Version classiqueVersion mobile

Le dépôt d’Évans (Jura)

 | 
Jean-François Piningre
, 
Michel Pernot
, 
Véronique Ganard

Introduction : les vaisselles métalliques du bronze final en France, un état de la question

Jean-François Piningre

Texte intégral

1Pendant longtemps, les vaisselles métalliques en bronze battu n’ont pas représenté un type d’objet caractéristique de l’Âge du Bronze final français par rapport à d’autres régions d’Europe. La plupart des rares exemplaires de récipients métalliques connus dès la fin du xixe ou au début du xxe siècle étaient cantonnés à la plaine d’Alsace, en contexte funéraire : Geispolsheim (Forrer, 1910), Pfaffenhofen (Naue, 1905 ; Henning, 1912), ou provenant de découverte isolée, quelquefois attribuée, sans certitude, à une sépulture : Roeschwoog (Frey, 1930) (fig. 1). En Franche-Comté, une coupe provenant d’une sépulture à incinération découverte à Beaujeu (Haute-Saône) est publiée au début du xxe siècle dans une note du Bulletin de la Société d’Émulation de Gray (Pothelet, 1901). Disparue depuis, elle est souvent passée inaperçue dans les inventaires européens consacrés à ce type de récipient. Les six coupes et tasses du dépôt de ‘Carnac’ à Saint-Chély-du-Tarn (Mas-Saint-Chély, Lozère) découvertes en 1874 et publiées l’année suivante dans le Bulletin de la Société d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Lozère, sont étudiées à nouveau en 1959 par J.-P. Millotte (Millotte, 1959). Leur étude, qui sert alors de support à une enquête sur les rapports culturels entre les Causses et l’est de la France au Bronze final, ne traite que sommairement de l’interprétation du statut de cet ensemble singulier pour l’époque. La fonction rituelle de ces récipients, enfouis en période d’invasion suivant une idée encore en vogue récemment, est alors évoquée (Millotte, 1959, p. 35).

2Chronologiquement échelonnés entre l’étape ancienne et la fin de l’étape moyenne du Bronze final, tous ces récipients ont été considérés comme les manifestations marginales des liens ‘commerciaux’, dira-t-on alors, qui unissaient la France de l’Est à l’Europe centrale. Il en sera de même, une vingtaine d’années plus tard, à l’occasion de la publication du dépôt de Fresnes (Loiret-Cher) par J. Despriée (Despriée, 1978). Une analyse typologique détaillée des trois coupes de Kirkendrup que contenait cet ensemble donne l’occasion à l’auteur de dresser avec plus ou moins de pertinence un bilan des découvertes de vaisselles métalliques de l’Âge du Bronze en France et de les replacer dans leur contexte européen. J. Despriée souligne alors l’identité des coupes de Fresnes avec les exemplaires de Suisse et d’Allemagne septentrionale et fait procéder à l’analyse des composantes métalliques élémentaires dont les résultats sont relégués en annexe sans commentaire faute de comparaisons disponibles pour cette gamme de récipients.

3Dans le Jura, excepté deux fragments de tôle à fines perforations multiples du dépôt de Larnaud, attribués à des parois de passoires (Coutil, 1914), le dépôt de Bouclans (Doubs) est venu attirer l’attention sur la présence de fragments de vaisselles métalliques dans les dépôts jurassiens du Bronze final (Passard, Piningre, 1984). Un fragment de passoire, un fragment de tôle de bronze ourlé par un enroulement autour d’un fil de bronze pouvant appartenir à un bord de récipient et surtout une poignée cassée au niveau d’un trou de rivet étaient associés dans le même dépôt, entre autres objets, à d’autres fragments de tôle lisse et à un fragment de cnémide du type Kuřim. Au regard des dépôts du RSFO de France orientale, où ce type d’objets de prestige n’est généralement pas représenté, ce petit lot de fragments contribue à donner à la série un caractère particulier et suggère des relations avec le domaine danubien.

4Pour compléter ce panorama des découvertes anciennes de vaisselles métalliques du Bronze final en France, il convient de mentionner les parties supérieures de deux coupes non décorées du dépôt de Braud-et-Saint-Louis ‘le Moulin Neuf’(Gironde). Ces fragments étaient associés à des fragments de tôles de bronze décorées de bossettes et pointillés au repoussé dont l’attribution à un grand récipient ou plutôt à une pièce d’armement défensif du type cnémide peut être discutée (Clausing, 2002, p. 180-181). Les fragments de récipients, actuellement disparus, sont comparés aux types de Friedrichsruhe et de Fuchsstadt. Ils témoigneraient alors de l’intrusion d’objets nord-orientaux en contexte atlantique (Daleau, 1912 ; Roussot-Larroque, 1988, fig. 13, nos 10, 11, 13, 14).

5Au début des années quatre-vingt-dix, l’étude du dépôt de Blanot (Côte-d’Or) jettera un éclairage nouveau sur la présence de récipients en tôle de bronze en France de l’Est. J.-P. Thevenot, qui s’appuie sur une analyse détaillée et approfondie de cet ensemble exceptionnel, s’attache pour la première fois en France à replacer de manière exhaustive les dépôts de vaisselles métalliques du Bronze final dans une perspective européenne à partir de références particulièrement documentées (Thevenot, 1991). Des parallèles entre le mobilier d’accompagnement des vaisselles de Blanot et celui de certaines sépultures féminines à vaisselle de bronze battu sont proposés (Thevenot, 1991, p. 104), idée qui sera développée ensuite pour ce même ensemble par S. Verger (Nicolardot, Verger, 1998). C’est l’occasion aussi, après H. Thrane (Thrane, 1965, 1975), d’aborder l’hypothèse de productions de vaisselles occidentales, propres au domaine RSFO, en relation avec les lacs suisses pour la coupe et peut-être avec le domaine rhénan ou plus localement saônois pour le lot de bouteilles qui représentent un type quasi-inédit jusqu’alors (Thevenot, 1991, p. 82). Le chaudron permet, quant à lui, de mettre en évidence l’importation à l’ouest du Rhin et de la Saône de récipients en bronze typologiquement et techniquement assimilables aux productions de Hongrie orientale.

6La découverte fortuite du dépôt d’Évans en 1998 (Piningre et alii, 1999 ; Piningre, 2002) vient, après Blanot, modifier nettement le panorama européen des dépôts de vaisselles métalliques du Ha B1, fixé depuis plusieurs décennies à la suite des synthèses de Sprockhoff (1930), G. von Merhart (1952), H. Thrane (1965, 1975), P. Patay (1996). Avant la découverte de l’ensemble d’Évans, les données les plus occidentales de récipients métalliques appartenant à l’étape moyenne du Bronze final ne reposaient essentiellement que sur une dizaine de coupes de Kirkendrup. Celles-ci, réparties dans des lieux de découvertes distants de plusieurs centaines de kilomètres, étaient complétées par les exemplaires concentrés sur les sites palafittiques de Suisse occidentale et par ceux connus au voisinage de la Baltique, au Danemark et en Allemagne septentrionale. S’ajoutaient, bien sûr à cette série, le lot de bouteilles de Blanot qu’il était difficile de comparer du fait de son isolement et de son caractère singulier, un chaudron et quelques coupes et tasses moins bien caractérisées.

7Avec un nombre de récipients estimé à un minimum de 49 individus, inégalé en Europe dans un seul dépôt, le dépôt d’Évans ouvre de nouvelles perspectives d’études sur les dépôts de vaisselle européens au Bronze final. À côté d’une révision chronologique qui, de toute évidence, compte tenu des nombreux acquis dans ce domaine, ne devrait pas apporter de données très novatrices, notre problématique s’est plus particulièrement attachée à deux aspects principaux. En partant d’une série nombreuse et représentative, nous avons choisi d’orienter notre recherche du point de vue des implications économiques et culturelles par la caractérisation des productions et des échanges. Dans un second temps, nous nous attacherons à l’examen des manifestations sociales que peuvent révéler ces assemblages particuliers.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search