Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Chambly « Le Clos de la Rivière » (Oise) : un site rubané récent très occidental

Noël Boucneau, Françoise Bostyn et Roger Martinez

Texte intégral

1C’est en 1989 que N. Boucneau découvrit les traces d’une occupation du haut Moyen Âge à l’occasion des travaux de la déviation de la route départementale 105. Un peu plus tard la commune de Chambly décida de lotir les terrains se situant dans l’extension de la zone archéologique sensible. Une fouille de sauvetage fut donc programmée en 1991 et environ 2500 m2 décapés. Très rapidement N. Boucneau, responsable du chantier, mit en évidence, non seulement des structures en creux du haut Moyen Âge, mais aussi un certain nombre de fosses attribuables au Néolithique ancien. Il crut reconnaître du Rubané récent et décida d’alerter la Direction Régionale et ses collègues néolithiciens les plus proches.

LE CADRE NATUREL

SITUATION

2Le gisement de Chambly est situé dans la vallée de l’Esches, petit affluent de l’Oise, à une vingtaine de kilomètres au Sud-Ouest de Creil et à 35 km au Nord de Paris (fig. 1). L’Oise coule dans cette région selon un axe Nord-Est/Sud-Ouest. Au Nord-Ouest, une série de petits affluents (le Sausseron, l’Esches, le Thérain, la Grande Brèche), découpe le plateau en régions naturelles, dont le Vexin oriental au Sud de l’Esches et le pays de Thelle, entre l’Esches et le Thérain. Au Sud-Est, la petite vallée de la Nonette sépare le Valois occidental au Nord, du Parisis septentrional au Sud. Ces plateaux ne sont pas très élevés ; le point culminant, sur le plateau de Thelle, est à 200 m. Leur altitude moyenne diminue cependant régulièrement depuis le Nord vers le Sud ; les vallées ne sont pas très encaissées, mais les versants sont souvent dissymétriques. C’est le cas de la vallée de l’Esches dont le versant sud est plus abrupt que celui du Nord.

3L’implantation néolithique se trouve presque à la confluence de l’Esches et de l’Oise, sur la rive droite de l’Esches, à 150 m de la rivière. Il est situé sur la première terrasse, en limite des zones inondables. L’extension maximale du site était « matérialisée » par la limite des loess, très visible après le décapage de la terre végétale. Du fait que la partie Est, vers la rivière, totalement décapée, n’a livré aucune structure rubanée, et que, en revanche, celles-ci sont situées en limite ouest de la fouille, on peut envisager de trouver de nouvelles implantations, voire des bâtiments, dans cette direction, hors des zones inondables.

Fig. 1. — Plan de situation.

LE CADRE GÉOLOGIQUE ET LES SOURCES POTENTIELLES D’APPROVISIONNEMENT EN MATIÈRE PREMIÈRE

4La caractéristique du pays de Thelle est qu’il est constitué par l’axe anticlinal de Bray, orienté Nord-Ouest/Sud-Est. Cet accident, qui remonte au Crétacé supérieur, a permis de faire apparaître le substrat secondaire, dégagé de sa couverture tertiaire peu épaisse dans cette partie ; par contre, vers le Sud-Est, ces affleurements n’existent plus et sont recouverts par les formations tertiaires. Cet anticlinal est très nettement dissymétrique et les pendages sont très faibles au Sud-Ouest ; l’Esches coule en position synclinale au Sud-Ouest de l’axe de Bray.

5Le substrat secondaire est donc présent dans ce secteur avec les formations du Cénomanien, du Turonien et du Sénonien. Si les deux premières formations n’existent qu’au Nord-Ouest du site, à plus de 15 km, le Sénonien affleure largement sur les pentes de la vallée de l’Oise, de la petite vallée de l’Esches et des autres vallées sèches qui découpent le plateau de Thelle. Les craies du sommet sont accompagnées de silex branchus très contournés, de taille moyenne ; les craies inférieures contiennent des rognons de silex atteignant fréquemment de grandes tailles (cartes géologiques de la France de Creil et l’Isle-Adam, 1/50.000e). À proximité du site, il était donc tout à fait possible de ramasser du silex de bonne qualité et de grandes dimensions, d’origine secondaire, constituant une partie de la série de Chambly.

6Cependant, d’autres formations sont susceptibles de livrer des rognons de silex d’origine secondaire. Mais ce sont des formations remaniées fournissant de la matière première de moins bonne qualité, souvent gélive. Il s’agit du Thanétien qui n’affleure que dans le Pays de Thelle, et principalement sur la rive droite de l’Esches. Au contact de la craie, c’est un conglomérat composé principalement de sable fin et de rognons de silex verdis. Cette matière première est facilement reconnaissable, à la fois par le cortex ayant une coloration verdâtre et par une zone sous-corticale caractéristique de couleur orangée. Notons que quelques blocs de la série proviennent de cet horizon géologique. L’autre possibilité d’approvisionnement en matière première est l’argile à silex qui recouvre partiellement le plateau de Thelle et qui provient de la décalcification de la craie sous-jacente. Les blocs sont très souvent brisés et n’ont pas dû être une source d’approvisionnement privilégiée.

7Certaines formations tertiaires, qui constituent la principale couverture géologique de la région, peuvent fournir du silex. Il s’agit d’une part du calcaire de St-Ouen ; des blocs de calcaire silicifiés se situent à la base de la stratigraphie. Ces affleurements sont principalement localisés sur l’autre rive de l’Oise, au Sud-Est du gisement. Le calcaire de St-Ouen existe localement sur la même rive de l’Oise que Chambly, mais il ne semble pas qu’il y ait de formations siliceuses repérées dans ces affleurements. Il faut envisager un déplacement minimum de 5 km, en admettant que ce sont les premières potentialités qui ont été choisies. La seconde formation concernée d’autre part est le Lutétien supérieur qui présente des affleurements très étendus dans la région. Des silex bruns sont abondants dans la partie supérieure de la série stratigraphique. Les autres formations tertiaires sont plutôt meuliérisées et ne sont donc pas susceptibles de fournir une matière première de bonne qualité.

8Des prospections systématiques n’ont pas été réalisées dans toute la région et les zones d’approvisionnement ne sont pas repérées actuellement ; on ne peut donc pas se prononcer de façon formelle sur l’origine de la matière première du site de Chambly, mais il était important de montrer que la région recèle des potentialités très importantes, qui n’impliquent pas de grands déplacements et que la collecte des blocs de silex n’a pas posé de problèmes majeurs.

9Le gisement de Chambly est installé sur des limons de pente qui sont essentiellement des limons bruns dérivant la plupart du temps des limons bruns de plateau et déposés par colluvionnement. Les limons des plateaux sont habituellement classés dans les loess. Entraînés par les pluies, ils sont descendus en bas de pente, emballant parfois des débris tertiaires. L’étude de A. Blondeau, géologue, indique que la matrice est pulvérulente, de couleur brun clair, riche en argile (horizon Bt décalcifié à la partie supérieure) et en silt (grains de quartz de dimensions inférieures à 0,05 mm). L’épaisseur maximum de cette formation sur le site est de 0,8 m. Les fosses sont installées exclusivement sur ces loess et leur profondeur ne dépasse que très rarement la base des formations loessiques. Il est donc tout à fait probable qu’elles aient été utilisées pour la fabrication de la céramique qui en présente toutes les caractéristiques (cf. infra).

FONCTION DES STRUCTURES ET NATURE DES REMPLISSAGES

10Parmi les structures décapées, neuf sont attribuables de manière certaine au Néolithique ancien (fig. 2).

11La plupart des structures sont de tailles, de formes et d’orientations différentes (fïg. 3). Seules trois fosses sont nettement circulaires ; deux sont d’assez grande taille, les fosses 235 et la 45, puisqu’elles atteignent 2 m de diamètre. Toutes les structures ne dépassent pas l’horizon loehm du loess. Les structures irrégulières évoquent l’extraction de matériaux notamment pour la confection du torchis et des récipients en terre cuite. L’examen de la céramique fait apparaitre des hématites et des micro-quartz, ce qui semble confirmer l’utilisation du loess comme matériau de base.

12Parmi les structures circulaires, la plus petite, (fosse 70), contenait, pour ce qui est identifiable, les restes d’un récipient dégraissé à l’os et présentant un décor de type Limbourg. Quelques rares autres tessons accompagnaient cette céramique, mais ils étaient brûlés et il n’a pas été possible de les attribuer au même récipient. En ce qui concerne le silex, cette fosse contenait peu de matériel : deux troncatures et trois armatures les unes sur les autres, peut-être déposées en un seul ensemble. Il faut noter que sur six troncatures, quatre sont réparties entre les fosses 70 et 150, quatre armatures sont réparties entre la 70 (3) et la 150 (1). Il semble d’ailleurs que le matériel de ces deux structures pose des problèmes similaires. Elles contiennent peu de matériel, un ou deux individus céramiques particuliers (2 décors rubanés sur 2 individus dans la 150, 1 individu décoré de type Limbourg sur 1). Mais la faiblesse des indices ne permet pas à ce stade de tirer de conclusions.

Fig. 2. — Plan des structures : 1. structures néolithiques ; 2. structures supposées néolithiques ; 3. structures protohistoriques et médiévales ; 4. limite approximative du loess et du limon de débordement.

Fig. 3. — Caractéristiques principales des structures et poids du mobilier par structure.

Fig. 4. — Données typologiques de la céramique.

13Le remplissage secondaire ne paraît pas donner d’indications supplémentaires sur la fonction primaire de la plupart des structures. Seule la forme nous renseigne sur une éventuelle fonction. Si l’extraction du loehm paraît tout à fait possible pour les fosses irrégulières, il n’en est pas de même pour celles qui sont circulaires. On imagine assez mal que ces structures aient été réalisées dans le seul but d’extraire du matériau. Il faudrait donc s’orienter dans ce cas vers d’autres hypothèses fonctionnelles. La sédimentation met en évidence des petites différences, notamment pour la structure 45. En effet, si les boues amenées par les crues de la rivière semblent être le point commun de toutes les structures néolithiques (13 niveaux feuilletés, invisibles à l’œil, ont été identifiés par décollements successifs à la truelle dans la structure 30), la structure 45 contenait des nodules calcaires d’origine physico-chimique. Dans ce cas, la sédimentation pourrait indiquer soit un léger décalage dans le temps, soit des conditions ponctuellement différentes. Nous n’avons donc pas d’éléments suffisamment nets pour lui attribuer une fonction. Le profil de la structure 235 évoquerait une fonction de stockage de denrées alimentaires végétales.

LA CÉRAMIQUE

DÉFINITION FONCTIONNELLE

14Le nombre minimum d’individus (fig. 4) est de quarante ; trente et un récipients ont au moins un profil complet ou reconstituable.

15Sur la base de la définition fonctionnelle que nous avons établie pour le Chasséen septentrional (Martinez, 1990 et 1991), puisque les critères retenus sont transculturels et transchronologiques, nous avons pu identifier au moins quatre classes de taille et de volume différents (et probablement une cinquième), ainsi que quatre catégories d’ouverture. La combinaison de ces deux critères minimum fait apparaître sept catégories fonctionnelles différentes. Si l’on prend en compte les grandes familles fonctionnelles, c’est-à-dire d’un côté les vases à cuire et de l’autre les vases à eau ou à liquide, nous notons une grande importance de la catégorie 3, récipients à col resserré parmi lesquels on trouve des vases à cuire. Cette catégorie est encore très présente au début du Chasséen septentrional et tend à disparaître aux étapes suivantes.

16En ce qui concerne les autres catégories, il faut noter l’abondance de récipients de petite taille dont la fonction pourrait varier entre la présentation et la cuisson alimentaire. Pour les vases ayant un rapport avec les liquides, les seuls individus évoquant la fonction de bassine (lavage, tannage, abreuvage ; Gallay, 1986) se trouvent uniquement parmi ceux de type Limbourg.

17Nous avons pu identifier une seule bouteille dont le volume ou la contenance (un peu moins de 10 litres) correspondrait plutôt au transport de l’eau.

TECHNOLOGIE

18Sur le plan technologique, seuls les récipients ayant une morphologie de vase à cuire et les vases de tradition Limbourg sont véritablement dégraissés. Sur les quarante individus, quatre sont dégraissés à l’os, ce qui correspond exactement aux quatre individus à décor du Limbourg (Constantin, 1985). Six individus sont dégraissés à la coquille. Parmi ces derniers, cinq ont une forme reconstituable et leur morphologie est celle de vases à cuire. Trois d’entre eux ont des traces charbonneuses, probablement des résidus alimentaires. On peut aussi constater pour la totalité des récipients la présence de micro quartz et d’hématite, ce qui caractérise le loess. Nous savons que le dégraissant en tant qu’élément de cohésion de la pâte est inutile dans le loess puisqu’il contient des éléments naturels jouant ce rôle. Pour quelles raisons donc ajouter au loess des coquilles pilées ? Sur la base de nos expérimentations (Martinez, 1990, 1991 et 1993), nous avons pu constater que les vases à cuire non dégraissés et utilisés directement au contact de la flamme (le loess est réfractaire) ne permettaient pas une conduction très rapide. À l’inverse, les récipients en loess abondamment dégraissés à la coquille ou autre permettent un passage de la chaleur beaucoup plus facile. Le dégraissant sert dans ce cas à aérer les pâtes plus denses et surtout plus épaisses à cause du manque de plasticité. Il est peu aisé d’être catégorique quant aux raisons du dégraissant à l’os dans la céramique du Limbourg. Encore une fois pourquoi dégraisser du loess puisqu’il semble que la céramique du Limbourg soit également réalisée dans ce matériau. Notons par ailleurs que toutes les formes publiées attribuables au Limbourg (Constantin, 1985 ; van Berg, 1991) correspondent à des catégories fonctionnelles ayant un rapport avec l’eau ou les liquides (bassines et bouteilles). À partir de là, comme le soulignait Constantin (Constantin, 1986), il paraît difficile de trancher entre le choix culturel et le choix technique.

Fig. 5. — A. céramique de la st. 45 ; B. céramique de la st. 13.

Fig. 6. — Céramique de la st. 24.

19Le montage au colombin n’est clairement attesté que pour les récipients de type Limbourg et pour ceux de taille moyenne à grande, dont la fonction semble être la cuisson alimentaire. Le modelage ne paraît évident que pour trois récipients (fig. 5A, no 5 ; fig. 7, nos 3 et 5). Dans ce cas, la finition se fait systématiquement avec un ou deux colombins, ce qui permet de rattraper les irrégularités du modelage et de maîtriser l’horizontalité du bord. Pour les autres individus, il est extrêmement difficile d’entrevoir de manière évidente la technique employée. L’absence de traces de colombin, la finesse des pâtes, l’aspect très travaillé de la paroi interne ainsi que l’aspect très lisse de la paroi externe évoquent les résultats que nous avons obtenus par la technique du moulage.

Fig. 7. — Céramique de la st. 235.

Fig. 8. — Décors rubané récent ; 1, 8 : st. 30 ; 2 : st. 45 ; 3, 4 : st. 235 ; 5, 6 : st. 150 ; 7 : st. 24.

Fig. 9. — Décors de type Limbourg ; 1, 4 : st. 235 ; 2 : st. 70 ; 3 : st. 26.

LE STYLE

Les formes

20Si l’on ne tient pas compte des catégories fonctionnelles, en observant simplement la forme des profils, deux grands types se dégagent : les profils composés sinueux (fig. 5A, nos 2 et 4 ; fig. 5B ; fig. 7, nos 2 à 5 ; fig. 7, nos 1 à 8) et les formes simples en U plus ou moins ouvertes ou fermées selon la catégorie fonctionnelle (fig. 5A, nos 1, 3, 5 ; fig. 6, no 1 ; fig. 7, no 9). Le profil sinueux semble très nettement majoritaire (25 sur 31), alors que les formes simples ou en U concernent deux vases à cuire de grande taille, deux individus du Limbourg ainsi que deux petits récipients. Sur six récipients dont le profil est en U, trois appartiennent à la structure 45, un à la 26, un à la 24 et un à la 235.

Les décors

21Huit individus sur quarante (22 %) présentent des décors de type Rubané récent. Ces décors sont essentiellement réalisés au peigne : à trois dents (2 individus ; fig. 8, nos 1, 5), à deux dents (5 individus ; fig. 8, nos 2, 3, 4, 7, 8) et dans un cas, les techniques à trois et quatre dents ont été combinées (fig. 8, no 6). L’organisation qui paraît la plus courante est le décor en T, qui est soit réalisé entièrement au peigne, soit une combinaison de peigne et d’incisions. C’est essentiellement avec le site de Cuiry-lès-Chaudardes « les Fontinettes » qu’il est possible de faire des comparaisons (Soudsky et alii, 1982). En effet, les décors en T réalisés au peigne à deux dents (fig. 8, nos 3 et 4) sont comparables à ceux provenant de la structure 159 de la maison 89 (op. cit., p. 86) et de la fosse 77 (op. cil., p. 88). Le décor d’un tesson provenant de la structure 30 (fig. 8, no 1) peut être rapproché d’un élément de la fosse 230 (op. cit., p. 92)

22Quatre individus (11 %) ont un décor de type Limbourg. Deux techniques sont identifiables. La première correspond à un objet dentelé, la seconde est la technique dite du sillon large peu profond. La première technique a été utilisée sur l’individu no 36 (fig. 9, no 3) et couvre toute la surface du tesson jusqu’au bord. La seconde a été organisée en sillons plus ou moins parallèles (fig. 9, no 4) et en sillons parallèles bordés de courtes impressions (fig. 9, no 1). Dans le dernier cas, les sillons sont organisés en chevrons (fig. 9, no 2) ou en arêtes de poisson systématiquement séparées par un sillon central, ce qui semble être un indice pour différencier le Limbourg du Rubané de celui du VSG (Constantin, communication orale). Les comparaisons sont moins nombreuses pour la céramique du Limbourg. Le tesson 1 de la figure 9 peut partiellement évoquer le décor du tesson no 9 de la figure 35 (op. cit., p. 97). Les autres styles de décor Limbourg évoqueraient certains éléments provenant des fosses 1 et 175 d’Aubechies. Mais le no 1 de la figure 9 semble être surtout comparable aux tessons Limbourg du site rubané de Juvigny (van Berg, 1990, p. 205). Quant aux formes, il est difficile de faire de véritables comparaisons puisque les publications concernant le RRBP ont surtout mis l’accent sur le décor. On notera cependant la quasi-gémellité du vase no 1 de la figure 6 et de celui de Menneville (Coudart, Demoule, 1982, p. 137).

L’INDUSTRIE LITHIQUE

23L’étude de cette série a été effectuée par mesure pondérale par structure, en fonction des types principaux d’artefacts (fig. 10). Cette analyse permet mieux à notre avis qu’un décompte à l’unité, d’avoir rapidement une idée de l’importance de la série et de sa répartition entre les différentes structures. Elle informe également sur sa composition, ses dominantes et ses manques. Au-delà d’une vision quantitative, elle en offre également une image qualitative.

24La quantité de silex est relativement faible comparée à certaines fosses du groupe de Ville- neuve-Saint-Germain. La fosse 56 de Villeneuve-la-Guyard, Yonne, par exemple, (Bostyn, 1994) en contient plus de 130 kg alors que la plus riche ici en a livré à peine plus de 20 kg. Ces quantités semblent être néanmoins plus élevées que sur les sites rubanés de la vallée de l’Aisne, puisque une unité d’habitation livre en moyenne entre 0,2 kg et 1 kg de silex (Plateaux, 1990, p. 239). La nature même des fosses de Chambly, qui ne sont pas des fosses latérales d’habitation, peut expliquer ces différences qui doivent être prises en compte malgré tout lorsque l’on travaille sur des quantités aussi faibles (le rapport est de 1 à 20 entre le gisement de Chambly et ceux de la vallée de l’Aisne). De ce point de vue, le site de Chambly serait plus proche des sites omaliens de Belgique comme la Place-Saint-Lambert à Liège (Otte, 1984). Il faut rester néanmoins prudent, dans la mesure où les comparaisons entre des gisements de Hesbaye (Jadin, 1991) indiquent non seulement de très grandes différences dans la composition des séries lithiques, malgré la proximité des sites et leur contemporanéité, mais aussi d’importantes variations à l’intérieur d’un même gisement, comme par exemple celui de Darion.

Fig. 10. — Répartition du lithique, en poids (g), par structure.

25Le matériel lithique est d’ailleurs très inégalement réparti entre les différentes structures. Certaines fosses ont livré une quantité très faible de silex, moins d’un kilogramme, alors que les 3/4 des artefacts proviennent de deux structures (str. 24 et 235).

26La lecture de ce tableau indique un net déséquilibre dans la composition de la série : elle est dominée, en effet, par les cassons qui représentent 40 % de la masse totale de silex. Sont appelés cassons, tous fragments séparés d’un bloc, après un choc, en suivant des fissures ou des zones de faiblesse de la matière première. Aucune des caractéristiques d’un éclat n’est présente sur ces pièces. Les fragments d’éclats sont donc exclus de ce groupe. La production d’éclats est la seconde catégorie bien représentée dans cet assemblage lithique ; elle atteint 29 %, outillage inclus, et reste la production principale. Celle de lames est, en effet, quantitativement très marginale, 1 % seulement. Quelques blocs de matière première ont été rejetés, peu ou pas testés, et sont de bons indicateurs quant au type de matière première et à sa qualité.

27Les percuteurs sont toujours présents dans les fosses. Ils sont au nombre de quarante-quatre et vingt-trois fragments ou éclats ; la moitié des pièces (20) sont des nucléus réutilisés. Ils présentent des morphologies très variées. Ce sont soit des sphères aux surfaces totalement percutées (5), soit des boudins de forme allongée ayant été utilisés aux deux extrémités (8), soit des blocs utilisés dans une ou plusieurs zones. Les poids de ces percuteurs sont très faibles dans l’ensemble : ils sont compris entre 50 g et 180 g, excepté trois d’entre eux qui sont plus lourds : 230 g, 275 g et 815 g. Ils semblent y avoir une relation avec le type de matière première à tailler qui comporte principalement des blocs de petites dimensions, ce qui ne nécessite pas de percuteurs très lourds.

28Les pourcentages entre les différentes catégories ne varient que très faiblement d’une structure à l’autre, et il ne semble pas qu’il y ait de rejets spécialisés.

29Au delà d’un travail simplement comparatif, cette approche permet d’envisager d’une façon plus qualitative l’ensemble de la série lithique et de percevoir l’organisation de la gestion de la matière première depuis son acquisition jusqu’à la transformation des supports en outils.

LA MATIÈRE PREMIÈRE : ACQUISITION ET CHOIX

30Les roches dures autres que le silex ne sont représentées que par deux fragments semblant provenir d’un même outil poli, et qui ont été trouvés tous les deux dans la structure 235. L’origine de cette matière n’est pas déterminée actuellement.

31L’existence de silex tertiaire doit être notée bien qu’elle soit réellement marginale (fig. 11). Elle représente seulement 0,2 % de la masse totale de silex. Cette matière est présente, dans la structure 150, sous la forme d’un nucléus à lames réutilisé en percuteur, d’un outil sur lame (fig. 19, no 1) et d’un outil sur éclat (poids total 100 g). La faiblesse de la surface fouillée et du nombre de structures n’autorise pas le développement d’une théorie sur la forme sous laquelle il est arrivé. Cependant sa présence a un intérêt par rapport à son utilisation intense au Villeneuve-Saint-Germain attestée sur les sites par exemple de Jablines (Bostyn et alii, 1991) ou de Trosly-Breuil (Plateaux, 1990). On peut donc penser que les hommes du Néolithique rubané ont eu connaissance de l’existence du silex tertiaire en fréquentant cet espace géologique, mais ce silex n’aura une place réellement importante qu’à partir et pendant le VSG. Notons également que les gîtes de cette matière première sont à 5 km minimum du site et que cela implique un déplacement, certes peu important, mais qui n’existe pas pour le silex secondaire.

32La matière première la plus courante reste le silex d’origine secondaire. On peut cependant distinguer des blocs au cortex lisse et usé, présentant des phénomènes de double patine, qui semblent venir des dépôts des terrasses alluviales. Ce sont des galets de mauvaise qualité, le plus souvent gélifractés et peu aptes à la taille. Ils constituent une grande partie de la catégorie des cassons. Il faut souligner également que les « brûlés » sont composés presque exclusivement de ces blocs qui ont explosé lors de la chauffe. On peut alors se demander si cette matière n’était pas recherchée pour la constitution des foyers. D’ailleurs, les blocs ont été ramenés sur le lieu d’habitat entiers et non testés comme l’attestent la présence des blocs de matière première bruts et les remontages fréquents entre cassons permettant des reconstitutions très complètes. La dizaine de rognons bruts retrouvée dans les structures sont de petites dimensions et ne peuvent pas donner lieu à un débitage très poussé ; il s’agit principalement de boudins allongés et cylindriques, mais dont la longueur n’excède pas 10 cm. Certains de ces galets ont été utilisés comme percuteur. Il s’agit principalement de blocs au cortex lisse de couleur gris-noir.

33La seconde catégorie de blocs est de meilleure qualité que les précédentes ; ils sont facilement isolables dans les séries. Les surfaces corticales ne sont pas usées, mais assez épaisses, grenues, parfois rayables à l’ongle. Les blocs sont de bonne qualité, ne présentent pas d’impuretés et ont fait l’objet d’un débitage d’éclat ou de lames assez poussé. Les silex ne sont pas ou peu patinés et ont une couleur le plus souvent noire. Par leur aspect, il faut envisager un autre mode d’acquisition de cette matière dans la mesure où il est très probable qu’elle n’ait pratiquement pas été remaniée. On peut penser alors que la récolte a été faite soit en pied de versant dans des dépôts de pente, soit en position primaire, dans les zones d’affleurements. Il est probable que ce silex provienne des niveaux du Sénonien qui, comme nous l’avons vu précédemment, livrent des rognons de bonne qualité et sont accessibles à proximité du site.

34Cette matière ne semble pas avoir fait l’objet de transformation avant son arrivée sur le site puisqu’il a été possible de reconstituer toutes les phases de la chaîne opératoire, grâce aux remontages, pour deux blocs, sélectionnés dans le débitage, provenant de la structure 235, et sur lesquels nous reviendrons par la suite. Il est aisé de regrouper les éclats par blocs et il est ainsi possible de se rendre compte que la quantité de blocs ramenés sur le site n’est pas très importante et que le débitage a toujours été poussé très loin. Les nucléus sont toujours de petites dimensions et le plus souvent réutilisés en percuteur. Ceci semble indiquer que si la matière première était abondante à proximité de l’habitat, la qualité faisait souvent défaut, et que lorsqu’un bloc était de bonne qualité, il était utilisé au maximum de ses possibilités.

LES PRODUCTIONS

35La production d’éclats est donc la plus importante quantitativement dans cette série. Elle a été réalisée sur place comme en témoigne la présence d’éléments caractérisant toutes les phases de débitage. Elle a été étudiée sous deux formes : une lecture directe sur les éclats de débitage et les nucléus et une reconstitution des chaînes opératoires par les remontages. Elle sera complétée par la suite par une analyse des supports sélectionnés et transformés en outils.

Poids (g)

 %

silex tertiaire

100

0,2

silex secondaire

49245

99,8

total

49345

100

Fig. 11. — Part du silex tertiaire dans la série lithique.

36L’étude du débitage n’a pas fait l’objet de décomptes précis. La série est composée d’éclats de petites dimensions ; les éclats les plus grands, sauf rares exceptions, ont une longueur n’excédant pas 6 cm. Les esquilles (L < 2 cm) sont nombreuses. Les éclats présentent souvent une plage corticale sur la face supérieure. Les talons le plus souvent lisses ne sont pas préparés. La présence de plusieurs points d’impacts sur les talons indique un acharnement pour un débitage peu réfléchi. Le degré de fracturation est assez important. Tout ceci dénote l’utilisation massive du percuteur dur pour une production peu soignée.

37Les nucléus sont au nombre de trente-sept ; les nucléus réutilisés en percuteur ont été pris en compte, lorsqu’ils n’ont pas subi trop de modifications. Ces derniers représentent plus de la moitié du corpus (20 sur 37). Les nucléus sont, en général, de petites dimensions et représentent une masse de matière première peu élevée (souvent moins de 150 g). Dans un seul cas, le nucléus a un poids de 460 g, mais il s’agit d’un galet de mauvaise qualité dont une surface de fracture ancienne et plane a été utilisée comme plan de frappe ; tous les éclats qui ont été enlevés se sont arrêtés au même niveau sur une fissure, à un centimètre du bord. Les nucléus présentent souvent des fracturations selon des surfaces fragilisées par le gel, c’est le cas des deux remontages dont nous parlerons par la suite. Très souvent, ces fragments sont repris pour une ultime tentative de débitage de petits éclats. L’impression qui se dégage de l’étude de ces pièces est que la matière première de bonne qualité, les meilleurs blocs, ont été totalement épuisés.

38L’analyse des nucléus indique que différents modes de débitage ont été utilisés de façon courante sur le site. Il est cependant nécessaire de ne considérer ces éléments que comme indicatifs dans certains cas, dans la mesure où les remontages montrent qu’un nucléus peut changer de catégorie. Le débitage bifacial sur une crête est représenté par deux individus, le bipolaire avec plans de frappe opposés par quatre pièces. Les types les plus courants sont le débitage unipolaire, douze cas, et le débitage multidirectionnel, quinze cas. Le mode unipolaire se trouve dans la plupart des cas sur des cassons repris après éclatement et sur des éclats épais ; le débitage bipolaire sur des rognons de forme allongée ; le débitage bifacial sur des nodules larges et assez plats. Le mode de débitage semble adapté à la matière première, son volume, sa forme ; les convexités naturelles ont été utilisées, mais la mise en forme, la préparation des blocs sont totalement inexistantes. Les excroissances ne semblent pas avoir perturbé les tailleurs, elles n’ont pas été supprimées. Aucun enlèvement sur les nucléus ne peut être attribuable à de la préparation.

39Les remontages effectués sur deux blocs, provenant de la structure 235, viennent confirmer ces observations. Dans le premier cas (fig. 12), nous sommes en présence d’un débitage bifacial sur une crête. Le bloc d’origine a été presque totalement reconstitué (il manque trois enlèvements). Ce rognon de forme allongée et peu épaisse (dimensions : 11,7/7,9/5 cm ; poids reconstitué : 475 g), a un cortex de couleur orangée, totalement lisse qui comporte de nombreux « coups d’ongle » ; il est probable qu’il provienne de la nappe alluviale. C’est un silex assez grenu de couleur grisâtre moucheté de blanc. Le premier plan de frappe a été constitué par deux enlèvements ; l’éclat initial est cortical et a un talon cortical, le second est cortical et a un talon lisse. La première phase de débitage, sur une face, comporte sept enlèvements dont deux manquent. Les talons sont lisses ou corticaux, les faces supérieures des éclats indifféremment corticales, semi-corticales ou non corticales. La longueur des éclats est comprise entre 2,3 cm et 3,4 cm. Cette première phase permet de dégager une arête sur la moitié du pourtour du nucléus. Mais celui-ci se fracture en deux suivant une surface gélifractée, dans le sens de l’épaisseur, dès le premier enlèvement, ce qui diminue de moitié l’épaisseur originelle du bloc. Le débitage est néanmoins poursuivi sur l’autre face, les négatifs des enlèvements précédents ayant servi de plans de frappe. La seconde phase de débitage comporte quatre éclats, dont un manque ; les talons sont lisses et les faces supérieures sont corticales ou semi-corticales. La longueur des éclats est comprise entre 3,2 et 3,7 cm. La dernière phase ne comprend qu’un seul enlèvement dans le même axe que la première phase. Le nucléus est alors abandonné. Aucun des éclats remontés n’a été transformé en outil. L’abandon de ce nucléus a été motivé par le manque d’épaisseur. Le bloc n’a donc fait l’objet d’aucune préparation et d’aucune mise en forme. Les plans de frappe ne sont pas préparés. Le débitage est très simple et ne fait appel à aucun savoir-faire particulier.

40Le second remontage présente un débitage bipolaire opposé (fig. 13). Le bloc a une forme très involuée, et présente des cavités profondes. Il est de couleur gris-noir et a un grain très fin. Le cortex de couleur beige clair est assez épais (2 mm), lisse par endroits, mais encore souple et rayable à l’ongle dans certaines zones. Une fine zone sous-corticale de couleur orangée est nettement visible sur la totalité des produits provenant de ce rognon. Par son cortex et cette zone sous-corticale, il peut être classé dans l’horizon du Thanétien. Le rognon est d’assez grandes dimensions, puisque, alors qu’il n’a pas été totalement reconstitué, la plus grande dimension est de 18 cm (18/11/9 cm) et son poids est de 770 g. A partir d’une surface naturelle lisse utilisée comme plan de frappe pendant toute la première phase de débitage, et en tirant parti de la convexité naturelle du rognon, le débitage s’est déroulé sans aucun aménagement préalable. Les premiers éclats ont réfléchi (au moins 6) et il a été nécessaire d’enlever un gros éclat afin de rattraper ces accidents. Le débitage s’est poursuivi dans un mouvement de va-et-vient autour du plan de frappe. Il a été abandonné d’une part parce que les derniers éclats se sont arrêtés sur des impuretés et des zones de fractures dans le silex, et d’autre part parce que l’angle d’attaque était trop fermé. Cette phase de débitage a fourni une vingtaine d’éclats dont treize ont pu être remontés. La seconde phase de débitage est beaucoup moins complète que la précédente. Le plan de frappe est parallèle au premier, mais à l’autre extrémité du rognon et le sens de débitage est opposé. Deux plans de frappe, d’orientation légèrement différente, mais ne modifiant pas l’axe général de débitage, ont été utilisés. Le dernier enlèvement a provoqué l’éclatement de toute une partie du bloc. Le dernier coup porté dans une autre direction a finalement fait exploser le nucléus en de nombreux fragments désormais inutilisables.

Fig. 12. — Remontages sur un nucléus présentant un débitage bifacial (St. 235).

41De nombreux autres éclats sont rattachables à ce nucléus, mais il n’a pas été possible de les resituer dans les phases de débitage. Contrairement au précédent, ce nucléus a fourni un certain nombre de supports que les néolithiques ont choisis et transformés en outils (10 au total).

42Dans les deux cas présentés ici, les conclusions sur le mode de débitage sont identiques : le choix de la qualité de la matière première est peu sélectif et des blocs très involués ne seront pas automatiquement rejetés s’ils présentent des formes naturelles utilisables. Les blocs sont ramenés sur le site entiers, non testés. Ils ne font pas l’objet d’une mise en forme ou de préparation même sommaire ; les plans de frappe sont lisses ou corticaux mais jamais préparés. Les rognons font l’objet néanmoins d’un débitage assez complet même lorsque la qualité est médiocre, ce qui semble indiquer une relative rareté de la matière. L’utilisation de la percussion dure, directe, est dans tous les cas la seule technique employée. Cet ensemble de caractère dénote un travail peu soigné ne nécessitant que les connaissances de base pour la taille du silex.

Fig. 13. — Remontages sur un nucléus présentant un débitage bipolaire (St. 235).

43La production laminaire est quantitativement très marginale puisqu’elle ne représente que 1 % (débitage + outillage) de la série. Il s’agit de huit lames entières, de quarante-cinq fragments auxquels il convient d’ajouter un nucléus et deux tablettes d’avivage. Certaines structures n’ont livré aucun produit brut de débitage. Les outils sur lame ont été utilisés pour compléter l’analyse technologique compte tenu de la faiblesse de cette représentation. Celle-ci ne permet pas, par ailleurs, la compréhension de l’ensemble des chaînes opératoires de la production, contrairement à certains sites omaliens de Belgique (Cahen, 1984). Des raccords et remontages systématiques par fosse ont été faits et n’ont donné que peu de résultats. Trois fragments de lames appartenant à deux phases de débitage différentes, mais dans un même axe, ont pu être remontés ainsi qu’un front de grattoir sur la partie proximale de la lame (fig. 14, no 4). L’étude de la série s’est donc effectuée en lecture directe sur les produits.

44Cette production est néanmoins intéressante à étudier parce qu’elle présente des caractères spécifiques très différents de celle des éclats. Les lames entières sont de petites dimensions : leur longueur est comprise entre 4,3 et 8,3 cm avec une moyenne de 5,7 cm. Les largeurs qui ont pu être mesurées sur un plus grand nombre de produits, sont comprises entre 1,5 et 2.1 cm avec une moyenne de 1,8 cm. Les épaisseurs semblent particulièrement proches : 0,4 ou 0,5 cm. Les lames sont toujours régulières ; les bords sont parallèles ainsi que les nervures sur les faces supérieures (fig. 14). Les talons sont principalement lisses, sinon punctiformes. Les faces supérieures des lames indiquent un mode de débitage unipolaire (fig. 14). Les deux tablettes d’avivage présentent un plan de frappe lisse ; les corniches ont été supprimées. L’arrière du nucléus ne semble pas avoir été préparé, il reste des plages corticales. La présence, par contre, de lames sous-crêtes et d’une lame à crête partielle semble indiquer la réalisation d’une crête avant. Deux techniques de débitage semblent coexister dans la série : la percussion tendre directe représentée par des talons punctiformes, des bords abrasés et des bulbes très diffus, ainsi que la percussion au punch (percussion indirecte) dont les petits bulbes très localisés dans la partie proximale, mais très saillants, et les talons lisses parfois légèrement concaves sont les principaux indicateurs. Cette dernière technique semble être prédominante dans l’ensemble et sa reconnaissance est confortée par la présence d’un outil en bois de cerf qui semble pouvoir être interprété comme un punch (fig. 21) dans la structure 24 (cf supra).

45La présence dans les fosses de ces éléments indique qu’une partie au moins de la production des lames a été faite sur le site : le débitage des lames ainsi que l’entretien du nucléus (avivage du plan de frappe). En l’absence de remontages systématiques, il n’est pas possible d’affirmer que les premières phases de préparation aient été réalisées sur place. Cependant, compte tenu de la proximité dans l’aspect de la matière et des cortex entre certaines lames et certains éclats, on peut envisager assez facilement que la totalité de la production s’est faite sur place.

46C’est dans le cadre de cette production qu’est utilisé le silex tertiaire. Il s’agit d’un nucléus réutilisé en percuteur, ce qui en a malheureusement beaucoup modifié l’aspect originel. Les enlèvements visibles sont réguliers et le débitage est unipolaire. Le fragment de lame retouchée présente des bords parallèles, mais ses dimensions semblent être plus massives ; en effet, sa largeur est de 2,3 cm et son épaisseur est de 0,8 cm. Dans les deux cas, ces dimensions sont supérieures à celles des lames en silex secondaire. Un échantillon plus important aurait pu nous indiquer si cette lame est une exception ou si elle reflète un autre débitage laminaire, se rapprochant un peu de celui du Villeneuve-Saint-Germain.

47La production laminaire se différencie donc totalement de la production d’éclats d’abord par le choix de la matière première. Non seulement, elle est plus diversifiée (secondaire/tertiaire), mais elle est toujours de bonne qualité. Les produits laminaires en présence reflètent effectivement un silex de bonne qualité. Par ailleurs, elle met en jeu un ensemble de connaissances techniques (utilisation du punch) et de savoir-faire (mise en forme des nucléus) plus complexes que dans le cadre d’une production d’éclats telle que nous l’avons décrite précédemment. Enfin, la comparaison du taux d’utilisation des produits issus de ces deux productions indique que les produits laminaires sont proportionnellement beaucoup plus utilisés que les éclats (fig. 15). Dans le cas des éclats, le rapport est de 1 utilisé pour 3 rejetés, alors que pour les lames, le rapport s’inverse, et est de 2 utilisés pour 1 rejeté. Ici transparaît à nouveau l’importance de la qualité de la matière première dans l’ensemble de la chaîne de production. Dans le cas de Chambly, la matière première, facilement accessible, est d’assez mauvaise qualité ; aussi, les rognons, lorsqu’ils sont de bonne qualité, sont choisis préférentiellement pour la production laminaire. La relative rareté des blocs de bonne qualité implique un soin particulier lors du débitage pour rentabiliser au maximum les rognons, et se traduit aussi par une utilisation plus complète des supports.

Fig. 14. — Outillage sur lame.
1 à 7 : grattoirs ; 8 : lame brute ; 9, 10 : troncature ; 11 à 14 : armatures. 1 : st. 13 ; 2. 4 : st. 30 ; 3, 9, 14 : st. 150 ; 5, 6. 7, 10 : st. 235 ; 11. 12, 13 : st. 70.

Fig. 15. — Variations du taux d’utilisation des types de supports.

L’OUTILLAGE

48L’outillage de Chambly est partagé entre des outils sur éclat (151) qui sont majoritaires et des outils sur lame (81). On les retrouve principalement dans les deux fosses ayant livré le plus de matériel (fig. 16).

49La catégorie des outils sur éclat comporte en réalité quelques pièces qui sont façonnées sur des cassons (15, ce qui représente 10 % de l’ensemble).

50Les pièces esquillées dominent largement la série (fig. 16A) puisqu’elles correspondent à près de la moitié des outils. Leur morphologie est très variable, les éclats sont allongés ou larges, épais ou fins (fig. 17). Dans un cas unique, une lame a été utilisée comme pièce esquillée. L’esquillement des deux extrémités est plus ou moins marqué, mais a parfois modifié fortement l’aspect originel de l’éclat à cause de petits enlèvements lamellaires. Dans quelques cas, l’éclat présente une forme rectangulaire et a été utilisé sur les quatre côtés. La plupart du temps, elles ont une extrémité ayant un angle aigu et l’autre plus large sur laquelle il est parfois possible de voir les points d’impact répétés. Cet outil est toujours fortement représenté dans les séries, en particulier dans la vallée de l’Aisne : entre 20 et 30 % (Plateaux, 1990, p. 248).

51La variabilité est grande aussi dans la classe des grattoirs (fig. 18) ; le front peut être abrupt avec des retouches parfois scalariformes, oblique avec des retouches plus couvrantes, ou très mince avec des retouches régulières, mais peu développées. Le front présente souvent une légère denticulation. Dans le cas où il est parfaitement circulaire, il s’étend sur une grande partie de l’éclat ; le front est parfois plus localisé ; dans quelques cas, la retouche est inverse.

52Les grattoirs sur lame sont beaucoup plus standardisés (fig. 14). Les fronts réalisés en bout de lame sont régulièrement convexes. Dans un cas, un front de grattoir à été façonné à chaque extrémité de la lame (fig. 14, no 6). Certains sont parfois très abîmés comme celui représenté sur la fig. 14, no 4, et présentent des retouches inverses au niveau du front. Ils sont la plupart du temps localisés en bout et ne débordent pas sur les côtés ; leur largeur est celle de la lame support. Une fine retouche apparaît parfois sur les bords ; les arêtes présentent souvent un léger poli, ces éléments pouvant s’interpréter comme des traces d’emmanchement. Cette idée serait confortée par l’existence d’extrémités et de fronts de grattoirs (7) dont la cassure, pouvant indiquer la limite d’emmanchement, se situe au même niveau que l’arrêt des traces. La longueur moyenne des grattoirs est de 3,9 cm ce qui est relativement faible, et on peut imaginer une succession de réaffûtages des outils qui en aurait réduit fortement la taille, avant l’abandon.

53La catégorie des éclats retouchés comprend des outils présentant des retouches fines, irrégulières, marginales, souvent discontinues, indifféremment directes ou inverses. Elle regroupe des pièces dont la retouche semble devoir être attribuée plutôt à de l’utilisation.

54Les denticulés sont répartis principalement entre les structures 24 et 235. Les denticulations sont souvent mal dégagées (fig. 18, no 6).

55Les perçoirs ont été fabriqués sur éclat ou sur lame (fig. 20, nos 3 à 6), mais ont été trouvés presqu’exclusivement dans la structure 24. L’extrémité est dégagée soit par deux coches, de façon assez symétrique, reprises par la suite, soit par une coche d’un côté, le second étant préparé par une retouche abrupte. Cette seconde technique provoque une dissymétrie et les extrémités sont alors déjetées (fig. 20, no 6).

56Les burins, parfois réalisés sur éclat (fig. 18, no 7), sont plus nombreux sur lame. Ils sont faits soit sur cassure, soit sur troncature, sont dièdre ou d’angle ; l’un d’entre eux est perpendiculaire à l’axe de débitage (fig. 19, no 2). Leurs extrémités sont souvent assez usées. Ils restent néanmoins peu abondants dans les séries RRBP ou omaliennes (Cahen et alii, 1986).

57Les cinq armatures de la série (fig. 14, nos 11 à 14), dont une est peut-être façonnée sur éclat, ne sont pas très régulières. Elles sont principalement perçantes ; une seule a une base concave avec une fine retouche inverse.

58Si chaque éclat n’a pas été mesuré, une analyse comparative visuelle permet de voir que les dimensions des outils sont globalement plus importantes que celles des éclats non utilisés. Le graphique figure 20 qui donne les dimensions des outils sur éclats de la structure 24 est un exemple reflétant cette observation. Il faut indiquer que les cinq outils dont les longueurs sont inférieures à 2 cm ont été utilisés dans le sens de la largeur. L’exemple des outils remontant sur l’un des nucléus (fig. 13) vient confirmer également ce fait.

59Par sa composition, cette série d’outils semble être tout à fait comparable à celles des sites RRBP de la vallée de l’Aisne, et relativement proche de celles des site omaliens de Belgique. Cet ensemble Ethique se différencie très bien, par contre, des séries Villeneuve-Saint-Germain tant par la matière première utilisée que par les types d’outils qu’on y rencontre.

Fig. 16. — A. Décompte de l’outillage sur éclat par structure ; B. Décompte de l’outillage sur lame par structure.

Fig. 17. — Pièces esquillées. 1 : st. 70 ; 2, 3 : st. 45 ; 4 : st. 28.

L’INDUSTRIE EN OS ET EN BOIS DE CERF

60L’industrie en os et en bois de cerf n’ayant pas été encore étudiée, nous nous bornerons à faire une simple présentation des objets. L’industrie en os est représentée par un seul objet (fig. 21, no 1) ; il s’agit d’un outil tranchant de type herminette. Plusieurs exemplaires de ce type d’outils ont été trouvés sur les sites rubanés récents de la vallée de l’Aisne (Sidéra, 1989).

61L’un des objets en bois de cerf semble être un outil percutant (fig. 21, no 2). Les traces de percussion à une extrémité et les petits enlèvements à l’autre pourraient évoquer une utilisation comme punch. Sa présence dans l’une des structures les plus riches en débitage et en outillage laminaire (St. 24) paraît confirmer cette fonction. Le second objet en bois de cerf provenant de la structure 26, présente des traces de raclage interne qui pourraient correspondre à l’aménagement d’un manche (fig. 21, no 3).

Fig. 18. — Outillage sur éclat.
1 à 5 : grattoirs ; 6 : denticulé ; 7 : burin. 1 : st. 150 ; 2 : st. 26 ; 3, 6 : st. 24 ; 4, 5 : st. 235 ; 7 : st. 45.

Fig. 19. — 1, 7 : lame retouchée ; 2 : burin ; 3 à 6 : perçoir ; 8 : lame à dos. 1, 7 : st. 150 ; 2 : st. 30 ; 3 : st. 235 ; 4, 5, 6 : st. 24 ; 8 : st. 13.

Fig. 20. — Dimension des outils sur éclat de la structure 24 (L, 1).

Fig. 21. — Industrie en os et en bois de cerf. 1 : st. 45 ; 2 : st. 24 ; 3 : st. 26

RÉPARTITION SPATIALE

62Seule la structure 235 peut évoquer la fonction de silo. Le matériel qu’elle contenait est relativement abondant et présente pratiquement tout l’éventail de l’outillage en silex ainsi que celui des catégories fonctionnelles de la céramique. Les deux décors de type Rubané récent sont réalisés à l’aide d’une technique similaire. Le style de ces deux récipients (fig. 8, nos 3, 4) ainsi que deux autres munis de mamelons sur la panse semblent évoquer un type de production individualisable par unité sociale (Pétrequin, 1990). Comme nous l’avons décrit ci-dessus, la structure 45 se distingue en beaucoup de points des autres fosses : sa forme, la sédimentation, la composition du mobilier qu’elle contenait, le poids de la céramique trois fois supérieur à la moyenne de toutes les structures (fig. 22), ainsi que la présence de trois formes simples sur les cinq existant. Le matériel pourrait correspondre à la proximité d’une ou plusieurs activités. Il faut remarquer la présence d’une plaquette calcaire partiellement équarrie présentant des traces d’usure sur les deux faces, et d’une molette pratiquement incrustée sur toute sa partie active d’une poudre rouge qui pourrait être de l’ocre. Concernant les autres fosses, la faiblesse relative du mobilier rend extrêmement aléatoire toute interprétation. Nous avions cependant déjà remarqué la répartition des troncatures et des armatures essentiellement entre les structures 70 et 150 et les perçoirs dans la structure 24.

structure

NMI

poids total (g)

poids moyen (g)

profil recons

13

2

180

90

2

24

7

480

69

5

26

4

240

60

3

28

1

95

95

1

30

4

300

75

2

45

5

2860

570

5

70

1

135

135

0

150

2

200

100

1

235

15

3020

201

13

Fig. 22. — Poids moyen de la céramique.

63Le site de Chambly présente une originalité par sa situation géographique d’une part et par son installation dans les loess d’autre part. En effet, ce site semble être, à ce stade de nos connaissances, le plus occidental et sa localisation dans des loess, dans une vallée secondaire, le différencie du modèle d’implantation des sites rubanés de la vallée de l’Aisne (Illet et alii, 1986). La sur-représentation de l’industrie lithique par rapport aux autres objets fabriqués est un autre facteur d’originalité.

64Des décapages supplémentaires sont prévus à l’occasion d’une seconde tranche de lotissement se situant exactement dans le prolongement du site. On peut donc envisager la découverte de structures complémentaires et surtout de maisons, ce qui augmenterait la valeur de cet échantillon.

65NOTE. Depuis le dépôt de cet article en 1992, deux bâtiments RRBP ont effectivement été fouillés.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailloud, 1974 = Bailloud (G.), Le Néolithique dans le Bassin parisien, Paris, éd. du CNRS, (2e suppl. à Gallia-Préhistoire).

Bostyn, 1994 = Bostyn (F.), Caractérisation des productions et de la diffusion des industries lithiques du groupe néolithique de Villeneuve-Saint-Germain, Doctorat, Université de Paris X, Nanterre, 2 vol.

Bostyn et alii, 1991 = Bostyn (F.), Hachem (L.), Lanchon (Y.), « Le site néolithique de la Pente de Croupeton à Jablines (Seine-et-Marne) : premiers résultats », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, éd. de l’A.R.P.E.P.P., p. 45-82.

Cahen, 1984 = Cahen (D.), « Technologie du débitage laminaire », Les fouilles de la place Saint-Lambert à Liège, Liège, p. 171-199 (E.R.A.U.L., 18).

Cahen et alii, 1986 = Cahen (D.). Caspar (J.-P.), Otte (M.), Industries lithiques danubiennes de Belgique, Liège, 88 p. (E.R.A.U.L., 21).

Constantin, 1985 = Constantin (C.), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut., Oxford, General Editors, 329 p., 295 fig. (BAR International Series, 273).

Constantin, 1986 = Constantin (C.), « La séquence des cultures à céramique dégraissée à l’os », in : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.), dir., Le Néolithique de la France : hommage à G. Bailloud, Paris, éd. Picard, p. 113-128.

Coudart, Demoule, 1982 = Coudart (A.), Demoule (J.-P.), « Le site néolithique et chalcolithique de Menneville », Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques, p. 129-147 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial).

Gallay, 1986 = Gallay (A.), « Protohistoire et ethnologie ouest africaine : (non) pertinence du codage céramique », À propos des interprétations archéologiques de la poterie : questions ouvertes, éd. de la Recherche sur les civilisations, Mémoire no 64, p. 107-165.

Ilett et alii, 1986 = Ilett (M.), Plateaux (M.), Coudart (A.), « Analyse spatiale des habitats du Rubané récent », in : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.), dir., Le Néolithique de la France : hommage à G. Bailloud, Paris, éd. Picard, p. 131-140.

Jadin, 1990 = Jadin (I.), « Économie de production dans le Rubané récent de Belgique : approche comparative des industries lithiques de trois villages », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque de Liège, novembre 1988, p. 147-154 (E.R.A.U.L., 39).

Martinez, 1990 = Martinez (R.), « Fonction de la céramique et régime alimentaire au Néolithique moyen », in : Du lard ou du cochon ; Actes des séminaires publics d’Archéologie 1988-1989, DRAC de Franche-Comté, Conseil régional de Franche-Comté, éd. du Min. de la Culture, p. 91-96.

Martinez, 1991 = Martinez (R.), « Chasséen septentrional ou Néolithique moyen régional », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1988, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 177-198 (Mém. du musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Martinez, 1993 = Martinez (R.), « Fonction de la céramique et régime alimentaire au Néolithique », in : Actes du 16e colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, novembre 1989, p. 127-132 (DAF, 39).

Otte, 1984 = Otte (M.), « L’industrie lithique omalienne », Les fouilles de la place Saint-Lambert à Liège, Liège, p. 111-146 (E.R.A.U.L., 18).

Pétrequin, 1990 = Pétrequin (P.), « Produire pour soi ? La céramique de Chalain 2 au Néolithique final », in : Du lard ou du cochon ; Actes des séminaires publics d’Archéologie 1988-1989, DRAC de Franche-Comté, Conseil régional de Franche-Comté, éd. du Min. de la Culture, p. 97-98.

Plateaux, 1990 = Plateaux (M.), « Quelques données sur l’évolution des industries du Néolithique danubien de la vallée de l’Aisne », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 239-256 (E.R.A.U.L., 39).

Sidéra, 1989 = Sidéra (I.), Un complément des données sur les sociétés rubanées : l’industrie osseuse à Cuiry-lès-Chaudardes (BAR International Series, 520).

Soudsky et alii, 1982 = Soudsky (B.), « L’habitat néolithique et chalcolithique de Cuiry-les-Chaudardes », Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques, p. 57-119 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial).

Tappret, Villes, 1988 = Tappret (E.), Villes (A.), « Céramique non rubanée des habitats rubanés de Champagne », in : 15e colloque sur le Néolithique de Châlons-en-Champagne, Résumé des communications, 2 p.

van Berg, 1990 = van Berg (P.L.), « Céramique du Limbourg et néolithisation en Europe du Nord-Ouest », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 161-208 (E.R.A.U.L., 39).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Plan de situation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 2. — Plan des structures : 1. structures néolithiques ; 2. structures supposées néolithiques ; 3. structures protohistoriques et médiévales ; 4. limite approximative du loess et du limon de débordement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3. — Caractéristiques principales des structures et poids du mobilier par structure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4. — Données typologiques de la céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 5. — A. céramique de la st. 45 ; B. céramique de la st. 13.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 6. — Céramique de la st. 24.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7. — Céramique de la st. 235.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 8. — Décors rubané récent ; 1, 8 : st. 30 ; 2 : st. 45 ; 3, 4 : st. 235 ; 5, 6 : st. 150 ; 7 : st. 24.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 9. — Décors de type Limbourg ; 1, 4 : st. 235 ; 2 : st. 70 ; 3 : st. 26.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 10. — Répartition du lithique, en poids (g), par structure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 12. — Remontages sur un nucléus présentant un débitage bifacial (St. 235).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 13. — Remontages sur un nucléus présentant un débitage bipolaire (St. 235).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 14. — Outillage sur lame.1 à 7 : grattoirs ; 8 : lame brute ; 9, 10 : troncature ; 11 à 14 : armatures. 1 : st. 13 ; 2. 4 : st. 30 ; 3, 9, 14 : st. 150 ; 5, 6. 7, 10 : st. 235 ; 11. 12, 13 : st. 70.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 15. — Variations du taux d’utilisation des types de supports.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 16. — A. Décompte de l’outillage sur éclat par structure ; B. Décompte de l’outillage sur lame par structure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 17. — Pièces esquillées. 1 : st. 70 ; 2, 3 : st. 45 ; 4 : st. 28.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 18. — Outillage sur éclat.1 à 5 : grattoirs ; 6 : denticulé ; 7 : burin. 1 : st. 150 ; 2 : st. 26 ; 3, 6 : st. 24 ; 4, 5 : st. 235 ; 7 : st. 45.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 19. — 1, 7 : lame retouchée ; 2 : burin ; 3 à 6 : perçoir ; 8 : lame à dos. 1, 7 : st. 150 ; 2 : st. 30 ; 3 : st. 235 ; 4, 5, 6 : st. 24 ; 8 : st. 13.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 20. — Dimension des outils sur éclat de la structure 24 (L, 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 21. — Industrie en os et en bois de cerf. 1 : st. 45 ; 2 : st. 24 ; 3 : st. 26
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/595/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search