Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Neuville-sur-Oise (Val-d’Oise) : un ensemble de cinq fosses profondes du Néolithique en contexte stratifié

Fabrice Marti, Romana Blaser, Cécilia Cammas, Hélène Civalleri, Laurent Delaunay et Bénédicte Souffi

Entrées d'index

Schlüsselwörter :

Jungneolithikum, Gruben, Wände, Schildkröten, Fisch

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

Localisation

1Le site est localisé à Neuville-sur-Oise (Val-d’Oise), « Chemin Fin d’Oise », sur les bords de l’Oise peu avant la confluence avec la Seine. L’ouest de l’Oise et le nord de la Seine sont les limites naturelles du Vexin français, tandis qu’à l’est de l’Oise commence la Plaine de France. Au sud de la Seine se situe le Mantois. Ces cours d’eau délimitent des frontières mais aussi deux axes de circulation privilégiés, nord/sud pour l’Oise et est-ouest pour la Seine.

2L’évolution géomorphologique de la vallée de l’Oise est assez bien connue grâce aux travaux réalisés par J.-P. Michel (1972 et 1973), P. Lebret et H. Halbout (Lebret, Halbout, 1991), F. Bostyn (Bostyn dir., 1999 ; Bostyn et alii, 2000) et V. Krier (2004). La Seine dans ce secteur est quant à elle connue essentiellement par les travaux de F. Lécolle (1987).

3La fouille est localisée au sud de Neuville, en bordure du lit de l’Oise, au niveau de la courbe de Maurecourt, à 2 km de la confluence avec la Seine. L’emprise se situe en rive droite, la rive gauche correspondant à la zone convexe de la boucle de Maurecourt, la plus érosive. À cet endroit, la plaine alluviale est particulièrement étroite (fig. 1). Les niveaux archéologiques se situent à une altitude de 23 m NGF à proximité de la rivière et à 29 m NGF en pied de versant, celui-ci limitant l’extension de la plaine alluviale à l’ouest. Le talus qui raccorde la vallée de l’Oise au plateau (47,50 m NGF) est relativement escarpé et façonné dans les calcaires du Lutétien moyen.

4D’après la carte géologique, le site est sous-tendu par les alluvions récentes (Fz) et des alluvions anciennes (Fy) développées plus à l’ouest. Celles-ci constituent la terrasse dite des 25 m.

Le site néolithique de Neuville

5La fouille du site de Neuville a livré une stratigraphie relativement dilatée et bien conservée dans la partie est, la plus proche du versant, où se succèdent sept phases d’occupation superposées : le Mésolithique, le Néolithique ancien, moyen, final, le premier Âge du Fer, le haut Moyen Âge et le bas Moyen Âge.

6La partie ouest est plus érodée et seules les structures en creux néolithiques, Âge du Fer et médiévales ont été perçues.

Fig. 1. Carte de localisation des interventions archéologiques.

7Les vestiges du Néolithique ancien reflètent deux courants culturels :

  • le Rubané, attesté par une sépulture d’enfant avec parure (spondyle) et une fosse au mobilier particulier (armature perçante, poinçon en os, céramique et bois de cerf) ; ces vestiges font de ce site l’un des témoignages les plus occidentaux de cette culture ;
  • le Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain est plus diffus. Il est représenté par un vase proche d’un foyer et des produits laminaires en silex secondaire.

8Le Néolithique moyen se concentre dans la zone sableuse du nord-est du site. Il se matérialise notamment par la présence de neuf foyers empierrés de forme circulaire. De nombreux équivalents sont connus dans des régions plus méridionales. Ce niveau associe de la céramique, une quinzaine de haches polies en silex tertiaire et secondaire, plusieurs produits de débitage, armatures tranchantes et foliacées.

9Le Néolithique final est représenté partout et surtout par du mobilier lithique et céramique concentré dans une dépression naturelle. La présence de vases écrasés sur place indique une bonne préservation du niveau. Pour l’heure, il est difficile de dire si d’autres structures en creux que les cinq fosses profondes, objet de la présentation, sont associées à ce niveau archéologique (fig. 2).

10Pour le Néolithique, le site de Neuville-sur-Oise n’est pas isolé dans le secteur. Sur la berge opposée se trouve le site de Maurecourt, « Zac des Carreaux » (Yvelines), daté du Néolithique ancien (Bailleux, 2004 ; Durand, 2006 ; Durand et alii, 2006). On peut également mentionner la découverte en 1872 d’une allée couverte à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), à quelques centaines de mètres de la confluence Seine/Oise. Cette sépulture, datée du Néolithique final, est exposée dans les fossés du Musée des Antiquités Nationales. À Herblay, commune limitrophe au nord de Neuville, les indices néolithiques se concentrent sur le plateau (Valais, 1994a et b). Deux occupations ont été trouvées. La première, au lieu-dit « Le Golf » a été attribuée au groupe de Cerny. La seconde occupation, au lieu-dit « Le Chemin de Conflans », est attribuée au Néolithique final.

Présentation de la stratigraphie

11L’emprise du site borde la rive droite de l’Oise sur une bande d’alluvions sableuses et limono-calcaires. Ces dépôts sont striés latéralement par des ravinements descendant du versant tout proche et des dépressions héritées des bourrelets d’atterrissement des alluvions.

12Les dépôts sédimentaires ont été répertoriés en dix unités stratigraphiques, dilatées sur la partie nord-est du site, coté versant, et érodées sur la partie ouest, coté Oise (fig. 3).

13La séquence se développe, de bas en haut, comme suit :

  • Hz 11 : alluvions limono-calcaires et sableuses de l’Oise. Disposition de bancs alluviaux supperposés. Nappe sous-tendant le site. Le toit est « alvéolaire ». Cette topographie particulière est héritée du Tardiglaciaire. Sur le site elle est matérialisée par une butte sableuse alluviale au pied de laquelle deux dépressions longitudinales ont livré un niveau de sables blancs au sommet et renfermant les vestiges mésolithiques ;
  • Hz 10 : sol « froid » discontinu de faible épaisseur conservé sur la partie sud-est ;
  • Hz 08 : sol de type cumulique ou Bt développé sur sable. Il est conservé sur la partie sud-est du site et renferme un niveau néolithique ancien ;
  • Hz 07 : apports limono-sableux cumuliques de versant, brun-gris. Il renferme l’occupation néolithique moyen ;
  • Hz 06 : apports sablo-limoneux cumuliques de versant, brun clair. Sa base renferme le niveau néolithique final ;
  • Hz 05 : sol limoneux gris brun sombre, contenant le niveau d’occupation du premier Âge du Fer au sommet ;
  • Hz 04 : niveau de végétalisation de l’occupation de l’Âge du Fer ;
  • Hz 03 : colluvions du versant et pédogenèse post-dépositionnelle. L’occupation du haut Moyen Âge se situe au sommet, à l’interface de troncature Hz 02-03 ;
  • Hz 02 : apports anthropiques (nivellement ?) de limon brun foncé et cailloutis calcaires, végétalisés a posteriori. L’occupation du bas Moyen Âge se situe à l’interface Hz 01-02 ;
  • Hz 01 : terre végétale actuelle.

Les fosses « profondes » (fig. 4 et 5)

14Dans la partie sud-est du site, cinq fosses de type « en fente » au profil en « V ou U » ont été identifiées. Elles sont rattachées à l’horizon 06 qui contient le niveau archéologique du Néolithique final (à noter la présence de deux fosses de ce type sur le site de Maurecourt, sur la rive opposée).

10765

15Cette fosse est oblongue. Son profil transversal est en « U » et son profil longitudinal est à parois sub-verticales et fond plat. Elle est comblée par de forts remblais massifs. Des masses de limon organique, probablement en position d’effondrement, sont présentes dans le tiers inférieur. Les remblais supérieurs contiennent un crâne humain associé à un racloir en silex tertiaire. Dans les remblais tapissant le fond, les restes de cinq tortues quasi complètes ont été découverts. La base est engorgée par les eaux de surface (percolation, effet de fosse) et le battement de la nappe phréatique probablement après l’utilisation de la fosse. Du mobilier lithique, dont certains éléments se remontent, est aussi associé à la fosse.

Fig. 2. Plan des vestiges néolithiques.

Fig. 3. Schéma de la coupe stratigraphique de Neuville-sur-Oise, « Chemin Fin d’Oise ».

Fig. 4. Tableau des caractéristiques des fosses.

11077

16La fosse est oblongue, de dimensions plus modestes que la précédente. Son profil transversal est en « V » et son profil longitudinal est à parois sub-verticales et fond plat. Le comblement est composé de remblais massifs dont la base est engorgée par les eaux de surface et le battement de la nappe phréatique. Dans la partie médiane du comblement, on trouve un niveau de limon organique brûlé de façon irrégulière, fossilisant ainsi la forme de certains agrégats grumeleux. Cette combustion est intervenue pendant le colmatage volontaire de la fosse. Le mobilier est composé de quelques silex dont certains ont pu être remontés.

11078

17La fosse est oblongue. La structure n’a pu être observée que sur son profil longitudinal. Son colmatage est constitué de couches de remblais massifs, détritiques et de lits de limon organique. La base est engorgée par le battement de la nappe phréatique.

11093

18La fosse présente un plan ovale. Le profil longitudinal est à parois verticales et fond plat, alors que son profil transversal est en V. Le comblement est massif et peut contenir de gros blocs calcaires émoussés. Dans la partie médiane on peut observer des fortes masses de limon organique, formant un « toit » de retenue et ayant laissé un vide partiel en dessous. Ce vide serait alors comblé par infiltration comme en témoignent les sédiments finement lités sous-jacents. La base est aussi engorgée par le battement de la nappe phréatique.

11355

19La fosse est oblongue. Sa perception lors du décapage a été difficile, la largeur réelle de la fosse, traitée mécaniquement, est sous-estimée. La structure a été observée par son profil longitudinal qui présente des parois subverticales et un fond plat. Les comblements sont massifs.

20Ils contiennent quelques gros blocs calcaires émoussés. À la base du tiers supérieur des remblais, il existe un dépôt détritique charbonneux contenant des restes de poissons (brèmes), des tessons de panses de céramiques et une fusaïole ou un poids. La partie médiane du comblement est constituée de limon organique, qui, comme pour la fosse 11093, forme une sorte de toit de retenue ayant laissé un vide en dessous. Ce vide est colmaté par infiltration des sédiments finement lités sous-jacents. La base est engorgée par les eaux de surface et le battement de la nappe phréatique postérieur à l’utilisation de la fosse.

Les éléments récurrents

21Les fosses ont fait l’objet d’une attention particulière. Les stratigraphies internes ont été finement observées par les archéologues et les micro-morphologues. Nous ne pouvons malheureusement présenter que les premières observations, l’étude étant encore en cours. Lors du décapage certaines traces brunifiées sont apparues le long des parois (fig. 6). Ces traces n’étaient pas visibles dans l’horizon pédologique contenant les structures, mais juste au deuxième décapage, en entaillant l’horizon sédimentaire sous-jacent. Trois structures, en particulier, présentaient de telles brunifications (10765, 11077 et 11093). L’une d’entre elles, 11077, possédait une fine bande rubéfiée le long de sa paroi sud.

22Pour les trois structures observées en coupe transversale (10765, 11077 et 11093), deux possèdent des brunifications partiellement conservées (10765 et 11093). La troisième présente ces brunifications le long des parois. Le fond en V est aussi souligné par ce phénomène. Ces trois structures ont aussi, dans leur comblement, des masses de limon organique, formant un « toit » de retenue et ayant laissé un vide en dessous, comblé par infiltration de sédiments finement lités (fig. 7).

23Les quatre structures observées en coupe longitudinale (11766, 11072, 11093 et 11355) présentent des brunifications le long des parois, plus ou moins bien conservées. La structure 10765 possède même une amorce de brunification sur le fond. Les premières observations micro-morphologiques attestent le phénomène pour cette fosse, ainsi que pour 11335, dont les brunifications ont été fortement altérées par les battements ultérieurs de la nappe phréatique.

Fig. 5. Vues des fosses de Neuville-sur-Oise.

Fig. 6. Plans et brunifications.

24On constate donc que toutes ces fosses possèdent, en coupe longitudinale, des parois verticales brunifiées et un fond plat probablement aménagé (fig. 7). En coupe transversale, les parois sont verticales, sub-verticales ou en « V » et fréquemment brunifiées. Elles possèdent toutes des masses de limon organique en position de retenue lors du comblement et suffisamment perméables pour filtrer des petits lits de colluvions post-remblaiement. Ces masses organiques sont brûlées lors du colmatage pour deux d’entre elles (11077 et 11078). Les volumes des fosses sont variables, de 3 à 17 m3. Les orientations également diversifiées. Le mobilier est toujours en position de remblais et donc accidentel, excepté pour la fosse 10765 avec ce niveau de tortues dont on ne sait s’il est intentionnel.

Fig. 7. Coupes, brunifications, rubéfactions et battement de nappe.

Fig. 8. Résultats des analyses au radiocarbone sur six échantillons ; * : Intcal 09,14c, Reimer et alii, 2009.

Fig. 9. Restitution de quelques « événements » notables de la fosse 10765.

Les datations14C

25Des échantillons ont été prélevés dans quatre des fosses pour la réalisation de datations radiocarbone (fig. 8). Les analyses ont été faites au laboratoire de Groningue sur des charbons prélevés en couche ou sur des os provenant du comblement.

26Ces dates sont à prendre avec précaution du fait qu’elles concernent une période à effet de « plateau ». Comme on peut le constater sur les six échantillons, quatre dates tendent vers le Néolithique et les deux autres vers l’Âge du Bronze.

Hypothèses de fonctionnement

27L’exemple de la fosse 10765 permet d’avoir une idée sur l’architecture de ces fosses. Après le creusement de la fosse, des parois sont aménagées avec des matières organiques probablement végétales, pour maintenir les parois creusées dans les limons et les sables. Les fonds sont très probablement aménagés de la même manière (fig. 9).

28La fonction première de ces fosses serait donc une forme de contenant de grande taille. Des éléments manquent encore, comme la proximité de trous de poteau ou autres structures associées, le site étant encore au début de son étude.

29Plusieurs études (micromorphologie, phytolithes, restes de poissons, comparaisons) sont actuellement en cours pour élucider la fonction de ces fosses, études portant notamment sur la nature des masses organiques et les brunifications des parois.

30Pour le moment, nous pouvons d’ores et déjà écarter l’hypothèse de fosses de rouissage ou de pourrissement.

31En effet, les fonds et les parois ne sont pas marqués par des imprégnations ferriques et ferreuses en nombre. Par ailleurs, on n’observe pas de sédiments de décantation, excluant ainsi l’hypothèse de bains de trempages. Le piège de chasse serait aussi à exclure du fait que les fosses se situent dans un habitat ou dans une zone de périphérie immédiate d’habitat. De plus, leur taille impressionnante ne semble pas comparable aux pièges (trap-pits) généralement relatés par la littérature archéologique.

32Il est possible que ces fosses soient en relation avec des activités de bord de rivière comme le séchage vertical de grande dimension pour des filets, en relation avec le poids/fusaïole, les restes de poisson de la fosse 11355 ou les tortues de la fosse 10765 ; ou bien, toujours dans ce registre, du séchage de denrées ?

33Comme le milieu semble « sec » sur le site, pour la période du Néolithique, il n’est pas non plus exclu que ces fosses correspondent à une forme particulière d’ensilage allongé de légumes, de tubercules ou encore de fourrage. D’autres hypothèses restent également possibles et envisageables.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailleux G., 2004, Maurecourt, ‘Les Carreaux’ (Yvelines), Rapport de diagnostic, Inrap, SRA, 14 p., 9 fig.

Bostyn F. dir., Deschodt L., Dumont A., Karst N., Maillot J.-F., Pont-Tricoire C., Robert S., Krier V. coll., 1999, Projet d’aménagement Oise aval : étude documentaire du potentiel archéologique, SRA de Picardie, SRA d’Île-de-France, DRASSM, 5 vol.

Bostyn F., Deschodt L., Dumont A., Karst N., Maillot J.-F., Pont-Tricoire C., Robert S., Krier V., 2000, « Oise-aval : un exemple d’étude documentaire pluridisciplinaire du potentiel archéologique d’une rivière », in : Bonnamour L. dir., Archéologie des fleuves et des rivières, Paris, éd. Errance, p. 21-24.

Durand S., 2006, Neuville-Sur-Oise ‘Z.A.C. de Neuville Université’ (Val-d’Oise), Rapport de diagnostic, Inrap.

Durand S., Bémilli C., Bonnardin S., Dietsch-Sellami M.-F., Durand J., Hamon C., Maigrot Y., Praud I., Verdin P., 2006, « Présentation du site néolithique ancien de Maurecourt ‘La Croix de Choisy’ (78) », in : Internéo 2006, Journée d’information du 18 nov. 2006, Paris, p. 19-32.

Krier V, 2004, La plaine alluviale de l’Oise : milieu et système fluvial ; stratigraphie des formations alluviales et archéologie, Conseil général du Val-d’Oise et Inrap, 2 vol.

Lebret P., Halbout H., 1991, Le quaternaire dans le Val-d’Oise, Caen, Centre de Géomorphologie du CNRS, 267 p. (Bull. du Centre de Géomorphologie du CNRS, 39-40).

Lécolle F., 1987, Le cours moyen de la Seine au Pléistocène moyen et supérieur : géologie et Préhistoire, Thèse de doctorat d’État, Museum National d’Histoire Naturelle, Univ. de Paris VI, 701 p.

Michel J.-P., 1972, Le Quaternaire de la région parisienne, Thèse de doctorat, Univ. de Paris VI, 572 p., non publiée.

Michel J.-P., 1973, « Aperçu sur le quaternaire du Vexin français (climat, géologie, industrie paléolithique) », Bull. archéologique du Vexin français, no 7-8, p. 85-104.

Pastre J.-F., Limondin-Lozouet N., Gebhardt A., Leroyer Ch., Fontugne M., Krier V., 2001, « Lateglacial and Holocene fluvial records from the central part of the Paris Basin (France) », in : Maddy D., Macklin M.G. éd., River basin sediment systems : archives of environmental change, Lisse, Balkema, p. 357-373.

Valais A., 1994a, « La ferme des Fontaines à Herblay (Vald’Oise) », in : Buchsenschutz O., Méniel P. dir., Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du colloque de Paris, 19-20 juin 1993, Paris, Presses de l’ENS, p. 113-124 (Études d’histoire et d’archéologie, 4).

Valais A., 1994b, « Les données relevées par les fouilles », in : Le Passé à la loupe : enquête sur 50 siècles d’habitat à Herblay, en bord de Seine, Musée Archéologique départemental du Val-d’Oise.

Annexes

NEUVILLE-SUR-OISE (VAL-D’OISE): AN ASSEMBLAGE OF FIVE DEEP PITS ATTRIBUTED TO THE NEOLITHIC, IN STRATIGRAPHIC CONTEXT

Fabrice Marti, avec la coll. de Romana Blaser, Cécilia Cammas, Hélène Civalleri, Laurent Delaunay, Bénédicte Souffi

Abstract

The site is located at Neuville-sur-Oise (Val-d’Oise), “Chemin fin d’Oise”, on the banks of the Oise river adjacent to the confluence with the Seine river. The western part of the Oise and the northern part of the Seine form the natural boundaries of the French Vexin, while the Plain of France starts east of the Oise.

The site has yielded a quite important and well-preserved stratigraphy in its eastern part, the nearest to the hillside where seven superimposed occupation phases succeeded: the Mesolithic, the Early Neolithic, Middle and Final Neolithic, the Early Iron Age, the Early Middle Ages and the Late Middle Ages.

The Linear Pottery Culture is represented by a child burial associated with ornaments and a pit. These remains make this site one of the westernmost findspots of this culture. The Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain occupation is more spread out. It is represented by a vessel next to a hearth and by laminar products made from secondary flint. The Middle Neolithic occupation concentrates in the sandy area in the north-eastern part of the site. It consists more particularly of nine circular-shaped stone-lined hearths. This level contained pottery, about fifteen polished axes made from tertiary or secondary flint, several products of debitage, transverse arrowheads and foliate points. The final Neolithic is represented across the entire area, mainly by lithic and pottery objects concentrated within a natural depression. The presence of in situ broken vessels indicates the fair preservation of the level. Actually, it is difficult to decide if features dug into the soil additionally to the five deep pits, aim of our presentation, are associated with this archaeological level.

In the south-eastern part of the site, five “slot pits” with V-or U-shaped cross-sections have been identified. They are associated with horizon 06 that contains the archaeological layer assigned to the Final Neolithic (the presence of two pits of this type at the site of Maurecourt, on the opposite river side should be noted).

Table showing the characteristics of the pits.

Particular attention has been paid to the pits. The inner cross-sections have been analyzed in detail. As the study is in progress, only preliminary observations can be presented here. During the excavation, distinct traces of brunification appeared along the sides. These traces were not detected in the pedological layer associated with the features but only when digging into the underlying sedimentological horizon at the second planum. In particular, three features presented such brunifications (10765, 11077 and 11093). One amongst them, 11077, had a small brunified layer along its southern side. From the three features of which the transverse cross-sections have been analyzed (10765, 11077 and 11093), two have partially preserved brunified levels (10765 and 11093). The third shows these brunified traces along the sides. The V-shaped bottom is also characterized by this phenomenon. Equally, these three features contain organic silt matter in their fill forming a «roof» above a partially void volume, backfilled by thin stratified sediments deposited through infiltration. Concerning the four features of which the longitudinal sections have been studied (11766, 11072, 11093 and 11355) they all present more or less preserved traces of brunification along the sides. Feature 10765 shows even the start of brunification at bottom. Preliminary micromorphological observations attest to this phenomenon concerning this pit as well as pit 11335, of which the brunifications have been strongly altered by subsequent fluttering of the groundwater level. Thus, it can be stated that all these pits show vertical, burnished sides and a flat, probably lined bottom. The transversal cross-section shows vertical, sub-vertical or V-shaped sections, frequently brunified. They all have masses of organic matter forming a «roof» withstanding the filling and sufficiently permeable to filter thin layers of colluvium after its deposit. Two of these organic masses have burnt during the filling process (11077 and 11078). The volumes of the pits vary between 3 and 17 m 3 . The orientations are equally diversified. The material was invariably found in embankment position and is thus accidental with the exception of pit 10765 which contains turtle remains in one level, but it is not known whether this deposit is intentional or not.

The different observations allow to render the construction of these pits more precisely. After the digging of the pit into the ground the sides were lined with a layer of organic, probably vegetal matter in order to maintain the sides dug in silts and sands. The bottoms are very likely lined in the same manner. The main function of these pits would have been some form of enormous container. A comparative ethnological study of these features is necessary to put forward distinct functional hypotheses.

Meanwhile, we can already exclude the hypothesis of retting or rotting pits. As a matter of fact, the bottoms and the sides are not marked by important ferric or iron impregnation. In addition, no sediments of decanting have been observed, thus excluding the hypothesis of a soaking bath. Game pits may also be excluded in that the pits are located within a settlsement or in areas in close vicinity to a settlement. Moreover, their huge size can-not be compared to the game pits generally reported from the archaeological literature. It is possible that these pits may be related to activities on the river side, for example extended vertical drying of nets as attested by the loom weight/spindle whorl, the fish remains of pit 11355 or the turtle remains in pit 10765; or, still in the same context, the drying of foodstuffs? As the conditions of the site seem to be “dry” during the Neolithic period, it can-not be excluded that these pits correspond to a particular elongated type of ensilage of vegetables, tubers or silage/fodder. Other hypotheses may also be taken into consideration.

NEUVILLE-SUR-OISE (VAL-D’OISE): EIN ENSEMBLE VON FÜNF TIEFEN GRUBEN AUS DEM NEOLITHIKUM IN STRATIGRAPHISCHEM KONTEXT

Fabrice Marti, avec la coll. de Romana Blaser, Cécilia Cammas, Hélène Civalleri, Laurent Delaunay, Bénédicte Souffi

Zusammenfassung

Die Fundstelle befindet sich in Neuville-sur-Oise (95), „Chemin fin d’Oise”, an den Ufern der Oise, kurz vor dem Zusammenfluss mit der Seine. Der Westen der Oise und der Norden der Seine bilden die natürlichen Grenzen des Vexin français, während die Plaine de France östlich der Oise beginnt.

Die Fundstelle weist eine relativ ausgedehnte Stratigraphie auf. Im östlichen Teil, der am nächsten zum Abhang liegt, ist diese gut erhalten. An dieser Stelle folgen sieben Besiedlungsphasen aufeinander: das Mesolithikum, das Früh-, Jung-und Endneolithikum, die Ältere Eisenzeit, das Früh-und Hochmittelalter.

Die Linearbandkeramik ist durch eine Kinderbestattung mit Schmuckbeigaben und einer Grube nachgewiesen; diese Hinterlassenschaften machen die Fundstelle zum westlichsten Fundpunkt dieser Kultur. Die Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain Besiedlungsphase ist etwas unklarer. Sie ist durch ein Gefäß, das in der Nähe einer Feuerstelle gefunden wurde, sowie durch Silexklingen, die aus Rohmaterial aus Ablagerungen des Sekundärs hergestellt wurden, belegt. Die jungneolithische Phase konzentriert sich im sandigen Bereich im Nordosten der Fundstelle, wo sie insbesondere durch neun kreisförmige, mit Steinen ausgelegte Feuerstellen vertreten ist. In dieser Schicht fand sich Keramik, zusammen mit etwa fünfzehn geschliffenen Silexbeilen (das Rohmaterial stammt aus Ablagerungen des Tertiärs und des Sekundärs), mehreren Abschlagprodukten, Querschneidern und beidseitig flächig retuschierten Pfeilspitzen. Das Endneolithikum ist auf der gesamten Fläche vor allem durch Steingeräte und Keramik vertreten, die in einer natürlichen Vertiefung konzentriert waren. Das Vorhandensein von in situ zerdrückten Gefäßen zeigt den guten Erhaltungszustand dieser Schicht an. Beim derzeitigen Stand ist es schwierig, zu entscheiden, ob außer den fünf tiefen Gruben weitere eingetiefte Strukturen mit dieser archäologischen Schicht assoziiert waren.

Im südöstlichen Teil der Fundstelle wurden fünf Schlitzgruben mit V- oder U-förmigem Querschnitt identifiziert. Sie gehören zum Horizont 06, in dem sich die endneolithische Kulturschicht befindet (hierzu sei das Vorhandensein zweier Gruben dieses Typs an der Fundstelle von Maurecourt, am gegenüberliegenden Ufer angemerkt).

Tabelle mit den Charakteristika der Gruben.

Die Gruben wurden mit besonderer Aufmerksamkeit untersucht. Die Querschnitte wurden genau dokumentiert. Leider können hier nur vorläufige Ergebnisse vorgestellt werden, da die Untersuchung noch nicht abgeschlossen ist. Beim Freilegen traten entlang der Grubenwände bräunliche Verfärbungen auf. Diese Spuren waren in dem Bodenhorizont, der die Strukturen barg, nicht sichtbar, sondern erst beim zweiten Abtrag, als der darunterliegende Sedimenthorizont angeschnitten wurde. Insbesondere drei Strukturen weisen solche Verbraunungen auf (10765, 11077 und 11093), von denen die Struktur 11077 eine dünne, rötlich verfärbte Schicht entlang der südlichen Grubenwand besaß. Von den drei im Querschnitt dokumentierten Strukturen (10765, 11077 und 11093), besitzen zwei zum Teil erhaltene Verbraunungen (10765 und 11093). Die dritte weist diese Verbraunungen entlang der Grubenwände auf. Der V-förmige Boden zeigt dasselbe Phänomen. Außerdem wiesen diese drei Strukturen in ihrer Verfüllung organischen Schluff auf, der eine Art «Dach» über einem Hohlraum bildete, der zum Teil durch Infiltration mit dünnen Sedimentschichten verfüllt war.

Die vier Strukturen, deren Längsschnitte analysiert wurden (11766, 11072, 11093 und 11355), weisen alle mehr oder weniger gut erhaltene Verbraunungen entlang der Grubenwände auf. Struktur 10765 zeigt sogar den Beginn einer Verbraunung in der Grubensohle. Die vorläufigen mikromorphologischen Beobachtungen belegen das Phänomen für diese Grube ebenso wie für Grube 11335, in der die Verbraunungen später durch das Ansteigen und Absinken des Grundwasserspiegels verändert wurden. Es lässt sich also feststellen, dass alle diese Gruben im Längsschnitt gerade, bräunlich verfärbte Wände besitzen, sowie einen flachen, vermutlich ausgekleideten, Boden. Im Querschnitt sind die Grubenwände gerade bis annähernd gerade oder besitzen einen V-förmigen Querschnitt und sind häufig verbraunt. Alle weisen organische Schluffmengen auf, die bei der Verfüllung über einem Hohlraum hängen blieben und genügend durchlässig waren, um selbst nach der Zuschüttung dünne Kolluvialschichten zu filtern. Zwei von diesen organischen Massen haben im Verlauf des Verfüllungsprozesses gebrannt (11077 und 11078). Die Grubenvolumen variieren von 3 bis 17 m 3 . Die Orientierungen sind ebenfalls unterschiedlich. Das Fundmaterial befindet sich immer in Aufschüttungen und ist daher zufällig in die Struktur gelangt, mit Ausnahme der Grube 10765, in der eine Schicht mit Schildkrötenresten identifiziert wurde. Es bleibt jedoch offen, ob es sich hier um ein absichtliches Depot handelt.

Die verschiedenen Beobachtungen erlauben es, sich eine Vorstellung von der Bauweise dieser Gruben zu machen. Nach dem Ausheben der Grube wurden die Wände mit organischem, vermutlich pflanzlichem Material ausgekleidet, um die in Schluff oder Sand gegrabenen Wände zu stabilisieren. Die Böden wurden sehr wahrscheinlich auf die gleiche Art behandelt. Eine vergleichende ethnographische Studie solcher Strukturen ist notwendig, um Hypothesen zu ihren Funktionen aufzustellen.

Die Hypothese von Rottungs- oder Faulgruben kann jedoch von vornherein ausgeschlossen werden. Tatsächlich zeigen die Böden und Wände keine Spuren von verstärkt eisenhaltigen Sedimenten oder Eisenimprägnierungen. Außerdem können keine Sedimente, die für Dekantationsprozesse charakteristisch sind, beobachtet werden. Daher ist die Hypothese von Tauchbädern auszuschließen. Auch eine Jagdfalle kommt nicht in Betracht, da sich die Gruben in einer Siedlung bzw. in einem direkt an die Siedlung anschließenden Bereich befinden. Darüber hinaus können ihre Abmessungen nicht mit denjenigen, die allgemein für Jagdfallen in der Literatur aufgeführt sind, verglichen werden. Es ist möglich, dass diese Gruben im Zusammenhang mit Aktivitäten am Flussufer stehen, wie zum Beispiel Vorrichtungen zum Trocknen von großen Netzen, worauf die Webgewichte/Spinnwirtel, die Fischreste der Grube 11355 oder die Schildkrötenreste der Grube 10765 hinweisen könnten. Es könnte sich aber auch um Vorrichtungen zum Trocknen von Nahrungsmitteln handeln. Da in der Umgebung der Fundstelle während des Neolithikums offenbar «trockene Bedingungen» vorherrschten, ist nicht auszuschließen, dass diese Gruben zu einer besonderen Form von länglichen Silogruben gehörten, die zum Einschlagen von Gemüse, Wurzeln oder Futter dienten. Weitere Hypothesen werden diskutiert.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de localisation des interventions archéologiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 2. Plan des vestiges néolithiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende Fig. 3. Schéma de la coupe stratigraphique de Neuville-sur-Oise, « Chemin Fin d’Oise ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Légende Fig. 4. Tableau des caractéristiques des fosses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 5. Vues des fosses de Neuville-sur-Oise.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Légende Fig. 6. Plans et brunifications.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 7. Coupes, brunifications, rubéfactions et battement de nappe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Légende Fig. 8. Résultats des analyses au radiocarbone sur six échantillons ; * : Intcal 09,14c, Reimer et alii, 2009.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 9. Restitution de quelques « événements » notables de la fosse 10765.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Table showing the characteristics of the pits.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Tabelle mit den Charakteristika der Gruben.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6364/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search