Version classiqueVersion mobile

Le dépôt d’Évans (Jura)

 | 
Jean-François Piningre
, 
Michel Pernot
, 
Véronique Ganard

Partie I. Le dépôt d’Évans : monographie et comparaisons européennes

6. Évans et les dépôts de vaisselles du Bronze final : interprétation et symbolique

Jean-François Piningre

Texte intégral

6.1. Le dépôt d’Évans : un ensemble fonctionnel ?

6.1.1. Un dépôt de récipients complets ?

1Les conditions de découverte du dépôt d’Évans laissent planer une incertitude sur l’intégrité des récipients au moment de leur mise en dépôt, nous l’avons vu. Dix-sept récipients, dont trois bouteilles et quatorze coupes, ont été retrouvés conservés dans leur intégralité. Dix-sept autres, soit trois bouteilles, neuf coupes et tasses, deux puisoirs, une passoire et les deux récipients de gros volume, ne présentent que quelques fragments manquants. Leur état actuel laisse supposer que ces dégradations sont imputables aux conditions de découverte. Douze récipients, dont dix coupes et tasses, un pichet et un récipient de type indéterminé, sont beaucoup plus morcelés et incomplets. Ici encore, certains d’entre eux, comme le pichet, sont connus par plusieurs gros fragments appartenant à différentes parties du profil, ce qui permettrait d’écarter l’hypothèse d’une fragmentation ancienne et systématique. Seuls trois récipients posent la question d’une mutilation antérieure à leur mise en dépôt. Il s’agit de l’absence d’une poignée sur les deux puisoirs nos 29 et 39 ainsi que sur la grande passoire qui, par ailleurs, est quasiment complète quoique déformée au niveau du col. Les cassures oxydées de ces partie proéminentes n’offrent évidemment pas la garantie absolue de l’ancienneté de ces bris ni de leur caractère volontaire ou accidentel. Enfin, au risque de nous répéter, nous n’avons noté aucun témoignage de déformation et de mutilation volontaire de la tôle par pliage simple ou multiple, à l’exception bien sûr des traces attribuables sans équivoque aux conditions de découverte généralement accompagnées d’une desquamation des formations d’oxyde et d’une mise à nu du métal. Cette analyse montre qu’une majorité de ces récipients, soit au moins trente-quatre d’entre eux, étaient vraisemblablement complets lors de leur abandon et qu’ils ne présentent aucune trace de mutilation systématique. Plusieurs indices viennent d’ailleurs conforter cette impression. Les traces de contacts attestant l’empilement de vingt-six récipients, les encroûtements d’oxydes résultant de formations de flaques en milieu aéré, l’absence d’impacts de mutilation et de déchiquetage délibéré par pliages répétés vont dans ce sens.

2On constate aussi la rareté des traces de détériorations par l’usage, qui restent la plupart du temps difficiles à établir sur ce type d’objets à l’exception de réparations par rapiéçage. La seule réparation visible sur la coupe no 12 (fig. 18) au moyen d’une agrafe repliée renforçant une fissure au niveau du col peut être consécutive à un accident survenu lors de la mise en forme de la tôle et n’implique pas forcément une réparation d’usage. Le contraste entre les traces d’usure du décor de l’une des anses du chaudron et l’absence d’usure avérée de l’intérieur des anneaux de suspension permettent de poser la question d’un ajout a posteriori d’anses usagées. Tous ces indices postulent ainsi en faveur du dépôt de récipients complets et fonctionnels au moment de leur enfouissement, sans doute dans leur très grande majorité.

6.1.2. Des dépôts organisés

3L’organisation des dépôts de vaisselles multiples est rarement illustrée. Elle n’est connue le plus souvent que par des descriptions qui ne permettent, dans les meilleurs des cas, qu’une restitution schématique de la position respective des objets que nous illustrons à travers quelques exemples empruntés à l’analyse détaillée de T. Soroceanu (Soroceanu, 2005b).

4Compte tenu du petit nombre d’objets, la plupart des dépôts de vaisselles présentent une organisation simple sous la forme d’empilements de deux ou quelques récipients, illustrés ici par le dépôt danois de Lunden. Les deux situles du dépôt de Püspökladány étaient emboîtées l’ouverture vers le bas (fig. 106) ; le dépôt de Hajdúsámson contenait trois chaudrons emboîtés et, dans le plus petit, trois tasses également emboîtées (Patay, 1990).

Fig. 106. Exemples d’organisations de dépôts contenant des vaisselles de bronze (d’après Soroceanu, 2005b ; Thevenot, 1991 ; Martin, 2010 ; May, Schmidt, 1993 ; Verger, 1998).

5Un grand récipient métallique (situle, chaudron, amphore), voire une céramique ou les deux, peuvent servir de contenants à des récipients plus petits, notamment des séries de coupes ou de tasses. Le dépôt de la fin du Bronze final de Herzberg (May, Schmidt, 1993) se présentait sous la forme d’un empilement de cinq coupes déposées dans une amphore (fig. 106) ; l’amphore de la tourbière de Mariesminde contenait onze puisoirs en or (fig. 106).

6Les récipients métalliques du dépôt de Dresden-Dobritz avaient été disposés dans un grand récipient en céramique suivant une organisation qui peut nous éclairer sur celle du dépôt d’Évans (fig. 106). La situle reposait l’ouverture vers le bas et recouvrait neuf tasses et coupes également l’ouverture vers le bas. Six tasses entouraient la situle et la passoire avait été placée sur l’ensemble (Brunn, 1968). Cette disposition évoque aussi celle des dépôts de céramiques de Kahl a. Main datés du début du Bronze final (Wohlfart, 1986, Arch. Jahr Bayern, p. 57, Abb. 29) et de Hartmannshof datés du Hallstatt ancien (Berthold, 1998).

7Bien que numériquement plus modeste, le dépôt de Fresnes servait, quant à lui, de contenant à un ensemble de parures. Il était composé, d’après les inventeurs, de deux coupes emboîtées formant le couvercle d’une troisième qui contenait les objets (fig. 170 - Despriée, 1978). Une disposition à peu près analogue a été signalée pour les deux tasses de Saint-Martin-sur-le-Pré (Marne) qui servaient de réceptacle à huit anneaux ouverts moulurés recouverts d’une feuille d’or et avec une coupe de Kirkendrup-Jenišovice en guise de couvercle (Lallement, 1928) (fig. 177). Cette dernière catégorie associant vaisselles, parures, armement ou objets de prestige peut présenter des formes d’organisation plus complexes comme celle du dépôt de Hajduböszörmény (Mozsolics, 1984).

8Alors que ces exemples montrent généralement le regroupement des objets en un seul lot où le ou les récipients de plus grand volume ont servi de contenant et de couvercle, l’exemple du dépôt de Blanot illustre l’existence de lots juxtaposés enfouis dans une même fosse (fig. 106 - Thevenot, 1991, fig. 2 B-C). Chacun d’entre eux semble avoir eu une signification distincte : le chaudron, dont la coupe formait le couvercle, rassemblait un assortiment de parures d’apparat ; les trois paires de jambières emboîtées, déposées à l’extérieur et à proximité immédiate du premier lot, pouvaient lui être associées. Une série de onze bouteilles regroupées constituaient un second ensemble, alors que le contenu de l’urne en céramique était formé par une série distincte composée essentiellement d’un ensemble d’anneaux, dont la fonction reste inconnue, et de quelques pendeloques disparates. Une interprétation fonctionnelle liée aux contraintes posées par les volumes des récipients semble peu probable si nous considérons la composition de chaque ensemble.

6.1.3. Un assemblage de récipients complémentaires ?

9Si nous examinons le dépôt d’Évans sous un éclairage fonctionnel, sa composition ne constitue pas un assemblage aléatoire (fig. 107). Nous avons constaté que les catégories des vaisselles représentées ici appartiennent aux standards des récipients métalliques du Bronze final européen, excepté l’absence d’un récipient de très grand volume du type situle (Hänsel, Hänsel, 1997, Abb. 1). L’interprétation de ces assortiments, généralement admis comme « services à boire », repose sur les parallèles établis avec la vaisselle d’accompagnement de quelques sépultures riches. Le mobilier de la sépulture de Hart a. d. Alz, avec le chaudron, la passoire et la tasse, en représente l’archétype symbolisant trois fonctions de préparation, stockage, distribution et consommation de boisson (Müller-Karpe, 1959). Ce type d’assemblage de référence, souvent cité, ne constitue pas une règle et se décline dans quelques autres sépultures du Bz D et du Ha A sous des formes diversifiées qui peuvent résulter de dépôts codifiés et refléter une hiérarchie entre ces différents individus (Kytlicová, 1988, 1991 ; Clausing, 1999). Dans la sépulture 11 d’Osternienburg, le chaudron et la tasse étaient associés aux fragments d’un autre grand récipient à poignée coudée (situle ?). Dans l’ensemble 1 de la sépulture à char bavaroise de Poing, la passoire représentait le seul récipient en bronze accompagnant une jarre et un gobelet en céramique de qualité qui illustrent ici le caractère interchangeable de certains de ces ensembles en matériaux moins prestigieux. Les « Kesselwagen » de Milavče (Kytlicová, 1991, Taf. 8/43), Peckatel (Martin, 2009, Taf. 49/150), Skallerup (Thrane, 1962, fig. 25) et le vase coulé monté sur un char miniature d’Acholshausen (Pescheck, 1972) représentent un autre aspect symbolique de ces ustensiles en contexte funéraire masculin.

10Parmi les dépôts composés de vaisselles nombreuses et diversifiées, celui de Dresden-Dobritz présente des caractères très proches de celui d’Évans (fig. 108). Il associe des récipients de préparation – ici un gros récipient à anse et une passoire – à un assortiment de tasses de volumes dissemblables et deux petits puisoirs en calotte munis d’une double perforation sous le bord (Martin, 2009, Taf. 30, nos 118, 119). Il est possible aussi de sélectionner parmi les nombreux objets de tous types du dépôt de Nadap un lot de récipients où sont représentés : un chaudron et un gros récipient à col étroit, une passoire et une série de tasses de différents modules (Petres, 1990). Enfin, le dépôt de Simons Mose (Thrane, 1962) évoque encore ce type d’association avec deux récipients de grand volume, des coupes et tasses.

Fig. 107. Catégories de récipients représentées dans le dépôt d’Évans (dessin V. Ganard, DAO J.-F. Piningre).

Fig. 108. Catégories de récipients représentées dans les dépôts de Simonsmose, Nadap, Dresden-Dobritz (d’après Petres, 1990 ; Jacob, 1995).

Fig. 109. Proposition de la fonction des catégories de récipients présents à Évans dans la préparation et la distribution d’une boisson fermentée (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

11L’utilisation de ces vaisselles pour la préparation de boissons alcoolisées est le plus souvent évoquée à partir de la présence de récipients de grands volumes associés à la passoire nécessaire pour la purification et le filtrage (Jockenhövel, 1994 ; Brun, 1996 ; Hänsel, Hänsel, 1997). D’autres pistes explicatives ont été envisagées. Celle de l’utilisation du chaudron, de la coupe et des bouteilles dans le cadre de soins corporels en est une (Thevenot, 1991 ; Nicolardot, Verger, 1998), mais elle n’a par contre pas été retenue par d’autres auteurs.

12À Évans, les deux récipients de grand volume, le chaudron de près de 8 litres et la jarre biconique de 3 litres, peuvent refléter des fonctions distinctes par leurs morphologies générales très dissemblables et celles de leur encolure, l’une ouverte, l’autre fermée (fig. 109). Le chaudron à anses et fond individualisé en anneau peut être destiné à être suspendu et manipulé, alors que le vase biconique dépourvu de moyens de préhension semblerait avoir été destiné à une fonction plus statique.

13Les passoires utilisées pour le filtrage peuvent également être destinées à deux opérations distinctes compte tenu de leurs tailles et de leurs aspects différents. La plus grande, de 28 cm de diamètre pour une hauteur de 19,2 cm, à lèvre renforcée par un fil de bronze et munie de deux poignées solidement rivées, était sans doute destinée à recevoir une quantité volumineuse de déchets filtrés ou macérés (fig. 109). Par sa hauteur, elle s’adapte à un récipient profond de grand diamètre du type situle, non représenté dans le dépôt, plutôt qu’à un chaudron. La seconde passoire, de dimensions beaucoup plus réduites et peu profonde, était destinée à être suspendue par un crochet latéral sur l’orifice d’un récipient également profond (?) ou manipulée facilement si on interprète aussi ce crochet comme un moyen de préhension. Elle est conçue pour le filtrage d’une quantité de résidus moins volumineuse que précédemment. Ces deux objets peuvent être complémentaires. Ils marqueraient deux étapes de la chaîne opératoire d’un processus de préparation de boisson et seraient destinés à deux opérations distinctes.

Fig. 110. Diagramme des volumes des récipients du dépôt d’Évans (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

14Les puisoirs demi-sphériques, au nombre de quatre, présentent des caractères similaires avec des diamètres avoisinant les 10-12 cm et des hauteurs de 5 cm environ. Ils montrent ainsi une certaine normalisation dans leurs proportions, bien que leurs volumes estimés, qui s’échelonnent entre le tiers et le demi-litre, permettent de séparer deux paires de récipients respectivement proches. Ceux-ci se situent dans la fourchette moyenne des volumes des coupes et des tasses (fig. 110). C’est également aux mêmes proportions que se rattache l’exemplaire d’Egyek (diamètre : 12 cm ; hauteur : 6 cm). La fonction comme ustensile à puiser peut être déduite du profil à bord rentrant ainsi que de la présence d’une poignée coudée unique. Sous une forme sensiblement analogue, mais dotés d’un manche coudé, les puisoirs se perpétuent à la fin du Bronze final puis au Hallstatt ancien où ils sont qualifiés de simpulum. La présence d’un anneau passé dans la poignée du puisoir no 3 laisse penser à un dispositif de suspension qui permettait de le rattacher au récipient contenant le liquide à puiser. De tels anneaux existent aussi sur les poignées d’amphores (Gevelinghausen - Jockenhövel, 1974) mais peuvent, dans ce cas, participer à une ornementation et être dotés de pendeloques.

15Le récipient interprété comme « pichet », dont la fragmentation ne permet toutefois pas de dire s’il était doté d’une ou de deux anses, vient s’inscrire dans l’étape ultime de cette chaîne opératoire. Il peut recueillir le liquide totalement épuré et tenir le rôle d’ustensile de service ou être destiné à l’apport d’un complément liquide à un stade de la préparation.

16Les coupes et les tasses sont généralement classées comme récipients de consommation. À travers la série d’Évans, on constate une variation importante des volumes représentés avec une moyenne plus forte pour les tasses que pour les coupes (fig. 110). Le diagramme montre une progression constante des volumes de chaque type qui s’inscrivent du simple au double pour les tasses et du simple au triple pour les coupes. À partir de ce constat, peut-on alors s’interroger sur les raisons de ces différences sensibles, que ce soit du point de vue utilitaire ou symbolique ?

17Si les catégories auxquelles appartiennent ces récipients entrent volontiers dans la composition d’un service de préparation, distribution et consommation de boisson, la fonction des bouteilles, peu fréquentes dans de tels assemblages, est plus difficile à définir suivant ce schéma. Leur morphologie à goulot étroit et le faible volume de leur panse, de 200 à 300 cm3, les distinguent de la plupart des autres récipients destinés à la consommation. Le col étroit et allongé peut favoriser la manipulation du récipient et son obturation. Plusieurs interprétations peuvent alors être proposées suivant que l’on admette la conservation d’un contenant solide ou liquide destiné à la toilette comme l’ont proposé J.-P. Thevenot et S. Verger, ou encore, ce qui serait plus conforme à l’association d’Évans, à différentes sortes d’aromates destinés à rehausser la saveur de la boisson préparée. Le fond pointu pose également la question de la stabilité de ces récipients nécessitant un support adapté, ou celle d’une utilisation comme récipient à libations (?). Dans le contexte présent, il n’est guère possible de pousser davantage cette analyse, mais nous retiendrons que la morphologie de ces ustensiles n’implique pas forcément une interprétation unique.

18Les observations des différentes catégories fonctionnelles proposées ci-dessus soulèvent la question de leur appartenance à un assemblage cohérent figurant plusieurs stades liés à la préparation et à la consommation de boissons (fig. 109). Cette hypothèse soumise à la discussion peut évoquer les principales étapes de fabrication d’une boisson fermentée générant un résidu volumineux comme le suggère la plus grande des deux passoires. Celle-ci peut être tout à fait compatible avec le filtrage d’un moût ou drêches à l’issue de l’étape de saccharification qui constitue la première étape de fabrication d’une boisson fermentée du genre cervoise ou bière à partir de céréales concassées. Le chaudron, adapté à la cuisson et au brassage par ses anses et sa large ouverture, pourrait également participer à cette étape préliminaire, puis être utilisé ensuite pour la stérilisation du jus obtenu. La seconde passoire, plus petite, peut alors jouer son rôle lors d’un filtrage plus fin du jus troublé par les précipités formés lors de l’ébullition, voire à un filtrage définitif à l’issue de la fermentation. Le pichet peut entrer en service lors de la dernière étape de fermentation et de prélèvement pour le transvasement ou la distribution de la boisson. Le vase biconique à ouverture réduite peut être également utilisé pour cette dernière opération, bien que le grand diamètre du col et le volume des situles, nettement supérieur de plusieurs litres à celui-ci, soient plus adaptés au puisage.

19Cette démarche, décrite à titre d’hypothèse à partir des différentes étapes de la chaîne opératoire d’obtention d’une boisson fermentée suivant une méthode traditionnelle, montre que l’assemblage de vaisselles d’Évans peut être adapté et suffisant pour la préparation d’une boisson du type bière ou hydromel générant une certaine masse de résidus solides. Les principales catégories de récipients représentées se retrouvent à plusieurs reprises en association dans d’autres assemblages (passoire, récipients à ouverture large et étroite) mais n’excluent pas l’utilisation de récipients en matière moins noble à certains stades de la chaîne opératoire (jarre en argile à Dresden-Dobritz, Poing, Hart a. d. Alz). En marge de ce constat, on retiendra également que l’apparition des passoires de type Tiszavasvári marque par leur grand volume une rupture par rapport aux ensembles antérieurs du Bz D et de Ha A où la dizaine de passoires connues se distingue par des formes basses ne dépassant pas 7 cm de hauteur totale pour des diamètres à l’embouchure compris entre 13 et 23 cm (fig. 111). Cette apparition de grands modules peut impliquer une évolution de la nature des boissons ou des modes de préparation, voire un accroissement des volumes préparés, comme semble également le suggérer la progression du volume des chaudrons remarquée par C. Jacob (Jacob, 1995, p. 187).

20Inventaire des passoires métalliques

  • DRESDEN-DOBRITZ : Martin, 2009, Taf. 30/120

  • FALKENBERG : Martin, 2009, Taf. 30/121

  • HART a. d. ALZ : Jacob, 1995, Taf. 9/52

  • KOSTRÆD : Thrane, 1965, fig. 23-24)

  • LANGENGEISLING : Jacob, 1995, Taf. 9/53

  • MILAVČE, Tum. C6 : Kytlicová, 1991, Taf. 28 A1

  • NADAP : Petres, 1990, Taf. 75/187

  • POING : Winghart, 1999, Abb. 10

  • STŘEDOKLUKY : Kytlicová, 1991, Taf. 7/40

  • TISZAVASVÁRI : Patay, 1990, Taf. 46/120

  • VELKÁ-DOBRÁ : Kytlicová, 1991, Taf. 29 A1

  • ZÁLUŽÍ : Kytlicová, 1991, Taf. 28 C1

6.1.4. Un assemblage ritualisé

21Les vaisselles métalliques de l’Âge du Bronze, toutes retrouvées dans des contextes de dépôts, funéraires ou non

  • 19 À l’exception de la question des lacs suisses que nous avons commentée plus haut.

2219, appartiennent à une gamme d’objets particuliers qui échappent à une utilisation domestique et profane et sont exclus de la consommation individuelle. Au même titre que d’autres objets similaires, leur signification religieuse n’exclut pas que ces récipients aient pu jouer un rôle à la fois fonctionnel et symbolique dans la tenue de rituels, mais aussi comme objets d’échanges ou de cadeaux. Nous venons de tenter de montrer que l’assemblage de plusieurs catégories complémentaires de récipients peut induire ici qu’il ne s’agit pas d’objets séparés de tout contexte liturgique.

Fig. 111. Diagramme des rapports utiles hauteur/diamètre des passoires métalliques du Bronze final en Europe. 1. Falkenberg ; 2. Langengeisling ; 3. Évans-10 ; 4. Milavče ; 5. Stredokluky ; 6. Poing ; 7. Záluží ; 8. Dresden ; 9. Hart a. d. Alz ; 10. Nadap ; 11. Évans-9 ; 12. Kostræde ; 13. Tiszavasvári (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

23En complément de cette interprétation fonctionnelle, le dépôt d’Évans, comme d’autres ensembles du même type, se range parmi les dépôts d’objets de prestige. Il associe des objets à forte valeur technique ajoutée (voir la contribution de M. Pernot) que nous pensons issus en partie de productions d’un artisanat spécialisé régional, au sens large, à des importations dont l’origine lointaine peut conférer à ces derniers objets une valeur accrue.

24Leur enfouissement définitif marque l’étape ultime de leur cheminement. La variété des assemblages, la qualité des récipients déposés, ainsi que leur nombre, témoignent de rituels codifiés dont l’interprétation apparaît encore confuse dès lors que l’on s’écarte d’une logique fonctionnelle. On se référera à ce propos aux remarques sur la répétition du nombre de certaines associations par paires, par trois, par cinq ou leurs multiples, éclairée par certains textes antiques (Metzner-Nebelsick, 2003 ; Iliade XXIV 209-246) qui se retrouvent sans mal dans certaines séries d’Évans, dans les paires de coupes et tasses du dépôt de Mas-Saint-Chély ou encore dans les cuirasses de Marmesse (Mohen, 1987).

25L’accumulation de séries d’objets semblables, ici les bouteilles, coupes, tasses et puisoirs, entre également parmi les caractères distinctifs de certains dépôts de prestige ou d’objets entiers (Verger, 1990 ; Milcent, 1998). Elle distingue le dépôt d’Évans des accompagnements funéraires où n’apparaissent, nous l’avons vu dans les sépultures les plus riches, que quelques pièces d’un service évoquant les principales étapes de préparation, ou bien, généralement une seule tasse, exceptionnellement accompagnée d’un autre récipient, dans les sépultures les moins bien dotées (Langengeisling, Falkenberg).

26Cette accumulation peut être alors interprétée de différentes façons suivant que l’on retienne ou non l’hypothèse d’un assemblage strictement fonctionnel ou plus complexe :

  • accumulation de récipients ayant pour vocation de fonctionner ensemble dans le cadre de cérémonies rassemblant un nombre important de participants,

  • assemblage fonctionnel augmenté de dépôts de séries surnuméraires (coupes, tasses, bouteilles),

  • rassemblement d’objets issus de plusieurs communautés, ou d’individus appartenant au sommet de la hiérarchie sociale, enfouis à titre d’offrandes dans des circonstances particulières et sans doute exceptionnelles si l’on en juge par la rareté de ce genre de dépôts.

27Parmi les coupes de Kirkendrup-Jenišovice du dépôt d’Évans, nous avons isolé aux côtés d’exemplaires souvent uniques, deux séries de récipients qui offrent de fortes similitudes par leurs proportions et leurs décors à un ou deux rangs de bossettes. Sans ignorer le caractère spéculatif de cette argumentation, se pose pour ceux-ci la question d’une origine d’un même atelier de ces pièces qui nous renvoie à d’autres exemples comme les séries de tasses du dépôt éponyme de Jenišovice ou de celui de Štramberk. Doit-on alors interpréter ces récipients comme des fabrications spécialement destinées au dépôt ?

28Si nous retenons le caractère individuel du dépôt de Blanot, tel que l’ont proposé J.-P. Thevenot et S. Verger à partir de la composition des parures associées, la distinction entre dépôt individuel et collectif peut être recevable. À côté des récipients de préparation qui n’évoquent à Blanot qu’une partie de la chaîne opératoire avec le chaudron et les bouteilles, la coupe unique pourrait représenter le récipient de consommation personnel de la détentrice des parures. Se pose alors à Évans la question de la signification de la variété des tasses et coupes : ont-elles toutes le même statut au sein de l’ensemble, ou bien représentent-elles des symboles distincts en fonction de leur origine, de leurs volumes, voire de leurs décors ? Suivant la première hypothèse, le nombre élevé de trente-quatre coupes et tasses représenterait alors un effectif particulièrement important de notables associés à la déposition et/ou à la cérémonie qui l’a accompagnée. Régionalement, il n’est guère possible d’évaluer ce que représentent dans la hiérarchie sociale les possesseurs de ces récipients. Si nous nous tournons vers la Bavière et l’Autriche, les tasses déposées dans des contextes funéraires représentatifs apparaissent peu nombreuses par rapport au nombre de sépultures connues : une à deux sépultures seulement dans des cimetières, ou des portions de cimetières, de plusieurs dizaines ou plus rarement de plusieurs centaines de sépultures (Volders), recouvrant souvent plusieurs étapes du Bronze final (Haunstetten I, Gernlinden, Innsbruck-Wilten, Langengeisling, Völs). Cet échantillon restreint reflèterait donc un très petit nombre de personnages potentiellement détenteurs de ces récipients au sein d’une même communauté. Cette proposition, dont nous n’ignorerons pas le caractère spéculatif, laisserait alors penser à un recrutement géographique étendu des pièces du dépôt en admettant qu’elles soient représentatives de dons individuels. Elle montrerait alors le pouvoir attractif de la cérémonie présidant à l’enfouissement de ces offrandes, et aussi celui de ses organisateurs.

29Faudrait-il voir alors dans le cas présent la marque d’un dépôt collectif où les récipients de consommation correspondraient à l’offrande d’une assemblée de notables initiés, participant à la cérémonie (Jockenhövel, 1994 ; Hänsel, Hänsel, 1997), ou le fait d’un personnage important, voire d’une famille ou d’un groupe de notables, faisant offrande de récipients reçus en cadeaux, symboles de la puissance d’un lignage ?

6.2. Le reflet d’une dynamique régionale en contexte RSFO ?

6.2.1. Un lieu de déposition symbolique

30Le caractère exceptionnel du dépôt d’Évans nous conduit à nous interroger sur les raisons qui ont pu conduire certains individus ou plusieurs communautés à enfouir un tel ensemble. Les lieux de dépôt d’objets métalliques à l’Âge du Bronze ont fait l’objet de plusieurs synthèses récentes qui montrent le caractère récurent de contextes privilégiés, et, quelquefois, de certaines préférences régionales : marécages, ambiances humides en bords de rivières ou de littoral au Danemark, en Allemagne septentrionale ou en Angleterre ; positions élevées, fissures de rochers et grottes dans des milieux collinéens ou montagnards. Inversement, les nombreux enfouissements en fosses, quelquefois accompagnés d’un aménagement de pierres, ne se signalent pas forcément par un contexte topographique particulier (Huth, 1997 ; Metzner-Nebelsik, 2003 ; Soroceanu, 2005). Tout au plus pourrait-on alors supposer que des repères visibles lors de la déposition ont maintenant disparu ou que le lieu de dépôt représentait un poids symbolique suffisamment fort pour être ancré dans la mémoire populaire ? Ces exemples impliquent alors que, si la particularité de certains lieux de dépôts est bien réelle et a nécessairement joué un rôle dans le choix de l’emplacement retenu, celui-ci ne se satisfait pas uniquement de ces seuls critères physiques. Ces lieux de dépôts sont généralement à l’écart des lieux de la vie quotidienne et figurent des zones de transition physiques (relief, rivière) ou figurées. Le contexte social et cosmologique préside également au choix du lieu qui relève de l’imaginaire et s’avère beaucoup plus difficile à établir (Fontijn, 2002). La caractérisation de ces zones peut s’effectuer suivant plusieurs niveaux d’approches selon que l’on considère le terroir d’une communauté rurale, le territoire d’un groupe ou, de façon plus étendue, l’environnement culturel.

Fig. 112. Le lieu du dépôt est situé sur le plateau dominant la bordure septentrionale de la vallée du Doubs (photo J.-F. Piningre ; Google Map).

31Dans le cas présent, le lieu d’enfouissement des vaisselles d’Évans du côté occidental d’une doline de plusieurs dizaines de mètres de diamètre s’inscrit parmi les anomalies topographiques remarquables dont le choix n’est sans doute pas fortuit. Il peut refléter, au même titre que les grottes ou les fissures de rocher, un lien avec des puissances chtoniennes auxquelles ces offrandes peuvent avoir été dédiées. La topographie du plateau d’Évans, perforée de plusieurs de ces dépressions profondes aux parois abruptes, sans doute moins atténuées à l’Âge du Bronze qu’actuellement par les colluvions, était propre à fournir à la fois un emplacement repérable et une anomalie géomorphologique évoquant un accès comblé – supposé momentanément ? – vers les profondeurs de la terre, lieu de communication avec les puissances surnaturelles propre à cristalliser les croyances.

32Un autre point remarquable de la topographie de ce secteur représenté par la proximité de la vallée d’une rivière importante est également à prendre en compte (fig. 112). La vallée du Doubs offre le long de la bordure septentrionale du Jura un axe de circulation naturel nord-est/sud-ouest qui relie les bassins supérieurs de deux fleuves européens majeurs, le Rhin d’une part et le couloir Saône-Rhône d’autre part. Nous avons vu dans le cadre de la présentation de l’environnement du site que la position d’Évans se trouve à une rupture du cours du Doubs et coïncide avec le débouché occidental de la partie encaissée de la vallée entaillant les avant-monts et les derniers contreforts du massif jurassien. Au pied même du site enfin, les escarpements bordant la vallée du Doubs s’abaissent alors que la rivière se fait plus divagante. Avant la régularisation de son cours, elle se séparait en plusieurs bras enserrant des îles favorables au franchissement, comme le montre encore la carte de Cassini au xviiie siècle.

6.2.2. Un statut territorial particulier ?

33Par son caractère exceptionnel, le dépôt d’Évans, qui associe un nombre inhabituel de récipients d’origine régionale et plusieurs objets issus d’importations sur de longues distances, témoigne-t-il du rôle particulier de ce secteur du Jura du point de vue économique, culturel et social ? Cette question peut être abordée du point de vue spatial dans la mesure où des études récentes s’accordent à voir dans la localisation des dépôts un élément signifiant dans la structuration des territoires à l’Âge du Bronze (Brun, 1993 ; Mordant, 1998 ; 2007, Fontijn, 2002).

34Dans un périmètre proche, l’environnement archéologique immédiat d’Évans est peu documenté (fig. 113). Quelques petits dépôts de bronzes se succèdent toutefois durant le Bronze final dans cette portion de la vallée du Doubs, sans accorder à ce secteur une prééminence particulière. Le petit dépôt de Saint-Vit « Bois-de-l’Ange » (Doubs), daté du BF I, fait écho aux dépôts contemporains de la région salinoise mais s’en distingue par son petit nombre d’objets pour une masse d’un peu plus de 1 kg (communication D. Daval, inédit). Pour le BF III, le dépôt hétérogène de Grandfontaine n’est connu que par quatre haches dont la chronologie s’étend du Bronze ancien à la fin du Bronze final (Millotte, 1963). Les deux anneaux de chevilles identiques du type Bouclans-Pourrières (BF IIb-IIIa) de Boussière pourraient également avoir appartenu à un dépôt (ibid.). On notera également la découverte inédite d’une serpe du type Brentonico et assimilé dans la petite grotte en diaclase de la Veloupe (commune de Roset-Fluans, communication P. Mosca, inédit). Cet objet, original au nord du Jura, témoignerait de contacts avec l’Italie du Nord par l’intermédiaire du Plateau suisse où quelques fragments de ces outils sont également connus (Primas, 1986, p. 194). Son abandon dans un milieu karstique indique un lieu de dépôt qui n’est sans doute pas fortuit, ni anodin. Enfin, quelques indices attribuables à des sépultures démantelées par l’érosion signalent une occupation de l’important méandre voisin de Saint-Vit au BF IIb-IIIa, où les nécropoles à enclos, incomplètement fouillées, se poursuivent jusqu’au premier Âge du Fer (Urlacher et alii, 1988 ; Urlacher et alii, 2008). On constate ainsi que le secteur d’Évans n’est pas neutre, même si la documentation disponible pour cette période de l’Âge du Bronze est ponctuelle et lacunaire et ne peut guère justifier à elle seule la présence de ce dépôt remarquable.

35Dans un contexte géographique plus étendu, à l’est/sud-est, des habitats en grottes, quelques habitats ouverts, quelques sépultures et objets isolés (parmi lesquels la coupe de Kirkendrup-Jenišovice de Cramans, le long de la Loue) témoignent d’un peuplement régulier des vallées encaissées dans les derniers contreforts bordant les plateaux du Jura central (fig. 113). Le rapprochement des vallées du Doubs et de la Loue, distantes au niveau de Quingey (Doubs) de 5 km à peine, a sans doute favorisé les communications entre ces deux cours d’eau dont l’importance dans la pénétration du plateau jurassien est attestée en amont par de nombreux indices de fréquentation. À l’ouest, une documentation particulièrement riche et variée suggère la polarisation d’un peuplement stable et sans doute important à la confluence du Doubs et de la Loue et dans le Finage dolois durant tout le Bronze final. Les nécropoles en tombes plates et à enclos des « Champins » qui s’étendent aux confins des communes de Damparis et de Choisey (Simonin, 1996 ; D. Baudais, Inrap, inédit), le dépôt de « la Petite Épine » à Tavaux (Millotte, 1963, p. 346) contribuent à éclairer l’importance de ce secteur au BF IIb-IIIa. Un autre secteur de polarisation potentielle du peuplement est représenté à 25 km au sud par la région de Salins-les-Bains, Arbois, Grozon (Jura) qui associe des sources salées, exploitées dès le Néolithique (Pétrequin et alii, 2001), au débouché d’un des principaux axes d’accès aux plateaux du Jura central par la reculée de la Furieuse et de ses affluents. Le rôle prédominant de ce secteur y est attesté dès la fin du Bronze moyen et au début du Bronze final par une concentration exceptionnelle de vingt-neuf dépôts de bronzes, ainsi que par l’occupation du site fortifié du « Camp de Château » contrôlant ce territoire. Plus difficile à dater, le dépôt anciennement découvert à Grozon et disparu pourrait venir s’ajouter à cette liste (Millotte, 1963). Cette occupation se poursuit ensuite au RSFO, puis à la fin du Bronze final (Piningre et alii, 2004 ; Piningre, Grut, 2010).

36S’il fallait chercher une justification du dépôt d’Évans à partir de ces critères répartis dans un périmètre d’une vingtaine de kilomètres, l’analyse nous invite à ne pas sous-estimer non plus le caractère lacunaire de notre information. Les portions de vallées du Doubs en aval d’Évans et de la Loue jusqu’à leur confluence sont vierges de vestiges datés de la période qui nous intéresse ici. Cette plaine alluviale spacieuse est sans doute encore insuffisamment documentée si on considère que les nombreux enclos circulaires repérés en prospection aérienne, régulièrement répartis le long de ces vallées, reflètent un peuplement potentiel continu entre la fin de l’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer (Urlacher et alii, 1988). Entre ces deux rivières, le vaste no-man’s-land forestier, occupé par les dépôts alluviaux de la forêt de Chaux, peut avoir joué de tout temps le rôle de repoussoir au peuplement, voire au franchissement de ce secteur ingrat qu’il était plus aisé de contourner. La position du dépôt d’Évans, dans le prolongement septentrional du débouché de la reculée de Salins, pourrait aussi s’expliquer suivant ce postulat.

Fig. 113. Carte de localisation du dépôt d’Évans dans son contexte régional du Bronze inal IIb-IIIa (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

37Si la corrélation entre dépôts de bronzes – tous en bordure de plateau et proches du site fortifié du Camp de Château – et lieux de contrôle et de richesse semble explicite entre la in du Bronze moyen et le Ha A1 dans le secteur saunier de Salins-les-Bains, tout comme dans celui de Lons-le-Saunier d’ailleurs (Piningre, Grut, 2010), il semble en être autrement à l’étape suivante. Le long de l’arc jurassien, on constate alors une diversification des types de dépôts dont la composition se fait plus sélective. À côté des dépôts d’objets fragmentés qui s’inscrivent dans la tradition de l’étape précédente (Larnaud, Bouclans, Villars-sous-Dampjoux), apparaissent des assemblages d’objets entiers comprenant des assortiments de parures (Mont-Julien à Pont-de-Roide, Quitteur, Baume-les-Messieurs), ainsi que des ensembles d’objets exceptionnels comme les cuirasses de Véria (Millotte, 1963) ou la riche parure féminine de Mathay (Piningre, 2010), parmi lesquels figure le dépôt de vaisselles métalliques d’Évans. Une majorité de ces dépôts dont les statuts peuvent être différents, et parmi eux les plus prestigieux, se répartissent maintenant suivant un maillage espacé de plusieurs dizaines de kilomètres le long de la bordure occidentale du Jura (fig. 114). Nous ne sous-estimerons pas le rôle des axes de communication nord-est/sud-ouest longeant le piémont jurassien et la vallée du Doubs, mais la position de ces dépôts aux débouchés des principaux accès au plateau semble aussi privilégier des seuils de communication sur les voies de passage obligé du Haut-Jura en direction du Plateau suisse : par le col de Jougne ou le Val de Travers pour le Jura central, le coude du Doubs et la vallée de la Birse au nord, ou les vallées du Jura méridional du Suran, de l’Ain et de la Bienne. On peut alors penser que les dépôts sont associés à des secteurs de vallée à fort potentiel de peuplement, au contact d’entités naturelles distinctes que sont les plaines alluviales et la plaine de Bresse, d’une part, et le premier plateau du Jura d’autre part. C’est également dans ces mêmes contextes que se répartissent les rares sites fortifiés de hauteur ayant fourni des indices d’occupation au RSFO. Au nord, le secteur de Pont-de-Roide, avec le site du Mont-Julien dominant la haute vallée du Doubs et environné par trois dépôts, n’est distant que d’une dizaine de kilomètres du dépôt de Mathay. Plus à l’ouest, de part et d’autre du Doubs, on est également tenté d’associer le dépôt de Bouclans et l’éperon du Mont-Souvance à Laissey qui domine de près de 300 m le cours de la rivière. Plus au sud, le dépôt de Larnaud, au contact de la Bresse jurassienne, se trouve à moins de 10 km des sources salées de Montmorot et de Lons-Le-Saunier, alors que celui de Véria est proche de la vallée du Suran qui constitue avec l’Ain un axe de pénétration sud-nord du Jura méridional. Dans ces derniers cas, la présence de sites de hauteur n’est pas attestée, mais plusieurs candidats potentiels occupés par des forteresses médiévales existent dans cette zone.

Fig. 114. Carte des dépôts du B. F. IIb-IIIa en Franche-Comté (DAO J.-F. Piningre).

Fig. 115. Carte des vaisselles métalliques en contexte RSFO (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

38Cette rapide excursion parmi les dépôts jurassiens a pour effet de montrer, à l’intérieur d’une même unité culturelle, la diversité de ces assemblages appartenant à la même tranche chronologique, qui résultent sans doute de circonstances et de codes d’enfouissement distincts. La question de leurs statuts respectifs reste posée entre les dépôts d’objets fragmentés et les assemblages d’objets entiers, ainsi qu’entre les compositions dissemblables, quantitativement et qualitativement, de cette seconde catégorie. Tous les ensembles hors normes, composés de pièces d’armement, de parures riches ou de vaisselles métalliques, signalent dans un secteur géographique donné la présence de communautés et d’une élite aptes à s’approprier de tels biens par le contrôle direct de certaines productions, par le jeu d’alliances et d’échanges de biens « exotiques » manufacturés issus d’ateliers fort éloignés de leurs lieux d’enfouissement. Les dépôts d’offrandes dans le cadre de cérémonies ritualisées concourent à renforcer la puissance et le prestige de ces individus et de leur parenté.

Fig. 116. Carte des influences culturelles dans le Jura au RSFO (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

39À l’échelle de la France, la répartition des dépôts de vaisselles du Ha B1 coïncide avec l’aire d’extension de la céramique RSFO telle qu’elle a été définie à plusieurs reprises (Brun, Mordant, 1988) (fig. 115). Seul le dépôt de Braud-et-Saint-Louis, qui comprend aussi un fragment d’agrafe de ceinture type Larnaud, se situe en contexte nettement Atlantique dans une zone qui se trouve toutefois peu éloignée de la limite d’influence du RSFO dans le sud-ouest de la France. L’association d’objets atlantiques et continentaux d’affinité France de l’Est-Jura n’est pas exceptionnelle puisque l’existence de dépôts mixtes est attestée par d’autres exemples dans le domaine atlantique, comme les dépôts de Saint-Léonard-des-Bois (Charnier et alii, 1999), des Châtelliers à Amboise (Cordier, 2002), de Brécy (Aisne - Blanchet, 1984, fig. 137) ou encore d’Hornoy (Somme) (communication J.-C. Blanchet, APRAB, 3 mars 2012). D’autre part, la fragmentation des récipients de Braud-et-Saint-Louis témoigne d’un traitement différent de celui de la majorité des vaisselles retrouvées en dépôts et répondant sans doute à d’autres codes. Conjointement, on notera que plusieurs de ces dépôts y occupent une place périphérique (Fresnes, Mas-Saint-Chély, Sinsin). Inversement, on peut remarquer leur absence au sud-est de l’aire de répartition correspondant à la zone palafittique de Suisse nord-occidentale. Avec le dépôt de parures riches de Mathay (Doubs) (Piningre, 2010), celui d’Évans s’insert enfin dans une répartition est-ouest des dépôts de prestige RSFO (toutes catégories confondues) qui occupent un axe entre la Trouée de Belfort et la confluence Loire-Cher précédemment remarqué par C. Mordant (Mordant, 1998).

6.2.3. Les composantes géo-culturelles d’Évans. Un relais entre les influences centre-européennes et nord-alpines

40De part et d’autre du Jura central, les liens apparaissent renforcés au Ha B1, soit durant le xe siècle av. J.-C. Les formes et les décors riches des céramiques des horizons D2 et C3 de la grotte des Planches-près-Arbois ou des habitats ouverts du Finage dolois (Tavaux) offrent des parallèles étroits avec les productions du lac de Neuchâtel (Pétrequin et alii, 1985 ; Ganard, 2004). Au nord du Jura, la distinction de deux zones d’évolution stylistique a été remarquée par P. Pétrequin de part et d’autre d’une zone de contact matérialisée par la vallée du Doubs, l’une d’influence Main-Souabe, l’autre Suisse occidentale (Pétrequin et alii, 1985, fig. 200). L’accroissement de la documentation, avec la fouille des habitats de Quitteur sur la Saône dans la région de Gray et, dans la région dijonnaise, du « Pré-du-Plancher » à Varois-et-Chaignot (Ducreux, 2007), vient alimenter cette analyse. Même s’il convient de minimiser le rôle des influences Main-Souabe stricto sensu, les affinités céramiques de l’ensemble septentrional se caractérisent davantage durant le Ha B1 en termes d’évolution du substrat local d’affinités nord-orientale et rhénane imperméable graduellement aux composantes de Suisse occidentale (Brun, 1988, fig. 6 ; Nicolas, 2009, fig. 5).

41Au sud du Jura - haute vallée du Rhône, l’identification d’ensembles de l’étape récente du RSFO traduit des différences sensibles par rapport aux secteurs précédents par une simplification des décors céramiques et du corpus des formes. Des parallèles établis entre la Savoie, la région Rhône-Alpes (Simandres - Thiériot, 2005), le sud du Jura (Andelot-Morval, Chancia - Magny et alii, 1984 ; Aimé, Jacquier, 1985) et la basse Saône (Chalon-sur-Saône « Gué-des-Piles ») laissent également penser à une identité distincte de ce secteur géographique séparant le Jura méridional et la haute vallée du Rhône par rapport à l’ensemble formé par le Plateau suisse et le Jura central (Thiériot, 2005, fig. 15). Ce découpage, encore très théorique et aux limites imprécises, devra être validé à l’aide d’autres données relevant de l’économique et du social.

42À la lumière de ces propositions, l’existence du dépôt d’Évans, au même titre que d’autres dépôts riches, peut paraître moins inattendue dans le cadre des jeux d’influences et des contacts au nord-ouest du Jura à la fin du RSFO. Son apparent isolement le place toutefois à l’interface de plusieurs aires d’influences sur des axes de communications majeurs bénéficiant de surcroît de la proximité de sources salées favorables à une dynamique économique et sociale (fig. 116). Si nous retenons l’hypothèse toujours actuelle d’une origine « palafittique » des nombreuses coupes de type A contenues dans le dépôt, l’existence du dépôt d’Évans prendrait alors toute sa signification au débouché occidental d’une des voies de franchissement du Jura et de contact avec le domaine lacustre. La composition même du dépôt, associant une part non négligeable de récipients orientaux absents du domaine lacustre suisse, accorde aussi à ce secteur une position remarquable dans les relations nord-orientales. Un axe est-ouest danubien est également matérialisé à la même période par la répartition d’autres objets de prestige comme les cnémides décorées de bossettes et pointillés de type Kuřim représentées dans le dépôt de Bouclans et auxquelles peut être attribué un fragment du dépôt de Boutigny-sur-Essonne (Clausing, 2002, carte 7).

Notes

19 À l’exception de la question des lacs suisses que nous avons commentée plus haut.

Table des illustrations

Légende Fig. 106. Exemples d’organisations de dépôts contenant des vaisselles de bronze (d’après Soroceanu, 2005b ; Thevenot, 1991 ; Martin, 2010 ; May, Schmidt, 1993 ; Verger, 1998).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 107. Catégories de récipients représentées dans le dépôt d’Évans (dessin V. Ganard, DAO J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Légende Fig. 108. Catégories de récipients représentées dans les dépôts de Simonsmose, Nadap, Dresden-Dobritz (d’après Petres, 1990 ; Jacob, 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig. 109. Proposition de la fonction des catégories de récipients présents à Évans dans la préparation et la distribution d’une boisson fermentée (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 110. Diagramme des volumes des récipients du dépôt d’Évans (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 111. Diagramme des rapports utiles hauteur/diamètre des passoires métalliques du Bronze final en Europe. 1. Falkenberg ; 2. Langengeisling ; 3. Évans-10 ; 4. Milavče ; 5. Stredokluky ; 6. Poing ; 7. Záluží ; 8. Dresden ; 9. Hart a. d. Alz ; 10. Nadap ; 11. Évans-9 ; 12. Kostræde ; 13. Tiszavasvári (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 112. Le lieu du dépôt est situé sur le plateau dominant la bordure septentrionale de la vallée du Doubs (photo J.-F. Piningre ; Google Map).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Légende Fig. 113. Carte de localisation du dépôt d’Évans dans son contexte régional du Bronze inal IIb-IIIa (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 114. Carte des dépôts du B. F. IIb-IIIa en Franche-Comté (DAO J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Fig. 115. Carte des vaisselles métalliques en contexte RSFO (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 116. Carte des influences culturelles dans le Jura au RSFO (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5781/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 735k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search