Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Contribution de la Champagne à l’étude du Néolithique ancien

Erick Tappret et Alain Villes

Texte intégral

1Les premiers éléments du Néolithique ancien en Champagne sont connus depuis plus d’un siècle, avec la riche sépulture de Moncetz-l’Abbaye (Marne) mise au jour en 1866. Les découvertes se sont succédées à un rythme régulier depuis lors et jusque dans les années 1970 : tombes situées, comme celles de Moncetz, dans le Perthois, habitat d’Ante (Marne), en bordure occidentale de l’Argonne, sépulture de Vert-la-Gravelle (Marne), en contrebas immédiat de la côte d’Ile-de-France, trouvailles isolées diverses. L’essentiel de ces documents concerne la moyenne vallée alluviale de la Marne (dont le Perthois constitue la partie amont), les autres indices étant plus ténus, tant vers le Nord : Rethel (Ardennes), que vers le Sud-Ouest : Assenay, Saint-Léger-près-Troyes, Gumery (Aube). Il s’agit exclusivement de découvertes fortuites lors de terrassements industriels (carrières) ou de prospections au sol. Il faut attendre 1974, avec la détection par photographie aérienne du site de Larzicourt (Marne), puis les fouilles plus sytématiques ou de grande ampleur du Perthois (Écriennes, Orconte) ainsi qu’en aval immédiat de Châlons-sur-Marne (Juvigny), pour que la recherche sur le Néolithique ancien prenne son essor dans la région.

2Les mobiliers mis au jour ont longtemps été attribués au « Rubané Récent du Bassin Parisien » (Bailloud, 1964 et 1976) ou plus vaguement au « Danubien » (Chertier, 1974), avant qu’apparaissent des propositions chronologiques plus précises et des notions telles que « Rubané Moyen Champenois » (Lanchon, 1984 et 1992), « Groupe de Villeneuve-Saint-Germain », « céramique du Limbourg » (Constantin, 1985) et « céramique de la Hoguette » (Jeunesse, 1986 et 1987).

3De l’avis de tous les auteurs, l’intérêt des découvertes champenoises tient autant à leur typologie qu’à leur position géographique intermédiaire entre l’Alsace-Lorraine et le centre du Bassin parisien. Nous allons essayer de replacer ces données dans le cadre de l’évolution récente des connaissances sur le Néolithique ancien en France septentrionale. Nous nous efforcerons de les classer au préalable en fonction de leur parenté ou, au contraire, de leur dissemblance, par rapport à la culture rubanée la plus classique, telle qu’elle est définie dans l’Est de la France.

LE CONTEXTE GÉOGRAPHIQUE ET GÉOLOGIQUE

4La Champagne forme l’auréole orientale du bassin de Paris, constituée pour une bonne moitié par la plaine crétacée. Elle est traversée, d’Est en Ouest, par la Seine et la majorité de ses affluents principaux (Aisne, Marne, Aube), mais aussi, au Nord, par la Meuse, qui coude rapidement en direction du massif primaire. Au Sud, la région - au sens administratif du moins - donne sur la Bourgogne par le plateau de Langres, d’où quelques cours d’eau rejoignent la Saône au-delà de la ligne de partage des eaux entre Mer du Nord et Méditerranée. C’est donc là un pays très dégagé vers l’Ouest qui s’ouvre dans les autres directions par au moins deux, sinon trois seuils.

5Malgré le caractère dominant du substrat géologique secondaire, la Champagne englobe quelques régions ou micro-régions qui en diversifient, marginalement, la composition, tout en formant des zones de contact entre paysages contrastés. Il s’agit, à l’Est, de l’Argonne, historiquement et géologiquement rattachée à la Lorraine, et constituée de plateaux de gaise très homogènes, profondément découpés de nombreux vallons et gorges secondaires. A l’opposé, la côte d’Ile-de-France forme une frontière nette et brutale entre la Champagne crayeuse et la Brie champenoise. Elle n’est fortement entaillée que par les vallées alluviales principales (Marne, Aisne, Vesle, Seine), mais son pied est parfois bordé de dépressions humides (marais de la Vesle, de Saint-Gond, de la Superbe), qui ont représenté des pôles de peuplement préhistorique important. Au Nord, la rupture est moins nette entre le pays crayeux et la vallée de la Meuse, par l’intermédiaire des bas-plateaux tertiaires aux terres lourdes et argileuses de l’Ardenne centrale. Au Sud-Ouest, la vallée de la Vanne, assez encaissée et marécageuse, offre une percée unique et directe depuis la vallée de la Seine jusqu’à celle de l’Yonne, à travers le pays d’Othe, bas-plateau crayeux à forte couverture argileuse, au sous-sol riche en gisements de silex de bonne qualité. Au Sud et Sud-Est, de même, les reliefs assez découpés des plateaux calcaires du Barrois s’étagent progressivement jusqu’au plateau de Langres, les vallées (Seine, Marne, Aube) offrant les voies de pénétration les plus commodes. Une zone intermédiaire est constituée entre le pays crayeux et ces paysages bien différents par le vallage marnais et la plaine du Perthois. Celui-ci est formé par un cône de déjection d’alluvions quaternaires, large et plat, encadré par la Marne et la Saulx, mais parcouru dans son axe longitudinal par la rivière l’Orconté.

6L’auréole crétacée de la Champagne est donc rythmée, de manière assez régulière, par des vallées importantes, dont les affluents suivent l’orientation générale, et qui mettent les plateaux de Lorraine et de Bourgogne méridionale en communication directe avec le cœur du Bassin parisien.

7Les découvertes du Néolithique ancien s’égrènent principalement dans ces vallées ou sur leurs abords (fig. 1).

PRÉSENTATION DES DÉCOUVERTES DU RUBANÉ

8Il s’agit aussi bien d’habitats que de sépultures. Nous envisagerons d’abord les habitats récemment découverts. En effet, ils ont abrité quelques tombes et pour le moment ils représentent les seuls contextes susceptibles d’éclaircir certains aspects de la chronologie ou de l’attribution culturelle des mobiliers funéraires.

LES HABITATS RUBANÉS

9Le premier mis au jour est celui de Larzicourt (Marne), dans le Perthois. Les fouilles de la Circonscription des Antiquités Préhistoriques ont porté, de 1975 à 1987, sur diverses structures. Les premières, situées lieu-dit « Ribeaupré », consistent en deux grandes maisons rectangulaires, deux petits bâtiments et cinq fosses. Les secondes, au lieu-dit « Champ Buchotte », sont situées 500 m plus à l’Est et comprennent deux grandes maisons séparées par 250 m, deux fosses et cinq sépultures groupées. La publication de ces travaux est restée très liminaire (Chertier, 1980 et 1987).

10Toutes ces structures sont à peu près alignées sur une distance totale de 750 m selon un axe approximatif Ouest-Sud-Ouest/Est-Nord-Est. On ne sait comment les intégrer à un seul et même ensemble organisé, car les décapages n’ont pas excédé les abords immédiats des bâtiments les plus grands (pour une surface totale de 0,8 hectare). Seuls, les plans de quatre maisons ont été publiés (deux grandes et deux petites) ainsi qu’une partie minime du mobilier archéologique du lieu-dit « Ribeaupré » ; quant aux sépultures, elles ont fait l’objet d’informations partielles (Chertier, 1985).

11Le second habitat connu sur une certaine ampleur est celui d’Orconte, « Les Noues », situé dans le prolongement des structures de Larzicourt, 1 500 m environ à l’Est des fouilles de « Champ Buchotte ». Sur une surface de 3 hectares, une opération de sauvetage a dégagé, en 1987, les emplacements partiellement accessibles ou conservés de treize bâtiments domestiques, auxquels s’ajoutent cinq sépultures et un minimum d’une quinzaine de fosses de types divers. Suite à une note préliminaire (Tappret et alii, 1988), la publication complète de cet ensemble est en cours.

Fig. 1. — Carte des découvertes du Néolithique ancien en Champagne-Ardenne : 1. Rubané moyen ; 2. Rubané récent ; 3. Rubané récent du Bassin parisien ; 4. groupe de Villeneuve-Saint-Germain ; 5. céramique du Limbourg et de La Hoguette ; 6. découvertes isolées hors contexte ; 7. tombes isolées, sans mobilier ou au mobilier peu typique. Inventaire : 1. Larzicourt ; 2. Orconte ; 3. Norrois, « La Raie des Lignes » ; 4. Vert-la-Gravelle ; 5. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; 6. Orconte ; 7. Écriennes ; 8. Frignicourt ; 9. Rosières-près-Troyes ; 10. Ante ; 11. Plichancourt ; 12. Chouilly ; 13. Vitry-le-François ; 14. Gumery ; 15. Rethel ; 16. Conflans-sur-Seine ; 17. Saint-Léger ; 18. Fontaine-Mâcon ; 19. Gumery ; 20. Juvigny, « Le Pré le Cerf » ; 21. Tours-sur-Marne ; 22. Rethel ; 23. Fagnières ; 24. Romilly-sur-Seine ; 25. Chouilly ; 26. Rosières-près-Troyes ; 27. Moussey ; 28. Saint-Léger ; 29. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; 30. Écriennes ; 31. Sevigny-Waleppe ; 32. Rethel ; 33. Hannogne-Saint-Remy ; 34. Val-de-Vière (Rozay) ; 35. Nogent-sur-Seine ; 36. Moussey ; 37. Lesmont ; 38. Vanault-le-Châtel ; 39. Cloyes-surMarne ; 40. Bignicourt-sur-Marne ; 41. Epernay ; 42. Assenay ; 43. Ay-Champagne ; 44. Crenay ; 45. Pocancy ; 46. Hallignicourt ; 47. Saint-Dizier ; 48. Remilly-Aillicourt ; 49. Cloyes-sur-Marne ; 50. Moncetz-l’Abbaye ; 51. Frignicourt, « Sous les Courbes » et « l’Orconté » ; 52. Marolles ; 53. Moussey ; 54. Hauteville ; 55. Serqueux.

12À ces deux sites, il convient d’ajouter une découverte restreinte : une fosse et la tierce centrale d’une grande maison à Norrois, « La Raie des Lignes » (Tappret, Chertier, 1982). Enfin, un nouvel habitat rubané est en cours de fouille dans la plaine du Perthois : Écriennes, « La Folie », où les plans de cinq maisons sont d’ores et déjà étudiés (fouilles E. Tappret).

13Hors de cette zone, le dernier habitat qu’il convient de mentionner dans la vallée de la Marne se trouve en aval de Châlons-sur-Marne, à Juvigny, lieu-dit « Les Grands Traquiers ». La fouille de sauvetage effectuée par E. Tappret en 1985 dans des conditions fort difficiles a révélé une vingtaine de fosses domestiques (Tappret, Villes, 1988).

14Les recherches se sont donc concentrées sur la zone du Perthois. Aucun village n’est connu dans sa totalité, soit par manque d’ampleur des fouilles (Larzicourt), soit par suite de destructions antérieures importantes par des carrières (parcelles situées au Nord et à l’Est de la fouille d’Orconte). Ces découvertes s’intègrent apparemment dans une suite ininterrompue de sites qui, si l’on tient compte des trouvailles anciennes, se trouvent à faible distance de la rive droite de la Marne, à intervalle régulier. Cette position préférentielle avait été soulignée par Y. Lanchon (1984). En réalité, les découvertes du Perthois ne se localisent pas de façon exclusive en limite de très basse ou de basse terrasse, et les conditions topographiques ne sont pas exactement comparables à celles de la vallée de l’Aisne moyenne. D’une part les maisons de Larzicourt et d’Orconte occupent ce que Tricart appelle le « sommet de la nappe de remblaiement de la Grève II » (Tricart, 1952, p. 312-314) et d’autre part divers sites sont connus sur la rive droite de l’Orconté, soit en contrebas de la terrasse équivalant d’après Tricart à celle de Larzicourt et Orconte (Écriennes, « La Folie »), soit sur un versant de cette terrasse (site de LuxémontVillotte, repéré par photographie aérienne). En outre, des découvertes anciennes sont connues dans la zone de confluence Saulx-Marne, à Marolles, Vitry-en-Perthois « Les Quarante Journelles » et « Face les Quarante Journelles » et Vitry-le-François, « La Planchotte », dans des conditions topographiques plus difficiles à préciser (Tappret et alii, 1988, p. 5). La cartographie des implantations rubanées du Perthois dépend encore très largement du hasard des découvertes, si bien qu’il est prématuré d’en proposer pour l’instant un « modèle » topographique fiable et à plus forte raison de comparer celui-ci aux autres exemples du Bassin parisien.

15Sous les limons de débordement bruns réputés pour leur fertilité, le substrat des habitats de la plaine du Perthois est constitué dans la majorité des cas par des alluvions sablo-gravillonneuses de la terrasse quaternaire. Une seule exception : celle de Norrois, « La Raie des Lignes », où les structures perforaient une épaisseur de limon jaune assez importante (35 cm), avant d’atteindre le niveau de granulats. Malheureusement, les conditions de fouille ont empêché d’étudier une coupe géologique en relation directe avec les traces d’occupation (Tappret, Chertier, 1982). Ailleurs, la faible profondeur des fondations des bâtiments néolithiques pose question. À Larzicourt, dont les décapages ont été faits à la main, soit en totalité, soit à partir du niveau de base de la terre végétale, certaines des grandes maisons montrent des lacunes dans les poteaux muraux. Des deux constructions les plus petites, il ne restait que les fosses des tierces, à peu de chose près (Gallia Préhistoire, 1981, fig. 24). Sur le site d’Orconte, dont le décapage mécanique fut intégral, les inévitables dégâts de la pelle au niveau superficiel de la terrasse, toujours irrégulier, n’expliquent que très partiellement la faible profondeur des trous de poteau. Par exemple, dans les maisons 6 et 7, le dégagement à la main des structures en limite de parcelle a confirmé leur faible enfoncement : 15 à 22 cm pour les tierces, 8 à 12 cm pour les murs, alors que l’épaisseur de la terre végétale varie de 25 à 50 cm. Même en supposant que la terre arable actuelle a été constituée au détriment des limons humiques superficiels encaissant à l’origine les fondations néolithiques, on peut s’attendre à une profondeur plus importante de ces dernières. Les façons culturales actuelles n’expliquent pas non plus une érosion éventuellement récente, car si les semelles de labour touchaient parfois la partie supérieure des structures à Larzicourt, en revanche, les traces de charrue n’étaient pas visibles dans le sous-sol à Orconte. De deux choses l’une : ou bien les poteaux étaient calés peu profondément dès l’origine, le substrat granuleux offrant une bonne résistance aux pressions verticales et le poids des maisons contituant un grand facteur de stabilité, ou bien une partie non négligeable des sédiments superficiels d’origine a disparu, par une action mécanique qui nous échappe, la région ne montrant pas de variation suffisamment marquée du relief pour favoriser fortement l’érosion. Faut-il envisager une action éolienne ? chimique ? Aucune étude sédimentologique poussée ne permet d’ailleurs d’avoir une idée sûre de l’épaisseur initiale des sédiments sus-jacents au gravier à l’emplacement des habitats fouillés. Des couches ou lentilles de limon jaune d’épaisseur variable apparaissent fréquemment au hasard des décapages industriels dans le Perthois, mais l’évolution de ces formations superficielles ne nous est pas encore connue, faute de recoupements suffisamment clairs avec des structures ou des couches archéologiques. En tous cas, on ne saurait pour le moment ni affirmer péremtoirement, ni exclure que la présence de limons plus importants qu’il ne semble aujourd’hui ait favorisé dans le Perthois l’installation des premiers agriculteurs. Quant à l’effet de l’implantation humaine sur le milieu, en particulier la transformation ou l’érosion des niveaux les plus superficiels, il n’a encore fait l’objet d’aucune étude.

16Enfin, l’impossibilité d’utiliser le substrat principalement sablo-gravillonneux, pour la construction des murs des maisons rubanées, ne semble guère avoir gêné leur implantation entre la Marne et l’Orconté. Or, le peu de limon apparemment accessible sur place à Orconte, en travers des maisons 6 et 7, a fait l’objet d’une extraction en « fosse de construction », dont seule l’orientation ordinairement parallèle aux maisons déroge ici à la règle. On peut postuler que les Néolithiques n’ont pas reculé devant le transport des matériaux, mais qu’ils ont aussi exploité les terres superficielles, sans que l’on sache encore si celles-ci offraient des conditions plus favorables qu’aujourd’hui à la confection de murs en terre. En tous cas, les fosses de construction d’Orconte n’ont pu fournir un volume suffisant de limon pour les parois des maisons 6 et 7, sans admettre qu’elles étaient beaucoup plus profondes qu’avant le décapage industriel (terre végétale comprise). À Larzicourt, la densité relative des vestiges de part et d’autre de la maison 3, lieu-dit « Champ Buchotte », à l’intérieur de faibles dépressions, suggère l’existence de dépotoirs coïncidant avec la partie résiduelle de fosses de construction, qui furent soit très superficielles soit très mal conservées.

17Signalons que l’existence de zones humides, encore présentes autour de la petite rivière l’Orconté, a pu contribuer à une diversification des ressources naturelles au Néolithique ancien. À cet égard, la toponymie du site d’Orconte, « Les Noues », est suggestive. Malheureusement et faute de moyens, les études paléo-environnementales sont encore inexistantes pour le Perthois concernant cette période.

18À Juvigny, « Les Grands Traquiers », l’habitat se trouvait à deux kilomètres de la rive droite de la Marne en contrebas immédiat du plateau crayeux et en limite de la vallée proprement dite, sur un sous-sol d’alluvions sablo-gravillonneuses comportant une forte proportion de craie et recouvertes par un épais limon de débordement jaune. Deux dépressions humides à remplissage marneux étaient visibles dans l’emprise de la carrière. Le décapage à la dragueline a rendu les observations très difficiles à la surface du limon. Les structures étaient en partie taillées jusque dans le substrat alluvionnaire. Malgré des nettoyages étendus, à la main, aucun trou de poteau n’a été observé. La position topographique des « Grands Traquiers », en bordure de la vallée majeure, est très différente de celle des sites du Perthois.

19On connaît donc très peu de gisements du Rubané en aval de ce dernier. Sous réserve de destructions importantes, restées inconnues, aucun habitat n’est encore apparu dans les travaux industriels et qui relève de cette culture stricto sensu. Si les limons de débordement sont quasi-omniprésents dans la vallée entre Vitry-le-François et Dormans, l’environnement général est bien différent de celui du Perthois, puisque la Marne occupe un vallon largement inondable, faiblement encaissé, mais très bien délimité et d’une largeur moyenne beaucoup plus faible (3 à 5 km), encadré par le plateau crayeux. Du reste, les prospections y sont restées très limitées.

LES STRUCTURES D’HABITAT

Les constructions (fig. 2, 3 et 4)

20Quatre maisons de Larzicourt se caractérisent par des dimensions très importantes, soit 36,50 à 47,20 m de longueur pour 6,25 à 7,50 m de large (d’axe en axe des fosses de calage), ce qui, pour une surface couverte de 270 à 400 m2, les place parmi les plus grandes constructions appartenant à cette période, en France comme en Europe.

21Sur le site d’Orconte, les maisons nos 2, 6, 7 et 8 qui n’étaient pas conservées ou pas accessibles dans leur totalité, atteignaient une longueur qui peut être estimée entre 30 et 35 m, pour 6 à 7 m de large (d’axe en axe des murs). Elles rentrent dans la catégorie des bâtiments de grande taille.

22À l’opposé, il existe une série de petites constructions : 8,60 à 13 m de long pour 5 à 5,50 m de large présentes à Orconte (maisons nos 3 et 4 et 9 à 13, dont trois sont très partiellement conservées). Les bâtiments de dimensions intermédiaires entre ces deux extrêmes ne figurent à ce jour que sur le site d’Écriennes : 15 à 25 m de long pour 5 à 6 m de large.

23Si ces bâtisses répondent au modèle « canonique » de la maison « danubienne » : cinq rangées longitudinales de poteaux, orientation quasi-Est-Ouest, on note diverses particularités architecturaies. Le renforcement des murs de la partie arrière n’apparait par l’intermédiaire d’une tranchée de fondation que dans certaines des maisons grandes ou moyennes (Larzicourt. nos 2, 3 et 4 ; Orconte, no 2 ; Écriennes, nos 3 et 4). Les traces de ces tranchées sont presque toujours faiblement conservées. Comme la profondeur des trous de poteau est globalement proportionnelle à l’importance des maisons, on peut se demander si l’absence de tranchées de fondation dans la partie arrière des petits bâtiments n’est pas en partie imputable aux conditions de conservation.

Fig. 2. — A. Bâtiments de Larzicourt (Marne) : 1, 2 et 4, « Ribeaupré » (maison I et bâtiments annexes) ; 3. « Champ Buchotte (maison III) ; B. Bâtiments d’Écriennes (Marne) « La Folie » : 1. maison VI ; 2. maison VII ; 3. maison VIII (d’ap. Chertier, 1980 et 1987 ; Tappret, rapport de fouilles 1990).

Fig. 3. — A. Bâtiments d’Écriennes, « La Folie » : 1. maison IV ; 2. maison V ; 3. maison III ; 4. maison I ; B. Quelques éléments de comparaison pour les maisons les plus grandes de Champagne : 1 et 3, Regensburg-Harting (Bavière) ; 2. maison Rössen de Bochum-Hiltrop (Westphalie) (d’ap. Tappret, 1990 ; Becker, Braasch, 1984 ; Brandt, Beck, 1954).

Fig. 4. — Bâtiments de l’habitat Rubané moyen d’Orconte, « Les Noues » (Marne) : 1. Maison XII ; 2. maison II ; 3. maison IV ; 4. maison X ; 5. maison VI ; 6. maison III ; 7. maison XI ; 8. maison VII ; 9. maison V ; 10. maison IX ; 11. maison VII (d’ap. Tappret et alii, 1988).

24Toutes les maisons longues de plus de 25 m comportent deux tierces rapprochées, situées plus ou moins au-delà de la mi-longueur, et que l’on interprète habituellement comme formant un « couloir » transversal. Lorsque les fosses des parois murales sont bien visibles, ce couloir comporte toujours un trou de poteau dans son axe au flanc méridional, ce qui est moins systématique sur le flanc opposé. On peut y voir l’indice d’une porte latérale. Ce détail est moins évident pour les petites constructions, dont les trous de poteaux muraux sont de toute manière très inégalement conservés.

25Une grande pièce précède systématiquement la tierce orientale du couloir, atteignant 6 m de longueur à Orconte (M2 et M6). Ce dernier est précédé par une tierce intermédiaire peu profondément implantée dans les bâtiments les plus grands de Larzicourt. En M1 et M2, ces supports n’étaient en effet décelables qu’en partie. On pourrait en conclure que la grande pièce a bien existé dans les maisons les plus importantes, mais que la portée longitudinale exagérée pour les chevrons et la faîtière (8,50 à 9,70 m) a conduit rapidement les constructeurs à placer des piliers de relais peu profondément enfoncés et donc plus difficilement décelables.

26La présence d’un couloir est moins systématique dans les petites constructions, puisque celuici n’apparaît ni dans M9 et M10 d’Orconte, ni M5 de Larzicourt. Curieusement, le « couloir » constitue la dernière travée de la maison 4 d’Orconte, comme si elle avait été utilisée sous une forme inachevée, la seconde partie n’ayant jamais été construite. L’existence d’une travée plus longue que les autres caractérise assez systématiquement les constructions les plus petites sur ce site, mais en l’absence de couloir évident (M9 et M10), cette « pièce » occupe une position centrale. Par la répartition des tierces, les constructions 5 de Larzicourt et 12 d’Orconte montrent une nette ressemblance.

27Conformément à la règle admise dans la plus grande partie de l’Europe, l’existence de greniers se déduit de la présence de tierces assez serrées ou à supports renforcés, entre la deuxième tierce et la grande pièce. Le fait se vérifie clairement dans les grandes structures de Larzicourt (du moins Ml, M3 et M4) et d’Orconte (M6, M7 et probablement aussi M2), mais le faible enfoncement général des supports correspondants a souvent compromis la conservation des trous de poteau. Ce grenier intégré dans la partie antérieure du bâtiment semble absent ou reste peu apparent dans certains cas : M2 de Larzicourt, M6 et M8 d’Orconte, M4 et M5 d’Écriennes.

28Pour certaines maisons, la tierce orientale de la grande pièce montre un décalage du trou de poteau oriental vers l’Est : Larzicourt (Ml à M4) et Orconte (M2, M6 et M8). Cette particularité n’est toutefois observable que dans les bâtiments de plus de 20 m.

29Quelques traits originaux méritent d’être signalés : absence de poteau axial dans la deuxième tierce de la maison 4 à Orconte, avec renforcement des deux autres supports ; absence des poteaux de tierces internes côté sud dans la maison 10, sans explication valable par une érosion ancienne ou récente ; curieuses proportions de la maison 4, qui se présente comme une maison normale, mais construite seulement jusqu’au couloir ; présence d’une tierce immédiatement derrière le couloir de M3. À Larzicourt, on observe les indices d’implantation des montants d’une porte à l’Est entre les trous de poteaux axiaux et méridionaux (M1 et M3).

30Nous n’étendrons pas notre réflexion sur certains détails qu’il faudrait pouvoir constater sur une série de bâtiments beaucoup plus importante. La maison 7 d’Orconte (fig. 4, no 8) semble trapézoïdale (40 cm de différence entre l’Est et l’Ouest d’axe en axe sur 13 m de long), mais il faudrait pouvoir le vérifier sur le plan complet. Cette trapézité est nette à Écriennes (par ex. M4 : 1,50 m de différence). Les supports des murs ne sont pas toujours rigoureusement alignés de part et d’autre du couloir : rétrécissement léger du mur sud-ouest à Orconte, M2 ; même observation (faite par nous sur le terrain) pour le mur nord-ouest de Larzicourt M4. La tierce antérieure du couloir comporte toujours les trous de poteau les plus larges et les plus profonds de la construction. Lorsque le couloir n’est pas du tout évident, ou lorsqu’il est plus large que la normale, on n’observe pas cette puissance accrue de la tierce antérieure. Comme il s’agit en l’occurrence de petits édifices (Orconte 9 et 10), on est amené à exclure l’existence d’un véritable couloir, par ailleurs tout à fait absent dans les constructions encore plus petites (Orconte 12 et 13 ; Larzicourt 5). Dans le cas plus original de Larzicourt M6, l’exiguïté du décapage nous empêche d’être sûr de la longueur totale du bâtiment et donc de son organisation générale, mais la partie reconnue se caractérise cette fois par un « couloir » séparant deux pièces égales.

31Le remplissage des fosses de calage montre le plus souvent un bourrage de terre et de gravier moulant clairement l’emplacement des pièces de bois. Ce « fantôme » est visible aussi bien en surface qu’en coupe. Cette observation est plus aisée dans les trous des tierces (et notamment la tierce orientale plus forte du « couloir ») que dans ceux des murs. Le diamètre du fantôme varie de 30 à 50 cm pour les tierces, et de 20 à 30 cm pour les murs. Il s’agit toujours d’une trace circulaire. On ne saurait toutefois en déduire automatiquement le calibre et la section exacte des poteaux, car la nature du sédiment a pu rendre imprécis le « moulage » de ces derniers. Dans les substrats limoneux, on sait que la section des piliers, surtout lorsqu’ils ont brûlé, est rendue avec une grande netteté, révélant des troncs fendus ou refendus de volume souvent inférieur à celui supposé pour les maisons du Bassin parisien. Les remblais des trous de poteau ont livré du mobilier, mais les seuls décomptes utilisables sont ceux d’Orconte, pour des vestiges d’ailleurs insignifiants. L’argile cuite et le charbon de bois expressément associés au remplissage central ou au fantôme des poteaux sont assez fréquents. Leur répartition ne semble pas toutefois répondre à une règle précise : partie centrale de M2 et M8, partie avant et centrale de M9, partie arrière de M4 et M10 d’Orconte, zone nord-est de M1 et partie avant de M3 de Larzicourt. Ces éléments de matériaux calcinés suggèrent la destruction au moins partielle de certaines maisons par le feu.

32La présence d’un auvent ou « ante » du côté oriental n’est pas systématique. Les quatre grandes maisons de Larzicourt le comportent, signalé par deux trous de poteau muraux précédant d’un mètre environ la première tierce. Ce détail architectural n’apparaît pas dans les deux petites constructions du même site (avec un doute quant à l’extension totale de M6) (fig. 2 A, nos 1 et 4). On ne l’observe qu’une fois parmi les maisons les plus modestes d’Orconte (M 4) (fig. 4, no 3), et les conditions de conservation ou d’étude des autres bâtiments interdisent tout jugement. L’ante est simplement probable pour M5 et M7. On l’observe une seule fois à Écriennes, dans la plus grande des maisons (M5).

33L’existence d’une porte, à gauche du poteau axial, sous l’ante, est difficilement observable dans le Perthois. Elle n’est guère flagrante que dans les maisons 1 et 3 de Larzicourt, grâce à deux petites excavations oblongues et peu profondes en arrière des trous de poteau B1 et C1. Un dispositif analogue apparaît peut-être dans le petit bâtiment 3 d’Orconte.

34L’orientation générale des maisons rubanées du Perthois est Nord-Nord-Ouest/Sud-Sud-Est mais dans une fourchette de 25 grades (23 degrés) qui mérite d’être commentée. On observe deux groupes d’orientation à Orconte : celui de la maison 8 d’une part (N. 109 gr. E.) et celui des autres bâtiments, compris entre 117 et 130 grades (a). Ce second groupe se rapproche de celui de Larzicourt (entre 114 et 134 grades, pour les quatre constructions publiées) et d’Écriennes (124 à 130 grades, pour cinq maisons). En fait, M8 d’Orconte présente l’axe le plus proche de l’Est-Ouest. Ce cas mis à part, les différences d’orientation tiennent, sur ce site, dans une fourchette de 13 grades, et seulement de 6 à Écriennes pour des bâtiments très groupés. On retrouve un écart de 20 grades à Larzicourt, pour les quatre maisons, dont l’une (M3) est assez loin des trois autres. On ne pourrait donc exploiter ces différences d’orientation pour des conclusions chronologiques qu’à Orconte, mais l’impossibilité de comparer des villages complets et importants, au mobilier abondant, rend toute discussion vaine sur ce point.

L’organisation interne des villages (fig. 5)

35L’existence de groupements importants de maisons ne fait aucun doute dans le Perthois, puisqu’à Orconte nous savons que le site s’étendait bien au-delà des limites de la carrière et qu’à Écriennes, où figurent à ce jour cinq bâtiments sur un hectare, l’emprise de l’habitat n’est pas facile à préciser, la rivière offrant, au Sud, la seule limite sûre. À Larzicourt, les décapages ne permettent pas de savoir s’il existe d’autres constructions entre les grandes maisons, mais le fait est vraisemblable. Sur le site non fouillé de Luxémont-Villotte, découvert en 1982 par Jean et Jacques Aubert, la photographie aérienne montre un minimum de huit maisons réparties sur un hectare. A Orconte, nos prospections en avion ont permis de constater que le site se prolonge immédiatement à l’Ouest de la partie exploitée en carrière et sous une forme analogue.

36L’organisation interne de ces habitats n’est pas facile à définir, ne serait-ce qu’en raison d’une chronologie interne peu évidente, faute de mobilier suffisant, d’une interprétation aisée de la fonction des bâtiments, et d’une association fiable entre ceux-ci et les fosses mises au jour. On n’observe aucune ordonnance en rangées parallèles, ni de constructions dans le prolongement exact les unes des autres. Des groupements approximatifs sont discernables, comme à Orconte (fig. 5, no 3), où l’on pourrait distinguer, en toute hypothèse, trois ensembles, dont deux comportent au moins une grande maison et plusieurs petites (M2, 3 et 4 d’une part, incomplet sans doute ; M5, 9, 10, 11, 12 et 13 d’autre part) et un troisième, qui n’est connu que très partiellement, mais dont les deux bâtiments ne sont certainement pas synchrones.

Fig. 5. — Plans de sites d’habitat rubané en Champagne : 1. Écriennes, « La Folie » ; 2. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; 3. Orconte, « les Noues » (S : silos, nos 1 à 5 : tombes) (d’ap. Tappret, rapport de fouille 1990 ; Tappret et alii, 1988).

37L’association de deux grandes maisons et deux petites au moins se retrouve à Larzicourt, « Ribeaupré » (fig. 2, nos 1, 2 et 4). À Écriennes, du moins dans la partie décapée, la hiérarchie entre les bâtiments semble moins forte (fig. 5, no 1). Pour autant que l’on puisse en juger, le plan de Luxémont-Villotte ne déroge pas à cette image générale de l’organisation des sites, malheureusement encore très floue.

38On peut envisager une fonction annexe pour les bâtiments les plus petits. Le cas de Ml à Larzicourt est éloquent à ce sujet et rappelle beaucoup les grandes fermes protohistoriques des rives de la Mer du Nord, flanquées d’un petit grenier. Toutefois, avec une superficie de 30 à 70 m2, les petites maisons rubanées du Perthois offrent une ampleur suffisante pour servir de logis convenable et présentent déjà les dimensions des maisons de l’Âge du Bronze ou du Fer les plus courantes (Villes, 1980).

39Il est regrettable que l’on ne puisse pour le moment comparer ces plans de constructions domestiques, concentrés dans un petit secteur et sur deux sites seulement, à d’autres ensembles plus occidentaux dans la région champenoise, et qui auraient fourni d’intéressants intermédiaires par rapport aux découvertes de la vallée de l’Aisne, de la Petite Seine et du Sénonais.

Les fosses (fig. 6)

40Cinq habitats comportent des fosses d’aspects divers : Juvigny, Orconte, Norrois, Écriennes et Larzicourt. Les structures dont la fonction paraît la plus claire sont cylindriques ou à profil en cloche, plus rarement à parois rectilignes faiblement évasées, et de proportions profondes (largeur comprise entre les 2/3 et l’équivalent de la profondeur). Elles mesurent de 0,80 à 1,80 m de profondeur par rapport à la surface actuelle de la terrasse alluviale, pour 0,95 à 2,50 m de diamètre à l’orifice. Ce dernier est fréquemment évasé, montrant de nettes marques d’érosion avec une proportion importante d’éboulis dans le remplissage, comme à Larzicourt (fosses 2 et 7) ou Orconte (F. 732). À « Ribeaupré » et Norrois, l’ampleur apparemment plus forte de ces structures tient probablement à l’élargissement causé par les intempéries à leur niveau supérieur. Leur utilisation comme « puits à eau » reste donc une simple hypothèse qui ne saurait exclure celle du stockage enterré du grain. Cette interprétation (Chertier, 1980, p. 61-64) se fonde d’ailleurs sur le seul argument que le fond baignait dans la nappe phréatique. Or le niveau actuel de celle-ci, conditionnée depuis quelques années par le régime du lac artificiel du Der, destiné à moduler les crues de la Seine, ne peut en aucun cas indiquer celui de l’époque néolithique, dont les données climatiques fines nous échappent encore largement. L’existence d’au moins trois puits à proximité immédiate d’une grande maison, en l’absence de toute trace de boisage dans le sédiment relativement peu compact du site paraît peu vraisemblable. D’autre part, les fosses comparables mises au jour dans l’habitat tout proche d’Orconte, ainsi que dans celui d’Écriennes, qui borde l’Orconté, atteignaient aussi la nappe phréatique à son niveau le plus bas l’année de la fouille, tout en présentant un profil incompatible avec celui d’un puits : parois refermées vers le haut, malgré leur fragilité naturelle, absence d’évasement marqué et d’effondrement en sape, classique pour les puits, dans leur partie basse. La fonction la plus vraisemblable de ces structures proportionnellement profondes est donc l’ensilage du grain (Sigaut, 1978), clairement attesté par ailleurs dans le Néolithique moyen en France septentrionale et plus encore dans toute l’Europe protohistorique (Villes, 1980 et à paraître). Enfin, à Écriennes, l’une de ces fosses, présentant des dimensions et un profil analogues aux autres structures de type profond précitées, contenait encore, enrobé par endroits dans un fort concrétionnement naturel, d’importantes quantités de céréales conservées par une carbonisation sans doute accidentelle en place. Ces graines sont en cours d’étude par Ph. Marinval. La stratigraphie complexe de la fosse est à l’étude, sous l’angle sédimentologique et micromorphologique, par T. Gé.

41Dans quelques cas, la petitesse relative des excavations et leur profil en baquet peuvent convenir au calage d’un grand récipient (céramique ou vannerie). Une telle utilisation (« fosse-réceptacle ») se rapporte également au stockage. À Larzicourt, la fosse 5, proportionnellement moins profonde que les silos (diamètre : 1,35 pour 0,46 m de profondeur), contenait un vase écrasé sur place, mais de dimensions bien inférieures à celles d’une jarre, et de typologie de surcroît non rubanée. À Orconte, diverses petites fosses à parois droites et fond plat, de proportions analogues, ont pu elles aussi servir au calage des jarres (par exemple : nos 12, 286 et 728). Mais dans la plupart des cas, le profil tronconique faiblement ouvert est en relation très probable avec une utilisation prolongée de la fosse d’ensilage (Orconte, nos 15 et 19), qui s’est soldée par un élargissement de l’ouverture, malgré tout assez étroit pour permettre encore un rebouchage hermétique de la fosse, une fois remplie de grain.

Fig. 6. — Profils et coupes de fosses d’habitat du Néolithique ancien en Champagne :
A. Orconte, « Les Noues » ; 1. fosse 12 ; 2. fosse 15 ; 3. fosse 19 ; 4. fosse 728 ; 5. fosse 110 ; 6. fosse 729 ; 7. fosse 732 ; 8. fosse 19 bis ; 9. fosse 286 (n.n.p. indique le niveau de la nappe phréatique lors de la fouille) ;
B. Écriennes, « la Folie » : 1. fosse 21 ; 2. fosse 15 ; 3. fosse 24 ; 4. fosse 22 (d’ap. Tappret et alii, 1988 ; Tappret, 1990).

42Une certaine correspondance entre une construction et plusieurs silos est suggérée à Larzicourt, « Ribeaupré », par la maison M1, mais la publication ne permet pas de se faire une idée pour les autres bâtiments du site. À Orconte, la relation est claire entre certaines petites maisons et une fosse de stockage : M3 et S19, M9 et S729, M10 et S732, mais d’autres silos semblent isolés : S12, 15, 19 bis et 110 (fig. 5, no 3), tout comme à Écriennes, où il est difficile d’en attribuer un à une maison plutôt qu’à une autre.

43À Juvigny, « Les Grands Traquiers », une seule excavation (fosse E) possédait un profil cylindrique mais ses proportions n’étaient pas celles d’un silo (diamètre : 2,30 m, profondeur : 0,70 m).

44Hormis le cas, tout à fait exceptionnel, d’Écriennes, le remplissage n’a pas fourni de témoignage direct indiscutable de l’utilisation de ces structures. Sur les sites du Perthois, des couches assez épaisses de matériau gravillonneux stérile provenaient certainement de l’effondrement des parois, sans que l’on puisse toujours être sûr que le profil initial ait été franchement fermé (ou que les éboulis n’aient été parfois ôtés, en vue d’une réutilisation ou d’un fonctionnement prolongé). La faible compacité du matériau encaissant se prête mal, de toute façon, à l’aménagement de parois en surplomb, celui-ci étant visible, mais néammoins peu marqué, dans quelques silos d’Orconte. À Larzicourt, l’alternance de couches pauvres en matériel et de remblais à mobilier détritique abondant témoigne à la fois d’une utilisation secondaire comme dépotoir et d’une fréquentation assez longue du site. À Orconte, en revanche, la quasi-absence de mobilier est frappante, et des remblais massifs, sablo-gravillonneux mais non stratifiés, occupant souvent la moitié ou les deux tiers inférieurs de la fosse, provenaient sans doute du rejet des matériaux de creusement, utilisés comme protection supplémentaire lors de fonctionnement des silos. Des traces d’imperméabilisation des parois, mal conservées, ont été observées dans l’un deux à d’Orconte (no 729) (fig. 6 A, no 6) sous forme d’argile crue. Sur ce dernier site, la petitesse de certains silos, comparés à ceux de Larzicourt, pourrait bien indiquer que certaines réserves étaient destinées à la semence plutôt qu’à la consommation. De toute manière, et à moins d’admettre qu’il existe des zones d’ensilage collectif en dehors des emprises fouillées, et bien disjointes des habitats pour des raisons de sécurité, le volume de stockage constaté à Larzicourt et Orconte apparaît bien inférieur aux besoins de la population supposée. On ne saurait pousser plus loin ici les considérations d’ordre ethnologique, d’autant que la fonction précise de chaque maison (ou type de bâtiment), comportant parfois un grenier, reste difficile à interpréter.

45À Orconte, deux excavations de forme ovale ou rectangulaire à coins arrondis (no 725 et 783), à parois obliques altérées et fond plat, proportionnellement moins profondes que les silos (1,90 m de large pour 0,50 de profondeur), ont été interprétées comme de petites caves, par analogie avec celles des habitats protohistoriques de la région (Tappret et alii, 1988 ; Villes, 1980). L’une d’elles au moins était en relation apparente avec un bâtiment (M9).

46On signale encore, sur ce site, un probable four, malheureusement vide de tout matériel susceptible de confirmer son utilisation primaire. Il est représenté par une cuvette large de 1,30 m pour 0,48 de profondeur, précédée par une sorte de couloir à pente douce (longueur totale : 2,30 m). La partie la plus profonde montrait des traces de rubéfaction et la forme générale rappelle celle des fours protohistoriques les plus simples : cuisson en fosse munie d’un couloir d’accès faisant fonction d’alandier et de conduit de tirage.

47Parmi les structures caractéristiques du Rubané, existent aussi, dans le Perthois, des « fosses de construction » oblongues et peu profondes, à fond et contours irréguliers. Quatre encadraient, avec des dimensions très inégales (3 à 17 m de long pour 2,50 à 7 m de large), les maisons 6 et 7 d’Orconte (fig. 4, nos 5 et 8). Leur orientation inhabituelle, en diagonale par rapport à celle des bâtiments, s’explique par l’exploitation d’une bande de limon encaissée par la partie supérieure de la terrasse. Leur comblement a livré un mobilier très fragmenté et peu abondant, qui ne correspond guère à une utilisation directe comme dépotoir, du moins dans leur partie inférieure, qui avait seule échappé aux dégâts des engins mécaniques.

48Certaines des fosses les plus importantes du site de Juvigny (fosse D : 7,30 m de long pour 3,30 de large et 0,68 m de profondeur ; fosse G : L = 14 m, 1 = 5,50 m et p = 0,20 m ; Fosse M : L = 9,20 m, 1 = 1,60 m et p = 0,27 m ; fosse C : L = 4,10 m, 1 = 1,50 m et p = 0,78 m ; fosse B : L = 3,30 m, 1 = 2,40 m et p = 0,35 m) ont la morphologie de fosses de construction, mais elles n’ont pu être mises en relation avec la moindre trace de bâtiment et ne présentent pas l’organisation topographique que montrent les fosses de construction en l’absence de conservation des trous de poteau.

49D’autres excavations plus petites, et de forme plus ou moins ronde, parfois oblongue, à profil en cuvette plus régulière, peuvent avoir correspondu, elles aussi, à l’extraction de matériaux. Elles sont présentes à Juvigny (fosses L, C’et C" : L = 1,30 à 2,65 m, 1 = 1 à 1,50 m, p = 0,15 à 0,30 m), dans un substrat limoneux, mais aussi à Orconte (fosses 32, 286, et 512 : 1,50 à 1,60 m de large pour 0,30 à 0,50 m de profondeur), où le sous-sol sablo-gravillonneux ne correspond pas à l’extraction de sédiments pour la confection de murs. La forme parfois régulière de ces cuvettes ne témoigne pas nécessairement d’une utilisation particulière, la préparation des matériaux (mélange limon-paille, par exemple) ayant pu contribuer à leur régularisation. Certains surcreusements en forme de diverticules internes (Juvigny, M) pourraient s’expliquer de la même façon.

50On notera pour finir que les silos et « caves » présentent un remblai supérieur comparable au comblement général des structures moins profondes. C’est là qu’apparaît presque toujours le médiocre mobilier sur le site d’Orconte ou les débris les plus roulés dans les silos de Larzicourt. Ce rebouchage volontaire terminal, dont les éléments granuleux ne sont ni lités, ni classés, semble bien témoigner d’une habitude d’aplanissement périodique des aires d’habitat du Rubané, que l’on constate également à l’époque protohistorique. À Larzicourt, les concentrations de mobilier observées sur les flancs des grandes maisons peuvent correspondre à la partie inférieure de fosses de construction limitées au niveau superficiel et limoneux du sol ancien et à l’accumulation des ordures domestiques et des fumiers au même endroit.

Comparaisons

51Les maisons du Rubané de Champagne ne se signalent par aucune originalité particulière. On soulignera deux points seulement.

52Tout d’abord, à l’Ouest du Perthois, les bâtiments de plan rectangulaire sont rares, sinon même inexistants. Pour l’essentiel, les maisons rubanées du Bassin parisien relèvent du faciès RRBP et présentent un plan plus ou moins trapézoïdal. À cet égard, par leur degré de trapézité, leur organisation interne et leurs dimensions, les maisons du Rubané récent d’Écriennes sont tout à fait comparables à celles de Cuiry-lès-Chaudardes, Menneville (Boureux, Coudart, 1987 ; Soudsky et alii, 1982 ; Coudart, Deloule, 1982 ; Farrugia, 1991), Berry-au-Bac ou Chassemy (Boureux, Coudart, 1978 ; Gallia, Informations). En revanche, elles diffèrent des maisons trapézoïdales du groupe de VSG, dans la mesure où celles-ci montrent beaucoup moins fréquemment l’organisation « canonique » longitudinale par rapport au couloir, lequel est souvent absent (Villes, à paraître). À l’Ouest du Perthois, on ne peut guère citer, comme maisons rectangulaires, que les deux exemples de Gurgy, « Les Plantes du Mont » (Yonne) (Delor, 1991), qui appartiennent à la phase Rubané récent d’un établissement comportant des constructions VSG bien distinctes. À l’Est, en revanche, on observe à Montenach (Moselle) ainsi qu’en Alsace (Sierentz, Rosheim, Bischofsheim) des bâtiments rectangulaires classiques à couloir, avec parfois grenier dans la partie antérieure. Le poteau de tierce décalé à l’entrée de la grande pièce (Larzicourt, peut-être Bischofsheim) est une caractéristique du Rubané moyen sur le Rhin et à l’Est de celui-ci (Decker, Gamps, 1992 ; Wolf, 1992 ; Jeunesse, 1992 ; Jeunesse et alii, 1985).

53En second lieu, la dimension de certains bâtiments de Larzicourt sort de l’ordinaire. Pour la longueur, ce site fournit des cas extrêmes, avec aussi bien la plus grande (48,40 m) que l’une des plus petites (9 m) des maisons du Rubané français. Si les petites constructions sont fréquentes dans le Rubané européen, et peuvent être, dans certains cas, interprètées comme des annexes (comme le « grenier » de Marainville-sur-Madon, de 6,5 m de long, signalé par une concentration inhabituelle de céréales carbonisées dans ses trous de poteaux : Blouet et alii, 1988), les très grandes bâtisses en revanche sont plus rares. Nous avons déjà signalé celles de Harting, en Bavière, qui montrent des traces très nettes de reconstruction et dépassent quelque peu en longueur la maison 4 de Larzicourt (Becker, Braasch, 1984 ; Tappret et alii, 1988), mais d’autres cas peuvent être mentionnés : Postoloprty et Bylany, en Tchécoslovaquie, par exemple (Soudsky, 1969). Le « record » (si toutefois il faut en trouver un) semble détenu par la grande bâtisse du Rössen ancien, accolée d’un grand enclos à bétail, de Bochum-Hiltrop, en Westphalie, avec 50 m de long (Brandt, Beck, 1954), la maison II, de même type et culture, de Deiringsen/Ruploh (région de Soest), avec 55 m de long (Günther, 1976) et l’une des deux plus grandes maisons de Regensburg-Harting, en Bavière, avec 53 m (fig. 5 B, nos 1 à 3).

54En ce qui concerne les structures annexes, il faut souligner que la rareté des fosses de construction s’explique par la nature du substrat, plus souvent gravillonneux que limoneux sur les sites rencontrés jusqu’ici. Il n’y a cependant aucun doute quant à leur existence, comme le montrent les sites d’Orconte (M VI et M VII) et d’Écriennes (fig. 4, nos 5 et 8, fig. 2 B, no 3). Il est donc probable que là où elles ne sont plus apparentes, elles étaient limitées au sol superficiel limoneux de l’époque, comme tendent à le prouver des observations faites à Larzicourt, mais non publiées, concernant la répartitition du mobilier dans la terre végétale de part et d’autres des maisons.

55Il est regrettable que nous n’ayons guère d’informations sur les structures de combustion. Certaines fosses, qui montrent des traces de rubéfaction, ont pu jouer le rôle de fours polynésiens.

56L’habitat rubané de Champagne se caractérise surtout par la fréquence des silos à grain. Nous évoquerons les points de comparaison plus loin et globalement, en même temps que pour les silos VSG.

LES SÉPULTURES

Les données

57On dénombre une quinzaine de sépultures « danubiennes » dans la Marne, seul département de la région champenoise qui en ait livré à ce jour. Pour des raisons de commodité, nous les avons groupées ici sans distinction chronologique ou culturelle. Hormis Vert-la-Gravelle, elles sont toutes concentrées dans le Perthois.

58Nous mettons à part, en effet, le cas particulier de la nécropole de Dormans, « Les Varennes » (Marne), située beaucoup plus en aval, au franchissement de la côte d’Ile de France par la Marne. On ignore le nombre exact d’inhumations observées par A. Nicaise en 1880 sur une surface d’environ 50 m2, placées « sans ordre à quelques mètres l’une de l’autre ». La position était « accroupie », la tête « tournée vers le Sud », dans des fosses d’aspect variable, profondes de 0,50 à 0,60 m dans le gravier. L’inventaire du mobilier, tombe par tombe, fait défaut. Conservé dans l’ancienne collection Nicaise, ce dernier est resté inaccessible et l’inventeur n’ayant pas illustré sa brève publication (Nicaise, 1881), on se perd en conjectures sur l’attribution culturelle de cet ensemble, personne n’ayant vu la poterie. Nicaise l’a décrite en ces termes : « fine, faite sans l’aide du tour, de couleur rouge noirâtre, restée noire à l’intérieur, faute d’une cuisson suffisante, ornée parfois de petites impressions en forme de carrés ou triangles irréguliers, rangés en quadruple cordon circulaire, fractionné par des espaces sans ornementation » (Nicaise, 1881, p. 405). Pour les uns, il s’agit d’une céramique campaniforme (Gaudron, 1953 ; Hatt, 1971), pour les autres, elle appartient au Rubané récent du Bassin parisien (Bailloud, 1964-74, p. 47 ; Chertier, 1974, p. 2). À notre avis, il ne faudrait pas exclure non plus son appartenance au groupe de Cerny, d’autant que la nécropole protohistorique fouillée aux « Varennes » par P. Guillaume dans les années 1960 se localise dans le même secteur que celle étudiée par A. Nicaise. Or le remblai de l’une des tombes a livré un tesson à languette perforée verticalement et décor typiquement Cerny (« type Barbuise »), que nous a montré J.-J. Charpy. Par ailleurs, une autre sépulture, malheureusement sans mobilier, présente une posture repliée sur le côté, assez caractéristique du Néolithique (Guillaume, 1964). Quant au vase campaniforme publié par J.-J. Hatt, il ne permet pas à lui seul de dater tout le cimetière, d’autant qu’il n’en provient probablement pas, mais peutêtre seulement du même secteur, le toponyme des « Varennes » couvrant une vaste surface utilisée de longue date, comme son nom l’indique, pour l’extraction des granulats. Il reste de toute manière impossible de se prononcer tant que le mobilier, s’il existe encore, restera inaccessible.

59Aucune des tombes du Perthois, quant à elles, n’a fourni de céramique. Pour les dater, il faut s’en remettre aux comparaisons fournies par les parures.

60Les découvertes anciennes sont celles de Frignicourt (vers 1886), Cloyes (avant 1893) et Moncetz-l’Abbaye « Les Aulnes » (en 1885). La première et la troisième étaient ocrées. On ne connaît la position du mort que pour la première : « accroupi » (c’est-à-dire repliée ?). Il s’agit apparemment d’adultes. Le riche mobilier mis au jour comprend dans les trois cas des perles rondes et plates : plus de quatre-vingt à Frignicourt (Cardium ?), plus de six cents, taillées dans du Pectunculus à Cloyes et plus de sept cents, en pecten probablement, à Moncetz (Mougin, 1899 ; Rémy, 1893 ; Nicaise, 1886). À cette parure s’ajoutent :

  • pour la tombe de Frignicourt, plus de six perles tubulaires, probablement en spondyle, huit cent dix-sept coquilles perforées, de gastéropode (Nucilla lapillus), trois valves de spondyle évidées en anneau, trop petites pour faire office de bracelets, une quatrième valve à double perforation, une bague (diamètre interne : 1,5 cm) en os, un bracelet plat en schiste gris, un poinçon en os, sur métapode, un objet de calcaire en forme de poinçon, deux armatures de flèches triangulaires à base concave, dont une asymétrique et quelques objets d’époque plus récente, qui n’étaient certainement pas dans la tombe, mais proviennent de la carrière ;

  • pour celle de Moncetz-l’Abbaye, un « anneau en coquille de pecten » de 2,5 cm de diamètre : très probablement une bague, trouvée d’ailleurs « à hauteur de la main » (Nicaise, 1886, p. 185).

61Le mobilier des sépultures mises au jour récemment n’est pas très différent.

62À Larzicourt, « Champ Buchotte », le groupe de cinq tombes situé au Nord-Est de la maison 3 comprenait un enfant dans deux cas (t. 1 et t. 5), des personnes jeunes dans deux autres (t. 3 et t. 4) et un couple (t. 2). La position était toujours repliée sur un côté. Pour les tombes publiées (partiellement), on sait que l’orientation était Nord-Nord-Ouest/Sud-Sud-Est, sur le flanc droit, tête au Sud-Est (face à l’Est : tombe 3 ou bien à l’Ouest : tombe 4). La tombe 1 comportait des dentales, la sépulture double (no 2) « plusieurs » bagues en os, la tombe 4 une valve de spondyle en V et des perles circulaires en coquillages (dont le nombre n’est pas précisé), enfin la tombe 5, une valve de spondyle en V, un collier de douze perles tubulaires en spondyle et deux bagues en os. Seule, la tombe 4, attribuée à une jeune femme au seul vu de son mobilier funéraire, semble avoir été couverte d’ocre (information de Gallia-Préhistoire, 1986, p. 329). Notons, pour la sépulture 3, la posture très fortement repliée du sujet, genoux et bras fortement fléchis sur la poitrine, talons réunis sous la bassin, et, pour la sépulture 4, la flexion totale des jambes, non ramenées toutefois sur le buste, le membre supérieur droit étant fléchi à angle droit, coude au corps, le gauche en extension presque complète parallèle au buste.

63L’inhumation double était dépourvue de mobilier. Cette absence de parure ou de viatique (du moins impérissable) se retrouve à Orconte. Sur les cinq sépultures mises au jour dans l’habitat des « Noues », trois étaient groupées 20 m à l’Est du principal ensemble de bâtiments (fig. 5, no 3) et faisaient peut-être partie d’un cimetière plus important s’étendant au-delà de l’emprise de la carrière. Leur orientation est analogue à celle des maisons : Nord-Nord-Ouest / Sud-Sud-Est, tête à l’Est. De l’une (t. 1), bouleversée par une fosse protohistorique, il ne subsistait en place que le crâne, face tournée au Sud. Les deux autres inhumations (fig. 8, nos 3 et 6), en fosse ovale ou subrectangulaire peu profonde (0,23 à 0,31 m dans le substrat), se caractérisaient par une position fléchie, membres inférieurs repliés fortement sous le bassin, dos contre la paroi et face tournée vers le Sud (t. 2) ou corps en position faiblement inclinée sur le flanc gauche, face tournée vers l’Ouest. Les membres supérieurs ont la même posture : le gauche semi-fléchi sur le flanc, le droit en extension parallèle au buste. Il s’agissait d’une personne gracile, probablement un adolescent (t. 2) et d’un adulte (t. 3). Seule, la tombe 2 était ocrée. Hormis un tesson erratique, il n’a pas été trouvé de mobilier. La tombe 4, très abîmée par les travaux, se trouvait entre les maisons 6 et 7 et présentait la même orientation. Elle ne se confondait qu’en surface avec le remplissage de la fosse de construction no 2, une cavité sépulcrale ayant été aménagée. Ni ocre, ni mobilier n’apparaissait. La posture était sur le dos, jambes parallèles, tête à l’Est (face tournée vers le Nord), membre supérieur gauche plié à angle droit sur la poitrine. Seule la cinquième tombe, située à 5 m de l’angle nord-ouest de la maison 1 1, était pourvue de mobilier. Il s’agissait d’un enfant, dont seules les dents étaient conservées. Les faibles traces subsistant du squelette indiquaient une position et une orientation analogues à celles des tombes 1 à 3. La parure comprenait une pendeloque en spondyle, épaisse et évidée en forme de fer à cheval (avec quatre trous de suspension, dont deux cassés par l’usure, groupés deux à deux sur les extrémités), une autre pendeloque (coquille de Cardita ou d’Ostrea, uniforée), un pendentif arciforme biforé, sur test de spondyle ou autre gros coquillage, et trois cent quatorze perles rondes et plates en coquillage, entre autre le Cardium. La tombe était ocrée, dans une fosse petite et de forme ovale, peu profonde (0,20 m dans le substrat).

64Située en bordure nord des Marais de Saint-Gond, au bas de la côte d’Ile-de-France, et sur sous-sol crayeux, la tombe de Vert-la-Gravelle, lieu-dit « Le Bas des Vignes », occupait une position géographique particulière. Mise au jour en 1965 à l’occasion de labours profonds, elle n’a pu être fouillée avec suffisamment de rigueur. La posture funéraire n’était plus reconstituable lors du sauvetage, seul le membre supérieur droit, en extension, étant encore en place (fig. 8, no 1). La longueur de la tache d’ocre, 1,60 m, n’est pas incompatible avec une position allongée, mais la fosse sépulcrale était trop peu profonde pour avoir survécu à l’érosion et aux labours.

65Le mobilier (fig. 7 A et fig. 8, nos 1 et 10) comprend un bracelet en calcaire lithographique fin, entourant la base de l’humérus droit, soixante-cinq rondelles plates en spondyle (2 en place), cent soixante-six petites perles trapézoïdales en spondyle (12 en place) et huit cent trois dentales (dont 479 en place), enfin une valve de spondyle entaillée. Les dentales ont été interprétées comme ornement de châle, les perles rondes comme éléments d’un collier et les perles trapézoïdales comme formant un pectoral (Chertier, 1988). L’étude anthropologique de J.-L. Demetz a déterminé une femme de moins de 30 ans et de faible stature (1,45 m environ) (Demetz, 1988).

66Malgré le caractère encore très incomplet de la documentation disponible, les sépultures champenoises attribuables au Néolithique ancien présentent des caractères généraux relativement clairs :

  • variété des rites d’inhumation : position fléchie, parfois allongée, coexistence de tombes ocrées et non ocrées, de sépultures simples et plus rarement doubles ;

  • coexistence de tombes « riches » (parure et un peu d’outillage) et « pauvres » (c’est-à-dire à mobilier réduit ou sans mobilier impérissable), ces dernières étant moins fréquemment ocrées ;

  • fréquence des perles en coquillage et caractère dominant de la parure en spondyle dans les tombes « riches » ;

  • absence de dépôt de céramique ;

  • existence de petits cimetières ;

  • présence fréquente des sépultures dans l’aire domestique (sinon systématique, le contexte des découvertes anciennes étant inconnu et tous les autres cas étant des habitats).

Fig. 7. A. Mobilier de la sépulture de Vert-la-Gravelle, « Le Bas des Vignes » (Marne) ; B. éléments de comparaison pour les perles trapézoïdales en spondyle : 1 à 5. Chaumont-sur-Yonne (Yonne) ; 6. Assenay, « Champ l’Ile » (Aube) (d’ap. Chertier, 1988).

Fig. 8. — Sépultures du Rubané moyen de Champagne et leur mobilier : 1. plan des éléments subsistant en place de la tombe de Vert-la-Gravelle ; 2. spondyle de la tombe 5 de Larzicourt, « Champ Buchotte » ; 3. tombe no 3 d’Orconte, « Les Noues » ; 4, 5 et 8. fragments de spondyie dispersés dans la tombe 4 de Larzicourt ; 6. plan de la tombe 2 d’Orconte ; 7. spondyle de la tombe 4 de Larzicourt, « Champ Buchotte » ; 9. fragments de spondyle dispersés dans cette sépulture ; 10. reconstitution théorique de l’assemblage des perles trapézoïdales de Vert-la-Gravelle en « pectoral ».

67Ces aspects généraux nous incitent à rattacher au Néolithique ancien d’autres sépultures du Perthois à posture repliée, sans mobilier ni contexte, comme celles de Marolles (découverte inédite de M. Georgeot, après 1950) ou comme une sépulture collective ocrée, mise au jour récemment à Frignicourt (fouilles récentes de la Direction des Antiquités Préhistoriques : Gallia P., 1981, p. 456, 459 et 460).

68Derrière le terme de « Danubien », dont l’usage tend à devenir aussi caduc que l’est depuis longtemps celui de « Campinien » (et pour des raisons analogues), se cache certainement une diversité culturelle des sépultures du Néolithique ancien en Champagne, comme on le voit en replaçant cellesci dans un contexte plus général.

Quelques comparaisons

69On a désormais une bonne idée des pratiques et mobiliers funéraires au Rubané dans le Bassin parisien, la documentation s’étant considérablement enrichie et ayant fait l’objet de plusieurs synthèses (Villes, 1990 ; De Labriffe, 1992).

70La corrélation habitat/sépulture se présente de deux manières. Ou bien les tombes sont groupées en un point donné de l’habitat, comme à Larzicourt et Orconte, ou bien elles sont associées à une maison. Cette deuxième solution est fréquente dans la vallée de l’Aisne, en particulier pour des enfants de moins de 10 ans, rencontrés près des parois ou dans des fosses de construction, plus rarement à l’intérieur de maisons : Cuiry-lès-Chaudardes (structures 145, 271, 315 et 461), Berry-au-Bac (maisons 195 et 300). Un seul cas peut être signalé en Champagne, mais un peu différent : la tombe 5 d’Orconte, située 5 m au Nord de l’angle nord-ouest de la maison XI (Tappret et alii, 1988). Les relations stratigraphiques, dans l’Aisne, entre bâtiments et tombes, sont difficilement exploitables, mais une liaison semble claire entre le choix de l’emplacement et l’âge de l’inhumé (De Labriffe, 1992).

71Les tombes isolées à l’intérieur de l’habitat se rencontrent aussi dans l’Aisne, l’Yonne, l’Ile-de-France (Menneville, Jablines, Villeneuve-la-Guyard...). Il est probable que les sépultures « isolées » de Champagne étaient dans le même cas, notamment celles du Perthois, mais leur contexte n’a pas fait l’objet d’observations. Cette situation, assez générale pour les tombes mises au jour avant les années 70, laisse penser qu’il n’existe ni cimetière important, ni sépulture distincte d’un habitat dans le Néolithique ancien du Bassin parisien. Un doute subsiste cependant pour Vert-la-Gravelle, mise au jour sur une légère pente crayeuse en bas de la cuesta d’Ile-de-France, où aucun indice d’habitat n’est signalé, malgré la profondeur des labours. Certaines tombes riches ont été trouvées récemment à quelque distance d’un habitat comme Escolives-Sainte-Camille ou Passy, dans l’Yonne.

72On ne saurait cependant exclure péremptoirement l’existence de grandes nécropoles comme dans le Rhin supérieur et moyen ou l’Europe centrale, mais les groupements connus sont numériquement faibles. À Charmoy, on observe un groupe de six tombes, un autre de huit à Villeneuve-la-Guyard, de onze à Vinneuf, en contexte toujours domestique. Les petits ensembles de ce genre apparaissent donc tôt, comme le montrent les cas du Perthois. Le groupe de sépultures le plus original à ce jour est celui de Menneville (Aisne), « Derrière le Village », où l’on dénombre, dans un espace d’un hectare environ, comportant neuf maisons du RRBP et un fossé d’enceinte, quatre groupes de tombes : sept inhumations, dont cinq adultes repliés, au Sud-Est du fossé, huit enfants en posture repliée près de la paroi sud de quatre maisons, quatre inhumations (dont deux adultes) en posture repliée dans les couches profondes du fossé et onze squelettes entiers ou incomplets d’enfants, aves des postures complexes et diverses, dans les couches du fond de trois segments voisins du fossé (Farrugia, 1991). Il faut y ajouter les deux tombes trouvées dans l’entre-deux-guerres, mal situées et que nous avons récemment publiées (Villes, 1990). Il s’agit du site où à la fois les dépôts funéraires sont les plus nombreux et l’imbrication habitat-sépultures la plus nette et la plus complexe.

73La présence des enfants dans le rituel funéraire rubané est remarquable. On ne la retrouve guère qu’au Néolithique récent-final, avec les tombes collectives. Ce fait contraste avec les pratiques de l’époque protohistorique, notamment à l’Age du Fer, caractérisées par l’absence ou l’extrême rareté des sépultures d’enfants.

74Nous avons tenu compte ici de l’ensemble de la documentation funéraire disponible, sans distinction chronologique. D’une part celle-ci est parfois difficile, faute d’objets ou de caractère significatif du mobilier (perles rondes par ex.), d’autre part la distinction entre VSG et RRBP, comme on le verra, est délicate au niveau des tombes. Il existe cependant d’incontestables sépultures du Rubané moyen (Orconte, Larzicourt et sans doute Vert-la-Gravelle) et du VSG (Jablines, Menneville, Villeneuve-la-Guyard). Or on n’observe, entre les unes et les autres, aucune évolution marquée des rites funéraires et des situations. Quant aux tombes Rubané moyen ou récent de Champagne, elles sont identiques à celles d’Alsace (Arbogast, 1983 et 1992), la seule différence tenant à l’absence de dépôt de céramique et surtout d’outils en roche dure, dont le cas le plus occidental à ce jour est celui de Marainville-sur-Madon (Vosges) (Blouet et alii, 1988).

75Pour le mobilier funéraire, constitué essentiellement de parure, nous aborderons les comparaisons en même temps que pour le reste du mobilier.

LE MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE

76Nous décrirons successivement la céramique, l’outillage en silex et en roche dure et la parure.

La céramique du Rubané en Champagne (fig. 9 à 14)

77Exception faite de la céramique du Rubané récent du Bassin parisien (RRBP), décrite au paragraphe suivant, la documentation disponible provient exclusivement des habitats du département de la Marne.

78Les formes. Malgré l’abondance relative du mobilier céramique mis au jour à Juvigny, « Les Grands Traquiers », le Rubané est encore trop mal documenté en Champagne pour autoriser une typologie approfondie, fondée sur des données statistiques. Les récipients archéologiquement complets sont d’ailleurs l’exception.

79Le répertoire est assez uniforme et aucun ensemble ne se distingue par des types spécifiques. Les vases dits « en bombe » dominent, avec un corps ellipsoïdal ou subsphérique, et un col de faible hauteur, qui permet de distinguer deux variantes dans cette forme, selon qu’il est nettement redressé, voire légèrement déjeté mais sans « point d’inflexion » marqué, ou au contraire, peu développé. Dans leur majorité, ces vases sont de pâte fine et portent un décor. Les bols hémisphériques (sans col) ne sont guère décorés et sont proportionnellement moins nombreux. Les formes en 2/3 de sphère, à bord nettement rentrant semblent les plus rares.

80Les grands récipients sont représentés jusqu’à présent par des éléments fragmentaires, parfois décorés (Juvigny). On peut y distinguer, par comparaison avec d’autres ensembles, des jarres à corps sphèroïdal, ouverture large, avec ou sans col (alors peu évasé), et peut-être des bouteilles à col cylindrique et panse ovoïde (Larzicourt, Norrois). Il n’y a pas de fonds plats bien attestés, mais certains sont légèrement aplatis. Il existe également des jattes assez profondes (ou terrines), à bord droit et fond rond, ainsi que des micro-vases (Juvigny).

81Les moyens de préhension et de suspension. Ils n’ont rien d’original : mamelons à perforation horizontale, situés sur la partie la plus large de la panse des vases « en bombe » ou un peu au-dessus, boutons plus petits et parfois de forme conique, occupant la même position, boutons plus ou moins tronconiques, caractérisant plutôt la céramique grossière ou de grand module, et placés alors aussi bien au voisinage du col que sur la panse. Les anses en boudin sont rares (Larzicourt, Juvigny) (fig. 11 A, no 1). Quelques prises à perforation verticale, caractéristiques des grands récipients de stockage ou des bouteilles du Rubané classique, sont isolables avec certitude (Juvigny).

82La technique. On peut distinguer céramique fine, céramique semi-fine et céramique grossière, mais les deux premières catégories ne sont pas fortement tranchées. D’ailleurs, une étude statistique approfondie ne serait pertinente que sur des ensembles plus importants. La production fine comprend des modules de dimensions variées (8 à 15 cm de diamètre) avec presque toujours un décor. Les récipients fins les plus petits (6 à 8 cm de diamètre) sont d’une belle qualité d’exécution, à parois de 2 à 4 mm d’épaisseur, d’une grande régularité, et d’un lissage parfait, avec souvent même lustrage de la surface externe. Leur cuisson est parfois défectueuse, la paroi tendant alors à se desquamer et la surface à s’écailler. L’engobage est rare. Le montage semble plus fréquemment réalisé à la plaque qu’au colombin, mais lorsqu’il existe un col, celui-ci est souvent rapporté selon cette technique, comme en témoigne une majorité de cassures horizontales (Juvigny). Les teintes sont généralement foncées (chamois, brunes, noires, grises), les tranches sont noires (cuisson réductrice dominante). Le dégraissant est toujours difficile à observer, les éléments les plus gros, peu nombreux, étant représentés principalement par des grains de quartz (sable) ou du gravier très fin, siliceux ou calcaire.

83La poterie semi-fine comprend surtout des formes en bombe de grand module (15 à 25 cm de diamètre), généralement décorées. Les teintes en sont un peu plus claires, avec de fréquents « coups de flamme » et des tranches noires, à bordure brun, fauve ou ocre. Les surfaces, soigneusement régularisées, restent mates. La technique de montage est beaucoup plus systématiquement au colombin que dans la catégorie précédente. La cuisson est bonne, oxydo-réductrice, et l’épaisseur des parois souvent importante (5 à 7 mm), mais le dégraissant reste discret (grains de quartz, calcaire ou coquille, plus rarement silex pilé).

Fig. 9. — Mobilier du Rubané moyen d’Orconte, « Les Noues », structures diverses : à noter, les trapèzes et les fragments d’outils polis en silex.

Fig. 10. — Mobilier céramique de la fosse Rubané moyen de Norrois, « La Raie des Lignes » (Marne) (d’ap. Tappret, Chertier, 1982).

Fig. 11. — Mobilier du Rubané moyen de Champagne : A. Larzicourt, « Ribeaupré » ; B. Norrois, « La Raie des Lignes (d’ap. Chertier, 1980 ; Tappret, Chertier, 1982).

Fig. 12. — Céramiques diverses du site de Juvigny (Marne), « Les Grands Traquiers ».

Fig. 13. — Céramiques diverses du site de Juvigny (Marne), « Les Grands Traquiers ».

Fig. 14. — A. Céramiques diverses du site de Juvigny (Marne), « Les Grands Traquiers » ; B. Instruments en roche dure du même site.

84Les principales caractéristiques de la poterie grossière sont une cuisson plus globalement oxydante que réductrice, des teintes externes claires, un bon lissage interne des parois, pour assurer l’imperméabilité d’une majorité de vases, des surfaces mates, tantôt bien régularisées, tantôt très sommairement, d’aspect parfois grumeleux, mais jamais crépies. Les tranches, épaisses (1 à 1,7 cm), sont pour la plupart claires sur la moitié externe (orange, beige) et noire sur la moitié interne. L’usage de la chamotte comme dégraissant s’observe parfois. Les grains de quartz y sont plus gros, parfois très peu discrets (Juvigny). Les surfaces peuvent être finement craquelées, mais souvent altérées. La cuisson est bonne.

85La céramique rubanée de Champagne laisse l’impression générale d’une excellente maîtrise des procédures de fabrication et de cuisson. Aucune analyse ne permet encore d’affiner l’étude de la provenance des terres utilisées. Toutefois, les argiles sont abondantes dans la plaine alluviale de la Marne. Deux vases, l’un de Norrois, l’autre de Juvigny, se distinguent par une pâte gris clair, extrêmement serrée et bien cuite, qui évoque, soit une importation (probablement alsacienne), soit une production locale un peu plus spécialisée.

86L’ornementation. On emploiera ici la terminologie classique, qui distingue le décor sous le bord, le décor principal et le décor secondaire.

87Le répertoire d’Orconte, « Les Noues », est extrêmement pauvre, à l’image de l’indigence générale du mobilier livré par le site (fig. 9). Mentionnons :

  • décor principal de chevrons incisés en une seule ligne, combinés soit avec un rang de ponctuations et deux lignes incisées sous le bord (fosses de construction 1 et 2), soit avec deux rangs de ponctuations verticales (f.d.c. 4) ou un losange incisé en ligne simple, comme décor secondaire (f.d.c.1). Chevrons et losanges ont leurs angles soulignés à l’extérieur par une ponctuation simple ou double, en amande ;

  • rubans en méandre, dont le motif général et les éléments secondaires éventuels ne peuvent être reconstitués ;

  • bandes horizontales ou verticales doubles, rectilignes, garnies d’un rang interne d’incisions en amande (trou de poteau A 8 de M2) ;

  • motifs secondaires de grosses impressions triangulaires alignées en courts segments entre les chevrons (f.d.c. 4) ;

  • motifs secondaires de coups de poinçon bifide, en lignes verticales combinées à des chevrons (f.d.c. 4) ;

  • décor sous le bord de deux ou trois rangs de coups de poinçon (f.d.c. 4 et 2) ;

  • impressions profondes, en amande, sur la poterie grossière (f.d.c. 1).

88Les ornementations de Norrois, « La Raie des Lignes », qui proviennent d’une seule fosse au mobilier abondant, sont plus variées (fig. 10) :

  • motif sous le rebord constitué par un sillon ou des incisions en ligne continue ou segmentée ;

  • motif principal de rubans rectilignes simples ou doubles, garnis d’une rangée d’impressions en amande, organisé en deux registres (séparés par un sillon) sur l’ensemble du corps du vase, selon une organisation géométrique de panneaux délimités par les rubans doubles et traversés en oblique par les rubans simples ;

  • motif principal de rubans ondulés, comportant de place en place des incisions doubles ou triples ;

  • motif principal de S couchés, sous forme de rubans terminés en pointe bifide ;

  • motif secondaire tantôt de losanges soulignés par une impression externe aux angles, tantôt de type rayonnant (décor « solaire ») ;

  • motif secondaire d’impressions groupées par trois à cinq, et reliant les rubans curvilignes ;

  • on note encore des ornementations dont la position dans l’économie générale du décor n’est pas aisément reconstituable : losanges, et motifs « solaires » incisés, groupements de ponctuations en carré ;

  • enfin, la poterie semi-fine montre parfois des sillons obliques.

89À Larzicourt, la faiblesse du répertoire ornemental connu reflète surtout l’indigence documentaire de la publication (Chertier, 1980 et Gallia P., 1981) (fig. 11 A). On distingue :

  • des rangées simples d’incisions rondes ou en amande, ainsi qu’un ruban garni d’impressions alignées en décor sous le bord ;

  • des rubans en méandre et en chevrons, avec impressions simples ou doubles, comme décor principal ;

  • des rubans en chevrons, avec impressions simples, doubles ou alignées, ainsi que des alignements de ponctuations, comme motif secondaire.

90Le répertoire ornemental de Juvigny, « Les Grands Traquiers » est de loin le plus riche, dans l’état actuel de la documentation. Sans en fournir une publication exhaustive, qui dépasse le cadre de notre propos ici, nous y insisterons quelque peu (fig. 12, 13 et 14).

91Le décor sous le rebord comprend les motifs suivants :

  • dents de loup (un seul cas : fosse G), tracées en sillon simple ;

  • triples sillons ;

  • poinçon simple ou double (jamais triple), à pointes bien séparées, en ligne simple, double, triple et plus rarement quadruple, margée ou non par un sillon simple, rarement double.

92Le décor principal :

  • rubans en méandre, délimités par des sillons simples, garnis à intervalle régulier de coups de poinçon ronds groupés par quatre, ou d’une ligne continue pointillée ;

  • méandres tracés en sillon simple ;

  • rubans en méandre hachurés ;

  • rubans en méandres entièrement remplis de coups de poinçon ronds ;

  • rubans en chevrons hachurés ou bien tracés en sillon simple, double ou triple, rarement quadruple (un cas, fosse D), au moyen d’un poinçon, jamais d’un peigne (même à deux dents) ;

  • décor couvrant, au poinçon simple, selon un motif général en chevrons ;

  • bandes verticales au poinçon double, dans l’axe inférieur des rubans en chevrons, les lignes au poinçon simple étant l’exception (fosses M et C).

93Le décor secondaire :

  • rubans en chevrons pointe en bas, dans l’intervalle supérieur des chevrons du décor principal et obéissant à la même technique décorative selon chaque vase (c’est-à-dire garnis d’incisions ou réduits à des sillons) ;

  • coups de poinçon double, alignés en courts segments, scandant les espaces entre chevrons, plus rarement groupés en carré de quatre ponctuations ;

  • bandes verticales au poinçon double.

94À ces décors, il faut ajouter, pour la céramique semi-fine ou grossière :

  • de grosses incisions en amande, en ligne sous le bord ;

  • des lignes apparemment verticales de grosses impressions rondes (fosse A) ;

  • impressions rondes, avec ou sans marque de l’ongle, reliant en diagonale les anses sur la panse et les boutons proches du bord, dans le cas de grands récipients très grossiers (fosse A) ;

  • sur le même type de vase, cordons peu saillants soulignés par des incisions serrées et profondes, obéissant au même motif, et se combinant, en décor secondaire, avec des cordons simples et verticaux tendus entre l’anse et le bord.

95Il faut, enfin, signaler un ornement original, issu des fosses M et G : motif « solaire », en cercle agrémenté de rayons, tracé en sillon.

96Aucun ensemble n’est comparable, par son importance quantitative, à celui de Juvigny, en Champagne. Cependant, quelques tessons à coups de poinçon double, trouvés dans la fosse de construction 4 d’Orconte, relèvent d’une phase plus tardive de l’occupation du site, au Rubané récent. Ils proviennent de la maison VII, au plan légèrement trapézoïdal et trop proche de M VI pour en être contemporaine. À Ecriennes, dont la fouille et l’étude du matériel ne sont pas terminés, le matériel est très peu abondant, tout comme à Orconte. On ne peut faire état que de quelques tessons décorés, trop petits pour permettre une reconstitution des décors. L’essentiel consiste en rubans (chevrons ou méandres ?), associés à des coups de poinçon double, non pivotant, analogues aux motifs les plus classiques du répertoire de Juvigny. Le décor orthogonal au poinçon bifide n’est pas attesté. Ces quelques témoignages sont tout juste suffisants pour affirmer, dans le Perthois, la présence d’un stade récent du Rubané, d’affinités alsaciennes, comparable à celui de Juvigny.

97Signalons enfin un décor en bandes obliques, probablement large chevron formant motif principal, et défini par un double sillon margé au poinçon double, non pivotant. Ce tesson provient de Gumery, « Les Hauts de Traînel » (Aube), où figurent aussi, hors associations fiables, des décors du Rubané récent du Bassin parisien et du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Le Rubané « vrai » est donc présent dans l’Aube. Le fait est confirmé par deux tessons issus de ramassages de surface à Saint-Léger, « La Folie », dans la plaine de Troyes : larges bandes sous le bord et éléments de motif principal, combinées au coup de poinçon bifide (ou double poinçon ?) non pivotant. Un troisième fragment de décor pourrait appartenir au Rubané moyen.

98Quels que soient les sites, lorsque le décor est bien conservé, il montre une incrustation de pâte blanche (craie ?). On peut donc se demander si le décor, tel que nous le percevons, n’est pas simplement le support d’une ornementation appliquée à la surface par incrustation et qui se détachait, par sa teinte claire (ou vive) sur un fond sombre ou mat.

99À Juvigny, les coups de poinçon ronds et les impressions circulaires plus larges sont quasi-exclusives par rapport aux impressions en amande. C’est l’inverse à Norrois et Orconte et apparemment aussi à Larzicourt.

L’outillage en silex

100Comme pour la céramique, l’industrie lithique n’est bien représentée qu’à Juvigny. Toutefois, le site d’Écriennes en a fourni un contingent intéressant, mais beaucoup plus dispersé. La faute en est non seulement à l’état de la documentation disponible, mais aussi aux problèmes d’approvisionnement en matière première, dans le Perthois. Cette région ne fournit de silex qu’à l’état de petits galets transportés par les alluvions de la Marne. A quoi s’ajoutent des galets de quartz d’une qualité très médiocre. L’outillage est donc extrêmement rare et d’aspect très modeste. L’apport en quantité appréciable de silex de la craie n’intervient pas semble-t-il avant le Rubané récent, comme le montre le site d’Écriennes. À Juvigny, site beaucoup plus proche de la cuesta d’Ile-de-France, riche en gisements de silex, la matière première n’a pas fait défaut.

101Dans le Perthois. L’approvisionnement du Perthois consiste en deux variétés principales de silex : d’une part de médiocres galets des alluvions de la Marne, de teinte bleue, avec des plages grises, et une patine blanche d’importance variable, d’autre part un silex blanc crème, plus fortement patiné, de surface plus brillante. Ce dernier n’est certainement pas d’origine locale, mais en l’absence d’une étude approfondie, cette provenance reste difficile à déterminer. La craie sénonienne est la plus probable.

102En l’absence de données sur Larzicourt, nous nous bornerons aux maigres indications fournies par les ensembles d’Orconte et de Norrois. Sur le premier site, l’essentiel du mobilier provient des fosses de construction. On dénombre au total quatre cent quatre outils et produits de débitage en silex, déchets de taille compris. Les éléments utilisables se réduisent en fait à deux cent cinquante-quatre, ce qui est notoirement insuffisant pour établir des statistiques, les outils retouchés s’élevant à vingt-six seulement. La majorité de ce mobilier provient de la f.d.c. 4 : cent quatre-vingt-quatre objets, dont quatre-vingt-quatre exploitables par la typologie. Nous nous garderons donc d’une étude quelconque en termes de pourcentages pour les outils. Par contre, la comparaison entre l’utilisation du silex gris-bleu et celle du silex blanc fournit quelques indications. Dans la fosse de construction 4, le silex blanc représente le quart des produits de débitage et des outils confondus. Pour l’ensemble du site d’Orconte, on retrouve le même chiffre, 24,4 %, mais le mobilier fourni par la majorité des structures autres que f.d.c. 4 est en quantité statistiquement peu significative.

103Pour l’ensemble des fosses de construction, les lames constituent 18 % des produits de débitage du silex bleu, les outils 15,5 %, ces derniers (du moins en tant que produits retouchés) étant tous sur éclats. Dans le silex blanc, beaucoup moins abondant, il y a trois fois plus d’outils sur lames que sur éclats, les premières représentant la majorité écrasante des produits (88 %), et les outils, une proportion importante (41 %). Malheureusement, ces derniers pourcentages sont peu fiables, ne portant que sur vingt-neuf objets !

104Il est clair, néammoins, que les Rubanés d’Orconte ont tiré un bien moindre parti du silex gris-bleu que du blanc. Ce dernier présente à l’œil nu l’aspect du silex de la craie, débité principalement sous forme de lames et lamelles. Il s’agit de médiocres produits, compris entre 3 et 6 cm de longueur pour 1 à 3 de large, tous obtenus par pression, du moins lorsque la conservation du talon permet d’en juger, ce qui est rare.

105Si le matériau provient bien du Sénonien, il faut admettre, soit qu’il a été ramassé sur des niveaux de l’étage supérieur de la craie, à distance relativement faible de la vallée, soit que la recherche du silex sur la cuesta d’Ile-de-France, distante d’une cinquantaine de kilomètres en moyenne, était particulièrement difficile. Les rognons disponibles devaient être, en effet, de petite taille. Même en supposant que les meilleurs outils aient été emportés hors du site, l’approvisionnement était très déficient, comme en témoignent la modicité extrême du mobilier lithique, la petitesse et la minceur des outils et des produits de débitages, ainsi que la rareté des nucleus, dont la plupart ont été utilisés à l’extrême, ceux à débitage laminaire ayant été réutilisés pour des éclats. Cette remarque vaut dans une moindre mesure pour le silex gris-bleu, présent dans les alluvions proches en galets petits et cassants. L’existence de rares percuteurs atteste un débitage sur place. Les éclats corticaux de silex gris-bleu ne sont pas rares, à l’inverse du silex blanc, malheureusement trop mal représenté pour que l’on puisse se prononcer sur l’éventualité d’un dégrossissage systématique sur le lieu d’approvisionnement.

106L’outillage comprend, comme éléments les plus caractéristiques (fig. 9) :

  • des grattoirs courts et unguiformes sur éclat et d’autres en bout de lames (fig. 9, nos 25 et 41) ;

  • des couteaux et raclettes sur éclats longs (fig. 9, nos 31 et 35) ;

  • un burin simple sur troncature droite en bout de lame (fig. 9, no 26) ;

  • une troncature droite, par retouche abrupte, en bout de lame (cassée) ;

  • un perçoir sur lame, l’autre sur éclat ;

  • un denticulé sur nucleus ;

  • trois armatures peu classiques dans le Rubané : scalène à base droite et retouche alterne et semi-abrupte des deux côtés, abrupte de la base (fig. 9, no 4), enfin deux trapèzes, l’un asymétrique, l’autre symétrique (ou flèche à tranchant transversal) à retouche abrupte (fig. 9, nos 16 et 32).

107L’écrasante majorité des lames et lamelles présente des retouches d’utilisation. Il faut signaler, dans la fosse de construction 2, la présence de trois éclats d’outils polis en silex (fig. 9, nos 29, 30 et 33).

108À Norrois, la pauvreté de l’industrie lithique de la fosse (fig. 11B) est la même qu’à Orconte : sur cinquante-sept produits et déchets, douze outils, entiers ou fragmentés, dont sept sur petite lame ou lamelle, le seul élément un peu original étant une pointe à cran. Le silex blanc n’est représenté que par une lame. Sauf un petit percuteur sphérique, trois nucleus témoignent d’une exploitation exhaustive du silex gris-bleu. Celui provenant probablement de la craie champenoise ne semble représenté à coup sûr (outre la lame blanche) que par deux petits éclats et deux déchets de taille bleus, peu patinés et un segment de lamelle. Les déblais ont fourni une armature triangulaire symétrique, à base droite et retouche abrupte du bord droit, inverse plate de la base.

109En appoint au silex, les rubanés du Perthois ont utilisé, sur tous les sites connus, des matériaux aussi médiocres et difficiles à débiter que la chaille (en quantité quasi négligeable) et le quartz, ce dernier disponible en petits galets dans les alluvions de la Marne. Il représente, à Orconte, 5 % environ du matériel lithique employé.

110À Juvigny, « Les Grands Traquiers ». Les fosses ont livré la plus importante série lithique rubanée de Champagne, avec 1930 éléments, outils, produits de débitage et déchets de taille confondus (fig. 15). L’étude de ce mobilier est encore inachevée. Elle peut se résumer au tableau suivant.

111La matière première comprend trois types de silex : 1) celui de la craie, bleu noir à bleu, en général fortement patiné (blanc laiteux, crème ou beige clair) ; 2) du silex tertiaire, plus mat, toujours très patiné, et qui pourrait provenir du calcaire de Saint-Ouen ; 3) du silex gris-bleu, cassant, peu patiné, qui rappelle celui utilisé dans le Perthois et signalé plus haut comme issu de médiocres galets. Les diverses variantes du silex sénonien se présentent sous la même forme que dans les sites néolithiques plus récents situés en contrebas de la cuesta d’Ile-de-France, distante d’une vingtaine de kilomètres seulement vers l’Ouest. Ces déterminations macroscopiques restent sommaires. Le matériau du Secondaire domine, mais les études statistiques restent à faire en fonction d’un diagnostic approfondi de la provenance.

112Le débitage laminaire est abondant. Les produits sont fins et réguliers, obtenus souvent par pression, mais de faible longueur moyenne (4 à 6 cm), ce qui s’explique par la nature du silex utilisé. Dans l’état actuel de l’étude, on estime l’outillage sur lames et lamelles à 81 %, celui sur éclats à 17 % et celui sur rognons à 2 % seulement. Les nucleus à débitage laminaire ou lamellaire sont pourtant rares, ce qui indique leur réemploi pour la production d’éclats. Le petit nombre des pièces corticales, du moins en silex de la craie, témoigne d’un dégrossissage avant transport dans l’habitat, alors que les nucleus polyédriques à débitage multipolaire se rencontrent principalement dans la matière la plus ingrate : le silex gris-bleu.

Fig. 15. — Juvigny, « Les Grands Traquiers », échantillonnage de l’industrie lithique. A. fosse B ; B. fosse M.

113Les fosses C et N’ont livré deux blocs de quartzite et trois fragments de lames, de section triangulaire, tirées de cette roche.

114Les grattoirs, outils les mieux représentés, sont plus souvent sur éclats laminaires, sur segments de lames et sur bout de lames que sur éclats. Les plus petits sont unguiformes, avec retouche semi-abrupte. Il en existe un spécimen à fronts opposés (fosse B).

115Les perçoirs sont pour la plupart sur lames à trois pans, retouchée par enlèvement semi-abrupt sur presque toute la longueur des bords. Seuls, les rares exemplaires sur éclat présentent une pointe quelque peu dégagée.

116Il existe quelques lames et surtout lamelles à bord abattu, assez atypiques, des couteaux à moissonner ou couper les végétaux, sur lames tronquées, à bordures usagées ou esquillées, mais beaucoup de lames présentent les mêmes stigmates sans porter de lustré.

117Une pointe peu dégagée, sur éclat épais allongé, à retouche semi-abrupte et partielle des bords, présente un émoussé qui la rapproche des retouchoirs.

118Les quelques raclettes et denticulés rencontrés sont sur éclat mince et de forme sub-rectangulaire.

119La série des armatures de flèches est intéressante, par sa typologie et sa variété. À côté des exemplaires les plus frustres, triangulaires et symétriques, dont la base n’est pas retouchée, et dont la pointe est presque systématiquement façonnée par retouche directe marginale et inverse envahissante, figurent des pointes symétriques de façonnage analogue, à base droite ou faiblement concave, régularisée par retouche tantôt directe, tantôt inverse, très marginale et le plus souvent semi-abrupte. Le nombre des armatures asymétriques équilibre celui des symétriques, les bases étant plus souvent concaves sur les premières que sur le secondes. Selon l’épaisseur du support (presque toujours un segment de lame obtenu par la technique du microburin), la retouche est abrupte, semi-abrupte ou plate, toujours marginale, les bases droites présentant parfois une retouche inverse très plate.

120L’abondance des percuteurs, pour la plupart sphériques, sur nucleus gris à éclats, confirme le débitage sur place des blocs dégrossis. Les déchets de taille sont d’ailleurs très abondants. À noter trois outils originaux : deux fragments de hache polie, que rien n’invite à extraire du contexte rubané (fosses G et H), et un tranchet (fosse E’), auquel une retouche très abrupte des bords, et surtout le façonnage de sa partie utile en double biseau, par retouche inverse, donnent une morphologie très proche de celle des herminettes plates.

121Il n’existe aucun burin et les troncatures sont rares.

122Une étude tracéologique approfondie de cet outillage serait certainement fructueuse, notamment pour comprendre la destination des nombreuses lames brutes usagées.

L’outillage en roche tenace

123Des fragments d’outils en roche dure ont été mis au jour à Larzicourt mais aucune publication n’en fait état.

124Il n’en figure pas à Norrois, dont l’outillage lithique est très mal représenté.

125Sur le site d’Orconte, les outils en roche tenace, étrangère à la région, ne sont représentés que par des fragments (fosse de construction 2), qui peuvent provenir de herminettes polies.

126Un outil hors stratigraphie (lame d’herminette plate) en roche tenace, a été ramassé sur le site d’Écriennes.

127La seule série importante est fournie, une fois encore, par le site de Juvigny (fig. 14, B), où l’on dénombre douze outils ou fragments, façonnés dans deux roches différentes, peut-être magmatiques, dont la nature exacte et la provenance n’ont pas encore été déterminées avec certitude, mais où pourrait figurer l’« aphanite ». Il s’agit d’objets façonnés par sciage et bouchardage puis entièrement polis. La plupart des pièces presque complètes sont de section longitudinale asymétrique, avec un biseau simple et plat, opposé à un flanc bombé, morphologie classique des herminettes plates. Les talons appartiennent au même type. Les seuls objets entiers sont de petits outils de forme subrectangulaire. On trouve également deux « formes de bottier », dont l’une a été obtenue par sciage. Dans cette série s’intègre aussi un grand fragment d’outil, détaché en lame de belle apparence, résultant d’une fracture fortuite ou d’un débitage intentionnel.

Autres matériaux

128Nous avons signalé plus haut l’utilisation, anecdotique, de la chaille, et celle très minoritaire du quartz, dans le Perthois ainsi que du quartzite à Juvigny. Tous les habitats rubanés de Champagne ont livré des fragments de meules dormantes, en grès divers : blanc, orange, ou ferrugineux, ainsi que des molettes ou broyons de ces mêmes matériaux, dont la provenance, certainement moins lointaine que celle des roches tenaces, reste à déterminer.

L’outillage en os

129Il est globalement très indigent. Il ne figure ni sur le site d’Orconte, ni sur celui de Juvigny, où pourtant les conditions de conservation de cette matière ne sont pas mauvaises. Les publications relatives à Larzicourt, très liminaires, n’en font pas état. Il faut se borner à mentionner un poinçon ou alène et un morceau de petit ciseau à Norrois (fig. 11, nos 12 et 13).

La parure

130Outre les sépultures, les habitats ont fourni de la parure.

131Dans les habitats. Il s’agit, à Larzicourt, d’une incisive percée à l’extrémité de la racine (l’espèce n’a pas été déterminée), et d’une rondelle en os, percée (Chertier, 1980, p. 64-65).

132Ni Orconte, ni Norrois n’ont livré de parure dans les fosses domestiques.

133Juvigny en a fourni un contingent non négligeable :

  • fragment de bracelet en terre cuite, en « rond de serviette », à surface externe ornée de sillons plus ou moins rectilignes, parallèles, tracés à cru ;

  • 9 dentales (dont deux emboîtés) ;

  • 2 gastéropodes marins perforés (fosse B) ;

  • 2 fragments de perle (probablement la même), brûlés, en coquillage épais, feuilleté (peutêtre Ostrea ou Spondylus), dont les perforations apparentes sur les deux fragments sont biconiques et coudées, ce qui évoque une grosse perle cylindrique ou arquée (fosse M).

134Les fosses B et C contenaient des fragments importants de test d’Unio, de grande taille, ne portant malheureusement aucune trace de travail, de même que des lames d’ivoire de sanglier.

135Dans les sépultures. Nous en rappelons ici la liste pour mémoire :

  • dentales (Vert-la-Gravelle, Larzicourt) ;

  • perles rondes et plates, en coquillage : Pecten (Moncetz), Cardium (Frignicourt) et Pectunculus (Cloyes) ;

  • coquilles de gastéropodes (Nucilla lapillus : Frignicourt) ;

  • plaquettes rectangulaires uniforées, sur test de spondyle (Vert-la-Gravelle) ;

  • perles cylindriques, supposées en spondyle (Vert-la-Gravelle, Frignicourt) ;

  • anneau de bras, de section subrectangulaire, en calcaire lithographique fin (Vert-la-Gravelle) ;

  • anneau (probablement bracelet) plat, en schiste (Frignicourt) ;

  • bagues en os (Larzicourt, Frignicourt, Orconte) et en coquillage (Moncetz) ;

  • valves de spondyle évidées (Frignicourt) ;

  • valve de spondyle biforée, en pendeloque (Frignicourt) ;

  • valves de spondyle entaillées en V (Vert-la-Gravelle, Larzicourt) ;

  • pendeloque évidée, sur test de spondyle (Orconte) ;

  • pendeloque uniforée, sur coquille de Cardita, probablement (Orconte) ;

  • pendentif arciforme biforé, probablement en spondyle (Orconte).

Comparaisons

136Les plus intéressantes sont celles relatives à la céramique.

137La céramique du Rubané moyen et récent. Pour les ensembles encore restreints d’Orconte, Larzicourt et Norrois, les équivalents les plus nets se trouvent en Alsace. En ce qui concerne Orconte, le décor secondaire en losange existe à Habsheim « Landserer Weg » (Wolf, 1979 ; Gallia P., 1974, t. 17-2, p. 551) ainsi qu’à Reichstett (ibid., 1980, t. 23-2, p. 321). Le motif principal en chevron simple, combiné aux ponctuations triples, figure dans la nécropole de Mulhouse Est (sép. 11) (Schweitzer, 1979) et Reichstett, « Kleiner Schamli » (Gallia P., 1980, t. 23-2, p. 321). À Ensisheim, on retrouve les rubans curvilignes combinés, en décor sous le bord, à deux sillons et une rangée de coups de poinçon double (fosses 3 et 4 d’Ensisheim : Schweitzer, 1979). Signalons aussi Colmar, « Ruffacher Huben », pour le motif sous le bord (Gallia P., 1986, t. 29-2, p. 225). Le site de Hattstatt, « Elsburg », daté du Rubané moyen, possède quant à lui des décors comparables à ceux de la fosse de construction 4 d’Orconte, pour les chevrons incisés, combinés aux bandes secondaires à double ou triple rangée de coups de poinçon et le décor sous le bord (Gallia P., 1980, t. 23-2, p. 326). Si les éléments d’Ensisheim cités ici sont attribués au Rubané récent, les autres le sont à la phase ancienne ou moyenne du Rubané.

138Larzicourt trouve des termes de comparaison, sous forme de lignes de ponctuations simples sous le bord, alternant avec des sillons, dans le Rubané moyen d’Ensisheim (Ile Napoléon : Schweitzer, 1979) ou de motifs secondaires en chevrons à double sillon et triples ponctuations, dans les tombes 13 et 18 de Mulhouse-Est (ibid.) et les fosses 1 et 4 de la nécropole d’Ensisheim (ibid.) ou bien encore de chevrons à deux sillons avec ponctuations simples de la tombe 5. Ces sites sont attribués au Rubané moyen.

139Moins restreint, le lot céramique de Norrois permet des rapprochements plus nombreux :

  • décor dit « en mécano » (registres horizontaux à bandes verticales doubles et diagonales simples avec remplissage d’une ligne de coups de poinçon), qui figure à Obernai « Leimthal-Schwerfeld » (Gallia P., 1984, t. 27-2, p. 258), à Colmar, « Route de Rouffach », Z 17, 10 A, 19 et 23 (Bonnet et alii, 1988) ainsi qu’Ensisheim, F 2, 3 et 4, pour une datation au Rubané moyen (avec présence également de tessons d’un style différent) (Schweitzer, 1979) et Habsheim, « Landserer Weg » (même phase) (Gallia P.) (fig. 16 A, nos 1,2 et 4) ;

  • ruban à terminaison pointue et bifide, attribué au Rubané moyen d’Ensisheim, F 7 (Schweitzer, 1979) et Colmar, « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1988) ;

  • rubans en méandre à doubles ou triples coups de poinçon, datés du Rubané moyen : Habsheim (Wolf, 1979) et Colmar, « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1988) et « Rufacher Huben » (Gallia P., 1986, t. 29-2, p. 225) ainsi que Spechbach-le-Bas, « Mühlenrain » (Gallia P., 1986, t. 29-2, p. 230) ;

  • losange à triple ponctuation, toujours attribué au Rubané moyen, à Habsheim (Wolf, 1979) et Reichstett, « Kleiner Schamli » (Gallia P., 1980, t. 23-2, p. 321).

140Ces comparaisons ne sont pas exhaustives, d’autant que tous les ensembles alsaciens n’ont pas été publiés. Cependant, il est remarquable que ces rapprochements relient le Perthois principalement à la Haute Alsace au Rubané moyen. Dans la liste ci-dessus, deux sites seulement, Obernai et Reichstett, appartiennent au Bas-Rhin.

141Quelques tessons à coups de poinçon double, trouvés dans la fosse de construction 4 d’Orconte, relèvent d’une phase plus tardive de l’occupation du site, au Rubané récent. Ils proviennent de la maison VII, au plan légèrement trapézoïdal et trop proche de M VI pour en être contemporaine.

142On note une grande analogie entre les décors, pourtant très fragmentaires, d’Orconte et ceux de Norrois. La céramique de Larzicourt semble dominée par le motif des chevrons, au détriment du méandre, mais l’ensemble publié est si restreint que sa représentativité est sans doute faible. L’absence de coups de poinçon double et la fréquence des ponctuations groupées par deux ou par trois ou disposées en ligne simple, placent cette céramique dans la même phase que les autres sites : le Rubané moyen.

143Avec la Lorraine, la Basse Alsace et le Rhin inférieur, les points de comparaison pour le Perthois se limitent aux aspects élémentaires des thèmes décoratifs du Rubané moyen. Mentionnons par exemple les parentés avec des ensembles mosellans comportant quelques tessons de style Rubané moyen : Metz, « Ban devant les Ponts » (Gallia P., 1985, t. 28-2, p. 320), Montenach, « Kirchgasse » (Gallia P., 1977, t. 20-2, p. 471 ; 1983, t. 26-2, p. 412), Kirchnaumen, « Dolem » et Uckange, « Buderfeld » (Gallia P., 1975, t. 18-2, p. 574 ; 1979, t. 22-2, p. 605).

144En aval de l’Alsace, le Rubané récent du Bassin rhénan affectionne les larges panneaux losangiques et les bandes en chevrons ou méandres remplies de coups de poinçon et de hachures incisées. Il s’agit d’ailleurs d’éléments plus souvent attribuables au Rubané récent que moyen. Rien de comparable n’existe pour l’instant dans le Perthois. Signalons Sittard, dans le Limbourg (Moddermann, 1970) ou Tiefenellern, en Bavière (Kunkel, 1955), pour ne prendre que deux points extrêmes. Le Rubané de Lorraine septentrionale s’apparente étroitement à cet ensemble dit « Rubané du Nord-Ouest », centré sur la Belgique et les Pays-Bas, tout en présentant une certaine originalité, qui montre une diversification stylistique de la grande famille rubanée, dans son aire occidentale comme ailleurs, à sa phase récente. Ce n’est pas le lieu ici d’ouvrir le débat. Parmi les sites récemment fouillés, citons seulement pour mémoire Aubechies, Darion et Oleye (Constantin, 1985 ; Cahen et alii, 1985 ; van Berg, 1988).

145Avec la phase Rubané récent de Champagne, l’abondance du mobilier permet des rapprochements plus variés, qui intéressent un secteur plus large qu’au Rubané moyen.

146Les décors orthogonaux des fosses M et H de Juvigny, constitués au poinçon double, non pivotant, appellent la comparaison avec les motifs du RRBP, dans l’Aisne (Cuiry-lès-Chaudardes, Menneville, Berry-au-Bac, Chassemy...) et dans l’Yonne (Champlay, « Les Carpes », Gallia P., 1974, t. 17-2, p. 581-2 ; Villeneuve-la-Guyard ; Prestreau, 1992), mais à cette différence près que la technique y est quasi systématiquement pivotante comme dans les décors du site d’Ante (Marne), situé en Argonne et que l’on verra plus loin.

147Il vaut donc mieux rapprocher les motifs orthogonaux de Juvigny de ceux réalisés au double poinçon non pivotant en Alsace : Reichstett, « Rotes Kreutz » (fig. 16 B, no 3), Dachstein, loessière Vonesch, Obernai, « Im Thal », Rosheim (Bas-Rhin), Merxheim (Haut-Rhin) (Gallia P., 1982, t. 25-2 ; 1972, t. 15-2, p. 414 ; 1978, t. 21-2, p. 551 ; Thévenin, Tritz, 1970 ; Bonnet et alii, 1979 ; Thévenin, Sainty, 1979) ou en Moselle : Marainville-sur-Madon (Blouet et alii, 1988), Metz, « Ban-devant-les-Ponts » (Gallia P., 1985, t. 28-2, p. 320) (fig. 16 B, no 4). Dans ces régions, ce type d’ornementation est minoritaire, tout comme à Juvigny, et dans les mêmes proportions qu’avec les autres termes de comparaison. On peut se demander, par ailleurs, quelle est l’origine de ce motif, qui n’a de véritable équivalent - quant à son organisation générale et sa technique pivotante - que dans le Midi, en domaine cardial. Il ne doit pas s’agir d’une évolution spontanée du décor rubané. On peut envisager, plutôt qu’une inspiration si lointaine, soit des influences exercées dans l’Est par des ensembles culturels apparentés au Néolithique ancien méridional, et situés dans la moitié occidentale du Bassin parisien à l’époque du Rubané récent, soit des relations entre le RRBP, lui-même marqué par ces influences, et le RR rhénan, via la Champagne.

Fig. 16. — Quelques éléments de comparaison pour la céramique du Rubané de Champagne.
A. Rubané moyen : 1 et 5. Rouffach ; 2. Obernai, « Leimthal » ; 3. Habsheim ; 4. Ensisheim ; 6 et 7. Mulhouse-Est, tombes 19 et 14 (d’ap. Bonnet et alii, 1979 ; Wolf, 1979 ; Schweitzer, 1979) ;
B. Rubané récent : 1 et 2. Merxheim ; 3. Reichstett ; 4. Metz, « Ban devant les Ponts » ; 5. Habsheim ; 6. Brunstatt (d’ap. Bonnet et alii, 1979 ; Gallia P., 1985 ; Wolf, 1979).

148Le décor principal de bandes simples, en chevron, combiné aux décors sous le bord et secondaire constitués de lignes poinçonnées doubles ou triples, est abondant en Alsace, souvent sous une forme un peu moins riche qu’à Juvigny (lignes de poinçon simples ou doubles) : Rouffach, « Gallbühl » (Haut-Rhin) (Sainty et alii, 1984), Obemai, « Im Thal » (Gallia P., 1978, t. 21-2, p. 551), Rosheim et Entzheim (Thévenin, Tritz, 1970), Schwindratzheim (Wendling et alii, 1979), Dachstein et Brumath, pour le Bas-Rhin (Bonnet et alii, 1979 ; Thévenin, Tritz, 1970 ; Gallia P., 1976, t. 19-2 ; 1978, t. 21-2, p. 551 et 559). En Lorraine mosellane, citons Kirchnaumen, « Dolem » et Montenach, « Kirchgasse » (Gallia P., 1975, t. 18-2 ; 1977, t. 20-2, p. 471).

149Ce décor prend à Juvigny une allure parfois plus complexe, avec plusieurs bandes sillonnées, alternant avec des lignes poinçonnées doubles. On les retrouve sur les mêmes sites alsaciens ou lorrains : Brumath, Merxheim (Haut-Rhin) (Bonnet et alii, 1979), Obemai, déjà cités, auxquels on peut ajouter Bemwiller, « Eichholz » (Gallia P., 1986, t. 29-2, p. 222), Rixheim, Ensisheim (Schweitzer, 1979) ou Sierentz, gravière Brunner (Gallia P., 1982, t. 25-2, p. 307), dans le Haut-Rhin.

150Le motif principal de chevrons tracés en trois sillons, combiné avec un motif secondaire et sous le bord de même aspect, plus rarement avec des lignes pointillées beaucoup plus sobres que dans le cas précédent, existe aussi en Alsace : Rouffach, « Gallbühl » (Sainty et alii, 1984), Rixheim, fosse 18 (Gallia P., 1974, t. 17-2, p. 557), Reichstett, « Kleiner Schamli » et Stetten, « Rütchyberg » (Gallia P., 1982, t. 25-2, p. 297 ; 1976, t. 19-2, p. 501), ainsi qu’en Lorraine : Thionville-la-Milliaire (Gallia P., 1973, t. 16-2, p. 451), Oudrenne, « Brisberg » (Gallia P., 1981, t. 24-2, p. 493), Montenach, « Kirchgasse » (Gallia P., 1973, t. 26-2, p. 412). Mais il figure aussi sous une forme plus exubérante à Juvigny, associant des chevrons à trois ou quatre sillons et des bandes transversales au poinçon double, que l’on retrouve encore, quoique plus rarement, en Alsace et Lorraine : Montenach, Kirchnaumen, « Dolem », Stetten (Wolf, 1979), Merxheim (Bonnet et alii, 1979), Brunstatt « Fridolinsberg » (Gallia P., 1978, t. 21-2, p. 559). Ces chevrons en lignes triples ou quadruples, obtenus sans doute à l’aide d’un peigne souple, rapprochent Juvigny de la thématique décorative du RRBP, en particulier de Cuiry-lès-Chaudardes et Berry-au-Bac, où le peigne à dents nombreuses (trois à cinq) caractérise une phase semble-t-il tardive de ce thème ornemental (Ilett, Plateaux, 1984), en particulier dans le décor poinçonné, l’équivalent n’existant à Juvigny que sous forme de bandes horizontales (au poinçon double), nombreuses et superposées.

151La thématique décorative envisagée jusqu’ici trouve son origine dans les motifs de chevrons et losanges du Rubané ancien et moyen, dont elle constitue une évolution aussi nette que directe, par suppression des losanges comme motif secondaire, avec complexité plus grande des décors sous le bord et des bandes transversales ou verticales. Elle n’apparaît sous une forme tout à fait comparable à celle de Juvigny que dans le Rubané récent, d’après la typologie établie en Alsace. La proximité avec le Rubané moyen est plus forte, en ce qui concerne les motifs suivants.

152Le thème des rubans en méandre, contenant quelques ponctuations groupées le plus souvent par quatre et combinés à des bandes transversales au poinçon double, est abondant en Alsace. Parmi les sites déjà mentionnés, rappelons Sierentz (gravière Brunner : Gallia P., 1985, t. 25-2, p. 307), Rixheim (fosse 18, Gallia P., 1974, t. 17-2, p. 557), Merxheim (Bonnet et alii, 1979), Habsheim, « Landserer Weg » (Gallia P., 1974, t. 17-2, p. 551 ; Wolf, 1979). On le trouve aussi à Bruebach, « In den Nesseln » (Gallia P., 1986, t. 29-2, p. 223), à Spechbach-le-Bas, « Muchlenrain » (Gallia P., 1986, t. 29-2, p. 230), à Habsheim, « Landserer Weg » (Gallia P., 1974, t. 17-2, p. 551 ; Wolf, 1979), Brunstatt, « Lange Dudely Acker », dans une sépulture (Gallia P., 1978, t. 21-2, p. 560 ; Wolf, 1979), ainsi qu’à Mulhouse-Est (tombes 2, 13 et 19 : Schweitzer, 1979). On ne le trouve pas en Lorraine, mais peut-être cela est-il dû à la petitesse des tessons recueillis en général jusqu’ici dans cette région pour le Rubané moyen et les débuts du Rubané récent. C’est en effet à cette phase « de transition » que les chercheurs alsaciens rattachent ce décor, qui semble évoluer progressivement sans survivre jusqu’à la fin du Rubané récent, d’après les associations constatées. Il est toutefois difficile de sa baser sur ces comparaisons pour envisager une chronologie interne du site de Juvigny, dont le style ornemental, riche et complexe, en particulier au niveau du décor poinçonné, semble distribué d’une façon homogène entre les diverses fosses fouillées.

153Les chevrons tracés d’un seul trait sous le bord, qui existent dans le Rubané récent de type « parisien » (Ante, dans la Marne, par ex.) figurent dans le Rubané ancien d’Ensisheim, « Ratfeld » (Gallia P., 1982, t. 25-2, p. 303), mais n’ont sans doute guère de signification chronologique.

154La dernière catégorie de décors principaux : bandes curvilignes hachurées ou garnies de coups de poinçon et chevrons poinçonnés couvrant la panse, combinés à des coups de poinçon simple ou double sous le bord, relient Juvigny non pas à l’Alsace mais à la Lorraine septentrionale (Moselle) : Montenach, Kirchgasse (loc. cit.) ; Mailing (Gallia P., 1981, t. 24-2, p. 489), Kirnaumen-Obernaumen (Gallia P., 1979, t. 22-2 ; 1975, t. 18-2, p. 574), Urkange, « Buderfel » (Gallia P., 1977, t. 20-2, p. 473), Oudrenne, « Breisberg » (Gallia P., 1981, t. 24-2, p. 493), Koenigsmacker (Decker, Guillaume, 1979), Thionville, « La Milliaire » (Gallia P., 1981, t. 24-2, p. 495 ; 1973, t. 16-2, p. 451). En fait, les comparaisons pourraient être recherchées largement vers le Nord de la Champagne : Belgique et Rhin inférieur, dans le « Rubané du Nord-Ouest » (van Berg, 1988), auquel se rattache principalement le faciès de la Lorraine septentrionale.

155Malgré l’aspect fort dominant des caractères « alsaciens » de l’ornementation à Juvigny, le site montre donc des affinités composites, vers le Nord et l’Ouest aussi bien qu’avec l’Est. Cette parenté marquée est donc tempérée par des contacts qui suggèrent l’existence de « familles » ou de « provinces », du moins au plan du style céramique, et qui coexistent au Rubané récent dans l’Ouest européen, non sans perméabilité entre elles. Le Rubané récent champenois semble dont issu d’une évolution locale du Rubané moyen, selon un phénomène rigoureusement parallèle à l’Alsace, mais montrant des liens aussi bien avec la partie haute que basse de cette province et non plus une connexion aussi privilègiée avec le Haut-Rhin qu’au Rubané moyen. Ceci n’exclut pas une certaine originalité. Provenant de Juvigny, les motifs principaux de méandres combinés à des bandes multiples de sillons et lignes doubles superposées sous le bord ou disposées en motif secondaire ne trouvent pas d’équivalent exact en Alsace, où ce motif, décrit plus haut, est beaucoup plus sobre, alors qu’elles sont bien dans le style exubérant qui caractérise en particulier, à Juvigny, le décor orthogonal et en chevrons.

156Toutes ces comparaisons laissent donc penser que le Rubané récent de Champagne fait partie intégrante, comme à la phase précédente, d’une aire parfaitement « classique » de la céramique Linéaire, plus étendue vers l’Ouest qu’on ne le pensait jusqu’ici, et marquée désormais par des « variantes » locales qui n’illustrent guère la « périphérisation » invoquée jusqu’ici pour expliquer l’originalité du RRBP.

157Il est regrettable qu’aucune fouille ne nous permette pour l’instant de connaître la céramique de la Lorraine méridionale et de la région comprise entre le Territoire de Belfort et la confluence Saône-Rhône au Rubané récent.

158L’industrie lithique. Les instruments en roche dure ne justifient aucune recherche de comparaisons. En revanche, il faut noter la présence, à Orconte et Juvigny, de quelques fragments d’outils polis en silex, lames de haches plutôt que de herminettes et que rien, dans le contexte, n’invite à considérer comme intrusifs. Les rares termes de comparaison se trouvent dans le RRBP à Cuirylès-Chaudardes : tranchet retaillé dans une hache polie en silex de la fosse 96 (Soudsky et alii, 1982) et dans le groupe de VSG à Trosly-Breuil (Oise) (Diepeven et alii, 1992). Les cas d’objets polis de Champagne affaiblissent l’hypothèse qu’il puisse s’agir de vestiges d’une occupation plus récente, mais il ne faut pas négliger la présence du Michelsberg à Cuiry et du Cerny à Trosly-Breuil. Il existe donc une probabilité que le polissage soit apparu en moitié nord de la France dès la fin du Néolithique ancien et non au Néolithique moyen II.

159Dans l’industrie en silex, seul le site Rubané récent de Juvigny, avec son abondante industrie, se prète aux comparaisons. Les quelques éléments d’Orconte, Norrois et Larzicourt (du moins, pour ce dernier site, ceux publiés) ne montrent pas de différence par rapport au Rubané moyen d’Alsace et Lorraine, notamment du fait de sa pauvreté, liée là aussi à la rareté de la matière première. D’Orconte, une armature triangulaire légèrement asymétrique, à retouche abrute des deux petits côtés, est plus de style « mésolithique » que néolithique. La flèche tranchante de ce site pourrait être « intrusive », étant hors contexte, mais il faut se garder des éliminations abusives, le RRBP connaissant des trapèzes de ce style, à Cuiry entre autres.

160L’outillage de Juvigny, qui contient tous les éléments que l’on retrouve sous forme d’échantillons peu nombreux à Écriennes, est bien dans le style rubané, avec son débitage laminaire important, son outillage proportionnellement abondant sur lame (grattoirs, troncatures), ses armatures triangulaires symétriques ou non, pour la plupart à retouche inverse plate. Certaines d’entre elles rappellent, en plus gros, les « fléchettes » associées à la céramique de La Hoguette dans la stratigraphie de Bavans (Aimé, 1984), mais aussi certaines armatures symétriques à base concave du Rubané moyen et récent d’Alsace-Lorraine. Toutefois, les armatures triangulaires symétriques à retouche marginale sont banales dans le Rubané récent (Sittard, Elsloo, Stein, Müddersheim...). L’industrie du Rubané récent de Champagne est également très similaire à celle du RRBP, par la composition et la morphologie de son outillage et par le style et la dimension de ses armatures, de même d’ailleurs qu’au plan du style de débitage et de la stratégie d’approvisionnement en silex (Ilett, Plateaux, 1984 ; Plateaux, 1990). À cette différence près, et de taille, que l’on n’y trouve ni les burins, ni les troncatures obliques (armatures de faucilles) qui, sans être très abondantes dans ce faciès, constituent un point commun notable avec le lithique VSG-Blicquy. On retrouve là une différence du même ordre qu’au niveau du décor orthogonal au poinçon bifide, pivotant d’un côté et non de l’autre.

161La parure. Elle possède des traits assez constants à travers le Bassin parisien pour se prèter à des comparaisons avant même d’aborder ici la question du RRBP. Nous procèderons donc aux comparaisons de manière globale, en anticipant sur certains points abordés plus loin.

162La majorité des objets déposés dans les tombes de Champagne se retrouve en Alsace, Bourgogne septentrionale, Picardie et Ile-de-France (Villes, 1990) (fig. 17 à 19).

163Répandues dans diverses cultures du Néolithique (entre autres, Le Néolithique récent et final du Bassin parisien), les dentales et les perles rondes et plates sont les plus « atypiques ». Les secondes, notamment, se retrouvent un peu partout : Pontpoint (Oise), Marolles-sur-Seine, Jablines, Vignely, Cannes-Ecluse (Seine-et-Marne), Vaillysur-Aisne, Maizy, Cys-la-Commune, Berry-au-Bac et Menneville (Aisne), Vinneuf, Chaumont-surYonne, Villeneuve-la-Guyard, Chichery et Passy (Yonne), et bien au-delà (Allemagne, Tchécoslovaquie). La Champagne se distingue toutefois par l’abondance de cette parure dans certaines tombes : plus de 600 perles à Cloyes (Rémy, 1893), plus de 700 à Moncetz-l’Abbaye (NICAISE, 1886), 314 à Orconte (tombe 5 : Tappret et alii, 1988), tout comme pour les dentales (803 à Vert-la-Gravelle) et les coquilles de gastéropodes (817 à Frignicourt).

164Parmi les perles plates, le type le plus original en Champagne est figuré par celles de forme trapézoïdale, constituant le « pectoral » supposé de Vert-la-Gravelle (fig. 8, no 10) : Berry-au-Bac, Vignely, Chaumont-sur-Yonne, Villeneuve-laGuyard (fig. 7 B). Ajoutons-y le specimen isolé d’Assenay (Aube) et une découverte récente (sépulture) à La Saulsotte (Aube).

165Les gastéropodes (Nucella lapillus), qui sont diffusés jusqu’en Alsace (Hoenheim, Quatzenheim, Souffelwejersheim et Ensisheim), figurent à Frignicourt (fig. 17 D), Cuiry-lès-Chaudardes (st. 145) (fig. 18 D) et Jablines (fig. 17 B) (Villes, 1981 ; Bulard, Tarrete, 1980 ; Bulard et alii, 1993). La similitude entre la première et la troisième de ces tombes tient à la présence d’anneaux plats, qui situent cette tombe 70 de Jablines dans le Villeneuve-Saint-Germain, alors que celle de Cuiry est attribuée par son contexte au RRBP et que celle de Frignicourt apparaît ambiguë. Les demi-anneaux articulés à double perforation de Jablines (fig. I7B) méritent le rapprochement avec les parures de Rethel, « les Auges » (Ardennes) (fig. 26), dont nous parlerons plus loin. Frignicourt pose donc le problème de contacts éventuels entre le Rubané récent et le groupe de VSG ou une culture d’où celui-ci tirerait ses origines, plutôt que du RRBP. Il est d’ailleurs frappant que Nucella lapillus ait été acheminé depuis la Manche ou l’Atlantique, cette espèce ne vivant pas en Méditerranée.

166L’association perles discoïdes et dentales, comme à Vert-la-Gravelle, est connue dans quatre cas, en Bassin parisien : Maizy-sur-Aisne (Aisne) et Vinneuf (Yonne, deux tombes).

167Les perles tubulaires taillées semble-t-il pour leur majorité dans des piquants de spondyle, sont peu nombreuses dans chaque dépôt (1 à 12) mais assez répandues et associées fréquemment à d’autres parures en spondyle, notamment les valves perforées ou évidées ; Frignicourt, Menneville 2, Cys-la-Commune, Villeneuve-la-Guyard (sép. 251), Vignely, Chaumont-sur-Yonne, Jablines, Maizy-sur-Aisne, Moru (fig. 17A, 18A et B).

168Une variante curieuse, mais plus facile, peutêtre, à fabriquer, est figurée par les perles tubulaires à perforations coudées, dont la plus proche de la Champagne est celle de Menneville, sép. 2 (fig. 17C).

169Les perles discoïdes semblent peu nombreuses en Alsace (Rixheim, sép. 1, 4, 5), de même que les tubulaires ; Rixheim sép. 1, 2, 5, 24 (Arbogast, 1983).

170Les valves de grands coquillages, essentiellement Spondylus, qui ne figurent à ce jour en Champagne qu’à Frignicourt (hormis le type échancré en V) (fig. 17D) existent à Maizy-sur-Aisne (st. 48) et Cys-la-Commune pour les specimens biforés (fig. 18E), portés sans doute en pendentif, et à Villeneuve-la-Guyard et Montereau, pour les specimens évidés, qui ne sont pas nécessairement tous des bracelets, étant donné leur petit diamètre. La tombe d’enfant de Cuiry, st. 145, montre l’association de ces deux types, comme à Frignicourt, mais avec des coquilles plus petites (Cardita) (fig. 18D).

Fig. 17. — Mobilier de sépultures du Néolithique ancien du Centre et de l’Est du Bassin parisien : A. Vignely (Seine-et-Marne) ; B. Jablines, « Les Longues Raies » (Seine-et-Mame) ; C. Menneville, « Derrière le Village » (Aisne) : D. Frignicourt (Marne) (d’ap. VILLES, 1984 et 1990 et lithogravure originale de Mougin, 1899).

Fig. 18. — Mobilier de sépultures du Néolithique ancien de l’Est du Bassin parisien (à gauche) et de l’Alsace (à droite). À gauche : A. Maizy-sur-Aisne, structure 48 ; B. même site, structure 45 ; C. Berry-au-Bac, « La Croix Maigret », st. 345 ; D. Cuiry-lès-Chaudardes, « Les Fontinettes », st. 145 ; E. Cys-la-Commune, « Les Longues Raies » (Aisne) ; à droite : A. Rixheim, sép. 2 ; B. sép. 1 ; C. sép. 12 et D. sép. 14 (d’ap. Villes, 1990).

Fig. 19. — Mobilier de sépultures du Néolithique ancien de l’Est du Bassin parisien. A. Menneville, sép. 1 ; B. Villeneuve-la-Guyard, sép. Royer (Yonne) ; C. même site, « Terres de Prépoux », sép. double no 1 (d’ap. Villes, 1990).

171Parure plus rare : les pendentifs arciformes biforés. Trois cas seulement peuvent être dénombrés : Orconte (tombe 5), Armeau (Yonne) et Moussey (Aube). Le premier est en coquillage (spondyle ?), les deux autres en os et ivoire de sanglier. Au contexte Rubané (peut-être récent) d’Orconte, s’opposent les contextes d’Armeau, où se mélangent des caractères RRBP et VSG, et de Moussey, qui est VSG ou Augy-Sainte-Pallaye, comme on va le voir (fig. 27, no 2). Les demi-anneaux plats, assemblés par des liens au moyen de perforations, figurent aussi dans la tombe VSG de Jablines (fig. 17 B). On les retrouve à Rethel (fig. 26). Une fois de plus, les points communs entre Rubané et VSG posent la question des contacts éventuels entre les deux cultures plutôt que celle de leur filiation.

172Le bracelet en calcaire lithographique de Vertla-Gravelle (fig. 7) existe sous une forme tout à fait analogue dans quelques tombes seulement : Cysla-Commune (fig. 18E) et Berry-au-Bac (fig. 18C) (Aisne). À l’Est de la Champagne, il n’existe aucun cas comparable dans le vaste complexe à céramique linéaire, du moins avant le Rössen. Dans un essai récent, J. Roussot-Larroque a dressé un inventaire des anneaux épais en roche dure en France (Roussot-Larroque, 1990). Les contextes fiables ne sont pas nombreux, mais, comme nous l’avons nous-même signalé (Schoenstein, Villes, 1990), la présence de cette parure dans le Néolithique ancien méridional pose une fois de plus la question des rapports nord-sud à cette époque, en l’absence de termes de comparaison du côté Rubané. D’autant que les anneaux plats en schiste existent dans les rares contextes à céramique cardiale de la Loire moyenne : Ligueil (Indre-etLoire) et Les Alleuds (Maine-et-Loire) (Schoenstein, Villes, 1990).

173Les bracelets plats, en pierre, moins massifs et plus proches des anneaux de schiste ont pour seul contexte connu le groupe de VSG (tombe de Jablines). C’est sans doute à ce contexte qu’appartient la découverte champenoise de Romilly-surSeine (Tappret, Villes, 1989) (fig. 25C). Nous avons proposé aussi le rapprochement avec la sépulture de Germignac (Charente-Maritime), caractérisée par des perles discoïdes nombreuses et des anneaux plats assez larges, mais réguliers, en roche dure, très proches de ceux du Bassin parisien, en particulier une pièce en homblendite de Villeneuve-la-Guyard (Yonne), malheureusement hors contexte (Mordant, 1980). Nous considérons quant à nous que cette importante découverte charentaise pourrait être plus symptomatique d’influences centre-altantiques dans le Bassin parisien au Néolithique ancien que de la présence des Rubanés (au sens large, VSG compris) sur la façade atlantique (Villes, 1990). Quoi qu’il en soit, le lien entre Néolithique méridional et septentrional s’affirme donc aussi par l’intermédiaire des anneaux de pierre, massifs ou discoïdes.

174Enfin la parure la plus originale figurant dans les tombes rubanées du Bassin parisien est le spondyle entaillé en V, présent surtout en Champagne centrale, jusqu’à présent.

175La question des « V-spondyles ». Les trois spondyles entaillés de Vert-la-Gravelle, « Le Bas des Vignes » et Larzicourt « Champ Buchotte » (tombes 4 et 5) forment la concentration la plus occidentale de ce type de parure. Ils pourraient même indiquer l’extension maximale de la civilisation à céramique linéaire dès la phase Rubané moyen en France (fig. 22A).

176Dans la publication de ces objets et des éléments de comparaison, B. Chertier ne s’est pas intéressé à leurs associations avec d’autres matériels et n’a pas pris de parti quant à leur datation. Il s’est borné à rappeler qu’ils pouvaient témoigner de relations commerciales avec l’Alsace, voire au-delà et qu’ils confirmaient l’existence d’un « Danubien de la moyenne vallée de la Marne, et peut-être même d’un “Danubien champenois” », qu’il ne situe pas par rapport aux subdivisions chronologiques du Rubané. Nous avons vu à quel point ces découvertes, loin de « posséder des caractères bien spécifiques » (Chertier, 1985), s’intégrait à tous points de vues dans le faciès rhénan du Rubané moyen, le seul trait original étant représenté par le bracelet en calcaire dur de Vert-la-Gravelle, que B. Chertier n’a comparé qu’aux anneaux de bras du Rössen, pourtant bien plus tardifs (Chertier, 1988), alors qu’il appelle les comparaisons avec le Néolithique ancien méridional. La discussion a été, en revanche, très largement poussée par B. Chertier sur « les hypothèses relatives à l’utilisation des spondyles entaillés », telle qu’elle pourrait être déduite de leur position dans les tombes. Les propositions formulées jusqu’ici : pendeloque, fermeture de vêtement, boucle de ceinture ou ornement, ont été réfutées, au profit d’une « nouvelle hypothèse » : parure de cheveux. Elle est fondée sur la constatation que le V-spondyle a été trouvé quelquefois (notamment à Larzicourt) sur le front ou à proximité de la tête. En fait, sur la vingtaine d’exemplaires connus en Europe, cette position de l’objet n’est certaine que dans un tout petit nombre de cas (Nitra, tombe 2 ; Larzicourt) et inconnue dans la plupart des autres. L’idée que la position au niveau des hanches à Rutzing (tombes 9 et 13) et dans le dos à Sondershausen (tombe 42) puisse confirmer cette hypothèse, sous prétexte que la chevelure ait pu être fort longue, nous paraît... quelque peu tirée par les cheveux, d’autant que les progrès de la taphonomie appellent la prudence quant aux conclusions tirées des emplacements d’objets dans les tombes longtemps après leur enfouissement. En fait, la position de cette parure sur le corps a fort bien pu être variée et sa signification n’est peut-être qu’anecdotique en elle-même. Elle ne nous renseigne pas nécessairement sur son utilisation véritable, comme symbole, puisque sa valeur emblématique dépendait sans doute autant du simple fait de la porter que de l’endroit du corps où elle était affichée. Tous s’accordent d’ailleurs à reconnaître qu’en raison de sa rareté, de sa large diffusion et du soin apporté à son façonnage, techniquement difficile, la parure du type V-spondyle était pour les Rubanés un objet d’une grande valeur, signalant du même coup la position sociale particulière de son détenteur. Qu’il s’agisse de femmes ne saurait non plus être généralisé, les études anthropologiques permettant de l’affirmer étant trop peu nombreuses pour avoir la moindre valeur statistique.

177Il n’existe aucun inventaire exhaustif de ces objets. B. Chertier en a énuméré quinze (Chertier, 1985), soit sept pour la France : Chaumont (Yonne), Vert-la-Gravelle, Larzicourt (Marne : tombes 4 et 5), Merxheim « Breit » (Haut-Rhin), Höhnheim (Bas-Rhin), Mulhouse-Est (tombe 19), deux pour l’Autriche (Rutzing, près de Linz, tombes 9 et 13), deux pour la Tchécoslovaquie (Nitra, tombe 2 et Vejvanovice) et quatre pour l’Allemagne (Sondershausen, tombes 32 et 42, Flomborn et Körner). La liste la plus récente des découvertes de parures en spondyle date, à notre connaissance, de 1985 (Willms, 1985) (fig. 22A). Elle permet d’ajouter à la liste ci-dessus les specimens de Bernburg et Friedensdorf (ex R.D.A.), de Worms-Adlerberg ainsi que Sengkofen et Mangolding (Kr. Regensburg) en Allemagne occidentale, enfin, de Kadan, Zabrdovice et de Prerov-Predmosti en Tchécoslovaquie. Sans prétendre à l’exhaustivité, signalons encore les découvertes d’Esperstedt (Kr. Querfurt, ex R.D.A. : Müller, 1957), d’Ensisheim, « Ratfeld » (Haut-Rhin : Arbogast, Jeunesse, 1990) et de Rixheim, sépulture 19 (Gallay, Schweitzer, 1971 ; Gallay, 1981 ; Arbogast, 1983).

178Les contextes de ces découvertes, quand ils sont connus (notamment la céramique), permettent de situer les V-spondyles au Rubané ancien et moyen (fig. 20 et 21). Cette observation a déjà été faite dès les premières recherches sur cette parure si originale (Buttler, 1938). Cette datation n’est nullement contredite par les découvertes champenoises, dans la mesure où le Rubané moyen est confirmé à Larzicourt et n’est pas contredit par les comparaisons qu’appelle l’ensemble plus original de Vert-la-Gravelle. Les découvertes alsaciennes vont dans le même sens, aucun V-spondyle n’y possédant de contexte sûr du Rubané récent. Toutefois, les valves entaillées sont souvent associées dans les tombes à d’autres types de bijoux, que l’on retrouve aussi bien dans des contextes rubané récent que moyen : perles tubulaires et valves biforées ou évidées, perles discoïdes, que ce soit en Champagne ou en Europe moyenne et centrale (fig. 20 et 21). La carte de répartition des V-spondyles coïncide étroitement, dans ces régions, avec celle de la céramique linéaire, alors que la parure en spondyle est diffusée bien au-delà (fig. 22A), hormis vers l’Ouest. On peut donc considérer que les valves échancrées indiquent la limite de l’extension occidentale du Rubané (entendu au sens strict) dans sa phase moyenne, et donc guère au-delà de la Champagne, dans l’état actuel des découvertes. Une étude exhaustive de la parure rubanée et de sa chronologie relative excède le cadre qui nous est fixé ici. Insistons simplement d’une part sur la datation Rubané moyen des découvertes du Perthois et d’autre part sur la difficulté qui reste posée par la datation exacte de la tombe de Vert-la-Gravelle.

179Le bracelet rainuré. Cet objet de Juvigny diffère des exemplaires du groupe de VSG par le fait que les rainures sont fines. On connaît cependant des anneaux assez hauts, en terre cuite, lisses ou ornés de fines rainures, dans le VSG de TroslyBreuil (Oise) (Diepeven et alii, 1992), et un specimen lisse dans le Cerny des « Sablons » à Etaples (Pas-de-Calais) (Hurtrelle, Piningre, 1978). Mais l’essentiel des cas comparables nous ramène en Alsace, dans des contextes Rubané récent : Eckbolsheim, Kurtzenhouse (Bas-Rhin), Brunstatt, Colmar, Ensisheim, Habsheim-Sud, MerxheimZapfenloch, Rouffach (Haut-Rhin) (Auxiette, 1989 ; Roussot-Larroque, 1990) (fig. 16B, no 5 et 6). Là encore, la corrélation entre le Rubané récent d’Alsace et celui de Champagne s’affirme avec clarté. Mentionnons toutefois le fragment de bracelet à décor de lignes incisées en terre cuite, qui provient de Cuiry-lès-Chaudardes, fosse 311 (maison 330), associé à de la céramique décorée au poinçon bifide et au peigne à trois dents, pivotants, en motif orthogonal (« Les fouilles protohistoriques dans la Vallée de l’Aisne », Rapport d’Activité, nos 7-8, 1979-80, p. 37, fig. 7, no 6), qui constitue avec Juvigny un intéressant relais entre la confluence Aisne-Oise et le Rhin moyen. On est tenté, une fois de plus, de s’appuyer sur ce point commun supplémentaire entre RRBP, VSG et RR, sous la forme d’un objet très spécifique, pour poser l’hypothèse d’un certain chevauchement chronologique entre ces trois faciès de la fin du Néolithique ancien.

Fig. 20. — Comparaisons pour le mobilier funéraire de Champagne : parure en spondyle du Rubané ancien et moyen d’Europe centrale : A. Zabrdovic ; B, C et E. Kadan ; D. Moravsky Krumlov (rég. de Mähren, Tchécoslovaquie) ; F. Flomborn (Rhénanie-Palatinat, Allemagne) (d’ap. Müller-Karpe, 1968).

Fig. 21. — Comparaisons pour le mobilier funéraire : parure en spondyle du Rubané ancien et moyen d’Europe centrale et occidentale : 1. Esperstedt (Kr. Querfurt) ; 2. Friedensdorf ; 3. Ensisheim, « Ratfeld » (Haut-Rhin) ; 4 et 9. Rixheim (Haut-Rhin), sép. 19 ; 5. Worms-Adlerberg (Rhénanie-Palatinat) ; 6. provenance hongroise, non connue ; 7. Nagy Kajdacs (rég. de Tolna) ; 8. Tisza Bura (région de Szolnok) ; 10 et 11. Flomborn (Rhénanie-Palatinat) ; 12. provenance de la région de Tolna ; 13. Merxheim, « Breit » (Haut-Rhin) (d’ap. Buttler, 1938 ; Arbogast, 1983 ; Müller-Karpe, 1968 ; Arbogast, Jeunesse, 1990 ; Müller, 1957).

180L’industrie osseuse. Elle n’offre aucun caractère particulier, étant en outre peu abondante. Nous insisterons simplement, au niveau des comparaisons, sur la présence de poinçons en os dans le viatique de deux tombes : Frignicourt (un poinçon et une sorte de fac simile en calcaire dur) (fig. 17D) et Menneville 1 (fig. 19A). Nous avons cherché les termes de comparaison pour ce rite de dépôt assez particulier : Cuiry-lès-Chaudardes (inhum. d’enfant de la maison 330 : un poinçon), Charmoy (1 poinçon), Villeneuve-la-Guyard (6 poinçons) (fig. 19C), Léry (Eure) (10 poinçons disposés « en botte »), et Jablines (inhum. 40 : 2 poinçons, 1 lissoir). Ce rituel de dépôt d’outils est donc à la fois assez rare et largement dispersé dans le Bassin parisien. Manifestement, il existe aussi bien dans le Rubané récent que dans le groupe de VSG, s’ajoutant aux points communs entre ces deux faciès culturels.

181Outils et armes dans les tombes. Les outils massifs (herminettes simples ou doubles) ne figurent pas dans les tombes du Néolithique ancien du Bassin parisien, ni même dans celles du Perthois, de type pourtant très « oriental ». Le cas le plus occidental de dépôt de ce genre est celui de Marainville-sur-Madon (Vosges), comme on l’a vu, mais d’autres exemples doivent exister en Lorraine septentrionale.

182En revanche, il existe, en Champagne, un exemple de dépôt de flèches, à Frignicourt (1 armature symétrique, l’autre non, toutes deux à base concave : fig. 17D). Le seul cas comparable dans le Bassin parisien est celui d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne, sép. 2 : Gallia P., 1968, t. 11-2, p. 408-409). Il est peu probable que la présence de ces armatures soit fortuite. Sans chercher de comparaisons très loin, signalons la fréquence de ces dépôts dans les tombes d’Alsace, où la présence, parfois, de plusieurs armatures, peu indiquer l’offrande de carquois (Arbogast, 1983).

LA FAUNE

183La faune des habitats rubanés de Champagne a fait l’objet de diverses études approfondies, dont nous tentons ici un aperçu sommaire.

184Les restes osseux de Norrois, « La Raie des Lignes », ont été publiés par Th. Poulain (Poulain, 1986). Moins de la moitié des fragments (308 sur 673) était déterminable. Exprimés en nombre d’individus, ils se caractérisent par une prédominance très nette des espèces domestiques (302 fragments, 20 individus) sur les animaux sauvages (6 fragments, 2 individus). Dans les premières, les ovicapridés dominent (45,45 %), le mouton constituant plus du tiers du total (36,36 %), le porc (27,27 %) étant mieux représenté que le bœuf (18,18 %). Les individus jeunes et très jeunes forment une proportion importante des ovins (3 moutons de 3 à 15 mois pour 5 adultes, dont un d’environ 3 ans), moins forte des bovidés (1 jeune et 3 adultes), plus forte chez les porcins (3 très jeunes, 1 jeune et 2 adultes). Sur les deux chèvres adultes (5 fragments), un individu est âgé. Les animaux sauvages sont un sanglier et un cheval, adultes.

185L’auteur signale une ressemblance avec la faune de Larzicourt, « Ribeaupré » par la prédominance du mouton (36,84 %), alors qu’à « Champ Buchotte », le bœuf domine (45 %). L’étude faunistique de ce site n’est malheureusement pas encore publiée.

186Sur le site d’Orconte, « Les Noues », étudié par R.M. Arbogast (Arbogast, 1989 et 1993), les conditions de conservation des os étaient mauvaises, comme le montrent à la fois l’altération physico-chimique, l’absence de petits ossements et d’ossements d’espèces de faible stature, ainsi que le taux restreint des os déterminables (85 % indéterminés, soit 60 % du poids des vestiges). Le bœuf domine largement (78 % du nombre de restes), par rapport au porc (10,9 %) et aux ovicaprinés (7,3 %). Les espèces sauvages sont très mal représentées : 0,6 % d’auroch et 3 % de cerf. Le pourcentage exprimé en poids des restes ne modifie guère ce tableau général. L’état des vestiges ne permet pas de tirer d’informations suffisantes sur l’âge d’abattage des animaux ou sur la gestion des troupeaux. Il permet seulement de constater une utilisation bouchère, ce qui est fort banal.

187La faune de Juvigny, « Les Grands Traquiers », plus abondante et mieux conservée (8 000 fragments étudiés), apporte des informations beaucoup plus substancielles (Arbogast, 1989 et 1993). On observe tout d’abord une forte représentation des animaux sauvages (30 % du nombre de restes, 60,9 % du nombre minimum d’individus et 65,3 % du poids des vestiges). Il s’agit de l’aurochs (25 %), du cerf (3,4 %), du chevreuil (0,1 %) et du cheval (0,1 %). Dans le contingent des espèces domestiques, on trouve, en position dominante, le bœuf (63,9 % du nombre de restes, 21,7 % du nombre d’individus), puis assez loin derrière les caprinés (3,1 %) et presque à égalité le porc (2,9 %). L’étude biométrique des restes de bovidés a permis à R.M. Arbogast d’exclure l’hypothèse d’un mélange par croisement des populations d’aurochs et de bœuf allochtone.

Fig. 22.
A. Répartition de la parure en spondyle dans le Néolithique d’Europe. Triangles : V-spondyles, points : autres objets, quel que soit leur type, d’ap. Willms, 1985 (carte actualisée pour la France) ; B. Sépultures du Néolithique ancien en moitié nord de la France : a. V-spondyle ; b. anneau-spondyle ; c. spondyle biforé ; d. perle cylindrique (spondyle) ; e. perle trapézoïdale (spondyle probable) ; f. pendentif arciforme en os, dent ou coquillage ; g. anneau plat en schiste ou roche dure (culture de VSG) ; h. anneau massif en roche dure ; i. bague en os ou coquillage ; j. autres objets.
Inventaire des types de découvertes dans les sépultures, par communes (et indépendamment des nos de sépultures ou des lieux-dits) : 1. Menneville ; 2. Pont-Arcy ; 3. Vailly-sur-Aisne ; 4. Cuiry-lès-Chaudardes ; 5. Cys-la-Commune ; 6. Chassemy ; 7. Vieil-Arcy ; 8. Berry-au-Bac ; 9. Maizy-sur-Aisne (Aisne) ; 10. Pontpoint (Oise) ; 11. Vinneuf (Yonne) ; 12. Dijon (Côte d’Or) ; 13. Charmoy ; 14. Escolives-Sainte-Camille ; 15. Champlay ; 16. Chaumont-sur-Yonne ; 17. Chichery (Yonne) ; 18. Marolles-sur-Seine ; 19. Jablines ; 20. Cannes-Ecluse (Seine-et-Marne) ; 21. Villeneuve-la-Guyard (Yonne) ; 22. Montereau ; 23. Vignely ; 24. Château-Landon (Seine-et-Marne) ; 25. Champceuil (Essonne) ; 26. Balloy ; 27. Gravon (Seine-et-Marne) ; 28. Cheny ; 29. Passy (Yonne) ; 30. Frignicourt ; 31. Cloyes-sur-Marne ; 32. Moncetz-l’Abbaye ; 33. Vert-la-Gravelle ; 34. Orconte ; 35. Larzicourt ; 36. Marolles (Marne) ; 37. Romilly-sur-Seine ; 38. Assenay (Aube) ; 39. Ensisheim ; 40. Rixheim (Haut-Rhin) ; 41. La Saulsotte (Aube) ; 42. Höhnheim-Souffelweyersheim (Bas-Rhin) ; 43. Merxheim (Haut-Rhin) ; 44. Dachstein ; 45. Dingsheim ; 46. Entzheim ; 47. Erstein ; 48. Lingolsheim ; 49. Oberschaeffolsheim ; 50. Osthoffen ; 51. Mundolsheim ; 52. Pfulgriesheim ; 53. Reichstett ; 54. Quatzenheim ; 55. Stuzheim (Bas-Rhin) ; 56. Brunstatt ; 57. Habsheim ; 58. Rouffach ; 59. Wettolsheim ; 60. Wittenheim (Haut-Rhin) ; 61. Marainville-sur-Madon (Vosges) ; 62. Luzarches (Val d’Oise) ; 63. Ciry-Salsogne (Aisne) ; 64. Gaillon ; 65. Léry ; 66. Saint-Pierre-la-Garenne, Le Vaudreuil (Eure) ; 67. Armeau (Yonne) ; 68. Moussey (Aube).

188Une grande homogénéité de l’échantillon faunistique a été mise en évidence, la composition pour chaque structure équivalant à celle déterminée pour l’ensemble du site. La caractéristique principale et originale de la faune de Juvigny est de montrer un équilibre entre les ressources alimentaires tirées de la chasse et celles obtenues de l’élevage, avec pour base commune les bovidés (« l’utilisation à des mêmes fins » du bœuf et de l’aurochs « mérite d’être soulignée » : Arbogast, 1989). Ces derniers permettent seuls une étude des âges d’abattage, avec un prélèvement préférentiel d’animaux de moins de 4 ans, qui signifie une utilisation principalement bouchère. Les individus âgés sont peu représentés, sinon absents, parmi les bovidés domestiques, et au contraire abondants chez les aurochs. La chasse apparaît donc comme un complément majeur de l’élevage, dans la stratégie d’approvisionnement en nourriture camée, sur le site de Juvigny. Comme le souligne R.M. Arbogast, il est difficile de dire, faute d’éléments de comparaison, si cette « option résulte d’un choix ou d’une contrainte liée aux limites de l’élevage » (ibid.). On peut également se demander si elle ne reflète pas une certaine spécialisation du site, en relation avec sa position topographique en bordure de la vallée alluviale.

189Par les proportions entre espèces sauvages et domestiques, les sites du Perthois d’une part et celui de Juvigny de l’autre montrent de grandes dissemblances. Alors que les ensembles d’Orconte et de Norrois se rapprochent des données disponibles dans le Nord-Est de la France (Alsace notamment), l’habitat de Juvigny s’avère très original. Il est difficile d’expliquer ces différences, mais la faible quantité de mobilier disponible pour le moment dans le Perthois et le nombre trop restreint des sites fouillés en Champagne signifient nécessairement une représentativité encore très partielle des documents étudiés. On constate ainsi qu’entre Norrois, où le mobilier provient d’une seule fosse, et Larzicourt « Ribeaupré » (5 fosses), la proportion des bovidés diffère sensiblement par rapport aux ovicapridés. En revanche, à Orconte et Larzicourt, « Champ Buchotte », l’importance des bovins se rapproche de celle constatée dans la faune domestique de Juvigny. Des raisons d’enfouissement contingentes des vestiges (zones spécialisées dans les activités bouchères ?) ont dû jouer dans la représentation des restes. Toutes ces questions ne font que refléter l’état liminaire des recherches sur l’habitat rubané en Champagne.

LES DÉCOUVERTES APPARENTÉES AU RUBANÉ ET LES DÉCOUVERTES NON RUBANÉES

190Le Rubané n’est pas la seule culture du Néolithique ancien représentée en Champagne. Nous passerons successivement en revue le Rubané récent du Bassin parisien (RRBP), le groupe de Villeneuve-Saint-Germain (VSG) et quelques indices d’occupations ayant laissé un mobilier qui ne se rapporte en aucun cas au Rubané, même entendu dans un sens large.

LE RUBANÉ RÉCENT DU BASSIN PARISIEN (RRBP)

191L’essentiel des découvertes attribuables à ce faciès provient de fouilles anciennes ou de découvertes fortuites très limitées.

Habitat

192L’habitat d’Ante et ses structures. Le seul habitat du Néolithique ancien fouillé en Champagne avant le développement récent des recherches est celui étudié par G. Chenet entre 1924 et 1926, dans une carrière de l’Argonne, à Ante (Marne). La position topographique du site est assez particulière : sur le rebord de la côte de Champagne, dominant de 20 à 25 m la confluence de la rivière l’Ante, affluent de l’Aisne et du ruisseau de la Garnière. Le substrat est constitué de limons ou loess (0,60 m d’épaisseur) recouvrant des sables gras (0,20 m d’ép.) et des alluvions pleistocènes superposées aux sables verts du Cénomanien. Les structures archéologiques ont été observées immédiatement sous la terre végétale, dans le loess, à mesure de l’exploitation des sables et graviers, par G. Chenet, qui a fourni une publication exemplaire pour l’époque (Chenet, 1926). Le mobilier mis au jour, malheureusement publié d’une façon incomplète, n’a pu être retrouvé dans les réserves du Musée des Antiquités Nationales.

193Les structures, observées sur une superficie de 800 m2 environ, sont au nombre de vingt-cinq. Chenet y a distingué des trous de poteau (0,40 m de diamètre pour 0,60 m de profondeur), des « fonds de cabanes » et des « caves de cabanes » (fig. 24 A et B). Les trous de poteau, presque tous mis au jour en bordure immédiate d’une fosse plus grande, ne peuvent s’intégrer dans aucun plan de construction cohérent. Ils étaient d’ailleurs vraisemblablement plus nombreux sur le site, mais en l’absence d’une problématique adaptée et d’un nettoyage manuel du loess, il est impossible de savoir s’il y avait ou non des maisons de type rubané. Schématiques, les plans et relevés de profil permettent de distinguer : 1) de grandes fosses rondes, à fond plat, de 3 m de diamètre pour 1,20 m de profondeur, avec une partie centrale surcreusée, de profil subcylindrique, laissant une « banquette » périphérique de 1 m de large (fosses P et E) ; 2) des fosses d’un diamètre de 2 m environ pour 0,85 à 1 m de profondeur, à fond plat ou faiblement arrondi, de proportions trop larges pour être interprétables comme silos (structures I et R) ; 3) des fosses cylindriques ou tronconiques faiblement évasées auxquelles ce terme convient fort bien, d’un diamètre de 1 à 1,20 m pour 1 m de profondeur (fosses A, C, F, J, K, L, M, O et Q) ; 4) enfin des fosses plus grandes, mais de profil également tronconique à fond plat (G et H, diamètre : 1,80 à 2 m ; profondeur : 0,80 m) de forme et de dimensions intermédiaires entre celles des silos et celles des grandes fosses rondes. La structure D, de même taille que les silos, possède un profil qui rappelle celui d’un four par la présence d’un petit « couloir en pente douce », mais aucune trace de rubéfaction n’y est signalée.

194Quelques excavations à profil en cuvette pourraient être considérées comme des fosses à extraction (structures B et I : diamètre : 2,25 à 2,80 m, profondeur : 0,80 m). Une seule (N) présente une forme oblongue (cuvette de 3,10 m de long pour 1,90 m de large et 0,50 m de profondeur). Le remplissage est décrit comme une terre noire, plus ou moins charbonneuse, ou brune, sableuse, dans laquelle la densité des vestiges archéologiques est variable. Quelques traces de « foyers » correspondent visiblement à des vidanges de structures de combusion extérieures aux fosses. Les mobiliers ont été perçus comme résidus domestiques laissés par l’occupation directe des structures, dans la mesure où l’on a vu d’emblée dans celles-ci des fonds d’habitations semi-enterrées, pourvues d’un bâti protecteur léger. Celui-ci fut suggéré à Chenet par la présence parfois immédiate d’un trou de poteau. La proximité ou contiguité de certaines structures évoquait aussi une relation de complémentarité entre la « cabane » et son annexe (cave ou silo). Les observations assez précises de Chenet montrent que le mobilier faisait le plus souvent partie intégrante des remblais utilisés pour le rebouchage et que le recours aux fosses comme poubelles semble avoir été occasionnel. Aucune stratigraphie n’est signalée dans les remplissages. Enfin, Chenet mentionne à proximité immédiate des fosses H et J, deux aires circulaires de « terre noire compacte paraissant battue », situées 20 cm sous la surface du sol arable.

195Malgré l’intérêt de la publication, il est difficile d’exploiter les données relatives à ces structures fouillées et relevées en fonction d’un modèle aujourd’hui dépassé, et dont l’iconographie relative aux structures est presqu’indigente, quoique de qualité pour l’époque. On note simplement des analogies avec les silos du Perthois, pour les fosses cylindriques ou de profil tronconique faiblement ouvert, et avec celles de Juvigny, pour les cuvettes rondes ou oblongues de dimensions médiocres, taillées exclusivement dans le niveau loessique.

196Le mobilier archéologique recueilli a été reclassé ici fosse par fosse, mais se limite aux éléments publiés par Chenet, dont nous ne pouvons que reproduire les dessins, en partie déjà utilisés par G. Bailloud (Bailloud, 1964-74) (fig. 23).

197Ante est le seul site RRBP de Champagne dont on connaisse les structures avec un minimum de précision. Les autres découvertes sont beaucoup plus mal circonstancées.

198Autres découvertes. Il s’agit de trouvailles fortuites plus récentes et d’ampleur restreinte : une fosse non décrite à Conflans (Marne : Bailloud, 1964-74, p. 406 ; Lanchon, 1984) (fig. 23, nos 1 et 2) et de la céramique trouvée dans les environs de Vitry-le-François (ibid).

Fig. 23. — Mobilier du site d’Ante (Marne), d’ap. la publication originale de G. Chenet (1926). Les lettres correspondent aux fosses ; 1 et 2, Conflans-sur-Seine (Marne) (d’ap. Bailloud, inédit) ; 3 et 4. Ante, objets hors structures.

Fig. 24. — A. profil des fosses et B. plan du site d’Ante (d’ap. Chenet, 1926) : 1. limite de la carrière au moment de la fouille ; 2. trou de poteau ; 3. silo ; 4. aire rubéfiée ; 5. cave ; 6. fosse atypique ; C. pour comparaison : silo Villeneuve-Saint-Germain de Jablines (Seine-et-Marne), réutilisé en sépulture : D. silo de Moussey, « Roche » (d’ap. Lanchon, 1984 ; Scapula, 1955).

199Dans la moyenne vallée de la Marne, à Chouilly (Marne), les travaux de la déviation ont fait apparaître, en 1975, à l’Est du village et en bordure de la corniche crayeuse dominant la vallée, une couche archéologique constituée de limon brun sus-jacente à un niveau de limon jaune recouvrant la craie. Le mobilier, assez abondant, mis au jour par A. Tourneux, alors objecteur à la Direction des Antiquités Préhistoriques, dans ce niveau où aucune structure particulière n’a été observée, la fouille ayant porté de toute manière sur une surface restreinte, est attribuable au RRBP. Mais, détenu par B. Chertier, il est à ce jour inaccessible. La position topographique du site est intéressante à souligner. Elle se trouve à l’interface de la vallée alluviale proprement dite et du plateau crayeux, c’est-à-dire en position favorable à l’exploitation de terroirs complémentaires et contrastés : la vallée humide aux sols lourds et les terres maigres de la craie. Cette position rappelle celle des habitats du groupe de VSG et du site d’Ante.

200L’habitat des « Hauts de Trainel » à Gumery (Aube) a été attribué tantôt au RRBP (Lanchon, 1984 et 1992), tantôt au VSG (Constantin, 1985). Il comporte en tous cas des éléments typiques du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Les structures n’ont pas été décrites et le mobilier n’est pas connu en association.

201À Saint-Léger (Aube), dans la plaine de Troyes, lieu-dit « la Polie », les ramassages de surface de C. Massin ont fourni un matériel Rubané récent dont nous donnons ici l’essentiel des éléments significatifs.

202Dans le Perthois, à Plichancourt (Marne), deux fosses de construction, dont la fouille de sauvetage est en cours (resp. : Frédéric Dugois) ont livré en surface quelques tessons, dont l’un porte un décor typiquement RRBP.

203Y. Lanchon mentionne (1984, p. 38-39) une découverte fortuite de Châtillon-sur-Marne (Marne), 1.-d. « l’Orme au Bloc ». Une fosse a livré d’abondants vestiges à J. Laroche, en 1975. Les deux seuls vases dont le dessin soit connu n’évoquent pas le Rubané, mais il y aurait une herminette forme de bottier en roche verte dans l’outillage. Ce mobilier, récupéré par B. Chertier, est resté depuis lors inaccessible.

204À Vitry-le-François, enfin, de la céramique RRBP est signalée par G. Bailloud (1964-74, p. 406) et Y. Lanchon, dont « un fragment de col de vase décoré de bandes horizontales pointillées, réalisées au poinçon bifide » (1984, p. 44). Ce mobilier, mis au jour par P. Georgeot, n’a pu être étudié pour les mêmes raisons que celui de Châtillon-sur-Marne.

205Dans les Ardennes, le site des « Auges » à Rethel a fourni un tesson décoré dans le style RRBP et de l’industrie lithique de faciès Néolithique ancien, mais ce site n’est connu que par des ramassages de surface (Lambot, Guérin, 1979).

206La documentation relative au RRBP reste donc très restreinte en Champagne, et nous en présenterons le matériel globalement, catégorie par catégorie.

Les sépultures

207Y a-t-il en Champagne des sépultures proprement RRBP ? La question mérite d’être posée même si les tombes mises au jour avant 1983 ont été classées jusqu’ici dans le RRBP, mais à une époque où celui-ci regroupait des matériaux indifférenciés, partagés désormais entre plusieurs entités culturelles (Bailloud, 1976 ; Villes, 1981 ; Constantin, Demoule, 1981 ; Constantin, 1985).

208Nous verrons plus loin que le statut des tombes de Frignicourt, Cloyes et Moncetz-l’Abbaye mérite discussion, dans la mesure où il est difficile de les situer dans le RRBP plutôt que dans le groupe de Villeneuve-Saint-Germain (VSG). C’est par commodité que nous les avons présentées ici avec le Rubané, compte-tenu de leurs similitudes avec les tombes caractéristiques de cette culture, comme Orconte, Larzicourt ou Vert-la-Gravelle.

209D’une manière générale, on notera que les sépultures du Néolithique ancien, regroupées sous le label trop générique de « danubiennes », présentent de nombreux éléments communs, quelle que soit l’attribution culturelle de leur matériel, lorsqu’il est assez typique. Même si l’on attribue les tombes de Frignicourt, Cloyes, Moncetz et quelques autres non datées faute de matériel et surtout de contexte assez clair (Marolles) au RRBP plutôt qu’au VSG, il faut souligner qu’elles ont en commun avec celles du reste du Bassin parisien (jusqu’ici en contexte RRBP ou VSG) l’absence d’outillage lithique lourd et le caractère très inconstant, voire rare, de l’offrande céramique. Elles partagent ces traits, certes, avec les tombes de Larzicourt et Vert-la-Gravelle, par opposition aux sépultures du Rhin supérieur et moyen. D’autres traits, comme la position contractée sur un flanc, la présence (pas générale) d’ocre, sont trop largement répandus pour revêtir une signification culturelle au sein du Néolithique ancien septentrional. Mais dans le mobilier funéraire du Perthois figurent en particulier des spondyles entaillés en V et des bagues en os, qui font de ces tombes les vrais intermédiaires, par leur position géographique comme par leurs caractères mixtes, entre le Bassin parisien - dont elles occupent la marge orientale extrême - et le Rubané rhénan.

Le mobilier archéologique

210La céramique. L’essentiel de la poterie RRBP de Champagne provient des fosses domestiques d’Ante, dont le matériel semble hélas introuvable au Musée de Saint-Germain-en-Laye. Les dessins de G. Chenet permettent de s’en faire une bonne idée (fig. 23). Les formes sont assez variées : bouteille à col étroit bien dégagé (fosse D), bol hémisphérique, jatte en calotte (fosse B), grands récipients peut-être hémisphériques de facture grossière, à boutons oblongs, imperforés, en position verticale près du rebord (fosse C), vases en forme de « bombe » ou hémisphériques, à bord aminci, portant un col peu élevé, avec un « point d’inflexion » plus ou moins marqué, pour la plupart décorés (fosses B, D, E). Cette céramique fine possède pour éléments de préhension des mamelons perforés, placés au niveau du plus grand diamètre. La description des aspects techniques par Chenet est très précise. Deux types de production sont distingués. La première est « culinaire », à paroi « très épaisse », constituée par des récipients souvent de grand module, « très bien cuits..., la plupart noirâtres, grisâtres ou jaunâtres, quelques-uns roses, d’autres même d’un très beau rouge brique » et à dégraissants « en majeure partie quartzeux » (Chenet, 1926, p. 124-125). La poterie fine se caractérise par « deux types de pâte : l’une grisâtre intérieurement et assez rugueuse encore à cause des nombreux éléments sableux qu’elle contient... » et qui semble comporter une sorte d’engobe, « l’autre plus lisse, plus onctueuse, lustrée, d’une belle teinte brune ou noire ». Cette classification est malheureusement incontrôlable, mais elle reste très fiable sachant la connaissance approfondie de la poterie qu’avait Chenet dès cette époque. Elle rappelle les trois classes proposées ci-dessus pour la céramique de Juvigny.

211L’ornementation est variée, mais un seul vase est assez complet pour permettre de voir l’organisation générale du décor : impressions au peigne à quatre dents sous le bord, motif principal et secondaire de chevrons au peigne à nombreuses dents, sous forme de bandes obliques non jointives à leur sommet. Dans les autres cas, l’organisation orthogonale domine, au poinçon bifide, vraisemblablement pivotant (fosses D et N), en triples sillons (fosse B), ou se combinent à de larges dents de loup (fosse N), les bandes verticales étant alors assez courtes, en motif secondaire. On trouve encore des chevrons horizontaux incisés, combinés au pointillé à trois dents sous le bord (fosse D), et des bandes au peigne à quatre dents segmentées, tantôt en motif sous le bord (fosses D, E, H et I), tantôt associées, dans le décor principal, à des bandes verticales incisées (fosse D). Des sillons en chevron, ou simplement obliques et s’associant parfois à des sillons horizontaux, semblent plus caractéristiques de la poterie grossière ou semi-fine que des vases fins (fosses C, H et R). Hormis le décor orthogonal au poinçon bifide, il est difficile de savoir avec certitude si la technique pivotante fut utilisée ou non à Ante. C’est fort probable, notamment pour les décors orthogonaux complexes, au peigne à dents multiples, mais les dessins et la description ne permettent pas d’en juger.

212Deux autres sites ont fourni en Champagne de la Céramique RRBP. D’une part Conflans-sur-Seine (Marne), dans une carrière de la vallée alluviale, un peu en aval de la confluence Aube-Seine : fragments de rebords, l’un à deux rangs horizontaux au poinçon bifide, l’autre à deux lignes pointillées et chevron incisé (Bailloud, 1964-74, p. 406 ; Lanchon, 1984, p. 97), et d’autre part Rethel, « Les Auges » (Ardennes) ; fragment de partie haute de vase en forme de bombe, à bande au peigne à trois dents sous le bord et motif orthogonal (ligne horizontale au poinçon bifide, bandes verticales au peigne à trois dents) (fig. 26). Ce décor est certainement pivotant, à en juger par le dessin (Lambot, Guérin, 1979, fig. 6). A Rethel, d’autres matériels, récupérés eux aussi par ramassage de surface, sont attribuables au groupe de VSG, dont nous allons reparler. Le site des « Auges », fréquenté sur une longue période, occupe une pente dominant l’Aisne et délimitée côté nord par le ruisseau du Bourgeron. Cette position topographique diffère de celle des habitats rubanés de la Marne, mais rappelle celle du RRBP d’Ante et de Chouilly.

213À Gumery, « Les Hauts de Traînel » (Aube), que nous plaçons ici dans le RRBP, sans prendre à ce sujet de parti catégorique, le décor, exécuté presque systématiquement selon la technique pivotante, n’est connu dans son organisation générale que pour deux vases, l’un orné au poinçon bifide : guirlandes couvrant une large partie de la panse et combinée à trois bandes horizontales sous le bord, l’autre au peigne à quatre dents : petites guirlandes associées à des bandes triples, horizontales sous le bord et verticales sur la panse (motif orthogonal), segmentées, à l’exception de la bande axiale du motif orthogonal (fig. 25A). On retrouve ce système au peigne à quatre dents pour une double bande horizontale sous le bord, combinée à des guirlandes concentriques plus importantes. Dans les autres cas, le pointillé pivotant, à trois ou quatre dents, s’organise en bandes simples, doubles ou triples sous le bord, associées à des bandes tantôt obliques (chevrons ?), tantôt verticales.

214Sur ce site, la technique du sillon est minoritaire (deux tessons), apparemment organisée en chevrons ou bandes obliques, et margée dans un cas par un motif au poinçon bifide non pivotant, d’un style que nous rattachons au Rubané « vrai », illustré par le site de Juvigny (fig. 25A, no 5)

Fig. 25. — Mobilier RRBP et du groupe de Villeneuve-Saint-Germain et trouvailles diverses de l’Aube : A. Gumery, « Les Hauts de Trainel » ; B. 1 et 2. armatures à base concave de Landreville ; 3, 4 et 5. céramique Hoguette, Rubané moyen ou récent et Limbourg de Saint-Léger, « La Folie » ; C. anneau plat en roche dure de Romilly-sur-Seine (d’ap. Tappret, Villes, 1989).

Fig. 26. — Rethel, « Les Auges » (Ardennes) ; échantillonnage du mobilier provenant de ramassages de surface (d’ap. Lambot, Guerin, 1979).

215Ce style, comme on l’a dit, est également présent à Saint-Léger, « La Folie » (Aube), où figure aussi un fragment de décor pivotant, probablement RRBP, mais peu lisible.

216L’industrie lithique. Elle n’est connue que pour le site d’Ante. Y. Lanchon mentionne en effet à Conflans-sur-Seine des lames, des grattoirs sur lame à front rectiligne et curviligne, une armature de flèche asymétrique, mais cet ensemble est inédit (ibid., p. 97).

217Chenet insiste, pour Ante, sur la pauvreté de l’outillage en silex malgré l’abondance des éclats ou déchets : armature triangulaire asymétrique, trois petits grattoirs sur bout de lame et à front curviligne, dont un unguiforme, une grande lame. La matière première semble avoir été variée : silex noir ou veiné de gris (débité sur place, comme en témoignent « plusieurs nucléus »), silex « jaunâtre ou brun clair de la craie », silex « tertiaire de meulière » (ibid., p. 130). Par contre, l’outillage poli en roche tenace est plus riche : quatre herminettes plates (et non cinq selon Lanchon), une seule incomplète. La détermination des roches correspondantes reste assez vague : « grès fin, verdâtre, très probablement vosgien », « amphibolite schisteuse (actinote) », « grès fin, gris clair », où certains ont voulu voir de l’aphanite (Pétrequin, 1974 ; Piningre, 1974), ce qui reste en définitive sans certitude.

218L’industrie de Chouilly (Marne) est inaccessible, comme le reste du matériel.

219L’industrie de Gumery (Aube) est restée inédite et nous n’avons encore pu y accéder.

220Dans les ramassages de surface de C. Massin, à Saint-Léger (Aube), figurent quelques éléments de typologie rubanée (au sens large), qu’il convient de signaler ici, malgré l’absence d’association fiable avec le matériel céramique : grattoirs en bout de segment de lame, burin sur cassure sur lame, troncatures obliques sur segments de lames, ainsi qu’une forme de bottier, publiée par B. Chertier (1974).

221La parure. On ne peut à ce jour rapporter en toute certitude au RRBP en Champagne qu’un segment d’encrine perforée, trouvée sur le site d’Ante (fosse E). Un test de bivalve, fossile, spondyle ou plus vraisemblablement pecten, a été travaillé, mais il est difficile d’y voir une pendeloque, en l’absence de moyens ou de traces visibles de suspension (fosse B).

222Une perle sur plaquette trapézoïdale de spondyle, provient d’un ramassage de surface d’Asse nay, « Champ l’Ile » (Aube) (Chertier, 1974), mais peut appartenir aussi bien au Rubané stricto sensu qu’au RRBP, voire au VSG, aucun contexte ne permettant de trancher.

223Comparaisons. L’élément le plus significatif, la céramique, s’intègre parfaitement dans le répertoire du RRBP. On retrouve à Ante, principalement, les motifs orthogonaux, les chevrons au peigne à dents multiples, les bandes segmentées encadrant des sillons, les dents de loup en motif sous le bord et la technique pivotante, tels qu’ils figurent à Cuiry-lès-Chaudardes, entre autres (Soudsky et alii, 1982 ; Constantin, 1985 ; Villes, 1981). Un élément plus original est fourni par les petites guirlandes au peigne de Gumery, « Les Hauts de Traînel » (Aube). Ce motif, non représenté à Ante, existe en contexte RRBP, en particulier à Cuiry-lès-Chaudardes (Constantin, 1985). On le retrouve aussi dans le groupe de VSG, qui est d’ailleurs représenté sur le site : Écures (Loir-et-Cher), Champs (Yonne) (Villes, 1981). Toute la question serait ici de savoir s’il est légitime de séparer ces deux cultures aussi nettement qu’on le fait. Certes, il n’y a pas de caractères proprement VSG à Ante, situé nettement plus à l’Est que Gumery, et dont le matériel, assez restreint, est peut-être peu représentatif du RRBP en Champagne. Par ailleurs, nous manquons jusqu’à présent dans cette région d’ensembles céramiques importants et nombreux permettant de discuter des rapports entre RRBP et VSG, sans se reporter aux autres sites du Bassin parisien.

224L’industrie lithique, pauvre à Ante, appelle peu de commentaires. Tous ses éléments : grattoirs en bout de lame, armature triangulaire asymétrique à base concave, lames d’herminettes épaisses ou plates, sont de type banal et se retrouvent aussi bien à Juvigny que dans l’Aisne, l’Yonne ou la Seine moyenne, ainsi qu’en Alsace-Lorraine et au-delà. Ils figurent également sous la même forme dans la culture de Blicquy-VSG.

225En ce qui concerne les structures d’habitat, les comparaisons possibles se limitent aux fosses.

226Notons l’analogie entre les ensembles de Juvigny et Ante, où ces structures, assez denses, ne semblent avoir accompagné aucune maison, ce qui n’exclut nullement qu’il y en ait eu à quelque distance.

227Parmi les fosses d’Ante, les plus larges, à profil en baquet, évoquent de petites caves. On ne leur connaît guère d’homologues dans le Bassin parisien.

228Les autres excavations, à profil cylindrique ou faiblement évasé, sont très probablement de petits silos. Si l’on ajoute la fosse de Moussey, « Roche » (Aube), plus grande, mais de même type, qui est signalée ci-dessous dans le groupe de VSG, il faut souligner la fréquence de l’ensilage souterrain dans le Néolithique ancien de Champagne (hg. 24C, no 2). Sans exclure qu’il puisse s’agir, ici ou là, de fours « polynésiens », on les rencontre sur tous les sites : au Rubané moyen et récent « classique » (Norrois, Écriennes, Orconte, Larzicour) et dans le RRBP (Ante, et, dans l’Aisne, Cuiry-lès-Chaudardes, entre autres). La technique de l’ensilage souterrain est manifestement aussi ancienne que l’agriculture. Les silos ne sont pas rares dans le Rubané. Sans aller jusqu’en Tchécoslovaquie (Bylany), signalons les découvertes alsaciennes (Quatzenheim : Wernert, 1948 ; Dachstein : Wernert, 1960). Parmi les découvertes plus récentes, il faut mentionner les structures si comparables, par leur forme et leur volume, du site des « Pichelots » aux Alleuds, en Maine-et-Loire (Gruet, 1991), qui appartiennent à un Néolithique ancien Cardial (structure no 479) et apparenté à l’ASP et au VSG (nos 495 et 478) (Gruet, 1991).

229La fosse VSG ou ASP de Moussey, plus grande que les petits silos d’Ante, est comparable à celles de Jort (Calvados) et Jablines (Seine-et-Marne) (hg. 24C, no 1), qui sont de la même période (Lanchon, 1984).

LE GROUPE DE VILLENEUVE-SAINT-GERMAIN

230La Champagne n’a livré à ce jour aucun ensemble important du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Il est probable que des fouilles de sauvetage urgent ne tarderont pas à en révéler. 11 existe en effet des mobiliers provenant de découvertes fortuites ou de sauvetages restreints. Compte tenu des points communs entre le VSG et le RRBP et dont nous discuterons plus loin, la distinction n’est pas toujours aisée, lorsqu’il s’agit de petits lots de mobilier.

L’habitat

231L’habitat VSG en Champagne n’apparaît pas seulement dans les fonds de vallées, comme les découvertes modestes de Juvigny, « Le Pré le Cerf » (inédit), Chouilly (Lanchon, 1984), Tourssur-Marne (découverte M. Lenoble, inédit) ou Fagnières (Bailloud, 1964/74). Ces dernières, fosses dont le contexte est inconnu ou niveaux d’habitat, se présentent dans des conditions comparables à celles du Rubané et s’échelonnent dans le val de la Marne, entre Châlons-sur-Marne et Epernay. Mais deux sites, « Les Hauts de Trainel » à Gumery et « Le Tiergé » à Rosières-prèsTroyes (Aube), présentent une situation topographique différente, comme les ensembles RRBP d’Ante ou Chouilly. Dans le premier cas, il s’agit d’une légère pente orientée à l’Ouest et dominant un cours d’eau secondaire (l’Orvin) et dans le second cas, d’un versant tourné vers le Sud, à faible distance d’un ruisseau au cours marécageux (le Triffoire) (Coudrot, 1980). Cette position à quelque distance des vallées principales n’est pas sans rappeler celles des habitas RRBP d’Ante et Rethel, ce dernier (« Les Auges ») recélant en outre une occupation VSG importante, signalée par un tesson, de l’industrie lithique malheureusement impossible à classer entre le RRBP et le VSG et, surtout, des débris abondants de fabrication d’anneaux plats en schiste.

232Aucun plan d’habitation VSG n’est encore connu en Champagne. Les seules structures ayant fait l’objet d’une description publiée appartiennent au site de Rosières : un « sol » représenté par une légère dépression aux contours irréguliers, orientée S.E./N.O., longue de 9,50 m et large de 1 à 2 m, cernée par une série désordonnée de trous de piquets et d’autre part une fosse à profil en cuvette (fosse H), d’un diamètre de 4,80 m pour 0,50 m de profondeur, à demi-dégagée. Leur organisation évoque des fosses de construction encadrant une maison. Non suspectée, celle-ci n’a de doute façon pas été rendue accessible par les conditions de sauvetage.

233À Juvigny, « Le Pré le Cerf », six fosses d’aspect lenticulaire et de faibles dimensions (0,60 à 1,20 m de diamètre) ont été observées, entaillant faiblement le substrat limoneux jaune (profondeur : 0,05 à 0,35 m) et remplies d’un limon gris-brun comparable à celui constituant la couche archéologique (ou paléosol ?) intercalé entre la terre végétale et le substrat (sauvetage A. Villes, 1973-75, inédit). Deux d’entre elles, comportant des traces d’action de la chaleur, peuvent avoir correspondu à la base d’un four ou d’un foyer.

234Rappelons pour finir la découverte de Moussey (Aube), dans le val de la Seine : une grande excavation à prohl en tonneau (2,60 m de diamètre pour 2 de profondeur), comportant un remplissage stratihé (Scapula, 1955), et dont la céramique peut être attribuée soit au VSG, soit au groupe d’Augy-Sainte-Pallaye (Tappret, Villes, 1989) (hg. 24C, no 2). Il s’agit manifestement d’un silo, que l’on peut comparer à ceux décrits plus haut dans le Rubané moyen et récent.

Les sépultures

235Parmi les tombes attribuées jusqu’ici au Rubané, certaines présentent quelques points communs avec celles du groupe de VSG, comme Frignicourt, Moncetz-l’Abbaye ou Norrois, soit par la présence d’anneaux plats (Frignicourt), soit par le caractère ubiquiste de leur mobilier (perles rondes et plates). Nous y reviendrons.

236Les sépultures indiscutablement VSG ne sont pas encore signalées en Champagne hormis, tout récemment, une découverte ancienne, passée inaperçue, et que nous avons retrouvée au Musée de Troyes (Tappret, Villes, 1989, p. 80). Il s’agit d’un bracelet plat en roche verte, provenant de Romilly-sur-Seine (Aube) (fig. 25C). Il enserre encore, engagés dans une gangue de terre gravillonneuse, des segments d’os d’un avant-bras (don Kaufmant, 1897). Rien ne s’oppose à l’interprétation de cette découverte comme sépulture du groupe de VSG, probablement issue d’une carrière de la vallée alluviale de l’Aube ou de la Seine, dans la zone de leur confluence.

237D’autre part, une double inhumation d’enfants, dont l’âge de décès est estimé à 3 ans pour « le plus grand », a été fouillée à Moussey, « Beaulieu » en 1975 par J. Scapula dans une sablière. La fosse, orientée E.-O., mesurait 2 x 0,9 pour 0,11 m de profondeur sous la terre végétale. Elle était donc nettement plus grande que nécessaire. Un enfant gisait au centre, tête à l’Est, face tournée vers l’Ouest, en position moyennement contractée (membres inférieurs à angle droit, membres supérieur en extension le long du buste). Une inhumation infantile avait auparavant fait l’objet d’une réduction, les petits os étant placés sur le fond, immédiatement à l’Est du crâne de l’autre corps. La datation de cet ensemble laisse perplexe, en l’absence de dépôt funéraire non périssable, hormis une coquille du genre helix, sur la poitrine, mais non perforée. J. Scapula n’attribue la tombe à l’Âge du Bronze que par similitude avec le mobilier du silo de « Roche » toute proche, qu’il datait intuitivement de cette période, et qui est en fait du Néolithique ancien VSG ou Augy-Sainte-Pallaye. Bien que creusée dans la terrasse alluvionnaire, la tombe était comblée par de la terre « grasse, cendreuse avec des déchets de silex taillés et éclatés plus ou moins noircis par le feu, des esquilles d’os d’animaux... et des tessons de poterie » (Scapula, 1975, p. 27-28). Parmi ces derniers, figurent un bord et deux fragments ornés d’une bande de pincements tout à fait dans le style VSG. Le rapprochement avec le silo semble donc pertinent, mais ce matériel visiblement résiduel suffit-il à dater la fosse ? Un décapage du secteur, s’il est encore possible, permettrait peut-être de le vérifier par une meilleure connaissance du contexte.

Le mobilier archéologique

238La céramique. Les formes en bombe à pâte fine et bien cuite, sans dégraissant visible et analogues à celles du RRBP, sont connues à Chouilly, Rosières, Gumery et Fagnières. Elles sont souvent décorées. Les bouteilles sont mal représentées (Gumery ?). Des récipients à parois plus épaisses, de forme semble-t-il globuleuse, avec un col peu élevé sans « point d’inflexion » marqué sont reconnaissables à Gumery et Rosières. Enfin, la poterie grossière semble comprendre surtout des jarres semi-ovoïdes comportant de gros mamelons imperforés ou des languettes à leur partie supérieure (Chouilly, Rosières). Les autres éléments de préhension consistent en mamelons perforés et en boutons coniques, placés au niveau du diamètre maximal des poteries fines ou semi-fines.

239D’après les descriptions, les surfaces, la cuisson et les teintes sont comparables à celles de la céramique Rubanée ou RRBP.

240L’ornementation n’est guère abondante que sur le site de Gumery, dont la céramique fine et décorée est décrite ci-dessus et dont l’attribution au VSG plutôt qu’au RRBP est délicate. Par similitude avec Ante, nous avons opté, ci-dessus, pour la deuxième solution (fig. 25A). Il est cependant difficile de trancher, tant que la question posée par les grandes parentés de la thématique et de la technique ornementales entre ces deux faciès culturels et leurs différences fort nettes par rapport au Rubané « vrai », illustré entre autres par le site de Juvigny, dans la Marne, n’aura pas été résolue.

241À Rosières, les seules ornementations représentées consistent en impressions ou en coches sur le bord de récipients grossiers, et en incisions verticales, peut-être au peigne, sur la partie haute d’un vase assez fin (fosse H).

242Mais c’est sous sa version « platique » que le décor VSG s’exprime le plus clairement en Champagne jusqu’à présent. Sur le site de Gumery, signalons, d’après Constantin (1985), quelques fragments de bandes de pincements tendues en V entre les anses et le bord de grands vases (fig. 25A, no 13). Un décor de ce type, combiné à de fines encoches sur le bord, figure sur un tesson ramassé par nous, hors structure, en 1990 dans une carrière de la vallée alluviale de la Seine à Rilly-Sainte-Syre, lieu-dit « Le Grenat » (Aube). Les cordons lisses existent aussi à Gumery (Constantin, 1985). Ils constituent l’essentiel du décor représenté par un petit lot de céramique

243Le site de Chouilly, qui semble homogène dans la mesure où le mobilier proviendrait d’une fosse éventrée par les labours, se caractérise seulement par des décors plastiques sur poterie grossière : mamelons peu saillants en ligne unique sous le bord et double rangée de grosses dépressions en cupules (Lanchon, 1984).

244À Juvigny, « Le Pré le Cerf », le matériel céramique n’est homogène que dans un petit secteur, qui en a fourni très peu. Ailleurs, il est mélangé, dans un niveau limoneux grisâtre immédiatement sus-jacent au substrat de limon de débordement jaune, avec de la céramique du Néolithique moyen et des occupations protohistoriques. La seule forme complète porte un décor de sillons ondulants au peigne (Villes, 1979) et montre une technique qui permettent de le classer dans un faciès du Cerny plus particulièrement présent en Picardie, dans la moyenne vallée de l’Aisne (Constantin, 1985). Les autres éléments de décors se limitent à des encoches sur le bord, des mamelons sur la lèvre, des pastilles collées, des coups de poinçon, des cordons lisses.

Fig. 27. — Mobilier de la fosse-silo de « Roche » à Moussey (Aube) (d’ap. Tappret, VILLES, 1989).

245Le silo de « Roche » à Moussey (Aube) a fourni un petit contingent de céramiques, dont le seul décor est plastique : cordons lisses organisés en écusson et combinés à un cordon horizontal partant d’une anse et rejoignant un mamelon sur le rebord (Tappret, Villes, 1989) (fig. 27, no 1). C’est là un motif typique du « groupe d’Augy-Sainte-Pallaye ». La faible quantité de matériel empêche ici de savoir si l’absence de décor de pastilles au repoussé est due ici au hasard ou à l’appartenance à un horizon plus ancien.

246L’industrie lithique. Elle n’est pas connue, en ce qui concerne le site de Gumery, la collection Lapôtre (au Musée de Sens) n’étant pas accessible.

247Sur le site de Juvigny, « Le Pré le Cerf », l’étude du mobilier n’est pas suffisamment avancée pour permettre de distinguer entre le lithique du groupe de VSG et celui du Néolithique moyen sur des critères autres que typologiques. Le mobilier de plusieurs occupations est en effet dispersé dans une couche humique de 30 cm d’épaisseur entre la terre végétale et le sous-sol de limon jaune. Signalons toutefois une armature triangulaire à base concave et retouche inverse plate, ainsi que quelques burins sur lame, qui ne peuvent être mis en relation avec aucun vestige d’occupation rubanée ou plus tardive (secteur 2 de la fouille). La matière première, silex de la craie dominant et silex tertiaire, se présente sous la même forme que dans l’habitat rubané des « Grands Traquiers », distant de 2 km environ à vol d’oiseau vers le Nord-Est.

248À Chouilly, le silex semble être également celui du Sénonien (« bleu-gris à bleu-noir, à patine blanche » : Lanchon, 1984). Le débitage laminaire domine, avec une exploitation systématique du matériau, comme en témoignent deux nucleus. L’outillage comprend des grattoirs sur extrémité de lame et sur éclats, à front rectiligne ou hémi-circulaire, une probable armature de faucille (troncature oblique sur lame), des perçoirs sur lames, un racloir sur éclat sub-rectangulaire et une lame à troncature droite et bords esquillés. À noter : une feuille de gui tardenoisienne, premier exemplaire signalé dans un secteur où le Mésolithique est jusqu’ici représenté par le seul site de Saint-Martin-sur-le-Pré (Marne), situé 15 km plus en amont dans la vallée.

249L’ensemble lithique le plus important et le seul fiable, dans la mesure où la fouille garantit son homogénéité, est celui de Rosières-près-Troyes (Aube). Le « sol néolithique » a livré un trapèze sur lame, asymétrique et allongé, à retouche abrupte de la base et du petit côté, ainsi qu’une série de douze grattoirs : deux sur extrémité de lame, deux sur éclat long, les autres sur éclats courts ou très courts, parfois très petits, souvent corticaux. Les trois nucleus signalés sont à débitage de lames et lamelles. La fosse H quant à elle comportait un mobilier lithique assez pauvre, où domine ce même débitage, avec pour seul outil un perçoir à retouches abruptes.

250Aucun site champenois supposé VSG n’a fourni, à notre connaissance, d’outillage en roche dure.

251À cette liste limitée et sommaire, on peut ajouter la petite série livrée par le silo de « Roche » à Moussey (Aube), et qui accompagnait de la poterie ornée de cordons lisses, dans la mesure où son appartenance au VSG est possible (fig. 27, nos 7, 9, 11 et 14). Elle se caractérise par l’importance de l’outillage « lourd » : deux tranchets, un ciseau, un fragment d’outil poli. C’est, avec les fragments de haches polies signalés à Orconte et Juvigny, le premier témoignage du faciès technique « campigien » dans le Néolithique ancien de la région.

252L’industrie de l’os. Elle n’est représentée qu’à Moussey (silo de « Roche »), si l’on intègre ce site dans le VSG : un gros poinçon, un poinçon fin, une petite spatule, ainsi qu’une « perle » en bois de cerf, tête de flèche à oiseau, qui est l’exemplaire le plus ancien que nous connaissions dans le Néolithique du Bassin parisien (Tappret, Villes, 1989) (fig. 27, nos 8, 10, 12 et 13).

253La parure. L’essentiel de la parure est figuré par des anneaux plats, en schiste ou roche schisteuse. Ils sont signalés sur les sites de Gumery, Rethel, Tours-sur-Marne et Fagnières. Sur ce dernier, figure aussi un bracelet rainuré, de faible épaisseur (une seule rainure). Le specimen de la tombe de Romilly-sur-Seine est plus large et un peu plus épais que ceux en schiste. Taillé peut-être dans de la muscovite, il est soigneusement poli. À cette liste, ajoutons deux fragments de bracelets plats, en schiste, de Crenay, l.-d. « La Bouloie » (Haute-Marne), mais dont l’attribution chronologique reste incertaine. Ils proviennent d’un ramassage de surface où plusieurs phases du Néolithique sont représentées, une seule armature de flèche (scalène à base concave à retouche inverse plate) témoignant d’une occupation au Néolithique ancien (Amiot, 1985). Enfin, la datation des fragments d’anneaux et des chutes de fabrication de Rethel, « Les Auges » (Ardennes) est moins délicate, malgré la mauvaise connaissance du contexte, faute de fouille (Lambot, Guérin, 1979). L’abondance relative des éléments lithiques rattachables au Néolithique final ne suffit pas pour exclure une appartenance de ces bracelets au Néolithique ancien, mais ce dernier n’est représenté que par de rares tessons, dont un à décor RRBP et un autre VSG. En outre, la présence d’un arciforme biforé ne doit pas faire illusion ni laisser croire que l’atelier ne livrait que ce type là de parure (fig. 26). Il s’agit plus vraisemblablement d’une pièce de bracelet articulé que d’une pendeloque Seine-Oise-Marne. On en connaît dans le VSG, avec le même dispositif d’assemblable en demi-queue d’aronde (Jablines) (fig. 17B), et les arciformes biforés existent sous forme de pendentifs dans le Néolithique ancien du Bassin parisien (Villes, 1990). En l’absence du moindre atelier de bracelets en schiste au Néolithique récent ou Chalcolithique dans la moitié nord de la France, alors qu’ils sont connus en contexte VSG où par ailleurs cette parure est franchement abondante, il nous semble que la découverte de Rethel ne peut se rattacher qu’à cette période.

254Les anneaux plats de Champagne répondent parfaitement à la typologie proposée par C. Constantin pour ceux qui proviennent de contextes VSG (Constantin, 1985).

255À « Roche », commune de Moussey (Aube), le silo attribué au « groupe d’Augy-Sainte-Pallaye » (ASP) ou au VSG a fourni, en outre, un lame d’ivoire de sanglier incomplète, mais qui appartient très vraisemblablement à un grand pendentif arciforme biforé.

256Enfin, le mobilier qui accompagnait les éléments de bracelets de Tours-sur-Marne, mis au jour dans une carrière de la vallée alluviale par M. Lenoble, n’est malheureusement pas accessible (confiscation Chertier).

257Un autre type de parure VSG a été reconnu en Champagne : une perle ronde et plate, en calcaire, à perforation bitronconique, qui provient du « sol néolithique » de Rosières-près-Troyes (Coudrot, 1980). Des « perles discoïdales en coquille » sont signalées à Gumery (Lanchon, 1984).

258Autres données. Nous ne pouvons rien dire de la faune mise au jour sur les sites VSG champenois. Elle n’est ni mentionnée dans les publications, ni étudiée.

Comparaisons

259La céramique. La céramique VSG, du fait de sa relative pauvreté dans l’état actuel des découvertes régionales, ne se prète qu’à peu de comparaisons. L’essentiel se limite au décor plastique, qui ne se distingue en rien de la thématique rencontrée en d’autres points du Bassin parisien : pincements, incisions sur le bord, cordons lisses. Une énumération fastidieuse serait donc inutile ici. Le seul motif original est celui de Moussey. Il s’agit de deux cordons fixés de part et d’autre d’une anse, l’un en guirlande tendue sur un bouton appliqué à la lèvre, l’autre horizontal (fig. 27, no 1). C’est là une variante intermédiaire entre le motif scutiforme simple (dit aussi « en V ») et celui combiné à un cordon horizontal, assez rare dans le Bassin parisien, en tous cas sous forme plastique (signalons Sonchamp, dans les Yvelines et, plus loin, en contexte cardial atlantique, Ligueil, en Indre-et-Loire) (Tarrête, Degros, 1984 ; Schoenstein, Villes, 1990). Le rapprochement s’impose ici avec les motifs analogues, mais à nervures multiples et plus fines, du groupe de Chambon, centré sur le Sud-Ouest du Bassin parisien et le Poitou (Villes, 1987a ; Prudhomme, Villes, 1989). C’est là un indice en faveur d’une datation tardive de la fosse de Moussey (ASP plutôt que VSG, si toutefois ces deux groupes ne sont pas contemporains), en accord avec la présence du faciès technique « campignien » dans l’industrie Ethique associée. Le motif en « rouflaquettes » (ou écusson élargi à la guirlande axée sur une anse) existe aussi dans l’Aube, à Fontaine-Mâcon, en cordon épais sur un vase orné de gros boutons sous le bord (Tappret, Villes, 1989), dont le contexte n’est pas connu.

260Il faut insister ici sur les guirlandes poinçonnées concentriques de Gumery (fig. 25, no 4). Sous cette forme, au poinçon bifide ou au peigne pivotant, ce motif n’existe guère que dans des contextes VSG ou hors contexte tout à fait fiable ; Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Montignysur-Loing (Seine-et-Marne), Champs et Villeneuve-la-Guyard (Yonne), ainsi que dans le groupe de Blicquy (Irchonwelz, Blicquy, Ormeignies) (Constantin, 1985 ; Lanchon, 1992). Ce vase de Gumery pourrait donc provenir de la même occupation que les tessons à cordon lisse, bien que ces deux types de décors ne soient pas associés avec certitude dans les ensembles VSG, ce qui a poussé à considérer les motifs plastiques comme tardifs par rapport au poinçon ou peigne pivotant (Lanchon, Constantin, 1992).

261Le lithique. Aucun ensemble conséquent et assurément homogène ne figure pour l’instant en Champagne. Les quelques éléments du secteur 2 de Juvigny, « Le Pré le Cerf » rentrent dans la gamme VSG : lames retouchées, burin simple, armature triangulaire à base concave. Les éléments fournis par la fosse de Chouilly (Lanchon, 1984) sont trop peu abondants pour appeler des comparaisons. Signalons simplement que dans l’industrie ramassée en surface du site de Rethel. « Les Auges » (Ardennes), figure une abondante série de burins sur lames et quelques troncatures obliques, dans le style VSG/RRBP (fig. 26). Une attribution au VSG paraîtra d’autant plus vraisemblable que le site a fourni de nombreux témoins d’une activité de fabrication d’anneaux plats en schiste.

262La parure. La seule parure assurément VSG en Champagne est représentée par quelques anneaux plats, en schiste ou roche schisteuse (par ex. Rethel : fig. 26). Leur typologie ne déroge en rien aux caractères propres à ces anneaux dans le VSG-Blicquy (Constantin, 1985) et qui viennent d’être précisés (Auxiette, 1989).

263Le seul specimen rainuré (rainure simple) est celui de Fagnières (Marne). Les pièces à rainures multiples ne figurent pas encore parmi les découvertes champenoises. Cette variante n’existe qu’en terre cuite et en contexte Rubané classique, comme on l’a vu plus haut (Juvigny).

264La seule parure originale est l’anneau large et plat, régulier, en roche verte, qui provient d’une sépulture trouvée anciennement à Romilly-surSeine (Tappret, Villes. 1989) (fig. 25C). Nous en avons déjà souligné l’intérêt ci-dessus, à propos de l’anneau de calcaire de Vert-la-Gravelle (Marne) et des bracelets épais en roche dure dans le Néolithique ancien tant méridional que septentrional. Les exemplaires morphologiquement les plus proches proviennent de Villeneuve-la-Guyard (Yonne : Mordant, 1980) et de la sépulture de Germignac (Charente-Maritime : Gaillard, 1984).

LE MOBILIER NON RUBANÉ

265Divers vestiges, principalement céramiques, proviennent soit d’habitats rubanés, soit de sites sur lesquels le RRBP ou le VSG est représenté.

La céramique du Limbourg (ou CL)

266Les découvertes champenoises. Ce type de mobilier, identifié par C. Constantin dans le Bassin parisien (Constantin, 1985), a fait l’objet d’une synthèse récente (van Berg, 1990).

267Un important contingent de céramique du Limbourg provient du site de Juvigny, « Les grands Traquiers » (Marne). En effet, presque toutes les fosses comportant du mobilier rubané en ont livré (Tappret, Villes, 1988) (fig. 28A).

268Une quinzaine de récipients sont représentés, tous décorés. Les tessons sont de conservation médiocre, la cuisson étant insuffisante et la pâte peu serrée, souvent même feuilletée. Les surfaces externes, bien régularisées mais mates, sont de teinte généralement claire, alors que la tranche et la face interne sont uniformément noires. Les raccords de colombin sont bien visibles. Les rares formes que l’on puisse deviner sont stéréotypées : bols et jattes hémisphériques (dites souvent improprement « coupes »), à bord droit ou faiblement rentrant, presque toujours épaissi et biseauté, parfois renforcé à sa base par un léger renflement horizontal, récipients ovoïdes ou coniques sans col. Il n’y a pas de bouteille parmi les éléments représentés sur le site. Tous les bords sont fortement amincis, par pincement et étirement de la pâte sur 1 cm de hauteur moyenne. Le dégraissant à l’os, présent dans très peu de specimens, contrairement à l’habitude dans la vallée de l’Aisne ou plus au Nord, est en outre particulièrement discret.

269On observe deux décors principaux : sillons croisés, verticaux et obliques, formant un quadrillage serré, qui n’est pas sans évoquer la vannerie, sillons groupés en registres verticaux, eux-mêmes margés par une ligne de ponctuations. Dans les deux cas, une série de coups de poinçon peu profonds mais bien marqués souligne le rebord, juste au-dessous de l’amincissement. Sur les quarante-quatre fragments inventoriés, trois seulement présentent une relative finesse, l’un d’eux, mieux cuit, montrant un mamelon conique imperforé.

270La céramique du Limbourg est également présente dans l’Aube. À Saint-Léger-près-Troyes, les quelques tessons recueillis par C. Massin sont les seuls du Bassin parisien à provenir de ramassages de surface (Tappret, Villes, 1989) (fig. 25B, no 5). Le site appartient à la plaine de la Seine, mais se trouve à bonne distance du fleuve, dans des conditions analogues à celles des découvertes RRBP ou VSG de Rosières, Moussey, Gumery, Ante ou Rethel. Les quelques tessons de St-Léger sont comparables à ceux de Juvigny, par leur décor comme par leur technique. Signalons cependant un décor un peu différent, de sillons parallèles situés de part et d’autre d’un mamelon perforé, lui-même encadré d’incisions (fig. 25B, no 3). Les autres décors consistent en un motif de sillons verticaux ou obliques, bien séparés, combinés à des ponctuations, et en sillons horizontaux plus serrés, margés de coups de poinçon formant une rangée sans doute placée au-dessous d’un rebord aminci. Là encore, le dégraissant à l’os est difficile à voir, sinon absent.

Fig. 28. — Céramique du Limbourg.
A. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; B. pour comparaison : 1. Champlay (Yonne) ; 2. 3 et 5. Cuiry-lès-Chaudardes (Aisne) ; 4. Villeneuve-la-Guyard (Yonne) ; 6 et 7. Aubechies (Hainaut) (d’ap. Constantin, 1985 ; Prestreau, 1992 ; van Berg, 1990).

Fig. 29. — Éléments du Néolithique ancien non rubané de Champagne :
A.1. Larzicourt, « Ribeaupré », trou de poteau central A4 de la maison I ; 2, 3 et 4. même site, structures diverses ; 5. vase de la fosse 5 (d’ap. Chertier, 1980) ;
B. Gumery, « Les Hauts de Trainel » ; 1. céramique attribuée au Limbourg, mais de style méridional ; 2, 3 et 4. céramique attribuée au VSG (d’ap. Lanchon, 1984 ; Constantin. 1985 ; Tappret, Villes, 1989) ; C. pour comparaison, échantillonnage de céramique imprimée de style non cardial du Midi de la France : 1 à 3. Leucate-Corrège (Aude) ; 4 et 5. grotte de Saint-Pierre-de-La-Fage (Hérault) ; 6 et 7. Portiragnes (Hérault) (d’ap. Guilaine, Freises, Montjardin, 1984 ; Arnal, 1983 ; Roudil, Soulier, 1979).

271Le troisième ensemble de céramique du Limbourg semble associé à la poterie VSG ou RR de Gumery, « Les Hauts de Traînel », mais les conditions de découverte ne sont pas connues. Il s’agit d’un bol à bord encoché, de pâte plutôt fine, qui porte des panneaux verticaux bien séparés, tracés sous forme de sillons parallèles irréguliers et frangés de coups de poinçon obliques et serrés (Carré, 1984 ; Lanchon, 1984) (fig. 29B, no 1) et que, faute de l’avoir vu, nous ne pensons pas pouvoir attribuer en toute certitude au Limbourg (nous y reviendrons). Trois tessons à décor dit « en arête de poisson » figurent aussi à Gumery. Ils ont été attribués, tantôt au VSG, tantôt au Limbourg, selon les critères choisis.

272Comparaisons. L’essentiel des points de comparaison pour Juvigny se trouve dans la vallée de l’Aisne (fig. 28B). Tous les décors de la Marne et de l’Aube (St-Léger) sont présents, à de rares exceptions près, à Berry-au-Bac et Cuiry-lès-Chaudardes. Ce dernier site cependant présente un répertoire un peu plus riche, avec des combinaisons de sillons droits et obliques (fosse 77 et 241) ou groupées en « pétales » ou ailes de moulin (fosse 52), que l’on ne retrouve pas à Juvigny. Sur ce dernier site, les bandes verticales bien séparées, de sillons parallèles ou croisés, margées ou non de ponctuations comme à Cuiry (fosses 382, 378, 421, 423), existent bien, même si elles sont peu discernables, du fait de la petitesse des tessons (fosse M). Le décor d’impressions légèrement pincées, soulignant un léger cordon sous le bord, si caractéristique de Cuiry (fosses 77, 25, 159, 378, 382), est présent sous une forme identique à Juvigny (fosse J’). Identique aussi le motif de sillons verticaux commençant chacun par une grosse ponctuation, formant une ligne sous le bord. Au vu de ces tessons, les productions Limbourg des deux sites pourraient être interchangées, n’était la rareté, à Juvigny, du dégraissant osseux.

273Sans nous risquer à une sériation poussée, nous avons groupé, par curiosité, sur un seul tableau le mobilier d’une vingtaine de structures de Cuiry et Berry-au-Bac comportant du matériel Limbourg et correspondant à une douzaine d’ensembles clos, compte tenu de leur corrélation avec des maisons. On n’observe pas d’association particulière entre certains décors Limbourg et certains motifs RRBP. Partout, le décor orthogonal et le poinçon bifide pivotant sont présents. Le peigne pivotant, ayant de trois à cinq dents, est tout aussi fréquent. Le poinçon bifide ou double, non pivotant et en principe plus archaïque que le peigne, est plus rare, mais réparti indifféremment à la nature du décor Limbourg. Ce dernier ne se signale non plus par aucune différence de motif dans les fosses au décor de chevrons au peigne, dont la fréquence s’accroîtrait avec le temps (Iilett, Plateaux, 1984). La céramique Limbourg ne permet donc pas de paralléliser Juvigny avec une partie seulement (la plus ancienne...) du site de Cuiry, du moins dans l’état actuel des données publiées. La question reste ouverte pour la céramique RRBP de l’ensemble de la vallée de l’Aisne. Pour envisager un net diachronisme entre Cuiry-lès-Chaudardes et Juvigny, ainsi qu’une longue utilisation du site de Cuiry, il faut donc poser au préalable que la céramique Limbourg aurait une vitesse d’évolution plus lente que celle du RRBP.

274La poterie Limbourg de Juvigny peut être comparée à des sites plus éloignés que la vallée de l’Aisne (fig. 28 B). Les ponctuations en ligne sous le bord, les sillons croisés, les bandes verticales séparées, se retrouvent en Hainaut et aux Pays-Bas : Aubechies, Caberg, Geleen et sur le Rhin moyen : Köln-Lindenthal (Constantin, 1985). En revanche, dans ces régions les motifs « en arête de poisson » ou en chevrons superposés, ainsi qu’en triangles hachurés ou poinçonnés, sont fréquents, alors qu’on ne les retrouve pas à Juvigny ni avec la même fréquence dans la vallée de l’Aisne. Par contre, le site de Champlay (Yonne) a fourni un fragment de vase au décor presque identique à celui de Juvigny, fosse M (grands panneaux verticaux de sillons croisés, sous une ligne horizontale de ponctuations). La même remarque vaut pour le vase VSG livré par la fosse 22 de Villeneuve-laGuyard, « falaises de Prépoux » (Yonne) (Prestreau, 1992), site sur lequel le décor en chevrons ou arête de poisson est attribué à un « tardi-Rubané » mal défini, dont les affinités avec le Limbourg le plus septentrional sont sensibles.

275Deux décors de l’Aube méritent une mention spéciale. D’une part, à Saint-Léger, l’anse associée à des sillons margés de petites ponctuations, en céramique fine et bien cuite (fig. 25B, no 3), n’évoque guère qu’un décor de Rosmeer, « Staberg », en Limbourg (Roosens, 1962) et dont le style offre quelque analogie avec celui de La Hoguette. D’autre part, les incisions en « arête de poisson » de Gumery (fig. 29B) se rapprochent des motifs belgo-néerlandais, alors qu’en France, ils ne sont signalés que dans le VSG et alors interprétés comme élément spécifique dérivé (ou inspiré ?) du Limbourg. N’ayant pu voir les tessons en question, nous restons circonspect, non sans souligner la possibilité d’affinités entre la plaine de Troyes et les régions nordiques du domaine de la céramique Limbourg.

276La question que pose cette céramique (CL) est complexe et difficile à résumer. Il s’agit d’une production très originale, dont maints auteurs ont souligné les profondes différences par rapport à la poterie rubanée ou d’affinités rubanées (RRBP), en dehors desquelles on ne les trouve sur aucun habitat « autonome » susceptible de nous renseigner sur les autres aspects de la culture matérielle. Le site de Pontavert, « Le Marteau » (Aisne), qui est le seul à n’avoir livré que de la céramique Limbourg, mais en très petite quantité dans trois fosses apparemment associées à deux maisons, est le seul de son espèce et ne peut donc, malgré le plan un peu original de ses bâtiments, être considéré à coup sûr comme représentatif de cette culture (Bailloud, 1982). On a longtemps admis que le mode de vie des porteurs de la CL, moins fixés au sol que les « danubiens », se soldait par l’absence de fosses, réduisant les possibilités de recueillir du matériel aux seuls mélanges - fortuits ou non - avec d’autres ensembles.

277Les hypothèses n’ont pas manqué sur le « phénomène Limbourg » : fabrication par des groupes mésolithiques ou néolithisés partiellement ou depuis peu, production très particulière, répondant à une fonction spécifique, au sein de la culture rubanée, fabrication par un autre groupe néolithique... Elles ont été résumées par C. Constantin (1985). Ce dernier a proposé aussi l’hypothèse de relations avec le « Néolithique forestier » de l’Europe du Nord-Est (Finlande, Pologne, Russie), dont la céramique, à motifs ornementaux imitant la vannerie, présente des similitudes troublantes avec les décors Limbourg, tout en concluant à un phénomène de convergence.

278Une reprise récente de la question a permis à P.-L. van Berg d’isoler deux ensembles CL géographiquement et typologiquement bien distincts : l’un « rhéno-mosan », l’autre « séquano-scaldien », avec pour le moment un seul point de contact en Hainaut occidental (van Berg, 1990). Le caractère éventuellement successif de ces deux groupes n’est pas clairemnt démontré. Les affinités méridionales de la CL (formes, fonds coniques, décor compartimenté, technique d’impression), signalées déjà par M. Lichardus-Itten (1986), témoignent d’influences ou d’affinités diverses et diffuses, quoiqu’orientées dans deux directions, le groupe rhénomosan se rapprochant des ensembles les plus anciens du Midi méditerranéen et l’autre groupe ayant plus d’affinités avec l’Épicardial et le Roucadourien. Ces données nouvelles permettent de faire justice de certaines des hypothèses susdites. Comme il n’y a pas de doute quant à la fabrication locale de la CL (ce qui exclut tout importation sur de longues distances), sa production par les Rubanés ou par des Mésolithiques acculturés par des Rubanés semble exclue. Restent les deux hypothèses de groupes néolithisés, se rattachant au Néolithique ancien méridional, et largement disséminés, en groupes déjà bien structurés (parmi lesquels il faut aussi compter la Hoguette), dans le domaine rubané et sur ses marges occidentales et septentrionales. Ayant un mode de vie quelque peu différent, ces Néolithiques auraient entretenu des échanges avec les villages rubanés. La seconde hypothèse envisageable est à peine différente. La CL viendrait de Mésolithiques ayant conservé leur mode de vie mais acquis la technique céramique de cultures néolithiques non rubanées.

279P.-L. van Berg semble peu convaincu par l’hypothèse de l’acculturation de Mésolithiques par un Néolithique non rubané et conservant pour une large part leur industrie lithique (« mésolithiques céramisés »). Il est vrai que l’outillage en pierre de la culture CL n’est pas connue. Dans ce domaine, les seules associations intéressantes sont fournies soit par la stratigraphie de Bavans, qui comporte un niveau à céramique de La Hoguette et industrie de type tardenoisien final à trapèzes, sousjacent à un niveau Rubané récent (Aimé, 1984 et 1987) et par des gisements mésolithiques tardifs comportant de la céramique, mais ne livrant aucune trace d’agriculture ni d’élevage. Ces sites, qui occupent la périphérie des grandes cultures du Néolithique ancien d’Europe occidentale et présentent de fortes analogies avec ceux du Sahara et d’Europe du Nord, ont été récemment regroupés sous le label de « subnéolithique » (van Berg et alii, 1992). Les ensembles Limbourg et de La Hoguette pourraient se rattacher au même phénomène d’acquisition de la céramique au contact de Néolithiques en contexte d’économie de chassecueillette. Ils seraient pour l’instant les seuls à témoigner de contacts privilégiés avec le Néolithique « vrai » (qualifié de « Néolithique céréalier »), mais de type méridional.

280Dans ce débat, les découvertes champenoises fournissent quelques arguments intéressants. La céramique de La Hoguette, présente comme on va le voir à Orconte, mais aussi quelques tessons de type franchement méridional à Gumery et Larzicourt (panneaux frangés, décor d’incisions, décor de cordons orthogonaux et pastilles collées, armature du Châtelet), précèdent en Champagne la céramique du Limbourg. Leur contexte est, globalement, Rubané moyen. Le fait que la CL soit associée, avec la découverte de Juvigny, à un faciès céramique de plus (Rubané récent de type alsacien) et ne comporte que très peu de dégraissant osseux démontre son dynamisme et son autonomie par rapport aux autres groupes néolithiques. Il s’agit donc d’une phase récente du phénomène de foisonnement des cultures néolithisées en tout ou partie dans le Bassin parisien, indépendamment de l’implantation proprement rubanée. L’hypothèse de la coexistence de cultures mésolithiques à céramique et de groupes néolithiques plus stables nous paraît donc renforcée par les découvertes champenoises, pour expliquer le phénomène Hoguette puis Limbourg. Nous nuancerons cependant ce point de vue en insistant, pour finir, sur deux points. D’une part la possession par les Néolithiques d’affinité cardiale d’un outillage de style Mésolithique tardif nous semble pouvoir résulter, dans le domaine altantique du moins, d’acculturations entre Mésolithiques locaux et groupes néolithiques d’origines ou d’affinités diverses. C’est ainsi que nous interprétons l’association à Ligueil (Indre-et-Loire) de décors pivotants à la coquille d’un style cardial relativement original et d’une industrie très proche de celle des groupes dits improprement « péri-cardiaux » (Roucadourien, Néolithique ancien de Gazel). D’autre part, à la périphérie des noyaux « céréaliers » ou dans un contexte d’adaptation à des conditions écologiques différentes de celles où l’agriculture s’est d’abord épanouie, le Néolithique « vrai » a pu régulièrement ou périodiquement revenir à un mode de vie de chasse-cueillette dominante sans perdre pour autant sa céramique ni s’abstenir d’échanges dans le cadre de systèmes de subsistances complémentaires, avec les Néolithiques les mieux implantés. C’est ainsi que nous imaginons des contacts entre Rubanés d’affinité alsacienne et - entre autres - gens du « Cardial atlantique » quelque part dans le centre ou l’Est du Bassin parisien vers la fin du VIe millénaire.

La céramique dite de La Hoguette (ou CH)

281Nous avons identifié quelques tessons qui se rattachent vraisemblablement à cet ensemble, dont la définition a été récemment précisée (Jeunesse, 1986).

282Il s’agit de deux récipients très incomplets, mis au jour avec une industrie lithique atypique et les fragments d’une meule en grès calcinée, dans la fosse 286 du site d’Orconte, « Les Noues » (Tappret et alii, 1988). Rien ne permet de savoir si ces vestiges sont ou non en relation avec l’occupation rubanée, mais ils accompagnaient dans la fosse une vingtaine de tessons petits et roulés qui peuvent provenir de celle-ci.

283Le premier fragment, issu d’une jatte ou écuelle à bord faiblement rentrant, ne porte pour décor qu’un rang de ponctuations à peine visible, sur un épaississement léger de la paroi sous le bord. La pâte est brun clair, feuilletée, mal cuite et fort fragile. Elle comporte un gros dégraissant de coquille finement broyée. De technique et d’aspect analogues, le second fragment provient d’un bol à bord rentrant qui porte une quadruple ligne horizontale de coups de poinçon bifide imprimé en oblique et combiné à une petite guirlande double, exécutée de la même façon.

284La faiblesse de ces documents ne permet pas de s’étendre sur les comparaisons. Nous insisterons seulement sur le fait que ce point s’ajoute en position intermédiaire sur la carte de répartition de la céramique de La Hoguette entre le Calvados (Fontenay-le-Marmion) et l’Alsace (Merxheim, Oberlag, Bavans, Bischoffsheim) (Jeunesse, 1987). Un autre jalon a été récemment mis au jour à Sweikhuizen, en Limbourg néerlandais, confirmant à la fois la large répartition du style CH d’Ouest en Est et son autonomie, étant donné sa coexistence – d’ailleurs surprenante – avec le Rubané ancien et moyen, sinon récent (van Berg, 1987). Malheureusement, aucune association fiable ne permet pour l’instant, malgré le contexte général d’Orconte, de confirmer sa coexistence avec le Rubané moyen.

Les autres mobiliers de type méridional

285Les affinités entre le style de La Hoguette et certaines céramiques, non cardiales du Néolithique ancien méridional ont été récemment soulignées (van Berg, 1987 et 1990). Mais les quelques tessons d’Orconte ne sont pas les seuls mobiliers de type méridional mis au jour en Champagne. D’autres proviennent cette fois du site de Larzicourt, « Ribeaupré » (fig. 29A). La fosse 5 a livré un vase à fond conique aplati, d’allure bitronconique, avec mamelon de préhension au-dessus de la partie saillante de la panse. Du trou de poteau central A 4 de la maison 1 provient un fragment de grand récipient à décor plastique, constitué de pastilles appliquées couvrantes et de cordons horthogonaux. À Larzicourt figurent encore des fragments de poterie assez épais, à décor d’incisions fines, couvrantes, ainsi qu’une armature de flèche tranchante, à retouche envahissante bifaciale, objets dont les structures d’origine ne sont pas précisées (Chertier, 1980). Tous ces éléments relèvent d’une autre sphère culturelle que le Rubané, même entendu dans un sens très large. Ils sont d’ailleurs plus nombreux sur le site que ne le révèle la publication. Plusieurs auteurs les ont déjà signalés comme d’affinité méditerranéenne, tout en signalant quelques découvertes analogues dans l’Yonne (Villes, 1982 ; Bailloud, 1983 ; Lanchon, 1984 ; Constantin, 1985 ; Lichardus-Itten, 1986).

286Mentionnons encore, sur le site d’Orconte, un fragment de vase en forme de tonnelet, à cordon horizontal rapporté, de pâte fortement dégraissée de calcaire et coquille pilés, ainsi qu’un petit tesson de récipient analogue, trouvé dans la fosse de construction no 1. Ils ne sont pas de typologie rubanée.

287Enfin, rappelons le fragment de vase à bord encoché et décor d’incisions verticales en métopes frangés, signalé à propos de la céramique du Limbourg mais sans certitude quant à son appartenance culturelle, et dont nous avons déjà signalé les similitudes frappantes avec des poteries du Midi (Leucate-Corrège, St-Pierre-de-la-Fage...) (Scoenstein, Villes, 1990).

LES DÉCOUVERTES ISOLÉES

288Diverses découvertes hors contexte permettent d’étoffer quelque peu la cartographie du Néolithique ancien en Champagne.

289D’Assenay (Aube) provient, comme on Ta vu, une perle trapézoïdale plate, à perforation unique, probablement en coquille de spondyle, trouvée en surface, l. d. « Champ l’Ile » (Tappret, Villes, 1989) (fig. 7B, no 6). Le site de Saint-Léger-près-Troyes a fourni, en plus de la céramique du Limbourg, une petite herminette « forme de bottier » (en amphibolite métamorphique, d’ap. C.T. Le Roux : Chertier, 1974, p. 9) (fig. 30, no 10), ainsi qu’une armature triangulaire à base concave et retouche inverse plate (ramassages C. Massin, ibid.). J. Scapula signale, à Isle-Aumont (Aube), une moitié de double herminettre plate, à perforation cylindrique, trouvée sur le site même de la butte, et qu’il dit être en diorite (Scapula, 1975 ; Tappret, Villes, 1989, p. 83) (fig. 30, no 8). Le musée de Troyes conserve une « forme de bottier » en roche dure (non déterminée), provenant de Lesmont (Aube) (fig. 30, no 7).

290La Haute-Marne, où la céramique rubanée n’est pas encore signalée, a livré une herminette plate, en roche dure, ainsi qu’un grès à rainure sur le site de « La Fontaine Saint-Martin », à Hallignicourt (Lepage, 1969) (fig. 30, no 6). Nous avons cité plus haut la flèche « danubienne » et les fragments de bracelets plats de Crenay (Amiot, 1985).

291Comme le département de l’Aube, celui de la Marne comprend quelques trouvailles hors contexte : une « forme de bottier » de Vanault-leChâtel. en amphibolite litée (Chertier, 1974) (fig. 30, no 1), un taillant de herminette plate, en roche verte, provenant de Cloyes (Maillot, Villes, 1977) (fig. 30, no 11), deux armatures triangulaires à base concave et retouche inverse plate, l’une de Bignicourt-sur-Marne, « La Haute-Fontaine » (Mailot, Villes, 1978), l’autre de Norrois, « La Saint-Pierre » (inédit, coll. Maillot), une herminette double, perforée, des environs d’Epernay, que B. Chertier a omise dans son inventaire (Chertier, 1974), mais qui fut signalée par E. Schmit (Manuscrit F 29 et Schmit, 1929), puis G. Goury (1932). Elle serait en jadéite (fig. 30, no 15).

292Nous avons mentionné plus haut les découvertes de Rethel, « Les Auges » (Lambot, Guérin, 1979) (fig. 26). Pour les Ardennes, mentionnons également Therminette double, en roche tenace noire-verdâtre et à perforation cylindrique, de Remilly-Aillicourt (Marolle, 1978 ; Marolle, Lambot, 1979) (fig. 30, no 2).

293Au Musée de Nogent-sur-Seine (Aube), figure un coin perforé qui provient des environs. Il est de typologie Rubané ou Rossen. Une pièce analogue, plus courte, de type « hache-marteau » à perforation parfaitement cylindrique, a été trouvée par C. Massin à Saint-Léger (Aube). Enfin, à Rosay (Marne), Schmit a signalé un outil perforé qui est du type coin, avec cette particularité que la perforation, parfaitement cylindrique, a été réalisée sur une partie d’un outil du même type cassé au niveau de la perforation initiale (Schmit, 1906).

294De Serqueux (Haute-Marne) provient une hache marteau à perforation cylindrique, analogue à celle de Rosay (Lambert, 1987). Elle est en roche verte mouchetée de noir, peut-être de la jadéite. C’est la découverte de Champagne la moins éloignée de la zone rhénane.

295Dans les environs de Saint-Dizier, L. Lepage a signalé, outre Therminette plate d’Hallignicourt, diverses armatures à base concave et retouche inverse plate dans le style des pointes de Sonchamp, trouvées à Laneuville-au-Pont et Éclaron (Lepage, 1991). Une armature de ce genre est signalée dans la haute vallée de la Marne à Crenay (Amiot, 1985). Un coin perforé, en roche métamorphique noire, à perforation bien cylindrique, conservé au musée de Saint-Dizier, provient d’Hauteville, comme une autre lame d’herminette plate, en roche dure, trouvée par M. Huet (inédit).

296Parmi les instruments en roche dure inventoriés dans le Sud-Ardennais, figurent trois herminettes plates provenant du lit de l’Aisne à Rethel (fig. 30, no 12), une herminette d’Hannogne, proche de la « forme de bottier » (fig. 30, no 13) et une petite lame d’herminette plate de Sevigny (fig. 30, no 14). Certains de ces objets pourraient appartenir au Néolithique ancien, au sens large, mais aucun contexte ne permet de le confirmer (Ertlé, 1964).

297Signalons enfin deux herminettes, fort petites, en « forme de bottier », la première en grès micacé, perforée en pendeloque, et provenant d’une sépulture collective en fosse du Néolithique récent-final à Pocancy (Marne), « Le Bas Berlu » (fig. 30, no 5), la seconde, en « amphibolite à structure massive », issue de l’hypogée S.O.M. d’Ay, « Warmery Haut » (Marne) (fig. 30, no 5). B. Chertier leur a joint, dans l’évocation d’une « tradition danubienne ». un fragment d’herminette plate (et non forme de bottier) en roche dure, qui figure dans la collection De Baye au Musée des Antiquités Nationales et proviendrait d’un hypogée S.O.M. de la région des marais de Saint-Gond (Chertier, 1974) (fig. 30, no 3). Outre l’hypothèse d’un réemploi en viatique d’outils mis au jour par hasard, proposée par Y. Lanchon (1984, p. 40), on peut évoquer celle d’une fabrication d’objets votifs imitant les lames d’herminettes normales, la ressemblance avec la forme de bottier relevant plus de la convergence que d’une « tradition » culturelle éteinte depuis deux bons millénaires ! Il est en outre vraisemblable que le Néolithique final ne livrant pas, du moins à ce jour, d’ateliers de fabrication d’anneaux de schiste, les segments à perforation simple ou double qui figurent comme pendeloques dans les sépultures collectives de cette période, notamment en Champagne, mais aussi dans des habitats (comme à Plichancourt : Mougin, 1877), sont des objets récupérés sur des habitats ou dans des sépultures VSG, de la même manière que les outils en roche dure de typologie Néolithique ancien figurant dans de rares sépultures collectives.

Fig. 30. — Découvertes isolées diverses du Néolithique ancien en Champagne :
1. Vanault-le-Châtel (Marne) ; 2. Remilly-Aillicourt (Ardennes) ; 3. hypogées de la région des Marais de Saint-Gond (Marne) ; 4. Pocancy, « Le Bas Berlu » (Marne) ; 5. Ay-Champagne, « Warmery haut » (Marne) ; 6. Halligicourt (Haute-Marne) ; 7. Lesmont (Aube) ; 8. Moussey (Isle-Aumont, Aube) ; 10. Saint-Léger (Aube) ; 11. Cloyes (Marne) ; 12. Rethel (Ardennes) ; 13. Hannogne-Saint-Rémy (Ardennes) ; 14. Sevigny-Waleppe (Ardennes) ; 15. environs d’Épernay (Marne) (d’ap. Chertier, 1974 ; Lepage, 1969 ; Tappret, Villes. 1989 ; Marolle, 1978 ; Maillot, Villes, 1977 ; Ertlé, 1964 ; Goury, 1932).

298Hormis la cartographie des emplacements fréquentés par les gens du Néolithique ancien, qui signalent une certaine densité et qui recouvrent à peu près les zones signalées par les habitats et les sépultures, ces objets isolés ne nous apportent guère d’informations significatives. Seules, les herminettes doubles, perforées, peuvent être considérées comme assurément rubanées, voire RRBP. Les autres objets relèvent indifféremment du RRBP et VSG et certains coins perforés peuvent appartenir au Rossen, culture dont l’implantation est très probable en Champagne, notamment dans sa moitié orientale, malgré l’absence de découvertes à ce jour.

DATATIONS PHYSICO-CHIMIQUES

299Les analyses C 14 du Néolithique ancien en Champagne ne sont pas nombreuses : sept dates seulement, soit quatre pour Juvigny, une pour Norrois et deux pour Larzicourt.

300Celles de Juvigny sont les suivantes :

  • 6640 ± 170 B.P. (Ly —4454)

  • 6440 ± 160 B.P. (Ly —4451)

  • 6200 ± 140 B.P. (Ly —4453)

  • 5480 ± 90 B.P. (Ly —4452)

301Celle de Norrois et Larzicourt :

  • 6020 ± 110 B.P. (Ly 3891) pour « La Raie des Lignes »

  • 5920 ± 150 B.P. (Ly - 3908) pour « Champ Buchotte »

  • 5800 ± 100 B.P. (Ly - 3907) pour « Ribeaupré »

302Le plus surprenant, dans ces dates, est bien qu’elles placent les sites Rubané moyen un peu plus tard que celui du Rubané récent. En réalité, les choses ne sont pas si simples. En dates calibrées, les sites du Perthois, sur lesquels les datations sont peu nombreuses et donc sans doute pas très représentatives, se trouvent dans le même intervalle défini par les calibrations qu’à Juvigny : 6000-4000 av. J.-C.

303Le site de Cuiry-lès-Chaudardes, qui présente la même céramique Limbourg que celui de Juvigny et qui a fait l’objet d’une gamme importante de mesures 04 (23 dates entre 6580 et 5360 B.P. non cal.), correspond pour une bonne dizaine de cellesci aux trois dates à la fois les plus « serrées » et les plus anciennes de Juvigny. L’intervalle global, en calibration, est exactement le même. On est donc tenté de considérer Juvigny comme contemporain de la période de fondation du village de Cuiry. Les sites du Perthois se groupent tous dans la gamme des dates hautes de ce dernier, sur une plage calibrée plus courte et plus ancienne (6000-5500 av. J.-C.).

304La comparaison s’impose aussi avec les dates du Rubané d’Alsace, avec lequel le Perthois présente des parentés si étroites, notamment le Haut-Rhin. Malheureusement, les datations 04 sont peu nombreuses pour cette région. Elles s’échelonnent, aussi bien pour le Rubané ancien (Kirchnaumen) que récent (Reichstett et Schwindratzheim), dans la même « fourchette » que Juvigny et les dates anciennes de Cuiry (6870 à 5940 B.P. non cal.).

305On est tenté par deux explications bien différentes de cette discordance entre les données de la typologie et les datations physico-chimiques :

  1. ou bien, comme l’ont exposé brillamment E. Gilot et D. Cahen (Gilot, Cahen, 1982), la diffusion de la culture à céramique linéaire s’est effectuée en un temps très court (un siècle environ) et c’est la multiplication des subdivision typologiques qui a créé l’illusion d’une lente propagation ;

  2. ou bien l’incertitude liée à la méthode C14, malgré ses récents progrès, est trop forte pour fournir une évaluation suffisamment fine de la durée d’existence d’une culture et donc vérifier l’ordre de succession fondé sur la typologie (Constantin, Lasserre, 1986).

306Vraisemblablement, la vérité est à mi-chemin entre les deux, comme toujours. D’ailleurs, en se référant au point moyen de l’intervalle des dates calibrées, on peut constater que le Rubané moyen d’Alsace est de peu antérieur au RRBP. D’autre part, ces dates affirment la contemporanéité du RRBP, du Rubané de Juvigny et du RR d’Alsace-Lorraine. En outre, quel que soit le degré d’incertitude des mesures obtenues, il n’y a pas de raison qu’il s’affirme différemment des divers faciès du Néolithique ancien ici considérés et qu’il atténue les diachronismes entre eux, s’ils existent. Le fait est que la durée en dates calibrées du RRBP est à la fois plus ouverte et s’étend plus tardivement que celle du Rubané récent alsacien.

307Les dates C14 de Champagne n’ajouteraient donc pas grand chose au débat, si elles ne portaient sur un faciès du Rubané récent que l’on devrait considérer comme antérieure, même de peu, au RRBP, si l’on adoptait la logique du modèle diffusionniste, dans lequel ce faciès « périphérisé » est le dernier stade à la fois d’évolution et de propagation de la céramique Linéaire, et pour lequel la Champagne représente un stade intermédiaire moins éloigné que l’Alsace ou le groupe de Plaidt. A contrario, ces dates concordent avec les points communs relevés plus haut entre le RRBP de Cuiry et le RR de Juvigny.

308Dernier point : les dates C14 mettent ces deux sites dans la même position par rapport au groupe de Villeneuve-Saint-Germain que par rapport au Rubané récent du Rhin moyen et supérieur. Les sites de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) et Villeneuve-la-Guyard (Yonne) (Prestreau, 1992) se caractérisent par des datations à la fois hautes et serrées : 6730 à 5980 B.P. non cal., soit la même période que Juvigny et les dates les plus anciennes de Cuiry (6000-4000 av. J.C., en calibration). Ce constat, qui n’est pas démenti, bien au contraire, par les dates C 14 du groupe de Blicquy, s’ajoute donc aux arguments qui, se fondant sur les points communs très nombreux entre VSG et RRBP et entre RRBP et RR rhénan, militent en faveur d’un synchronisme de ces faciès du Néolithique ancien septentrional.

309Reprendre la question des dates C14 pour cette période sort du cadre qui nous est imparti ici. Rappelons seulement pour finir que les datations physico-chimiques permettent maintenant de constater grosso modo le synchronisme du Cardial moyen-récent et du Rubané moyen-récent, qu’il s’agisse des sites du Languedoc, des Pyrénées ou de Provence, de ceux de la façade atlantique (ancien « Néolithique centre-atlantique »), des sites du Bassin parisien ou de ceux d’Alsace, même si la question de la succession RRBP/VSG n’est pas tranchée (Voruz, 1991 ; Schoenstein, Villes, 1990). Il est bon en effet de ne pas oublier que la question de l’origine et des affinités culturelles du VSG se pose dans le même cadre chronologique, fût-il approximatif, que pour le RRBP.

DISCUSSION ET CONCLUSION

310La documentation et les idées ont considérablement évolué sur le Néolithique ancien de la Champagne, entre 1976, où G. Bailloud était bien en peine, dans La Préhistoire Française (Bailloud, 1976), d’avancer grand-chose de nouveau par rapport à sa grande synthèse décisive de 1964, et 1989, date de la fin des fouilles d’Orconte.

311D’une part, les sites de Larzicourt, Norrois, Juvigny et Orconte ont été fouillés. D’autre part la notion de Rubané récent, synonyme de céramique linéaire, a fait place à une nomenclature plus complexe : « Rubané moyen champenois », Rubané récent du Bassin parisien, Épi-Rubané ou groupe de Villeneuve-Saint-Germain, céramique du Limbourg, céramique de La Hoguette (Constantin, Demoule, 1981 ; Villes, 1981 ; Constantin, 1985 ; Lanchon, 1984 et 1992).

312L’originalité stylistique de la céramique linéaire à l’Ouest de l’Argonne a été mise au compte de sa position périphérique et de sa date tardive par rapport au courant général de diffusion du « Danubien ». Le groupe de VSG, considéré par la plupart comme l’héritier direct de cette implantation ultime et entièrement intrusive du Rubané, est censé prolonger cette diffusion, sous la forme d’une conquête de terroirs plus occidentaux et plus diversifiés, tout en montrant spontanément une originalité encore plus forte, en particulier dans l’ornementation de sa poterie. Les styles céramiques du Limbourg et de La Hoguette, contemporain du RRBP pour le premier, antérieur pour le second, démontrent la coexistence de cultures différentes dans le Néolithique ancien septentrional, offrant par la même un démenti au principe que plusieurs cultures ne peuvent être contemporaines et occuper le même territoire. Mais si la céramique du Limbourg n’apparaît qu’en mélange avec de la céramique linéaire récente, les porteurs de celle de La Hoguette semblent beaucoup plus autonomes, et intéresser un bien plus large territoire que celui du RRBP, même si l’on ne sait presque rien des autres aspects matériels de cette culture, comme pour celle du Limbourg.

313Les découvertes champenoises peuvent apporter quelques nuances à ce tableau général.

314Le « Rubané moyen champenois » est illustré exclusivement par les découvertes du Perthois. La céramique des sites de Norrois, Larzicourt et Orconte présente un décor bien différent de celui du RRBP, avec une thématique en bandes rectilignes ou en spirale, combinées à des ponctuations, qui connaît d’exacts équivalents en Alsace, notamment dans le Haut-Rhin, à la phase II du Rubané.

315La présence de grands bâtiments domestiques « danubiens » à cinq rangées de trous de poteau, connus depuis vingt ans plus à l’Ouest, dans les vallées de l’Yonne et de l’Aisne, s’est trouvée vérifiée. Mais il s’agit, à Larzicourt et Orconte, de maisons rectangulaires et non trapézoïdales. Ce dernier modèle est illustré lui aussi, mais sur le site plus tardif (Rubané récent) d’Écriennes, « La Folie ». La datation haute de certains des habitats du Perthois concorde également avec la découverte de sépultures, dont certaines, associées à une grande maison de Larzicourt, « Champ Buchotte », ont livré des spondyles entaillés en V de même type que Vert-la-Gravelle. C’est la concentration la plus occidentale d’une parure sans doute liée à un rang social particulier et qui est diffusée dans toute l’Europe, principalement au stade moyen du Rubané.

316Enfin, l’étude des sites d’Orconte et d’Écriennes (même si la fouille du second est encore inachevée) permet d’avoir une vue plus complète de l’habitat du Rubané moyen. Le décapage intégral de ces portions de « villages » dans des carrières a permis d’aborder les relations de complémentarité entre structures, alors que les décapages de Larzicourt s’étaient limités aux abords de quatre maisons d’ampleur exceptionnelle, mais dont le contexte reste inconnu. On constate que les bâtiments sont de dimensions variées, apparemment groupées par deux à quatre, avec des fonctions sans doute complémentaires, les plus petits ayant dû être des greniers. Certaines fosses annexes sont d’inconstestables silos et l’hypothèse de puits, avancée pour d’autres, reste fragile. On constate aussi la présence de fours et de fosses de construction, cantonnées à la partie superficielle du sol ou à des lentilles de limon de débordement, sur un substrat essentiellement sablo-gravillonneux. Le tableau des rites funéraires s’est lui aussi complèté : présence et absence de l’ocre dans un même groupe d’inhumations, richesse ou absence de la parure, extrême rareté de l’outillage (flèches, poinçons), absence de la céramique et d’outillage lourd, constance de la posture funéraire fortement fléchie sur le flanc gauche.

317La présence d’un Rubané récent au décor parfaitement « classique » dans la famille linéaire, a été mise en évidence, pour la première fois dans le Bassin parisien. L’essentiel est fourni par un groupe de fosses assez riches, à Juvigny, soit au cœur même (et non comme jusqu’ici en marge orientale) de la région champenoise. Mais des échantillons montrent une répartition plus large : vallée auboise de la Seine (Gumery, Saint-Léger) et Perthois, où ils sont associés à des maisons trapézoïdales (à Écriennes et probablement aussi à Orconte). La contemporanéité de ce Rubané récent et du RRBP, au décor globalement si différent, est assurée :

  1. par les dates C 14, dont celles de Juvigny se placent dans la gamme la plus haute du site de Cuiry-lès-Chaudardes ;

  2. par la possession de décors communs (minoritaires mais originaux dans le Rubané : motif orthogonal au poinçon double) ;

  3. par la présence, à Juvigny, d’une céramique du Limbourg identique à celle de Cuiry, et que l’on retrouve à Saint-Léger, hors association ;

  4. enfin, par la présence, toujours à Juvigny, de quelques décors dans le style du Rubané récent du Hainaut et du Rhin supérieur.

318Cette coexistence tant géographique que, probablement, chronologique de deux styles bien différents du Rubané récent remet en cause la notion de périphérisation, pour expliquer le style particulier du RRBP. En effet, le site de Juvigny s’intègre parfaitement, comme on la vu, dans l’orbite du Rubané III rhénan, notamment celui du Haut-Rhin, mais il est encadré par des sites RRBP tout proches : Chouilly, Plichancourt, Ante.

319À tous égards, la documentation nouvelle, quoiqu’encore modeste, disponible en Champagne oblige à un certain recul critique par rapport au schéma classique de la néolithisation de la moitié nord de la France, dans laquelle elle occupe une position géographique clé. Nous nous bornerons ici à quelques remarques.

320La publication récente de deux tombes encore largement inédites de la vallée de l’Aisne, à Menneville, dans une zone quasi intégrée à la Champagne septentrionale, a permis de reprendre la question des sépultures dites « danubiennes » de la région (Villes, 1990). Si certaines appartiennent sans discussion au Rubané moyen (Larzicourt, Orconte), d’autres apparaissent ambiguës. Elles associent des éléments entièrement ou en partie communs au RRBP et VSG. C’est le cas de Moncetz-l’Abbaye, Frignicourt et Cloyes. Vert-la-Gravelle possède une parure originale et bien localisée dans l’Est du Bassin parisien (perles trapézoïdales) et montre l’association, unique à ce jour, d’un objet typique du Rubané moyen (spondyle entaillé) et d’un bracelet en roche dure qui n’apparaît ni dans le VSG, ni dans le Rubané (au sens strict). On signale ces anneaux de plus en plus souvent dans le Bassin parisien, dans des tombes dont l’appartenance au RRBP plutôt qu’au VSG reste difficile à prouver péremptoirement, comme Berry-au-Bac ou Cys-la-Commune, mais les termes de comparaison se trouvent... dans le Sud (Villes, 1990). Seules, les tombes les plus anciennes (Larzicourt, Orconte et probablement Vert-la-Gravelle) semblent en position véritablement intermédiaire, à tous points de vue, entre la Bassin parisien et le domaine proprement rubané. Elles possèdent des bagues en os et des spondyles entaillés, évidés, ou perforés, mais point de céramique ni d’outils en roche dure, dont le dépôt le plus occidental, pour ces derniers, se localise à Marainville-sur-Madon (Vosges), dans un contexte Rubané récent apparenté au RRBP.

321Les tombes « danubiennes » du Bassin parisien sont-elle marquées par des influences non rubanées, c’est-à-dire occidentalo-méridionales, dès un stade contemporain du Rubané moyen ? Les plus récentes s’étagent-elles largement dans le temps (se partageant, malgré leur ambiguité, entre un RRBP et un VSG clairement successifs) ou au contraire appartiennent-elles étrangement pour la plupart à une phase de transition entre RRBP et VSG ? Traduisent-elles, notamment par l’intermédiaire d’un patrimoine lié à un rôle social particulier, une certaine perméabilité entre ces deux ensembles, qui seraient en partie contemporains, et donc d’obédiences culturelles respectives diffédifférentes ? Autant de questions qu’il faut se poser, plutôt que de retenir la seule hypothèse de la filiation RRBP-VSG, peu lisible dans le mobilier funéraire.

322La notion de « Rubané moyen champenois » dénote la tendance à suivre le schéma de la diffusion progressive de la culture à céramique linéaire d’Est en Ouest, le Perthois jouant désormais le rôle assigné autrefois à l’Alsace, d’« avancée » la plus occidentale de ce courant, et de relais nécessaire à son ultime implantation sous la forme du RRBP. Dans la mesure où aucune différence typologique par rapport à l’Alsace méridionale ne justifie d’isoler les découvertes du Perthois, il semble difficile d’en faire une entité de plus entre le Rhin et la Seine. Ces découvertes permettent simplement d’étendre vers l’Ouest les limites d’un seul et même ensemble englobant dès le Rubané moyen la Lorraine méridionale et, comme le suggère la découverte ancienne de Dijon (Gallay, 1981), le bassin supérieur et moyen de la Saône. Ne peut-on même oser ici le pari que des implantations du Rubané ancien ne tarderont pas à être révélées en Champagne ?

323Pour le Rubané récent, la filiation directe avec le Rubané moyen, tel qu’il se signale dans le Perthois, est peu discutable, du fait des affinités évidentes entre la céramique de Juvigny et celles du Rubané récent du Haut-Rhin, et de la diffusion assez large de ce faciès en Champagne. Des provinces culturelles se dessinent à ce stade, entre lesquelles les contacts sont réels, comme le montre la présence d’éléments du Rubané du Nord-Ouest (ancien « Omalien ») dans les fosses de Juvigny. La question, dès lors, est de définir le territoire RRBP, dont la carte de répartition de ses éléments les plus originaux, abstraction faite de ses points communs avec le VSG, donne l’image d’une « diaspora » très lâche en marge orientale du Bassin parisien. Présent dans la vallée de l’Aisne et en Champagne, le RRBP semble s’estomper en Ile-de-France et Bourgogne septentrionale, où il est bien difficile de le dissocier des gisements relevant du VSG. Autrement dit, les provinces culturelles discernables semblent dessiner de plus en plus clairement une opposition entre ce dernier, largement et densément réparti dans le centre du Bassin parisien (et de plus en plus dans l’Ouest), et le Rubané « vrai », encore trop peu illustré, du fait de l’insuffisance des recherches, dans la zone orientale de cette région, en continuité probable avec l’Alsace et la Lorraine méridionales. Le RRBP, à l’identité un peu floue, occupe une position à cheval sur la frontière entre les cartes de répartition respectives de ces deux cultures principales, plus faciles à définir.

324Sans trancher pour l’instant le débat synchronisme (éventuellement partiel)/diachronisme RRBP/VSG, les informations nouvelles fournies par la Champagne posent certaines questions :

  1. à l’époque du Rubané moyen, le terrain est-il réellement vide de toute implantation néolithique dans l’Ouest de la région et le reste du Bassin parisien, où le Néolithique le plus ancien admis jusqu’à présent est un Rubané périphérisé et très dispersé ?

  2. à l’époque du Rubané récent, le style céramique encore « classique » illustré par Juvigny estil de peu antérieur au RRBP de Cuiry-lès-Chaudardes, qui s’en démarquerait spontanément et rapidement, selon le modèle théorique de la périphérisation ?

  3. au contraire, ces deux faciès du Rubané appartiendraient-ils à des groupes concurrents dans une zone marginale par rapport au monde rubané, et caractérisée par des influences diverses ?

  4. la composante rubanée du RRBP serait-elle moins déterminante qu’on ne le pense généralement et ce faciès, qu’il vaudrait alors mieux appeler « groupe de Cuiry », doit-il son originalité à des influences méridionales et occidentales supposant une néolithisation du Bassin parisien moins retardataire qu’on ne l’a cru au-delà de sa zone orientale et centrale ?

325Au moment du colloque de Gand (1982), consacré aux progrès récents des études sur le Néolithique ancien, il était encore trop tôt pour formuler ces questions (Bailloud, 1983). C’est à peine si l’on commençait à s’interroger sur l’éventualité d’influences méridionales antérieures au Chasséen, soit pour l’affirmer (Berthouin, Villes, 1980), soit pour la récuser plus ou moins fermement (Constantin, 1985 ; Lanchon, 1984). Mais peu après, certains auteurs ont proposé, plutôt que des réponses définitives, des hypothèses de travail nouvelles, sur la base d’arguments favorables à des influences méridionales en moitié nord de la France dès la fin du Mésolithique (Roussot-Larroque, Thévenin, 1984 ; Villes, 1984). De son côté, M. Lichardus-Itten (1986) a pris parti en faveur des influences méridionales dans le Néolithique ancien septentrional, d’une part pour expliquer la spécificité de la céramique du Limbourg, fort comparable à celle des groupes non cardiaux à décor imprimé du Midi méditerranéen, et d’autre part pour justifier l’originalité du RRBP sous la forme d’une survivance septentrionale de thématiques ornementales cardiales disparues depuis peu dans leur domaine originel.

326Toute la question restait alors de savoir s’il fallait ou non postuler des faciès culturels intermédiaires entre le domaine cardial et le domaine rubané, les régions concernées (Pays de la Loire, Sud du Bassin parisien, Massif Central, Centre-Ouest, Bourgogne méridionale), pauvres en découvertes et en recherches, n’offrant pas de documents susceptibles d’infirmer ou d’affirmer la possibilité de contacts indirects parce que lointains. Seul, le site de Bellefonds (Vienne), comportant un niveau à industrie mésolithique finale pourvue d’une céramique à décor imprimé pivotant (Patte, 1971), fournissait un jalon, attribué tantôt à l’orbite septentrionale (Bailloud, 1971 ; Constantin, 1985), tantôt à un Cardial de faciès portugais (Burnez, 1971).

327Ce sont des découvertes plus récentes, localisées en Touraine, Poitou-Charente et Gironde, qui ont permis, malgré leur modestie, de faire avancer la question. Elles donnent une signification plus claire aux fortes similitudes signalées entre d’une part l’organisation et les techniques des décors de la céramique imprimée de la zone atlantique et méridionale et d’autre part les décors pivotants du groupe de VSG et du groupe de Blicquy, plus septentrional et plus localisé que celui-ci, mais qui lui est très étroitement apparenté (Villes, 1987a ; Roussot-Larroque et alii, 1987).

328D’autre part, les dates C 14 et leur calibration permettent de constater une contemporanéité entre le Cardial et le Rubané moyen, de même qu’entre la phase récente du Néolithique ancien méridional et le RRBP et VSG (Schoenstein, Villes, 1990). Ainsi se trouvent levées certaines difficultés chronologiques liées aux propositions de survivance, dans le RRBP, de thématiques disparues dans le Cardial (Lichardus-Itten, 1986). Malgré les problèmes que posent encore la chronologie interne et le manque de publication des sites méridionaux, les points de comparaisons entre Midi et Nord de la France se multiplient avec la phase finale du Cardial, dans laquelle se développent des motifs de cordons et boutons, parallèlement au style VSG et Augy-Sainte-Pallaye du Sud et de l’Ouest du Bassin parisien (Schoenstein, Villes, 1990).

329Il faut donc envisager sérieusement l’hypothèse que des sites à décor imprimé à la coquille et sans doute aussi au peigne, s’intégrant à la vaste famille Impresso-Cardial, couvrent l’Ouest français, de la Gironde à la Touraine. Les gisements et indices répertoriés à ce jour en constituent les premiers indices, dont le plus septentrional est celui de Ligueil (Indre-et-Loire) (Villes, 1987a). On ne saurait, d’emblée, exclure que ces groupes « intermédiaires » entre le Nord et le Sud aient fait preuve d’une réelle autonomie ni qu’ils se soient constitués par la fusion de composantes multiples, les cultures du Néolithique ancien méridional étant diverses (Cardial, Ligurien, Roucadourien) et leur contact avec les groupes septentionaux (Rubané moyen, Floguette) ayant pu intervenir précocement. L’aspect de l’industrie lithique, encore mal connue, associée à la céramique attribuée à ce « Cardial atlantique » un peu vite nommé peut-être (Grayan et l’Hôpital, Bellefonds, Ligueil), va dans ce sens, montrant de fortes affinités tant avec le « Retzien » qu’avec le Tardenoisien final du Sud du Bassin parisien (Schoenstein, Villes, 1990).

330Dans cette perspective, ce n’est pas l’hypothèse d’influences lointaines du Midi vers le Nord qu’il faudrait poser, comme si les zones intermédiaires étaient a priori impropres à l’implantation des premiers agriculteurs, ce qui serait absurde, mais celle de contacts successifs et variés entre les groupes de culture continentale et ceux de culture atlanto-méditerranéenne.

331Une ébauche de réponse est ainsi apportée à la question de l’originalité si marquée du RRBP et du VSG-Blicquy par rapport au Rubané proprement dit, pourtant si proche géographiquement et sans doute depuis longtemps. Le RRBP exprimerait une certaine osmose entre deux ensembles culturels bien différents, dans la zone où leur rencontre est la plus probable, l’auréole orientale du Bassin parisien, dont la Champagne constitue la partie centrale. Le VSG pourrait s’expliquer de deux manières :

  • soit par une évolution où s’atténue la composante « danubienne », notamment au niveau du style céramique, dans la phase finale de cette coexistence, s’il est postérieur au RRBP ;

  • soit par une influence « danubienne » limitée, dans les groupes les plus orientaux du Néolithique ancien atlanto-méditerranéen (Blicquy-VSG), RRBP et VSG se faisant alors concurrence dans la zone de contact entre les deux sphères.

332L’intégration du VSG dans la famille rubanée, au sens large, dépend exclusivement de sa définition préalable comme culture entièrement dérivée du RRBP qui présente lui-même des différences très marquées par rapport au Rubané classique. Les découvertes de Champagne affaiblissent le modèle de la périphérisation, comme explication de cette originalité, avec la grande proximité géographique et chronologique (sinon la contemporanéité) du RRBP et du Linéaire récent. En Belgique, Blicquy et Rubané récent sont en « interface », sans que le premier puisse dériver du second. Ses origines ne pouvant se trouver non plus dans le VSG proprement dit, on doit postuler l’existence d’une origine commune, nécessairement non rubanée, dont la position géographique est toute indiquée, au SudOuest de la Seine.

333Les similitudes entre le « Cardial atlantique » et le Blicquy-VSG tiennent surtout au décor imprimé pivotant à la coquille et au peigne et à son organisation en bandes orthogonales ou accrochées aux anses. On ne saurait rattacher les sites du CentreOuest au VSG sans faire de lui le jalon - en termes géographiques mais pourquoi pas aussi chronologiques - postulé jusqu’ici entre Néolithique ancien méridional et Rubané récent. Quoi qu’il en soit, l’impossibilité de marquer désormais une différence suffisamment nette entre les sites Blicquy/VSG et le Néolithique ancien atlantique revient à reporter cette frontière vers le Nord-Est, dans la zone précisément où le RRBP semble fournir le mieux la synthèse entre les traits culturels rubanés et les « autres ».

334C’est en tous cas une situation de ce genre, qu’il faut envisager pour le Néolithique moyen I. Le Cerny et, plus au Sud-Ouest, le groupe de Chambon, sont clairement et presqu’exclusivement marqués par des traits culturels méridionaux (sans doute dérivées, en réalité, de leur antécédent VSG), qui préfigurent le Chasséen et s’opposent au Rössen, qui n’est bien représenté à ce jour qu’en Alsace, mais dont les éléments récents (« type de Menneville ») sont présents dans l’Est du Bassin parisien, préfigurant de leur côté l’aire d’implantation de la culture de Michelsberg (MBK) (Villes, 1987b ; Prudhomme, Villes, 1989). Cet équilibre entre l’Est et l’Ouest ne reflète-t-il pas, à quelques fluctuations frontalières près, une situation en place dès le Néolithique ancien, voire le plus ancien ?

335La difficulté, dans cette discussion, tient surtout à la faiblesse des recherches et découvertes du Néolithique ancien dans les pays de la Loire moyenne et un peu plus bas. La filiation RRBP/VSG repose d’abord sur le schéma diffusionniste de la progression du Néolithique ancien d’Est en Ouest, professé par G. Bailloud, qui a depuis lors guidé de façon privilègiée les recherches et que la mise en évidence d’un Rubané moyen dans le Perthois a, dans un premier temps, semblé confirmer, en révélant un jalon plus occidental du Rubané. Le renversement de cette tendance a quelque chose d’aussi fâcheusement théorique et réducteur. À cet égard, professer le « tout-Cardial » dès l’Ouest de l’Ile-de-France serait tout aussi pernicieux.

336La Champagne peut néanmoins jouer un rôle, depuis quelques années, dans ce débat, qui est loin d’être tranché. Elle apporte, dans les fouilles de Larzicourt, quelques éléments associés au Rubané moyen, mais d’un type radicalement différent : armatures de flèches tranchantes du type du Châtelet, pointes de Sonchamp (plutôt que « flèches danubiennes ») et fragments de trois vases, l’un à décor d’impressions couvrantes et bords épaissi, le second de cordons orthogonaux et pastilles appliquées couvrantes, le troisième à fond conique épaissi. Ces matériels sont tout à fait étrangers au Néolithique rubané et ne possèdent de termes de comparaison que dans le Midi. À quoi s’ajoute un peu de céramique de La Hoguette, hors contexte, sur le site Rubané moyen d’Orconte.

337La coexistence de deux styles céramiques totalement étrangers l’un à l’autre est donc antérieure, en un point au moins du Bassin parisien, à l’illustration qui en est fournie par la présence de tessons Limbourg dans les fosses du Rubané récent.

338C’est peut être déjà la preuve de la diversité et de l’origine polygénique du Néolithique ancien du Bassin parisien, dès son stade moyen.

339Il nous semble que c’est dans cette perspective que la documentation, beaucoup plus représentative aujoud’hui qu’au moment des thèses fondatrices de G. Bailloud, doit être étudiée. Et c’est à quoi les découvertes champenoises, parmi d’autres, nous invitent malgré leur modestie.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aimé, 1984 = Aimé (G.), « Le Rubané récent de Bavans », in : Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif Central ; Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 45-47 (C.R.E.P.A., cahier no 1).

Aimé, 1987 = Aimé (G.), « Les abris sous roche de Bavans (Doubs), couches 4 et 5 », RAE, 38, fasc. 3-4, p. 397-403.

Amiot, 1985 = Amiot (C.), « Un fragment de bracelet en schiste trouvé à Crenay (Haute-Marne) », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, 9, p. 19-21.

Arbogast, 1983 = Arbogast (R.-M.), Les tombes rubanées en Alsace, Mémoire de Maîtrise, Université de Strasbourg, 2 vol. dactyl.

Arbogast, 1989 = Arbogast (R.-M.), « Étude des vestiges faunistiques des sites rubanés de l’Est de la France : une contribution à l’histoire des ressources camées au Néolithique ancien », in : 16e colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, novembre 1989, résumés des communications.

Arbogast, 1990 = Arbogast (R.-M.), « Observations préliminaires sur l’approvisionnement carné néolithique en Champagne-Ardenne », in : L’Ardenne avant l’Histoire, catalogue d’exposition, ChâteauMusée de Sedan, p. 103-105.

Arbogast, 1991 = Arbogast (R.-M.), « Les restes osseux des grands mammifères du site rubané de Juvigny, “Les Grands Traquiers” et leurs indications sur le rôle de la chasse et de l’élevage », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, éd. de l’A.R.P.E.P.P., p. 15-23.

Arbogast, 1992 = Arbogast (R.-M.), « Les sépultures rubanées d’Alsace : caractéristiques culturelles et régionales », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, Association Internéo., p. 31-40.

Arbogast, 1993 = Arbogast (R.-M.), « Restes osseux du Rubané du Nord-Est de la France », in : Le Néolithique au quotidien ; Actes du 16e colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, novembre 1989 (DAF, 39).

Arbogast, Jeunesse, 1990 = Arbogast (R.-M.), Jeunesse (C.), « Ensisheim “Ratfeld” : quelques données sur la chasse et l’élevage au Néolithique rubané en Alsace », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 287-298 (E.R.A.U.L., 39).

Auxiette, 1989 = Auxiette (G.), « Les bracelets néolithiques dans le Nord de la France, la Belgique et l’Allemagne rhénane », Revue Archéologique de Picardie, no 1-2, p. 13-65.

Bailloud, 1964 = Bailloud (G.), Le Néolithique dans le Bassin parisien, 2e suppl. à Gallia Préhistoire (réédition et mise à jour 1974).

Bailloud, 1971 = Bailloud (G.), « Le Néolithique danubien et le Chasséen dans le Nord et le Centre de la France », Fundamenta A, 3, t. VI, p. 201-245.

Bailloud, 1976 = Bailloud (G.), « Les civilisations néolithiques de la Champagne », La Préhistoire Française, Paris, éd. du CNRS, t. 2, p. 416-421.

Bailloud, 1982 = Bailloud (G.), « Vue d’ensemble sur le Néolithique de la Picardie », Revue Archéologique de Picardie, tiré à part du no 4, 34 p.

Bailloud, 1983 = Bailloud (G.), « Progrès récents dans la connaissance du Néoliothique ancien dans le Bassin parisien », in : Progrès récents dans l’étude du Néolithique ancien ; Actes du colloque international de Gand, 1982, p. 9-16 (Dissertationes Archaeologicae Gandenses, 21).

Becker, Braasch, 1984 = Becker (H.), Braasch (O.), « Plan einer Siedlung aus der Jungsteinzeit bei Harting », Das archaologisches Jahr in Bayern, p. 27-30.

Berthouin, Villes, 1980 = Berthouin (F.), Villes (A.), « À propos d’un vase provenant de Chambon : nouveaux éléments sur le “Groupe de Chambon” », Bull. des Amis du Musée Préhistorique du Grand Pressigny, no 31, p. 21-29.

Blouet et alii, 1988 = Blouet (V.), Buzzi (P.), Decker (E.), Faye (C.), Gueller (P.), Olivier (L.), « Nouvelles précisions sur le Rubané lorrain », Les Cahiers Lorrains, juin, no 2, p. 137-143.

Bonnet et alii, 1988 = Bonnet (C.), Lambach (F.), Plouin (S.), « Colmar, route de Rouffach : un site pré-et protohistorique d’importance.1re partie : le site néolithique rubané », RAE, 39, p. 167-229.

Bonnet et alii, 1979 = Bonnet (C.), Plouin-Mantzer (S.), Lambach (F.), « Le Rubané de la région colmarienne », Le Rubané d’Alsace et de Lorraine : état des recherches 1979, p. 103-128 (Association d’Étude Préhistoriques et Protohistoriques d’Alsace, fasc. 1).

Boureux, Coudart, 1978 = Boureux (M.), Coudart (A.), « Implantations des premiers paysans sédentaires dans la vallée de l’Aisne », BSPF, t. 75, fasc. 5, p. 341-360.

Brandt, Beck, 1954 = Brandt (K.), Beck (H.), « Ein Grosshaus mit Rôssener Keramik in Bochum-Hiltrop (Hilleberg, Grenze Bochum-Herne) », Germania, Bd. 32, p. 260-269.

Bulard, Tarrete, 1980 = Bulard (A.), Tarrete (J.), « L’habitat néolithique des “Longues Raies” à Jablines (Seine-et-Marne), premiers résultats », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Châlons-sur-Marne, mars 1979, p. 75-79 (Pré-et Protohistoire en ChampagneArdenne, no spécial).

Bulard et alii, 1980 = Bulard (A.), Degros (J.), Drouhot (C.), Duhamel (P.), Tarrete (J.), « L’habitat des “Longues Raies” à Jablines (Seine-et-Marne) », in : Le Néolithique au quotidien ; Actes du 16e colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, novembre 1989, p. 41-62 (DAF, 39).

Burnez, 1971 = Burnez (C.), « L’origine et le développement du Néolithique dans le Centre-Ouest de la France », Fundamenta A, 3, t. VI, p. 166-176.

Buttler, 1938 = Buttler (W.), « Beitrage zur Frage des jungsteinzeitlichen Handels », Marburger Studien, p. 26-33.

Cahen et alii, 1985 = Cahen (D.), Langhor (R.), Sanders (J.), Heim (J.), Caspar (J.-P.), « Le village rubané de Darion (province de Liège, Belgique) : études préliminaires », Bull. de la Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire, t. 96. p. 5-86.

Carré, 1980 = Carré (H.), « Évolution des décors céramiques dans le Danubien de l’Yonne », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Châlons-sur-Marne, mars 1979, p. 69-74 (Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no spécial).

Carré, 1984 = Carré (H.), « Habitats danubiens SeineYonne : les maisons de Passy », in : Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif Central ; Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 15-24 (C.R.E.P.A., cahier no 1).

Chenet, 1926 = Chenet (G.), « Le village néolithique d’Ante (Marne) », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, no 4, p. 113-134.

Chertier, 1974 = Chertier (B.), « Danubien et traditions danubiennes en Champagne », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, no 4, p. 2-10.

Chertier, 1980 = Chertier (B.), « Le site néolithique de Larzicourt (Marne), premiers résultats », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Châlons-sur-Marne, mars 1979, p. 51-67 (Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, n+s spécial).

Chertier, 1985 = Chertier (B.), « Les spondyles entaillés de la nécropole danubienne de Larzicourt (Marne), lieu-dit “Champ Buchotte” », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 9, p. 3-18.

Chertier, 1987 = Chertier (B.), « Une nouvelle maison du Néolithique ancien à Larzicourt (Marne), lieu-dit “Champ Buchotte” : étude préliminaire des structures enterrées de l’édifice », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 11, p. 39-54.

Chertier, 1988 = Chertier (B.), « La sépulture danubienne de Vert-la-Gravelle (Marne), lieu-dit “Le Bas des Vignes” », Pré-et protohistoire en Champagne-Ardenne, no 12, p. 36-67.

Constantin, 1985 = Constantin (C.), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, 2 vol. (BAR International Series, 273)

Constantin, 1992 = Constantin (C.), « La céramique du groupe de Cerny dans la vallée de l’Aisne », Revue Archéologique de Picardie, n° 1/2, p. 11-26.

Constantin, Demoule, 1981 = Constantin (C.), Demoule (J.-P.), « Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain dans le Bassin parisien », in : Le Néolithique de l’Est de la France ; actes du colloque de Sens, 1980, p. 65-71 (Soc. Archéologique de Sens, cahier no 1).

Constantin, Lasserre, 1986 = Constantin (C.), Lasserre (M.), « Chronologie fine du Néolithique et datation radiocarbone », in : Actes du 10e colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, octobre 1983, p. 299 (1er suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Coudart, Demoule, 1982 = Coudart (A.), Demoule (J.-P.), « Le site néolithique et chalcolithique de Menneville », Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques, p. 129-147 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial).

Coudrot, 1980 = Coudrot (J.-L.), « Le site d’habitat de la civilisation des Champs d’Urnes de Rosières (Aube), lieu-dit Le Tiergé », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 4, p. 37-68.

Dastugue, 1969 = Dastugue (J.), Informations archéologiques, circonscription de Basse-Normandie. Jort, Gallia Préhistoire, t. 12, fasc. 2, p. 420-422.

Decker, Gambs, 1992 = Decker (E.), Gambs (A.), « Les structures d’habitat du Néolithique ancien de Montenach (Moselle) », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, Association Internéo., p. 41-43.

Decker, Guillaume, 1979 = Decker (E.), Guillaume (C.), « Les sites du Rubané en Lorraine », Le Rubané d’Alsace et de Lorraine, état des recherches 1979, p. 225-243 (Association d’Étude Préhistoriques et Protohistoriques d’Alsace, fasc. 1).

Delibrias, Évin, Thommeret, 1982 = Delibrias (G.), Évin (J.), Thommeret (Y.), « Sommaire des datations 14C concernant la Préhistoire en France. Il : dates parues de 1974 à 1982, chap. VI : Néolithique : de env. 7000 BP à env. 4000 BP », BSPF, t. 79, no 6, p. 175-192.

Delibrias, et alii, 1982 = Delibrias (G.), Guillier (M.-T.), Évin (J.), Chevallier (J.), « Sommaire des datations 14C concernant la Préhistoire en France. III : Dates effectuées de 1979 à fin 1984, BSPF, t. 84, no 7, p. 207-223.

Demetz, 1988 = Demetz (J.-L.), « Étude anthropologique des restes humains de la sépulture de Vert-laGravelle (Marne) ». Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 12, p. 68-69.

Delor, 1991 = Delor (J.-P.), « Les villages néolithiques de Gurgy, “Les Plantes du Mont”, particularités architecturales », Prétirage du 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Exposition, Dijon.

Diepeven, Blanchet, Plateaux, 1992 = Diepeven (M.), Blanchet (J.-C.), Plateaux (M.), « Un nouveau site danubien à Trosly-Breuil (Oise) (Groupe de Villeneuve-Saint-Germain et de Cemy) », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, Association Internéo., p. 79-93.

Ertle, 1964 = Ertle (R.), « Instruments en roche dure dans le Sud-Ardennais », Cahiers d’Archéologie du Nord-Est, t. 7, fasc. 1, no 13, p. 38-42.

Farrugia, 1991 = Farrugia (J.-P.), « L’enceinte de Menneville, “Derrière le village” (Aisne) », Prétirage du 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Résumé des communications, Dijon, 25-27 octobre 1991, p. 37-40.

Gaillard, 1984 = Gaillard (J.), « La tombe néolithique de Germignac (Charente-Maritime) », Gallia Préhistoire, t. 27, no 1, p. 97-119.

Gallay, 1981 = Gallay (G.), « Ein verschollener Grabfund der Bandkeramik von Dijon (Dép. Côted’Or, Ostfrankreich) », Zeitschrift Antike Welt, Jhr. 12, p. 36-43.

Gallay, Schweitzer, 1971 = Gallay (G.), Schweitzer (R.), « Das Bandkeramische Graberfeld von Rixheim (Dép. Haut-Rhin) », Archäologisches Korrespondenzblatt, Bd. 1, p. 15-22.

Gaudron, 1953 = Gaudron (G.), « Gisement des Varennes, à Dormans (Marne) », BSPF, t. 51, no 9-10, p. 386-387.

Gilot, Cahen 1982 = Gilot (E.), Cahen (D.), « Datations 14C du Danubien de Belgique » Notae Praehistoricae, no 2, p. 93-94.

Goury, 1932 = Goury (G.), L’homme des cités lacustres, Paris, éd. Picard.

Gruet, 1991 = Gruet (M.), « Du Cardial en Anjou : Les Pichelots », in : La région Centre, carrefour d’influences ? ; Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 37-43 (Suppl. au Bull. de la Soc. Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois).

Guillaume, 1963 = Guillaume (P.), « Réflexions sur les fouilles du cimetière gaulois des « Varennes » à Dormans, Marne », Cahiers d’Archéologie du NordEst, t. VII, fasc. 2 (no 12), p. 63-72.

Günther, 1976 = Günther (K.), « Die jungsteinzeitliche Siedlung Deiringsen/Ruploh in der Soester Borde », no 16, p. 1-69.

Hatt, 1971 = Hatt (J.-J.), « Un vase campaniforme décoré au peigne provenant de Dormans, au Musée d’Epernay », Mém. de la Soc. d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, t. 86, p. 45-47.

Hurtrelle, Piningre, 1978 = Hurtrelle (J.), Piningre (J.-F.), « Datation radiocarbone du Cerny des Sablins à Étaples (Pas-de-Calais) », BSPF, t. 75, p. 83-86.

Ilett, Plateaux, 1984 = Ilett (M.), Plateaux (M.), « Analyse de la céramique de Cuiry-lès-Chaudardes (Vallée de l’Aisne) : résultats préliminaires », in : Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif Central ; Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 25-30 (C.R.E.P.A., cahier no 1).

Jeunesse, 1986 = Jeunesse (C.), « Rapports avec le Néolithique ancien de la céramique « danubienne » de La Hoguette (à Fontenay-le-Marmion. Calvados) », in : Actes du 10e colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, octobre 1983, p. 31-40 (1er suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Jeunesse, 1987 = Jeunesse (C.), « La céramique de La Hoguette : un nouvel « élément non-rubané » du Néolithique ancien de l’Europe du Nord-Ouest » Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 30, p. 5-33.

Jeunesse, 1992 = Jeunesse (C.), « Du Néolithique ancien à l’Age du Fer, le site du lotissement « Saint-Odile » à Rosheim », Il y a 7000 ans, l’Alsace, catalogue d’exposition, p. 46-69.

Jeunesse et alii, 1985 = Jeunesse (C.), Sainty (J.), Nassau (J.-P.), « Découverte d’un plan de maison du Néolithique ancien à Bischoffsheim (Bas-Rhin) », Association pour la promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, cahier 1, p. 8-23.

Labriffe, 1992 = Labriffe (P.-A. de), « Les sépultures de tradition danubienne dans la vallée de l’Aisne (approche synthétique) », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, Association Internéo., p. 63-78.

Lambert, 1987 = Lambert (L.), « Hache-marteau de Serqueux », Bull. de la Soc. de Sciences Naturelles et d’Archéologie de la Haute-Marne, t. 22, fasc. 18, no 57, p. 415-417.

Lambot, Guérin, 1979 = Lambot (B.), Guérin (F.), « Le site des « Auges » à Rethel (Ardennes) : du Néolithique à l’époque gauloise », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 3, p. 21-35.

Lanchon, 1984 = Lanchon (Y.), Le Néolithique danubien et de tradition danubienne dans l’Est du Bassin parisien, Mémoire de Maîtrise, Université de Paris I, dactyl. 2 vol.

Lanchon, 1992 = Lanchon (Y.), « Le Néolithique danubien dans l’Est du Bassin parisien : problèmes chronologiques et culturels », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, Association Internéo., p. 101-117.

Lanchon, Constantin, 1992 = Lanchon (Y.),

Constantin (C.), « Diachronisme ou synchronisme des groupes de Villeneuve-Saint-Germain et d’Augy-Sainte-Pallaye ? », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, Association Internéo., p. 167-175.

Lepage, 1969 = Lepage (L.), « Éléments du Danubien récent à Hallignicourt (Haute-Marne) », BSPF, t. 66, no 3, p. 79.

Lepage, 1991 = Lepage (L.), Il était une fois... en Haute-Marne, La Préhistoire, Centre d’Études et de Recherches sur la Préhistoire Haut-Marnaise.

Lichardus-Itten, 1986 = Lichardus-Itten (M.), « Premières influences méditerranéennes dans le Néolithique du Bassin parisien, contribution au débat », in : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.), dir., Le Néolithique de la France : hommage à G. Bailloud, Paris, éd. Picard, p. 147-160.

Maillot, Villes, 1977 = Maillot (M.), Villes (A.), « Contribution à l’étude du Néolithique dans l’arrondissement de Vitry-le-François (Marne). I : Objets isolés », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, no 4, p. 3-8.

Maillot, Villes, 1978 = Maillot (M.), Villes (A.), « Contribution à l’étude du Néolithique dans l’arrondissement de Vitry-le-François (Marne). II : Le site de “La Haute-Fontaine” à Bignicourt-sur-Marne », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, no 4, p. 11-14.

Marolle, 1978 = Marolle (C.), « Matériel néolithique dragué dans la Meuse à Remilly-Aillicourt (Ardennes) », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 2, p. 29-32.

Marolle, Lambot, 1979 = Marolle (C.), Lambot (B.), « Les objets lithiques perforés du département des Ardennes », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 3, p. 41-45.

Moddermann, 1970 = Moddermann (P.-J.-R.), Linearhandkeramik aus Elsloo und Stein, 3 vol (Nederlandse Oudheden, 3).

Mordant, 1980 = Mordant (C.), « Position chronologique et culturelle des anneaux-disques et des bracelets en roches schisteuses dans le bassin de l’Yonne », in : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Châlons-sur-Marne, mars 1979, p. 81-87 (Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no spécial).

Mougin, 1877 = Mougin (Dr.), « Foyers gaulois de Plichancourt », Mém. de la Soc. Sciences et Arts de Vitry-le-François, p. 157-172.

Mougin, 1899 = Mougin (Dr.), « Parure de Frignicourt », Travaux de la Soc. Sciences et Arts de Vitry-le-François, t. 19, p. 309-316.

Müller, 1957 = Müller (H.-H.), « Nachahmung einer eingeschnittenen Spondylusmuschel aus einer bandkeramischen Siedlungsgrube von Eperstedt, Kr. Querfurt », Ausgrahungen und Funde, 2, Heft 5, p. 223-225.

Muller-Karpe, 1968 = Muller-Karpe (H.), Handhuch der Vorgeschichte, Zweiter Band : Jungsteinzeit, Munich, 2 vol.

Nicaise, 1881 = Nicaise (A.), « Le cimetière des Varennes, près Dormans (Marne) », Mém. de la Soc. d’Agriculture, Commerce. Sciences et Arts du département de la Marne, 1879-1880, p. 404.

Nicaise, 1986 = Nicaise (A.), « La sépulture néolithique de Moncetz-l’Abbaye (Marne) », Association française pour l’avancement des Sciences, 15e session, Nancy, p. 184-185.

Patte, 1971 = Patte (E.), « Quelques sépultures du Poitou, du Mésolithique au Bronze moyen », Gallia Préhistoire, t. 14, fasc. 1, p. 139-244.

Pétrequin, 1974 = Pétrequin (P.), « Interprétation d’un habitat néolithique en grotte : le niveau XI de Gonvillars (Haute-Saône) », BSPF, t. 71, fasc. 2, p. 489-534.

Piningre, 1974 = Piningre (J.-F.), « Un aspect de l’économie néolithique : le problème de l’aphanite en Franche-Comté et dans les régions limitrophes », Annales Littéraires de l’Université de Besançon, t. 158, Paris, Les Belles Lettres.

Plateaux, 1990 = Plateaux (M.), « Quelques données sur l’évolution des industries du Néolithique danubien de la vallée de l’Aisne », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 239-255 (E.R.A.U.L., 39).

Poulain, 1986 = Poulain (T.), « La faune de la fosse danubienne de Norrois (Marne), lieu-dit La Raie des Lignes », Pré- et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 10, p. 41-43.

Prestreau, 1992 = Prestreau (M.), « Le site néolithique et protohistorique des Falaises de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard (Yonne) », Gallia Préhistoire, t. 34, p. 171-207.

Prudhomme, Villes, 1989 = Prudhomme (P.), Villes (A.), « Tombes de Néon-sur-Creuse (Indre) et groupe de Chambon », Bull. des Amis du Musée Préhistorique du Grand Pressigny, no 40, p. 9-36.

Rémy, 1893 = Rémy (Baron C.), Description de la collection Morel, Reims.

Roosens, 1962 = Roosens (H.), « Gebouwen van een Bandkeramische Nederzetting op de Staberg te Rosmeer », Miscellanea archaeologica in honorem J. Breuer, p. 121-144 (Archaeologica Belgica, 61).

Roussot-Larroque, 1990 = Roussot-Larroque (J.), « Rubané et Cardial : le poids de l’Ouest », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 315-360 (E.R.A.U.L., 39)

Roussot-Larroque et alii, 1987 = Roussot-Larroque (J.), Burnez (C.), Frugier (G.), Gruet (M.), Moreau (J.), Villes (A.), « Du Cardial jusqu’à la Loire », Revue Archéologique du Centre, 26, p. 75-82.

Roussot-Larroque, Thévenin, 1984 = Roussot-Larroque (J.), Thévenin (A.), « Composantes méridionales et centre-européennes dans la dynamique de la néolithisation de la France », in : Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif Central ; Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 109-147 (C.R.E.P.A., cahier no 1).

Sainty et alii, 1984 = Sainty (J.), Thévenin (A.), Piningre (J.-F.), « Le site rubané récent de Rouffach-Gallbühl (Haut-Rhin) », RAE, 35, p. 3-39.

Scapula, 1955 = Scapula (J.), « Un gîte préhistorique dans la sablière de Roche », Almanach de l’Indépendant de l’Aube, p. 53-56.

Scapula, 1975 = Scapula (J.), Un haut lieu archéologique de la haute vallée de la Seine : la butte d’IsleAumont en Champagne.1re partie : Du Néolithique au Carolingien, Troyes, Imp. Paton.

Schmit, s.d. = Schmit (E.), L’archéologie et l’anthropologie marnaises, Manuscrit F 58 à F 63, Archives départementales de la Marne.

Schmit, 1906 = Schmit (E.), « Rosay aux temps préhistoriques et aux époques gallo-romaine et franque », Mém. de la Soc. d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, 1904-1905, p. 113.

Schmit, 1929 = Schmit (E.), « Répertoire abrégé de l’archéologie du département de la Marne », Mém. de la Soc. d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du Département de la Marne, 1926-28, p. 99-303.

Schoenstein, Villes, 1990 = Schoenstein (J.), Villes (A.), « Du Cardial au Nord de la Loire ? » in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 257-285 (E.R.A.U.L., 39).

Schweizer, 1977 = Schweizer (R. et J.), « La nécropole du Danubien moyen de Mulhouse-Est », Bull. du Musée historique de Mulhouse, p. 13-63.

Schweizer, 1979 = Schweizer (J.), « La céramique rubanée dans le Sud Haut-Rhinois », Le Rubané d’Alsace et de Lorraine : état des recherches 1979, p. 135-198 (Association d’Étude Préhistoriques et Protohistoriques d’Alsace, fasc. 1).

Sigaut, 1978 = Sigaut (F.), Les réserves de grains à long terme (techniques de conservation et fonctions sociales dans l’histoire), Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme.

Soudsky, 1969 = Soudsky (B.), « Étude de la maison néolithique », Slovenska Archeologia, t. 177, p. 5-96.

Soudsky et alii, 1982 = Soudsky (B.), Bayle (D.), Beeching (A.), Bicquard (A.). Boureux (M.), Cleuziou (S.), Constantin (C.), Coudart (A.), Demoule (J.-P.), Farrugia (J.-P.), Ilett (M.), « L’habitat néolithique et chalcolithique de Cuiry-lès-Chaudardes, Les Fontinettes-Les Gravelines (1972-1977) », Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques, p. 57-119 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial).

Tappret, 1990 = Tappret (E.), Rapport de fouilles du site d’Écriennes (Marne), lieu-dit « La Folie », Service Régional de l’Archéologie de ChampagneArdenne.

Tappret, Chertier, 1982 = Tappret (E.), Chertier (B.), « Fouille de sauvetage d’un habitat danubien à Norrois (Marne) », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no 6, p. 31-43.

Tappret et alii, 1988 = Tappret (E.), GÉ (T.), Vallois (V.), Villes (A.), « Sauvetage d’Orconte, “Les Noues” (Marne). Néolithique et protohistorique : note préliminaire », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, no 2, p. 3-29.

Tappret, Villes, 1988 = Tappret (E.), Villes (A.), « La céramique non rubanée des habitats rubanés de Champagne », Prétirage du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988.

Tappret, Villes, 1989 = Tappret (E.), Villes (A.), « Les civilisations du Néolithique dans le département de l’Aube, aspects généraux », Pré-et Protohistoire de l’Aube ; catalogue d’exposition, Nogent-sur-Seine, 1989, éd. de l’A.R.P.E.P.P., p. 75-120.

Tappret, Villes, à paraître = Tappret (E.), Villes (A.), « État des données sur le Néolithique ancien en Champagne », in : 30 ans d’archéologie en Champagne-Ardenne ; textes des assises régionales de l’Archéologie, Châlons-sur-Marne, 1990, p. 71-76 (Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, 1993, no 4).

Tarrête, Degros, 1984 = Tarrête (J.), Degros (J.), « Le site néolithique de la Butte Rouge à Sonchamp (Yvelines) », in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien ; Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, septembre 1982, p. 5 1-61 (Revue Archéologique de Picardie, no 1-2).

Thévenin, Sainty, 1979 = Thévenin (A.), Sainty (J.), « Nouveaux sites rubanés et données récentes sur la séquence chronologique Néolithique ancien - Néolithique moyen dans le Bas-Rhin », Le Rubané d’Alsace et de Lorraine, état des recherches 1979, p. 21-79 (Association d’Étude Préhistoriques et Protohistoriques d’Alsace, fasc. 1).

Thévenin, Tritz, 1970 = Thévenin (A.), Tritz (R.), « Nouveaux habitats du Rubané récent dans le HautRhin », BSPF, t. 67, fasc. 1, p. 335-344.

Tricart, 1952 = Tricart (J.), La partie orientale du Bassin de Paris : étude morphologique, t. II : L’évolution morphologique au Quaternaire, Paris.

van Berg, 1987 = van Berg (P.-L.), « Céramique de La Hoguette à Sweikhuizen (Limbourg néerlandais) », Helinium, 27, p. 259-269.

van Berg, 1988 = van Berg (P.-L.), Le poinçon, le peigne et le code : essai sur la structure du décor céramique dans le Rubané récent du Nord-Ouest, Thèse de Doctorat, Université de Liège, 4 vol. dactyl.

van Berg, 1990 = van Berg (P.-L.), « Céramique du Limbourg et Néolithisation en Europe du NordOuest », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 161-208 (E.R.A.U.L., 39).

van Berg et alii, 1992 = van Berg (P.-L.), Keeley (L.), van Roeyen (J.-P.), van Hove (R.), « Le gisement mésolithique de Melsele (Flandre-Orientale, Belgique) et le subnéolithique en Europe occidentale », in : Paysans et bâtisseurs : l’émergence du Néolithique atlantique et les origines du Mégalithisme ; Actes du 17e colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes, octobre 1990, p. 93-99 (5e suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Villes, 1979 = Villes (A.), « La poterie néolithique », Fiches de documentation de la Soc. Archéologique Champenoise, B 31.

Villes, 1980 = Villes (A.), La maison protohistorique et ses annexes en France septentrionale, dans le contexte de l’Europe moyenne tempérée, Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Besançon, 4 vol., 1084 p., 248 fig., à paraître.

Villes, 1981 = Villes (A.), « Précisions sur la céramique d’Écures, commune d’Onzain (Loir-et-Cher) et sur l’Épi-Rubané dans le Bassin parisien », in : Le Néolithique de l’Est de la France ; Actes du colloque de Sens, 1980, p. 27-64 (Soc. Archéologique de Sens, cahier no 1)

Villes. 1982 = Villes (A.), « Le mythe des fonds de cabanes en Champagne », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, 2, p. 3-114.

Villes, 1984 = Villes (A.), « Le Néolithique ancien et le début du Néolithique moyen dans les Pays de la Loire moyenne », in : Influences méridionals dans l’Est et le Centre-Est de la France au néolithique : le rôle du Massif Central ; Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, octobre 1981, p. 57-93 (C.R.E.P.A., cahier no 1).

Villes, 1987a = Villes (A.), « Nouveaux documents sur la culture de Chambon », in : Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale ; Actes du colloque international de Montpellier, 1983, éd. du CNRS, p. 705-717.

Villes, 1987b = Villes (A.), « Documents céramiques de type méridional récemment découverts à Ligueil (Indre-et-Loire) », Bull. des Amis du Musée Préhistorique du Grand Pressigny, no 38, p. 43-48.

Villes, 1990 = Villes (A.), « Les sépultures néolithiques de Menneville (Aisne) », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, no 2, p. 31-58.

Voruz, 1991 = Voruz (J.-L.), « Chronologie du Néolithique d’origine méditerranéenne », in : La région Centre, carrefour d’influences ? ; Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 5-33 (Suppl. au Bull. de la Soc. Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois).

Wendling et alii, 1979 = Wendling (F.), Sainty (J.), Thévenin (A.), « Un nouveau site néolithique du Rubané récent à Schwindratzheim (Bas-Rhin) », Le Rubané d’Alsace et de Lorraine, état des recherches 1979, p. 80-83 (Association d’Étude Préhistoriques et Protohistoriques d’Alsace, fasc. 1).

Wernert, 1948 = Wernert (P.), IIIe circonscription préhistorique. Informations : Quatzenheim, Gallia, t. 6, no l, p. 193-194.

Wernert, 1960 = Wernert (P.), Circonscription de Strasbourg. Informations : Lampertheim, Gallia Préhistoire, t. 3, p. 211.

Willms, 1985 = Willms (C.), « Neolitischer Spondylusschmuck : Hundert Jahre Forschung », Germania, 63, no 2, p. 331-343.

Wolf, 1979 = Wolf (J.-J.), « Contribution à l’étude du Rubané du Sud du Haut-Rhin », Le Rubané d’Alsace et de Lorraine, état des recherches 1979, p. 199-224 (Association d’Étude Préhistoriques et Protohistoriques d’Alsace, fasc. 1).

Wolf, 1992 = Wolf (J.-J.), « Un groupe d’habitats du Néolithique ancien (Rubané récent) à Sierentz, Haut-Rhin », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, Association Internéo., p. 19-25.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte des découvertes du Néolithique ancien en Champagne-Ardenne : 1. Rubané moyen ; 2. Rubané récent ; 3. Rubané récent du Bassin parisien ; 4. groupe de Villeneuve-Saint-Germain ; 5. céramique du Limbourg et de La Hoguette ; 6. découvertes isolées hors contexte ; 7. tombes isolées, sans mobilier ou au mobilier peu typique. Inventaire : 1. Larzicourt ; 2. Orconte ; 3. Norrois, « La Raie des Lignes » ; 4. Vert-la-Gravelle ; 5. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; 6. Orconte ; 7. Écriennes ; 8. Frignicourt ; 9. Rosières-près-Troyes ; 10. Ante ; 11. Plichancourt ; 12. Chouilly ; 13. Vitry-le-François ; 14. Gumery ; 15. Rethel ; 16. Conflans-sur-Seine ; 17. Saint-Léger ; 18. Fontaine-Mâcon ; 19. Gumery ; 20. Juvigny, « Le Pré le Cerf » ; 21. Tours-sur-Marne ; 22. Rethel ; 23. Fagnières ; 24. Romilly-sur-Seine ; 25. Chouilly ; 26. Rosières-près-Troyes ; 27. Moussey ; 28. Saint-Léger ; 29. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; 30. Écriennes ; 31. Sevigny-Waleppe ; 32. Rethel ; 33. Hannogne-Saint-Remy ; 34. Val-de-Vière (Rozay) ; 35. Nogent-sur-Seine ; 36. Moussey ; 37. Lesmont ; 38. Vanault-le-Châtel ; 39. Cloyes-surMarne ; 40. Bignicourt-sur-Marne ; 41. Epernay ; 42. Assenay ; 43. Ay-Champagne ; 44. Crenay ; 45. Pocancy ; 46. Hallignicourt ; 47. Saint-Dizier ; 48. Remilly-Aillicourt ; 49. Cloyes-sur-Marne ; 50. Moncetz-l’Abbaye ; 51. Frignicourt, « Sous les Courbes » et « l’Orconté » ; 52. Marolles ; 53. Moussey ; 54. Hauteville ; 55. Serqueux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2. — A. Bâtiments de Larzicourt (Marne) : 1, 2 et 4, « Ribeaupré » (maison I et bâtiments annexes) ; 3. « Champ Buchotte (maison III) ; B. Bâtiments d’Écriennes (Marne) « La Folie » : 1. maison VI ; 2. maison VII ; 3. maison VIII (d’ap. Chertier, 1980 et 1987 ; Tappret, rapport de fouilles 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 3. — A. Bâtiments d’Écriennes, « La Folie » : 1. maison IV ; 2. maison V ; 3. maison III ; 4. maison I ; B. Quelques éléments de comparaison pour les maisons les plus grandes de Champagne : 1 et 3, Regensburg-Harting (Bavière) ; 2. maison Rössen de Bochum-Hiltrop (Westphalie) (d’ap. Tappret, 1990 ; Becker, Braasch, 1984 ; Brandt, Beck, 1954).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 4. — Bâtiments de l’habitat Rubané moyen d’Orconte, « Les Noues » (Marne) : 1. Maison XII ; 2. maison II ; 3. maison IV ; 4. maison X ; 5. maison VI ; 6. maison III ; 7. maison XI ; 8. maison VII ; 9. maison V ; 10. maison IX ; 11. maison VII (d’ap. Tappret et alii, 1988).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 5. — Plans de sites d’habitat rubané en Champagne : 1. Écriennes, « La Folie » ; 2. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; 3. Orconte, « les Noues » (S : silos, nos 1 à 5 : tombes) (d’ap. Tappret, rapport de fouille 1990 ; Tappret et alii, 1988).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 6. — Profils et coupes de fosses d’habitat du Néolithique ancien en Champagne :A. Orconte, « Les Noues » ; 1. fosse 12 ; 2. fosse 15 ; 3. fosse 19 ; 4. fosse 728 ; 5. fosse 110 ; 6. fosse 729 ; 7. fosse 732 ; 8. fosse 19 bis ; 9. fosse 286 (n.n.p. indique le niveau de la nappe phréatique lors de la fouille) ;B. Écriennes, « la Folie » : 1. fosse 21 ; 2. fosse 15 ; 3. fosse 24 ; 4. fosse 22 (d’ap. Tappret et alii, 1988 ; Tappret, 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 7. A. Mobilier de la sépulture de Vert-la-Gravelle, « Le Bas des Vignes » (Marne) ; B. éléments de comparaison pour les perles trapézoïdales en spondyle : 1 à 5. Chaumont-sur-Yonne (Yonne) ; 6. Assenay, « Champ l’Ile » (Aube) (d’ap. Chertier, 1988).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 8. — Sépultures du Rubané moyen de Champagne et leur mobilier : 1. plan des éléments subsistant en place de la tombe de Vert-la-Gravelle ; 2. spondyle de la tombe 5 de Larzicourt, « Champ Buchotte » ; 3. tombe no 3 d’Orconte, « Les Noues » ; 4, 5 et 8. fragments de spondyie dispersés dans la tombe 4 de Larzicourt ; 6. plan de la tombe 2 d’Orconte ; 7. spondyle de la tombe 4 de Larzicourt, « Champ Buchotte » ; 9. fragments de spondyle dispersés dans cette sépulture ; 10. reconstitution théorique de l’assemblage des perles trapézoïdales de Vert-la-Gravelle en « pectoral ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 9. — Mobilier du Rubané moyen d’Orconte, « Les Noues », structures diverses : à noter, les trapèzes et les fragments d’outils polis en silex.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Fig. 10. — Mobilier céramique de la fosse Rubané moyen de Norrois, « La Raie des Lignes » (Marne) (d’ap. Tappret, Chertier, 1982).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 11. — Mobilier du Rubané moyen de Champagne : A. Larzicourt, « Ribeaupré » ; B. Norrois, « La Raie des Lignes (d’ap. Chertier, 1980 ; Tappret, Chertier, 1982).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 12. — Céramiques diverses du site de Juvigny (Marne), « Les Grands Traquiers ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 13. — Céramiques diverses du site de Juvigny (Marne), « Les Grands Traquiers ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 14. — A. Céramiques diverses du site de Juvigny (Marne), « Les Grands Traquiers » ; B. Instruments en roche dure du même site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 15. — Juvigny, « Les Grands Traquiers », échantillonnage de l’industrie lithique. A. fosse B ; B. fosse M.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 16. — Quelques éléments de comparaison pour la céramique du Rubané de Champagne.A. Rubané moyen : 1 et 5. Rouffach ; 2. Obernai, « Leimthal » ; 3. Habsheim ; 4. Ensisheim ; 6 et 7. Mulhouse-Est, tombes 19 et 14 (d’ap. Bonnet et alii, 1979 ; Wolf, 1979 ; Schweitzer, 1979) ;B. Rubané récent : 1 et 2. Merxheim ; 3. Reichstett ; 4. Metz, « Ban devant les Ponts » ; 5. Habsheim ; 6. Brunstatt (d’ap. Bonnet et alii, 1979 ; Gallia P., 1985 ; Wolf, 1979).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 17. — Mobilier de sépultures du Néolithique ancien du Centre et de l’Est du Bassin parisien : A. Vignely (Seine-et-Marne) ; B. Jablines, « Les Longues Raies » (Seine-et-Mame) ; C. Menneville, « Derrière le Village » (Aisne) : D. Frignicourt (Marne) (d’ap. VILLES, 1984 et 1990 et lithogravure originale de Mougin, 1899).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Fig. 18. — Mobilier de sépultures du Néolithique ancien de l’Est du Bassin parisien (à gauche) et de l’Alsace (à droite). À gauche : A. Maizy-sur-Aisne, structure 48 ; B. même site, structure 45 ; C. Berry-au-Bac, « La Croix Maigret », st. 345 ; D. Cuiry-lès-Chaudardes, « Les Fontinettes », st. 145 ; E. Cys-la-Commune, « Les Longues Raies » (Aisne) ; à droite : A. Rixheim, sép. 2 ; B. sép. 1 ; C. sép. 12 et D. sép. 14 (d’ap. Villes, 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 19. — Mobilier de sépultures du Néolithique ancien de l’Est du Bassin parisien. A. Menneville, sép. 1 ; B. Villeneuve-la-Guyard, sép. Royer (Yonne) ; C. même site, « Terres de Prépoux », sép. double no 1 (d’ap. Villes, 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 20. — Comparaisons pour le mobilier funéraire de Champagne : parure en spondyle du Rubané ancien et moyen d’Europe centrale : A. Zabrdovic ; B, C et E. Kadan ; D. Moravsky Krumlov (rég. de Mähren, Tchécoslovaquie) ; F. Flomborn (Rhénanie-Palatinat, Allemagne) (d’ap. Müller-Karpe, 1968).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 21. — Comparaisons pour le mobilier funéraire : parure en spondyle du Rubané ancien et moyen d’Europe centrale et occidentale : 1. Esperstedt (Kr. Querfurt) ; 2. Friedensdorf ; 3. Ensisheim, « Ratfeld » (Haut-Rhin) ; 4 et 9. Rixheim (Haut-Rhin), sép. 19 ; 5. Worms-Adlerberg (Rhénanie-Palatinat) ; 6. provenance hongroise, non connue ; 7. Nagy Kajdacs (rég. de Tolna) ; 8. Tisza Bura (région de Szolnok) ; 10 et 11. Flomborn (Rhénanie-Palatinat) ; 12. provenance de la région de Tolna ; 13. Merxheim, « Breit » (Haut-Rhin) (d’ap. Buttler, 1938 ; Arbogast, 1983 ; Müller-Karpe, 1968 ; Arbogast, Jeunesse, 1990 ; Müller, 1957).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 22.A. Répartition de la parure en spondyle dans le Néolithique d’Europe. Triangles : V-spondyles, points : autres objets, quel que soit leur type, d’ap. Willms, 1985 (carte actualisée pour la France) ; B. Sépultures du Néolithique ancien en moitié nord de la France : a. V-spondyle ; b. anneau-spondyle ; c. spondyle biforé ; d. perle cylindrique (spondyle) ; e. perle trapézoïdale (spondyle probable) ; f. pendentif arciforme en os, dent ou coquillage ; g. anneau plat en schiste ou roche dure (culture de VSG) ; h. anneau massif en roche dure ; i. bague en os ou coquillage ; j. autres objets.Inventaire des types de découvertes dans les sépultures, par communes (et indépendamment des nos de sépultures ou des lieux-dits) : 1. Menneville ; 2. Pont-Arcy ; 3. Vailly-sur-Aisne ; 4. Cuiry-lès-Chaudardes ; 5. Cys-la-Commune ; 6. Chassemy ; 7. Vieil-Arcy ; 8. Berry-au-Bac ; 9. Maizy-sur-Aisne (Aisne) ; 10. Pontpoint (Oise) ; 11. Vinneuf (Yonne) ; 12. Dijon (Côte d’Or) ; 13. Charmoy ; 14. Escolives-Sainte-Camille ; 15. Champlay ; 16. Chaumont-sur-Yonne ; 17. Chichery (Yonne) ; 18. Marolles-sur-Seine ; 19. Jablines ; 20. Cannes-Ecluse (Seine-et-Marne) ; 21. Villeneuve-la-Guyard (Yonne) ; 22. Montereau ; 23. Vignely ; 24. Château-Landon (Seine-et-Marne) ; 25. Champceuil (Essonne) ; 26. Balloy ; 27. Gravon (Seine-et-Marne) ; 28. Cheny ; 29. Passy (Yonne) ; 30. Frignicourt ; 31. Cloyes-sur-Marne ; 32. Moncetz-l’Abbaye ; 33. Vert-la-Gravelle ; 34. Orconte ; 35. Larzicourt ; 36. Marolles (Marne) ; 37. Romilly-sur-Seine ; 38. Assenay (Aube) ; 39. Ensisheim ; 40. Rixheim (Haut-Rhin) ; 41. La Saulsotte (Aube) ; 42. Höhnheim-Souffelweyersheim (Bas-Rhin) ; 43. Merxheim (Haut-Rhin) ; 44. Dachstein ; 45. Dingsheim ; 46. Entzheim ; 47. Erstein ; 48. Lingolsheim ; 49. Oberschaeffolsheim ; 50. Osthoffen ; 51. Mundolsheim ; 52. Pfulgriesheim ; 53. Reichstett ; 54. Quatzenheim ; 55. Stuzheim (Bas-Rhin) ; 56. Brunstatt ; 57. Habsheim ; 58. Rouffach ; 59. Wettolsheim ; 60. Wittenheim (Haut-Rhin) ; 61. Marainville-sur-Madon (Vosges) ; 62. Luzarches (Val d’Oise) ; 63. Ciry-Salsogne (Aisne) ; 64. Gaillon ; 65. Léry ; 66. Saint-Pierre-la-Garenne, Le Vaudreuil (Eure) ; 67. Armeau (Yonne) ; 68. Moussey (Aube).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 23. — Mobilier du site d’Ante (Marne), d’ap. la publication originale de G. Chenet (1926). Les lettres correspondent aux fosses ; 1 et 2, Conflans-sur-Seine (Marne) (d’ap. Bailloud, inédit) ; 3 et 4. Ante, objets hors structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 24. — A. profil des fosses et B. plan du site d’Ante (d’ap. Chenet, 1926) : 1. limite de la carrière au moment de la fouille ; 2. trou de poteau ; 3. silo ; 4. aire rubéfiée ; 5. cave ; 6. fosse atypique ; C. pour comparaison : silo Villeneuve-Saint-Germain de Jablines (Seine-et-Marne), réutilisé en sépulture : D. silo de Moussey, « Roche » (d’ap. Lanchon, 1984 ; Scapula, 1955).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 25. — Mobilier RRBP et du groupe de Villeneuve-Saint-Germain et trouvailles diverses de l’Aube : A. Gumery, « Les Hauts de Trainel » ; B. 1 et 2. armatures à base concave de Landreville ; 3, 4 et 5. céramique Hoguette, Rubané moyen ou récent et Limbourg de Saint-Léger, « La Folie » ; C. anneau plat en roche dure de Romilly-sur-Seine (d’ap. Tappret, Villes, 1989).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 26. — Rethel, « Les Auges » (Ardennes) ; échantillonnage du mobilier provenant de ramassages de surface (d’ap. Lambot, Guerin, 1979).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 27. — Mobilier de la fosse-silo de « Roche » à Moussey (Aube) (d’ap. Tappret, VILLES, 1989).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 28. — Céramique du Limbourg.A. Juvigny, « Les Grands Traquiers » ; B. pour comparaison : 1. Champlay (Yonne) ; 2. 3 et 5. Cuiry-lès-Chaudardes (Aisne) ; 4. Villeneuve-la-Guyard (Yonne) ; 6 et 7. Aubechies (Hainaut) (d’ap. Constantin, 1985 ; Prestreau, 1992 ; van Berg, 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 29. — Éléments du Néolithique ancien non rubané de Champagne :A.1. Larzicourt, « Ribeaupré », trou de poteau central A4 de la maison I ; 2, 3 et 4. même site, structures diverses ; 5. vase de la fosse 5 (d’ap. Chertier, 1980) ;B. Gumery, « Les Hauts de Trainel » ; 1. céramique attribuée au Limbourg, mais de style méridional ; 2, 3 et 4. céramique attribuée au VSG (d’ap. Lanchon, 1984 ; Constantin. 1985 ; Tappret, Villes, 1989) ; C. pour comparaison, échantillonnage de céramique imprimée de style non cardial du Midi de la France : 1 à 3. Leucate-Corrège (Aude) ; 4 et 5. grotte de Saint-Pierre-de-La-Fage (Hérault) ; 6 et 7. Portiragnes (Hérault) (d’ap. Guilaine, Freises, Montjardin, 1984 ; Arnal, 1983 ; Roudil, Soulier, 1979).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 30. — Découvertes isolées diverses du Néolithique ancien en Champagne :1. Vanault-le-Châtel (Marne) ; 2. Remilly-Aillicourt (Ardennes) ; 3. hypogées de la région des Marais de Saint-Gond (Marne) ; 4. Pocancy, « Le Bas Berlu » (Marne) ; 5. Ay-Champagne, « Warmery haut » (Marne) ; 6. Halligicourt (Haute-Marne) ; 7. Lesmont (Aube) ; 8. Moussey (Isle-Aumont, Aube) ; 10. Saint-Léger (Aube) ; 11. Cloyes (Marne) ; 12. Rethel (Ardennes) ; 13. Hannogne-Saint-Rémy (Ardennes) ; 14. Sevigny-Waleppe (Ardennes) ; 15. environs d’Épernay (Marne) (d’ap. Chertier, 1974 ; Lepage, 1969 ; Tappret, Villes. 1989 ; Marolle, 1978 ; Maillot, Villes, 1977 ; Ertlé, 1964 ; Goury, 1932).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/583/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 709k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search