Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Découvertes inédites de fosses à profil en « Y, W » en Bretagne : l’exemple du site de Plouedern « Leslouc’h » (Finistère)

Stéphane Blanchet et Valérie Legall

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1La présence de fosses en « Y, W » n’a été reconnue que très récemment en Bretagne puisque les trois premières structures identifiées en tant que telles ne l’ont été qu’en 2009, à l’occasion d’une fouille extensive réalisée sur le site de Plouedern « Leslouc’h » dans le Finistère (Blanchet et alii, 2013) (fig. 1). Depuis, un rapide dépouillement de la documentation issue d’opérations réalisées dans la région a permis de reconnaître une autre structure de ce type sur la commune de Plouhinec dans le golfe du Morbihan (Roy, 2002). Au cours de l’été 2010, une fouille extensive menée par Y. Escat sur une vaste enceinte et une nécropole protohistoriques situées à Lannion (Côtes-d’Armor) a permis d’identifier une nouvelle fosse en Y.

2Les découvertes de Plouhinec et de Lannion viennent donc compléter la série mise au jour à Plouedern. Mais, en regard des régions voisines, comme la Basse-Normandie et la Haute-Normandie et a fortiori l’est du Bassin parisien, le corpus des fosses reste encore très limité pour la Bretagne et ne permet pas de proposer un véritable travail de synthèse. Cette contribution se limitera donc à une simple présentation de l’état de la recherche, des principales caractéristiques des structures et plus particulièrement de celles de Plouedern. Maintenant que l’existence de ces fosses est établie pour la Bretagne et que leurs critères de reconnaissance commencent à être précisés, il est très probable que les prochaines années apporteront leurs lots de nouvelles découvertes.

Le site : contexte naturel et occupation

3Le site de Plouedern se trouve au sommet d’un plateau délimité, au nord et au sud, par deux importants bassins versants. Sur un plan topographique, les vestiges étudiés sont implantés à la tête d’un talweg qui se creuse rapidement en direction de la vallée de l’Elorn (fig. 2). Cette implantation permet un accès facile à la vallée et constitue une voie de passage naturelle. Ce d’autant plus qu’à quelques centaines de mètres vers l’ouest, une seconde tête de talweg assure la liaison vers une importante ria, celle de l’Aber Wrac’h.

4L’ensemble du secteur est recouvert d’un manteau limoneux (loess remaniés) d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur. Le substrat granitique sous-jacent, généralement altéré sur quelques dizaines de centimètres en surface, se présente ensuite sous la forme de bancs relativement sains alternant avec des niveaux d’arène plus ou moins développés.

5Réalisée sur 4 ha dans le cadre d’un projet de ZAC, la fouille a permis de reconnaître une série d’occupations qui s’étagent entre le Néolithique moyen et le Moyen Âge (fig. 3). Une présence néolithique est signalée par quelques fosses dispersées sur l’ensemble de l’emprise de fouille mais il est difficile de déterminer la nature exacte de cette occupation. Une importante implantation du Bronze moyen, à l’origine de la prescription de fouille, est attestée par une série de grands enclos allongés dont la nature (habitat ? système agraire ?) reste à déterminer. La présence d’ensembles céramiques conséquents et très localisés dans les fossés permet néanmoins d’envisager la présence d’un habitat voisin. Cependant aucun plan de bâtiments et pratiquement aucune fosse n’ont été observés dans l’emprise de la fouille. Un petit enclos quadrangulaire se rattache quant à lui au second Âge du Fer. Durant la période antique et sur l’ensemble de l’emprise, il semblerait que se développe une zone boisée, matérialisée par la présence de plusieurs centaines de chablis. Enfin, à partir du haut Moyen Âge, le site va voir le développement d’un habitat et d’un système parcellaire qui évolueront aux xie-xiie siècles vers l’installation d’une motte.

Fig. 1 (en haut). Localisation de la fouille de Plouedern et des fosses mentionnées (DAO : S. Jean).

Fig. 2 (en bas). Contexte topographique du site de Plouedern (DAO : S. Jean).

Fig. 3. Plan d’ensemble des vestiges découverts et localisation des fosses 839, 844 et 750 (DAO : S. Jean).

1. Les fosses à profil en « Y, W » : leurs principales caractéristiques

6Les trois fosses à profil en « Y, W » ont été repérées sur la partie occidentale de la fouille, au cœur du système de fossés et des structures du Moyen Âge. Dans la mesure où ces fosses étaient totalement inédites dans la région et aussi par méconnaissance de ce type de vestige, la méthode mise en place pour leur étude a dû être réajustée (positionnement des coupes…) en cours de fouille. Ce qui explique parfois que certains relevés stratigraphiques fassent défaut. Il faut aussi souligner que les fosses ont été fouillées manuellement et intégralement.

1.1. La fosse 844 (fig. 4)

7À l’issue du décapage, la fosse était en grande partie masquée par les ornières d’un chemin et un fossé datés du Moyen Âge. Orientée nord-sud, la fosse mesure 2,20 m de longueur pour 1 m de largeur maximum à l’ouverture. À la base, elle ne dépasse pas 0,30 m de largeur. Sa profondeur conservée atteint 2,50 m mais si l’on y ajoute l’épaisseur des niveaux décapés ou les processus d’érosion, la structure devait à l’origine atteindre un minimum de 3 m. Les parois du creusement restent verticales sur pratiquement toute la hauteur et seule la partie supérieure s’évase légèrement. Au niveau de la coupe CC’, on note cependant un élargissement plus net apparemment lié au passage du chemin médiéval qui aurait perturbé cette partie de la fosse. Une seule coupe transversale complète est disponible. La base du comblement (US 10 à 12) est constituée d’un limon gris à brun plus ou moins chargé en petits blocs de granite issus du substrat. Ces trois couches sont surmontées par une zone de vide (US 9) de 0,20 m de hauteur, sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin. On retrouve ensuite un remplissage limoneux gris compact (US 8) puis un niveau brun (US 7) à la base duquel les dents d’un jeune cheval (information C. Bemilli, Inrap) étaient encore conservées. Dans la mesure où ces dents ont été retrouvées en connexion, on peut supposer qu’au moins la tête de l’animal était présente dans la fosse. En revanche, aucun autre élément osseux n’indique si le reste de la carcasse s’y trouvait aussi, s’il s’agit d’un dépôt volontaire. Le comblement comprend ensuite plusieurs couches (US 2 à 6) plus hétérogènes qui semblent résulter d’un processus de comblement plus rapide que pour les niveaux précédents. Enfin, la partie supérieure de la fosse (US 1) présente un niveau limoneux hétérogène qui livre du matériel céramique contemporain de l’occupation médiévale environnante (xe-xiie siècles). Les artefacts proviennent peut-être d’un nivellement du secteur au cours de la période mais ils peuvent aussi provenir d’ornières et d’un fossé qui recoupent le sommet de la structure.

Fig. 4. Plan et coupes de la fosse 844 (DAO : S. Jean).

8La zone de vide observée entre les couches 8 et 10 se développe sur toute la longueur de la fosse. L’hypothèse la plus probable quant à sa formation est celle d’un phénomène de tassement des niveaux inférieurs (US 10, 11, 12) peut-être riches en éléments organiques, alors que l’US 8, relativement argileuse et compacte, aurait joué le rôle d’un bouchon comme il en existe parfois dans les puits. Dans la mesure où les dents de cheval se situent à la base de l’US 7, on peut aussi se demander si la carcasse de l’animal n’aurait pas participé à la formation de cette poche de vide.

1.2. La fosse 839 (fig. 5)

9Cette fosse se trouve à une vingtaine de mètres à l’ouest de la fosse 844. Lors du décapage, elle se présentait comme une tache ovalaire brun à brun-jaune. Seule la partie centrale de la fosse (US 1) était nettement visible. Le reste était peu contrasté par rapport au substrat limoneux environnant. À l’ouverture, elle mesure 3 m de long pour 1,60 m de largeur maximum. À la base, la fosse ne dépasse pas une cinquantaine de centimètres de largeur. Sa profondeur conservée est de 2,20 m. Sur la moitié inférieure, le creusement comporte des parois pratiquement verticales qui s’évasent ensuite sur leur moitié supérieure.

10Le comblement est constitué d’une succession de niveaux limoneux bruns à jaunes plus ou moins arénacés. Deux concentrations de micro-charbons, l’une au milieu de l’US 3 et l’autre au sommet de l’US 4, viennent s’intercaler dans la stratigraphie.

1.3. La fosse 750 (fig. 6)

11Implantée à une cinquantaine de mètres au sud des deux structures en « Y » précédentes, cette fosse était en partie recoupée par le radier de fondation d’une construction attribuée aux xe-xiie siècles.

12En plan, la structure est de forme oblongue. Elle mesure 3,20 m de longueur pour 1 m de largeur à l’ouverture et 1,50 m de profondeur conservée. Elle diffère de deux autres fosses puisqu’elle est en fait constituée de deux surcreusements qui lui confèrent un profil longitudinal en « W ». Les coupes transversales montrent quant à elles un profil en « V » peu évasé. Au fond d’un des surcreusements, une petite dépression circulaire pourrait correspondre à un trou de poteau.

13Le comblement de la structure est constitué d’un limon brun plus moins arénacé et dans lequel sont noyés quelques blocs de granite de faible dimension. Dans sa partie supérieure, le remplissage est assez bioturbé mais, une nouvelle fois, la stratigraphie suggère qu’il s’est effectué lentement.

2. Le mobilier associé

14Malgré des fouilles effectuées manuellement, très peu de mobilier archéologique a été recueilli dans les fosses. Il ressort que la moitié inférieure de leur comblement est systématiquement stérile. Les quelques artefacts mis au jour ont tous été découverts en milieu de remplissage.

15La fosse 839 a livré deux fragments de molette en granite. La fosse 750 a quant à elle fourni le fragment d’un instrument de mouture en granite et un petit nucléus sur galet de silex côtier. Seule une partie du comblement terminal de la fosse 844 comprenait quelques tessons de céramique médiévale résultant incontestablement d’un apport tardif.

3. Éléments de datation

16Dans l’attente du résultat des analyses 14C (en cours), il n’est pour le moment pas possible de fournir de dates absolues pour les quelques éléments d’origine organique retrouvés dans le comblement des fosses.

17La chronologie relative nous apporte assez peu d’informations quant à la période de creusement des fosses. Le recoupement de deux des structures par des aménagements du Moyen Âge fixe seulement un terminus post quem. Les éléments mobiliers recueillis dans leur comblement ne permettent guère plus de les dater avec certitude. On observe malgré tout que les rares artefacts mis au jour en milieu de remplissage sont uniquement constitués de pièces lithiques que nous serions plutôt tentés d’attribuer au Néolithique ou à l’Âge du Bronze. Aucun tesson de céramique n’a malheureusement été trouvé en association avec ce matériel. Le petit lot céramique, retrouvé dans les ultimes phases de comblement de la fosse 844 et dans une zone fortement perturbée par des ornières et un fossé de parcellaire attribuable aux xe-xiie siècles, marque probablement la phase de rebouchage définitif de la structure mais ne date certainement pas l’origine du creusement.

18Enfin, il est très difficile de savoir si les trois fosses sont strictement contemporaines où s’il s’agit d’aménagements successifs. S’il est vrai qu’elles se concentrent sur une zone relativement limitée, on ne note pas de véritable organisation ni d’unité morphologique qui pourraient plaider en faveur d’un fonctionnement simultané de l’ensemble.

Fig. 5. Plan et coupes de la fosse 839 (DAO : S. Jean).

4. Discussion

19Le nombre de fosses à profil en « Y, W » mises au jour à Plouedern mais aussi à Lannion et à Plouhinec est encore loin d’être suffisant pour envisager toute tentative de synthèse régionale. Ce d’autant plus que de nombreuses questions se posent sur leur chronologie ainsi que sur leur mode d’utilisation et leur lien avec l’habitat.

20Malgré un corpus encore limité, plusieurs observations peuvent néanmoins être effectuées sur ces fosses. Concernant le creusement proprement dit, il ressort que la partie inférieure de toutes les structures est réalisée dans des arènes granitiques totalement perméables. Ce qui, sur un plan fonctionnel, nous permet d’écarter une utilisation comme fosse de rouissage ou de tannage. Autrement dit et à moins qu’un système de cuvelage n’y ait été aménagé, une utilisation en lien avec l’eau semble ici assez peu probable.

Fig. 6. Plan et coupes de la fosse 750 (DAO : S. Jean).

21De façon systématique, les relevés stratigraphiques nous montrent des dynamiques de comblement lentes sans phase apparente de curage. Dans le remplissage, la quasi-absence de mobilier archéologique est à souligner. Elle semble indiquer que l’installation et le comblement se sont effectués dans des milieux faiblement anthropisés. Les rares artefacts recueillis proviendraient plutôt d’une érosion des sols environnants. Des rejets ne peuvent être complètement exclus mais dans ce cas ils seraient très limités. La fosse 839, qui comporte des éléments céramiques dans la partie supérieure de son remplissage, a sans doute été nivelée lors de l’installation de l’habitat du Moyen Âge, à moins qu’il ne s’agisse d’éléments intrusifs provenant des ornières et du fossé sus-jacents. Dans la mesure où les restes fauniques sont rarement conservés dans les sols acides du Massif armoricain, la découverte de dents de cheval dans cette même fosse est aussi à souligner. Hormis ces dents, aucun élément ne nous permet de savoir si l’animal complet se trouvait dans la fosse, autrement dit s’il se trouve en position de rejet ou de dépôt.

22Enfin, par rapport aux différentes occupations attestées sur le site, les trois fosses qui ont été présentées ne semblent comporter aucun lien fonctionnel ou encore spatial avec les structures existantes. Entre elles, les fosses ne semblent pas former de système véritablement organisé (alignement…).

23Le débat concernant la fonction de ces structures est probablement loin d’être clos. Les hypothèses actuellement proposées, notamment à partir d’exemples ethnographiques (Olsen et alii, 2006), ne permettent pas de trancher clairement sur l’utilisation de ces structures. En regard des différentes hypothèses de fonctionnement proposées récemment par les archéologues (Achard-Corompt, Riquier, 2010), une utilisation comme dispositif de piégeage semble, pour le site de Plouedern, la plus probable ou tout du moins la plus séduisante. La différence morphologique des fosses mais aussi leur disposition ne témoignent pas d’un système très organisé (système en batterie) comme on peut l’observer sur certains sites du Bassin parisien ou encore en Scandinavie (Olsen et alii, 2006), où de vastes systèmes sont mis en place. Dans le cas de Plouedern, nous serions plutôt dans le cas de structures indépendantes les une des autres, voire asynchrones. Comme les fosses ont été creusées en périphérie d’une tête de talweg, l’hypothèse de structures liées à un rabattage du gibier reste envisageable. Cependant, elle paraît peu convaincante car la probabilité de diriger le gibier sur une unique fosse ou un groupe limité de fosses semble faible. L’hypothèse de structures de piégeage d’appoint positionnées en fonction des lieux de passages du gibier mais aussi de la configuration du terrain, à l’instar de la pose des collets que l’on vient relever régulièrement, serait peut-être à explorer. Des discussions avec des chasseurs nous indiquent notamment que les passages de gibier ou de faune sauvage sont relativement immuables. À l’instar de la pose de collets, cette chasse d’appoint reste aléatoire mais offre la possibilité de prises plus ou moins régulières de gros gibier (cerf, sanglier…) comme moyen de subsistance mais aussi d’espèces plus petites comme le renard et le loup, éventuellement piégés pour les peaux.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Achard-Corompt N., Riquier V., 2010, Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses ‘à profil en Y-V-W’ : structures énigmatiques et récurrentes du Néolithique aux âges des métaux en France et alentour, Pré-actes de la table ronde de Châlons-en-Champagne, 15-16 nov. 2010, E.N.S.A.M., 21 p.

Blanchet S., Henaff X., Jean S., Labaune F., Le Boulanger F., Poilpré P., Vissac C., 2013, Une longue occupation de la Protohistoire au Moyen Âge : Plouedern (Finistère), Rapport final d’opération Inrap, 470 p.

Olsen J., Andersen R., Bergstol J., Fossum A., Jordhoy P., 2006, Reindeer hunting as World Heritage : a ten thousand year-long tradition, Scientific statement 2006, UNESCO, 96 p.

Roy E., 2002, PlouhinecRoute de Magouéro’ (Morbihan) : sondages archéologiques systématiques sur l’emplacement d’un futur lotissement à Plouhinec, Rapport de diagnostic archéologique Inrap, 18 p., 7 fig.

Annexes

NEW DISCOVERIES OF PITS WITH «Y-AND W-» SHAPED SECTION FROM BRITTANY: THE EXAMPLE OF THE SITE OF PLOUEDERN «LESLOUC’H» (FINISTÈRE)

Stéphane Blanchet, Valérie Legall

Abstract

In Brittany, the presence of pits with «Y-and W-» shaped sections has been recognized only recently. The complex is still very small (actually five ascertained pits) and does not allow any synthesis. However, it is possible to present their main characteristics and to put forward some hypotheses on their use.

The currently documented pits have lengths between 2,20m and 3m and widths at top between 1 m and 1,60 m. At bottom the width rarely exceeds 0,50 m. Their preserved depth reaches down to 2,50 m. However, taking into account the thickness of the uncovered layers or processes of erosion, the features would have reached a depth of at least 3 m. The sides of the pits are generally straight on their entire height and only the upper part is slightly wider.

When existing, arguments related to their relative chronology indicate that these pits precede the Middle Ages. The few artefacts found in the central part of the infill are merely comprised of lithic pieces that can be assigned rather to the Neolithic or the Bronze Age. However, it is difficult to determine whether they result from the erosion of the ambient soils or from refuse disposal. The almost virtual absence of archaeological vestigial remains seems to indicate that the construction of the pits and their backfilling occurred within a weakly anthropized environment.

Despite a still small complex, several observations can be made on these pits. Concerning the digging out itself, it becomes obvious that the lower part of all the features is situated in completely permeable soils. With regard to their function, this observation allows to exclude their use as rotting or tanning pit. Alternatively, and the construction of a framework system excepted water-employing use seems rather unlikely. The drawings of the sections evidence a slow filling process without any apparent phase of cleaning.

The debate on the function of these pits is probably far from being closed. The current hypotheses, more particularly those based on ethnographic examples (Olsen et alii, 2006), do not allow to clearly determine the function of these features. Considering the different hypotheses on their function recently proposed by the archaeologists (Achard-Corompt et alii, 2010), a function as trap pit seems to be the most probable or at least the most suitable for the remains from Brittany. Distinct morphologies of the pits but also their spatial arrangement do not testify to strongly organized systems (rows of pits) as they can be observed in certain sites of the Paris Basin or moreover in Scandinavia (Olsen et alii, 2006) where important assemblages have been constructed. In the case of the sites in Brittany, we rather deal with features independent the ones from the others or asynchronous. As the pits are dug out in the periphery of thalweg heads, the hypothesis of hunting traps remains plausible. It is, however, not very convincing as the probability of steering game into one unique pit or into a small number of pits seems to be low. The hypothesis of additional regularly checked trap features set at the game passes but also at the lie of the land, like snare setting for example, should also be taken into consideration. Discussions notably with nowadays hunters showed that the game or wild fauna passes are quite changeless. Following the example of snare setting, this occasional hunting remains unpredictable. It offers, however, the possibility of more or less frequent captures of big game (deer, boar…) as means of subsistence but also of smaller carnivores such as fox and wolf, most likely captured for their furs.

NEUE ENTDECKUNGEN VON GRUBEN MIT Y- UND W-FÖRMIGEM QUERSCHNITT IN DER BRETAGNE AM BEISPIEL DER FUNDSTELLE PLOUEDERN „LESLOUC’H“ (FINISTÈRE)

Stéphane Blanchet, Valérie Legall

Zusammenfassung

Das Vorkommen von Gruben mit „Y, W“-förmigem Querschnitt wurde in der Bretagne erst neuerdings registriert. Das zahlenmäßig noch sehr geringe Inventar (bis jetzt wurden fünf solcher Gruben nachgewiesen) erlaubt keine zusammenfassende Untersuchung. Es ist jedoch möglich, ihre Hauptcharakteristika vorzustellen und einige Hypothesen zu ihrer Nutzung vorzuschlagen.

Die bis jetzt identifizierten Gruben sind zwischen 2,20 m und 3 m lang und an der Oberkante zwischen 1 m und 1,60 m breit. Die Sohlenbreite übersteigt kaum 0,50 m. Die bei der Ausgrabung gemessene Tiefe liegt bei 2,50 m. Berücksichtigt man jedoch die Mächtigkeit der über dem Befund abgetragenen Schichten oder mögliche Erosionsvorgänge, so dürften diese Strukturen ursprünglich mindestens 3 m tief gewesen sein. Die Grubenwände sind im Allgemeinen nahezu auf der ganzen Höhe vertikal und verbreitern sich nur leicht im oberen Teil.

Soweit möglich, kann aufgrund der relativen Chronologie gezeigt werden, dass die Gruben vor das Mittelalter datieren. Die wenigen Fundgegenstände, die im mittleren Bereich der Verfüllung zu Tage traten, bestehen ausschließlich aus Steingeräten, die eher dem Neolithikum oder der Bronzezeit zugeordnet werden können. Es ist jedoch schwer zu bestimmen, ob diese durch Erosion der umliegenden Böden oder als Abfall in die Grube gelangten. Das fast vollständige Fehlen von archäologischem Fundmaterial scheint anzuzeigen, dass die Anlage der Gruben und ihre Verfüllung in einem, nur schwach vom Menschen beeinflussten Milieu erfolgten.

Obwohl das Fundinventar zahlenmäßig noch beschränkt ist, können Beobachtungen zu diesen Gruben angestellt werden. In Bezug auf die Anlage der Grube zeigt sich, dass der untere Teil aller Strukturen in vollkommen wasserdurchlässigen Schichten liegt. Dies erlaubt es, eine Nutzung als Faul- oder Gerbgrube auszuschließen. Mit anderen Worten, eine Nutzung im Zusammenhang mit Wasser scheint wenig wahrscheinlich, es sei denn, dass ein Kammersystem angelegt wurde. Die dokumentierte Stratigraphie liefert Hinweise auf eine langsame Verfüllungsdynamik ohne offenkundiges Ausschaben der Grubeninhalte.

Die Diskussion zur Funktion dieser Gruben ist noch lange nicht abgeschlossen. Die derzeitig vorgeschlagenen Hypothesen, die sich insbesondere auf ethnographische Beispiele stützen (Olsen et alii, 2006), ermöglichen es nicht, eine klare Entscheidung bezüglich der Nutzung dieser Strukturen zu fällen. Im Hinblick auf die verschiedenen funktionalen Hypothesen, die in der letzten Zeit von den Archäologen vorgeschlagen wurden (Achard-Corompt et alii, 2010), scheint eine Nutzung als Fangvorrichtung die wahrscheinlichste oder zumindest die naheliegendste für die Befunde in der Bretagne. Unterschiede in der Form der Gruben, aber auch in ihrer Anordnung weisen darauf hin, dass hier keine deutlich strukturierte Anordnung vorliegt (Aneinanderreihung) wie sie an manchen Fundstellen des Pariser Beckens oder auch in Skandinavien beobachtet werden kann (Olsen et alii, 2006), wo großflächige Ensembles angelegt wurden. Im Fall der Fundstellen in der Bretagne haben wir es eher mit voneinander unabhängigen Strukturen, möglicherweise unterschiedlicher Zeitstellung zu tun. Da die Gruben in der Umgebung eines Talwegkopfes angelegt wurden, bleibt die Hypothese von Treibjagd im Zusammenhang mit diesen Strukturen plausibel, wenn auch nicht sehr überzeugend. Tatsächlich ist die Wahrscheinlichkeit, das Wild in eine einzige Grube oder in eine kleine Gruppe von Gruben zu treiben, nicht sehr groß. Die Hypothese zusätzlicher Tierfallen, die entlang der Wildwechsel oder auch an günstigen Stellen angelegt wurden, wie beispielsweise regelmäßig überprüfte Schlingen, wäre vielleicht ausbaubar. In Gesprächen mit heutigen Jägern stellte sich heraus, dass die Wildwechsel relativ gleichbleibend sind. Wie beim Schlingenlegen bleibt diese zusätzliche Jagd dem Zufall überlassen, gibt aber die Möglichkeit zu mehr oder weniger regelmäßiger Großwildbeute (Hirsch, Wildschwein…) als Nahrungsmittelgrundlage. Aber auch Raubtierarten wie Fuchs und Wolf, wegen ihres Pelzes begehrt, können auf diese Art gefangen werden.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 (en haut). Localisation de la fouille de Plouedern et des fosses mentionnées (DAO : S. Jean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 2 (en bas). Contexte topographique du site de Plouedern (DAO : S. Jean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 3. Plan d’ensemble des vestiges découverts et localisation des fosses 839, 844 et 750 (DAO : S. Jean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 4. Plan et coupes de la fosse 844 (DAO : S. Jean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 5. Plan et coupes de la fosse 839 (DAO : S. Jean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 6. Plan et coupes de la fosse 750 (DAO : S. Jean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 339k

Auteurs

Inrap Grand-Ouest, UMR 6566-CReAAH.

Inrap Grand-Ouest.

© ARTEHIS Éditions, 2013

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search