Version classiqueVersion mobile

Le dépôt d’Évans (Jura)

 | 
Jean-François Piningre
, 
Michel Pernot
, 
Véronique Ganard

Partie I. Le dépôt d’Évans : monographie et comparaisons européennes

5. La place du dépôt d’Évans dans son contexte régional et européen

Jean-François Piningre

Texte intégral

5.1. Production et diffusion des vaisselles métalliques au début du Bronze final

5.1.1. Les conditions de l’étude

1L’origine et la diffusion des vaisselles métalliques de l’Âge du Bronze final sont au centre des questions suscitées par leur large répartition à l’échelle européenne. Plusieurs interrogations alimentent ce débat. En premier lieu, celle des lieux de production spécialisés qui sous-tend la question complexe des centres d’innovation, de l’existence d’ateliers de fabrications uniques ou multiples, de transferts de technologie, voire du déplacement d’artisans spécialistes. Partant de là, découle l’approche des courants de diffusion et des modalités de distribution de ces objets particuliers. Dans le cadre de cette analyse, il convient de tenir compte en effet de la particularité de ces objets de prestige dont le transfert peut échapper aux circuits de productions et d’échanges traditionnels. À l’inverse d’une grande partie des objets de métal de l’Âge du Bronze, les vaisselles de bronze battu ont été conçues dès leur origine par destination pour satisfaire une demande en biens de prestige, même si leur symbolique a pu évoluer au cours de leur existence, entre leur usage premier, leurs transferts et leur mise à l’écart définitive.

2Une abondante littérature consacrée aux caractérisations et aux subdivisions typologiques de ces récipients a permis de nourrir depuis les années trente de multiples cartes de répartition à l’échelle de l’Europe, progressivement étoffées et modifiées (Sprockhoff, 1930 ; Merhart, 1952 ; Thrane, 1962, 1965, 1975 ; Despriée, 1978 ; Patay, 1981, 1996 ; Thevenot, 1991). Depuis deux décennies, la parution des inventaires des Prähistorische Bronzefunde consacrés aux vaisselles métalliques est venue compléter et préciser les recensements les plus anciens. Ils permettent maintenant, à quelques exceptions près, d’avoir une vision complète de la réalité de cette production en Europe moyenne et orientale. Dans l’état actuel de la recherche, l’argumentation sur l’origine et la diffusion de ces récipients se fonde essentiellement sur des comparaisons typo-chronologiques et technologiques.

3On peut encore regretter le petit nombre des analyses de métal publiées à propos de quelques-uns de ces objets qui, compte tenu de leur rareté et de la dispersion des échantillons examinés, ne peuvent donner lieu à une interprétation d’ensemble (Despriée, 1978 ; Thevenot, 1991 ; Rychner, Kläntchi, 1995 ; Jacob, 1995 ; Martin, 2009). De l’avis de plusieurs spécialistes, la question d’une origine unique correspondant à un même type de récipient apparaît obsolète ; les nombreuses variantes de la plupart des modèles sont là pour le montrer. Toutefois, le problème des lieux de production et a fortiori des ateliers n’est pas encore réglé dans la mesure où cette catégorie d’objets nécessite un savoir-faire hautement spécialisé par rapport à d’autres productions de l’Âge du Bronze, que ce soit l’outillage, certaines parures et armes. L’interprétation des cartes de répartition dans la recherche des régions d’origine de ces récipients admet implicitement un lien de proximité entre la plus forte représentation de chaque type et leurs lieux de fabrication potentiels. Est-ce nécessairement toujours le cas ? Il convient en effet d’insister sur l’aspect sélectif des données offertes à notre réflexion, issues d’ensembles particuliers, des dépôts pour une large part, ou de contextes funéraires pour lesquels la place du social revêt au moins autant d’importance que celle de l’économie. On rappellera l’exemple des passoires de type Tizsavasvari rencontrées en bordure du Jura, en Hongrie et au Danemark, en trois endroits d’Europe distants respectivement d’un millier de kilomètres, et qui montre à lui seul la valeur symbolique que pouvaient revêtir ces objets dans des contextes culturels bien différents et quel que soit leur lieu d’origine.

5.1.2. Les vaisselles du Bz D et du Ha A

4Les premières productions de vaisselles de bronze en tôle battue, incontestablement originaires d’Europe continentale, font leur apparition au Bz D avec les tasses de Gusen au profil simple. Les répartitions des différents types qui se succèderont durant la première moitié du Bronze final indiquent que la pratique des récipients en tôle battue ne s’est vraisemblablement pas cantonnée durant cette période à une zone unique et restreinte. Durant l’étape initiale du Bronze final (Bz D/Ha A1), les tasses de Gusen, peu nombreuses, et celles de Blatnica qui leur sont à peu près contemporaines, mettent l’accent sur des répartitions centrées sur les régions carpatiques où se concentre la grande majorité des découvertes et où il est logique de rechercher les lieux de ces premières productions (Patay, 1996, Abb. 1). Les rares exemplaires isolés sont alors tenus pour des pièces exportées loin de leur lieu d’origine, que ce soit en direction de la Scandinavie (Schwichtenberg, Simons Mose) ou de l’est de la France, dans la vallée de la Saône (Lux et éventuellement Beaujeu). Enfin, des exemplaires atypiques et isolés sont plus difficiles à interpréter dans ce contexte. C’est le cas de la coupe en forme de calotte demi-sphérique à simple rebord de Geispolsheim, comparée à la coupe de Vinding Folkehøj par H. Thrane (Thrane, 1962).

5La répartition des tasses du type de Friedrichsruhe et de sa variante d’Osternienburg-Dresden, respectivement attribués au Bz D-Ha A1 et au Ha A1/A2, offre une tout autre image en mettant l’accent sur l’Allemagne centrale et septentrionale, d’une part, ainsi que sur le Jutland, d’autre part (Patay, 1996, Abb. 2). La diffusion de ces deux types ne dépasse guère le moyen Danube à l’est et le Rhin moyen à l’ouest. En France, la tasse de Pfaffenhofen, au nord de Strasbourg, constitue l’exemplaire le plus occidental du type de Friedrichsruhe (variante Žatec). De toute évidence et en se fondant sur le critère de la densité de répartition, c’est dans ces régions que doivent être recherchés leurs centres d’innovation et de production. Suivant les différentes variantes, plusieurs zones peuvent postuler dans l’apparition des tasses de Friedrichsruhe en Bohème occidentale, Mecklembourg, Danemark, Allemagne de l’Ouest (Kytlicová, 1991). La plus grande partie des tasses de la variante Osternienburg-Dresden proviennent, quant à elles, d’Allemagne moyenne avec quelques exemplaires isolés sur le Rhin et en Bavière ; voir à ce propos la nouvelle découverte d’Oberottmarshausen (Wirth, 2009).

6La filiation entre ces précédents types et leurs variantes, d’une part, et les tasses de Fuchsstadt du Ha A2/B1, d’autre part, est généralement admise (Kytlicová, 1991). La diffusion de ce type apparaît nettement plus étendue sous différentes variantes que les précédents (fig. 28). Ses principales concentrations en Allemagne du Sud-Ouest, sur le secteur Rhin-Main, les vallées de la Saale et de l’Elbe ne sont pas incompatibles avec plusieurs secteurs de production, mais, contrairement aux types de Friedrichsruhe et d’Osternienburg-Dresden, les tasses de Fuchsstadt connaissent une extension nettement plus développée vers l’est jusqu’en Roumanie. Pour la première fois, on les trouve en direction du sud-ouest dans le domaine jurassien et jusque dans le sud de la France (Évans, Mörigen, Bevaix, Mas-Saint-Chély).

7Ce rapide tour d’horizon montre que, durant la première moitié du Bronze final, la tradition de l’utilisation de la vaisselle en bronze battu est bien ancrée en Europe de l’Est, en Allemagne et au Danemark, où différents foyers d’innovation et de production peuvent être respectivement recherchés (Martin, 2009). Le domaine jurassien, les lacs suisses et la vallée de la Saône, qui nous intéressent ici, restent marginaux et à l’écart de ces courants de diffusion. Les quelques exemplaires recensés dans cette zone vers la fin de cette période, doivent être considérés vraisemblablement comme des importations compte tenu de leur rareté et de leur dispersion. Ils ne semblent avoir joué qu’un rôle limité dans la gamme des biens de prestige.

5.2. Le dépôt d’Évans et les vaisselles métalliques en France continentale et en Suisse au Ha B1

8Au Ha B1, les vaisselles métalliques, en particulier les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, les chaudrons à attaches cruciformes de type B1 (auxquels on ajoutera dans une moindre mesure les bouteilles et les puisoirs), montrent une évolution sensible de la répartition de ces ustensiles à l’échelle européenne. Un accroissement de leur nombre et la diversification des types attribués à cette phase chronologique induisent un développement de ces productions et potentiellement des lieux de fabrication, ainsi qu’un élargissement de la symbolique véhiculée par ces récipients.

9Des vaisselles recueillies isolément ou appartenant à des ensembles sont connues en quelques dizaines d’exemplaires sur le territoire français et sur les lacs suisses. Parmi celles-ci, les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice avec vingt exemplaires et les onze bouteilles du dépôt de Blanot constituent les types les plus nombreux qui retiendront plus particulièrement notre attention. S’ajoutent à cette série les deux tasses du type de Fuchstadt, de Mas-Saint-Chély et de Bevaix, les coupes et tasses de Mas-Saint-Chély et Estavayer, le chaudron de Blanot, la situle de Zurich/Wollishofen-Haumesser, ainsi que des fragments de passoire (Bouclans, Larnaud), de coupes (Larnaud, Braud-et-Saint-Louis) et de récipients probables de types indéterminés (Larnaud, Saint-Priest).

5.2.1. Les coupes de Kirkendrup-Jenišovice en France

10Indépendamment du dépôt d’Évans, les coupes de Kirkendrup-Jenišovice et les modèles apparentés répertoriés en France constituent, avec huit exemplaires, le type de vaisselle de bronze le plus fréquent datable de cette période du Bronze final, provenant de différents contextes.

11Seule la coupe de Cramans (Jura), recueillie isolée et conservée parmi la collection de vaisselles métalliques gallo-romaines du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, était passée inaperçue jusqu’ici

  • 14 Je remercie S. Wirth et Mme A. Rottloff qui, lors d’une visite du musée, ont identifié cet objet pa (...)

1214. Cette coupe a un diamètre maximal de 15 cm pour une hauteur de 5,6 cm (fig. 95). Elle présente les caractères du type A des coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice avec un bord oblique développé, un épaulement peu rentrant et un fond rentrant doté d’une base en anneau. Elle se singularise toutefois par un décor sobre, composé uniquement de trois lignes horizontales de pointillés fins repoussés, qui évoque ceux de la coupe de Zurich « Alpenquai » (Thrane, 1965, fig. 8/g) et d’une des coupes du dépôt de Fresnes (Loir-et-Cher - Despriée, 1978, fig. 4/21 et 6), toutes deux décorées de deux lignes de pointillés.

13La découverte de Cramans, distante de 15 km au sud du dépôt d’Évans, contribue à étoffer la répartition des vaisselles métalliques de l’étape moyenne du Bronze final au nord-ouest du Jura. Dans une région où ce type d’objet était jusque-là inconnu, elle rend la présence du dépôt d’Évans un peu moins exceptionnelle. Bien que ses conditions de découverte restent imprécises, il convient de remarquer l’environnement de cet objet de prestige dans un secteur intermédiaire entre la basse plaine de la Loue et du Doubs, au débouché des reculées de Salins-les-Bains et des Planches-près-Arbois dont on connaît le rôle dans la circulation entre le plateau, la bordure occidentale du Jura et la plaine durant l’Âge du Bronze.

14La majorité des autres coupes présentant les caractères du type A appartient dans le détail à plusieurs variantes. Le type de décor, ou son absence, permettent aussi d’effectuer une distinction entre ces différents modèles. Les exemplaires à double ligne de bossettes trouvent de nombreuses comparaisons dans l’aire de diffusion des coupes du type A. Les coupes de Fresnes (Despriée, 1978, fig. 4, no 22) et de Blanot (Thevenot, 1991, fig. 29/1) présentent des points communs avec la seconde série des coupes d’Évans caractérisées par un profil rectiligne et un décor de petites bossettes. La coupe de Roeschwoog (Frey, 1929), ornée d’une double rangée de grosses bossettes, est plus proche des coupes de la première série, mais s’en distingue par ses dimensions qui la situent parmi les exemplaires décorés du type A les plus volumineux (fig. 96). Les modèles uniquement décorés de lignes de pointillés restent rares et constituent pour l’instant un caractère occidental. Les coupes de Fresnes (Despriée, 1978, fig. 6) et de Cramans ne connaissent, en effet, de parallèles qu’en Suisse avec la coupe de Zurich « Alpenquai » interprétée par M. Primas comme une coupe inachevée (Primas, 1988, fig. 1/17). La coupe lisse du dépôt de Carnac à Mas-Saint-Chély (Millotte, 1959, pl. II/3) (fig. 97, no 6) est comparable aux exemplaires non décorés du type A d’Évans : la coupe no 19 et dans une moindre mesure les coupes nos 14 (fig. 13) et 44 (fig. 15).

Fig. 95. Coupe de Cramans (Jura) (dessin V. Ganard).

Fig. 96. Coupe de Roeschwoog (Bas-Rhin) (dessin Th. Logel).

15Quoique de proportions sensiblement équivalentes par rapport aux précédentes, la troisième coupe du dépôt de Fresnes se distingue en partie des modèles du type A (Despriée, 1978, fig. 7). Cette coupe à panse convexe est ornée de trois rangées de bossettes séparées de lignes pointillées couvrant la totalité de la paroi. Une double nervure, séparée par des cannelures concentriques, souligne la base à fond rentrant concave. Ce récipient partage ainsi des caractères représentatifs du type B, bien que l’absence d’anse, son indice d’aplatissement et l’utilisation de bossettes de grand diamètre la rapprochent aussi des coupes du type A.

Fig. 97. Tasses et coupe du dépôt de Mas-Saint-Chély (d’après J.-P. Thevenot).

16Enfin, la coupe du dépôt de Saint-Martin-sur-le-Pré (Marne), recueillie dans un contexte plus récent du BF IIIb, représente une variante originale (Gaucher, 1981, fig. 19/V3). Elle se rapproche de la coupe no 24 d’Évans par son profil à parois convexes, son col très oblique et un fond cupulé de petit diamètre qui se distingue toutefois par un anneau étroit. Son décor, d’une double rangée de bossettes de grand diamètre et de pointillés, est, quant à lui, tout à fait conforme à celui des coupes de Kirkendrup-Jenišovice du type A.

17En marge de cet inventaire, on signalera des fragments de tôle de bronze décorés de pointillés et de bossettes découverts dans la grotte de Scey-en-Varais (Doubs), actuellement disparus et connus par une illustration (Fournier, 1906, pl. II/1, 2). Ces fragments sont interprétés par E. Fournier comme des fragments de brassards. Si les dessins ne permettent pas de les attribuer avec certitude à un type d’objet précis, il ne s’agit pas de fragments de brassards, mais de tôle décorée de pointillés et de bossettes pouvant appartenir à des fragments de récipients, de cuirasse ou de cnémide du Bronze final. Enfin, dans le dépôt II de Saint-Priest (Rhône), un fragment de tôle déchiqueté et plié, décoré de deux lignes de grosses bossettes séparées par une ligne de pointillés pourrait également appartenir à un fragment de coupe de Kirkendrup (renseignement M. Poole).

18Les contextes de dépôts de ces récipients sont variés. Les deux coupes isolées de Cramans (Jura) (fig. 95) et de Roeschwoog (Bas-Rhin) (fig. 96) sont difficiles à interpréter faute de contexte connu. La question de leur appartenance à des sépultures peut toutefois être posée, sans certitude. Si tel était le cas, cette pratique témoignerait d’une continuité de cette tradition funéraire avec l’Allemagne du Sud-Ouest sur les marges orientales du domaine RSFO.

19Un second ensemble constitué par les dépôts mixtes de Blanot, Fresnes, Mas-Saint-Chély, est plus conforme à d’autres assortiments reconnus en Europe centrale. Les associations de récipients métalliques avec des parures féminines complètes permettent d’établir des rapprochements avec certains dépôts de Bohème ou de Moravie comme ceux de Jenišovice, Kamýk, Libkovice pod Ripem, Záluží. Il en est de même en Italie du Nord-Ouest où le dépôt plus tardif du Monte Cavanero à Chiusa Di Pesio (Piémont) associait un riche assortiment de parures féminines avec une tasse métallique (Venturino Gambari, 2009).

20Enfin, la présence de fragments de vaisselles déchiquetées dans les dépôts d’objets fragmentés de Bouclans, de Larnaud et de Saint-Priest, peut-être aussi dans celui plus éloigné de Braud-et-Saint-Louis, correspond à une autre pratique qui n’est plus guère usitée dans les autres régions d’Europe durant le Ha B1 pour les vaisselles métalliques. On constate ainsi à travers ces exemples occidentaux que dans un même contexte chronologique et culturel, des récipients métalliques ont pu connaître des modes de traitements variés respectant ou non leur intégrité au même titre que les objets qui les accompagnent.

5.2.2. Le domaine palafittique suisse

21Le restant des coupes de Kirkendrup connues dans le secteur jurassien provient du domaine palafittique (Thrane, 1965, fig. 8 ; 1975, fig. 80 ; Rychner, Kläntschi, 1995, nos 743, 744) qui, avec dix coupes et deux tasses fournit une série relativement étoffée et géographiquement localisée. Les datations de ces objets provenant de découvertes anciennes, sans contextes attestés, restent inconnues. Plusieurs variantes peuvent être mises en parallèle avec la série d’Évans.

22Des coupes à épaulement droit et carène vive, parois légèrement convexes, fond en anneau, décorées d’un rang de grosses bossettes de 8 à 9 mm de diamètre, sont représentées par les exemplaires de Hauterive (musée de Neuchâtel, H 200/Ha. Ch. 428 - fig. 98, no 7) et de Guévaux (musée de Lausanne 10459 - fig. 98, no 10). Des modèles aux profils identiques et à double rangée de grosses bossettes proviennent de Cortaillod (musée de Zurich 6924 - fig. 98, no 8), de Grandson-Corcelettes (musée de Neuchâtel VD Grand. 136 et musée de Lausanne 12830 - fig. 98, no 6, 1) et d’Onnens (musée de Neuchâtel VD 165/ON. 23 - fig. 98, no 4). Se distinguent des précédentes les coupes à épaulement rentrant décorées d’une rangée de petites bossettes de 5 mm de diamètre provenant de Guévaux (musée de Lausanne 10458 - fig. 98, no 5) et de Zurich « Alpenquai » (musée de Zurich 25763 - fig. 98, no 2).

  • 15 Ce motif se distingue de celui proposé par H. Thrane où le motif circulaire à bossette centrale n’e (...)

23À côté de cette première série, deux coupes se singularisent par leur décor. Une coupe de Zurich « Alpenquai » est ornée de lignes de pointillés seules (musée de Zurich 25762 - Primas, 1988, fig. 1/17), alors que la restitution graphique de la coupe de Greng (musée de Berne 9418-9436 - fig. 98, no 3), très corrodée et fragmentée, permet de proposer un décor original composé d’au moins deux motifs présentant une bossette inscrite dans deux cercles concentriques de pointillés au repoussé, associés à trois lignes de pointillés horizontales et un rang de grosses bossettes15. Les profils de ces récipients se caractérisent en outre par un épaulement rentrant. Bien que rare sur les coupes de Kirkendrup, le décor de cercle pointillé centré sur une bossette se retrouve sur une tasse de Liptovský-Mikuláš (Novotná, 1991, fig. 7/42), ainsi que sur un puisoir du dépôt de Dresden-Dobritz (Jacob, 1995, Taf. 94/4). Le motif de bossette inscrite dans deux cercles de pointillés est complété sur la tasse de Sangeorgiu de Padure par un pendentif trapézoïdal réalisé de trois lignes pointillées (Soroceanu, 2008, no 26). Le décor de la coupe de Greng constitue ici, sous une forme plus dépouillée, l’une des rares évocations sur une coupe du motif solaire fréquent sur les situles du type Hajdúböszörmény et sur quelques chaudrons. Le thème décoratif d’une bossette centrée dans un ou plusieurs arcs de cercles de pointillés ou bossettes se décline aussi sous la forme d’une frise d’arceaux à la base de la panse de la tasse de Velem Szent Vid II (Patay, 1990, Taf. 42/98), d’une coupe sans origine présentée au Dorotheum de Vienne (Wirth, 2006) et d’une tasse du dépôt de Jenišovice ornée de guirlandes jointives inscrivant une double bossette (Kytlicová, 1991, Taf. 4/26). C’est donc plutôt dans le domaine oriental qu’il conviendrait de rechercher l’inspiration de ce motif décorant ici un récipient de profil que nous pensons plutôt occidental d’après sa restitution.

Fig. 98. Coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice de Suisse. 1. Grandson-Corcelettes ; 2. Zurich ; 3. Greng ; 4. Onnens ; 5. Guévaux ; 6. Grandson-Corcelettes ; 7. Hauterive ; 8. Cortaillod ; 9. Estavayer ; 10. Guévaux ; 11. Corcelettes (dessin J.-F. Piningre et V. Ganard).

Fig. 99. Diagramme des rapports diamètre/hauteur des coupes suisses et des coupes d’Évans type A (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

  • 16 Ces deux tasses sont situées par Thrane à Corcelettes (Thrane, 1965, fig. 8/c, e). En fait, la tass (...)

24Enfin, les deux tasses de Grandson-Corcelettes (musée de Lausanne Pré 147 - fig. 98, no 11) et d’Estavayer (musée de Zurich 6926 - fig. 98, no 9)16 sont tout à fait conformes aux coupes de la première variante par leur profil et leur décor d’une seule rangée de grosses bossettes. Les anses en tôle, non décorées, sont originales. Elles se terminent à leur extrémité supérieure par un empattement étroit en arc de cercle, et un bord rectiligne ajusté à l’intérieur du col par deux rivets coniques (Estavayer) ou arrondis (Corcelettes). La base en ruban plus étroit est fixée sur la panse par un seul rivet aplati. Dans les deux cas, les anses se superposent au décor continu qui n’a donc pas anticipé l’emplacement des éléments de préhension. Elles se distinguent de la quasi-totalité des anses des tasses de Kirkendrup et de Fuchsstadt aux extrémités élargies plus ou moins elliptiques. Certaines particularités ont conduit O. Kytlicová à rapprocher les anses des tasses d’Estavayer et de Corcelettes de celles des tasses de Stillfried-Hostomice réalisées au moyen d’outils en fer et à y voir des éléments rapportés postérieurement sur des récipients plus anciens (Kytlicová, 1991, p. 48).

25À l’exception des récipients aux décors particuliers de Zurich et de Greng, cette série est étroitement comparable aux tasses du type A d’Évans parmi lesquelles se trouvent toutes les variantes représentées sur les lacs suisses (fig. 99).

26En France continentale et en Suisse, la mise en dépôt de vaisselles de bronze battu appartient donc à plusieurs contextes. Des vaisselles isolées issues d’habitats, conservées dans les fonds des collections des musées, caractérisent le domaine palafittique suisse. Aucun contexte précis n’est malheureusement connu pour ces objets provenant tous de découvertes anciennes. La question de leur présence en milieu domestique semblant échapper à tout abandon codifié (funéraire ou dépôt d’objet isolé ?), comme c’est la règle pour tous les autres récipients de ce type, peut toutefois être discutée. Il s’agit d’objets complets pour la plupart d’entre eux. Quelques récipients font toutefois exception. Deux coupes de Corcelettes et d’Onnens portent les stigmates d’une fusion partielle et d’arrachements mécaniques qui posent la question de leur destruction accidentelle (incendie) ou intentionnelle (mutilation symbolique). Les fragments de situle et d’autres récipients de Wollishofen-Haumesser témoignent également d’un traitement violent (Primas, 1995). La partie inférieure d’une tasse de la fin du Bronze final provenant de Saint-Aubin, attribuable au type Stillfried-Hostomice, présente également des traces de fusion partielle sur une cassure ainsi qu’une goutte de métal adhérent à l’intérieur du fond (musée de Bienne - SA 502).

27Tous ces indices, non signalés sur d’autres récipients métalliques à l’exception des traces de fusion des récipients du dépôt de Moigrad (Soroceanu, 2005b, p. 397), ne sauraient être interprétés de façon univoque. Ils n’excluent pas l’hypothèse d’une mutilation volontaire de ces récipients dans un contexte rituel, au même titre que beaucoup d’autres objets en bronze mutilés ou partiellement fondus issus du domaine lacustre (Primas, 1977 ; Müller, 1993 ; Kerouanton, 1998). En effet, la question d’une origine votive-cultuelle a déjà été évoquée, compte tenu du nombre important et inhabituel des objets métalliques recueillis dans les habitats palafittiques, ce qui a suscité de nombreuses réserves quant à leur abandon fortuit ou accidentel (Müller, 1993, 2007). Cette question a été reprise par V. Rychner à propos des « objets manipulés » sous la forme d’un bilan critique et argumenté qui privilégie aussi une hypothèse sacrificielle (Rychner, 2001). Plus récemment, l’étude quantitative et qualitative des bronzes palafittiques recueillis sur les rives du Léman et des Trois-Lacs de Suisse occidentale aboutit à des conclusions analogues sur les circonstances d’abandons non fortuits et socialement codifiés d’une majorité de ces objets métalliques en contexte d’habitats lacustres (Fischer, 2012). Les traces de fusion partielle, qui ne semblent pas avoir été remarquées ailleurs, posent alors l’hypothèse d’un mode de traitement et de dépôt spécifique au domaine palafittique. Ces récipients attirent également l’attention quant à leur localisation géographique, sur les lacs de Neuchâtel ou de Zurich dans une moindre mesure, qui contraste avec leur absence des autres sites lacustres des Alpes nord-occidentales. Ils sont absents en Savoie et sur le Léman, où des habitats contemporains sont pourtant bien documentés. À l’écart de cette aire géographique, si nous nous tournons cette fois vers la Belgique, une interprétation analogue pourrait être retenue pour les fragments de coupes déchiquetés et pliés du « Trou del Leuwe » à Sinsin ou pour le fragment d’anse et de rebord de la grotte de Han-sur-Lesse dont le contexte cultuel en milieu aquatique n’est pas non plus à écarter (Mariën, 1984, fig. 18, 20 ; Warmenbol, 1988, pl. V/12-13 ; Warmenbol, 1995).

28Dans le contexte occidental du Ha B1, le dépôt d’Évans représente à ce jour un exemple isolé de dépôt de vaisselles seules, pour lequel il faut rechercher actuellement les comparaisons très éloignées au nord-est, en Allemagne du Nord et en Scandinavie (fig. 100). La présence de vaisselles en bronze battu distingue alors un secteur occidental par rapport aux dépôts centre-européens qui s’étendent suivant une diagonale entre la Hongrie et la Scandinavie. Cette bipolarisation est séparée par une zone vide correspondant au bassin rhénan et au bassin supérieur du Danube. L’attribution d’Unterglauheim à une sépulture riche est d’autant plus acceptable dans ce contexte géographique où la tradition du dépôt funéraire de vaisselles de bronze semble perdurer exclusivement jusqu’à la fin de cette étape. Le Plateau suisse, enfin, où les vaisselles de bronze sont également bien représentées, en particulier sous la forme de coupes de Kirkendrup, occupe alors une place originale. Il se distingue à ce jour par l’absence de vaisselles de métal découvertes dans des dépôts d’objets groupés attestés ou en sépultures, et par rapport aux autres secteurs, par leur présence exclusive en contexte d’habitats lacustres. Toutefois, la présence de dépôts identifiés en contexte palafittique dans des fouilles récentes ne permet pas de rejeter catégoriquement cette possibilité en ce qui concerne les vaisselles de métal dont nous ignorons tout des conditions et des contextes de découvertes anciennes (Fischer, 2012).

5.2.3. Les coupes de Kirkendrup-Jenišovice « variante A » comme marqueurs d’une production occidentale

29Les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, toutes variantes confondues, connaissent, avec 173 exemplaires recensés, une répartition privilégiée au nord des Alpes entre les confins occidentaux de l’Ukraine, la Loire moyenne et le Jutland (Thevenot, 1991, fig. 5). Leur diffusion atteint exceptionnellement le nord des Îles britanniques (Warner, 2004). La majorité des coupes de la variante A se répartit dans le domaine jurassien et en Suisse occidentale, plus particulièrement dans les sites palafittiques du lac de Neuchâtel (fig. 20). Ce secteur géographique constitue un épicentre avec trente-huit exemplaires sur les soixante inventoriés. Un second groupe, numériquement beaucoup plus faible (huit exemplaires), est centré sur le Danemark et dans le nord de l’Allemagne. À l’échelle de l’Europe, la répartition occidentale de la variante A apparaît clairement entre ces deux pôles et exclut l’Europe moyenne et orientale à l’exception des deux exemplaires hongrois isolés de Budapest-Békásmegyer et de Hajdúsámson II. Inversement, les tasses et coupes du type B s’échelonnent de façon continue entre le bassin supérieur de la Tisza et le Jutland, alors que les exemplaires occidentaux apparaissent pour l’instant très peu nombreux et dispersés (fig. 26).

Fig. 100. Carte des dépôts de vaisselles seules du Ha B1 en Europe (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

Dépôts de vaisselle seule du Ha B1
Allemagne
1 - ABSTATT  : Sprockhoff, 1930, 69
2 - ALTENSITTENBACH : Hennig, 1970, pl. 47  ; Thrane, 1975  ; Jacob, 1995, Taf. 5/26 (variante décorée et carénée)
4 - BRAUNSBEDRA  : 5 ex.  ; Otto, 1955, Abb. 3-7  ; Martin, 2009, nos 58-62
6 - BURLADINGEN  : Müller-Karpe, 1959, Taf. 207 G  ; Jacob, 1995, Taf. 6/31 (variante)
9 - ESCHBORN, sép. 1  : 2 ex.  ; Sprockhoff, 1930, 62f  ; Jacob, 1995, Taf. 2/7 , 6/33
10 - EHINGEN  : Sprockhoff, 1930, 70  ; Jacob, 1995, Taf. 4/22
63 - BRANDENBURG (Kr. Brandenburg)  : Sprockoff, 1930, fig. 11/h
88 - STAAKEN (Kr. Osthavelland)  : Sprockoff, 1930, Taf. 16 a-b  ; Periode IV
96 - GRANZIN (Mecklenburg)  : Martin, 2009
Danemark
65 - BREDMOSE (Tønder, Jutland)  : Thrane, 1976
68 - LUNDEN (Sønderborg, Als)  : Thrane, 1965
69- LØGTVED MOSE (Holbaek, Sjaelland) : Thrane, 1965
70 - MARIESMINDE MOOR (Fünen) : Thrane, 1965
89 - SIEM (Jutland) : Thrane, 1965, fig. 16-19 ; 2 situles type Hajdúböszörmény
France
22 - ÉVANS (Jura)
Hongrie
33 - HAJDÚSÁMSON (Hajdú-Bihar) : Patay, 1990
38 - MÁRIAPÓCS (Szabolcs-Szatmar) : Patay, 1990
90 - SÜMEG (Veszprém) : Patay, 1990, nos 144-145 ; Ha B1/2 ?
Pologne
61 - BIERNACICE (Sierdaz) : Gedl, 2001
Ukraine
84 - JEZIERZANY : Gedl, 2001, no A 1-4 ; Ha B1
85 - KUNISOWCE : Gedl, 2001, no B 1-5 ; Ha B1

30Dans des proportions inégales, la progression occidentale des vaisselles en tôle de bronze concerne la totalité du domaine d’extension de la culture Rhin-Suisse-France orientale en direction de l’ouest avec les coupes du dépôt de Fresnes, du nord-ouest avec l’exemplaire possible de Sinsin (Warmenbol, 1988, 1995) et du sud avec le dépôt de Mas-Saint-Chély. Cette diffusion de vaisselles métalliques constitue un fait nouveau par rapport aux périodes précédentes où celles-ci ne dépassaient pas la France de l’Est.

31Plusieurs questions découlent de ces observations. La spécificité du domaine palafittique suisse dans la production d’un type de coupes basses à fond en anneau, avancée par plusieurs auteurs, ne saurait être remise en cause par la série d’Évans, bien au contraire, compte tenu de l’homogénéité de la série qui comprend certes des variantes métriques et décoratives. Avec douze récipients complets ou restituables, les lacs suisses offrent une seconde série qui s’intègre tout à fait à la précédente par ses modules, ses caractéristiques morphologiques et ses décors de bossettes de grand diamètre. Bien qu’ici la masse de chacun de ces récipients, comprise entre 80 et 100 g, se range plutôt parmi les limites inférieures de la série d’Évans, on retrouve, à quelques millimètres près, des dimensions extrêmement proches entre certaines coupes de Suisse et d’Évans. Les coupes suisses se regroupent dans la partie basse du diagramme avec des diamètres compris entre 120-150 mm et des hauteurs de 41 à 54 mm (fig. 99). Nous avons précédemment remarqué aussi la spécificité des anses rapportées sur le décor des quatre tasses appartenant à la variante A réparties entre la Hongrie et les lacs suisses. Ces aménagements peuvent être imités directement des modèles de tasses orientales. Les anses sont moins élaborées et très éloignées de celles des tasses du type B décorées de rainures parallèles ou de motifs incisés et caractérisées par des attaches ovalaires solidement fixées par deux rivets. Les anses non décorées en tôle des deux exemplaires de Suisse occidentale de Corcelettes et d’Estavayer sont originales. Elles affichent de fortes similitudes avec leur extrémité supérieure en spatule demi-circulaire ajustée sur la lèvre du récipient et fixées par deux rivets proéminents, arrondis ou coniques, et leur base à bords légèrement convergents à un seul rivet, ce qui laisserait penser à une même production.

32Du point de vue typologique et spatial, l’éclairage apporté par les objets d’Évans conforte l’hypothèse de productions centrées sur le secteur géographique jurassien au sens large si l’on tient compte du nombre élevé des coupes de type A dans cette zone. Le rôle du domaine jurassien et du bassin supérieur de la Saône est encore renforcé à ce jour par la concentration des bouteilles de type Blanot. Elles apportent un argument supplémentaire en faveur d’une production occidentale, compte tenu de leur originalité et de la localisation de deux séries importantes et quasi exclusives retrouvées de part et d’autre du cours supérieur de la Saône. Toutefois, l’apparition soudaine de ces formes nouvelles dans ce secteur au Ha B1 n’accrédite pas pour l’instant leur genèse à partir de modèles préexistant localement comme on peut l’entrevoir par exemple à partir des filiations possibles des tasses de type B en Europe moyenne. Ce transfert de technologie qui touche alors la sphère culturelle du RSFO se caractérise aussi par l’adoption du « Punkt-Buckel-System » réservé au décor d’objets de prestige et largement répandu à l’échelle de l’Europe sur différents types d’objets de parure et d’armements défensifs comme les cuirasses et les cnémides.

5.2.4. La question d’une métallurgie du bronze battu dans le domaine jurassien

33Cet essai de validation d’une production de vaisselles de bronze occidentales achoppe sur la discrétion des autres témoins directs ou indirects d’un artisanat métallurgique du bronze, malgré des fouilles nombreuses dans les régions examinées. Il est vrai que la transformation du métal, la fonderie ou la mise en forme de la tôle battue mobilisent davantage un savoir-faire que des infrastructures pérennes et spécialisées, génératrices de déchets abondants et d’aménagements durables facilement identifiables. On se doit d’évoquer aussi le petit nombre potentiel de ces lieux de productions spécialisées et réservées à une élite, sans doute localisés dans des centres particuliers, ce qui en limite encore les chances de découvertes.

34Les remarques développées à ce propos relèvent de l’intuition et des hypothèses. Elles se fondent sur les témoins régionaux du battage et de l’estampage à partir de la présence répétée d’armements défensifs en Val de Saône (casques de Chalon-sur-Saône, Seurre, cuirasse de Saint-Germain-du-Plain) remarqués par L. Bonnamour et C. Mordant (Bonnamour, Mordant, 1988) et qui posent une question à laquelle il est pour l’instant difficile de répondre. On peut encore énumérer un assortiment de produits trouvés localement, de types quelquefois originaux, dont la mise en forme requiert le battage de la tôle. Les jambières qui se retrouvent en nombre au Ha A/B1 dans l’est de la France ou les appliques demi-circulaires estampées de bossettes à nervures concentriques et de pointillés identiques des dépôts de Blanot (Thevenot, 1991, fig. 54-55) et de Quitteur (Piningre, inédit) (fig. 101), les appliques et les phalères en tôle décorées au repoussé et toute une série d’objets en tôle de bronze souvent originaux recueillis dans les stations palafittiques sont autant de produits qui peuvent refléter une maîtrise locale du travail de la tôle, apparue sans doute dès avant l’étape moyenne du Bronze final.

Fig. 101. Appliques de tôle de bronze décorées de Quitteur (a) (dessin V. Ganard) et de Blanot (b) (d’après J.-P. Thevenot).

35En ce qui concerne l’outillage, seule une étude à large échelle qui reste à faire permettrait peut-être d’apporter des arguments complémentaires significatifs. Antérieur au dépôt d’Évans, le dépôt de Génelard, souvent cité (Thevenot, 1998), se range parmi les cas d’école exceptionnels en offrant un assortiment d’outils de bronziers parmi lesquels figurent trois types de marteaux adaptés à différents traitements du métal. Les deux marteaux à tête dièdre (ibid., fig. 1/3 et 2/1), dont la forme évoque des impacts allongés décelables sur les parois internes non polies de certains récipients d’Évans, retiennent l’attention. De même, le dé à cupules du dépôt de Larnaud, ainsi que la bouterolle à soie d’emmanchement du même dépôt, ont sans doute servi à la réalisation de bossettes de différents diamètres compris entre 6 et 13 mm (Éluère, Mohen, 1993, fig. 6). Elles sont comparables à celles des coupes qui montrent à plusieurs reprises la marque externe d’un décalage entre le bord de la cupule du dé et la matrice (M. Pernot, ce volume).

36Parmi les coupes provenant du domaine palafittique suisse, deux retiennent l’attention. En premier lieu, la curieuse coupe provenant d’Estavayer-le-Lac (Wyss, 1971, Abb. 6/10). La partie supérieure de cette coupe carénée à bord évasé évoque notamment les types de Kirkendrup-Jenišovice. Elle s’en distingue par une partie inférieure en calotte convexe dépourvue de fond individualisé et par un ornement d’un riche décor couvrant externe, se prolongeant sous le bord, composé de cercles et arcs de cercles symétriques, losanges inscrits dans des cercles concentriques. Ce décor, partiellement effacé par le polissage, reflète sans doute la réutilisation d’un objet indéterminé en tôle décorée pour la confection de ce récipient respectant la symétrie des anciens motifs.

37La coupe de Kirkendrup de Zurich-Alpenquai (fig. 98, no 2) illustre clairement elle aussi la réutilisation d’un support décoré. Le décor est ici toutefois plus lacunaire que le précédent. Il montre sur un côté les traces estompées d’incisions préexistantes en arcs de cercles concentriques déformés par l’emboutissage postérieur des bossettes, les vestiges moins lisibles d’un double arc de cercle, opposé et tangent au précédent, ainsi qu’une frise de zigzags (fig. 102 a-b) (musée de Zurich, inv. 25763 ; Thrane, 1965, fig. 8/f). Dans ce cas, le décor ancien du support réutilisé n’a pas été respecté par l’artisan. Si le premier récipient, qui ne connaît aucune comparaison, est difficile à commenter (réalisation unique ou objet inachevé ?), le second illustre sans discussion possible la récupération d’un objet manufacturé pour la fabrication d’une coupe d’un modèle représenté régionalement en plusieurs dizaines d’exemplaires. On constatera aussi que les motifs et la technique des décors de ces deux récipients offrent quelques ressemblances avec l’utilisation d’arcs de cercles concentriques incisés. Ce type de décor n’est connu ni sur les récipients de bronze battu d’Europe, ni sur des objets communément utilisés dans le domaine franco-suisse. Leur faible déformation semble indiquer que la matière de ces deux coupes provient d’objets en tôle de grandes dimensions dont il est difficile de dire s’ils ont été choisis pour des commodités techniques ou pour la symbolique que ces objets anciens pouvaient représenter.

38La fabrication de récipients à partir de tôles de récupération est également attestée par les bouteilles 1 et 4 de Blanot (Thevenot, 1991, fig. 7). Les épaulements de ces deux récipients et la base du second présentent les contours de grosses bossettes écrasées au marteau. Quatre bossettes du premier, disposées en arc de cercle, suggèrent que la tôle utilisée pourrait être issue d’un récipient de grandes dimensions du genre seau ou situle selon J.-P. Thevenot, voire d’une cuirasse ? À Évans, il est plus difficile d’interpréter un double tracé en arc de cercle ovalaire concentrique très estompé, visible à la base du col et au sommet de l’épaule de la bouteille no 35. La réutilisation d’une tôle de récupération pourrait aussi expliquer l’épaisseur anormale des parois de ce récipient par rapport aux autres bouteilles de la série (fig. 157).

39Tous ces exemples montrent la complexité de l’approche technologique de la fabrication des récipients en tôle de bronze dont certains ont pu être réalisés à partir d’objets défectueux recyclés dans les ateliers même de production ou à partir de matériaux de récupération exportés loin de leur région d’origine. Ces exemples posent aussi la question du cheminement multiple réservé aux objets dits de prestige dont certains, représentés comme matière première brute dans les dépôts de recyclage, ou réutilisés comme ici sous la forme de demi-produits, semblent avoir connu un sort moins prestigieux que d’autres.

5.2.5. Les relations avec l’Europe du Nord

40Le second volet de cette approche est constitué par la question de l’origine des coupes nordiques de la variante A représentées dans les dépôts de Lunden, Bredmose et Basedow, à proximité des rivages de la Baltique occidentale. Nous ne reviendrons pas sur les similitudes qu’offrent ces récipients avec les exemplaires jurassiens, bien analysées par H. Thrane (Thrane, 1975, 1976). On constate toutefois que la majorité d’entre eux appartient à des modèles à panse rectiligne et petites bossettes représentés dans les dépôts de Lunden, Bredmose, Basedow et Thale 3. Des dépôts mixtes, comprenant des tasses de type A et B, essaiment en limite nord-occidentale de la zone de répartition des tasses de type B (Basedow, Klein-Luckov, Thale) en matérialisant l’interface possible entre ces deux courants d’influences. Une coupe du dépôt de Klein-Luckov peut illustrer également cette mixité en associant des caractères communs aux deux types : fond en anneau, profil rectiligne et ligne de bossettes sur le col (Hundt, 1955, Abb. 2/5).

Fig. 102. a. Décor d’arcs de cercles estompés témoignant de la réutilisation d’une tôle décorée pour la fabrication de la coupe de Zurich-Alpenquai. b. décor de zigzags incisés et estompés sur la panse de la même coupe (Musée de Zurich inv. 25763) (photos J.-F. Piningre).

41En l’état de nos connaissances, leur présence matérialise des contacts entre le Jura et l’Europe du Nord. Entre ces deux pôles, les coupes de Roeschwoog, Marburg, Quedlinburg, Thale et Brandenburg jalonnent alors timidement un axe de liaison idéal entre le Jura et la Baltique.

42Reste toutefois à apprécier la place qu’ont pu occuper les coupes nordiques dans cette parenté, entre une origine nordique des coupes de Kirkendrup-Jenišovice (Sprockhoff, 1930), une variante palafittique née des contacts existant avec le domaine nordique et l’Allemagne du Nord (Kytlicová, 1991) ou des groupes de production territoriaux distincts respectivement centrés sur la Suisse et les régions nordiques (Patay, 1996) ayant pu entretenir des liens directs.

5.3. La consommation sociale des vaisselles métalliques à l’Âge du Bronze final

5.3.1. Les sépultures

43Notre objectif n’est pas de procéder à une réactualisation de la question des formes de dépôts à vaisselles métalliques de l’Âge du Bronze final à l’échelle de l’Europe, sujet qui dépasse le cadre de cette étude et bénéficie de plusieurs contributions récentes auxquelles on pourra se référer (Metzner-Nebelsick, 2003 ; Soroceanu, 2005b). Il s’agit d’éclairer le dépôt d’Évans à travers une présentation des différents contextes, où prennent place des vaisselles métalliques, et d’examiner la réalité de ce phénomène à l’ouest du Rhin, souvent marginalisé par rapport aux études consacrées au domaine centre européen et nordique (fig. 103).

44Apparus au Bz D, les dépôts de vaisselles métalliques dans certaines sépultures constituent indubitablement un marqueur du rôle social du défunt et une nouveauté par rapport aux mobiliers funéraires antérieurs. Entre le Bz D et le Ha B1, on dénombre plus d’une soixantaine de ces sépultures, toutes localisées entre les frontières occidentales de la Hongrie et de la Slovaquie à l’est et la vallée du Rhin à l’ouest. Seule l’incinération de Beaujeu « Rang d’Igny » en Haute-Saône (Pothelet, 1901), datable du Ha A1 par le mobilier métallique qui lui était associé, indique que cette pratique a pu effleurer le bassin de la Saône qui reste globalement en marge : couteau à lame régulièrement convexe et manche massif côtelé terminé par un pommeau biconique semblable aux têtes des épingles de Winklsass, pendentifs triangulaires ajourés à anneaux comparables à ceux du même dépôt (Müller-Karpe, 1959, Taf. 148), rouelle ajourée à six rayons, vase biconique à col cylindrique.

45Les études consacrées aux dépôts de vaisselles métalliques dans les sépultures de l’Âge du Bronze final par O. Kytlicová, revisitées par C. Clausing, proposent une clef de lecture de ces ensembles en hiérarchisant les assemblages funéraires associés (armement, parures, objets de prestige exceptionnels, etc.), corrélés aux types et au nombre des récipients représentés (Kytlicová, 1988 et 1991, Taf. 25 ; Clausing, 1999, Abb. 9).

46Un premier groupe de six tombes comprend trois vases ou plus associant une ou plusieurs tasses, un autre petit récipient (coupe ou passoire) et un récipient volumineux : chaudron, situle ou amphore constituant un service (Müller-Karpe, 1956 à propos de la sépulture de Hart a. d. Alz). Tous ces récipients font partie de sépultures masculines riches, accompagnées, à de rares exceptions près (Osternienburg), d’un armement offensif (épée, lance), voire défensif comme la cuirasse de Milavče C ou d’éléments de char et de harnachement (Poing, Hart) qui témoignent du rang social privilégié de ces défunts.

47Parmi les sépultures accompagnées de deux vases métalliques, au nombre de quatre, le grand récipient est généralement absent (à l’exception de la ciste de Žatec) et les assortiments comprennent deux tasses ou une tasse et une passoire (Langengeisling). Le mobilier d’accompagnement y est également moins ostentatoire.

48Les sépultures du troisième groupe, les plus nombreuses, sont enfin dotées d’un seul récipient, généralement une tasse, alors que le mobilier, rappelant quelquefois celui de sépultures du premier groupe à épée, reflète des assortiments masculins ou féminins souvent plus modestes (Geispolsheim, Paffenhofen, Beaujeu, Möhringen, Grünwald 1).

49À côté du symbole statutaire marqué par le dépôt dans la sépulture d’une arme offensive et/ou défensive, symbole du pouvoir du guerrier, déjà pratiqué au Bronze moyen, certaines sépultures masculines se distinguent maintenant aussi par la présence d’un service qui évoque un caractère cérémoniel. Ces personnages associent alors les fonctions de chefs politiques et économiques et de dignitaires religieux (Brun, 1996). Du point de vue fonctionnel, on peut voir aussi à travers la présence d’un récipient de grand volume le caractère collectif de redistribution, alors que la présence de la passoire peut rappeler à plusieurs reprises le rôle du défunt dans la préparation même du breuvage. Dotées d’un seul récipient de consommation (propriété du défunt ?), les sépultures du troisième groupe apparaissent reléguées au rang de notables participant à la cérémonie.

Fig. 103. Carte des sépultures à vaisselle métallique du Bronze final en Europe (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

Sépultures à vaisselles métalliques
(d’après Clausing, 1999 ; Kytlicová, 1991 ; Jacob, 1995, complété)
Bz. D/Ha A1 (Danemark non représenté)
France
2 - GEISPOLSHEIM (Bas-Rhin)
18 - PFAFFENHOFEN (Bas-Rhin)
19 - BEAUJEU (Haute-Saône) « Rang d’Igny »
Allemagne
27 - AHRENSHÖFT (Schlesswig-Holstein), sép. centrale A : Jacob, 1995, no 2 ; type Friedrichruhe
12 - ERGOLDING (Kr. Landshut - Bavière) : Jacob, 1995, no 6 ; sép. vraissemblable type Friedrichsruhe
13 - GRÜNWALD Gr. I (München - Bavière) : Jacob, 1995, no 11 ; type Fuchsstadt Ältere
14 - GUNDELSHEIM (Bamberg - Bavière) : Jacob, 1995, no 4 ; type Friedrichsruhe
15 - HART a. d. Alz (Kr. Altötting - Bavière) : Jacob, 1995, nos 3, 52, 305 ; typeFriedrichsruhe
16 - HELDENBERGEN (Mainz-Kinzig, Hessen)
17 - LORSCH (Bergstrasse, Hessen)
1 - POING (Ebersberg, Bavière) : Winghart, 1999, Abb. 10 (passoire + gobelet et urne céramique)
28- PECKATEL : Kytlicová, 1991
29 - FRIEDRICHSRUHE : Kytlicová, 1991
30 - RUCHOW (Mecklenburg-Vorpommern), sép. 2 : Kytlicová, 1991 ; Martin, 2009, no 52
31 - GRANZIN : Kytlicová, 1991
32 - SLATE : Kytlicová, 1991
33 - WEITGENDORF (Brandenburg) : Kytlicová, 1991
34 - LÖPTIN : Jacob, 1995, no 1
35 - SCHWICHTENBERG (Mecklenburg-Vorpommern) : Martin, 2009, no 24
36 - KÖNIGSWARTHA (Sachsen) : Martin, 2009, no 46
37 - ROITZCH (Sachsen-Anhalt) : Martin, 2009, no 47
38 - OBEROTTMARSHAUSEN (Bavière) : Wirth, 2009
Autriche
20 - GROSSMUGL, Gr. 1 : Prüssing, 1991, no 2
3 - GUSEN : Prüssing, 1991, no 1
21 - INZERDORF, Gr. 39 : Prüssing, 1991, no 4
22 - UNTERRADL, Gr. 17 : Prüssing, 1991, no 466
23 - UNTERRADL, Gr. 2 : Prüssing, 1991, no 5
République tchèque
4 - MERKLIN (okr. Plzen-jih) : Kytlicová, 1991, no 2
5 - MILAVČE (okr. Domazlice) Hügel B/1 : Kytlicová, 1991, no 50
6 - MILAVČE (okr. Domazlice) C1 : Kytlicová, 1991, nos 1, 35, 43
7 - MILAVČE (okr. Domazlice) C4 : Kytlicová, 1991, no 55
8 - MILAVČE (okr. Domazlice) C6 : Kytlicová, 1991, no 41
24 - NEZVĚŠTICE Hügel 1 (okr. Plzen-jih) : Kytlicová, 1991, no 8
25 - VELATICE (okr. Brno-venkov) Hügel 1 : Nekvasil, Podborsky, 1991, no 1
9 - VELKÁ-DOBRÁ (okr. Kladno) Hügel 24 : Kytlicová, 1991, no 38
10 - ZÁLUŽÍ (okr. Plzen-jih) : Kytlicová, 1991, no 39
26 - ŽATEC (okr. Louny) « Macerka 1 » : Kytlicová, 1991, nos 3, 44
Slovaquie
11 - OČKOV (okr. Trencin) : Novotnà, 1991, nos 8, 12-14, 57, 58
Ha A2
Allemagne
39 - ABASTATT (Heilbronn - Baden-Württemberg) : Jacob, 1995, no 24
40 - ACHOLSHAUSEN (Kr. Würzburg - Bavière) : Pescheck, 1972
41 - BAD SCHUSSENRIED (REICHENBACH) (Biberach - Baden-Württemberg) : Jacob, 1995, no 21
42 - BURLADINGEN (Zollerabkreis - Baden-Württemberg) : Jacob, 1995, no 31
43 - EHINGEN (Kr. Alb-Donau - Baden-Württemberg) : Jacob, 1995, no 22
44 - ESCHBORN (Kr. Main-Taunus - Hesse), Gr. 2 : Jacob, 1995, no 7
45 - FALKENBERG Hugel II (tasse Osternienburg) : Martin, 2009, nos 9, 121
46 - FUCHSSTADT (Kr. Würzburg - Bavière) : Jacob, 1995, no 10
47 - GERNLINDEN (Fürstenfeldbrück - Bavière), Gr. 34 type :
Jacob, 1995, no 19
48 - HUNDERSINGEN (Kr. Reutlingen - Baden-Württemberg) :
Jacob, 1995, no 32
49 - LANGENGEISLING (Kr. Erding - Bavière) type Fuchsstadt :
Jacob, 1995, nos 20, 53
50 - MÖHRINGEN (Kr. Tuttlingen - Baden-Württemberg)
51 - OSTERNIENBURG, sép. 11 : Müller-Karpe, 1980, no 841
52 - OSTERNIENBURG, sép. 29 tasse type Osternienburg : MüllerKarpe, 1980, no 841
53 - SENGKOFEN (Kr. Regensburg - Bavière), sép. 17 : Jacob, 1995, no 25
54 - TRIMBS (Mayen-Koblenz, Palatinat Rhénan) : Clausing, 1999, Abb. 6
55 - VIERNHEIM (Kr. Bergstrasse - Hesse) : Jacob, 1995, no 5
56 - WOLLMESHEIM (Landau - Rheinland-Pfalz), inc. ? : Jacob, 1995, no 28
57 - WUSTERWITZ (Brandenburg) : Martin, 2009, no 82
Autriche
58 - Dunkelsteinerwald-Mauer : Prüssing, 1991, no 464
59 - VÖLS, Gr. 6 : Prüssing, 1991, no 7
60 - VOLDERS, Gr. 208 : Prüssing, 1991, no 8
République tchèque
61 - ŽATEC (okr. Louny) « Am Keil », Gr. 2 : Kytlicová, 1991, no 45
NIERSTEIN (Kr. Mainz-Bingen - Rheinland-Pfalz) : sép. ?
Ha B1
Allemagne
62 - ALTENSITTENBACH (Kr. Nürnberg), Gr. I : Jacob, 1995, pl. 5/ 26
63 - BRANDENBURG (Kr. Brandenburg) : Sprockoff, 1930, fig. 11/ h
64 - ESCHBORN (Kr. Main-Taunus - Hesse), Gr. I ; Ha A2/B1
65 - HAUNSTETTEN (Augsburg - Bavière) I/23 : Wirth, 1998
HAUNSTETTEN (Augsburg - Bavière) I/47 :
Wirth, 1998
66 - MARBURG (Kr. Marburg - Biedenkopf) : Ebel, 1987
67 - UNTERGLAUHEIM (Bavière) : Wirth, 2006
Autriche
68 - FRANZHAUSEN, Gr. 722 : Prüssing, 1991, no 15
69 - INNSBRUCK-WILTEN Gr. 31 : Prüssing, 1991, nos 12, 13
70 - MÛHLBACHL, sép. 83 : Prüssing, 1991, no 11
71 - VÖLS Gr. b : Prüssing, 1991, no 79A
72 - VOLDERS, Gr. 322 : Prüssing, 1991, no 16)
73 - WIEN Gr. 1 : Clausing, 1999
74 - WÖRSCHACH, sép. 1 : Prüssing, 1991, no 10
Hongrie
75 - BUDAPEST « Békásmegyer » : Kalicz-Schreiber, 2010, Taf. 18/ 10
Pologne
76 - PRZYBOROW : Gedl, 2001, no 16
République tchèque
77 - CHRÁŠT’ANY (Bohème) : Kytlicová, 1991, no 9
78 - KLENTNICE (Moravie) : Nekvasil, Podborsky, 1991, no 183
KLENTNICE (Moravie), sép. 1996 :
Clausing, 1999

50Ces constatations induisent plusieurs remarques :

  • les assortiments à vaisselles multiples restent à ce jour encore rares et montrent une certaine variabilité dans les types de récipients qui les constituent ;

  • certains de ces assortiments de vaisselles métalliques sont complétés par de nombreuses poteries (jarres, nombreux récipients de consommation, coupes, bols tasses) à propos desquelles on peut s’interroger sur le rôle qu’elles ont pu tenir lors de la cérémonie funèbre et sur leurs rapports avec la vaisselle de métal ;

  • dans quelques sépultures, on constate aussi le caractère interchangeable des assortiments de vaisselles métalliques et céramiques, comme dans la tombe à char de Poing où l’ensemble 1 présente une jarre et un gobelet en céramique associés à une passoire en bronze (Winghart, 1999, Abb. 10), ou dans la sépulture de Žatec « am Keil » où l’amphore en tôle de bronze, le seul récipient métallique, était associée entre autres à une passoire et différents types de tasses en céramique (Kytlicová, 1991). Mais certains de ces dépôts ont pu aussi correspondre à une représentation symbolique incomplète au même titre que d’autres offrandes partielles comme des mors ou des fragments de char ;

  • la place de la femme est en devenir. Nous avons remarqué que les parures et le mobilier d’accompagnement de certaines sépultures féminines, qui signalent des personnages socialement importants sans rivaliser avec les assortiments des sépultures masculines les plus riches, n’apparaissent que dans la classe des tombes dotées de récipient métallique unique.

51La pratique des dépôts de vaisselles en bronze dans les sépultures de cette tranche chronologique connaît une évolution. Elle se développe du Bz D au Ha A2 (Acholshausen, Langengeisling), périodes durant lesquelles le nombre des sépultures recensées progresse et passe successivement de onze (Bz D), à dix-sept (Ha A1) puis à vingt-trois (Ha A2). C’est aussi la période où sont représentées les sépultures dotées d’un service. Ne subsistent ensuite au Ha B1 que les sépultures dotées d’un seul récipient métallique, presque toujours une tasse, dont le nombre décroît avec quinze cas. L’ensemble de Unterglauheim, récemment attribué lui aussi à une sépulture de haut rang, constitue alors un exemple unique d’une association de plusieurs récipients de bronze et d’or en contexte funéraire, dont la symbolique peut revêtir une signification exceptionnelle dans l’assimilation divine du défunt (Wirth, 2006).

52Géographiquement, cette pratique n’apparaît pas uniforme. Au Bz D, les sépultures à vaisselles métalliques se répartissent en Europe moyenne en trois groupes suivant un axe sud-nord : la Bavière (Poing) ; la Bohème et le bassin supérieur de l’Elbe (Merklin, Milavče, Velká Dobrá, Záluží) ; le Mecklembourg (Peckatel, Friedrichsruhe, Ruchow, Granzin, Slate, Weitgendorf) et le Danemark. À l’écart de cet axe, seules les sépultures de Geispolsheim en Alsace, de Gusen sur le moyen Danube et de Očkov en Slovaquie complètent cette répartition à l’ouest et à l’est (Kytlicová, 1991, Taf. 25 ; Clausing, 1999, Abb. 29). Au Ha A1-A2, on remarque une plus forte extension dans toute la zone comprise entre la Slovaquie et la moyenne vallée du Rhin, avec un accroissement des sépultures dotées d’un seul récipient ainsi que des sépultures riches dotées d’un service, voire d’éléments d’un char (Acholshausen, Osternienburg, Falkenberg, Hart, Langengeisling, Žatec).

  • 17 À l’exception peut-être de Cramans (Jura) où les conditions de découverte, anciennes, pourraient la (...)

53Les dépôts de vaisselles métalliques en contexte funéraire vont perdurer ensuite au Ha B1 en Allemagne moyenne et en Autriche, où se concentrent maintenant la totalité des sépultures recensées, alors qu’elles ne sont plus représentées, postérieurement au Ha A1, dans les domaines périphériques comme la Tchéquie, la Slovaquie et la France de l’Est17. Après une période d’expansion, cette régression suggère une nette mutation des comportements sociaux au Ha B1. Dans le même temps, on assiste à une diminution progressive des sépultures à armement (Clausing, 1999, Abb. 31), reflétant deux logiques complémentaires qui pourraient être interprétées comme l’effacement de l’affichage du pouvoir guerrier parallèlement à un accroissement des marques du pouvoir religieux. Toutefois, cette évolution connaît une rupture au Ha B1 où le seuil le plus bas de sépultures riches est atteint.

54La zone occidentale, qui nous concerne plus directement (France continentale, Suisse), apparaît totalement exclue de cette pratique funéraire, à l’exception des trois sépultures déjà citées de Geispolsheim, Pfaffenhofen et Beaujeu qui coïncident avec l’étape d’expansion des sépultures à vaisselles métalliques du Bz D/Ha A1. Il en est de même vers l’est, en Hongrie et en Roumanie, où ce mode de dépôt funéraire n’est pas attesté durant ces étapes anciennes, tandis qu’au Ha B1 on peut remarquer l’exception de la sépulture 26 de Budapest-Békásmegyer (Kalicz-Schreiber, 2010, Taf. 18/10), voire de la tombe 48 de la même nécropole (ibid., Taf. 27/19), qui se situent à l’extrémité occidentale de l’aire d’extension des sépultures à vaisselles métalliques, suivant le Danube aux confins de l’Autriche et de la Slovaquie.

5.3.2. La composition des dépôts à vaisselles métalliques

55La composition des dépôts comprenant des vaisselles de bronze, leur répartition géographique et leur évolution dans le temps reflètent également des changements de comportement et des différences géo-culturelles bien marquées.

5.3.2.1. Le Bronze D - Hallstatt A

56L’apparition de pièces de vaisselle métallique dans les dépôts est attestée en Europe de l’Est à partir du Bz D, puis au Ha A, par un nombre important d’ensembles dont la plus grande densité s’étend en plusieurs concentrations sur le bassin de la Tisza, en Transdanubie, en Slovaquie et en Bohème, ainsi qu’au nord de la Croatie (Hansen, 1994, Abb. 64). Un premier constat permet d’opposer ces régions à celles de l’Europe moyenne occidentale et de l’Europe septentrionale où ce type de dépôts est pour ainsi dire absent à quelques rares exceptions près. Vers le nord enfin, le dépôt de Simons Mose, également isolé de plusieurs centaines de kilomètres par rapport aux dépôts du bassin supérieur de l’Elbe, témoigne d’une extension précoce de ce phénomène en direction du Danemark.

57L’état des récipients, entiers ou volontairement fragmentés au moment de la déposition, ainsi que la représentation des types associés dans un même ensemble permettent de distinguer plusieurs catégories de dépôts. Cette approche suscite bien sûr des incertitudes quant aux découvertes anciennes qui ont pu comprendre des vaisselles entières, accidentellement fragmentées au moment de leur mise au jour ou de leur collecte.

58Sur un total de soixante-deux dépôts recensés, les deux tiers comprennent des vaisselles fragmentées, déformées et déchiquetées, associées à un mobilier composite comprenant des outils, des pièces d’armement, des parures, des lingots, des déchets, etc. Le nombre des fragments et des récipients représentés n’excède généralement pas une ou deux pièces, mais quelques dépôts de Roumanie se distinguent par un nombre beaucoup plus important de fragments (Guşteriţa II, Cincu, Caransebes) qui peuvent atteindre plusieurs dizaines dans le cas de l’énorme dépôt de Uioara de Sus (Petrescu-Dîmbovița, 1977).

59Cette première série mise à part, un plus faible nombre de dépôts (dix-neuf) comprend des vaisselles complètes ou dont les profils restituables peuvent laisser penser qu’elles n’ont pas subi de fragmentation délibérément systématique. Pour quelques-unes d’entre elles, il s’agit du récipient métallique ayant servi de contenant pour le restant des objets du dépôt : Kurd II, probablement Ópályi, Kemecse I. Quelques autres ont servi de contenant pour des objets entiers, des armes et/ou des parures : Ivanovce, Viss III, Kopcany, Mezönyárád, peut-être Hejöszalonta. Parmi ceux-ci, une situle contenait l’ensemble de parures en or de Sárazsadány. Enfin, les dépôts formés de plusieurs vaisselles seules sont exceptionnels et ne sont connus qu’en quatre exemplaires : Püspökladány, Binconvensti, Tamási, Dresden-Dobritz auxquels on peut rapprocher le dépôt de Simons Mose, bien qu’ici un seul bracelet lui soit également associé. Le dépôt de Nadap, composé d’une quantité impressionnante de 628 objets de tous types, présente des caractères communs aux autres catégories de dépôts avec un lot de quatorze récipients complets et fragmentés, mais s’en distingue par son volume et son aspect composite (Petres, 1990).

60Si nous portons notre attention sur la composition de ces séries, nous constatons que les tasses, qu’il est possible de subdiviser suivant leur volume, apparaissent de loin les récipients les plus fréquents. Viennent ensuite les situles, puis quelques types représentés en quelques exemplaires seulement : chaudron, passoire, puisoir ou « poêle ». La fréquence du nombre de vases par dépôt apparaît généralement faible. Pour la majorité d’entre eux elle ne dépasse pas trois exemplaires (fig. 104). Se distinguent alors nettement des précédents trois grands ensembles de dix récipients et plus, représentés par les dépôts de Dresden-Dobritz, Nadap, Simons Mose. Les séries de tasses de volumes différents, certaines appariées, occupent une place importante et sont accompagnées d’une passoire et d’un récipient de plus grand contenant, situle ou chaudron dont les volumes n’excèdent pas toutefois 2,5 litres. Ces assortiments ont été comparés aux ensembles funéraires et leur interprétation comme des services à boire généralement proposée (Jacob, 1995 ; Petres, 1990 ; Metzner-Nebelsick, 2003).

Fig. 104. Diagramme des catégories de récipients représentés dans les dépôts à vaisselles multiples du Bronze final (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).

Fig. 105. Carte des dépôts et des sépultures à vaisselle métallique du Ha B1 en Europe (J -F. Piningre ; DAO B. Turina).

Dépôts à vaisselles métalliques en Europe du Ha B1
Allemagne
1 - BASEDOW ( Kr. Demmin, Mecklenburg)  : Hundt, 1955  ; Ha A2/ B1  ; 5/6 récipients
2 - BRAUNSBEDRA 2  : Brunn, 1968, Taf. 17-19  ; HA A2  ; 10 récipients
3 - DAHMEN (Kr. Güstrow, Mecklenburg)  : Hundt, 1955, Abb. 1/1-5  ; Brunn, 1960
4 - DÖTZINGEN (Kr. Lüchow-Dannenberg)  : Jacob, 1995, nos 13-16, 36  ; Ha A2/ B1 ; 5 récipients
96 - GRANZIN (Mecklenburg)  : Martin, 2008
6 - KLEIN-LUCKOW (Kr. Müritz, Mecklenburg)  : Hundt, 1955  ; 3 tasses
7 - PÖSSNECK-SCHLETTWEIN (Kr. Saale-Orla)  : Lappe, 1982  ; 5 récipients
8 - QUEDLINBURG (Kr. Quedlinburg)  : Brunn, 1968, Taf. 128-134
9 - RIESA-GRÖBA 2 (Kr. Riesa)  : Brunn, 1968, Taf. 136-137  ; Ha B1/B2 (Ha B1 d’après Metzner-Nebelsick, 2003)  ; Martin, 2009  ; 6 récipients
10 - THALE 3 (Kr. Quedlinburg)  : Brunn, 1968, Taf. 164-165  ; 3 récipients
12 - ZEPERNICK (Kr. Nieder-Barnim)  : Mehrart, 1952, pl. 2/5  ; 1 chaudron, dépôt ?
88 - STAAKEN (Kr. Osthavelland)  : Sprockoff, 1930, Taf. 16 a-b  ; Periode IV ; 3 tasses
Sans origine - « Musée de Münich » : Wamser, Gebhard, 2001 ; 13 récipients : 1 chaudron, 12 tasses Kirkendrup.
Autriche
16 - LINZ « Freinberg » : Müller-Karpe, 1959, pl. 137/17, 21
Sans
origine : « VIENNE Dorotheum » : 11 récipients : 1 situle, 7 tasses Kirkendrup, 1 tasse plus ancienne, 2 coupes sans anse. Ensemble incertain ; Wirth, 2006
Danemark
65 -
BREDMOSE (Tønder, Jutland) : Thrane, 1976 ; 2 tasses
66 -
ØGEMOSE, KIRKENDRUP (Odense, Fyn) : Thrane, 1965 ; 5 tasses
67 -
KOSTRÆDE (Seeland) : Thrane, 1965 ; Période IV/Ha B1
68 - LUNDEN (Sønderborg, Als) : Thrane, 1965 ; 6 coupes
69 -
LØGTVED MOSE (Holbaek, Sjaelland) : Thrane, 1965 ; 3 tasses
70 -
MARIESMINDE MOOR (Fünen) : Thrane, 1965 ; 12 récipients dont 11 puisoirs en or
89 - SIEM (Jutland) : Thrane, 1965, fig. 16-19 ; 2 situles type Hajdúböszörmény
France
17 -
BLANOT (Côte-d’Or) : Thevenot, 1991 ; 13 récipients
18 -
FRESNES (Loir-et-Cher) : Despriée, 1978 ; 3 coupes
20 -
SAINT-CHÉLY-DU-TARN (Lozère) : Millotte, 1959 ; 6 récipients
21 -
BOUCLANS (Doubs) : Passard, Piningre, 1984
22 - ÉVANS (Jura) : 49 récipients
93-
LARNAUD (Jura) : Coutil, 1914 ; fragments de plusieurs récipients
BRAUD-ET-SAINT-LOUIS : fragments de plusieurs récipients
SAINT-PRIEST (Rhône) : fragment
Hongrie
30 -
BORSODBÓTA : Patay, 1990 ; Ha A2/B1
31 - EGYEK (Hajdú-Bihar) : Patay, 1990 ; Ha B1 ; 6 récipients
32 -
HAJDÚBÖSZÖRMÉNY (Hajdú-Bihar) : Patay, 1990 ; 6 récipients
33 -
HAJDÚSÁMSON (Hajdú-Bihar) : Patay, 1990 ; Dépôt II, 6 récipients
34 -
HAJDÚSZOVÁT (Hajdú-Bihar) : Patay, 1990
36 - KÁNTORJÁNOSI (Szabolcs-Szatmar) : Patay, 1990
37 - KARCAG (Szolnok) : Patay, 1990
38 - MÁRIAPÓCS (Szabolcs-Szatmar) : Patay, 1990 ; 2 chaudrons
39 -
MEZÖKÖVESD (Borsod-Abauj-Zemplen) : Patay, 1990 ; 3 récipients
41 -
PÁCIN (Borsod-Abauj-Zemplen) : Patay, 1990
42 - PÖLÖSKE (Kom. Zala)
44 - ROHOD (Szabolcs-Szatmar) : Patay, 1990
45 - SZENTES II (Csongrad) : Patay, 1990 ; 4 récipients
SZENTES III
46 - TISZAKARAD II (Borsod-Abauj-Zemplen) : Patay, 1990 ; 2 chaudrons type B1,
47 - VELEM, dépôt II : Patay, 1990
48 - ÉRSEKVADKERT (Nograd) : Patay, 1990, nos 87, 93 ; 2 tasses
49 -
PAP (Szabolcs-Szatmar) : Patay, 1990
50 - TISZAVASVÁRI : Patay, 1990
87 - TATABÁNYA : Patay, 1990, no 88A
90 - SÜMEG (Veszprém) : Patay, 1990, nos 144-145 ; Ha B1/2 ? ; 2 chaudrons
91 -
VÁRVÖLGY (Zala) : Patay, 1990, nos 2 A, 46 A, B, 69A, 145A ; Ha B1 ou B2 ; 5 récipients
Pologne
61 -
BIERNACICE (Sierdaz) : Koszanska, 1946, fig. 1-4 ; Gedl, 2001 ; 10 récipients (ou 14)
62 -
BISKUPICE (Kielce) : Gedl, 2001, no 7, 72 ; Ha B1 ; 2 tasses
63 -
KUŹNICA SKAKAWSKA (Kalisz) : Gedl, 2001, no 8-11 ; 4 tasses
64 -
SEIFFENAU (PODGORNIK) (Legnica) : Gedl, 2001, nos 12-15, 36 ; 5 récipients
Roumanie
57 -
SÎG (Kr. Salaj) : Soroceanu, Lako, 1981 ; 7 récipients
58 -
BUZA (Kr. Cluj) : Soroceanu, Buda, 1978 ; 6 ? récipients
83 -
MOIGRAD (Kr. Salaj) : Nestor, 1935 ; 4/5 récipients
60 -
PIŞCOLT (Kr. Statu Mare) : Ha A2 ou B1
59 - VISUIA (Bistrita-Nasaud) : Soroceanu, 2008 ; Ha B1/B2 ; 2 chaudrons incomplets
92 - SÎNCRAIENI (Kr. Harghita) : Soroceanu, 2008, n os 11, 95, 142 ; 3 récipients
95 -
LAPUS (Kr. Maramures) : Soroceanu, 2008 ; plus de 3 récipients
Slovaquie
75 -
SPIŠSKA BELÁ, Dépôt 1 : Novotná, 1991, nos 10, 11 ; Ha A2/B1 ; 2 tasses
76 -
BREZNO NAD HRONOM (Okres Bonska Bystrica) : Novotná, 1991 ; 2 tasses
79 –
LUCKY : dépôt ? ; Novotná, 1991 ; 2 récipients
80 -
SOMOTOR (Okres Trebisov), Dépôt I : Novotná, 1991 ; 4 tasses
81 –
ŽBINCE : Novotná, 1991, no 53
République-tchèque
23 -
ZÁLUŽÍ (Okres Rudnice) : Kytlicová, 1991, nos 19, 28 ; Ha B1 ; 2 tasses
24 -
JENIŠOVICE (Okres Melnik) : Kytlicová, 1991 ; 15 récipients
26 -
KAMÝK (Okres Litomerice) : Kytlicová, 1991
27 - LIBKOVICE POD RIPEM (Okres Litomerice) : Kytlicová, 1991
52 - KŘENŮVKY (Okres Prostejov) : Nekvasil, Podborský, 1991 ; 4 tasses
53 -
ŠTRAMBERK (dép II) (Okres Novy Jicin) : Nekvasil, Podborský, 1991 ; 9 tasses
54 -
ŠTRAMBERK (dép IV) (Okres Novy Jicin) : Nekvasil, Podborský, 1991 ; 4 récipients
55 –
MALHOSTOVICE : Nekvasil, Podborský, 1991 (bouteille)
56 – KOPRIVNICE : Nekvasil, Podborský, 1991 (anse chaudron)
Ukraine
84 –
JEZIERZANY : Gedl, 2001, no A 1-4 ; Ha B1 ; 4 récipients fragmentés
85 – KUNISOWCE : Gedl, 2001, no B 1-5 ; Ha B1 ; 5 chaudrons
86 –
NIEDZIELISKA : Gedl, 2001, no C 1-8 ; 5/6 récipients fragmentés

5.3.2.2. Le Hallstatt B1

61Avec 76 ensembles recensés, les dépôts datés du Ha B1 comprenant des vaisselles entières ou fragmentées montrent dans leur composition une nette évolution par rapport aux précédents. Compte tenu de la courte durée de cette période par rapport à la séquence précédente, soit un rapport de 1 pour 4, la fréquence des dépôts contenant des pièces de vaisselle de bronze apparaît exponentielle. Parallèlement, le nombre total des récipients, qui peut être évalué à 290 (auxquels s’ajoutent des ensembles de provenances inconnues comme ceux du Dorotheum de Vienne ou du musée de Munich), contre 77 entre le Bz D et le Ha A, s’accroît considérablement. Cette évolution résulte de l’augmentation numérique de la composition des assortiments, même si nous faisons abstraction du dépôt d’Évans qui, à lui seul, représente 17,5 % de l’ensemble des récipients décomptés.

62Proportionnellement par contre, la représentation globale des différentes catégories de récipients est sensiblement analogue avec une dominante numérique des tasses qui constituent 60 % de l’ensemble et une représentation nettement inférieure des autres catégories. Du point de vue des types représentés, on note toutefois une disparition des récipients bas de grande contenance, à anse et poignée, comme les tasses de Blatnica. Conjointement, on remarque un accroissement du nombre des chaudrons qui dépassent les situles en nombre d’individus et viennent peut-être se substituer aux précédentes, ainsi que l’apparition localisée de la catégorie des récipients à ouverture étroite du type bouteille, qui n’était représentée précédemment que par le pichet de Keresztéte. Les deux premières catégories se distinguent aussi par un accroissement de leur volume moyen représentant maintenant 5 à 6 litres ou plus pour les chaudrons, et une vingtaine de litres pour les situles. Les ensembles contenant des vaisselles métalliques montrent également un plus grand étalement de la fréquence du nombre de récipients avec près de 40 % de dépôts contenant quatre récipients et plus. Enfin et surtout, même si on écarte les séries dont la conservation est douteuse, les dépôts à vaisselle métallique du Ha B1 se distinguent par la présence presque exclusive de récipients déposés entiers, quel que soit le type de mobilier qui leur est associé. Ils représentent au moins 77 % des dépôts contre 4 % seulement de dépôts dont les pièces paraissent avoir été délibérément fragmentées.

63La composition des séries de vaisselles à l’intérieur de chaque dépôt est variée. Prédominent dans vingt et un dépôts les associations de tasses seules, toujours nettement supérieures aux autres récipients. Leur nombre par dépôt s’échelonne entre deux et quinze individus suivant les cas, les associations de deux à quatre récipients étant les plus fréquentes (deux tiers). Les assemblages comprenant d’autres catégories (chaudron, situle) restent nettement en retrait. D’autres types d’associations regroupant deux à trois catégories de récipients : chaudron-tasse, chaudron-situle, chaudron-situle-tasse apparaissent les plus fréquemment représentés dans quinze dépôts (Annexe 4).

64Les correspondances des catégories d’objets des dépôts recensés répondant à ces critères nous ont permis d’isoler plusieurs ensembles.

  • 18 Parmi cette catégorie on placera les « ensembles » sans origine du musée de Munich (Wamser, Gebhard (...)

65Les dépôts de vaisselle seule (en incluant des réserves à propos de quelques dépôts dont l’intégralité n’est pas assurée18) représentent 23 % et sont en nette augmentation par rapport aux phases précédentes. La variété de leur composition est à l’image de l’ensemble de la série (fig. 104). Elle permet de distinguer douze ensembles où ne figurent que des tasses, et des assortiments moins nombreux associant un ou plusieurs récipients de grand volume, chaudron ou situle, à un lot de tasses ou/et de coupes. La composition du dépôt d’Évans, qui se range dans cette catégorie, se distingue fortement des autres dépôts par le nombre de ses composantes égal ou supérieur à quarante-neuf récipients (fig. 104). Il se place loin devant les quelques ensembles composés de plus de dix récipients non fragmentés recensés pour la totalité du Bronze final ; Nadap (14 exemplaires), Dresden-Dobritz (17 exemplaires), Jenišovice (15 exemplaires), Blanot (13 exemplaires), Ehingen (34 exemplaires). Il s’en distingue aussi par la variété des classes de récipients représentées : sept classes contre trois au maximum dans les dépôts les mieux dotés.

66Une seconde série associe des vaisselles entières à des lots d’objets de nombre et de composition variables (parures, outils, armes). Parmi ceux-ci, on distinguera un ensemble de vingt et un dépôts partageant en commun quelques pièces d’armement offensif : épée, lance, ou défensif : casque, cnémide ou encore dans le cas d’Egyek à des calottes d’essieu de char. Ces dépôts sont en outre caractérisés par la présence de séries : haches, faucilles, bracelets associés à des types isolés ou moins fréquents : couteau, épingle, ciseau, lame de scie, etc. La présence d’armes, entières ou fragmentées, est interprétée par plusieurs auteurs comme la marque statutaire de l’équipement guerrier par comparaison à certains ensembles funéraires riches du Bronze final (Patay, 1990 ; Verger, 1992 ; Brun, 1996). Un éventail de variantes, pouvant impliquer une interprétation de symboles individuels ou collectifs, peut être envisagé suivant que l’on a affaire à un assortiment guerrier isolé (Sîg, Mezökövesd, Pölöske) ou multiple (Borsodbóta, Hajdúböszörmény). À quelques exceptions près, les vaisselles associées à ces dépôts comprennent presque toujours un chaudron qui peut faire l’objet ici d’une fonction secondaire comme contenant des objets, voire dans certains cas deux chaudrons ou une association chaudron-situle. La présence d’une tasse, rarement de plusieurs, n’apparaît pas systématique.

67Une troisième série se distingue nettement de la précédente. Elle regroupe des ensembles comprenant des parures majoritaires, où les armes et les séries importantes d’outils sont absentes. Certains types, qui ne figurent pas dans les dépôts à armements, y sont régulièrement représentés comme les appliques à bélière, les anneaux, les fibules. Plusieurs dépôts de Bohème offrent des assortiments très proches mis en parallèle avec des équipements funéraires féminins : Jenišovice, Kamýk, Libkovice pod Ripem, Záluží (Kytlicová, 1991, Tab. 7), auxquels on peut ajouter les ensembles de Štramberk IV, Brezno-Nad-Hronom et Malhostovice en Moravie. Ces exemples ne sauraient être généralisés à toute la zone d’étude mais, avec des nuances typologiques propres à chaque région culturelle, des parallèles peuvent être trouvés en France (Blanot, Mas-Saint-Chély, Fresnes), en Allemagne du Nord (Dahmen), en Hongrie (Érsekvadkert) ou au Danemark (Kostræde, Øgemose-Kirkendrup). Il est intéressant de constater qu’aucun de ces ensembles, regroupant des objets de type féminin, n’est associé à un récipient de grand volume (à l’exception de Blanot). Les tasses peuvent se trouver en séries importantes (neuf à Štramberk IV, quinze à Jenišovice) et, inversement, les ensembles à tasse unique sont minoritaires.

68Enfin, pour terminer cet inventaire, il convient de signaler quelques séries dont le caractère mixte masculin et féminin peut être remarqué. Parmi celles-ci, le dépôt de Quedlinburg, en Saxe, figure parmi les plus représentatifs et le plus souvent évoqué avec un assortiment d’objets majoritairement entiers comprenant entre autres : une épée ployée et brisée, deux fibules, deux paires de torques, deux gorgerins, des éléments de collier en perles de bronze et de verre dont subsistaient comme à Blanot les traces de cuir (Brunn, 1968). Ce recrutement n’est pas spécifique au Ha B1. Plusieurs assortiments de l’étape précédente se rangent aisément dans cette classification en comprenant des lots d’affinité masculine : Großörner (Hänsel, Hänsel, 1997), Keresztéte, Viss III, Felsözsaloca, Hedjöszalonta ? (Patay, 1990), féminine ou mixte : Středokluky (Kytlicová, 1991), Kurd II (Patay, 1990), Ivanovce (Novotná, 1991), Poznań (Gedl, 2001).

69La répartition géographique des dépôts à vaisselles de bronze du Ha B1 montre aussi une nette évolution par rapport aux phases précédentes du Bz D-Ha A (fig. 105). On constate l’extension ou l’intensification du phénomène à des secteurs géographiques et culturels jusque-là peu ou pas concernés. C’est le cas du Danemark, de la Pologne et de l’Allemagne du Nord au-delà du bassin supérieur de l’Elbe qui ne comptait que le dépôt très septentrional et isolé de Simons Mose. Leur plus grande densité s’étend suivant une diagonale entre le bassin carpatique et le Danemark suivant des concentrations régulièrement espacées de 200 km environ situées sur le bassin supérieur de la Tisza, de l’Oder et de l’Elbe, les affluents de la moyenne vallée de l’Elbe et la Baltique occidentale. C’est le cas aussi de la France continentale qui, pour la première fois, est représentée avec six dépôts beaucoup plus dispersés. Inversement, l’Allemagne centrale et méridionale, ainsi que l’Autriche, restent à l’écart de ce courrant et font preuve de conservatisme dans la mesure où se perpétuent les dépôts de vaisselles métalliques en contexte funéraire. En Hongrie, on assiste à un phénomène de délocalisation sensible avec une disparition des dépôts contenant des pièces de vaisselle de bronze en Transdanubie et une densification de ceux-ci en Hongrie du Nord-Est, évolution qui s’amorce d’ailleurs en Transdanubie avec l’horizon de Gyermely (Hansen, 1996).

70Bien que les moins nombreux, les dépôts composés exclusivement de vaisselles connaissent une localisation majoritaire en Europe septentrionale (Danemark, Allemagne du Nord) où l’on retrouve onze des seize dépôts inventoriés suivant ce critère (fig. 100). On remarquera également que se rencontre parmi ces dépôts septentrionaux le plus grand nombre d’ensembles composés de tasses seules.

71En conclusion, la répartition géographique des sépultures et des dépôts à vaisselle métallique du Bronze final montre à l’échelle européenne une relation d’exclusion qui induit un lien hautement probable entre ces deux types de consommation sociale d’objets de prestige. L’évolution chronologique de ces manifestations permet de délimiter des secteurs géographiques correspondant à chacune de ces traditions qui évoluent dans le temps entre le Bz D et le Ha B1 :

  • un secteur stable est représenté par l’Allemagne centrale et l’Autriche où prédominent les dépôts en contexte funéraire durant toute la période ;

  • conjointement, la Hongrie se caractérise par une stabilité des dépôts à vaisselle métallique durant la même période ;

  • des secteurs de dynamique plus forte connaissent des mutations radicales entre le début et la fin de la période comme la Bohème, la Moravie, la Slovaquie, l’Allemagne du Nord et le Danemark ;

  • enfin, la partie occidentale de la zone d’étude, peu touchée initialement, rejoint l’évolution européenne à la dernière phase.

72Cette dynamique n’exclut pas des mutations internes propres à chacun de ces secteurs géographiques et culturels :

  • distinction de deux provinces de part et d’autre du Danube au Bz D/Ha A et délocalisation des dépôts de vaisselles en Hongrie orientale à l’étape récente ;

  • régions de contact où coexistent dépôts et sépultures à l’étape récente : vallée de la Vah (Ivanovce, Ockov), bassin supérieur de l’Elbe (Dresden, Středokluky, Merklin, Milavče, etc.).

Notes

14 Je remercie S. Wirth et Mme A. Rottloff qui, lors d’une visite du musée, ont identifié cet objet parmi les collections gallo-romaines et nous l’ont signalé.

15 Ce motif se distingue de celui proposé par H. Thrane où le motif circulaire à bossette centrale n’est composé que d’un cercle de pointillés (Thrane, 1975, fig. 80 c).

16 Ces deux tasses sont situées par Thrane à Corcelettes (Thrane, 1965, fig. 8/c, e). En fait, la tasse « e » est enregistrée au musée de Zurich comme provenant d’Estavayer. Seule la tasse « c » conservée au musée de Lausanne, dont l’anse est maintenant déformée, correspond à la planche XXV/5 du catalogue des Antiquités Lacustres et provient de Corcelettes.

17 À l’exception peut-être de Cramans (Jura) où les conditions de découverte, anciennes, pourraient laisser supposer que la coupe de Kirkendrup-Jenišovice ait pu accompagner une sépulture ?

18 Parmi cette catégorie on placera les « ensembles » sans origine du musée de Munich (Wamser, Gebhard, 2001, p. 283, fig. 150) et du « Dorotheum de Vienne » (Wirth, 2006).

Table des illustrations

Légende Fig. 95. Coupe de Cramans (Jura) (dessin V. Ganard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 96. Coupe de Roeschwoog (Bas-Rhin) (dessin Th. Logel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 97. Tasses et coupe du dépôt de Mas-Saint-Chély (d’après J.-P. Thevenot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 98. Coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice de Suisse. 1. Grandson-Corcelettes ; 2. Zurich ; 3. Greng ; 4. Onnens ; 5. Guévaux ; 6. Grandson-Corcelettes ; 7. Hauterive ; 8. Cortaillod ; 9. Estavayer ; 10. Guévaux ; 11. Corcelettes (dessin J.-F. Piningre et V. Ganard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Légende Fig. 99. Diagramme des rapports diamètre/hauteur des coupes suisses et des coupes d’Évans type A (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 100. Carte des dépôts de vaisselles seules du Ha B1 en Europe (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Fig. 101. Appliques de tôle de bronze décorées de Quitteur (a) (dessin V. Ganard) et de Blanot (b) (d’après J.-P. Thevenot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Fig. 102. a. Décor d’arcs de cercles estompés témoignant de la réutilisation d’une tôle décorée pour la fabrication de la coupe de Zurich-Alpenquai. b. décor de zigzags incisés et estompés sur la panse de la même coupe (Musée de Zurich inv. 25763) (photos J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 103. Carte des sépultures à vaisselle métallique du Bronze final en Europe (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 104. Diagramme des catégories de récipients représentés dans les dépôts à vaisselles multiples du Bronze final (J.-F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 105. Carte des dépôts et des sépultures à vaisselle métallique du Ha B1 en Europe (J -F. Piningre ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5778/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 479k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search