Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Passy (Yonne) et sa céramique : sites habités et sépultures

Henri Carré

Texte intégral

  • 1 L’importance de la céramique de Passy rend nécessaire sa publication intégrale, nécessaire à tout c (...)

1Le matériel céramique du site de Passy (Yonne), à part cinq vases, n’est pas issu des sépultures de la nécropole ; il provient principalement des différents stationnements, installations et habitats qui entourent tous ces grands monuments1. Ce grand complexe s’étend au delà des limites de la commune de Passy, déjà dans l’ancienne île, principalement dans la partie sud, sur 2 km, en débordant sur le territoire de Villeneuve-sur-Yonne, puis dans la plaine à l’Ouest entre Marsangy et Rousson et au Nord à Véron et à Étigny.

2L’île, longue de 4 km, était inscrite dans le grand quadrilatère ainsi formé ; le bras à l’Est s’est rebouché et des érosions localisées ont remodelé partiellement le paysage. Ces destructions partielles ont été compensées par des apports généralisés qui ont protégé de grandes zones des labours profonds. Aujourd’hui une grande partie de cette surface a fait place à des étendues d’eau par l’exploitation des graviers.

LE COMPLEXE DE PASSY

3Le grand complexe de Passy comprend différents types d’occupation qui gravitent autour de l’élément central représenté par la nécropole avec ses monuments de différentes tailles, conceptions et orientations. Ces structures, jusqu’alors connues par les premières photographies aériennes de prospection systématique, réalisées par Bret et Parruzot dans les années 50, restaient mystérieuses. La découverte de plusieurs villages à proximité et la fouille de sauvetage de deux d’entre eux a éveillé le désir de connaître la raison de l’existence de ces structures énigmatiques.

4La nécropole s’étale sur 1200 m et peut être divisée en deux parties : la plus importante au lieu-dit La Sablonnière comprend les trois premiers stades de l’évolution des monuments dont certains débordent sur le lieu-dit Les Graviers et l’autre partie distante de 300 m dans le lieudit Richebourg présente des monuments des stades 3 et 4 (Carré, Fonton, Duhamel, 1996). Leur évolution s’est déroulée pendant une période dont la durée est difficilement estimable. Les rares tombes qui possèdent de la céramique appartiennent toutes au deuxième stade.

5Les monuments étaient réalisés avant que les tombes ne soient installées dans leur axe et presque exclusivement dans la partie Est où les matériaux extraits des fossés avaient été rassemblés pour former un tertre plus ou moins élevé. Les fossés, le plus souvent de petites dimensions, étaient creusés en un premier temps et ont été comblés rapidement avec des remblais généralement rapportés dans le but d’assujettir une palissade.

6Ce ne fut pas le cas du monument central de dimension gigantesque qui a possédé des parties de fossés atteignant 9 m de large pour une profondeur atteignant près de 3 m. Son comblement naturel n’était pas encore terminé à l’époque carolingienne qui possédait une installation voisine et elle a utilisé la dépression encore bien marquée du fossé en y aménageant un foyer. Les rares fragments de céramique disséminés dans ce remplissage donnaient des indications sur la datation possible des phases de la construction et des modifications du monument.

7Seuls des habitants du voisinage pouvaient réaliser de tels travaux. Le village le plus ancien connu, installé aux Graviers, a fixé une population qui a été prospère, au vu de la masse des documents. Au départ, leur installation semble avoir été autonome avec l’installation d’un four à proximité. Après le développement de l’agglomération dont une partie seulement est connue, les habitants ont essaimé à 400 m à l’Est des Graviers, à la Sablonnière. Ils se sont installés également à 1 km au Nord-Est, dans La Grande Pièce, stationnement détruit avant sauvetage, et au Sud-Est à peu près à la même distance à la limite de Richebourg, site observé in extremis.

8À la Sablonnière, juste de l’autre côté de la nécropole, s’étalait une succession d’occupations dont une partie seulement est connue, une exploitation ancienne ayant amputé une partie du village. Différents indices dont la céramique trouvée dans les fonds de fossés du grand monument portent à penser que le début de sa construction a suivi de peu l’installation de cette communauté à la Sablonnière. Peut-être celle-ci avait-elle subi des influences extérieures pour présenter des différences sensibles dans l’organisation domestique et envisager de telles constructions qui ne semblent pas avoir été utilisées au début pour y déposer leurs morts.

9Rien n’indique les raisons de l’abandon brutal de la Sablonnière, ni de l’implantation qui a dû suivre. Seulement, au Sud-Est, au-delà des derniers monuments de Richebourg, des traces d’habitat du Cerny ont été décelées sans que l’on puisse trouver un lien chronologique. Les monuments interviennent pour montrer une évolution et un changement profond dans l’organisation des sépultures avec l’apparition de types nouveaux sans exclure l’ancien.

10L’importance d’un tel ensemble monumental et funéraire de 25 hectares suppose un territoire plus vaste que la partie de l’île qu’il occupait. Les différentes prospections dans le Nord indiquent d’autres lieux d’habitat détruits, comme à la Truie Pendue à Véron, ou encore intacts sous les cultures. Sur les berges opposées de l’île fossile et plus au pied des collines sur les premières terrasses existent différents stationnements contemporains.

11L’étude des couches supérieures du site magdalénien du Pré-des-Forges à Marsangy, en face de Richebourg, a révélé que des fragments de céramique étaient disséminés le long de la petite rupture de pente, avant la berge. La proximité d’un ancien gué peut en être la cause et la confirmation de passages fréquents entre les rives. Plus à l’intérieur des terres, dans la « Plaine de Marsangy » existaient deux occupations différentes : l’une concernait toute une installation destinée à la fabrication de céramiques avec four, fosses à argile encadrées par une structure particulière faite de fossés et poteaux ; l’autre possédait de simples structures d’habitat. Au-delà, dans la vallée, mentionnons les sites de Villeneuve-sur-Yonne, d’Armeau et de Villevallier.

12Sur la même rive, plus au Nord, après Étigny, se présentaient encore deux stationnements différents qui ont livré quelques documents en sauvetages hâtifs, l’un près de la rivière, l’autre plus à l’intérieur, derrière le village.

13Sur l’autre rive, si rien n’apparaît en face de la nécropole, plusieurs petits stationnements sont connus vers le Nord dans la plaine de Véron près du bras comblé et plus loin dans la plaine du côté de la Croix Saint-Jacques où la prospection aérienne a détecté deux structures qui ressemblent aux monuments de Passy. Plus loin encore dans la basse plaine de Rosoy, se trouve un petit stationnement qui a été détruit et un autre près de Sens, la plaine de Champbertrand.

14Si l’on considère que le premier grand complexe connu en amont est à Charmoy, à 30 km et celui de Courlon à peu près à la même distance, tous deux avec une importante nécropole, il est vraisemblable que l’aire d’influence s’étendait sur une telle distance dans la vallée et aussi, dans la période récente, sur le plateau.

15Cette notion de territoire avec des limites à quelques heures de marche devait permettre de s’approvisionner pour satisfaire à tous les besoins. L’installation d’un atelier de céramique dans un lieu choisi qui regroupait le maximum de matières premières nécessaires, en est la confirmation. Ce fut au pied de la colline de Marsangy, dans une zone de sous-sol d’argile convenant pour la construction de fours et probablement aussi pour la poterie, en la mélangeant avec de l’argile bleue probablement extraite d’une zone marécageuse voisine. Le choix de cette croupe entre deux petites vallées de ruisseaux permanents, difficilement cultivable, pouvait fournir tout le bois nécessaire à la cuisson.

16Ces différentes installations étaient donc adaptées aux nécessités, et la connaissance du sous-sol a permis d’étendre les installations progressivement sur le plateau dans des climats favorables : ce phénomène s’est produit au moment du grand développement de la nécropole. Cette dispersion territoriale a probablement été la cause de la disparition de cette civilisation.

17Si Passy a été le centre moteur de ce développement que l’on peut suivre principalement par l’évolution de la céramique, il le doit en partie à des événements antérieurs qui ont été révélés par l’étude détaillée des couches supérieures du site mésolithique de la Truie Pendue à Véron.

18La reprise de l’occupation du site au Mésolithique récent montre d’abord une couche d’habitat normal (1a) composée d’éléments limoneux, un peu graveleux, surmontée par une couche particulièrement noire qui contient de nombreux fragments de rognons éclatés par le feu (1b). Au milieu de cette couche se trouve un lit constitué de minuscules éclats brûlés. Ce niveau marque la fin d’un paysage semi-forestier. La couche suivante (1c) possède encore le même outillage, mais elle a fourni également une petite meule et un fragment de vase hémisphérique, témoins probables d’un premier contact avec les Néolithiques (Carré, 1990). La déforestation correspondante a dû concerner une bonne partie de l’île et favoriser l’implantation de ces premiers colons. Ce fait ne paraît pas isolé. À Chaumont (Yonne), aux Grahuches, les Danubiens anciens (RRBP) se sont installés sur une occupation mésolithique, mais la faible épaisseur de la couverture érodée n’a pas permis de déceler un lien entre les deux civilisations.

19Il apparaît ainsi que dans le complexe défini ci-dessus l’ancienneté reviendrait à l’île fossile. Peut-être que les premiers arrivants n’avaient pas choisi d’emblée le site des Graviers. Les recherches futures le diront.

LES DOCUMENTS DES HABITATS

20Compte tenu de la qualité de préservation des sites et des documents disponibles dans les occupations périphériques de la nécropole de Passy, le choix s’est porté sur les Graviers et sur la Sablonnière. Pour obtenir une chronologie suffisamment détaillée, il a paru nécessaire, après étude préalable, de faire des regroupements et de négliger les habitats possédant trop peu de documents afin d’obtenir le maximum de précision et d’éviter des contaminations.

21Le village des Graviers n’est connu que dans une « lignée » d’habitats ; deux autres habitats, mutilés, existaient de part et d’autre, dans les parcelles voisines. Il s’avère que les deux habitats les plus éloignés le sont aussi dans le temps : les Graviers 6 en premier et les Graviers 3 auxquels peut être adjoint l’habitat 1-2, des fragments de mêmes vases ayant été trouvés dans chacun d’eux.

22Le problème est identique à la Sablonnière où quelques habitats manquent à cause de l’exploitation ancienne de la parcelle voisine et à la position de certaines structures à cheval sur une rupture de pente que les labours ont arrachée. Le choix s’est porté sur l’habitat de la Sablonnière 2, complété par le reliquat de la Sablonnière 1, partiellement arasé, représentant le début connu de l’occupation.

23Le choix parmi les sept autres habitats s’est d’abord porté sur l’habitat de La Sablonnière 5 dont la masse de documents domine tous les autres. Il aurait été intéressant de pouvoir séparer en deux lots les documents qui représentent une durée certaine en lots, mais la stratigraphie d’une partie de l’habitat étant en cuvette ne le permettait pas. Les deux habitats voisins, de moindre durée, correspondant aux phases initiale et finale, ont été associés (Carré, 1984).

L’HABITAT DES GRAVIERS 6

24Ce site occupe la partie ouest du lieu-dit « les Graviers », juste avant la petite terrasse inférieure qui borde la rivière. Le choix de cet emplacement correspond à certaines commodités et aussi à des critères propres aux Danubiens.

25Pour les avantages, le choix d’une grande île pouvait représenter une certaine protection et regrouper toutes les nécessités pour les différentes activités, la position proche du bras principal de la rivière et d’un gué favorisait l’approvisionnement en eau et les déplacements ; la position sur une terrasse légèrement surélevée limitait le danger de montée des eaux.

26Les critères connus du Danubien se retrouvent à Passy qui se situe dans la fourchette d’altitude habituelle sauf cas particuliers : 50-250 m, terre légère proche des terrains loessiques avec cependant l’inconvénient du limon sableux instable, peut-être particulier à la région, qui ne permettait pas l’implantation classique des maisons.

27Outre ces avantages, la déforestation locale pratiquée lors de la présence prolongée des derniers Mésolithiques (peut-être accompagnée de certains défrichements) a probablement pesé sur le choix.

28L’ensemble des Graviers 6 occupait l’extrémité sud d’une série d’habitats parallèles occupant deux parcelles. Celui des Graviers 6 était composé de trois parties distinctes. Les deux premières, à l’Est, étaient bordées au Nord sur une longueur de 12 m par une bande de gravillons devant former la paroi sans ouverture alors que la façade sud ne possédait cette même particularité que sur la première. Cette zone d’activité intense avait, semble-t-il formé avec le temps une dépression bien marquée. La deuxième partie, à peine creusée, possédait un remplissage moins riche et principalement fourni en ossements divers et une ouverture sur le Sud confirmée par une large dispersion en éventail de différents documents. La troisième partie en prolongement vers l’Ouest présentait un pavage continu de 2,50 m de large sur 2 m de long, formé principalement de grès parfois en plaquettes et de petits rognons. Il s’étalait avec de nombreuses lacunes allongeant l’habitat de 6 m vers l’Ouest. Au-dessus se trouvaient seulement quelques documents, principalement des os. Ces trois parties peuvent être considérées comme des ateliers avec des fonctions différentes.

Fig. 1. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.

29Cet habitat était environné par trois foyers. Au Nord, à 4 m, se trouvait un petit foyer domestique de 0,50 m installé sur quelques petites pierres de grès incluses dans un lit de terre noire cendreuse sans documents notables, encadré par deux petits ateliers de taille. À l’Est un autre foyer plus éloigné était composé de silex éclatés et de quelques déchets de taille. Le troisième au Sud, à 15 m, est une cuvette creusée dans le sablon fortement rougi de 1,50 m de diamètre, garni de terre noire avec quelques fragments de céramique sans traces marquées de foyer latéral. Ce four ressemble en tous points au four incontestable de production céramique de Marsangy à quelques centaines de mètres au-delà de la rivière.

30L’existence de ces fours et plus particulièrement celui de Marsangy donne des preuves évidentes de fabrications locales. La céramique, d’ailleurs peu abondante provenant de cette installation a subi une forte altération due à l’agressivité de l’argile, qui a détruit toute trace de gravure. L’ensemble montre principalement que l’on y fabriquait de la poterie grossière brune avec un dégraissant de sable de différentes grosseurs et de la céramique fine à pâte noire sans dégraissant apparent. La surface altérée paraît avoir été grise ou noire selon les fragments.

Fig. 2. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.

Fig. 3. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.

Fig. 4. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.

31La céramique trouvée dans l’habitat des Graviers 6 provient uniquement des ateliers Est et central qui ont des aires de dispersion assez bien délimitées. À l’examen des plans d’ensemble, il apparaît que chaque type de document occupe de préférence des aires particulières et, selon les ateliers, les dispositions et les associations changent. Dans l’atelier Est, la céramique est associée avec les ossements dans toute la moitié nord alors que les éclats de silex sont à peu près uniformément répartis ; les fragments de grès occupent la moitié sud. À noter que quarante poinçons ont été trouvés dans un endroit limité de la partie ouest.

32L’atelier central peut se diviser en trois aires différentes : une à l’Ouest, où le grès domine, la poterie étant absente, une autre au Nord, où abondent les ossements accompagnés de quelques tessons ; et une dernière au Sud, vers la sortie, marquée d’assez nombreux tessons de poterie mélangés à d’autres documents.

33Les activités de ces ateliers étaient certainement diversifiées. La céramique ne permet guère de définir l’utilisation que l’on en faisait dans un habitat, à part le fait qu’elle pouvait contenir différents produits et des objets courants comme certains vases garnis, découverts dans les tombes. Si certains groupements d’objets lithiques orientent vers le type d’activité pratiquée, la diversité des fragments de poteries ne le permet pas d’autant plus que ces récipients sont des moyens de transport, même cassés.

34L’habitat 6 a vraisemblablement eu une durée d’occupation assez longue que le nombre de poteries utilisées et cassées confirme avec cent soixante-treize bords différents, sans compter les fragments inutilisables avec bord absent ou alors trop érodé. La forte dépression de l’atelier, qui est volontaire ou due à des nettoyages (Carré, 1984), a montré une stratigraphie avec un lit intermédiaire plus sableux et presque stérile pouvant faire espérer une différence marquant l’évolution dans la céramique. Si elle existe, elle est imperceptible et l’on peut considérer l’ensemble homogène.

35Un vase fait exception. Ses fragments retrouvés, encroûtés de calcaire, tous enfoncés de 10 cm environ dans le sablon fin, permettent une reconstitution du décor. Ce vase à col droit avec une panse sphérique de 0,25 m de diamètre et de 0,16 m d’ouverture porte un décor en té de trois rubans au peigne à deux dents et un décor secondaire en croix, toujours au même peigne, intercalé entre les rubans verticaux alternativement avec un bouton et une anse. Ce type de décor est bien connu dans le Rubané récent du Bassin parisien. Même enfoncé tardivement en période sèche après une évacuation de la litière, il peut être considéré comme le plus ancien document de cet habitat. Sa teinte extérieure est grise avec des plages noires et l’intérieur est gris, trace du séjour dans un four enfumé. La pâte est jaune ocre sans aucun élément de dégraissant visible.

36Cette description de l’aspect extérieur et de la pâte correspond à l’ensemble de la poterie fine de cet habitat 6 que le milieu a un peu altéré. L’aspect plus changeant de la surface est dû à la position de cuisson et aussi au fonctionnement du four. Cette céramique regroupe la majeure partie de cet ensemble. Elle concerne plus les vases à col et bord droit ou à bord évasé, que les vases sans col, et n’apparaît pratiquement pas dans les bords rentrants.

37Les poteries grossières généralement épaisses ont des aspects extérieurs et intérieurs plus variés ; la qualité de la pâte varie aussi. Si quelques vases à paroi épaisse présentent les mêmes caractéristiques que la céramique fine, les autres montrent un dégraissant principalement sableux avec parfois des inclusions de fins éclats de silex qui ne dépassent guère 3 mm. Cependant, la majorité présente un dégraissant très fin. La coloration de la surface interne est brun-noir ; la surface externe varie du brun au rouge. Les documents céramiques recueillis près du four voisin sont trop peu nombreux pour être comparés utilement. Plusieurs tessons d’épaisseurs différentes à pâte et surface rouge sans dégraissant visible pourraient être des intrusions provenant d’une exploitation gallo-romaine voisine.

38Les vases décorés ne sont pas nombreux : sur une trentaine, environ dix portent des décors plastiques, par modelage au doigt ou à l’outil ou par apport de pâte, tous sur céramique grossière ou épaisse. Mais à peu près tout le reste, soit les deux tiers, est en poterie fine, décorée de traits parallèles ou au peigne à deux, trois ou quatre dents. Cette simple constatation oriente la classification vers le Rubané récent du Bassin parisien ; de nouvelles analyses comparatives permettent de mieux fixer les influences qu’il a reçues (Carré, 1980 et 1993).

LE GROUPE DES GRAVIERS 1-2 ET 3

39Rien ne permet d’avancer les raisons du choix de la direction de l’extension de l’agglomération des Graviers. La plage de limons sableux fins s’étendait de part et d’autre de l’habitat 6. Ce fut vers le Nord par une succession d’habitats (1 à 5) ; les habitats 4 et 5 ont été délimités, mais n’ont pu être étudiés avant leur destruction. L’habitat 1-2 comprend deux ateliers, d’abord considérés comme unités distinctes, prolongés vers l’Ouest par une aire perturbée parsemée de grès cassés dans une terre sablonneuse noirâtre. À douze mètres au Nord de cet ensemble 1-2 se trouve l’habitat des Graviers 3. À noter qu’à 55 m à l’Est des Graviers 4 commence un autre habitat (habitat 10) qui appartient à une autre rangée et qu’il n’est actuellement pas possible d’étudier. À l’opposé existe aussi une autre aire d’occupation.

40Ces différentes installations n’ont pas toutes existé simultanément. Deux ou trois habitats étaient en fonction en même temps. Les différences d’écartement entre les habitats et leur orientation indiqueraient qu’elles n’ont pas été implantées successivement. Les habitats 1-2 et 3 sont contemporains, ce qu’indiquent des remontages céramiques ainsi que la même orientation (45° Nord), les Graviers 6 et 4 varient peu (55°), mais l’habitat 5 est d’orientation différente et comparable avec l’extension de l’habitat des Graviers 3 (75°). Cette lignée comprendrait trois périodes d’occupation, mais rien n’indique qu’une autre, intermédiaire, ait existé dans les autres habitats latéraux.

41L’habitat 1-2 comprend trois parties distinctes dont deux ont laissé des documents. Le premier atelier à l’Est possédait une aire plane à peine en dépression, de trois mètres de large, qui rejoignait le deuxième. Vers son extrémité ouest existait une forte dépression en double fosse de 0,40 m de profondeur, creusée dans le sablon, large seulement de 2 m.

42Une coupe pratiquée en travers de cette fosse a révélé qu’il ne s’agissait pas d’une simple fosse à détritus, mais d’un habitat, car deux recreusements sont apparus dans le remplissage le long d’une paroi latérale. Il est évident que l’enlèvement d’une litière, probablement pourrie, avec des éléments de la vie courante, malaxée par piétinement au sablon mouvant (des conducteurs aventureux l’ont appris à leurs dépens) nécessitait un recreusement. Il y en eut certainement d’autres qui n’ont pas laissé de traces. Cette partie de l’habitat devait avoir une fonction particulière.

43Le deuxième atelier qui fait suite possède trois zones d’activité distinctes ; une concentration d’ossements située à la sortie au Sud, est mal délimitée. Ces petits ateliers dans une zone dépressionnaire plus vaste sont exceptionnels. Cette partie de l’habitat semble avoir eu une occupation de courte durée.

44Longtemps après ces observations, l’évacuation d’un énorme tas de déblais a laissé voir le reliquat d’un sol pavé qui prolongeait l’extrémité ouest, comme dans l’habitat 6.

45L’espace qui le sépare de l’habitat 3 suivant, entièrement décapé à la main, n’a décelé qu’un petit foyer 1 à 3 m du précédent. Une plage de gravier commençait à l’extrémité est pour rejoindre en oblique le nouveau stationnement vers son extrémité ouest. Dans l’autre partie de cette cour, la couche de sablon s’enfonçait progressivement. Dans toute cette surface, il n’a été rencontré aucun trou de fondation d’une maison.

46L’habitat 3 comprend quatre ateliers, trois en ligne et le quatrième, à l’Est, en oblique. Chacun possède une organisation particulière. Le long du côté nord existait une paroi continue composée de gravillons mélangés à une terre argileuse. Sur le côté sud, les deux ateliers ouest possédaient une large ouverture, le troisième avait une paroi délimitée à l’intérieur par un alignement de documents et le quatrième possédait un mur monté sur un socle de bois enchâssé dans le gravier.

47Seul l’atelier ouest reposait sur une faible couche de sablon qu’il avait d’ailleurs perturbé. Il était caractérisé par un gros atelier de taille. Le suivant, avec des documents variés abondants, a servi de liaison avec les ateliers voisins et le gros foyer extérieur près de la façade sud. Le troisième était spécialisé dans le travail de bris d’os ; il avait encore son enclume de grès et plusieurs gros percuteurs (galets). Le dernier en oblique a eu une utilisation domestique avec un petit foyer interne de faible dimension. Ces trois derniers ateliers reposaient sur le gravier. Aucun creusement n’a été effectué mis à part la place du socle en bois à la base du mur.

48Le gros foyer extérieur était abondamment garni de grès cassés brûlés qui devaient servir à l’intérieur où ils ont été trouvés en grand nombre. À l’abandon, ils avaient été étalés. De nombreux documents ont été trouvés autour et principalement à l’opposé de la maison dont un curieux fragment d’anse d’un petit vase portant un bouton collé en forme de tétine avec une perforation dans son axe débouchant à l’intérieur. Selon toute vraisemblance il a dû servir de biberon.

49Bien que l’habitat 1-2 ait connu plusieurs réaménagements par nettoyages, il ne semble pas que l’activité ait eu une grande durée, comparativement à l’habitat voisin contemporain.

50Les divisions en ateliers des Graviers 3 ne correspondent pas à une répartition uniforme dans un espace ainsi déterminé par des phénomènes de cloisonnement. L’exemple de l’atelier situé le plus à l’Ouest est caractéristique. Il se subdivise en trois zones parallèles : celle du Nord concerne plus particulièrement la taille où le silex est surabondant et déborde sur la zone centrale qui regroupe tous les types de documents et plus particulièrement la céramique, les grès cassés et les ossements. La troisième zone, vers l’ouverture, est assez pauvre et ne paraît pas avoir eu de fonction particulière.

51Dans le deuxième atelier, la céramique est bien présente comme les autres documents avec une légère concentration en zone centrale. Le troisième atelier était uniquement consacré au débitage des ossements.

Fig. 5. — Passy. Les Graviers 1,2 et 3. Matériel céramique.

Fig. 6. — Passy. Les Graviers 1, 2 et 3. Matériel céramique.

52Le dernier atelier, à l’Est, comporte des petites zones avec une plus forte densité d’ossements autour d’un petit foyer de grès situé dans la partie ouest et la céramique plus abondante près du petit foyer sans grès situé vers l’extrémité est.

53La céramique du groupe des habitats des Graviers 1-2 et 3 comprend un total de 193 bords à forme déterminable, laissant une quarantaine inutilisables. En dehors des bords, des fragments de panse ou de fonds possèdent des qualités de pâte qui n’appartiennent pas à ceux-ci, augmentent le nombre réel de vases utilisés. Dans ces ensembles clos hors d’atteinte des labours, le nombre considérable de vases représentés par un unique fragment confirmerait la pratique des nettoyages par évacuation des sols constitués de matières périssables.

54La qualité des pâtes a bien changé par rapport à celle des Graviers 6. La céramique est maintenant en majeure partie gris-noir extérieurement avec un dégraissant sableux fin souvent visible. La pâte jaune ne représente plus que 16 %. Il semblerait que le four des Graviers ait été abandonné pour celui de la Plaine de Marsangy qui a livré la même pâte noire avec un aspect gris extérieur. Plusieurs vases ont des coloris différents, bruns ou roux, avec de gros dégraissants.

LE GROUPE DE LA SABLONNIÈRE 1-2

55L’abandon du village des Graviers doit correspondre à un changement. Ce n’est pas une migration puisque l’installation à la Sablonnière semble faire suite sans rupture dans la continuité de l’évolution, que ce soit céramique, lithique, comme aussi dans l’organisation de l’habitat. Il pourrait y avoir une raison naturelle. Par exemple, il est possible qu’une destruction par une montée des eaux plus importante que les autres ait détrempé la base des murs de terre qui se seraient ainsi effondrés. L’endroit le plus élevé dans cette partie de l’île fossile se trouve justement au lieu-dit la Sablonnière. Les relevés d’altitude indiquent une différence de 1,40 m, suffisante pour mettre hors d’eau durant les crues exceptionnelles.

56La partie haute s’allongeait le long du bras fossile sur 200 m et 30 à 50 m de large ; elle était constituée d’une couche de sablon très fin de 0,80 m d’épaisseur recouverte de terre arable suffisamment épaisse pour la mettre hors d’atteinte des labours, à l’exception de son bord est qui forme la rupture de pente de la berge.

57Ce transfert semble se combiner avec d’autres implantations, dans l’île fossile d’abord, en amont (la Justice) comme en aval (la Grande Pièce, la Truie Pendue) malheureusement érodées ou détruites, et d’autres à l’extérieur (La Plaine de Marsangy, Étigny, Véron), non compris des installations plus éloignées correspondant à cette période qui connaît des abandons et des créations. Ce mouvement ne marquerait-il pas un changement dans une conception de l’organisation et du mode de vie ? Un apport d’idées nouvelles ?

58Cette légère proéminence de la Sablonnière a été occupée sur toute son étendue par trois groupes d’habitats définis par la dispersion des documents et confirmée par la coloration du limon. Le groupe nord a été amputé par une exploitation ancienne de graviers et, des trois habitats restants, deux ont subi des dommages, ils ne livrent que peu de documents. Le groupe central est connu dans sa totalité bien qu’il ait subi une érosion de deux habitats à cheval sur la berge. Le troisième groupe sur la pente sud-ouest a été très érodé et ne subsiste que sous forme de traces.

59Le groupe central comprend six habitats qui ont pu être classés d’après la chronologie céramique. Les plus anciens 7 et 7b, ce dernier érodé, ont une orientation nettement Est-Ouest et une industrie voisine des habitats 1-2 du groupe nord. L’habitat 8 le plus au Sud, tourné de 20° vers le Nord-Ouest/Sud-Est, a fourni quelques documents qui paraissent un peu plus récents. Les autres habitats de 1 à 6 possèdent cette nouvelle orientation. Pour l’étude du début de l’occupation à la Sablonnière, il a choisi les deux habitats 1 et 2 du groupe nord.

60L’habitat 1 a été partiellement arasé, comme le 3, lors de l’aménagement du chemin d’accès qui a permis la découverte du site. La maison 2, intacte, comprend deux ateliers et semble se prolonger par une annexe érodée située sur la rupture de pente de la berge fossile. L’atelier ouest possédait une ouverture au Nord et une au Sud débouchant chacune sur un foyer surélevé. L’atelier de l’Est, où se pratiquait principalement le bris d’os sur enclume, était bordé par des murs de graviers et de terre.

61L’étude de dispersion de la céramique dans l’atelier ouest de la maison 2 n’a pas permis de dégager des zones privilégiées d’utilisation par rapport aux autres documents. Si la zone centrale possédait une certaine concentration comme dans l’atelier ouest de la maison 3 des Graviers, la proportion avec les autres documents ne variait pas, mis à part les grès qui n’ont pas été utilisés à la Sablonnière.

62La qualité de la céramique ne présente pas de grandes différences avec celle du groupe 3 des Graviers. Sur cent sept bords différents, quatre-vingt possèdent une pâte noire, en général lisse et de même couleur à l’intérieur comme à l’extérieur, sans dégraissant apparent. L’épaisseur varie peu, de fine à moyenne. Les décors sont réalisés principalement à l’ongle.

Fig. 7. — Passy. La Sablonnière 1. Matériel céramique.

63La pâte des autres vases varie du gris-noir au noir ; certains sans dégraissant, de couleur extérieure brun-jaune, exceptionnellement rouge représentés par vingt exemplaires. Les quelques autres montrent des inclusions de sablon et de paroi plus épaisses et des teintes diverses ; quatre sont noirs, décorés au doigt ou avec des boutons rapportés. Un seul tesson porte des traits parallèles gravés profondément : les autres gravures sont des triangles hachurés.

64Ce stade d’évolution pourrait correspondre à celui de l’atelier de Marsangy où un seul fragment montre des traits parallèles profonds couvrant toute une surface, un autre des enfoncements au doigt sous le bord, encore deux gros boutons isolés et deux petits côte à côte. C’est un ensemble anonyme. Si des décors au trait existaient, ils ont été effacés par le milieu argileux.

LE GROUPE DE LA SABLONNIÈRE 4-5 ET 6

65Si la période d’arrivée est bien représentée par l’habitat 2, le reliquat de l’occupation 1 ne représentant qu’un faible complément, les autres habitats, à l’exception du 5, n’ont pas livré un minimum d’une centaine de vases.

66L’habitat 5 a certainement eu une durée d’occupation longue qui a débuté avec la maison 4 et s’est poursuivie, après l’abandon de cette dernière, avec la nouvelle construction 6.

67Or, cette dernière, en prolongement de la 5, a été installée sur un emplacement d’habitat plus ancien d’orientation différente qui avait, semble-t-il, eu une durée courte, à moins qu’un nettoyage de l’emplacement avant la nouvelle construction en ait effacé le séjour. Il existait donc des possibilités de mélange entre ces trois habitats d’où la difficulté d’interpréter la phase finale de l’occupation de ce village de la Sablonnière. Dans ces conditions, le choix d’une période plus longue était nécessaire : l’habitat 4 fut joint pour équilibrer l’ensemble qui regroupe 284 bords utilisables.

68Il n’a pas été possible de préciser la forme des deux habitats successifs de l’aire 6. À l’opposé, la maison 4 a montré une organisation bien structurée avec des effets de paroi et des aires d’activités bien différenciées à peine creusées par les nettoyages. La maison 5 comprend deux parties, l’une légèrement dépressionnaire et avec peu de documents, l’autre à l’Est fortement recreusée et très chargée en documents divers.

Fig. 8. — Passy. La Sablonnière 2. Matériel céramique.

Fig. 9. — Passy. La Sablonnière 2. Matériel céramique.

69Possédant ainsi deux stades différents dans ce regroupement, il est apparu des différences sensibles entre eux, si l’on compare la céramique des deux habitats 4 et 6. Déjà les parois deviennent plus épaisses et les bords plus plats, avec une lèvre intérieure portant généralement une ligne d’encoches ou de boutons sur l’extérieur du bord ou à proximité. Les pâtes à dégraissant et parfois mal cuites se multiplient.

70Si les surfaces noires dominent avec 60 %, les surfaces grises ont presque disparu avec 8 %. Les pâtes noires qui possèdent des couleurs superficielles variant du brun-noir au jaune, sont le résultat de cuissons dans des ambiances ou à des températures différentes et si l’on les regroupe, l’ensemble atteint 95 %.

71Les bords sont abondamment décorés de boutons collés ou formés sur un bourrelet refoulé, parfois par de simples encoches. Les enfoncements, pincements et poinçonnages deviennent plus rares.

72Les techniques de décor évoluent : si les décors au peigne basculé avec de nombreuses dents demeurent fins, il n’en est plus de même pour les rubans traités au peigne à deux dents qui forment un sillon dans la pâte. Le traitement du ruban à la spatule basculée formant des zigzags concurrence maintenant le peigne.

73Plusieurs éléments de décor appartenant au Cemy font leur apparition dans les couches supérieures des habitats 5 et 6. Ce sont principalement les poinçons difformes qui n’ont pas encore atteint une uniformité et aussi la ligne de boutons collés qui quitte le bord pour être placée sur la panse, au niveau des anses.

74L’abondance des bracelets en schiste mérite d’être notée, alors qu’ils sont complètement absents aux Graviers.

LES AUTRES HABITATS

75Les autres habitats de la Sablonnière ont livré moins de documents que les précédents et de ce fait ne possèdent pas tout l’éventail des décors utilisés. Les maisons 7 et 7b sont presque en prolongement et séparées par un foyer aménagé dans une cavité creusée dans le gravier et partiellement garnie de silex éclatés. C’est le seul de ce type de tous les villages de Passy. Les documents céramiques présentent des affinités avec ceux des maisons 1 et 2 et indiquent ainsi le début de l’occupation de ce groupe central. La maison 8 est certainement postérieure aux précédentes, mais il reste difficile de la classer par rapport à la maison 4. La maison 9, qui appartient au groupe sud-ouest très érodé, a livré trop peu de documents (Carré, 1984).

Fig. 10. — Passy. La Sablonnière 2. Matériel céramique.

Fig. 11. — Passy. Les Graviers 3. Matériel céramique.

Fig. 12. — Passy. Les Graviers 3. Matériel céramique.

Fig. 13. — Passy. La Sablonnière 4. Matériel céramique.

76La pauvreté en documents céramiques des stationnements tardifs de l’île fossile ne permet pas de rechercher une évolution du Cerny comme à Vinneuf, ni d’établir des comparaisons chronologiques.

77Dans le fond de la vallée, à 4 kilomètres en amont, le site des Égriselles à Villeneuve-sur-Yonne a livré en surface plus de vingt bords de vases. Dans cet ensemble, des décors typiques du Cerny, où le bouton au repoussé domine, voisinent avec d’autres qui seraient plus proches des Graviers 1-2, 3 ou La Sablonnière 2 que de La Sablonnière 5 et font supposer une double occupation.

78Les petits sites découverts sur le plateau gardent une empreinte du Danubien de Passy avec des cordons et une adoption généralisée du bouton au repoussé.

LA CÉRAMIQUE DES MONUMENTS

79La difficulté de classer les monuments résulte de l’absence de reliquats d’occupation ou d’activités même rituelles qui devaient se passer sur les parties hautes des tertres créés principalement dans le renflement de leur extrémité est. Les fossés qui contenaient généralement les calages de poteaux de palissade ont été comblés rapidement de terres et gros graviers apportés, sans aucun document. Seul le grand monument central de la Sablonnière avec ses larges fossés a fourni une stratigraphie.

Fig. 14. — Passy. La Sablonnière 4. Matériel céramique.

Fig. 15. — Passy. La Sablonnière 5, fond. Matériel céramique.

Fig. 16. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.

Fig. 17. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.

Fig. 18. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.

Fig. 19. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.

Fig. 20. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.

Fig. 21. — Passy. La Sablonnière 6. Matériel céramique.

Fig. 22. — Passy. La Sablonnière 6. Matériel céramique.

Fig. 23. — Passy. La Sablonnière 7 et 5-7. Matériel céramique.

Fig. 24. — Passy. La Sablonnière 8. Matériel céramique.

80La construction de ces monuments ne semble pas avoir eu pour objectif initial leur utilisation comme lieu de sépulture. Différents indices tendent à le démontrer, ne serait-ce que le creusement des tombes après la fin de la réalisation du tertre.

LE MONUMENT PRINCIPAL

81La construction du monument principal de la Sablonnière s’est effectuée en plusieurs temps. D’abord deux fossés parallèles reliés par un arc de cercle. Un changement de conception a conduit à reboucher deux portions de droite pour élargir la tête et faire un fossé plus large, enfin, allonger le monument. Chaque fois l’orientation a changé.

82Le tertre qui dominait de 5 m ou plus avec une plate-forme de 12 à 15 m de diamètre a connu une abondante utilisation du feu. De nombreuses coulées de cendres mélangées de terre de soutènement ou de graviers ont contribué au remplissage du fond du fossé que l’on peut suivre jusqu’à une période avancée, protohistorique sinon mérovingienne, avec l’installation d’un foyer qui montre l’état de son remplissage à cette époque.

83Les documents trouvés dans ces comblements autour du tertre sont en général peu nombreux et peu caractéristiques comme les éclats de silex à tous les niveaux inférieurs. Il est nettement apparu que le comblement du premier mètre était contemporain de la Sablonnière et même un tesson gravé rappelant le Rubané récent du Bassin parisien. Le Cerny n’existait qu’entre 1 m et 1,25 m et dans un endroit en un lit qui suggérait un passage ou un petit stationnement. Il était caractérisé principalement par du bouton au repoussé.

LES TOMBES

84Le petit cimetière familial situé entre les maisons 5 et 7a de la Sablonnière a livré des vases attribuables à ce village. Ces tombes danubiennes n’ont pas encore subi d’influences visibles.

85Parmi les sépultures des monuments, il n’existe pas d’éléments comparables à ceux des habitats connus de l’environnement. Les vases représentent des dépôts d’objets d’origine étrangère ou d’une fabrication particulière originale.

Sépulture L

86Cette sépulture profonde, la seule creusée près du bord d’un fossé et dans le monument principal, pour un enfant de deux ou trois ans, reste à tout point de vue une exception. Couché sur le dos, les jambes repliées « en grenouille », le squelette était accompagné d’une armature losangique. Le vase qui signalait la tombe était tombé au-dessus de sa tête, à demi enchassé dans l’épaisse concrétion qui contenait les restes osseux (fig. 25, no 1).

87La forme de son ouverture résulte de deux pincements opposés du col lui donnant la forme de deux arcs de cercles accolés. Sur chaque face, l’anse, un bouton légèrement ovoïde perforé verticalement, occupe le milieu de la panse. Un ruban court sous le bord et s’arrête avant les pincements ; il est composé de lignes de trois, quatre ou cinq coups de poinçon en position irrégulière.

88C’est un vase de transition. Il a gardé du Danubien classique le décor interrompu sous le bord au lieu d’être entre les anses et celles-ci sont formées d’un bouton au lieu d’une languette. Les innovations que l’on retrouve au Cerny se signalent par le poinçonnage désordonné et la perforation verticale. Il est difficile d’attribuer la déformation volontaire à l’une ou l’autre période.

Sépulture E

89La sépulture E dite « Eiffel » à cause de sa spatule en forme de la fameuse tour, a livré deux vases bien différents. L’un était en place, basculé sur le côté au moment du dépôt du corps du défunt, le bras droit allongé reposant sur lui. Le corps a été simplement déposé dans la fosse de 1,20 m de profondeur et il est resté à l’air jusqu’à complète décomposition à tel point que l’humérus, réduit à l’état de poussière, a enveloppé complétement cette poterie auquel il manque le bord.

90Ce premier récipient de forme originale peut être classé comme une petite bouteille (fig. 25, no 3). Son fond est conique. Sa panse comporte trois anses de petite taille avec un ensellement médian à la partie inférieure, surmonté de deux boutons accolés. La pâte encore molle a été refoulée sous les anses avec un instrument coudé comme une corne de bovidé, la main ne pouvant pas passer par le col, donnant à la panse une section triangulaire. Ces déformations difficilement réalisables ont rendu ce vase quelque peu difforme et les renflements ne sont pas identiques. À la base du col ont été collés six boutons. Cette bouteille sans équivalent pourrait être de fabrication locale (hauteur probable 17 cm).

91Le deuxième vase (fig. 25, no 2) avait été déposé sur la tombe comme cela se pratiquait depuis longtemps (cimetière familial de la Sablonnière). La couverture de la fosse, en s’effondrant, a entraîné la moitié du vase brisé. Entre-temps la terre qui s’était infiltrée avait recouvert les restes du squelette. Les fragments de céramique gisaient à quelques centimètres au-dessus du fémur gauche.

Fig. 25. — Céramiques provenant des sépultures des monuments de la nécropole de Passy. I. Sépulture L ; 2 et 3. sépulture E, 4 et 5. sépulture G. (1 à 4 grande échelle, 5 échelle réduite).

  • 2 Déjà présenté par un dessin hâtif dans Carré et alii, 1989, p. 50, fig. 57d et p. 64, fig. 74.

92Ce vase à bouche carrée de 20 cm de côté2 possède sur ses quatre faces un dessin régulièrement imprimé avec un instrument plat, probablement une coquille, décrivant un accent circonflexe aplati de 7 mm de large. Le décor comprend sur chaque face six pavés carrés de deux rangées d’impressions sous bord et d’une guirlande presque semi-circulaire de trois rangées entourant une languette perforée. Le bord est légèrement rentrant au milieu. Son caractère typiquement Barbuise indique une importation venant de la vallée de la Seine ou au-delà.

Sépulture G

  • 3 L’attribution Grossgartach est contestée par les spécialistes de cette région.

93Cette sépulture, située dans la tête du monument G, apparemment le dernier appartenant au deuxième groupe, a fourni deux vases déposés à côté des pieds du mort. L’un, en forme de pot à fond rond et col droit, ne possédait aucun décor (fig. 25, no 5). L’autre, appelé vase Grossgartach3, possède un col éversé (no 4).

94Le décor a été effectué sur une pâte encore malléable. Le creux du col est orné d’un ruban de rainures croisées, obliques dans le même sens encadré de chaque côté par une rangée de coups de poinçon triangulaire, pointe à l’extérieur. Dans la moitié inférieure de la panse le même type de ruban, plus large, est aussi accompagné au-dessus d’une ligne du même poinçon ; en dessous, ce sont des triangles hachurés de rainures plus serrées d’obliquités différentes. Sur la partie haute de la panse, entre les deux rubans, a été réalisé un ruban discontinu irrégulièrement, de trois rangées de grainetis souligné à espace régulier sur la frange de quatre grains en carré.

95Passy est connu par la découverte de ses monuments funéraires insoupçonnés auparavant. Leur intérêt prend plus d’importance lorsqu’ils sont placés dans leur environnement local et régional. L’installation progressive et la multiplication des habitats donne l’idée de la naissance d’un territoire jusqu’à la limite des complexes voisins.

  • 4 Publication séparée prévue dans le bulletin de la Société Archéologique de Sens.

96La succession purement locale d’habitats, contenant de nombreux documents, permettra d’avoir, pour la région proche, une séquence de comparaison continue valable jusqu’à la naissance du Cerny et de mieux approcher les différences régionales4.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Carré, 1980 = Carré (H.), « Évolution des décors céramiques dans le Danubien de l’Yonne », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Chalons-sur-Marne, mars 1979, p. 69-74 (Pré- et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no spécial).

Carré, 1984 = Carré (H.), « Habitats danubiens Seine-Yonne : les maisons de Passy », in : Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 15-24 (C.R.E.PA., cahier no 1).

Carré, Duhamel, Prestreau, 1989 = Carré (H.), Duhamel (P.), Prestreau (M.), « Le Mésolithique, le Néolithique », l’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, cat. d’exposition, C.D.R.A., C.R.A.A.B., p. 34-70.

Carré, 1990 = Carré (H.), « Véron : nouvelles approches », Bull. Soc. Préhist. Luxembourg, t. 12.

Carré, 1993 = Carré (H.), « Les apports de la céramique dans la recherche des activités danubiennes de Passy », Bull, de la Soc. Archéologique de Sens, no 35, p. 5.

Carré, Fonton, Duhamel, 1996 = Carré (H.), Fonton (M.), Duhamel (P.), « La nécropole monumentale néolithique de Passy (Yonne) », La vie préhistorique, Dijon, éd. Faton, Société Préhistorique Française, p. 436-439.

Duhamel, Prestreau, 1991a = Duhamel (P.), Prestreau (M.), « La nécropole monumentale néolihique de Passy dans le contexte du gigantisme-funéraire européen », in : Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 103-117, fig.7 (Suppl. au Bull. de la Soc. Arch. Scientifique et Littéraire du Vendômois).

Duhamel, Prestreau, 1991b = Duhamel (P.), Prestreau (M.), « Témoins de contacts interculturels tardidanubiens dans le Sud-Est du Bassin parisien », in : Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 91-101 (Suppl. au Bull. de la Soc. Arch. Scientifique et Littéraire du Vendômois).

Notes

1 L’importance de la céramique de Passy rend nécessaire sa publication intégrale, nécessaire à tout chercheur... Il en est résulté l’obligation d’écarter de cette publication l’étude de statistiques et de comparaisons entre les différentes phases d’évolution, avec les autres sites de l’Yonne et si possible au-delà. Cette deuxième partie sera publiée dans le bulletin de la Société Archéologique de Sens.

2 Déjà présenté par un dessin hâtif dans Carré et alii, 1989, p. 50, fig. 57d et p. 64, fig. 74.

3 L’attribution Grossgartach est contestée par les spécialistes de cette région.

4 Publication séparée prévue dans le bulletin de la Société Archéologique de Sens.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 2. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 3. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Fig. 4. — Passy. Les Graviers 6. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 5. — Passy. Les Graviers 1,2 et 3. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 6. — Passy. Les Graviers 1, 2 et 3. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 7. — Passy. La Sablonnière 1. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 8. — Passy. La Sablonnière 2. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 9. — Passy. La Sablonnière 2. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 10. — Passy. La Sablonnière 2. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 11. — Passy. Les Graviers 3. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 12. — Passy. Les Graviers 3. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 13. — Passy. La Sablonnière 4. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 14. — Passy. La Sablonnière 4. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 15. — Passy. La Sablonnière 5, fond. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 16. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 17. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 18. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 19. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 20. — Passy. La Sablonnière 5. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 21. — Passy. La Sablonnière 6. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 22. — Passy. La Sablonnière 6. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 23. — Passy. La Sablonnière 7 et 5-7. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 24. — Passy. La Sablonnière 8. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 25. — Céramiques provenant des sépultures des monuments de la nécropole de Passy. I. Sépulture L ; 2 et 3. sépulture E, 4 et 5. sépulture G. (1 à 4 grande échelle, 5 échelle réduite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/613/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search