Version classiqueVersion mobile

Pas de fumet sans feu : cuisine et vie quotidienne auprès des moines de Tournus (IXe-XVIe siècle)

 | 
Benjamin Saint-Jean Vitus

II. Avant la cuisine : voiries, sépultures et évolution du bâti, IXe-XIIe siècle

Benjamin Saint-Jean Vitus et Alban Horry

Texte intégral

II.1. Terrassements primitifs

1Les niveaux les plus anciens de la fouille, atteints dans chacun des sondages profonds, sont constitués d’importants apports de terrassement, qui prennent la forme de dépôts serrés de limons sombres bleutés : ils ont été reconnus sur 0,20 à 0,50 m d’épaisseur, mais leur fond n’a été atteint en aucun point. Toutefois, d’après les observations menées à une autre occasion par l’archéologue tournusien Jean Duriaud, lors de creusements de tranchées depuis le haut de la rue G. Jeanton, il semble qu’ils couvrent le substrat non anthropisé de limon sableux jaune, et que leur épaisseur, importante en bas de pente à l’emplacement de la fouille de 1992-94, s’amenuise au fur et à mesure que l’on remonte vers le nord, en direction de l’église abbatiale (fig. 2 et 3). Cette tendance s’accentue à mi-hauteur. Ainsi, ces apports accumulés par lits successifs (unité stratigraphique no 286 au plus profond de la fouille, formée de limons plus sombres, très pauvres en mobilier, puis US 99 ou 283, de couleur plus claire, et davantage polluée, cf. fig. 6, 8, 9) contribueraient à élargir l’assiette du terrain sur lequel s’est installé le monastère.

2Dans la fouille, ces niveaux intègrent des éléments roulés en position secondaire : fragments de mortier chargés en tuileau de tradition antique, ou de terre cuite (tegula), mais aussi morceaux de grès, roche exogène connue uniquement pour les sarcophages des ve-viiie siècles à l’abbaye. Or tous les sarcophages connus en ce lieu, depuis la fin du xixe siècle, ont été découverts sur le haut de la butte, aux alentours immédiats de l’église Saint-Philibert actuelle. De ce constat, on retient l’impression qu’on se trouve cette fois-ci, en cet espace sud-ouest du site abbatial, en périphérie de destructions de structures antiques ou tardo-antiques. Celles-ci pourraient être liées à l’établissement primitif dédié à saint Valérien et à sa nécropole : leurs restes auraient alimenté sporadiquement ces remblais.

3La datation de ces travaux est assez claire. Après cet horizon, quatre niveaux de sols se succèdent dans la fouille, avec leurs couches d’occupation associées, sur une cinquantaine de centimètres d’épaisseur au total (phase 1, cf. ci-après). Les derniers sont scellés, sur toute l’emprise de la fouille, par une épaisse préparation de sol percée de sépultures des environs de l’an Mil – nous en traitons plus loin en détail (infra, chap. II. 3). On ne peut donc pas situer les terrassements primitifs trop loin à l’intérieur du xe siècle. À l’inverse, parmi les seuls quatorze tessons glanés dans ces remblais profonds, tous de céramique commune grise, sans élément typologique particulier, la présence d’un fond bombé offre un terminus à partir du ixe siècle (infra, chap. V. 1.1). Comme il s’agit d’une position secondaire, on ne se trouve pas là avant le plein ixe siècle. Aussi, dans l’intervalle considéré, l’interprétation la plus vraisemblable nous paraît celle de travaux entrepris à la suite de la donation de 875, pour agrandir, reconstruire, et véritablement, refonder l’ancien monastère (fig. 9).

II.2. Sols empierrés du xe siècle (phase 1)

4À ces apports primitifs se superpose une série de niveaux empierrés, antérieurs à l’an Mil. Ils évoquent des sols de circulation extérieurs (US 258, 280, 264, et 261/263 : fig. 5 à 10). Tous présentent un pendage régulier du nord au sud, même si la pente initiale du terrain a été atténuée. Ils alternent en réalité niveaux de préparation (US 282, 281, 272) et empierrements proprement dits, plus ou moins encrassés à l’usage par des apports de glaise. De nombreux ragréages de surface, d’aspect plus grossier, attestent leur longévité.

5Dans le détail, les deux premiers sols sont posés sur un lit de mortier de chaux. Repérés au nord-ouest à la faveur des fosses d’inhumation postérieures, élargies pour ménager une coupe sur ces niveaux profonds, ils n’ont été dégagés que sur une faible étendue (fig. 5, 6, 9). Le plus ancien (US 258) est le plus soigné, formé de petites pierres à plat bien prises dans le niveau de mortier sous-jacent US 282. Au nord-est de la fouille, il disparaît curieusement au profit d’un lit d’écailles et d’arêtes de poisson de 5 à 10 cm d’épaisseur (US 279), reconnu sur 2 m2 au fond du sondage de 1992, et qui n’a pas été fouillé : sa présence évoque déjà la proximité d’une activité culinaire…

Fig. 9. Fouille de 1992-1994 : diagramme stratigraphique : phases 1 à 4 (avant construction de la cuisine du xiie siècle) (nos d’US 33 à 100 : sondage de 1992 ; nos d’US 101 à 290 : fouille de 1994) (B.SJV).

6Le second sol (US 280) est fait d’éclats calcaires jetés sur un apprêt horizontal (US 281, auquel doit correspondre au nord-est l’épais lit de mortier US 275). Dans ce secteur, il se trouve entamé par une batterie de fosses concaves (négatifs 95, 289 et 290), dont les comblements lités sont couverts par l’US 277, qui assure le ragréage au sol d’origine (fig. 6).

7Les deux niveaux suivants, dégagés sur la totalité de la surface de la fouille, sont de facture plus grossière (fig. 6, 7, 10). Le sol US 264 intègre dans un lit de glaise et de sable de nombreux éléments de démolition (mortiers, pierres et fragments de terre cuite, notamment de tegula, en abondance – parfois marquées de groupes de stries parallèles, dans un sens ou un autre : infra, fig. 22-A). Hétérogène en surface, ce sol présente des portions de radier d’éclats calcaires posés sur chant, comme de grandes dalles blanches à plat (fig. 10). En partie centrale, une dépression nord-sud peut avoir servi de caniveau. Le sol suivant (US 263) associe brèches et galets dans un lit de mortier dur, encore jonché de débris de tegulae ; il est semé de réparations grossières dans toute sa partie ouest (US 261).

Fig 10. Vue (vers l’est), du sol empierré 264 (phase 1 C, xe siècle) (photo B.SJV).

8Au total, la succession de ces quatre niveaux permet d’identifier autant de sous-phases dans cette première occupation (numérotées 1 A, 1 B, 1 C, et 1 D sur la fig. 9). Nous avons déjà vu que cette séquence, postérieure aux terrassements cités plus haut, et scellée par l’horizon bien daté de la phase 2, ne peut se situer, dans l’absolu, qu’entre le plein ixe siècle et les environs de l’an Mil (supra, chap. II. 1). Cette chronologie est confirmée par le répertoire typologique du mobilier céramique, abondant et homogène pour la phase 1 (532 tessons, tous du même groupe technique à cuisson post-réductrice, autrement dit à pâte grise). À l’intérieur de celui-ci, les formes identifiables, certes limitées à quelque 19 % du lot, appartiennent toutes au vaisselier des environs de l’an Mil (infra, chap. V. 1.1). En parallèle, et sans fournir de référence absolue de datation vu leur mauvais état de conservation, les deux fers à cheval prélevés dans les US 272 et 261 (phases 1 C et 1 D, cf. fig. 9) peuvent au moins être comparés à des exemplaires trouvés en contexte du xe siècle ou de l’an Mil, tels ceux de la motte de Loisy près de Tournus, ou du site du Verger à Saint-Romain en Côte-d’Or (Bourgogne médiévale, 1987, p. 168-178).

  • 9 En 1999, la fouille préventive que nous avons conduite à Dijon, 8, rue du Chapeau Rouge, a mis en é (...)

9On peut donc estimer que, de la phase 1A à la phase 1D, on aura refait en moyenne un nouveau sol tous les trente ans, entre la fin du ixe siècle et les environs de l’an Mil. De nombreux exemples de voiries mis au jour dans des sites urbains du haut Moyen Âge ou du Moyen Âge central montrent ces types de revêtement9.

  • 10 Sur le développement de cette hypothèse, envisageable mais nullement confirmée à ce jour, et l’éven (...)

10Reste à savoir si l’on a affaire ici aux états successifs d’une cour de l’abbaye, située par exemple en avant de bâtiments monastiques dont on ignore tout pour cette période, ou s’il s’agit d’une chaussée longeant le monastère, maintes fois remaniée du fait d’un passage abondant. Dans cette dernière veine, on ne peut exclure l’hypothèse de la voie d’origine antique, ancêtre de la grand-rue actuelle qui traverse tout le site de Tournus du sud au nord parallèlement à la Saône : l’église martyriale sur laquelle s’est greffé le site abbatial se serait initialement implantée sur le bord de cette voie, dont le tracé aurait été progressivement dévié au cours des temps, pour contourner l’emprise croissante du monastère10 (supra, fig. 2).

11Le mobilier trouvé dans ces dépôts ne permet guère de trancher. La présence de clous à ferrer et de fers à cheval issus visiblement d’un déferrage accidentel, dans trois des quatre niveaux de voirie (pour les phases 1A, C et D de la stratigraphie) illustre au moins la fréquence de passage de ces animaux. On notera même que le fer de l’US 272 était accompagné de quelques petits anneaux de fer, apparus à la radio lors du traitement de consolidation de l’objet : il n’est pas exclu d’y reconnaître un fragment de cotte de maille, évocateur de cavaliers en armes – mais l’argument reste ténu. Le reste du mobilier métallique identifié se résume à des fragments de clous (vingt-trois au total pour cette phase 1) et à un lot de débris ferreux (seize concrétions et fragments divers). En revanche, si l’abondant rejet de céramique renvoie à un vaisselier « multifonctionnel », le lit de déchets de poissons de l’US 279, ainsi que les nombreux ossements de porc, bœuf et caprinés trouvés dans tous ces niveaux, présentant des traces d’abattage et de découpe, suggèrent avec insistance la proximité d’une activité culinaire (Cf. Infra, Chap. IV).

II.3. Autour de l’an Mil : l’angle d’une construction de bois a vocation funéraire (phase 2)

12La seconde phase d’occupation (fig. 9) marque une rupture importante : elle voit s’installer à l’endroit de la fouille une construction à ossature bois et sol de béton, que perce bientôt une série d’inhumations. Toutefois, pour la plupart des tombes, le béton de sol présente une recharge au-dessus de la fosse, qui s’accompagne d’un ragréage particulièrement soigné de la surface : il y a donc contemporanéité d’utilisation entre le sol du bâtiment et ces sépultures.

13Cette construction est disposée en L autour d’un espace extérieur, de cour ou de jardin. On perçoit les témoins de ses sols successifs, vaguement empierrés, dans la partie nord-est de la fouille (US 243, 90, et surtout 242) : ils sont encadrés par deux négatifs de sablières basses disposés en angle droit de part et d’autre d’un trou de poteau, qui témoignent de la paroi du bâtiment funéraire, contre laquelle vient s’appuyer le béton du sol intérieur (fig. 11).

14La mise en place de cet ensemble s’est faite au cours d’une période de chantier intermédiaire, dont les niveaux recouvrent le dernier empierrement précédent, et dont on repère clairement la marque à travers toute la fouille (phase 2A, fig. 9). La surface même du sol intérieur du bâtiment fini (US 226), fort soignée, incluant des graviers et galets de petit calibre dans une texture serrée, vient sceller un lit de mortier de 20 à 40 cm, très chargé en sable, et facilement repérable en coupe (US 255, cf. fig. 7). Celui-ci intègre apparemment des matériaux de démolition : paquets de mortier pris en masse, morceaux de pierres calcaires avec traces d’outils ou déchets de taille, terres cuites architecturales (dont quelques fragments de tegulae).

Des restes de poissons dans la cour du bâtiment de l’an Mil
(B.SJV, Myriam Sternberg)
La portion de cour dégagée dans l’angle de la construction à sol de béton de la phase 2 a livré un petit lot de restes de poissons, recueilli en surface de son sol d’utilisation US 242 (phase 2 B : fig. 11). Il faut probablement lui associer l’échantillon attribué à l’US 231, dans la mesure où ce niveau le recouvrait immédiatement – bien qu’au sens strict, l’US 231 marque déjà l’abandon de cet aménagement (assurant la transition avec la phase 2 C). De la même façon, il est probable que l’échantillon de l’US 225, en position secondaire, ait une origine apparentée (phase 2 C). Cet ensemble apparaît isolé, coupé en plan du reste de l’extension de la cour par les fondations des bâtiments ultérieurs (fig. 11), et pris en stratigraphie entre des couches qui n’ont pas fourni le moindre reste de poisson. Si le lot reste très limité et en piètre état (peut-être du fait du piétinement des niveaux correspondants ?), l’éventail des espèces identifiées, toutes fluviatiles, annonce déjà celui de la cuisine des xiie-xvie siècles (infra, chap. IV. 2.3). Sa présence interroge, une fois encore, sur la possible proximité d’une activité culinaire – peut-être sur un des côtés de la cour limitée par le bâtiment de bois à vocation funéraire ?

  • 11 La faiblesse du mobilier métallique recueilli pour cet horizon est même notoire : huit fragments au (...)

15Onze sépultures ou fosses d’inhumation ont été reconnues à la fouille, à l’intérieur du bâtiment (fig. 12). D’orientation ouest-est, elles étaient toutes prises en partie dans la berme occidentale, où restaient enfouis les troncs et les têtes des squelettes – à l’exception d’une seule, située un peu en avant des autres (sép. 94-07). Leurs creusements étaient profonds de 0,80 à 0,90 m par rapport à la surface du sol US 226, ce qui plaçait les squelettes à hauteur des couches d’occupation les plus anciennes (fig. 7). La verticalité de quelques parois suggère pour certaines des négatifs de coffres de planches, sinon de cercueils chevillés. On notera l’absence de clous (de cercueils), à la seule exception de la sépulture 94-07, dont le remplissage US 284 a livré deux exemplaires11. En fait, les tombes elles-mêmes n’ont jamais été fouillées en totalité, et seules, les extrémités de quatre squelettes en position decubitus dorsal ont été dégagées, pour être laissées en place en fin d’opération, en vue d’une éventuelle fouille future sur une plus large extension. Il n’y a donc pas eu d’étude individuelle d’anthropologie funéraire.

Fig. 11. Relevé de la surface du sol de « béton » des environs de l’an Mil (US 226, phase 2 B), limité au nord-est par les négatifs de pièces de bois d’une paroi en angle droit, au-delà de laquelle s’étend un sol de cour extérieure, grossièrement empierré (US 242) (P. Gerbet, O. Juffard, B.SJV, 1994).

16Au moins doit-on souligner la disposition caractéristique des sépultures, les unes à côté des autres en enfilade du nord au sud (peut-être légèrement en arc de cercle), pour la plupart en fosses bien individualisées, avec un minimum de recoupement. On peut se demander si les rares cas de groupements – de deux ou trois inhumations, jamais plus – ne correspondent pas à une volonté d’associer des individus, dans le cadre d’une même famille par exemple (sép. 94-01/05, et sép. 94-03/04) : dans ce cas, le ragréage de surface du sol de béton est toujours commun aux différentes tombes considérées.

Fig. 12. Plan des sépultures fonctionnant avec le sol de béton aux alentours de l’an Mil (phase 2 B), avec restitution de la paroi de bois et de l’amorce de la cour au nord-est (O. Juffard, B.SJV, 1994).

17Deux inhumations, intégrées à l’alignement général des tombes le long de la coupe ouest, semblent légèrement postérieures : en tout cas, la surface de leur remplissage n’a pas fait l’objet d’un ragréage soigné comme les autres, et leur ouverture perturbait franchement la surface du sol 226, dès son dégagement (sép. 94-02 et sép. 94-07, fig. 11 et 12).

  • 12 De beaucoup la plus forte probabilité de datation se situe autour de l’année 1013, du fait d’un pic (...)

18Pour dater cet ensemble, nous disposons d’un repère chronologique absolu, grâce à la datation par le radiocarbone d’un des squelettes (sép. 94-04) au tout début du xie siècle ou autour de l’an Mil12.

19La mise en place des structures correspondantes (bâti de bois et béton de sol) précède nécessairement cette date, puisque la tombe en question perce un sol déjà existant. Inversement, ce sol continue à être utilisé par la suite, puisque le béton est soigneusement ragréé sur le remplissage de la fosse d’inhumation, avant d’être à nouveau perturbé par d’autres sépultures. Par ailleurs, la stratigraphie révèle que cet espace est détruit et réutilisé comme sol extérieur, avant que la construction d’un bâtiment claustral vienne à nouveau s’y superposer, vers 1040-1050 (cf. phase 3, ci-après). Quant au mobilier céramique, très homogène dans la phase 2, avec 816 tessons exclusivement de commune grise, il se situe dans la continuité de la phase 1 ; le répertoire demeure assez réduit, avec toujours une hégémonie des pots globulaires. Ces éléments sont en adéquation avec un vaisselier diffusé aux xe-xie siècles (infra, chap. V. 1.1).

20En d’autres termes, on situera la mise en place des structures à la fin du xe siècle ou autour de l’an Mil ; on datera l’occupation funéraire dans le premier tiers du xie siècle au plus tard.

  • 13 La datation de ce bâtiment a été confirmée par les analyses au radiocarbone. cf. Baud, 1995, 1996, (...)

21Cette construction évoque un bâtiment du xe siècle dégagé en fouille au monastère de Cluny (distant d’une trentaine de kilomètres de Tournus), sous le transept de l’abbatiale de saint Hugues. Il associe de la même façon un sol de béton à des trous de poteau : sur la partie mise au jour, il ne reçoit cependant aucune sépulture, et sa fonction reste inconnue13. À Tournus comme à Cluny, il faut peut-être imaginer un ensemble de structures en bois à sol de béton autour du cloître, avant l’an Mil ou autour de cette date.

22Au moins avons-nous à Tournus, à la différence de l’exemple clunisien, quelques éléments pour esquisser le plan de cette construction. Si sa vocation funéraire est d’origine – ce qui n’est pas certain, les sépultures dégagées en fouille perçant toutes le sol de béton primitif – et s’il s’agit d’une construction fermée, elle pourrait faire penser à une chapelle. Sa disposition semblerait néanmoins curieuse ; mais nous n’en connaissons pas le plan complet.

  • 14 Cette hypothèse nous a été initialement soufflée par Christian Sapin (CNRS, UMR 6298 ArTeHiS).

23Une hypothèse non moins séduisante serait de reconnaître ici une forme de portique à couverts de bois14. Celui-ci se trouverait en avant d’éventuels bâtiments claustraux, ses galeries au sol de béton, larges de 5 à 6 m au minimum, encadrant alors une petite cour occidentale. Son extension vers le nord en particulier, rapprocherait son extrémité de l’église abbatiale : à défaut de précéder celle-ci, cette installation, qui resterait quand même proche de l’entrée du monastère, marquerait l’accès aux lieux réguliers. La fouille aurait touché l’angle sud-ouest de ce portique, sans trouver sa limite extérieure. De ce fait, on ignore la nature exacte de cette limite : mur maçonné ou cloison de bois, ouverte ou fermée (fig. 12).

  • 15 Information non publiée, fournie directement par M. Sennhauser – avec tous nos remerciements.
  • 16 Fouille Inrap, dirigée par nos soins en 2003-2004 : cf. Saint-Jean Vitus, 2005 et 2007, en attente (...)

24Un tel dispositif, dont l’origine remonterait aux portiques funéraires des églises paléochrétiennes, évoque encore celui en bois de l’horizon xe-xie siècles, abritant lui aussi une file d’inhumations, fouillé par H.-R. Sennhauser à l’est du cloître de Müstair en Suisse15. Plus largement, il pourrait répondre au souci, fréquemment exprimé jusqu’au xie siècle, de se faire enterrer à l’extérieur des églises, mais dans leur proximité, en des endroits privilégiés. À cette distance du sanctuaire principal, on peut supposer qu’il s’agit de sépultures laïques : elles font penser à celles de la fin du ixe ou du xe siècle récemment découvertes à Nevers, sur le site de l’abbaye Notre-Dame, à l’intérieur d’un bâtiment apparemment, et en dehors du cloître, à 70 m au sud de l’église abbatiale16.

25Mais cette phase d’occupation se termine par la destruction de l’ensemble. De larges épandages de pierres et de terre (US 228, 231, 232, 233, et 234 sur 225) viennent alors combler toutes les dépressions, de façon à créer une nouvelle surface grossièrement empierrée (US 229) – qui réutilise en son centre des portions de sol du bâtiment disparu. Il semble qu’à nouveau on soit en extérieur ; en tout cas, plus aucune sépulture ne vient perturber ces niveaux.

II.4. En façade des bâtiments claustraux, la cour d’entrée de l’abbaye (phase 3 : xie / début du xiie siècle)

26Cet état intermédiaire ne dure pas. Car un important chantier se met en place à l’abbaye, qui concerne tout le secteur occidental des bâtiments claustraux – à commencer par l’église abbatiale, agrandie à ce moment vers l’ouest, par l’adjonction d’une avant-nef. C’est au cours de cette campagne qu’est implantée l’actuelle aile occidentale du cloître : la façade ouest du bâtiment du cellier fait partie du programme. Or cette façade se prolonge à la base du pignon du réfectoire aujourd’hui en élévation, limitant la fouille sur son côté est (fig. 13 ; Saint-Jean Vitus, 2002, 2006, 2010a et 2010b).

27Ce premier mur à cet emplacement (qui a reçu trois numéros à la fouille : MR 51, 206 et 207 A), et la tranchée de fondation qui le longe (US 83 et 237), coupent en profondeur les niveaux plus anciens (fig. 13 et 14). Toutefois, le dernier d’entre eux (US 220), qui recouvre la surface empierrée précédente (US 229), apparaît comme un remblai de travaux préparant la construction ; on y reconnaît, entre autres, des charges de mortier de chaux du mur, et même, de l’enduit plus fin dont il reste des traces sur son parement – également présent en surface du comblement de la tranchée de fondation. Ce remblai de travaux est surtout présent sur une bande de 2 m le long du mur et va s’amenuisant vers l’ouest. Il est possible qu’on trouve son équivalent sur le flanc sud de la fouille, avec l’US 288 (en fond de fouille à cet endroit) : mais cela impliquerait une rupture de pente importante, à peu près dans l’alignement de la façade méridionale du réfectoire actuel, car cette couche est située 0,90 m plus bas.

28En fait, ce nouveau mur n’est conservé que sur 1,30 à 1,65 m de hauteur totale (fondation comprise) au niveau de la fouille (fig. 14). On reconnaît son autre parement sur la même hauteur à l’intérieur du réfectoire décaissé du xiie siècle – bien que les rejointoiements au ciment des années 1950 tendent à masquer sa différence (fig. 15). D’un côté comme de l’autre, la maçonnerie primitive s’interrompt 3 m environ avant l’angle extérieur du bâtiment actuel, qui en détruit la continuation. Or toute trace en a disparu plus au sud, comme l’a vérifié la fouille : cela laisse supposer que cette première construction ait été plus étroite que le réfectoire aujourd’hui en élévation (fig. 13 – comparer à fig. 3, supra).

  • 17 Selon les définitions retenues dans le cadre des travaux du G.d.R. 94 du CNRS « Société et cadres d (...)

29Ses maçonneries sont caractéristiques (fig. 14). La fondation, profonde de 0,40 à 0,90 m (en fonction de la pente naturelle du terrain) est marquée par un ressaut peu prononcé (15 cm de débord maximum), en dessous duquel elle s’évase progressivement. Quelques grosses dalles à plat débordent de sa base (de 0,30 m environ) – selon un principe observé à l’intérieur du cellier voisin, aux pieds des piliers engagés dans son mur nord. À ce niveau, le parement présente un petit appareil, non réglé et irrégulier, de moellons « smillés » ou « bruts »17, séparés par des joints très épais.

30Plus haut, l’élévation proprement dite, conservée sur huit assises, montre un parement de petits moellons « smillés » de calcaire local, assez grossièrement équarris, de 4 à 10 cm de hauteur selon les assises, pour 10 à 15 cm, mais parfois 30 à 45 cm de longueur, séparés par des joints épais (2 à 4 cm) de mortier de chaux. L’appareil reste irrégulier, très médiocrement réglé, et comprend de petits calages et des inclusions de courts moellons posés sur chant (sur 2 à 10 cm de largeur), isolés ou en files de trois ou quatre individus (appareil « en madonne »). Les joints sont légèrement beurrés dans un second temps, puis incisés à la pointe de la truelle, en lignes horizontales et verticales encadrant chaque pierre. Cette technique est manifestement destinée à accrocher l’enduit de recouvrement dont témoignent encore quelques reliquats de couleur blanche (fig. 14).

  • 18 Conservé entier, à la différence des exemplaires précédents, le fer à cheval de l’US 214 n’a pas ét (...)

31Au pied de cette nouvelle façade s’étendent alors, sur toute la surface fouillée, deux sols successifs de circulation extérieurs, qui recouvrent les niveaux de chantier (restes de sol sur 214, puis sol 211/212). Il s’agit probablement de revêtements empierrés de la cour d’entrée de l’abbaye (pour des périodes où la clôture de cette partie du monastère ne laisse guère de doute). Le premier a de nouveau livré un fer à cheval, témoin d’un déferrage accidentel lors d’une circulation extérieure18.

Fig. 13. Tournus, Saint-Philibert : plan d’état de l’abbaye vers le milieu du xie siècle d’après les vestiges reconnus, en fouille ou en élévation (B. Saint-Jean Vitus, 2003. D’après B.SJV et O. Juffard 1991 à 1994 pour l’essentiel ; B.SJV, P. Noguès et P. Sarazin 2002, J. Valléry-Radot 1955, et Questel A.C.M.H. 1840 - 1850 pour l’église).

32Le sol US 214 est assez hétérogène, et semble avoir été écrêté : l’effet d’ondulation de sa surface explique vraisemblablement cet aspect, les empierrements n’étant conservés que dans les points creux. On notera quand même, au nord, les restes d’une sorte de béton de gravillons pris dans un mortier très abîmé, rubéfié par place et chargé de charbons de bois. À 1 m en avant du mur, s’observe un effet de rigole, d’orientation nord-sud. Mais de nombreux ragréages de pierres à plat comblent encore affaissements et bas de pente : ils semblent témoigner d’une utilisation longue. Au contraire, le sol de petites pierres et de galets posés sur un lit de sable ou de mortier qui le recouvre est d’apparence très homogène, et devrait avoir connu une durée de vie plus courte (US 212). Il se caractérise par un renfort de surface de texture beaucoup plus dense, chargé en petits cailloux pris dans du mortier, qui donne l’impression d’une rampe, à 2 m en avant du mur – peut-être destinée à faciliter la circulation dans ce passage, où la pente reste forte (fig. 16).

Fig. 14. Relevé pierre à pierre (avec indication des restes d’enduits) de la base de l’élévation extérieure primitive du mur occidental du réfectoire, dégagée en fouille, dans le prolongement de la façade du cellier du xie siècle (P. Gerbet, O. Juffard, B.SJV, 1994-2005).

Fig. 15. Revers du même mur de la phase 3, vu de l’intérieur du bâtiment actuel du réfectoire, au sud du portail actuel du xviiie siècle (le sol intérieur a été surcreusé au xviiie siècle). À gauche, l’angle sud-ouest est repris au xiie siècle, ainsi que les parties supérieures du mur. La maçonnerie du xie siècle s’observe de la même façon au nord de l’entrée actuelle, en partie basse (photo B.SJV).

Fig. 16. Vestiges du sol empierré US 211 sur 212, devançant le front occidental des bâtiments claustraux (phase 3, seconde moitié du xie siècle) (photo B.SJV).

33En dernier lieu, on relèvera l’absence d’indice de l’existence d’une porte dans la nouvelle façade, qui puisse être accessible depuis ces différents sols. Le seul endroit où l’on pourrait en imaginer une, éventuellement masquée par des maçonneries ultérieures apposées, à l’intérieur comme à l’extérieur, serait à l’aplomb du piédroit nord du portail actuel du réfectoire, percé au xviiie siècle. Dans ce cas, cette première ouverture ne mesurerait pas plus d’1m de largeur (fig. 13, 14, 15).

  • 19 Saint-Jean Vitus, 2006. La datation de l’étape finale de construction du massif d’avant-nef s’est f (...)

34La datation de ces occupations découle de celle des premières architectures de l’aile occidentale du cloître. En effet, celles-ci sont contemporaines de la phase intermédiaire d’édification de l’avant-nef et de l’élargissement de la nef de l’église abbatiale, qui s’achève, au plus tard, avec la fin de la construction de l’avant-nef (Saint-Jean Vitus, 2002, 2006 et 2010a). Toutes les maçonneries de cet ensemble présentent d’ailleurs de nombreuses parentés dans leur mise en œuvre. Or l’achèvement de l’avant-nef a pu être daté, grâce à la dendrochronologie, au plus tard dans les années 1040 – tandis que le début des travaux ne peut être antérieur aux années 102019. Cette référence et la cohérence stratigraphique de l’ensemble de la fouille portent donc à dater l’édification du premier mur à l’emplacement de la façade ouest du réfectoire dans le second quart du xie siècle. Les sols empierrés ont dû servir entre le milieu et la fin du xie siècle.

35Par rapport au mobilier, on notera seulement que pour l’ensemble de cette phase, la céramique, limitée à 456 tessons, toujours du même groupe technique à pâte grise, avec une part prépondérante de panses (85 %), offre un répertoire typologique très proche de celle de la phase précédente, qui pourrait inciter à placer sa datation aux environs de l’an Mil (infra, V. 1.1). Quant au fer à cheval de l’US 214, il n’offre pas de caractéristique visible permettant de trancher entre les modèles déjà cités des abords de l’an Mil (Loisy, Saint-Romain), ou ceux plus tardifs, en contexte des xiiie-xive siècles dans la fouille de Villy-le-Moûtier en Côte-d’Or par exemple, pour rester dans un rayon proche (Bourgogne médiévale, 1987, p. 168-178 et 191-200).

Fig. 17. L’élargissement du bâtiment méridional du cloître. Relevé nord - sud des maçonneries du début du xiie siècle à la base du mur occidental du réfectoire, telles qu’elles sont apparues dans la fouille de 1994 (phase 4) : angle sud-ouest et premier contrefort de la face méridionale. Les fondations de la cuisine de la phase 5, en coupe au premier plan, viennent s’appuyer contre cette reprise (P. Gerbet, O. Juffard, B.SJV, 1994).

Fig. 18. Détail de la partie sud-est de la fouille : jonction des maçonneries de la cuisine (phase 5) et des soubassements du premier état du bâtiment du réfectoire (phase 4 : mur 265 et contrefort 142), en partie masqués par le témoin de stratigraphie laissé en place sous le surplomb de la maçonnerie d’angle du réfectoire actuel (repris à époque moderne, après démolition de la cuisine) (photo B.SJV).

Fig. 19. Détail de la jonction des maçonneries de la cuisine (mur 125 et sa fondation 203, phase 5) et des soubassements du premier état du bâtiment du réfectoire (phase 4 : mur 265 et contrefort 142), en partie sud de la fouille, avec témoin stratigraphique des niveaux médiévaux en relation avec le contrefort (C. Castillo, O. Juffard, B.SJV).

II.5. Premiers travaux du réfectoire actuel (phase 4, première moitié du xiie siècle)

36Intervient alors une nouvelle phase de travaux, signalée par les traces d’un important chantier. Celui-ci correspond à l’implantation du bâtiment actuel du réfectoire, élargi vers le sud par rapport à l’état précédent. Pour l’instant cependant, il ne s’agit que de sa partie basse : sur le bord de la fouille, la façade érigée dans le second quart du xie siècle se trouve prolongée par une maçonnerie nouvelle, liée à la base de l’angle actuel du bâtiment et à sa façade méridionale (maçonneries 207 B et 265). Dans ce premier état du réfectoire, la façade sud comprend déjà de robustes contreforts droits : le premier a été dégagé en profondeur à la limite sud-est de la fouille (maçonnerie 142 : fig. 17 et 18). Pour le reste, la base du mur méridional n’a été mise au jour que très ponctuellement à l’occasion de la fouille, en deux petits sondages pratiqués en sous-œuvre, sous l’élévation des parties supérieures plus récentes en surplomb à cet endroit (fig. 18). Au contraire, la face occidentale du contrefort a été dégagée sur seize assises de haut, jusqu’à un ressaut de fondation situé plus bas que celui du mur occidental du bâtiment (fig. 17, 18, 19).

37Un tel chantier a dû s’étirer en longueur, car plusieurs apports de travaux se succèdent et s’entremêlent à travers toute la fouille. Concrètement, un vaste lit de déchets de taille (US 209, fig. 20-A) y précède un sol de circulation empierré, toujours en relation avec la construction en cours (US 200 : cf. supra, fig. 7, 8 et 9).

38On notera que ce sol est en partie « ferré » par l’apport de nombreuses scories métalliques, usées par le passage. Ces scories représentent l’essentiel du mobilier métallique de cette phase, qui n’a livré au total que trois autres fragments ferreux indéterminés et un embout circulaire en alliage cuivreux, à bord retourné muni de deux petites pointes triangulaires perpendiculaires ayant pu servir à la fixation (en renfort d’un bâton de marche, ou d’un outil en bois ?...), trouvé en surface du sol 200 (fig. 20-B).

Fig. 20-A. Détail de la surface du lit de déchets de taille US 209 (phase 4 de la fouille) (photo B.SJV).

Fig. 20-B. Embout en métal cuivreux trouvé en surface du sol empierré US 200 (phase 4, début du xiie siècle) (dessin C. Castillo).

Fig. 21. Détail de la chaîne d’angle de la base du premier contrefort méridional du bâtiment du réfectoire (mur 142, phase 4) : traces de layage des pierres de taille (photo B.SJV).

  • 20 Dont nous avons tenté de démêler la chronologie, en caractérisant l’évolution des modes de construc (...)

39La datation de cette nouvelle phase repose en grande partie sur l’analyse des maçonneries. À la base du réfectoire, elles présentent un petit appareil de moellons « smillés » et « piqués », de 6 à 8 ou de 12 cm de hauteur selon les assises, pour 18 à 35 cm de longueur, ou parfois 40 à 60, grossièrement réglé et assez régulier, à joints encore épais (1,5 à 3 cm). Les chaînes d’angle sont montées de pierres de taille un peu plus grandes, soigneusement équarries dans un calcaire plus tendre, et posées bien à l’horizontale, alternativement en carreaux et boutisses (fig. 17, 18 et 19) ; elles portent les traces croisées d’un layage en éventail au taillant droit (ig. 21). Ces caractères inscrivent cette construction dans la continuité des nombreuses élévations du milieu et de la fin du xie siècle observables à travers l’abbaye20.

40Pourtant, à la lecture des élévations actuelles du réfectoire, aucune rupture ne se détache entre ces premières maçonneries et les parties hautes (même si les restaurations des années 1950 ont pu contribuer à ce brouillage) : le chantier semble s’être poursuivi sans véritable interruption. Nous verrons plus loin que l’achèvement du réfectoire ne peut être daté avant le milieu du xiie siècle. Or entre le début et la fin de sa construction s’insère l’ajout de la cuisine occidentale qui vient sceller les niveaux de la phase 4 de la fouille. De la phase 4 à la phase 5, il y a donc changement de programme en cours de construction.

41Or dès la base du bâtiment du réfectoire, la mise en place de contreforts droits aussi puissants que celui dégagé en fouille révèle le projet de voûter un espace désormais large de plus de 10 m : les expériences tentées au cours du xie siècle ne concernent pas de telles largeurs. Dans le contexte spécifique de l’abbaye Saint-Philibert, une telle ambition ne peut que suivre, et non précéder, les différents couvrements de l’église abbatiale, plus novateurs les uns que les autres, effectués d’abord aux alentours de 1100 (berceaux transversaux de la grande nef), puis vers les années 1120-1130 (voûtement du chœur, de l’abside et du transept, coupole de la croisée) (Saint-Jean Vitus, 2006 ; Sapin, 1998).

42Parallèlement à ce raisonnement, si l’on se tourne vers le mobilier, on notera que le petit lot de céramique issu de la phase 4 (284 tessons, toujours caractérisés par l’exclusivité des pâtes grises) demeure proche, dans ses grandes lignes, des productions des xe-xie siècles. Toutefois, parmi les seuls 18 fragments de bord qui permettent de réfléchir sur la typologie, l’absence de bords en bandeau poulie, caractéristiques des ensembles xe-xie siècles, et l’apparition de types différents, autorise une chronologie un peu plus tardive, annonçant déjà le début du xiie siècle (infra, chap. V. 1.1).

43Au total, ces données conduisent à dater le premier chantier du réfectoire et les niveaux de travaux et de circulation qui lui sont liés plutôt dans les années 1120 ou 1130.

II.6. L’environnement bâti : des couvertures de tegulae jusqu’au xiie siècle ?

  • 21 Cette faible quantité et cette dispersion des morceaux de briques ne font pas de ce lot un témoin s (...)

44Tout au long de cette chronologie, de la fin du ixe jusqu’au début du xiie siècle, la prise en compte des débris de terre cuite architecturale conduit à évoquer aussi le bâti environnant, essentiellement par le biais de ses couvertures. Au moment de la fouille en effet (mais non du sondage préalable), les fragments de cette famille ont été systématiquement comptés et identifiés – sans être forcément conservés, hormis quelques échantillons. Sur un total de 1 696 fragments sur l’ensemble de la fouille (dont 203 indéterminés), 1 418 se sont trouvés être des restes de tuiles : une telle quantité pouvait laisser espérer, pour chaque période, au moins une caractérisation de toitures disparues. Pour les phases 1 à 4, qui n’ont livré que onze restes de briques dispersés sur la stratigraphie21, ce sont 130 fragments de tuiles qui ont été recensés.

Fig. 22. Exemples de fragments de terre cuite architecturale trouvés en fouille, dans les niveaux des ixe-xiie siècles. A. Fragment de tegula avec marques striées, dans un contexte du xe siècle (sol 264, phase 1 C) ; B. Fragment de tegula, niveau de travaux des environs de l’an Mil (US 255, phase 2 B) ; C. Fragment de tegula, niveau de travaux du milieu du xiie siècle (US 197, phase 5 A) ; D. Décor en relief de tuile faîtière, niveau de travaux du second quart du xie siècle (US 220, phase 3 A) (dessins C. Castillo).

  • 22 Sur les ateliers de Saran, fouillés par S. Jesset, J. Bouillon et S. Millet, des panneaux concernan (...)

45Or contrairement aux niveaux ultérieurs (infra, III. 6), une importante proportion de ces tuiles (53 fragments sur 130) s’est avérée constituée de morceaux de tegula – reconnaissables à la présence (ou à la trace) d’un épais rebord muni d’une encoche près de l’angle (cf. fig. 22-B, C). Avec onze fragments identifiés comme de la tegula sur vingt-sept, les niveaux de la phase 4, les derniers concernés, ne sont pas les plus mal lotis. Dans ces conditions, les 77 morceaux de tuile à profil courbe comptabilisés pour ces mêmes phases 1 à 4 pouvaient passer pour de l’imbrex. La présence, dans les couches les plus profondes (phase 1, xe siècle), de deux fragments de tegula marquées de groupes de stries parallèles dans un sens ou dans l’autre (fig. 22-A), évoque des productions de tradition antique, attestées en tout cas aux viie-ix siècles par les fouilles des ateliers de Saran (Loiret)22. On notera encore, dans un niveau du xie siècle, un élément de tuile faîtière munie d’un décor de crête en relief n’évoquant pas l’Antiquité (fig. 22-D). Mais surtout, les proportions observées sur la plupart des tegulae révèlent des modules plus petits et de moindre épaisseur que ceux des productions habituelles d’époque romaine (fig. 22-B C). Ces tegulae de petite taille, postérieures à la période antique, sont proches de celles de l’atelier de Saran.

46Depuis l’époque de la fouille, la pertinence de cette question a pu être validée par d’autres découvertes dans la région, à partir de quantités nettement plus importantes. Ce fut le cas à Brancion près de Tournus, avec la fouille d’un terrain qui jouxte l’église romane actuelle (datable du xiie siècle), lequel a livré entre autres des traces d’occupations bâties des viie-xie siècles (Rollier, 2008). Mais ce fut aussi le cas à Nevers (Nièvre) avec la fouille d’une portion du domaine de l’ancienne abbaye Saint-Genest et Notre-Dame, dont la stratigraphie était quasi continue du viie au xiie siècle. S’y distingue en particulier un lot bien situé au ixe et au début du xe siècle (Saint-Jean Vitus, 2005 et 2007). Dans ces deux exemples, en contexte monumental religieux à l’instar de Tournus, les restes de tegulae sont nombreux jusque dans des niveaux bien datés du xiie siècle, avec la même tendance à des modules plus petits que dans l’Antiquité. Mais en contexte d’habitat rural, un petit site comme celui de Champforgeuil « Champs Martin III » à côté de Chalon, à 30 km de Tournus, a également livré son lot de tegulae pour un horizon des xe-xie siècles (Ducreux, 2003).

47Ces données confortent donc l’impression que jusqu’au xiie siècle, des bâtiments de l’abbaye Saint-Philibert ont pu être couverts de tegulae : leur conception reste de tradition antique, mais leur fabrication paraît bien médiévale.

Notes

9 En 1999, la fouille préventive que nous avons conduite à Dijon, 8, rue du Chapeau Rouge, a mis en évidence plusieurs lambeaux d’axes de voiries secondaires, de la fin de l’Antiquité et des alentours de l’an Mil : ils présentaient un faciès proche de ces exemples tournusiens, en un peu moins soigné (Saint-Jean Vitus, 2013). Plus près de Tournus, les revêtements de voirie du village médiéval de Brancion, apparus lors des sondages et fouilles de 2002 et 2006 et datables en gros entre le xe et le xiiie siècle, ont un aspect encore plus proche (opérations Inrap, sous la direction de B. Saint-Jean Vitus puis Gilles Rollier : cf. entre autres, Rollier, 2008 ; Saint-Jean Vitus, 2009).

10 Sur le développement de cette hypothèse, envisageable mais nullement confirmée à ce jour, et l’éventuel rapprochement avec les empierrements du haut Moyen Âge découverts en 1991 par Daniel Barthelèmy, à 200 m de là vers le sud, au pied de la chapelle du xiie siècle aujourd’hui appelée « église Saint-Valérien », cf. Saint-Jean Vitus, 2006.

11 La faiblesse du mobilier métallique recueilli pour cet horizon est même notoire : huit fragments au total (sept en fer et un en alliage cuivreux), débris indéterminables en dehors de ces deux clous, sur l’ensemble des US de la phase 2.

12 De beaucoup la plus forte probabilité de datation se situe autour de l’année 1013, du fait d’un pic de probabilité à 95 % sur cette date uniquement, à l’intérieur d’un intervalle compris entre 900 et 1151 après J.-C. Datation 14 C effectuée par le Centre de Datation par le Radiocarbone de Villeurbanne (UMR 5138 Archéométrie et Archéologie, CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1, C. Évin/C. Oberlin) : code laboratoire Ly-7125 (Tournus, Saint-Philibert, couche 254).

13 La datation de ce bâtiment a été confirmée par les analyses au radiocarbone. cf. Baud, 1995, 1996, et 2003.

14 Cette hypothèse nous a été initialement soufflée par Christian Sapin (CNRS, UMR 6298 ArTeHiS).

15 Information non publiée, fournie directement par M. Sennhauser – avec tous nos remerciements.

16 Fouille Inrap, dirigée par nos soins en 2003-2004 : cf. Saint-Jean Vitus, 2005 et 2007, en attente de la publication de synthèse, en cours de préparation. Sur toute cette interprétation, cf. Saint-Jean Vitus, 2002 et 2006 et Angenendt, 1994.

17 Selon les définitions retenues dans le cadre des travaux du G.d.R. 94 du CNRS « Société et cadres de vie au Moyen Âge, approches archéologiques », groupe 10, « Les matériaux de construction et leur mise en œuvre : la pierre », et empruntées à l’ouvrage de P. Chabat (Chabat, 1875 [1881]) : - moellon « brut », ou « bourru » : moellon tel qu’il sort de la carrière ; - moellon « smillé » : dégrossi et rendu de forme régulière ; - moellon « piqué » : équarri sur les deux lits, les deux joints et le parement ; - moellon « d’appareil » : parfaitement équarri et parementé, se rapprochant de la pierre de taille.

18 Conservé entier, à la différence des exemplaires précédents, le fer à cheval de l’US 214 n’a pas été restauré mais a reçu un traitement de stabilisation et a été radiographié. Hormis quatorze fragments de clous de toutes sortes, il constitue le seul objet métallique identifiable des niveaux de cette phase (qui a livré encore 24 fragments indéterminés : 16 en fer, et 8 en alliage cuivreux).

19 Saint-Jean Vitus, 2006. La datation de l’étape finale de construction du massif d’avant-nef s’est faite par analyse dendrochronologique des tirants de bois pris à la base du voûtement supérieur de sa chapelle haute (chapelle Saint-Michel). Datation G. Lambert, C. Lavier, laboratoire CNRS de Chrono-écologie du Quaternaire, Besançon : chronologie Tournus.Abb-GL30, date acquise sur la période : 876-1002 (longueur 127 années), mais absence de cambium et d’aubier.

20 Dont nous avons tenté de démêler la chronologie, en caractérisant l’évolution des modes de construction, notamment au cours des xie et xiie siècles : Saint-Jean Vitus, 2006.

21 Cette faible quantité et cette dispersion des morceaux de briques ne font pas de ce lot un témoin significatif. On notera cependant qu’à l’abbaye, les élévations conservées du xie siècle, à base de maçonneries de pierre, intègrent isolément quelques briques probablement en remploi, souvent fragmentaires. Il convient encore de relever, dans un niveau de la fin du xe siècle ou des environs de l’an Mil (US 245, phase 2 A), une unique pièce complète, en forme de triangle-rectangle, qui évoque plutôt un élément de pavage (L. : 9,5 cm ; ép. : 4,5 cm).

22 Sur les ateliers de Saran, fouillés par S. Jesset, J. Bouillon et S. Millet, des panneaux concernant cette production de tuiles aux viie-ixe siècles ont été réalisés dans le cadre de l’exposition « Fragments terre : la production céramique à Saran durant le haut Moyen Âge ». Exposition ville de Saran, mars 2013, Fédération archéologique du Loiret.

Table des illustrations

Légende Fig. 9. Fouille de 1992-1994 : diagramme stratigraphique : phases 1 à 4 (avant construction de la cuisine du xiie siècle) (nos d’US 33 à 100 : sondage de 1992 ; nos d’US 101 à 290 : fouille de 1994) (B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig 10. Vue (vers l’est), du sol empierré 264 (phase 1 C, xe siècle) (photo B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 11. Relevé de la surface du sol de « béton » des environs de l’an Mil (US 226, phase 2 B), limité au nord-est par les négatifs de pièces de bois d’une paroi en angle droit, au-delà de laquelle s’étend un sol de cour extérieure, grossièrement empierré (US 242) (P. Gerbet, O. Juffard, B.SJV, 1994).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 12. Plan des sépultures fonctionnant avec le sol de béton aux alentours de l’an Mil (phase 2 B), avec restitution de la paroi de bois et de l’amorce de la cour au nord-est (O. Juffard, B.SJV, 1994).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 13. Tournus, Saint-Philibert : plan d’état de l’abbaye vers le milieu du xie siècle d’après les vestiges reconnus, en fouille ou en élévation (B. Saint-Jean Vitus, 2003. D’après B.SJV et O. Juffard 1991 à 1994 pour l’essentiel ; B.SJV, P. Noguès et P. Sarazin 2002, J. Valléry-Radot 1955, et Questel A.C.M.H. 1840 - 1850 pour l’église).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 14. Relevé pierre à pierre (avec indication des restes d’enduits) de la base de l’élévation extérieure primitive du mur occidental du réfectoire, dégagée en fouille, dans le prolongement de la façade du cellier du xie siècle (P. Gerbet, O. Juffard, B.SJV, 1994-2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 15. Revers du même mur de la phase 3, vu de l’intérieur du bâtiment actuel du réfectoire, au sud du portail actuel du xviiie siècle (le sol intérieur a été surcreusé au xviiie siècle). À gauche, l’angle sud-ouest est repris au xiie siècle, ainsi que les parties supérieures du mur. La maçonnerie du xie siècle s’observe de la même façon au nord de l’entrée actuelle, en partie basse (photo B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 16. Vestiges du sol empierré US 211 sur 212, devançant le front occidental des bâtiments claustraux (phase 3, seconde moitié du xie siècle) (photo B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 17. L’élargissement du bâtiment méridional du cloître. Relevé nord - sud des maçonneries du début du xiie siècle à la base du mur occidental du réfectoire, telles qu’elles sont apparues dans la fouille de 1994 (phase 4) : angle sud-ouest et premier contrefort de la face méridionale. Les fondations de la cuisine de la phase 5, en coupe au premier plan, viennent s’appuyer contre cette reprise (P. Gerbet, O. Juffard, B.SJV, 1994).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 18. Détail de la partie sud-est de la fouille : jonction des maçonneries de la cuisine (phase 5) et des soubassements du premier état du bâtiment du réfectoire (phase 4 : mur 265 et contrefort 142), en partie masqués par le témoin de stratigraphie laissé en place sous le surplomb de la maçonnerie d’angle du réfectoire actuel (repris à époque moderne, après démolition de la cuisine) (photo B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 19. Détail de la jonction des maçonneries de la cuisine (mur 125 et sa fondation 203, phase 5) et des soubassements du premier état du bâtiment du réfectoire (phase 4 : mur 265 et contrefort 142), en partie sud de la fouille, avec témoin stratigraphique des niveaux médiévaux en relation avec le contrefort (C. Castillo, O. Juffard, B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 20-A. Détail de la surface du lit de déchets de taille US 209 (phase 4 de la fouille) (photo B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 20-B. Embout en métal cuivreux trouvé en surface du sol empierré US 200 (phase 4, début du xiie siècle) (dessin C. Castillo).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 21. Détail de la chaîne d’angle de la base du premier contrefort méridional du bâtiment du réfectoire (mur 142, phase 4) : traces de layage des pierres de taille (photo B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 22. Exemples de fragments de terre cuite architecturale trouvés en fouille, dans les niveaux des ixe-xiie siècles. A. Fragment de tegula avec marques striées, dans un contexte du xe siècle (sol 264, phase 1 C) ; B. Fragment de tegula, niveau de travaux des environs de l’an Mil (US 255, phase 2 B) ; C. Fragment de tegula, niveau de travaux du milieu du xiie siècle (US 197, phase 5 A) ; D. Décor en relief de tuile faîtière, niveau de travaux du second quart du xie siècle (US 220, phase 3 A) (dessins C. Castillo).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5857/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search