Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Les Schlitzgruben en Normandie

Cyril Marcigny

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1En Normandie, les fosses en V-Y ont été identifiées dès le début des années 90 à l’occasion des grands décapages réalisés lors des fouilles préventives de Mondeville « Le Haut Saint-Martin » dans le Calvados (fouille Valérie Renault, Inrap/MCC). Ce site, exploré sur une centaine d’hectares et fouillé exhaustivement sur presque une dizaine, a permis l’observation de plusieurs fosses en V-Y qui, à l’époque, avaient été classées en fosses néolithiques probables, à cause des vestiges qu’elles renfermaient, sans qu’aucune comparaison extrarégionale n’ait été trouvée. Les années qui ont suivi ont apporté leurs lots de découvertes, pour la plupart dans le cadre de diagnostics réalisés sur les plateaux en périphérie de Caen, et généralement non suivis de prescriptions archéologiques (car situés, dans la plupart des cas, hors sites occupés densément).

2Ces structures se mêlèrent alors au bruit de fond classique des structures non-anthropiques (les chablis, par exemple) ou peu discriminantes en termes chronologiques, au même titre que les carrières de limon et les autres nombreuses structures impossibles à caractériser précisément ou à dater qui constellent le sous-sol limoneux de la plaine de Caen ou les plateaux de l’Eure. Seul, Ivan Jahier (Inrap), lors des nombreux diagnostics qu’il a réalisés sur les communes de Bourguébus, Fleury-sur-Orne ou encore Ifs (Calvados), s’est véritablement interrogé sur ces structures, sans là encore, pouvoir apporter de réponses décisives quant à la datation et la fonction de ce qu’il était convenu d’appeler dans le jargon des archéologues normands, les fosses « tatanes ».

3Au début des années 2000, l’opportunité était enfin offerte de décaper « hors-site » à l’occasion des fouilles du Long-Buisson près d’Évreux (Eure) et donc d’étudier une zone vaste de près de 150 ha, comportant des fosses en V-Y. La fouille de cette zone, confiée à Gérard Guillier (Inrap, responsable de secteur), n’a pas permis de faire avancer les hypothèses interprétatives sur le plan fonctionnel, mais d’assurer une fois de plus un très probable calage chronologique de ces structures entre Néolithique et Âge du Bronze. Là encore, aucune comparaison extrarégionale n’avait été réalisée.

4À l’issue de cette fouille, lors de réunions informelles avec l’équipe de Champagne (Nathalie Achard-Corompt, Vincent Riquier, entre autres), les rapprochements typologiques avec les Schlitzgruben de la littérature allemande et de nombreuses fosses présentes dans les sous-sols de l’est de la France ont été effectués et ont motivé un réexamen de certains des sites régionaux.

5Depuis maintenant une dizaine d’années, les découvertes se succèdent sur les deux Normandies, alimentant un volumineux dossier qu’il est aujourd’hui possible de délivrer. Cet article présentera donc tour à tour un bilan des données disponibles : typologie, répartition spatiale à l’échelle régionale puis à l’échelle du site, et datation, même si ce dernier volet reste tributaire de données disparates et parfois mal assurées. Il ne s’agira pas à proprement parler d’une synthèse régionale, mais d’un état de la recherche ponctué d’exemples concrets, pour la plupart récents.

Fig. 1. Typologie schématique des Schlitzgruben identifiés en Normandie (DAO C. Marcigny, Inrap).

Esquisse typologique

6Si aucun travail formel n’a vraiment été lancé sur ce type de structure jusqu’à présent, il n’en reste pas moins que depuis une dizaine d’années, une sorte de « veille » est assurée, essentiellement en Basse-Normandie, et que généralement, les découvertes sont recensées ou du moins identifiées comme telles. Il est donc possible de proposer une première typologie des Schlitzgruben normands sur la foi de ces observations, certes liminaires et non exhaustives mais offrant un corpus à notre sens suffisant (une vingtaine de sites recensés jusqu’à aujourd’hui mais le corpus doit être beaucoup plus important).

7Nous avons affaire à deux grands types de structures. Le premier, et le plus fréquent, s’apparente strictement aux Schlitzgruben de la littérature archéologique nord-européenne. Il s’agit de longs creusements pouvant atteindre près de quatre mètres, de plan oblong ou dessinant une véritable « fente » de quelques dizaines de centimètres de large (fig. 1), le contour de la structure étant largement tributaire de deux facteurs essentiels : la conservation de la fosse et son niveau de lisibilité archéologique (et donc d’apparition lors des décapages). Les profils des fosses de ces types se répartissent en trois classes différentes.

8-Les « fentes » peuvent ainsi avoir un creusement basal uniforme en gouttière ou en goulotte (avec un profil transversal en Y), sur la totalité de la longueur de la structure, d’une profondeur souvent comprise entre 100 et 250 cm.

9-Elles peuvent aussi présenter un creusement bipartite comportant deux parties profondes à fond en goulotte et au centre de la structure, une zone moins excavée (en UU ou W sur un profil longitudinal). Enfin, certains d’entre elles ont un fond de fosse en V.

10Le deuxième type de fosse est plus rare. Il regroupe des structures de plan circulaire ou ovoïde, à fond en V (fig. 1). Leurs diamètres, variables suivant l’état de conservation du site et les niveaux d’observation archéologique, sont compris entre 150 et 300 cm. La faible représentation de ce type de structure dans notre corpus est peut-être à mettre au crédit d’une caractérisation moins immédiate de ces creusements. Il est donc fort probable que ce type soit numériquement tout aussi important que les « fentes », mais leur attribution typologique pose encore des problèmes liés à leur identification.

11Nous ne reviendrons pas ici sur la fonction de ces structures, cet aspect de la recherche ayant déjà fait l’objet de débats ces dernières années (Marcigny, Riquier, 2009 ; Achard-Corompt et alii, 2011), en particulier pour les fosses du type 1. Même si pour l’heure, il est encore impossible d’affirmer que ces creusements sont liés avec certitude à des pratiques de chasse/piégeage de grands mammifères, nous nous rangerons derrière cette hypothèse fonctionnelle qui est en adéquation avec les assertions présomptives actuelles et ce, sur un vaste espace géographique couvrant plusieurs continents (cf. les articles d’Europe ou d’Asie de ce volume). Les fosses de type 2 sont différentes. Il semble cependant, au vu des données connus outre-Manche, – on pense en particulier au site de Warren Fiels publié par Hilary Murray et son équipe (Murray et alii, 2009) – que ces fosses appartiennent à un dispositif qui pourrait avoir eu une fonction semblable à celle des « fentes » de notre première classe typologique.

Répartition spatiale à l’échelle régionale

12La répartition spatiale des fosses est assujettie aux zones affectées ou non par des prescriptions de l’État en matière de diagnostics archéologiques ou de fouilles préventives. La carte de répartition proposée en figure 2 témoigne donc plus des bassins d’emploi des équipes archéologiques de l’Inrap, des services de collectivités territoriales ou des entreprises privées que d’une véritable réalité archéologique.

Fig. 2. Répartition régionale des Schlitzgruben (cartographie non exhaustive issue d’un dépouillement liminaire des rapports de diagnostics et de fouilles). Les étoiles correspondent aux gisements identifiés aujourd’hui ; ne sont numérotés que les sites utilisés dans cet article : 1. Long Buisson près d’Évreux ; 2. Alizay ; 3. Mondeville ; 4. Éterville (DAO Ph. Forré et C. Marcigny, Inrap).

13La plus grande concentration de fosses est centrée sur la périphérie de Caen (fig. 2) où les opérations archéologiques sont plus nombreuses et sont invariablement liées au développement économique de la ville. Il existe toutefois des Schlitzgruben dans d’autres secteurs géographiques : plaine de Falaise/Argentan, plateau de Saint-André, et dans une moindre mesure, le Bessin. Pour l’heure et en l’absence d’un examen exhaustif des rapports de diagnostic de ces vingt dernières années, il apparaît que ce type de structure se trouve préférentiellement dans les sols très limoneux (limon de plateau, lœss) et que les couvertures sédimentaires du massif ancien, à l’ouest de notre zone d’étude, n’ont pas été propices à ce type de creusement. Ce constat semble toutefois à minimiser au regard des découvertes faites récemment par les collègues de Bretagne (cf. Stéphane Blanchet, ce volume).

Répartition spatiale à l’échelle du site

14À l’échelle du site, les données sont plus prégnantes. Pour illustrer notre propos, nous avons retenu quatre sites parmi les découvertes de ces dernières années : Éterville et Mondeville dans la plaine de Caen (Calvados ; respectivement 4 et 3 de la fig. 2), le Long-Buisson près d’Évreux (plateau de Saint-André, Eure ; 1 de la fig. 2) et Alizay en vallée de Seine (Eure ; 2 de la fig. 2). Ces gisements ont l’avantage d’être situés dans des secteurs topographiques différents et sur des substrats variés. Ils ont, de plus et pour la plupart, été étudiés à la faveur de grands décapages permettant l’examen de l’environnement des Schlitzgruben et de leur insertion dans le paysage.

15À Éterville (fouille David Giazzon, Inrap ; fig. 3), les Schlitzgruben sont du type en Y et en UU. Ils sont tous orientés nord-ouest/sud-est et n’ont livré aucun mobilier à la fouille, ni aucun échantillon organique permettant d’effectuer une mesure d’âge. Leur position topographique est similaire : ils sont implantés sur une crête à la rupture de pente avec une vallée sèche.

16Dans une moindre mesure, on retrouve ce choix topographique à Mondeville sur deux fouilles distantes de 500 m (Haut Saint-Martin, au nord, fouille Valérie Renault, Inrap/MCC, et Trainecourt, au sud, fouille Marie-Claude Taupin, Inrap ; fig. 4). Les Schlitzgruben sont placés sur un vaste plateau mais le long de deux faibles dépressions, dans un secteur par ailleurs dépourvu d’occupation pérenne sur des sites occupés du Néolithique ancien au second Moyen Âge. Les fosses appartiennent aux deux types mis en évidence – fente et fosse – et sont creusées dans le limon puis le lœss jusqu’à 2,50 m de profondeur sous le niveau de décapage. Les quelques vestiges récoltés au fond des structures permettent de proposer une date située à l’extrême fin du Néolithique moyen ou au Néolithique récent (fig. 7), mais le comblement sommital d’une des fosses du Haut Saint-Martin a livré un mobilier protohistorique (Bronze final ?).

17Le troisième exemple est situé dans un autre contexte sédimentaire (argile à silex et limon de plateau) sur le plateau de Saint-André au Long-Buisson près d’Évreux (fouille Cyril Marcigny, Inrap ; fig. 5). Étudié sur 150 ha, ce site a permis de mettre au jour trois zones à Schlitzgruben en Y distantes les unes des autres de 650 à 700 m. La confrontation de la topographie générale de la zone d’étude et de la répartition des fosses paraît, là encore, apporter des éléments qui nous paraissent déterminants. Les fosses sont toutes situées sur la même courbe topographique correspondant à la zone « basse » du site dans des secteurs qui, comme à Mondeville, sont presque dénués de structures anthropiques, alors que les occupations au Long-Buisson couvrent le Néolithique ancien jusqu’au premier Moyen Âge. Il est par ailleurs intéressant de noter que les datations proposées pour ces Schlitzgruben – trois fosses datées du Néolithique final et une du Hallstatt (fig. 7 infra) – correspondent à des périodes qui ne sont représentées ni par des habitats, ni par des contextes funéraires, sur le site.

18Le dernier gisement est situé à Alizay (fouille Cyril Marcigny, fig. 6), à la confluence de l’Eure et de la Seine, à 35 m du lit du fleuve actuel. La fouille, encore en cours à l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, a déjà livré sept Schlitzgruben (sur une surface décapée de huit hectares) tous situés sur un axe parallèle à la paléoberge de la Seine, sur la pente qui menait au fleuve. Il s’agit uniquement de fentes en Y dont une seule a fait l’objet d’une datation par mesure de l’activité radiologique du 14C, qui nous place à la fin du IIIe millénaire (fig. 7).

19S’il est encore difficile de conclure sur le sujet, le travail de dépouillement des rapports de fouilles et de diagnostics, puis le récolement des informations et leur confrontation avec les données environnementales et topographiques restant à faire, il semble que des tendances générales se dessinent à partir des quelques exemples entrevus ici. L’une des données les plus intéressantes à notre sens est la position topographique des fosses dans des secteurs en légère dépression qui semblent ne jamais avoir été occupés durablement. Ces zones, probables friches et espaces humides (entre « saltus » et « silva »), ont peut-être été mises à profit pour des activités de chasse et de piégeage de gibiers, ce qui correspondrait bien au modèle d’exploitation du terroir proposé pour les périodes protohistoriques et historiques (Clarke, 1972).

Fig. 3. Répartition spatiale des Schlitzgruben à Éterville dans le Calvados (DAO D. Giazzon, Inrap).

Datation

20Même si le dernier volet de ce bilan reste tributaire de données disparates et parfois mal assurées, il est possible de synthétiser les quelques rares datations obtenues jusqu’à aujourd’hui (fig. 7). Une partie d’entre elles est issue d’un examen typologique du mobilier retrouvé dans les couches basales des remplissages, les autres sont des dates radiocarbone réalisées sur des charbons de bois piégés dans les premières couches de comblement des Schlitzgruben. L’ensemble des dates couvre une très large séquence du début du Néolithique moyen II au Hallstatt ancien, avec un hiatus au Bronze moyen. Si l’on n’utilise que les datations par mesure du 14C, la chronologie est ramassée sur une plage de temps entre Néolithique final et début du Bronze ancien, au cours du IIIe millénaire. Comparées aux résultats radiocarbone obtenus en Champagne, et plus particulièrement à Buchères (Marcigny, Riquier, 2009 ; Achard-Corompt et alii, 2011), les séquences chronologiques identifiées en Normandie correspondent peu ou prou. Elles coïncident aussi avec les périodes « froides » de la courbe empirique des variations du climat proposée par Michel Magny (Magny, 1993) à partir des variations de la teneur de l’atmosphère en 14C résiduel (Stuiver et alii, 1998 ; fig. 7) considérée comme un enregistrement des fluctuations de l’activité solaire (Hoyt, Schatten, 1997). À titre d’hypothèse, nous pouvons supposer que ces périodes de baisse de l’activité solaire ont dû impacter les rendements agricoles ; il a alors été nécessaire de se tourner vers d’autres productions de ressources nutritives et peut-être un retour à des pratiques de chasse plus importantes. La présence récurrente des Schlitzgruben durant ces périodes ne serait que le résultat statistique d’une plus grande activité de chasse, et plus particulièrement de piégeage des animaux, qui créerait à l’échelle nationale des pics de fréquence au début du Néolithique ancien, au début du Néolithique moyen II, au Néolithique récent, à la fin du Néolithique final et au début du Hallstatt. Il est par ailleurs frappant de remarquer que ces périodes sont celles où la part de la chasse dans l’alimentation carnée augmente de manière significative.

Fig. 4. Répartition spatiale des Schlitzgruben à Mondeville dans le Calvados (DAO M. Besnard, Inrap).

Fig. 5. Répartition spatiale des Schlitzgruben au Long Buisson près d’Évreux dans l’Eure (DAO C. Marcigny, Inrap).

Fig. 6. Répartition spatiale des Schlitzgruben à Alizay dans l’Eure reportée sur le MNT de l’unité stratigraphique 9H (DAO S. Mazet, Inrap).

Perspectives de recherche

21Si les quelques hypothèses émises ici peuvent paraître motivantes et ouvrir sur de nouvelles perspectives d’études sur les comportements des sociétés du Néolithique et de l’Âge du Bronze en Normandie, il reste qu’un travail considérable de formalisation des données est encore à faire. L’exemple des collègues champenois et du programme de recherche initié dans cette région est à suivre.

Fig. 7. Confrontation des datations des Schlitzgruben de Normandie et du Parc logistique à Buchères (Aube ; d’après Achard-Corompt et alii, 2011) avec la courbe des variations climatiques (variations du taux de 14 C résiduel dans l’atmosphère, d’après Stuiver et alii, 1998 ; DAO M. Magny, CNRS et C. Marcigny, Inrap). Datation par mesure de l’activité radiologique du 14 C de Saint-Just (Eure) : Lyon-5165 (GrA), 4045 +/-35 BP (fouille N. Fromont, Inrap, in. Achard-Corompt et alii, 2011) ; de Fontenay-le-Marmion (Calvados) : Lyon 2659, 3868 +/-38 BP (fouille P. Giraud, CG14, inédit) ; d’Alizay (Eure) : ULA-2668, 3745 +/-20 BP (fouille C. Marcigny, Inrap, inédit).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Achard-Corompt N., Auxiette G., Fromont N., Ghesquière E., Giazzon D., Kasprzyk M., Marcigny C., Riquier V., 2011, « Les fosses à profil ‘en V-Y-W’ / Schlitzgruben : retour sur une énigme », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir., Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve-d’Ascq, 2009, p. 549-558 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial 28).

Clarke D., 1972, « A provisional model of an Iron Age society and its settlement system », in : Clarke éd., Models in archaeology, London, Methuen and C., p. 801-869.

Hoyt D.-V., Schatten M., 1997, The role of the sun in climate change, New York, Oxford University Press, 279 p.

Magny M., 1993, « Solar influences on Holocene climatic changes illustrated by correlations between past lake-level fluctuations and the atmospheric 14C record », Quaternary Research, 40, p. 1-9.

Marcigny C., Riquier V., 2009, « Les sites à ‘fosses en V-Y’ : émergence d’une problématique et d’un réseau au niveau national », Archéopages, 25, p. 69-77.

Murray H.-K., Murray J.-C., Fraser S.-M. éd., 2009, A tale of the unknown unknowns : a Mesolithic pit alignment and a Neolithic timber hall at Warren Field, Crathes, Aberdeenshire, Oxford, Oxbow books, 132 p.

Stuiver M., Reimer P.-J., Bard E., Beck J.-W., Burr G.-S., Hughen K.-A., Kromer B., McCormac G., Van der Plicht J., Spurk M., 1998, « Intcal98 radiocarbon age calibration, 24 000– 0 cal BP », Radiocarbon, 40, p. 1041-1083.

Annexes

THE SLOT PITS IN NORMANDY

Cyril Marcigny

Abstract

In Normandy, pits with V-Y-shaped section have been identified from the early 90s on when uncovering large surfaces during excavations. In the following years numerous discoveries have been made, mostly at the occasion of diagnostics made on the plateaus at the periphery of Caen. Most of these diagnostics were not followed by excavations (as they were not situated in densely occupied areas). It is only during the decade after the year 2000 and at the occasion of excavations uncovering large surfaces that this type of features resembling the slot pits reported from the German literature was identified again. Since more than ten years, the discoveries succeed in Upper and Lower Normandy enhancing an important inventory which we can be presented now. This paper offers in turn an assessment of the available data: typology, spatial distribution at the regional scale, further at the scale of the site and dating, even if this last part suffers from disparate and sometimes badly reliable data. Our intention is not to present a regional synthesis but a state of research illustrated by concrete, mostly recent examples.

From the typological point of view, two classes can be distinguished. The first and most frequent type is an elongated pit that can reach almost four meters in length, oblong in plan or showing a real “slot” of several dozens of centimetre in width. The second type of pit is less frequent. It groups together features with a circular or oval plan and a V-shaped section. Within this short presentation we can not discuss the function of these features. This aspect of research has been debated over the last years, notably concerning the pits of the first type. Though it is yet impossible to confirm whether these pits are assuredly related with hunting/capturing practices of big mammals or not, we adopt this functional hypothesis that matches the current presumptive assertions and this in a large geographical area reaching beyond Europe.

The regional distribution of these pits depends on the areas concerned or not by the prescriptions of the state with regard to archaeological diagnostics or rescue excavations. The most significant discoveries of pits concentrate in the periphery of Caen where the archaeological investigations are the most numerous and invariably linked to the economic development of the city. The distribution of the features at the scale of the site is the most striking as it exhibits constants that appear from the few examples studied. In order to illustrate our proposal, we have chosen four sites amongst the discoveries of these last years: Éterville and Mondeville in the Caen plain (Calvados), Long-Buisson near Évreux (plateau of Saint-André, Eure) and Alizay in the Seine valley (Eure). These sites have the advantage of being situated in different topographic sectors and on varied grounds. In addition, most of the pits have been investigated during large-scale excavations that allowed to study the environment of the slot pits and their incorporation into the landscape. General trends already appear from the few examples considered here. The topographical position of the pits in areas located in shallow depressions, which are seemingly never occupied durably, is one of the most interesting results. These areas, probably wild land and wetlands (between “saltus” and “silva”), have perhaps been used for hunting activities and the trapping of game which corresponds to the model of territorial exploitation proposed by David Clarke for the protohistoric and historic periods.

The dating is based on the typological analysis of the objects found in the basal layers of the infills and on radiocarbon measurements made on charcoal enclosed in the lowermost layers of the filling of the slot pits. If the radiocarbon dates are considered exclusively, the period of time during which the pits were constructed spans over the Final Neolithic and the beginning of the Early Bronze Age, in the course of the 3rd millennium. Compared to the radiocarbon dates obtained in Champaign and more particularly at Buchères, they match the chronological sequences established in Normandy. They also coincide with “cold” periods in the curve of climatic variations. As a hypothesis, we may suppose that these periods of decreasing solar activity may have had an impact on harvest. It became then necessary to develop other strategies of procurement of food resources and perhaps return to intensified hunting practices. If the few hypotheses put forward here may appear stimulating and open on new study perspectives on the behaviour of the societies of the Neolithic and the Bronze Age in Normandy, a great deal of work has to be accomplished with regard data standardization.

DIE SCHLITZGRUBEN IN DER NORMANDIE

Cyril Marcigny

Zusammenfassung

Seit dem Beginn der 90er Jahre wurden in der Normandie bei großflächigen Grabungen Gruben mit V-und Y-förmigem Querschnitt identifiziert. In den darauffolgenden Jahren konnten weitere Entdeckungen gemacht werden, meistens im Rahmen von Voruntersuchungen, die auf den Plateaus in der Umgebung von Caen stattfanden und die im Allgemeinen nicht von archäologischen Ausgrabungen gefolgt waren (da sie sich nicht in dicht besiedelten Gebieten befanden). Erst in den Jahren nach dem Jahr 2000 und im Zusammenhang mit großflächig angelegten Ausgrabungen wurde dieser Strukturentyp, der den in der deutschen archäologischen Literatur beschriebenen Schlitzgruben ähnelt, wiederentdeckt. In den letzten zehn Jahren wurden in der Normandie immer wieder solche Entdeckungen gemacht, die es heute ermöglichen, einen umfassenden Korpus vorzulegen. Ziel des vorliegenden Beitrages ist es, eine Bilanz der zur Verfügung stehenden Funddaten zu ziehen: Typologie, regionale Verbreitung, Anordnung innerhalb der Fundstelle und Datierung, auch wenn letztere auf disparaten und bisweilen schlecht gesicherten Daten beruht. Es handelt sich hier nicht in dem Sinne um eine regionale Synthese, sondern um einen Forschungsstand, der anhand von konkreten, meistens neueren Beispielen illustriert wird.

Typologisch können hauptsächlich zwei Klassen unterschieden werden. Der erste und häufigste Grubentyp besteht aus einer länglichen Grube, die bisweilen eine Länge von bis zu vier Metern erreicht und im Planum eine langgezogene Form oder einen regelrechten, mehrere Dezimeter breiten „Schlitz“ aufweist. Der zweite Grubentyp tritt seltener auf. Er umfasst Strukturen mit kreisrunder oder ovaler Form im Planum und V-förmig zulaufendem Boden. Im Rahmen dieser kurzen Abhandlung wird nicht auf die Funktion dieser Strukturen eingegangen. Dieser Forschungsaspekt war in den letzten Jahren bereits Gegenstand ausführlicher Diskussionen, insbesondere in Bezug auf die Gruben des ersten Typs. Auch wenn es beim aktuellen Stand nicht möglich ist, zu bestätigen ob diese Gruben mit Sicherheit im Zusammenhang mit der Jagd oder dem Einfangen von Großsäugern stehen, so ziehen wir diese Funktion als Hypothese in Betracht, da sie mit den aktuellen Interpretationen übereinstimmt und dies innerhalb eines weitgespannten geographischen Gebietes, das über Europa hinausreicht.

Die regionale Verbreitung der Gruben hängt davon ab, ob in den entsprechenden Zonen vom Staat archäologische Voruntersuchungen oder Rettungsgrabungen veranlasst wurden oder nicht. Die höchste Konzentration von Gruben kann in der Umgebung von Caen beobachtet werden, wo die archäologischen Grabungen zahlreicher und eng an die wirtschaftliche Entwicklung der Stadt geknüpft sind. Die Verteilung der Strukturen innerhalb einer Fundstelle ist aussagekräftiger, da hier bei den untersuchten Beispielen Konstanten auftreten. Um dies zu verdeutlichen, haben wir vier der in den letzten Jahren entdeckten Fundstellen näher untersucht: Éterville und Mondeville in der Ebene von Caen (Calvados), Long-Buisson in der Nähe von Évreux (Saint-André-Plateau, Eure), sowie Alizay im Seinetal (Eure). Diese Fundstellen haben den Vorteil, dass sie sich sowohl in abwechslungsreichen Geländezonen als auch unterschiedlichen Böden befinden. Darüber hinaus wurden die meisten von ihnen im Rahmen großflächig angelegter Grabungen freigelegt. Dies ermöglichte es, die Umgebung der Schlitzgruben und ihre Einbindung in die Landschaft zu untersuchen. So können aus den wenigen hier behandelten Beispielen generelle Tendenzen abgeleitet werden. Die topographische Lage der Gruben in leichten Senken, die nie langfristig besiedelt waren, scheint unserer Ansicht nach bezeichnend. Diese Zonen, möglicherweise Brachland oder Feuchtgebiete (zwischen „saltus“ und „silva“), wurden vielleicht bevorzugt zum Jagen und Fallenstellen benutzt. Dies würde gut zu dem von David Clarke für die frühgeschichtlichen und historischen Perioden vorgeschlagenen Landnutzungsmodell passen.

Es ist möglich, die wenigen bislang ermittelten Datierungen zusammenzufassen. Ein Teil dieser Datierungen entstammt der typologischen Analyse des Fundmaterials, das in den untersten Schichten der Verfüllungen gefunden wurde. Bei dem anderen Teil handelt es sich um Radiokarbonmessungen an Holzkohlen aus den untersten Verfüllschichten der Schlitzgruben. Berücksichtigt man allein die 14 C-Daten, so beschränkt sich der zeitliche Rahmen auf einen Bereich innerhalb des dritten vorchristlichen Jahrtausends, zwischen dem Endneolithikum und dem Beginn der Frühbronzezeit. Die in der Normandie ermittelten Zeitsequenzen stimmen mit den in der Champagne erstellten Radiokarbondaten, insbesondere denjenigen der Fundstelle von Buchères überein. Sie überschneiden sich gleichzeitig mit den „Kaltphasen“ der Klimakurve. Als Hypothese kann angenommen werden, dass die nachlassende Sonnenaktivität dieser Perioden, Einfluss auf die Ernteerträge hatte. Es wurde daher notwendig, sich anderen Nahrungsressourcen zuzuwenden und vielleicht verstärkt auf die Jagd zurückzugreifen.

Auch wenn die hier formulierten Hypothesen attraktiv erscheinen mögen und neue Forschungsperspektiven zu den Verhaltensweisen der neolithischen und bronzezeitlichen Gesellschaften in der Normandie öffnen, so bleibt jedoch hinsichtlich der Vereinheitlichung der Funddaten noch viel Arbeit zu bewältigen.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Typologie schématique des Schlitzgruben identifiés en Normandie (DAO C. Marcigny, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 2. Répartition régionale des Schlitzgruben (cartographie non exhaustive issue d’un dépouillement liminaire des rapports de diagnostics et de fouilles). Les étoiles correspondent aux gisements identifiés aujourd’hui ; ne sont numérotés que les sites utilisés dans cet article : 1. Long Buisson près d’Évreux ; 2. Alizay ; 3. Mondeville ; 4. Éterville (DAO Ph. Forré et C. Marcigny, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 3. Répartition spatiale des Schlitzgruben à Éterville dans le Calvados (DAO D. Giazzon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Légende Fig. 4. Répartition spatiale des Schlitzgruben à Mondeville dans le Calvados (DAO M. Besnard, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6493/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Fig. 5. Répartition spatiale des Schlitzgruben au Long Buisson près d’Évreux dans l’Eure (DAO C. Marcigny, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6493/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Légende Fig. 6. Répartition spatiale des Schlitzgruben à Alizay dans l’Eure reportée sur le MNT de l’unité stratigraphique 9H (DAO S. Mazet, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6493/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Fig. 7. Confrontation des datations des Schlitzgruben de Normandie et du Parc logistique à Buchères (Aube ; d’après Achard-Corompt et alii, 2011) avec la courbe des variations climatiques (variations du taux de 14 C résiduel dans l’atmosphère, d’après Stuiver et alii, 1998 ; DAO M. Magny, CNRS et C. Marcigny, Inrap). Datation par mesure de l’activité radiologique du 14 C de Saint-Just (Eure) : Lyon-5165 (GrA), 4045 +/-35 BP (fouille N. Fromont, Inrap, in. Achard-Corompt et alii, 2011) ; de Fontenay-le-Marmion (Calvados) : Lyon 2659, 3868 +/-38 BP (fouille P. Giraud, CG14, inédit) ; d’Alizay (Eure) : ULA-2668, 3745 +/-20 BP (fouille C. Marcigny, Inrap, inédit).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6493/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search