Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Deux fosses particulières à Pithiviers « Bois Médor » (Loiret)

Bastien Dubuis, Grégory Bayle et Jean-Philippe Gay

Entrées d'index

Keywords :

pit, ceramic, wild boar, horse, Hallstatt

Schlüsselwörter :

Grube, Keramik, Wildschwein, Pferd, Hallstatt

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1Le projet de construction du contournement nord de la ville de Pithiviers, dans le Loiret (fig. 1), a nécessité l’intervention de l’Inrap à travers une première opération de diagnostic réalisée en 2008, puis par deux fouilles successives menées de mai à juillet 2010 (Dubuis dir., 2010). Ces fouilles s’inscrivent dans le terroir gâtinais, caractérisé ici par des limons de plateau couvrant un relief très peu marqué. Le cours d’eau le plus proche, l’Œuf, est situé à quelque 600 m au sud-est. Les vestiges mis au jour au lieu-dit « Bois Médor » correspondent pour une petite part à des indices d’occupation datés du Hallstatt moyen, et pour une autre part à des aménagements datés de La Tène ancienne. Dans le secteur le plus oriental de la fouille, deux fosses particulières ont pu être fouillées intégralement, F 2061 et F 2064 (fig. 2). Elles sont distantes d’une quinzaine de mètres et sont grossièrement orientées sur un axe est-ouest. La première fosse, non datée, présente une morphologie similaire à celle des fosses à profil en « Y » ; la seconde montre un plan quadrangulaire inhabituel pour la période considérée, le Hallstatt C-D1. La présence dans ces fosses d’un mobilier particulier ou abondant en fait un ensemble archéologique original pour la région Centre.

Fig. 1. Situation de la découverte en France et en région Centre.

Fig. 2. Plan des fouilles du site « Bois Médor » avec la localisation des fosses F 2061 et F 2064.

Fig. 3. Plan, coupe transversale et profil longitudinal de la fosse F 2061.

Fig. 4. En A, vue oblique vers l’est de la coupe transversale de la fosse F 2061 ; en B, vue oblique vers l’est après fouille intégrale ; en C, vue zénithale de la fosse fouillée intégralement (crédits B. Robin, Inrap).

1. La structure F 2061

1.1. Dimensions, profil et comblement

2Le fait F 2061 a été découvert légèrement à l’écart d’une zone de stockage caractérisée par des silos, des fosses et un grenier dont la plupart sont mal datés mais probablement rattachables à l’occupation de La Tène ancienne. Cette fosse imposante présente un plan ovale en surface, avec 2,72 m de longueur pour 1,40 m de largeur et 1,55 m de profondeur (fig. 3).

3Le profil particulier de cet aménagement avait motivé une fouille manuelle intégrale pratiquée en deux temps : fouille de la moitié ouest d’abord, suivie du relevé du profil transversal, puis fouille de la moitié restante (fig. 4). Le relevé établi dans un premier temps a montré un profil symétrique creusé en « Y » (fig. 3) ; les parois supérieures sont légèrement inclinées, tandis qu’un décrochement marqué à mi-hauteur réduit considérablement la largeur de la fosse qui prend dans sa moitié inférieure l’apparence d’une tranchée étroite, aux parois presque verticales. Le comblement est très homogène ; seules deux unités stratigraphiques ont été distinguées. L’unité inférieure (US. 20173), qui comble une grande moitié de la tranchée étroite, se distingue par la présence d’ossements de faune. Ce comblement limoneux brun d’apparence assez organique a livré également de la malacofaune (indice d’une formation en milieu humide ?).

4L’unité supérieure (US. 20172), qui comble l’essentiel de l’aménagement, est homogène sur toute la hauteur. Cette matrice fine de limon brun doit s’être constituée très lentement, sans apport anthropique.

1.2. Les restes de faune

5Les quelques restes osseux exhumés du premier comblement de la fosse (US. 20173) appartiennent à au moins deux individus : un cheval et un sanglier.

6Le cheval est représenté par quatorze restes provenant d’une patte postérieure gauche (un fémur, une patella, un os grand cunéiforme, un métatarsien principal), d’un bas de patte antérieure gauche (os hamatum), de quatre os grands sésamoïdes (petits os situés à la jointure des métapodes et des phalanges proximales) et de cinq vertèbres caudales dont au moins les trois premières (fig. 5). Tous ces éléments ont été retrouvés dans le même comblement sans qu’on sache si certains étaient en connexion. La soudure des disques vertébraux indique un adulte de plus de 5 ans. Ces ossements ont leur surface altérée profondément par des radicelles. Aucune strie n’a pu être observée sur ces restes.

7L’interprétation de la présence de ces éléments dans cette fosse est limitée par cet état de conservation et par l’absence d’une fouille planimétrique. En revanche, la localisation sur le squelette de ces éléments est susceptible d’apporter quelques indices. Plusieurs de ces restes proviennent en effet de bas de patte antérieure et postérieure gauches et des vertèbres de la queue. Ils pourraient correspondre aux témoins d’une peau, car ces petits os restent souvent accrochés au moment de l’écorchement. Cependant, plusieurs indices viennent contredire cette hypothèse. Ainsi, en considérant que la totalité des restes osseux a été récoltée, nous aurions dû observer aussi les éléments de bas de patte du côté droit. D’autre part, la présence d’un fémur et d’une patella ne cadre pas avec les vestiges d’un écorchement. Enfin, on peut s’interroger sur l’absence des phalanges et des autres os de bas de patte (carpiens, tarsiens et métapodes) qui auraient dû être également attachés à la peau.

Fig. 5. Les éléments du cheval de F 2061 resitués sur un squelette. Dessin : M. Coutureau (Inrap) d’après Barone, 1976.

8Une autre interprétation est envisageable au vu de ces éléments et de leur état de conservation : les reliquats d’une carcasse décomposée. Avant tout, comment expliquer cet état de conservation dégradé par des radicelles alors que ces éléments se trouvaient à une certaine profondeur, environ 1,10 m du sol actuel ? Les restes osseux retrouvés à une profondeur équivalente dans les fosses ou silos voisins ne sont pas autant dégradés. Ces altérations impliquent que les restes de cet équidé se trouvaient, avant leur positon finale dans la fosse, en surface ou à faible profondeur. Le deuxième constat encore inexpliqué concerne la latéralisation des restes des membres, tous situés du côté gauche. D’autre part, les deux os longs exhumés, un fémur et un métatarsien, sont quasi entiers. Si on exclut ces deux os, les éléments ont la particularité d’être de petit format, comme par exemple les os sésamoïdes. De tels petits os avaient été retrouvés isolés dans la grande fosse centrale du sanctuaire gaulois de Gournay-sur-Aronde (Méniel, 1992). Leur présence (dans ce cas, il s’agit d’os sésamoïdes de bœuf) avait été interprétée comme des reliquats d’une décomposition de carcasse. Ces os sésamoïdes, de par leur taille, avaient échappé aux prélèvements des carcasses. Cette interprétation a été soutenue par les divers curages et nettoyages mis en évidence dans les comblements de cette grande fosse et par la découverte d’amas d’ossements de bœuf dans le fossé d’enclos de ce sanctuaire. La fosse de Pithiviers, F 2061, ne semble pas avoir fait l’objet de curage. Il reste à savoir alors comment la décomposition d’une carcasse de cheval a pu se dérouler dans cette fosse ? Au vu des altérations par les radicelles, il est probable que l’équidé devait se trouver près de la surface, peu enfoui. On peut donc se poser la question de l’existence possible d’un système de plancher de treillis qui pourrait expliquer la chute de certains éléments. Le reste de la carcasse aurait été emmené en d’autres endroits à l’exception de ces éléments de la patte postérieure gauche (laissés ou rejetés dans un second temps ?). Dans ce schéma, l’absence du tibia gauche pose évidemment un problème non résolu.

9Du sanglier, seules des phalanges, une mandibule quasi entière, retrouvée posée sur la face ventrale (fig. 6) et la septième vertèbre cervicale ont été reconnues (fig. 7). L’ensemble constitue dix restes provenant d’un sujet mâle âgé entre deux et quatre ans (d’après la table dentaire inférieure). Les mêmes questions se posent alors pour ces éléments qui ne présentent pas de lien direct. Ces restes sont également affectés par les radicelles et aucune strie n’y a été observée. Les phalanges, dont nous ne savons pas si elles étaient en connexion, peuvent former une seule extrémité. Leur présence dans cette fosse peut indiquer un rejet de boucherie (élimination des parties non consommées). Mais on peut se demander où sont les autres extrémités de pattes. De même, se pose la question de l’origine de la mandibule et de la septième cervicale. La mandibule ne présente pas de trace de découpe. L’absence des canines, de quelques jugales et d’incisives indique en revanche un déchaussement naturel de ces dents en dehors de la fosse (les canines sont suffisamment imposantes pour être visibles en fouille manuelle). Au vu de leur état de conservation, comparable à celui du cheval, il semble que ces restes de sanglier soient les témoins d’une manipulation de carcasse dont certains éléments ont fait l’objet d’une exposition à l’air libre.

Fig. 6. Mandibule du sanglier dans la fosse F 2061 (cliché B. Robin, Inrap).

Fig. 7. Éléments du sanglier de F 2061 resitués sur un squelette (les éléments de bas de patte pourraient correspondre aussi bien à une patte antérieure que postérieure). Dessin : M. Coutureau (Inrap) d’après Pales, Garcia, 1981.

10Des relations directes entre les éléments osseux du cheval et du sanglier n’ont pu être établies lors de la fouille. Quelques indices laissent penser qu’ils constituent des reliquats de carcasses décomposées et/ou des dépôts secondaires. Parmi les autres restes déterminés anatomiquement, signalons la présence de disques vertébraux et de cartilages costaux qui ont pu se détacher lors de ces décompositions. Nous n’avons pas identifié d’autres restes de sanglier à proximité de cette fosse. Le cheval, quant à lui, a été reconnu seulement dans des fosses ou des silos de La Tène ancienne ou plus largement de la Protohistoire, distants de plus de 50 m, par quelques restes isolés qui ne peuvent pas être rapprochés de ceux de la fosse F 2061. Dans ce contexte, et au vu de l’emprise restreinte de cette fouille, nous ne pouvons pas savoir quel sort a été réservé aux autres fragments de ces deux carcasses. Ces hypothèses de reliquats de décomposition d’animaux et de rejets secondaires souffrent en outre du manque de comparaisons. Elles demanderont à être confirmées ou infirmées par les recherches futures.

1.3. Discussion

11La fosse F 2061 de Pithiviers pourrait être la première véritable fosse « à profil en Y » découverte dans le secteur « Loire-Beauce-Gâtinais ». L’originalité de cet aménagement dans ce secteur de la région Centre a valu de le fouiller intégralement manuellement, une approche peu courante sur ce genre de structure presque toujours coupée mécaniquement. Cette fouille fine a permis non seulement d’apprécier la qualité de cet aménagement, creusé plutôt soigneusement, mais elle a aussi autorisé l’observation de restes fauniques dans le comblement inférieur. La nature de ces restes soulève de nombreuses interrogations quant à la fonction de cette fosse ; les éléments squelettiques et leur état de conservation suggèrent en effet des reliquats d’au moins une carcasse de cheval décomposée et prélevée et d’un dépôt secondaire d’une mandibule de sanglier. Dans ce sens, cet assemblage révèlerait des gestes particuliers dont nous n’avons pas, à notre connaissance, de comparaison archéologique ou ethnographique. Seule une approche globale et approfondie des divers assemblages osseux issus de ces fosses « à profil en Y », entreprise ces dernières années, confirmera ou infirmera l’hypothèse de ces pratiques. L’absence de mobilier véritablement datant est un frein à la compréhension de cet aménagement. La proximité d’une autre fosse particulière d’orientation assez similaire (F 2064) ne suffit pas à associer cette structure à l’occupation du premier âge du Fer, peu importante sur la fouille. Le voisinage des vestiges de La Tène ancienne rend par ailleurs possible une datation plus récente. Il peut également être envisagé que cet aménagement ne soit associé à aucune des occupations mises au jour dans cette zone ; l’isolement des fosses « à profil en Y » et dérivés est une caractéristique qui a déjà été notée (Marcigny, Riquier, 2009). En définitive, il paraît plus prudent de s’en tenir à ce constat : la fosse n’est pas datée et seules des datations14C pourraient pallier cette lacune.

2. La structure F 2064

2.1. Dimensions, profil et comblement

12La fosse F 2064 se situe à une dizaine de mètres au sud-ouest de la fosse F 2061 (fig. 2). Il s’agit d’un des trois aménagements clairement datés du Hallstatt moyen découverts sur le site (Dubuis, 2010). Les deux autres structures se situent, pour l’une à quelques mètres à l’ouest de la fosse F 2061, pour l’autre à plus de 120 m à l’ouest. La fosse en question a été fouillée en deux temps ; une première coupe a été pratiquée manuellement, dans l’axe longitudinal ; la moitié restante a été vidangée mécaniquement, sauf le comblement terminal riche en mobilier.

13Il s’agit d’une fosse de grandes dimensions, de forme sub-quadrangulaire en surface. Cet aménagement, orienté nord-est – sud-ouest, atteint 2,83 m de longueur et 2,34 m de largeur, pour une profondeur de 1,50 m (fig. 8). Le profil longitudinal est à fond plat et parois inclinées.

14Contrairement à la fosse 2061, aucun décrochement de parois n’est observé et le fond est ici beaucoup plus large, avec 1,80 m de longueur pour 0,78 m de largeur. L’aménagement du fond de la fosse est donc pratiquement rectangulaire et ressemble à la morphologie et à la taille d’une fosse sépulcrale (fig. 9).

15La plus grande partie du comblement est composée d’un limon hétérogène gris contenant de nombreux paquets de limon brun décarbonaté (paquets d’érosion) (US. 20176) ; ce niveau est pratiquement exempt de mobilier. L’unité suivante, côté nord-est (US. 20177), est composée d’un limon brun-beige homogène et relativement compact. Au-dessus, s’étend un épais niveau de limon hétérogène gris à beige compact (US. 20178). Le comblement terminal, US. 20179, se distingue par la présence de rejets céramiques abondants dans une matrice limoneuse gris foncé, détritique et cendreuse, comportant quelques pierres calcaires chauffées.

2.2. Le mobilier

16La fosse F 2064 se distingue surtout par l’abondance du mobilier présent dans son comblement terminal. Le mobilier céramique, étudié par J.-P. Gay (Inrap CIF), se compose de 326 restes rattachables à la transition Hallstatt C-D1. Le matériel correspond à une quarantaine d’individus et paraît peu fragmenté. La pâte commune domine mais n’est pas la seule représentée. La majorité des profils correspond à des formes basses (fig. 10), essentiellement représentées par des gobelets et des jattes. Ces dernières, plus nombreuses et plus variées, supportent souvent des cannelures bien horizontales (fig. 10). L’une d’entre elles présente un décor de cupule.

Fig. 8. Plan et coupe longitudinale de la fosse F 2064.

Fig. 9. Vue zénithale vers le sud-est de la fosse F 2064 après fouille (crédit S. Foisset, Inrap).

Fig. 10. Le mobilier de la fosse F 2064 (céramique : D.A.O. J.-P. Gay ; lithique : dessin B. Dubuis).

17Les gobelets, tout comme les jattes de la fosse F 2064, trouvent des parallèles avec les ensembles de Gironville « les Vinotières » datés du Hallstatt C récent (Simonin et alii, 2009, p. 384-387). L’examen de la série conduit à placer le comblement de l’aménagement au Hallstatt C récent ou D1 ancien. D’après D. Simonin qui a pu regarder le mobilier en question, celui-ci peut-être rapproché de la phase D1 ancienne de Gironville.

18La faune n’est représentée que par deux restes mal conservés. Le seul élément mobilier remarquable, autre que les céramiques, est un broyon fabriqué dans une masse de poudingue (fig. 10). On note également la présence d’un déchet de fer pouvant correspondre à une chute de barre, ce qui est somme toute peu courant dans un contexte aussi ancien.

Conclusion

19La fosse F 2061 est sans conteste un nouvel et bel exemple de fosse « à profil en Y » qui illustre un phénomène peu répandu régionalement. L’examen des rapports émis par l’Inrap en région Centre et les concertations échangées avec les différents collègues intervenant dans la région conduisent à définir le phénomène en question comme pratiquement absent de cette même région. Seule la fouille du site de Sublaines, « Le Grand Ormeau » (Indre-et-Loire), a livré deux fosses à profil particulier dans une zone de vestiges attribués à l’Âge du Bronze (Frénée dir., 2008). La présence de restes de faune très particuliers à Pithiviers, témoignant probablement au moins de la décomposition d’un cheval, conduisent à s’interroger sur la fonction de la fosse. Les hypothèses sont cependant bien limitées par l’absence de comparaison archéologique ou ethnographique et par l’absence d’une datation.

20Le second aménagement, s’il n’entre pas pleinement dans la définition des fosses en « Y » et dérivés, constitue une forme peu commune de fosse de grande dimension. Celle-ci, associée à quelques aménagements datés du Hallstatt C ou D1 (bien que le matériel datant ait été trouvé exclusivement dans le comblement terminal), se distingue des fosses de stockage connues à cette époque. Bien que de dimensions plus grandes que la fosse F 2061, en particulier dans sa partie basse, cet aménagement ne peut-il pas lui aussi illustrer une nouvelle forme de fosses profondes à la fonction tout aussi indéterminée que les fosses « à profil en Y, V et W » ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barone R. 1976, Anatomie comparée des mammifères domestiques. T. 1, Ostéologie, Paris, éd. Vigot, 2 vol.

Dubuis B. dir., 2010, Des occupations rurales de l’Âge du Fer, Pithiviers, Loiret, déviation de la route nationale d’intérêt local 152 : zone 1 ‘Vieux Chemin d’Étampes’, zone 2 ‘Bois Médor’, Rapport d’opération de fouilles archéologiques, Saint-Cyr-en-Val, Inrap, 427 p.

Frénée E. dir., 2008, A85, Sublaines ‘Le Grand Ormeau’ (Indre-et-Loire), Rapport final d’opération de fouille archéologique préventive, Pantin, Inrap, SRA Centre, 3 vol., 1613 p.

Marcigny C., Riquier V. avec coll. Achard-Corompt N., Auxiette G., Desbrosse V., Fechner K., Guesquière E., Giazzon D., Moreau C., Vanmoerkerke J., 2009, « Les sites à ‘fosses en V-Y’ : émergence d’une problématique et d’un réseau au niveau national », Archéopages, t. 1 25, p. 69-77.

Méniel P., 1992, Les sacrifices d’animaux chez les Gaulois, Paris, éd. Errance, 147 p. (Coll. des Hespérides).

Pales L., Garcia M. A., 1981, Atlas ostéologique pour servir à l’identification des mammifères du Quaternaire, Paris, éd. du CNRS, 2 vol.

Simonin D., Frénée E., Froquet H., 2009, « Évolution typologique de la céramique de la fin de l’Âge du Bronze au milieu du premier Âge du Fer dans le Gâtinais occidental et la région orléanaise », in : Chaume B. dir., La céramique hallstattienne : approches typologique et chrono-culturelle, Actes du colloque international de Dijon, 21-22 nov. 2006, Dijon, Éditions univ. de Dijon, p. 365-400 (Coll. Art, archéologie et patrimoine).

Annexes

TWO PARTICULAR PITS AT PITHIVIERS “BOIS MÉDOR” (LOIRET)

Bastien Dubuis, Grégory Bayle, with the collaboration of Jean-Philippe Gay

Abstract

In 2008, an archaeological diagnostics performed by Inrap on the road that will bypass north of the city of Pithiviers in the Loiret department has permitted the discovery of previously unknown traces of a Late Iron Age settlement. The subsequent excavations have allowed spatial and temporal approach of this widely dispersed though loosely populated settlement. A first stage is indicated by some pits assigned to the Middle Hallstatt period. A second stage, much more dispersed, is dated to the Early La Tène period. The latter is mostly represented by storage features, silos and above-ground granaries. Several deposits of human bones have been discovered in some of these features. Next to a storage area used during both the Early and Late Iron Age, two particular pits have been excavated, oriented roughly in the east-west direction and at a distance of about fifteen meters apart.

The easternmost pit shows a “Y”-section that permits to incorporate it fully into the group of pits with “V – W – Y-sections” of which the functions are debated here. This feature did not contain any datable material. On the other hand, the filling at bottom, rather rich in humus enclosed an assemblage of faunal remains which is unique through the presence of game (boar) and horse bones. The questions raised by the presence of these bones concern the function of this pit related to hunting and cult practices.

The second pit, located more to the west, shows a rectangular section which resembles, if it had not such large dimensions, a sepulcral pit. The width at bottom differs from the current dimensions of various pits with Y-or U-section. The major part of the filling is findless but the uppermost filling, containing very rich pottery material, allows dating the abandonment of this pit to the Hallstatt C-D1 period. The particular morphology of these constructions, their closeness to each other and their similar orientation make them likely to be contemporaneous. The presence of striking faunal assemblages in the one and of abundant pottery remains in the other feature are a phenomenon yet very rarely observed in the Centre region.

ZWEI BESONDERE GRUBEN AUS PITHIVIERS „BOIS MÉDOR“ (LOIRET)

Bastien Dubuis, Grégory Bayle, unter Mitarbeit Jean-Philippe Gay

Zusammenfassung

Im Jahr 2008 fanden auf der Trasse der geplanten Umgehungsstrasse nördlich der Stadt Pithiviers Voruntersuchungen durch das INRAP statt. Dabei wurden bislang unbekannte Besiedlungsspuren der Älteren Eisenzeit entdeckt. Die im Anschluss daran durchgeführten Ausgrabungen ermöglichten es, diese ausgedehnte, aber locker gestreute Besiedlung räumlich und zeitlich einzugrenzen. Eine erste Besiedlungsphase wird durch mehrere Gruben, die in die mittlere Hallstattzeit datieren, angezeigt. Eine zweite, weiter ausgedehnte Besiedlungsphase datiert in die Frühlatènezeit. Silos und abgehobene Speicherbauten deuten auf einen Speicherplatz hin. In mehreren dieser Strukturen wurden Depots von Menschenknochen entdeckt. In der Nähe dieses Speicherplatzes, der sowohl in der Älteren als auch der Jüngeren Eisenzeit genutzt wurde, wurden zwei besondere, annähernd Ost-West orientierte Gruben ausgegraben. Sie lagen etwa fünfzehn Meterauseinander.

Die am weitesten östlich gelegene Grube zeigt einen „Y “-förmigen Querschnitt. Dies ermöglicht es, sie vollends in die Gruppe der „V – W – Y-Gruben“ einzuordnen, deren Funktion hier diskutiert wird. Diese Struktur hat kein datierbares Material geliefert, aber in der obersten, relativ humusreichen Verfüllungsschicht fand sich ein Tierknochenensemble, das durch das Vorhandensein von Wildtieren (Wildschwein) und Pferd einen besonderen Charakter hat. Die durch die Präsenz dieser Knochen aufgeworfenen Fragen fügen sich voll und ganz in die Tagungsproblematik zur Funktion der Gruben im Zusammenhang mit Jagd und Kultpraktiken.

Die zweite, weiter westlich liegende Grube weist einen kistenförmigen, rechteckigen Querschnitt auf, der abgesehen von seiner beachtlichen Größe mit einer Grabgrube verglichen werden könnte. Die Sohlenbreite weicht von den üblichen Abmessungen der verschiedenen Gruben mit «Y» - oder „U“-förmigem Querschnitt ab. Der Hauptteil der Verfüllung erwies sich als steril, die oberste Verfüllungsschicht erbrachte jedoch reiche Keramikfunde, die es erlauben, die Aufgabe dieser Grube in die Phase Hallstatt C-D1 zu datieren.

Die besondere Form dieser Strukturen, ihre Nähe zueinander, die ähnliche Ausrichtung, sind Elemente, die ihr gleichzeitiges Bestehen möglich machen. Das Vorhandensein von besonderen Tierknochenensembles in dem einen Fall, von zahlreichen Keramikresten im anderen Fall, machen diese beiden Gruben zu einem in der Region Centre noch sehr wenig beobachteten Phänomen.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation de la découverte en France et en région Centre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 2. Plan des fouilles du site « Bois Médor » avec la localisation des fosses F 2061 et F 2064.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 3. Plan, coupe transversale et profil longitudinal de la fosse F 2061.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 4. En A, vue oblique vers l’est de la coupe transversale de la fosse F 2061 ; en B, vue oblique vers l’est après fouille intégrale ; en C, vue zénithale de la fosse fouillée intégralement (crédits B. Robin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 5. Les éléments du cheval de F 2061 resitués sur un squelette. Dessin : M. Coutureau (Inrap) d’après Barone, 1976.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 6. Mandibule du sanglier dans la fosse F 2061 (cliché B. Robin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 7. Éléments du sanglier de F 2061 resitués sur un squelette (les éléments de bas de patte pourraient correspondre aussi bien à une patte antérieure que postérieure). Dessin : M. Coutureau (Inrap) d’après Pales, Garcia, 1981.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 8. Plan et coupe longitudinale de la fosse F 2064.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 9. Vue zénithale vers le sud-est de la fosse F 2064 après fouille (crédit S. Foisset, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 10. Le mobilier de la fosse F 2064 (céramique : D.A.O. J.-P. Gay ; lithique : dessin B. Dubuis).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6424/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search