Version classiqueVersion mobile

Pas de fumet sans feu : cuisine et vie quotidienne auprès des moines de Tournus (IXe-XVIe siècle)

 | 
Benjamin Saint-Jean Vitus

I. Introduction : l’abbaye, la « vielle cuysine » et la fouille de son site

Benjamin Saint-Jean Vitus

Texte intégral

1De l’abbaye Saint-Philibert de Tournus (fig. 1) subsiste, outre sa célèbre église romane, un ensemble remarquable de vestiges en élévation des xie, xiie, xiiie et xve siècles, entourant l’ancien préau du cloître. L’aile sud est occupée par le vaste réfectoire du xiie siècle, mis en valeur par les restaurations des années 1950 ; on y pénètre aujourd’hui par un portail moderne, percé au centre de son pignon occidental. Mais à l’origine, l’accès principal se faisait depuis le cloître, par un autre portail qui subsiste au milieu du mur nord de la salle actuelle : en façade ouest se dressait la cuisine des moines, rasée au xviie siècle. Son emplacement est marqué de nos jours par un simple élargissement de la rue Gabriel Jeanton, qui longe les bâtiments claustraux à cet endroit (fig. 2, 3, 4).

  • 1 Cette étude, amorcée en 1989, a fourni une part de la matière de ma thèse de doctorat : Saint-Jean (...)
  • 2 Sondage et fouille ont fait l’objet chacun d’un rapport circonstancié, déposé au Service régional d (...)

2C’est dans le cadre d’une étude d’ensemble des vestiges de cet important monastère, après la réalisation d’un plan archéologique détaillé des bâtiments claustraux en 19911, que nous avons envisagé un premier sondage en ces lieux, en 1992. Notre but était double : reconnaître l’existence et la nature des restes de la cuisine, de façon à compléter notre connaissance de l’ensemble claustral, et mettre en évidence une éventuelle stratigraphie d’occupation de cette partie du site, depuis les périodes les plus hautes. Les résultats furent assez riches pour inciter à une fouille plus large, qui fut entreprise en 1994, sur les trois-quarts de l’emprise de la cuisine du xiie siècle. Mais l’affleurement de vestiges sensibles juste sous le niveau de la chaussée actuelle conférait une valeur prospective à cette opération, par rapport à tout projet éventuel de réfection des abords de l’abbaye2.

3Au total a été mise en évidence, sur une stratigraphie de 2 m à 2,50 m d’épaisseur, une occupation continue illustrant une séquence large de la vie du monastère à l’extérieur de l’église et du cloître, depuis la fin du ixe siècle ou le tournant du xe, jusqu’au milieu du xvie siècle. Les niveaux les plus anciens sont ceux de sols extérieurs empierrés, peut-être de voirie ; leur succède un angle de bâtiment à vocation funéraire, aux alentours de l’an Mil. Après sa démolition, liée à l’importante réorganisation du second quart du xie siècle, l’espace est occupé par des sols de cour ou de chaussée fort passante, au pied de la façade occidentale des bâtiments claustraux. C’est vers le milieu du xiie siècle qu’est édifiée à cet endroit une cuisine monumentale à plan centré, dans la continuité du nouveau réfectoire. Le feuilletage de ses sols intérieurs et des dépôts de cendres conservés en place dans ses cheminées, mais aussi les nombreux déchets d’alimentation ou les aménagements de drainage, témoignant d’un usage intensif jusque dans la première moitié du xvie siècle, offrent un aperçu unique de l’utilisation de ce genre de structure. Sur l’ensemble de la fouille, la finesse de la stratigraphie et sa mise en relation avec les états successifs des bâtiments conservés en élévation alentour, fournissent au mobilier recueilli, même fragmentaire, un cadre chronologique assez précis pour lui donner valeur de référence en vue d’autres études.

Fig. 1. Tournus. Vue de la butte de l’abbaye et du quartier de la « Pêcherie » au bord de la Saône, depuis le pont, vers le nord-ouest (photo B.SJV).

I.1. Contexte historique et archéologique

4Le site actuel de l’abbaye a d’abord été celui d’une modeste basilique développée autour du tombeau d’un martyr local, Valérien. Mentionnée pour la première fois à la in du vie siècle (Grégoire de Tours, De Gloria Martyrum, livre I, chap. 54), elle se trouve à l’extérieur du « castrum trinorciense », petit établissement fortifié d’origine antique en bordure de Saône, traversé par la voie romaine de Lyon à Chalon (fig. 1 et 2).

  • 3 Diplôme de Charles-le-Chauve du 19 mars 875 : Lyon, Bibliothèque municipale, ms. 5403. Transcriptio (...)

5Mais en 875, le roi Charles le Chauve fait donation de l’« abbatia sancti Valeriani » et du « castrum », avec la « villa » qui leur est liée, à la communauté monastique errante qui fuit les incursions normandes depuis l’île atlantique de Noirmoûtier, emportant avec elle les reliques de son fondateur, saint Philibert3. Cet acte marque le début d’une ère de prospérité et d’expansion pour le nouvel établissement désormais voué à saint Philibert et saint Valérien (mais peu à peu dénommé « Saint-Philibert »), qui devient au cours du Moyen Âge l’une des plus puissantes abbayes bénédictines de Bourgogne. Elle est bientôt flanquée d’un bourg, englobant l’ancien « castrum ».

6Le monastère décline lentement au cours des xve et xvie siècles, et les guerres de Religion lui portent un coup fatal. Il est finalement sécularisé en 1621 et abrite désormais un collège de chanoines, qui perdure jusqu’à la Révolution. De façon paradoxale, on doit aux chanoines la sauvegarde d’une grande partie des bâtiments monastiques : au cours des xviie et xviiie siècles, ces religieux ont installé leurs maisons dans l’ancien cloître et les constructions alentour, ce qui les a sauvées de la démolition après les ventes révolutionnaires, en les conservant comme habitations. Mais l’époque des chanoines aura été aussi celle des premiers historiens de l’abbaye. Après Saint-Julien de Balleure à l’extrême in du xvie siècle, qui consacrait une partie à Tournus dans son Histoire des Bourguignons, c’est aux ouvrages plus importants des chanoines Chifflet au xviie siècle puis surtout Juénin au xviiie, qu’on doit la transcription d’une grande partie de ce qui restait des archives de l’abbaye. Beaucoup ont été perdues depuis, ce qui confère à ces témoignages une valeur irremplaçable (Saint-Julien de Balleure, 1581 ; Chifflet, 1664 ; Juénin, 1733).

  • 4 Dans la donation de 875, l’ajout du prieuré de Saint-Romain-des-Îles en Mâconnais est présenté expl (...)
  • 5 Sur ces questions, cf. Cartron-Kawe, 1998 (repris dans Saint-Jean Vitus, 2006), et Cartron, 2009

7Des textes d’archives, on retiendra en premier lieu que le diplôme de 875, outre les domaines, privilèges et revenus divers qu’il confère au nouveau monastère, se soucie d’emblée de la restauration du vieil établissement, qu’il convient sans doute d’agrandir rapidement4. Par la suite, malgré des difficultés dans la première moitié du xe siècle, on assiste à une phase d’expansion importante des domaines de l’abbaye et de forte implantation locale, de la fin du xe au début du xiie siècle. Dans la seconde moitié du xie siècle, les abbés tentent d’assurer une plus grande indépendance de leur établissement vis-à-vis du pouvoir laïc et du pouvoir épiscopal. Le rapprochement avec le pape Callixte II au début du xiie siècle leur permet finalement d’obtenir le privilège d’exemption, en 11215.

Fig. 2. Tournus : sites fouillés ou sondés, sur fond de trame urbaine médiévale (voirie d’après le plan cadastral actuel) (B.SJV).

8Globalement, les xiie et xiiie siècles apparaissent comme une période de prospérité pour l’abbaye, même si la seconde moitié du xiie siècle est marquée par de grandes difficultés financières pour le monastère. De surcroît, celui-ci doit faire face aux révoltes des habitants du bourg. Mais la crise paraît surmontée dans les premières années du xiiie siècle. En fait, les conflits réapparaissent de manière cyclique à partir de la fin du xiiie siècle, alors que l’établissement semble connaître une baisse des effectifs et que les donations ont peu à peu tari. En 1498 est mis en place le régime de la commende (Saint-Jean Vitus, 2006 ; Curé, 1905 [1984] ; Bracconi, 1977).

9Parallèlement à cette évolution globale, des travaux importants ont lieu au monastère aux xie et xiie siècles. Les sources écrites restent extrêmement discrètes sur ces questions – comme sur toute la topographie du monastère médiéval ; mais elles rapportent deux consécrations de l’église abbatiale, en 1019 et 1120. Plus tard, le journal de l’abbé Bérard revendique un ensemble de restaurations concernant le cloître, autour de 1240.

10Or l’étude détaillée des bâtiments monastiques confirme l’importance de ces chantiers. Elle met surtout en valeur la période xie-xiiie siècles comme la grande époque des reconstructions (Saint-Jean Vitus, 2002, 2006, 2010a, 2010b et à paraître). La première impulsion vient d’une réorganisation décisive de l’ensemble, faisant sans doute écho à une importante réforme monastique, dans les années 1020-1050 ; elle connaît des prolongements jusqu’aux alentours de 1100. Plus tard, les années fastes du début du xiie siècle se signalent par des travaux d’embellissement ou d’agrandissement à travers tout le monastère. En particulier, l’aile méridionale du cloître est entièrement reprise, avec l’édification du grand réfectoire voûté qui nous est parvenu ; l’aile occidentale aussi est refaite en partie (fig. 3). Quant à la campagne du début du xiiie siècle, elle apparaît plus importante que ce que revendiquait l’abbé Bérard et comprend notamment, outre l’aile occidentale du cloître encore une fois reprise, la réfection du cellier et son voûtement actuellement conservé ; sont également dressées les deux tours fortifiées de l’entrée principale du monastère, séparées par un pont-levis (« porte des Champs »).

11Au contraire, le xive et le début du xve siècle n’ont laissé que peu de traces de travaux importants, si ce n’est sur le pourtour de l’enceinte, dans un mouvement suscité, à l’évidence, par l’approche de la guerre de Cent ans. Il faut attendre apparemment la fin du xve siècle pour que de nouveaux aménagements concernent ponctuellement le cloître. Au xvie siècle est édifié le palais abbatial qui se dresse à l’est de l’église et du cloître.

12À la fin du xvie siècle, alors que dix-huit religieux seulement peuplent encore le monastère, les bâtiments n’ont plus leur fonction d’origine. La visite d’état des lieux qui fait suite au sac de l’abbaye par les Huguenots en 1562 décrit les maisons de moines qui ne vivent déjà plus ensemble. Mais c’est aussi cette source qui mentionne, pour la première fois à notre connaissance, un local abritant une cuisine en relation avec l’aile méridionale du cloître. Certes, ce texte ne s’assortit d’aucune description, se contentant d’enregistrer une porte brisée. Mais le qualificatif de « vielle cuysine » laisse au moins entendre qu’elle ne sert plus comme telle ; au reste, d’après cette visite, les habitations des moines comprennent chacune leur propre cuisine (Bernard, 1914).

13Un siècle et demi plus tard, le chanoine Juénin ne fait aucune allusion à l’ancienne cuisine, mais il caractérise l’aile sud du cloître en rappelant qu’au moment de la sécularisation, les témoins déposèrent que « depuis longtemps et hors de mémoire d’homme les moines ne vivaient plus en commun et que le réfectoire servait de jeu de tripot et de ballon où ils jouaient avec les jeunes et où les dames de la ville allaient les voir jouer » (Juénin, 1733, I, p. 356). Au xviiie siècle, le bâtiment sert de pressoir et de vinée. C’est à ce moment qu’est percée la porte d’accès occidentale actuelle, comme le rappelle l’inscription gravée au fronton MDCCLXIII Reparatum, Decoratum, Immutatum, surmontée d’un relief de pampres de vigne – les cuves de vendanges ornant les bois des battants de porte illustrent le même thème (fig. 4). À cette occasion aura été ménagée la rampe pavée de galets destinée au roulement des tonneaux jusqu’au sol intérieur, plus bas désormais que le niveau de la rue. Car cette transformation se sera accompagnée du décaissement de l’ancien réfectoire, sur 0,80 m environ, ainsi que l’attestent les ressauts de fondation aujourd’hui visibles au-dessus du sol, le long des murs de la salle, justement au niveau de la première des marches desservant la porte médiévale vers le cloître. C’est d’ailleurs comme pressoir que le bâtiment se trouve vendu à la Révolution.

Fig. 3. Tournus, Saint-Philibert. Plan d’état de l’abbaye au xiie siècle, d’après les vestiges reconnus en fouille ou en élévation (B. Saint-Jean Vitus, 2003. D’après B.SJV et O. Juffard 1991 à 1994 pour l’essentiel ; B.SJV, P. Noguès et P. Sarazin 2002, J. Valléry-Radot 1955, et Questel A.C.M.H. 1840-1850 pour l’église).

Fig. 4. Façade de l’ancien réfectoire de l’abbaye de Tournus, au moment du sondage de 1992 (visible en bas à gauche) (photomontage B.SJV).

  • 6 Cet auteur ne fournit malheureusement pas la référence d’archives correspondante ; mais son article (...)
  • 7 Cette maison est visible, en façade du réfectoire, dans un dessin de J.-M. Raulin, daté de 1897, pu (...)

14Mais la cuisine occidentale a disparu bien avant : elle aura été démolie en 1656, si l’on en croit Jean Martin, auteur du premier article concernant les bâtiments claustraux de Saint-Philibert, en 1900. Cet érudit tournusien pense en avoir aperçu quelques substructions, lors de creusements de tranchées en 1898 (Martin, 1900, p. 271)6. À cette époque, une petite maison est appuyée contre le pignon du réfectoire : elle a été détruite lors des restaurations des années 19507.

I.2. Le sondage et la fouille de 1992-1994 : conditions d’intervention

15À dire vrai, c’est sur la base des indications de J. Martin, que nous avons implanté notre premier sondage, en octobre-novembre 1992, à l’angle de la façade du réfectoire et de la maison voisine appuyée contre le bâtiment du cellier, dans l’élargissement de la rue Gabriel Jeanton (fig. 4). Ce sondage a été fouillé entièrement à la main, couche par couche dans le respect de la succession stratigraphique. La perturbation causée par la petite maison construite au xixe siècle s’est avérée minime.

16D’emblée, l’arase du mur nord de la cuisine médiévale et ses derniers niveaux d’occupations affleuraient sous le sol actuel. Les maçonneries étaient conservées sur quelques assises au-dessus d’une fondation en fort débord, et la présence d’une vaste cheminée de plan semi-circulaire à l’angle du réfectoire, ayant conservé d’importants dépôts de cendres compressés à l’emplacement du foyer, eux-mêmes entourés de petites concentrations d’écailles et d’arêtes de poissons ou de coquilles d’œufs pris dans des sols de terre battue noirs de suie, ne laissait subsister aucun doute sur la fonction du bâtiment. Quant au pignon du réfectoire, il révélait des reprises de maçonneries laissant soupçonner des arrachements après démolition. Les niveaux d’occupation correspondants étaient conservés sur 0,40 m d’épaisseur au total, donnant l’impression d’un dépôt continu, tandis qu’un sondage restreint révélait, sur encore 1,70 m d’épaisseur, une succession de niveaux de circulation antérieurs, recoupés très en profondeur par les fondations de la cuisine. Le mobilier, essentiellement constitué de tessons de céramique éparpillés sur les différents sols, confirmait à première vue la continuité globale de l’occupation jusqu’à 14 l’arasement de la cuisine, selon une chronologie étagée, en gros, du ixe au xvie siècle. De ce point de vue aussi, la mise en place de la cuisine paraissait s’insérer dans un contexte du xiie siècle.

Fig. 5. Vue générale de la fouille de 1994 en in d’opération, devant la façade du réfectoire (vers le sud-est) (photo B. Saint-Jean Vitus).

Fig. 6. Fouille de 1992/1994 au pied de la façade du réfectoire. 1-2. Plans des niveaux de fond de fouille, en partie nord de la zone explorée : sols et fosses des phases 1 A, 1 B et 1 C (xe siècle), coupés par un mur et trois fosses de sépultures du xie siècle à l’est et à l’ouest, et par les fondations de la cuisine du xiie siècle sur le pourtour (emprise de la cheminée d’angle nord-est) ; 3. coupe stratigraphique transversale est-ouest, selon l’axe A-B (niveaux de la phase 1, xe siècle) (nos d’US 33 à 100 : sondage de 1992 ; nos d’US 101 à 290 : fouille de 1994) (B.SJV, 1992-1994/2004).

Fig. 7. Fouille de 1994 : relevé de la grande coupe stratigraphique sud-nord
(S. Cordenod, A. Larcelet, B.SJV, 1994).

Fig. 8. Sondage de 1992 : relevé de la coupe stratigraphique est-ouest (nos d’US 33 à 100 : sondage de 1992 ; nos d’US 101 à 290 : fouille de 1994) (B.SJV, 1992-94).

17Deux ans plus tard, la fouille étendue a concerné une aire d’un peu plus de 90 m2. Son implantation s’est faite sur toute la largeur de la façade du réfectoire (fig. 5), sur le postulat d’un plan symétrique de la cuisine, partant du constat de qualité et de régularité d’une construction prolongeant le bâtiment du réfectoire du xiie siècle, lui-même de réalisation très soignée. De la même façon, on pouvait supposer une longueur équivalente à sa largeur. Diverses contraintes techniques et financières nous ont obligé à restreindre la fouille vers l’ouest, mais le premier décapage ayant confirmé la symétrie du plan de la cuisine dans le sens nord-sud, une excroissance fut néanmoins pratiquée dans la chaussée vers le nord-ouest : la présence effective à cet endroit d’une troisième cheminée d’angle a permis de confirmer l’hypothèse d’un plan centré. Vers le sud-ouest en revanche, la quatrième cheminée n’a pas pu être dégagée sous la chaussée actuelle ; cela dit, le passage de différentes tranchées de réseaux, superposées à l’emplacement d’un égout de la fin du xixe siècle, laissait peu d’espoir d’une bonne conservation de ce côté. En décembre 2012, elle a néanmoins été aperçue par l’archéologue tournusien Jean Duriaud, à l’occasion de travaux de renouvellement des conduites d’eau.

18À l’intérieur de ces limites, si les niveaux contemporains de l’utilisation de la cuisine ont été fouillés sur la totalité de la surface ouverte, les couches plus anciennes, perturbées en profondeur par les fondations de la cuisine, ne l’ont été que dans la zone centrale, et en partie, pour vérifications, au sud. Enfin, faute de temps et de moyens par rapport à la richesse des vestiges, les niveaux les plus profonds n’ont pas été vraiment fouillés et l’opération a été interrompue, pour l’essentiel, à quelque 2,20 m sous la surface actuelle du sol. Néanmoins, une partie restreinte de la fouille, au nord-ouest, a été explorée plus en profondeur et différents sondages de reconnaissance ont été effectués de manière ponctuelle, à la faveur de fosses d’inhumation notamment, jusqu’à 3 m sous la surface actuelle (fig. 5, 6, 7, 8).

  • 8 Le feuilletage de certains sols, dû à un dépôt continu de sédiments fins et à de multiples recharge (...)

19Après un premier décapage mécanique des remblais postérieurs à l’arasement de la cuisine, situés juste sous la chaussée actuelle, l’ensemble a été fouillé à la main, couche par couche dans l’ordre de la stratigraphie8. Un abri confectionné par les services techniques de la ville nous a permis de travailler plus de trois mois d’affilée, de septembre à décembre 1994, sans être inquiétés par les intempéries. La fouille a été rebouchée avec du sable, en attendant une reprise éventuelle, ou un possible aménagement des pourtours du site abbatial.

Notes

1 Cette étude, amorcée en 1989, a fourni une part de la matière de ma thèse de doctorat : Saint-Jean Vitus, 2006. Des plans et relevés analytiques précis ont été effectués peu à peu depuis 1991 en collaboration avec Olivier Juffard, souvent grâce au soutien financier, tantôt du Service régional de l’Archéologie, tantôt des Monuments historiques ou tantôt du CNRS, de l’association Burgondie et des associations locales en partie subventionnées par la Ville : Centre international d’Études romanes (C.I.E.R.) et Groupe de Recherche archéologique de Tournus (G.R.A.T., rattaché à la Société des Amis des Arts et des Sciences de Tournus). Le travail de préparation de la présente publication a été activement soutenu par l’Inrap. Mais nous avons aussi bénéficié, tout au long de ces années, du simple concours bénévole, discret et efficace, de plusieurs amis et collègues : nous leur adressons tous nos remerciements. Le plan des bâtiments claustraux réalisé avec O. Juffard a été publié ou doit l’être, sous différentes formes, dans plusieurs contributions modestes traitant de l’abbaye Saint-Philibert : Saint-Jean Vitus, 1995 et 1996, 2010b et à paraître.

2 Sondage et fouille ont fait l’objet chacun d’un rapport circonstancié, déposé au Service régional de l’Archéologie de Bourgogne.

3 Diplôme de Charles-le-Chauve du 19 mars 875 : Lyon, Bibliothèque municipale, ms. 5403. Transcription dans Andrieux, 1993, Recueil : no 21, 19 mars 875, p. 91-98.

4 Dans la donation de 875, l’ajout du prieuré de Saint-Romain-des-Îles en Mâconnais est présenté explicitement comme une contribution à cette restauration (sur ce diplôme, cf. note précédente)

5 Sur ces questions, cf. Cartron-Kawe, 1998 (repris dans Saint-Jean Vitus, 2006), et Cartron, 2009

6 Cet auteur ne fournit malheureusement pas la référence d’archives correspondante ; mais son article est basé principalement sur un ensemble de sources modernes, de la période canoniale (visites d’état des lieux de l’établissement après plusieurs décès d’abbés notamment). Nous n’avons pas retrouvé trace de la mention de 1656 dans les textes conservés aux archives départementales de Saône-et-Loire.

7 Cette maison est visible, en façade du réfectoire, dans un dessin de J.-M. Raulin, daté de 1897, publié par Curé, 1905 [1984], p. 125, fig. 54.

8 Le feuilletage de certains sols, dû à un dépôt continu de sédiments fins et à de multiples recharges – en particulier dans les niveaux d’occupation de la cuisine – pouvait rendre cette différenciation un peu factice dans le détail. Aussi a-t-on parfois considéré comme une seule couche de grands niveaux qui manifestaient une certaine unité. Pour le cas notoire des sols de la cuisine, cf. infra, chapitres III. 4.1 et III. 4.2.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Tournus. Vue de la butte de l’abbaye et du quartier de la « Pêcherie » au bord de la Saône, depuis le pont, vers le nord-ouest (photo B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 2. Tournus : sites fouillés ou sondés, sur fond de trame urbaine médiévale (voirie d’après le plan cadastral actuel) (B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Fig. 3. Tournus, Saint-Philibert. Plan d’état de l’abbaye au xiie siècle, d’après les vestiges reconnus en fouille ou en élévation (B. Saint-Jean Vitus, 2003. D’après B.SJV et O. Juffard 1991 à 1994 pour l’essentiel ; B.SJV, P. Noguès et P. Sarazin 2002, J. Valléry-Radot 1955, et Questel A.C.M.H. 1840-1850 pour l’église).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Fig. 4. Façade de l’ancien réfectoire de l’abbaye de Tournus, au moment du sondage de 1992 (visible en bas à gauche) (photomontage B.SJV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 5. Vue générale de la fouille de 1994 en in d’opération, devant la façade du réfectoire (vers le sud-est) (photo B. Saint-Jean Vitus).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 6. Fouille de 1992/1994 au pied de la façade du réfectoire. 1-2. Plans des niveaux de fond de fouille, en partie nord de la zone explorée : sols et fosses des phases 1 A, 1 B et 1 C (xe siècle), coupés par un mur et trois fosses de sépultures du xie siècle à l’est et à l’ouest, et par les fondations de la cuisine du xiie siècle sur le pourtour (emprise de la cheminée d’angle nord-est) ; 3. coupe stratigraphique transversale est-ouest, selon l’axe A-B (niveaux de la phase 1, xe siècle) (nos d’US 33 à 100 : sondage de 1992 ; nos d’US 101 à 290 : fouille de 1994) (B.SJV, 1992-1994/2004).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 7. Fouille de 1994 : relevé de la grande coupe stratigraphique sud-nord(S. Cordenod, A. Larcelet, B.SJV, 1994).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 8. Sondage de 1992 : relevé de la coupe stratigraphique est-ouest (nos d’US 33 à 100 : sondage de 1992 ; nos d’US 101 à 290 : fouille de 1994) (B.SJV, 1992-94).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5851/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search