Version classiqueVersion mobile

Le dépôt d’Évans (Jura)

 | 
Jean-François Piningre
, 
Michel Pernot
, 
Véronique Ganard

Partie I. Le dépôt d’Évans : monographie et comparaisons européennes

1. Les circonstances de la découverte et le contexte géographique

Jean-François Piningre

Texte intégral

Fig. 2. Localisation régionale du dépôt d’Évans (DAO B. Turina).

1.1. Les circonstances de la découverte

  • 1 Route de Saint-Vit, 39400 - Évans.

1Le dépôt d’Évans a été découvert fortuitement le samedi 4 juillet 1998 au lieu-dit « les Carcailles » sur la propriété de Gilles Rebillet1, lors de l’extraction de terre destinée à l’aménagement du jardin attenant à la maison de Patrick Mosca. Les objets avaient été chargés dans le godet de la pelle mécanique et dans une benne, lorsque P. Mosca, instituteur demeurant à Évans (Jura) qui surveillait le chargement, a remarqué les premiers récipients. Du fait de l’avancement des terrassements au moment de l’identification des premiers objets, l’emplacement et la position exacte du dépôt restent inconnus. Dès le 5 juillet, P. Mosca prévenait Nathalie Bonvalot, Ingénieur d’étude au S.R.A. de Franche-Comté, qui lui confirmait l’intérêt de la découverte. Le 7 juillet, N. Bonvalot et J.-F. Piningre, Conservateur du Patrimoine au S.R.A. de Franche-Comté, se rendaient chez l’inventeur et procédaient à l’identification détaillée des objets. Un premier inventaire de 25 récipients différents, entiers ou fragmentés, était dressé. Dans les jours qui ont suivi cette découverte, un tri des terres extraites, entreposées en plusieurs endroits, permettait de compléter la série des récipients, dont le nombre peut être évalué à un minimum de 49 individus.

1.2. Le contexte du dépôt

  • 2 Carte géologique 1/50 000 Besançon.

2Le dépôt d’Évans a été recueilli dans l’une des dolines qui s’ouvrent en bordure du plateau calcaire du Bajocien supérieur et du Bathonien2, dominant la rive droite de la vallée du Doubs (fig. 2). À cet endroit, la bordure du plateau, qui surplombe d’une cinquantaine de mètres le lit mineur de la rivière, est distante de 300 m environ de la doline d’où a été exhumé le dépôt. Le contact entre plateau et vallée est souligné par la forte dénivellation d’un talus et d’éboulis de versants ponctués d’escarpements rocheux (fig. 3).

3Le plateau d’Évans constitue la bordure méridionale des avant-monts et des collines pré-jurassiennes qui forment la rive nord de la vallée du Doubs. Excepté la proximité de la vallée, l’environnement naturel immédiat du dépôt ne se distingue pas, a priori, par des particularités déterminantes. Dans un contexte élargi, la topographie du lieu de la découverte apparaît toutefois plus significative et il est possible de considérer ce secteur comme une zone de contact à l’intersection de plusieurs axes naturels de communication. Le secteur d’Évans se situe en effet au débouché occidental du cours supérieur encaissé de la vallée du Doubs. Le cours du Doubs, jusque-là entaillé dans les plateaux calcaires, s’ouvre en aval sur une portion de vallée plus large, puis sur la plaine du Finage dolois et la plaine de Saône. À 20 km au nord, cette zone fait face aux reculées de Salins-les-Bains et des Planches-près-Arbois (Jura) qui constituent le principal point de pénétration du Jura central en direction des plateaux.

Fig. 3. Localisation du dépôt d’Évans (DAO B. Turina).

Fig. 4. Vue de la doline partiellement masquée par un bouquet d’arbres (photo J.-F. Piningre).

4Les objets proviennent du point bas d’une doline dont les parois rocheuses sont en partie masquées sur les deux tiers de leur circonférence par les limons argileux (fig. 4). Aux dires des inventeurs, leur profondeur d’enfouissement a pu être estimée à 1,50 m environ. Cette indication ne représente vraisemblablement pas la profondeur d’enfouissement d’origine compte tenu des colluvions de limons argileux qui ont pu se déposer postérieurement dans ce point bas. Les clichés effectués par P. Mosca, peu de temps après la découverte, ne permettent pas de déceler dans la coupe du terrain l’existence d’une fosse ou d’un aménagement particulier. Par contre, les encroûtements et les traces de corrosion, ainsi que les quelques récipients maintenus solidaires par les oxydes de cuivre indiquent que certains d’entre eux avaient été déposés emboîtés les uns dans les autres, sans doute en plusieurs lots.

1.3. La conservation du matériel

5On peut imputer la détérioration d’une partie importante de ces récipients à leurs conditions de découverte, ainsi qu’à la dispersion des déblais qui s’en est suivie (fig. 5). Un peu moins du tiers des objets composant le dépôt a été retrouvé complet ou faiblement endommagé (deux bouteilles, onze coupes, un puisoir). Moins d’un tiers a permis une restitution de la totalité des récipients à l’exception de quelques fragments (une bouteille, six coupes et tasses, deux puisoirs, deux passoires, un chaudron, une urne biconique). Le restant, soit un peu moins de la moitié de la série (vingt-deux récipients), a été recueilli incomplet et plus ou moins profondément déformé (trois bouteilles, seize coupes et tasses, un puisoir, un pichet, un récipient au moins non identifiable).

6La plupart de ces détériorations résultent clairement des conditions d’extraction (fig. 6). Des impacts de chocs récents, occasionnés par les dents de la pelleteuse ou par le charriage de la terre mêlée de cailloux, ont altéré la patine et l’oxydation parfois jusqu’au métal et sont clairement identifiables. On peut toutefois s’interroger sur l’intégralité de quelques récipients au moment de leur dépôt. C’est le cas de l’anse manquante du puisoir no 29 dont les cassures sont oxydées, de la poignée manquante de la passoire conique no 9, ainsi que de la bouteille no 35, déchiquetée malgré l’épaisseur importante de ses parois. Dans le contexte de récupération, ces indices de mutilation ne constituent pas des preuves indubitables. Des traces de contacts avec le bord d’un autre récipient, visibles entre l’emplacement des attaches de la poignée manquante du puisoir no 39, indiqueraient par contre avec plus de certitude la disparition de cette dernière avant l’enfouissement.

7Enfin, une partie importante de quelques récipients n’a pas pu être récupérée lors du tri des déblais et quelques fragments n’ont pas pu être attribués à des récipients existants, ce qui laisserait penser qu’une partie (sans doute faible) du dépôt n’a pu être retrouvée. C’est le cas, par exemple, d’une grande partie du pichet no 47, d’un récipient de grand diamètre au col décoré de grosses bossettes (no 41), dont il ne subsiste qu’une portion du col, ainsi que de quelques fragments de coupes et tasses. Compte tenu de ces constatations, le nombre de 49 récipients identifiés ne représente donc qu’une estimation minimale de l’ensemble des pièces composant le dépôt. Il en est de même de la masse de 6 573 g évaluée à partir des récipients recueillis qui, compte tenu des parties manquantes, doit être estimée à au moins 7,5 kg.

1.4. Les conditions de dépôt : les empilements

8Vingt-six récipients, dont une majorité de coupes et de tasses (22 exemplaires), présentent sur l’une ou sur les deux faces les marques de contact avec un autre récipient, imprimées dans les encroûtements de l’oxydation (fig. 7 et 8). Ces traces peuvent correspondre à des plages lisses de décollement d’une portion de paroi ou, le plus fréquemment, à la marque circulaire d’un bord ou d’un fond. La coïncidence de ces traces de contacts, apparentes sur les parois ou sur les bords, a permis de restituer la position respective d’une partie importante de ces récipients avant leur exhumation (fig. 9).

Fig. 5. Vue d’ensemble du dépôt (photo J.-F. Piningre).

Fig. 6. Empilement de coupes déformé lors de l’extraction (photo J.-L. Mathieu, musée d’archéologie de Lons-le-Saunier).

Fig. 7. Empreintes de contact sur la coupe no 11 (photo J.-L. Mathieu, musée d’archéologie de Lons-le-Saunier).

Fig. 8. Dépôts d’oxydation et auréole d’empilement à l’intérieur de la coupe no 13 (photo J.-L. Mathieu, musée d’archéologie de Lons-le-Saunier).

Fig. 9. Restitution des empilements (photo J.-F. Piningre).

Fig. 10. Restitution des empilements à partir des traces de contact et des récipients manquants (dessin V. Ganard ; DAO B. Turina).

9Un premier empilement est composé par les coupes nos 13 et 16 (fig. 10A). Les traces d’un autre récipient, sans doute aussi une coupe empilée sur la coupe no 13, n’ont pu être attribuées avec certitude à l’un des récipients répertoriés.

10Un second empilement, plus important, est composé de huit coupes comprenant de haut en bas les numéros : 18, 14, 17, 11d, 11c, 11b, 11a, 12. La superposition des empilements 1 et 2 est vraisemblable entre les coupes nos 18 et 16 sur lesquelles des traces de contacts sont également visibles (fig. 10A).

11La coïncidence des déformations et des arrachements occasionnés au moment de la découverte permet de restituer un troisième empilement avec les coupes nos 27, 32, 23, 24, 15. La paroi externe de cette dernière porte les traces d’un autre récipient non identifié (fig. 10B).

12Un assemblage des coupes nos 25, 26 et 46, écrasées ensemble, avec l’empilement précédent reste possible.

Fig. 11. Empilement du chaudron et de la grande passoire entre lesquels s’intercalent les coupes 21 et 19 (photo J.-F. Piningre).

13Une dernière séquence est composée par le vase à panse biconique no 2, déposé à l’intérieur de la passoire no 9, elle-même au contact des coupes nos 21 et 19 (fig. 10C et 11). Les traces de contacts observées sur la paroi externe de la coupe 19 coïncident avec des fragments de la paroi intérieure du chaudron no 1 dans lequel cette coupe avait été déposée en position inclinée. On remarque également, du côté de l’anse absente de la passoire, des traces de contact dont le diamètre est compatible avec le bord (ou une anse) du chaudron, ainsi qu’un enfoncement en arc de cercle correspondant à l’empreinte d’une anse lors de l’exhumation. Ces stigmates confirment l’association chaudron-passoire. La base du chaudron encroûtée de terre, ce qui n’est pas le cas des autres récipients empilés, indique qu’il constituait le premier récipient de cet empilement.

14Des traces de contacts sur des récipients non appariés ont encore été observées à l’extérieur des coupes nos 31 et 34, sur un côté du bord externe du puisoir no 39, à l’intérieur du bord de la tasse no 28, sur l’attache inférieure de l’anse de la tasse no 30, sur le bord externe et sur la lèvre de la petite passoire no 10, ainsi que sur la face externe du fond de la tasse no 8. Enfin, la coupe no 33, remplie d’argile compacte au moment de la découverte, laisserait penser qu’elle formait la partie supérieure d’un empilement.

15Ces observations indiquent qu’une grande partie des récipients avait été empilée les uns dans les autres lors de leur dépôt. Il s’agit essentiellement des récipients ouverts : coupes, tasses, chaudron, passoires, vase biconique. Par contre, aucune trace de contact n’a été décelée sur les bouteilles et sur les puisoirs, à l’exception du no 39. Nous constatons également que la formation d’oxydes au contact des parois des récipients empilés, les phénomènes de laques que certaines traces laissent voir à l’intérieur de certains d’entre eux, ainsi que les oxydations en gouttes observées à plusieurs reprises sur les parois intérieures témoignent de ruissellements et fournissent de bons arguments pour envisager l’évolution de cet ensemble en milieu non colmaté pendant un certain temps. Seules des traces ligneuses, observées sur la partie extérieure du fond du chaudron, nous ont laissé penser que celui-ci reposait sur une planche de bois ou bien avait été protégé par elle en position renversée, peut-être le plancher ou le toit d’un coffrage ? La datation radiocarbone obtenue de 5710 ± 75 BP, soit entre 4766 et 4363 av. J.-C. (Lyon-1762), réalisée à partir d’un échantillon ne contenant qu’une très faible quantité charbonneuse, n’est pas en accord avec cette hypothèse.

16La restitution des séquences ainsi proposée ne permet pas de définir totalement l’organisation des récipients, ni même le nombre des empilements lors de leur dépôt (fig. 10). La séquence A, composée de dix coupes, est incomplète et l’on sait qu’au moins un récipient était posé sur la coupe supérieure no 13. Cette série est composée exclusivement de coupes de diamètres proches de 125 à 140 mm. On peut par contre s’interroger sur l’appartenance à cette série de la séquence B, composées de coupes de diamètres équivalents. Mais peut-être s’agirait-il aussi d’une série indépendante comme pourraient le laisser supposer les déformations semblables qui ont affecté toutes ces coupes lors de leur exhumation ? Les deux coupes déposées dans le chaudron, l’une décorée, l’autre lisse, se distinguent des précédentes par un diamètre supérieur de 150 à 165 mm. On constate également que les récipients volumineux : chaudron, grande passoire, vase biconique, faisaient partie du même lot (fig. 10 C). Compte tenu de la position inclinée des coupes nos 19 et 21 qui semblent avoir servi de « calage » à la passoire, il n’est pas exclu que d’autres coupes de grand diamètre, dont nous n’avons pas retrouvé les appariements, aient pu être placées entre la passoire et le chaudron. Quant aux tasses, également empilées, il est impossible de les attribuer à une série distincte ou à l’un des empilements précédents. Suivant les options retenues, on peut donc déduire que les récipients ont été stockés en plusieurs séries (trois ou quatre ?), organisées suivant les types et les volumes. En raison de l’absence de traces de contacts, on peut enfin supposer que les bouteilles ne faisaient pas partie de cette organisation et pouvaient avoir été disposées séparément.

Notes

1 Route de Saint-Vit, 39400 - Évans.

2 Carte géologique 1/50 000 Besançon.

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Localisation régionale du dépôt d’Évans (DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Légende Fig. 3. Localisation du dépôt d’Évans (DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 4. Vue de la doline partiellement masquée par un bouquet d’arbres (photo J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 5. Vue d’ensemble du dépôt (photo J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 977k
Légende Fig. 6. Empilement de coupes déformé lors de l’extraction (photo J.-L. Mathieu, musée d’archéologie de Lons-le-Saunier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Légende Fig. 7. Empreintes de contact sur la coupe no 11 (photo J.-L. Mathieu, musée d’archéologie de Lons-le-Saunier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Fig. 8. Dépôts d’oxydation et auréole d’empilement à l’intérieur de la coupe no 13 (photo J.-L. Mathieu, musée d’archéologie de Lons-le-Saunier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 9. Restitution des empilements (photo J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 937k
Légende Fig. 10. Restitution des empilements à partir des traces de contact et des récipients manquants (dessin V. Ganard ; DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende Fig. 11. Empilement du chaudron et de la grande passoire entre lesquels s’intercalent les coupes 21 et 19 (photo J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5760/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search