauvages (sangliers, cerfs, chevreuils, loups, lièvres, coqs...) et cavernicoles (blaireaux...) sont en cours de détermination (A. Argant). La plus grande partie de ces ossements provient de la zone définie comme « dépotoir » dans la galerie ; ils sont associés à vingt-huit vases, à des éléments d’industries lithique et osseuse attribués typologiquement au N.M.B.

LES MACRORESTES VÉGÉTAUX

39Dans trois foyers, des « poignées » de pommes et de glands ont été recueillies dans des couches de cendres. La plupart des pommes sont coupées dans un plan vertical, plus rares sont celles coupées suivant un plan horizontal ; quelques-unes sont entières.

40Les études spécifiques de ces fruits sont en cours (K. Lumtrom-Baudais) ; associées aux déterminations anthracologiques, ces données compléteront le cadre environnemental de la grotte de la Molle-Pierre au Néolithique moyen, qui apparaît d’après les études palynologiques (J. Argant) offrir un paysage végétal composé d’espèces largement cultivées de zones forestières dominées par le tilleul, typiques de l’époque Atlantique.

LES RESTES HUMAINS

41La présence de plusieurs restes humains recueillis dans les couches néolithiques de la salle, en périphérie des foyers ou au-dessus des derniers, peut laisser supposer que la grotte a joué un rôle sépulcral à certaines époques, mais aucune connexion anatomique entre les ossements ni aucune structure funéraire n’ont été observées ; toutefois, quelques restes ont été recueillis derrière le manteau stalagmitique où des pierres semblent former un muret.

42Dans les premiers mètres de la galerie, le squelette d’un très jeune enfant (moins de deux ans) a été retrouvé dans une niche naturelle de la paroi occidentale ; à proximité se trouvaient des ossements animaux et des tessons (écuelle tulipiforme). Les restes d’un adulte ont été également recueillis dans cette partie de la galerie, associés à un poinçon, des tessons néolithiques, dans un sédiment riche en charbons et en cendres ; au-dessus, un lit de pierres isolait les ossements humains des sédiments enrichis en matière organique, ossements d’animaux et tessons, interprétés comme remplissage d’une zone dépotoir.

43Le mobilier de la Molle-Pierre (Côte-d’Or) constitue un ensemble clos, bien documenté, organisé, stratifié présentant des industries osseuse et lithique associées à un répertoire de nombreuses formes céramiques rentrant dans la définition générale du N.M.B. telle que les actes de Beffia (collectif, 1984) la proposent.

44Le N.M.B. apparaît comme une culture dont les caractéristiques sont si « atypiques » qu’elle a pu être définie à partir d’un nombre très limité de vases, disséminés sur une aire géographique vaste ; l’apport d’une série aussi importante que celle de la Molle-Pierre ne fait que valider cette définition tout en apportant quelques éléments nouveaux nécessaires à l’approche de l’évolution interne du N.M.B.

45L’hypothèse selon laquelle le N.M.B. serait issu de la tradition du Chasséen classique, semble argumentée par les céramiques des niveaux les plus profonds de ce site et les formes qui leur succèdent ; cette évolution sur un substrat traditionnel n’exclut pas le dynamisme des influences par contacts et relations avec les groupes contemporains du Bassin parisien (Noyen, Gravon, Balloy), des pays alsaciens et rhénans (Michelsberg), des Alpes ou de régions plus méridionales comme le prouvent plusieurs produits d’importation et diverses similitudes stylistiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Plan de la grotte de la Molle-Pierre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 2. — Coupe stratigraphique A - B.1. sédiments limoneux ; 2. sédiments argileux gris + charbons de bois ; 2’. sédiments grumeleux, charbons, petits cailloutis ; 3. sédiments argilo-limoneux cendreux ; 4. cendres + charbons de bois (N.M.B.) ; 5. sédiments argileux gris + charbons ; 6. argile grumeleuse (Néolithique final) ; 6’. sédiments argilo-limoneux gris ; pierres rubéfiées ; 7. argiles compactes brunes, plaquettes calcaires, (stérile) ; 8. niveaux remaniés (gallo-romain, moyen-âge) ; 8’. niveaux remaniés, (relevé J.-P. Thevenot et P. Buvot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. — Plan des foyers du Néolithique Moyen Bourguignon (numérotés du plus récent F1 au plus ancien F16). 1. zone de combustion, cendres et charbons de bois ; 2. sol argileux ; 3. blocs et parois de la cavité ; 4. bloc en surplomb.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 4. — Datations C14 de la Molle-Pierre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 5. — Datations C14 non calibrées des principaux groupes proches du N.M.B. et de la Molle-Pierre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 6. — Quelques formes céramiques N.M.B. de la grotte de la Molle-Pierre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 7. — Répartition spatiale schématique du mobilier céramique des différents foyers de la Molle-Pierre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 8. — Courbes de fréquence d’utilisation d’os de caprinés (rond noir), de cerf (étoile noire), de chevreuil (étoile blanche) et de bœuf (rond blanc) pour la fabrication d’outils, en fonction de la profondeur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/658/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteur

Centre Archéologique Européen, 58370 Glux-en-Glenne.

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search