Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Deux ensembles de fosses à profil en « V-Y » de la périphérie rémoise : Bezannes et Thillois (Marne)

Régis Bontrond, Sidonie Bündgen, Laurent Charles, Nicolas Garmond et Frédéric Poupon

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

Introduction méthodologique

1La problématique liée aux fosses en V-Y commençant à être bien connue régionalement, la plupart des exemplaires découverts sur les différentes opérations menées dans la Marne à Bezannes et Thillois (fig. 1) en 2009 et 2010 a pu être correctement identifiée dès le stade du décapage et a ainsi pu faire l’objet de coupes transversales. En fonction des spécificités de chaque chantier, toutes les fosses n’ont pas pu être traitées de la même manière. Certaines, découvertes lors de diagnostics, n’ont pas fait l’objet de test. D’autres ont été partiellement vidées et certaines en totalité. Les fosses explorées ont été dans un premier temps fouillées par moitié en passes fines à la pelle mécanique. Ensuite, après enregistrement de la coupe, plusieurs ont fait l’objet de prélèvements à différents niveaux, permettant de documenter notamment la présence ou l’absence de gastéropodes. Pour les exemples qui ont été fouillés en totalité, la seconde moitié a généralement également été vidée selon la même méthodologie. Sur les dix-huit fosses identifiées ou présumées, quatre ont fait l’objet d’une fouille exhaustive, trois ont été fouillées aux trois-quarts, huit ont été fouillées à moitié et trois n’ont pas été testées. Trois fosses sur les quatre totalement vidées ont livré du mobilier alors que c’est le cas pour seulement une sur huit de celles fouillées à 50 %. Cela prouve la nécessité de fouiller ce type de structure en totalité, le mobilier y étant toujours très rare.

1. La Z.A.C. de Bezannes

2Dans la périphérie sud de Reims, sur la commune de Bezannes, une grande Z.A.C. a fait récemment l’objet de nombreux diagnostics et fouilles, réalisés successivement par l’Inrap puis par le service archéologique de REIMSMétropole. Ainsi, plus de 200 ha de champs ont été diagnostiqués, à hauteur de 10 %, ce qui offre une fenêtre de vision archéologique large sur l’ensemble de ce territoire. Ces diagnostics ont révélé la présence de nombreux habitats et sites funéraires, allant de la fin de l’Âge du Bronze au Bas-Empire.

3Au moins quinze fosses profondes, d’un type particulier, ont été découvertes, réparties un peu partout sur l’ensemble des terrains (Thomas, 2003 ; Bocquillon, Culot, 2007 ; Garmond, 2009 ; Bündgen et alii, 2010 ; Garmond et alii, 2010 ; Bontrond et alii, 2011). Ces fosses, repérées majoritairement sur des diagnostics, sont le plus souvent isolées, et lorsqu’elles ont été découvertes sur un site lors d’une fouille, elles se sont révélées de datation différente du site fouillé.

Fig. 1. Localisation des sites de Bezannes et Thillois (Marne).

4Ces fosses sont de type « fosses en V » ou en « Y », d’après la typologie couramment usitée en Champagne (ce volume). Elles présentent des profils sensiblement variés, se rapprochant tantôt d’un type, tantôt de l’autre, sans qu’il soit parfois aisé de trancher en faveur d’un type précis (fig. 2). Elles possèdent cependant des critères communs :

  • le premier est la forme en plan. Elle est le plus souvent ovale, se rapprochant parfois du cercle. Cette forme est ici si caractéristique qu’il est souvent possible de reconnaître ces fosses avant même leur fouille ;

  • les dimensions sont importantes. Ces fosses dépassent souvent les 2 m de largeur ; les profondeurs sont tout aussi importantes, puisqu’elles sont comprises entre 1,70 m et 2,30 m, les classant dans la catégorie des fosses profondes et massives ;

  • un autre point commun est leur remplissage : la moitié supérieure est toujours comblée par des limons bruns organiques, tandis que la moitié inférieure est souvent comblée par des limons clairs ou de la craie, la nature du sédiment dépendant du substrat local (les terrains étant des sols crayeux) ;

  • ces fosses ne livrent que rarement du mobilier. Lorsqu’il est présent, il s’agit majoritairement de faune, l’industrie lithique étant très faiblement représentée.

5La taille de la Z.A.C. permet une approche spatiale de la répartition de ces fosses (dont on peut supposer que seuls un peu plus de 10 % ont été mis au jour). On remarque tout de suite que la répartition est assez inégale (fig. 3) ; la plupart des fosses sont concentrées au nord-ouest, avec une concentration plus faible au sud-est.

6Quatre de ces fosses ont pu faire l’objet de datations par radiocarbone, dont trois échantillons ont été recueillis dans des couches supposées d’utilisation (la quatrième date, Ly-15275, étant celle du comblement terminal d’une fosse).

7On remarque ainsi une grande homogénéité du groupe nord-ouest, attribuable au Néolithique récent, dont aucun habitat n’a été repéré à ce jour dans les environs. Ce « site » est ainsi constitué d’un ensemble de fosses en V-Y, à maillage relativement lâche, dont la fonction pourrait être cynégétique (tabl. 1).

8Le second « ensemble » au sud n’a livré qu’une datation, effectuée sur un squelette de jeune sanglier retrouvé dans une fosse (tabl. 2).

9Cette datation, renvoyant à la fin de l’Âge du Bronze, permet de supposer un lien avec un habitat du Bronze final qui a été mis au jour à l’extrémité sud-est de la Z.A.C., à proximité de ces fosses. La fonction cynégétique peut ici encore être évoquée, en raison de la présence du squelette complet d’un jeune sanglier.

10En conclusion, l’ensemble des fosses découvertes sur la Z.A.C. de Bezannes ne prend de signification que si l’on travaille sur des échelles larges, ici sur 200 ha. Cette fenêtre archéologique permet ainsi d’aborder l’interprétation de fosses que l’on imaginerait isolées sur des échelles de travail plus classiques : ici s’esquisse la vision de « territoires » au Néolithique et à l’Âge du Bronze. L’interprétation de ces fosses à profil en « V-Y » reste toutefois ouverte, la fonction cynégétique étant celle qui retient ici le plus notre attention.

Fig. 2. Exemples de fosses à profils en « V-Y » de la ZAC de Bezannes (F38 : d’après Bontrond et alii, 2011 ; F14 et F16 : Bündgen et alii, 2010 ; F12 : Garmond, 2009 ; F66 : Garmond et alii, 2010).

No fosse

No date

Datation B.P.

Datation calibrée

F16

Lyon-6775 (GrA)

4665 ± 45

3627 à 3358 av. J.-C.

F14

Lyon-6776 (GrA)

4585 ± 40

3495 à 3125 av. J.-C.

F66

Ly-15275

3700 ± 35

2190 à 1978 av. J.-C.

Tabl. 1

No fosse

No date

Datation B.P.

Datation calibrée

F38

Lyon-5992 (GrA)

2830 ± 40

1115 à 901 av. J.-C.

Tabl. 2

Fig. 3. Répartition spatiale des fosses à profil en « V-Y » de la Z.A.C. de Bezannes (DAO N.G.).

2. Le site de Thillois Les Terres Soudées

11Le site des Terres Soudées à Thillois a été fouillé en 2009 dans le cadre de l’implantation d’une zone commerciale à la périphérie nord-ouest de l’agglomération rémoise. Le diagnostic a été réalisé par l’Inrap (Rabasté et alii, 2009) tandis que la fouille a été menée par le service archéologique de REIMSMétropole (Bündgen et alii, 2011). L’emprise totale de l’intervention porte sur 4 300 m2, traités en quatre zones non jointives. Plusieurs périodes d’occupation ont été mises en évidence dont la principale se rapporte au premier Âge du Fer (Hallstatt final). Le site s’articule autour d’un bâtiment sur neuf poteaux autour duquel se déploient, de façon lâche, des silos, des fosses détritiques et des fosses-atelier. Les autres faits archéologiques appartiennent soit à la période romaine (trous de poteau épars), soit à la Grande Guerre. Parmi ces vestiges issus du conflit de 1914/1918 se trouve un grand nombre de trous d’obus, en particulier sur les zones 2 et 3 (fig. 4). Leur forme, à l’apparition plus ou moins ovale, ainsi que leur comblement de surface, fait d’une argile brun orangé, parfois riche en éclats d’obus, ne semblaient laisser aucun doute sur leur nature. Cependant, un test mécanique effectué dans l’un de ceux où les fragments métalliques faisaient défaut a permis de constater qu’il s’agissait en réalité d’une fosse profonde. Ce type d’anomalie a donc ensuite été systématiquement fouillé, ce qui a permis de localiser un ensemble de huit fosses profondes et de quatre fosses atypiques de plus petit format.

12Ces fosses apparaissent sous des formes assez standardisées, ovales plus ou moins allongées, et un comblement de surface argileux brun orangé. Cependant, les formats sont variables puisqu’ils oscillent entre 0,70 x 1,30 m pour la plus petite et 1,50 x 2,30 m pour la plus vaste. Deux d’entre elles se singularisent par leur apparence plus circulaire, d’un diamètre proche de 1,70 m, ce qui les a fait considérer, dans un premier temps, comme des silos.

13Quatre types de profils se dégagent (fig. 5). Trois structures offrent une coupe en forme de Y plus ou moins régulier, avec un fond appointé précédé par des parois verticales qui s’élargissent brusquement dans le tiers supérieur du creusement. Leur profondeur varie entre 1,60 et 1,70 m. Deux structures ont un profil en V, avec un fond pointu ou plus ou moins arrondi et des parois verticales qui s’élargissent progressivement jusqu’au sommet du creusement. Leurs profondeurs varient entre 1,10 et 1,70 m. Une structure, au fond en cuvette et aux parois verticales très faiblement évasées, s’apparente aux fosses en I. Sa profondeur est de 1,50 m. Enfin, les deux structures circulaires en surface peuvent être considérées comme des fosses en U en raison de leur fond en cuvette peu marquée, de leurs parois très faiblement évasées et de leur largeur nettement supérieure à celle des autres fosses profondes. Elles atteignent entre 1,20 et 1,40 m de profondeur.

14Quel que soit leur profil, ces fosses présentent une dynamique de comblement assez similaire avec, dans la partie étroite, une succession de litages plus ou moins fins et limoneux en alternance avec des niveaux plus foncés qui ressemblent à de l’ancienne terre végétale. Ces niveaux se sont déposés régulièrement et relativement à plat, ce qui interdit de les considérer comme des effondrements de parois, bien qu’ils soient souvent très proches du terrain naturel qui leur sert d’encaissant. Le tiers supérieur de ces fosses, souvent conique, est comblé par un sédiment limoneux homogène, très sombre et s’apparentant à de la terre végétale qui se serait déposée naturellement dans la fosse formant ainsi un entonnoir à son sommet.

15Des datations par le radiocarbone ont été pratiquées pour quatre de ces structures, soit sur des échantillons de charbons, soit sur des fragments d’os. Ces éléments proviennent en général du comblement médian ou inférieur des fosses, seul l’échantillon de la fosse 84 a été prélevé dans le cône sommital. Trois grandes périodes sont représentées : le Néolithique moyen (deux attestations), le Néolithique final (une attestation) et l’Âge du Bronze moyen (une attestation). Ce sont les seuls vestiges de ces trois périodes à être identifiés sur le site (tabl. 3).

16On constate donc que malgré leur proximité spatiale, puisque certaines fosses ne sont éloignées les unes des autres que de quelques mètres, ces structures ne sont de loin pas contemporaines. Ainsi, les F84 et F121, qui ne sont pas espacées de plus d’un mètre, ont, selon les datations fournies par le radiocarbone, près de 1 000 ans d’écart. Il n’est pas impossible que cette différence soit due à la position des charbons dans les comblements. En effet, la date la plus récente provient du cône sommital de la structure tandis que la plus ancienne a été obtenue sur un charbon qui se trouvait tout au fond du comblement. Il est cependant difficile d’imaginer, notamment en raison de l’absence de trace d’effondrement des parois des creusements, que ces deux fosses aient été utilisées simultanément et aient mis près d’un millénaire à se combler. Inversement, on peut s’étonner de l’absence de recoupement entre les structures profondes sur le site de Thillois si l’on considère que les premières ne devaient plus être visibles dans le paysage lors de la mise en place des plus récentes.

No fosse

No date

Datation B.P.

Datation calibrée

F44

Lyon-6535 (OxA)

3090 ± 30

1428 à 1297 av. J.-C.

F84

Lyon-6536 (OxA)

5110 ± 35

3974 à 3798 av. J.-C.

F121

Lyon-6537 (OxA)

4165 ± 35

2884 à 2623 av. J.-C.

F69

Lyon-6538 (OxA)

5110 ± 35

3974 à 3799 av. J.-C.

Tabl. 3

Fig. 4. Les zones 2 et 3 du site de Thillois « Les Terres Soudées » avec, en noir, les fosses profondes étudiées (DAO S.B.).

Fig. 5. Les fosses profondes de Thillois « Les Terres Soudées » (d’après Bündgen et alii, 2011).

17Ainsi, seule la multiplication des fouilles et des datations pour ces fosses profondes permettra de mieux en appréhender les principes d’installation et d’utilisation.

3. Le mobilier archéologique

18Les fosses en « V-Y » fouillées à Thillois et à Bezannes ont parfois livré du matériel archéologique. Il s’agit principalement de vestiges fauniques et, dans une moindre mesure, de mobiliers lithique et céramique. La découverte de coquilles d’escargots est également assez récurrente. Ces différents artefacts nous renseignent sur l’environnement et les dynamiques de comblement, ainsi que sur l’utilisation de ces fosses.

3.1. L’environnement et les dynamiques de comblement

19Deux fosses de Bezannes ont fait l’objet d’études malacologiques, engagées par Laurent Charles, du Muséum d’Histoire naturelle de Bordeaux. Il s’agit de F16 (lieu-dit « La Bergerie ») et F66 (lieux-dits « Les Longs Fossés » et « Entre Deux Voies »). Des prélèvements de sédiments ont été systématiquement effectués dans les secondes moitiés de fosses et les différents niveaux de comblements, aussi bien dans les couches limoneuses que crayeuses. Les escargots se concentrent principalement dans les US limoneuses. Ainsi, le comblement supérieur limoneux de la fosse F66 a fourni 170 restes de coquilles d’escargots, contre 26 pour la partie médiane et quatre au fond. L’essentiel des restes de gastéropodes de la fosse F16 provient de la couche limoneuse brune, localisée dans la partie médiane du comblement et qui a également livré des restes de faune.

20Les escargots Pomatias elegans sont exclusifs dans la couche limoneuse de F16 et majoritaires dans celle de F66. Il s’agit d’une espèce vivant dans la litière et se nourrissant de feuilles mortes, rencontrée dans différents milieux, en particulier dans les milieux semi-forestiers. Parmi les espèces de gastéropodes mises au jour au sein de F66 et, toujours principalement dans ce comblement supérieur limoneux, figurent d’autres taxons également caractéristiques du milieu semi-forestier (fig. 6). Ces espèces semi-forestières représentent 87 % des mollusques identifiés. D’autres gastéropodes caractéristiques de milieux strictement forestiers, de milieux ouverts, frais (les mésophiles) et humides (les hygrophiles), sont également attestés mais en très faible quantité. L’environnement de ces fosses, lors de la mise en place des niveaux limoneux, semble donc correspondre à un milieu de boisements clairs, de lisières.

21L’absence ou la quasi-absence de mollusques dans les couches crayeuses indique un remplissage rapide du fond de la fosse F66, tandis que la partie supérieure serait restée ouverte beaucoup plus longtemps, permettant la mise en place de végétation et le développement d’un environnement favorable à différents escargots.

22L’aspect compacté de la craie au fond de la fosse F16 indique un comblement massif et intentionnel. Bien que rapidement comblée dans sa partie inférieure, elle est restée volontairement ouverte pendant une durée indéterminée. Le comblement s’est alors poursuivi progressivement, permettant la formation d’une couche limoneuse plus épaisse, riche en gastéropodes et contenant le mobilier archéologique. Dans les niveaux supérieurs les escargots sont absents, et les couches correspondent à une succession de fins niveaux alternativement crayeux et limoneux, évoquant plutôt un comblement lent et probablement involontaire.

3.2. Le mobilier lithique, faunique et céramique

3.2.1. Le mobilier des fosses en « Y » de Thillois

23Ce mobilier archéologique reste rare et ne concerne que quelques fosses. Ainsi, parmi les huit fosses fouillées à Thillois, seules deux ont fourni du matériel. La fosse F44 contenait un éclat de silex. La fosse F69 a livré treize tessons de céramique néolithique et une vertèbre d’un animal indéterminé, respectivement localisés au sommet et dans la partie médiane du comblement.

3.2.2. Le mobilier des fosses en « V-Y » de Bezannes

24À Bezannes, des six fosses mises en évidence lors des diagnostics et des fouilles, cinq ont été fouillées et trois d’entre elles ont fourni du mobilier archéologique.

25La fosse F16 a été fouillée intégralement lors du diagnostic réalisé au lieu-dit « La Bergerie ». À 1,75 m en dessous de la surface de décapage (fig. 7), dans une couche hétérogène, épaisse de 0,10 m, constituée de limons bruns et de petits nodules de craie, a été mis au jour un membre antérieur gauche de sanglier en connexion anatomique, sans la scapula, associé à deux côtes et trois dents (fig. 8). Parmi les deux côtes, l’une est quasiment complète et provient d’un gril costal gauche. Son extrémité supérieure repose directement sur les phalanges du bas de patte antérieur, tandis que sa partie inférieure est localisée sur le processus oléocrânien de l’ulna (au niveau du « coude »). L’autre côte, moins bien conservée, est disposée de l’autre côté du bas de patte. Aucune trace de découpe n’a été observée, que ce soit sur les os du membre, du bas de patte ou sur les côtes. Les dents correspondent à deux incisives inférieures, une gauche et une droite, ainsi qu’à une incisive supérieure gauche. Une des incisives inférieures se situe à proximité du processus oléocrânien de l’ulna. Les autres dents ont également été trouvées près de ces os mais elles ont été déplacées au moment de la fouille et par conséquent leur localisation demeure incertaine. Les données ostéométriques permettent d’estimer la taille au garrot de ce sujet entre 1,05 et 1,07 m. Dans la même couche, et à proximité de ce membre, une armature tranchante en silex a été découverte (fig. 9).

Fig. 6. Liste des mollusques identifiés dans les trois niveaux de comblements de F66 (Bezannes, « Les Longs Fossés » et « Entre Deux Voies ») (détermination L. Charles).

Fig. 7.Localisation des os de sanglier mis au jour dans la fosse F16 (Bezannes « La Bergerie », cl. F.P.).

Fig. 8. Détail des restes osseux de sanglier mis au jour dans la fosse F16 (Bezannes « La Bergerie », cl. F.P.).

Fig. 9. Armature tranchante associée au membre antérieur de sanglier provenant de la fosse F16 (Bezannes « La Bergerie », DAO N.G.).

26La fosse F38, fouillée au lieu-dit « Le Bas Torchant », a également livré au fond de son comblement des restes de faune (fig. 10 et 11). Ils reposaient dans une couche de craie très meuble et un in sédiment gris entourait les ossements. La lecture de l’organisation de cet assemblage osseux n’est pas aisée en raison des perturbations dues au décapage mécanique et de l’absence d’un spécialiste au moment du démontage.

27Mis à part de rares traces de radicelles, peu profondes, les surfaces osseuses sont peu altérées. À l’inverse, de nombreuses cassures fraîches ont été observées sur 58 % de ces os. Il semble donc que ces ossements aient davantage souffert des modes de fouille que des conditions de préservation avant et après enfouissement.

Fig. 10. Localisation des os du jeune sanglier mis au jour dans la fosse F38 (Bezannes « Le Bas Torchant », DAO R.B. et N.G.).

Fig. 11.Squelette de jeune sanglier mis au jour dans le comblement de F38 (Bezannes « Le Bas Torchant », cl. N.G.).

28L’ensemble de ces vestiges appartient à un jeune sanglier. Les ossements non épiphysés correspondent à un individu de moins d’un an. Les stades d’éruption et d’usure dentaire permettent de situer plus précisément l’âge de ce sujet entre deux et quatre mois. Ces os renvoient au dépôt d’un animal plus ou moins complet. Comparés aux effectifs d’os d’une dépouille de suidé rejetée intégralement, les vertèbres, les côtes, les scapulas, quelques métapodes et phalanges apparaissent très légèrement déficitaires, tandis qu’une grande partie du crâne (excepté l’occipital et une incisive supérieure) et certains petits os des bas de pattes sont totalement absents (fig. 12). À l’inverse, les os longs des membres antérieurs et postérieurs ainsi que les coxaux et les plus gros os des bas de pattes sont présents dans les proportions attendues. La plupart de ces ossements sont éparpillés et une seule connexion anatomique a pu être observée. Elle concerne les pièces osseuses du bas de patte postérieur gauche. Le tibia gauche est également associé à ce bas de patte, mais sa position indique qu’il a été légèrement déplacé (fig. 13). Les problèmes de conservation et de collecte différentielle sont certainement à l’origine du très léger sous-effectif de certaines pièces osseuses. Quant à l’absence d’une grande partie du crâne, elle résulte sans doute de la fouille mécanique de la fosse. Concernant l’origine de l’éparpillement des restes osseux, l’interprétation est plus délicate. S’agit-il, à l’origine, d’une dépouille de sanglier mise en pièce et déposée en vrac avec quelques connexions anatomiques partielles ? Cet éparpillement correspond-il à une décomposition à l’air libre de cet individu ou résulte-t-il tout simplement d’une perturbation liée au décapage mécanique de cette couche ? La bonne représentation des divers ossements et l’absence de la moindre trace de découpe ne plaident pas en faveur d’une découpe de cet animal et du rejet intégral, en vrac, des diverses pièces osseuses, dont certaines sont encore en connexion anatomique. À l’inverse, la présence de nombreuses cassures fraîches et la nature extrêmement meuble de la matrice sédimentaire suggèrent que l’éparpillement de ces os résulte principalement du décapage mécanique de cette couche. Néanmoins, une décomposition de l’animal à l’air libre et, par conséquent, la dispersion des restes osseux en espace vide peuvent également être envisagées.

29La fosse F66, mise au jour lors du diagnostic réalisé sur les lieux-dits « les Longs Fossés » et « Entre Deux Voies », a fourni un métatarse de grand bovin. Il a été mis au jour au sommet de la fosse dans un comblement limoneux brun-noir à une vingtaine de centimètres sous le niveau du décapage. Le prélèvement de sédiment au fond de cette fosse a notamment permis de mettre en évidence la présence d’une esquille de silex taillé.

Fig. 12. Distribution des pièces osseuses de suidé au sein de F38 (à partir du nombre minimum de parties du squelette : NMPS) (dessin : M. Coutureau (Inrap) d’après Lignereux, Peters, 1996 ; DAO M. Coutureau et F. Poupon).

Fig. 13. Détail du tibia et du bas de patte postérieur gauche en connexion du jeune sanglier (cl. N.G.).

30Il faut sans doute bien dissocier les assemblages osseux de F16 et F38 de F66. De par sa position, le métatarse de bovin issu du comblement terminal de F66 n’est sans doute pas en relation directe avec l’usage de cette fosse. La fonction des fosses en V-Y de Bezannes ne peut par conséquent être interprétée qu’à partir des vestiges fauniques de F16 et F38. Ces deux faits ont uniquement livré des restes de gibier. La présence d’une pièce de viande à forte valeur alimentaire (F16) et d’un animal complet (le jeune sanglier de F38) soulignent la diversité de ces dépôts. L’hypothèse de l’utilisation de ces fosses à des fins cynégétiques est assez séduisante, elle l’est d’autant plus lorsque les restes de gibiers et une armature tranchante en silex sont associés. La nature diverse des assemblages osseux ne va également pas à l’encontre de cette hypothèse. La présence de pièces de viande à forte valeur alimentaire, comme à Bezannes « La Bergerie », peut induire une découpe sur place de l’animal piégé et sans doute un partage dont la nature nous échappe. Le cas des animaux complets est plus problématique. Dans le cadre d’une activité de chasse, faut-il y voir des animaux piégés mais non relevés à temps ? Ces derniers, alors impropres à la consommation, auraient été finalement entièrement abandonnés sur place. Bien entendu, même si ces interprétations sont séduisantes, la prudence est de mise, car le nombre de fosses ayant livré ce type de vestiges fauniques est encore limité et les assemblages osseux comparés sont loin d’être contemporains.

Conclusion

31Même si la morphologie et la dynamique de comblement de ces fosses autorisent à les regrouper au sein d’un type de structure unique, les données contextuelles et issues de l’étude du mobilier montrent une réelle diversité des ensembles. Les fosses qui apparaissent groupées sur un espace restreint ne sont pas nécessairement toutes contemporaines : c’est le cas à Thillois. D’autres disposées de manière plus lâche paraissent bien en revanche appartenir à un dispositif d’ensemble. La variabilité des dépôts de faune constitue elle aussi un frein à une interprétation unique de leur fonctionnement.

32Il est probable que les nombreuses opérations préventives programmées au cours des prochaines années sur la Z.A.C. de Bezannes permettront d’élargir notre champ de vision et notre compréhension globale de ces fosses.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bocquillon H., Culot S., 2007, ZAC de Bezannes, Tranche 1, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/ DRAC Champagne-Ardenne, 91 p.

Bontrond R., Garmond N., Huart L., Poupon F., 2011, Bezannes Le Bas Torchant (ZAC de Bezannes, tranche 1, secteur D2), Rapport final d’opération, REIMSMétropole/DRAC Champagne-Ardenne, 166 p.

Bündgen S., Garmond N., Huart L., Poupon P., 2010, Bezannes ZAC, Tranche 2, phase 3b1, ‘La Bergerie’, Marne, Champagne-Ardenne, Rapport de diagnostic archéologique, REIMSMétropole/DRAC Champagne-Ardenne, 135 p.

Bündgen S., Arnaud M., Huart L., Poupon Fr., Toulemonde Fr., 2011, Thillois ‘Les Terres Soudées’, Rapport final d’opération, REIMSMétropole/ DRAC Champagne-Ardenne, 355 p.

Garmond N., 2009, Bezannes ZAC, Tranche 2, phase 3a3, 3a4 et 3a5, ‘La Fosse à Carin’, ‘Les Longs Fossés’, ‘Le Haut Torchant’, Marne, Champagne-Ardenne, Rapport de diagnostic archéologique, REIMSMétropole/DRAC Champagne-Ardenne, 97 p.

Garmond N., Rennesson D., Huart L., 2010, Bezannes ZAC, Tranche 2, phase 3b2, ‘les Longs Fossés’, ‘Entre Deux Voies’, Marne, Champagne-Ardenne, Rapport de diagnostic archéologique, REIMSMétropole/DRAC Champagne-Ardenne, 83 p.

Rabasté Y., Crowch A., Huart P., Mailly N., Pinto X. coll., 2009, Thillois ‘Les Terres Soudées’, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/DRAC Champagne-Ardenne, 158 p.

Thomas Y., 2003, Bezannes, Gare de Reims et Zone de dépôt (51), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/DRAC Champagne-Ardenne, 56 p.

Annexes

TWO ASSEMBLAGES WITH V-Y-SHAPED PITS IN THE SURROUNDINGS OF REIMS: BEZANNES AND THILLOIS (MARNE)

Régis Bontrond, Sidonie Bündgen, Laurent Charles, Nicolas Garmond, Frédéric Poupon

Abstract

In 2009 and 2010 a series of diagnostics and archaeological excavations were carried out in the communities of Bezannes and Thillois, located in the southern and north-western suburbs of Reims (Marne), respectively. These investigations were conducted by the Archaeological Service of REIMS Métropole. During these different operations, eighteen pits with V-Y-sections have been identified.

Certain pits have not been excavated, principally those that were discovered during the diagnostics (three cases). In the case of the pits that were investigated, the excavation of these features was made in two or three stages. First, one half of the pit was excavated by removing thin layers with an excavator. Then, the profile sections were drawn and different depths of the filling were sampled in order to collect material for radiocarbon dating and malacological analyses. Eight pits have been half excavated. Finally, in four cases, the second half of these pits has also been excavated according to the same method. Three pits have been three-quarters excavated.

At Bezannes, eight pits with V-Y-shaped cross-sections have been found. They complete the seven pits discovered previously by the INRAP in this same Z.A.C. area during a diagnostics covering about 200 ha. The spatial organization shows a rather unequal distribution of these pits. They group together mainly in the north-western part of this Z.A.C. showing a lower concentration in the south-eastern part. Four of the pits excavated by the Archaeological Service of Reims Metropole have been dated by radiocarbon. Three of them, located in the north-western part can be assigned to the Late Neolithic period. In the south-eastern part, such an analysis was only applied to one pit, dated to the Late Bronze Age. These pits are seemingly isolated, as no contemporaneous occupation level has been found in the areas investigated by excavation or survey. As a matter of fact, the Neolithic pits principally occur alongside an Early Iron Age occupation, more particularly attributed to the middle and final Hallstatt periods, whilst the Bronze Age pits are located in the same area as an occupation dated to the Lower Roman empire.

At Thillois, the excavation of an area encompassing 4300 m2, subdivided into four distinct adjacent areas has permitted to evidence twelve pits. These features build an alignment restricted to a small area. The radiocarbon dates made on four of them allow attributing their filling to three major periods: the Middle Neolithic (two dates), the Late Neolithic (one date) and the Middle Bronze Age (one date). They represent the only remains identified for these three periods, the remaining settlement features being principally associated with the Early Iron Age (Final Hallstatt period).

At both Bezannes and Thillois, these pits follow a rather standardized plan; they are oval or elongated to varying degrees. Most of the time, the fillings are also similar on both sites. In the lower half, they are characterized by a succession of more ore less finely laminated brown organic silts (former vegetal soil) and of substratum. The upper part of the mostly conically tapering filling is formed by a very dark homogeneous silty sediment that equally resembles vegetal soil. Nonetheless, the dimensions of the plans, the depths and the sections of the pits strongly vary from one site to the other and sometimes even within the same site. At Bezannes the morphology of the pits is rather homogeneous. Their length often exceeds 2 m. The sections are V-or Y-shaped, but it is not easy to attribute them precisely to one category. They reach considerable depth, between 1,7 m and 2,3 m. Inversely, the pits discovered at Thillois show much more varied morphology. The sizes in plan vary from 0,7 m x 1,3 m for the smallest to 1,5 m x 2,3 m for the biggest. Two of them distinguish by a more circular shape with an approximate diameter of 1,7 m. Four types of sections can equally be identified. Three features show a more or less regular Y-shaped section and a pointed base. The straight, vertical sides suddenly diverge in the upper third of the pit. Their depths vary between 1,6 m and 1,7 m. Two features have a V-shaped section, with a more or less rounded pointed base and vertical sides progressively diverging up to the top. Their depths vary between 1,1 m and 1,7 m. A deep feature of 1,5 m depth resembles the I-shaped pits. Finally, two circular features can be considered to be U-shaped pits as they show a little marked rounded bottom and very little widened sides. Their widths clearly exceed those of the other deep pits. They have between 1,2 m and 1,4 m in depth.

These pits only rarely yielded artefacts, and even less if only one half is excavated. As a matter of fact, when the pits are entirely hollowed out, it was stated that the artefacts often concentrated preferentially in one half. Thus, three out of four totally excavated pits have yielded remnants compared to one of eight half-dug pits. This observation points to the necessity to totally void the pit fillings. The archaeological material mainly corresponds to faunal remains, and to a lesser extent, lithic artefacts and pottery fragments. Snail shells are also present. These different artefacts provide information on the environment and the dynamics of the filling process as well as on the function of these pits.

Two pits at the site of Bezannes have been subject to malacological analysis (F16 and F66). The snail remains principally are concentrated in brown organic silt layers (vegetal soil). The most frequent taxon is Pomatias elegans. These snails provide information about the environment in the immediate proximity of the pits as this species essentially lives in plant litter and colonises semi-forested environments. They are absent from the chalk layers which implies a rapid filling whilst their presence in the layers formed by alternating thin chalk or silt levels presumes a slower filling process.

Only a few archaeological remains were recovered from the pits at Thillois. Solely two pits contained remnants, a lithic fragment (F44), pottery and the vertebra of an undetermined animal (F69). At Bezannes, three pits enclosed archaeological remains (F16, F38 and F66). Faunal remains attributed to boar have been recovered from the filling of F16 and F38. The former yielded a leg and the lower part of the left front foot in anatomical connection associated with two ribs and three teeth. Next to this faunal assemblage, a transverse arrowhead made from flint was found. In the latter, the complete skeleton of a juvenile boar has been recovered. These faunal assemblages are respectively located in the middle part and at bottom of the filling. F66 has yielded a flint chip and a metatarsus from a bovine, located at bottom and at top of the pit, respectively.

The lack of remnants attributed to a contemporaneous occupation of these pits, the presence of a semi-forested environment and of game remains in the filling of certain pits confers an association with hunting to these features. Although the morphologies and the dynamics of the filling process allow attributing them to the same type of feature, the data related to their context and those obtained from the study of the enclosed artefacts show that these assemblages are fairly different. Pits that appear grouped in a restricted area are not necessarily all contemporaneous. This is the case in the site of Thillois. On the other hand, others, more loosely scattered pits, as at Bezanne, seemingly belong to an arrangement. The planned investigations in the Z.A.C. area of Bezannes will allow to improve our interpretation and our global comprehension of these pits.

ZWEI ENSEMBLES MIT «V-Y» GRUBEN AN DER PERIPHERIE VON REIMS: BEZANNES UND THILLOIS (MARNE)

Régis Bontrond, Sidonie Bündgen, Laurent Charles, Nicolas Garmond, Frédéric Poupon

Zusammenfassung

In den Jahren 2009 und 2010 wurden in den Gemeinden Bezannes und Thillois, die an der südlichen bzw. nordwestlichen Peripherie von Reims (Departement Marne) liegen, durch den Service Archéologique de Reims Métropole eine Reihe von Voruntersuchungen und Ausgrabungen durchgeführt. Im Verlauf dieser verschiedenen Untersuchungen wurden achtzehn Gruben mit V-oder Y-förmigem Querschnitt identifiziert.

Einige dieser Gruben wurden nicht ergraben. Es handelt sich hauptsächlich um diejenigen, die bei den Voruntersuchungen entdeckt wurden (drei Fälle). Wenn diese Strukturen ausgegraben wurden, geschah dies in zwei bis drei Etappen. Zunächst wurde eine Grubenhälfte in dünnen Abträgen mit dem Bagger geleert. Danach wurden die Querschnitte dokumentiert und Proben aus verschiedenen Tiefen der Verfüllung entnommen, um Material für Radiokarbondatierungen und malakologische Untersuchungen zu gewinnen. In dieser Weise wurden acht Gruben zur Hälfte ausgegraben. In vier Fällen wurde auch die zweite Grubenhälfte nach derselben Methode geleert. Drei Gruben wurden zu drei Vierteln ergraben.

In Bezannes konnten acht Gruben mit V-Y – förmigem Querschnitt identifiziert werden. Dazu kommen sieben weitere Gruben, die bei den Voruntersuchungen auf einer Fläche von 200 ha in derselben Z.A.C. durch das INRAP entdeckt wurden. Die Anordnung in der Fläche zeigt eine recht ungleiche Verteilung dieser Gruben. Sie konzentrieren sich hauptsächlich im nordwestlichen Bereich dieser Z.A.C. mit einer weiteren, geringeren Konzentration im südöstlichen Bereich. Vier der durch den Service Archéologique de Reims Métropole ausgegrabenen Gruben wurden radiokarbondatiert. Im nordwestlichen Bereich können drei dieser Gruben dem Endneolithikum zugewiesen werden. Im südöstlichen Bereich wurden 14C-Datierungen nur an einer Grube durchgeführt, diese datiert demnach in die Spätbronzezeit. Die Gruben scheinen isoliert aufzutreten, da auf den von den Voruntersuchungen oder Grabungen betroffenen Flächen keine gleichzeitigen Besiedlungsspuren identifiziert wurden. So befinden sich die neolithischen Gruben im Bereich einer Siedlung der Älteren Eisenzeit, d.h. der mittleren und späten Hallstattzeit, während die bronzezeitliche Grube sich inmitten einer Ansiedlung der späten Kaiserzeit befindet.

In Thillois wurden auf einer Fläche von 4300 m2 vier voneinander getrennte Zonen untersucht, in denen insgesamt zwölf Gruben freigelegt wurden. Diese Strukturen sind auf einer kleinen Fläche aneinandergereiht. Die an vier Gruben vorgenommenen Radiokarbondatierungen erlauben es, deren Verfüllung drei Hauptperioden zuzuweisen: das Jungneolithikum (zwei Nachweise), das Endneolithikum (ein Nachweis) und die Mittlere Bronzezeit (ein Nachweis). Es handelt sich um die einzigen Überreste, die für diese drei Perioden nachgewiesen werden konnten, die restlichen Besiedlungsspuren datieren hauptsächlich in die Ältere Eisenzeit (Späte Hallstattzeit).

Sowohl in Bezannes, als auch in Thillois treten diese Gruben mit einer eher standardisierten, ovalen, mehr oder weniger länglichen Form auf. Die Verfüllungen sind an beiden Fundstellen ähnlich. In der unteren Hälfte sind sie durch eine Sequenz von mehr oder weniger dünnen Schichten Braunerde (ehemaliger Humus) und Substrat charakterisiert. Die obere, konische Verfüllung besteht aus homogenem, sehr dunklem Schluff und ähnelt auch Humus. Dies sind die einzigen Gemeinsamkeiten, denn die Dimensionen in der Fläche, die Tiefen und die Querschnitte variieren sehr stark von einer Fundstelle zur anderen und manchmal auch innerhalb derselben Fundstelle. In Bezannes ist die Morphologie der Gruben recht einheitlich. Die Grubenlängen überschreiten oft 2 m. Die Querschnitte sind „V “ oder „Y“-förmig, wobei es jedoch nicht einfach ist, sie eindeutig dem einen oder anderen Grubentyp zuzuordnen. Die Gruben besitzen beachtliche Tiefen, zwischen 1,7 m und 2,3 m. Im Gegensatz dazu sind die Gruben von Thillois vielgestaltiger. Die Abmessungen in der Fläche bewegen sich zwischen 0,7 m x 1,3 m für die kleinste und 1,5 m x 2,3 m für die größte. Zwei Gruben setzen sich durch eine Kreisform mit einem Durchmesser von annähernd 1,7 m ab. Vier Querschnittstypen können ebenfalls unterschieden werden. Drei Strukturen besitzen einen mehr oder weniger regelmäßigen Querschnitt in Y-Form mit einem spitzen Boden und geraden Wänden, die sich im oberen Drittel abrupt verbreitern. Die Tiefe dieser Gruben variiert zwischen 1,6 m und 1,7 m. Zwei Strukturen besitzen einen V-förmigen Querschnitt mit spitzem, mehr oder weniger abgerundetem Boden und geraden Wänden, die sich zunehmend nach oben verbreitern. Ihre Tiefen variieren zwischen 1,1 m und 1,7 m. Eine 1,5 m tiefe Struktur ähnelt den I-förmigen Gruben. Schließlich können zwei an der Oberfläche kreisförmig erscheinende Strukturen als U-Gruben angesprochen werden, da sie einen wenig markanten, rundlichen Boden und relativ senkrechte Wände besitzen, sowie deutlich breiter als die anderen tiefen Gruben sind. Sie erreichen Tiefen von 1,2 m bis 1,4 m

Die Gruben enthielten nur wenige Funde, insbesondere, wenn nur die eine Hälfte ausgegraben wurde. Wurden die Gruben vollständig ergraben, so ließ sich tatsächlich beobachten, dass das Fundmaterial bevorzugt in einer Hälfte der Struktur konzentriert war. So ergaben drei von vier der vollständig ausgegrabenen Gruben Fundmaterial, gegenüber einer von acht der zur Hälfte ergrabenen Gruben. Diese Beobachtung zeigt, dass es notwendig ist, die Verfüllung vollständig auszugraben. Bei dem archäologischen Fundmaterial handelt es sich hauptsächlich um Faunenreste und seltener um Steingeräte und Keramik. Schneckenhäuser sind ebenfalls vorhanden. Diese verschiedenen Funde geben Aufschluss über die Umweltverhältnisse und die Verfüllungsdynamik, sowie über die Funktion dieser Gruben.

Malakologische Untersuchungen wurden an Material aus zwei Gruben in Bezannes durchgeführt (F16 und F66). Die Schnecken konzentrieren sich hauptsächlich in den Braunerdeschichten (Humus). Die häufigste Spezies ist die Schöne Landdeckelschnecke (Pomatias elegans). Diese Schnecken geben Auskunft über die unmittelbare Umgebung der Gruben, da es sich um eine Art handelt, die vor allem in Humusschichten/Pflanzenschichten und halb bewaldeten Milieus lebt. Die Tatsache, dass sie in den kreidehaltigen Schichten fehlt, spricht für einen schnellen Verfüllungsprozess, während ihre Präsenz in den dünnen, sich abwechselnden Kreide-und Schluffschichten eine langsamere Verfüllung anzeigt.

In Thillois enthielten nur zwei Gruben geringes archäologisches Fundmaterial. Es handelt sich um ein Steingerätefragment (F44), Keramik und den Wirbel einer unbestimmten Tierart (F69). In Bezannes erbrachten drei Gruben archäologisches Fundmaterial (F16, F38 und F66). Die Verfüllung der Gruben F16 und F38 lieferte Faunenreste vom Wildschwein. In der ersten Grube fanden sich ein Beinknochen und ein linker Vorderfuss im anatomischen Verband zusammen mit zwei Rippen und drei Zähnen. Neben diesem Knochenensemble befand sich ebenfalls ein Querschneider aus Silex. In der zweiten Grube wurde das vollständige Skelett eines juvenilen Wildschweins freigelegt. Diese Knochenensembles befinden sich zum einen im mittleren Teil und zum anderen am Boden der Verfüllung. Aus der Grube F66 stammen ein Splitter aus behauenem Silex und ein Metatarsus vom Rind, die am Boden bzw. an der Oberkante der Grube lagen.

Das Fehlen von Besiedlungsspuren, die mit diesen Gruben gleichzeitig sind, die halb bewaldete Umgebung und das Vorhandensein von Jagdresten in der Verfüllung einiger Gruben stellen diese Strukturen in den Zusammenhang mit der Jagd. Auch wenn diese Gruben aufgrund ihrer Morphologie und Verfüllugsdynamik einem einzigen Strukturentyp zugeordnet werden können, so weisen die Kontextdaten und die aus der Untersuchung hervorgehenden Funddaten tatsächlich auf unterschiedliche Ensembles hin. Die Gruben, die anscheinend in einer begrenzten Fläche gruppiert sind, sind nicht gezwungenermaßen alle gleicher Zeitstellung. Dies ist in Thillois der Fall. Andere liegen, wie in Bezannes, locker verstreut und scheinen zu einem einzigen Ensemble zu gehören. Die geplanten Rettungsgrabungen in der Z.A.C. von Bezannes werden weitere Einsichten und eine umfassende Interpretation dieser Gruben ermöglichen.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites de Bezannes et Thillois (Marne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 2. Exemples de fosses à profils en « V-Y » de la ZAC de Bezannes (F38 : d’après Bontrond et alii, 2011 ; F14 et F16 : Bündgen et alii, 2010 ; F12 : Garmond, 2009 ; F66 : Garmond et alii, 2010).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 3. Répartition spatiale des fosses à profil en « V-Y » de la Z.A.C. de Bezannes (DAO N.G.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4. Les zones 2 et 3 du site de Thillois « Les Terres Soudées » avec, en noir, les fosses profondes étudiées (DAO S.B.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 5. Les fosses profondes de Thillois « Les Terres Soudées » (d’après Bündgen et alii, 2011).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 6. Liste des mollusques identifiés dans les trois niveaux de comblements de F66 (Bezannes, « Les Longs Fossés » et « Entre Deux Voies ») (détermination L. Charles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 7.Localisation des os de sanglier mis au jour dans la fosse F16 (Bezannes « La Bergerie », cl. F.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Fig. 8. Détail des restes osseux de sanglier mis au jour dans la fosse F16 (Bezannes « La Bergerie », cl. F.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Légende Fig. 9. Armature tranchante associée au membre antérieur de sanglier provenant de la fosse F16 (Bezannes « La Bergerie », DAO N.G.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 10. Localisation des os du jeune sanglier mis au jour dans la fosse F38 (Bezannes « Le Bas Torchant », DAO R.B. et N.G.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 11.Squelette de jeune sanglier mis au jour dans le comblement de F38 (Bezannes « Le Bas Torchant », cl. N.G.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 12. Distribution des pièces osseuses de suidé au sein de F38 (à partir du nombre minimum de parties du squelette : NMPS) (dessin : M. Coutureau (Inrap) d’après Lignereux, Peters, 1996 ; DAO M. Coutureau et F. Poupon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 13. Détail du tibia et du bas de patte postérieur gauche en connexion du jeune sanglier (cl. N.G.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6061/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search