Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Les fossés d’enceintes de la culture à Céramique linéaire en Alsace

Christian Jeunesse

Texte intégral

  • 1 « Befestigte neolithische und äneolithische Siedlungen und Plätze in Mitteleuropa », Elbingerode 1 (...)
  • 2 Waremme-Longchamps et Oleyeye, décrits dans Cahen et alii, 1989.
  • 3 Heilbronn (Biel, 1989) et Herrenberg-Affstatt (Neth, 1986).
  • 4 À comparer avec les 60 points présentés dans un article récent par O. Höckmann, mais sélectionnés (...)

1La réalisation durant les 20 dernières années dans différentes régions d’Europe de fouilles de grande envergure sur des habitats rubanés a relancé la question des enceintes dans le Néolithique ancien d’Europe centrale. L’enrichissement spectaculaire d’un corpus longtemps dominé par le grand complexe de Köln-Lindental a débouché sur un renouvellement au moins partiel des problématiques. Les réflexions de P.-L. van Berg sur la géométrie des enceintes (van Berg, 1990) ainsi que les diverses contributions présentées au colloque de Elbingerode en 19881 ont contribué à alimenter ce débat. Peu avant, J. Lüning avait proposé un répertoire comprenant trente-deux sites (Lüning, 1988), auxquels on peut aujourd’hui adjoindre deux nouvelles enceintes belges2, deux ouvrages exhumés récemment en Allemagne3, le site hongrois de Bicske (Tulok, Makkay, 1990), les sites moraves de Boritov et Unicov (Tichy, 1990), ainsi que les trois sites alsaciens qui vont être présentés ici, ce qui porte le total actuel à quarante-deux4.

2Deux de ces structures, Colmar « Rufacher Huben » et Wettolsheim « Ricoh », proviennent de la région de Colmar ; la troisième, Rosheim « Lotissement Sainte-Odile », se situant en Basse-Alsace, à une vingtaine de km à l’Ouest de Strasbourg (fig. 1). Les deux premières appartiennent à l’étape ancienne, la dernière à l’étape récente de la Céramique Linéaire. Après description sommaire de chacune de ces découvertes, une discussion tentera d’en souligner la portée dans le cadre d’une région, la Plaine du Rhin supérieur, qui jusque là n’avait livré aucune structure de ce type.

COLMAR « RUFACHER HUBEN » (HAUT-RHIN)

3Après une importante fouille menée par C. Bonnet et son équipe entre 1977 et 1984 (Bonnet et alii, 1988 ; Sainty, 1990), l’exploration de ce site a été reprise en 1985/86 par moimême et S. Plouin (Jeunesse, 1993). Lors de cette seconde intervention, plusieurs structures de grand intérêt ont été repérées sur les 3 000 m2 du décapage (fig. 2). Parmi elles, on retiendra particulièrement un plan de maison avec dispositif en Y, le fossé de fondation d’une palissade probablement liée à ce même bâtiment et, enfin, une section de fossé d’enceinte suivie sur une quarantaine de mètres. De même que la plupart des fosses explorées sur cet habitat, ces trois structures appartiennent à l’étape ancienne de la Céramique Linéaire. Large en moyenne de 1,20 m et profond, en moyenne également, de 0,30 m par rapport au niveau de décapage, ce fossé à profil en cuvette (fig. 5, no 4) se caractérise par un remplissage lehmique peu contrasté et variant, suivant les endroits, entre le brun clair et le brun foncé. Le mobilier, relativement abondant et comportant toutes les catégories par ailleurs habituellement rencontrées dans les fosses latérales des maisons, ne montrait pas de concentrations particulières. Des deux interruptions identifiées, celle située près de l’extrémité est de la section étudiée est la plus remarquable. Large de 2 m, elle est bordée à l’Ouest par une tête de fossé élargie et recoupée, perpendiculairement à l’axe du fossé, par un petit fossé de 5,40 m de long, 0,30 m de large et 0,10 m de profondeur. Cette structure, dont la contemporanéité avec le fossé d’enceinte n’est en rien assurée n’aurait pas mérité d’être mentionnée si l’association qu’elle forme avec l’interruption n’était comparable à des configurations observées sur plusieurs autres enceintes rubanées, un fait sur lequel nous aurons l’occasion de revenir plus loin.

WETTOLSHEIM « RICOH » (HAUT-RHIN)

Fig. 1. — Localisation des trois sites étudiés. 1 : Rosheim (Bas-Rhin) ; 2 : Colmar ; 3 : Wettolsheim (Haut-Rhin).

4Exploré par la Direction des Antiquités d’Alsace dans le cadre d’une fouille de sauvetage menée entre 1987 et 1990, ce site a livré un vaste habitat rubané dont la partie étudiée s’étend sur environ 3 ha. Son occupation couvre la totalité de la séquence linéaire locale, du Rubané ancien au Rubané final. Plusieurs sections d’un fossé aux caractéristiques proches de celui de Colmar (profil en cuvette, largeur moyenne autour de 1,20 m, profondeur moyenne de 0,25 m) ont été repérées. Leur alignement (fig. 3) décrit un tracé sub-rectiligne d’environ 180 m de long marqué aux extrémités par des infléchissements qui montrent que l’espace enclos s’étendait sur la partie orientale de la zone fouillée.

5Parmi les larges interruptions visibles sur le plan, certaines sont artificielles et correspondent soit à des parties non explorées, soit à des zones perturbées par des structures protohistoriques. Ailleurs, lorsque les limites des portions de fossé sont clairement identifiables, deux cas de figures, entre lesquels il n’a pas été possible de trancher, sont possibles : d’un côté des interruptions intentionnelles (entrées ou « Lössbrücken » d’un fossé discontinu), de l’autre des lacunes provoquées par l’érosion des sections les moins profondes. Trois des sept sections identifiées ont livré de la céramique décorée : à chaque fois, il s’agit de tessons attribuables sans ambiguïté à l’étape ancienne. La réflexion sur les relations entre fossé et habitat est, ici comme à Colmar, entravée par la difficulté qu’on éprouve à élaborer une périodisation interne suffisamment fine. Rien ne permet d’affirmer que les fosses « Flombom » du site, qui sont, il convient de le signaler, toutes localisées côté intérieur par rapport à l’emprise théorique de l’enceinte, sont contemporaines de celle-ci.

Fig. 2. — Colmar « Rufacher Huben ». Plan partiel de la fouille 1985/1986 (d’après Jeunesse, 1993).

Fig. 3. — Wettolsheim « Ricoh », fouille 1987-1990. Plan simplifié avec positionnement des maisons rubanées et tracé du fossé.

ROSHEIM « LOTISSEMENT SAINTE-ODILE » (BAS-RHIN)

6Ce site a fait l’objet, début 1991, d’une fouille de sauvetage menée par la Direction des Antiquités d’Alsace. Outre une série de fosses et un plan de maison (Grossbau), les 3 200 m2 du décapage ont livré une portion d’environ 120 m de long d’un fossé d’enceinte (fig. 4). Toutes ces structures appartiennent aux étapes récente et finale de la culture à Céramique Linéaire. Le mobilier, d’une richesse exceptionnelle dans le contexte régional et dont la valeur scientifique est renforcée par l’homogénéité chronologique des structures, comporte notamment cent vingt outils en os (fig. 7) et une soixantaine d’herminettes en pierre polie (entières ou à l’état de fragments), ainsi d’ailleurs que les restes liés au façonnage de ces deux catégories d’outils.

7L’enceinte. La section étudiée mesure 120 m de long ; sa largeur oscille entre 0,50 m et 1,80 m, sa profondeur entre 0,10 m et 1,75 m sous le niveau de décapage. Deux grandes interruptions, interprétables comme des entrées, sont larges de 8,80 et 8,00 m et éloignées de 55 m l’une de l’autre. Une fosse en fente (« Schlitzgrube ») recoupe transversalement l’une de ces interruptions. Cependant, là encore, rien n’indique que cette association n’est pas purement fortuite ; l’examen du plan (fig. 4) montre d’ailleurs que cette « Schlitzgrube » fait partie d’un petit ensemble de trois, suivant un type de regroupement qui a déjà été rencontré sur d’autres habitats rubanés. Le fossé est composé, à première vue, de deux types de sections : discontinu par endroits, il présente ailleurs d’assez longues sections apparemment continues.

8Les sections discontinues sont constituées de fosses oblongues séparées par d’étroits ponts de loess. La largeur de ces interruptions varie entre 1,48 m et 0,15 m. Pour les onze fosses, les longueurs suivantes ont été enregistrées : 4,00 - 4,00- 4,40 - 2,08 - 3,70 - 4,40 - 4,40 - 4,50 - 3,80 - 3,25 et 2,20 m. Cette relative régularité des longueurs contraste avec la forte variabilité morphologique et dimensionnelle. Sur les onze fosses, deux présentent un profil en V (« Spitzgraben »), atteignant respectivement 0,60 m et 1,00 m sous le niveau de décapage. Les neuf autres sont à fond plat, mais présentent toute une gamme de profondeurs, de largeurs et de pendages des parois. Les profondeurs, par exemple, varient entre 0,10 m et 0,80 m, un écart qui, il convient de le préciser, n’est en aucun cas attribuable à des variations d’intensité de l’érosion. Comme on l’a vu, huit des onze fosses ont une longueur comprise entre 3,70 m et 4,50 m ; par ailleurs, il est intéressant de constater que, sur les trois restantes, deux sont situées à côté des entrées. Il se pourrait donc, de ce fait, que leur longueur exceptionnelle soit liée à une contrainte portant sur la largeur des entrées. La forte variabilité régnant entre les différentes fosses (entre un « Sohlgraben » de 0,10 m de profondeur et un « Spitzgraben » atteignant 1,00 m, en passant par tout l’éventail des situations intermédiaires) semble refléter des conceptions très différentes et pourrait signifier que plusieurs groupes, porteurs chacun de traditions différentes, ont participé à l’aménagement du fossé.

Fig. 4. — Rosheim « Lotissement Sainte-Odile ». Plan des structures du Néolithique ancien. A : localisation du plan de détail de la figure 6.

9Les sections plus longues, composées à première vue de fossés continus, sont au nombre de trois ; en partant du Nord, elles mesurent respectivement 23,80 m - 9,30 m et > 22 m, la dernière étant interrompue au Sud par la limite du décapage. En réalité, leur apparente continuité cache une grande hétérogénéité morphologique qui se traduit, à l’intérieur de chacune des sections, par plusieurs changements de forme. Dans la première, celle qui fait suite à la « porte nord », on note la succession suivante : 11,80 m en Spitzgraben (prof. : 1,40 m), 9,30 m en Sohlgraben (prof. : 0,50 m) et 4,40 m en Spitz/Sohlgraben (prof. : 1,40 m). De plus, si la plus courte de ces sous-sections est parfaitement homogène, il n’en est pas de même pour les deux autres, pour lesquelles des variations morphologiques mineures offrent la possibilité d’une nouvelle segmentation. On remarque d’ailleurs que la longueur de la sous-section la plus courte s’inscrit parfaitement dans la fourchette où est regroupée la majorité des fosses appartenant aux portions de fossé discontinues. Dans la plus méridionale des sections continues, les premiers 8,50 m sont traités en Sohlgraben, le reste en Spitz- ou en Spitz/Sohlgraben. Pour la partie en Sohlgraben, on parvient sans difficulté à distinguer trois fosses distinctes qui se chevauchent partiellement (fig. 6) ; un problème de délais nous a empêchés d’étudier exhaustivement la suite, mais deux sondages démontrent qu’elle se compose d’au moins deux sous-sections. Le contact entre le Sohlgraben et le Spitzgraben est particulièrement intéressant à observer (fig. 6) : une couche de cendres et de charbons de bois liée à l’un des fours dont il sera question plus loin et posée sur le fond du Sohlgraben montre en effet que le Spitzgraben (à gauche) était au moins partiellement comblé lorsque la fosse en Sohlgraben a été aménagée.

Fig. 5. — Profils transversaux des fossés Rubané récent/final de Rosheim (nos 1 et 2), et Rubané ancien de Wettolsheim (no 3) et Colmar (no 4).

Fig. 6. — Rosheim « Lotissement Sainte-Odile ». Détail de la partie sud du fossé (voir localisation sur fig. 4). Ce document montre bien que c’est par la juxtaposition de fosses individuelles qui se recoupent partiellement que l’on obtient une section à première vue continue du fossé.

10On remarque donc que la distinction opérée dans un premier temps entre sections continues et sections discontinues est largement artificielle, puisque les sections apparemment continues sont elles aussi formées de la juxtaposition de fosses que l’analyse fine permet de bien individualiser. L’impression de continuité, manifeste lorsqu’on examine un plan peu détaillé, vient en fait de ce que ces fosses se recoupent partiellement les unes les autres.

11Ces constatations ne sont pas sans incidence sur la manière dont on peut se représenter l’aménagement du fossé dans sa dimension temporelle. La stratigraphie que nous venons de décrire démontre que le creusement ne s’est assurément pas fait en une seule fois. Les différences morphologiques entre les sous-sections renvoient aux différences observées entre les fosses des portions discontinues, différences qui pourraient, comme on l’a vu, témoigner de l’implication de plusieurs groupes distincts dans l’édification du fossé. Cette interprétation est parfaitement compatible avec les écarts observés dans les remplissages, les différentes fosses ou sous-sections n’ayant aucune raison d’être solidaires de leurs voisines. Si ce modèle s’avérait exact, c’est notre conception du fossé néolithique ancien (ou au moins d’un des types représentés à ce moment) qui serait à réviser entièrement. Employant une formulation volontairement provocatrice, je dirais que la notion de fossé au sens traditionnel apparaît dans ce cas comme une vue de l’esprit, puisqu’elle fait référence, au moins implicitement, à l’idée d’un sillon continu creusé en une seule fois dans le but d’enclore une aire donnée. Cette conception englobe d’ailleurs ce que l’on appelle en général « fossé discontinu » : là encore, dans l’esprit des chercheurs, il s’agit d’un tout organique dont les parties n’ont aucune autonomie ; c’est ce qui ressort de l’idée, fréquemment émise, que les interruptions des fossés ne correspondraient pas à des interruptions de l’enceinte, puisqu’elles ne coïncident pas avec des interruptions de la levée de terre ou du rempart ; le caractère discontinu du fossé n’entrant pas dans le schéma généralement admis, on se rétablit en le relégant au rang de partie secondaire d’un dispositif qui, pris dans son ensemble, possède tous les caractères requis pour faire une « véritable » enceinte. C’est ainsi que certains ont pu avancer que le rôle du fossé était d’abord de fournir les matériaux du vallum, ce dernier constituant la seule véritable barrière, et que le creusement du premier se terminait au moment ou s’achevait l’érection du second. Ce type d’explication est totalement inopérant dans le cas du fossé de Rosheim, dont le creusement obéit manifestement à une autre logique.

Fig. 7. — Rosheim « Lotissement Sainte-Odile », choix d’outils en os du Rubané récent/final. 1 : herminette ; 2 : armature de flèche ; 3 : pointe ; 4 : plaquette ; 5 : poinçon.

12L’existence de chevauchements dans les sections « continues » suggère par ailleurs l’idée du caractère contraignant du tracé : c’est précisément sur cette ligne que devaient être creusées les fosses oblongues qui constituent le « fossé ». Tout porte à croire que ce tracé était défini dès avant le creusement de la première fosse, et qu’il était probablement matérialisé au sol par un sillon, une palissade, ou encore une haie qui servaient de guide à chaque nouveau creusement de fosse. Cette idée de tracé prédéfini rejoint les hypothèses de P.-L. van Berg concernant la géométrie des enceintes (van Berg, 1990). Selon lui, les huit enceintes de la région rhéno-mosane qu’il a étudié « illustrent des applications du même schéma architectural ». Mais, comme le souligne ce chercheur, rien n’indique que ce schéma était cantonné à la région rhéno-mosane, choisie uniquement parce qu’elle est la seule à fournir un corpus suffisamment étoffé de plans complets ou reconstituables. De fait, on observe que la section de fossé étudiée à Rosheim se superpose sans difficultés à plusieurs tracés de cette région, comme par exemple celui du fossé extérieur de Langweiler 8 (Boelicke et alii, 1988). Il faudra cependant attendre, avant de tirer des conclusions dans ce domaine, de pouvoir disposer d’un plan plus complet dans la plaine du Rhin supérieur.

13Faute d’avoir pu en explorer une surface suffisamment représentative, il n’y a malheureusement pas grand-chose à dire sur l’intérieur de l’enceinte. On constatera tout au plus que, sur les 700 m2 étudiés, on n’a observé ni trous de poteaux ni restes de fosses latérales. On ne peut donc exclure, dans le cas de Rosheim, une situation comparable à celle des « enceintes agora » du Plateau d’Aldenhoven, qui sont implantées systématiquement à côté des groupes de maisons.

14Deux fours taillés à la base de la paroi interne constituent l’une des particularités les plus originales du fossé de Rosheim (fig. 6). Hauts au maximum de 25 cm, ils évoquent par leur forme (quadrangulaire à coins arrondis) et leurs dimensions (env. 1 m de côté) les nombreux fours culinaires découverts dans les habitats rubanés de l’Est de l’Europe centrale. L’un d’entre eux constitue, pour le Néolithique ancien, l’un des rares cas de fours entièrement conservés, voûte comprise et non effondrée. Les restes de foyers se retrouvent sous forme de nappes de cendres et de charbons de bois étalés sur le fond du fossé, ce qui prouve que ce dernier était fraîchement creusé lorsque les fours ont été aménagés et utilisés.

DISCUSSION

COLMAR, WETTOLSHEIM ET LES FOSSÉS DU RUBANÉ ANCIEN

15Comme on l’a vu, les fossés de Colmar et de Wettolsheim appartiennent selon toute vraisemblance à l’étape ancienne de la Céramique Linéaire. Leur faible profondeur et leur profil en cuvette les apparentent à des fossés découverts à Eisleben (Kaufmann, 1989), Heilbronn (Biel, 1989) et Bietigheim-Bissingen (Höhn, 1985). Il n’est sans doute pas indifférent d’observer que le premier a été attribué à l’étape la plus ancienne (« atteste Lbk ») et les deux autres à l’étape moyenne du Rubané. Cela ferait donc cinq fossés aux caractéristiques analogues pour les trois premières étapes du Rubané, des documents qui nous fournissent l’esquisse d’une chronologie des types de fossés à l’intérieur de la Céramique Linéaire.

16La question de l’éventuelle discontinuité originelle du fossé de Wettolsheim restera malheureusement ouverte. À Colmar, la longueur de la section étudiée ferait plutôt pencher en faveur d’un fossé continu bien que, là encore, la superficie trop réduite du décapage empêche de se prononcer catégoriquement. Le problème de la discontinuité est bien sûr inséparable du modèle interprétatif que je viens de développer à propos du fossé de Rosheim, modèle où il est démontré qu’une continuité apparente peut en fait cacher une vraie discontinuité. Cette analyse est-elle applicable au site de Colmar et, par extension, à l’étape ancienne du Rubané ? Malheureusement, les observations réalisées au moment de la fouille, c’est-à-dire à une époque où le modèle « rosheimois » n’était pas encore élaboré, sont insuffisantes pour alimenter une discussion sur ce point. Là comme dans de nombreux autres cas, et nous aurons l’occasion dans le paragraphe suivant de revenir sur cet aspect méthodologique, une approche stratigraphique a été préférée à une approche plus horizontale qui aurait permis plus facilement de déceler d’éventuels chevauchements.

17Une indication sur la dimension des fossés du Rubané ancien nous est donnée à Wettolsheim, où on est en mesure de reconstituer une enceinte dont l’un des axes avoisinerait les 200 m. Ce chiffre est à rapprocher de l’exemple d’Eilsleben, où le fossé de la « atteste Lbk » a été suivi sur environ 180 m, et cela suivant un tracé en gros rectiligne. Ces chiffres évoquent des ouvrages dont la taille serait comparable à celle des plus grandes enceintes connues pour le Rubané récent.

18La distance qui sépare les fossés de Colmar et de Wettolsheim est d’environ 850 m. S’agit-il là d’une situation tout à fait spécifique à cette zone, ou peut-on en conclure que dès le Rubané ancien le fossé n’est pas un phénomène aussi marginal qu’on a pu le supposer ? La question mérite en tout cas d’être posée. Pour expliquer le petit nombre de cas attestés pour les étapes ancienne et moyenne, on peut invoquer deux causes potentielles : la première est la faible profondeur des fossés aménagés à cette époque, qui en fait des victimes privilégiées de l’érosion ; la seconde relève de l’histoire des recherches : de nombreuses régions restent peu explorées, et il n’est pas indifférent de noter qu’en Alsace les deux seuls habitats rubanés anciens qui ont fait l’objet de décapages extensifs ont tous les deux livré des fossés.

19Des petits fossés transversaux recoupant des entrées comparables à celui de Colmar existent sur plusieurs autres sites. Le plus proche est, de par sa longueur, celui de la porte 2 de l’enceinte de Langweiler 8, mais on a signalé des structures comparables, toujours en contexte rubané, à Plaidt, Straubing-Lerchenhaid et Köln-Lindental (Höckmann, 1990 ; Boelicke, 1988). Cependant, l’exemplaire de Colmar est, à ma connaissance, le plus ancien jamais mis au jour.

ROSHEIM ET LES FOSSÉS DU RUBANÉ RÉCENT

20Comme on l’a vu, le fossé de Rosheim est composé de courtes fosses oblongues juxtaposées qui à certains endroits sont séparées par des « Lössbrücken » et à d’autres se chevauchent pour former d’assez longues sections dont la continuité n’est qu’apparente. Par ailleurs, il semble avoir été aménagé très progressivement par plusieurs groupes distincts affichant des conceptions différentes. Cette image paraît à première vue assez éloignée de tout ce qui a été écrit jusque là à propos des enceintes rubanées. Cependant, si l’on y regarde de plus près, on s’aperçoit que certains des traits observés à Rosheim existent également sur d’autres sites.

21Un fossé manifestement discontinu, et dont la longueur des sections n’est pas sans rappeler ce qui a été vu à Rosheim, est en cours d’exploration à Menneville, dans la Vallée de l’Aisne (Guichard, 1991). La littérature fournit d’autres exemples de fossés au moins partiellement discontinus ; c’est le cas en particulier de celui de Sittard (Boelicke, 1988). Mais, à l’image de la situation rencontrée à Wettolsheim, les effets cumulés de l’érosion et de nombreuses perturbations entravent la lecture des fossés concernés et nous contraint à la prudence.

  • 5 « Comme le montre l’exemple de Langweiler 8, la forme d’un fossé peut également changer d’une sect (...)

22L’irrégularité des formes, et en particulier des profils, qui caractérise les sections apparemment continues de Rosheim, se retrouve à Langweiler 9 (Kuper et alii, 1977) et Lanweiler 8 (Boelicke, 1988). À propos de ce dernier exemple, l’auteur de l’étude remarque : « Wie das Beispiel Langweiler 8 zeigt, kann die Form eines Grabens auch von Abschnitt zu Abschnitt wechseln. Die Masse der Graben konnen erheblich schwanken »5. (À Langweiler 9, le fond est, suivant les endroits, plat, en forme de U ou de cuvette, ou en forme de V. Il apparaît donc que ces deux fossés présentent d’assez fortes analogies avec les sections « continues » de celui de Rosheim. Est-on pour autant en droit d’imaginer pour les deux sites allemands des modalités d’aménagement identiques à celles que nous avons reconstituées pour Rosheim ? Même si les preuves manquent, et nous verrons plus loin pourquoi, l’idée mérite en tout cas d’être évoquée, et la piste suivie. Dans cette hypothèse, les fossés de Langweiler 8 et 9 représenteraient des stades plus avancés du processus dont nous avons cru pouvoir déceler l’existence à Rosheim. Alors que sur le site alsacien il restait, lors de l’abandon du fossé, des parties discontinues, celles-ci auraient été entièrement éradiquées dans le cas des enceintes du Plateau d’Aldenhoven. Le modèle qui se dégage de cette comparaison est le suivant : dans un premier temps, le tracé de l’enceinte est matérialisé par une palissade, une haie ou un sillon ; c’est sur ce tracé que sont progressivement implantées des fosses oblongues identiques à celles observées à Rosheim ; au début, la possibilité existe de préserver des espaces non excavés entre les différentes fosses ; au bout d’un certain temps cependant, la nécessité de respecter le tracé initial oblige, lors du creusement de nouvelles fosses, à recouper partiellement les anciennes structures. C’est ainsi que, sans qu’aucun changement n’intervienne ni dans la conception ni dans la fonction, le fossé discontinu se transforme petit à petit en fossé continu.

23Notre chance, à Rosheim, aura été de rencontrer un fossé abandonné alors que subsistaient encore des sections à « Loessbrücken ». On serait donc en présence sur ce site et sur un même fossé de deux états successifs du modèle théorique que nous venons de décrire. Il me paraît intéressant de noter que l’analyse des sections en apparence continues a été guidée par l’interprétation des sections discontinues, qui nous a rendu attentif à l’idée d’un aménagement progressif réalisé par des groupes distincts, et qui nous a, sur le plan pratique, incité à porter une attention plus soutenue à la dimension horizontale. Il n’est pas certain qu’une démarche plus traditionnelle consistant à multiplier les profils nous aurait permis d’atteindre les mêmes conclusions. Il est même plus que probable que, travaillant uniquement sur les sections « continues » avec en tête l’idée classique de l’enceinte telle que nous l’avons rappelée plus haut, nous aurions interprété les traces de recoupements comme des indices d’une ou de plusieurs réfections de la totalité du fossé.

24À Langweiler 9, les fouilleurs ont distingué trois phases dans l’histoire du fossé (Kuper et alii, 1977). Un premier fossé (phase 1) aurait été curé et réaménagé sur toute sa longueur (phase 2), avant que le fossé rénové résultant de cette réfection ne subisse lui aussi des réaménagements partiels sous la forme d’un élargissement et d’un approfondissement des têtes de fossés ainsi que de recreusements localisés (phase 3). À la lumière des observations réalisées à Rosheim, et compte tenu de la tactique de fouille employée, on peut raisonnablement avancer l’idée que l’interprétation proposée par les auteurs de la monographie n’est peut-être pas la seule envisageable. On a vu qu’à Rosheim rien ne ressemblait plus à une phase de réfection qu’un recoupement entre fosses de conceptions différentes, comme c’est le cas dans l’exemple décrit plus haut où une fosse à fond plat recoupe une fosse à profil en V déjà partiellement comblée. Il est d’ailleurs intéressant de constater que le modèle développé à propos de Rosheim s’applique sans difficultés à la phase 3 de Langweiler 9, phase durant laquelle des fosses de quelques mètres de longueur sont creusées localement dans le remplissage du fossé no 2 alors que celui-ci est déjà partiellement comblé. Pourquoi ne pas imaginer, dès lors, que cette dernière phase pourrait représenter tout simplement les derniers épisodes d’un processus continu assimilable au modèle « rosheimois » ?

  • 6 Ibid., p. 415 : « Bei dem Versuch einer Rekonstruktion der Umfassungsanlagen wird von der Annahme a (...)

25La même variabilité morphologique a été observée sur les trois fossés concentriques de Langweiler 8 (Boelicke, 1988). De manière significative, il n’a pas été possible dans ce cas de mettre en évidence une véritable phase de réfection concernant la totalité de l’un au moins des fossés. Aucune explication satisfaisante n’est par ailleurs donnée de l’origine de cette variabilité. De manière plus ou moins implicite, l’existence de nombreux épisodes de recreusement est reliée à la nécessité pour les utilisateurs du site de remettre en état la levée de terre qui, suivant l’auteur, devait se trouver en retrait du fossé. L’existence du fossé semble d’ailleurs, et cela dès le départ, subordonnée à la fourniture de matériaux pour le « vallum »6. Même si elle paraît à première vue frappée du sceau du bon sens, cette idée n’apporte aucune solution satisfaisante ni au problème de la forme particulière de certaines sections (pourquoi creuser des « Spitzgraben » si l’objectif premier est d’extraire de la terre pour édifier un « rempart » ?), ni à celui de la variabilité morphologique qui, dans le cadre des explications traditionnelles, ne peut apparaître que comme l’effet d’un désordre incompréhensible.

26C’est précisément de cet apparent désordre que rend compte le modèle élaboré à Rosheim ; mais cela ne signifie pas, loin de nous cette idée, qu’il soit forcément valable pour interpéter les sites de LW 8 et 9. Seule une nouvelle fouille menée sur une enceinte comparable du Rubané récent du Nord-Ouest à l’aide d’une approche inspirée de l’exemple rosheimois pourrait permettre de juger de sa validité sur une aire géographique dépassant les limites de la Basse-Alsace. Et si, à l’issue de ce test, notre modèle sortait renforcé, cela ne voudrait pas dire pour autant qu’il permet de rendre compte de toutes les enceintes rubanées connues. On pense aux enceintes antérieures au Rubané récent, dont il a été question ci-dessus et, parmi celles de l’étape récente, à des exemples comme le « Grabenring C » de Köln-Lindental (Sohlgraben de 5/6 m de large) ou encore l’enceinte de Bracht, elle aussi particulièrement large (Boelicke, 1988). Tout au plus ce modèle permettrait-il, en définissant clairement l’un au moins des types de fossés existant au Néolithique ancien, d’introduire une amorce d’ordre dans un domaine où les analyses sont jusqu’à présent restées très générales.

  • 7 Deux fours seulement ont pu être identifiés sur les 120 m de tracé étudiés ; cependant, des restes (...)

27Reste à se demander ce qu’apporte cette nouvelle hypothèse pour ce qui concerne la signification des enceintes. L’aménagement par étapes des enceintes de type « Rosheim » exclut d’emblée une utilisation comme enclos à bétail ou comme fortification. La présence des fours culinaires, dont tout porte à croire qu’ils sont liés organiquement au fonctionnement du fossé7, incite à se tourner plutôt vers les explications qui privilégient les aspects sociaux, politiques et religieux. Les restes humains découverts à Menneville (Guichard, 1991) et Plaidt (Boelicke, 1988) plaident dans le même sens, étant entendu bien sûr qu’il ne faut probablement pas s’attendre à une explication univoque, ce qui est d’ailleurs suggéré d’emblée par la forte variabilité des fossés d’enceintes connus.

  • 8 De l’habitat de LW 8 dépend l’enceinte portant le même numéro, mais vraisemblablement aussi celle (...)
  • 9 Plusieurs tessons découverts dans le remplissage du fossé présentent de fortes analogies avec l’ét (...)

28Dans un travail consacré à la culture d’Oberlauterbach, J. Petrasch a suggéré qu’il pourrait exister un lien entre l’importance des habitats correspondants et la présence des enceintes, les secondes étant associées aux plus vastes des premiers et éventuellement aussi à des sites présentant un rôle particulier dans les réseaux d’échanges (Petrasch, 1990). La documentation reste insuffisante pour que l’on puisse espérer mener rapidement une telle analyse pour la culture à Céramique Linéaire. Quelques indices suggèrent cependant que le modèle propre au Néolithique moyen de Bavière pourrait être valable également pour le Rubané récent. On pense notamment au cas de Langweiler 8, habitat le plus vaste et le plus longuement occupé de la micro-région du Merzbachtal, et qui de surcroît occupe une place stratégique dans le sytème régional de diffusion des matières premières lithiques (Lüning, 1982)8. De même, le site de Rosheim occupe une place à part dans le Rubané de Basse-Alsace. En plus de la richesse déjà mentionnée de certaines catégories de mobiliers comme les herminettes et l’outillage en os, on peut évoquer la présence sur le site de toute une série de céramiques d’importation provenant de Haute-Alsace, du Neckar et peut-être aussi d’autres régions plus éloignées encore9. A ces contacts au long cours doivent d’ailleurs s’ajouter des contacts beaucoup plus développés avec les autres communautés de la zone de peuplement de Basse-Alsace, dont la superficie couvre pas loin d’un millier de km2. Dans le cadre du modèle développé plus haut, il se pourrait bien que l’intensité de ces relations présente un lien avec la variabilité morphologique observée sur le fossé.

29S’appuyant sur la présence dans certains fossés de restes humains, sur la ressemblance entre un aménagement de porte de Bylany et les « Bastionen » de l’enceinte Michelsberg d’Urmitz, mais aussi et surtout sur l’existence dès le Rubané d’enceintes dépourvues de traces d’habitat à l’intérieur, U. Boelicke a récemment émis l’idée qu’il pourrait y avoir un lien génétique entre les enceintes du Néolithique ancien et celles du Néolithique récent (Boelicke, 1988). L’utilisation funéraire des fossés a été illustrée récemment d’un côté par le site Michelsberg de Bruchsal « Aue » (Behrends, 1991) et, de l’autre, par l’enceinte rubanée de Menneville déjà mentionnée (Guichard, 1991). À Bruchsal également, de petits fossés transversaux recoupant les interruptions du fossé ont un air de parenté certain avec les dispositifs similaires décrits plus haut pour les enceintes rubanées. Les résultats obtenus à Rosheim viennent renforcer cette impression de continuité. Avec Menneville, ce site montre que l’enceinte à fossé interrompu constitue une réalité dès l’étape récente de la culture à Céramique Linéaire. Mais les analogies vont plus loin encore.

  • 10 Pour les chercheurs qui pensent que les fossés sont destinés avant tout à l’extraction de matériau (...)

30Dans sa contribution au colloque d’Elbingerode, J. Eckert a présenté une analyse originale de l’enceinte Michelsberg de Mayen (Rhénanie). Selon lui, des disparités de forme observées entre les différentes sections du fossé interrompu pourraient avoir pour origine l’implication de plusieurs groupes distincts dans l’aménagement de cet ouvrage (Eckert, 1990). Un indice de recoupement à l’intérieur d’une même section lui permet d’ailleurs de conforter cette hypothèse. Les convergences entre cette analyse et celle que nous proposons pour Rosheim n’auront échappé à personne. Non seulement le Rubané possède déjà ses enceintes à fossés interrompus, mais en plus il se pourrait bien que cette analogie ne puisse se réduire à un raisonnement simple sur les techniques de construction des enceintes10. L’enracinement dans le Néolithique ancien de certains caractères des enceintes du Néolithique récent serait donc moins superficiel qu’on a pu le penser jusqu’à présent. Suggérée par l’exemple de Mayen, la pérennité du modèle rosheimois ouvrirait, si elle se confirmait, des perspectives novatrices pour l’ensemble de la problématique des enceintes néolithiques.

31Même s’il est évident, comme on l’a souligné à propos de la Céramique linéaire, que ce modèle ne saurait être appliqué sans discernement à l’analyse de tous les types d’enceintes, il pourrait rendre compte de l’une des traditions à l’œuvre durant une bonne partie du Néolithique. On a vu qu’il nous obligeait à réviser profondément notre conception du fossé d’enceinte rubané envisagé comme un tout organique. L’un des aspects de cette révision, qu’on peut étendre à l’analyse des enceintes du Néolithique récent, concerne la compréhension de l’arrière-plan social. Tous les calculs consacrés à l’évaluation de la main d’œuvre nécessaire pour l’aménagement de tels ouvrages considèrent le temps comme l’un des paramètres fondamentaux. Même si l’on tient compte en général de problèmes tels que la nécessité de continuer d’assurer les tâches agricoles durant la construction, on part toujours du principe que l’aménagement des enceintes est, comme l’érection aux temps historiques d’un rempart de ville ou d’un stade, une opération menée en continu avec le souci d’achever le plus rapidement possible. Une telle conception est tout à fait naturelle dans le cadre des hypothèses privilégiant le rôle défensif des enceintes néolithiques. Dans ce cas, l’urgence implique la mobilisation sur une courte période du nombre le plus important possible de terrassiers. À Rosheim, le paramètre temporel semble moins décisif. L’existence de sections recoupant d’autres sections déjà partiellement comblées montre que l’aménagement d’un fossé au sens classique du terme n’a jamais été le souci dominant et que ce « fossé idéal » est une reconstruction artificielle des archéologues. Il est difficile, dès lors, d’imaginer l’implication d’un groupe important de travailleurs. Il semble par contre que l’on puisse ici insister sur l’aspect qualitatif : des groupes peu étoffés certes, mais à large recrutement géographique. C’est pourquoi, sans être obligé d’imaginer des structures politiques contraignantes, on peut malgré tout évoquer l’idée de « place centrale » pour les sites du type Rosheim.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Behrends, 1991 = Behrends (R.-H.), « Erdwerke der Jungsteinzeit in Bruchsal : neue Forschungen 1983-1983-1990», Archaologische Informationen ans BadenWürttemberg, 22, p. 5-43.

Biel, 1989 = Biel (J.), « Ein Bandkeramisches Erdwerk bei Heilbronn-Neckargartach », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, Stuttgart, K. Theiss Verlag, p. 41-43.

Boelicke, 1988 = Boelicke (U.), « Das Erdwerk », in : Boelicke (U.), Brandt CD.), Lüning (J. von), Stehli (P.), Zimmermann (A.), Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 8, Këln, p. 395-427 (Rheinische Ausgrabungen, 28).

Bonnet et alii, 1988 = Bonnet (C.), Plouin-Mantzer (S.), Lambach (F.), « Colmar, route de Rouffach : un site pré-et protohistorique d’importance. 1re partie : le site néolithique rubané », RAE, t. 39, p. 167-229.

Cahen et alii, 1989 = Cahen (D.), Keeley (L.H.), Cornelissen (E.), Deramaix (I.), Gratia (H.), Trocki (P.), Jadin (I.), « Découvertes récentes aux limites occidentales du Rubané de Hesbaye : Oleye, Waremme-Longchamps, Hollogne-sur-Geer et Vieux-Waleffe », Notae Praehistoricae, 9, p. 73-78.

Eckert, 1990 = Eckert (J.), « Überlegungen zu Bauweise und Funktion Michelsberger Erdwerke im Rheinland », Jahresschrift für Mitteldeutsche Vorgeschichte, Halle-Saale, 73, p. 399-414.

Guichard, 1991 = Guichard (Y.), « La fonction funéraire du fossé de Menneville (Néolithique ancien) », in : Méthodes d’étude des sépultures ; GDR 742 du CNRS, Compte rendu de la table ronde de Saintes, mai 1991, p. 107-110.

Hockmann, 1990 = Höckmann (O.), « Frühneolithische Einhegungen in Europa », Jahresschrift für Mitteldeutsche Vorgeschichte, 73, Halle-Saale, p. 57-86.

Höhn, 1985 = Höhn (B.), « Ausgrabungen in der bandkeramischen Siedlung bei Bietigheim-Bissingen, Kreis Ludwigsburg », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, Stuttgart, K. Theiss Verlag, p. 41-45.

Jeunesse, 1993 = Jeunesse (C.), « L’habitat rubané de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin). Fouilles 1985-1986. Présentation générale ; étude des structures et de la céramique », Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, 9, p. 205-266.

Kaufmann, 1989 = Kaufmann (D.), « Notice Eilsleben (Kr. Wanzleben, Bez. Magdeburg) », Archäologie in der Deutschen Demokratischen Republik, Denkmäle und Funde, K. Theiss Verlag, p. 410-411.

Kuper et alii, 1977 = Kuper (R.), Löhr (H.), Lüning (J.), Stehli (P.), Zimmermann (A.), Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 9, Vol. 1 : p. 1-347, vol. 2 ; planches, vol. 3 : cartes (Rheinische Ausgrabungen, 18).

Lüning, 1982 = Lüning (J.), « Research into the bandkeramik seulement of the Aldenhovener platte in the Rhineland », Analecta Praehistorica Leidensia, 15, p. 1-29.

Lüning, 1988 = Lüning (J.), « Zur Verbreitung und Datierung bandkeramischer Erdwerke », Archaologisches Korrespondenzblatt, 18.2, p. 155-158.

Neth, 1986 = Neth (A.), « Eine bandkeramische Siedlung bei Herrenberg-Affstätt, Kreis Böblingen », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, Stuttgart, K. Theiss Verlag, p. 22-25.

Petrasch, 1990 = Petrasch (J.), « Überlegungen zur Funktion neolithischer Erdwerke anhand mittelneolithischer Grabenanlagen aus Südostbayern », Jahresschrift für Mitteldeutsche Vorgeschichte, 73, HalleSaale, p. 369-387.

Sainty, 1990 = Sainty (J.), « Colmar, route de Rouffach : un site pré-et protohistorique d’importance. 1re partie : l’industrie lithique rubanée », RAE, 41.1, p. 1-6 et pl. 1-13.

Tichy, 1990 = Tichy (R.), « Neue frühneolithische Umfriedungen aus Mahren », Jahresschrift für Mitteldeutsche Vorgeschichte, 73, Halle-Saale, p. 143-148.

Tulok, Makkay, 1990 = Tulok (M.), Makkay (J.), « Spuren von Grabenanlagen aus Bicske-Galagonyas », Jahresschrift für Mitteldeutsche Vorgeschichte, 73, Halle-Saale, p. 119-124.

van Berg, 1990 = van Berg (P.-L.), « Géométrie de quelques enceintes fossoyées du Rubané récent rhéno-mosan », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, p. 25-32.

Notes

1 « Befestigte neolithische und äneolithische Siedlungen und Plätze in Mitteleuropa », Elbingerode 1988. Actes publiés dans le no 73 (1990) de la Jahresschrift für Mitteldeutsche Vorgeschichte ; une dizaine de contributions sur un total de 42 sont consacrées à la Culture à Céramique Linéaire.

2 Waremme-Longchamps et Oleyeye, décrits dans Cahen et alii, 1989.

3 Heilbronn (Biel, 1989) et Herrenberg-Affstatt (Neth, 1986).

4 À comparer avec les 60 points présentés dans un article récent par O. Höckmann, mais sélectionnés à mon avis à l’aide de critères trop peu rigoureux (Höckmann, 1990).

5 « Comme le montre l’exemple de Langweiler 8, la forme d’un fossé peut également changer d’une section à l’autre. Le volume des fossés peut varier considérablement ».

6 Ibid., p. 415 : « Bei dem Versuch einer Rekonstruktion der Umfassungsanlagen wird von der Annahme ausgegangen, dass es ein Zweck der Graben war, Material für einen Wall zu liefem ».

7 Deux fours seulement ont pu être identifiés sur les 120 m de tracé étudiés ; cependant, des restes de foyers ainsi que des blocs de torchis et de terre rubéfiée gisaient épars sur toute la longueur, suggérant l’existence éventuelle d’un grand nombre de fours construits, implantés à même le sol, à proximité des fosses oblongues.

8 De l’habitat de LW 8 dépend l’enceinte portant le même numéro, mais vraisemblablement aussi celle de LW 9.

9 Plusieurs tessons découverts dans le remplissage du fossé présentent de fortes analogies avec l’étape ancienne de la Stichbandkeramik. Une analyse détaillée permettra de préciser ce qui n’est pour l’instant qu’une hypothèse.

10 Pour les chercheurs qui pensent que les fossés sont destinés avant tout à l’extraction de matériaux pour le rempart, les interruptions deviennent un caractère secondaire dont l’analyse n’a que peu d’incidence dans la compréhension du dispositif global. Leur existence sur les sites fossoyés rubanés sera donc envisagée tout au plus comme une convergence technique. Cette idée se heurte à de nombreuses contradictions, que nous n’avons pas la place ici d’analyser en détail. On mentionnera simplement une autre remarque de J. Eckert à propos de Mayen, où l’analyse stratigraphique montre que les déblais de creusement des fossés étaient stockés soit côté interne, soit côté externe, ce qui montre bien que, là aussi, l’accent est mis avant tout sur le fossé, et que c’est la structure enterrée qui prime sur la structure sub-aérienne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Localisation des trois sites étudiés. 1 : Rosheim (Bas-Rhin) ; 2 : Colmar ; 3 : Wettolsheim (Haut-Rhin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 2. — Colmar « Rufacher Huben ». Plan partiel de la fouille 1985/1986 (d’après Jeunesse, 1993).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 3. — Wettolsheim « Ricoh », fouille 1987-1990. Plan simplifié avec positionnement des maisons rubanées et tracé du fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 4. — Rosheim « Lotissement Sainte-Odile ». Plan des structures du Néolithique ancien. A : localisation du plan de détail de la figure 6.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 5. — Profils transversaux des fossés Rubané récent/final de Rosheim (nos 1 et 2), et Rubané ancien de Wettolsheim (no 3) et Colmar (no 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 6. — Rosheim « Lotissement Sainte-Odile ». Détail de la partie sud du fossé (voir localisation sur fig. 4). Ce document montre bien que c’est par la juxtaposition de fosses individuelles qui se recoupent partiellement que l’on obtient une section à première vue continue du fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 7. — Rosheim « Lotissement Sainte-Odile », choix d’outils en os du Rubané récent/final. 1 : herminette ; 2 : armature de flèche ; 3 : pointe ; 4 : plaquette ; 5 : poinçon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search