Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Les industries du silex du secteur Seine-Yonne : caractéristiques régionales et évolution

Anne Augereau

Texte intégral

Je remercie P. Lozouet et J.-M. Séguier qui ont réalisé une première lecture de ce manuscrit. Ma profonde gratitude va à J. Pélegrin pour ses utiles remarques et commentaires.

1Afin de replacer cette étude dans le thème du colloque, « la Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? », voici un rapide rappel du cadre chrono-culturel établi d’après les données de la céramique. La question des relations du Sud-Est du Bassin parisien avec différentes sphères géographiques se pose à plusieurs étapes du Néolithique régional :

  • Les hypothèses sur les voies de colonisation du Sud-Est du Bassin parisien sont variées (Constantin, 1985 ; Prestreau, Duhamel, 1988...), mais la documentation disponible reste à ce jour trop partielle pour prendre position. En revanche, la séquence suivante, le Villeneuve-Saint-Germain, est mieux documentée. Ce groupe fait actuellement l’objet d’une discussion sur sa situation chronologique et culturelle par rapport au Rubané récent. Constantin notamment (1985), est attaché à la thèse d’une succession chronologique des deux groupes. Cependant, dans le Sud-Est du Bassin parisien, et plus particulièrement dans l’Yonne, l’hypothèse d’une contemporanéité de la phase ancienne du Villeneuve-Saint-Germain (Villeneuve-la-Guyard) avec le Rubané récent du Bassin parisien apparaît vraisemblable sur la base des dates radiocarbones disponibles et de la présence de céramique du Limbourg (Prestreau, Duhamel, 1988).

  • En ce qui concerne le Cerny, il semble acquis qu’il soit issu des groupes épi-rubanés. Mais les hypothèses divergent quant à l’interprétation des différents faciès en présence. Pour D. Mordant (1980 et 1986a) et à sa suite Duhamel et Prestreau (1988 et 1991), partisans de l’hypothèse diachronique, ces faciès traduiraient des apports successifs d’éléments novateurs. Ce phénomène serait déjà perceptible avec l’enceinte des Pâtures à Châtenay, où l’on constate l’apparition d’un élément nouveau majeur, l’enceinte, bien avant le Chasséen. Le groupe de Cerny-Barbuise, postérieur, se justifie par la combinaison de matériaux méridionaux type Wauwill (armature à retouche couvrante, plats à pain, anses en oreille...) et septentrionaux type Berry-Menneville (dégraissant à l’os, formes céramiques basses, décor au peigne à dents mal dégagées...). C. Constantin (1985) voit dans les différents aspects du Cerny des faciès géographiques et/ou chronologiques.

  • Enfin le groupe de Noyen, défini par D. Mordant (1982 et 1986b), se caractérise par l’amalgame d’éléments méridionaux chasséens (marmites) et septentrionaux Michelsberg (vases à col) avec le fond Cerny. Ce groupe suscite actuellement une controverse sur sa position au sein des cultures chalcolithiques du Bassin parisien : s’agit-il d’un groupe culturel à part entière caractérisant une micro-région comme le pense D. Mordant ? Ou représente-t-il le front de pénétration méridional de la culture de Michelsberg ?

2Finalement, deux questions essentielles ressortent de ces débats :

  1. Le processus de néolithisation dans le temps du secteur Seine-Yonne et des stimuli ayant présidé à l’évolution du premier Néolithique régional pose le problème de la nature et de la chronologie des contacts avec la sphère septentrionale (groupes danubiens et Rubané).

  2. La mise en évidence des particularités régionales du déploiement de la chalcolithisation qui est un phénomène sensible à l’échelle européenne (Lichardus et alii, 1985 ; Dubouloz, 1991). C’est de l’émergence du groupe de Cerny dont il est question ici et de ses relations génériques avec des groupes régionaux proches ou lointains, eux-mêmes liés à des entités européennes plus vastes (Chasséen, Épi-Rössen). Le processus de mutations socio-économiques qu’il amorce, trouvera son avènement avec le groupe de Noyen.

3Dans ce contexte et en correspondance avec la grille chrono-culturelle établie à partir de la stylistique céramique, les études lithiques représentent un élément essentiel pour la compréhension de ces phénomènes sous l’angle techno-économique.

4Le corpus étudié, près de 97 000 artefacts en silex, provient de structures archéologiques dont le point commun est leur utilisation secondaire en dépotoir. Il s’agit (fig. 1) :

  • pour les phases anciennes du Villeneuve-Saint-Germain, du matériel issu des fosses jouxtant les habitations des villages de Balloy « Les Réaudins » (Seine-et-Marne, fouille D. Mordant ; Mordant, 1991), de Villeneuve-la-Guyard « Les Falaises de Prépoux » (Yonne, fouille P. Duhamel et M. Prestreau ; Duhamel, Prestreau, 1986) et de Passy « Les Graviers » (Yonne, fouille H. Carré ; Carré, 1984) ;

  • pour les phases récentes de ce même groupe, des assemblages de Barbey « Le Chemin de Montereau » (Seine-et-Marne, fouille S. Renaud) et de Passy « La Sablonnière » (Yonne, fouille H. Carré ; Carré, 1984) ;

  • pour le Cerny, des séries provenant des fossés d’enceinte de Châtenay « Les Pâtures » (Seine-et-Marne, fouille P. Gouge ; Gouge et alii, à paraître), de Balloy « Les Réaudins » (Seine-et-Marne, fouille D. Mordant ; Augereau, Mordant, 1993) et Barbuise-Courtavant « Les Grèves de Frécul » (Aube, fouille J. Piette ; Piette, 1974 et 1989) ;

  • pour le groupe de Noyen, des ensembles provenant des fosses fd du barrage de Noyen (Seine-et-Marne, fouille C. et D. Mordant) et de l’enceinte de Grisy (Seine-et-Marne, fouille C. et D. Mordant).

Fig. 1. — Carte de répartition des sites étudiés.
Étoiles : habitats du groupe de Villeneuve-Saint-Germain : 4. Balloy ; 6. Villencuve-la-Guyard ; 7. Passy ; 8. Barbey. Cercles vides : enceintes du Néolithique moyen I (groupe de Cerny) : 1. Barbuise-Courtavant ; 5. Châtenay ; 4. Balloy. Cercles pleins : retranchements du Néolithique moyen II (groupe de Noyen) : 2. Noyen ; 3. Grisy.

ÉVOLUTION DES MÉTHODES ET DES TECHNIQUES DE TAILLE

IMPORTANCE CROISSANTE DU DÉBITAGE D’ÉCLATS

5Les industries se caractérisent dès le Villeneuve-Saint-Germain le plus ancien, par une proportion de débitage d’éclats fortement majoritaire par rapport aux méthodes laminaires (en termes de quantité de restes et de produits). Celui-ci, essentiellement réalisé dans la matière première locale (silex de la craie campanienne), est exécuté au percuteur dur avec une préparation qui se limite à l’ouverture d’un plan de frappe. La taille s’effectue à l’avenant, jusqu’à exhaustion, et donne des produits courts et assez épais à forts talons en aile d’oiseau et des nucléus polyédriques. Ce type de taille, représenté déjà par environ 75 % des artefacts en silex pour les phases les plus anciennes, va prendre une importance croissante au cours de la période. Au groupe de Noyen, elle deviendra presque l’unique méthode de débitage en vigueur.

6Corrélativement, les méthodes de débitage laminaire voient leur importance diminuer progressivement à la fin du Villeneuve-Saint-Germain pour disparaître à la transition Cerny/groupe de Noyen. Ce fait est particulièrement sensible dans la proportion de supports laminaires par rapport aux supports éclats parmi les pièces retouchées (fig. 2) : Balloy-VSG possède 27,4 % d’outils sur lame, Passy « La Sablonnière » n’en compte plus que 12,1 % et enfin l’enceinte Cerny-Barbuise de Balloy n’en a livré que 4,7 %. Quant aux quelques pièces de Noyen fd, il s’agit d’éclats laminaires et non pas de lames vraies. Aucun reste de débitage laminaire n’a d’ailleurs été retrouvé.

Fig. 2. — Proportion des supports laminaires et des supports éclats parmi les outils sur produits de débitage du Villeneuve-Saint-Germain ancien au groupe de Noyen.
BAL : Balloy « Les Réaudins » habitat Villeneuve-SaintGermain ; VLG : Villeneuve-la-Guyard ; PGR : Passy « Les Graviers » ; CDM : Barbey « Le Chemin de Montereau » ; PAT : Châtenay « Les Pâtures » ; BAR : Barbuise-Courtavant ; LRE : Balloy « Les Réaudins » enceinte Cerny ; GRI : Grisy ; NOY : Noyen fosses fd.

7Il faut souligner que cette importance grandissante de l’industrie de l’éclat est une caractéristique propre au Sud-Est du Bassin parisien. En effet, dans le Nord et notamment dans la vallée de l’Aisne, ce sont les outils sur lame qui sont quantitativement dominants dans les industries Rubané récent du Bassin parisien et Villeneuve-Saint-Germain (près de 65 % d’outils sur lame ; Plateaux, 1987-1990 ; Charier, 1986). De plus, on y note la pérennité d’une importante composante laminaire pour les périodes chalcolithiques (Dubouloz, 1988 ; Augereau, Hamard, 1991).

ÉVOLUTION DES CHAÎNES OPÉRATOIRES DE DÉBITAGE LAMINAIRE

8L’industrie de la lame suppose par essence plus d’investissement technique que l’industrie de l’éclat, techniquement simple. C’est pourquoi, même si elles sont quantitativement minoritaires au sein des séries danubiennes et épidanubiennes du secteur, on enregistre des tendances évolutives significatives dans la caractérisation des chaînes opératoires laminaires, de l’approvisionnement en matières siliceuses aux produits finis. La manifestation la plus évidente est une augmentation de la longueur des lames au cours de la période (fig. 3).

Les phases anciennes du Villeneuve-Saint-Germain

9Les séries de Villeneuve-la-Guyard, mais surtout de Balloy et de Passy « Les Graviers », présentent une certaine homogénéité dans la chaîne opératoire laminaire (fig. 4). Il s’agit d’une industrie de petites lames assez régulières, n’excédant pas 85 mm de longueur pour les moyennes suivantes : 53 x 18 x 5,5 mm. Elles sont en majorité débitées par percussion indirecte dans le silex local. Les nucléus sont soigneusement préparés par la réalisation de crêtes frontales et/ou latérales et le plan de frappe est aménagé par l’enlèvement de petits éclats centripètes.

10À côté du silex local, on remarque qu’une partie non négligeable des lames très régulières a été débitée dans un silex de grain très fin, à patine gris-beige dont l’origine reste encore indéterminée, mais n’est probablement pas locale. La production de lames dans ce silex a fait l’objet d’un traitement particulièrement minutieux. Enfin, quelques lames ont été débitées dans un silex éocène (Bartonien), mais aucun reste de taille dans cette matière n’a été repéré.

11On signalera, pour mémoire, que la série de Villeneuve-la-Guyard s’éloigne légèrement de ce schéma, par exemple dans les modes de préparation des nucléus qui sont moins soignés. Les hypothèses pour expliquer les particularités de cette série sont actuellement en cours d’élaboration.

12Les industries laminaires du Rubané récent du Bassin parisien (Plateaux, 1981, 1987 et 1990) et de l’Omalien belge (Cahen et alii, 1986 et 1987) sont technologiquement proches de celles du Villeneuve-Saint-Germain ancien du Sud-Est du Bassin parisien. En effet, si on fait abstraction de la faible représentation numérique des témoins laminaires dans les séries du secteur Seine-Yonne, les modules des produits laminaires, la morphologie des nucléus épuisés et leurs modes de préparation sont comparables, de même que la technique de débitage (percussion indirecte). Une certaine analogie serait également à envisager avec les séries de la céramique linéaire de Rhénanie (Lorh, Zimmermann, 1977 ; Schietzel, 1965) et du Limbourg hollandais (Bohmers, Bruijn, 1958-1959 ; Newell, 1970).

Fig. 3. — Distribution des dimensions des lames brutes du Villeneuve-Saint-Germain ancien au Cerny-Barbuise. BAL : Balloy « Les Réaudins » habitat Villeneuve-Saint-Germain ; VLG : Villeneuve-la-Guyard ; PGR : Passy « Les Graviers » ; CDM : Barbey « Le Chemin de Montereau » ; LRE : Balloy « Les Réaudins » enceinte Cerny.

Les phases récentes du Villeneuve-Saint-Germain

13À Barbey « Le Chemin de Montereau », la principale innovation relevée est l’apparition de belles lames en silex tertiaire (jusqu’à 111 mm de longueur, fig. 5, no 6), probablement fabriquées hors place (pas de restes), comparables à celles recueillies dans les sites à proximité des affleurements éocènes (Echilleuses, Simonin, 1988 ; Jablines, Bostyn et alii, 1991). Les processus de débitage en silex local et en silex indéterminé ne diffèrent pas sensiblement de ce que l’on connaît auparavant.

14À Passy « La Sablonnière », qui correspond à l’extrême fin du Villeneuve-Saint-Germain, les grandes lames régulières en silex tertiaire existent également. On enregistre en outre une nette augmentation de la longueur moyenne des lames en silex local (moyenne = 65,8 mm contre 53 mm pour le Villeneuve-Saint-Germain ancien) ainsi qu’un amoindrissement dans la qualité des opérations de préparation des nucléus correspondants (fig. 5). Réciproquement, les produits laminaires sont moins réguliers.

15Ces dernières caractéristiques annoncent déjà celles mises en évidence pour les séries Cerny (cf. infra.).

16Il est à noter que les méthodes laminaires, lors de ces phases récentes du Villeneuve-Saint-Germain régional, montrent des traits communs avec les industries du Villeneuve-Saint-Germain du Nord du Bassin parisien (Plateaux, 1987 et 1990) et du groupe de Blicquy en Hainaut occidental (Cahen et alii, 1986 et 1987) ; dans ces régions, les modules laminaires sont plus élevés et on voit l’apparition de grandes lames très régulières.

Le Cerny-Barhuise

17Plusieurs traits marquants, déjà évoqués par ailleurs (Augereau et alii, 1993), caractérisent le passage au Néolithique moyen :

  • à Balloy et à Barbuise, il faut d’abord noter l’arrêt de l’approvisionnement en matières siliceuses exogènes (silex tertiaire et silex indéterminé) ;

  • on constate aussi que les caractères du débitage laminaire changent. La préparation des nucléus est sommaire : on s’est contenté, dans la plupart des cas, de corriger légèrement, par crêtes partielles, les courbures naturelles des rognons choisis de préférence allongés. Ces caractéristiques sont probablement liées au choix de la technique de taille majoritaire : le percuteur dur. Son poids et sa dureté permettent en effet de conduire le débitage après une faible préparation des blocs, mais les produits laminaires offrent une morphologie irrégulière et des dimensions peu calibrées (fig. 6). Ainsi, on trouve à Balloy des lames de grande longueur de même qu’un taux important de pièces larges et épaisses, ce qui génère des moyennes assez élevées (pour les lames brutes de débitage : 62 x 23,7 x 8,1 mm). Cette pratique de débitage est également celle enregistrée à Étaples dans le Pas-de-Calais (Bostyn, 1986). Cependant, quelques lames échappent à ce diagnostic (fig. 6, no 13).

Fig. 4. — Industrie laminaire du Villeneuve-Saint-Germain ancien (Balloy « Les Réaudins »)
1. perçoir ; 2. armature de faucille ; 3, 5, 6, 8 et 10. grattoirs ; 4 et 7. burins ; 9. lame à retouche marginale ; 11, 12 et 13. lames brutes ; 14. nucléus.

Fig. 5. — Industrie laminaire du Villeneuve-Saint-Germain final.
6. grande lame en silex tertiaire de Barbey « Le Chemin de Montereau ». 1 à 3, 4 et 5, 7 à 9. Passy « La Sablonnière » ; 1 et 7. burins ; 2. grattoir ; 3. armature de faucille ; 4. lame retouchée ; 5. lame à retouche marginale ; 8. lame brute ; 9. nucléus.

18La simplification technologique dont témoignent les méthodes laminaires au Cerny exprimerait la dissolution de l’organisation techno-économique danubienne à laquelle paraissent se rattacher les industries des périodes anciennes. Ce processus, qui aboutira à une production quasi-exclusive d’éclats pour l’outillage domestique du groupe de Noyen, semble une caractéristique propre à cette région. Dans le Nord du Bassin parisien, on note en revanche, la perduration d’un débitage laminaire de haute technicité.

LA COMPOSITION DES OUTILLAGES

PIÈCE RETOUCHÉES SUR LAME

Les phases anciennes du Villeneuve-Saint-Germain

19La répartition par groupes fondamentaux des outils sur lame de Balloy, Passy « les Graviers » et Villeneuve-la-Guyard montre une certaine hétérogénéité (fig. 7). À Balloy et Passy ce sont les grattoirs qui dominent (aux alentours de 30 %) alors qu’à Villeneuve-la-Guyard ce sont les burins (20,2 %) et les armatures de faucille (19,7 %). La représentation de ces deux derniers groupes d’outils ainsi que celle des lames à retouche marginale abrupte est d’ailleurs variable d’un site à l’autre. L’abondance relative de lames et de lamelles à bords abattus semble être une caractéristique propre à Villeneuve-la-Guyard (17 pièces soit 9,8 %). Le taux d’armatures de flèche est en revanche assez constant (entre 6 et 8 %).

20L’attribution typologique détaillée des armatures de faucille montre une certaine cohérence et est comparable à celle établie pour le Rubané récent du Bassin parisien (Plateaux, 1981, 1987 et 1990) :

  • les troncatures simples obliques, avec ou sans base droite, sont les plus nombreuses comme dans les sites de l’Aisne (fig. 4, no 2). On rencontre également quelques troncatures obliques à dos courbe qui seraient plutôt spécifiques du Villeneuve-Saint-Germain dans le Nord du Bassin parisien ;

  • on note systématiquement la présence de bitroncatures trapézoïdales ou en segment de cercle, fréquemment en silex exogène (1 à 3 pièces par série). Dans les séries Rubané récent du Bassin parisien, elles constituent un type secondaire ;

  • enfin, les troncatures droites sont rares et à ce titre il faut rappeler que cette caractéristique représente un trait distinctif du Rubané récent du Bassin parisien par rapport aux groupes de la Céramique Linéaire (Plateaux, 1981).

21De même, les types de burins sont analogues à ceux enregistrés dans le Rubané récent du Bassin parisien (burins d’angle sur cassure ou sur troncature, fig 4, nos 4 et 7).

22Toutefois, les pièces esquillées sur lame sont rares, contrairement aux séries de la vallée de l’Aisne.

Les phases récentes du Villeneuve-Saint-Germain

23Le principal trait notable est une augmentation sensible du taux de burins qui atteint 40,5 % des outils sur lame à Barbey « Le Chemin de Montereau » et 25 % à Passy « La Sablonnière ». Parallèlement, les grattoirs sur lame deviennent rares (respectivement : 6 et 12 %). Ces observations ont été également relevées dans les séries Villeneuve-Saint-Germain de l’Aisne (Plateaux, 1990).

24Pendant cette phase, la typologie des armatures de faucille ne change pas significativement par rapport à celle des périodes anciennes (fig. 5, no 3). Cependant, parmi les burins, on constate l’apparition à Passy « La Sablonnière » de burins simples d’axe et de burins dièdres qui n’existaient pas auparavant. Ces types se rencontrent également à Trosly-Breuil en contexte Villeneuve-Saint-Germain de l’Aisne.

Le Cerny

25Dans le matériel de l’enceinte Cerny de Balloy, les types de troncatures spécifiques des séries d’obédience danubienne (armatures de faucille, mais également armatures de flèche) ont totalement disparu. Quatre troncatures distales, à retouche sinueuse, ont été rassemblées dans le groupe des armatures de faucille, mais elles n’ont rien de commun avec les types plus anciens (fig. 6, no 4).

Fig. 6. — Industrie laminaire du Cerny-Barbuise (Balloy « Les Réaudins » enceinte). 1, 7 et 10. burins ; 2, 5 et 8. grattoirs ; 3. lame retouchée ; 4. lame à troncature distale ; 6 et 9. lames à bord abattu ; 11. nucléus ; 12. lame brute ; 13. lame brute avec lustré latéral.

26Globalement, la variété des groupes d’outils sur lame est moins étendue qu’au Villeneuve-Saint-Germain. En revanche, la typologie du groupe des burins, qui correspond à la classe dominante (29,4 %), est plus diversifiée. On trouve en effet des burins doubles d’angle, sur troncature simple ou sur deux troncatures opposées, des burins d’axe sur troncature, sur cassure ou sans préparation (fig. 6, no 1), des burins dièdres (fig. 6, no 7) et un burin transversal. Les grattoirs (29,4 %) puis les lames à bord abattu (19,4 %) et les lames retouchées (10,9 %) constituent ensuite les groupes les plus représentés. Le restant des classes (troncatures, lames à retouche marginale, perçoirs...) réunit très peu d’individus (1 à 4 par classe).

27Pour conclure sur l’industrie de la lame, un parallélisme s’observe entre l’évolution de certains aspects de la production laminaire du Villeneuve-Saint-Germain du Sud-Est du Bassin parisien et celle du Rubané récent du Bassin parisien puis du Villeneuve-Saint-Germain de l’Aisne. En effet, on constate que :

  • pour les périodes les plus anciennes, les méthodes et la technique de débitage laminaire ainsi que les modules des produits sont comparables. Une augmentation de la dimension des lames et l’apparition de grandes lames régulières caractérisent pareillement l’évolution ultérieure de la production de la lame de ces deux secteurs ;

  • les types d’armatures de faucille, de burins et, on le verra, d’armatures de (lèche, caractéristiques du Rubané récent du Bassin parisien prédominent également dans le Villeneuve-Saint-Germain ancien du secteur Seine-Yonne. La diversification des types de burins dans les phases suivantes a été également enregistrée ;

  • la diminution du taux de grattoirs sur lame et l’augmentation de celui des burins au cours de la période ont été constatées dans les deux régions.

28Néanmoins, les pièces esquillées sur lame, particulièrement abondantes dans le Rubané récent du Bassin parisien, sont rares dans le Sud-Est du Bassin parisien.

29Par la suite, la production laminaire du Cerny marque une rupture nette avec les caractéristiques des séries précédentes, aussi bien dans l’approvisionnement en silex que dans les méthodes de taille et les produits retouchés. L’amorce de ce processus semble d’ailleurs assez précoce puisque dans le Villeneuve-Saint-Germain final de Passy « La Sablonnière » un changement dans les méthodes de débitage laminaire est déjà perceptible. L’idée de cette précocité se trouve en outre appuyée par les analyses de la composition des outils sur éclat et des armatures de flèche.

PIÈCES RETOUCHÉES SUR ÉCLAT

30L’industrie de l’éclat est dominée tout au long de la séquence par les grattoirs (sauf à Villeneuve-la-Guyard) qui atteignent 27,2 % (Barbey « Le Chemin de Montereau ») à 44,6 % (Barbuise-Courtavant) des séries (fig. 8).

31Les séries Villeneuve-Saint-Germain (fig. 9) présentent une forte proportion de denticulés (26,5 % à Balloy, jusqu’à 40,1 % à Barbey « Le Chemin de Montereau »). Un taux important de denticulés a été également remarqué dans l’Omalien de Belgique (Cahen et alii, 1986 et 1987), mais ils sont peu représentés dans le Rubané récent du Bassin parisien (Plateaux, 1990). À partir de la transition Villeneuve-Saint-Germain/Cerny, à Châtenay « Les Pâtures », ils chutent à moins de 11,1 % ; par la suite, ils n’excéderont pas 13,3 % de l’ensemble des pièces retouchées sur éclat.

Fig. 7. — Répartition par groupes fondamentaux des pièces retouchées sur lame du Villeneuve-Saint-Germain ancien (Balloy-VSG, Passy « Les Graviers », Villeneuve-la-Guyard). du Villeneuve-Saint-Germain moyen et final (Barbey « Le Chemin de Montereau », Passy « La Sablonnière ») et du Cemy-Barbuise (Balloy Cerny).

32L’étude diachronique de la composition des outillages sur éclat montre que certaines catégories caractéristiques du Néolithique moyen apparaissent en grand nombre dans le Villeneuve-Saint-Germain final de Passy « la Sablonnière » : il s’agit des grandes bitroncatures géométriques (éclats aménagés en tranchet par des retouches abruptes rectilignes sur les parties distale et proximale). Ce groupe y représente 13,2 % des pièces retouchées sur éclat, soit soixante-treize pièces (fig. 9, nos 14 et 15). Ce fait plaide de nouveau en faveur de l’hypothèse des prémices de la chalcolithisation dès la fin du Villeneuve-Saint-Germain.

33Ensuite, les assemblages d’outils sur éclat du Cerny (fig. 10) et du groupe de Noyen (fig. 11) sont relativement proches : dominance des grattoirs (entre 30 et 44,6 %), abondance des pièces à retouche irrégulière et des denticulés. Le restant des groupes réunit des effectifs inférieurs à 10 %.

34Il faut rappeler que l’industrie sur éclat est quantitativement majoritaire dès les phases anciennes du Villeneuve-Saint-Germain puisqu’elle réunit 73 % des outils sur produits de débitage à cette période et jusqu’à près de 100 % pour le groupe de Noyen. Curieusement, cette particularité existe dans la région dès le Mésolithique final, notamment dans le site d’occupation de berge de Noyen où l’outillage est essentiellement constitué de grattoirs sur éclat et de denticulés (Augereau, 1989a). La fabrication d’un outillage massif semble donc être une pratique ancienne dans ce secteur, ce qui ne semble pas être le cas dans le Nord du Bassin parisien. En conséquence, on peut avancer que, si des influences sont perceptibles dans les techniques et les types d’outils pour les périodes les plus anciennes du Néolithique (production laminaire du Villeneuve-Saint-Germain rappelant celles des groupes danubiens), il semblerait qu’elles se soient plutôt surimposées que réellement implantées dans ce secteur du Bassin parisien.

35En revanche, l’examen de certains groupes d’outils bien définis pour leur fonction comme les armatures de flèche, indique que les influences extérieures se sont mieux exprimées dans ces groupes d’objets particuliers.

UN CAS PARTICULIER : LES ARMATURES DE FLÈCHE

36On constate en effet des changements radicaux dans la typologie des armatures de flèche qui semblent synchrones des fluctuations des réseaux inter-culturels évoqués dans l’introduction.

Fig. 8. — Répartition par groupes fondamentaux des pièces retouchées sur éclat du Villeneuve-Saint-Germain ancien (Balloy-VSG, Passy « Les Graviers », Villeneuve-la-Guyard), du Villeneuve-Saint-Germain moyen et final (Barbey « Le Chemin de Montereau », Passy « La Sablonnière »), du Cerny ancien (Châtenay « Les Pâtures »), du Cerny-Barbuise (Balloy-Cerny. Barbuise-Courtavant) et du groupe de Noyen (Grisy et Noyen fosses fd).

37Au Villeneuve-Saint-Germain ancien (Balloy, Villeneuve-la-Guyard, Passy « Les Graviers »), il existe trois types d’armatures de flèche, tous sur lame, que l’on connaît classiquement dans les industries du Rubané (Aisne et Belgique) :

  • les armatures triangulaires asymétriques, les plus nombreuses, par bitroncature oblique, avec ou sans retouche inverse rasante de la base qui est rectiligne ou concave (fig. 12, nos 1, 2, 4, 7, 8 et 9) ;

  • les armatures trapézoïdales asymétriques par bitroncature oblique, avec ou sans retouche inverse rasante de la base qui est rectiligne ou concave (fig. 12, nos 3 et 6) ;

  • enfin, on trouve à Villeneuve-la-Guyard de petites armatures tranchantes par retouche directe abrupte (fig. 12, no 5) que l’on retrouve à Cuiry-lès-Chaudardes (Plateaux, 1990).

Fig. 9. — Pièces retouchées sur éclat du Villeneuve-Saint-Germain. A : Villeneuve-Saint-Germain ancien de Balloy « Les Réaudins » ; 1. éclat avec lustré ; 2. 6 et 7. grattoirs ; 3. pièce esquillée ; 4. éclat à retouche irrégulière ; 5 et 8. denticulés ; 7. pièce à retouche oblique. B : Villeneuve-Saint-Germain final de Passy « La Sablonnière » ; 9. pièce à retouche abrupte ; 10, 13 et 16. grattoirs ; 11. burin ; 12. pièce esquillée ; 14 et 15. grandes bitroncatures (éclats aménagés en tranchel).

Fig. 10. — Pièces retouchées sur éclat du Cerny-Barbuise (Balloy « Les Réaudins » enceinte). 1 à 3. grattoirs ; 4. perçoir 5. denticulé ; 6. burin ; 7. pièce esquillée ; 8. tranchet ; 9. grande bitroncature (éclat aménagé en tranchet).

38Au Villeneuve-Saint-Germain final de Passy « La Sablonnière », on rencontre quelques armatures triangulaires asymétriques plus irrégulières que les précédentes (fig. 13, nos 1 à 3). Mais l’innovation importante est l’apparition des premières armatures tranchantes sur éclat par retouche directe abrupte, assez irrégulières, annonciatrices des armatures du Cerny (fig. 13, nos 4 et 5).

39L’enceinte Cerny de Balloy a livré deux types d’armatures de flèche que l’on peut intégrer dans la catégorie des armatures dites tranchantes :

  • des armatures sur éclat façonnées par retouche directe abrupte par percussion (fig. 13, nos 6, 7 et 9). Elles sont majoritaires (65 % des armatures) ;

  • des armatures triangulaires ou trapézoïdales, sur éclat et plus rarement sur lame, à retouche bifaciale rasante probablement par pression (35 % des armatures ; fig. 13, nos 8 et 10).

40Ce dernier type est connu en contexte chasséen du Sud de la Bourgogne notamment à Chassey (Thevenot, 1991) et aussi dans les niveaux anciens du Chasséen septentrional de Boury-en-Vexin (Verret, 1987). Au Cerny, ce serait donc la sphère chasséenne qui semble prépondérante dans la conception des armatures de flèche.

41Enfin, le groupe de Noyen voit le développement d’armatures radicalement différentes ; il s’agit de pièces foliacées triangulaires ou amygdaloïdes, à base droite ou concave (fig. 14). La retouche par pression est attestée pour certaines d’entre elles. Ces types sont courants en contexte Néolithique Moyen Bourguignon (Piningre, 1984), mais également dans le Michelsberg de la vallée de l’Aisne (Augereau, Hamard, 1991).

42L’apparition de ces flèches perçantes, qui s’opposent aux tranchantes des périodes précédentes, semble un caractère culturel fort. D’autre part, l’adoption de cette invention, dont il faudra déterminer l’origine précise, par les populations du groupe de Noyen s’accompagne d’une expansion de la chasse au cerf (Tresset, 1988 ; Augereau et alii, 1993). L’explication historique de ce changement passera par la mise en perspective des approches culturelles, économiques et technologiques.

CONCLUSION ET DISCUSSION

43Arrivé au terme de cette étude, il apparaît que des impacts étrangers dans la fabrication des outillages néolithiques du secteur Seine-Yonne sont perceptibles et mesurables à travers deux aspects :

  1. tout d’abord, dans l’évolution des méthodes de débitage laminaire et les types d’outils correspondants du Villeneuve-Saint-Germain local qui rappelle celle constatée dans les secteurs clairement rattachés à la sphère danubienne : une certaine convergence existe effectivement avec la technologie et la typologie du Rubané récent du Bassin parisien et de l’Omalien belge (technologie et modules des produits laminaires, abondance des grattoirs sur lame, typologie des armatures de faucille, des burins sur lame et des armatures de flèche...). Dans la phase ultérieure, on enregistre dans l’ensemble de ces régions une augmentation de la longueur des lames, et l’apparition de grandes lames régulières de même que l’importance croissante des burins sur lame et des grattoirs sur éclat.

  2. dans l’évolution de la conception des armatures de flèche, ensuite, qui semble subir aux différentes étapes du Néolithique régional, les influences des diverses sphères participant à la constitution des groupes culturels locaux. L’ethnologie a amplement démontré la charge culturelle investie par la plupart des groupes humains dans la conception de leurs armes de chasse. On ne peut donc manquer de s’interroger sur les facteurs déterminants dans la manière dont les communautés ont forgé leur identité culturelle. L’axe d’étude qui se profile ici permettrait de préciser les modalités des échanges inter-culturels à travers la recherche de leurs manifestations matérielles.

44D’une manière plus générale, et sauf en ce qui concerne les armatures de flèche, ces influences s’implantent peu durablement ni profondément dans la conception globale de la fabrication des outillages. En premier lieu, on assiste à un abandon progressif des méthodes de débitage laminaire d’obédience danubienne, de toutes façons minoritaires dès les débuts du Villeneuve-Saint-Germain local. La transition Néolithique ancien/Néolithique moyen (Cerny) cristallise d’autre part une évolution divergente entre les technologies lithiques Nord et Sud dont les premiers signes apparaîtraient dès le Villeneuve-Saint-Germain final (Passy, « La Sablonnière »). Enfin, les industries sur éclat à dominance de grattoirs sont ici une caractéristique ancienne puisqu’elles existent dès le Mésolithique (occupation de berges de Noyen). Elles restent majoritaires pour devenir presque l’unique production au Néolithique moyen II (groupe de Noyen).

45Ubiquiste et d’une extrême simplicité technique, la production quasi-exclusive d’outils sur éclats, à laquelle aboutit ce processus, ne peut être considérée comme une caractéristique culturelle.

Fig. 11. — Pièces retouchées sur éclat du groupe de Noyen.
1, 3, 5. 6, 7, 9, 10, 11 et 13. Noyen fosses fd ; 2, 4, 8, 12 et 14. Grisy. 1. bord abattu ; 2, 3 et 6. grandes bitroncatures (éclats aménagés en tranchet) ; 4. pointe ; 5 et 14. pièces à retouche oblique ; 7, 9, 12 et 13. grattoirs ; 8. burin ; 11. pièce à retouche irrégulière.

Fig. 12. — Armatures de flèche du Villeneuve-Saint-Germain ancien. 1.5 et 9. Villeneuve-la-Guyard ; 2, 3 et 7. Balloy « Les Réaudins » ; 4. 6 et 8. Passy « Les Graviers ».

46Corrélée avec l’abandon des méthodes de débitage laminaire, elle suppose plutôt une modification dans l’organisation de la production des outillages en relation avec des changements d’ordre économique (adaptation de la fabrication des outils à la matière première et aux activités), culturel (affaiblissement progressif de la structure danubienne) et social (disparition de la production plus spécialisée du débitage par percussion indirecte au profit du débitage plus ordinaire par percussion directe qui fournit alors la majorité des outils). En effet, le débitage de lames par percussion indirecte du Villeneuve-Saint-Germain, contrastant avec le débitage d’éclats, nécessite des connaissances et des savoir-faire acquis par un apprentissage. Si l’on ajoute à cela la présence de silex exogène, on réunit les critères d’identification d’une production spécialisée économiquement selon les critères de V. Roux et J. Pélegrin (1989). Sa disparition présume une « déspécialisation » progressive de l’activité de débitage. La question de la représentation culturelle de la fabrication de l’outil de silex lui-même se trouve ainsi posée. Si on applique les notions établies par C. Perlés (1991), le Villeneuve-Saint-Germain se caractériserait par une économie des matières premières avec la coexistence de plusieurs chaînes opératoires dont une complexe (méthode laminaire) réalisée en partie dans des matières premières exogènes. L’abandon progressif de ce système pour arriver à une production indifférenciée de supports d’outils définie par une chaîne opératoire simple dans un silex local au groupe de Noyen, indiquerait que le groupe humain ne considère plus ce domaine de ses activités comme un vecteur de son identité ; à ses yeux, il est devenu purement fonctionnel. Mais il est à noter que certains types d’outils comme les armatures de flèche gardent une identité culturelle très typée.

Fig. 13. - Armatures de flèche du Villeneuve-Saint-Germain final (A : Passy « La Sablonnière ») et du Cerny-Barbuise (B : Balloy « Les Réaudins » enceinte).

Fig. 14. - Armatures de flèche du groupe de Noyen. 1, 2, 7. 9 et 10. Grisy ; 3, 4. 5. 6, et 8. Noyen fosses fd.

47Cette déperdition graduelle en charge culturelle de la fabrication de l’outil domestique participe au processus historique pan-européen caractérisé par une suite de transformations socio-économiques : le passage de la civilisation danubienne au Chalcolithique (Lichardus et alii, 1985). Finalement, cela revient à mettre en évidence, par l’étude des industries lithiques, les dynamiques d’adaptation aux conditions locales de ce nouveau mode de vie apporté par la colonisation néolithique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Augereau, 1989a = Augereau (A.), « L’industrie lithique de Noyen-sur-Seine : présentation de l’outillage », in : L’homme et l’eau au temps de la Préhistoire ; actes du 112e Congrès national des Soc. savantes, Lyon, 1987, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 191-202.

Augereau, 1989b = Augereau (A.), « L’outillage en silex du site néolithique de Barbuise-Courtavant (Aube) », Pré- et Protohistoire de l’Aube, Châlons-sur-Marne, éd. de l’A.R.P.E.P.P., p. 139-142.

Augereau, Hamard, 1991 = Augereau (A.), Hamard (D.), « Les industries lithiques du Néolithique moyen II des vallées de la Petite-Seine, de l’Aisne et de l’Oise », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 235-249 (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Augereau et alii, 1993 = Augereau (A.), Leroyer (C.), Tresset (A.), « La transition Néolithique ancien/Néolithique moyen dans la vallée de la Petite-Seine : contributions des études lithiques, zooarchéologiques et palynologiques », in : Le Néolithique au quotidien ; Actes du 16e colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, 1989, p. 94-105 (DAF, 39).

Augereau, Mordant, 1993 = Augereau (A.), Mordant (D.), « L’enceinte néolithique Cerny des Réaudins à Balloy (Seine-et-Marne) », in : Actes des Journées d’Archéologie d’Ile-de-France : paléo-environnement et actualités, Meaux, 1991, p. 97-109 (Mém. du Groupement Archéo. de Seine-et-Marne, 1).

Bohmers, Bruijn, 1958-1959 = Bohmers (A.), Bruijn (A.), « Statistische und graphische Methoden zur Untersuchung von Flintkomplexen. IV : Das lithische Material aus den bandkeramischen Siedlungen in den Niederlanden », Palaeohistoria, 6-7, Groningen, p. 183-211.

Bostyn, 1986 = Bostyn (F.), Les ateliers de débitage du site néolithique des Sablins à Étaples (Pas-deCalais), Mém. de maîtrise, Université de Paris I, 2 vol., 78 p. dactylo., 96 fig.

Bostyn et alii,, 1991 = Bostyn (F.). Hachem (L.), Lanchon (Y.), « Le site néolithique de « La Pente des Croupetons » à Jablines (Seine-et-Marne) : premiers résultats », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, éd. de l’A.R.P.E.P.P., p. 45-81.

Cahen et alii, 1986 = Cahen (D.), Caspar (J.-P.), Otte (M.), Industries lithiques danubiennes de Belgique, Liège, 88 p. (E.R.A.U.L., 21).

Cahen et alii, 1987 = Cahen (D.), Caspar (J.-P.), Otte (M.), « Industries lithiques danubiennes de Belgique », in : Chipped Stone Industries of Early Farming Cultures in Europe ; Actes du colloque de Varsovie, Archaeologia Interregionalis, Université de Cracovie, p. 247-330.

Carré, 1984 = Carré (H.), « Habitats danubiens Seine-Yonne : les maisons de Passy », in : Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du massif central ; Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, le Puyen-Velay, octobre 1981, p. 15-24 (C.R.E.P.A., cahier no 1).

Charier, 1986 = Charier (M.-A.), Missy-sur-Aisne « Le Culot » : étude d’un village rubané, Mém. de maîtrise, Université de Paris I, 2 vol., 99 pages dactylo.

Constantin, 1985 = Constantin (C.), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-rubané : le Néolithique le plus ancien en Hainaut et en Bassin parisien, 356 p., 294 fig., (BAR International Serie, 273).

Dubouloz, 1988 = Dubouloz (J.), Le Style de Menneville et les débuts du Chalcolithique dans la France du Nord, Thèse de Doctorat, Université de Paris I.

Dubouloz, 1991 = Dubouloz (J.), « Le village fortifié de Berry-au-Bac (Aisne) et sa signification pour la fin du Néolithique dans le Nord de la France », in : Zur Definition der Kupferzeit als historische Epoche ; Actes du Symposium international de l’Université de Saarbruken (R.F.A.), 6-11 novembre 1988, p. 420-440.

Dubouloz et alii, 1991 = Dubouloz (J.), Mordant (D.), Prestreau (M.), « Les enceintes néolithiques du Bassin parisien. Variabilité structurelle, chronologique et culturelle. Place dans l’évolution socio-économique du Néolithique régional. Modèles interprétatifs préliminaires », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 211-229 (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Duhamel, Prestreau, 1987 = Duhamel (P.), Prestreau (M.), « Les populations néolithiques du Bassin parisien », Archeologia, 230, décembre 1987, p. 54-65.

Duhamel, Prestreau, 1991 = Duhamel (P.), Prestreau (M.), « Témoins de contacts interculturels tardidanubiens dans le Sud-Est du Bassin parisien », in : Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 90-101 (Suppl. au Bull. de la Soc. Archéo. Scientifique et Littéraire du Vendômois).

Lichardus et alii, 1985 = Lichardus (J.), Lichardusitten (M.), Bailloud (G.), Cauvin (J.), La Protohistoire de l’Europe : le Néolithique et le Chalcolithique, Paris, PUF, coll. Nouvelle Clio, no 1 bis, 640 p.

Lorh, Zimmermann, 1977 = Lorh (H.), Zimmermann (A.), « Feuersteinartefakte », in : Kuper (R.), Lohr (H.), Luning (J.), Stehli (P.), Zimmermann (A.), Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 9, Gemeide Aldenhoven, Kreis Duren, Bonn, p. 131-266 (Rheinische Ausgrabungen, bd 18).

Mordant, 1980 = Mordant (D.), « Rapports entre le Cerny et les groupes de l’Est de la France », in : Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne ; Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Châlons-sur-Marne, mars 1979, éd. de l’Assoc. d’Études Préhistoriques et Protohistoriques de Champagne-Ardenne, p. 89-94 (Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no spécial).

Mordant 1982 = Mordant (D.), « Noyen et les enceintes de la Bassée : approche des questions culturelles », in : Le Néolithique de l’Est de la France ; Actes du colloque de Sens, 1980, Châlons-sur-Marne, p. 119-127 (Soc. Archéologique de Sens, cahier no 1).

Mordant, 1986a = Mordant (D.), « Aspects du Néolithique moyen I de la Petite-Seine », in : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.), dit.. Le Néolithique de la France : hommages à G. Bailloud, Paris, éd. Picard, p. 305-318.

Mordant, 1986b = Mordant (D.), « Le Néolithique moyen II dans le secteur Seine-Yonne », in : Pétrequin (P.), Gallay (A.), Le Néolithique moyen bourguignon (N.M.B.) ; Actes de la table ronde de Beffia, juin 1983, Genève, p. 105-113 (Archives Suisses d’Anthropologie Générale, 48, fasc. 2).

Mordant, 1991 = Mordant (D.), « Le site des Réaudins à Balloy (Seine-et-Marne) : premiers résultats », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, éd. de l’A.R.P.E.P.P., p. 33-43.

Newell, 1970 = Newell (R.R.), « The Flint Industry of Linearbandkeramik », in : Modderman (P.R.J.), Linearbandkeramik aus Elsloo und Stein, p. 144-183 (Analecta Praehistorica Leidensia, 3).

Perles, 1991 = Perles (C.), « Économie des matières premières et économie du débitage : deux conceptions opposées », in : 25 ans d’études technologiques en Préhistoire ; Actes de la 11e rencontre d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes-Juan-Les-Pins, 1990, éd. A.P.D.C.A., p. 35-45.

Piningre, 1986 = Piningre (J.-F.), « Les industries lithiques du Néolithique moyen bourguignon en Franche-Comté », in : Pétrequin (P.), Gallay (A.), Le Néolithique moyen bourguignon (N.M.B.) ; Actes de la table ronde de Beffia, juin 1983, Genève, p. 4953 (Archives Suisses d’Anthropologie Générale, 48. fasc. 2).

Plateaux, 1981 = Plateaux (M.), L’industrie lithique du Rubané Récent du Bassin Parisien du site de Cuiry-lès-Chaudardes, Mém. de maîtrise, Université de Paris I, 121 p. dactylo.

Plateaux, 1987 = Plateaux (M.), « L’industrie lithique des premiers agriculteurs dans le Nord de la France », in : Chipped Stone Industries of Early Farming Cultures in Europe ; Actes du colloque de Varsovie, Archaeologia Interregionalis, Université de Cracovie, p. 225-245.

Plateaux, 1990 = Plateaux (M.), « Quelques données sur l’évolution des industries du Néolithique danubien de l’Aisne », in : Cahen (D.), Otte (M.), Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 239-255 (E.R.A.U.L., 39).

Piette, 1974 = Piette (J.), « Le site néolithique des Grèves de Frécul à Barbuise-Courtavant (Aube) », Bull. du Groupement Archéologique du Nogentais, t. 10, p. 3-18.

Piette, 1989 = Piette (J.), « Le camp néolithique moyen (Cerny) de Barbuise-Courtavant (Aube) », Pré-et Protohistoire de l’Aube, Châlons-sur-Marne, éd. de l’A.R.P.E.P.P., p. 121-133.

Prestreau, Duhamel, 1988 = Prestreau (M.), Duhamel (P.), « Chronologie et cultures du Néolithique ancien et moyen en Bassin d’Yonne », Résumé des communications du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-en-Champagne, 1988, 7 p.

Roux, Pélegrin, 1989 = Roux (V.), Pélegrin (J.), « Taille des perles et spécialisation artisanale : enquête ethno-archéologique dans le Gujarat », Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 23-49 (Techniques et Cultures, 14, fasc. juillet-décembre).

Simonin, 1988 = Simonin (D.), « L’habitat néolithique des Dépendances de Digny I à Échilleuse, Loiret (premiers résultats) », in : Du Néolithique moyen II au Néolithique final au Nord-Ouest des Alpes ; Actes du 12e colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Lons-le-Saunier, octobre 1985, Lons-le-Saunier, p. 221-233.

Schietzel, 1965 = Schietzel (K.), Muddersheim : Eine Ansiedlung der jungeren Bandkeramik im Rheinland, Bonn, 155 p. (Fundamenta A, 1).

Thevenot, 1991 = Thevenot (J.-P.), « Remarques préliminaires sur l’industrie lithique des niveaux chasséens de Chassey (La Redoute) », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 251-259 (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Tresset, 1988 = Tresset (A.), Aspects zooarchéologiques d’une évolution culturelle, premières données sur la néolithisation dans le secteur Seine-Yonne, Mém. de DEA, Université de Paris I, 25 p. dactylo.

Verret, 1987 = Verret (D.), L’industrie lithique de l’habitat chasséen et S.O.M. de Boury-en-Vexin (Oise) : l’économie de la matière première, Mém. de maîtrise, Université de Paris I, 309 p. dactylo.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte de répartition des sites étudiés.Étoiles : habitats du groupe de Villeneuve-Saint-Germain : 4. Balloy ; 6. Villencuve-la-Guyard ; 7. Passy ; 8. Barbey. Cercles vides : enceintes du Néolithique moyen I (groupe de Cerny) : 1. Barbuise-Courtavant ; 5. Châtenay ; 4. Balloy. Cercles pleins : retranchements du Néolithique moyen II (groupe de Noyen) : 2. Noyen ; 3. Grisy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 2. — Proportion des supports laminaires et des supports éclats parmi les outils sur produits de débitage du Villeneuve-Saint-Germain ancien au groupe de Noyen.BAL : Balloy « Les Réaudins » habitat Villeneuve-SaintGermain ; VLG : Villeneuve-la-Guyard ; PGR : Passy « Les Graviers » ; CDM : Barbey « Le Chemin de Montereau » ; PAT : Châtenay « Les Pâtures » ; BAR : Barbuise-Courtavant ; LRE : Balloy « Les Réaudins » enceinte Cerny ; GRI : Grisy ; NOY : Noyen fosses fd.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 3. — Distribution des dimensions des lames brutes du Villeneuve-Saint-Germain ancien au Cerny-Barbuise. BAL : Balloy « Les Réaudins » habitat Villeneuve-Saint-Germain ; VLG : Villeneuve-la-Guyard ; PGR : Passy « Les Graviers » ; CDM : Barbey « Le Chemin de Montereau » ; LRE : Balloy « Les Réaudins » enceinte Cerny.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 4. — Industrie laminaire du Villeneuve-Saint-Germain ancien (Balloy « Les Réaudins »)1. perçoir ; 2. armature de faucille ; 3, 5, 6, 8 et 10. grattoirs ; 4 et 7. burins ; 9. lame à retouche marginale ; 11, 12 et 13. lames brutes ; 14. nucléus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 5. — Industrie laminaire du Villeneuve-Saint-Germain final.6. grande lame en silex tertiaire de Barbey « Le Chemin de Montereau ». 1 à 3, 4 et 5, 7 à 9. Passy « La Sablonnière » ; 1 et 7. burins ; 2. grattoir ; 3. armature de faucille ; 4. lame retouchée ; 5. lame à retouche marginale ; 8. lame brute ; 9. nucléus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 6. — Industrie laminaire du Cerny-Barbuise (Balloy « Les Réaudins » enceinte). 1, 7 et 10. burins ; 2, 5 et 8. grattoirs ; 3. lame retouchée ; 4. lame à troncature distale ; 6 et 9. lames à bord abattu ; 11. nucléus ; 12. lame brute ; 13. lame brute avec lustré latéral.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 7. — Répartition par groupes fondamentaux des pièces retouchées sur lame du Villeneuve-Saint-Germain ancien (Balloy-VSG, Passy « Les Graviers », Villeneuve-la-Guyard). du Villeneuve-Saint-Germain moyen et final (Barbey « Le Chemin de Montereau », Passy « La Sablonnière ») et du Cemy-Barbuise (Balloy Cerny).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 8. — Répartition par groupes fondamentaux des pièces retouchées sur éclat du Villeneuve-Saint-Germain ancien (Balloy-VSG, Passy « Les Graviers », Villeneuve-la-Guyard), du Villeneuve-Saint-Germain moyen et final (Barbey « Le Chemin de Montereau », Passy « La Sablonnière »), du Cerny ancien (Châtenay « Les Pâtures »), du Cerny-Barbuise (Balloy-Cerny. Barbuise-Courtavant) et du groupe de Noyen (Grisy et Noyen fosses fd).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 9. — Pièces retouchées sur éclat du Villeneuve-Saint-Germain. A : Villeneuve-Saint-Germain ancien de Balloy « Les Réaudins » ; 1. éclat avec lustré ; 2. 6 et 7. grattoirs ; 3. pièce esquillée ; 4. éclat à retouche irrégulière ; 5 et 8. denticulés ; 7. pièce à retouche oblique. B : Villeneuve-Saint-Germain final de Passy « La Sablonnière » ; 9. pièce à retouche abrupte ; 10, 13 et 16. grattoirs ; 11. burin ; 12. pièce esquillée ; 14 et 15. grandes bitroncatures (éclats aménagés en tranchel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 10. — Pièces retouchées sur éclat du Cerny-Barbuise (Balloy « Les Réaudins » enceinte). 1 à 3. grattoirs ; 4. perçoir 5. denticulé ; 6. burin ; 7. pièce esquillée ; 8. tranchet ; 9. grande bitroncature (éclat aménagé en tranchet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 11. — Pièces retouchées sur éclat du groupe de Noyen.1, 3, 5. 6, 7, 9, 10, 11 et 13. Noyen fosses fd ; 2, 4, 8, 12 et 14. Grisy. 1. bord abattu ; 2, 3 et 6. grandes bitroncatures (éclats aménagés en tranchet) ; 4. pointe ; 5 et 14. pièces à retouche oblique ; 7, 9, 12 et 13. grattoirs ; 8. burin ; 11. pièce à retouche irrégulière.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 12. — Armatures de flèche du Villeneuve-Saint-Germain ancien. 1.5 et 9. Villeneuve-la-Guyard ; 2, 3 et 7. Balloy « Les Réaudins » ; 4. 6 et 8. Passy « Les Graviers ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 13. - Armatures de flèche du Villeneuve-Saint-Germain final (A : Passy « La Sablonnière ») et du Cerny-Barbuise (B : Balloy « Les Réaudins » enceinte).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 14. - Armatures de flèche du groupe de Noyen. 1, 2, 7. 9 et 10. Grisy ; 3, 4. 5. 6, et 8. Noyen fosses fd.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/637/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 397k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search