Version classiqueVersion mobile

Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses « à profil en Y-V-W »

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Vincent Riquier

Bilan du programme de recherche : fosses à profil en V, W, Y et autres en Champagne-Ardenne

Nathalie Achard-Corompt, Ginette Auxiette, Kai Fechner, Vincent Riquier et Jan Vanmoerkerke

Note de l’éditeur

Des abrégés en langues anglaise et allemande figurent en fin d’article

Texte intégral

1. HISTORIQUE DES RECHERCHES

  • 1 Le programme de recherches a débuté en 2009 et a été développé dans le cadre d’un projet d’activité (...)

1Parmi les nombreux vestiges dont l’interprétation nous échappe encore, les opérations d’archéologie préventive sont le théâtre régulier de découverte de ces fosses intitulées, pour les besoins de la recherche régionale, « fosses à profil en V, W et Y ». La dénomination importe peu ; adoptée en 2000, elle n’a eu pour but que de repérer et enregistrer ces fosses dans les opérations en cours et de les identifier dans les opérations plus anciennes. L’attrait pour ces vestiges nombreux et inexpliqués a conduit à la mise en place d’un programme régional de recherches1 (Achard-Corompt et alii, 2010 et 2011 ; Marcigny et alii, 2009).

2Arrêté au mois de février 2011, le corpus régional présenté (fig. 1) est constitué de 266 fosses (dont 231 exploitables pour les aspects dimensionnels, cf. Annexe 1). Depuis, les découvertes se sont poursuivies, puisque 25 sites ont livré une ou plusieurs nouvelles structures. Nous possédons des informations pour 23 d’entre elles et nous sommes en attente de renseignements pour une trentaine d’autres. Plus de 300 fosses vont donc être inventoriées avant 2012.

3Les principales découvertes des fosses ont été réalisées à partir de la décennie 2000 (fig. 2). Les pics affichés de 2004 et 2006 sont consécutifs entre autres aux fouilles d’Arcis-sur-Aube « Le Prieuré » (Aube) et du Parc Logistique de l’Aube, et certaines baisses, notamment en 2003, à la diminution des prescriptions archéologiques. L’essor des découvertes à partir de 2000 est directement lié au développement de l’archéologie préventive et à la mise en place d’une politique systématique de sondages et de décapages sur de vastes surfaces ou en marge d’occupations denses. Ce constat est valable pour n’importe quelle étude de corpus de sites, mais il est encore plus flagrant dans le cas de structures marginales qui ne constituent pas le cœur de notre activité. Enfin, les actions de sensibilisation à ce type de structures menées en région et la mise en place d’une typologie simple basée sur la morphologie de leur profil ont eu pour conséquence la reconnaissance de ces structures et leur classification dans une base de données dès 2002.

4Même si les découvertes (au nombre de 105) réalisées lors des diagnostics archéologiques peuvent, comme en 2003, 2005, 2007, 2009 et 2010, constituer l’essentiel ou la plus grande partie des données enregistrées pour une année, les fouilles restent, avec un effectif de 161 fosses, les plus grandes pourvoyeuses de ce type de structures. Depuis 2004, 29 fosses en moyenne sont découvertes par an. L’année 2011 est une année exceptionnelle puisque plus de 50 fosses ont été mises au jour sur de nouvelles opérations ou identifiées sur des opérations archéologiques anciennes.

Fig. 1. Répartition régionale des fosses (tous proils confondus).

Fig. 2. Des découvertes en pleine expansion (état février 2011).

2. MORPHOLOGIE DES VESTIGES

2.1. Du I au Y : un plan homogène pour des profils singuliers

5Ces structures ont en surface un contour ovale, oblong ou quasiment rectangulaire et adoptent un profil transversal étroit et profond en forme de I, de U, de V, de Y ou un profil longitudinal en forme de W de 1 à 2 m, voire de 3 m de profondeur pour les plus imposantes (fig. 3).

6Il va sans dire que leur profondeur, comme l’étroitesse du fond de fosse, impose une fouille mécanisée, avec coupes et plan débordant, pour éviter toute confusion avec un autre type de fosse ou toute erreur de lecture du profil. La fouille manuelle des horizons sombres supérieurs conduit souvent à la conclusion qu’il n’y a plus de creusement sous ces horizons et qu’il est inutile de creuser plus profond.

7Leur longueur est comprise entre 0,80 m et 4,90 m, avec une moyenne à 2,78 m, et leur largeur entre 0,30 m et 3,75 m (fig. 3 et 4), pour une moyenne de 1,45 m.

8Le nombre d’occurrences le plus abondant se situe entre 2,25 m et 2,75 m (80 structures) pour la longueur et entre 0,70 m et 2 m pour la largeur (159 structures), avec 105 fosses dont la largeur en surface est incluse entre 0,70 et 1,50 m.

9La structure la plus réduite est une fosse en I, et la plus grande, une fosse à profil en Y. Elles mesurent respectivement 0,80 m de longueur pour la première (Rosières-près-Troyes (Aube), « ZAC des Feuillates », st. 444) et 4,82 m pour la seconde (Bussy-Lettrée (Marne), « ZAC Europort de Vatry », site 9-st. 8).

10Concernant la profondeur (fig. 4), le groupe est assez cohérent : entre 0,40 et 3 m de profondeur, avec une moyenne à 1,62 m. Le plus grand effectif des fosses se situe entre 1,25 et 2 m. La fosse la moins ancrée est en profil en V (Puilsieux (Marne), « Zone de stockage 67 », LGV, sd. 19) et celle bénéficiant du creusement le plus marqué et dont le profil nous est connu est en Y (Bezannes (Marne) « La Bergerie », st. 16). Toutes deux ont été aménagées dans le substrat crayeux. Sur un même substrat, nous avons donc deux fosses situées aux extrêmes du spectre dimensionnel. Si l’érosion peut difficilement faire disparaître ces structures, elle n’est pas sans incidence sur leur conservation et il est possible que certaines structures aient souffert des affres du temps ou des conditions de découvertes.

Fig. 3. Typologie des fosses à profil en V, W, Y… établie en Champagne-Ardenne.

11Sur les 231 fosses exploitables, 82 possèdent un profil transversal en V, 72 en Y et 36 un profil longitudinal en W (fig. 5). Viennent ensuite les fosses à profil en I et en U qui regroupent 19 individus. Les différents types de profil peuvent être observés sur un même gisement.

12Les fosses à profil en U constituent un petit ensemble, souvent moins uniforme en plan que le groupe des V et Y, avec des morphologies de surface variant de l’ovale au rectangulaire. Les fosses à profil en I sont peu nombreuses, leur étroitesse n’empêchant pas une profondeur conséquente du creusement. Lors de la mise au jour des premiers exemplaires de ce type, la question de l’action de l’érosion sur la morphologie de la fosse a été posée. S’agissait-il de fosses à profil en Y très arasées ? À présent, avec la multiplication des exemples, ces structures semblent correspondre à un type à part entière, même si leur nombre est encore réduit.

Fig. 4. Rapports longueur/largeur et longueur/profondeur tous types de profils confondus.

Fig. 5. Distribution des fosses par type de profil (effectif de 231 fosses).

13Comme dans une population-type, chaque différent type présente des éléments de petites, de moyennes et de grandes tailles. Ces différences dimensionnelles n’ont pas encore trouvé d’explication ; la nature du substrat semble étrangère à ces variations et l’action de l’érosion ne peut être évoquée dans ce cas précis.

Fig. 6. Clichés de fosses à profil en Y et V.

2.2. Les types en U, V et Y

14Hormis les fosses à profil en U qui représentent un corpus réduit, les fosses à profil en V et Y sont les plus couramment observées en Champagne-Ardenne (75 % du corpus). En plan, elles sont soit ovales, soit oblongues (proche des Schlitzgruben), soit, mais beaucoup plus rarement, rectangulaires. De la morphologie de leur profil découle leur appellation (fig. 6) :

  • en U : parois légèrement évasées et fond en cuvette ;

  • en V : évasées et fond étroit ;

  • en Y : profil caractéristique avec un fond étroit et allongé ; le pied du Y est plus ou moins long.

15Leur profil longitudinal est identique pour les trois et est illustré par un fond quasiment plat et des parois verticales ou légèrement évasées. Le comblement montre un litage important pour les 2/3 inférieurs de la fosse (jusqu’au profil d’équilibre), suivi d’un apport plus massif pour le tiers supérieur.

16Les fosses en V et en Y sont distribuées de façon très similaire et donnent la trame de la distribution globale (fig. 7). Il existe donc au sein d’un même type des fosses de grandes et de petites dimensions. C’est parmi les structures à profil en V et Y que l’on rencontre les exemplaires les plus longs, les plus larges et les plus profonds du corpus.

Fig. 7. Distribution des fosses à profil en V et Y par rapport au corpus global.

minimum

maximum

moyenne

En U

Longueur en m

2,1

4,30

2,91

Largeur en m

0,7

3,3

1,52

Profondeur en m

0,7

2,55

1,58

En V

Longueur en m

1

4,3

2,75

Largeur en m

0,65

3,6

1,58

Profondeur en m

0,55

2,8

1,64

En Y

Longueur en m

1,4

4,82

2,80

largeur en m

0,44

3,74

1,61

Profondeur en m

0,78

2,9

1,70

Fig. 8. Longueur, largeur et profondeur minimum, maximum et moyenne pour chaque type de profil.

17Le groupe des fosses à profil en U compte sept occurrences et n’est donc pas encore assez conséquent pour être signiicatif, mais les premières observations montrent une distribution assez proche de celles des fosses en v et y. Ces fosses apparaissent néanmoins plus trapues et légèrement moins profondes que ces dernières (fig. 8).

18Ce sont deux fosses en y qui possèdent la plus forte largeur et la longueur la plus importante, et une fosse en v qui présente les plus petites dimensions pour ces trois catégories.

19Ce groupe de fosses est harmonieusement réparti sur les territoires (fig. 9) où ce type de structures est actuellement connu.

Fig. 9. Répartition régionale des fosses à profil V et Y.

2.3. Le type en W : un sous-type des fosses à profil en U, V et Y

20Rarement ovales, ces fosses offrent en plan des silhouettes plus allongées (en Schlitzgruben typique), oblongues, ou aux deux extrémités plus larges (en 8) (fig. 10). Le profil transversal est soit en Y peu marqué, soit en V. Elles se distinguent du premier type par leur profil longitudinal affecté d’un double creusement à fond plat ou en cuvette mais comportant une dynamique de comblement similaire à celle observée pour les fosses à profil en U, V et Y.

Fig. 10. Vue en plan et coupe de deux fosses en W.

Fig. 11. Distribution des fosses en W par rapport au corpus global.

Fig. 12. Répartition régionale du type en W.

21La difficulté d’identification de ce type de fosse tient à son classement possible dans la catégorie exposée précédemment, car son profil transversal ne diffère guère de celui d’une fosse en V par exemple. Le profil en W ne s’observant que dans la longueur, il faut croiser l’information transversale avec une information longitudinale. Si par ailleurs la coupe transversale a été implantée dans la partie centrale de la fosse, au niveau de la jonction des deux lobes, l’archéologue ne manquera pas également d’être interloqué par la différence de profondeur du creusement entre cette partie et le lobe. Dernier cas particulier, en raison de l’étroitesse des fonds de lobe, une coupe longitudinale légèrement décentrée ne manquera pas de donner un profil en W déformé et faussement dissymé trique, un des lobes paraissant plus profond et plus large que l’autre. Pallier ces écueils implique, pour ces fosses comme pour les autres, une lecture en trois dimensions, dès leur fouille, quelle que soit la méthode employée.

Fig. 13. Coupe réalisée dans une fosse à profil en I.

22Plus allongées que les fosses en U, v et y, elles sont moins profondes, avec une moyenne de 1,39 m (fig. 11) contre 1,64 m pour les premières. Parfois un des deux creusements est plus marqué que l’autre, mais d’une façon générale, leurs morphologies, leurs dimensions et leur comblement sont proches.

23À ce stade de la recherche, les fosses à profil en W ont été découvertes principalement dans le département de l’Aube (fig. 12). Nous ne pouvons pas encore expliquer cette répartition. La nature du substrat ne semble pas en être la cause.

2.4. Le type en I : peu d’occurrences encore

24Étroites et allongées en plan, ces fosses possèdent un fond plat et des parois verticales (fig. 13). En plan, elles sont parfois de forme rectangulaire, rappelant ainsi la morphologie inférieure des fosses en Y. Leur profil longitudinal est identique aux types en U, V et y. À l’instar des fosses en U, le nombre d’occurrences (douze) est trop restreint pour être significatif.

25Les fosses en I occupent une petite superficie et sont allongées (fig. 14). Leurs profondeurs sont comprises entre 1 m et 1,90 m et leur largeur entre 0,30 m et 1,60 m.

Fig. 14. Distribution des fosses à profil en I par rapport au corpus global.

Fig. 15. Répartition régionale du type en I.

26Hormis le sud du département des Ardennes, des fosses à profil en I ont été signalées dans les secteurs où les structures (tout profil confondu) sont actuellement connues (fig. 15). Il est également parfois difficile de classer une fosse dans une catégorie bien définie, certaines fosses en I, notamment celles offrant les plus grandes largeurs, pourraient peut-être appartenir aux fosses à profil en U.

2.5. Différentes variantes d’un même type de fosse

27Malgré la variété observée à l’intérieur du type, les données métriques élémentaires montrent qu’il existe une grande homogénéité du corpus (fig. 16). Les chercheurs s’accordent à reconnaître, fût-ce de manière empirique et malgré des contextes sédimentaires variés, un type clair de structure, comme l’avaient fait nos prédécesseurs d’outre-Rhin.

28Les données des fosses à profil en U et en I sont à prendre avec prudence, faute d’un corpus suffisant.

29Les fosses en V et Y sont assez similaires au niveau du plan comme de la profondeur du creusement. Elles sont plus trapues que les fosses en W qui, pour leur part, sont moins profondes. On peut dans le cas des premières s’interroger sur le motif déterminant l’adoption d’un profil plutôt qu’un autre. Le creusement d’une fosse à profil en Y apparaît moins commode à mettre en œuvre que celui d’une fosse à profil en V, du fait de l’étroitesse de sa partie inférieure. Créer une telle structure à la morphologie spécifique n’est pas anodin mais encore difficile à expliquer (voir infra).

30Dans l’état actuel du corpus, les fosses en I sont les plus étroites et possèdent une profondeur moyenne similaire au type en W. Cependant, aucune ne dépasse les 1,90 m de profondeur alors que c’est le cas pour quatre exemplaires de fosses à profil en W. Ceci peut s’expliquer par l’étroitesse du creusement des fosses en I. Les fosses à profil en U présentent un plan plus trapu que les autres types et sont légèrement moins profondes que les fosses en V et Y, mais plus imposantes que les fosses en W.

3. LE COMBLEMENT

31Les fosses ont été creusées dans des substrats variés qui possèdent donc des propriétés physiques différentes. Néanmoins, de grandes tendances peuvent être observées et l’on peut distinguer trois phases principales dans leur colmatage (fig. 17). La première est liée à sa phase d’utilisation, la seconde à sa phase d’abandon et la troisième intervient après le profil de stabilisation.

  • 2 Du fait de sa finesse, cette couche n’apparaît pas toujours sur les relevés de terrain mais lorsque (...)

32Le fond des fosses présente une couche limoneuse dont l’épaisseur varie de quelques centimètres à 20 cm (Romilly-sur-Seine, « La Belle Idée, La Usée », fosse 1 sondage B90, Marchaisseau, 2010, p. 25)2. Dans les sols crayeux, elle apparaît sous la forme d’une couche grise qui correspond probablement au mélange de l’horizon humifère noir originel de la plaine avec du substrat crayeux. Le sol de l’époque, en s’infiltrant dans la fosse, s’est chargé en particules crayeuses des parois. La présence de petits charbons dans cette couche est fréquente. Les études pédologiques menées sur les fonds de fosses de Oiry « La Goutte d’Or » et « Les Ormissets » indiquent que cette couche est peu marquée par les activités humaines, avec notamment un taux de phosphore bas (Fechner in : Moreau et alii, 2009, p. 110-113). Cet horizon est lié à la phase de création/fonctionnement de la fosse ou précède de peu son abandon définitif. La fouille fine de la fosse de Bazancourt, « Le Mont de la Sorcière », nous l’indique puisque les os du boviné reposaient sur ce niveau de 5 à 11 cm d’épaisseur (Desbrosse et alii, 2008, p. 38). Les observations faites à Courtisols, « Les Ouches de Saint-Martin », par Yohann Thomas, vont dans le même sens. Les os ne reposent pas directement sur le fond : ils sont à 0,20 m du fond de fosse. On a donc un cas de figure identique à celui de Bazancourt avec une fosse où pénètre d’abord du « limon crayeux gris clair incluant de nombreux nodules crayeux » (Thomas, 2007). Jusqu’à présent nous n’avons pas d’indices sur la vitesse de création de cette couche, ni sur de possibles indices de curage/entretien qui auraient pu modifier son épaisseur.

Fig. 16. Tableau comparatif des différents types.

Fig. 17. Différents types de comblements.

33Ce premier horizon est surmonté par un ensemble hétérogène qui généralement comble un tiers à la moitié de la hauteur de la fosse (Vatry site 9, « Les Coupes », Riquier et alii, 2010, p. 49). Cette couche est constituée majoritairement de substrat ; mais elle est généralement zébrée, près des parois, par de fins litages limoneux qui correspondent probablement à des successions de phénomènes saisonniers (hiver ?) ou ponctuels (orages ?). Dans la craie, la granulométrie de ces niveaux varie, les plus gros blocs étant au centre de la fosse, les plus fins plus proches des parois suivant un phénomène naturel de gravité. Cette couche peut avoir deux origines principales : soit il s’agit uniquement de substrat issu de l’effritement des parois, soit il y a également des matériaux issus du creusement qui auraient pu être stockés à proximité. Ce point est important puisqu’il a des répercussions sur le mode de fonctionnement de la fosse car, dans le cas d’un piège, est-il possible de laisser les matériaux aux abords immédiats de la fosse, comme le suggèrent les fosses de Norvège ? (cf. Olsen ce volume). La rareté, voire l’absence de mobilier dans cet horizon ne permet pas de connaître sa vitesse de création. Le sommet de cette couche correspond généralement peu ou prou au profil d’équilibre.

34La partie sommitale des fosses est constituée d’un sédiment limoneux très humifère qui correspond environ au tiers supérieur du comblement. Il est possible qu’il faille en réalité distinguer en son sein plusieurs horizons. La base pourrait dans certains cas indiquer un phénomène de pédogenèse. La partie supérieure, quant à elle, se comble pour partie naturellement mais aussi avec probablement des apports massifs de terre par l’homme. À Oiry, « Les Ormissets », dans la fosse 9, ces niveaux sont plus marqués par l’anthropisation que la couche humifère du fond (Fechner in : Moreau et alii, 2009, p. 114). Un autre indice montrant que les activités humaines contribuent à l’ultime phase du comblement de la fosse est la présence de mobilier. Celui-ci peut être bien postérieur au creusement : un tesson gallo-romain retrouvé dans une fosse de Neuflize, « Le Clos » (Achard-Corompt et alii, 2003) ou un charbon daté du haut Moyen Âge à Saint-André-les-Vergers, « Echenilly » (Riquier et alii, 2011).

  • 3 À Oiry, « Les Ormissets », un chablis recoupait la fosse 8 (Fechner in : Moreau et alii, 2009, p. 1 (...)

35La proximité de la surface et le caractère meuble de ce niveau ont favorisé l’implantation d’arbres3, de terriers, notamment dans les sols crayeux durs et à la maigre couverture végétale. On note également quelques cas de réutilisation.

36À cette trame générale, on peut opposer des cas particuliers. Le site de Neuflize, « Le Clos », fournit l’exemple de deux fosses au comblement très humifère sur une grande partie de sa hauteur (Achard-Corompt et alii, 2003).

37Ces grandes tendances ne doivent donc pas masquer la diversité qui existe dans le détail ; cela tient probablement à de multiples facteurs naturels (propriétés de l’encaissant, milieux plus ou moins humides), mais aussi propres à la fosse (profil et éventuels aménagements de couverture et des parois).

3.1. Le cuvelage

  • 4 Deux autres cas pourraient être ceux de Montevrain (Seine-et-Marne) et Saint-Quentin (Aisne), tous (...)
  • 5 Dans le cas, des études menées sur les fosses 7, 8 et 9 de Oiry, « Les Ormissets », l’étude des lam (...)

38Les creusements ayant des parois très abruptes, la question du maintien des parois se pose, notamment dans certains substrats. Un cuvelage peut prendre des formes différentes (planches, clayonnage…) et donc les traces observables varieront probablement en fonction des substrats mais aussi des différents modes de rétention du sédiment. On peut démontrer leur présence soit par des indices directs, soit de manière indirecte. Une fosse fouillée récemment à Romilly-sur-Seine, « Le Bas du Ru », ne présente pas le remplissage médian riche en blocs de craie blanche que l’on pourrait attendre d’une fosse creusée dans ce type de substrat (Fournand, 2011, p. 21). Il s’agit plutôt d’une dominante de limon crayeux beige que l’on trouve dans la partie supérieure du substrat où la craie gélifractée renferme des poches limoneuses (fig. 18). Autre particularité, sur la coupe transversale, apparaissent de fins liserés limoneux bruns de 2 à 3 cm d’épaisseur sur les bords de la fosse. Cette couche verticale de limon n’est pas visible à l’extrémité de la coupe longitudinale de la fosse. Cette dernière présentait donc probablement un cuvelage, au moins dans la partie basse de ses parois longitudinales. C’est certainement ce système qui a empêché l’arrivée de craie blanche ; le comblement s’est alors fait par le sol environnant et la partie haute des parois constituée de limon crayeux beige. Cet indice fort de cuvelage en milieu crayeux est le premier qui soit aussi net mais la bonne tenue de la craie ne nécessitait probablement pas systématiquement ce type d’aménagement4. En revanche avant ce diagnostic, des indices de cuvelages pouvaient être déduits des observations stratigraphiques réalisées dans certaines fosses. Par exemple, à Romilly-sur-Seine, « La Belle Idée, La Usée », plusieurs fosses présentaient des indices stratigraphiques orientant vers la présence d’un cuvelage (fosse 1 du sondage B44, fosse 1 du sondage B90 et fosse 3 du sondage B102, cf. Marchaisseau, 2010). Dans ces cas, les observations faites en plan à la base du comblement ne s’expliquent que par un apport volontaire de graveluche jaune légèrement limoneuse, sur le pourtour de la fosse, peut-être pour colmater l’espace laissé vide derrière un cuvelage. Dans d’autres cas, ce sont les analyses micro-phorphologiques qui orientent vers un système de rétention5. Ainsi, à Saint-Martin-sur-le-Pré « La Noue Hermande » (secteur B), la fosse 62 a bénéficié d’observations de terrain et de fabrication de lames minces (Fechner, à paraître in : Kasprzyk et alii, en cours, p. 40). Plusieurs indices permettent de proposer un aménagement en matière organique. Dans la partie haute, le substrat limoneux présente une accumulation de carbonates de calcium dans des fissures à environ un centimètre de la paroi. Ce phénomène a déjà été observé dans un fossé gaulois cuvelé à Ribemont-sur-Ancre (Fechner, 2000 ; Fercoq du Leslay et alii, 2011). Quant aux parties basses, elles présentent un lessivage et une accumulation de fer, indices d’un phénomène d’oxydoréduction lié à la décomposition de matière organique en milieu anaérobie. L’analyse des lames minces n’indiquant pas la présence prolongée d’eau stagnante qui aurait pu être une autre alternative à cette formation, elle résulte donc probablement d’aménagements.

Fig. 18. Cliché de la fosse de Romilly-sur-Seine « Le Bas du Ru » (Aube).

39Enfin, certains auteurs proposent comme hypothèse de travail que le profil de la fosse en forme de V serait « créé pour faciliter la mise en place du dispositif, une autre hypothèse étant enfin celle d’un recreusement des parois en forme de v pour enlever le dispositif ou son contenu » (Fechner et alii, 2011). En cas de récupération, les indices pour conclure à la présence initiale d’un cuvelage ou d’un dispositif doivent être encore plus minces.

40Les indices de cuvelage sont donc présents mais il n’est probablement pas nécessaire de maintenir systématiquement les parois dans les sous-sols de craie qui ont une bonne tenue à l’abri du gel, a fortiori lorsqu’un système de dissimulation/couverture a pu freiner le remplissage du creusement, ainsi que l’érosion et l’altération physico-chimique des parois. Il est donc possible d’envisager l’hypothèse de la mise en place, parfois systématiquement, d’aménagements internes n’ayant pas pour but de maintenir les parois de l’effondrement mais plutôt de servir les objectifs de la fosse, c’est-à-dire diminuer ou augmenter les aspérités des parois. La part des fosses avec ou sans aménagement n’est donc pas déterminée, pour l’instant.

4. LE MOBILIER

4.1. Des fosses vides ?

41Au même titre que leurs profils singuliers, l’absence ou la rareté du mobilier est une des caractéristiques de ces structures.

42Sur les 266 fosses du corpus, 199 ont été fouillées à moitié et du mobilier a été découvert dans 44 d’entre elles (soit 22,1 %). Dans les 63 autres fosses fouillées intégralement, 22 ont livré du mobilier, soit près de 34,9 % d’entre elles. Si les pourcentages de découvertes de mobilier sont effectivement plus importants pour les fosses fouillées intégralement, il n’en demeure pas moins que près des deux-tiers des fosses sont dépourvues de tout mobilier.

43Soixante-six d’entre elles ont livré soit de la faune, ou/et des fragments céramiques, ou/et des éléments lithiques, soit 25 % du corpus. À ce mobilier, il faut adjoindre les restes osseux de quatre individus, ce qui porte le nombre des fosses contenant des éléments autres que du charbon de bois à 66.

44Le mobilier le plus fréquent est la céramique, présente dans 40 fosses, suivie de près par les restes fauniques découverts dans 36 structures. Vient ensuite le matériel lithique (silex et roche dure) observé dans vingt fosses. À ce jour, aucun objet métallique ou en bois n’a été découvert.

45La position du mobilier est connue pour 32 fosses. Dans 24 cas, il provient des niveaux supérieur ou médian du comblement et ne correspond donc pas à la période d’utilisation de la fosse (fig. 19) (cf. § 6). Huit fosses ont livré du mobilier au niveau inférieur. Il n’a jamais été observé de mobilier distribué sur la totalité de la séquence du comblement de la structure.

Fig. 19. Distribution stratigraphique du mobilier.

46Sur le fond de la fosse, on observe le plus fréquemment des restes fauniques. Parmi eux, on relève le dépôt de grands herbivores sauvages (aurochs et cerfs) entiers ou partiels. En revanche aucun carnivore sauvage n’est signalé pour le moment.

47On verra par la suite que la nature de la faune découverte, la rareté du mobilier et la répartition spatiale des fosses sont des éléments clefs dans l’interprétation de ces structures.

4.2. Les assemblages fauniques des fosses en V, W, Y en Champagne-Ardenne

48Le dépouillement systématique des 266 fosses répertoriées en Champagne-Ardenne a permis d’isoler trente-six structures (fig. 20) où la présence d’ossements d’animaux était signalée, soit 13,5 % des fosses. Le nombre d’occurrences est très inégal selon les départements : quinze cas dans la Marne répartis sur treize sites, dix-huit cas dans l’Aube répartis sur six sites, deux cas dans les Ardennes répartis sur un site et un exemple pour la Haute-Marne (fig. 21).

49Les indices de faune se divisent en deux grandes catégories : des fragments que nous assimilons à des déchets très fragmentaires d’une part (en gris dans les figures 22 à 24), des assemblages dont la composition et la conservation nous ont amenés à les considérer comme des amas spécifiques, résultats de gestes et peut-être d’intentions particulières, d’autre part.

50À l’examen de la position stratigraphique du mobilier au sein du comblement, il apparaît que les os correspondant à des déchets résiduels sont caractérisés par leur fragmentation et leur appartenance à un large spectre faunique réunissant pour l’essentiel les espèces sauvages les plus communes (cerf, chevreuil, lièvre, sanglier) et dans de rares cas, des fragments d’espèces domestiques (porc, bœuf, cheval et mouton). Ils sont issus pour la plupart des niveaux supérieurs des comblements, même si ce n’est pas exclusif. Parmi ces structures, on remarque la place faite aux bois de cervidés qu’il est difficile de rattacher à l’une ou l’autre des deux catégories décrites ci-dessus, faute de données initiales de terrain (fig. 25). Il ne faut donc pas exclure qu’il s’agisse de dépôt. Il est parfois fait mention d’un état de surface altérée.

Fig. 20. Liste des ensembles avec de la faune en Champagne-Ardenne.

Fig. 21. Carte de répartition des sites avec de la faune en Champagne-Ardenne.

Fig. 22. Les ensembles de faune des sites du département de la Marne.

Fig. 23. Les ensembles de faune des sites du département de l’Aube.

Fig. 24. Les ensembles de faune des sites des départements des Ardennes et de la Haute-Marne.

51Là où les assemblages sont identifiés comme « particuliers », on constate qu’ils sont situés dans la partie inférieure du comblement de la fosse, voire au fond. Les espèces impliquées sont toutes sauvages et dominées par l’aurochs (cinq occurrences) puis le cerf (trois occurrences). Le sanglier (un cas) est marginal parmi ces assemblages et est associé (?) à des ossements d’aurochs et à un bois de cerf (Arcis-sur-Aube, structure 186).

Fig. 25. Découvertes de cervidés dans les fosses de Champagne-Ardenne.

Site

Espèce

Datation BP

Saint-Léger-près-Troyes (St. 884)

Aurochs

4765 ± 40

Arcis/Aube

Aurochs/Cerf/Sanglier

3540 ± 40

Courtisols (St. 3)

Cerf

3315 ± 35

Récy (St. 1)

Cerf

2815 ± 35

Bazancourt (St. 1)

Aurochs

2625 ± 35

Neuflize (St. 142)

Bos sp.

2620 ± 40

Fig. 26. Datations isotopiques disponibles pour les ensembles de faune.

Fig. 27.Bucrane d’aurochs d’Arcis-sur-Aube (structure 186).

52La distribution chronologique de ces assemblages particuliers ne fait pas apparaître de sélection d’espèces sauvages préférentielles entre le Néolithique et l’Âge du Fer (fig. 26). Parmi les pièces anatomiques recensées (en dehors des rejets détritiques), on distingue les portions de squelette et les bucranes chez l’aurochs (par exemple à Arcis-sur-Aube, fig. 27) ; des ramures ou des parties de squelettes pour le cerf. Parmi les cas de squelettes partiels, les plus fréquents, aucun ne présente de connexion anatomique stricte et totale. Cette catégorie est donc composée de portions de squelettes globalement désorganisés avec parfois quelques éléments en connexion.

53Les formes des dépôts d’animaux complets se présentent, pour les exemples connus fouillés en place, dans des positions contraintes liées à la morphologie de la fosse. On peut identifier ces squelettes comme le témoignage effectif du piégeage d’un animal resté prisonnier du piège et oublié par les hommes qui l’avaient tendu. Aucun exemple régional n’a été recensé lors de cette enquête. Des exemples sont par ailleurs connus en Nord-Pas-de-Calais notamment (cf. Lorin et alii, ce volume).

54On note l’absence de squelette complet désorganisé.

55Après avoir détaillé les espèces, les parties anatomiques et la configuration générale des dépôts, nous nous attacherons à présent aux différents traitements des corps. On distingue en effet plusieurs cas de dépôts où la présence de petits os des bas de pattes en connexion est un écho aux cas de manipulations de carcasses après décomposition. C’est un phénomène anciennement mis en évidence dans un contexte très différent, celui des sanctuaires, où ces os sont signalés dans la grande fosse centrale du sanctuaire gaulois de Gournay-sur-Aronde (Brunaux, Meniel, 1983) par exemple. Les trois cas recensés dans le cadre de cette étude champenoise sont illustrés par les assemblages de Neulize dans les Ardennes, constitué d’un ensemble de carpes, de Bazancourt dans la Marne où les phalanges sont en connexion lâche, et de Saint-Léger-près-Troyes dans l’Aube, où des indices de manipulations sont aussi extrapolés à partir de certains éléments résiduels présents dans le comblement, notamment des dents déchaussées.

56La faible altération des ossements comme ceux du dépôt de Neulize suggère un enfouissement rapide de certaines parties, même si la nature du sédiment peut jouer un rôle non négligeable dans la conservation des os. À Buchères, certaines surfaces osseuses sont caractérisées par des altérations (surfaces délitées) qui prouvent l’exposition à l’air, pendant un temps, de ces ossements avant leur enfouissement. Nous sommes donc en présence d’au moins deux formes de traitements différents.

57Parmi les traitements anthropiques recensés, on remarque les indices de passage au feu, comme à Buchères sur l’un des condyles occipitaux, sur quelques vertèbres et sur le proximal d’un calcanéum, qui pourraient témoigner de la préparation culinaire puis de la consommation des viandes.

58Parmi les trois sites retenus pour traiter de l’organisation des assemblages, Bazancourt « Montant de la Sorcière » (Marne, structure 1), Saint-Léger-près-Troyes « Parc Logistique de l’Aube » (Aube, D19F0884) et Neuflize (Ardennes, structure 142), les deux premiers sont les mieux documentés. Les amas osseux se situent au niveau du rétrécissement, dans le goulot formé par la base du « Y » des fosses. Ils ont fait l’objet d’un dégagement minutieux sur place.

59À Bazancourt, les ossements d’un aurochs (Bos primigenius) sont issus d’une fosse ovale vierge de tout autre mobilier archéologique. La plupart d’entre eux sont bien conservés, mais on constate une densité anormale des os et des petites perforations qui témoignent de l’action destructrice du sol acide au cœur de la matrice.

60L’essentiel des os est regroupé dans une petite partie de l’espace au sein de la fosse (fig. 28). L’assemblage se compose d’éléments du thorax – sélection de côtes, droites et gauches, quelques vertèbres caudales – et des bas de pattes antérieures et postérieures gauches d’un animal de plus de 48 mois. Le premier niveau de démontage laisse apparaître l’essentiel de l’amas, côtes déconnectées, métacarpe et phalanges, le tout imbriqué, avec peu d’infiltration de sédiment. Les phalanges 1, 2 et 3 sont distantes du distal du métacarpe et déconnectées. De même, les phalanges du membre postérieur mais aussi l’astragale, le naviculo-cuboïde et le calcanéum, sont séparés du métatarse qui apparaît au niveau inférieur du démontage ; le groupe de phalanges et les sésamoïdes apparaissent en connexion anatomique plus ou moins lâche, qui s’explique par une légère déclivité ayant entraîné leur déconnexion partielle.

61Quelques carpes isolés et dents inférieures sont situés au sud de l’amas principal, dans un espace distant de quelques dizaines de centimètres du précédent.

62Les ossements ne portent aucune trace de découpe.

Fig. 28. Assemblage d’os d’aurochs à Bazancourt « Montant de la Sorcière » (structure 1).

Fig. 29. Assemblage d’os d’aurochs à Saint-Léger-près-Troyes « Parc Logistique de l’Aube » D19 (St. 884).

63À Saint-Léger-près-Troyes, l’amas se présente sous la forme d’un assemblage d’os dont on identifie clairement l’origine des parties anatomiques (fig. 29). Il s’agit des éléments d’un crâne, de vertèbres et de côtes d’un aurochs (Bos primigenius), auxquels s’adjoignent quelques éléments plus ou moins fragmentaires non repérables sur le cliché initial (fragments d’un radius et d’un métapode). Les éléments de bas de pattes se résument aux astragale et naviculo-cuboïde gauches, aux astragale et calcanéum droits et à trois phalanges (proximale/médiale et distale).

64L’étude a mis en évidence la présence de certaines vertèbres thoraciques et lombaires, y compris le sacrum, auxquelles s’ajoutent la quatrième vertèbre cervicale, un fragment de radius et quelques éléments de bas de patte postérieure, le tout en bon état de conservation. À l’exception du radius partiellement représenté et d’un métapode fragmenté suite à une exposition au feu, les os sont complets.

65Le crâne est éclaté en trois morceaux – les deux maxillaires d’une part et la boîte crânienne d’autre part – d’où sont absentes les chevilles osseuses et les mandibules. Plusieurs os présentent des traces très nettes de coups de feu localisées sur les vertèbres, sur quelques proximaux de côtes, sur une partie de l’occipital, sur le proximal du calcanéum et sur le fragment de métapode. Ils se situent sur les articulations des corps vertébraux et témoignent en cela de l’exposition au feu après la séparation des différents éléments (sinon le feu n’aurait pas atteint cette face). Aucune côte n’a été affectée par des traces semblables. Celles-ci proviennent des deux flancs de l’animal, sept côtes gauches et sept côtes droites.

Fig. 30. Assemblage d’os d’un boviné (aurochs ?) à Neulize.

66L’astragale droit est très altéré, contrairement à l’ensemble des autres os, indice d’une exposition prolongée aux agents atmosphériques.

67Sur les deux sites, les ossements se présentent de façon anarchique mais tous intimement imbriqués et circonscrits dans l’espace contraint du creusement.

68À Neulize (structure 142), les éléments du thorax d’un jeune boviné (Bos sp., une incertitude subsiste sur l’origine sauvage ou domestique de ce jeune boviné) n’ont pas été détectés dans un premier temps et seule une partie des os a été fouillée en place, dont un ensemble de carpes (fig. 30). Les os sont dans un état de conservation proche de l’os frais, sans vermiculure et sans trace de découpe.

69Dans les trois cas d’assemblages pertinents, Bazancourt, Saint-Léger-près-Troyes et Neulize, il s’agit de bovinés et d’aurochs en particulier.

70Mais de quels faits et gestes résultent-ils ? S’agit-il des reliquats (sélectionnés ?) de la préparation d’un animal piégé puis débité, dont les hommes auraient laissé quelques-uns des déchets issus des morceaux consommés in situ, voire des morceaux de viande non décharnés ? Ou s’agit-il de l’exposition (volontaire ?) d’une carcasse, notamment à Bazancourt et à Saint-Léger-près-Troyes où les traces d’altération du périoste, les dents déchaussées et la présence de certaines parties toujours en connexion en seraient les témoignages les plus pertinents ? À cette exposition succèderait un épisode de « traitement » du corps avec la récupération in fine de certaines parties et enfin, l’enfouissement définitif d’une sélection (?) de certaines parties du squelette.

71Dans les trois amas, on observe des similitudes autour de l’espèce, en l’occurrence l’aurochs, mais aussi autour d’une sélection de certaines pièces de viande, rassemblées, parmi lesquelles des éléments du thorax, dont les côtes, tiennent une place essentielle. On remarque que ces parties portent d’importantes masses de viande.

72Des manipulations (?) post-mortem seraient peut-être attestées par la présence de certains éléments « oubliés » lors de la manipulation, comme les dents déchaussées et les ensembles de carpes en connexion, non associés au métacarpe.

73Compte tenu de ces caractéristiques spécifiques et parfois communes aux différents assemblages, nous proposons trois scénarios pour une histoire de ces amas, sans pour autant opter préférentiellement pour l’un ou l’autre en l’absence d’un certain nombre d’étapes clairement identifiables (fig. 31).

Fig. 31. Les différents scénarios proposés.

L’aurochs
L’aurochs (Bos primigenius) est un bovidé, ancêtre des races actuelles de bovins domestiques. Il serait apparu en Inde au Pléistocène inférieur (Leroi-Gourhan dir., 1988), il y a environ deux millions d’années et aurait ensuite migré vers le Moyen-Orient et le reste de l’Asie pour gagner l’Europe au Pléistocène moyen. Il était bien plus grand que le bétail domestique actuel, avec une hauteur d’épaule ou au garrot comprise entre 1,60 à 1,80 m pour un poids de 800 kg à une tonne (Van Vuure, 2002). Il possédait de grandes cornes en forme de lyre qui pouvaient mesurer jusqu’à 1,20 m de longueur pour les exemplaires les plus imposants, la moyenne se situant à 0,62 m pour les mâles et 0,42 pour les femelles (Guintard, 2005). Les femelles étaient plus petites, dotées de cornes plus courtes et d’un pelage rougeâtre, brun-noir chez le mâle, exempt de la raie dorsale plus pâle observée chez ce dernier (Van Vuure, 2002).
L’aurochs occupait des habitats de forêts et de marais en Europe mais également les steppes allant de la Hongrie à la Mandchourie en passant par l’Asie centrale. Durant l’Holocène, il semble devenir plus forestier, ce changement d’habitat pouvant être attribuable à la pression exercée par l’homme et à la concurrence des ovins domestiques (Pascal et alii, 2003). Il apparaît comme un animal sachant s’adapter à différents milieux, mangeant principalement de l’herbe et des graminées et complétant sa nourriture en hiver avec des glands, des buissons ou des branchages.
Tout le monde a en mémoire la salle des Taureaux de la grotte de Lascaux, où deux files d’aurochs se font face. Loin derrière le cheval et le bison, l’aurochs représente 7 à 8 % des figurations animales de l’art pariétal du Paléolithique supérieur (Lorblanchet, 1994, p. 27). Sur les sites de Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) et Livernon (Lot), il constitue respectivement 68,9 % et 90 % des restes fauniques. Sur ces deux gisements, les aurochs ont été abattus en utilisant des pièges naturels, en l’occurrence une zone marécageuse et un aven (Auguste, Patou-Mathis, 1994).
Dès le début de l’Holocène, il devient, devant le bison, le principal grand bovidé sauvage et l’un des principaux gibiers des chasseurs mésolithiques, dans le sud comme dans le nord de la France. Les restes « archéozoologiques » de l’aurochs ont été découverts partout en France pendant le Néolithique et les Âges des Métaux (PTH, 1988), bien qu’ils se raréfient considérablement dès la période gauloise (Méniel, 1987).
Une étude récente sur les faunes du Néolithique moyen dans le Nord de la France, montre que les restes osseux d’aurochs sont présents sur les habitats mais en quantité marginale par rapport aux bovins domestiques (Hachem, 2011). Par contre, il apparaît dans des contextes particuliers comme les enceintes où l’on peut observer des dépôts intentionnels d’animaux, notamment des bucranes de bovin ou d’aurochs (cf. supra).
Pour la période gallo-romaine, des témoignages de l’aurochs proviennent essentiellement du nord et de l’est du Bassin parisien (PTH, 1988). Il semble subsister dans le Massif central jusqu’à la fin de l’Antiquité et jusqu’au viiie siècle dans les Pyrénées (Vigne et alii, 2003). Jules César le mentionne dans la Guerre des Gaules lorsqu’il décrit le pays de Germains et la faune de la forêt hercynienne (César, livre VI, XXV). Le roi Clovis réserve sa chasse à la personne du roi. Ce monopole cynégétique est en corrélation avec la diminution des effectifs qui, au fil des siècles, sont repoussés vers l’est de l’Europe. Aux xiie et xiiie siècles, les chasses royales le poursuivaient encore dans les Vosges, en Allemagne, en Pologne et dans les Carpathes (Vigne, 2003). Au xve siècle, l’aurochs ne survit qu’en Pologne dans la réserve royale et dans la forêt de Jaktorow (Vigne et alii, 2003). La dernière femelle meurt en 1627 au zoo de Varsovie. L’aurochs reconstitué dit de Heck que l’on peut observer en plusieurs lieux en Europe résulte du croisement d’une sélection de races bovines domestiques menée en Allemagne dans les années 1920 et 1930 par les frères Heck.

74Quel que soit le scénario, nul ne connaît le temps écoulé entre le piégeage de l’animal et le moment où le piège est relevé. En effet, une fois le dispositif installé sur un large périmètre, les hommes devaient parcourir des distances plus ou moins longues et selon des rythmes qui nous sont inconnus. On peut imaginer qu’un animal ait pu commencer à se décomposer en espace vide au fond de la fosse, la profondeur protégeant ainsi la proie des prédateurs, voire des dégradations atmosphériques.

75Dans le cas de Saint-Léger-près-Troyes, certains éléments suggèrent que l’animal a peut-être subi une manipulation post-mortem après la décomposition totale in situ. Ces éléments sont un os malléolaire qui n’appartient pas aux membres gauches conservés, les quatre carpes, les incisives et prémolaire déchaussées du corps de la mandibule, le tout isolé de la concentration principale. Les os du bas de patte antérieure, les dents et l’os malléolaire se sont désolidarisés au moment de la manipulation et signalent ainsi le dépôt primaire.

76Le scénario serait alors le suivant : après la capture de l’animal dans une grande fosse creusée à cet effet, on laisse (volontairement ?) le corps se décomposer en espace vide comme le suggère l’altération de l’émail des dents recueillies. Après la décomposition totale du corps, certaines parties du squelette sont prélevées, d’autres subissent un traitement spécifique, comme en témoignent les traces de passage au feu, puis sont finalement réunies en un assemblage d’os « sélectionnés » mais désorganisés.

Conclusion

77Les analogies entre les assemblages de Bazancourt, Saint-Léger-près-Troyes et Neuflize pour les plus emblématiques, sont l’espèce sélectionnée – l’aurochs –, les morceaux de viande, – principalement les éléments du thorax –, et le désordre anatomique des amas à l’exception de rares éléments en connexion. Les différences sont principalement celles de la conservation – altération des surfaces ou a contrario des surfaces parfaitement lisses – et du traitement comme le passage au feu.

78On ne peut exclure l’hypothèse d’un enfouissement immédiat de morceaux frais soigneusement prélevés à l’occasion de la préparation de la carcasse in situ sans manipulation postérieure. Rappelons toutefois l’absence totale de trace de prélèvement de la viande sur les côtes ; certaines préparations peuvent expliquer ces absences, notamment la cuisson à l’étouffé, dans un four polynésien par exemple, qui permet de détacher la chair sans affecter les surfaces osseuses. L’enfouissement de pièces de viande, d’os avec de la viande autour, ne peut s’expliquer que dans le cadre de pratiques, de gestes et de pensées codifiés ; le sacrifice, qui en constitue la première étape, préside au bon déroulement des opérations (cérémonie ?), et détermine ensuite le partage entre consommateurs vivants et consommateurs virtuels (qu’ils soient des divinités ou des défunts dans le cas d’offrande funéraire).

79Malgré la diversité des cas, le faible nombre de restes et l’absence d’un certain nombre de données, la part de l’animal sauvage dans ce contexte particulier des fosses en V, W, Y… est prédominante et ne s’accorde pas particulièrement avec les spectres fauniques des habitats protohistoriques de ces périodes. En effet, même si la part de la faune sauvage n’est pas négligeable pour le Néolithique et l’Âge du Bronze, il faut admettre la spécificité de ces assemblages issus de contextes éloignés des habitats. On peut raisonnablement proposer un lien étroit entre les activités cynégétiques, la configuration de ces fosses-pièges, si l’on retient cette hypothèse, et les ossements qu’elles contiennent, qu’ils soient erratiques ou réunis en assemblages cohérents.

5. DES CAS DE RÉUTILISATION

80Certaines de ces excavations ont visiblement eu une seconde vie et servi à d’autres fins à un stade avancé de leur comblement. On recense pour l’heure trois thèmes de réutilisation : en fosse sépulcrale, en dépotoir d’habitat ou en fosse de travail pour des fours. Ils n’interviennent que dans les horizons postérieurs au profil d’équilibre, lorsque la fosse ne présente plus que l’aspect d’une cuvette.

81Pour la Champagne-Ardenne, trois exemples d’inhumation localisée dans la partie sommitale de fosses à profil en Y sont également connus (fig. 32). Leur implantation dans l’axe de la fosse indique que ce recoupement n’est pas fortuit.

82À Arcis-sur-Aube « Le Prieuré » (Aube), l’individu reposait sur son côté droit, le crâne en vue postérieure, comme sa mandibule. Les membres supérieurs sont fléchis. Le bas du corps est lacunaire, seul le tibia droit est conservé. Sa position par rapport au reste du corps suggère qu’au moins la jambe droite de l’individu était fléchie (N. Pouget, in : Gestreau, Jemin, 2011, p. 30-31). À noter la découverte d’un fragment d’os brûlé (radius ou ulna). L’estimation du sexe et l’âge au décès n’ont pu être déterminés (stature, adulte ou enfant ?). L’explication ou les explications des manques osseux ne sont pas données par l’auteur.

83À Loisy-sur-Marne « La Haute Voie, phase A, Zone B » (Marne), l’individu reposait sur le ventre, la tête vers le bas et les membres supérieurs désorganisés (cf. Issenmam, Peake, ce volume). On constate également sur ce squelette l’absence de certaines pièces osseuses. À 175 m environ à l’ouest de cette structure, une fosse à profil en Y a livré une seconde inhumation, lors d’un diagnostic archéologique réalisée en mai 2011.

Fig. 32. Les défunts inhumés dans des fosses à profil en V, W, Y.

84L’individu, un adulte jeune, en appui en partie sur son côté droit, présente des traces de reprises osseuses évidentes non explicables par des défauts de conservation (S. Thiol, in : Verbrugghe dir., 2011). Ce prélèvement a été réalisé à un stade très avancé de la décomposition (cf. supra) et rappelle un geste déjà observé pour les inhumations en silo (Bonnabel, 2010 ; delattre, 2010). Les datations radiocarbone réalisées sur les individus inhumés placent ces réutilisations à des époques anciennes, au Néolithique moyen pour Arcis-sur-Aube « Le Prieuré » (Aube) (GrA-29573 : 4825 +/-40 BP) et au Néolithique final (Poz-35300 : 4120+/-35 BP) pour Loisy-sur-Marne « La Haute Voie, phase A, Zone B » (Aube) (Issenman, Peake, ce volume).

85Deux fosses ont livré des membres humains isolés. Il s’agit d’un crâne à Buchères « Les Navettes » (Aube) (fosse à profil en Y) et d’un fémur à Torcy-le-Grand « Les Grands Champs » (Aube) (fosse à profil en U), respectivement découverts dans le niveau supérieur et inférieur de la structure. Ces découvertes ne se distinguent pas de celles réalisées dans d’autres types de fosses durant l’époque protohistorique.

86Les inhumations ne sont pas les seuls cas de réutilisation. À Arcis-sur-Aube « Le Prieuré » (Aube) et à Tinqueux « La Haubette » (Aube), les fosses ont servi de fosses de rejet. Sur le Parc Logistique de l’Aube, à plusieurs reprises, un four en sape du Hallstatt B2/3 a été creusé sur un des côtés au niveau de la cuvette terminale (Saint-Léger-près-Troyes, « Parc Logistique de l’Aube », fosses D16F0245, D19F0490, D19F0610, Riquier et alii, en cours). Cela signifie qu’elles étaient devenues obsolètes et situées, à ce moment-là de leur comblement, à proximité immédiate d’une installation domestique.

87À l’image du mobilier, ces réutilisations laissent supposer une modification de l’environnement des structures à un moment donné de leur comblement, en l’occurrence lorsque le colmatage est quasiment terminé, longtemps (cf. § 6) après leur mise en place.

6. ÉLÉMENTS DE CHRONOLOGIE

6.1. Un corpus fondé sur les datations radiocarbone

88Les éléments de chronologie disponibles pour ces fosses sont de deux ordres : d’une part le matériel anthropique et de l’autre des datations radiocarbone. Mais selon leur position stratigraphique, ils se comportent comme des indicateurs fiables de datation de la période initiale de fonctionnement ou comme des enregistreurs plus aléatoires des différentes occupations humaines qui se sont succédé sur le site. Par exemple, la quasi-intégralité du matériel anthropique culturel datant (céramique, objets divers), issue des horizons de comblement supérieurs, ne renseigne que sur l’activité humaine environnante à une étape très avancée du comblement, mais en aucun cas sur celle en cours lors du fonctionnement de la fosse ni dans les premiers temps de son comblement. Pour des questions évidentes de méthode, ces dates « matérielles » ne sont prises en compte et réintégrées dans l’analyse chronologique que dans un deuxième temps. La chronologie ne peut, ici, pas être établie sur la base de la culture matérielle !

89Le corpus de datations radiocarbone comprend, au 31 mars 2011, soixante échantillons qui correspondent à cinquante-quatre fosses différentes, pour certaines datées à plusieurs horizons stratigraphiques (4 fosses). L’essentiel de ces échantillons est issu de charbons de bois (46 ex.), de restes de faune (12 ex.) et d’ossements humains (2 ex.) (fig. 33). Une seconde critique, de même ordre que celle faite pour la culture matérielle, doit cependant être appliquée au corpus de datations radiocarbone. En effet, sur ces soixante échantillons, trente-neuf seulement proviennent du fond de la fosse ou d’horizons « inférieurs » au profil d’équilibre, huit de positions intermédiaires contemporaines de ce profil et dix des horizons « supérieurs » au profil d’équilibre. Ainsi dans l’ordre de traitement des données chronologiques, on place en tête les datations radiocarbone faites sur les échantillons du fond de fosse, puis les autres datations radiocarbone et enfin, les éléments de culture matérielle.

90Les trente-neuf échantillons du fond de fosse couvrent treize sites sur vingt-deux, répartis sur l’ensemble de la région, et peuvent, de ce fait, être considérés comme représentatifs tant en termes d’implantation spatiale que de type d’environnement. Il importera de gonfler encore numériquement ce groupe d’échantillons afin de consolider les conclusions présentées à la suite ; l’objectif d’une centaine de datations radiocarbone sera atteint à l’horizon 2012, et, au rythme actuel de découverte, celui d’une cinquantaine de dates supplémentaires par an est très envisageable.

Fig. 33. Type d’échantillon utilisé pour les datations radiocarbone.

Fig. 34. Histogramme des datations radiocarbone pour la période 5700 BC/1000 AD.

91Le graphique présentant les datations radiocarbone affiche en premier plan la courbe cumulée des datations du fond de fosse (avec une nuance de ton selon 1 ou 2 sigmas) sur l’arrière-plan de la courbe cumulée de toutes les datations radiocarbone, quelle que soit la position stratigraphique de leur échantillon (fig. 34). De la sorte sont isolées visuellement les datations les moins fiables des groupes de datations qui constituent l’ossature de la courbe globale. On observe ainsi d’abord une très bonne corrélation entre la courbe cumulée des datations du fond de fosse et la courbe cumulée globale pour les trente datations comprises avant 2500 av. J.-C., soit l’ensemble du Néolithique et l’extrême fin du Mésolithique. Il faut cependant prendre avec les précautions d’usage les résultats de la tranche 5700/5000 av. J.-C. qui ne correspondent qu’à deux datations, donc encore non représentatives d’un strict point de vue statistique. On peut alors resserrer la première courbe cumulée du fond de fosse à une tranche qui court de 4500 à 2500 av. J.-C., soit le Néolithique moyen, le Néolithique récent et la première moitié du Néolithique final. La très franche césure autour de 4200/4000 av. J.-C., séparant le Néolithique moyen I du Néolithique moyen II, reste difficile à caractériser puisqu’il peut s’agir d’un effet aléatoire consécutif au nombre encore faible de dates (huit) concernant le Néolithique moyen. Le pic de fréquence de ce premier groupe de dates se produit entre 3700 et 3400 av. J.-C., sur la fin du Néolithique moyen et le début du Néolithique récent, avant une lente et progressive décroissance dans le courant du Néolithique récent et le Néolithique final. Ce pic, très marqué puisqu’il concerne jusqu’à une douzaine de dates contemporaines, domine par ailleurs largement l’ensemble de l’histogramme. Ce fait majeur reste également délicat à interpréter, même s’il ne fait aucun doute qu’il s’agit bien d’un phénomène essentiel. Les datations cumulent les données de cinq zones archéologiques représentatives de toute la région et touchant plusieurs milieux naturels différents : par ordre d’importance numérique, on trouve le Parc Logistique de l’Aube (six dates), Oiry (deux), Marnay-sur-Seine (une) et Saint-André-les-Vergers (une).

92Entre 2500 et 1900 av. J.-C., pendant la seconde moitié du Néolithique final et la première moitié du Bronze ancien, a lieu ce qui semble être une véritable fracture entre les deux ensembles de datations. La prochaine série de datations radiocarbone sera décisive pour valider ou non l’hypothèse d’un abandon assez long de cette pratique, avant une reprise tout aussi inexpliquée. Le second groupe de datations, plus réduit (neuf dates), couvre toute la plage de temps restante de l’Âge du Bronze et de la transition avec le premier Âge du Fer, entre 1900 et 700 av. J.-C. Cette pratique ne semble pas aussi développée à l’Âge du Bronze qu’elle ne le fût au Néolithique. On constate globalement une corrélation, moins bonne que pour le groupe de dates néolithiques, entre la courbe cumulée des datations du fond de fosse et la courbe cumulée globale. La corrélation est cependant parfaite pour l’extrême fin de l’Âge du Bronze (Hallstatt B2/3 et le début du Hallstatt C), entre 900 et 750 av. J.-C. La localisation des cinq sites en cause montre alors une polarisation dans le nord-ouest de la région, entre Reims et Rethel : Bazancourt (deux), Bezannes (un), Recy (un), Neuflize (un).

93Les quatre dates obtenues pour les siècles ultérieurs de l’Âge du Fer jusqu’en 150 av. J.-C. ne doivent pas être considérées comme pertinentes pour la chronologie du phénomène ; elles reflètent très probablement la pression anthropique croissante sur le milieu, comme la remise en état des terres, le défrichement de zones encore incultes occasionnant le piégeage d’éléments datants dans les niveaux supérieurs colmatant le trou. La datation calibrée au haut Moyen Âge correspond à un épisode similaire, certes plus tardif.

6.2. Durée de comblement

94Les autres questions essentielles relatives à la chronologie sont de comprendre :

  1. En combien de temps obtient-on le profil d’équilibre qui scelle définitivement l’abandon de la fosse active ?

  2. Quelle peut être l’épaisseur de temps nécessaire pour le nivellement final de la cuvette restante ?

  3. Quelle valeur accorder au mobilier archéologique retrouvé dans les différents horizons médians et supérieurs, doit-on en tenir compte avec précaution ou faut-il radicalement l’oublier comme instrument de mesure chronologique ?

95Afin de commencer à mesurer l’étendue de temps nécessaire au comblement complet d’une fosse et le rythme de sédimentation, quatre fosses ont été datées à plusieurs étapes de leur comblement. Elles proviennent de trois sites différents, deux en milieu calcaire (Oiry, Romilly-sur-Seine), le dernier en milieu limoneux de terrasse alluviale (Marnay-sur-Seine). À Oiry, la fosse no 4 commence à être comblée entre 3300 et 3000 av. J.-C. et ne sera définitivement obturée que vers 1500-1300 av. J.-C. (fragment de faune trouvé dans le comblement supérieur), soit entre 1800 et 1700 ans de durée totale de sédimentation. À Romilly-sur-Seine, le comblement de la fosse B90-st1 se déroule en trois temps mesurés : début du comblement entre 3630 et 3360 av. J.-C., stabilisation du profil d’équilibre vers 3090 et 2880 av. J.-C., scellement final compris entre 2910 et 2670 av. J.-C. La durée de comblement de cette fosse a pris entre 720 et 690 années avec des écarts possibles entre 960 et 450 années. Sur le même site, la fosse A1-st1 est comblée entièrement entre 4040 et 3790 av. J.-C. (fond) et entre 3710 et 3510 av. J.-C. (horizon supérieur), soit un intervalle de 330-280 années, avec un écart maximal de 530 années. À Marnay-sur-Seine, alors que la fosse est déjà en cours de comblement mais que le profil d’équilibre n’est pas encore atteint, on mesure une première date oscillant entre 3660 et 3380 av. J.-C. avec une probabilité de 93,7 % d’être comprise entre 3660 et 3510 av. J.-C. Quelque temps plus tard, le profil d’équilibre se stabilise autour de 3640 et 3370 av. J.-C., soit dans un laps de temps probable compris entre 20 et 260 années.

96Ce que l’on pouvait redouter se produit : la complexité du phénomène et les durées en question impliquent de raisonner sur des effectifs statistiques importants, comme pour la courbe chronologique générale. Ces quatre exemples montrent une variabilité très forte du rythme de sédimentation qui reflète ici plus leur contexte propre qu’une tendance générale. La compréhension de celle-ci passe inévitablement par la multiplication des mesures multiples par fosse. On peut s’arrêter dans l’immédiat sur le constat que la durée entre le début du comblement et le colmatage définitif de la cuvette s’étale sur plusieurs siècles (entre 2 et 17…), ce qui implique de prendre avec toutes les précautions nécessaires les datations obtenues sur les horizons supérieurs, que ce soit par le mobilier archéologique ou par des datations radiométriques. Dans certains cas, l’écart chronologique, jamais négligeable, reste limité et peut même s’inscrire dans la même « période » culturelle (Néolithique récent par exemple), dans d’autres, il dépasse les bornes culturelles en vigueur et traverse les âges.

6.3. Datation par le biais du mobilier archéologique

97Comme indiqué au chapitre 4, la proportion de mobilier archéologique datant retrouvé dans les fosses est faible (40 fosses) et celui-ci est principalement concentré dans les niveaux supérieurs. Dans la moitié des cas, les tessons de céramique sont en nombre insuffisant ou dépourvus de forme caractéristique qui permettrait de leur attribuer une classification culturelle et chronologique autre que celle de protohistorique (fig. 35). Lorsque cela est possible, la datation des tessons permet d’attribuer à parts presque égales des lots au Néolithique (récent et final à Arcis-sur-Aube par exemple) et à la fin de l’Âge du Bronze (Hallstatt A et surtout Hallstatt B) comme à Aulnay-aux-Planches, au Parc Logistique de l’Aube, à Recy ou Thillois. Les tessons de périodes postérieures sont moins fréquents et concernent majoritairement le premier Âge du Fer, aussi bien le début que la fin de la période (Bussy-Lettrée, Gueux, Tinqueux). On constate que la proportion de lots de céramiques datés reprend en partie l’image chronologique obtenue par le biais des datations absolues, avec une prépondérance des dates « anciennes » (Néolithique, Âge du Bronze) sur les plus récentes. Cet indice reste imprécis et ne peut être utilisé par exemple pour évaluer la durée de comblement de chaque fosse. Il présente cependant le mérite d’asseoir l’idée que la période globale d’utilisation de ces fosses et de leur réutilisation opportuniste éventuelle (tombe, four, etc.), lorsque le trou était encore visible, est circonscrite en Champagne-Ardenne à la Protohistoire et peut-être plus particulièrement à la période qui court du Néolithique à la fin du premier Âge du Fer. Dans certaines zones (plus reculées ou re-défrichées tardivement), ces fosses ont pu piéger des éléments plus récents laténiens ou gallo-romain (fig. 35).

Fig. 35. Périodes chronologiques représentées par la culture matérielle (céramique).

6.4. Remise en perspective culturelle

98Si les explications directes font encore défaut pour donner du sens à cette évolution chronologique, il est possible de remettre ces informations en perspective dans le cadre des connaissances régionales et d’identifier certaines corrélations, peut-être signifiantes. On peut considérer que l’apparition indiscutée de la pratique de ces fosses débute en Champagne vers 4600 av. J.-C., pendant la phase culturelle post-rubanée du Cerny. Nos connaissances générales sur le début du Néolithique, bien que limitées à certains pôles situés dans les grandes vallées de la Marne, de l’Aube et de la Seine, s’appuient sur plusieurs sites d’habitat et quelques tombes, datés du Rubané Moyen et Récent Champenois et du V.S.G. qui attestent une présence humaine pérenne depuis 5200 av. J.-C. jusqu’à 4700 av. J.-C. Dans les secteurs géographiques qui autorisent de rudimentaires simulations spatiales (Perthois, plaine de Troyes ; Achard-Corompt et alii, 2006 ; Tappret, Villes, 1996), on n’observe pas de rupture majeure du peuplement avant la phase du Cerny/NM1. Sans que l’on puisse affirmer qu’il existe une corrélation entre la disparition des traces de peuplement humain du Cerny/NM1 et l’apparition des premières fosses en V-Y, il est cependant curieux de constater ce fait. Comme évoqué plus haut, le hiatus de la courbe observé autour de 4200/4000 av. J.-C., entre le Néolithique moyen I et le Néolithique moyen II, ne s’explique pas et il peut s’agir d’une conséquence involontaire de l’échantillonnage encore limité. La cartographie culturelle du Néolithique moyen est plus lacunaire encore que celle du Néolithique ancien, quoique plus complexe ; en effet, l’occupation se matérialise essentiellement par les groupes d’enceintes fossoyées dans la basse vallée de la Seine (Desbrosse, Peltier, 2010) et le Perthois (Rémy, Laurelut, 2010), et celle du site phare de Mairy sur le cours de la Meuse (Marolle, 1989) ainsi que par quelques datations radiocarbone sur les minières de silex dans le pays d’Othe (Hauzeur et alii, 2010) et sur le plateau de Brie (Manolakakis, Giligny, 2011). La nature de ces implantations et leur forte dispersion à l’échelle régionale ne permettent pas de relier ces fosses à ces quelques points importants d’occupation.

99Autre fait d’importance, la pratique visiblement très active et très répandue de ces fosses pendant plus de 1 300 ans, entre 3700 et 2500 av. J.-C. Là, la corrélation semble plus facile à établir entre un peuplement régional apparemment plus dense, bien qu’ayant laissé des témoignages contrastés, et cette pratique. À partir du Néolithique récent et au Néolithique final, malgré un nombre d’habitats avérés encore limité, de nombreux autres types d’implantation (monuments mégalithiques, sépultures collectives et rares individuelles isolées, minières, collectes de surface d’outils en silex) attestent une extension de l’occupation humaine à toutes les unités paysagères : vallées, « plateau » crayeux du cœur de la région, plateau limoneux de la Brie et du Tardenois, pays d’Othe, plateaux jurassiques du Barrois et du pays de Langres (Augereau et alii, 2007 ; Achard-Corompt et alii, 2006 ; , 1991).

100Si le lien direct entre ces différents types d’occupation et les fosses n’est pas démontrable, l’amplification du phénomène peut s’expliquer par la meilleure visibilité archéologique de cette période, signe possible d’une croissance démographique et/ou d’une exploitation plus poussée de l’ensemble du territoire.

101La progressive décroissance du nombre de fosses pendant le Néolithique final semblerait indiquer une lente adaptation à une demande en perte de vitesse. Il semble en effet difficile de croire que cette décroissance et la nette disparition des faits à partir de 2500 av. J.-C. soit le seul fruit du hasard statistique et ne soit pas la transcription d’une tendance venue des sociétés humaines. Pourtant, on ne constate pas de réel « vide » documentaire entre 2500 et 1900 av. J.-C. pour l’ensemble des traces archéologiques, habitat et funéraire confondus, dans toute la région. À tout le moins, si l’on doit identifier une période creuse en termes de documentation générale, il faut plus la situer aux alentours de 2200-1900 av. J.-C., à savoir l’entrée dans l’Âge du Bronze, mais en aucun cas pendant les derniers siècles du Néolithique. Les quelques vestiges du début de cette nouvelle période (habitats, tombes, objets métalliques), toujours retrouvés en nombres très réduits sur chaque site comme dans une bonne partie du Bassin parisien (Cottiaux et alii, 2006 ; Brunet et alii, 2008), se concentrent dans les grands couloirs alluviaux et leurs proches abords (Perthois, plaine de Troyes). Si la ou les explications d’ordre historique (anticipation du modèle de déprise du Bronze moyen ?) sont encore des conjectures malaisées à démontrer (scénarios catastrophes aux causes multiples ayant joué un rôle déterminant sur l’état, la répartition et le volume du peuplement), il est évident que le seul argument d’une très forte érosion des sites (Mordant, 1996), acceptable pour les sites en milieu fluviatile actif, ne peut plus être maintenu au regard du niveau de détection produit par l’activité d’archéologie préventive. Pour des raisons qu’il n’est pas raisonnable de simplifier, il faut admettre une phase de déprise (et dépopulation ?) massive pendant la fin du Néolithique final (Campaniforme absent de Champagne) et le début de l’Âge du Bronze, avec pour corollaire l’absence d’utilisation de fosses en V-Y. La reprise de l’activité de creusement de ces fosses vers 1900 jusqu’à 700 av. J.-C., soit durant la deuxième moitié du Bronze ancien, le Bronze moyen puis le Bronze final et la transition avec le premier Âge du Fer, coïncide avec la reprise, timide entre 1900 et 1300 av. J.-C. puis très marquée après 1300 av. J.-C., de l’occupation humaine en région. Pour l’Âge du Bronze, la courbe des fosses en V-Y semble suivre le rythme de l’activité humaine générale et on peut émettre l’idée d’une corrélation directe entre densité de peuplement et degré d’activité de creusement des fosses, un peu à l’image du Néolithique récent et final. Toutefois, la brusque et définitive disparition de cette activité de creusement de fosses, vers 700 av. J.-C. au plus tard, accuse un décrochage avec la courbe de la densité de peuplement, qui ne va plus marquer de temps d’arrêt important ni de rupture jusqu’aux périodes historiques, bien au contraire (ibid.). À partir de cette date, la corrélation semble « négative » et indiquerait une relation inverse entre croissance démographique, densification de l’occupation humaine d’une part et demande de creusement en fosses d’autre part ; en l’occurrence, aucune ou moindre nécessité de creuser ce type de fosse. À ce stade de l’étude, il est impossible de répondre à la question de la ou des causes de cet abandon qui est lié directement à la fonction de ces fosses et de leur écologie globale.

7. LOCALISATION SPATIALE ET ORGANISATION DES FOSSES

7.1. Localisation, implantation

102Les analyses menées sur la localisation spatiale de ces fosses s’appuient sur un corpus de 264 individus, répartis sur 52 sites distincts.

103La particularité des faibles reliefs de la région a conduit à limiter à trois les classes distinguant les unités géomorphologiques structurales (vallée, plaine, plateau), et à cinq les classes topographiques (terrasse, bas de versant, versant, haut de versant, sommet). Les différences observables dans la nature de l’encaissant creusé à l’emplacement de chaque fosse se résument à trois grandes catégories selon l’élément formant la matrice et la texture générale du sous-sol : craie/graveluche, limons, sables/graviers alluviaux. Les milieux humides, aux sous-sols argileux, n’ont pas livré ce type de vestige. Enfin, un test a été mené sur la proximité ou l’éloignement de ces fosses par rapport aux cours d’eau, considérés comme marqueurs de milieux souvent fortement anthropisés, en raison de la diversité des ressources qu’ils offrent aux populations anciennes. Plusieurs classes de cours d’eau ont été choisies selon une arborescence simple basée sur les grands cours d’eau, rivière ou fleuve, structurant l’hydrographie régionale (classe 1 : Meuse, Aisne, Marne, Aube, Seine). Les cours d’eau tributaires (classes 2, 3 et 4) ont été classés ensuite selon leur degré hiérarchique d’arrivée dans le cours principal. Dans un second temps, les distances calculées entre les fosses et ces différents cours d’eau ont été traitées en tenant compte des deux grandes unités géomorphologiques, plaine alluviale et plaine (dite « crayeuse ») afin de ne pas confondre affluent installé dans le lit majeur d’un cours d’eau principal et affluent sillonnant la plaine crayeuse et terminant sa course dans une grande vallée.

Localisation

104Du point de vue de l’unité géomorphologique, 78 % des fosses sont creusées dans la plaine, en dehors des grands couloirs alluviaux. Les zones de plateau proprement dites (plateaux de la Brie, hauts-marnais, crêtes ardennaises) ne sont pas documentées, mais ce résultat correspond à un biais sévère de l’archéologie préventive puisqu’il s’y déroule peu d’interventions (fig. 36).

Des fosses éloignées de l’eau ?

105Dans le détail de la topographie de la plaine, 53 % des fosses occupent les zones de versant, les larges espaces peu pentus qui constituent la majeure partie de la surface de la plaine crayeuse, c’est-à-dire les zones relativement éloignées des cours d’eau ; et 20 % sont situées dans le bas de versant, zones de contact entre la plaine avec ses grands espaces et les couloirs arborés des cours d’eau. Les hauts de pente et les sommets des nombreuses crêtes calcaires séparant les vallées sèches sont relativement peu concernés (5 %). Les fosses sont donc installées dans des espaces (maintenant ouverts) variés et montrent une relative adaptabilité au contexte topographique local (fig. 37). Le choix de leur implantation ne semble pas régi par des contraintes très particulières (niches topographiques) ni répondre à une attraction supposée des vallées alluviales ou des cours d’eau, bien au contraire. Le facteur commun à ces choix d’implantation topographique est peut-être à rechercher dans l’éloignement de la nappe phréatique. La faible attraction des vallées alluviales serait à comprendre dans ce sens, la proximité de la zone de battement de nappe avec le sol et les risques réguliers de débordements du cours d’eau étant considérés comme une contrainte décisive pour les creusements profonds.

106Conséquence de ce choix topographique, le substrat dans lequel ces fosses ont été creusées reste majoritairement, à 58 %, de la craie ou de la graveluche compacte, puis à 35 % du limon, ici très souvent un limon carbonaté clair, dérivé de lœss, enfin à 7 % du gravier (fig. 38). En zone limoneuse, on distingue les placages de lœss et leurs formations superficielles en cours de décarbonatation des limons de plaine alluviale. On trouve les premiers sur la rive droite de la Marne, dans la côte châlonnaise (Recy, Saint-Martin-sur-le-Pré, Saint-Memmie), sur la rive gauche de la Marne, au débouché du Perthois (Loisy-sur-Marne), sur la rive gauche de la Vesle, au pied de la cuesta d’Île-de-France (Gueux, Thillois, Tinqueux), sur les rives de la Seine, au sud de Troyes (Bréviandes, Buchères, Rosières-près-Troyes, Ruvigny, Saint-Léger-près-Troyes) et en rive gauche de la Seine dans le Nogentais (Nogent-sur-Seine, Pont-sur-Seine). Les limons de plaine alluviale concernent la vallée de la Marne entre Vitry et Saint-Dizier ou la vallée de la Vesle dans son tracé tardenoisien.

Fig. 36. Histogramme de localisation selon les principales classes macrotopographiques.

Fig. 37. Histogramme de localisation selon les principales classes microtopographiques.

Fig. 38. Histogramme de localisation selon les principales classes de substrat encaissant.

Fig. 39.Histogramme de localisation selon le type de cours d’eau le plus proche (par niveau hiérarchique).

Fig. 40. Histogramme des distances aux cours d’eau (par niveau hiérarchique).

107La relation entre les fosses et le réseau hydrographique confirme la nette « préférence » pour les cours d’eau situés en dehors des grandes vallées alluviales (71 % contre 29 %). Dans le détail, on observe même un taux croissant de fosses à mesure de l’éloignement par rapport à la classe du cours d’eau : 12 % pour les grands cours d’eau, 17 % pour les cours d’eau secondaires de grande vallée, 30 % pour les cours d’eau secondaires hors grande vallée et 41 % pour les cours d’eau de classe 3 hors grande vallée (fig. 39).

108En ce qui concerne la distance au cours d’eau le plus proche, elle varie entre 60 et 4 630 m, avec une moyenne globale de 913 m. Toutefois, les écarts et les moyennes changent selon le type de cours d’eau concerné (fig. 40). Ainsi la distance aux cours d’eau coulant dans les grandes vallées alluviales varie entre 220 et 2 400 m (le maximum marque les limites physiques des couloirs alluviaux) pour une moyenne se situant vers 994 m. Pour les cours d’eau situés en dehors des vallées, les écarts sont plus grands puisqu’ils correspondent aux écarts maximaux, mais la moyenne tombe à 761 m. La part prise par les fosses trouvées sur l’opération du Parc Logistique de l’Aube, classées dans les fosses proches de cours d’eau de classe 3 hors grande vallée, a conduit à poser les mêmes questions en mettant de côté ce groupe de fosses (fig. 41). Les écarts reprennent les chiffres précédents (120-4630 m) mais la moyenne remonte nettement à 1 019 m. Cette nette augmentation de la moyenne est due à la concentration de fosses du PLA près d’un ruisseau, dans des distances comprises entre 100 et 350 m. Mais la diminution régulière de la distance moyenne entre les grands cours d’eau et les très petits courts d’eau tient d’abord à un fait géomorphologique : il est beaucoup plus rare de pouvoir se trouver dans une zone distante de 4 km d’un très petit ruisseau que d’un grand cours d’eau.

109Les fosses n’évitent donc pas les grandes vallées mais montrent une nette attirance pour les zones de plaine situées en dehors des grandes vallées. Considérant la distance moyenne, située entre 900 et 1 000 m, elles ne sont pas aimantées particulièrement par les cours d’eau en général, et leur proximité plus grande avec les très petits cours d’eau doit être nuancée au regard des données structurales du paysage. L’option d’un éloignement volontaire de tout terrain affecté par une nappe phréatique proche de la surface doit être analysée de plus près, en particulier pour les fosses situées dans les grandes vallées alluviales.

Fig. 41. Part de l’opération du Parc Logistique de l’Aube dans l’histogramme des distances au cours d’eau (par niveau hiérarchique).

7.2. Organisation spatiale

110L’analyse de la répartition spatiale de ces structures butte sur les limites des fenêtres d’étude disponibles. Cependant, les diagnostics et les décapages archéologiques sur de vastes surfaces attestent l’existence de regroupements signifiant des ensembles implantés de façon réfléchie. Sur quelques décapages de taille réduite, on observe à plusieurs reprises des cas d’alignements de fosses parallèles entre elles.

111À Sézanne « L’Ormelot » (Marne), treize fosses parallèles entre elles et disposées irrégulièrement sur une ligne de près de 80 m de long, ont été observées (fig. 42). La distance entre les creusements est comprise entre 4 et 13 m. Les structures formant cet ensemble possèdent une morphologie et des dimensions assez proches ; malheureusement, aucune datation n’est disponible et hormis leur agencement, rien ne nous permet d’affirmer leur contemporanéité.

112Sur d’autres décapages, on constate des configurations qui pourraient correspondre également à des alignements, mais la zone décapée est trop restreinte pour pouvoir confirmer cette impression (fig. 43).

113Il est possible de voir un alignement de quatre fosses sur le site de Neufize « Le Clos » (Ardennes), mais comme à Auve (Marne) ou à Saint-André-les-Vergers « Echenilly » (Aube), la fenêtre d’étude nous cantonne au niveau de l’hypothèse (fig. 44 et 45).

114Les fosses de Neuflize « Le Clos » n’ont pas le même profil mais des dimensions similaires. Deux d’entre elles ont bénéficié d’une datation radiocarbone. Un échantillon osseux provenant du fond de la fosse 142 est daté de 2620 +/-40 BP (900 à 660 av. J.-C. à 2 sigma) ; un charbon de bois prélevé dans le remplissage supérieur de la fosse 261 serait plus ancien : 3480 +/ - 60 BP (1950 à 1630 av. J.-C. à 2 sigma). L’alignement serait donc le fait du hasard ? Il signifie néanmoins que le secteur était propice à ce genre d’installation, ce qui explique la pérennité de l’implantation. Il existe certainement des modes d’utilisations distincts entre les différents types d’assemblages de fosses, notamment entre des alignements denses et d’autres moins.

Fig. 42. Distribution spatiale des fosses repérées à Sézanne (Marne) (DAO, J. Grisard, Inrap).

Fig. 43. Mise au jour de fosses dites en Y, lors d’un diagnostic archéologique à Auve.

Fig. 44. Localisation des fosses à Arcis-sur-Aube (Aube), Buchères (Aube), Saint-André-les-Vergers (Aube) et Neuflize (Ardennes).

Fig. 45. Localisation des fosses à Buchères (Aube), Saint-Martin-sur-le-Pré (51) et Bouranton (Aube).

115Mais le schéma d’assemblage le plus fréquent demeure celui d’amas de structures sans organisation visible. Cela semble le cas à Arcis-sur-Aube « Le Prieuré » (Aube) (fig. 44 et 45). Hormis une concentration qui peut être une forme d’organisation, onze fosses disparates et de chronologie distincte prennent place sur une superficie inférieure à l’hectare. Les datations radiocarbone, réalisées sur du matériel osseux provenant du niveau supérieur, montrent là encore un large intervalle temporel : st. 361-GrA-29573 : 4825 +/-40 BP (soit 3700 à 3520 av. J.-C. à 2 sigma) et st. 186-GrA-29565 : 3570 +/-40 BP (soit 2030 à 1770 av. J.-C. à 2 sigma). La constatation dressée pour Neuflize peut donc s’appliquer également à ce cas. La datation de toutes les fosses d’un même ensemble, en ligne ou en amas, croisée à une étude paléoenvironnementale systématique (topographie ancienne, couverture végétale, climat, etc.) permettrait d’avancer sur ce sujet.

116Enfin, certaines fosses paraissent isolées. Là encore, les causes peuvent être multiples ; soit les dimensions de la surface explorée sont trop réduites, soit l’implantation de ces fosses répond à des contraintes environnementales que nous avons des difficultés à percevoir aujourd’hui.

Les zones-test

117Une observation à une plus large échelle, possible uniquement sur des zones-test explorées sur de larges surfaces, permet d’aborder les mêmes questions d’organisation et de densité sur un territoire, cette fois couplées à leur contexte anthropique. Sept zones-test ont été sélectionnées réparties sur l’ensemble de la région (fig. 46).

La zone-test de Bezannes (Marne) (Z1)

118La commune de Bezannes (Marne) jouxte la ville de Reims au sud (fig. 47). Elle se situe sur la rive gauche de la Vesle, affluent de l’Aisne. La zone-test est centrée sur le village de Bezannes, traversé par le ruisseau de la Muire. Ce ruisseau constitue un témoin encore actif du système oro-hydrographique de la Montagne de Reims, signalé aujourd’hui par une série de grandes vallées sèches parallèles entre elles, qui ont creusé du sud au nord, en direction de la Vesle, le substrat crayeux. Si le terrain actuel ressemble plus à une plaine qu’à un versant, l’interfluve entre le ruisseau de la Muire et son équivalent amont, le ruisseau du Grand Rouillat, à l’est, est marqué à l’approche de ce second ruisseau par la ligne du Mont Benoît.

Fig. 46. Localisation des zones test.

119Les indices d’une occupation humaine sur la longue durée sont présents dans ce secteur. De l’outillage en silex du Néolithique ancien et moyen a été découvert dans le nord du secteur (zone en cours de diagnostic). L’exploitation pérenne du territoire semble véritablement débuter à la fin de l’Âge du Bronze et couvre l’ensemble du secteur à la fin du premier Âge du Fer. On ressent très nettement les échos de la naissance du complexe culturel de l’Aisne-Marne. Cette activité s’amplifie encore durant le deuxième Âge du Fer, sans rupture jusqu’à la période romaine.

120Les surfaces sondées représentent environ 300 ha compris principalement entre le village à l’ouest et le Mont Benoît, à l’est. Cependant un secteur de 27 ha est en cours de sondage dans la partie nord de la commune et de nouvelles opérations sont prévues à l’ouest du village. Les fouilles représentent environ 6,6 ha de surfaces décapées, mais à l’instar des diagnostics, elles sont amenées à doubler, voire à tripler dans un futur proche. Autant dire que la commune de Bezannes est un terrain d’étude idéal pour comprendre l’évolution de l’occupation du sol.

Fig. 47. Les zones test de Bezannes et de l’Europort de Vatry.

Fig. 48. Les zones test d’Arcis-sur Aube et de Romilly-sur-Seine.

121Les fosses ont été repérées à proximité du ruisseau de la Muire (zone centrale et zone septentrionale en cours de diagnostic) et sur le versant du Mont Benoît, le premier groupe comptant plus d’occurrences (neuf). Dans l’emprise des secteurs sondés compris entre le village et le Mont Benoît, quatorze fosses ont été clairement identifiées (Bontrond et alii, ce volume). Six l’ont été lors de fouilles et les huit autres au cours de diagnostics. À ce chiffre il faut ajouter trois autres fosses non testées, qui peuvent appartenir à cette même famille.

122Quatorze fosses ont été repérées sur près de 300 ha, soit une fosse tous les 21 ha. Si l’on part du principe que les fosses sont réparties de façon uniforme, on peut envisager, avec un taux de sondages d’environ 10 %, un potentiel de 140 fosses environ. Ce chiffre est quasiment doublé si l’on calcule la densité sur les zones décapées intégralement, qui représentent environ 6,6 ha ; six fosses y ont été découvertes, soit 1,1 fosse par hectare.

La zone-test de l’Europort Vatry (Marne) (Z2)

123La zone-test concernée ne prend en compte qu’une partie des opérations archéologiques de l’Europort de Vatry (Marne) (fig. 47). L’ensemble se situe au cœur de la plaine crayeuse, à 17,5 km de la vallée de la Marne, sur la ligne d’interfluve entre deux ruisseaux tributaires de la rivière. Il s’agit d’un secteur de confins dans un paysage de plaine marqué par de larges vallons secs, espacés régulièrement.

124Les données tangibles relatives à l’occupation humaine sont nulles pour le Néolithique, en dehors des fosses en question et de très rares artefacts en silex. La mise en valeur du territoire n’intervient au plus tôt que vers - 1100 et se développe avec une ampleur sans précédent dans le courant du premier Âge du Fer. L’habitat connaît une période de concentration spatiale/rétraction au deuxième Âge du Fer avec un hiatus entre - 400 et 250.

125Dans l’espace considéré, les surfaces sondées portent sur 297 ha (24 %) et celles fouillées sur 20 ha (1,6 %). L’effectif total de quatorze fosses peut être considéré comme réduit, étant donné la facilité de lecture du substrat crayeux local : six fosses ont été détectées dès le diagnostic, selon une répartition relativement lâche. L’image dessinée par la distribution spatiale des vestiges suggère une faible densité globale et une forte dispersion des fosses, souvent isolées ou en petits groupes de deux à quatre. Hormis cette répétition par trois fois de petits groupes de fosses proches, aucun agencement particulier ne se dégage. L’hétérogénéité des méthodes de diagnostic employées d’une opération à l’autre ne permet pas de valider entièrement l’apparente surreprésentation de ces vestiges sur la ZAC 2 formant le cœur de la zone. En raison de l’homogénéité du paysage local représenté dans la zone, il serait plus envisageable d’observer une répartition régulière de petits groupes de fosses.

La zone-test d’Arcis-sur-Aube (Aube) (Z3)

126La zone-test d’Arcis-sur-Aube (Aube) est implantée en limite orientale de cette ville et s’étend principalement sur la vallée de la rivière Aube, orientée est-ouest (fig. 48). La plus grande partie de la surface étudiée est occupée par des terrains alluvionnaires. Les versants crayeux forment, sur les deux rives, de vastes glacis en pente douce recouverts de formations d’altération de la craie.

127Les indices d’occupations remontent pour les plus anciens à la fin de l’Âge du Bronze. À l’instar des habitats ou des indices d’habitats de l’Âge du Bronze, les occupations de l’Âge du Fer sont établies principalement au niveau de la basse et de la moyenne terrasse de la vallée de l’Aube. Les nécropoles protohistoriques sont implantées en bordure de la moyenne terrasse, en bas de versant. Les fosses en Y sont les indices d’occupations les plus anciens rencontrés dans ce secteur.

128Les surfaces diagnostiquées et fouillées sont constituées de petits secteurs non jointifs, implantés principalement en basse et moyenne terrasse. Elles représentent une superficie de 17,5 ha environ et les surfaces fouillées 5,85 ha. Dix-sept fosses ont été observées pour cette fenêtre, sept ayant été repérées dès la phase diagnostic, les dix autres lors de fouilles. En partant du principe que les fosses sont réparties de manière uniforme sur l’ensemble du secteur, leur densité est d’une fosse pour 2,5 ha en diagnostic et une fosse pour 0,5 ha en fouille. Elles sont implantées en limite sur la moyenne terrasse et en bas de versant.

La zone-test de Romilly-sur-Seine (Aube) (Z4)

129Le secteur de Romilly-sur-Seine (Aube) est marqué par une butte crayeuse bordée par les alluvions anciennes et récentes issues des cours de la Seine et du ruisseau de Pars (fig. 48). Au niveau de la zone d’étude, localisé plus à l’est, la vallée de la Seine est large d’environ 4 km. L’emprise, située sur la rive gauche de la Seine, est établie sur les alluvions anciennes de la basse terrasse, recouvertes dans la partie nord par les alluvions récentes.

130Hormis une nécropole à enclos circulaire repérée sur des clichés aériens et du mobilier céramique, également protohistorique, ramassé lors de prospections pédestres, aucune occupation ancienne n’a été reconnue dans le secteur.

131Les secteurs diagnostiqués représentent une superficie de 105 ha, pour uniquement 8542 m2 fouillés. Dix fosses en Y ont été repérées lors de deux diagnostics représentant environ 41 ha. Toujours sur le même principe d’une répartition uniforme de fosses en Y, on rencontre environ une fosse tous les 10 ha sondés lors des diagnostics et aucune pour le moment en fouille. Les fosses semblent se répartir selon une ligne irrégulière orientée sud-ouest/nord-est, à une altitude avoisinant les 80 m en moyenne.

La zone-test de Oiry (Marne) (Z5)

132La fenêtre de Oiry se trouve dans la zone où la Marne quitte la plaine crayeuse pour aborder les terrains tertaires (fig. 49). Les occupations anciennes répertoriées se concentrent essentiellement en bordure de la vallée alluviale, à une exception près : les hypogées néolithiques découverts au sommet de la butte de Saran. Entre 1999 et 2011, 52 ha ont été sondés et 2,6 fouillés dans deux secteurs distincts de cette fenêtre. Le premier, situé au nord sur la commune de Chouilly, est bordé immédiatement au nord par la plaine alluviale de la Marne. Localement le substrat crayeux a conservé un placage limoneux, voire lœssique (Laurelut, 2007, p. 8). Le deuxième secteur regroupe les opérations menées sur la zone industrielle de Oiry. À cet endroit, la craie apparaît directement sous le labour et les thalwegs colluvionnés ne trahissent pas un recouvrement limoneux originel important. Les deux secteurs s’opposent également par la densité des occupations reconnues. À Chouilly, sur seulement 8,5 ha sondés et 1,5 fouillés, les indices s’échelonnent du Mésolithique à l’Âge du Bronze (Laurelut, 2007 ; Rémy en cours). Tandis que sur la zone industrielle, pour 44 ha sondés et 1,1 ha fouillés, on dénombre un secteur de poteaux non datés (Argueyrolles, 2003), un bâtiment à quatre poteaux de type grenier peut-être du deuxième Âge du Fer (Thévenard et alii, 2009, p. 18), un secteur avec de la céramique laténienne (Desbrosse et alii, 2004) et surtout une vaste nécropole laténienne qui a été à l’origine de la surveillance renforcée de ce secteur (Chossenot et alii, 1984 ; Argueyrolles, 2003 ; Desbrosse et alii, 2004). Cette faible densité contraste avec les fosses retrouvées puisque l’on en dénombre dix-sept réparties spatialement en au moins trois ensembles. Ces fosses n’étant pas toutes datées, il est difficile de savoir si elles sont groupées ou non.

La zone-test du Parc Logistique de l’Aube (Aube) (Z6)

133La zone-test du Parc Logistique de l’Aube (Aube) est implantée en rive gauche de la vallée de la Seine et correspond aux terrains limono-argileux sur socle crayeux, caractéristiques de la Champagne humide (fig. 50-51). Le réseau hydrographique très développé a donné naissance à des nombreuses zones humides en fond de vallée et chaque cours d’eau borde des versants fortement aplanis par l’érosion, modelant un paysage de plaine à microreliefs adoucis.

Fig. 49. La zone-test de Oiry.

Fig. 50. La zone-test de Buchères (PLA) du Néolithique ancien au Bronze moyen.

Fig. 51. La zone-test de Buchères (PLA) du Bronze final à La Tène.

Fig. 52. Calcul de la représentativité des fosses par zone-test.

134L’occupation humaine est, comparativement aux autres zones-test, très dense et débute dès le début du Néolithique. Après une phase de colonisation relativement bien identifiée, l’occupation marque le pas pendant le Néolithique moyen, avant de reprendre au Néolithique récent et final et de se poursuivre au Bronze ancien. Un hiatus est observé pendant le Bronze moyen. À partir de - 1300, les installations agropastorales s’inscrivent plus fortement dans l’espace, la densité d’occupation connaît un climax pendant quelques siècles, entre - 900 et - 450, avant de refluer légèrement pendant le deuxième Âge du Fer, sans signaler de déprise complète du territoire mais plutôt une réorganisation économique et sociale complexe.

135Dans le secteur, 224 ha ont été sondés (18 % du cercle) et 32 ha fouillés (2,5 %). Une population de 73 fosses a été détectée en sondages mais surtout en fouille. En effet, la forte densité d’anomalies en creux dans le sédiment limoneux conditionne et limite la détection de ce type de vestige peu ou pas anthropisé. Ainsi, dans le cas d’une distribution régulière, on peut estimer, à partir des surfaces décapées et fouillées exhaustivement, un potentiel de 2 890 fosses (2,3 fosses/ha). Toutefois, la distribution n’est pas régulière et sa structure spatiale n’est pas encore bien saisie. On distingue pour l’heure deux types d’agencement spatial dans les secteurs décapés les plus vastes : deux cas d’agencement linéaire de fosses parallèles sur 50 à 200 m et deux cas d’organisation, probable mais incomprise, sous forme d’amas étendu sur 1 à 6 ha. Les autres découvertes restent isolées ou en groupe de deux fosses proches.

136La quantification des informations permet de proposer pour chaque zone-test une valeur, estimative bien entendu, de la densité de fosses que l’on peut y rencontrer. En fonction des surfaces explorées en diagnostic comme en fouille, ces résultats sont considérés comme faiblement ou fortement représentatifs (fig. 52). Certaines zones (« ZAC de Bezannes », « Europort Vatry », « Parc Logistique de l’Aube ») offrent ainsi des résultats globaux jugés plus solides que d’autres zones. Il apparaît aussi qu’il n’est pas possible de se baser sur les seuls rapports de densité produits par les diagnostics pour en déduire une densité potentielle, puisque les secteurs sondés ici sur les superficies les plus faibles ont livré les densités les plus fortes, malheureusement non contrôlées par des fouilles extensives. Quoiqu’il en soit, la densité « réelle » de fosses à l’hectare, observée en fouille, varie entre 0,6 et 0,9 en plaine crayeuse à 2,2 sur la plaine limoneuse de Troyes, dans un rapport de 1 pour 3,6. Après pondération, les écarts de potentiels théoriques entre ces deux types d’espaces varient dans un rapport de 1 pour 10. Il semble donc que le milieu (sol, couvert végétal, biodiversité, micro-climat, etc.) joue un rôle majeur dans l’implantation de ces fosses.

8. PANORAMA EUROPÉEN ET MONDIAL

137Apprécier l’ampleur du sujet et tenter de répondre à certaines questions, comme la chronologie ou la fonction, sur lesquelles le projet achoppait régulièrement en restant focalisé sur le travail régional, exigeaient des recherches débordant ce cadre géographique trop étroit. L’enquête a conduit au constat que ce type de fosse se retrouve non seulement dans plusieurs pays d’Europe continentale (fig. 53), mais qu’il trouve également des parallèles archéologiques troublants dans d’autres régions parfois lointaines (Scandinavie, archipel nippon, Proche-Orient).

8.1. Les vicissitudes d’une recherche atypique

138Identifié au début du xxe siècle en Allemagne sous le terme de « Schlitzgruben », ce type de fosse a été d’abord découvert à l’occasion de la fouille d’habitats du Néolithique ancien rubané dans la vallée du Rhin et en Souabe. Dans une brève notice, Oscar Paret (Paret, 1910) emploie le terme de Schlitze pour décrire une fente que recoupe une fosse d’habitat du Néolithique ancien rubané. S’ensuit une série de découvertes analogues dans les années d’avant-guerre, entre 1911 et 1913, puis en 1917 (Wolff, 1911 (fig. 54) ; Lehner, 1913 ; Bremer, 1913 ; Koehl, 1914 ; Lehner, 1917), toutes localisées sur des sites d’habitat rubanés. Les supputations vont bon train et témoignent déjà de la difficulté à cerner leur fonction : piège à gibier, fosse de décantation d’argile, fosse de stockage pour la viande, paravent, cachette d’artisan, trou de poteau, barrage défensif, etc. Le terme « Schlitzgruben », purement descriptif, permet d’esquiver l’écueil d’une dénomination fonctionnelle sujette à discussion. Pendant l’entre-deux guerres, la seule mention, mais d’importance, provient de la publication de Werner Buttler (Buttler, Haberey, 1936) relatant la fouille du site rubané de Köln-Lindenthal (fig. 55). C’est lui qui, faisant le point sur la question en Allemagne, propose une nouvelle interprétation pour ces structures. Il pourrait s’agir de « fosses de tannage » (Gerbegruben), mais l’auteur prévient que cette hypothèse reste improuvée et le restera probablement. Le temps et la renommée de Buttler feront le reste, au point que cette hypothèse va acquérir l’évidence d’une vérité, malgré l’absence de toute preuve scientifique. Le sujet semble épuisé jusqu’à la fin des années 60, où il est relancé par des archéologues de pays limitrophes. En 1968, l’article monographique de la fouille du site d’habitat de la culture de Lengyel de Branč (Slovaquie) par J. Vladar et J. Lichardus (Vladar, Lichardus, 1968 ; fig. 56) présente une série de fosses similaires interprétées comme « fosses à offrande » (Opfergruben) suite à la découverte d’un bucrâne d’aurochs dans une des structures. Dans les années 70, les idées de la New Archeology sont appliquées à l’étude des fosses en V-Y. Au Pays-Bas, P. Van de Velde (Van de Velde, 1973) propose, en reprenant l’ensemble de la documentation publiée et en la comparant à celle de l’habitat du Néolithique ancien de Hienheim, une analyse statistique du corpus disponible. À l’issue de sa démonstration, il ne propose pour ces slits, une fois réfutée l’hypothèse de J. Vladar et J. Lichardus, aucune autre interprétation que celle de W. Buttler, soit celle de « fosse de tannage » (tan-pits).

Fig. 53. Carte de répartition des mentions de fosses en Europe ; figurent également pour mémoire celles des « desert kites » du Proche-Orient.

Fig. 54. Plan et coupe de l’une des premières Schlitzgruben découvertes, en 1909, par G. Wolff et Pr. Dragendorff à Windecken (d’après Wolff, 1911).

Fig. 55.Plan des Schlitzgruben dans l’enceinte rubanée de Köln-Lindenthal (Allemagne), fouillée entre 1929 et 1934 sous la direction de W. Buttler et W. Haberey (d’après Buttler, Haberey, 1936).

Fig. 56. Clichés d’Opfergruben trouvés lors de la fouille de l’habitat de la culture de Lengyel à Branč (Slovaquie) en 1961-1962 (d’après Vladar, Lichardus, 1964 / 1968).

Fig. 57. Plan et coupe de la fosse dite de tannage fouillée à Vhô, Campo Ceresole (Italie), en 1977 (d’après Bagolini, 1977).

139À compter des années 70 et dans les décennies suivantes, les découvertes vont se multiplier en Allemagne, mais également dans le reste de l’Europe centrale et occidentale. En Italie, l’un des sites-clefs pour le début du Néolithique dans la plaine du Pô, Campo Ceresole, livre une fosse (fig. 57), rapprochée de celles présentées par Van de Velde (Bagolini et alii, 1977). D’autres fosses sont ensuite découvertes dans le même secteur (Cavulli, 2007 et 2008). En Belgique, les fouilles des grandes enceintes du Néolithique ancien (Darion : Cahen, 1985 ; Remicourt et Fexhe-le-Haut-Clocher : Fock et alii, 1998 ; Bosquet, ce volume) sont l’occasion de découvertes similaires, certaines étant situées parfaitement dans l’axe des entrées. En France, les habitats du Néolithique ancien et moyen fouillés dans la plaine d’Alsace sont parsemés de ces Schlitzgruben (Jeunesse, Sainty, 1991 ; Jeunesse, 1993 ; Jeunesse, Lefranc, 1999 ; Lefranc et alii, 1999 ; Lefranc, Arbogast, 2000 ; Meunier et alii, 2003, etc.). Les découvertes situées plus à l’ouest (Champagne, Île-de-France, Picardie, Normandie) ont lieu tardivement, à partir des années 2000, et avec une fréquence moindre (Bailleux et alii, 2005 ; Durand et alii, 2006 ; Lanchon et alii, 2006 ; Brunet et alii, 2008). Les mentions en Europe centrale et orientale sont encore très lacunaires mais à la faveur du récent développement de l’archéologie préventive, plusieurs sites ont été repérés en Hongrie par exemple (Gyöngyössy dir., 2008 ; Makkay, 2007). En Allemagne, les nombreux articles monographiques des années 80 et 90, de fouille d’habitat et d’enceintes néolithiques débordant maintenant le cadre étroit de la culture Rubanée pour s’étendre jusqu’à la fin du Néolithique, reprennent ainsi l’hypothèse de Van de Velde sans autre forme de procès. Les auteurs n’interrogent presque plus ces vestiges et n’attachent visiblement plus d’importance à la présence de ces structures considérées comme mystérieuses, mais finalement banales (Struck, 1984 ; Lippmann, 1985 ; Bernhardt, 1986 ; Kneipp, Büttner, 1988 ; Boelicke et alii, 1988 ; Kind, 1989 ; Höhn, 1993 ; Lindig, 2002, etc.). Dans les années 2000, la question revient au goût du jour. En Hollande, A. D. Verlinde (Verlinde, 2004) soutient une hypothèse alternative relative au monde de la chasse, envisagée au début du siècle par certains auteurs allemands (comme Wolf, 1911), mais rapidement abandonnée, sur la base de constats ethnologiques et pas seulement archéologiques (Ahrens, 1990). Dans cette même direction, notre collègue (Friedrich, ce volume) revisite la masse de données découvertes en Allemagne. Eva Lenneis milite quant à elle pour une toute autre option, sur la base des vestiges fournis par l’habitat rubané de Rosenburg en Autriche (Lenneis et alii, 1996 ; Leinneis, 2009 et à paraître). Ici ces fosses sont interprétées comme des sortes de glacières.

140Le cas de la Grande-Bretagne est singulier ; en effet, la quasi-absence de vestige face la régularité des découvertes faites sur le continent laisse perplexe. Un seul site a livré d’authentiques fosses comparables (fig. 58), sur la côte occidentale de l’Écosse, à Mye Plantation, Dumfries and Galloway (Maclellan Mann, 1903 ; Sheridan, 2002). Découvert au début du xxe siècle, le site livre une ligne de cinq fosses, dont plusieurs sont datées du Néolithique final. Interprétées à l’origine comme des fosses d’habitat, elles sont maintenant considérées comme des pièges à gibier – pitfalls (Sheridan, 2005). L’interprétation de piège a en retour également été discutée pour les fosses, datées du Mésolithique, de l’alignement fouillé à Warren Field, Crathes (Murray et alii, 2009) mais l’analogie avec les fosses en V-Y n’est pas opérante pour ce site.

8.2. Des parallèles archéologiques troublants

141La carte de l’Europe continentale semble devoir se couvrir continuellement de points de découvertes, à la faveur du développement de l’archéologie préventive. Mais ces découvertes nombreuses et croissantes sont loin d’atteindre les chiffres obtenus pour les vestiges archéologiques comparables fouillés en Scandinavie, au Proche-Orient (fig. 53) ou dans l’archipel nippon. En effet, bien que distantes, ces régions ont été le théâtre de découvertes de fosses ou de systèmes aménagés complexes associant des fosses qui présentent de très nombreux caractères communs avec celles d’Europe continentale. Malgré la distance géographique et culturelle qui sépare ces aires et les problèmes évidents de concordance chronologique et fonctionnelle qu’elle pose, il est impensable de passer ces faits sous silence. Sans aller jusqu’à de profondes réflexions ontologiques, il importe de ne pas rejeter la possibilité de trouver des objets universaux, de même nature, maquillés sous de multiples nuances et plantés dans des décors différents.

Fig. 58. Plan et coupe de l’une des cinq fosses découvertes à Stoneykirk, Mye Plantation (Grande Bretagne), en 1902 (d’après Mann, 1903, grâce à l’aimable information de Mr. A. Sheridan).

142Les découvertes faites en Scandinavie sont éclairées dans ce volume sous l’angle des très nombreuses recherches menées en Norvège (Olsen, ce volume). Il n’existe pas encore de synthèse sur le sujet à l’échelle de la Scandinavie, mais les estimations portent à plusieurs dizaines de milliers le nombre de ces structures dans le cœur du massif nordique (Jämtland en Suède et massif sud-norvégien). La question de ces fosses a été posée depuis le début des années 70 en Suède et en Norvège (Selinge, 1974 ; Barth, 1983 ; Blehr, 1973) et il est maintenant considéré comme acquis qu’il s’agit de pièges pour capturer les grands herbivores sauvages, rennes et élans principalement (Jordhøy, 2008 ; Brende, 2006).

143Parmi les systèmes aménagés associant des fosses découverts en Scandinavie, les plus vastes formant des entonnoirs destinés à rabattre et capturer de larges troupeaux de bêtes ont été édifiés dans plusieurs autres régions du globe (Grand Nord Américain, Sibérie et Proche-Orient). Au Proche-Orient, bien documenté par l’archéologie, de tels systèmes sont connus sous le terme de « desert kites ». Le parallèle morphologique, technique mais aussi culturel (sociétés de pasteurs nomades et/ou de pécheurs) a été établi par de nombreux auteurs avec les structures décrites en Scandinavie et en Amérique du Nord, pour les populations vivant sous les hautes latitudes, proches du cercle polaire. Le phénomène des « desert kites » a été découvert dans les années 1920 par les pilotes britanniques et français survolant les zones désertiques de leurs protectorats au Proche-Orient. Ces vastes structures en pierre, considérées d’abord comme les témoins de fortifications ruinées de la période romaine, furent rapidement réinterprétées comme des infrastructures utilisées pour la chasse à la gazelle, sur la base de parallèles ethnographiques contemporains. L’interprétation cynégétique a été questionnée longtemps, et encore récemment (Braemer, Echallier, 1995), mais les spécialistes du sujet s’accordent pour démontrer qu’il ne peut s’agir d’autre chose que d’un système de chasse particulier lié à certaines populations dans ces zones steppiques et semi-désertiques (Betts, Helms, 1986 et 1987 ; Perevolotsky, Rosen, 1998 ; Nadel et alii, 2010). Le phénomène couvre une large zone géographique des steppes désertiques du nord de la Syrie jusqu’au Sinaï ; des cas sont également signalés et débattus, plus au sud, au Yémen (Bruner, 2009 ; Skorupka, 2010) comme plus à l’est, en Ouzbékistan (Braemer, Echallier, 1995). Un effectif de 700 à 800 structures est estimé par Braemer. Les quelques kites véritablement étudiés semblent avoir été édifiés pendant la fin du Néolithique (Braemer, Echallier, 1995) et le début de l’Âge du Bronze, ce qui n’est pour l’heure confirmé que pour les kites du sud du Negev, dont les dates radiocarbone remontent au début de l’Âge du Bronze [Early Bronze Age I and II], entre 3000 et 2200 av. J.-C. (Nadel et alii, 2010).

144À l’autre extrémité du globe, l’archipel nippon livre aussi un nombre impressionnant de sites à fosses, isolées ou groupées (Nespoulous, ce volume). Aucun système de rabattage du type des kites n’y est connu. La recherche sur ce thème a débuté en 1970 lors des fouilles préventives à Kirigaoka (Yokohama city, Kanagawa prefecture) (Imamura, 1996). La découverte de trap-pits s’est ensuite développée sur les principales îles de l’archipel, en lien avec le développement de l’archéologie préventive. L’étendue chronologique considérée est très large puisque les premiers pièges apparaissent en nombre limité dès le début du Paléolithique supérieur [Early Early Upper Paleolithic : 40 à 32ka BC] puis se développent au Paléolithique supérieur (Sato, 2010 ; Ono et alii, 2002) pour décupler à la période Jomon. Les derniers datent du Late Jomon (V), vers 1500-1000 BC. Le potentiel de fosses est ainsi estimé à plusieurs millions d’individus. Ces pièges sont les témoins d’une pratique multimillénaire de chasse focalisée principalement, après l’extinction des grands mammifères de la fin du Pléistocène, sur le sanglier (Sus scrofa) et le cerf Sika (Cervus nippon).

8.3. La critique ethnographique et anthropologique

145Sortie des découvertes archéologiques stricto sensu, la documentation ethnographique mondiale relative aux différentes pratiques de chasse, susceptible de critiquer ces données matérielles, est extrêmement foisonnante (Encyclopédie ; Trinquier, Vendries dir., 2009 ; Sidéra dir., 2006 ; Lee, Devore dir., 1968). Mais une fois exclus les multiples systèmes de piégeages divers ne laissant aucune trace archéologique, donc proprement indétectables, bien que fortement envisageables pour les civilisations proto-européennes, l’étau se resserre brusquement. Les pratiques de chasse terrestre nécessitant des aménagements « lourds » et pérennes sont nettement plus mal documentées et ne font souvent l’objet, en comparaison des pratiques et techniques « légères », que de mentions ou d’explications sommaires et relativement peu illustrées.

146On peut distinguer d’emblée les grands systèmes de rabattage de troupeaux de mammifères herbivores sauvages, qui utilisent parfois des fosses creusées dans le sol mais pas systématiquement, et les autres techniques de chasse usant de pièges en fosse, où se mêlent autant la recherche de viande sur pied que la protection des champs et des zones de culture (garden-hunting : cf. Linares, 1976). Les premiers sont parmi les mieux connus, les plus impressionnants ; ils sont courants dans l’aire circumpolaire, du Canada à la Sibérie, par delà les différences culturelles. Ils sont plutôt propres aux grands espaces et aux sociétés mobiles. Les seconds sont rencontrés sur tous les continents, dans les sociétés paysannes traditionnelles, mais font rarement l’objet d’étude en eux-mêmes et sont analysés dans le cadre d’autres problématiques (relation aux animaux, techniques agricoles, etc.). Ainsi, sur le continent africain, l’une des techniques traditionnelles éprouvées pour chasser et lutter contre les intrusions intempestives des éléphants dans les champs cultivés au Gabon « consistait à creuser une grande fosse circulaire ou carrée de 2 à 2,50 m de longueur, sur un sentier d’animaux ou à un endroit où ils viennent souvent. On peut planter au fond de la fosse des sagaies en bois ou « misulu » qui transpercent l’animal une fois qu’il tombe. On peut aussi laisser la fosse sans sagaies. Cette fosse est fermée avec des feuilles mortes posées sur un matériel très fin tel que les tiges de bambou, pour ne pas donner trop de résistance sous le pied d’animaux » (Mambou, 2008). L’intrication entre chasse active et piège de protection est telle qu’elle impacte même sur la forme de l’habitat. À ce sujet, Jan Vansina (1985) note que « les hommes s’occupaient à construire une enceinte solide ou un système de pièges autour du champ pour prévenir la déprédation par les animaux sauvages » (op. cit.). Les descriptions les plus précises font écho à des formes de fosses très proches des exemplaires archéologiques européens : « les fosses étaient des trous, de dimensions variables, ayant en moyenne 3 à 4 mètres de longueur, 2 de largeur et 3m 50 de profondeur. Ces excavations allaient en se rétrécissant et n’avaient plus que quelques centimètres de large à la surface inférieure. Cet étranglement progressif avait pour but d’annihiler tous les efforts que pouvait faire un animal afin de se dégager. Il était de la sorte absolument coincé entre les parois, dépourvu de point d’appui convenable pour s’aider de ses membres. Les ouvertures supérieures étaient habilement dissimulées, recouvertes d’un treillis de branches et de feuillages. Le fond était fréquemment muni de pieux en bois, aux extrémités taillées en pointe et durcis au feu. » (Jeannin Albert, 1947, cité dans Mambou, 2008). Étrange écho à l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien (Livre VIII, 8) qui décrit les mêmes techniques pour l’Afrique subsaharienne et l’Afrique orientale. Jules César, dans sa description des contrées habitées par les Germains et notamment de la forêt hercynienne, mentionne certaines « espèces de bêtes sauvages qu’on ne voit pas ailleurs » (César, De Bello Gallico, livre VI, XXV). Après un bœuf ayant la forme d’un cerf et un animal nommé élan, il mentionne l’aurochs ou l’urus qui « sont pour la taille un peu au-dessous des éléphants, avec l’aspect, la couleur et la forme du taureau (…) on s’applique à les prendre dans des fosses et on les tue » (ibid., chapitre XXVIII). Malheureusement sa description de la fosse s’arrête là ; il ajoute que les cornes de ces animaux étaient recherchées. Il n’évoque cette technique de chasse que pour les aurochs, mais il est vrai que celle préconisée pour l’animal nommé élan est des plus originales (ibid., chapitre XXVII).

147L’autre volet de la chasse de protection au moyen de piège en fosse a pour but de détruire les prédateurs, en général plus dangereux pour le bétail que pour les hommes. Pour cette activité, il ne semble pas y avoir de système complexe de multiples fosses, mais une traque, plus précise, plus ciblée, adaptée à l’intelligence de la proie. Dans l’un des principaux traités antiques conservés traitant de la chasse, Xénophon décrit une des techniques utilisées dans les régions montagneuses de la Mer Égée et du Proche-Orient contre les carnassiers, lions, léopards, lynx, panthères, ours, etc. : « Il y en a aussi qui creusent profondément de grandes fosses rondes, au milieu desquelles ils laissent une colonne de terre : à la nuit tombante, on y attache une chèvre et l’on pratique autour de la fosse une enceinte de branches qui masquent le piège et n’offrent aucun accès. Les animaux, entendant la nuit la voix de la chèvre, viennent rôder autour de l’enceinte et, ne trouvant aucun passage, s’élancent dedans et sont pris. » (Xénophon, De la Chasse, XI).

148Les mêmes techniques sont employées pour la chasse à la panthère dans le monde islamique médiéval et pour la chasse au loup (« louvières ») dans l’Occident médiéval.

149Les divergences morphologiques sont nettes entre le type de fosse creusée pour la chasse « passive » ou destinée à capturer des mammifères herbivores, quelle que soit leur taille, et celui utilisé pour traquer les mammifères carnassiers. Ce survol nécessairement trop rapide confirme d’abord que l’usage de fosses pour la chasse aux animaux est un phénomène mondial mais complexe parce que transculturel. Repéré dans les dernières sociétés « traditionnelles » et foncièrement rurales, il peut donc éventuellement être envisagé pour des sociétés préindustrielles disparues.

9. DISCUSSION : QUELLE FONCTION POSSIBLE ?

150Si l’un des attendus du projet était de progresser sur la compréhension de ce type de fosse, voire de proposer une ou des hypothèses solidement démontrées, force est de constater que la solution définitive à la question est encore un objectif lointain. Cela pour une raison principale : les preuves positives, qui seules seraient à même de fonder sans conteste l’hypothèse correcte, font défaut, voire semblent systématiquement échapper aux recherches. Tous les éléments matériels comme les indices environnementaux font progresser notre connaissance et réduisent certes le champ des possibilités pratiques, mais aucun d’entre eux n’arrive à donner un nom sur une pratique qui a visiblement disparu du monde continental européen et dont aucune tradition écrite ou orale n’aurait même perpétué la trace. L’ethnographie de l’Europe semble muette sur le sujet, alors que celle des autres continents en parle encore, mais pour une seule fonction bien précise. Les nombreux témoignages d’utilisation de structures étrangement similaires, uniques documents « positifs » versés au dossier, doivent passer les filtres de la critique méthodologique, parfois exagérée. En effet, cette critique radicale des documents « exogènes » à la discipline archéologique, prônée par Leroi-Gourhan et salutaire dans de nombreuses circonstances, conduit ici inconsciemment à un déni de la valeur de ces documents, lequel engendre un appauvrissement de la réflexion.

151Lorsque l’on tente de faire la synthèse des différentes hypothèses émises sur ce thème, on peut facilement les résumer à sept catégories correspondant à trois groupes de fonctions bien délimitées (fig. 59) : une fonction de transformation des ressources (tannage, rouissage, tissage), une fonction de gestion des ressources (stockage alimentaire, chasse), une fonction sacrée (pratique rituelle et religieuse). Une huitième catégorie, artisanale mais jamais émise, a été ajoutée par nos soins, sur la base d’une comparaison morphologique de documents archéologiques.

152Le croisement de plusieurs critères d’analyse (localisation et sous-sol, infrastructure annexe nécessaire, usage facultatif ou nécessaire de fosse, les nuisances occasionnées et les traces physiques ou chimiques laissées dans le sol) permet de discriminer d’emblée des hypothèses plausibles d’hypothèses peu probables. Ce premier test de sélection conduit à conserver comme plausibles les hypothèses de tannage, rouissage, chasse en utilisation primaire, sans exclure celle liée aux pratiques magico-religieuses en utilisation aléatoire ou secondaire.

153L’apport décisif des indices environnementaux et des éléments matériels obtenus dans le cadre du programme de recherche régional permet de réduire encore cet éventail de possibilités. En effet, il semble bien que leur implantation en dehors de toute zone humide permanente exclut, pour la région, les hypothèses artisanales de tannage et de rouissage. Les cas de réutilisation comme réceptacle funéraire dans la partie sommitale peuvent éventuellement être interprétés comme un apport « sacré », quoique l’option du pragmatisme reste la moins éloignée des données anthropologiques connues.

154Aussi, malgré l’absence radicale de toute preuve matérielle positive, l’hypothèse qui, à nos yeux, franchit tous les tests de sélection est bien celle du piège, compris comme un élément de techniques de chasse variées selon les objectifs poursuivis par le groupe social concerné. Si la fonction de piège peut traverser les âges et les cultures sans grande variation morphologique visible, il va sans dire que la conception et la perception de l’objet-piège par le groupe social qui le construit et l’emploie s’accompagnent de pratiques et d’idées totalement divergentes d’un point à l’autre du globe, d’une civilisation à l’autre. Il est évident également que les populations du Néolithique en Champagne n’usaient pas de ces fosses avec les mêmes catégories conceptuelles que celles de la fin de l’Âge du Bronze.

Fig. 59. Tableau synthétique des différentes hypothèses de fonctions émises et de leurs principales caractéristiques.

155Dans cette perspective, la réflexion d’A. Testart prend toute sa plénitude : « La fosse est bien le piège le plus simple, elle est utilisée par les Australiens et par les Bushmen, mais il est difficile d’y voir une méthode typique des chasseurs-cueilleurs. Les Australiens emploient tout autant la grande fosse pour capturer l’animal tout entier (mais le gibier est toujours de taille modeste en Australie) qu’une fosse très étroite destinée à entraver la fuite de la bête sans la capturer entière (…). Selon divers auteurs anciens, les Bushmen auraient capturé les éléphants au moyen de fosses-pièges, mais il est possible que les Bushmen aient été confondus avec les Hottentots qui leur ressemblent physiquement mais qui sont des pasteurs, et dont on sait qu’ils pratiquaient cette forme de chasse. Il est probable que la fosse-piège ne devient une méthode de chasse fondamentale qu’après le Néolithique, chez des agro-pasteurs pour lesquels la chasse est une activité secondaire. » (Testart, 1985, p. 148).

156Sur un autre registre, le caractère « universel » de cette technique de chasse ne fait que mettre en exergue toute l’importance sociale (Sidéra, 2006) de la chasse en général dans n’importe quelle société préindustrielle : « De l’usage et de l’excellence de la chasse : c’est l’école de la guerre. » (Xénophon, De la Chasse, XII). On s’étonnera donc non pas d’en trouver, mais de ne pas en trouver.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Achard-corompt N., Bonnabel L., Friboulet M. Matterne V., 2003, Neuflize ‘Le Clos’ (08), Rapport de fouille, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 134 p.

Achard-corompt N., Bonnabel L., Boulen M., Brun O., Desbrosse V., Dugois F., Durost R., Fechner K., Garénaux V., Gestreau R., Koehler A., Lagatie C., Lambot B., Laurelut C., Le Goff I., Matterne V., Moreau C., Morize D., Paresys C., Culot S., Riquier V., Schidlowsky V., Tappret E., Tegel W., Truc M.-C., Vanmoerkerke J., 2006, « L’ACR La Plaine crayeuse et ses marges : un exemple d’intégration des données quantifiées issues de fouilles de grandes surfaces dans un programme de synthèse historique », in : Brun P., Marcigny C., Vanmoerkerke J. dir., Une archéologie des réseaux locaux : quelles surfaces étudier pour quelle représentativité ? Actes de la table ronde des 14 et 15 juin 2005 à Châlons-en-Champagne, Paris, éd. Errance, p. 64-71 (Les Nouvelles de l’Archéologie, 104-105).

Achard-Corompt G., Achard-Corompt N., Auxiette G., Desbrosse V., Fechner K., Moreau C., Peltier V., Riquier V., Vanmoerkerke J., 2010, « Chasse, culte ou artisanat ? Premiers résultats du projet de recherche relatif aux fosses à profil ‘en V-Y-W’ », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 107, no 3, juil.-sept. 2010, Paris, p. 588-591.

Achard-Corompt N., Auxiette G., Fromont N., Ghesquière E., Giazzon D., Kasprzyk M., Marcigny C., Riquier V., 2011, « Les fosses à profil ‘en V-Y-W’ / Schlitzgruben - retour sur une énigme », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir., Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve-d’Ascq, 2-3 oct. 2009, Amiens, p. 549-558 (Revue archéologique de Picardie, no spécial, 28).

Ahrens C., 1990, Wiederaufgebaute Vorzeit, archäologische Freilichtmuseen in Europa, Neumünster, Karl Wachholtz Verlag, 200 p.

Argueyrolles L., 2003, Oiry, ‘Les Ormissets – Champ du Parc’ (Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 50 p.

Augereau A., Brunet P., Costa L., Cottiaux R., Hamon T., Ihuel E., Langry-françois F., Magne P., Maingaud N., Mallet N., Martineau R., Mille B., Millet-richard L.-A., Polloni A., Renard C., Richard G., Salanova L., Samzun A., Sidéra I., Sohn M., 2007, « Le Néolithique récent dans le Centre Nord de la France (3400/3300-2800/2700 av. J.-C.) : l’avenir du Seine-Oise-Marne en question », in : Évin J. dir., Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, Congrès du Centenaire de la Société Préhistorique Française, Avignon, 21-25 sept. 2004, vol. 3, p. 165-184.

Auguste P., Patou-Mathis M., 1994, « L’aurochs au Paléothique », in : Aurochs le retour : aurochs, vaches et autres bovins de la préhistoire à nos jours, Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 13-26.

Bagolini B., Balista C., Biagi P., 1977, « Vhò, Campo Ceresole : scavi 1977 », Preistoria Alpina, 13, Trento, p. 67-98.

Bailleux G., Riquier V. avec la coll. de Bonnabel L., Paresys C., 2005, « Vatry à l’époque protohistorique », in : Lagatie Ch., Vanmoerkerke J. dir., Europort Vatry, les pistes de l’archéologie : quand la plaine n’était pas déserte…, DRAC Champagne-Ardenne / Inrap, Langres, éd. D. Guéniot, p. 35-59.

Barth E. K., 1983, « Trapping reindeer in south Norway », Antiquity, Vol. 57, no 220, July 1983, p. 109-115.

Bernhardt G., 1986, « Die linearbandkeramische Siedlung von Köln-Lindenthal : eine Neubearbeitung », Kölner Jahrbuch für Vor-und Frühgeschichte, 18/19, Köln, p. 7-165.

Betts A., Helms S., 1986, « Rock Art in Eastern Jordan : ‘Kite’ Carvings ? », Paléorient, 12, no 1, p. 67-72.

Betts A., Helms S., 1987, « The Desert ’Kites‘ of the Badiyat Esh-Sham and North Arabia », Paléorient, 13, no 1, p. 41-67.

Blehr O., 1973, « Traditional reindeer hunting and social change in the local communities surrounding Hardangervidda », Norwegian Archaeological Review, 6, no 2, p. 102-112.

Boelicke U., Brandt D. V., Lüning J., Stehli P., Zimmermann A. dir., 1988, Beiträge zur neolithischen Besiedlung der Aldenhovener Platte. Band 3 : Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 8, Gemeinde Aldenhoven, Kreis Düren, Köln/Bonn, 2 vol., 996 p., 747 fig. (Rheinische Ausgrabungen, 28).

Bonnabel L., 2010, « Dépôt de corps humains en structures réutilisées (ou détournées) durant la Protohistoire en Champagne-Ardenne : approche comparative avec les sépultures et éléments d’interprétation », in : Baray L., Boulestin B. dir., Morts anormaux et sépultures bizarres : les dépôts humains en fosses circulaires ou en silos du Néolithique à l’Âge du Fer, Actes de la 2ème table ronde interdisciplinaire “Morts anormaux et sépultures bizarres : questions d’interprétation en archéologie funéraire”, Sens, 29 mai-1er avril 2006, Dijon, éd. Univ. de Dijon, p. 99-112.

Braemer F., Echallier J.-C., 1995, « Nature et fonctions des ’Desert Kites‘ : données et hypothèses nouvelles », Paléorient, 21, no 1, p. 35-63.

Bremer W., 1913, « Eberstadt, ein steinzeitliches Dorf des Wetterau », Praehistorische Zeitschrift, V, 3/4, Leipzig, p. 366-435.

Brende B., 2006, Villreinfangsten som verdensarv : en ti tusen år lang tradisjon, UNESCO, 94 p.

Brisson A., Hatt J.-J., 1953, « Les nécropoles hallstattiennes d’Aulnay-aux-Planches », R.A.E., t. IV, 1953, p. 195-232.

Brunaux J.-L., Méniel P., 1983, « Le sanctuaire de Gournaysur-Aronde (Oise) : structures et rites, les animaux du sacrifice. Les Celtes dans le nord du Bassin parisien », Revue archéologique de Picardie, no 1-1983, p. 165-173, 6 fig., 2 tab.

Bruner U., 2009, « Les pièges de chasse antiques au Yémen », Chroniques yéménites, 15, p. 29-34.

Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Magne P., Richard H., Salanova L., Samzun A., 2008, « Les ensembles céramiques de la fin du IIIe millénaire (2300-1900 avant notre ère) dans le centre-nord de la France », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 105, no 3, juillet-sept. 2008, p. 595-616.

Brunet P., Durbet G., Hadjouis D., 2008, « Un site du Bronze ancien : ‘Le Grand Godet’ à Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) », Revue archéologique d’Île-de-France, t. 1, p. 95-112.

Buttler W., Haberey W., 1936, « Die bandkeramische Ansiedlung bei Köln-Lindenthal », Römisch-Germanische Forschungen, 11, Berlin/Leipzig, W. de Gruyter, 2 vol. : 168 p. + 83 fig.

Cahen D., 1985, « I : résultats des fouilles à Darion en 1984 », Bull. de la Société royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire, 96, Bruxelles, p. 7-16.

Cavulli F., 2007, « Les structures anthropiques interprétables du Néolithique ancien en Italie septentrionale », in : Frère- Sautot M.-Ch. dir., 2006, Des Trous… Structures en creux pré-et protohistoriques, Actes du colloque international de Dijon, Baume-les-Messieurs (France), 24-26 mars 2006, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 371-390.

Cavulli F., 2008, Abitare il Neolitico : le più antiche strutture antropiche del Neolitico in Italia Settentrionale, Trento, Ed. Univ. degli studi di Trento, 480 p. (Preistoria Alpina, 43 – Suppl., 1).

César, La Guerre des Gaules, trad. de M. Rat, Paris Flammarion, 1964.

Chossenot D., Sauget J.-M., Sauget B., 1984, « Fouilles de sauvetage d’une nécropole protohistorique à Oiry, Le Champ du Parc (Marne) », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, no 4, p. 3-12.

Cottiaux R. (coord.), André M.-F., Ard V., Augereau A., Bruent P., Giovannacci S., Hamon T., Ihuel E., Langry-François F., Magne P., Maingaud A., Mallet N., Martin S., Martineau R., Mille B., Millet-Richard L.-A., Polloni A., Praud Y., Renard C., Richard G., Rodot M.-A., Salanova L., Samzun A., Sohn M., 2006, Rapport d’activité du PCR ‘Du Néolithique récent à l’Âge du Bronze ancien dans le Centre Nord de la France : définitions et interactions des groupes culturels’, 130 p.

Delattre V., 2010, « Les dépôts en silos laténiens : une pratique cultuelle ? Dépôts atypiques et manipulations de corps au second Âge du Fer : l’exemple de la confluence Seine-Yonne Seine-et-Marne », in : Baray L., Boulestin B. dir., Morts anormaux et sépultures bizarres : les dépôts humains en fosses circulaires ou en silos du Néolithique à l’Âge du Fer, Actes de la 2ème table ronde interdisciplinaire “Morts anormaux et sépultures bizarres : questions d’interprétation en archéologie funéraire”, Sens, 29 mai-1er avril 2006, Dijon, éd. Univ. de Dijon, p. 113-126.

Desbrosse V., Peltier V., 2010, « Pont-sur-Seine, Le Haut de Launoy : premier aperçu des fouilles 2009 et 2010 », Internéo, 8, Paris, p. 111-115.

Desbrosse V. et coll. de Gelliot E., Duda D., 2003, Oiry, ‘La Goutte d’Or’ (Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 33 p.

Desbrosse V., Rousseau P., Duda D. coll., 2004, Oiry, ‘La Goutte d’Or’ (Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 38 p.

Desbrosse V. et coll. de Bévière P., Gervais A., Degobertière S., Avival F., Duchêne B., Peltier V., Auxiette G., Duda D., 2008, Bazancourt - Pomacle, ‘Le Montant de la Sorcière, Le Chemin de Lavannes, Le Mont de Pomacle’, zone i, tranche 4 (Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 122 p.

Diderot D., d’Alembert J. R., 1753 [réed. 2003], Encyclopédie : chasses - pêches, Paris, éd. Bibliothèque de l’Image, 2003.

Dietsch-Selami M.-F., Durand St., Verdin P., 2008, « Traitement des plantes textiles à Maurecourt ‘ La Croix de Choisy’(Yvelines) au Néolithique ancien », Les Nouvelles de l’archéologie, 114, déc. 2008 (numéro spécial « Archéologie des textiles et teintures végétales »), Paris, p. 28-32.

Durand S., Bémilli C., Bonnardin S., Dietsch-Sellami M.-F., Durand J., Hamon C., Maigrot Y., Praud Y., Verdin P., 2006, « Présentation du site Néolithique ancien de Maurecourt ‘La Croix de Choisy’ (78) », in : Internéo, 6, Paris, Ass. Internéo, p. 19-32.

Fechner K., 2000, « Comparaison des histoires sédimentaires des fossés protohistoriques étudiés en Belgique et dans le Nord de la France », Revue archéologique de Picardie, no 1/2-2000, p. 23-56.

Fechner K., à paraître in : Kasprzyk M. et alii, en cours, Saint-Martin-sur-le-Pré, ‘Le Goguerne’ et ‘La Noue Hermande’ (secteur B), Rapport de fouille, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Saint-Martin-sur-le-Pré.

Fechner K., 2009, « Analyses pédologiques du site de Oiry : observations de terrain et analyses dans des fosses au profil en fente », in : Moreau C., Chevalier A., Fechner K., Tegel W., Vrydaghs L., Wattez J., 2009, Oiry, ‘La Goutte d’Or, Les Ormissets’ (Marne), Rapport de fouille, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, St-Martin-sur-le-Pré.

Fechner K., Wattez J., David C., Chevalier A., Durand J., Riquier V., Durand S., Bostyn F., avec la coll. de Vrydaghs L., Verdin P., Achard-Corompt N., Berga A., Desbrosse V., Kasprzyk M., Lemaire P., Moreau C., 2011, « Fosses étroites aux parois sub-verticales dans le nord de la France : apport des sciences naturelles à leur interprétation fonctionnelle et comparaison avec les données archéologiques », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir., Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve-d’Ascq, 2-3 oct. 2009, Amiens, p. 523-548 (Revue archéologique de Picardie, no spécial, 28).

Fercoq du Leslay G., Fechner K., Court-Picon M., Loicq S., 2011, « Functional and spatial interpretation of the sanctuary and enclosures of Ribemont-sur-Ancre (Somme) : the role of palaeo-environmental studies, in : Fechner K., Devos Y., Leopold M., Völkel J. dir., Archaeology, soil-and life sciences applied to enclosures and fields, Proceedings of the session ‘From microprobe to spatial analysis – Enclosed and buried surfaces as key sources in Archaeology and Pedology’, European Association of Archaeologists, Krakow, 2006, Oxford, Archaeopress, p. 65-106 (BAR, International Series, 2222).

Fock H., Goffioul C., Cornélusse F., 1998, « Fouille d’un habitat rubané à Remicourt, au lieu-dit Fond de Momalle, secteur III », Notae Praehistoricae, 18, p. 123-129.

Fournand S., 2011, Romilly-sur-Seine ‘Le Bas Ru’, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, St-Martin-sur le-Pré, 34 p.

Th., 1991, « L’organisation spatiale des habitats néolithiques de la Marne », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 84, p. 3-24.

Gestreau R., Jemin R., 2011, Arcis-sur-Aube ‘Le Prieuré’ : un ensemble funéraire et cultuel gallo-romain, Reims, Soc. archéologique champenoise, 212 p. (Bull. de la Société archéologique champenoise, t. 103, année 2010, no 2).

Gronenborn D., 1989, « Neue Überlegungen zur Funktion von Schlitzgruben », Archäologisches Korrespondenzblatt, 19, no 4, Mainz, p. 339-342.

Guintard Cl., 2005, « Le cornage primigène (ou primigenius) : caractéristiques, variabilité et intérêt pour l’aurochs reconstitué » [ressources électronique], Revue de Paléobiologie, p. 259-269.

Gyöngyössy M. éd., 2008, Perspectives on the past : major excavations in County Pest, Pest, Megyei Muzeumok Igazgat, 119 p.

Hachem L., 2011, « Les faunes du Néolithique moyen dans le Nord de la France : bilan et pistes de recherches », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir., Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29e colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuved’Ascq, 2-3 oct. 2009, p. 313-32 (Revue archéologique de Picardie, no spécial, 28).

Hauzeur A., Collin J.-P., Naton H.-G., Bernard-Guelle B., Fernandes P., 2010, « Un site d’exploitation néolithique dans le complexe minier du Pays d’Othe : fouille préventive à Mesnil-Saint-Loup – Les Vieilles Vignes (Aube, France) », Notae Praehistoricae, 30, p. 57-71.

Höhn B., 1993, « Vorbericht über die Ausgrabungen in der bandkeramischen Siedlung von Grossseelheim, Stadt Kirchhain, Kr. Marburg-Biedenkopf », Berichte der Kommission für Archäologische Landesforschung in Hessen, 2, 1992/93, Bonn, R. Habelt, p. 7-17.

Humbert L., 2001, Oiry, ‘Avenue Pierre et Marie Curie’ (Marne), Rapport d’évaluation archéologique, Afan/SRA Champagne-Ardenne.

Imamura K., 1996, Prehistoric Japan : new perspectives on Insular East Asia, London, UCL Press, 246 p.

Jeannin A., 1947, L’éléphant d’Afrique : zoologie, histoire, folklore, chasse, protection, Paris, Payot, 255 p.

Jeunesse C., 1993, « Colmar ‘Route de Rouffach’ (Bas-Rhin) : fouilles 1985-1986 », Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 9, p. 1-70.

Jeunesse C., Lefranc P., 1999, « Rosheim ‘Sainte-Odile’ (Bas-Rhin) : un habitat rubané avec fossé d’enceinte », Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 15, p. 1-111.

Jeunesse C., Sainty J., 1991, « Bischoffsheim ‘Le Village’ (Bas-Rhin) : un habitat rubané avec céramique de la Hoguette », Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 7, p. 15-57.

Jordhøy P., 2008, « Ancient wild reindeer pitfall trapping systems as indicators for former migration patterns and habitat use in the Dovre region, southern Norway », Rangifer, 28 (1), p. 79-87.

Kind C.-J., 1989, Ulm-Eggingen : die Ausgrabungen 1982 bis 1985 in der bandkeramischen Siedlung und der mittelalterlichen Wüstung, Stuttgart, 499 p. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 34).

Kneipp J., Büttner H., 1988, « Anthropophagie in der Bandkeramik », Germania, 66, p. 489-498.

Koehl K., 1914, « Ältere und jüngere Spiralmäanderkeramik », Mannus, Bd VI, Heft 1/2, Würzburg, p. 54-84.

Lanchon Y., Brunet P., Brunet V., Chambon P., 2006, « Fouille de sauvetage d’un monument funéraire et d’une enceinte néolithiques à Vignely ‘La Noue Fenard’ (Seine-et-Marne) : premiers résultats », in : Duhamel P. dir., Impacts interculturels au Néolithique moyen : du terroir au territoire : sociétés et espaces, Actes du 25ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 20-21 oct. 2001, Dijon, p. 335-352 (25ème suppl. à la R.A.E.).

Laurain M., 1985, Notice explicative de la carte géologique (feuille Avize, no 158, 1/50 000e), BRGM, Orléans, 37 p.

Laurelut C., 2007, Chouilly, ‘La Haute Borne’, Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 16 p.

Lee R. B., DeVore I. dir., 1968, Man the hunter, Chicago, Aldine publ. Comp., 415 p.

Lefranc P., Arbogast R.-M., 2000, « L’habitat Néolithique moyen et récent de Holtzheim ‘zone d’activités-phase 3’ (Bas-Rhin) », in : Internéo, 3, Paris, p. 59-72.

Lefranc P., Mauvilly M., Arbogast R.-M., 1999, « L’habitat Néolithique moyen (cultures de Grossgartach et de Roessen) de Rosheim ’Laser‘ (Bas-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 15, p. 113-151.

Lehner H., 1912, « Prähistorische Ansiedlungen bei Plaidt an der Nette », Bonner Jahrbuch, 122, p. 271-310.

Lehner H., 1913, « Mitteilungen aus den Lokalvereinen : bonner anthropologische Gesellschaft », Korrespondenz-Blatt der Deutschen Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte, XLIV, 4, Hamburg, p. 30-32.

Lehner H., 1917, « Vorgeschichtliche Ansiedlungen bei Sarmsheim an der Nahe », Bonner Jahrbuch, 124, p. 104-133.

Lenneis E., 2009, Rosenburg im Kamptal, Niederösterreich : ein Sonderplatz der älteren Linearbandkeramik, Bonn, R. Habelt, 265 p. (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, 164).

Lenneis E., à paraître, « Beobachtungen zu frühneolithischen Schlitzgruben », in : Anders A., Kulcsár G., Festschrift zum 60. Geburtstag von Pál Raczky, Budapest, Prehistoric Studies.

Lenneis E., Stadler P., Windl H., 1996, « Neue 14C-Daten zum Frühneolithikum in Österreich », Préhistoire Européenne, 8, Liège, p. 97-116.

Leroi-Gourhan A. dir., 1988, article « Aurochs », in : Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses Univ. de France, p. 88.

Linares Olga F., 1976, « ‘Garden Hunting’ in the American Tropics », Human Ecology, 4, no 4, p. 331-349.

Lindig S., 2002, Das Früh-und Mittelneolithikum im Neckar-mündungsgebiet, Bonn, R. Habelt, 257 p. (Universitäts-forschungen zur prähistorischen Archäologie, 85).

Lippmann E., 1985, « Neolithische Schlitzgruben von Erfurt », Ausgrabungen und Funde, 30, no 5, Berlin, Akademie-Verl., p. 203-207.

Lorblanchet M., 1994, « Aurochs et bisons dans l’art Paléolithique », in : Aurochs, le retour : aurochs, vaches et autres bovins de la préhistoire à nos jours, Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 27-65.

Maclellan Mann L., 1903, « Reports on the excavation of prehistoric pile-structures in pits in Wigtownshire », Proceedings of the Scottish Society, 37, p. 370-415.

Makkay J., 2007, The excavations of the early neolithic sites of the Körös Culture in the Körös Vallez, Hungary : the final report, Atti della societa per la Preistoria a protostoria della regione Friuli-Venezia Giulia, 284 p. (Quaderno / Società per la preistoria e protostoria della Regione Friuli Venezia Giulia, 11).

Manolakakis L., Giligny F., 2011, « Territories and lithic resources in the Paris basin during the Middle Neolithic », in : Capote M., Consuegra S., Diaz Del Rio P., Terradas X. dir., Proceedings of the 2nd international conference of the UISPP commission on flint mining in preand protohistoric times, Madrid, 14-17 oct. 2009, Oxford, Archaeopress, p. 45-50 (BAR, International Series, 2260).

Mambou Bipikila Moukani, 2008, Interaction Hommes/Animaux chez les Gisir Gabon, Maîtrise de l’Univ. Omar Bongo, Département d’Anthropologie, Libreville.

Marchaisseau V., 2010, Romilly-sur-Seine (Aube) ‘La Belle-Idée/La Usée’, des fosses à profil ‘en Y, W’ et un enclos gallo-romain, Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, Saint-Martin-sur-le-Pré, p. 73.

Marcigny C., Riquier V., avec coll. de Achard-Corompt N., Auxiette G., Desbrosse V., Fechner K., Guesquière E., Giazzon D., Moreau C., Vanmoerkerke J., 2009, « Les sites à ‘fosses en V-Y’ : émergence d’une problématique et d’un réseau au niveau national », Archéopages, 25, p. 69-77.

Marolle C., 1989, « Le village Michelsberg des Hautes Chanvières à Mairy (Ardennes). I, Étude préliminaire des principales structures », Gallia Préhistoire, 31, p. 93-117.

Méniel P., 1987, Chasse et élevage chez les Gaulois (450-52 avant J.-C.), Paris, éd. Errance, 153 p. (Coll. des Hespérides).

Meunier K., Sidéra I., Arbogast R.-M., 2003, « Rubané et groupe d’Entzheim à Pfulgriesheim Langgarten et Buetzel (Bas-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 100, no 2, p. 267-292.

Mordant Cl. dir., 1989, Dynamique du Bronze moyen en Europe Occidentale, Actes du 113ème congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du CTHS, 603 p.

Mordant Cl., 1996, « Le Bronze ancien en Bourgogne et dans le sud-est du Bassin parisien », in : Mordant Cl., Gaiffe O. dir., Cultures et sociétés du Bronze ancien en Europe, Actes du 117ème congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Paris, éd. du CTHS, p. 483-492.

Moreau C., Chevalier A., Fechner K., Tegel W., Vrydaghs L., Wattez J., 2009, Oiry, ‘La Goutte d’Or, Les Ormissets’ (Marne), Rapport de fouille, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, St-Martin-sur-le-Pré, 241 p.

Murray H. K., Murray J. C., Fraser S. M., 2009, A tale of the unknown unkowns : a mesolithic pit alignment and a neolithic timber hall at Warren Field, Crathes, Aberdeenshire, Oxford, Oxbow Books, 132 p.

Nadel D., Bar-Oz G., Avner U., Boaretto E., Malkinson D., 2010, « Walls, ramps and pits : the construction of the Samar Desert kites, southern Negev, Israel », Antiquity, 84, no 326, p. 976-992.

Ono A., Sato H., Tsutsumi T., Kudo Y., 2002, « Radiocarbon dates and archaeology of the Late Pleistocene in the Japanese Islands », Radiocarbon, 44, no 2, p. 477-494.

Paret O., 1910, « Das Steinzeitdorf bei Monrepos », Fundberichte aus Schwaben, 18, p. 6-8.

Pascal M., Lorvelec O., Vigne J.-D., Keith P., Clergeau P. coord., 2003, Évolution holocène de la faune de Vertébrés de France : invasions et disparitions, INRA/CNRS/Muséum National d’Histoire Naturelle, p. 96-98 (Rapport au Ministère de l’Écologie et du Développement durable, version définitive du 10 juillet 2003).

Perevolotsky A., Rosen B., 1998, « The function of ‘desert kites’ : hunting or livestock husbandry ? », Paléorient, 24, no 1, p. 107-111.

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre VIII, Paris, éd. G. Budé, p. 31.

Pth, 1998 = Base de données constituée entre 1994 et 1998 dans le cadre du Programme national Diversité biologique (PNDB) du CNRS (Programme Environnement, Vie et Société) pour les besoins du projet « Processus Tardiglaciaires et Holocènes de mise en place des faunes actuelles » (PTH). Gestion scientifique de la base : Archéozoologie et Histoire des Sociétés, CNRS - Muséum National d’Histoire Naturelle (ESA 8045), Paris.

Rémy A., Laurelut C., 2010, « Plichancourt Les Communes (Marne) : une enceinte du Néolithique moyen aux marges du Bassin parisien : premières données », Internéo, 8, p. 89-99.

Riquier V., Barrois P., Bonnabel L., Decocq O., Deligne F., Fechner K., Guimard D., Joly V., Leconte S., Leyenberger C., Matterne V., Saurel M., Talour S., Verbrugghe-Pilarek P., 2010, Bussy-Lettrée (51) ‘ZAC 2 Europort Vatry’ sites 3, 7, 9, 11, 16, 17, 18, 22, 23, Rapport de fouille, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, 2 vol. : 205 et 340 p.

Riquier V., Auxiette G., Demecquenem A., Duda D., Durost R., Fechner K., Marchaisseau V., Oudry S., Segain E., Saurel M., Toulemonde F., Turé I., Zipper K., 2011, Saint-André-Les-Vergers (10) ‘Echenilly’, Rapport de fouille, Inrap/SRA Champagne-Ardenne.

Riquier V. et alii, en cours, Buchères, Moussey, St-Léger-Près-Troyes ‘Parc Logistique de l’Aube’, Rapport de fouille, Inrap/SRA Champagne-Ardenne.

Sato H., 2010, « Late Pleistocene trap-pit hunting in the Japanese Archipelago », Quaternary International, 30, doi:10.1016/j.quaint.2010.11.026

Selinge K. G., 1974, « Fångstgropar. Jämtlands vanligaste fornlämningar », Fornvårdaren, 12, Jämtlands läns museum, 39 p.

Sheridan A., 2002, « The radiocarbon dating programmes of The National Museums of Scotland », Antiquity, 76, no 293, p. 794-796.

Sheridan A., 2005, « Pitfalls and other traps », The Archaeologist, [Institute of Field Archaeologists] Autumn 2005, no 58, Reading, p. 20-21.

Sidéra I. dir., 2006, La chasse : pratiques sociales et symboliques, Paris, de Boccard, 266 p. (Colloques de la Maison René Ginouvès, 2).

Skorupka M., 2010, « Les ‘desert kites’ yéménites », Chroniques yéménites, 16, p. 5-14.

Stocker P., 1999, Oiry, ‘Avenue Pierre et Marie Curie’ (Marne), Rapport de diagnostic archéologique Inrap/SRA Champagne-Ardenne.

Struck W., 1984, « Schlitzgräbchen im Kaiserstuhlgebiet », Archäologische Informationen, Vol. 7, no 1, Bonn, p. 13-17.

Tappret É., Villes A., 1996, « Contribution de la Champagne à l’étude du Néolithique ancien », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du XVIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, Dijon, p. 175-256 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Testart A., 1985, Le Communisme primitif, I : économie et idéologie, Paris, éd. de la M.S.H., 549 p.

Thévenard J.-J. et coll. de Degobertière S., Huard P., Rolly I., 2009, Oiry, La Goutte d’Or (Marne), Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Champagne-Ardenne, St-Martin-sur-le-Pré, 70 p.

Thomas Y., 2007, Courtisols (Marne) ‘les Ouches de Saint-Martin’, Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Châlons-en-Champagne, 32 p.

Trinquier J., Vendries Ch. dir., 2009, Chasses antiques : pratiques et représentations dans le monde gréco-romain (iiie s. av.-ive s. apr. J.-C.), Actes du colloque international de Rennes, 20-21 sept. 2007, Rennes, Presses Univ. de Rennes, 276 p.

Van de Velde P., 1973, «Rituals, Skins and Home the Danubian ‘Tan-Pits’», Analecta Praehistorica Leidensia, Jaargang 06, p. 50-65.

Vansina J., 1985, « Esquisse historique de l’agriculture en milieu forestier (Afrique équatoriale) », Muntu, Revue scientifique et culturelle du CICIBA, no 2, p. 5-34.

Van Vuure C. T., 2002, History, morphology and ecology of the Aurochs (Bos taurus primigenius), Lutra 45-1. Online pdf (603 kB) Also available in Dutch : Van Vuure C. T., 2002, Historie, morfologie en ecologie van de oeros (Bos taurus primigenius), Lutra 45-1.

Van Vuure C., 2005, Retracing the aurochs : history, morphology and ecology of an extinct wild ox, Sofia, Pensoft Publishers, 432 p.

Verbrugghe G. dir., Delor-Ahü A., Thiol S., Wiethold J., 2011, Nouveaux indices d’occupations néolithiques, protohistoriques et gallo-romains sur la rive gauche de la Marne : Loisy-sur-Marne (Marne), ‘ZAC de la Haute Voie, phase 4’, Rapport de diagnostic, SRA/Inrap, Saint-Martin sur le Pré, 112 p.

Verlinde A. D., 2004, « De Germaanse nederzetting te Denekamp binnen een regionaal archeologisch kader van de Romeinse tijd », Overijsselse Historische Bijdragen, 119, p. 57-92.

Vigne J.-D., 2003, « Domestication animale et biodiversité : quand l’homme s’approprie l’animal », in : Michaud Y. dir., Qu’est-ce que la diversité de la vie ? Université de tous les savoirs, Paris, O. Jacob, p. 207-233.

Vigne J.-D., Lorvelec O., Pascal M., 2003, « L’Aurochs : Bos primigenius Bojanus, 1827 », in : Pascal M., Lorvelec O., Vigne J.-D., Keith P., Clergeau P. coord., Évolution holocène de la faune de Vertébrés de France : invasions et disparitions, INRA/CNRS/Muséum National d’Histoire Naturelle, p. 96-98 (Rapport au Ministère de l’Écologie et du Développement durable, version définitive du 10 juillet 2003).

Vladar J., Lichardus J., 1968, « Erapportrschung des Frühäneolithischen Siedlungen in Branč », Slovenska Archeologia, XVI-2, Vydavatelstvo Slovenskej Akademie Vied, p. 263-352.

Wolff G., 1911, « Neolithische Brandgräber in der Umgebung von Hanau », Praehistorische Zeitschrift, III, 1/2, Leipzig, p. 1-51.

Xénophon, De la Chasse / Κυνηγετιχός, Texte traduit par E. Talbot, Paris, Hachette, 1859.

Annexes

Annexe 1. Liste des structures du corpus régional

Annexe 1 (2)

Annexe 1 (3)

Annexe 1 (4)

Annexe 1 (5)

Annexe 1 (6)

Annexe 1 (7)

Annexe 1 (8)

Annexe 2. Liste des datations radiocarbone régionales

RESULTS FROM A RESEARCH PROGRAM REFERRING TO PITS WITH V-, W-, Y-SHAPED SECTIONS AND OTHERS IN CHAMPAGNE-ARDENNE

Nathalie Achard-Corompt, Ginette Auxiette, Kai Fechner, Vincent Riquier, Jan Vanmoerkerke

Abstract

1. History of research

Investigations made during archaeological rescue operations have frequently yielded, alongside known and characterized remains, features of which the interpretation remains difficult. Amongst these is a series of pits of which the main descriptive elements (morphology, filling, dating) allow to identify a quite particular type la belled “pits with V-, W-and Y-shaped sections” for the needs of regional research.

A large number of these features (n = 266) has been discovered in Champagne from the 2000s on, that has stimulated the development of a regional research program. It has to be noted that the high number of discoveries is closely linked with the development of rescue archaeology accompanied by systematic sounding and large-scale excavations.

2. Different sub-types of the same type of pit

Oval-, oblong-or rectangular-shaped in plan, these pits show an I-, U-, V-, Y-shaped transverse section and/or sometimes a W-shaped longitudinal section. They are dug into the soil down to an average depth of 1 to 2 m, up to 3 m for the most important. Independent from their sections, their common points are the following: an elongated shape in most of the cases associated with narrow and deep digging up. The pits with V-and Y-shaped sections are the sub-types most frequently observed (60%) in Champagne-Ardenne. They are followed by the W-shaped pits and then the I-and U-shaped pits.

The pits with V-and Y-shaped section are quite similar in plan and depth. They are more compact than the pits with W-shaped section and they are, in average less deep. In the first case it can be wondered why one profile section had been chosen rather than an other. The digging out of a pit with Y-shaped section seems to be more difficult than the one of a pit with V-shaped section given the narrowness of the lower part. This is the matter of the ensuing discussion.

3. Pit fillings

The pits have been dug in varying substrata showing strong differences with regard to their physical properties. Nonetheless, general trends can be observed and three main phases can be distinguished within the fillings of the pits. The first phase corresponds to the period of use, the second to the abandon and the third phase starts once the sides have stabilized. Independent from the type of section, the filling of the pits follows almost the same pattern:

- central and lower part of the filling: alternating deposits of ambient material and humi ferous sediments. The layers built by ambient material are stronger represented and frequently hardened;

- upper part of the filling (upper third): loose humiferous sediment backfilling the pit after the stabilization of the section.

The bottom of the pits is lined by a silt layer with a thickness varying from some centimetres up to 20 cm according to the pits. In chalky soils, the latter appears as a greyish level that corresponds most probably to the mixing of an initial horizon of black humic matter stemming from the plain with the chalky substratum.

This first horizon is overlain by a heterogeneous deposit that backfills generally between one third and half of the pit. This layer is mainly composed of substratum; but near to the sides of the pits multilayered thin silt deposits appear, that probably mirror successions of punctual or seasonal phenomena.

The uppermost part of the pits is formed by strongly humic, silty soil that fills approximately the upper third of the pit. It is likely, that this deposit is in reality multilayered. Its bottom may, in distinct cases, indicate a phenomenon of soil formation. The upper part is thought to be backfilled by natural deposits but also by considerable anthropic deposits related to the levelling of the area.

As the sides are nearly vertical, the question of their stabilisation may be asked, notably when the pits are dug into loose or weathered soils. A timber framework can take various forms (planks, clay plastering,…) and the traces that can be observed consequently vary according to the substrata but also according to the different types of sediment retention. Confirmed cases of timber framework are very rare but subtle indications allow to propose a construction made of organic matter (timber). Moreover, the existence of timber frameworks in stable chalky soils raises the question of their veritable function which would not have aimed at preserving the sides from their alteration but first and foremost the objectives of the pits, i. e. diminishing or increasing the asperities of the sides.

4. Artefacts

The particularity of their section is one of the characteristics of these pits, the absence or scarcity of vestigial remains in their filling is another. It is likely that the explanation is related to their function(s) and their spatial localization. Small quantities of vestigial remains, – animal bones, pottery fragments, lithic industry – have been recovered from 24% of the pits. The presence of remains over the whole filling sequence of the feature is very rare: the major part of the material stems from the upper levels. However, at bottom of the pit remains of big wild herbivores is observed most frequently (aurochs and deer).

Faunal remains can be subdivided into two broader categories: very fragmented refuse on the one side and specific accumulations resulting from intentional actions on the other.

Bones corresponding to refuse are characterized by their fragmentation and their attribution to a large range of animal species that group together mainly the most common wild species (deer, roe deer, hare, wild boar). Only in rare cases, fragments stemming from domestic species (pig, cattle, horse and sheep) are found. They are mostly, though not exclusively, recovered from the upper levels of the fillings.

In cases in which the assemblages are quoted as “specific”, it can be stated that they are located in the lower part or at bottom of the filling of the pit. The concerned species are exclusively wild and dominated by the aurochs followed by deer. Wild boar is less important in these assemblages. Their temporal distribution shows no selection of preferential wild species between the Neolithic and the Bronze Age. The part of wild animals is predominant and more particularly not in accordance with the faunal spectra recovered from protohistoric settlements of these periods. As a matter of fact, though the part of wild fauna is important during the Neolithic and the Bronze Age, the specificity of these assemblages stemming from contexts distant from the settlements has to be admitted.

5. Cases of re-use

Obviously, some of these pits had a second life and served different usages at an advanced stage of their filling. Actually, three types of re-use can be listed, as sepulchral pit for inhumations, as refuse pit of a settlement or as working pit for ovens. These re-uses only occur during the later phases when the sides have stabilized and the when the pit appears as a shallow depression.

Concerning human bones, the intervals calculated from the radiocarbon measurements date to the end of the Middle Neolithic and to the Final Neolithic.

According to the archaeological material, these re-uses lead to the assumption of significant environmental transformation at the moment when the filling is almost completed, a long period of time after theirconstruction.

6. Chronological arguments

The chronological elements available for these pits are the artefacts and the radiocarbon dates. As almost the entire diagnostic cultural material only provides information about the surrounding human activity at a very late stage of the filling, the chronology is primarily established on radiocarbon dating. Most of the samples are charcoals, followed by faunal remains and human bones. The most precise sampling, made at bottom of the pit, is considered to be representative, both concerning its proportion within the assemblage (65%) and its spatial implantation as well as type of environment (60% of the dated sites).

The frequency histogram of the cumulated dates spans over a long period of time, between 5700 and 700 BC. The time span 5700/5000 BC is based on only two samples and these results are not representative from the strict statistical point of view. The major part of the dates can be subdivided into two large chronological groups, the greater one being centred on the Neolithic (77% of the dates) between 4600 and 2500 BC, the other on the Bronze Age between 1900 and 700 BC. Concerning the first group, the frequency peak is situated between 3700 and 3200 BC, at the end of the Middle Neolithic and during the Late Neolithic followed by a slow and progressive decrease during the Final Neolithic. Between 2450 and 1900 BC, during the second half of the Final Neolithic and the dawn of the Early Bronze Age, a clear rupture between these two chronological groups can be observed. Compared to the Neolithic period, this practice of pit construction seemingly is less developed during the Bronze Age: the second frequency peak is situated at the very end of the Bronze Age between 900 and 750 BC, preceding the extinction of the phenomenon.

Experimental studies made on a small series of pits aiming at estimating the duration of the filling process are yet not very numerous. They suggest, however, that the complete filling of a pit may take several centuries, even if the speed of sedimentation does not follow a linear curve: the pits are swiftly, even very swiftly backfilled prior to the stabilization of the section, then slowly, even very slowly after the stabilization, depending on the environment and surrounding human activity.

7. Spatial distribution and organization of the pits

78% of the pits are located in the chalky plain, the main geomorphological unit of the regional landscape out of the large alluvial corridors. The plateau areas strictly speaking are not documented but this results from serious lack of rescue archaeology as only few investigations were conducted there. Within the more precise topography of this plain, 53% of the pits are located in versants, large sloping areas that constitute the larger part of the chalky plain. These are also areas which are quite distant from the water courses. Thus, the pits are dug within various spaces and they mirror relative adaptability to the local topographic context. The choice of their implantation seemingly is not determined by very particular constraints (topographic niches) nor does it answer the assumed attraction of the alluvial valleys or water courses, even the contrary. As a consequence of this topographic choice, the subsoil into which these pits have been dug is mainly chalky soil (58%) or compact mix of limestone and clay, followed by silty soils (merely 35%) and finally gravel (7%).

The spatial relationship between the pits and the hydrographic network confirms a clear “preference” for water courses situated outside the large alluvial valleys (71% against 29%). Concerning the distance from the closest water course, it varies between 60 and 4630 m, with an average of 913 m. Thus, the pits do not disregard the large valleys, they show, however, a clear preference for plain areas situated out of the large valleys. Furthermore, with regard to the average distance situated between 900 and 1000 m, it can be concluded that they are not particularly clustered next to water courses in general. Moreover their close proximity to very small streamlets has to be challenged with regard to the structural data of the landscape. As a result from these conclusions is that areas affected by the groundwater sheet near to the surface are deliberately avoided for the construction of pits. This assertion has to be analyzed more precisely, more particularly concerning the pits located in the large alluvial valleys.

In addition, the archaeological investigations attest to the presence of groups of pits suggesting that assemblages have been made as planned complexes. In several cases, parallel alignments of pits can be observed. But the most frequent pattern remains the one of scattered features without obvious organization. The dating of all the pits of one single assemblage, arranged in rows or scattered, crossed with systematic palaeoenvironmental studies (ancient topography, plant cover, micro-climate, etc.) would permit to evaluate the hypothesis of synchronous or succeeding use of these features. Finally, distinct pits are seemingly isolated. Here too, the causes may be multiple: too small dimensions of the investigated area, implantation responding to environmental constraints difficult to recognize today.

8. An overview of these features in and outside Europe

The present study has led to the statement that this type of pit is not only distributed in a series of European countries but that it has also striking archaeological parallels in other, sometimes very distant regions (Scandinavia, Japanese archipelago, Near-East).

Identified at the beginning of the 20th century in Germany and designated as “slot pits (Schlitzgruben)”, this type of pit has first been discovered during excavations of Early Neolithic Linear Pottery settlements in the Rhine valley and in Southern Germany/Swabia. The hypotheses put forward on their function illustrate the difficulties of interpretation: game pit, clay decantation pit, storing pit for meat, wind-protection, craftsman’s hoard, post hole, defensive barrage etc. The publication of the excavation of the Linear Pottery site at Köln-Lindenthal in 1936 was the occasion to put forward the hypothesis of “tan pits” that will be maintained over a long period of time. From the 1970s on, and during the ensuing decades, discoveries increased significantly in Germany but also in Central and Western Europe. The westernmost discoveries in France, in the Paris Basin, occurred late, from the 2000s on and they are less frequent. Examples from Central and Eastern Europe are yet rare but they increase, too, thanks to the very recent development of rescue archaeology. During the 2000s, the debate focusing on their function is resumed. By opposition to the traditional idea of tan pits, an alternative hypothesis related to the field of hunting turns back in the Netherlands, France and Germany. Other authors sustain also different craft options, ice pits, for example.

Favoured by the development of rescue archaeology, the map of continental Europe is thought to be continuously covered by new points of discoveries. However, these numerous and increasing discoveries do not equal the frequencies listed for comparable archaeological remains excavated in Scandinavia, in the Near-East or the Japanese archipelago. Though far away, these regions have yielded pits or complex featured systems associating pits that present a very large number of common traits with those from continental Europe. Despite the geographical and cultural distance between these areas, it would be unthinkable to leave these facts unmentioned.

The discoveries made in Scandinavia are quoted in this volume from the point of view of the very numerous investigations conducted in Norway. Yet, there is no synthesis published on the subject on the Scandinavian scale but estimations report several thousands of these features located in the core of the Scandinavian mountains (Jämtland in Sweden and southern Norwegian massif). The question of these pits has been raised from the early 1970s in Sweden and Norway. Currently, they are considered as trap pits for the capturing of big herbivore game, mainly reindeers and elks.

Amongst the featured systems associated with pits discovered in Scandinavia, the largest ones form funnels intended to steer and capture large herds of animals. They have been built in many regions in the world (Great Plains in North America, Siberia and Near-East). In the Near-East, well-documented through archaeological investigations, those systems are known as «desert kites». For a long time doubt was cast on their interpretation as hunting systems, however, specialists of this issue agree in demonstrating that there is no other interpretation excepted the one of a specific hunting system linked to distinct populations in these steppes and semi-deserts. The few “kites” really investigated seem to have been constructed during the end of the Neolithic and the beginning of the Bronze Age. At the opposite side of the world, the Japanese archipelago has also yielded an overwhelming number of sites including both, isolated or grouped pits. Research on this issue has started in 1970 at the occasion of rescue excavations. The considered period of time is very long as the first traps appear, though in small numbers, from the beginning of the Upper Palaeolithic and their number strongly increases during the Jōmon period. The last examples date to the late Jōmon period, at about 1500-1000 BC. The total number of pits is thus estimated to several millions of individuals. These pits mainly testify to hunting that focuses, after the extinction of big mammals at the end of the Pleistocene, on boar and Sika deer over several millennia.

9. Discussion: possibilities of functional interpretation

While attempting a synthesis of the different hypotheses put forward on this subject, they can be easily distributed over seven categories corresponding to three well-defined functional groups: one function of transformation of resources (tanning, rotting, weaving), a function related to the management of resources (food-storage, hunting) and a sacral function (ritual and religious practices). We have added an eighth craft category (production of vegetal tar) based on the morphological comparison of archaeological documents. The crossing of several criteria of analysis (subterranean location, necessary annexe equipment, facultative or necessary usage of the pit, caused damage, caused nuisance as well as physical or chemical traces left in the soil) allows to distinguish plausible hypotheses from implausible hypotheses. A first selection allows to put forward as a plausible hypothesis, a primary use as tanning, rotting, and hunting pits without excluding the hypothesis related to magic and religious practices as hazardous or secondary usage.

The decisive contribution of environmental indications and of material elements obtained within the regional research program allows further limitation of this array of possibilities. As a matter of fact, it seems that their implantation out of any permanently humid area crossed with the major role of local environmental conditions excludes for our region the hypothesis of craft processes as tanning or rotting.

Equally, the hypothesis that resists to these selective tests is currently the one of the trap considered as being an element of varying hunting techniques according to the objectives pursued by the concerned social group. If the trap function may go through ages and cultures without greater visible morphological variation, the conception and perception of the “trap” by the social group who uses it, is accompanied by completely diverging practices and ideas from one point to the other in the world, from one culture to the other. It is evident that the Neolithic populations in Champagne did not use these pits according to the same conceptual categories than those of the Bronze Age.

BILANZ DES FORSCHUNGSPROGRAMMS ZU DEN GRUBEN MIT V-, W-, Y-FÖRMIGEM QUERSCHNITT UND ANDEREN GRUBENTYPEN IN DER CHAMPAGNE-ARDENNE

Nathalie Achard-Corompt, Ginette Auxiette, Kai Fechner, Vincent Riquier, Jan Vanmoerkerke

Zusammenfassung

1. Forschungsgeschichte

Bei archäologischen Rettungsgrabungen treten, neben gut bekannten und beschriebenen Befunden, auch häufig Strukturen auf, deren Interpretation problematisch bleibt. Dazu gehört auch eine Reihe von Gruben, die aufgrund der beschreibenden Hauptelemente (Morphologie, Verfüllung, Datierung) zu einem besonderen Typ zusammengefasst werden können, der zu regionalen Forschungszwecken als „Gruben mit V-, W- und Y-förmigem Querschnitt“ bezeichnet wurden.

Seit der Jahrtausendwende wurde in der Champagne eine große Anzahl dieser Strukturen (n = 266) entdeckt. Dies gab Anlass zu einem auf regionaler Ebene durchgeführten Forschungsprogramm. Hierbei sei bemerkt, dass die Zunahme dieser Entdeckungen in engem Zusammenhang mit der Entwicklung der Rettungsarchäologie und der Anwendung einer systematischen Grabungspolitik großflächig angelegter Sondagen und Ausgrabungen steht.

2. Unterschiedliche Varianten desselben Grubentyps

Diese Gruben mit ovalem, länglichem oder rechteckigem Umriss in der Fläche besitzen einen I-, U-, oder V-förmigen Querschnitt und/oder bisweilen ein W-förmiges Längsprofil. Als tiefe Gruben angelegt, reichen sie im Durchschnitt in Tiefen von 1-2, bis zu 3 m für die größten Exemplare. Unabhängig von der Form des Querschnittes besitzen sie folgende Gemeinsamkeiten: eine in den meisten Fällen längliche Form in der Fläche, mit einem engen und tiefen Aushub. Die Gruben mit V-und Y-förmigem Querschnitt sind die Varianten, die am häufigsten (60%) in der Champagne-Ardenne beobachtet wurden. An zweiter Stelle rangieren die W-förmigen Gruben, gefolgt von den Gruben mit I-und U-förmigem Querschnitt.

In Bezug auf ihre Form in der Fläche und ihre Tiefe, sind die Gruben mit V-und Y-förmigem Querschnitt recht ähnlich. Sie sind gedrungener als die Gruben mit W-förmigem Profil, die im Durchschnitt weniger tief angelegt sind. Man kann sich im ersten Fall die Frage stellen, aus welchem Grund ein bestimmtes Profil bevorzugt wurde. Das Ausheben einer Grube mit Y-förmigem Querschnitt ist aufgrund der Verengung des unteren Teils schwieriger durchzuführen als das Ausheben einer Grube mit V-förmigem Profil. Die Anlage einer Struktur mit sehr spezifischer, zudem arbeitsaufwendiger Form, entspringt sehr präzisen Nutzungszwecken. Dies ist Gegenstand der nachfolgenden Diskussion.

3. Verfüllung

Die Gruben wurden in sehr unterschiedlichen Böden, die jeweils eigene Charakteristika aufweisen, angelegt. Indes können allgemeine Tendenzen beobachtet werden. So werden bei der Verfüllung der Gruben drei Hauptphasen unterschieden. Die erste steht im Zusammenhang mit der Nutzung, die zweite im Zusammenhang mit der Aufgabe und die dritte setzt nach der Stabilisierung der Grubenwände ein. Unabhängig vom Typ des Querschnittes, erfolgt die Verfüllung der Gruben fast immer nach demselben Schema:

- mittlere und untere Verfüllung: abwechselnde Lagen aus umgebendem Bodenmaterial und humushaltigem Sediment. Die Lagen aus umgebendem Bodenmaterial sind vorherrschend und oft verhärtet.

- obere Verfüllung (letztes Drittel): lockeres humushaltiges Sediment, mit dem die Grube nach der Herausbildung des Ausgleichsprofils verfüllt wird.

Der Grubenboden ist mit einer Schluffschicht ausgekleidet, deren Stärke je nach Gruben von wenigen Zentimetern bis zu 20 cm variiert. In kreidehaltigen Böden erscheint sie als graue Schicht, die vermutlich einem Gemisch aus der ursprünglich aus der Ebene stammenden schwarzen Humusschicht mit dem kreidehaltigen Substrat entspricht.

Im Allgemeinen wird dieser erste Horizont von einer heterogenen Schicht überlagert, die ein Drittel bis die Hälfte der Grubenverfüllung ausmacht. Diese Schicht besteht größtenteils aus Substrat, ist aber im Bereich der Grubenwände gewöhnlich mit dünnen Schluffschichten durchzogen, die möglicherweise aufeinanderfolgenden jahreszeitlichen oder punktuellen Phänomenen entsprechen.

Der oberste Teil der Gruben besteht aus sehr humusreichem Schluff, der etwa das obere Drittel der Verfüllung ausmacht. Es ist möglich, dass innerhalb dieser Sedimentablagerung in Wirklichkeit mehrere Schichten unterschieden werden müssen. In manchen Fällen können an der Unterkante einsetzende Bodenbildungsprozesse beobachtet werden. Es wird angenommen, dass der obere Teil durch natürliche Ablagerungen, möglicherweise auch durch massive, vom Menschen eingebrachte Ablagerungen im Zusammenhang mit Geländenivellierungen verfüllt ist.

Da die Grubenwände sehr steil sind, stellt sich die Frage nach ihrer Stabilisierung, insbesondere in lockeren oder verwitterten Böden. Eine Brunnenfassung kann unterschiedliche Formen annehmen (Bretter, lehmverputztes Flechtwerk…) und die beobachteten Spuren variieren daher je nach Substrat aber auch nach den verschiedenen Arten der Sedimentrückhaltung. Gesicherte Fälle von Brunneneinfassungen sind sehr selten, aber indirekte Hinweise erlauben es, eine aus organischem Material (Holz) gefertigte Konstruktion vorzuschlagen. Das Auftreten von Brunnenfassungen in stabilen kreidehaltigen Böden stellt zudem die Frage nach ihrer tatsächlichen Nutzung, deren Ziel nicht darin bestand, die Grubenwände vor ihrem Zerfall zu bewahren, sondern die in erster Linie der Grube diente, d. h. die Rauigkeit der Grubenwände auszugleichen.

4. Fundmaterial

Ebenso wie die besondere Form des Querschnittes, ist das Fehlen oder die Seltenheit von archäologischem Fundmaterial in der Verfüllung ein Charakteristikum dieser Gruben. Es ist möglich, dass sich dies aus ihrer/ihren Funktion(en) und Lage in der Fläche erklärt. Archäologisches Fundmaterial – Faunenreste, Keramikscherben, Steingeräteindustrie – wurde in kleinen Mengen in 24% der Gruben gefunden. Es ist extrem selten, dass Fundmaterial in der gesamten Verfüllungssequenz der Gruben auftritt: der größte Teil der Funde stammt aus den oberen Schichten. Hingegen werden am Grubenboden am häufigsten Reste von Großherbivoren beobachtet (Ur undHirsch).

Die Faunenreste können in zwei größere Kategorien unterteilt werden: einerseits stark fragmentierte Knochenabfälle und andererseits spezifische Knochenkonzentrationen, die auf Depots hindeuten.

Knochenreste, die als Abfälle zu werten sind, sind durch ihre Fragmentierung charakterisiert und gehören einem breiten Faunenspektrum an, das hauptsächlich die geläufigsten Wildtierarten umfasst (Hirsch, Reh, Hase, Wildschwein), sowie, in seltenen Fällen, Fragmente von Haustierarten (Schwein, Rind, Pferd und Schaf). Sie stammen größtenteils, wenn auch nicht ausschließlich, aus den oberen Verfüllungsschichten.

In Fällen, in denen die Ensembles als «besonders» identifiziert werden konnten, lässt sich feststellen, dass sie im unteren Teil der Verfüllung oder am Grubenboden auftreten. Bei den Tierarten handelt es sich ausschließlich um Wildtiere, unter denen der Ur, gefolgt vom Hirsch, dominiert. Das Wildschwein ist in diesen Fundensembles unbedeutend. Auf die chronologischen Phasen verteilt, kann zwischen dem Neolithikum und der Bronzezeit keine Auswahl von bevorzugten Wildtierarten festgestellt werden.

Der Wildtieranteil überwiegt und stimmt nicht unbedingt mit den Faunenspektren aus Siedlungen dieser Zeitperioden überein. Auch wenn dieser Wildtieranteil für das Neolithikum und die Bronzezeit groß ist, muss die Besonderheit dieser Ensembles, die aus Kontexten stammen, die weit ab von den Siedlungen liegen, hervorgehoben werden.

5. Fälle von Sekundärnutzung

Manche dieser Gruben wurden offenbar sekundär genutzt und erfüllten im fortgeschrittenen Stadium ihrer Verfüllung andere Funktionen. Beim aktuellen Forschungsstand können die Sekundärnutzungen drei verschiedenen Bereichen zugeordnet werden: Bestattungsgrube, Siedlungsabfallgrube oder Ofengrube. Diese Sekundärnutzungen treten nur in den Schichten, die nach dem Ausgleichsprofil abgelagert wurden auf, wenn die Grube nur noch als flache Mulde erscheint.

Die an Menschenknochen gemessenen Radiokarbondatierungen ergaben eine Zeitspanne zwischen dem Ende des Jungneolithikums und dem Endneolithikum.

Wie für das Fundmaterial, lassen diese Sekundärnutzungen eine einschneidende Modifizierung der Umgebung der Strukturen annehmen, zu einem Zeitpunkt, an dem die Verfüllung fast abgeschlossen ist, lange Zeit nach ihrer ursprünglichen Anlage.

6. Datierungen

Die Datierung dieser Gruben beruht auf dem archäologischen Fundmaterial sowie Radiokarbondatierungen. Da das gesamte Fundmaterial fast ausschließlich Informationen zur menschlichen Besiedlung in der Umgebung zu einem sehr fortgeschrittenen Zeitpunkt der Verfüllung gibt, beruht die Datierung vorrangig auf den Radiokarbonmessungen. Bei den Proben handelt es sich größtenteils um Holzkohlen und an zweiter Stelle um Faunenreste und Menschenknochen. Die chronologisch relevantesten Proben sind diejenigen, die vom Boden der Gruben stammen. Sie werden sowohl in Bezug auf ihren Anteil innerhalb des Korpus (65%) als auch in Bezug auf ihre Lage im Gelände sowie auf die jeweilige Umgebung (60% der datierten Fundstellen) als repräsentativ betrachtet. Das Histogramm der kumulativen Häufigkeiten der Radiokarbondaten umfasst einen langen Zeitraum, zwischen 5700 und 700 v. Chr. Die Messergebnisse der Zeitspanne 5700 / 5000 v. Chr. basieren auf zwei Datierungen und sind statistisch nicht repräsentativ. Die Mehrheit der Datierungen verteilt sich auf zwei größere Zeitspannen, zum einen das Neolithikum zwischen 4600 und 2500 v. Chr. (77% der Datierungen) und zum anderen die Bronzezeit, zwischen 1900 und 700 v. Chr. Für die erste Zeitspanne zeichnet sich ein Maximum zwischen 3700 und 3200 v. Chr. ab, am Ende des Jungneolithikums und während des Spätneolithikums, gefolgt von einem langsamen und zunehmenden Abfall während des Endneolithikums. Zwischen 2450 und 1900 v. Chr., während der zweiten Hälfte des Endneolithikums und dem Beginn der Frühbronzezeit liegt eine klare Zäsur zwischen den zwei Datengruppen. Das Anlegen von Gruben scheint in der Bronzezeit nicht so stark entwickelt zu sein wie im Neolithikum: der zweite Höchstwert liegt ganz am Ende der Bronzezeit, zwischen 900 und 750 v. Chr. bevor das Phänomen endgültig ausläuft.

Die wenigen experimentellen Versuche, die an einer kleinen Gruppe von Gruben vorgenommen wurden, um die Dauer der Verfüllung zu schätzen, sind noch unzulänglich. Sie lassen jedoch annehmen, dass die komplette Verfüllung einer Grube sich über mehrere Jahrhunderte erstreckt, wobei der Sedimentationsprozess keinen linearen Verlauf zeigt: die Verfüllung erfolgt schnell bzw. sehr schnell vor nach der Stabilisierung der Grubenprofile und danach langsam bzw. sehr langsam, je nach Umweltbedingungen und menschlichen Aktivitäten in der Umgebung.

7. Verteilung und Anordnung der Gruben

78% der Gruben befinden sich im Bereich der Kreideebene, der größten geomorphologischen Landschaftseinheit der Region neben den weiten Alluvialebenen. Die Plateauzonen im engeren Sinne sind archäologisch nicht dokumentiert. Dies hängt damit zusammen, dass dort so gut wie keine Rettungsgrabungen stattfanden. Auf die topographischen Einheiten der Ebene bezogen, befinden sich 53% der Gruben in einem weiten Gebiet mit flachen Abhängen, das den größten Teil der Kreidebeene bildet; diese Geländeeinheiten sind auch recht weit von den Wasserläufen entfernt. Die Gruben wurden so in abwechslungsreichem Gelände angelegt und weisen eine relative Anpassung an den lokalen topographischen Kontext auf. Demgegenüber scheint die Wahl ihrer Lage weder von besonderen Zwängen (Geländenischen) noch von der hypothetischen Anziehungskraft der Alluvialtäler oder Wasserläufe abzuhängen. Diese Standortwahl impliziert, dass die Gruben mehrheitlich (zu 58%) in Kreideböden oder kompaktem Mergelton angelegt wurden, gefolgt von Schluff-(zu 35%) und schließlich Kiessubstraten (7%).

Die räumliche Beziehung zwischen den Gruben und dem hydrographischen Netzwerk bestätigt eine klare «Bevorzugung» für Wasserläufe, die sich außerhalb der großen Alluvialtäler befinden (71% gegenüber 29%). Die Entfernung zum nächstgelegenen Wasserlauf variiert zwischen 60 und 4630 m, mit einem Mittelwert von 913 m. Die Gruben werden demnach auch in großen Tälern aber bevorzugt in Ebenen außerhalb davon angelegt. Zieht man dann den mittleren Abstand zwischen 900 und 1000 m in Betracht, so kommt man zu dem Schluss, dass die Gruben im Allgemeinen nicht auffällig in der Nähe von Wasserläufen liegen und die Hypothese einer größeren Nähe zu sehr kleinen Wasserläufen muss in Bezug auf die Landschaftsstruktur eingeschränkt werden. Die diesen Schlüssen zugrunde liegende Idee ist, dass diese Gruben absichtlich nicht in Gebieten angelegt werden, in denen der Grundwasserspiegel nahe an der Erdoberfläche liegt. Diese Behauptung sollte genauer untersucht werden, insbesondere für die Gruben, die in den größeren Alluvialtälern liegen.

Die archäologischen Ausgrabungen lieferten darüber hinaus Belege für die Existenz von Gruppierungen von Gruben, die dafür sprechen, dass solche Ensembles geplant angelegt wurden. In mehreren Fällen konnten zueinander parallele Grubenreihen beobachtet werden. Das am häufigsten vertretene Schema bleibt jedoch eine Anhäufung von Gruben ohne sichtbare Organisation. Die Datierung aller Gruben ein und desselben Ensembles, in Reihe oder als Anhäufung, gekreuzt mit systematischen Untersuchungen zur Paläoumwelt (ursprüngliche Topographie, Pflanzenbewuchs, Mikroklima, etc.) würde es erlauben, die Hypothese einer gleichzeitigen oder aufeinanderfolgenden Nutzung dieser Strukturen zu überprüfen. Manche Gruben schließlich scheinen isoliert aufzutreten. Auch hier können verschiedene Gründe vorliegen: zu kleine Ausgrabungsfläche, Anlage im Zusammenhang mit Umweltbedingungen, die heute schwierig zu ermitteln sind.

8. Eine Übersicht zu diesem Grubentyp in und außerhalb Europas

Die Untersuchung hat zu der Feststellung geführt, dass dieser Grubentyp nicht nur in vielen Ländern Kontinentaleuropas vertreten ist, sondern auch frappante archäologische Parallelen in anderen, bisweilen weit entfernten Regionen besitzt (Skandinavien, Japanisches Archipel, Vorderer Orient).

Dieser zu Beginn des 20. Jahrhunderts in Deutschland unter dem Begriff «Schlitzgrube» identifizierte Grubentyp wurde zuerst bei der Ausgrabung von frühneolithischen bandkeramischen Siedlungen im Rheintal und in Süddeutschland/Schwaben entdeckt. Die unterschiedlichen Interpretationen zeugen bereits früh von der Schwierigkeit, ihre Funktion zu bestimmen: Wildfalle, Gruben zum Dekantieren von Lehm, Grube zur Fleischlagerung, Windschutz, Hort, Pfostenloch, Schutzwall etc. Die Publikation der Ausgrabung der bandkeramischen Fundstelle Köln-Lindenthal im Jahr 1936 gab die Gelegenheit, die Hypothese von «Gerbgruben» aufzustellen, die sich lange Zeit hielt. Ab den 70er Jahren und in den nachfolgenden Jahrzehnten, nehmen die Entdeckungen in Deutschland, aber auch im restlichen Mittel-und Westeuropa zu. Die westlichsten Entdeckungen in Frankreich, im Pariser Becken, wurden erst spät, nach der Jahrtausendwende, gemacht und sind nicht sehr zahlreich. Beispiele aus Mittel-und Osteuropa sind noch sehr selten, sind jedoch dank der jüngsten Entwicklung der präventiven Archäologie steigend. In den Jahren nach 2000 gewann die Diskussion um ihre Funktion erneut an Aktualität. Der herkömmlichen Interpretation als Gerbgrube wird eine alternative Hypothese im Zusammenhang mit der Jagd entgegengesetzt, die in den Niederlanden, Frankreich und Deutschland erneut aufgegriffen wird. Andere Autoren vertreten zusätzliche Interpretationen im Zusammenhang mit Handwerk oder beispielsweise Kühlgruben.

Durch die Entwicklung der präventiven Archäologie scheint die Zahl der Fundpunkte in Mitteleuropa stetig anzusteigen. Aber diese zunehmend zahlreicheren Entdeckungen sind weit von der Masse vergleichbarer archäologischer Befunde entfernt, die in Skandinavien, im Nahen Osten oder auf dem Japanischen Archipel ausgegraben wurden. Obgleich weit entfernt, wurden in diesen Regionen Gruben oder mit Gruben assoziierte, komplex angelegte Systeme entdeckt, die sehr viele Gemeinsamkeiten mit denjenigen in Mitteleuropa aufweisen. Trotz der geographischen und kulturellen Distanz zwischen den jeweiligen Gebieten, ist es ausgeschlossen, diese Befunde zu übergehen.

Die in Skandinavien gemachten Entdeckungen werden in diesem Band ausgehend von den höchst umfassenden Forschungen, die in Norwegen durchgeführt wurden, behandelt. Auf skandinavischer Ebene liegt bis jetzt keine Synthese zu diesem Thema vor, aber Schätzungen zufolge beläuft sich die Anzahl dieser Strukturen auf mehrere Tausend, die inmitten des Skandinavischen Gebirges (Jämtland in Schweden und südnorwegisches Bergmassiv) liegen. Die Frage dieser Gruben wurde seit dem Beginn der 70er Jahre in Schweden und Norwegen untersucht und es wird als gegeben angesehen, dass es sich um Fallen von pflanzenfressendem Großwild handelt, hauptsächlich Rentiere und Elche.

Unter den mit Gruben assoziierten Vorrichtungen, die in Skandinavien entdeckt wurden, dienten die größten, trichterförmig zulaufenden Systeme dazu, große Herden zusammenzutreiben und einzufangen. Solche Systeme wurden auch in anderen Regionen der Welt errichtet (Große Ebenen Nordamerikas, Sibirien und Naher Osten). Im Nahen Osten, einer archäologisch gut erforschten Region, sind solche Systeme unter dem Begriff «Wüstendrachen» bekannt. Die Interpretation als Jagdfalle wurde lange Zeit von den Spezialisten in Frage gestellt. Heute besteht jedoch Konsens darüber, dass es sich allein um ein besonderes Jagdsystem der Bevölkerungsgruppen in den Steppen-und Halbwüstenregionen handelt. Die wenigen, genauer untersuchten «Wüstendrachen» dürften während dem Ende des Neolithikums und am Beginn der Bronzezeit errichtet worden sein.

Auf dem Japanischen Archipel, am anderen Ende der Welt, wurde ebenfalls eine beachtliche Zahl von Fundstellen mit vereinzelten oder in Gruppen angeordneten Gruben dokumentiert. Die Forschung zu diesem Thema begann im Jahr 1970 anlässlich von Rettungsgrabungen. Die in Betracht gezogene Zeitspanne ist sehr lang, denn die ersten Fallen treten in geringer Zahl ab dem Beginn des Spätpaläolithikums auf und nehmen während der Jomon-Zeit stark zu. Die letzten Gruben datieren in die späte Jomon-Zeit, um 1500-1000 v. Chr. Die Gesamtzahl der Gruben wird auf mehrere Millionen geschätzt. Diese Fallen bezeugen eine jahrtausendealte Jagdtradition, die sich, nach dem Aussterben der Großsäuger am Ende des Pleistozäns, hauptsächlich auf das Wildschwein und den Sikahirsch konzentriert.

9. Diskussion um die mögliche Funktionen der Gruben

Wenn man versucht, eine Synthese der verschiedenen, zu diesem Thema vorgeschlagenen Hypothesen zu erstellen, lassen sich diese leicht in sieben verschiedene Kategorien einordnen, die sich auf drei gut umschriebene Funktionsgruppen verteilen: eine Funktion im Zusammenhang mit der Umformung von Ressourcen (Gerben, Rotten, Weben), eine Funktion im Zusammenhang mit dem Verwalten von Ressourcen (Nahrungsmittellagerung, Jagd), eine Funktion im Zusammenhang mit Kult (rituelle oder religiöse Praktiken). Eine achte Kategorie, im Zusammenhang mit handwerklichen Tätigkeiten (Herstellung von Pflanzenteer) haben wir ausgehend von einem Formenvergleich der archäologischen Strukturen beigefügt.

Die Kombination mehrerer Analysekriterien (Lage und Boden, notwendige zusätzliche Infrastruktur, mögliche oder zwingende Nutzung der Grube, verursachte Belastungen und physikalische oder chemische, im Boden hinterlassene Spuren) erlaubt es, von vorne herein zwischen plausiblen und wenig wahrscheinlichen Hypothesen zu unterscheiden. Diese erste Selektion führte dazu, Gerben, Rotten und Jagd als primäre Nutzung als plausible Hypothese beizubehalten, ohne dabei eine Funktion im Zusammenhang mit magisch-religiösen Praktiken als begleitende oder sekundäre Nutzung auszuschließen.

Die Umweltindizien und das Fundmaterial, die im Rahmen unseres regionalen Forschungsprogramms zusammengetragen wurden, sind von entscheidender Bedeutung. Sie erlauben es, die Fülle an Interpretationsmöglichkeiten weiter einzugrenzen. Die Anlage der Gruben, außerhalb von permanenten Feuchtgebieten sowie unter Berücksichtigung der lokalen Umweltbedingungen schließt für diese Region tatsächlich Hypothesen wie Gerben und Rotten aus.

Die Hypothese, die alle diese Selektionstests besteht, ist derzeit die Hypothese der Tierfalle. Sie wird als Bestandteil abwechslungsreicher Jagdtechniken verstanden, je nach Zielsetzung der entsprechenden sozialen Gruppe. Auch wenn die Funktion als Fallgrube die Zeitalter und Kulturen ohne größere sichtbare Formveränderung durchlaufen kann, so ist das Konzept und die Sicht des Fallgrubenobjektes durch die soziale Gruppe, die es nutzt, von vollkommen gegensätzlichen Praktiken und Ideen von einem Ort zum anderen auf der Welt, von einer Kultur zur anderen, begleitet. Es ist klar, dass die neolithischen Bevölkerungsgruppen in der Champagne diese Gruben nicht nach den gleichen Konzeptkategorien nutzten wie diejenigen am Ende der Bronzezeit.

Notes

1 Le programme de recherches a débuté en 2009 et a été développé dans le cadre d’un projet d’activité scientifique financé par l’Inrap. Neuf chercheurs (Inrap : G. Achard, N. Achard-Corompt, G. Auxiette, V. Desbrosse, K. Fechner, C. Moreau et V. Riquier ainsi que J. Vanmoerkerke du Service régional de l’archéologie) ont participé à sa réalisation. Il a abouti à la tenue de la présente table ronde en novembre 2010.

2 Du fait de sa finesse, cette couche n’apparaît pas toujours sur les relevés de terrain mais lorsque l’on dispose de photos on la voit nettement.

3 À Oiry, « Les Ormissets », un chablis recoupait la fosse 8 (Fechner in : Moreau et alii, 2009, p. 101).

4 Deux autres cas pourraient être ceux de Montevrain (Seine-et-Marne) et Saint-Quentin (Aisne), tous deux bien préservés des bioturbations dans un limon profondément décarbonaté (Fechner et alii, 2011).

5 Dans le cas, des études menées sur les fosses 7, 8 et 9 de Oiry, « Les Ormissets », l’étude des lames minces de la couche formant la base du remplissage « est constituée de plages de matériaux malaxés, associés à des graviers et à des sables grossiers calcaires ainsi qu’à une importante fraction d’origine végétale » (Moreau, 2009 p. 126). L’interprétation propose d’y voir « un aménagement construit associant terre, graviers et végétaux. Les traits observés s’apparentent à la technique du torchis. L’échelle d’observation révèle une mise en œuvre sur treillis végétal in. La coloration brune observée pour deux d’entre elles est due à la présence de plages de boue malaxée, riche en particules végétales, carbonisées ou humiiées. La teinte grise observée pour la structure 8 est liée à l’abondance de fragments calcaires. La faible cohésion des matériaux, accentuée lors du prélèvement et du conditionnement des échantillons, ne permet pas de rendre compte de la dynamique de dépôt : rejet/remblai ou encore aménagement en place » (Moreau, 2009 p. 130).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Répartition régionale des fosses (tous proils confondus).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 2. Des découvertes en pleine expansion (état février 2011).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 3. Typologie des fosses à profil en V, W, Y… établie en Champagne-Ardenne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 4. Rapports longueur/largeur et longueur/profondeur tous types de profils confondus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 5. Distribution des fosses par type de profil (effectif de 231 fosses).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 6. Clichés de fosses à profil en Y et V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 7. Distribution des fosses à profil en V et Y par rapport au corpus global.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 9. Répartition régionale des fosses à profil V et Y.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 10. Vue en plan et coupe de deux fosses en W.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 11. Distribution des fosses en W par rapport au corpus global.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 12. Répartition régionale du type en W.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 13. Coupe réalisée dans une fosse à profil en I.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Fig. 14. Distribution des fosses à profil en I par rapport au corpus global.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 15. Répartition régionale du type en I.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 16. Tableau comparatif des différents types.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 17. Différents types de comblements.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 18. Cliché de la fosse de Romilly-sur-Seine « Le Bas du Ru » (Aube).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 19. Distribution stratigraphique du mobilier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 20. Liste des ensembles avec de la faune en Champagne-Ardenne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 21. Carte de répartition des sites avec de la faune en Champagne-Ardenne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 22. Les ensembles de faune des sites du département de la Marne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 23. Les ensembles de faune des sites du département de l’Aube.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 24. Les ensembles de faune des sites des départements des Ardennes et de la Haute-Marne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 25. Découvertes de cervidés dans les fosses de Champagne-Ardenne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 27.Bucrane d’aurochs d’Arcis-sur-Aube (structure 186).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 28. Assemblage d’os d’aurochs à Bazancourt « Montant de la Sorcière » (structure 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 29. Assemblage d’os d’aurochs à Saint-Léger-près-Troyes « Parc Logistique de l’Aube » D19 (St. 884).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 30. Assemblage d’os d’un boviné (aurochs ?) à Neulize.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Fig. 31. Les différents scénarios proposés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 32. Les défunts inhumés dans des fosses à profil en V, W, Y.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Fig. 33. Type d’échantillon utilisé pour les datations radiocarbone.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 34. Histogramme des datations radiocarbone pour la période 5700 BC/1000 AD.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 35. Périodes chronologiques représentées par la culture matérielle (céramique).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 36. Histogramme de localisation selon les principales classes macrotopographiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 37. Histogramme de localisation selon les principales classes microtopographiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 38. Histogramme de localisation selon les principales classes de substrat encaissant.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 39.Histogramme de localisation selon le type de cours d’eau le plus proche (par niveau hiérarchique).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 40. Histogramme des distances aux cours d’eau (par niveau hiérarchique).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 41. Part de l’opération du Parc Logistique de l’Aube dans l’histogramme des distances au cours d’eau (par niveau hiérarchique).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 42. Distribution spatiale des fosses repérées à Sézanne (Marne) (DAO, J. Grisard, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 43. Mise au jour de fosses dites en Y, lors d’un diagnostic archéologique à Auve.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende Fig. 44. Localisation des fosses à Arcis-sur-Aube (Aube), Buchères (Aube), Saint-André-les-Vergers (Aube) et Neuflize (Ardennes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 45. Localisation des fosses à Buchères (Aube), Saint-Martin-sur-le-Pré (51) et Bouranton (Aube).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 46. Localisation des zones test.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 47. Les zones test de Bezannes et de l’Europort de Vatry.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 48. Les zones test d’Arcis-sur Aube et de Romilly-sur-Seine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 49. La zone-test de Oiry.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 50. La zone-test de Buchères (PLA) du Néolithique ancien au Bronze moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 51. La zone-test de Buchères (PLA) du Bronze final à La Tène.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 52. Calcul de la représentativité des fosses par zone-test.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 53. Carte de répartition des mentions de fosses en Europe ; figurent également pour mémoire celles des « desert kites » du Proche-Orient.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 54. Plan et coupe de l’une des premières Schlitzgruben découvertes, en 1909, par G. Wolff et Pr. Dragendorff à Windecken (d’après Wolff, 1911).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 55.Plan des Schlitzgruben dans l’enceinte rubanée de Köln-Lindenthal (Allemagne), fouillée entre 1929 et 1934 sous la direction de W. Buttler et W. Haberey (d’après Buttler, Haberey, 1936).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 56. Clichés d’Opfergruben trouvés lors de la fouille de l’habitat de la culture de Lengyel à Branč (Slovaquie) en 1961-1962 (d’après Vladar, Lichardus, 1964 / 1968).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 57. Plan et coupe de la fosse dite de tannage fouillée à Vhô, Campo Ceresole (Italie), en 1977 (d’après Bagolini, 1977).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 58. Plan et coupe de l’une des cinq fosses découvertes à Stoneykirk, Mye Plantation (Grande Bretagne), en 1902 (d’après Mann, 1903, grâce à l’aimable information de Mr. A. Sheridan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 59. Tableau synthétique des différentes hypothèses de fonctions émises et de leurs principales caractéristiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5956/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 831k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search