Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Les fosses en « V, Y et W » dans le secteur de confluence Seine-Yonne et dans la Marne : quelques exemples en milieu alluvial

Régis Issenmann et Rebecca Peake

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1L’objectif de cette contribution est avant tout de donner un aperçu du potentiel documentaire du secteur de la confluence Seine-Yonne (Seine-et-Marne) en mettant en lumière quelques exemples de découvertes de fosses en U, V, Y ou W, issues de sites fouillés dans la plaine alluviale. En parallèle, l’article constitue l’opportunité de présenter également celles mises au jour récemment dans le cadre de la fouille de Loisy-sur-Marne « ZAC de la Haute Voie - Zone A », dans la Marne. Aussi ne s’agit-il pas ici d’entrer directement dans des tentatives d’interprétation fonctionnelle mais plutôt d’enrichir le corpus, préciser les étendues géographique et chronologique du phénomène et apporter quelques remarques d’ordre méthodologique.

2Dans le cadre du recensement des fosses concernées dans le secteur géographique retenu, il a été décidé d’élargir le spectre morphométrique du corpus car il s’avère que de nombreuses fosses, clairement anthropiques mais souvent avares en mobilier, pouvaient être considérées comme dotées de ce type de profil, avec plus ou moins de largesse interprétative. Car il serait probablement fâcheux de ne retenir que les structures aux formes et aux dimensions proches des « standards » retenus tant que leur fonction exacte n’a pas été clairement identifiée. Par ailleurs, certaines activités n’appellent pas au creusement de fosses de dimensions ou de formes précises, les impératifs pouvant être tributaires d’autres paramètres comme la nature du sol, le niveau de la nappe phréatique, l’importance (en termes d’étendue ou d’intensité) de ladite activité, etc.

Un premier regard sur le secteur de confluence Seine-Yonne

3L’espace géographique dans lequel l’étude prend place est situé à proximité de la zone de confluence entre la Seine et l’Yonne. Plus précisément, il occupe, en amont de cette confluence, la Bassée, basse vallée de la Seine, dont nous ne considérerons que la partie seine-et-marnaise, le secteur d’interfluve et la plaine de Varennes, sise en aval de la confluence (fig. 1). Les vallées ne s’élargissant que rarement au-delà de 6 km, notre surface totale d’étude s’étend sur environ 250 km2. Depuis plusieurs décennies, le suivi archéologique des activités d’extraction de granulats orchestrées par les carriers et le développement péri-urbain de la ville de Montereau ont permis la découverte de plusieurs centaines de gisements archéologiques.

4La Bassée est formée par un réseau de paléochenaux, dont les plus anciens remontent au Tardiglaciaire, ponctué de dômes sablo-graveleux sur lesquels l’homme s’est implanté depuis le Paléolithique. Des alluvions anciennes, notées Fy et Fz sur la carte géologique de Montereau-Fault-Yonne, recouvrent le substrat sur les zones les plus hautes, tandis que sur les zones basses reposent des alluvions récentes holocènes. Le secteur d’interfluve, quant à lui, connait un dénivelé de 15 m sur une distance de 9 km. Il est constitué de limons notés K, qui correspondent à des colluvions, alluvions et apports éoliens remaniés sur une épaisseur de 2 à 5 m. La plus grande partie du secteur est protégée des crues puisque l’on se situe ici à environ 15 m au-dessus du niveau de la Seine. Enfin, la plaine de Varennes est également constituée par des limons notés K, mais le resserrement en entonnoir de la vallée vers l’ouest a, depuis toujours, freiné l’écoulement des eaux de crues, rendant cette plaine terriblement inondable, voire marécageuse.

Fig. 1. Carte de localisation des sites inclus dans l’étude. 1. Ville-Saint-Jacques « Le Fond des Vallées » ( Maury , 2006) ; 2. Ville-Saint-Jacques « Le Bois d’Échalas » ( Issenmann et alii, 2009) ; 3. Barbey « Le Chemin de Montereau » ( Gouge , 1990) ; 4. La Tombe « La Cour des Lions » ( Delattre et alii, 1997) ; 5. Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » ( Peake , Séguier , 1998 ; Peake , 2000) ; 6. Les Ormes-sur-Voulzie « Les Pâtures » ( Issenmann , 2005b) ; 7. Villiers-sur-Seine « Le Défendable » (fouille J.-P. Quenez, Inrap CIF, 2008) (DAO : R. Issenmann).

Fig. 2. Carte de répartition des fosses en U, V, W et Y dans le secteur de confluence Seine-Yonne ; les nombres indiquent la quantité de fosses inventoriées pour chaque entité géographique (DAO : R. Issenmann).

5Le premier constat effectué dès le début du dépouillement de la documentation est que ces types de fosses n’ont que rarement suscité l’intérêt des archéologues, comme en témoigne leur quasi-absence dans les rapports de fouille, la plupart n’ayant, de surcroit, pas été photographiée. Il a donc été nécessaire de retourner à la documentation brute (minutes de terrains…) lorsqu’elle était disponible et exploitable. Ces contraintes ont conduit, puisqu’il s’agit d’évaluer le potentiel documentaire, au choix d’un échantillonnage de quinze sites parmi les plus vastes et les plus denses, les mieux documentés et ceux fouillés par les auteurs du présent article.

Fig. 3. Tableau récapitulatif des fosses en U, V, W et Y du corpus retenu pour le secteur de confluence Seine-Yonne.

6Une étude récente sur le secteur avait permis de mettre en évidence des disparités dans les choix d’implantation des structures de stockage à l’Âge du Fer, selon que le site était localisé en Bassée, dans la zone d’interfluve, ou dans la zone sise en aval de la confluence (Issenmann, 2005a). Il était ainsi apparu que cette dernière avait les faveurs quasi-exclusives du silo, à l’instar de la zone d’interfluve, tandis que le grenier était préféré en Bassée, la cohabitation entre le grenier et le silo n’étant pas répandue. Ce phénomène pouvait être lié aux différents contextes topographique, géomorphologique et environnemental (exposés ci-dessus), dans une région où l’hydrographie joue un rôle majeur. Une étude similaire a donc été menée avec les fosses dont il est ici question, avec l’objectif de reconnaître ou non un lien entre les modalités de leur implantation et le contexte naturel. Malgré la faiblesse de l’échantillon, le résultat est éloquent : une majorité des fosses provient en effet de la zone d’interfluve (fig. 2). Il pourrait s’agir d’une piste de réflexion, même s’il sera nécessaire de considérer un plus grand nombre de sites afin de vérifier ou non le phénomène observé.

7Parmi les quinze sites dont la documentation a été dépouillée, sept ont livré des fosses participant à étoffer le corpus national (fig. 3).

Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » (Peake, Séguier, 1997 ; Peake dir., 2000)

8Onze structures ont été creusées selon un profil en U, V ou Y (fig. 4). Seule une d’entre elles a pu recevoir une attribution chronologique, au Néolithique, grâce à l’expertise du mobilier résiduel. Là encore, aucune organisation spatiale particulière ne peut être mise en évidence.

Fig. 4. Relevés des fosses issues de la fouille de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » (fouille R. Peake, Afan, 1998).

Barbey « Le Chemin de Montereau » (Gouge, 1990)1

  • 1 Les auteurs tiennent à remercier Patrick Gouge (CG77) pour avoir sollicité notre attention sur des (...)

9Trois structures en U sont dénombrées (fig. 5). De forme oblongue, leurs dimensions sont similaires, de même que leur orientation (sud-ouest/nord-est). Rien n’indique qu’elles soient contemporaines et elles n’offrent aucune cohérence au niveau spatial. Elle n’ont pu recevoir aucune attribution chronologique, si ce n’est la structure 27 qui a livré un tesson de facture néolithique. Le contexte archéologique correspond à un habitat du Bronze final lllb / Hallstatt ancien et un autre de La Tène B2.

La Tombe « La Cour des Lions » (Delattre et alii, 1999)

10Seules deux fosses oblongues peuvent être incorporées dans les types retenus (fig. 5). Toutefois, elles sont l’occasion de mettre en évidence les écueils interprétatifs dûs aux méthodes de fouille. En effet, lors de la phase de terrain, peu sensibilisés aux profils particuliers dont il est ici question, beaucoup d’archéologues placent leur axe de coupe dans le sens longitudinal de la structure, ce qui est pratiqué en temps normal. Il en résulte un relevé qui ne rend pas compte de la nature du profil transversal de la fosse ; il est donc, ici mais aussi sur beaucoup de sites rencontrés, impossible de reconnaître une fosse en U, V ou Y. À ce titre, il nous paraît important d’adapter la méthode d’investigation de terrain afin de favoriser l’étude de ces structures particulières. Cela doit probablement passer par une sensibilisation des responsables d’opération.

Ville-Saint-Jacques « Le Bois d’Échalas » (Issenmann dir., 2009)

11Au sein d’un habitat de la transition Rubané Récent du Bassin parisien/Villeneuve-Saint-Germain (Néolithique ancien), une fosse en W a été mise au jour (fig. 5). Longue de 5,50 m, large de 1,80 m et profonde au maximum de 2 m, elle est creusée dans le limon jaunâtre calcaire et le fond des deux surcreusements entaille le substrat sableux sur une vingtaine de centimètres.

12Elle a livré, notamment dans le comblement supérieur, voire final, un ensemble mobilier intéressant. Ainsi ont été recueillis près de 300 tessons de céramique caractéristique (NMI : 6 – masse légèrement supérieure à 2 kg), des éclats laminaires en silex (NR : 35), 66 restes fauniques (masse : 1,4 kg), des éléments en terre cuite (masse : 0,824 kg) et un fragment de bracelet en calcaire blanc. À cela s’ajoutent quelques restes céréaliers, mais rien ne permettant la mise en évidence d’une fonction quelconque liée au traitement des récoltes. Au fond d’un des deux surcreusements, un élément en terre cuite montrant des traces de clayonnage a été découvert, ainsi qu’un andouiller de cerf ; ce dernier a fait l’objet d’un traitement thermique et présente un perforation allongée.

13Il s’agit de la seule structure du corpus qui soit clairement située au sein d’un habitat.

Ville-Saint-Jacques « Le Fond des Vallées » (Maury, 2006)

14En 2005, l’équipe d’Olivier Maury mettait au jour, lors d’une fouille préventive, une fosse oblongue d’environ 3 m de longueur, 0,70 m de largeur et profonde de 1,60 m sous décapage (fig. 5). À l’instar des fosses de La Tombe (voir infra), cette structure a été coupée dans le sens longitudinal, ce qui rend délicate son identification typologique. Néanmoins, l’étude stratigraphique montre un comblement initial marqué par une succession de litages de limon bruns et de substrat, comme souvent observé dans les fosses en Y. Elle n’a livré aucun mobilier caractéristique et, à ce titre, n’a pu recevoir d’attribution chronologique.

Les Ormes-sur-Voulzie « Les Pâtures » (Issenmann, 2005b)

15Dans le cadre d’un diagnostic, une fosse en U attribuée par la céramique au Hallstatt final a été mise au jour dans une tranchée (fig. 5). Dans le milieu du comblement fortement marqué par la présence de petits blocs de grès, des éléments fauniques particuliers ont été découverts : deux métacarpes (de deux individus), un tibia et un élément d’un crâne de bœuf et des fragments d’un mouton et de trois porcs présentant les traces typiques d’animaux consommés. Leur étaient associés des restes de porcelets : une paire de pattes avant d’un seul individu, les pattes arrière de deux individus et des éléments d’une mandibule (étude Ginette Auxiette, dans Issenmann, 2005b).

16La nature de ces restes traduit manifestement un rejet (ou un dépôt ?) ayant fait l’objet d’un choix.

Villiers-sur-Seine « Le Défendable » (fouille J.-P. Quenez, 2009)2

  • 2 Les auteurs tiennent à remercier Jean-Philippe Quenez (Inrap-CIF) d’avoir accepté de mettre à disp (...)

17Parmi les vestiges d’une occupation du second Âge du Fer, une fosse en Y a été découverte et fouillée en 2009 (fig. 6). Longue de 2,72 m, large de 1,04 m et profonde de 1 m, elle épouse les proportions standard de ce type de structure. Elle n’a malheureusement livré aucun mobilier.

Fig. 5. Relevés des fosses issues du secteur de la confluence Seine-Yonne.

Fig. 6. Vue de profil de la structure 1003 de la fouille de Villiers-sur-Seine « Le Défendable » (fouille J.-P. Quenez, Inrap CIF).

Exemple de fosses en Y et en W dans la Marne

18La présente contribution est également l’occasion de porter à la connaissance de la communauté la découverte, sur le site de Loisy-sur-Marne « ZAC de la Haute Voie – zone A », dans la Marne, de deux fosses distantes de quelques mètres, l’une en W et l’autre en Y (Issenmann, Wermuth dir., 2011) (fig. 7).

La structure 120

  • 3 Date 14C BC : 4120 ± 35 ; âge calibré à 2 sigma :-2872 à-2577. Les analyses ont été effectuées par (...)

19À l’extrémité nord-occidentale de l’emprise de fouille, la structure 120 a livré, dans la partie supérieure de son comblement, un squelette qui a fait l’objet d’une datation en laboratoire. De plan allongé, elle est longue de 3,20 m et large de 0,85 m (fig. 8). Son profil est typique des structures dites « en W » (ou « en pantalon » selon les auteurs), c’est-à-dire formées par deux fosses en U ayant un côté en commun, de façon à former une seule et même structure. Le fond des deux excroissances est marqué par la présence de cailloutis blanc-beige clair pris dans un liant formant une concrétion très compacte (aussi compacte que du béton). Cette observation semble être le résultat d’une formation naturelle favorisée par la nature du substrat et la longue période écoulée depuis la phase de comblement, voire par une exposition relativement longue au ruissellement et aux pluies avant ce comblement. L’excroissance située à l’ouest contient un squelette enseveli à un niveau intermédiaire du comblement. L’analyse au radiocarbone effectuée sur les ossements a rapporté une datation calibrée comprise entre 2780 et 25773 avant notre ère au plus probable, soit à l’étape finale du Néolithique. La fosse a également livré quelques tessons de céramique dans un médiocre état de conservation, que rien n’interdit de corréler à la datation proposée par l’analyse en laboratoire. La position de l’individu, sur le ventre, la tête vers le bas et les membres supérieurs désorganisés, ainsi que sa localisation dans la fosse, sont autant d’indices qui évoquent un dépôt (voire un rejet) opportuniste et non un creusement approprié.

La structure 140

20À proximité de la structure 120, la structure 140 correspond à ce que l’on nomme typologiquement une fosse en « Y ». De plan ovale, elle est longue de 3 m et large de 1,40 m (fig. 8). Conservée sur 0,70 m, elle a un profil caractéristique à parois obliques relativement évasées dans la partie supérieure, puis s’approchant de la verticalité en milieu de creusement. Le comblement montre des dynamiques variées et non anthropisées. Sa proximité immédiate avec la structure 120, en « W », attribuée au Néolithique final, pourrait traduire une association fonctionnelle et donc une contemporanéité.

Conclusion

21Les quelques exemples présentés ici n’ont pas réellement vocation à apporter des éléments déterminants quant à l’interprétation de la fonction des fosses en U, V, Y et W. L’objectif était de dresser un premier aperçu, modeste, de ce que recèle le secteur de la confluence Seine-Yonne en ces termes. Un corpus potentiellement important (un total de vingt structures pour un échantillon de quinze sites) se dégage alors, la zone d’interfluve étant la plus représentée. Ce phénomène pourrait marquer un lien entre le contexte naturel (notamment sédimentaire) et le choix d’implantation, ou au contraire n’être dû qu’au hasard d’un échantillonnage trop modeste.

22Certains éléments observés ici offrent tout de même quelques pistes de réflexion :

  • le fond des fosses en W présentées entaille le niveau de graviers caractérisant le substrat, sur une profondeur de quelques centimètres. Cela pourrait marquer une utilité fonctionnelle (recherche d’un milieu drainant, d’un niveau battu par la nappe phréatique, etc.) ;
  • l’exemple des Ormes-sur-Voulzie « Les Pâtures » montre une fosse en U ayant fait l’objet d’un rejet faunique complexe et trié, peut-être assimilable à un dépôt ;
  • en ce qui concerne le champ chronologique, si la plupart des fosses du corpus n’ont livré aucun mobilier, certains exemples ont pu être attribués au Néolithique ancien, au Néolithique final, au Hallstatt final et peut-être à La Tène, ce qui s’intègre de façon cohérente avec les observations effectuées par ailleurs ;
  • en revanche, il semble que la présence du squelette mis au jour dans la fosse en W de Loisy-sur-Marne soit due à un geste opportuniste de récupération d’une fosse déjà existante, et donc non creusée dans l’intention d’y ensevelir un défunt.

Fig. 7. Tableau récapitulatif des fosses en W et Y issues de la fouille de Loisy-sur-Marne « ZAC de la Haute Voie – zone B » (fouille R. Issenmann, Éveha).

Fig. 8. Relevés des fosses issues de la fouille de Loisy-sur-Marne « ZAC de la Haute Voie – zone B » (fouille R. Issenmann, Éveha).

23Cette approche permet enfin d’apporter diverses remarques d’ordre méthodologique. Il paraît en effet important de préciser, voire de redéfinir les critères d’identification pour chaque type, la recherche ne pouvant se cantonner aux profils et dimensions standard, par risque de biaiser l’interprétation qui sera apportée à ce type de structures. Au passage, rappelons qu’il n’est pas garanti que toutes aient eu la même fonction, ou appartiennent au même domaine fonctionnel. Par ailleurs, il convient sûrement de définir une méthode de fouille pour ces structures, méthode à laquelle les archéologues de terrain devront être sensibilisés. Aborder ce type de fosse en quarts opposés paraît le plus approprié, même si cela peut s’avérer chronophage pour des structures au mobilier indigent. Cette sensibilisation aura pour conséquence directe la considération de ces vestiges et une meilleure exploitation de leurs apports scientifiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Peake R., Delattre V., Mahé N., et Augereau A., Pihuit P. coll., 1998, La Tombe, ‘La Cour des Lions’, 77 467 006 AP : occupation du Néolithique ancien à l’époque carolingienne dans le secteur de l’interfluve Seine-Yonne, Document final de synthèse, Bazoches-lès-Bray, inédit, 34 p, 27 fig. h.t., 2 pl. h.t., annexes : 10 p.

Gouge P., 1990, Rapport 1990, opération de sauvetage urgent à Barbey ‘Le Chemin de Montereau’ (Seine-et-Marne), Rapport de fouille, CDA Bassée, 39 p., ill.

Issenmann R., 2005a, Les formes de l’habitat à la confluence Seine – Yonne ( vie - ve siècles av. J.-C.) : inventaire et typologie des structures, Mémoire de Maîtrise, Univ. de Toulouse 2-Le Mirail, 240 p., 47 fig.

Issenmann R., 2005b, Les Ormes-sur-Voulzie ‘Les Pâtures’, Rapport de diagnostic archéologique, CDA Bassée, 46 p., 17 fig.

Issenmann R. dir., Ameye N., Auxiette G., Bardel D., Bedault L, Bertin P, Bertrand I., Bostyn F., Delattre V., Meunier K., Peake R., Pilon F., Praud I., Séguier J.-M., Sidéra I., Toulemonde F., Wiethold J., 2009, Ville-Saint-Jacques ‘Le Fond des Vallées’ / ‘Le Bois d’Échalas’ (Seine-et-Marne, Île-de-France) : occupations du Néolithique ancien, du Bronze final, du Hallstatt moyen, du Hallstatt final, de La Tène ancienne et de l’époque gallo-romaine, Rapport final d’opération, Inrap/SRA Île-de-France, 2 vol., 125 fig., 16 ann.

Issenmann R., Wermuth É. dir., Brénot J., Ducreux A., Gomez S., 2011, ZAC de la Haute-Voie – zone B, Rapport final d’opération, Éveha/SRA Champagne-Ardenne, 3 vol., 32 fig., 7 ann.

Maury O., 2006, Ville-Saint-Jacques ‘Le Fond des Vallées’, Rapport final d’opération, CDA Bassée/SRA Île-de-France, 64 p., 15 fig.

Peake R. dir., 2000, Occupation du Paléolithique supérieur à la fin du haut Moyen Âge à Marolles-sur-Seine, Le Grand Canton, Document final de synthèse, Bazoches-lès-Bray, CDA Bassée, 93 p., 98 fig. h.t., 8 ann.

Peake R., Séguier J.-M., 1997, Occupations de l’interfluve Seine-Yonne du Paléolithique supérieur à la fin du haut Moyen Âge à Marolles-sur-Seine, Le Grand Canton, Document final de synthèse, Bazoches-lès-Bray, CDA Bassée, 46 p., 44 fig. h.t.

Annexes

THE PITS WITH «V, Y AND W-SHAPED CROSS-SECTIONS» IN THE SECTOR OF CONFLUENCE SEINE-YONNE AND IN THE MARNE DEPARTMENT: SOME EXAMPLES FROM ALLUVIAL CONTEXTS

Régis Issenmann, Rebecca Peake

Abstract

The primary aim of this contribution is to present an overview of the potential of documentation in the sector of the Seine-Yonne confluence by highlighting some discoveries of pits with U-, V-, Y-or W-shaped cross-sections stemming from sites excavated in the alluvial plain. In parallel, the paper gives the opportunity to present also recent discoveries made during the excavation at Loisy-sur-Marne «ZAC de la Haute Voie» - Zone A», in the Marne department. We will, however, not directly approach the possibilities of functional interpretation but rather complete the catalogue of features, specify the geographical distribution of the phenomenon and advance some methodological observations.

The geographical area of this study is situated next to the sector of confluence between the Seine and the Yonne rivers. More precisely, it occupies the Bassée area upstream of the confluence, the sector of confluence and the Varennes plain located downstream.

The approach developed here is related to the dynamics created by a recent study conducted in this sector. The latter had permitted to show disparities concerning the choices of establishment of Iron Age storage features in the different topographic, geomorphologic and environmental contexts. Despite the small sample size, the result is clear: the major part of the pits is associated with a specific natural context.

Amongst the fifteen sites of which the documentation has been analyzed, seven have yielded pits, twenty in total, thus contributing to increase the catalogue compiled for France. These occurrences offer the possibility to obtain precise information about the typology, the chronology and the function of this type of feature, placed in the core of the general conference theme. Taking one step back, this has also permitted to approach methodological issues.

Finally, the present contribution offers the possibility to present the discovery of two pits, distant of several meters, the one with W-shaped cross-section and the other with Y-shaped cross section both assigned to the Final Neolithic at the site of Loisy-sur-Marne «ZAC de la Haute Voie – zone A», in the Marne department.

DIE GRUBEN MIT V-, Y- UND W-FÖRMIGEM QUERSCHNITT IM BEREICH DES ZUSAMMENFLUSSES SEINE-YONNE UND IM DEPARTEMENT MARNE: BEISPIELE AUS ALLUVIALBEREICHEN

Régis Issenmann, Rebecca Peake

Zusammenfassung

Vorrangiges Ziel dieses Beitrages ist es, einen Überblick über das Fundpotential im Bereich des Zusammenflusses Seine-Yonne zu geben, indem eine Reihe von Entdeckungen von Gruben mit U-, V-, Y- oder W-förmigem Querschnitt aus in der Alluvialebene gegrabenen Fundstellen vorgestellt wird. Parallel dazu bietet der Artikel ebenfalls die Möglichkeit, die kürzlich im Rahmen der Grabung Loisy-sur-Marne «ZAC de la Haute Voie» - Zone A», im Departement Marne zu Tage geförderten Gruben vorzustellen. Es geht hier aber vordergründig nicht darum, Interpretationsvorschläge zur Funktion vorzubringen, sondern vielmehr darum, den Korpus zu erweitern, die geographische Ausbreitung des Phänomens genauer zu erfassen und methodische Bemerkungen einzubringen.

Der geographische Rahmen der Untersuchung umfasst das Gebiet des Zusammenflusses von Seine und Yonne. Genauer genommen, die flussaufwärts gelegene Bassé, das Gebiet des Zusammenflusses, sowie die flussabwärts gelegene Varennes-Ebene.

Eine neuere Untersuchung in dieser Region hat es erlaubt, Unterschiede bei der Standortwahl von eisenzeitlichen Speicherstrukturen in den verschiedenen topographischen, geomorphologischen und ökologischen Kontexten herauszustellen. Die vorliegende Untersuchung wurde unter diesem Aspekt durchgeführt. Trotz der geringen Befundmenge, ist das Ergebnis eindeutig: die Mehrzahl der Gruben wurde in einem spezifischen ökologischen Kontext angelegt.

Von den fünfzehn Fundstellen, deren Grabungsdokumentation analysiert wurde, haben sieben insgesamt zwanzig Gruben geliefert. So konnte der für Frankreich erstellte Korpus erweitert werden. Bezüglich ihrer Typologie, Chronologie und Funktion bieten diese Befunde die Möglichkeit, genauere Informationen zu diesem Strukturentyp, der im Mittelpunkt des Tagungsthemas steht, zu gewinnen. Parallel dazu konnten mit dem entsprechenden Abstand methodische Fragen behandelt werden.

Der vorliegende Beitrag bietet abschließend auch die Gelegenheit, den Fachkreisen die Entdeckung von zwei, weniger als Meter auseinander liegenden, endneolithischen Gruben – davon die eine mit W-, die andere mit Y-förmigem Querschnitt - an der Fundstelle Loisy-sur-Marne «ZAC de la Haute Voie – zone A» im Departement Marne vorzustellen.

Notes

1 Les auteurs tiennent à remercier Patrick Gouge (CG77) pour avoir sollicité notre attention sur des sites portés à sa connaissance.

2 Les auteurs tiennent à remercier Jean-Philippe Quenez (Inrap-CIF) d’avoir accepté de mettre à disposition ces données inédites.

3 Date 14C BC : 4120 ± 35 ; âge calibré à 2 sigma :-2872 à-2577. Les analyses ont été effectuées par le Poznan Radiocarbon Laboratory (Poznan, Pologne).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de localisation des sites inclus dans l’étude. 1. Ville-Saint-Jacques « Le Fond des Vallées » ( Maury , 2006) ; 2. Ville-Saint-Jacques « Le Bois d’Échalas » ( Issenmann et alii, 2009) ; 3. Barbey « Le Chemin de Montereau » ( Gouge , 1990) ; 4. La Tombe « La Cour des Lions » ( Delattre et alii, 1997) ; 5. Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » ( Peake , Séguier , 1998 ; Peake , 2000) ; 6. Les Ormes-sur-Voulzie « Les Pâtures » ( Issenmann , 2005b) ; 7. Villiers-sur-Seine « Le Défendable » (fouille J.-P. Quenez, Inrap CIF, 2008) (DAO : R. Issenmann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 2. Carte de répartition des fosses en U, V, W et Y dans le secteur de confluence Seine-Yonne ; les nombres indiquent la quantité de fosses inventoriées pour chaque entité géographique (DAO : R. Issenmann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 3. Tableau récapitulatif des fosses en U, V, W et Y du corpus retenu pour le secteur de confluence Seine-Yonne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 4. Relevés des fosses issues de la fouille de Marolles-sur-Seine « Le Grand Canton » (fouille R. Peake, Afan, 1998).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Fig. 5. Relevés des fosses issues du secteur de la confluence Seine-Yonne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Légende Fig. 6. Vue de profil de la structure 1003 de la fouille de Villiers-sur-Seine « Le Défendable » (fouille J.-P. Quenez, Inrap CIF).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Fig. 7. Tableau récapitulatif des fosses en W et Y issues de la fouille de Loisy-sur-Marne « ZAC de la Haute Voie – zone B » (fouille R. Issenmann, Éveha).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 8. Relevés des fosses issues de la fouille de Loisy-sur-Marne « ZAC de la Haute Voie – zone B » (fouille R. Issenmann, Éveha).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6124/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search