Version classiqueVersion mobile

Le dépôt d’Évans (Jura)

 | 
Jean-François Piningre
, 
Michel Pernot
, 
Véronique Ganard

Partie I. Le dépôt d’Évans : monographie et comparaisons européennes

7. Conclusion

Jean-François Piningre et Michel Pernot

Texte intégral

1L’ensemble de vaisselles métalliques du dépôt d’Évans constitue une série exceptionnelle à l’échelle de l’Europe par le nombre des récipients et la variété des types représentés dans un même ensemble. À côté des formes classiques, cet assortiment comprend en outre des récipients uniques, comme la jarre biconique, ou jusqu’ici connus en quelques unités seulement comme les bouteilles, les passoires et les puisoirs. D’après les observations effectuées sur le terrain et les vestiges recueillis, il se range enfin parmi les rares dépôts ne comprenant que des pièces de vaisselles qui ne totalisent guère plus d’une vingtaine d’exemples répartis en Europe durant tout le Bronze final.

2Sa position géographique dans le contexte culturel Rhin-Suisse-France orientale, très excentrée par rapport aux autres grands dépôts européens de vaisselles métalliques, constitue aussi une nouveauté. Le dépôt d’Évans présente à lui seul les 2/3 des récipients provenant de cette aire culturelle et plus de la moitié des récipients répertoriés sur le territoire français entre le Bronze final I et le Bronze final IIIa. Il constitue ainsi un ensemble de référence qui dépasse largement le cadre régional du domaine jurassien.

3Parmi les questions posées, celle de l’origine des vaisselles est primordiale pour la lecture et la compréhension d’un tel ensemble. Les moyens mis en œuvre d’une analyse typologique « classique » et du jeu des comparaisons restent sans doute insatisfaisants pour y répondre pleinement. L’importante série de coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice apporte toutefois un argument supplémentaire pour l’identification de deux styles de productions résultant de choix morphologiques et décoratifs. La distinction entre une production « orientale » et une production « occidentale », qualifiée aussi de « palafittique », ne vient pas à l’encontre des hypothèses déjà émises par certains auteurs, bien au contraire. Les résultats de l’étude technologique, que ce soit dans le choix des alliages, des procédés de formage et de décoration, reflètent un certain « classicisme ». Les résultats des analyses des composantes métalliques réalisées sur un échantillonnage de récipients d’Évans, et en particulier ceux des impuretés des tôles, peuvent aller dans le sens d’une bipartition, mais pour quelques récipients seulement. Inversement, les composantes des puisoirs, dont les formes évoquent les standards des chaudrons hongrois, ne se distinguent pas de la masse des coupes occidentales (fig. 91b). De même, les chaudrons de Blanot et d’Évans, pour lesquels une origine orientale est envisagée, offrent des résultats respectifs tout à fait opposés (fig. 91b). Il est vrai que cette approche achoppe sur l’absence de référentiels de comparaison étendus et que, à l’inverse des outils en pierre dont les origines des matériaux sont potentiellement localisables sans équivoque, l’approvisionnement en métal suit des cheminements et des transformations complexes comme l’illustrent ici quelques exemples d’utilisation de tôles provenant du recyclage d’objets plus anciens. À travers ces résultats, la question des modèles et des copies, ainsi que celle du cheminement de ces produits, restent encore largement ouvertes.

4Un second paramètre de lecture concerne la spécificité de ce genre d’ensemble. Le recrutement du dépôt qui rassemble des modèles potentiellement issus de plusieurs secteurs d’approvisionnement, certains éloignés d’un millier de kilomètres, d’autres de quelques jours de marches, n’a rien d’impossible dans le contexte des sociétés de l’Âge du Bronze et de la circulation de biens de prestige. La carte des chaudrons dressée par J.-P. Thevenot, dans laquelle celui d’Évans prend place, constitue un cas d’école. Une forte densité regroupe au nord-est des Carpates/bassin supérieur de la Tisza la grande majorité des exemplaires et tient lieu de centre d’origine d’où partent deux axes de diffusion est-ouest et est/nord-ouest matérialisés par de rares exemplaires espacés de plusieurs centaines de kilomètres. Par le statut élevé de leurs contextes de dépôt (sépultures et assemblages de parures ou d’armement très riches), ces récipients sont considérés comme des objets à valeur symbolique forte dont la diffusion n’est pas compatible avec un système d’échange de proche en proche mais correspond bien à un réseau entre élites au niveau le plus élevé suivant les schémas proposés par C. Renfrew (Renfrew, 1984, fig. 10/4). La répartition d’autres objets d’Évans, comme les bouteilles, voire la passoire conique, pourrait indiquer un cheminement identique (?).

5La répartition des coupes de Kirkendrup-Jenišovice que nous avons classées dans la variante A, fournit une image différente avec deux zones de densité, l’une centrée sur le domaine Jura-Plateau suisse, l’autre en Allemagne du Nord-Jutland, et des répartitions espacées plus diffuses à partir desquelles il est possible de voir une dispersion dans le domaine RSFO et suivant deux axes ouest-est et sud-nord à partir de cette zone. L’existence d’un axe septentrional reliant la Baltique aux lacs suisses, bien attesté jusqu’en Italie du Nord au BF IIIb (Kristiansen, 1993, fig. 14.1-3), reste plus difficile à valider à l’étape précédente, mais peut indiquer les prémices de son développement, que ce soit sous la forme d’échanges de biens ou de circulations de spécialistes. Enfin, une origine centre-européenne des tasses du type B, dont certaines particularités font référence aux exemplaires représentés sur la haute vallée de l’Elbe, pose la question de leur diffusion vers l’ouest compte tenu de la rareté des exemplaires attestés en Allemagne de l’Ouest. Il est difficile de prendre position en faveur d’une diffusion par la haute vallée du Danube, la plus directe, ou suivant un axe nord-est/sud-ouest où se retrouvent la plupart des tasses de Fuchsstadt (fig. 28 et 117).

6L’apparition occidentale des vaisselles métalliques se fait dans l’aire d’influence des cultures d’affinité continentale. À l’échelle de l’Europe septentrionale et orientale, elle accompagne au Ha B1 un phénomène d’expansion de cette catégorie de production. À l’exception de quelques rares exemplaires datables du début du Bronze final dans la plaine ello-rhénane et sur le bassin supérieur de la Saône, ce phénomène ne présente une réelle extension à l’ouest du Rhin que dans la seconde moitié du Bronze final. Des fragments de tôle de bronze sont toutefois signalés en France dans des dépôts d’objets fragmentés antérieurs, mais leur attribution reste à ce jour incertaine faute d’une analyse détaillée de ces fragments qui reste à entreprendre. Tout porte alors à indiquer la nouveauté d’une manifestation qui touche à la fois le réseau des échanges à longue distance de biens de prestige et de transfert de technologie, l’artisanat régional, voire la symbolique, que ces objets sont susceptibles de véhiculer.

7Ces remarques nous ont tout naturellement conduit à examiner la signification du dépôt d’Évans dans le contexte des dépôts comportant des vaisselles métalliques européens contemporains et antérieurs. Ces vaisselles se trouvent associées à des assemblages variés dans la composition et le traitement des objets qu’ils contiennent. Les assemblages montrent des variations suivant les régions, les cultures et la chronologie, ce qui laisse entrevoir des pratiques diversifiées. Comme quelques autres objets les accompagnant dans les dépôts, les vaisselles de bronze appartiennent au domaine exclusivement symbolique. Leur présence concourt à donner une signification particulière aux dépôts qui les contiennent. Parmi ceux-ci, se pose la question du rôle spécifique des dépôts de vaisselles seules dont la majorité se concentre dans la partie septentrionale de la zone d’étude. Dans le cas d’Évans, comme dans beaucoup d’autres, il ne s’agit pas ici d’abandonner des objets sacrifiés par la mutilation, mais des objets complets qu’il est permis de penser encore utilisables et peut-être destinés à l’être par « ceux » auxquels ces dépôts étaient consacrés (?).

8Notre proposition d’interpréter les ustensiles d’Évans comme un ensemble de vaisselles complémentaires et fonctionnelles utilisées dans un cadre cérémoniel ayant recours à la fabrication et à la consommation de boissons fermentées complète celles déjà avancées à propos de quelques ensembles comparables. En poussant plus loin cette interprétation, comme l’ont fait certains auteurs (Jockenhövel, 1999 ; Hänsel, Hänsel, 1997 ; Metzner-Nebelsieck, 2003 ; Martin, 2009), peut-on voir dans les récipients de consommation la représentation réelle – ou simplement symbolique – des participants à la cérémonie ? Il est difficile de répondre à cette question, mais l’exemple d’Évans peut aussi conduire à envisager le dépôt de séries surnuméraires qui, au même titre que les récipients exogènes, notamment les tasses, ont pu contribuer à accroître le prestige de l’ensemble et de l’acte. Dans ce domaine, l’organisation des assemblages lors du dépôt, que nous n’avons pu restituer que partiellement, aurait peut-être pu apporter quelques éléments de réflexion complémentaires sur la signification strictement fonctionnelle ou symbolique de chacun de ces empilements. Autrement dit, ces lots constituaient-ils des assemblages indépendants les uns des autres ayant chacun une signification propre ? Faudrait-il voir alors dans la distinction de ces empilements des lots hiérarchisés comprenant un nécessaire de préparation symbolisant un personnage investi d’un pouvoir religieux, accompagné de dépôts d’une assemblée de notables complétée de séries venant renforcer le prestige de l’offrande ? Cette hypothèse pourrait trouver un parallèle dans les trois lots du dépôt de Blanot où coexistent une parure exceptionnellement riche associée et contenue dans le chaudron couvert par la coupe, une série de plusieurs centaines d’anneaux de bronze accompagnés de quelques pendeloques disparates déposés dans un vase d’argile et une série de bouteilles (fig. 106).

Fig. 117. Hypothèses d’interprétation de la circulation des vaisselles de bronze représentées dans le dépôt d’Évans (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

9On peut aussi évoquer une évolution des pratiques de mise en dépôt entre le début du Bronze final, où les signes de pouvoir sacré – ici sous la forme de vaisselles de métal – sont initialement associés à des sépultures de personnages importants, et le Ha B1 où celles-ci sont dissociées du contexte funéraire. On rejoindrait alors dans le second cas une manifestation sociale rencontrée à plusieurs étapes de la Préhistoire ou de l’Histoire où les personnages dominants ne sont plus propriétaires mais seulement détenteurs de ces objets symboliques d’un pouvoir politique ou/et sacré.

10Le dépôt d’Évans soulève enfin la question de sa localisation sur les marges nord-occidentales du Jura central, dans un secteur où les ensembles de vaisselles métalliques étaient inhabituels jusqu’ici. Le choix de l’emplacement du dépôt dans une doline à proximité d’un cours d’eau majeur fait partie des particularités topographiques propres à cristalliser l’imaginaire en un lieu symbolique.

11À une échelle d’observation plus large, le dépôt d’Évans peut être considéré par sa composition comme l’émanation d’une ou de plusieurs communautés – ou de leurs élites – bénéficiant d’une dynamique économique forte ouverte à différents réseaux d’influence ou d’échanges à longue distance – quels qu’en soient les mécanismes – reflétés par la présence d’objets témoignant d’une richesse particulière. La convergence de plusieurs paramètres a été évoquée pour tenter d’expliquer cette situation. La proximité de sources salées, dont l’exploitation de certaines d’entre elles est démontrée lors de cette étape du Bronze final, est susceptible d’avoir procuré un surplus de richesse pour qui contrôlait l’exploitation et la diffusion de ces produits. La position géographique au débouché de la principale voie de franchissement du Jura central place ce secteur dans une situation privilégiée de débouché occidental du groupe palafittique RSFO de Suisse dont la dynamique à la fin de l’étape moyenne est bien démontrée. Cette situation n’est pas nouvelle. Elle est déjà observable au début de l’Âge du Bronze où quelques sépultures riches trouvent leurs parallèles de part et d’autre du Jura (Mordant, Pétrequin, 1989 ; Pétrequin et alii, 2001, p. 60-61) et à la transition du Bronze moyen et final avec les dépôts d’objets fragmentés et de lingots groupés à proximité des sources salées de la région salinoise (Piningre, Grut, 2010). Dans le cas présent, une évolution nous invite à reconsidérer l’organisation du paysage sacré de la bordure occidentale du Jura aux xie et xe siècles avant notre ère dans un cadre territorial étendu. Ces considérations nous conduisent à examiner ce secteur au contact entre différentes zones d’influences des groupes culturels de la fin du RSFO dans une logique d’appropriation et de sacralisation des territoires (fig. 116).

12Tous ces vases réalisés en bronze – qui sans aucune tromperie est un substitut de l’or – relèvent d’une très haute technologie. La qualité, parfois médiocre à des yeux d’homme d’aujourd’hui, de l’exécution de certains éléments du décor ou le polissage, qui nous semble grossier, des surfaces externes des vases, sont des choix et non le résultat d’un manque de compétences. Il faut cinq, dix ou quinze années d’une éducation par un apprentissage laborieux et obstiné pour prétendre maîtriser la fabrication de telles pièces de vaisselle. En d’autres termes, l’investissement de la part de la société dans la formation de certains de ses membres – un petit nombre bien sûr – est nécessairement très important. La culture technique de la vaisselle de bronze semble bien homogène à l’échelle de l’Europe de la transition du IIe au Ier millénaire. Les « fabricants » sont des hommes qui échangent des savoirs ; les modalités précises de ces transferts de technologies nous échappent. Producteurs et consommateurs n’ont cependant pas pu vivre indépendamment. Ne faudrait-il pas conserver plus présent à l’esprit que, aujourd’hui encore, nous connaissons un peu mieux les hommes qui ont utilisé ces vases que ceux qui les ont fabriqués ?

Table des illustrations

Légende Fig. 117. Hypothèses d’interprétation de la circulation des vaisselles de bronze représentées dans le dépôt d’Évans (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search