Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Les structures de type « fente » dans le Kochersberg (Alsace)

Un programme de recherche en cours de développement

Damien Ertlen, Clément Féliu, Matthieu Michler, Nathalie Schneider-Schwien, François Schneikert, Yohann Thomas, Séverine Braguier, Delphine Minni et Cécile Veber

Entrées d'index

Mots-clés :

Alsace, fente

Schlüsselwörter :

Schlizgruben, Elsass, Frankreich

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1Les fouilles de la Ligne à Grande Vitesse Est Européenne (LGV Est - Phase 2) ont permis, en Alsace, de découvrir une soixantaine de structures de type fente. Ces découvertes importantes relancent des questionnements tombés en désuétude. Alors que la plupart des chantiers archéologiques liés au futur tracé ferroviaire prenaient fin, après une période intense d’activité (début des sondages en 2008), l’invitation à la table ronde de Châlons-en-Champagne venait à point nommé en novembre 2010. Au fil des découvertes et fouilles dans le secteur cohérent que constitue le Kochersberg (fig. 1), les différents responsables d’opérations de la base archéologique de Strasbourg ont rencontré et « redécouvert » des structures longilignes et profondes reconnues depuis longtemps en Alsace. L’idée de constituer une première base de données à partir d’un renouvellement documentaire est très vite apparue, afin de mieux cerner ces traces anthropiques encore peu exploitées. Présenter assez rapidement les premières données sur le sujet nous semblait constituer un bon moteur pour proposer et tester de nouvelles hypothèses.

1. Historique de la recherche en Alsace

2L’ampleur des travaux d’archéologie préventive sur le tracé LGV Est, entre Saverne et Strasbourg, a permis le décapage de grandes zones parfois contiguës. Les différents types de structures d’habitat n’ont pas fait défaut, tout comme la découverte de nombreuses structures de type fente.

3Ces fosses étroites, allongées, souvent à profil en V, étaient connues dans la littérature archéologique, mais leur datation ne suscitait plus d’interrogations depuis leur attribution « relative » à l’époque néolithique par divers travaux. A. Stieber (1956) avait découvert par exemple une sépulture à inhumation du Néolithique, moyen ou récent, dans une fosse de type fente à Hohatzenheim, non loin des communes traversées par le projet LGV. Dans sa thèse, Ch. Jeunesse (1993, p. 144-146) les attribue aux cultures danubiennes sur la base des découvertes faites en Europe centrale. Malheureusement, rares sont les fentes associées à de bons marqueurs chronologiques. Les datations prudentes de la période du Rubané se font généralement par approche contextuelle avec les structures avoisinantes. Sur les sites d’habitat du Néolithique ancien, qui « produisent » d’abondants rejets céramiques, le risque de pollution est aussi à prendre en compte (érosion des fosses latérales, dispersion du mobilier).

Fig. 1. A : Cadre géographique de la zone d’étude, indiquée par une étoile, sur le tracé LGV Est Phase 2 (ligne pointillée). B : Investigations sur le secteur Kochersberg et ses marges (fond de carte d’après données ASTER/GDEM et BD Carthage).

4Plusieurs hypothèses d’utilisation de ces fentes dans le domaine de l’artisanat (tannage des peaux, tissage ou stockage), de la chasse (pièges à animaux), de la défense ou à des fins cultuelles ont été proposées, mais aucune n’apparaît évidente. À Bischoffsheim (Bas-Rhin ; Jeunesse, Sainty, 1991) par exemple, les fentes ont pu être divisées en deux groupes principaux d’orientation, mis en parallèle avec celles des sépultures du Rubané d’autres sites alsaciens ou allemands, tels que celui de Vendenheim et de Schwetzingen (Lefranc, 2007a, p. 104). Le rapprochement morphologique des fentes avec des fossés interrompus d’enceinte de type Rosheim et leur implantation particulière ont été aussi interprétés comme « une éventuelle dimension symbolique » (Lefranc, 2007a, p. 104 ; Lefranc et alii, 1999).

2. Localisation de la zone concernée et problématique

5L’axe des travaux s’allonge au nord-ouest de Strasbourg, depuis les Vosges gréseuses jusqu’à la plaine rhénane, sur une trentaine de kilomètres. Les données présentées ici s’inscrivent dans le Kochersberg, une région de collines où les couvertures lœssiques prépondérantes peuvent atteindre une dizaine de mètres d’épaisseur. Les sols rencontrés sont en général peu épais, souvent rajeunis par des processus d’érosion intenses. Les structures de type fente semblent préférentiellement installées dans ce matériau limoneux éolien, même si quelques exemples localisent aux marges du Kochersberg, dans les zones du tracé, comme à Eckwersheim à l’est et à Ingenheim à l’ouest (fig. 1).

Fig. 2. Le secteur de fouille de Duntzenheim : plan d’implantation des structures de type fente, sélection de relevés.

Fig. 3. Le secteur de fouille de Gougenheim : plan d’implantation des structures de type fente, sélection de relevés.

Fig. 4. Datations radiocarbone disponibles (sites de Duntzenheim et Gougenheim).

6C’est dans le secteur Kochersberg et ses marges que les décapages ont été les plus nombreux : environ 25 ha de décapage, répartis sur une quinzaine d’opérations de fouille, révélant un réseau dense d’implantations néolithiques et protohistoriques.

7Le contexte de reconnaissance du corpus de « fentes » sur une dizaine d’interventions totalisant une fouillée de près de 20 ha. En complément nombreux des petits décapages, qui ont permis une reconnaissance d’unités topographiques variées, deux secteurs ont été plus largement fouillés sur les communes de Duntzenheim et de se Gougenheim

8Le secteur de Duntzenheim regroupe quatre opérations contiguës (site 8.4 et Stock Sud / Nord ; fig. 2), sur une surface de près de 7 ha, à l’emplacement d’une petite colline, à l’interfluve du ruisseau du Rohrbach et d’un vallon secondaire. Une des dernières opérations, achevée en décembre 2010, au lieu-dit Weingarten, plus en amont du vallon secondaire, permet une reconnaissance des secteurs de bas de versant (Duntzenheim – Dépôt). Plusieurs structures de type fente y ont fait l’objet d’une approche plus poussée (cf. infra chap. 4 ; étude en cours, D. Minni).

9Le secteur de Gougenheim (site 9.2 et Dépôt ; près de 5 ha) regroupe deux sites en rebord de versant, dominant la tête d’un vallon secondaire (fig. 3).

10L’opportunité d’étudier ces structures est liée à leur implantation, sur des sites occupés durant plusieurs périodes du Néolithique et de la Protohistoire, qui a permis de savoir à quelles séquences précises elles se rattachent.

3. Résultats de datations

11L’exploitation des données de terrain est en cours (phase de post-fouille), mais plusieurs datations sont d’ores et déjà disponibles pour baliser l’approche (fig. 4).

12Une première série de datations radiocarbone, réalisée fin 2009 sur deux sites discontinus (Gougenheim - site 9.2 et Duntzenheim - Stock Nord 1), a permis d’attribuer, sur la base d’échantillons fiables (squelettes animaux, cf. infra addenda), deux structures à la première moitié du 3ème millénaire (Néolithique final). Deux autres résultats, à Gougenheim - site 9.2, concordent avec cette datation apparaissant comme « inattendue », puisque totalement dissociée – sur le premier site comme le second – des vestiges d’habitat environnant, tantôt plus anciens (Néolithique ancien à récent), tantôt plus récents (Âges des Métaux).

13Une seconde série de tests, effectuée fin 2010 sur trois autres sites, donne des résultats plus nuancés : sept datations s’échelonnant du Mésolithique au Bronze final, dont quatre se placent néanmoins dans le 5ème millénaire. Certaines datations effectuées à titre de test sur la matière organique totale du remplissage sont discutées plus loin dans la partie méthodologie. Deux datations situées dans la deuxième moitié du 5ème millénaire (Duntzenheim - Stock Nord 2 et Gougenheim - Dépôt) concordent avec l’attribution chrono-culturelle de vestiges d’habitat proposée sur les deux sites, et associée notamment, dans le cas du premier (fig. 2), à une enceinte de type Rosheim (Lefranc, à paraître). Une troisième datation, réalisée sur un petit litage charbonneux, dans le fond d’une fente (Duntzenheim - Dépôt), fournit un résultat sensiblement identique, alors qu’aucune trace d’implantation synchrone n’y a été mise au jour.

14L’approche chronologique de ces vestiges est pour le moins délicate mais essentielle, car l’exercice soulève des questions sur la visibilité de l’occupation archéologique (contraintes taphonomiques). L’exemple des résultats obtenus à Gougenheim - site 9.2 est à ce titre parlant : la présence d’un habitat rubané ou la « surreprésentation » des structures d’une occupation majeure au Néolithique récent n’explique en rien la présence de fentes.

15En définitive, pour le Néolithique du début du 3ème millénaire avant notre ère, la non-association des fentes avec des vestiges d’habitat suggérerait une implantation hors site, mais il ne faut pas exclure qu’elles puissent également identifier un site archéologique de cette période ne laissant aucune trace au sol (habitat sans fosses ?). Citons à ce propos l’extrême rareté des sites connus pour cet horizon chronologique (Lefranc, 2007b, p. 65).

16À la différence des exemplaires attribuables au Néolithique final, les fentes datées du Néolithique moyen apparaissent, quant à elles, en contexte d’habitat/enceinte, mais aussi sur un troisième gisement qui n’a laissé aucune trace d’habitat pour cette période.

4. Perspectives géoarchéologiques : aspects méthodologiques

17Nous proposons de travailler autour de l’hypothèse selon laquelle le remplissage des fentes est peu perturbé par l’homme et constitué essentiellement des horizons superficiels de sols érodés et piégés dans cette structure en creux (fig. 5). Notons que cette hypothèse est plausible : quel que soit le mode de creusement de la structure, elle est compatible avec diverses conjectures d’utilisation (piège, structure défensive…). Nous envisageons de mettre en œuvre plusieurs études sur le corpus de structures présenté ci-dessus qui permettront de vérifier cette hypothèse et, dans les cas où elle est vérifiée, d’exploiter le remplissage en tant qu’archive environnementale.

4.1. Vérification de l’hypothèse

18Plusieurs études en cours fourniront des arguments en faveur ou en défaveur de cette hypothèse. Parmi elles, l’étude des macrorestes sera déterminante (F. Durand et N. Nocus, en cours). En effet, l’abondance de macrorestes carpologiques et/ou anthracologiques exclurait, de fait, un remplissage « naturel ».

19Des analyses chimiques, envisagées, apporteront également des arguments. La mesure du phosphore sera un moyen de différencier un contexte, naturel, cultivé ou fortement enrichi par du pacage ou par une installation humaine (Dambrine et alii, 2007 ; Koerner et alii, 1997). Le dosage du carbone sera comparé aux taux moyens des sols et du substrat environnant. Des rejets anthropiques auraient pour conséquence d’enrichir la structure. Évidement, l’hypothèse du remplissage par érosion n’exclut pas que les sols érodés aient été cultivés et éventuellement enrichis par amendement.

20D’autre part, des analyses physiques auront pour but de mieux caractériser le remplissage. L’étude granulométrique précisera l’origine du matériau et son mode de déplacement. Enfin, l’étude de lames minces complétera cette lecture. Par l’observation de la microstructure, nous pourrons confirmer l’origine pédologique du remplissage et les perturbations qu’il a subies (French, 2003 ; Gebhardt, 1993 ; Huisman et alii, 2009).

4.2. Exploitation du remplissage en tant qu’archive

21La première hypothèse étant vérifiée (si le remplissage des structures est bien constitué d’horizons superficiels de sols), les données peuvent être exploitées dans une perspective de reconstitution paléoenvironnementale. Les approches archéobotaniques donnent un aperçu de l’environnement végétal cultivé ou naturel. Ces études pourront être complétées par l’analyse de la matière organique du remplissage par spectroscopie proche infrarouge (Ertlen, 2009). Les signatures spectrales, confrontées à un référentiel de sols actuels (Ertlen et alii, 2010), renseignent sur la couverture végétale du sol érodé. L’étude micromorphologique permet d’apprécier le degré d’évolution des sols avant leur érosion. L’intérêt est de déterminer si l’environnement est déjà fortement dégradé ou s’il est proche de son état naturel au moment du comblement (Schwartz et alii, 2009).

Fig. 5. Hypothèse de colmatage d’une structure de type fente.

4.3. Datation alternative du colmatage

22Un certain nombre de structures de type fente ont été datées (fig. 4). Dans le secteur du Kochersberg, aucune datation par la céramique n’était possible. Dans quelques rares cas, des squelettes animaux ont pu être datés par radiocarbone. Dans d’autres cas, la datation a été effectuée sur des charbons de bois, extraits par tamisage ou recueillis pendant la fouille. Mais, les charbons, lorsqu’ils sont isolés, ne fournissent pas toujours des dates fiables puisqu’ils peuvent être hérités d’un matériau plus ancien ou remaniés par des animaux fouisseurs. De façon complémentaire et / ou alternative, nous proposons de tester une autre méthode : la datation de la matière organique du sol par radiocarbone. Cette technique est classiquement utilisée en pédologie (Scharpenseel, Becker-Heidmann, 1992 ; Schwartz, 2004). Les pédologues ne parlent pas d’âge mais de temps moyen de résidence (TMR) de la matière organique (Guillet, 1979). Dans les horizons de surface, le TMR est négligeable et excède rarement 50 ans (Balesdent, Guillet, 1982) puisque la matière organique se renouvèle sous l’action des facteurs climatiques et biologiques. Lorsque ces horizons sont piégés dans des structures profondes et recouverts rapidement, ils cessent de fonctionner et la matière organique ne se renouvelle plus. Ainsi, en datant la matière organique contenue à la base du remplissage d’une fente, on obtient l’âge de ce remplissage, plus environ 50 ans, soit une marge d’erreur acceptable. Un raisonnement similaire est utilisé pour dater des paléosols enfouis sous des sédiments (Alexandrovskiy, Chichagova, 1998 ; Hetier et alii, 1983) ou sous des vestiges archéologiques (Molnar et alii, 2004). Cette datation n’est valable que si l’hypothèse d’un comblement par des horizons superficiels de sol est vérifiée. Dans le cas où cette datation différerait fortement des datations classiques, elle amènerait à développer d’autres hypothèses sur le fonctionnement et l’origine des structures. Le principe de datation basé sur le TMR de la matière organique n’est pas toujours compatible avec le principe de calibration des datations radiocarbone. C’est pourquoi, sur la figure 4, nous proposons les deux âges. Afin de tester la méthode nous avons procédé à des doubles datations sur la matière organique totale et sur charbons de bois. À ce jour, nous disposons seulement de deux couples de dates. Dans le premier cas, les datations sont cohérentes tandis que dans le second, elles sont très différentes. Ce cas illustre une partie des biais possibles pour les deux types de datation. La datation de la matière organique est trop ancienne, sinon encore trop isolée, pour être crédible. Dans ce cas, le comblement de la fente est probablement composé d’horizons profonds de sol dont le TMR au moment de l’enfouissement est déjà de plusieurs centaines ou de plusieurs milliers d’années. La faible quantité de carbone total soulignée par le prestataire de la datation aurait dû nous alerter en amont sur cette éventualité. Cependant, cette explication ne permet pas de justifier les 6500 ans qui séparent cette datation de celle obtenue sur charbon dont le caractère intrusif peut être envisagé. Les prochains résultats permettront peut-être de mieux aborder ce problème de datation.

5. Perspectives

23La poursuite de l’étude des fentes devrait offrir de nouvelles perspectives aux recherches sur la Préhistoire et la Protohistoire ancienne. Ce type de structures s’avère en effet porteur de plus d’informations qu’il n’y paraît de prime abord. La détermination d’un nombre accru de datations permettra d’affiner les attributions chronologiques globales de ces aménagements, qui semblent d’ores et déjà apparaître de façon cyclique au cours de la période envisagée. Des phases peu reconnues du Néolithique pourraient ainsi sortir de l’ombre et se voir éventuellement restituer des modes d’occupation dont l’empreinte archéologique serait minime et donc difficile à appréhender. L’utilisation de supports de datation variés, dont les contributions devront être confrontées les unes aux autres, seront à même de fournir les arguments nécessaires à la validation des hypothèses proposées quant aux processus de comblement des ces fentes ; leur valeur d’archives paléoenvironnementales devra alors être évaluée et exploitée. Les questions relatives à la fonction et à l’utilisation de ces structures trouveront ainsi un début de réponse, que ne manquera pas d’étoffer l’intégration des données morphologiques recueillies sur un grand nombre de chantiers. Cet article propose ainsi un premier bilan partiel de nos recherches ; il constitue bien plus encore une feuille de route.

Addenda
Premiers éléments archéozoologiques en contexte de fente
Des animaux quasi entiers, en connexion, ont été retrouvés dans le remplissage de structures de type fente, sur les sites de Gougenheim – site 9.2 et de Duntzenheim – Stock Nord 1. Les datations radiocarbone permettent de les dater de la première moitié du 3ème millénaire av. n.è.
Sur le site de Gougenheim, la structure en fente 2041 a livré deux individus, un canidé et un suidé (fig. 3). Le canidé se situe en milieu de remplissage et le suidé, lui, repose plus bas, non loin du fond de la structure. Le canidé se trouve en parfaite connexion, alors que le suidé a subi quelques déplacements (impact taphonomique). Les deux individus semblent cependant en position primaire. À Duntzenheim, un suidé a été retrouvé en connexion, posé sur le fond de la fosse 4015 (fig. 2). Cet individu semble également en position primaire.
Le canidé de Gougenheim est quasi entier, seuls quelques petits organes sont absents (phalanges, patellas, vertèbres caudales). Il s’agit d’un mâle adulte. Sa stature (hauteur au garrot : autour de 46 cm ; longueur de la carnassière : inférieure à 21 mm) laisse penser qu’il s’agit d’un chien domestique. Sur le même site, le suidé est plus incomplet (absences de vertèbres cervicales, sacrum et vertèbres caudales, coxaux, patellas et phalanges). Il s’agit d’un très jeune individu de moins de 5 mois. Son très jeune âge rend difficile la détermination du caractère sauvage ou domestique de ce suidé. Le même constat peut être fait pour le suidé de Duntzenheim. Cet animal a autour de 6 mois. Quant à son état de conservation, les extrémités des membres sont mal conservées (uniquement quelques fragments osseux des radius/ulna, tibia/fibula et autopodes).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alexandrovskiy A. L., Chichagova, O. A., 1998, « Radiocarbon age of Holocene paleosols of the East European forest-steppe zone », CATENA, 34, 1-2, p. 197-207.

Balesdent J., Guillet B., 1982, « Les datations par le 14C des matières organiques des sols : contribution à l’étude de l’humification et du renouvellement des substances humiques », Sciences du sol - Bull. de l’Ass. française pour l’Étude des Sols, 2, p. 93-112.

Dambrine E., Dupouey J. L., Laut L., Humbert L., Thinon M., Beaufils T., Richard H., 2007, « Present forest biodiversity patterns in France related to former roman agriculture », Ecology, 88, 6, p. 1430-1439.

Ertlen D., 2009, Archivage pédologique et dynamiques environnementales : mise au point d’une nouvelle méthode de reconnaissance des paléovégétations, fondée sur l’analyse spectroscopique dans le proche infrarouge (SPIR) des matières organiques de sols et paléosols, Thèse de l’Univ. de Strasbourg, 382 p.

Ertlen D., Schwartz D., Trautmann M., Webster R., Brunet D., 2010, « Discriminating between organic matter in soil from grass and forest by near-infrared spectroscopy », European Journal of Soil Science, 61, 2, p. 207-216.

French C., 2003, Geoarchaeology in action : studies in soil micromorphology and landscape evolution, London, Routledge, 291 p.

Gebhardt A., 1993, « Soil micromorphological evidence of soil deterioration since the Mid-Holocene in Brittany, France », The Holocene, 3, 3, p. 333-341.

Guillet B., 1979, « Étude du renouvellement des matières organiques des sols par les radioisotopes (14C) », in : Bonneau M., Souchier B. dir., Constituants et propriétés du sol, Paris, Masson, p. 210-226 (Pédologie, 2).

Hetier J., Guillet B., Brousse R., Delibrias G., Maury R., 1983, « 14C dating of buried soils in the volcanic Chaîne des Puys (France) », Bull. of Volcanology, 46, 2, p. 193-201.

Huisman D.J., Jongmans A.G., Raemaekers D.C.M., 2009, « Investigating Neolithic land use in Swifterbant (NL) using micromorphological techniques », CATENA, 78, 3, p. 185-197.

Jeunesse Ch., 1993, Recherches sur le Néolithique danubien du sud de la plaine du Rhin supérieur et du nord de la Franche-Comté, Thèse de doctorat, Univ. de Strasbourg 2, 2 vol.

Jeunesse Ch., Sainty J. 1991, « Bischoffsheim ‘Le village’ (Bas-Rhin) : un habitat rubané avec céramique de la Hoguette », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 7, p. 15-58.

Koerner W., Dupouey J.-L., Dambrine E., Benoît M., 1997, « Influence of past land use on the vegetation and soils of present day forest in the Vosges mountains », Journal of Ecology, 85, p. 351-358.

Lefranc Ph., 2007a, « L’habitat rubané de Bischoffsheim ‘AFUA’ (Bas-Rhin) : premiers résultats », in : Le Brun-Ricalens F., Valotteau F., Hauzeur A. dir., Relations interrégionales au Néolithique entre Bassin parisien et Bassin rhénan, Actes du 26ème colloque interrégional sur le Néolithique, Luxembourg, 8-9 nov. 2003, p. 99-111 (Archaeologia Mosellana, 7).

Lefranc Ph., 2007b, « L’occupation du sol », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, No hors-série, 1/2, Strasbourg, SRA Alsace, p. 63-65.

Lefranc Ph., à paraître, « Deux enceintes de type Rosheim de la seconde moitié du Ve millénaire à Entzheim ‘Les Terres de la Chapelle’ et Duntzenheim ‘Frauen Abwand’ : premiers résultats », in : Nécropoles et enceintes du Néolithique moyen de la plaine du Rhin supérieur, Actes de la table ronde de Strasbourg, 2010.

Lefranc Ph., Mauvilly M., Arbogast R.-M., 1999, « L’habitat du Néolithique moyen (cultures de Grossgartach et de Roessen) de Rosheim-Laser », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 15, p. 113-151.

Molnar M., Joo K., Barczi A., Szanto Zs., Futo I., Rinyu L., 2004, « Dating of total soil organic matter used in Kurgan studies », Radiocarbon, 46, 1, p. 413-419.

Scharpenseel H. W., Becker-Heidmann P., 1992, « Twenty-five years of radiocarbon dating soils : paradigm of erring and learning », Radiocarbon, 34, 3, p. 541-546.

Schwartz D., 2004, « Les sols à l’épreuve du temps », in : Klein É. et alii, Le temps des datations, p. 45-49 (Pour la science, Dossier hors-série, 42).

Schwartz D., Gebhardt A., Ertlen D., Trautmann M., Zumbrunn O., Boës É., 2009, « Découvertes de traces de paléolabours (protohistoriques ?) sous un luvisol à Gottesheim (67) : étude pédologique, conséquences sur la formation des luvisols », in : Actes des 10èmes journées d’étude des sols, Strasbourg, 11-15 mai 2009, p. 31.

Stieber A., 1956, « Stations néolithiques d’Alsace », Bull. de la Soc. préhistorique Française, t. 53, fasc. 11-12, p. 750-758.

Annexes

Annexe. Données sur les structures de type fente

Annexe (suite)

THE «SLOT TYPE» FEATURES IN THE KOCHERSBERG AREA (ALSACE): Unknown and preliminary dating results from recent excavations along the “LGV Est” railway line

Damien Ertlen, Clément Féliu, Matthieu Michler, Nathalie Schneider-Schwien, François Schneikert, Yohann Thomas, avec la coll. de Séverine Braguier, Delphine Minni et Cécile Veber

Abstract

A series of investigations related to the construction of the high-speed railway line Paris-Strasbourg has permitted to uncover several dozens of “slot type” features during the excavations along the 20 km section of the railway line crossing Alsace. In most cases, they can not be connected with a neighbouring settlement and thus constitute assemblages of which the functional or temporal interpretation remains problematic. Next to a rapid historiographic and geographic overview, the study presents the geoarchaelogical perspectives offered by the systematic analysis of “slot pits”. Their filling, obviously constituted by superficial horizons of eroded soils, can effectively be considered as an environmental record for periods with rare settlement features. Finally, the reliability of different methods of radiocarbon dating based on charcoal, bones or organic soil matter will be discussed.

Historiographic and geographic context

The extent of rescue excavations along the “LGV Est” railway line has allowed the uncovering of large areas, in some cases adjacent to each other. In addition to the different types of settlement features, numerous «slot type» features have been discovered. These narrow, elongated pits, often with V-shaped cross-section, have been reported from the archaeological literature, however, their dating was no longer questioned since they were globally attributed to the Neolithic period (Stieber, 1956; Jeunesse, 1993). Unfortunately, the dating of the Linear Pottery period is generally made by contextual approach with the neighbouring features.

The axis of the excavations extends nearly 30 kilometres from the sandstoned Vosges up to the Rhine plain. The sectors presented within this study are located in the Kochersberg region, constituted by loess hills. The slot type features seemingly are dug into this silty wind-deposited material, though some examples are localized at the margins of the Kochersberg, in the alluvial zones crossed by the railway line, as it is the case at Eckwersheim to the east and at Ingenheim to the west (fig. 1). The context of identification of the corpus of «slot pits» expands over an area excavated on nearly 20 hectares, concentrated in the communities of Duntzenheim (fig. 2) and Gougenheim (fig. 3).

Dating results

A first set of radiocarbon dates based on reliable samples (notably animal bones) (fig. 4) has permitted to attribute four features to the first half of the 3rd millennium (Final Neolithic). A second series of measurements has produced more detailed results: seven radiocarbon dates ranging from the Mesolithic to the Late Bronze Age. Only two dates situated within the second half of the 5th millennium match the temporal and cultural attribution of the settlement remains. With regard to these preliminary results, contextual dating should abandoned.

Geoarchaeological and methodological aspects

We put forward the hypothesis that the filling of the slots was little perturbed by human action and primarily constituted of superficial horizons of eroded soils collapsed into this pit feature (fig. 5). Thus we plan to consider the filling as an environmental record. In order to verify the hypothesis we have analyzed the plant macro remains. Moreover, we have carried out chemical (phosphor), physical (granulometry), micromorphological and spectroscopic (NIRS) analyses. After verification of the hypothesis, the data can be exploited for palaeoenvironmental reconstruction. We hope to obtain a fairly complete vision of the territory (the “natural” and cultivated vegetation, the more or less weathered/evolved state of the soils).

In the Kochersberg sector, no radiocarbon dating was possible as animal bones and charcoals were rare. In order to compensate for this absence we proposed to test another method: the dating of organic soil matter by radiocarbon (Scharpenseel, Becker-Heidmann, 1992). Pedologists do not speak of an age but of mean residence time (MRT) of the organic matter. In surface horizons, the MRT can be neglected and rarely exceeds 50 years. When these horizons collapsed into deep features and were rapidly covered, they stopped metabolizing and the organic matter was not renewed. Thus, the age of this filling can be obtained by dating the organic matter at bottom of the filling of a slot pit. This dating is only valid if the hypothesis of a filling by superficial horizons of soil is verified first. In order to test the method we have made double dating on both the entire organic matter and charcoals. In the first case, the measurements are consistent whilst they are very different in the second. This difference should inform us about both the reliability of this approach (older organic matter at start?) and the reliability of single charcoals (intrusive character). The coming results will perhaps allow to better approach this problem of dating.

Perspectives

The pursuit of the study of «slots» will offer new research perspectives in Prehistory and Early Protohistory. As a matter of fact, this type of features seems to bear much more information than previously suspected. An increasing number of dates will enable to refine the global chronological attributions of these constructions that already seem to occur in a cyclic manner during the considered period. Little known phases of the Neolithic may thus come to light and perhaps help to recognize types of settlement leaving only subtle archaeological traces. The use of various dating materials of which the contributions should be compared to each other, may provide the arguments necessary to validate the proposed hypothesis for the filling processes of these slots. Their significance as environmental archives should then be exploited. The questions related to the function and the use of these features can then be answered partially, and completed by the incorporation of morphological data recovered from a large number of excavations. This paper proposes a partial assessment of our research and constitutes a roadmap.

Addenda:The animals dated by radiocarbon to the first half of the 3rd millennium BC at the site of Gougenheim consist of a dog and a pig, as well as a pig in the site of Duntzenheim (fig. 2 et 3). The three individuals seem to be in primary position. The dog was an adult male, its size indicates that it was probably a domestic dog. The two pigs were very young individuals and it is thus difficult to determine whether they are wild or domestic.

DIE „SCHLITZGRUBEN“ IM GEBIET DES KOCHERSBERG (ELSASS): Neue Ergebnisse und erste Datierungen aus den neueren Grabungen entlang der LGV Est Bahnlinie

Damien Ertlen, Clément Féliu, Matthieu Michler, Nathalie Schneider-Schwien, François Schneikert, Yohann Thomas, avec la coll. de Séverine Braguier, Delphine Minni et Cécile Veber

Zusammenfassung

Die zahlreichen Ausgrabungen im Zusammenhang mit dem Bau der Hochgeschwindigkeitsbahnlinie Paris-Strasbourg haben es ermöglicht, mehrere Dutzend Strukturen vom Typ „Schlitzgrube“ freizulegen, die entlang des 20 Km langen Abschnittes der Bahntrasse im Elsass verteilt sind. Die meisten dieser Gruben können nicht mit nahegelegenen Siedlungsbefunden in Zusammenhang gebracht werden und die funktionale bzw. chronologische Interpretation dieser Ensembles bleibt somit problematisch. Neben einem kurzen forschungsgeschichtlichen und geographischen Abriss, präsentiert die Untersuchung die geoarchäologischen Fragestellungen, die sich aus einer systematischen Analyse der „Schlitzgruben“ ergeben. Ihre Verfüllungen, die wahrscheinlich aus Oberflächenhorizonten erodierter Böden bestehen, können tatsächlich als Paläo-Umweltarchiv für Zeitperioden, in denen Siedlungsstrukturen selten sind, betrachtet werden. Abschließend wird die Relevanz der verschiedenen Methoden der 14C-Datierung, ausgehend von Holzkohle-, Knochen-oder organischem Bodenmaterial diskutiert.

Forschungsgeschichtlicher und geographischer Kontext

Der Umfang der archäologischen Rettungsgrabungen auf der LGV Est - Trasse hat es ermöglicht, ausgedehnte, bisweilen zusammenhängende Flächen freizulegen. Dabei wurden verschiedene Typen von Siedlungsstrukturen nachgewiesen, darunter auch zahlreiche „Schlitzgruben“. Diese engen, länglichen Gruben, häufig mit V-förmigem Querschnitt, waren in der archäologischen Literatur bekannt, aber ihre Datierung wurde seit ihrer «vorbehaltlichen» Zuordnung in das Neolithikum (Stieber, 1956; Jeunesse, 1993) nicht mehr hinterfragt. Leider erfolgten die Datierungen in die Linearbandkeramik im Allgemeinen lediglich über die Assoziierung mit den benachbarten Strukturen.

Die auf einer Länge von 30 km untersuchte Trasse reicht von den Sandsteinvogesen bis in die Rheinebene. Die im Rahmen dieser Untersuchung vorgestellten Bereiche sind Teil des Kochersberg, einer Lösshügellandschaft. Die Strukturen vom Typ „Schlitzgrube“ sind vorrangig in diesem äolischen Schluffsediment angelegt, auch wenn sich einige Beispiele am Rand des Kochersberg, in von der Trasse durchquerten Alluvialzonen befinden, wie in Eckwersheim im Osten und Ingenheim im Westen (Abb. 1). Die „Schlitzgruben“ wurden auf einer untersuchten Fläche von annähernd 20 ha entdeckt, die sich hauptsächlich auf die Gemeinden Duntzenheim (Abb. 2) und Gougenheim (Abb. 3) konzentriert.

Datierungsergebnisse

Eine erste Serie von Radiokarbondatierungen (Abb. 4) hat es ausgehend von relevanten Proben (insbesondere Tierknochen) erlaubt, vier Strukturen in die erste Hälfte des 3. Jahrtausends zu datieren (Endneolithikum). Eine zweite Serie von Messungen lieferte differenziertere Ergebnisse: sieben Datierungen, die vom Mesolithikum bis zur Spätbronzezeit reichen. Nur zwei Datierungen, die in die zweite Hälfte des 5. Jahrtausends fallen, stimmen mit der chronologischen und kulturellen Einordnung der Siedlungsstrukturen überein. Mit Rücksicht auf diese vorläufigen Ergebnisse, sollte daher von Kontextdatierungen abgesehen werden.

Geoarchäologische und methodische Aspekte

Wir gehen von der Annahme aus, dass die Verfüllung der Schlitzgruben kaum durch menschliche Aktivitäten gestört ist und dass hauptsächlich Oberflächenmaterial aus erodierten Böden in diesen eingetieften Strukturen zur Ablagerung kam (Abb. 5). Daher wird die Verfüllung als Umweltarchiv betrachtet. Um diese Hypothese zu prüfen, wurden Makrorestanalysen, chemische (Phosphor), physikalische (Granulometrie/Körnung), mikromorphologische Untersuchungen und Nahinfrarotspektroskopien (NIRS) durchgeführt. Nach der Überprüfung der Hypothese, können die Daten nunmehr im Hinblick auf eine Rekonstruktion der Paläoumwelt ausgewertet werden. Wir hoffen so, ein relativ vollständiges Bild der Umgebung der Fundstelle zu rekonstruieren (die Naturpflanzen und die Kulturpflanzen, der mehr oder weniger verwitterte/entwickelte Zustand der Böden etc.)

Im Bereich des Kochersberg, konnte keine einzige Radiokarbonmessung erstellt werden, da Tierknochen und Holzkohlen selten waren. Daher wurde vorgeschlagen, zusätzlich eine andere Methode zu testen: die 14C-Datierung von organischem Bodenmaterial (Scharpensee, Becker-Heidmann, 1992). Die Bodenkundler sprechen dabei nicht vom Alter des Bodenmaterials, sondern von seiner mittleren Verweilzeit (MRT). In Oberflächenschichten, ist die mittlere Verweilzeit insignifikant und übersteigt selten 50 Jahre. Wenn diese Schichten in tiefen Strukturen zur Ablagerung kommen und schnell zugedeckt werden, wird ihr Entwicklungsprozess gestoppt und das organische Material erneuert sich nicht mehr. Wird das organische Material vom Boden einer Schlitzgrube datiert, erhält man das Alter dieser Verfüllung. Diese Datierung ist nur gültig, wenn eingangs die Hypothese einer Verfüllung durch oberflächliche Schichten mit Bodenmaterial geprüft wurde. Um diese Methode zu testen, wurden zwei Doppelmessungen am gesamten organischen Material und an Holzkohlen durchgeführt. Im ersten Fall sind die Datierungen kohärent, während sie im zweiten Fall stark voneinander abweichen. Dieser Unterschied sollte uns sowohl auf die Relevanz dieser Methode aufmerksam machen (älteres abgelagertes organisches Material?), als auch auf die Relevanz von Datierungen ausgehend von einzelnen Holzkohlen (eingebrachtes Material). Die noch ausstehenden Ergebnisse werden es vielleicht erlauben, dieses Datierungsproblem besser zu verstehen.

Perspektiven

Die Fortsetzung der Untersuchung dieser Schlitzgruben wird der Vorgeschichte und frühen Frühgeschichte neue Forschungsperspektiven eröffnen. Tatsächlich ist dieser Strukturentyp ein bedeutenderer Informationsträger als zunächst angenommen. Eine große Anzahl von Datierungen wird es ermöglichen, die allgemeine chronologische Zuordnung dieser Strukturen genauer einzugrenzen. Bereits jetzt zeigt sich, dass sie während der in Betracht gezogenen Periode zyklisch auftreten. Noch wenig bekannte Phasen des Neolithikums könnten so identifiziert werden und es erlauben, Siedlungsweisen zu rekonstruieren, deren Spuren archäologisch kaum nachweisbar sind. Der Einsatz von unterschiedlichem Datierungsmaterial, dessen Ergebnisse miteinander verglichen werden müssen, könnte die notwendigen Argumente für die Gültigkeit der Hypothesen, die im Hinblick auf die Verfüllungsprozesse dieser Schlitzgruben vorgeschlagen wurden, liefern. Ihre Bedeutung als Paläoumweltarchive sollte daher genutzt werden. So können die Fragen bezüglich der Funktion und Verwendung dieser Strukturen beantwortet werden. Dabei sollen auch die Daten zu den Dimensionen der Gruben, die auf einer großen Anzahl von Grabungen zusammengetragen wurden, integriert werden. Vorliegender Beitrag zieht nur eine vorläufige Bilanz unserer Forschungen und ist eher ein Projektplan.

Addendum: Bei den Tierknochen, die anhand der 14C-Messungen in die erste Hälfte des 3. vorchristlichen Jahrtausends datiert werden konnten, handelt es sich an der Fundstelle Gougenheim um einen Hund und ein Schwein und an der Fundstelle Duntzenheim um ein Schwein (Abb. 2 und 3). Die drei Individuen befinden sich allem Anschein nach in primärer Fundlage. Der Hund ist adult und seine Statur lässt annehmen, dass es sich um einen Haushund handelt. Da die beiden Schweine sehr juvenil sind, ist es schwierig zu bestimmen, ob es sich um wilde oder domestizierte Tiere handelt.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. A : Cadre géographique de la zone d’étude, indiquée par une étoile, sur le tracé LGV Est Phase 2 (ligne pointillée). B : Investigations sur le secteur Kochersberg et ses marges (fond de carte d’après données ASTER/GDEM et BD Carthage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 2. Le secteur de fouille de Duntzenheim : plan d’implantation des structures de type fente, sélection de relevés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 3. Le secteur de fouille de Gougenheim : plan d’implantation des structures de type fente, sélection de relevés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 4. Datations radiocarbone disponibles (sites de Duntzenheim et Gougenheim).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 5. Hypothèse de colmatage d’une structure de type fente.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6568/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6568/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 317k

Auteurs

Inrap Grand-Est Sud, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, F-67100 Strasbourg.

UMR 7044, Étude des civilisations de l’Antiquité : de la Préhistoire à Byzance, 5 allée du Général Rouvillois, F-67000 Strasbourg.

Inrap Grand-Est Sud, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, F-67100 Strasbourg.

UMR 7362, Laboratoire Image, Ville, Environnement, 3 rue de l’Argonne, F-67083 Strasbourg.

Inrap Grand-Est Sud, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, F-67100 Strasbourg.

Inrap Grand-Est Sud, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, F-67100 Strasbourg.

UMR 7044, Étude des civilisations de l’Antiquité : de la Préhistoire à Byzance, 5 allée du Général Rouvillois, F-67000 Strasbourg.

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search