Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

La séquence pollinique de Châtenay (Seine-et-Marne) : relations avec Noyen-sur-Seine et apports à la connaissance de l’environnement végétal durant le Néolithique en Bassée

Chantal Leroyer

Texte intégral

1Le site de La Bachère Nord à Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne) se trouve en Bassée, à équidistance de Montereau et de Bray, le long de la Vieille Seine, à quelques mètres du cours actuel (fig. 1).

2À l’occasion de l’exploitation d’une gravière, un paléo-chenal contenant des vestiges préhistoriques a été dégagé. Le site fut alors fouillé en 1985 et 1986 par P. Gouge ; un niveau Néolithique moyen II du groupe de Balloy, correspondant à une zone de rejet ou de fréquentation des lieux, y a ainsi été individualisé. D’autres témoins du Néolithique moyen II ont été découverts à proximité immédiate du chenal tandis que des vestiges néolithiques (V.S.G. ; Cerny, groupe de Noyen) et protohistoriques (Bronze et Tène finale) ont été mis au jour sur la commune de Châtenay (Gouge, communication orale). Ils témoignent d’une longue et régulière fréquentation de ces berges.

3La nature organique du remplissage de ce paléo-chenal en fait un milieu privilégié pour l’analyse palynologique, qui est alors riche en informations (Leroyer, 1989). En effet, à la perception de la végétation régionale s’ajoute l’enregistrement local du couvert végétal. La présence de témoins anthropiques, dans le chenal et à ses alentours immédiats, peut permettre d’appréhender l’impact humain sur le milieu.

4À ces potentialités s’ajoute, de plus, la comparaison possible des résultats obtenus à Châtenay avec ceux de Noyen-sur-Seine, site géographiquement très proche.

Fig. 1. — Localisation du site La Bachère Nord à Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne).

CONTEXTE STRATIGRAPHIQUE ET ÉCHANTILLONNAGE (fig. 2)

5L’étude stratigraphique des dépôts de comblement du paléo-chenal dégagé à La Bachère Nord, sur une longueur de 40 m, a mené V. Krier à individualiser quatre grandes unités, elles-mêmes subdivisées (Krier, données non publiées).

6À la base, reposant sur des sables et graviers du Weichselien, l’unité IV correspond au premier creusement. Le chenal est d’abord comblé de graviers (IVb) puis de tourbe (IVa).

7Il est ensuite recoupé par un second méandre (unité III) qui comprend un dépôt de limon tourbeux lité à sa base (IIIb) surmonté de sables organiques (IIIa).

8L’unité II correspond au creusement d’une mouille, d’abord comblée d’un limon tourbeux, devenant ensuite plus sableux pour se caractériser, à son sommet, comme un niveau coquillier (IId). Le Néolithique moyen se trouve dans ces dépôts. Ils sont surmontés d’une tourbe (IIc), elle-même sous-jacente à un limon tourbeux coquillier (Ilb), individualisé seulement en quelques points du profil, ou à un sable coquillier (IIa).

9Enfin l’unité I est définie comme la phase de colmatage. Celle-ci regroupe d’abord un limon tourbeux brun noir (Id), puis un limon gris (Ic), un horizon humifère limoneux (Ib) et enfin un limon jaune (Ia).

10Deux coupes ont été échantillonnées en 1985 et une troisième en 1986, en vue d’études micromorphologiques (V. Krier), malacologiques (P. Rodriguez) et palynologiques. Tous les prélèvements ont été réalisés en parallèle afin de permettre ultérieurement une meilleure confrontation des résultats acquis (Krier, 1987).

11Le profil II couvre les unités de base IVa, III, IId et IIc. La coupe I comprend le sommet de IId, IIc, IIa et l’unité I dans son entier. La troisième section, située dans l’axe du chenal, correspond à la seule unité IIc, dilatée en ce point.

ÉVOLUTION DE LA VÉGÉTATION ET ZONATION POLLINIQUE

12Les données polliniques actuelles couvrent toute la séquence stratigraphique, mais elles demandent à être complétées par l’étude d’échantillons intermédiaires. Ces premiers travaux ont toutefois permis d’individualiser huit zones polliniques locales, dénommées de A à I, qui caractérisent la dynamique de végétation mise en évidence. Les zones A à E ont été observées sur le profil II (fig. 3), F et G sur le profil III (fig. 4) et H et I sur le profil I (fig. 5).

13La zone A correspond à l’unité stratigraphique IVa. Les taux de pollens arboréens varient de 70 à 75 %. Le noisetier est majoritaire, mais sa courbe est régressive (38 à 29 %). Il est suivi par le pin, puis l’orme et le chêne, tous trois avec des courbes ascendantes. L’aulne est présent mais en faibles taux (1 %).

14La zone B couvre l’unité IIIb. Les pollens d’arbres représentent 71 %. Le pin et le noisetier sont présents en taux égaux, aux alentours de 20 %. Le chêne et l’orme atteignent leur incidence maximum (15 %), mais le premier chute à 3,5 % dans l’échantillon 28. Le tilleul apparaît et l’aulne reste stable.

15La zone C correspond à l’unité IIIa. Le taux de pollens arboréens atteint 76 %. Le noisetier est à nouveau majoritaire (23 %). Il est suivi par le chêne qui conserve sa représentation maximum (15 %). Le pin recule (11 %) tandis que l’aulne connaît une nette progression (13 %). L’orme et le tilleul sont faiblement représentés : le premier (3,5 %) est à peine plus abondant que le second (2,5 %).

16La zone D est individualisée à la base de l’unité IId. Les pollens d’arbres conservent une incidence de 70 à 75 %. L’aulne est majoritaire mais en taux n’excédant pas 35 %. Il est suivi du noisetier (17 %), puis du pin (8 à 12 %). Le chêne connaît d’abord une nette régression (4 %), puis reprend quelque importance (10 %). Le tilleul, bien qu’en faibles proportions (4 %), domine l’orme (2 %).

17La zone E couvre le sommet de l’unité IId. Les taux de pollens arboréens atteignent 80 %, sauf dans le niveau archéologique où ils tombent à 70 %. L’aulne (40 à 60 %) y est prédominant. Il est suivi, en taux quasi égaux, par le chêne, le pin et le noisetier (5 à 10 %). Le tilleul, puis l’orme sont très faiblement représentés et tendent même à disparaître au sommet (0,5 %).

Fig. 2. — Synthèse stratigraphique du remplissage du paléo-chenal avec relevé des 3 coupes échantillonnées (d’après V. Krier).

Fig. 3. — Diagramme pollinique simplifié du profil II de Châtenay (les fougères et les hygrophytes sont exclues de la somme de base).

Fig. 4. — Diagramme pollinique simplifié du profil III de Châtenay (les fougères et les hygrophytes sont exclues de la somme de base).

18La zone F couvre la base de l’unité IIc (coupe III). Les pollens d’arbres représentent de 81 à presque 88 % du total. L’aulne est toujours majoritaire, mais sa courbe devient régressive (54 à 36 %). Le noisetier, le pin et le chêne connaissent une représentation quasi égale. L’orme est à nouveau plus abondant que le tilleul. Le hêtre fait son apparition.

19La zone G est individualisée au sommet de l’unité IIc. Le taux de pollens d’arbres varie de 82 à 88 %. L’aulne reste majoritaire (40 à 50 %). Le chêne ayant connu une relative extension (17 %) domine le noisetier et le pin (10 %). L’orme et le tilleul restent discrets (1 à 2 %), de même que le hêtre (0,5 %), maintenant en courbe continue.

20La zone H regroupe les unités IIa et Id. L’aulne connaît alors son maximum de représentation (60 %). Le pin, le chêne et le noisetier présentent ensuite des taux quasi équivalents. Le hêtre progresse en Id (4,2 %).

21La zone I rassemble les unités Ic et Ib. Elle se caractérise par le recul de l’aulne (43 puis 35 %) et une progression du pin (11 %) et du hêtre (5,7 %). Celui-ci supplante le chêne tandis qu’apparaît le charme.

22Ces huit zones polliniques locales retracent une dynamique de végétation qui s’accorde avec celle mise en évidence dans d’autres séquences du Bassin parisien (van Zeist, 1980) et tout particulièrement à Noyen-sur-Seine (Marinval-Vigne et alii, 1989 ; Leroyer, 1992). L’étude palynologique de ce site, distant de quelques kilomètres, a permis d’individualiser dix zones polliniques locales, attribuées sur la base de nombreuses datations à une période allant du Préboréal au Subboréal (Mordant, 1992). Par comparaison avec ces données et malgré l’absence de dates absolues, la séquence de Châteney peut être rattachée aux chronozones du Postglaciaire (Mangerud et alii, 1974).

  • La zone A (noisetier dominant) est rapportée à la fin du Boréal.

  • Les zones B et C (maximum de chêne et de l’orme - apparition du tilleul) à l’Atlantique ancien.

  • Les zones D et E (extension de l’aulne et développement du tilleul qui domine l’orme) peuvent être rattachées à l’Atlantique récent.

  • Les zones F, G et H (prédominance de l’aulne et apparition du hêtre) au Subboréal.

  • La zone I (développement du hêtre et apparition du charme) est attribuée au Subatlantique.

Fig. 5. — Diagramme pollinique simplifié du profil I de Châtenay (les fougères et les hygrophytes sont exclues de la somme de base).

23Pour la Bassée, la confrontation des études de Noyen et de Châtenay nous permet donc de suivre l’évolution de la végétation durant l’ensemble du Postglaciaire ; la seconde analyse apportant des données complémentaires sur le Subboréal et le Subatlantique.

24Le cadre végétal dans lequel vécurent les hommes du Néolithique nous est ainsi connu. À Châtenay, les caractéristiques polliniques des zones B à E, soit l’ensemble de la chronozone Atlantique, permettent en effet d’appréhender le paysage. Celui-ci semble boisé avec une bonne implantation de la chênaie et le développement progressif d’une aulnaie aux abords du chenal. Cependant les proportions du noisetier évoquent des zones plus ouvertes, par ailleurs attestées par un cortège d’herbacées de prairies plus ou moins rudéralisées.

L’IMPACT HUMAIN

25À Châtenay, aucune trace directe d’anthropisation n’est discernable dans nos diagrammes. Les taux de pollens arboréens ne reculent jamais suffisamment pour mettre en évidence un quelconque déboisement. Seul le niveau archéologique s’individualise par un très léger recul des pollens d’arbres. Les autres indicateurs d’anthropisation (Behre, 1981) sont également très discrets. Parmi les herbacées assez diversifiées, les rudérales sont présentes en courbe continue, mais leurs taux fluctuent peu et restent assez bas. Leur incidence maximale est de 9 %, sans qu’aucun pic caractéristique puisse être observé. Aucun taxon lié à l’agriculture, céréales ou messicoles, n’a été rencontré. Toutefois, quelques variations de l’organisation du couvert arboréen sont mises en évidence. Celles-ci peuvent être considérées comme découlant de l’action humaine (Jalut, 1991), surtout si elles ne sont pas synchrones à Noyen et Châtenay.

26En effet, si les deux séquences polliniques retracent une dynamique générale de la végétation assez proche, quelques différences dans l’enregistrement pollinique permettent de les individualiser dès l’Atlantique ancien. Ainsi à Noyen, l’incidence du pin s’accroît dès 7400 B.P., parallèlement à la représentation optimale du chêne et de l’orme. À Châtenay, lors du développement maximal de ces deux derniers, on observe d’abord une progression du pin (zone B), mais celui-ci recule bientôt. Il laisse la prédominance au noisetier (zone C) qui, après avoir nettement régressé en zone A, se maintient aux alentours de 20 %. On ne retrouve donc pas à Châtenay, lors des zones que nous avons attribuées à l’Atlantique ancien, cet essor du pin, bien que là aussi, le chêne ne soit pas majoritaire. Par ailleurs, à Châtenay, on assiste alors à une chute brutale de la courbe de l’orme (zone B), alors que le chêne conserve encore sa représentation maximale. À Noyen, ces deux taxons présentent des courbes parallèles, leur recul apparaît synchrone et se manifeste ultérieurement durant l’Atlantique récent. Enfin à Châtenay, l’aulne commence à se développer en zone C alors que le chêne est à son optimum. À Noyen, cette même extension de l’aulne s’observe entre 6240 B.P. et 5400 B.P. après le recul du chêne.

27Ces différences d’enregistrement sont probablement accentuées par le caractère lacunaire des résultats actuellement obtenus à Châtenay ; toutefois elles concernent des taxons qui peuvent être liés à l’anthropisation. En effet, l’enregistrement du pin, fort pollinisateur, est favorisé s’il y a ouverture du paysage (Barthélemy, 1985 ; Triat-Laval, 1978). Le noisetier est une essence de lumière qui reconquiert les zones ouvertes et qui, de surcroît, est lui aussi un gros producteur de pollens. La régression de l’orme, qui a été observée dans de nombreux diagrammes, est souvent interprétée comme résultant de son utilisation par les hommes (Faegri, 1940 ; Troels-Smith, 1960).

28À Noyen, des traces d’anthropisation ont pu être mises en évidence dans les spectres polliniques, le plus souvent par des marqueurs indirects. La seule trace directe de défrichement est contemporaine de la mise en place de l’enceinte du Néolithique moyen. Elle n’est enregistrée que sur la coupe située à proximité de cette enceinte ; à 100 m, le déboisement ne se marque pas (Augereau et alii, 1993).

29Ainsi, l’observation de l’évolution des courbes des principaux ligneux et les différences d’enregistrement de la dynamique végétale perçues entre Noyen et Châtenay, nous encouragent à les considérer comme résultant de possibles actions anthropiques sur le couvert végétal.

30À Châtenay, la première intervention humaine pourrait correspondre au recul brutal de l’orme entre les échantillons 23 et 28 du profil IL Si la chute de l’orme peut ne pas dépendre exclusivement de son utilisation et découler d’une maladie (Davis, 1981 ; Groenman-van Waateringe, 1983), le non-synchronisme de son retrait, observé ici entre Noyen et Châtenay, semble être un argument favorable à l’interprétation anthropique. D’autant qu’à Châtenay quelques témoins attribués au V.S.G. et au Cerny ont été retrouvés, vestiges inconnus à Noyen.

31On observe ensuite à Châtenay un net recul du chêne entre les échantillons 37 et 40 du profil II. Il reprend ensuite quelques incidences. Son retrait ne s’accompagne pas d’un développement du noisetier, variation qui aurait pu nous indiquer directement une ouverture du milieu, mais d’une nette extension de l’aulne, déjà amorcée depuis la chute de l’orme. À Noyen, la régression du chêne, perceptible vers 5400 B.P., est également suivie d’un développement de l’aulne. La baisse de représentation du chêne apparaît donc plus ou moins synchrone dans les deux stations et pourrait être attribuée à l’action humaine.

32À Châtenay, dans la zone E, le niveau néolithique s’individualise par un recul assez net de l’aulne, les autres taxons conservant une représentation égale. Il s’accompagne d’un léger développement du pin, des rudérales et des Poacées. À Noyen, les séquences polliniques contemporaines du Néolithique moyen traduisent également quelques baisses de l’aulne, mais seul le profil situé à proximité immédiate de l’enceinte témoigne d’une réelle régression de celui-ci. Elle s’accompagne de la présence de taxons cultivés et d’un développement des rudérales. Une intervention directe des populations du Néolithique moyen apparaît donc assez évidente ; elle semble correspondre à des déboisements sur l’aulnaie, assez localisés, puisque très vite leur enregistrement apparaît diffus.

33Enfin, le sommet de la séquence de Châtenay (zone I) traduit successivement le recul de l’aulne puis la chute de tous les grands feuillus. Seuls le noisetier, essence de lumière, et le pin conservent une représentation stable. Malgré l’absence de données contemporaines sur Noyen, l’action anthropique semble pouvoir en être tenue responsable.

34Ces variations plus ou moins soudaines de la représentation de différents taxons arboréens semblent donc correspondre à diverses interventions humaines. Aussi brutales qu’elles aient pu être, elles ne peuvent pas être considérées comme des déforestations massives entraînant une régression totale des ligneux, mais apparaissent très localisées (Groenman-van Waateringe, 1988). Elles semblent même entraîner le développement ou une meilleure perception d’autres taxons. Ainsi l’enregistrement pollinique du pin à Noyen et du noisetier à Châtenay apparaît favorisé, mais nous observons aussi dans ces deux séquences un développement de l’aulne, postérieurement aux premières actions humaines supposées. L’extension de l’aulne, d’abord considérée comme un marqueur climatique, est ensuite apparue non-synchrone (Bennet, 1990) et résulte donc d’un autre facteur. En Bassée, sa mise en place est plus précoce à Châtenay qu’à Noyen et pourrait éventuellement être mise en relation avec l’anthropisation.

35Les reculs successifs de différents arbres semblent indiquer des choix sélectifs de certaines essences par les Néolithiques en vue de leur utilisation à des fins vraisemblablement variables. L’orme a pu être choisi comme fourrage, le chêne et l’aulne comme bois de construction (enceinte de Noyen) ou de chauffage. Enfin, des déboisements ont pu être réalisés pour l’agriculture ; toutefois celle-ci semble assez restreinte.

36La séquence pollinique de Châtenay - La Bachère Nord, bien qu’encore lacunaire, nous permet d’appréhender une dynamique de végétation caractéristique du Bassin parisien. La confrontation possible avec les données acquises sur le site proche de Noyen-sur-Seine amène une caractérisation de l’environnement que connurent les hommes du Néolithique. Mais surtout les quelques divergences d’enregistrement observées dans les deux séquences dès l’Atlantique ancien nous permettent d’émettre quelques hypothèses quant aux interventions humaines sur le couvert végétal. Elles apparaissent localisées et semblent ne pas toujours concerner les mêmes essences. Ces choix sélectifs pourraient indiquer des variations des pratiques culturales du Néolithique ancien au Néolithique moyen.

37NOTE. Les données préliminaires présentées ci-dessus, correspondent à un état des recherches en 1991-1992. L’étude pollinique de Châtenay, achevée en 1996, repose sur l’analyse de 71 échantillons avec des décomptes moyens de 300 pollens et spores par niveau. La poursuite et l’achèvement de ces travaux entrainent quelques modifications majeures dans les interprétations proposées ici (Ch. Leroyer, février 1996).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Augereau et alii, 1993 = Augereau (A.), Leroyer (C.), Tresset (A.), « La transition Néolithique ancien/Néolithique moyen dans la vallée de la Petite Seine : contribution des études lithiques, zooarchéologiques et palynologiques », in : Le Néolithique au quotidien : Actes du 16e colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, novembre 1989, p. 94-105 (DAF, 39).

Barthélemy, 1985 = Barthélemy (L.), « Réflexions sur la répartition du pollen. Conséquences pour l’archéologie. Palynologie archéologique », in : Actes des journées des 25-26-27 janvier 1984, CNRS-CRA éd., p. 53-85 (Notes et Monographies techniques, 17).

Behre, 1981 = Behre (K.E.), « The interpretation of anthropogenic indicators in pollen diagrams », Pollen et Spores, t. 23, no 2, p. 225-243.

Bennet, 1990 = Bennet (K.D.), Birks (H.J.), « Postglacial history of aider (Alnus glutinosa (L) Gaern) in the British Isles », Journal of Quaternary Science, vol. 5, p. 123-133.

Davis, 1981 = Davis (M.B.), « Out-breaks of forest pathogens in Quaternary history », in : Bharadwaj (D.C.) et alii, éd., Proceedings of the IV International Palynological Conference, 1976-7, Luchnow, 3, p. 216-228.

Faegri, 1940 = Faegri (K.), Quartärgeologische Untersuchungen in westlichen Norwegen. II zur spätquartaren Geschichte Jaerens, Bergen, Bergens Museum Arbok, (Naturvitens Kapelig Rekke, 7).

Groenman-van Waateringe, 1983 = Groenman-van Waateringe (W.), « The early agricultural utilisation of the Irish landscape : the last word on the Elm décline », in : Reeves-Smyth (T.), Hamond (F.) éd., Landscape archaeology in Ireland, Oxford, p. 217-232. (BAR British Series, 116).

Groenman-van Waateringe. 1988 = Groenman-van Waateringe (W.), « New trends in palynoarchaeology in northwest Europe or the frantic search for local pollen data », in : Recent developments in Environmental Analysis in Old and New World Archaeology, éd. R. Esmée Webb, p. 1-19 (BAR International Series, 416).

Jalut, 1991 = Jalut (G.), « Le pollen, traducteur du paysage agraire », in : Guilaine (J.), dir., Pour une archéologie agraire, A. Colin éd., p. 345-368.

Krier, Leroyer, 1987 = Krier (V.), Leroyer (C.), « Approche méthodologique pour l’étude palynologique et micromorphologique des chenaux fossiles de la Petite Seine et de la Marne », Aperçu sur l’actualité de la recherche préhistorique en Ile-de-France, D.R.A.P. Paris/Ile-de-France, p. 61-65.

Leroyer, 1989 = Leroyer (C.), « Palynologie en milieu alluvial », Archéologie et carrières, St-Pierre-les-Nemours, 26-27 mai 1988, Institut du Patrimoine, p. 65-67.

Leroyer, 1992 = Leroyer (C.), « L’étude palynologique de Noyen-sur-Seine », in : Mordant (D.), dir., La Bassée avant l’histoire : archéologie et gravières en Petite Seine, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 63.

Mangerud et alii, 1974 = Mangerud (J.), Andersen (S.T.), Berglund (B.E.), Donner (J.J.), « Quaternary stratigraphy of Norden, a proposai for terminology and classification », Boreas, vol. 3, p. 109-128.

Marinval-Vigne et alii, 1989 = Marinval-Vigne (M.-C.), Mordant (D.), Auboire (G.), Augereau (A.), Baillou (S.), Dauphin (C.), Delibrias (G.), Krier (V.), Leclere (A.S.), Leroyer (C.), Marinval (P.), Mordant (C.), Rodriguez (P.), Vilette (P.), Vigne (J.D.), « Noyen-sur-Seine, site stratifié en milieu fluviatile : une étude multidisciplinaire intégrée », in : Actes de la séance SPF-GMPCA du CPF, Paris, 1989, no 10 à 12, p. 370-379 (BSPF, 86).

Mordant, 1992 = Mordant (D. et C.), « Noyen-sur-Seine : a Mesolithic waterside seulement », in : Coles (B.) éd., The Wetland Revolution in Prehistory, The Prehistoric Society-Warp, p. 55-64.

Triat-Laval, 1978 = Triat-Laval (H.), Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi-et post-glaciaire de la végétation de la basse vallée du Rhône, Thèse, Université d’Aix-Marseille III, 343 p., 34 fig., 5 tabl.. 32 diag.

Troels-Smith, 1960 = Troels-Smith (J.), « Ivy, Mistletoe and Elm, climate indicators-fodder plants », Denmarks Geologiske Undersogelse, IV, Bd. 4, no 4, p. 1-32.

van Zeist, 1980 = van Zeist (W.), van der Spoel Walvius (M.R.), « A palynological study of the late glacial and the postglacial in the Paris basin », Palaeohistoria, 12, p. 68-109.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Localisation du site La Bachère Nord à Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 2. — Synthèse stratigraphique du remplissage du paléo-chenal avec relevé des 3 coupes échantillonnées (d’après V. Krier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 3. — Diagramme pollinique simplifié du profil II de Châtenay (les fougères et les hygrophytes sont exclues de la somme de base).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 4. — Diagramme pollinique simplifié du profil III de Châtenay (les fougères et les hygrophytes sont exclues de la somme de base).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 5. — Diagramme pollinique simplifié du profil I de Châtenay (les fougères et les hygrophytes sont exclues de la somme de base).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search