Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Les villages néolithiques de Gurgy « Les Plantes du Mont » (Yonne) : particularités architecturales et aménagements environnementaux

Jean-Paul Delor

Texte intégral

1Grâce notamment à la prospection aérienne, près d’une quinzaine de sites d’habitat sont maintenant connus dans le département de l’Yonne, révélant, souvent en partie, le plan de plus d’une cinquantaine de maisons. Une fouille de sauvetage aux « Plantes du Mont », sur la commune de Gurgy, a permis de mettre en évidence deux concentrations de constructions aux caractéristiques légèrement différentes, mais suffisamment affirmées pour être développées ici.

2Ces habitats ont été établis, suivant une orientation Est-Ouest, sur la basse terrasse constituée d’alluvions gravelo-sableuses et sillonnée de paléo-chenaux pouvant occasionner, très localement, des micro-reliefs non inondables et des comblements de dépôts limoneux de débordement. Les maisons appartiennent à deux groupements distants de 150 m (fig. 1) et ont été édifiées sur deux microreliefs, en rangées parallèles. Elles dominent de 60 à 80 cm deux chenaux qui ont pu avoir, ne serait-ce que momentanément, une activité à la période néolithique. Le premier groupe (M1 et M2), à l’Ouest, est composé de grandes bâtisses au plan peu trapézoïdal. Le second (M3 à M7) comporte des constructions plus courtes, plus trapézoïdales et beaucoup mieux conservées. Le sol néolithique n’a toutefois pas été préservé.

LA MAISON M1

3Relativement longue (près de 29 m), elle comporte huit tierces. La partie arrière (à trois travées) est séparée de la partie centrale (à deux travées) par un « couloir » que l’on retrouve sur l’avant. Son plan (fig. 2) révèle toutefois la particularité de présenter quatre poteaux supplémentaires dont la présence ne s’explique que par des consolidations. Situés sous la panne faîtière, par paires, ils ont pu permettre le renforcement local de la charpente. Les travées sont ici de longueurs variables. Les espaces les plus longs mesurent 675 cm (sans recouvrement des pièces de charpente). Il faut donc admettre des pannes de 720 cm pour réaliser des assemblages à mi-bois sur des poteaux d’un diamètre moyen ne pouvant être inférieur à 25 cm, pour du chêne (d'après documentation Centre Technique du Bois).

4Des poteaux de renfort ont été implantés de part et d’autre du poteau central des tierces 2 et 6, là où la charpente avait bougé, où il s’est avéré urgent de la consolider avec des renforts (à la suite d’hivers très neigeux, de forts vents, d'orages, etc.). Il peut aussi s’agir d’un travail de consolidation consécutif à une usure normale, suite à une utilisation au cours de plusieurs décennies. On peut envisager un déplacement de la charpente dans le sens longitudinal avec déboîtage des assemblages à mi-bois des faîtières, puis réparation par pose d’une panne de renfort avec ligatures. Ceci expliquerait que le remplissage des poteaux de consolidation de la partie Est n’a pas subi l’imprégnation de calcin observée sur les poteaux voisins (voir infra). L’un d’eux est beaucoup plus gros que les autres. Le pilier reposait sur un calage de pierres (meules et broyons de granit indiquant à l’évidence l’utilisation de matériaux ne pouvant devenir disponibles qu'après un temps prolongé d’occupation des lieux) et semble révéler un renfort important, peut-être cassure de la faîtière initiale en son milieu. La réparation ouest semble plus modeste.

Fig. 1. — Gurgy, Les Plantes du Mont. Relevé général des structures néolithiques (cerclées : les aires de combustion).

5Les fosses latérales sont très érodées. Celles situées sur l’avant de la maison sont les plus profondes et les plus riches en matériel. On peut supposer, qu’initialement, elles étaient réunies en un fossé plus profond, au profil longitudinal irrégulier. Les deux fosses les plus à l’Est, proches de l'entrée frontale sont en deçà de l’avant de la maison et laissent à penser que la dernière tierce soutenait un auvent. La sortie pouvait donc s’effectuer au niveau de la tierce précédente. Des ossements d’animaux, reliefs de repas, ont été découverts plus nombreux sur la face opposée de la fosse sud comme s’ils avaient été jetés « à la volée » par un droitier, ce qui pourrait faire croire que la maison ne comportait pas de murs ou une fenêtre à cet endroit. Enfin, il est à remarquer que les fosses sont très proches des murs et qu’au niveau d’un sol néolithique, elles devaient même les longer sans laisser de passage intermédiaire.

Fig. 2. — Gurgy. Plan de la maison M1.

6Les comblements des trous de poteaux de la partie Est subirent une altération très particulière. Du calcin se déposa notamment dans les couches remaniées, imprégnant la terre et lui donnant une couleur cendreuse ainsi qu’une dureté inhabituelle. Cet apport est probablement dû à des courants d’eau souterrains, dans les sables, avec remontée de calcite, par capillarité. Les fosses latérales ainsi que les consolidations, dont le remplissage a probablement été effectué plus tardivement, n’ont en rien été affectées par ce phénomène. On pourrait donc en conclure que cette altération s’est produite entre le début et la fin de l'utilisation de cette construction et qu’il s’agit d’un processus relativement rapide. Du calcin a pénétré certains remplissages dans quatre des maisons étudiées. Il est curieux de noter qu’il n'affecte que les parties Est, en avant du « couloir » central, là où les silos n’ont pas été implantés. Faut-il y voir une relation de cause à effet ? Peut-on supposer que ce calcin soit en relation avec une utilisation particulière de cette partie de l’habitation ?

7La maison M2, très incomplète n’apporte pas d’informations significatives. Le premier village a pu être daté par la céramique de la phase ultime du Rubané récent, avec éventuellement des ouvertures sur le V.S.G. Le second groupement a été implanté à une période plus récente pouvant correspondre à un Cerny à cordons.

8Les maisons M3 et M4, quoique entièrement reconnues, n’offrent pas de particularités exceptionnelles. Elles ont été très érodées et ne présentent pas de fosses latérales.

LA MAISON M5

9Elle présente un intérêt tout particulier. Plus courte et plus trapézoïdale que M1, elle comporte encore deux parties séparées par un couloir et compte sept tierces (fig. 3). La partie arrière, orientée exactement vers l’Ouest, était ceinte d’une paroi qui a laissé des traces profondes, atteignant 24 cm par endroits. De nombreux fragments de clayonnage ont été retrouvés en surface des fosses latérales, plus particulièrement la fosse avant nord. Au Sud, la paroi est nettement intérieure à la rangée des poteaux latéraux. Une entrée latérale arrière (fig. 4), orientée au sud, ne fait aucun doute. Les vestiges sont trop éloquents pour induire une autre interprétation. Quelques constructions de la vallée de l’Aisne ou de Charmoy présentent déjà ces caractéristiques (fig. 5).

Fig. 3. — Gurgy. Plan de la maison M5.

10Si l’on accepte l’existence d’un « couloir » séparant la maison en deux parties distinctes, l'extrémité ouest correspond plus probablement à la partie de l’habitation la plus préservée. On y a découvert des meules et des silos contenant des demi-poires, des noisettes et de nombreuses graines de pois carbonisées. Des traces de rubéfaction signalent un assainissement par le feu avant nouvelle utilisation. M. Girard explique ainsi l’absence totale de pollens et la présence de très nombreuses particules charbonneuses. On peut aussi supposer que certaines graines pouvaient être torréfiées ou séchées artificiellement sur des claies exposées à la chaleur. D’autres fosses ont pu aussi servir de lieux de rangement pour la céramique, les outils en bois, en pierre, pour les meules, etc. Ainsi une fosse a fourni un bois de chute de cerf et une lampe à orifices multiples. La plupart des maisons du village Est comportent cette particularité (fig. 6).

Fig. 4. — Gurgy. Vue générale de la maison M5 révélant l’entrée arrière au Sud, les silos et les parois latérales.

De haut en bas :
Cuiry-lès-Chaudardes, « Les Fontinettes » (Aisne). Maison 280 : sur la façade, une porte s’ouvre entre le poteau central et le poteau sud de la tierce. A l’arrière, une autre ouverture est apparente entre les deuxième et troisième poteaux de la paroi, au Sud.
Chassemy, « La Grande Horle » (Aisne). Maison 50 : un poteau de paroi doublé, sur l'arrière, au sud, pourrait indiquer l'aménagement possible d’une ouverture.
Cuiry-lès-Chaudardes, « Les Fontinettes » (Aisne). Maison 460 : en façade, une ouverture a été aménagée, entre le poteau central et le poteau sud de la tierce.
Berry-au-Bac, « la croix Maigret » (Aisne). Maison 125 : à l’intérieur de l’auvent, à gauche de la façade, on retrouve le même aménagement, significatif de la présence d’une ouverture. Une autre est discernable entre les deuxième et troisième poteaux de la paroi, sur l'arrière, au Sud.
Charmoy, « sous les Ormes » (Yonne). Une porte du même type que celle de Gurgy a été aménagée en façade, entre le poteau central et le poteau sud de la tierce (la façade de toutes ces maisons est orientée à l’Est)
Fig. 5. — Éléments de comparaison comportant des entrées à l’Est et/ou au Sud/Ouest.

Fig. 6. — Gurgy. Village Est, situation des silos (en noir) dans les pièces arrière.

11Une entrée Est, de type « Charmoy », présente un dispositif mis en place dans des excavations triples (fig. 7). De part et d’autre des poteaux de tierce soutenant la charpente, ont été implantés deux poteaux destinés à maintenir une fermeture robuste et efficace : des rondins empilés horizontalement jusqu’à mi-hauteur pouvaient condamner l’ouverture.

Fig. 7. — Gurgy. Maison M5, vue du dispositif d’accès Est.

LA MAISON M7

12Les constructions M6 et M7 se superposent (fig. 8). La maison M7 constitue le réaménagement d’une construction antérieure légèrement plus courte et comportant une entrée Est aménagée. La nouvelle construction comporte une ante comme l'une des maisons de Charmoy. Certains rares poteaux ont été réutilisés et une rotation de l’orientation (de 5°), est à observer. La paroi nord de M7 n’est pas rectiligne et recoupe celle de M6 après avoir décrit un angle que rien ne peut apparemment expliquer. Une reconstruction totale, avec agrandissement, est un fait peu courant qui s’explique peut-être ici par l'exiguïté du micro-relief investi et le peu de place encore disponible pour l’extension du village, sur le tertre sableux, vers le Sud.

OBSERVATIONS GÉNÉRALES SUR LES MAISONS

13Relevé des caractéristiques des sept maisons étudiées :

14Afin de permettre d’éventuelles comparaisons avec d’autres constructions fouillées dans le Bassin parisien, ce tableau inclut l’indice de trapézité défini par A. Coudard et l’orientation par rapport au Nord (fig. 9).

15A. Coudard définit les standards des maisons danubiennes et précise leurs dimensions. À titre de comparaison, une maison petite à moyenne mesure de 5 à 22 m (c’est le cas pour six des constructions de Gurgy) ; une grande maison mesure de 22 à 35,5 m (M1 entre dans cette catégorie). La largeur en façade mesure en moyenne 6,75 m et la largeur du pignon arrière 5,38 m. On constate que si la largeur du pignon arrière reste dans la norme, la largeur de la façade est largement débordante (pour les deux groupements). Le type D (charpente aérée, rythmée) le plus courant en France est caractérisé par des portées moyennes comprises entre 3 et 5,50 m. La moyenne de l’indice de trapézité est normalement comprise entre 0,035 et 0,1 pour les maisons trapézoïdales et correspond tout à fait avec nos mesures (même pour M1 que son plan classerait plutôt dans les formes rectangulaires). La maison M7 donne une valeur un peu basse, mais rappelons que le mur nord est rentrant sur la partie avant et que le calcul en est faussé.

16A. Coudard donne le nom de « performance » au rapport de la surface divisée par le nombre de poteaux (de tierces) internes. Les tierces qui font partie des parois en sont exclues. La performance est normalement comprise entre 2 et 8. La maison M1 dont les portées entre tierces sont particulièrement longues, dépasse la norme et explique probablement les réparations ultérieures.

17La répartition des pièces s’établit ainsi (C pour couloir et A pour auvent/ante), déterminant une « formule » spécifique :

Maison

Pièce arrière

Couloir C1

Pièce centrale

Couloir C2

M1
M2
M3
M4
M5
M6
M7

3
2
2
2
2
1
2

C
C
C
C
C
C
C

3
2
3
2
3
3
2

C
C
C

C
C
A

18On constate que les maisons de Gurgy sont plus courtes que celles respectant le schéma traditionnel et comportant deux couloirs compartimentant la surface en trois parties. Ici n’existent que les modules en arrière du couloir centre/avant C2.

19Enfin, il nous a paru intéressant de mener une démarche semblable à celle que mène D. Simonin, sur le village néolithique d’Echilleuse, à savoir comparer les surfaces des travées déterminées parles tierces. Les maisons comportant un nombre de tierces différent et une répartition spatiale différentes des travées (fig. 10), nous nous sommes fixé pour origine commune le couloir centre arrière que l’on retrouve dans toutes ces maisons, les travées se distribuant alors en plus ou moins grand nombre, en avant ou en arrière de ce couloir.

Fig. 8. — Gurgy. Plan général des maisons M6 et M7.

20Le graphique comparé de la figure 11 montre un développement parallèle des courbes. Seules, les maisons M6 et M7 (dont il est bien difficile d’attribuer les poteaux avec certitude) perturbent légèrement leur bel ordonnancement sur l’avant. Les travaux de D. Simonin permettent d’observer des courbes se développant de façon tout à fait semblable. La maison M1, la plus ancienne, culmine pour chaque travée, la construction étant beaucoup plus importante.

21Le traitement informatique des données recueillies sur toutes ces constructions, notamment le volume des trous de poteaux, permet quelques observations méritant réflexion. Si les poteaux correspondant à la faîtière centrale sont toujours les plus enfoncés, il s’établit une relation entre le volume excavé et la hauteur du poteau : plus un poteau est important (haut), plus son assise est profonde. Il est donc remarquable que la moitié sud des maisons, par rapport à leur axe longitudinal, soit toujours plus enfoncée que la moitié nord, impliquant, à travers les critères pris en compte, un déséquilibre quelconque qui pourrait s’expliquer par un renforcement de l’assise face à un vent secondaire, en cet endroit de la vallée, soufflant du Sud ? Puisqu’il s’agit d’une constante, pourrait-on envisager une dissymétrie dans la hauteur des murs latéraux ?

Fig. 9. — Variations d'orientation des maisons de Gurgy, par rapport au Nord.

Fig. 10. — Répartition spatiale des travées des maisons de Gurgy.

22En fait, trois tierces paraissent primordiales et semblent assurer l'ancrage de toute la charpente. Il s’agit bien évidemment des pignons, mais aussi de l’une des tierces longeant le fameux couloir parfois médian. Toutefois, les maisons M5, M6 et M7 présentent des poteaux de tierces plus enfoncés sur l’avant que sur l’arrière, à l’inverse des autres constructions et de ce qui est normalement observé. Pourquoi la partie avant a-t-elle été construite plus solidement sur les dernières constructions édifiées dans ce second village ? S’agit-il d’une nécessité imposée par l’utilisation des locaux eux-mêmes ?

23Les fosses latérales implantées dans le gravier ne subsistent souvent que par lambeaux. C’est à l’extrémité Est qu’elles sont les plus profondes. De toute évidence, elles n’ont pu servir à l’extraction du limon destiné à l’édification des parois, celui-ci n’existant pas dans (ou sur) le substrat encaissant ! On pourrait par ailleurs se poser la question de savoir pourquoi les fosses sont inexistantes sur l’arrière de M5 alors que les parois dressées sur la partie ouest de cette construction ont probablement nécessité un très fort volume de torchis !

24Ainsi fabrication des parois et existence des fosses ne sont pas forcement liées. Toutefois, se pose la question de savoir à quoi ont pu être utilisés les m3 de sable extraits ! Il semblerait qu’ils aient été répandus à l’intérieur de certaines constructions (M5 et M6/M7 en particulier), afin de rehausser et assainir le niveau d’occupation. La coloration plus claire observée à la photographie aérienne et la texture plus sableuse du sol sous le décapage, à l’intérieur de ces maisons, pourraient le laisser supposer malgré un lessivage important du site.

LES AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS

AIRES DE REJETS ET DÉPOTOIRS

25Ce sont les fosses latérales des maisons qui fournissent les tessons permettant de reconstituer les seules formes céramiques étudiées. Il reste toutefois à établir le lien qui peut unir une habitation et les vestiges découverts dans le remplissage de ses structures excavées. On peut en effet se demander si les dépotoirs n’ont pas été préférentiellement établis dans les zones éloignées de l'habitat fréquenté ou dans les ruines des maisons abandonnées. Ainsi, les fosses avant de M1 comportaient une forte proportion de vestiges osseux, dépôt inconnu dans le deuxième village. Dans un cas comme celui-ci, on part du postulat que le matériel découvert dans les fosses latérales d’une maison lui appartienne et lui soit contemporain. Sur une période d’utilisation d’un site d'habitat, probablement de quelques décennies, cette déduction est loin d’être confirmée. On peut penser raisonnablement que les ruines d’une maison aient pu servir de source de récupération (des éléments de charpente notamment), mais aussi de décharge, voire de cimetière (une sépulture de nourrisson a été découverte en M4). Ne peut-on pas envisager que la faune découverte en M1 puisse correspondre à des restes issus d’autres maisons ou autres groupements d'habitat ?

Fig. 11. — Graphique comparé des surfaces compartimentées par les tierces.

LES AIRES DE COMBUSTION

26Aucune trace de foyer n’est connue à l’intérieur des maisons ou dans les fosses latérales, quoique des débris de clayonnage cuit, probablement sans rapport avec les parois, puissent correspondre à des vestiges de fours ou de plaques de cuisson (voir Bilany), installés à l’intérieur, plutôt vers le centre de la maison, près du couloir central.

27Toutefois, proches des habitations, apparaissent des aires de combustion circulaires, profondes de près de 30 cm et mesurant près de 2 m de diamètre (fig. 12). Elles sont en partie comblées de pierres, galets et fragments de meules brûlées et éclatées. Le remplissage très cendreux ainsi que les graviers rougis qui en tapissent le fond indiquent une combustion ardente et prolongée. Ce remplissage provient très vraisemblablement du lessivage des parois et des abords.

28Ces aires sont parfois jumelées à des fosses lenticulaires, moins profondes, vides et sans trace de feu (fig. 13). Ces dernières ont probablement servi d’aires de cuisson jumelées, à la façon des fours polynésiens, où viandes étaient cuites, enveloppées de végétaux, à l’étouffée, sous des pierres brûlantes provenant de l’aire de combustion voisine, puis recouvertes de feuillages ou de plaques d’herbe.

29On peut raisonnablement proposer par ailleurs que ces aires de combustion aient pu permettre aussi le séchage et le fumage de fruits (demi-poires), de viandes ou de poissons, mais encore la cuisson de céramiques, etc. Leur grande taille et leur situation à l’écart du village pour certaines, ne conviennent pas à un usage domestique quotidien. Parmi les diverses hypothèses émises, nous privilégions celle de fours pour cuisson importante d’aliments à l’occasion de festins communautaires impliquant du même coup une destination particulière à la zone en marge du village, libre de toute fosse (sépultures, silos, etc.). Le matériel lithique et céramique indique une contemporanéité avec les maisons.

30Connues sporadiquement dans le Bassin parisien (Noyen, Charmoy, Ste-Pallaye, etc.) en contexte transition Rubané/Cerny ou plus franchement Néolithique moyen, c’est par centaines que ces structures de combustion se rencontrent sur les sites chasséens du Sud-Ouest (110 à Villeneuve Tolosane, 127 à St-Michel-du-Touch). Là encore, le côté « festif » attaché à la prise de repas en commun ne semble pas devoir être écarté.

Fig. 12. — Gurgy. Vue de l’aire de combustion proche de la maison M5.

Fig. 13. — Gurgy. Plan de deux aires de combustion et de cuisson conjuguées du secteur ouest.

LES PUITS

31Curieusement, les puits ou points d’eau aménagés ne sont pas connus à Gurgy. Toutefois le niveau de la nappe phréatique d'alors nous étant inconnu, nous ne pouvons en déduire ni leur profondeur, ni leur configuration. La rivière, toute proche, pouvait servir à la consommation en eau.

32Malgré une érosion importante et un matériel lithique, osseux et céramique pauvre, voire inexistant, les villages de Gurgy apportent des éléments d’appréciation et des arguments permettant de reconsidérer la distribution et l’utilisation de certaines pièces. L’organisation tripartite habituelle, est ici réduite à l’utilisation de deux pièces séparées par un « couloir », éventuellement précédées d'une ante ou d’un auvent. Des foyers ont pu être édifiés dans la pièce Est, alors que la pièce arrière, et le couloir parfois, ont pu être réservés aux stockages et aux rangements. Le village a vieilli sur place, évoluant « en ligne » au fil des générations. Des zones communautaires existent, à l’écart.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Delor, 1991 = Delor (J.-P.), « L’habitat néolithique de Gurgy “les Plantes du Mont”, Yonne », BSPF, Note préliminaire, Correspondance scientifique, p. 5-6.

Delor, 1991 = Delor (J.-P.), « L’Auxerrois et l’éventail de ses affluents », in : Livret-guide de l’excursion archéologique du 25 Octobre 1991, 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 18 pages.

Delor, 1994 = Delor (J.-P.), « Gurgy “Les Plantes du Mont” : conservation, préparation et cuisson des aliments au début du Néolithique moyen », in : Boire et manger en Bourgogne ; Actes des rencontres ARIA Bourgogne, Auxerre, mars 1992, p. 19-22 (Cahiers Archéologiques de Bourgogne, 5).

Marinval, 1995 = Marinval (P.), « Réserve et consommation sur un site Post-Rubané : “les Plantes du Mont”, Gurgy (Yonne) », in : Actes du 19e colloque interrégional sur le Néolithique d’Amiens, 1992, p. 165-169 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial, 9).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Gurgy, Les Plantes du Mont. Relevé général des structures néolithiques (cerclées : les aires de combustion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 2. — Gurgy. Plan de la maison M1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 3. — Gurgy. Plan de la maison M5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4. — Gurgy. Vue générale de la maison M5 révélant l’entrée arrière au Sud, les silos et les parois latérales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende De haut en bas :Cuiry-lès-Chaudardes, « Les Fontinettes » (Aisne). Maison 280 : sur la façade, une porte s’ouvre entre le poteau central et le poteau sud de la tierce. A l’arrière, une autre ouverture est apparente entre les deuxième et troisième poteaux de la paroi, au Sud.Chassemy, « La Grande Horle » (Aisne). Maison 50 : un poteau de paroi doublé, sur l'arrière, au sud, pourrait indiquer l'aménagement possible d’une ouverture.Cuiry-lès-Chaudardes, « Les Fontinettes » (Aisne). Maison 460 : en façade, une ouverture a été aménagée, entre le poteau central et le poteau sud de la tierce.Berry-au-Bac, « la croix Maigret » (Aisne). Maison 125 : à l’intérieur de l’auvent, à gauche de la façade, on retrouve le même aménagement, significatif de la présence d’une ouverture. Une autre est discernable entre les deuxième et troisième poteaux de la paroi, sur l'arrière, au Sud.Charmoy, « sous les Ormes » (Yonne). Une porte du même type que celle de Gurgy a été aménagée en façade, entre le poteau central et le poteau sud de la tierce (la façade de toutes ces maisons est orientée à l’Est)Fig. 5. — Éléments de comparaison comportant des entrées à l’Est et/ou au Sud/Ouest.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 6. — Gurgy. Village Est, situation des silos (en noir) dans les pièces arrière.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 7. — Gurgy. Maison M5, vue du dispositif d’accès Est.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 8. — Gurgy. Plan général des maisons M6 et M7.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 9. — Variations d'orientation des maisons de Gurgy, par rapport au Nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 10. — Répartition spatiale des travées des maisons de Gurgy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 11. — Graphique comparé des surfaces compartimentées par les tierces.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 12. — Gurgy. Vue de l’aire de combustion proche de la maison M5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Fig. 13. — Gurgy. Plan de deux aires de combustion et de cuisson conjuguées du secteur ouest.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/607/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search