Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

L’axe Yonne-Armançon-Saône au Néolithique moyen : cadre chronologique et interpénétrations culturelles

Michel Prestreau et Jean-Paul Thevenot

Texte intégral

J.-P. Delor

P. Duhamel

P.-A. De Labriffe

A. Merlange

Thébault

1La Bourgogne placée au contact des trois bassins versants du Rhône, de la Loire et de la Seine, est de ce fait autant une région de convergence que de diffusion d’influences. Cette caractéristique est particulièrement évidente au moment du passage du Néolithique moyen I au Néolithique moyen II, période charnière que nous avons choisi d’aborder ici. Des données nouvelles ont été aquises en effet sur ce sujet depuis une dizaine d’années grâce notamment aux interventions effectuées dans les gravières de l’Yonne.

GISEMENTS DE RÉFÉRENCE

2Les gisements qui illustrent notre propos seront mentionnés suivant leur position géographique, du Nord au Sud, de l’Yonne à la Saône-et-Loire.

3VINNEUF (fouilles H. Carré). Ce gisement, établi dans la plaine alluviale de l’Yonne, a été fouillé dans les années 1960. De nombreuses structures y ont été relevées qui appartiennent au Néolithique moyen et au Néolithique final. Un alignement de fosses qui évoque un tracé de camp ainsi qu’un puits qui contenait, en stratigraphie, des matériels Cerny et chasséen, constituent les structures les plus importantes. Les études dont ce site a fait l’objet confirment la présence de mobilier céramique du Cerny, du Chasséen et de l’Épi-Roessen (Carré, 1991, colloque de Blois).

4VILLEMANOCHE (prospections J.-Y. Prampart). Des ramassages de surface ont livré des fragments d’une coupe à socle cylindrique à décor géométrique gravé ainsi que des éléments lithiques laminaires qui évoquent un horizon chasséen.

5GISY-LES-NOBLES (fouilles N. Connet, N. Tikonoff, M. Prestreau). Ce site de la plaine alluviale de l’Yonne est connu par de petites fosses et par des aires d’occupation attenantes. La présence de vases écrasés sur place et la distribution spaciale des vestiges plaident en faveur de l’existence d’un niveau d’occupation homogène. Les documents se rapportent au Cerny. La production céramique est caractérisée par une ornementation où dominent les boutons au repoussé, disposés en panneaux, et les pastilles collées ; mais les motifs au poinçon et à la spatule sont également utilisés (fig. 1 et 2). Dans le répertoire morphologique figurent une dizaine de vases Épi-Roessen ; un vase à profil en S, dont l’intérieur du rebord est orné de deux lignes de pastilles au repoussé, porte en plus à la jonction col-panse une ligne de pastilles au repoussé, et en sommet de panse des sillons verticaux régulièrement espacés obtenus au poinçon appuyé trainé. Le style céramique de Gisy-les-Nobles ressortit à la fois à un Cerny classique et à un Cerny de type Barbuise.

6MOLINONS (fouilles P.-A. De Labriffe, M. Prestreau). Le site est établi au sommet d’un plateau qui domine la Vanne. Les restes d’un bâtiment dont l’architecture était à ce jour inconnue en France ainsi que des fosses y ont été relevés ; la construction, de forme trapézoïdale, qui mesure près de 20 m de longueur, avait des parois formées de petits poteaux plantés en tranchée, mais pas de poteau intérieur (fig. 3, no 1). Une fosse associée à cette structure contenait des céramiques attribuables à un V.S.G. très final ainsi qu’une cuillère qui évoque le Chasséen (fig. 3, nos 2 à 8).

Fig. 1. — Gisy-les-Nobles (Yonne), Le Pré Tomery. Fouilles N. Connet et N. Tikonoff. Industrie céramique. Dessins M. Prestreau.

Fig. 2. — Gisy-les-Nobles (Yonne). Le Pré Tomery. Fouilles M. Prestreau et J.-M. Violot. Industrie céramique ; nos 1, 2. 4, 5. 6, et 8, sondage 9 ; nos 3, 7 et 9. sondage 5. Dessins J.-M. Violot.

7PASSY (fouilles H. Carré, P. Duhamel, M. Fonton). Les trois habitats, répartis autour de la vaste nécropole néolithique à monuments en couloirs de la plaine alluviale de l’Yonne, ont fourni une abondante documentation céramique du Cerny. On y remarque l’association de tessons Cerny avec un vase de style chasséen septentrional ancien (Duhamel, Prestreau, 1991).

8Dans la nécropole elle-même, dont le contexte est globalement Cerny, une sépulture renfermait une série d’armatures dont une partie évoque le courant Roessen et une autre le courant chasséen (Thevenot, 1985b). Les nécropoles à monuments allongés du type de Passy ont perduré longtemps comme en témoignent les variations architecturales et les modifications multiples des monuments.

9CHICHERY (fouilles J.-P. Delor). L’une des sépultures de la nécropole de Chichery a donné également des armatures d’affinités méridionales.

10CHAMPLAY (fouilles D. Thébaut). Ce gisement de vallée est connu notamment par une douzaine de fosses qui contiennent, en associations, des petits ensembles céramiques et lithiques chasséens et Epi-Roessen (fig. 4).

11BEAUMONT (fouilles C. Bodechon, J.-P. Delor, R. Ederlé, A. Merlange, C. Pellet). Trois enceintes à fossé interrompu ont été repérées par photographie aérienne dans un large méandre de l’Yonne (Thevenot, 1985b). Les fouilles menées entre 1978 et 1982 ont permis d’attribuer l’un des trois camps à un Chasséen proche du Chasséen de Chassey. La céramique, bien cuite, lissée, de couleur sombre comporte des écuelles carénées dont une à décor géométrique gravé, des disques de terre cuite dont l’un orné sur chaque face d’un motif soléiforme (fig. 5 et 6). L’industrie lithique qui utilise un silex de grande qualité vraisemblablement d’origine locale, mais aussi le quartz hyalin, est éminemment laminaire, abondante, riche en grattoirs, burins et en armatures géométriques (fig. 7). L’industrie de l’os, dans laquelle dominent les petites pointes rondes sur métapodes, est bien représentée. Des occupations tardi-rubanées sont par ailleurs attestées sur le site.

Fig. 3. — Molinons (Yonne), Le Grand Chanteloup. Fouilles P.-A. De Labriffe et M. Prestreau. No 1, plan du bâtiment à fondation en tranchées ; nos 2 à 8. industrie céramique. Dessins M. Prestreau.

12BONNARD (fouilles A. Merlange). Une sépulture double en fosse contenait deux vases d’affinité chasséenne (Merlange, 1991).

13NERMONT (collection Parat). Le matériel archéologique des fouilles anciennes permet de confirmer la présence dans la grotte de Nermont d’une occupation Cerny. Épi-Roessen et chasséenne (Bailloud, 1956).

14CHARIGNY (fouilles J. Joly, J.-J. Puisségur). Le gisement est connu par quelques éléments céramiques à décor de cordons en relief et par une statuette féminine (Gallay, 1977).

15BARBIREY-SUR-OUCHE (collections Guyot, Vernet). La grotte de Roche-Chèvre, fréquentée tout au long du Néolithique, a livré entre autres, lors de fouilles déjà anciennes, un vase Roessen, à profil en S, décoré au poinçon et un fragment de vase chasséen, peut-être une coupe à socle cylindrique, à décor géométrique gravé (Gallay, 1977).

16SAINT-ROMAIN (fouilles A. Leroi-Gourhan, S. Grappin). Le gisement situé au pied de la corniche calcaire du Verger, de même que la grotte qui le surplombe, ont donné quelques rares éléments céramiques de style chasséen.

17CHASSEY-LE-CAMP (fouilles J.-P. Thevenot). Les quatre niveaux profonds de la stratigraphie de La Redoute (niveaux 10 à 7) se rapportent à un Chasséen fortement apparenté au Chasséen méridional aussi bien par son industrie céramique que par son industrie lithique qui ont maints correspondants dans le Midi méditerranéen (Thevenot, 1990). La composition archéologique des niveaux 9 et 8 est très comparable ; le niveau 7 s’en démarque un peu. Les niveaux 10, 9 et 8 contiennent des éléments céramiques allogènes de caractère Roessen : vases à profil en S à décor de pastilles au repoussé et de lignes tracées au poinçon oblique trainé (fig. 8). On peut noter aussi, dans le niveau 10, un décor évoquant très fortement une influence des groupes à céramique poinçonnée.

Fig. 4. — Champlay (Yonne), Les Carpes-Fouilles D. Thébault. No 1, fosse 4 ; no 2, fosse 2 ; no 3. fosse I. Dessins D. Thébault.

Fig. 5. — Beaumont (Yonne), Le Crôt aux Moines. Recherches R. Ederlé, fouilles C. Bodechon, A. Merlange, J.-P. Deloret C. Pellet. Industrie céramique. Le no 1 provient d’un foyer, les autres numéros viennent des fossés. Dessins M. Prestreau et J.-P. Thevenot.

Fig. 6. — Beaumont (Yonne), Le Crôt aux Moines. Recherches R. Ederlé et fouilles C. Bodechon, A. Merlange, J.-P. Delor et C. Pellet. Industrie céramique. Dessins M. Prestreau et J.-P. Thevenot.

18DROUX (prospections J.-P. Thevenot, A.-C. Gros). Ce petit gisement de la plaine de la Saône tient le sommet d’un faible monticule exondé en période de crues. Une occupation chasséenne y est attestée par une industrie lithique sur lames de silex blond et une production céramique à décors géométriques gravés et à décors Épi-Roessen qui l’apparentent très nettement aux industries des couches 9 et 8 de Chassey.

19GRANGES (recherches L. Armand-Calliat, A.-C. Gros). Plusieurs fragments de vases, recueillis hors stratigraphie, portent des cordons en relief (Gallay, 1977).

20CORMORANCHE (fouilles D. Barthélemy). Le gisement, inclus dans les limons de débordement de la Saône, correspond à un habitat de bord de rivière. Il a donné quelques éléments céramiques et lithiques chasséens apparemment exempts de toute influence Roessen.

Fig. 7. — Beaumont (Yonne), Le Crôt aux Moines. Recherches R. Ederlé et fouilles C. Bodechon, A. Merlange, J.-P. Delor et C. Pellet. Industrie lithique : nos 1 à 6, lames de plein débitage ; no 7, couteau à dos ; nos 8 à 11, burins ; nos 12 à 14, grattoirs ; nos 15 et 16 à 22, armatures tranchantes ; no 16, lamelle à retouches abruptes ; no 17, outil en quartz hyalin. Dessins M. Prestreau.

LE CADRE CHRONO-CULTUREL EN BOURGOGNE SEPTENTRIONALE

21En Bourgogne septentrionale la néolithisation débute avec le Rubané récent du Bassin parisien comme en témoignent les gisements de Gurgy (Delor, 1991) et d’Armeau (Bailloud, 1964). Dès les premières phases d’occupation un dynamisme évolutif particulièrement fort semble se manifester et provoquer rapidement la naissance de faciès régionaux. Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain qui succède au R.R.B.P. l’atteste tout au long de son évolution marquée d’abord par une colonisation systématique des fonds de vallées, puis par le début de l’occupation des plateaux.

22Pour autant que l’on puisse en juger, la fin du V.S.G. correspond en apparence à une profonde mutation de la société qui se traduit par un élargissement de l’occupation du territoire et vraisemblablement par une plus grande dispersion des villages, éventuellement moins peuplés. Les techniques de construction des maisons d’habitation paraissent alors changer ; le classique plan danubien à poteaux de soutien centraux semble faire place à des structures plus légères reportant les charges sur les parois (Molinons). Il est à noter que cette architecture ressemble fortement à celle des structures funéraires en couloirs du type de Passy que l’on peut réellement qualifier de maisons des morts. On s’explique que les substructions très fugaces des habitations légères de cette période soient rarement retrouvées lors des fouilles.

Fig. 8. — Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire), Camp de Chassey-La Redoute. Fouilles J.-P. Thevenot. Industrie céramique : nos 1, 4, 5, niveau 9 ; nos 2 et 7. niveau 10 ; nos 3. 6, 8, collection Loydreau, Musée Rolin à Autun. Dessins M. Prestreau et J.-P. Thevenot (nos 3, 6, 8, d’après photographies anciennes).

23En dépit du phénomène de mutation perceptible à la fin du V.S.G., une certaine continuité avec la phase suivante, qu’occupe le Cerny, est attestée par les productions matérielles, notamment céramiques. C’est ainsi que les motifs en relief du style d’Augy-Sainte-Pallaye qui ne cessent de croître en nombre au cours du V.S.G. perdureront pendant les phases initales du Cerny (Duhamel, Prestreau, 1991).

24Le début du Cerny, que l’on pourrait assimiler à l’ancien groupe d’Augy-Sainte-Pallaye, recouvre les vallées de l’Yonne et de ses principaux affluents. Les influences qui ont contribué à la formation et à l’évolution du fonds local danubien sur lequel s’installe le Cerny, ne sont pas nettement établies ; il semble cependant que le Cerny soit soumis à des influences rhénanes Grossgartach et surtout Roessen. On constate qu’il a tendance ensuite à se concentrer dans le Nord du département de l’Yonne, délaissant l’Avallonnais et l’Auxerrois où il paraît laisser alors la place au Chasséen, arrivé de Bourgogne méridionale par les axes des vallées ; le matériel archéologique du camp de Beaumont illustre ce Chasséen bien différent du Chasséen septentrional.

25Le Chasséen qui occupe le Sud et le centre de l’Yonne a des contacts, apparemment pacifiques, avec les groupes Épi-Roessen d’origine rhénane, comme le prouve le site des Carpes II à Champlay. Le Sud de l’Yonne, après une occupation Cerny de style Augy-Sainte-Pallaye (Cerny à cordons), voit arriver des groupes humains originaires du Sud qui entrent en contact avec des groupes rhénans.

26Au Nord de l’Yonne la situation est plus confuse. On considère que le Cerny perdure sous deux faciès qui n’ont pas été reconnus au Sud : le faciès Cerny classique et le faciès Barbuise-Courtavant. Le Cerny classique paraît être en contact avec l’Epi-Roessen comme semble l’indiquer le gisement de Gisy-les-Nobles, voire celui de Vinneuf (Carré, 1991).

27Deux nécropoles à monuments en couloirs du type de Passy partiellement fouillées dans le secteur Seine-Yonne permettent de poser quelques jalons chronologiques ; à Chichery une armature évoque la présence du Chasséen ; à Passy, au cours d’une longue utilisation de la nécropole, des mobiliers confirment des contacts avec le Roessen débutant (vase Grossgartach et forme en S du Roessen ancien) et avec le Roessen plus avancé ainsi qu’avec le Chasséen (lot d’armatures). Si l’on peut se référer au matériel du puits de Vinneuf, le Cerny classique paraît en contact avec le Chasséen septentrional.

28Il semble donc que le Cerny classique perdure au Nord du département de l’Yonne, se maintenant malgré les fortes poussées de l’Épi-Roessen, du Chasséen bourguignon et du Chasséen septentrional. Quelle est alors la place du Cerny de type Barbuise ?

29Le Cerny de type Barbuise a été considéré jusqu’ici en Bourgogne comme une étape terminale du Cerny classique (Duhamel, Prestreau, 1991). Si les associations de Cerny classique et d’Épi-Roessen de Vinneuf et de Gisy-les-Nobles sont fiables, cela signifierait que le Cerny de type Barbuise ne peut être maintenu dans une position terminale, à moins de prolonger le Cerny classique loin dans le IVe millénaire. Plusieurs auteurs considèrent que le Cerny classique et le Cerny-Barbuise sont deux faciès géographiques contemporains d’une même culture (Constantin, 1985 ; Lanchon, 1984) ; on peut se demander alors pourquoi ces deux faciès se partagent une même nécropole. Il est possible aussi de considérer que Cerny classique et Cerny-Barbuise représentent une même population homogène ; à Gisy-les-Nobles la majorité des décors renvoie vers le Cerny classique alors que les panneaux ornés à la spatule orientent vers le Cerny-Barbuise ; il se pourrait donc que certains vases soient réservés aux usages courants (vases à décor de pastilles), et que d’autres, dont la production serait en rapport avec l’activité des camps, aient une fonction non domestique. Nous sommes ici au niveau des hypothèses. Il reste que le Cerny perdure dans le Nord de l’Yonne et résiste aux poussées du Chasséen et de l’Épi-Roessen.

30Après un laps de temps difficilement quantifiable le Cerny cèdera la place au groupe de Noyen qui assimile des éléments chasséens et Michelsberg.

LE CADRE CHRONO-CULTUREL EN BOURGOGNE ORIENTALE ET MÉRIDIONALE

31En Bourgogne orientale et méridionale (Côte-d’Or et Saône-et-Loire) la documentation, bien que plus réduite, autorise à poser quelques jalons chronologiques. L’une des principales questions à élucider est celle de la néolithisation de cette région. Le mobilier, aujourd’hui perdu, de la sépulture des Lentillières à Dijon apporte à ce sujet les premiers éléments de réflexion. Ce mobilier composé d’objets de parure en coquillages a été attribué à un Rubané ancien et relié à celui de la nécropole alsacienne de Rixheim (Gallay, 1981) ; cette remarque a conduit à penser qu’un courant de néolithisation, partant du Sud de l’Alsace, et empruntant la Porte de Bourgogne est arrivé dans le Dijonnais, et, de là, a atteint, par la vallée de l’Yonne, le Sud-Est du Bassin parisien où il serait à l’origine du R.R.B.P. La liaison naturelle entre la plaine d’Alsace et la plaine de la Saône par la Trouée de Belfort et les vallées de l’Ognon et du Doubs rend très plausible ce déplacement des néolithiques alsaciens à la conquête de nouvelles terres ; mais les preuves sont encore faibles pour que l’on puisse réellement juger de l’importance du phénomène d’autant que l’attribution de la sépulture de Dijon au Rubané ancien peut être discutée.

Fig. 9. — Tableau chronologique et culturel concernant le Néolithique de la Bourgogne.

32Pour les périodes plus récentes on ne dispose que d’indications ponctuelles qui permettent au mieux quelques raccords avec les séquences du Bassin parisien et de la vallée du Rhin. À ce sujet l’attribution des documents des gisements de Charigny en Côte-d’Or et de Granges en Saône-etLoire est, faute de références stratigraphiques, toujours en question. Au vu de certaines particularités céramiques ces mobiliers ont été rattachés au N.M.B. (Thevenot, 1985a), puis au Cerny sous un faciès Cerny-Sud (Constantin, 1991). Dans les mêmes conditions, nous pouvons proposer aujourd’hui de les rapporter au V.S.G. final. Les cordons en relief de ces gisements ont été naturellement comparés aux cordons de l’ancien groupe d’Augy-Sainte-Pallaye (Bailloud, 1976, Gallay, 1977). Plusieurs sites icaunais en comportent, tels Passy-Sablonnière (Carré, dans le présent ouvrage), Champs-sur-Yonne (Brezillon, 1962) et Augy (Carré, 1986), qui sont aujourd’hui attribués au V.S.G. final.

33La phase suivante est occupée par le Chasséen tel qu’il se rencontre au camp de Chassey et dans la station de Lux ; il s’agit d’un Chasséen de type méridional ponctué d’influences Roessen. Il n’est pas exclus qu’un Chasséen pur de tout contact puisse exister plus au Sud comme le gisement de Cormoranche (Ain) tendrait à l’indiquer. Les échanges avec le Roessen rhénan pourraient s’effectuer plus tôt avec la Bourgogne qu’avec le Bassin parisien, si l’on en juge d’après quelques éléments céramiques des fouilles anciennes de Chassey. Il est possible que ces relations initiales correspondent avec le niveau 10 de Chassey. Le vase à bouche carrée que contient ce dernier niveau peut trouver des points de comparaison dans le domaine rhénan, mais son motif décoratif en feston digité renvoie aussi vers le Bassin parisien. Le Chasséen du niveau 9 se met par contre très nettement en parallèle avec l’Épi-Roessen de l’Alsace et du Bassin parisien comme le montrent en particulier les vases à profil en S décorés au poinçon penché.

34Le Chasséen n’est pour le moment pas très connu en Côte-d’Or où une présence Cerny peut être identifiée, sans que son impact véritable puisse toutefois être apprécié. La situation est comparable dans le Sud de l’Yonne où le Cerny figure à côté du Chasséen, comme dans la grotte de Nermont (Bailloud, 1956). Dans le Sud et le centre de l’Yonne l’extension du Chasséen, à partir de la Bourgogne méridionale, semble s’effectuer au détriment du Cerny. L’installation du Chasséen dans cette région est attestée notamment par les découvertes du camp de Beaumont dont les industries céramique et surtout lithique sont plus proches de celles du Chasséen de Chassey que de celles du Chasséen septentrional ; l’industrie lithique, bien que contenant quelques éléments de style Cerny, y est essentiellement laminaire et l’industrie céramique, bien que privée d’assiettes et de coupes à socle, comporte des formes chasséennes très classiques.

35La durée du Chasséen en Bourgogne orientale est difficile à évaluer. On constate que dans cette région les influences Michelsberg sont relativement ténues. Elles sont perceptibles (à côté d’influences Cortaillod) dans quelques ensembles céramiques appartenant au Néolithique Moyen Bourguignon qui proviennent de gisements du département de la Côte-d’Or, tel que celui de la grotte du Peu-Trou à Lusigny-sur-Ouche. Il semble que le N.M.B. apparaisse plus tôt en Bourgogne du Nord-Est (Côte-d’Or) qu’en Bourgogne du Sud-Est (Saône-et-Loire) où l’implantation chasséenne est nettement plus forte. Le Chasséen paraît durer plus longtemps dans ce dernier secteur ; c’est ce que pourrait confirmer la stratigraphie relevée à Chassey qui voit un N.M.B. récent succéder au Chasséen du niveau 7, sensiblement différent du Chasséen des niveaux 9 et 8.

36Le cadre chronologique du Néolithique moyen de Bourgogne a été quelque peu précisé moins avec l’aide de données stratigraphiques que par comparaison avec les données des régions voisines. Au cours de la période étudiée la Bourgogne est placée au point de rencontre de trois courants d’inégale puissance, le Chasséen, le Roessen et à un moindre titre le Cerny. On peut noter que l’importance de l’influence réciproque exercée par ces courants indique une forte perméabilité des milieux humains concernés. Ceci confirme le rôle « tampon » de la Bourgogne en même temps que son rôle de diffusion qui se confirmera à de nombreuses périodes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailloud, 1956 = Bailloud (G.), « Le mobilier néolithique de la grotte de Nermont à Saint-Moré (Yonne) », RAE, t. 7, 26, p. 97-113, fig. 30-37.

Bailloud, 1964 = Bailloud (G.), Le Néolithique dans le Bassin parisien, 2e suppl. à Gallia Préhistoire, 387 p.

Bailloud, 1976 = Bailloud (G.), « Les civilisations néolithiques du Bassin parisien et du Nord de la France », La Préhistoire française, CNRS, 2, p. 375-386.

Brézillon, 1962 = Brézillon (M.), « Néolithique danubien et Bronze récent à Champs (Yonne) », Gallia Préhistoire, 7, p. 179-195, 13 fig.

Carré, 1982 = Carré (H.), « Les vases carénés du Danubien de l’Yonne sont-ils d’origine chasséenne ? », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Saint-Amand-Montrond, 1979, Assoc. des Amis du Musée Saint-Vic, p. 7-12.

Carré, 1986 = Carré (H.), « Précisions sur le faciès d’Augy-Sainte-Pallaye et son extension », in : Actes du 10e colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, octobre 1983, p. 125-135, 2 fig. (1er suppl. à la Revue Arch. de l’Ouest).

Carré, 1991 = Carré (H.), « Essai de chronologie du Danubien de l’Yonne », in : Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 81-90, 14 fig. (suppl. au Bull, de la Soc. archéo., scient. et littéraire du Vendômois).

Constantin, 1985 = Constantin (C.), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et post-Rubané en Hainaut et en Bassin parisien : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, Oxford, 356 p., 92 tabl., vol. planches, 294 pl. (BAR International Series, 273).

Constantin, 1991 = Constantin (C.), « À propos du Cerny-Sud : un ensemble culturel néolithique de grande échelle dans la France moyenne », BSPF, 87, 7, p. 206-216, 3 fig.

Delor, 1991 = Delor (J.-P.), L’habitat néolithique de Gurgy « Les Plantes du Mont » ; note préliminaire, BSPF, 88, l, p. 18-20, 4 fig.

Dubouloz et alii, 1991 = Dubouloz (J.), Mordant (D.), Prestreau (M.), « Les enceintes « néolithiques » du Bassin parisien ; variabilité structurelle, chronologique. culturelle ; place dans l’évolution socio-économique du Néolithique régional ; modèles interprétatifs préliminaires », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 211-229, 8 fig. (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Duhamel, 1989 = Duhamel (P.), « Passy, Richebourg-La Sablonnière », L’Yonne et son passé, 30 ans d’Archéologie, p. 61-65, fig. 67-75.

Duhamel, 1991 = Duhamel (P.), « La séquence chrono-culturelle de la vallée de l’Yonne : problèmes d’interprétation, du Néolithique ancien au Néolithique moyen », 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Livret-guide de l’excursion archéo. Montereau-Fault-Yonne - Dijon, 25 octobre 1991, p. 61-67.

Duhamel, Prestreau, 1987 = Duhamel (P.), Prestreau (M.), « Les populations néolithiques du Bassin parisien », Archéologia, Préhistoire et Archéologie, 230, p. 54-65, 18 fig.

Duhamel, Prestreau, 1991 = Duhamel (P.), Prestreau (M.), « La nécropole monumentale néolithique de Passy dans le contexte du gigantisme funéraire européen », in : Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 103-117, 10 fig. (suppl. au Bull. de la Soc. archéo., scientifique et littéraire du Vendômois).

Gallay, 1977 = Gallay (A.), Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône : contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg, Publ. de la Soc. suisse de Préhist. et d’Arch., 344 p., 86 pl. (Antiqua, 6).

Gallay, 1981 = Gallay (G.), « Ein verschollener Grabfund der Bandkeramik von Dijon (Dép. Côted’Or, Ostfrankreich) », Zeitschrift für Antike Welt, 12, p. 36-43, 7 fig.

Henocq-Pochinot, Mordant, 1991 = Henocq-Pochinot (C.), Mordant (D.), « La marge Sud-Est du Bassin parisien : Chasséen et Néolithique moyen Seine-Yonne », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 199-210, 11 fig. (Mém. du Musée de Préhist. d’Ile-de-France, 4).

Lanchon, 1984 = Lanchon (Y.), Le Néolithique danubien et de tradition danubienne dans l’Est du Bassin parisien. Mémoire de Maîtrise, Université de Paris I, 2 vol., texte 218 p., fig. cartes et tabl., pl. 128 pl.

Merlange, 1991 = Merlange (A.), « Une fosse à inhumations néolithiques à Bonnard (Yonne) », L’Echo de Joigny, 47, p. 1-46, 25 pl.

Mordant, 1984 = Mordant (D.), « Le Néolithique moyen II dans le secteur Seine-Yonne », Archives suisses d’anthr. générale, 48, p. 105-113, fig.

Mordant, 1986 = Mordant (D.), « Aspects du Néolithique moyen I de la Petite-Seine », Le Néolithique de la France, Paris, éd. Picard, p. 305-318, 3 fig.

Pellet, Delor, Ederle, 1982 = Pellet (C.), Delor (J.-P.), Ederle (R.), « L’enceinte à fossé interrompu du « Crot aux Moines » sur la commune de Beaumont (Yonne) : note préliminaire », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Sens, 1980, p. 155-161, 4 fig. (Soc. archéologique de Sens, cahier no 1).

Prestreau, 1992 = Prestreau (M.), « Le site néolithique et protohistorique des Falaise de Prépoux à Villeneuve-le-Guyard (Yonne) », Gallia Préhistoire, 34, p. 171-209, 30 fig.

Prestreau, Duhamel, 1991 = Prestreau (M.), Duhamel (P.), « Témoins de contacts interculturels tardidanubiens dans le Sud-Est du Bassin parisien », in : La région Centre carrefour d’influences ? Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 91-101, 6 fig. (suppl. au Bull. de la Soc. archéo., scientifique et littéraire du Vendômois).

Prestreau, Duhamel, 1991 = Prestreau (M.), Duhamel (P.), « Chronologie et cultures du Néolithique ancien et moyen en Bassin d’Yonne », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, pré-tirage, 5 p., 2 fig.

Thevenot, 1985a = Thevenot (J.-P.), « Le Néolithique moyen bourguignon de Bourgogne orientale », in : Actes du colloque de Beffia, juin 1983, Genève, p. 73-83, 4 fig. (Archives suisses d’anthr. générale, 48-2).

Thevenot, 1985b = Thevenot (J.-P.), « Informations archéologiques de la Circonscription de Bourgogne », Gallia Préhistoire, 28, 2. p. 199-207, fig. 32 à 39.

Thevenot, 1990 = Thevenot (J.-P.), « Le camp de Chassey et le Néolithique de Bourgogne orientale », Die ersten Bauern, Schweizerisches Landesmuseum Zürich, p. 197-204, 3 fig. (Pfahlbaufunde Europas)

Thevenot, 1991 = Thevenot (J.-P.), « Remarques préliminaires sur l’industrie lithique des niveaux chasséens de Chassey (La Redoute) », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 251-259, 9 fig. (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Thevenot, Carré, 1976 = Thevenot (J.-P.), Carré (H.), « Les civilisations néolithiques de la Bourgogne », 9e Congrès de l’U.I.S.P.P., Nice, 1976. p. 400-414, 6 fig. (La Préhistoire française, 2).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Gisy-les-Nobles (Yonne), Le Pré Tomery. Fouilles N. Connet et N. Tikonoff. Industrie céramique. Dessins M. Prestreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 2. — Gisy-les-Nobles (Yonne). Le Pré Tomery. Fouilles M. Prestreau et J.-M. Violot. Industrie céramique ; nos 1, 2. 4, 5. 6, et 8, sondage 9 ; nos 3, 7 et 9. sondage 5. Dessins J.-M. Violot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 3. — Molinons (Yonne), Le Grand Chanteloup. Fouilles P.-A. De Labriffe et M. Prestreau. No 1, plan du bâtiment à fondation en tranchées ; nos 2 à 8. industrie céramique. Dessins M. Prestreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 4. — Champlay (Yonne), Les Carpes-Fouilles D. Thébault. No 1, fosse 4 ; no 2, fosse 2 ; no 3. fosse I. Dessins D. Thébault.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 5. — Beaumont (Yonne), Le Crôt aux Moines. Recherches R. Ederlé, fouilles C. Bodechon, A. Merlange, J.-P. Deloret C. Pellet. Industrie céramique. Le no 1 provient d’un foyer, les autres numéros viennent des fossés. Dessins M. Prestreau et J.-P. Thevenot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 6. — Beaumont (Yonne), Le Crôt aux Moines. Recherches R. Ederlé et fouilles C. Bodechon, A. Merlange, J.-P. Delor et C. Pellet. Industrie céramique. Dessins M. Prestreau et J.-P. Thevenot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 7. — Beaumont (Yonne), Le Crôt aux Moines. Recherches R. Ederlé et fouilles C. Bodechon, A. Merlange, J.-P. Delor et C. Pellet. Industrie lithique : nos 1 à 6, lames de plein débitage ; no 7, couteau à dos ; nos 8 à 11, burins ; nos 12 à 14, grattoirs ; nos 15 et 16 à 22, armatures tranchantes ; no 16, lamelle à retouches abruptes ; no 17, outil en quartz hyalin. Dessins M. Prestreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 8. — Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire), Camp de Chassey-La Redoute. Fouilles J.-P. Thevenot. Industrie céramique : nos 1, 4, 5, niveau 9 ; nos 2 et 7. niveau 10 ; nos 3. 6, 8, collection Loydreau, Musée Rolin à Autun. Dessins M. Prestreau et J.-P. Thevenot (nos 3, 6, 8, d’après photographies anciennes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 9. — Tableau chronologique et culturel concernant le Néolithique de la Bourgogne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/649/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search