Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Structures de piégeage du Néolithique final à Acy-Romance et protohistorique à Bourcq (Ardennes)

Bernard Lambot

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1Les structures archéologiques présentées pouvaient paraître par leur nature d’un intérêt mineur, pour ne pas dire anecdotique puisque dans un cas elle se trouve noyée dans une masse de données considérables d’un vaste habitat de La Tène finale et, dans l’autre cas, perdue au sein d’une nécropole de La Tène ancienne. Bien qu’ayant fait l’objet d’une fouille soignée, il est probable qu’en l’absence d’une table ronde consacrée à ce type de structure, elles seraient restées bien discrètes dans la publication des recherches consacrées à ces sites. Elles se trouvent être devenues deux petites pierres dans l’édifice qui commence à naître de ces structures polymorphes mais répétitives découvertes en Champagne.

2La fosse cylindrique profonde d’Acy-Romance est le témoin d’un type de capture d’animaux sauvages de petite taille au Néolithique récent/final, à proximité d’un petit habitat. Quant à la fosse en Y de Bourcq, datée de l’Âge du Bronze final, elle s’inscrit dans l’inventaire champenois de ces structures.

1. La fosse ARW 126134 d’Acy-Romance

3Lors de la fouille archéologique programmée du village gaulois de La Tène finale d’Acy-Romance (Ardennes) « la Warde » et « les Carrières », quelques structures plus anciennes ont été découvertes. Il en est ainsi pour deux enclos circulaires de l’Âge du Bronze final dont l’un a servi de point de référence pour structurer géométriquement l’implantation globale de cet habitat d’une superficie d’une quinzaine d’hectares. Deux fosses sont bien antérieures à cette période et peuvent être datées de la fin du Néolithique par quelques objets. Pour des raisons matérielles à l’époque de la fouille (1989 et 1999), et ces structures n’étant pas, de toute évidence, en relation avec l’objet principal de la recherche, des datations, pourtant possibles sur des fragments d’os ou de bois de cervidés, n’ont pas été effectuées.

4La plus importante de ces deux structures a été interprétée comme pouvant être un piège à animaux. La seconde témoigne de l’existence d’un habitat proche. Toutes deux sont implantées à l’ouest de l’habitat de La Tène, près du grand enclos central pour celle détritique, à une cinquantaine de mètres de l’angle sud-ouest de cet enclos pour la fosse piège (fig. 1). Il est possible que d’autres fosses de cette période n’aient pas été identifiées en l’absence de mobilier.

1.1. La structure

5Dimensions de la fosse : prof : 1,90 m sous le décapage ; diamètre sous le décapage : 1,50 m ; diamètre à mi-hauteur : 1 m ; diamètre au fond : 0,75 m.

Fig. 1. Le village gaulois d’Acy-Romance (Ardennes) et la localisation des fosses 126134 (piège) et 100221 (ill. H. Bocquillon et B. Lambot).

6Cette fosse cylindrique, légèrement conique, a été creusée sans aucune finition, dans le sol calcaire. Les blocs de calcaire ont été détachés en utilisant les failles naturelles et en faisant levier avec un outil. Quelques traces bien visibles correspondent à un outil à extrémité mousse, genre pic sur andouiller de cerf. Des traces similaires ont été observées dans un enclos de la nécropole du premier Âge du Fer du Terrage à Acy-Romance. L’outil, un pic en bois de cerf qui s’était cassé, a été abandonné sur le fond du fossé. Les parois de la fosse, quasiment verticales, et les aspérités des blocs faisant saillie sont autant d’obstacles pour l’escalade de petits animaux. Le fond a été laissé brut et l’enlèvement par strates correspondant aux failles y est observable par quelques traces horizontales (fig. 2).

7Le comblement était constitué essentiellement de craie avec une strate grisâtre d’une épaisseur maximale d’une dizaine de centimètres, à une vingtaine de centimètres de profondeur sous le décapage. Les plus gros blocs de craie comblaient la moitié inférieure et s’amenuisaient ensuite jusqu’au sommet. Leurs caractéristiques et les quelques traces observées sur certains d’entre eux laissent présumer que les matériaux d’extraction avaient été placés en couronne autour de la fosse.

Fig. 2. Plan, profil, photographie et mobilier de la structure 126134 (ill. B. Lambot).

1.2. Le mobilier archéologique

8Le mobilier archéologique se compose de quelques éclats de silex, d’un fragment de céramique grossière correspondant à un bas de panse de vase fracturé au ras du fond et d’un andouiller de bois de cerf très altéré dont il n’est plus possible de dire s’il a été utilisé comme pic. Ces objets se trouvaient dans la couche grisâtre presque au sommet du comblement et font partie du scellement définitif de la structure (fig. 2).

9Ce maigre mobilier, recueilli dans le comblement supérieur, est toutefois suffisant pour dater l’abandon de ce piège au Néolithique récent/final.

10L’étude des ossements a été confiée à Patrice Méniel qui y a reconnu deux ensembles de restes composés essentiellement d’os de très petits animaux (Méniel, 2003). Les plus abondants ont été recueillis en fond de structure et correspondent aux restes de micromammifères et de batraciens. Ces ossements, dont l’étude détaillée reste à faire, permettraient de préciser l’environnement de la structure dans un rayon plus ou moins proche. Le deuxième lot, qui provient également du fond de la fosse, se caractérise par plusieurs os de mustélidés, de la taille de la martre ou de la fouine (Martes sp.), dont le crâne et des os des extrémités, pieds et queue. Ces derniers vestiges, pieds, tête et queue, sont souvent éliminés lors de la préparation d’une dépouille. Une activité de pelleterie est ainsi attestée à Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) en bordure d’un des grands fossés de La Tène finale, dans lequel ont été retrouvés beaucoup d’os de chiens, de renards, de blaireaux et de quelques autres carnassiers (Yvinec, 1987). Sur Acy-Romance même, un autre témoignage de traitement d’une dépouille d’une martre ou d’une fouine a été observé dans un grand silo de La Tène finale (ARW 118550) (Méniel, 2003).

11La microfaune et ces restes de préparation de fourrure de petit animal ne constituent pas en eux-mêmes quelque chose d’inhabituel comme le cas mentionné précédemment le montre, d’autant que dans ce vaste silo les restes de micromammifères en fond de structure sont également nombreux. C’est la morphologie et la technique de réalisation de la structure qui conduisent à considérer celle-ci comme ayant eu une fonction particulière qui, en l’absence d’autres indices, serait restée indéterminée.

1.3. Les stigmates de piégeage

12Les premières stries parallèles marquant les blocs calcaires, notamment sur les arêtes, ont été observées sur le pourtour de la fosse à 1,40 m de profondeur. Elles ont été identifiées immédiatement comme des griffes d’animaux, ces stigmates ayant été observés dans diverses autres structures et surtout en un endroit précis sur les parois d’un vaste silo (silo C, ARW 1, 1989).

13Celui-ci, daté de La Tène finale, est devenu le tombeau d’une belette (Mustela nivalis L.) qui a trouvé sa nourriture dans la chute de petits rongeurs dans ce piège naturel (Lambot, Méniel, 1992). Ces animaux se sont trouvés piégés à une grande profondeur (entre 1,80 m et 2,20 m) et dans l’impossibilité de sortir en raison de la forme en cloche de la structure et d’un important encorbellement. Malgré un tamisage à trop grosses mailles pour la récupération de la totalité des petits os de rongeurs, ce sont tout de même 256 restes représentant au moins vingt-neuf individus qui ont été identifiés (campagnols, mulots, souris, lérot, hamster…) (Vigne et alii, 1994).

14La belette, qui peut être apprivoisée, a pu jouer le rôle du chat dans l’habitat d’Acy-Romance, ce que tendrait à confirmer sa remarquable représentation en nombre (Lambot, Méniel, 1992). En l’occurrence elle est tombée au fond du silo et s’est nourrie des petits rongeurs ayant subi le même sort, avant de mourir elle-même. On ne peut lui attribuer toutes les traces de griffes observées et photographiées à l’époque, tout comme le lustrage d’une aspérité calcaire, mais elle y a participé probablement.

15Dans la fosse cylindrique les traces sont bien plus nombreuses et importantes pour certaines d’entre elles et elles marquent les parois sur une soixantaine de centimètres de hauteur. Si les plus petites et légères peuvent être attribuées à des micromammifères piégés accidentellement après leur chute dans la structure, il n’en est pas de même de celles plus grandes et profondes. Ces griffures correspondent à des animaux de taille petite à moyenne (martre, fouine), les plus grands pouvant être des renards ou des blaireaux. Le piège, par sa taille, n’est pas destiné à capturer de grands animaux, tel l’ours.

16D’autre part il ne fait aucun doute que des animaux de taille moyenne, genre renard ou blaireau, ont séjourné un certain temps au fond de cette fosse, tentant de s’échapper en sautant contre les parois mais aussi en tournant au fond, usant du même coup les aspérités des blocs calcaires. Cette usure est bien visible et certaines arêtes sont véritablement polies, ce qui laisse penser que cette fosse a été utilisée pendant une période assez longue, qu’il est difficile de préciser, le calcaire étant très fragile (fig. 3). L’étroitesse de la structure, et donc le faible diamètre de son fond, est un autre paramètre qu’il faut prendre en compte : les animaux tombés dedans n’ont aucun recul possible pour prendre de l’élan et sauter très haut. Leur fuite est impossible, ils s’affolent et s’épuisent rapidement.

17Les caractéristiques de cette structure et les observations effectuées sur les parois conduisent à formuler l’hypothèse d’un piège à fauve, petits et grands carnassiers régionaux, l’ours étant exclu. La récupération des fourrures était le but principal et les animaux étaient dépouillés sur place ou dans les environs, comme en témoignent les os des extrémités, tête et queue de martre, retrouvés au fond.

Fig. 3. Traces de griffes et usure sur les parois à la base de la fosse 126134 (ph. B. Lambot).

18Ce mode de capture d’animaux à fourrure a toujours été pratiqué, mais les cas observés en archéologie sont rares et généralement non datés. La technique est simple et consiste à creuser une fosse circulaire étroite et profonde, véritable « puits », au-dessus de laquelle est accrochée une proie. L’animal tente de s’en saisir et tombe dans la fosse dont l’ouverture peut d’ailleurs être dissimulée. La disposition des matériaux d’extraction en périphérie, outre le fait qu’elle augmente la profondeur de la fosse, peut également participer à cette dissimulation.

19Plusieurs trous de poteau ont été fouillés aux alentours de cette fosse (126133, 126135, 126137, 126139). Par leur forme et leur profil, ils ne peuvent y être associés indiscutablement. Seuls deux d’entre eux pourraient effectivement former une paire, tout en présentant des caractéristiques assez différentes (126135 et 126139) notamment dans la forme de leur creusement en cuvette pour l’un, bien cylindrique pour l’autre (126139). Quant aux deux autres, ils n’ont rien en commun et se distinguent des précédents. Le premier, 126133, de forme quadrangulaire régulière (50 cm de côté, 15-20 cm de profondeur), est récent et s’intègre au corpus des trous de poteau de La Tène finale. Le deuxième, conique (126137), s’apparente plutôt à une anomalie du sous-sol. La forme circulaire de trois des trous de poteaux, de 25-30 cm de diamètre, est plutôt un indice d’ancienneté ; toutefois il s’en trouve un certain nombre de cette nature à La Tène finale. La disposition de ces structures autour de cette fosse ne permet pas de proposer un dispositif en relation avec sa fonction supposée de piège (fig. 2). L’un ou l’autre de ces poteaux peut avoir joué le rôle de potence pour l’appât, mais rien n’est moins sûr, d’autant qu’ils sont assez éloignés de l’ouverture. Un tel dispositif semble disproportionné pour le rôle qu’il avait à jouer.

  • 1 Le chapitre consacré aux animaux est inspiré du rapport de Patrice Méniel.

20Ce type de piège est plus efficace en hiver lorsque les ressources alimentaires sont réduites. C’est aussi à cette période que les fourrures sont les plus belles et de bonne qualité1.

21La présence de ce piège indique que le terroir est occupé au Néolithique final et que nous sommes logiquement à quelque distance d’un habitat. Une fosse pourrait être contemporaine de ce piège et témoignerait de la présence d’une petite communauté.

2. Une structure d’habitat contemporain ?

22ARW2/89 ST 221, renommée 100221. Cylindrique : diamètre 1,50 m, prof. : 0,42 m.

23Le remplissage est cendreux avec un « ciment » induré à l’est sur 10 cm d’épaisseur s’inclinant vers le centre. Un petit rognon de silex se trouvait prisonnier de ce ciment. Dans le comblement se trouvaient : quelques os animaux et quelques fragments de silex débités, une omoplate de bœuf retaillée en pelle, une houe à perforation rectangulaire en bois de cerf et quelques tessons, le tout dans le niveau de comblement supérieur.

24Les trois tessons suffisamment importants (un col et épaule, un fragment de panse médian, une base de panse cassée à la jonction avec le fond) sont caractéristiques du Néolithique récent/final (S.O.M. ou plus probablement « Gord »).

25Un éclat de silex gris noir montre des retouches légères sur la partie tranchante. Un autre présente des enlèvements écailleux aux arêtes usées et pourrait correspondre à un briquet (Lambot, Méniel, 1992).

Fig. 4. Photographie et coupe de la fosse en Y de Bourcq (ph. B. Lambot, ill. H. Bocquillon).

26La documentation archéologique régionale concernant le Néolithique final, dans le cours moyen de l’Aisne, est d’une pauvreté remarquable si l’on exclut les objets provenant de ramassages de surface et la découverte récente d’un habitat en prospection aérienne (Lambot, 2009). C’est dire si ces structures sont intéressantes dans un tel contexte. En l’absence d’analyse palynologique (les pollens sont mal conservés sur le site) susceptible d’apporter des informations sur le paysage à cette époque, il est probable que l’environnement était boisé sur ce plateau exposé aux vents d’ouest et que l’installation s’est faite dans une clairière. Si les fosses sont strictement contemporaines, leur proximité conforte cette vision d’un paysage peu anthropisé, l’habitat se trouvant séparé du piège par des buissons et arbustes. Bien entendu, on ne peut que regretter la pauvreté du mobilier archéologique, mais sa présence permet au moins de proposer une datation qui reste évidemment assez large.

3. Une fosse en y dans la nécropole de La Tène ancienne de Bourcq (Ardennes)

27Cette grande fosse de 3,80 m de longueur, oblongue, visible sur les photographies aériennes, a été décapée dans sa totalité. En surface elle pouvait être considérée comme un grand chablis, structure régulièrement observée sur le site. Elle a été fouillée sur la moitié de sa longueur (fig. 4). La section montre un profil trapézoïdal assez étroit à sa base, profil maintenant dit en « Y » : largeur à l’ouverture : 1,64 m ; largeur à la base : 0,26 m, profondeur : 1,40 m.

Fig. 5. Photographie aérienne montrant deux fosses allongées et quelques autres structures (ph. B. Lambot).

  • 2 Nous remercions Jan Vanmoerkerke, S.R.A. Champagne-Ardenne, qui s’est chargé d’obtenir cette datati (...)

28Le comblement est très calcaire. Un premier remplissage d’une vingtaine de centimètres de craie et de limon brun clair est surmonté d’un gros amas de blocs de craie, de deux couches latérales identiques au remplissage inférieur, puis d’un comblement final de petits nodules calcaires et de craie pilée. Les angles de certains blocs calcaires de la base, sur une cinquantaine de centimètres, sont visiblement usés. Ces stigmates sont à considérer avec précautions, une usure marquée pouvant résulter d’un frottement éphémère (intervention humaine, ou même résultat du frottement résultant du creusement de la base très étroite) lorsque le matériau est humide. Un andouiller de chevreuil a été découvert au fond de cette fosse en Y. Cette structure, interprétée ici comme une fosse-piège à animaux sauvages, est datée du Bronze final IIIb par une datation 14C obtenue sur un fragment du bois de chevreuil (GrA-55 197 = 2785 ± 30 BP)2.

4. En conclusion

29Le Rethélois a livré quelques informations disparates sur l’occupation néolithique de la moyenne vallée de l’Aisne. C’est à Acy-Romance même, en vallée, qu’ont été observés quelques trous de poteau que de rares tessons danubiens permettent de rattacher à cette période. Le Villeneuve-Saint-Germain est représenté à Rethel « les Auges » par une série de bracelets en schiste ramassés en surface et à Barby par quelques céramiques provenant de fosses installées sur la première terrasse. Biermes est le seul habitat structuré pouvant être daté du Néolithique final par comparaison des plans de ses maisons et de son organisation avec des habitats connus en fouille (Lambot, 2009). La reconnaissance d’un habitat et d’une activité de chasse par piégeage en fosse du Néolithique récent/final sur le plateau d’Acy-Romance témoigne d’une occupation qui gagne les plateaux en bordure de vallée et probablement la plaine à proximité des cours d’eau.

30En marge de cette brève contribution, il convient d’attirer l’attention sur les structures énigmatiques vues d’avion et bien souvent ignorées – et pas photographiées – en raison de leur isolement ou tout au contraire du fait qu’elles se trouvent noyées dans un grand nombre de fosses, silos, etc. C’est notamment le cas d’une photographie aérienne de la région de Tours-sur-Marne, qui peut s’intégrer dans la réflexion générale concernant ces structures énigmatiques. Nous sommes en dehors de la zone de combat de la Grande Guerre et il ne peut y avoir confusion avec des structures de cette période qui, parfois, présentent des formes approchantes. Trois structures, dont deux ovalaires, se détachent clairement dans un champ de luzerne fauché un peu auparavant. Le regain de luzerne est particulièrement révélateur en raison de la sécheresse de cette année et la définition de la photo est telle que les moindres anomalies du sous-sol sont visibles, notamment les failles géologiques. Les deux fosses ovalaires mesurent plus de 3 m de longueur et aussi bien ces dimensions que la forme générale correspondent aux fosses en Y connues à la fouille. Quelques autres anomalies, dont une autre fosse rectangulaire de même aspect et de mêmes dimensions se remarquent dans un environnement éloigné, mais aucune structure n’évoque un habitat (fig. 5). Ce document incite à rechercher sur d’autres photographies la présence de telles structures – la fosse de Bourcq est d’une grande utilité pour isoler parmi de nombreuses anomalies ce type de structure – et d’en rechercher en prospection. C’est aussi la possibilité de prolonger l’étude de sites fouillés partiellement où ces fosses ont été découvertes pour voir s’il n’y a pas une extension dans les environs immédiats. En effet, plusieurs sites fouillés révèlent des alignements pouvant compter un grand nombre de fosses (cf. ce volume). Ce peut être dans la démarche actuelle une contribution originale à l’étude de ces structures énigmatiques.

Two quite specific features have been uncovered at Acy-Romance and at Bourcq (Ardennes) over these last years. Exhibiting very distinct morphologies, they may have had a similar function: the capture of wild animals. The first feature, a deep cylindrical pit was destined to the capture of carnivores for their furs. The second one, elongated and with Y-shaped section, enabled the capture of big game. The few artefacts discovered in the upper part of the filling of the cylindrical pit allow to date the latter to the Late/Final Neolithic. The pit at the site of Bourcq was discovered within a funeral context dated to the La Tène A period but it is itself undated. The traces on the sides and the faunal remains of the cylindrical pit are strong arguments in favour of a trap function. An additional feature discovered at the site of Acy-Romance, a silo that accidentally has become a trap, allows to gather some conclusive data. The pit of Bourcq enhances a yet substantial assemblage in Champagne– Ardenne.

In den letzten Jahren wurden in Acy-Romance und in Bourcq (Ardennes) zwei recht spezifische Strukturen ausgegraben. Sie besitzen eine sehr unterschiedliche Form, könnten aber eine ähnliche Funktion erfüllt haben, nämlich das Einfangen von Wildtieren. Die erste Grube, mit einer weit in die Tiefe reichenden, zylindrischen Form war für das Einfangen von Pelztieren vorgesehen. Die zweite, mit länglicher Form und Y-förmigem Querschnitt ermöglichte das Einfangen von Großwild. Die wenigen Artefakte, die im oberen Teil der Verfüllung der zylinderförmigen Grube gefunden wurden, erlauben eine Datierung in das Spät-/Endneolithikum. Die Grube in Bourcq befindet sich in einem frühlatènezeitlichen Bestattungskontext, ist aber selbst nichtdatiert.

Spuren an den Grubenwänden und Faunenreste in der zylinderförmigen Grube sind ein starkes Argument für eine Interpretation als Falle. Ein weiteres Beispiel an der Fundstelle Acy-Romance, ein Silo, das zufälligerweise zur Tierfalle wurde, erlaubt es, zusätzliche übereinstimmende Beobachtungen hinzuzufügen.

Die Grube von Bourcq ergänzt den inzwischen großen Bestand in der Champagne-Ardenne.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Lambot B., 2009, « Un habitat du Néolithique final découvert par avion à Biermes (Ardennes) », Bull. de la Société archéologique champenoise, 102, no 4, p. 8-15.

Lambot B., Méniel P., 1992, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes). 1, L’habitat gaulois : fouilles 1988-1990, Paris, CNRS éd./Compiègne, CRAVO, 182 p., 153 fig. (Mémoire de la Soc. archéologique champenoise, 7).

Méniel P., 2003, « Note sur les restes animaux de la campagne de 2003 », in : Lambot B., Acy-romance (Ardennes), Rapport pluriannuel 2003, SRA, DRAC Champagne-Ardenne, 19 p.

Vigne J.-D., Méniel P., Lambot B., Bonani G., 1994, « Un assemblage d’ossements de micromammifères dans une cache de petit mustélidé de l’Âge du Fer (Acy-Romance, Ardennes, France) », in : Patou-Mathis M. dir., Outillage peu élaboré en os et en bois de cervidés. 4 : Taphonomie/bone modification, 6e table ronde, Treignes, p. 205-215 (Artefacts, 9).

Yvinec J.-H., 1987, « Découpe, pelleterie et consommation des chiens gaulois à Villeneuve-Saint-Germain », Anthropozoologica, premier no spécial, p. 83-90.

Annexes

TRAP PITS DATED TO THE FINAL NEOLITHIC AT ACY-ROMANCE AND TO THE IRON AGE AT BOURCQ (ARDENNES)

Bernard Lambot

Abstract

***

TIERFALLEN DES ENDNEOLITHIKUMS IN ACY-ROMANCE UND DER LATÈNEZEIT IN BOURCQ (ARDENNES)

Bernard Lambot

Zusammenfassung

Notes

1 Le chapitre consacré aux animaux est inspiré du rapport de Patrice Méniel.

2 Nous remercions Jan Vanmoerkerke, S.R.A. Champagne-Ardenne, qui s’est chargé d’obtenir cette datation.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le village gaulois d’Acy-Romance (Ardennes) et la localisation des fosses 126134 (piège) et 100221 (ill. H. Bocquillon et B. Lambot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 2. Plan, profil, photographie et mobilier de la structure 126134 (ill. B. Lambot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Légende Fig. 3. Traces de griffes et usure sur les parois à la base de la fosse 126134 (ph. B. Lambot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 4. Photographie et coupe de la fosse en Y de Bourcq (ph. B. Lambot, ill. H. Bocquillon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Fig. 5. Photographie aérienne montrant deux fosses allongées et quelques autres structures (ph. B. Lambot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/6013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 933k

Auteur

1 rue des Acacias, 60150 Machemont. lambotdacy@wanadoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search