Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Groupe de Chambon - Cerny-Sud

D’après les fouilles de Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher)

Roland Irribarria

Texte intégral

1Les récentes découvertes du « Bas du Port-Nord » à Muides ont fait l’objet en 1989 et 1990 d’un sauvetage, puis depuis 1991 sont entrées dans le cadre d’une fouille programmée. L’objectif de l’année 1991 était de dégager un ensemble homogène d’habitats du Néolithique moyen régional, particulièrement bien préservé sous 80 cm de limons. Il s’agissait de connaître le type d’habitat, sa filiation ou non avec le monde danubien, ainsi que d’appréhender la culture matérielle pour mesurer les liens existants entre les groupes de Chambon et de Cerny.

2Depuis 1971, des recherches de surface sont menées par nos soins à Muides-sur-Loire le long du rebord du coteau dominant la Loire et sur son gigantesque gisement de silex (silex tertiaire des auteurs). Ce matériau, accessible à l’étiage, est utilisé à 95 % pour la confection de l’industrie lithique du site. Une étude est en cours portant sur la diffusion de ce matériau vers les plateaux beaucerons et les vallées voisines.

3Parmi les nombreuses occupations repérées, celle du « Bas du Port-Nord » est menacée d’urbanisation à court terme.

LE GISEMENT ARCHÉOLOGIQUE

4Les premiers sondages sur la parcelle 3 ont montré une stratigraphie où nous avons décelé, sous la couche arable (de 40 à 50 cm), des lambeaux d’occupation de la transition Bronze-Fer dont quelques structures en creux étaient préservées. Dans d’autres secteurs, une couche plus ancienne, du Néolithique artenacien, apparaît en lambeaux. Une couche stérile, sableuse sans graviers, variant de 5 à 15 cm, la sépare de l’occupation du Néolithique moyen dont il sera question ici.

5La couche concernée est donc préservée dans sa totalité. Il semble que l’ensevelissement des vestiges soit dû à un effet de pente engendré par le ruissellement des terres après déforestation. Schématiquement, la couche archéologique apparaît donc comme une nappe de vestiges d’une quinzaine de centimètres d’épaisseur, où se révèlent, en cours de dégagement, les témoins minéralogiques entourant les structures ou nappant certaines aires. À l’intérieur de l’habitat, la base de la couche est dotée d’un litage serré de galets rapportés, pris sur la surface même où ils affleurent. En bordure et à l’extérieur de l’habitat, en arrivant en fond de couche, les structures en creux apparaissent clairement par leur remplissage plus sombre et par la concentration du matériel.

6La fouille de 1990 avait révélé une série de fosses alignées avec un atelier de débitage. En 1991, une grande structure d’habitat est apparue parallèlement, complétant l’ensemble. La contemporanéité des fosses entre elles est prouvée par les remontages céramiques. D’autres fragments des mêmes céramiques sont dispersés dans la couche de l’habitat. Il ne fait aucun doute alors qu’il s’agit ici d’un même habitat et de ses structures extérieures.

L’HABITAT

7Il est circonscrit dans un rectangle de 18 m sur 5 m. Pour la façade ouest, les trous de poteaux, au remplissage très sombre bien lisible sur le sédiment encaissant argilo-calcaire clair, contenaient plusieurs fragments de céramique. L’argile issue du creusement des trous forme encore un dôme près du creusement. Les poteaux, d’une trentaine de centimètres de diamètre, sont très espacés entre eux.

8Pour la façade est, des calages de dalles et dallettes calcaires entourent le poteau au niveau de la base du sol néolithique. En profondeur, des dallettes sont installées tout autour du poteau en parement. Sur cette façade, il y a une double rangée de poteaux d’un diamètre de 15 cm, rapprochés de 70 cm à 1 m. Autre particularité, la double ligne de poteaux se poursuit au-delà de la maison au Nord et au Sud, jusqu’aux limites découvertes par la fouille. La poursuite de celle-ci devrait nous confirmer s’il s’agit ou non d’une palissade.

9Les deux pignons ont également des poteaux très rapprochés. Les ouvertures sont situées sur la façade ouest donnant sur les fosses et les zones de débitage.

10En bordure ouest de la fouille, apparaît un autre trou de poteau appartenant à un habitat différent de l’intérieur du village. Une tranchée nord-sud a été étudiée sur toute la longueur du terrain. Plusieurs autres habitats sont traversés et devraient être dégagés dans la suite des travaux, reconstituant le plan cohérent d’une partie du village.

LES FOSSES

11Trois d’entre elles, ovalaires ou circulaires, de 1,5 m de diamètre, bordent le coin sud-ouest de la maison. Une autre, très allongée, borde le pignon nord sur toute sa longueur. Deux des fosses ont eu une fonction primaire de foyers extérieurs : leur fond rubéfié contenait des cendres, charbons de bois et déchets culinaires. Elles ont été comblées ultérieurement soit avec des déchets domestiques (fragments de céramique, outils usagés), soit avec des résidus de l’atelier de débitage. Pour la fosse III-6, la plus éloignée au Sud, creusée dans un substrat calcaire, la masse vidée au creusement est toujours proéminente, en tas près de la fosse.

12La préservation des structures en élévation nous montre que les murs de la maison n’étaient pas enduits d’argile ou de torchis, mais devaient être faits en matériaux périssables. Dans ce contexte, en effet, nous aurions dû en trouver des traces. Le sol de la maison était recouvert d’un pavage de galets sur lequel une couche sableuse a été répandue. Les parallèles ne sont certainement pas à chercher dans la sphère danubienne. Par contre, le site de Fossé avait livré à J. Despriée dans le secteur ouest un plan étonnamment proche du nôtre : accolement à une palissade, dimensions et forme, orientation Nord-Sud, foyers et zones d’activités à l’extérieur des maisons, utilisation des dalles et du substrat calcaire. D’ailleurs, les convergences avec ce site ne s’arrêtent pas là comme nous le verrons plus loin.

LE CONTENU DES FOSSES

13La faune. Assez mal conservés dans le sédiment sableux, sauf pour les dents, des déchets culinaires étaient préservés au contact du fond argileux et cendreux des fosses. Le cerf représente la seule espèce chassée. Le porc et plusieurs bovidés, dont un jeune, sont représentés.

14Les graines carbonisées. Des études carpologiques ont été entreprises par P. Marinval qui a reconnu dès les premiers tamisages de l’orge et le froment méridionnal Triticum aestivumldurum. L’analyse en laboratoire se poursuit. Elle est d’autant plus intéressante que se pose pour cette période le problème du millet découvert à Fossé. Une analyse palynologique va être tentée par D. Marguerie.

15Le matériel céramique. Bien représentée, la céramique a fourni un grand nombre de formes reconstituables à partir des rejets dans les fosses adjacentes à la maison, donc en position stratigraphique sûre (fig. 1 et 2).

16La plupart des formes et décors regroupés par A. Villes pour le groupe de Chambon sur un grand nombre de sites dispersés sont ici représentées sur quelques centaines de m :, depuis les vases à provision jusqu’à la céramique fine. Les formes sont donc connues, mais pas leur fréquence dans un même ensemble. Pour les grands récipients, un vase en forme de « sac » existe, ainsi que deux autres, aux formes plus sinueuses, dont l’un à profil en S. C’est sur ce type de vases qu’existent les décors de grosses pastilles à dépression médiane.

17Les autres récipients sont des bouteilles de forme ovale à col haut légèrement évasé. Un exemplaire possède des trous de réparation. Nous trouvons également deux formes d’écuelles basses très caractéristiques. L’une possède une ouverture quadrangulaire et un décor de doubles tétons dépassant le bord ; elle est munie de petites anses à perforation verticale. L’autre, à décor de nervures terminées en pointe ou par un renflement, ne peut avoir qu’une ouverture nettement ovale.

Fig. 1. — Vases reconstituables, couche Néolithique moyen 1 et fosses. Muides-sur-Loire.
1. vase à profil en S ; 2. grand vase en forme de sac ; 3. bouteille à préhensions pleines ; 4. bouteille à grosses anses décorées de pastilles ; 5. bouteille décorée de lignes de mamelons ; 6. disque en terre cuite ; 7. vase à ouverture quadrangulaire et décor de double mamelon (dessins F. Moireau).

Fig. 2. — Décors céramiques. Couche Néolithique moyen 1 et fosses. Muides-sur-Loire.
1 à 6. décors de double mamelon relié ; 7. préhension sur « coin » de vase à ouverture quadrangulaire ou ovale ; 8 à 13. pastilles diverses ; 14 à 16. nervures curvilignes se terminant simplement où sur un mamelon ; 17. nervures démarrant d’une base de préhension ; 18. nervures en disposition orthogonale.

18Les disques de terre cuite ou « plats à pain » sont très nombreux. Ils ont tous un diamètre compris entre 15 et 20 cm. Un seul exemplaire possède un décor d’une ligne de coups d’ongle, seul élément impressionné, trouvé à Muides.

19Les préhensions. Quand elles sont à perforation verticale, les anses sont standardisées sur un modèle court, en général à ensellement médian, sauf celle du vase à ouverture quadrangulaire. La perforation est bien ronde. Les anses à perforation horizontale sont de plusieurs types. Deux anses à ensellement médian d’une même bouteille, très longues, sont décorées d’une paire de pastilles à dépression médiane à leur base. Plusieurs autres anses existent sans décor. La perforation ronde s’évase aux deux embouchures (en trompette). L’anse en ruban est attestée également. Enfin plusieurs exemples de préhensions non perforées à ensellement médian sont à signaler. Des barrettes horizontales venant renforcer un bord de bouteille existent également. Dans un cas, les extrémités sont proéminentes, ce qui nous ramène au type des deux tétons reliés par une barrette, également fréquent à Muides sur d’autres vases (et notamment ceux à ouverture quadrangulaire). Dans l’habitat, nous avons un col de vase comportant deux barrettes renforçant un bord et perforées verticalement.

20Les décors. Le décor impressionné à l’ongle sur un plat à pain est, comme nous l’avons vu, le seul élément de ce type. Tous les autres décors sont plastiques : les tétons sont appliqués ou modelés sur le rebord ou dépassant celui-ci, seuls ou le plus souvent par paires reliées par une barrette, sur tous types de récipients. Viennent ensuite les pastilles larges à dépression médiane appliquées sur la panse où par paires à la base d’anses longues. Les décors de nervures fines, pincées dans la pâte (à ne pas confondre avec les cordons rapportés beaucoup plus gros n’existant dans notre région qu’au VSG final), curvilignes et se terminant par des pointes ou par une petite pastille

21Le matériel lithique. Il comprend des outils sur éclats qui sont des grattoirs, des denticulés, des rabots, des tranchets unifaces et des burins (fig. 3). Il comprend également des objets sur lames ; celles-ci portent des lustres d’utilisation, ou sont finement denticulée, le perçoir sur lamelle à dos abattu existe. L’industrie abondante sur plaquette d’opalite comprend des ciseaux et tranchets bifaciaux que seuls des critères de mensuration différencient. La technique du coup de tranchet pour réaffûter ces outils est parfaitement au point et très fréquemment utilisée. Deux fragments de haches polies proviennent de la couche d’habitat, l’une en opalite, l’autre en roche verte (d’importation). Les armatures de flèche sont transversales. Elles sont triangulaires ou trapézoïdales, à retouches abruptes. Une exceptionnelle armature perçante triangulaire à retouches envahissantes est cependant à signaler. Les meules en grès rose existent.

CONCLUSIONS

22Le groupe de Chambon a pu passer jusqu’à présent pour un assemblage hétéroclite d’éléments divers, puisés dans tout le Sud du Bassin parisien et mal documenté. L’existence à Muides, d’un habitat stratifié, analogue à celui du secteur 0 de Fossé lève toute réticence quant à l’attribution culturelle de ce dernier ensemble. Ainsi, l’association de l’habitat avec un matériel abondant et caractéristique du groupe de Chambon à Muides renforce l’identité culturelle de ce groupe et montre géographiquement l’extension de celui-ci à un grand nombre de sites du Loir-et-Cher (Fossé, Landes-Le-Gaulois, Contres), du Loiret, précédemment attribués à un Cerny-Sud. La notion de « groupe » devrait être abondonnée au profit de celui de culture. Sur la base de l’ensemble de Muides et des synthèses déjà effectuées pour le « groupe » de Chambon, les affinités culturelles peuvent être précisées.

23Les ensembles peu fournis provenant des recherches de surfaces, ou des dragages en Loire sur lesquels s’appuyait jusqu’à présent la connaissance, que ce soit pour la Beauce, les vallées du Loir, de la Brisse, de la Loire, et comportant des décors plastiques, sont équivoques. Leur attribution au Cerny-Sud (ou Cerny à cordons) ou à l’Augy, tenait compte de l’état de la recherche à ce moment. Ce type de décors (mamelons sous le bord ou dépassant celui-ci, pastilles larges sur la panse, cordons), ou de préhension (à ensellement médian) font partie du patrimoine commun aux groupes néolithiques du Bassin parisien.

24On ne peut l’interpréter que comme un héritage commun provenant de la fin du Néolithique ancien : le VSG de style Augy. Or, un schéma général semble s’organiser désormais. La fin du Villeneuve-Saint-Germain dans le bassin nord de la Loire (Echilleuses, Marcilly), présente des analogies avec l’Yonne (G. Bailloud et D. Simonin) : raréfaction des décors incisés et au peigne et développement des décors plastiques (style Augy), avec apparition du bouton au repoussé. L’outillage lourd commence à être utilisé, corrélativement à la montée des habitats sur les plateaux. Les armatures transversales à retouches abruptes apparaissent.

Fig. 3. — Lithique. Fosses et couche Néolithique moyen 1. Muides-sur-Loire.
1. Tranchet/éclat ; 2. ciseau ; 3. retouchoir ; 4. rabot ; 6-7. armatures ; 8. grattoir/lame ; 9. grattoir/éclat ; 10. burin ; 11. denticulé ; 12. lame retouchée ; 13. lame lustrée.

25On peut voir là un phénomène de périphérisation du Sud du Bassin parisien, et de régionalisation avec de possibles montées vers le Nord (cf. C. Gitta, fouilles du Caroussel, Paris).

26Sans préjuger, pour le moment, des probables rapports avec le monde méditerrannéen (Épicardial) dès cette phase ancienne pour lesquels nous manquons encore de documents archéologiques, nous noterons le passage insensible pour la Loire moyenne, du VSG de style Augy vers le Néolithique moyen 1 représenté par le groupe de Chambon, sans qu’aucune influence notable de type Grossgartach-Rössen n’atteigne la région. La formation du groupe de Cerny se ferait parallèlement à celle de Chambon, les deux groupes s’excluant géographiquement, opinion déjà largement développée par D. Simonin (colloque de Blois).

27Le Cerny est justement caractérisé par l’apport des influences céramiques décorées à la spatule et au poinçon dont l’origine rhénane ne laisse aucun doute. Pourtant l’occupation commune des sites de hauteur, rebords de plateau, les données carpologiques communes (adoption du blé méditerrannéen et de l’orge), la tendance à un retour vers la prédation (cf. Cabard pour Fossé, colloque Blois), de ces deux groupes, marquent un développement parallèle et de nombreux contacts, sans qu’il soit possible de discerner l’antériorité d’un groupe sur l’autre, ni la direction des influences, le Cerny étant également réceptif aux influences méridionales. Il nous paraît dangereux, sur la base des éléments dus à une origine partielle commune, d’assimiler un groupe à l’autre ; aussi rejetons-nous totalement la notion de Cerny-Sud.

28Nous n’insisterons pas ici sur les influences Montbolo déjà définies par d’autres auteurs (Villes, Berthouin). Par contre, nous insisterons sur la présence de vases à ouverture quadrangulaire à usage domestique (Muides et sans doute Landes-le-Gaulois), et non spécifiquement funéraires comme à Néon-sur-Creuse, Passy et Chambon. Il faut néanmoins remarquer qu’un de ces vases à Muides, sans doute fabriqué sur place, porte le décor des doubles mamelons reliés par une barrette, extrêmement commun sur le reste de la céramique. Il semble qu’il faille y voir un acquis culturel et non de simples importations céramiques. L’ouverture très particulière de ces vases laisse peu de place à l’idée d’une simple convergence, et nous incite plutôt à regarder vers les cultures de l’Italie du Nord (Vasi a Bocca Quadrata). Les plus proches influences de ce groupe pré-Chasséen, identifiées rue de l’Oradou à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), sont situées géographiquement dans le bassin de l’Ailier. Des contacts avec la Loire moyenne semblent possibles. G. Bailloud (1985), d’après la disposition verticale des décors, évoque la phase ancienne des V.B.Q. Un vase à ouverture quadrangulaire accompagne un pied creux, des céramiques à incrustations blanches exhubérantes, chevrons, motifs en échelle ou en épi, soléiformes encerclant un mamelon conique, cordons, ainsi que deux haches polies en roche verte.

29Certains éléments culturels pourraient avoir été adoptés par le groupe de Chambon (et dans une moindre mesure par le Cerny) : vases à ouverture quadrangulaire, décors soléiformes combinés à des décors plastiques, haches polies en roche verte. On est en droit de se demander s’il ne faut pas chercher dans cette direction l’origine de l’adoption de nouvelles céréales et l’introduction des disques en terre cuite.

30Enfin, nous noterons également que le mode d’inhumations en coffre dans les nécropoles (St-Martin-la-Rivière, Chambon, Averdon) de notre groupe correspondent exactement avec l’apparition des vases à ouverture quadrangulaire comme en Lombardie. Pour le Cerny éponyme, c’est la sépulture sous dalle qui prévaut. Le bassin de la Loire moyenne est donc bien la zone de contacts pressentie entre les héritiers du monde danubien et le monde méditerrannéen. Nous ne parlons pas ici du Cardial atlantique ni de ses influences sur le Rubané et le VSG. Ces rapports, déjà évoqués ailleurs et source de polémiques, doivent être approfondis et participent d’un autre débat pour lequel les fouilles de Muides n’apportent pas d’éléments nouveaux, pour le moment. Il reste que si des contacts avec l’Épicardial ont existé, c’est dans la formation du style Augy de la fin du Villeneuve-St-Germain qu’il faut les rechercher dans tout le Sud du Bassin parisien, alors que s’amorce le virage vers le Néolithique moyen I. C’est alors que les influences Montbolo sont perceptibles, non seulement pour notre groupe, mais également pour la Bretagne. À ce stade, la différenciation culturelle avec le Cerny est nettement affirmée, ce qui n’exclut nullement les contacts, ni un mode de vie économique proche (commun à tout le Nord de la France).

31Enfin, l’influence de la culture des Vasi a Bocca Quadrata, manifeste dans les modes sépulcraux, se fait ressentir avec insistance dans notre groupe avant l’arrivée proprement dite des influences chasséennes stricto sensu. Certaines apparitions et disparitions d’éléments permettent de proposer les prémices d’une périodisation de la culture de Chambon en attendant des datations et en tenant compte des éléments actuellement en notre possession.

32D’abord les décors plastiques, hérités du VSG de style Augy (pastilles au repoussé, mamelons, cordons, grosses pastilles) restent très présents dans la phase ancienne de notre groupe. La fréquence des décors se modifie cependant car les pastilles au repoussé ont tendance à se raréfier, voire à disparaître dans la phase finale de la culture. Les décors incisés sont totalement absents ou restent anecdotiques. La thématique des cordons qui s’affinent en nervures, abandonne le V au-dessus des anses pour celui des « moustaches » ou « rouflaquettes » partant de la base des anses.

33À ce stade, les vases à ouverture quadrangulaire apparaissent ainsi que les disques en terre cuite, sans qu’il soit encore possible d’établir un lien direct entre ces deux éléments.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailloud, 1985 = Bailloud (G.), « Le Néolithique et le Chalcolithique en France », La Protohistoire de la France, chap. IV. PUF, p. 516-566.

Berthouin, Villes, 1980 = Berthouin (F.), Villes (A.), « À propos d’un vase provenant de Chambon : nouveaux éléments sur le groupe de Chambon », Bull, des Amis du Musée préhistorique du Grand Pressigny, no 31, p. 21-29.

Despriée et alii, 1982 = Despriée (J.), Lorrain (J.-M.), Pichard (B.), Pichard-Nicol (S.), « Le village néolithique de Fossé (Loir-et-Cher) », Communication aux journées archéologiques de la Direction régionale des Antiquités Préhistoriques du Centre. Orléans, 13-14 novembre 1982.

Despriée, Pichard, 1980 = Despriée (J.), Pichard (B.), « Le village néolithique de la Vallée aux fleurs, commune de Fossé (Loir-et-Cher) », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de Saint-Amand-Montrond, 1977. p. 114-134.

Marinval, 1990 = Marinval (P.), « Relations Cardial-Rubané, les apports de la carpologie », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 401-404 (E.R.A.U.L., 39).

Simonin, 1991 = Simonin (D.), « Premières données sur la nécropole des Fiefs à Orville (Loiret) et remarques à propos de la culture de Cerny », in : Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 53 à 68.

Villes, 1984 = Villes (A.), « Le Néolithique ancien et le début du Néolithique moyen dans les Pays de la Loire moyenne : état de la question », Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 57-93 (C.R.E.P.A., cahier no 1).

Villes, 1986 = Villes (A.), « Deux nouvelles poteries de Chambon (Indre-et-Loire) », Bull, des Amis du Musée Préhistorique du Grand-Pressigny, no 17, 1986, p. 39-44.

Villes, 1987a = Villes (A.), « Nouveaux documents sur la culture de Chambon », in : Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale ; Actes du colloque international du CNRS, Montpellier, 1983, p. 705-715.

Villes, 1987b = Villes (A.), « Documents céramiques de type méridional récemment découverts à Ligueil (Indre-et-Loire) », Bull. des Amis du Musée Préhistorique du Grand Pressigny, no 38, p. 43-48.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Vases reconstituables, couche Néolithique moyen 1 et fosses. Muides-sur-Loire.1. vase à profil en S ; 2. grand vase en forme de sac ; 3. bouteille à préhensions pleines ; 4. bouteille à grosses anses décorées de pastilles ; 5. bouteille décorée de lignes de mamelons ; 6. disque en terre cuite ; 7. vase à ouverture quadrangulaire et décor de double mamelon (dessins F. Moireau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 2. — Décors céramiques. Couche Néolithique moyen 1 et fosses. Muides-sur-Loire.1 à 6. décors de double mamelon relié ; 7. préhension sur « coin » de vase à ouverture quadrangulaire ou ovale ; 8 à 13. pastilles diverses ; 14 à 16. nervures curvilignes se terminant simplement où sur un mamelon ; 17. nervures démarrant d’une base de préhension ; 18. nervures en disposition orthogonale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 3. — Lithique. Fosses et couche Néolithique moyen 1. Muides-sur-Loire.1. Tranchet/éclat ; 2. ciseau ; 3. retouchoir ; 4. rabot ; 6-7. armatures ; 8. grattoir/lame ; 9. grattoir/éclat ; 10. burin ; 11. denticulé ; 12. lame retouchée ; 13. lame lustrée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 449k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search