Version classiqueVersion mobile

Le dépôt d’Évans (Jura)

 | 
Jean-François Piningre
, 
Michel Pernot
, 
Véronique Ganard

Partie I. Le dépôt d’Évans : monographie et comparaisons européennes

4. Éléments d’interprétation des résultats de l’analyse élémentaire des vaisselles du dépôt d’Évans

Benoît Mille et David Bourgarit

Texte intégral

1Les analyses de composition du métal ont été faites par spectrométrie d’émission atomique, la source étant un plasma d’argon produit par couplage inductif (ICP-AES). Rappelons que les prélèvements sont effectués au moyen d’une micro-perceuse (trou de 1 mm de diamètre sur une longueur de 5 mm pour environ 20 mg de métal). Les produits de corrosion de surface sont dégagés avant le forage pour que seul le métal sain soit analysé. Les copeaux sont systématiquement examinés à la loupe binoculaire et débarrassés le cas échéant des produits non métalliques. Les copeaux de métal recueillis sont mis en solution dans l’eau régale (10 mg / 5 ml) ; cette solution est nébulisée dans le plasma, ce qui conduit à une émission dans l’ultraviolet que nous mesurons. Le système optique de dispersion nous permet de choisir vingt-huit longueurs d’onde spécifiques aux éléments chimiques que nous avons retenus pour l’analyse, ils sont ainsi dosés simultanément. Les compositions sont calculées à partir d’échantillons de référence, chaque valeur représentant la moyenne de trois analyses successives (pour plus de détails sur les conditions d’analyse, voir Bourgarit, Mille, 2003). Les résultats de ces analyses sont présentés dans l’Annexe 3.

4.1. Étude de la corrélation entre qualité du métal et technique de mise en forme pour la vaisselle de bronze

2Plusieurs techniques de mise en forme ont été identifiées par M. Pernot pour les différentes catégories de pièces des vaisselles de Blanot et Évans (tôle, fonderie, rivet, fil). Les figures 91 et 92 présentent le résultat des analyses de la composition élémentaire du métal en fonction de ces catégories (teneur en élément d’alliage et spectre d’impuretés).

3Les corrélations entre le type de métal utilisé et la technique de mise en forme ne sont pas clairement mises en évidence, on constate surtout une assez grande variabilité des compositions. Toutes les pièces sont en bronze, les teneurs en étain sont comprises entre 6 et 12,5 % d’étain, le cumul des impuretés vaut de 0,3 à 1,5 %. On notera toutefois que la teneur moyenne en étain est nettement plus élevée dans le cas des tôles (tôles : 10 % en moyenne, autres catégories : 7 %).

4.2. Étude de la corrélation entre typologie et composition élémentaire pour les pièces de vaisselle

4Parmi les coupes et tasses, deux variantes typologiques peuvent être distinguées au sein des pièces de vaisselle. La première, dite orientale, correspond aux objets qui se distribuent « habituellement » en Europe du Nord et centrale. L’aire de répartition de la seconde variante d’objets, dite occidentale, comprend l’est de la France, la région des lacs suisses et le Danemark.

5Quinze analyses ont été effectuées (il s’agit de tôles dans tous les cas : récipient ou anse), dix analyses concernant des pièces « occidentales », cinq des pièces « orientales ». Les résultats des analyses sont présentés sur les figures 93 et 94.

6Les variantes de coupes et tasses « occidentales » et « orientales » du dépôt d’Évans se distinguent très nettement par la composition élémentaire du métal. La teneur en étain est plus faible pour les tasses « occidentales », en moyenne 9,5 %, contre 11,5 % pour les tasses « orientales ». La composition en impuretés est plus discriminante encore. Toutes les tasses « occidentales » renferment au moins 0,2 % de plomb, et le cumul de toutes les impuretés vaut au moins 1,3 % (hormis l’exemplaire 31406 avec 0,7 %). Les tasses « orientales » totalisent au maximum 1 % d’impuretés, et le plomb n’est pas décelable à l’analyse (moins de 0,01 %) dans quatre cas sur cinq. La grande coupe « orientale » (31408), avec 0,16 % de plomb, constitue une exception notable.

Fig. 91. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les tôles. a. Teneur en étain ; b. impuretés.

Fig. 92. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les fonds, rivets et fils. a. Teneur en étain ; b. impuretés.

Fig. 93. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les coupes et tasses « orientales ». a. Teneur en étain ; b. impuretés.

Fig. 94. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les coupes occidentales. a. Teneur en étain ; b. impuretés.

Table des illustrations

Légende Fig. 91. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les tôles. a. Teneur en étain ; b. impuretés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Légende Fig. 92. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les fonds, rivets et fils. a. Teneur en étain ; b. impuretés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende Fig. 93. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les coupes et tasses « orientales ». a. Teneur en étain ; b. impuretés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 94. Composition élémentaire des alliages utilisés pour les coupes occidentales. a. Teneur en étain ; b. impuretés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search